Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et le politique

 | 
Michel Lagrée
, 
Jacqueline Sainclivier

3e partie. La Bretagne

Mai 1968 dans les Côtes-du-Nord

Christian Bougeard

Texte intégral

  • 1 L’Institut d’histoire du temps présent-CNRS vient de lancer en 1994-1995 deux nouvelles enquêtes : (...)
  • 2 La presse constitue une source essentielle mais certaines archives sont consultables sous dérogati (...)

1Ce qu’on appelle les événements de mai 1968 a constitué une crise brève mais forte, marquante bien sûr pour ceux qui y ont participé, mais aussi pour l’histoire de la Ve République gaullienne qui en fut ébranlée. Si la chronologie et le déroulement des événements parisiens sont bien connus, qu’en est-il de leur réalité dans les régions, qui plus est dans un département peu industrialisé, peu urbanisé et dépourvu de centre universitaire comme celui des Côtes-du-Nord ? Aujourd’hui, les historiens du temps présent ouvrent de nouveaux chantiers de recherche sur les mutations de la société française dans les années 1960 et sur l’impact des années 19681. Cette première approche pour un département breton n’a d’autre ambition que de baliser le terrain afin d’ouvrir la voie à des travaux ultérieurs s’appuyant sur l’ouverture en cours des archives2. Dans quel environnement économique, social et politique les événements de 1968 surviennent-ils ? Quel est leur ampleur dans ce département où la gauche, communiste et PSU, est bien structurée ?

Les années 1960 : une société qui bouge

  • 3 Les Côtes-du-Nord, Notes et Études Documentaires, novembre 1974, n° 4 125-4 128.

2Le mouvement séculaire d’affaiblissement démographique qui touche la Bretagne est plus marqué encore dans les Côtes-du-Nord. Un temps enrayé, il reprend de plus belle après 1945 lors d’une troisième vague d’émigration, surtout de jeunes gens obligés de quitter la ferme. Le solde migratoire a été très déficitaire de 1954 à 1962 (-25 104), alors que la tendance commençait à s’inverser dans la région, non compensé par l’excédent naturel qui se réduit (+ 19 780). La population départementale est tombée à 501 920 habitants en 1962 (-1,1 %), son plus bas niveau historique depuis un siècle3. Or, premier facteur de changement, cette chute est enrayée : 506 100 habitants sont recensés en 1968 (+ 0,8 %), malgré une baisse de 43,2 % de l’excédent naturel mais grâce à une réduction de 71,9 % du solde migratoire toujours négatif (-7 060). Les efforts de modernisation entrepris pendant la IVe République commencent à porter leurs fruits. Mais au printemps 1968, cette évolution n’est pas encore perceptible pour des acteurs sociaux qui se mobilisent pour la « survie » de leur région.

  • 4 Histoire de Saint-Brieuc, s. d. Claude Nières, Toulouse, Privat, 1991, ch. 10.

3Dans ce département faiblement urbanisé (18,6 % en 1946), la nouveauté vient de la rapide croissance urbaine (de 23 % en 1954 à 36,8 % en 1968). Les villes, surtout Saint-Brieuc, Lannion et Loudéac, fixent une partie des partants des communes rurales. Après Rennes, Saint-Brieuc a connu la deuxième croissance de Bretagne de 1962 à 1968 (+ 3,2 % par an). Sa population est passée de 37 670 habitants en 1954 à 54 763 en 1968, 67 121 même pour l’ensemble de l’agglomération briochine4 du fait de l’aménagement de deux zones industrielles, en 1960 et en 1968-1969. Dans ces villes en plein essor, ce sont des actifs jeunes et des couples féconds, rajeunissant la population (36,8 % de moins de vingt ans à Saint-Brieuc en 1968), qui viennent s’installer. Ils y découvrent le travail en usine et l’habitat en HLM dans des ZUP qui sortent de terre. Ces nouveaux arrivants prolétarisés sont souvent déracinés, quittant un mode de vie et des sociabilités rurales qui ont encore peu évolué. Aussi, peuvent-ils être pris en charge par des organisations syndicales actives, la CGT solidement contrôlée par le PCF ou la nouvelle CFDT. Sur le plan religieux, à Saint-Brieuc par exemple, deux nouvelles paroisses ont été créées et deux églises consacrées, sans parvenir à relancer une pratique religieuse déjà très faible (19 % de messalisants selon l’enquête de 1954).

  • 5 Christian Bougeard, « La CGT des Côtes-du-Nord des années 1920 au milieu des années 1950 », Annale (...)
  • 6 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, éd. Ouest-France, 1989, p.438. Ces 15 900 (...)

4Les syndicats ouvriers, dont les leaders prennent la tête des manifestations en 1968, connaissent un essor non négligeable dans les Côtes-du-Nord dans la seconde moitié des années 1960, après des années 1950 bien difficiles5. Selon les Renseignements généraux (RG), la CGT verrait ses effectifs fortement progresser de 1965 à 1969, de 4 500 à 7 000, de même que FO, de 1 500 à 2 600, mais paradoxalement moins pour la CFDT, de 5 500 à 6 000, alors que la CFTC compterait 300 adhérents en 19696. Ce rapport des forces militantes correspond aux résultats des élections à la sécurité sociale du 13 décembre 1962 : la CGT est dans la fourchette des 35 à 40 % des voix contre 25 à 30 % pour la CFTC et 15 à 20 % pour FO. Dans ce renouveau syndical marqué de 1969, il reste à mesurer la part des journées de Mai et celle de la hausse du nombre de salariés dans les années 1960. En effet, de 1962 à 1968, les secteurs secondaire et tertiaire se sont accrus de 8 792 et 7 263 actifs. Pourtant, avec 46 entreprises, les Côtes-du-Nord ont moins bénéficié que d’autres départements bretons de la politique de décentralisation industrielle, revendiquée par le CELIB présidé par René Pleven et entamée à la fin de la IVe République. 2600 emplois industriels seulement ont été créés de 1954 à 1967. Mais parallèlement, la seconde révolution agricole, cette « révolution silencieuse » qui transforme le monde rural, se traduit par l’essor d’industries agro-alimentaires (usines d’aliments du bétail, abattoirs, laiteries, Olida à Loudéac), fondées sur l’embauche d’ouvriers et d’ouvrières (+ 75 % de 1962 à 1975), d’origine rurale, non syndiqués et souvent exploités. Cette réalité sociale est lourde de conflits qui vont éclater au début des années 1970.

5À partir de l’implantation du CNET à Lannion en 1961, le Trégor, qui se spécialise dans la téléphonie, bénéficie de plus du tiers des emplois industriels créés alors que Saint-Brieuc, avec cinq sociétés, n’en obtient que 18 %. Toutefois, le pôle industriel et ouvrier briochin se renforce : Chaffoteaux « pèse » 1 400 emplois en 1968, la métallurgie se développe – Sambre-et-Meuse a 625 employés à la fin 1967 – ainsi que de nombreuses PME du bâtiment et le Joint Français, l’usine de la CGE qui passe de 287 employés en 1964 à 900 en 1970. Avant de s’arrêter net, la croissance de l’emploi industriel a été rapide dans les villes des Côtes-du-Nord, au sein d’une population active globalement stable de 1962 à 1968. Cependant en dépit de ces transformations socio-économiques, le secteur secondaire ne représente encore que 22,7 % de l’emploi contre 41,3 % pour le secteur primaire, en baisse de 15 % depuis 1954, et 36 % pour le tertiaire. Dans une ville comme Saint-Brieuc, le tertiaire représente près de 70 % de l’emploi et les fonctionnaires y occupent une place importante. Ils sont particulièrement actifs dans les syndicats et dans les partis politiques de gauche. Dans les années 1960, les Côtes-du-Nord n’échappent pas aux bouleversements induits par la croissance économique dite des Trente glorieuses, laquelle se répercute sur les modes de vie et les mentalités.

6La démocratisation de l’enseignement secondaire a amené une jeunesse scolarisée nombreuse dans les petites cités. À Saint-Brieuc, l’enseignement secondaire draine plusieurs milliers d’élèves (11 000 en 1973) dans ses collèges, ses CET, ses lycées d’enseignement général (Renan, Rabelais ouvert en 1967) et technique (le Vau Meno, Curie puis Chaptal), publics et privés. Mais il s’agit quasi exclusivement de collégiens et de lycéens. Les étudiants sont peu nombreux : quelques classes préparatoires et sections de techniciens supérieurs car la ville-préfecture n’a pas obtenu l’ouverture de départements d’IUT, créés en 1966-1967, qui s’installeront à Lannion. Les étudiants ne sont donc pas à l’origine des mouvements de mai 1968 dans ce département.

  • 7 Voir Ch. Bougeard, René Pleven. Un Français libre en politique, Rennes, PUR, 1995.

7La vie politique des Côtes-du-Nord peut paraître figée de prime abord, dominée par quelques grands notables centristes – trois députés MRP, deux proches du radicalisme en 1958 – solidement enracinés depuis la Libération. Pourtant des éléments de changement sont à l’œuvre dans les années 1960. En premier lieu, l’ancien Français libre René Pleven, député centriste depuis 1945, ancien président du Conseil de la IVe République, paraît dominer la scène politique sans partage depuis que la gauche socialiste et communiste, renforcée à la Libération, s’est divisée dans les années de guerre froide7. René Pleven, ministre UDSR des Affaires étrangères dans l’avant-dernier gouvernement de la IVe République, du 13 mai au 1er juin 1958, s’est rallié lors du retour au pouvoir de son ancien patron de Londres, le général de Gaulle, puis a fait campagne pour le oui au référendum sur la nouvelle constitution. Sa stature et son enracinement dans le pays de Dinan lui valent d’être réélu député, dès le premier tour, le 23 novembre 1958, avec 69,8 % des voix contre les candidats communiste et socialiste. Après avoir soutenu de Gaulle pendant la guerre d’Algérie, R. Pleven a appelé à voter « non » lors de la réforme constitutionnelle de 1962 comme les trois quarts des députés bretons, ce qui ne l’empêche pas d’être réélu député avec 75,2 % des voix, le 18 novembre 1962. Il évolue ensuite vers une semi-opposition au chef de la Ve République, sur sa politique européenne et américaine, sur son refus d’un Plan de développement de la Bretagne, l’obligeant à affronter un candidat gaulliste UD Ve en mars 1967. Le député, qui n’est réélu qu’avec 54,4 % des voix s’inscrit au nouveau groupe centriste Progrès et Démocratie Moderne (PDM). Son colistier radical-centriste, ex-RGR, Pierre Bourdellès, battu en 1956, est réélu à Lannion en 1958, à la faveur d’une triangulaire au second tour contre Marcel Hamon, l’un des deux députés communistes sortants. Il est réélu en 1962 et 1967. C’est le même cas de figure qui prévaut à Guingamp où le MRP Alain Le Guen est élu en 1958 et à Loudéac où Marie-Madeleine Dienesch, député MRP depuis 1945, se taille un solide fief jusqu’en 1981. Cependant, en 1967, la situation a quelque peu évolué : à Guingamp le maire centriste pléveniste PDM, Édouard Ollivro, ne l’a emporté que de justesse avec 50,7 % des voix contre François Leizour (PCF). Et, après les élections présidentielles de 1965, Marie-Madeleine Dienesch a préféré abandonner le centrisme d’opposition de Jean Lecanuet pour rallier la majorité gaulliste comme présidente du mouvement « Démocrates V», ce qui lui vaut en 1967-1968 la présidence de la commission des Affaires culturelles, familiales et sociales à l’Assemblée.

  • 8 Ch. Bougeard, Le choc de la guerre dans les Côtes-du-Nord 1939-1945, éd. J.-P. Gisserot, 1995, cha (...)

8Cette domination centriste dans un département qui votait majoritairement à gauche (PCF-SFIO) en 1945-19468, s’explique par la division de ces partis et leur affaiblissement électoral. En 1958, le PCF est tombé à 20,4 % des voix aux élections législatives (-4 % par rapport à 1956), tout en résistant bien dans ses bastions bretonnants de l’ouest (environ le quart des suffrages). En 1967 néanmoins, avec 25,4 % des suffrages, le PCF a regagné le terrain perdu dans les Côtes-du-Nord et il rate la circonscription de Guingamp de quelques centaines de voix. La reconquête de la gauche est en route. Les socialistes ont aussi perdu leur unique député en 1958, Antoine Mazier, battu par le maire et conseiller général MRP de Saint-Brieuc, Victor Rault (51 %), dont il est le premier adjoint, dans une triangulaire contre un UNR. Mazier, qui a quitté la SFIO dès septembre 1958 pour le nouveau PS Autonome après l’entrée de Guy Mollet dans le gouvernement de Gaulle, a dû affronter un candidat de la SFIO. Quelques mois plus tard, la majorité de la fédération SFIO des Côtes-du-Nord, dirigée par Yves le Foll, rejoint le PSA, qui devient le PSU en 1960.

9Dans les années 1960, Saint-Brieuc et sa circonscription sont âprement disputées dans une bipolarisation gauche-droite qui se met en place progressivement. Lors des élections municipales de mars 1959, six listes sont en présence au premier tour : celles du MRP Victor Rault et de la droite de Robert Richet (ind.) obtiennent 18 des 31 sièges. Mais au second tour un accord PSA-PCF-Action travailliste, un petit parti de chrétiens de gauche issu du MRP et dirigé par le Dr Rahuel, permet à l’union des gauches d’emporter les 13 sièges en ballotage. Du fait du panachage,

  • 9 AD Côtes-d’Armor. 1 127 W 22. Mouvements politiques et 1 192 W 49. Élections 1968. Ouest-France du (...)

10V. Rault et R. Richet ont été battus. Me Poupard (MRP) devient maire. Mais en 1962 ces élections sont annulées par le Conseil d’État car Mgr Coupel avait fait lire un mandement le matin du vote. En août 1962, l’union des gauches conduite par A. Mazier prend la mairie à la droite et au centre et la conserve en 1965 avec son successeur Yves le Foll. Mais cette fois une partie des travaillistes a rompu avec la gauche (liste PSU-PCF-SFIO) pour rejoindre les centristes de Me Poupard. Après la dynamique créée par François Mitterrand aux présidentielles de 1965 (45,2 % dans les Côtes-du-Nord au deuxième tour), la gauche non communiste tente de se rapprocher à Saint-Brieuc. Le 22 août 1966, l’Action travailliste, la SFIO, le PSU, et la Convention des Institutions républicaines mitterrandiste ne parviennent pas à s’entendre. Le PSU reste en dehors d’une FGDS qui demeure squelettique en 1967 même si le 11 mai 1968 deux conseillers municipaux briochins du PSU la rejoignent9. La FGDS est alors présidée par André Laithier, un enseignant SFIO, ancien secrétaire fédéral de FO, troisième adjoint au maire de Saint-Brieuc.

11Dans ces turbulences politiques, Robert Richet, soutenu par l’UNR gaulliste devient député en novembre 1962, contre V. Rault au premier tour, contre A. Mazier au second. Cependant, l’usure du pouvoir de la majorité gaulliste et le rapprochement à gauche permettent à Y. Le Foll de l’emporter de 35 voix contre R. Richet en mars 1967. Le Conseil constitutionnel annule ces résultats mais Le Foll est réélu dès le premier tour le 24 septembre 1967 avec 6416 voix d’avance, après une campagne acharnée. La gauche regagne un siège dans les Côtes-du-Nord – elle en a quatre autres en Bretagne – signe d’une dynamique politique nouvelle.

12De même, au Conseil général qu’il préside depuis 1949, la majorité de René Pleven tend à s’effriter. À l’issue des cantonales de 1964, il n’a été réélu que par 24 voix contre 20 au socialiste Hourdin et deux bulletins blancs. Mais en 1967, les trois dissidents de l’Action travailliste rentrent dans le giron plévéniste, renforçant la majorité des centristes et des indépendants. Ce jeu politique traditionnel gauche-droite va se trouver quelque peu bousculé par l’irruption d’acteurs nouveaux au printemps 1968, reflet des changements démographiques, économiques et sociaux en cours. Car à la fin 1967 des difficultés conjoncturelles inquiètent les acteurs sociaux : la hausse récente du chômage (1537 en janvier 1968) et les menaces sur plusieurs entreprises.

Le déroulement des événements de 1968

  • 10 AD C.-d’A. 45 W 27. Mouvements sociaux 1967-1968.

13Peu avant les débuts de la crise, des débats animent les milieux syndicaux, posant les jalons d’un rapprochement entre les confédérations. Les 2 et 3 décembre 1967, l’Union départementale CFDT dirigée par Xavier le Bozec (président) et Jean Le Faucheur (secrétaire général) a tenu son congrès (200 délégués) en présence d’Eugène Descamps, le secrétaire de la confédération. Les débats ont porté sur le Ve Plan, sur le boycottage du CELIB et de la CODER de Bretagne refusé par certains dirigeants, sur un engagement politique plus net, même si la motion finale a rappelé « les exigences d’une véritable autonomie du syndicalisme10 ».

14Deux mois plus tard, une rencontre porteuse d’avenir se produit : des syndicalistes agricoles et des cédétistes tombent d’accord pour signer « un accord intersyndical à l’échelon des UD » à condition que soient représentées les quatre fédérations ouvrières, CGT, FO, CFDT, CFTC. C’est l’ébauche de l’union ouvriers-paysans et de la solidarité qui vont se manifester spectaculairement en Bretagne au printemps 1968 et surtout après, dans les longues grèves des années 1972-1974. Le préfet signale le tournant : les dirigeants syndicaux veulent dépasser les contacts individuels, fréquents entre les militants de la CFDT et du CDJA au sein des organisations catholiques (JOC, JAC), pour mettre en place des relations entre tous les syndicats, ébauche du « front de classe » bientôt réclamé par certains militants d’extrême gauche. L’opposition aux ordonnances de novembre 1967 réformant la sécurité sociale, a déjà permis des rapprochements : le 13 novembre 1967, à l’appel de la CGT, de la CFDT et de la FEN, 3 000 personnes ont manifesté à Saint-Brieuc en présence d’Yves Le Foll et d’Édouard Quemper, son premier adjoint (PCF). La protestation contre le pouvoir gaulliste est plus évidente le 13 décembre lors d’une journée d’action interprofessionnelle.

  • 11 Signalons des grèves très suivies à l’appel des syndicats : journée d’action aux Ponts-et-Chaussée (...)
  • 12 Christine Quinet, Mai 1968 dans les Côtes-du-Nord à travers la presse, maîtrise d’histoire, Rennes (...)

15De plus, en mars-avril 1968, le climat social se dégrade dans les Côtes-du-Nord où plusieurs grèves sont enregistrées11. Robert Daniel, le secrétaire général de la CGT déplore, lors d’un meeting, la disparition de près de 50 entreprises dans le département depuis 196512. L’usine métallurgique Tanvez de Guingamp est menacée et l’usine Chalos de Saint-Brieuc (Bois, 300 ouvriers) vient de déposer son bilan, provoquant un importante mobilisation à la fin avril. Le conseil municipal de Saint-Brieuc en appelle aux pouvoirs publics (séance extraordinaire du 26 avril). Un sentiment diffus de crise s’installe au printemps 1968. À l’issue d’un débat dans la presse sur les enjeux et les défis européens face à la mise en place de l’union douanière le 1er juillet 1968, un malaise est aussi perceptible dans le monde paysan, inquiet de l’entrée en vigueur du marché commun. Le 18 avril, lors du congrès de la FDSEA, le président André Bléjean avertit : « le milieu agricole est prêt à prendre n’importe quel risque sur le plan politique si on l’y accule ». Et le 28 avril, le Conseil général, présidé par l’Européen Pleven, demande au gouvernement d’arrêter l’importation des porcs de la CEE pour enrayer la chute des cours. Contrairement à la représentation idyllique forgée après coup, d’une France qui s’ennuie, tout ne va pas dans le meilleur des mondes. Mais rien ne laisse prévoir une explosion imminente. Tout au plus s’inquiète-t-on des récents attentats du FLB, le Front de Libération de la Bretagne, apparu en 1966, dans la cadre du renouveau de l’Emsav breton des années 1960.

  • 13 Ouest-France, 6 mai 1968.

16Lorsque les incidents éclatent à la Sorbonne, le 4 mai, Jacques Duhamel, le président du groupe PDM, est à Saint-Brieuc avec tous les notables plévenistes de l’Union démocratique des Côtes-du-Nord pour expliquer que le « le centre est le recours de l’avenir politique français ». René Pleven affirme que le « PDM s’oppose à toute entreprise de division du pays en deux blocs ne rêvant que de se matraquer13 ». Il ne pensait pas que la matraque allait beaucoup servir contre les manifestants dans les semaines suivantes ! Il exprime aussi sa réprobation contre l’attentat du FLB du 27 avril précédent visant le garage de la caserne de la CRS 13 à Saint-Brieuc, tout en prenant soin « d’éviter toute confusion » entre leurs auteurs et la poignée de « séparatistes » réfugiés en Irlande depuis plus de vingt ans. L’activisme du FLB sera condamné aussi par des leaders syndicaux le 8 mai suivant. C’est en effet le second attentat à Saint-Brieuc depuis le début de l’année, le quatrième dans le département sur les 32 enregistrés en Bretagne depuis 1966.

17Ce sont cependant les syndicats, moins FO et la CFTC mais avec la FEN, qui font irruption dans la rue lors de la première grande journée d’action régionale du 8 mai 1968. Il ne s’agit nullement de soutenir les étudiants parisiens, après la première nuit d’affrontement du 6 mai au Quartiers latin, mais d’une journée fixée de longue date « pour la survie et le développement de l’Ouest », contre le sous-emploi, les bas salaires et l’exode des jeunes. Nouveauté : cette première manifestation commune doit être le « prélude à un front commun où paysans et ouvriers doivent remettre en cause une société de profit », selon Hervé, le président du CDJA. Le mouvement de grève est massivement suivi, selon les chiffres du préfet, dans l’enseignement (80 à 95 %), l’administration (65 % aux PTT, 50 à 70 % dans la fonction publique), les entreprises publiques (90 % à la SNCF, 80 % à EDF-GDF) et même privées (100 % dans les usines briochines, 80 % dans le bâtiment). Encadré par un solide service d’ordre, le grand meeting unique de Saint-Brieuc rassemble 6000 personnes selon la presse, 4 500 selon le préfet qui note que « la participation paysanne est moins importante qu’on aurait pu le croire ». Cinq responsables prennent la parole pour la CGT, la CFDT, la FEN, la FDSEA et le CDJA. Les partis de gauche ne sont pas autorisés à intervenir même si deux députés sont présents, Y. Le Foll et E. Ollivro. Ensuite, environ 2 500 personnes défilent en ville, avec les municipalités de Saint-Brieuc et de Guingamp, des membres du clergé, et une délégation est reçue à la préfecture selon un rituel bien établi. Le préfet insiste sur le fait qu’il n’y a eu « absolument aucun incident à signaler ». En signe de solidarité, des commerçants ont baissé leur rideau. Il y a une opération « ville-morte » à Guingamp et des prêtres ont adressé une lettre collective publiée le jour même par Le Télégramme et Ouest-France. Ils y dénoncent « la situation de plus en plus difficile » du département, « la passivité, le fatalisme et l’individualisme menaçant les groupes sociaux », en appelant à « la solidarité et au respect de la personne humaine ». C’est « l’union sacrée », mobilisant 100 000 personnes dans les villes de l’Ouest, pour défendre une société secouée par les mutations. Ce mouvement s’inscrit dans une culture politique et syndicale classique, celle d’une journée d’action qui se veut unitaire et la plus large possible et qui est un grand succès. Or en moins d’une semaine, l’écho des événements parisiens, apporté par la presse écrite, la radio et la télévision, va téléscoper ces formes de lutte traditionnelles, enclenchant une dynamique nouvelle.

  • 14 Le chiffre le plus faible provient du préfet, le plus élevé de la presse.

18Leur vraie prise en compte, après la nuit des barricades du 10 au 11 mai, n’intervient que lors de la grève générale du 13 mai à l’appel de la CGT, de la CFDT, de la FEN et du SNI, rejoints par l’UNEF et FO dans le département. Dans les Côtes-du-Nord, le PCF a pris l’initiative de la mobilisation le dimanche 12 en distribuant 50 000 tracts, relayé par les délégués syndicaux, mais cette fois le secteur privé reste à l’écart. L’enseignement est le principal secteur touché avec EDF et la SNCF. Quatre rassemblements se tiennent à Saint-Brieuc (1 500 à 2 000 personnes), à Guingamp (800 à 1 000), à Lannion (400 à 800) et à Dinan (350 à 600)14. Un changement est perceptible : l’UNEF est représentée par un étudiant du Vau Meno à Saint-Brieuc, les lycéens (la moitié des manifestants) font un sit-in pour témoigner leur solidarité avec les étudiants parisiens, côtoyant des parents d’élèves mobilisés par les organisations laïques de la FCPE et du CDAL. Classiquement, les syndicalistes de gauche condamnent la répression gaulliste et réclament un collectif budgétaire.

19Cependant, deux incidents significatifs témoignent de la progression rapide de « l’esprit de Mai ». À Saint-Brieuc, le 11 mai, un comité local du mouvement du 22 mars, animé à Nanterre par Daniel Cohn-Bendit, s’est formé. Le 13 mai, le service d’ordre de la CGT et du PCF, qui veulent contrôler le mouvement, déchire une banderole du mouvement du 22 mars tandis que le secrétaire général de l’UD CGT accuse le chef des « enragés » de vouloir « diviser la classe ouvrière ». Désapprouvant cette mise en cause de la liberté d’expression, Y. Le Foll quitte ostensiblement le cortège. À Lannion, après la manifestation où sur des pancartes le slogan « Du travail pour tous » voisine avec « CRS assassins », une centaine de jeunes gens et quelques enseignants établissent trois barrages avec des voitures (une heure, sans incident). Cette initiative a été prise par un militant de la CGT, contrôleur des PTT, Gilbert D…, responsable du parti communiste marxiste-léniniste de France (PCMLF), et d’une cellule à Lannion. À cette date, c’est certainement l’un des rares militants en Bretagne du PCMLF, ce parti prochinois créé en décembre 1967 par Jacques Jurquet alors que des étudiants rennais militent à l’UJCML.

  • 15 Ouest-France de mai et juin 1968.
  • 16 Christine Quinet, op. cit., p. 48-75.

20La jeunesse prend alors le relais d’adultes et de syndicalistes qui craignent d’être débordés. Au lendemain du 13 mai, l’agitation gagne les établissements scolaires publics. Des comités d’action lycéens (CAL) se forment. Le 14, les élèves de terminales du lycée Rabelais font un sit-in pour obtenir le report de 24 heures du bac blanc, ce que refuse l’administration. Le 16 mai, le conseil de parents d’élèves du lycée publie un communiqué sévère dénonçant « l’action subversive de quelques éléments » du CAL qui veulent « créer le désordre et semer le désarroi et le trouble dans l’esprit des jeunes15 ». Mais comme le mouvement gagne, l’association des parents de Saint-Brieuc (fédération Cornec-FCPE) assouplit bientôt sa position (17 mai) et soutient les revendications des élèves (22 mai, lycée Rabelais). Seul, le SNALC, syndicat enseignant, lance un « appel à tous les parents » mettant en garde contre « des mouvements dangereux ». Dans la semaine qui suit, des structures nouvelles, du type comité d’action, naissent dans les villes et se coordonnent à Saint-Brieuc : un comité central des lycéens des Côtes-du-Nord renforcé par un bureau des établissements publics, un comité de coordination des enseignants du second degré en relation avec la fédération départementale des parents d’élèves16.

21Le lundi 20 mai est celui de la généralisation du mouvement lycéen et du démarrage des grèves ouvrières. À partir de cette date, enseignants et lycéens grévistes se retrouvent quotidiennement lors d’assemblées, à la Maison du Peuple à Saint-Brieuc et à la salle des fêtes à Guingamp. Sur le modèle de l’Odéon à Paris et à l’initiative des normaliens et des lycéens, le vieux théâtre de Saint-Brieuc devient un forum de débat permanent sur lequel flotte le drapeau rouge. Au lycée de Lannion, le 20, le proviseur a accepté les revendications des élèves dont des délégués permanents ; à Saint-Brieuc le 21, de nombreux lycéens se réunissent au stade Fred Aubert et décident d’occuper le lycée Rabelais (quitté par de nombreux internes), s’il était fermé. Ce qui arrive dans les jours suivants. Les établissements privés n’y échappent pas : les Cordeliers et la Victoire de Dinan renvoient leurs internes le 22 mai et Saint-Charles est fermé à Saint-Brieuc le 22 mai. Ouvriers et employés du privé sont aussi entrés dans l’action.

  • 17 Ch. Bougeard, Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années 1920 (...)

22Depuis le 17 mai, des débrayages sont signalés dans les entreprises. Des comités et des piquets de grève s’organisent partout les 20 et 21 mai, alors que la paralysie gagne le pays. Sans rencontrer d’opposition, l’extension du mouvement qui se généralise en trois jours est beaucoup plus rapide qu’en 193617 : à Saint-Brieuc, la grève illimitée démarre à Sambre-et-Meuse (sans occupation), puis touche Chaffoteaux ; des Ponts-et-Chaussées, elle s’étend aux PTT, aux transports, aux banques, aux employés municipaux… Le 22, des manifestants extérieurs déclenchent le mouvement au Joint Français, dans les garages, chez Star à Trémuson. À Lannion, 1 500 personnes du CNET et des usines ont manifesté le 21 mai, de même que 800 lycéens de Pavie à Guingamp où la grève est générale. Le 22, elle est quasi-totale à Dinan où tous les syndicats, y compris la CFTC, appellent à un meeting commun à 15 heures. Le mouvement est plus fort et mieux structuré dans l’ouest des Côtes-du-Nord, plus à gauche. Des comités de grève centraux, à Lannion et à Guingamp, cantonaux à Paimpol, s’installent dans des locaux municipaux et siègent en permanence, organisant meetings et manifestations quotidiennes (2 500 à 3 000 personnes à Lannion le 22 mai, 3 000 à Dinan le lendemain). Il devient évident que le mouvement prend son autonomie vis-à-vis des événements parisiens, s’inscrivant dans une vague de fond nationale.

23Ouest-France des 22 et 23 mai (jeudi de l’Ascension) titre sa rubrique « événements sociaux » : « Les dernières usines ferment. Les scolaires rentrent chez eux ». Nombreux sont ceux qui partent en auto-stop d’autant plus les pompes à essence se tarissent malgré le rationnement. On fait la queue dans les banques et la razzia dans les rayons d’alimentation. Les agriculteurs, restés à l’écart depuis le 8 mai, mécontents de l’effondrement des cours des pommes de terre, entrent à leur tour dans la danse dans le cadre d’une journée nationale d’action prévue par la FNSEA avant le 24 mai et des négociations à Bruxelles. Elle prend la forme originale d’une ronde de tracteurs à 3 heures du matin à Saint-Brieuc, Guingamp et Loudéac dans la nuit du 21 au 22 mai. En signe de solidarité avec les grévistes, ils distribuent des sachets de lait comme « avertissement gratuit » le lendemain à Lannion.

  • 18 Ch. Bougeard, René Pleven, op. cit., p. 378-382.

24Dans ces journées tous les manifestants réclament que leurs députés votent la motion de censure déposée par la FGDS pour renverser le gouvernement Pompidou. Le 22 mai, Y. Le Foll, mais aussi P. Bourdellès et E. Ollivro la votent avec 34 des 42 députés PDM. En revanche, René Pleven, pourtant critique dans son Petit Bleu à l’égard de la politique gaullienne ne la vote pas, pour « laisser une dernière chance » au gouvernement qu’il contribue ainsi à sauver18. Le 24, il se prononce pourtant pour un changement d’hommes et pense que le référendum annoncé par le général de Gaulle n’est pas la bonne solution. C’est un premier pas vers la majorité et vers Georges Pompidou qui reçoit Pleven à la tête d’une délégation du CELIB, au plus fort de la crise, le 31 mai, une heure après l’annonce de son nouveau gouvernement.

25Mais pour l’heure, la première allocution télévisée du général de Gaulle tombe complètement à plat, donnant un deuxième souffle au mouvement. Le 24 mai, des actions paysannes (coupure de la RN 164 à Gouarec), des manifestations ont lieu partout de plus en plus massivement (5 000 à Lannion 7 000 à Guingamp), y compris désormais dans les petites bourgades du Centre Bretagne (Loudéac, Rostrenen, Callac), réveillées au son du tocsin (Merdrignac, Gouarec). Ils sont plusieurs milliers à Saint-Brieuc le 25 mai. Après les usines, les commerces ferment et les villes sont paralysées. La situation se stabilise dans la grève et le calme jusqu’à la fin mai. Mais les ordures, non ramassées, commencent à s’accumuler dans les rues. La solidarité avec les ouvriers grévistes s’organise : les municipalités débloquent des fonds, beaucoup plus à Saint-Brieuc et Guingamp qu’à Lannion et à Dinan. Des collectes ont lieu sur la voie publique à Dinan et dans les églises à Saint-Brieuc, les syndicalistes agricoles proposent des pommes de terre invendues de Paimpol à bas prix et des commerçants cèdent leurs surplus à des comités de solidarité supervisés par les syndicats. Une cantine pour grévistes ouvre à Lannion et une garderie à Saint-Brieuc (27 mai). Le clergé et les francs-maçons apportent leur soutien. Les partis de gauche sont très actifs (réunions, communiqués) ; le PSU préconise partout des comités d’action populaire.

26Mais la réaction s’organise elle aussi même si elle reste très minoritaire. Des comités de défense de la République (CDR) se constituent et réclament la liberté du travail, soutenus par le préfet : à Saint-Brieuc (21 mai), à Dinan, à Paimpol, à Loudéac où 1 000 personnes se rassemblent le 31 mai. Après l’intervention télévisée du général de Gaulle annonçant la dissolution de l’Assemblée le 30 mai, quelques uns se rendent à la préfecture de Saint-Brieuc le soir même, entonnant la Marseillaise avec le préfet. L’initiative change de camp ce 31 mai. Le préfet, l’union patronale d’Armor et la Chambre de commerce prônent la reprise. Alors que la lassitude commence à gagner certains grévistes après les accords de Grenelle (27 mai), le reflux s’amorce. Parents et élèves s’inquiètent pour le baccalauréat et la presse se montre moins favorable.

27Malgré la volonté affirmée des responsables syndicaux de continuer le combat, la reprise s’amorce dans les entreprises les 30 et 31 mai après des votes à bulletin secret (Olida à Loudéac, Péniguel à Dinan, le bâtiment à Perros-Guirec et à Dinan, le CNET à Lannion…). Elle s’amplifie après le week-end de la Pentecôte le 4 juin même si 3 000 personnes manifestent encore à Saint-Brieuc ce jour-là, réclamant « la gauche au pouvoir » et un « gouvernement populaire ». La reprise se généralise à partir du 6 juin avec les cheminots et Chaffoteaux à Saint-Brieuc, plus tardive chez Sambre-et-Meuse et au Joint-Français (14 et 19 juin). Les lycées briochins les plus durs ont rouvert leurs portes le 10. De nombreux comités de grève inter-syndicaux se transforment en comités de vigilance. L’évolution départementale du mouvement de Mai épouse fidèlement l’évolution nationale. Comme ailleurs les élections législatives de la fin juin confortent la majorité sortante sans qu’on puisse parler de raz-de-marée gaulliste. M.- M. Dienesch, devenue secrétaire d’État à l’Éducation nationale le 31 mai 1968, est réélue au premier tour ainsi que R. Pleven (69,9 %), sans adversaire gaulliste, P. Bourdellès et E. Ollivro au second car l’électorat centriste et celui de droite font bloc. La gauche progresse en voix au premier tour mais Y. Le Foll est largement battu au second par un notable rural, président de la Chambre d’agriculture, Arthur Charles, ex-JAC et MRP, apparenté à l’UDR (54,6 %). Le préfet note à son sujet : « Inscrite dans un contexte normal, son audience électorale serait limitée ».

28Dans une période de profondes mutations, les événements de mai 1968 secouent pendant un mois toutes les couches de la société des Côtes-du-Nord, y compris les agriculteurs qui ont des revendications propres, avec une ampleur sans précédent. Les mobilisations massives se sont toujours déroulées dans le plus grand calme, sans le moindre affrontement avec la police, contrairement à certaines grandes villes. L’union intersyndicale, apparemment sans faille, a permis de canaliser le mouvement et tous les syndicats connaissent un afflux d’adhésions, même la CFTC, avec 2 000 cartes nouvelles selon la CGT en novembre 1968. Mais des formes de lutte et d’organisation inédites (comité de grèves, d’action) et une solidarité ouvriers-paysans ont été redécouvertes ou inventées dans un climat de débat ininterrompu. Elles seront réactivées dans des conflits sociaux très durs en 1972, au Joint Français, mais aussi dans des PME en milieu rural (Big Dutchman à Saint-Carreuc, les Kaolins de Plémet). En mai-juin 1968, les partis de gauche ont tenu le haut du pavé et on ne trouve pas trace d’une extrême gauche très active dans les années suivantes. Deux rassemblements d’étudiants se tiennent pourtant pendant l’été 1968 : un « longue marche » des maoïstes de l’ex-UJCML à Rostrenen, et des trotskystes de l’ex-JCR à l’abbaye de Boquen. Les notables centristes PDM ont tenu dans la tempête, soutenant le mouvement dans l’ouest des Côtes-du-Nord, avant de se rallier à Georges Pompidou derrière R. Pleven en 1969, après le non à de Gaulle (50,7 % dans les Côtes-du-Nord, 44,1 % en Bretagne). La reconquête de la gauche est repoussée à 1973.

Notes

1 L’Institut d’histoire du temps présent-CNRS vient de lancer en 1994-1995 deux nouvelles enquêtes : « Les années 68 : événements, cultures politiques et modes de vie » et « Les Français et la politique dans les années 1960 ».

2 La presse constitue une source essentielle mais certaines archives sont consultables sous dérogation aux archives départementales des Côtes-d’Armor. Celles du cabinet du préfet, partiellement dépouillées, s’avèrent assez décevantes, en tout cas beaucoup moins complètes que pour les années 1950.

3 Les Côtes-du-Nord, Notes et Études Documentaires, novembre 1974, n° 4 125-4 128.

4 Histoire de Saint-Brieuc, s. d. Claude Nières, Toulouse, Privat, 1991, ch. 10.

5 Christian Bougeard, « La CGT des Côtes-du-Nord des années 1920 au milieu des années 1950 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1995, n°3. La CGT serait tombée à 3 500 adhérents en mai 1954 (-12,5 % en 6 mois).

6 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, éd. Ouest-France, 1989, p.438. Ces 15 900 syndiqués sans la FEN sont loin des 20 000 de la seule CGT en 1945 (RG). En 1968, 117 900 personnes travaillent dans les secteurs secondaire et tertiaire.

7 Voir Ch. Bougeard, René Pleven. Un Français libre en politique, Rennes, PUR, 1995.

8 Ch. Bougeard, Le choc de la guerre dans les Côtes-du-Nord 1939-1945, éd. J.-P. Gisserot, 1995, chap. 10.

9 AD Côtes-d’Armor. 1 127 W 22. Mouvements politiques et 1 192 W 49. Élections 1968. Ouest-France du 13 mai 1968. C’est le cas de Marcel Saunier, le père de l’actuel sénateur-maire PS de Saint-Brieuc.

10 AD C.-d’A. 45 W 27. Mouvements sociaux 1967-1968.

11 Signalons des grèves très suivies à l’appel des syndicats : journée d’action aux Ponts-et-Chaussées (25 mars), grève nationale des téléphonistes (4 avril), vingt jours de grève des granitiers de Ploumanach, deux jours de grève dans un abattoir de Guingamp contre un licenciement, un débrayage dans une usine d’habillement de Dinan.

12 Christine Quinet, Mai 1968 dans les Côtes-du-Nord à travers la presse, maîtrise d’histoire, Rennes 2, 1992, chapitre I.

13 Ouest-France, 6 mai 1968.

14 Le chiffre le plus faible provient du préfet, le plus élevé de la presse.

15 Ouest-France de mai et juin 1968.

16 Christine Quinet, op. cit., p. 48-75.

17 Ch. Bougeard, Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, thèse d’État dirigée par Michel Denis, Rennes 2, 1986, vol. 1.

18 Ch. Bougeard, René Pleven, op. cit., p. 378-382.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540