Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et le politique

 | 
Michel Lagrée
, 
Jacqueline Sainclivier

3e partie. La Bretagne

La légitimité des députés bretons de l’entre-deux-guerres : approche prosopographique

Jacqueline Sainclivier

Texte intégral

  • 1 Siegfried André, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Genève, S (...)

1Dans son maître-livre Tableau politique de la France de l’Ouest, André Siegfried1 caractérise la Bretagne comme étant politiquement hétérogène et appartenant à un Ouest, véritable môle d’opposition à la République. Quelques années et une guerre mondiale plus tard, la Bretagne est toujours perçue sous ce double éclairage. Ses représentants nationaux directs, les députés, en sont le reflet pendant les vingt années qui séparent les deux guerres mondiales. Lors des élections législatives, l’alternance droite – gauche est assez régulière avec une forte variation (9 à 10 sièges d’écart sur 44 en moyenne). En fait, le balancier s’arrête à droite lors des deux « grandes peurs » : le Cartel des gauches et le Front populaire ; il se conclut alors une véritable « Sainte-Alliance » des catholiques et de tous ceux qui craignent pour leurs biens, si maigres soient-ils.

2La Bretagne rurale, plutôt conservatrice, votant à droite (avec toutes les variantes de celle-ci) élit des députés qui n’accèdent jamais au pouvoir central, mais se perpétuent grâce à une légitimité propre que la population leur reconnaît. En revanche, la Bretagne citadine ou maritime est bleue voire rouge et élit des députés qui participent parfois au gouvernement ; à ce titre, ils reçoivent une double légitimité locale et nationale.

  • 2 Pour cette esquisse sont utilisés plus particulièrement : Pascal Jean, Les députés bretons de 1789 (...)

3Cette distinction entre deux légitimités, entre deux catégories de députés (la base et l’élite ministérielle) s’établit progressivement à partir d’éléments où la formation, le déroulement de la carrière politique et sociale des députés bretons sont des facteurs importants avec des interrelations complexes. C’est pourquoi, pour comprendre comment se constitue cette élite parmi les députés bretons, leur prosopographie est nécessaire. Elle est ici seulement esquissée en raison de l’état actuel des recherches2 et elle est à compléter par des travaux ultérieurs.

Origine et formation des députés bretons

  • 3 Chacun de ces gouvernements comprenait de 12 à 38 membres, soit une moyenne de 22 personnes. Le pl (...)
  • 4 Ce sont Alphonse Gasnier-Duparc, sénateur d’Ille-et-Vilaine et Victor Le Gorgeu, sénateur du Finis (...)

4Les députés bretons auxquels se limite cette étude sont au nombre de 125 pour les cinq départements entre 1919 et 1939. En 21 ans, pour 41 gouvernements3, quinze députés bretons occupent un poste gouvernemental auxquels s’ajoutent deux sénateurs4, formant ainsi une élite très restreinte.

5Les électeurs bretons élisent des hommes qui leur sont géographiquement proches. En effet, 70,4 % des députés sont nés dans le département où ils briguent un siège et 12 % dans un autre département breton, moins de 18 % sont nés à l’extérieur de la Bretagne dont 4 % à Paris. La répartition est sensiblement la même pour les quinze députés devenus ministres : dix sont nés dans le département qu’ils représentent, un dans un autre département breton, deux à Paris et deux dans d’autres départements français. Ceux qui sont nés à Paris et la majorité de ceux qui sont nés hors de Bretagne, futurs ministres ou non, ont de fortes attaches familiales dans la région. Les députés élus en Bretagne entre 1919 et 1939 sont bien des Bretons et non des horsains ; cette origine géographique leur confère sans aucun doute une légitimité réelle auprès de leurs électeurs quelle que soit leur étiquette politique.

6L’origine géographique ne permet guère de distinguer entre les deux groupes de députés, mais l’âge de la première élection est plus discriminant.

  • 5 Ami de Daladier, il est l’un des quatre ministres à lui conseiller de donner la démission du gouve (...)

7Plus des deux tiers des députés ont été élus pour la première fois à moins de cinquante ans. Aucun des futurs ministres n’a été élu député après cet âge et la majorité d’entre eux est devenue ministre à moins de cinquante ans. Une carrière ministérielle ne naît pas accidentellement à la fin de la vie active, en un sens elle se prépare. Le benjamin Guy La Chambre est devenu ministre pour la première fois à 35 ans dans le second gouvernement Daladier (30 janvier – 7 février 1934)5. Quant aux députés élus après cinquante ans, ils ont généralement derrière eux une longue carrière d’élu local à l’exception de quelques-uns d’entre eux élus à la faveur du scrutin de liste de 1919 ou de 1924 et qui par ailleurs ne sont députés que le temps d’un mandat.

Âge des députés et des ministres lors de leur entrée en fonction (nomination ou élection)

Âge des députés et des ministres lors de leur entrée en fonction (nomination ou élection)

Tableau n° 1.

8Ces députés, qu’ils aient une vie d’élu national éphémère ou de longue durée, ont tous exercé une profession qui contribue à les différencier.

Professions exercées par les députés bretons avant leur élection (1919-1939)

Professions exercées par les députés bretons avant leur élection (1919-1939)

Tableau n° 2.

  • 6 Avec les deux sénateurs, leur part se renforce puisque Gasnier-Duparc était avocat ; quant à Le Go (...)
  • 7 L’ignorance du monde gouvernemental français de la première moitié du xxe siècle en matière économ (...)

9La répartition socio-professionnelle des députés symbolise à la fois une certaine hiérarchie sociale et des spécificités de la région. Sans surprise, les professions libérales sont largement représentées ; les avocats s’y taillent la part du lion : talents oratoires, capacité juridique n’y sont sans doute pas étrangers. La présence significative de cultivateurs (le second groupe du corpus) reflète une région essentiellement rurale, où la population active est à plus de 50 % composée d’agriculteurs ; cette situation est révélatrice de l’attachement des électeurs à élire l’un des leurs, connaissant leurs problèmes et ayant souvent fait ses preuves auparavant à la tête des chambres d’agriculture ou de tel ou tel organisme professionnel. Le monde économique moderne n’est pas absent non plus avec la présence de négociants, d’industriels, de banquiers. Enfin, le fort noyau d’anciens officiers est dû à deux facteurs. Certains anciens officiers devenus députés sont des élus antérieurs à 1914 qui ont quitté l’armée à la suite de la loi de 1905, refusant les Inventaires et ne voulant plus continuer à servir une République explicitement laïque ; ils cherchent alors à défendre leurs idées dans l’espace que celle-ci leur donne. D’autres sont souvent des officiers qui se sont illustrés en 14-18 ; démobilisés, ils se présentent sur des listes de type Bloc national à un moment où il est de bon ton en 1919 d’avoir de glorieux Anciens Combattants parmi les candidats… Si la majorité d’entre eux appartient à l’armée de Terre, quelques-uns sont issus de la « Royale ». De nombreuses autres catégories sociales sont représentées à la Chambre mais en petit nombre : du propriétaire foncier à l’ingénieur en passant par les différentes catégories de la fonction publique et les cadres moyens du secteur privé. Cet éventail de professions témoigne qu’il coexiste ainsi parmi les députés, des élus au mode de vie quelque peu archaïque (les propriétaires) et des élus dont la profession, l’activité ancrent résolument la Bretagne dans le monde moderne. Ces derniers sont d’ailleurs plus nombreux proportionnellement dans la mouvance laïque qu’à droite ou au centre-droit. Dans ce corpus, le groupe des ministres se distingue ; la proportion des avocats y est écrasante (près de la moitié d’entre eux)6 : talents oratoires, compétence juridique, réseau professionnel en sont-ils les seules raisons ? Par les professions exercées, le groupe des ministres représente plus la Bretagne industrielle et urbaine que ne le font les députés de base. Conformément à la tendance générale de l’époque, rares sont ceux qui représentent le monde de l’industrie7, ce que reflètent les études suivies par les uns et les autres.

10Ne pas avoir suivi d’études secondaires ou supérieures ne constitue pas un handicap pour devenir député puisque près du quart de ceux dont on connaît le cursus scolaire n’ont pas été au-delà de l’école primaire. Ils doivent généralement leur élection à l’appartenance à un parti fortement structuré où le militantisme, la formation interne sont primordiaux comme dans le cadre de la SFIO. Les études suivies par les futurs ministres sont classiques à ce niveau de responsabilité, sauf pour l’un d’entre eux. Le seul a n’avoir pas été à l’école au-delà de treize ans est François Blancho, député – maire de Saint-Nazaire. Celui-ci, orphelin à 10 ans, a commencé à travailler comme apprenti chaudronnier aux chantiers de Penhoët à l’âge de treize ans. C’est là qu’il devient militant de la toute jeune SFIO. Le militantisme syndical et politique, la formation au sein de ces organisations ont été pour lui le lieu d’apprentissage intellectuel et l’école véritable. Il fait d’abord ses classes comme élu local : conseiller municipal à Saint-Nazaire en 1919, puis maire en 1925 et conseiller général de Loire-Inférieure, avant d’être élu député en 1928. Socialiste, il devient sous-secrétaire d’État à la Marine militaire lors du premier gouvernement de Front populaire. À cette exception près, tous les autres ministres bretons ont suivi au minimum l’enseignement secondaire et douze sur quinze ont accompli des études supérieures. L’ascension sociale par l’école républicaine est réelle – tous les futurs ministres ne sont pas nés avec une « cuiller d’argent dans la bouche » – et nécessaire, que l’on ait été boursier ou non, pour devenir membre du gouvernement. Ces derniers sont bien une élite parmi les députés comme le montre l’exemple breton.

  • 8 Pour quinze députés, les études qu’ils ont suivies sont inconnues.

Études suivies par les députés de l’entre-deux guerres8

Études suivies par les députés de l’entre-deux guerres8

Tableau n° 3.

  • 9 Louis Yannick, op. cit., fiches d’enquête.

11Cette première approche montre des ministres plutôt jeunes à leur première élection et plus instruits que l’ensemble des députés bretons, mais sont-ils plus souvent des héritiers que la moyenne des députés bretons ? L’état actuel des recherches et l’accès aux sources ne permettent pas de donner des éléments nombreux et fiables. Malgré tout, un petit noyau de députés bénéficie d’un héritage par la fortune, voire d’un héritage politique (fils, frère, petit-fils de député). Sur les vingt-deux cas repérés, seuls trois deviennent ministres dont Guy La Chambre qui bénéficie du double héritage. Issu d’une famille de la grande bourgeoisie et par sa mère de la noblesse d’Empire, il est aussi fils et petit-fils de député ; son père et son grand-père paternel ont été députés de Saint-Malo et son grand-père maternel, député du Loir-et-Cher9. Il est probable que la majorité des députés est issue de familles relativement aisées, puisque les études secondaires et a fortiori supérieures étaient coûteuses, mais ils peuvent aussi avoir bénéficié du système des bourses fondées sur l’excellence ; la faiblesse de l’échantillon et de nos sources ne permet pas d’aller plus loin dans l’analyse.

12Plus que des héritiers et sous réserve d’un inventaire plus complet, députés et ministres sont des enfants de leur courant politique et de leur travail politique de terrain. C’est là qu’ils établissent les fondements de leur ascension, mais aussi de leur légitimité aux yeux de la population.

Fondements de leur légitimité

13Pour être légitime c’est-à-dire à la fois pour être élu député et l’être durablement, plusieurs facteurs se conjuguent. Appartenir à une famille connue (grand propriétaire certes, industriel, mais aussi famille d’exploitant agricole moyen, etc.) est important, mais n’est pas nécessaire ni suffisant. Il faut aussi bénéficier d’une relation de confiance et celle-ci s’établit avec la population quand le candidat à la députation a su démontrer sa compétence comme élu local en étant tout à la fois l’élu de tous, mais aussi l’expression d’une fraction d’entre eux ; sa sensibilité politique est aussi un des facteurs de sa légitimité à court terme et à moyen terme. Quant à la légitimité gouvernementale, elle repose sur toutes ces composantes et sur d’autres qui relèvent des grands équilibres nationaux.

L’élu local

  • 10 Bellanger, Daniélou, Guernier, Guy La Chambre et Le Trocquer.

14La compétence locale du député est acquise soit avant la candidature à la députation, soit après ; l’âge intervient pour beaucoup dans cette hiérarchie du cursus honorum. La plupart des mandats locaux sont ceux de maire ou de conseiller général, plus rarement de conseiller d’arrondissement. Lors de leur première élection comme député, quarante nouveaux élus n’avaient aucun autre mandat soit 32 % d’entre eux ; la majorité de ces derniers se présente ensuite à des élections locales comme pour confirmer leur légitimité, à quelques exceptions près comme Barbot en Ille-et-Vilaine ; à part celui-ci, député de 1928 à sa mort en 1939, il s’agit le plus souvent de députés qui n’ont exercé qu’un seul mandat et n’ont jamais cherché à s’implanter. Les 85 autres nouveaux élus ont tous exercé au minimum un, voire deux mandats. On compte parmi eux : 24 conseillers municipaux, 50 maires et 49 conseillers généraux ; certains détiennent plusieurs mandats. Ainsi, les deux tiers des nouveaux élus ont déjà « fait leurs classes ». La caractéristique bien française du cumul des mandats leur permet à la fois une préparation au travail de député et la poursuite du travail de terrain après leur élection comme député. Reflets des préoccupations de leurs électeurs, leurs interventions à la Chambre des députés portent sur la marine, la pêche, l’agriculture et les anciens combattants. Le groupe des ministres ne se distingue pas de l’ensemble des députés bretons, un tiers d’entre eux10 n’avait pas de mandat local avant leur première élection comme député. Pour trois de ces cinq députés (Daniélou, Guernier et Guy La Chambre), leur jeunesse est un élément d’explication ; Daniélou est élu député à 32 ans, Guernier à 36 ans et La Chambre à 30 ans. Tous trois, dans les deux années qui suivent leur élection à la députation, acquièrent un mandat de maire ou de conseiller général. En revanche Le Trocquer comme Bellanger n’ont jamais eu de mandat local. La carrière politique des ministres s’appuie ainsi sur les mêmes enracinements locaux que ceux des députés de base.

15Quels que soient les députés et leur devenir, l’implantation locale est un élément-clé de leur carrière, de leur reconnaissance par la population. Ils savent relayer au niveau national, les préoccupations locales ; ils font leurs preuves et acquièrent ainsi une notoriété personnelle qui fonde leur légitimité vis-à-vis de la population et de leurs électeurs. Cependant si le travail local, la notoriété sont essentiels, ils ne suffisent pas pour un candidat à la députation et ils doivent nourrir cette légitimité de l’adéquation entre leur tendance politique et leur clientèle électorale potentielle.

La sensibilité politique

  • 11 Berstein Serge, Histoire du parti radical, tome I : La recherche de l’âge d’or, 1919-1926, Presses (...)
  • 12 Le Béguec Gilles, « Le parti », dans Histoire des droites en France, sous la dir. de J.-F. Sirinel (...)

16Pendant cette période, les étiquettes politiques affichées n’ont pas toujours des contours bien définis pour les élections locales, ni pour les élections législatives. En fait, de nombreuses organisations politiques sont peu structurées au niveau local, voire départemental. Seuls les deux partis de gauche et d’extrême-gauche que sont la SFIO et le PCF ont une organisation très structurée. Le parti radical-socialiste l’est déjà un peu moins même s’il s’est réorganisé au début des années vingt, les cas de groupes rivaux à l’intérieur d’un même département et se réclamant de lui sont fréquents11. L’absence d’organismes permanents au niveau départemental et local est manifeste pour les droites, toutes tendances confondues. Bien souvent, les droites et les centres n’existent en terme de structure que le temps d’une campagne électorale sous forme de comités réunissant les anciens élus de même sensibilité afin de désigner les candidats et de préparer la campagne électorale. Ces comités sont particulièrement nombreux en France dans les années vingt ; ils se veulent « d’union », « républicain » ou « national »12. Cette relative inorganisation, ce manque de partis avec une organisation départementale solide – les organisations existant au niveau national – se reflètent dans les dénominations politiques des candidats aux élections et dans les innombrables groupes parlementaires qui se constituent à la Chambre. Au total, selon les législatures, la quarantaine de députés bretons se répartit entre une dizaine de groupes.

  • 13 Pascal J., op. cit., et pour l’Ille-et-Vilaine, ADIV – 3 M 341 à 355. Les chiffres présentés ici a (...)

Synthèse de la répartition politique des députés bretons pendant les cinq législatures de 1919 à 193913

Synthèse de la répartition politique des députés bretons pendant les cinq législatures de 1919 à 193913

Tableau n° 4.

17Sur l’ensemble de la période, les élus se répartissent presque également entre la gauche et la droite avec un léger avantage à la droite ; l’examen élection par élection montre également une alternance plus ou moins régulière entre une majorité de droite et une majorité de gauche. À chaque fois, la décision en faveur de l’un ou de l’autre se fait sur le cinquième des sièges ce qui donne une image de la Bretagne moins à droite et moins figée qu’on ne l’affirme habituellement. Ce tableau souligne certes le relatif équilibre entre la droite et la gauche, mais à l’intérieur de chaque grande masse, le poids des forces modérées et extrémistes n’est pas le même. En effet, à gauche, c’est la gauche modérée et le centre-gauche qui l’emportent ; le PCF n’est pas représenté et la SFIO atteint 21 députés en effectif cumulé – dont huit en 1936, la rupture se situant au début des années trente –. En revanche, à droite, la droite modérée est faible face à une droite conservatrice catholique dominante. Le balancier va plus loin à droite qu’à gauche.

18Certains députés changent d’étiquette d’une législature à l’autre, parfois à l’intérieur du même bloc de droite ou de centre-gauche, mais d’autres vont de la droite vers la gauche ou l’inverse. Par exemple, Charles Daniélou commence son militantisme politique à la Ligue de la Patrie française et, élu député en 1910, il s’inscrit au groupe de l’Action libérale populaire pour terminer sa vie parlementaire de 1924 à 1932 comme membre du groupe de la gauche radicale. Guy La Chambre a un parcours plus chaotique et parfois différent selon que l’on analyse ses professions de foi destinées à ses électeurs ou ses inscriptions aux groupes parlementaires de la Chambre des députés. Officiellement, il passe des indépendants de gauche aux radicaux-socialistes, vis-à-vis de ses électeurs du centre-droit aux radicaux-indépendants et dans tous les cas achève sa carrière politique en 1956 au CNI (Centre national des indépendants) !…

  • 14 ADIV – 3 M 344
  • 15 Sénateurs, ils ne sont pas comptabilisés dans le tableau.

19La seconde caractéristique mise en valeur par ce tableau est l’appartenance politique des ministres bretons. Presque tous appartiennent à la gauche ou au centre gauche. Les deux seules exceptions sont Bellanger et Bréant, élus en 1928. Bellanger s’est inscrit au groupe des Indépendants mais il a fait campagne sous l’étiquette républicain de gauche et il s’est opposé dans la circonscription de Vitré à Rupied, conservateur, candidat de toute la droite14. Ainsi, il est perçu dans cette circonscription comme un candidat de gauche, même s’il s’agit, à l’aune de l’ensemble du pays, d’une gauche très modérée ; il fait partie du premier cabinet Chautemps (radical-socialiste) qui ne résiste pas à sa présentation devant la Chambre. La carrière ministérielle de Bellanger s’arrête avec cette « expérience » et, battu aux élections de 1932, il devient sénateur. Quant à Bréant, maire de Châteaubriant, il est républicain de gauche c’est-à-dire à cette date au centre-droit mais il entre au cabinet Steeg (radical-socialiste) en 1930 grâce à l’amitié de Briand ; il symbolise un centre destiné à rassembler le plus possible de voix jusqu’au centre-droit lors des débats parlementaires. Quant aux deux sénateurs accédant à des responsabilités gouvernementales15, Alphonse Gasnier-Duparc et Victor Le Gorgeu, tous deux étaient des radicaux-socialistes. En fait, il apparaît impossible aux députés bretons de droite, indépendamment de leur qualité propre, d’appartenir à un gouvernement de la IIIe République après la Première Guerre mondiale. Certes, après 1918, se sont succédé plusieurs gouvernements de droite, mais les députés bretons de droite appartiennent à une droite catholique militante ce qui en ces temps de combat laïque vigoureux et de relations pour le moins délicates avec le Vatican, oblige les présidents du Conseil successifs à une certaine prudence ; entre deux députés de droite, mieux vaut un député qui ne soit pas un fervent défenseur de la « liberté de l’enseignement », cas des députés bretons de droite qui en sont de farouches militants !

20L’appartenance politique, si elle reflète bien une Bretagne moins monolithique que ne le laisse présager une analyse un peu hâtive, révèle aussi un spectre assez étroit ; près des 4/5e des députés se concentrent entre la droite catholique et la gauche modérée laïque et un tiers au centre-gauche et au centre-droit, signe d’une certaine modération. Cette situation relativement modérée est en adéquation apparente avec la plupart des gouvernements de l’entre-deux guerres à l’exception des deux brèves périodes du Cartel des gauches et du Front populaire. Il existe en fait d’autres limites qui empêchent ou restreignent le passage de la sphère locale à la sphère nationale. Pour être reconnus nationalement, légitimés, les réseaux, les amitiés interviennent et favorisent ou non l’accès au gouvernement.

Le rôle des réseaux et des amitiés

21Des réseaux de relations associatives, professionnelles, amicales existent bien entendu dans le cadre local et tous les élus y participent, mais d’autres ont une envergure nationale avec des ramifications dans tout le pays. Parmi ces derniers, les plus puissants, les plus efficaces, les plus proches du pouvoir central ne sont pas forcément les plus puissants localement.

  • 16 Becker Jean-Jacques, Les Français en guerre : 1914-1918, la grande mutation, Bruxelles, éd. Comple (...)

22En Bretagne, deux grands réseaux s’affrontent plus fortement que dans d’autres régions françaises : le réseau catholique et le réseau laïque. Le premier est incontestablement présent partout et s’appuie sur une très forte pratique religieuse, même si elle est plus faible dans les villes que dans le monde rural. Le réseau catholique passe certes par les paroisses, les écoles privées, mais aussi par toutes les activités de patronage (sport, théâtre, cinéma) et à partir des années trente l’Action catholique spécialisée. Si toutes ces activités encadrent peu ou prou la jeunesse, certaines ne lui sont pas spécifiques et surtout elles nécessitent un encadrement et des bienfaiteurs indispensables depuis la loi de Séparation de l’Église et de l’État. C’est là qu’interfèrent les réseaux catholiques et le monde politique. Les élus locaux, candidats ou non à la députation, président, soutiennent, interviennent en faveur des œuvres catholiques. En agissant ainsi, non seulement ils se font connaître de leurs électeurs, mais ils se font aussi connaître et reconnaître par les notables déjà en place, devenant eux-mêmes progressivement des notables s’appuyant sur ce réseau catholique, autrement structuré et actif que les différents partis de droite. Enfin, la presse d’obédience catholique avec Le Nouvelliste de Bretagne et L’Ouest-Eclair est omniprésente sur la totalité de la région et même au-delà. Ce réseau avec toutes ses ramifications, présent dans tous les milieux sociaux et à tous les âges de la vie, est puissant dans la région et joue un rôle-clé en influençant directement ou indirectement le choix des candidatures aux diverses élections politiques, en servant de relais entre la population (dont les électeurs) et les élus. Mais ce même réseau a une voix beaucoup plus faible, voire suspecte à l’échelon central. La République laïque, la Chambre des députés et le Sénat qui ont voté la loi de Séparation de l’Église et de l’État, restent méfiants à l’égard de ces catholiques qui maintiennent leurs revendications. Certes, on a pu dire que la guerre 14-18 a réintégré les catholiques dans la Nation16, mais sont-ils intégrés à la République ? Et perçus comme tels, en particulier dans le contexte de la Bretagne ? Selon l’angle d’analyse, les réponses divergent. S’ils ne remettent plus véritablement en cause le régime républicain et soutiennent la IIIe République en politique extérieure, en particulier pour faire appliquer le traité de Versailles, les députés de la droite catholique sont en revanche plus réservés, voire toujours hostiles aux lois de 1905-1906. Ils revendiquent toujours une aide de l’État à l’école privée confessionnelle au nom de la liberté de l’enseignement ; ils réclament – surtout dans les années vingt – la RPS, répartition proportionnelle scolaire. Cette attitude ne leur vaut pas que des amis à la Chambre, bien au contraire, y compris parmi les députés de droite. Ceux-ci se répartissent en plusieurs groupes, témoins de la multiplicité des droites ; la droite catholique n’est qu’un courant aux côtés d’un courant laïque (illustré par Raymond Poincaré) qui adhère pleinement à la culture républicaine, à toutes les valeurs de la IIIe République. Les députés catholiques des droites bretonnes sont isolés sur ce terrain-là. On assiste ainsi à une véritable dichotomie : dans leur région, ces députés sont des notables parfaitement légitimes à la fois par l’onction du suffrage universel direct, mais aussi par celle de l’Église catholique ; à Paris en revanche, ils sont partiellement marginalisés, voire suspects aux yeux des défenseurs sourcilleux de la République laïque.

  • 17 Elles étaient dirigées contre la politique laïque de Herriot, président du Conseil, et organisées (...)
  • 18 La Cornouaille, la Bretagne centrale, etc.
  • 19 Ce qui est fréquent dans cette région d’habitat dispersé.
  • 20 Lagrée Michel, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Fayard, 1992, p. 420 et suivantes.
  • 21 Participant au début de la période au combat pour le droit des fonctionnaires à se syndiquer
  • 22 Une des raisons est l’absence de sources. Les archives des organisations franc-maçonnes saisies pa (...)

23Face à ce réseau redoutable par sa force, sa capacité de mobilisation comme l’ont montré les grandes manifestations de 1925, rassemblant plusieurs dizaines milliers de personnes17, le réseau laïque en Bretagne doit être sur tous les fronts à la fois et souvent en position de faiblesse. Il s’appuie en priorité sur les écoles laïques, celles des hussards noirs de la République. Celles-ci, dans le monde rural, à part quelques zones géographiques bien connues18, sont en terre de mission ; leurs élèves sont moins nombreux que ceux de l’école privée – le déséquilibre est encore plus fort chez les filles –. Pour contrecarrer l’influence du réseau catholique et séduire les hésitants, ils doivent se battre sur le même terrain. Aussi, partout où la concurrence école publique – école privée existe, les instituteurs s’efforcent de présenter les mêmes « services » telle la possibilité d’un repas chaud le midi pour les élèves les plus éloignés de leur domicile19, que les instituteurs paient souvent de leurs deniers. Le jeudi, des activités sportives sont proposées (football le plus souvent). Cette situation particulière fait que la Bretagne est une des régions qui a la plus forte densité d’associations sportives20. Il s’agit aussi d’encadrer les adultes avec les associations sportives, mais aussi avec le cinéma, instrument d’éducation et de loisir. Cependant, si l’école laïque et ses activités para-scolaires sont une composante de la famille laïque, elles ne rassemblent pas la totalité de celle-ci en particulier dans sa fonction d’encadrement, de formation. Si le réseau scolaire laïque est essentiel et même unique dans le monde rural, il n’en est pas de même en milieu urbain, ouvrier ou industriel. En effet, la fonction d’encadrement, de formation continue est assurée non plus par les activités para-scolaires (même destinées aux adultes), mais par le mouvement syndical (CGT, plus rarement CGTU), voire par la SFIO ou le PCF. En effet, les syndicats dans le cadre des Maisons du Peuple, les partis par leurs « écoles » de formation jouent un rôle-clé. Les Maisons du Peuple exercent une double fonction d’animation des loisirs et de formation continue. Dans ces structures, se développent des troupes de théâtre amateur, de chant choral, des associations sportives ; y sont installées des salles de cinéma, des bibliothèques. Celles-ci ont un double rôle de loisir et d’éducation en relation avec les cours de formation continue (professionnels ou généraux) organisés dans les Maisons du Peuple. Autant l’Église encadre de bout en bout le réseau catholique, autant le réseau laïque est entre les mains de plusieurs intervenants (instituteurs, syndicats, partis) qui, sur la laïcité, ont des réactions homogènes, mais qui par ailleurs sont plus hétérogènes. Le cadre de leur intervention, leurs principes de base, leurs raisons d’être ne sont pas identiques, sans être pour autant contradictoires. En particulier, leur attitude par rapport à la République et par rapport au politique n’est pas la même ; tous acceptent la République telle qu’elle est, sauf les communistes (PCF et CGTU). La CGT est officiellement indépendante de tout parti et de toute philosophie depuis la charte d’Amiens, tout en étant dans la mouvance laïque. Quant aux instituteurs, si dans l’école ils doivent respecter la neutralité, certains sont aussi des militants politiques (radicaux, socialistes plus fréquemment, communistes parfois) ou syndicaux21. Le réseau laïque moins monolithique que le réseau catholique est beaucoup plus un lieu de convergence de plusieurs réseaux : scolaire, syndical, partisan auquel il faut ajouter le réseau franc-maçon, réel mais peu connu dans la région22. C’est sur cet ensemble aux multiples ramifications que s’appuient les élus de cette mouvance ; chacun d’eux est plus étroitement lié à telle ou telle tendance. Les députés du réseau laïque sont des notables tout aussi légitimes que leurs adversaires puisqu’ils ont reçu l’approbation du suffrage universel direct, mais mieux intégrés au niveau national ; même s’ils n’appartiennent pas toujours à la majorité gouvernementale, ils en sont souvent proches parce qu’ils ne remettent pas en cause les fondements de la République et ont totalement intégré ses valeurs dont ils sont les ardents défenseurs. Parfois, sur la défensive dans leur région, ils sont en situation nettement plus « confortable » sur le plan national, soit la situation inverse de celle de leurs adversaires, mais plus qu’eux ils ont ainsi une double légitimité locale et nationale car leurs adversaires de la droite catholique sont constamment tenus en suspicion à Paris, ce qui n’est pas le cas pour eux en Bretagne où leur situation est plus diversifiée.

24La force du réseau laïque au niveau national dont bénéficient les députés bretons de cette mouvance est due à l’adhésion aux valeurs de la République, mais aussi à l’implantation dans tout le pays des divers partis laïques (plutôt mieux structurés qu’à droite), à celle des syndicats, là du moins où des sites industriels les y invitent et à celle de la franc-maçonnerie.

  • 23 Oudin Bernard, Aristide Briand, biographie : la paix, une idée neuve en Europe, Laffont, 1987, 612 (...)
  • 24 Oudin B., op. cit., p. 39-40.
  • 25 Oudin B., op. cit., p. 230. D’après celui-ci, Poincaré et Briand sont assez proches l’un de l’autr (...)
  • 26 Il est le père du futur cardinal.
  • 27 Gourlay Patrick, Charles Daniélou (1878-1953) : itinéraire politique d’un Finistérien, Rennes, PUR (...)
  • 28 Rappelons que celui-ci, député de Châteaubriant, est également un ami de Briand et qu’il entre au (...)

25Toutefois si cette présence nationale est forte, si la correspondance idéologique avec les différents gouvernements est importante, cela ne suffit pas à expliquer la présence de quinze ministres bretons sur 61 députés de cette mouvance soit le quart d’entre eux. Un autre réseau plus informel, et de ce fait plus difficile à cerner, quoique lié au précédent est essentiel, c’est celui des amitiés personnelles, de la proximité géographique, des relations professionnelles. Sous ce triple aspect, le rôle d’Aristide Briand est essentiel. Il n’est pas de mon propos ici de retracer la carrière de celui-ci23, mais d’essayer de mesurer son influence auprès des autres députés bretons. De tous les ministres bretons de cette période, il est soit leur aîné, soit leur contemporain immédiat et surtout il a eu une carrière nationale bien avant eux puisqu’il est ministre dès 1906 et président du Conseil pour la première fois en 1909. Or, deux députés bretons lui doivent incontestablement leur carrière professionnelle, ce sont Henri Guist’hau (1863-1930) et Charles Daniélou (1878-1953). Henri Guist’hau est un avocat du barreau de Nantes, le seul à venir saluer Aristide Briand lorsque celui-ci plaide à Nantes en faveur de l’auteur d’un article violemment anticlérical. Cette rencontre de 1888 marque le début d’une longue amitié24. Devenu député de Nantes en mai 1910, il ne s’inscrit à aucun groupe, mais dès novembre il est choisi par Briand comme sous-secrétaire d’État à la Marine. Il sera ministre dans cinq autres gouvernements dont quatre ministères Briand qui lui confie successivement le ministère du Commerce et de l’Industrie (janvier – mars 1913) et celui de la Marine (janvier 1921 – janvier 1922) et s’il fait partie du gouvernement Poincaré en 1912 c’est parce qu’Aristide Briand en fait partie25 ; il y devient ministre de l’Instruction Publique. On a là une carrière ministérielle dont l’origine est liée à cette amitié fondée elle-même sur des relations professionnelles et une communauté d’idées. Charles Daniélou26 évolua de la Ligue de la Patrie française à la gauche radicale en passant par les républicains progressistes et les républicains de gauche. Il devient un proche d’A. Briand qui, en 1921, le nomme sous-secrétaire d’État aux Affaires Étrangères, chargé de l’Expansion française à l’étranger, puis, toujours protégé par A. Briand, il devient plusieurs fois ministre dans huit gouvernements différents. Dans six d’entre eux, A. Briand est soit président du Conseil, soit le ministre des Affaires Etrangères au second rang de la hiérarchie gouvernementale. Sa nomination est le résultat de l’influence de Briand ; dans le gouvernement Briand de 1926, sa présence comme sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil et aux Affaires Étrangères symbolise bien la proximité des deux hommes et ce qu’il doit à Briand. Dans les autres gouvernements, il est ministre de la Marine marchande. Avec la mort de Briand en 1932, il perd son protecteur ; il est encore deux fois ministre en 1932 et 1933 dans les gouvernements Paul-Boncour et Daladier chargé de la Santé Publique, mais son destin politique apparaît trop lié à celui de Briand, le défenseur de la sécurité collective à la SDN pour qu’en ces années 1933-1936, il puisse redevenir ministre et il est battu aux élections législatives de 193627. D’autres qui n’ont sans doute pas la même intimité avec Briand que Guist’hau et Daniélou ou Ernest Bréant28 apparaissent dans sa mouvance. Ainsi Louis Nail obtient ses deux premiers ministères dans des cabinets Briand pendant la Grande Guerre, de même Alphonse Rio devient sous-secrétaire d’État dans le gouvernement Briand en 1921. Quant à Guy La Chambre, il commence sa carrière politique parisienne en 1921 comme sous-chef de cabinet d’A. Briand, président du Conseil. Il est évident que la personnalité d’Aristide Briand est déterminante, centrale ; autour de lui s’est tissé tout un réseau où le jeu des amitiés personnelles, des proximités politiques est essentiel et favorise l’accès à un poste ministériel.

26Si la toile d’araignée tissée autour d’Aristide Briand est fondamentale pour comprendre l’arrivée au gouvernement de plusieurs députés bretons, la compétence technique, professionnelle ou acquise sur le terrain, est aussi un atout. La technicité par profession reste un phénomène isolé, comme le montre l’exemple de Yves Le Trocquer, ingénieur des Ponts-et-Chaussées ; il est d’abord directeur au ministère des Travaux Publics avant de détenir ce même portefeuille pendant sept gouvernements successifs (1920-1924). La compétence acquise comme élu est plus fréquente. En effet, la présence de quinze ministres parmi les 61 députés bretons de la mouvance laïque s’explique aussi par les ministères qui leur sont confiés comme le montre le tableau suivant :

  • 29 Sans compter Aristide Briand qui est atypique dans ce groupe.

Portefeuilles confiés à des députés bretons29

Portefeuilles confiés à des députés bretons29
  • 1 Le chiffre correspond au nombre de gouvernements auxquels ils ont participé.

Tableau n° 5.Note1

  • 30 Il est vrai qu’il s’agit de F. Blancho, député de Saint-Nazaire.

27Pratique déjà traditionnelle, le ministère qui est de facto la propriété des Bretons est celui de la Marine. À cette époque, outre l’activité maritime (civile et militaire) des grandes villes portuaires, toutes les côtes bretonnes ont une activité de pêche intense, pêche artisanale employant directement ou indirectement une importante partie de la population active. Douze des quinze députés bretons devenus ministres sont les représentants de circonscriptions ayant une vocation maritime. Leur compétence, leur intérêt particulier pour la Marine marchande et la pêche comme en témoignent leurs interventions à la Chambre, sont des raisons supplémentaires pour faire appel à eux. Il n’est donc pas surprenant que dans la moitié des cas, ce soit à la Marine que les apprentis ministres fassent leurs premières armes : six à la Marine marchande et un à la Marine de guerre30 et tous appartiennent à des circonscriptions maritimes. Quand ils redeviennent ministres, soit ils sont de nouveau affectés à ce ministère (mais en passant de sous-secrétaire d’État à ministre), soit ils y sont affectés pour la première fois : là encore ils représentent des circonscriptions maritimes et près de la moitié détiennent ce portefeuille soit à la Marine marchande, soit à la Marine de guerre (quatre) qui est également un secteur-clé.

28Autrement dit, les amitiés personnelles, les relations professionnelles, la proximité partisane favorisent la présence de députés bretons au gouvernement ainsi que leur compétence. Ils représentent la Bretagne maritime face à la Bretagne rurale et leur tendance politique est conforme à l’opposition traditionnelle entre une Bretagne maritime bleue ou rouge et une Bretagne rurale conservatrice.

29Cette première esquisse prosopographique concernant les députés bretons de l’entre-deux guerres est à affiner et compléter par l’étude des réseaux familiaux, de la fortune, de l’éducation reçue. Cependant, elle confirme l’existence de deux Bretagne et de deux types de légitimité politique : une Bretagne progressiste, maritime et citadine qui bénéficie d’une double légitimité locale et nationale, l’autre conservatrice et rurale qui ne dispose que de sa seule légitimité locale.

30Surtout, parmi ces 125 députés, les quinze qui deviennent ministres forment un groupe spécifique. Ils partagent certains traits avec d’autres collègues députés de la région, mais aucun des « non ministres » n’en partage la totalité avec eux. Si l’origine géographique est un trait commun à tous, une première distinction s’opère à propos de l’âge et de la profession. Tous ces facteurs ne sont rien, s’ils ne sont pas associés à ces réseaux qui se constituent autour des relations familiales, professionnelles et amicales, autour de la tendance politique (réseau catholique/réseau laïque) et, au cœur de cette construction complexe, gravitent autour de la personnalité d’Aristide Briand au moins jusqu’à sa mort en 1932. Au-delà une meilleure connaissance, plus précise, de la formation et des réseaux de chaque parlementaire permettrait de mieux comprendre, à l’aune de la Bretagne, la voie vers l’élite politique, conférant à ses détenteurs une double légitimité locale et nationale.

Notes

1 Siegfried André, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Genève, Slatkine Reprints, 1980, (1re édition 1913), 535 p.

2 Pour cette esquisse sont utilisés plus particulièrement : Pascal Jean, Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983, 812 p., les mémoires de maîtrise de Louis Yannick, Le personnel parlementaire d’Ille-et-Vilaine pendant l’entre-deux guerres, (1919-1939), Rennes 2, 1986, 75 p. + annexes et de Philippot Jean-Pierre, Étude sur les députés du Morbihan pendant la période de l’entre-deux guerres, 1988, Rennes 2, 96 p.

3 Chacun de ces gouvernements comprenait de 12 à 38 membres, soit une moyenne de 22 personnes. Le plus petit d’entre eux est le huitième gouvernement d’Aristide Briand en 1926 et le plus « gros » est le second gouvernement Blum.

4 Ce sont Alphonse Gasnier-Duparc, sénateur d’Ille-et-Vilaine et Victor Le Gorgeu, sénateur du Finistère.

5 Ami de Daladier, il est l’un des quatre ministres à lui conseiller de donner la démission du gouvernement au soir du 6 février 1934, son opinion est décisive même si elle ne fut pas la seule en ce sens. Sur ce point, voir Du Réau Élisabeth, Édouard Daladier, 1884-1970, Fayard, 1993, p. 131.

6 Avec les deux sénateurs, leur part se renforce puisque Gasnier-Duparc était avocat ; quant à Le Gorgeu, il était médecin.

7 L’ignorance du monde gouvernemental français de la première moitié du xxe siècle en matière économique est bien connue. La plupart des ministres ont reçu une formation littéraire ou juridique.

8 Pour quinze députés, les études qu’ils ont suivies sont inconnues.

9 Louis Yannick, op. cit., fiches d’enquête.

10 Bellanger, Daniélou, Guernier, Guy La Chambre et Le Trocquer.

11 Berstein Serge, Histoire du parti radical, tome I : La recherche de l’âge d’or, 1919-1926, Presses de la FNSP, 1980, p. 189-190.

12 Le Béguec Gilles, « Le parti », dans Histoire des droites en France, sous la dir. de J.-F. Sirinelli, tome II : Cultures, Gallimard, 1992, p. 28-29.

13 Pascal J., op. cit., et pour l’Ille-et-Vilaine, ADIV – 3 M 341 à 355. Les chiffres présentés ici additionnent les différentes élections législatives afin de tenir compte des glissements d’étiquette de certains élus, mais cela ne modifie guère les grands équilibres.

14 ADIV – 3 M 344

15 Sénateurs, ils ne sont pas comptabilisés dans le tableau.

16 Becker Jean-Jacques, Les Français en guerre : 1914-1918, la grande mutation, Bruxelles, éd. Complexe, 1988, p. 44-47.

17 Elles étaient dirigées contre la politique laïque de Herriot, président du Conseil, et organisées par la FNC (Fédération nationale catholique) du général de Castelnau.

18 La Cornouaille, la Bretagne centrale, etc.

19 Ce qui est fréquent dans cette région d’habitat dispersé.

20 Lagrée Michel, Religion et cultures en Bretagne, 1850-1950, Fayard, 1992, p. 420 et suivantes.

21 Participant au début de la période au combat pour le droit des fonctionnaires à se syndiquer

22 Une des raisons est l’absence de sources. Les archives des organisations franc-maçonnes saisies par l’Allemagne nazie lors de l’occupation ont été ensuite récupérées par les Soviétiques. Actuellement conservées à Moscou, elles font l’objet d’un accord de transfert. Sur ce point, S. Coeuré, F.Monier, G. Naud, « Le retour de Russie des archives françaises. Le cas du fonds de la Sûreté », Vingtième siècle. Revue d’histoire, janvier 1995, p. 133-139

23 Oudin Bernard, Aristide Briand, biographie : la paix, une idée neuve en Europe, Laffont, 1987, 612 p.

24 Oudin B., op. cit., p. 39-40.

25 Oudin B., op. cit., p. 230. D’après celui-ci, Poincaré et Briand sont assez proches l’un de l’autre et Poincaré propose effectivement un ministère à A. Briand qui devient alors ministre de la Justice.

26 Il est le père du futur cardinal.

27 Gourlay Patrick, Charles Daniélou (1878-1953) : itinéraire politique d’un Finistérien, Rennes, PUR, 1996, 212 p.

28 Rappelons que celui-ci, député de Châteaubriant, est également un ami de Briand et qu’il entre au gouvernement de Steeg (12 décembre 1930 – 22 janvier 1931) où Briand est ministre des Affaires Étrangères.

29 Sans compter Aristide Briand qui est atypique dans ce groupe.

1 Le chiffre correspond au nombre de gouvernements auxquels ils ont participé.

30 Il est vrai qu’il s’agit de F. Blancho, député de Saint-Nazaire.

Table des illustrations

Titre Âge des députés et des ministres lors de leur entrée en fonction (nomination ou élection)
Légende Tableau n° 1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-1.png
Fichier image/png, 126k
Titre Professions exercées par les députés bretons avant leur élection (1919-1939)
Légende Tableau n° 2.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-2.png
Fichier image/png, 318k
Titre Études suivies par les députés de l’entre-deux guerres8
Légende Tableau n° 3.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-3.png
Fichier image/png, 205k
Titre Synthèse de la répartition politique des députés bretons pendant les cinq législatures de 1919 à 193913
Légende Tableau n° 4.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-4.png
Fichier image/png, 172k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-5.png
Fichier image/png, 1,7M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-6.png
Fichier image/png, 1,8M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-7.png
Fichier image/png, 1,8M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-8.png
Fichier image/png, 820k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-9.png
Fichier image/png, 294k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-10.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-11.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Portefeuilles confiés à des députés bretons29
Légende Tableau n° 5.Note1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16804/img-12.png
Fichier image/png, 246k

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540