Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et le politique

 | 
Michel Lagrée
, 
Jacqueline Sainclivier

3e partie. La Bretagne

La Bretagne, cible des humoristes à la Belle Époque

Jean-Yves Veillard

Texte intégral

  • 1 Pour ce titre, nous avons dépouillé 122 numéros s’échelonnant entre le 24 novembre 1894 et le 22 o (...)
  • 2 Sondage plus ponctuel : 14 numéros entre le 28 octobre 1899 et le 10 juin 1905.

1Il y a une vingtaine d’années, en préparant le programme de l’exposition permanente sur la Bretagne contemporaine, nous étions tombé par hasard sur une coupure de presse qui présentait un dessin humoristique. Un homme était étendu sur une table d’opération, le ventre ouvert. Le chapeau à guides, les bragou-braz ne laissaient aucun doute sur l’origine géographique de l’opéré : le chirurgien se détournait et invitait un ami à entrer : « Tiens, toi qui aimes les intérieurs bretons ! ». Paru en 1914 – avant la déclaration de la Première Guerre mondiale –, le dessin nous avait paru cruel, même si le trait était médiocre, et nous avait conduit à nous interroger sur l’existence d’un discours des humoristes sur la Bretagne. L’étude qui suit est tout, sauf exhaustive, puisque nous n’avons travaillé que sur deux revues hebdomadaires Le Rire1 et Le Sourire2.

  • 3 Pour Le Rire, 223 dessins de couverture et pour Le Sourire 28 en sachant que certains numéros ont (...)
  • 4 En pages intérieures, le nombre de dessins est beaucoup plus élevé : 2 146 pour le premier titre e (...)
  • 5 Charles Huard (1874-1965) est l’auteur en 1906 d’un album En Province.

2Nous avons distingué les dessins de couverture (page de titre et dos) en couleurs3, sauf de très rares exceptions, des dessins en pages intérieures4. Au total, nous avons un corpus de 2 645 dessins. Rapporté à ce chiffre, le nombre de dessins ayant pour trait la Bretagne peut paraître dérisoire. Pour les dessins de couverture, 1 sur 28 dans Le Sourire (page de titre) ; 2 sur 223 pour Le Rire : un en page de titre, un en dos de couverture. Pour les pages intérieures du Sourire, 2 dessins et pour celles du Rire, 6. Même si nous avions pris en compte quelques dessins pour lesquels la référence à la Bretagne n’est pas explicite, un ou deux autres qui viennent davantage en illustration d’un texte, la proportion par rapport aux milliers de dessins publiés est infime. Infime, certes, mais la Bretagne, les Bretons et les Bretonnes sont les seuls ainsi distingués par les dessinateurs de ces deux revues humoristiques. La seule exception dans l’échantillon que nous avons dépouillé concerne les Auvergnats dans un dessin de Charles Huard5 paru dans Le Sourire du 9 novembre 1901 en page 3 qui montre deux bougnats en conversation devant une enseigne « Bois et Charbons » avec cette légende : « Tout le monde sait ça ; sans les Auvergnats, les Juifs auraient tout pris ». La charge est ambiguë, puisque le principal visé n’est pas représenté et l’Auvergnat, en rempart contre le « Juif aux doigts crochus » peut apparaître, à la limite, comme sympathique.

Le Rire et Le Sourire : deux revues voisines

3Avant d’étudier, de caractériser les dessins parus sur la Bretagne dans ces deux revues, essayons à grands traits de dire ce qu’elles sont. Toutes les deux ont un rythme de parution hebdomadaire. Le Rire porte sous ce titre la mention « Journal humoristique illustré paraissant le samedi ». Même jour de parution pour Le Sourire qu’une étude récente qualifie de satirique. La nuance entre humoristique et satirique ne nous paraît pas pertinente si l’on se réfère à un numéro comme celui, célèbre, du 23 novembre 1899 (Le Rire, n° 264). Il s’agit d’un numéro spécial « V’là les English » illustré par des dessins d’A. Wilette dont le moins qu’on puisse écrire est qu’ils ne sont pas particulièrement bienveillants !

  • 6 Jean-Claude Simoën, Le Rire. La « belle époque » dans toute sa vérité, Paris, R. Laffont, 1989.

4Le Rire a été le premier à paraître en novembre 1894 ; Le Sourire commençant lui le 28 octobre 1899. Avec quelques transformations ou interruptions (pendant la Première Guerre mondiale pour le second titre), ils paraîtront jusqu’à la seconde guerre. Le prix de vente, dans les années des numéros que nous avons consultés, est identique : 15 centimes. Ce prix est presque médian de deux périodiques caractéristiques de la Troisième République : le supplément illustré du Petit Journal vendu 5 centimes et La Vie Illustrée vendu 30 centimes. On connaît le grand succès populaire du premier et le rôle qu’il a pu jouer dans la formation d’une opinion nationaliste, chauvine et anti-sémite. Le second titre est l’exemple du magazine où la photographie, le reportage photo vont peu à peu prendre la place du dessinateur de presse ; il a aussi la caractéristique d’avoir été lancé par Félix Juven qui est le fondateur et le directeur du Rire. Dans un livre consacré à cet hebdomadaire, Jean-Claude Simoën6, sans donner ses références, indique que le tirage, pour certains numéros, dépasse les 300 000 exemplaires, ce qui pour l’époque est un bon tirage.

  • 7 Auguste Roubille (1872-1955).
  • 8 Leonetto Capiello (1875-1942).
  • 9 Eugène Cadel (1867-1940,1941).
  • 10 Jean Villemot (1880-1958).
  • 11 Gus Bofa (pseudonyme de Gustave Blanchot) (1885-1968).
  • 12 Hermann-Paul (pseudonyme de René Georges Hermann Paul) (1874-1940).
  • 13 Charles Leandre (1862-1930).
  • 14 Abel Faivre (1867-1945).

5Aux côtés de Félix Juven, le directeur artistique du Rire est Arsène Alexandre ; Maurice Méry est le directeur du Sourire et Alphonse Allais le rédacteur en chef jusqu’à la mort de ce dernier en 1905. À la différence de L’Assiette au Beurre, illustré mensuel fondé en 1901, plus engagé par son anticléricalisme, son anticolonialisme, par ses sympathies anarcho-socialistes, ces deux titres sont parmi les plus significatifs de la Belle Époque. Il n’existe pas véritablement d’« écurie » de dessinateurs propres à l’un ou à l’autre. Les deux revues attirent les meilleurs caricaturistes de l’époque : Huard, Auguste Roubille7, Leonetto Capiello8 pour ne citer que trois noms. Ils font appel à un grand nombre de collaborateurs – pour les numéros du Sourire nous avons dénombré 87 noms différents d’illustrateurs –. La fréquence permet de distinguer des noms comme Huard (22 dessins), Eugène Cadel9 et Jean Villemot10 (12 dessins) ou Gus Bofa11 (13 dessins). Un artiste comme Hermann-Paul12 n’est compté que pour un dessin. D’autres s’orienteront vers une autre carrière comme Jacques Villon auteur de 3 dessins dans les 18 numéros étudiés. Pour Le Rire, on pourrait citer parmi les leaders Charles Leandre13 ou Abel Faivre14 qui sera un des affichistes productifs de la Grande Guerre.

Les dessins de couverture : entre bêtise et naïveté

  • 15 Henri Gustave Jossot (ou Abdul Karim) (1866-1951).

6Nous analyserons d’abord les trois dessins de couverture. Le premier, chronologiquement, est un dessin de Henri Gustave Jossot15, daté 1895, mais paru dans le numéro du Rire du 11 avril 1896. La reproduction en noir et blanc fait apparaître, par défaut, la manière de travailler du dessinateur : peu de traits puisque ce sont les contrastes des aplats de couleurs qui donnent toute sa vigueur au dessin (fig. 1). Le cadrage est rapproché avec juste ce qu’il faut pour situer la scène dans un intérieur. Les costumes, sans être trop précis, ne sont pas fantaisistes et peuvent se rattacher au groupe dit Giz Fouen (mode de Fouesnant). Le visage des deux femmes n’est pas excessivement caricatural et seules les trois lignes de la légende en font un dessin charge avec deux interrogations sur le choix du titre « En Armorique ». Ce choix est-il celui du dessinateur ou de la direction de la revue ? Faut-il voir dans le recours au nom ancien de la Bretagne une volonté de marquer encore plus le décalage de ces attardées ?

7Le dessin de Roubille paru en dos de couverture du Rire du 24 juin 1899 est superbe dans sa mise en page : la découpe des deux personnages sur ce fond de ville, le militaire et la bonne (fig. 2). Le choix de la position des deux n’est pas neutre comme n’est pas neutre le jeu des mains. L’accentuation de l’horizontalité de la collerette et des ailes de la coiffe souligne le regard naïf et séduit d’Yvonne. La légende, plus brève que celle du dessin de Jossot, vient parachever ce que suggère le dessin.

8Avec celui d’Eugène Cadel, paru dans Le Sourire du 7 mars 1903, on revient à une charge explicite dans un style très différent : réalisme du site, de la situation, de l’attitude des personnages, des costumes ; on peut être en Auray et Lorient (fig. 3). La légende stigmatise par l’allusion de la recommandation l’alcoolisme et par le non-sens de la réplique la conscience de ces « bêtes humaines » de la nouvelle de Maupassant, Le Baptême.

Entre le Breton « cochon »…
et la Bretonne victime des cochons…

  • 16 Dessin paru dans Le Sourire, n° 32, 2e année, 2 juin 1900.

9Les dessins parus en pages intérieures permettent de nuancer cette place que tient la Bretagne chez les humoristes. Deux dessins se rattachent à la vision de la Bretagne développée par Jossot et Cadel. Le premier d’un certain Lasneret est loin graphiquement de la qualité des trois dessins précédents16. Il représente dans une mise en page médiocre une scène de foire. Le paysage est approximatif et les costumes des paysans qui occupent le premier plan ne correspondent à aucune aire géographique. La légende est elle sans équivoque : « Paraît qu’c’est la plus grande foire de vaches et de cochons du pays… On n’y voit que des Bretons ». La relation au second quadrupède ne fut-elle pas faite aussi dans la chanson avec la strophe « Les pommes de terre pour les cochons ! Les épluchures pour les Bretons ! ».

10Le second que nous reproduisons, paru dans Le Sourire du 3 juin 1905, est d’Eugène Cadel (fig. 4). Dessin au fusain et au crayon noir avec cette même aisance dans la mise en place des personnages dans un paysage simplement, mais sûrement, esquissé. Si les deux jeunes ne portaient pas le costume breton, la légende classerait ce dessin dans la famille de l’humour de mœurs ; mais, à cette date, elle peut être une allusion à la naïveté de cette population soumise à l’influence cléricale sans aller jusqu’à l’attaque directe comme l’avait fait Torent dans l’un de ses dessins du n° 131 de L’Assiette au beurre, « Le peuple noir » (3 octobre 1903).

11Paru dans la rubrique « Échos du Rire » qui alterne petites histoires humoristiques et dessins (les deux dûs à Henry Somm), un dessin (numéro du 27 août 1898) représente le « directeur du théâtre libre de Morlaix » avec cette mention « jouerait les Antoine au besoin… ». Sous les traits d’un Breton en costume avec bragou braz et penn baz et une tête grosse comme une citrouille, le dessin peu amène établit un double lien avec l’actualité. André Antoine a pris quelques mois auparavant la direction du théâtre des Menus Plaisirs et surtout il semble faire une allusion très directe à la représentation par la troupe de Ploujean du Mystère de Saint-Gwenolé, dans des décors de Maxime Maufra, à l’occasion de la naissance de l’Union Régionaliste bretonne (13-14 août 1898).

  • 17 Le Sourire, n° 100, 3e année, 21 septembre 1901.
  • 18 Toujours dans ce numéro, G. Bofa réalise une frise en bas de page intitulée Les Matelots qui croqu (...)
  • 19 L’enfance de Bécassine, p. 30. La cousine Yvonne se marie, Paris, éd. de 1931, Caumery, J.-P. Pinc (...)
  • 20 Le Rire, n° 127 du 29 mars 1902. André Victor Edouard Devambez (1867-1943) fut plus tard l’illustr (...)

12Le dessin de Gus Bofa « La fête à X… près Roscoff17 » est davantage une représentation satirique de la vie rurale en général, même si la Bretagne, par une localisation allusive, est prise comme support (fig. 5). La manière de dessiner de Gustave Bofa lui est assez spécifique : traits et silhouettes sont assez caricaturaux, mais la mise en place d’ensemble est dynamique et tous les détails comptent : des chiens au couple d’enfants en arrêt devant le trio étrange de sonneurs associant violon, biniou et une bombarde au pavillon grand comme celui d’un cor de chasse ! Dans le même numéro, G. Bofa publiait un autre dessin panoramique « La Noce » dont les couples pourraient venir en direct de ce village près de Roscoff18. Il faudrait étudier l’ensemble de l’œuvre de ce dessinateur pour voir si la Bretagne constitue le « fond de teint » de sa palette de description satirique du monde rural. Il est intéressant de rapprocher cette noce de celle de Pinchon et Caumery dans L’Enfance de Bécassine pour voir combien le dessin de Joseph Pinchon est lissé et peu offensif19. Je n’ai pas retenu ici un dessin d’André Devambez, La Foire de Pâques20.Dessin en couleurs occupant la double page centrale, il montre dans une vue en plongée la place d’un village avec en périphérie les stands et les jeux et au centre des couples et des groupes cheminant et dansant. Comment ne pas évoquer ce dessin savoureux et d’une mise en page très vive où ne manque ni la bousculade autour du fût ni le cul de jatte pour mieux situer les dessins où la Bretagne et les Bretons sont épinglés en tant que tels.

  • 21 Le Rire, n° 273, 27 janvier 1902.
  • 22 Le Rire, n° 259, 21 octobre 1899. Henry Guydo né au Teilleul dans la Manche collabora à L’Assiette (...)

13L’histoire que raconte en six images Guydo sous le titre Légende bretonne relève plus de la satire sociale contre un comte de Boutabard, modèle d’un aristocrate « moyenâgeux, ignorant et stupide, qui passait à la chasse le temps qu’il ne consacrait pas à boire21 ». Menhir et dolmen dans le paysage, clerc au chapeau à guides justifient l’adjectif du titre (fig. 6). La Bretagne est-elle prise en référence parce l’on y trouve plus qu’ailleurs des exemples de cette noblesse bornée ? Sans doute, car Guydo dans un dessin paru antérieurement prenait d’une manière ferme la défense de « la petite bretonne » servante de Boutabard avec ou sans particule22. Avec une jeune femme au beau visage, on est à l’opposé de celle de Jossot, aux lèvres baillantes, au nez retroussé et au front busqué.

  • 23 Le Rire, n° 257, 7 octobre 1899, Georges Tiret-Bognet était né à Saint-Servan en janvier 1855.

14Le dessin de G. Tiret-Bognet « Le Tout-Paimpol à Paris » montre un zouave s’adressant à un groupe de Bretons et Bretonnes en costumes : « Cousins et cousines, je vous avais promis d’vous faire monter dans l’obélixe, mais le nouveau gardien est un ami du Gouvernement, de sorte qu’il est souvent en congé !23 ».Le Gouvernement, c’est celui de Waldeck-Rousseau mis en place en juin 1899 à quelques semaines de l’ouverture du procès de Rennes. Au-delà de la satire politique des réseaux de la République radicale naissante, c’est la province « montant » à Paris qui est ici croquée.

Bretagne attardée, critique sociale et Bécassine

  • 24 Cette virulence se révèle d’autant plus redoutable dans des dessins où l’antisémitisme par exemple (...)

15Extraits de leur contexte, on peut être surpris par la relative virulence de ces dessins, mais c’est là – il ne faut pas l’oublier – un trait majeur de cette époque24. L’analyse de l’ensemble des dessins de cet échantillon de la presse humoristique de la fin xixe – début xxe siècle fait apparaître plusieurs thèmes :

  • la Bretagne attardée (Jossot) sous influence cléricale (E. Cadel)
  • une réalité politique et sociale : aristocrate imbécile et ivrogne, la bonne (au portrait contrasté : bornée ou victime d’une situation économique et sociale qui ne lui laisse pas d’autre choix que de servir « le cochon » : fig. 7), l’émigration avec un couple soldat-bonne présent dans le dessin de Roubille et à l’arrière-plan du dessin « Le Tout-Paimpol à Paris », même s’il est évident que c’est notre regard contemporain qui le lit. Le thème de la bonne naïve/victime de ses employeurs est un thème récurrent de la Belle Époque. Un dessin d’Abel Faivre montre un homme chauve et barbu soufflant dans le dos d’une bonne avec tablier blanc et coiffe : « Dans neuf mois, tu seras augmentée25 ». Un dessin de Gustave Bofa que nous n’avons pas retenu montre une Yvonne face à sa patronne : « Pourquoi ne m’avez-vous pas réveillée ce matin, Yvonne ? – Il faisait un vent à ne pas mettre une vache dehors. J’ai pensé que Madame ne sortirait pas26 ». Ce dialogue ne pourrait-il pas figurer dans un album de Bécassine ? Cinq ans avant la naissance de ce personnage dans La Semaine de Suzette, un récit intitulé « La Bonne à tout faire », illustré d’un dessin non signé met en scène une Yvonne Labrutec dont la composition du nom est faite sur un modèle inversé d’Annaïk Labornez (dans ce second cas, c’est le prénom qui donne la référence bretonne)27. L’histoire de cette bonne placée chez un saltimbanque du nom de Tourdebras aurait pu fort bien constituer une séquence d’un album du tandem Pinchon-Caumery.

16Il serait imprudent de tirer des conclusions plus fermes et plus générales. Mais, alors que l’image de la Bretagne au travers des récits de voyages, des œuvres des peintres et graveurs a été étudiée pour le xixe siècle, celle donnée par le dessin de la presse satirique demeure un champ à explorer.

Notes

1 Pour ce titre, nous avons dépouillé 122 numéros s’échelonnant entre le 24 novembre 1894 et le 22 octobre 1904, série discontinue où les années les mieux représentées sont 1898 et 1899, au plein cœur de l’affaire Dreyfus.

2 Sondage plus ponctuel : 14 numéros entre le 28 octobre 1899 et le 10 juin 1905.

3 Pour Le Rire, 223 dessins de couverture et pour Le Sourire 28 en sachant que certains numéros ont pu comporter un seul dessin de couverture ou que pour d’autres numéros la page de dos manquait.

4 En pages intérieures, le nombre de dessins est beaucoup plus élevé : 2 146 pour le premier titre et 246 pour le second. À noter que l’une et l’autre empruntent régulièrement des dessins aux grands périodiques satiriques étrangers (Puck, Judge).

5 Charles Huard (1874-1965) est l’auteur en 1906 d’un album En Province.

6 Jean-Claude Simoën, Le Rire. La « belle époque » dans toute sa vérité, Paris, R. Laffont, 1989.

7 Auguste Roubille (1872-1955).

8 Leonetto Capiello (1875-1942).

9 Eugène Cadel (1867-1940,1941).

10 Jean Villemot (1880-1958).

11 Gus Bofa (pseudonyme de Gustave Blanchot) (1885-1968).

12 Hermann-Paul (pseudonyme de René Georges Hermann Paul) (1874-1940).

13 Charles Leandre (1862-1930).

14 Abel Faivre (1867-1945).

15 Henri Gustave Jossot (ou Abdul Karim) (1866-1951).

16 Dessin paru dans Le Sourire, n° 32, 2e année, 2 juin 1900.

17 Le Sourire, n° 100, 3e année, 21 septembre 1901.

18 Toujours dans ce numéro, G. Bofa réalise une frise en bas de page intitulée Les Matelots qui croque parfaitement une « bordée » de gens de La Royale.

19 L’enfance de Bécassine, p. 30. La cousine Yvonne se marie, Paris, éd. de 1931, Caumery, J.-P. Pinchon.

20 Le Rire, n° 127 du 29 mars 1902. André Victor Edouard Devambez (1867-1943) fut plus tard l’illustrateur d’un ouvrage de Charles Le Goffic, « Le Poilu a gagné la guerre ».

21 Le Rire, n° 273, 27 janvier 1902.

22 Le Rire, n° 259, 21 octobre 1899. Henry Guydo né au Teilleul dans la Manche collabora à L’Assiette au beurre.

23 Le Rire, n° 257, 7 octobre 1899, Georges Tiret-Bognet était né à Saint-Servan en janvier 1855.

24 Cette virulence se révèle d’autant plus redoutable dans des dessins où l’antisémitisme par exemple se greffe sur une histoire apparemment anodine : on pense ici à la scène de la baignade de la famille Kahn (« Histoire naturelle. Une Kahn menant à l’eau ses petits Kahnards », Dessin de Henri Gerbault, 1863-1930, paru dans Le Rire, n° 357, 7 septembre 1901).

25 Le Rire, n° 266, 9 décembre 1899.

26 Le Sourire, n° 109, 23 novembre 1901.

27 Le Rire, n° 274, 3 février 1900.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540