Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et le politique

 | 
Michel Lagrée
, 
Jacqueline Sainclivier

3e partie. La Bretagne

Les municipalités de Vannes au xixe siècle : l’apprentissage de l’urbanisme

Bertrand Frélaut

Texte intégral

1Au cours du xixe siècle, Vannes, comme la plupart des villes de l’Ouest de la France, a vu se succéder de nombreuses municipalités mais deux personnalités dominent les années 1845-1880 : Émile Burgault et Jean Lallement qui, chacun après l’autre, vont s’évertuer à donner à leur ville les équipements indispensables pour en faire une cité moderne. Contrairement à une réputation tenace de ville endormie et immobile, le chef-lieu du Morbihan se dote, à partir de la Restauration, d’un certain nombre de bâtiments publics fonctionnels : abattoir, halle aux grains, poissonnerie, station de chemin de fer, préfecture, tribunal, mairie… Parallèlement, après de nombreux déboires, Vannes s’équipe d’un service d’eau, de l’éclairage au gaz et voit naître des grandes artères nouvelles qui s’appelleront bientôt rue Thiers, avenue Victor Hugo, rue Jeanne d’Arc, rue Billault. Ainsi, à la mesure des moyens que leur donnent les recettes communales, voire quelques emprunts ou subventions, des édiles déterminés et persévérants dessinent les traits d’un urbanisme nouveau qui imprègne largement encore la cité d’aujourd’hui.

  • 1 Les sources essentielles de cette contribution émanent des registres de délibérations municipales  (...)

2Si la succession des municipalités parait complexe1, une quinzaine de maires entre 1815 et 1888, les aléas politiques, les décès ou démissions expliquent la brièveté de certains mandats, aussi ne retiendra-t-on vraiment que deux ou trois premiers magistrats dans le tableau général de l’époque :

Municipalités de Vannes de 1815 à 1888

Municipalités de Vannes de 1815 à 1888

3Parmi la quinzaine de maires des années 1815-1880, la plupart officiers, notaires, médecins, hommes de loi, si l’on retire ceux qui sont morts en fonctions : Du Plessis de Grénédan, Léhellec, Jollivet-Castellot, ou qui ont démissionné après un bref mandat (Bavalan, Bourdonnaye, Lantivy ou Dantu qui fut démis autoritairement), il n’y en a que trois ou quatre qui émergent : Reynier, Taslé, Lallement et Burgault. Le jeu des élections censitaires puis générales permet d’ailleurs à certains de rester en place pendant des décennies et d’être ainsi de véritables « perpétuels ». Ce sont, dans l’ordre décroissant : Burgault (1846-1888), Dantu (1831-1868), Vincent Caradec (1828-1862), Julien Fleury (1846-1878), Jean Lallement (1840-1872), Emmanuel Glais (1840-1872), Jean-Joseph Mauricet (1834-1837 puis 1848-1871) ou Amand Taslé. Ces hommes qui sont maires ou adjoints jouent donc un rôle majeur dans la politique municipale, quel que soit le contexte politique ; sous le Second Empire, Burgault, l’ancien maire de 1846-1848 et le futur maire des années 1870-1880, est rapporteur de plusieurs dossiers d’importance. Il y a donc un personnel politique en place, aidé le cas échéant par les architectes-voyers ou les géomètres : Brunet-Debaines, Charier, Bassac…

  • 2 Les recettes et dépenses communales évoluent de 100 000 à 200 000F dans les années 1830-1870 :

4De quels moyens disposent les municipalités vannetaises pour atteindre leurs objectifs ? Les finances communales sont alimentées essentiellement par l’octroi dont les recettes augmentent assez lentement au cours du siècle2, les boissons alcoolisées étant d’ailleurs les principaux articles qui rapportent. Il faudra donc agir avec parcimonie, sauf à créer des recettes exceptionnelles en augmentant les tarifs de l’octroi (centimes additionnels) ou en bénéficiant d’emprunts après autorisation du gouvernement, ce qui est particulièrement ardu à cette époque, en tout cas jusqu’au milieu du siècle.

5Les subventions sont rarissimes et peu importantes. Nos édiles vannetais qui ont parfois de grands projets, doivent donc souvent savoir patienter : Émile Burgault attendra quarante ans pour faire construire un nouvel hôtel de ville et certains équipements mettront des décennies à voir le jour, ce qui explique en partie que les années 1850-1880 aient été les plus efficaces en matière de réalisations, comme le montre le tableau résumé des grandes constructions de la ville et de l’État de 1827 à 1886 :

6Le rôle de l’État est donc important non seulement pour doter Vannes de monuments ou équipements majeurs, mais ausssi pour lui donner une voirie nouvelle qui la fasse passer du statut contraignant de ville close à celui plus prometteur de ville ouverte aux échanges et au trafic. Les choix des municipalités vannetaises sont donc dictés par leurs ressources financières modestes mais bénéficient de l’effet d’entrainement des décisions de l’État en faveur du chef-lieu du département.

L’abattoir et la poissonnerie

  • 3 Lallemand Alfred, Les origines historiques de la ville de Vannes, Cauderan, 1858. 105

7La question de l’abattoir est posée dès 1826 : le 26 février, le conseil en adopte le principe à l’unanimité. Les bouchers possédaient alors leurs étals à la Cohue, en plein centre de l’intra-muros, où ils étaient 36 en 1790 ; sans doute faisaient-ils l’abattage à l’emplacement actuel de la rue de la Loi appelée avant la Révolution rue des Bouchers ou de la Vieille Boucherie3. La consommation de viande de la ville était en 1826 de 1 000 bœufs, 500 vaches et 10 000 moutons et veaux.

8C’est la grande épidémie de « choléra morbus » de Paris en 1832 qui relance précipitamment le projet. En avril, on prend des mesures d’urgence pour désinfecter les rues, la halle au poisson et celle de la Cohue ; un abattoir provisoire est créé à la périphérie, aux Grandes murailles, mais il faut en construire un par mesure de salubrité. Le 7 mai 1835, après avoir visité plusieurs emplacements, la ville achète la prairie de l’ancien couvent de Nazareth, au nord du collège, pour la somme de 21 540 F. Un premier devis de 80 070 F de travaux est bientôt remplacé par un projet nouveau de l’architecte Debaine fils le 29 novembre 1836. L’affaire traîne à cause du refus du Ministère de l’intérieur d’autoriser la ville à emprunter une somme supérieure au quart de son budget : elle projetait en effet un emprunt de 40 000 F pour solder le déficit en cours provoqué par le début des travaux. En définitive, la loi du 18 juillet 1837 lui permet seulement un emprunt de 26 000 F.

  • 4 Archives municipales, 1D10/8, à la date.

9La construction de l’abattoir entraîne la fermeture de la halle aux viandes de la Cohue en juin 1842. Au total, l’opération aura coûté 103 229 F, y compris les indemnités du nouvel architecte Charier père, portant le déficit communal à plus de 80 000 F, aussi la ville fut-elle autorisée à emprunter 90 000 F en deux tranches, 72 000 F le 15 octobre 1843 et 18 000 F le 15 mai 1844. Les finances de Vannes en seront durablement affectées, ce qui retardera d’autres projets et échaudera les élus vannetais, le maire en premier, Amand Taslé ayant l’impression de payer les dettes de son prédécesseur Reynier parti sur sa demande occuper un poste de sous-préfet. Le budget de 1843 atteint ainsi un sommet de 204 417 F, le double de celui de 1830, niveau qu’on ne retrouvera pas avant quinze ans. À l’occasion de sa reconduction dans ses fonctions de maire, Taslé évoque dans son discours du 10 octobre 1843 la nécessaire rigueur financière qui doit présider à la gestion des affaires communales : « Évitons les erreurs du passé, gérons avec l’ordre et la régularité qu’un bon père de famille fait régner dans les affaires domestiques4. »

10On comprend qu’après cette fâcheuse expérience, motivée il est vrai par des raisons de prophylaxie, on y ait regardé à deux fois avant de se lancer dans de grands projets. Aussi, malgré les visions grandioses du fougueux maire de 1846, les Vannetais, après les utopies du milieu du siècle préférèrent s’atteler avec persévérance à une autre tâche destinée à améliorer la vie de leurs concitoyens les plus nécessiteux : le rétablissement des fontaines publiques, c’est pourquoi il fallut près de quinze ans avant d’arriver à de nouvelles réalisations concrètes. Une poissonnerie fut construite sur le bras de la Marle en 1829 pour une somme de 8 884 F dont la ville fournit 2 000 F et le préfet de Chazelles, le reste : elle ne sera remplacée qu’en 1879 par l’édifice encore existant aujourd’hui.

Le projet de grande percée de 1847-1852

  • 5 Mérimée, dans son voyage de 1836, avait eu pourtant des mots assez sévères sur la cathédrale ; cf. (...)
  • 6 Le dégagement du parvis de Notre Dame de Paris n’interviendra qu’au Second Empire.
  • 7 Voir conseil municipal du 14 mai 1847.
  • 8 André Bernard, « Du Pont-vert à la Sentière, le lais de mer de Trussac », Bulletin des Amis de Van (...)

11En novembre 1846, un jeune avoué de 28 ans est élu au conseil municipal : Émile Burgault, petit-fils d’un maire de Muzillac sous le Premier Empire et d’Ambroise Laumailler, maire de Vannes de 1800 à 1804. Cultivé, ambitieux, d’esprit libéral sinon voltairien, il inaugure une carrière politique de 40 ans qui le conduira à trois reprises au fauteuil de maire : 1846-l848, 1870-1872 et 1878-1888. D’emblée il se lance dans de grands projets destinés à embellir la ville comme le dégagement de la cathédrale5. En pleine vogue du gothique, il appuie le dossier de restauration du cloître et le déblaiement de ses abords le 26 mars 1847 : cela démasquera « un édifice devenu presque méconnaissable par les constructions qui l’entourent ». Le 23 décembre, il présente le rapport de révision du plan de ville et préconise de « rendre l’accès [de la cathédrale] plus facile de toutes parts » en adoptant des alignements nouveaux dans toutes les rues et places qui l’entourent afin de faire « de l’entourage de notre cathédrale un des plus beaux quartiers de la ville ». C’est dans cet esprit qu’il propose de dégager le parvis et d’y faire aboutir une nouvelle rue, large de dix mètres qui, à travers la Cohue, l’hôtel de France (Roscanvec) et le jardin de Kerdrel en rejoindra la façade à la rue des Douves du port6. Cette grande percée sud-ouest/nord-ouest est votée par le conseil et réapparaît le 16 novembre 1848 quand il est question d’attribuer un crédit de 70 000 F pour les travaux d’hiver destinés à faire vivre les nombreux chômeurs sécrétés par la conjoncture de l’époque : l’indigence est en effet particulièrement forte en ce milieu de siècle où, de l’aveu du rapporteur Guérin, 249 familles vannetaises souffrent de « défaut de travail ou de salaire7 ». Les chefs d’atelier demandent que cette somme « soit préférablement employée à l’exécution du percé projeté d’une rue qui doit partir du portail de la cathédrale pour aller joindre perpendiculairement les douves du port ». Cependant le nouveau maire, le docteur Dantu, qui a été nommé à la place de Burgault, répond qu’il ne dispose que de 4 500 F et que le projet de percé est beaucoup trop coûteux car il nécessite d’importants achats de propriétés, la reconstruction d’une salle de spectacles pour remplacer la Cohue, des indemnisations diverses, le remblaiement du dénivelé existant entre les deux sites, le pavage… bref, une somme totale d’au moins 100 000 F. Le projet est donc ajourné et le 27 décembre, on consacre 10 000 F aux ateliers de charité qui pourront ainsi niveler la butte de Kérino qui venait d’être creusée en 1824 pour parfaire le nouveau canal d’accès au port8.

12En février 1849, le conseil se penche sur un problème récurrent, pour lequel Burgault avait d’ailleurs fait des propositions : la reconstruction de l’hôtel de ville et, après avoir évoqué un emplacement proche du haut de la place des Lices, on suggère de l’édifier sur la nouvelle rue qui relierait la cathédrale aux douves du port. L’idée paraît d’autant plus judicieuse que le préfet de l’époque, Guépin, songeait sérieusement à y bâtir la nouvelle préfecture et le palais de Justice, deux édifices dont on ne cesse ici encore de prévoir la reconstruction… Ainsi serait créé une sorte de boulevard des pouvoirs, en plein cœur de Vannes.

13Nouveaux débats en mars, nouveaux obstacles financiers. Le 18 septembre 1849, une dernière occasion se présente quand est mis en vente le terrain de Kerdrel « que doit traverser la rue projetée dans l’axe de la cathédrale ». Après une longue discussion, l’achat pour 10 000 F est rejeté, le prix en étant jugé excessif. Le 26 octobre 1852, à l’unanimité, la commission de révision des alignements enterre définitivement le projet car il entraînerait la suppression de la salle de spectacles et de la Cohue louée alors 510 F par an à des particuliers. Ainsi disparaît une proposition de Burgault qui, dans un esprit hausmannien, aurait donné à la cathédrale une certaine perspective mais au prix de la disparition de plusieurs monuments intéressants. Sans doute les motifs financiers furent-ils déterminants ainsi que l’audace du propos ; il faudra donc attendre plusieurs années ou décennies pour voir s’élever une nouvelle préfecture (1862-1865), un Tribunal (1865-1870) et, serpent de mer de la vie locale, une nouvelle mairie (1884-1886), cette dernière étant en définitive l’œuvre et, devrait-on préciser, la revanche d’Émile Burgault. Pour l’heure, l’urgent est plutôt de restaurer l’alimentation en eau. De nombreuses années seront utilisées à remplir cet objectif.

L’adduction d’eau et l’éclairage au gaz

  • 9 Frélaut Bertrand, « La création du service d’eau à Vannes », La Cohue, Vannes, 1995, p. 19-25.

14Il a fallu quatre projets pour rétablir en 1858-1860 les fontaines créées en 1688. Après l’échec d’une première tentative en 1828, un projet est voté le 15 mai 1832 sur la proposition des entrepreneurs Gonnett et Waddington, pour un coût de 126 509 F ramené à 70 000 ; le 7 novembre cependant le conseil y renonce devant la priorité accordée à l’abattoir et ce, dans un contexte budgétaire serré puisque les recettes de la Ville étaient de l’ordre de 110 000 F par an. Un troisième projet voit le jour le 27 mai 1853, sous la municipalité Jollivet-Castellot, à l’initiative de la Cie Gaultier et Salmon qui prévoit six bornes fontaines et, en même temps l’installation de l’éclairage au gaz. Le 5 décembre 1853, le conseil vote un emprunt de 100 000 F remboursable en centimes additionnels, mais l’affaire n’eut pas de suite sans qu’on sache exactement pourquoi ; un procès quelques mois plus tard permet de penser à une quelconque défaillance. C’est donc le maire Jean Lallement qui conduira le dossier à son terme après s’être soigneusement renseigné auprès d’une soixantaine de villes9. Lallement, qui dirigea la ville pendant quinze ans, le record du siècle, est un quinquagénaire qualifié de « propriétaire » issu d’une famille guérandaise de notaires et commissaires de guerre ou administrateurs. Le 12 novembre 1855, il fait voter à l’unanimité le projet de Fréminville et Jacquemet, deux ingénieurs de la région.

15Dix kilomètres de tuyauterie permettront de conduire l’eau des sources de Meucon vers un château d’eau central d’où partiront deux conduites, le réseau principal qui alimentera cinq fontaines à poussoir et treize bornes et le réseau secondaire destiné à amener l’eau chez les particuliers. À raison de 40 à 50 litres par habitant et par jour, il en coûtera 260 000 F qui seront financés par l’emprunt pour les 2/3, soit 174 000 F et par une subvention de l’État pour les 86 000 F restants. Les recettes de la ville étant de 205 942 F en 1857, on peut mesurer l’ampleur de l’investissement réalisé. Après l’enquête publique des 12 février – 4 mars 1856, le projet est approuvé par le préfet Boulage le 13 août et bénéficie d’un décret d’utilité publique. Quelques imprévus retardent le début des travaux : procès de la commune de Meucon contre Vannes, refus de la Caisse des Dépôts et consignations d’accorder un emprunt aussi élevé. Le conseil doit donc souscrire deux emprunts de 90 000 F sur six ans. Les travaux débutent en 1858 et s’achèvent au début de 1860 ; les premiers branchements particuliers sont connus le 5 novembre 1860 mais restent peu nombreux ; le coût définitif du projet Fréminville-Jacquemet qui était de 180 000 F pour les canalisations devait atteindre 184 895 F en 1862. Ainsi, au bout de plusieurs années d’efforts, le service d’eau était né à Vannes en tant qu’équipement public, créé par la ville, pour les particuliers et les entreprises, grâce à la manne séculaire des sources de Meucon. Dans ce domaine, le chef-lieu du département était assez en avance puisque, d’après une enquête réalisée en 1892 auprès de 691 villes de plus de 5 000 habitants, il figurait dans les 108 premières villes qui avaient déjà l’eau en 1860.

16L’éclairage public était assuré au début du xixe siècle par 55 réverbères à l’huile, allumés du 15 octobre au 15 mars ; il faudra six tentatives pour adopter le gaz, soit vingt ans de rapports, contre-projets et autres déboires… C’est en février 1846 que se réunit la première commission chargée de ce projet mais, un an plus tard, son projet sans doute jugé trop ambitieux, n’est pas retenu : une usine à gaz hydrogène carburé, 6 km de tuyaux, 120 becs et 6 candélabres… Une nouvelle initiative n’aboutit pas en 1850 ; même échec en 1853 et 1857, malgré les votes favorables du conseil mais la priorité est alors accordée au service d’eau. Le cinquième projet connaît un début de réalisation en 1863. Il s’agit d’un traité de 45 ans avec MM. Frédureau et Achille, selon lequel, pour 12 000 F par an, la ville bénéficiera de 150 appareils grâce à une usine construite le long du port, à la Sentière. Cette société n’ayant pas respecté les délais impartis, la ville traite le 1er février 1866 avec la Compagnie Echtoll, Rollé et Moriceau et les travaux sont achevés le 27 juin 1867. Quant à l’usine à gaz, elle a vécu un bon siècle avant d’accueillir les bureaux d’EDF-GDF et ses deux immenses réservoirs métalliques ont longtemps occupé le panorama de la Rabine.

Nouveaux bâtiments, nouvelle voirie

  • 10 Juge, « La mise en état de défense de Vannes pendant la Révolution », Bull. Société Polymathique d (...)
  • 11 Frélaut Bertrand, « Vannes à travers ses plans anciens », Vannes, livret de l’exposition des « Ami (...)

17L’existence de l’enceinte fortifiée, qui a encore protégé la ville pendant la période 1791-181510, a progressivement été perçue comme un obstacle aux communications avec le centre ville et les édiles vannetais se sont préoccupés dès la fin du xviiie siècle de percer les murailles ou de les rendre plus accessibles en en améliorant les entrées. La rue Léhelec, baptisée du nom du maire qui la fit construire en 1827, permet de relier la place des Lices à la rue des Douves du port qui serpente à l’ouest de l’intra-muros ; elle reprend un projet des années 1785, peut-être dû à Laumailler11.

  • 12 Kerrand Huberte, « L’urbanisme à Vannes sous le Second Empire », Bull. Soc. Polymathique du Morbih (...)

18Le comblement des vasières situées contre la porte Saint-Vincent va permettre de bâtir une place en hémicycle sur le plan imposé, ce qui embellira cette entrée déjà considérée comme la plus belle de la cité (1835-1843) ; la construction de la gendarmerie sur la place du Champ de foire en 1856, celle de la gare au nord de St Symphorien en 1862 et de la préfecture rue du Roulage en 1862-1865 ont également des conséquences majeures sur l’urbanisme vannetais puisqu’elles font naître une nouvelle voirie large et rectiligne, propre à désenclaver le vieux Vannes. La rue Billault et l’avenue Victor Hugo correspondent à une nouvelle percée nord-sud qui doit joindre la gare au port en traversant la rue du Mené et le centre, selon les propres mots du préfet Poriquet au conseil municipal en septembre 1860. Le temps et les moyens manqueront aux responsables vannetais pour élargir les vieilles rues situées sur cet axe, mais il était bien prévu d’abattre toutes les « vieilles masures » à pans de bois qui environnent la cathédrale : seule la rue de la Monnaie subira ce traitement radical12.

  • 13 Le 14 janvier 1862, en renonçant au projet de l’hôtel de ville qui est renvoyé à dix ou douze ans, (...)
  • 14 Mosser Françoise, « Le palais de justice de Vannes », La Commission, n° 28-29, 1975, p. 1510-1515.

19Une autre révolution en matière de voirie vit le jour à cette époque lorsque l’ancien projet de rectification de la rue des Douves du port fut enfin exécuté grâce à la construction de la Halle aux grains dans les années 1861-1870. La décision d’élever un édifice si nécessaire à un centre d’échanges agricoles comme Vannes fut évoquée en 1821 puis 1853 mais ne put se concrétiser qu’après bien des difficultés. Le 30 octobre 1861, Émile Burgault présente au conseil un long rapport préconisant la construction simultanée d’une halle aux grains et d’un hôtel de ville ; après des débats qui conduisent à différer la construction d’une nouvelle mairie13, l’unanimité se fait sur le choix des jardins Le Joubioux donnant sur la rue des Douves du port, pour y implanter une halle inspirée de celles de Poitiers, Quimper et Nantes. D’emblée, on décide que le bâtiment d’une surface de 1 487 m2, soit 60 m sur 25, s’élèvera sur une place presque carrée qui mesurera 75 m sur 75,80 m : la halle crée donc la place (appelée « de la République » en 1908). Le devis s’élève à 232 288 F : un emprunt de 220 000 F est voté le 15 avril 1862. Sur ces entrefaites, est prise la décision de reconstruire le Palais de Justice, mal logé dans l’ancienne Retraite des Femmes, en arrière de la place projetée. Le conseil municipal demande le 21 août 1861 que le Tribunal soit construit plus bas pour orner la façade ouest de la nouvelle place, ce qu’accepte le préfet le 12 septembre 1862 à condition que la ville élargisse la Place vers le nord afin de laisser 13 m de recul de part et d’autre du Tribunal pour en améliorer la perspective. La halle, malgré quelques retards est inaugurée le 15 août 1868. Elle aura coûté 242 330 F. Le tribunal fut édifié avec difficultés et selon un plan plus réduit qu’à l’origine car l’architecte départemental, E. Hawke, dut revoir les plans pour des raisons d’économie ; le bâtiment commença d’être utilisé en octobre 186914.

20Quant à la future rue Thiers, elle fut réalisée en une dizaine d’années, au fur et à mesure que s’édifiait la halle. Le 11 janvier 1862, le conseil avait voté son projet en décidant qu’elle aurait une largeur de 12 m. Sa configuration définitive date des années 1870-1880 et nécessita d’importants remblais, tant pour le comblement des douves de la partie ouest de l’enceinte que pour le rattrapement de niveau avec la place du Marché (aujourd’hui Maurice Marchais) et la traversée de l’ancienne place du Marché au Seigle.

Quarante ans de grands travaux

  • 15 André Bernard, « Vannes à l’apogée de sa bourgeoisie », Vannes et les vannetais au xixe siècle, Le (...)
  • 16 Les divers recensements permettent de mesurer cette évolution démographique de 1831 a 1906 :

21En quatre décennies : 1830-1870, Vannes a donc vu se dérouler un ensemble de grands travaux d’équipements et d’urbanisme pendant que son budget doublait, sous la conduite de notables éclairés comme Taslé, Burgault ou Lallement. Elle conserve encore aujourd’hui les traces de ces transformations dans sa voirie et dans son paysage urbain. La fin du siècle est marquée par deux données contradictoires qui modifient totalement ce contexte : la stagnation des activités économiques traditionnelles et les investissements énormes provoqués par l’installation de deux régiments et la construction de la nouvelle mairie. Il a déjà été montré15 comment l’imprimerie, la tannerie, les chantiers navals et le trafic portuaire ont été durement atteints à cette époque ; comment le maire Aché réussit à obtenir l’installation de deux régiments à Vannes, à un prix finalement plus cher que prévu ; comment, dans sa décennie d’apogée, Burgault consacra des efforts couronnés de succès mais coûteux dans la construction de cette mairie nouvelle que tout le monde demandait depuis si longtemps. De là probablement les difficultés qui touchent les finances municipales et empêchent la réalisation d’autres équipements d’envergure avant la deuxième moitié du xxe siècle. Il ne s’agit pas de faire du Second Empire un âge d’or, ou d’ignorer les caractères propres du xxe siècle, les tensions démographiques16, la crise de l’entre-deux-guerres, mais, d’un autre côté, il apparaît que les édiles du xixe siècle, sans être les provinciaux passéistes ou immobiles que se complaisent à décrire des scénarios balzaciens, ont su parfois agir et innover pour moderniser leur cité. À Vannes comme dans bien d’autres chefs-lieux de département, on a connu des Hausmann ou des Baltard qui doivent sortir le xixe siècle du décri dont il a souffert.

Notes

1 Les sources essentielles de cette contribution émanent des registres de délibérations municipales : registres 1D10/6 à 1D10/14 ; voir aussi aux archives municipales lK174 à 176. L’histoire des municipalités est esquissée dans mes articles : « Municipalités élues, municipalités nommées : le pouvoir à Vannes de 1790 à 1815 » in Pouvoir local et révolution, Roger Dupuy (dir.), PUR, Rennes 1995, et dans « Les maires de Vannes au xixe siècle », Bull. Société Polymathique du Morbihan, 1994 et 1995.

2 Les recettes et dépenses communales évoluent de 100 000 à 200 000F dans les années 1830-1870 :
Image

3 Lallemand Alfred, Les origines historiques de la ville de Vannes, Cauderan, 1858. 105

4 Archives municipales, 1D10/8, à la date.

5 Mérimée, dans son voyage de 1836, avait eu pourtant des mots assez sévères sur la cathédrale ; cf. F. Mosser, « Vannes telle qu’ils l’ont vue » Bulletin des Amis de Vannes, n° 4, 1978-1979, p. 66.

6 Le dégagement du parvis de Notre Dame de Paris n’interviendra qu’au Second Empire.

7 Voir conseil municipal du 14 mai 1847.

8 André Bernard, « Du Pont-vert à la Sentière, le lais de mer de Trussac », Bulletin des Amis de Vannes, n° 18, 1993, p. 12-32.

9 Frélaut Bertrand, « La création du service d’eau à Vannes », La Cohue, Vannes, 1995, p. 19-25.

10 Juge, « La mise en état de défense de Vannes pendant la Révolution », Bull. Société Polymathique du Morbihan, 1925, p. 58.

11 Frélaut Bertrand, « Vannes à travers ses plans anciens », Vannes, livret de l’exposition des « Amis de Vannes », 1993.

12 Kerrand Huberte, « L’urbanisme à Vannes sous le Second Empire », Bull. Soc. Polymathique du Morbihan, 1975.

13 Le 14 janvier 1862, en renonçant au projet de l’hôtel de ville qui est renvoyé à dix ou douze ans, Burgault conclut avec cette interrogation mi-amusée, mi-désabusée : « Combien d’entre nous, je vous le demande, seront encore au conseil municipal ? »

14 Mosser Françoise, « Le palais de justice de Vannes », La Commission, n° 28-29, 1975, p. 1510-1515.

15 André Bernard, « Vannes à l’apogée de sa bourgeoisie », Vannes et les vannetais au xixe siècle, Les Amis de Vannes, 1987 et Histoire de Vannes et de sa région, Privat, 1988.

16 Les divers recensements permettent de mesurer cette évolution démographique de 1831 a 1906 :
Image

Table des illustrations

Titre Municipalités de Vannes de 1815 à 1888
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16799/img-1.png
Fichier image/png, 327k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16799/img-2.png
Fichier image/png, 110k

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540