Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L’Ouest et le politique

 | 
Michel Lagrée
, 
Jacqueline Sainclivier

2e partie. L’ouest intérieur

Les forces politiques dans les villes calvadosiennes au début de la Restauration

Gabriel Désert

Full text

  • 1 A. D. Calv. série 3 M. 39. Outre ce complément, les listes contiennent des précisions bien connues (...)

1Depuis un demi-siècle les listes électorales de la période censitaire ont été exploitées afin de mieux appréhender les composantes des milieux privilégiés, politiquement et socialement. Notre approche de sociométrie politique se limitera aux oasis urbaines d’un Calvados très majoritairement rural. Elle portera sur les débuts de la période post-impériale. La raison en est simple : l’existence, pour l’année 1820, d’une documentation complète et imprimée avec cependant un plus. Un chiffre de 1 à 4 est en effet affecté à chaque électeur, complément utile sur lequel nous reviendrons1.

  • 2 Ce taux est néanmoins toujours supérieur à celui des campagnes : 4,3 ‰.

2Huit villes ont été retenues : les six chefs-lieux d’arrondissement, auxquels ont été ajoutés Honfleur, 1er port du département, et Condé-sur-Noireau, centre cotonnier en expansion depuis le Consulat. Ces cités ont au moins 5 000 habitants, sauf Pont-l’Évêque qui est plutôt un gros bourg – 2 092 habitants –. Elles regroupent 92 785 habitants en 1820, soit 19 % de la population départementale. Ces villes sont électoralement surreprésentées. On y recense en effet 1 098 censitaires soit 38 % du total calvadosien. Encore faut-il préciser que de grandes inégalités existent entre elles. Si les censitaires représentent presque 12 ‰ de la population citadine, ce taux varie de 5,3 ‰ – Condé – à 20,1 ‰ – Pont-l’Évêque2 – (cf. annexe I, colonne A). Les structures sociales du monde urbain, appréhendées à partir du cens, laissent entrevoir une tendance plus marquée vers la richesse que dans les campagnes.

3La diversité n’en est pas moins de règle. Le poids des électeurs les moins fortunés s’inscrit dans un large éventail : de 35 % – Caen – à 52 % – Condé –. Outre cette dernière, ils sont aussi fort nombreux – nettement plus de 40 % – à Lisieux, Vire et Bayeux. Quant aux plus riches, leur importance varie de 21 % – Honfleur – à 37 % – Caen –, avec un taux largement inférieur à la moyenne dans les deux villes du Bocage : Condé et Vire.

  • 3 Ont été comptabilisés avec les « propriétaires » quelques électeurs dont seule la fonction est pré (...)
  • 4 L’activité des marchands, commerçants et fabricants est parfois précisée : de fil, de coton, de fr (...)
  • 5 Dans les campagnes le « monde des affaires » est beaucoup moins présent : 15 % des électeurs.

4Les professions ou fonctions ont été réparties, dans un but de simplification, en quatre ensembles : propriétaires, milieux d’affaires, professions libérales et professions administratives3. Les propriétaires, sans être majoritaires, fournissent l’effectif le plus grand : 41,5 %. Ce sont le plus généralement des « rentiers du sol ». Faut-il ajouter que leur importance dans l’électorat est loin d’être homogène : de 37 % – Honfleur – à 52 % – Vire, en passant par 40 % à Caen. Ainsi que l’on pouvait s’y attendre ils sont relativement moins nombreux que dans les campagnes où ils représentent 78 % de l’électorat. Le second ensemble est celui du « monde des affaires » avec 32 % du nombre des censitaires. Il regroupe négociants, marchands, manufacturiers et artisans4. Le taux moyen est loin d’être atteint à Pont-l’Évêque et Bayeux – 13 et 16 % –, mais est largement dépassé à Condé et Lisieux – 48 et 42 % –, les deux centres d’industrie textile alors les plus dynamiques. Les milieux commerciaux et artisanaux sont aussi en première position, comme dans les deux cités textiles, avant les propriétaires, à Honfleur – 38 %5.

  • 6 Ces deux groupes sont très nettement moins nombreux dans les zones rurales : 7 %.
  • 7 Milieux d’affaires : 43 % dans les premières, 15 % dans les secondes. Professions libérales et adm (...)

5Les deux autres ensembles regroupent un effectif moindre. Les membres des multiples professions administratives – 14 % – devancent les professions libérales, tels que avocats, médecins et pharmaciens – 12 %–. Ce monde des « talents » – un bon quart des censitaires – est relativement nombreux à Pont-l’Évêque et Bayeux où ils viennent au second rang – 40 % – après les propriétaires. Il en est de même à Falaise, mais moins nettement : 30 %. Dans les cinq autres villes ces deux ensembles professionnels sont toujours en dernière position6. Naturellement, mais faut-il le préciser, tous les censitaires appartenant aux mondes des « affaires » et des « talents » possèdent des biens fonciers et/ou immobiliers. Extrêmement rares sont ceux dont la patente est plus élevée que la contribution foncière. Ainsi chaque cité a des caractères professionnels et sociaux qui lui sont propres. Il existe des mondes urbains et non un seul. En témoignent, par exemple, les différences structurelles entre les deux centres textiles et les villes administratives que sont Pont-L’Évêque et Bayeux7. Les électorats citadins, malgré leurs nuances, sont néanmoins fort dissemblables de celui des campagnes, tant par le poids plus grand de leurs éléments les plus riches que par l’importance plus forte des mondes des « affaires » et des « talents ».

  • 8 Ces appréciations proviennent de correspondances et de rapports officiels ayant pour principales o (...)

6Des électorats urbains diversifiés, certes, mais quelles sont les opinions de ceux qui les composent ? Une réponse est peut-être possible en s’appuyant sur les chiffres de 1 à 4, surajoutés et manuscrits, de la liste électorale de 1820. Encore faut-il savoir à quelle sensibilité politique chacun d’eux correspond. Dans un premier temps ils ont été confrontés à des appréciations portées sur certains électeurs, tant citadins que ruraux8. Le chiffre « 4 » correspond ainsi à de multiples appréciations : « ennemi de la légitimité », « ennemi déclaré de la maison de Bourbon », « très dévoué à l’Empereur », « partisan de l’usurpateur », « ensorcelé par l’éclat de la réputation de Bonaparte », « jacobin dangereux », « idées libérales », « chef de parti dangereux », « factieux », etc. Ces électeurs seraient donc des opposants au nouveau régime.

  • 9 AN F 1c. III. Calv. 5. Lettre du 8 octobre 1816.

7Le chiffre « 2 » est attribué à plusieurs conseillers généraux ou d’arrondissement ainsi qu’à des maires et adjoints nommés au cours des premières années de la Restauration. Certains, de plus, démissionnent de leurs fonctions après les journées de juillet 1830. Dans la même catégorie l’on trouve quelques anciens émigrés dont l’un « très attaché au Roi, a très bien servi dans l’émigration et la Vendée », ainsi qu’un propriétaire qui « a servi d’une manière très honorable » dans les armées impériales, mais « est resté tranquille pendant les Cent jours ». Citons encore le comte Charles de Haute-feuille, président du collège départemental en 1816. Il s’y oppose aux tenants de l’ancienne majorité composée « en presque totalité de gentils-hommes », et s’emploie à mobiliser les électeurs « sages et modérés » dont les idées « sont plus en harmonie avec celles du Roi9 ». Ces censitaires sont, selon toute apparence, des soutiens solides de la Monarchie légitime.

  • 10 AN BB.18. 988.
  • 11 AN F 1c. III. Calv.5. Lettre de protestation envoyée au Ministre de l’Intérieur, 12 octobre 1816.
  • 12 A.D.16 M.654 (ancienne cote)

8Il en est de même des électeurs auxquels est affecté le chiffre « 1 ». Pour bon nombre ce sont des nobles – marquis, comtes, vicomtes –, tel cet ancien page de Louis XVI jusqu’au 10 août 1792, émigré par la suite et rentré en 1803. On y voit aussi un noble, conseiller général. Il dénonce, en 1819, un médecin qui a critiqué verbalement les Français ayant soudoyé des citoyens afin qu’ils insultent « nos militaires retirés du service10 ». L’on peut citer encore de Guernon-Ranville qui, en octobre 1816, après les élections, se féliciterait de « la victoire remportée sur la canaille11 ». Se rencontrent aussi des roturiers, dont le maire de Saint-Pierre-sur-Dives. Le 25 février 1816, s’adressant aux habitants, il remercie « la Providence d’avoir rendu à nos vœux, avec son auguste famille, notre Roi légitime, Louis le désiré », et d’avoir donné comme préfet au département le comte de Berthier, de tendance ultra12. Ces censitaires, on peut raisonnablement le penser, appartiennent à la sensibilité royaliste teintée d’extrémisme.

  • 13 AN F 1c. III. Calv. 5. Le nombre de ces électeurs est égal au quart, à quelques dizaines près, des (...)
  • 14 En effet, d’après la liste récapitulative des AN il y aurait 51,4 % de « royalistes sûrs », alors (...)

9Par contre de très rares renseignements concernent les électeurs de chiffre « 3 ». Que penser, par exemple, de ce Conseiller d’arrondissement en 1811, maire de sa commune en 1820 puis nommé, peu après, Conseiller général ? Plus grave, ce qui oblige à s’interroger, trois de ces électeurs sont ainsi appréciés en 1816 : « révolutionnaire », « partisan de la révolution » et « révolutionnaire, ennemi des nobles et des prêtres ». Les « 3 » sont-ils des ralliés ou, plus simplement, de bons opportunistes ? La chance, elle n’est pas à négliger, les historiens-chercheurs le savent, nous a permis de découvrir un état des électeurs calvadosiens daté de novembre 182013. À chacun d’eux est attribué un signe : triangle, croix, trait horizontal ou cercle. Il est remplacé parfois par la mention « absent » ou « inconnu ». De plus, sous la même cote, est conservé un état récapitulatif pour chaque arrondissement. Il précise la signification de trois signes. La croix : « royalistes sûrs », le trait horizontal : « royalistes constitutionnels ou douteux », le cercle : « ultra-libéraux ». Manque donc la signification du triangle. La confrontation des deux listes – Archives nationales et Archives départementales – aboutit à une étroite corrélation entre triangle et chiffre « 1 ». Sans preuves absolues, il est très fortement probable qu’il s’agit d’ultra-royalistes. L’état récapitulatif aurait donc regroupé, sous la dénomination de « royalistes sûrs », tous les royalistes y compris les ultras14.

  • 15 La division au sein de la noblesse ancienne est certaine. Pendant la Première Restauration, celle (...)

10Non sans hésitation, du fait des doutes qui subsistent, il semble raisonnable de considérer, et non d’affirmer, que les codes numériques de la liste électorale correspondent aux tendances politiques suivantes, au moins en 182015.

  1. Ultra-royalisme
  2. « Royalistes sûrs »
  3. « Constitutionnels ou douteux »
  4. Ultra-libérale

11Quelle est alors leur répartition dans l’espace départemental ? Au vu des pourcentages obtenus, les deux tendances extrêmes sont l’une – ultra-royaliste – plus présente dans les campagnes, l’autre – ultra-libérale – plus importante dans les villes. Le poids des royalistes sûrs est peu différent dans les espaces, qu’ils soient ruraux ou urbains. Quant aux « royalistes constitutionnels ou douteux » ils seraient plus nombreux dans les zones campagnardes.

Ventilation des opinions

Ventilation des opinions
  • 16 Plus généralement, le Bocage ne semble pas avoir conservé un bon souvenir de la Chouannerie. L’éle (...)

12Les villes sont loin de présenter la même physionomie politique (cf. annexe I). L’ultra-royalisme est le plus développé à Bayeux, Pont-l’Évêque et Caen. Il est par contre absent à Condé et en nombre infime à Falaise. Même si on le complète par les « royalistes sûrs », le poids des soutiens du régime reste contrasté. L’électorat royaliste est majoritaire à Falaise, Pont-l’Évêque et Honfleur, mais très minoritaire à Condé, Vire et Bayeux (cf. annexe I, col. 1 et 2). Les ultra-libéraux, opposants indiscutables, ont aussi une importance variable (cf. annexe I, col. 4). Ils sont largement les plus nombreux à Condé et Vire. Ces deux cités, notons-le, furent les pôles de résistance à la Chouannerie, particulièrement active dans la zone bocagère pendant le Directoire16. Les opposants sont aussi en nombre appréciable – un tiers – à Bayeux et Pont-l’Évêque. Dans les quatre autres villes leur importance est moindre, plus particulièrement à Lisieux. Il est vrai que dans cette dernière les hésitants – « constitutionnels ou douteux » – sorte de « centre-gauche » de l’époque, sont le plus fortement représentés (cf. annexe I, col. 3). Au total les électorats urbains présentent des comportements politiques bien tranchés. Les uns – Bayeux, Vire, Condé – sont indiscutablement dominés par les opposants réels ou potentiels. Les autres – Falaise, Honfleur, Pont-l’Évêque – possèdent une majorité favorable au régime en place. Le chef-lieu, Caen, et Lisieux se situent dans une position médiane que reflète le poids des électeurs hésitant entre l’opposition ferme et le ralliement conditionnel au gouvernement.

  • 17 Le nombre des épurés est mal connu. Peut-être entre 650 et 900 ? R.-P. de Bertier de Sauvigny, « F (...)

13Quelles sont les raisons des nuances entre villes et des oppositions au sein du « pays légal » ? La réponse n’est pas simple, d’autant que, suivant les individus, peut intervenir l’héritage. Influence possible, pour les uns, de la tradition familiale. Influence, pour les autres, du « vécu » : les souvenirs de la bonne vingtaine d’années, difficiles à vivre, qui s’étendent des débuts de la Révolution à la chute définitive du pouvoir impérial. L’exploitation quantitative des listes électorales de 1820 peut néanmoins fournir certains éclairages et permettre d’avancer des hypothèses probables tout en restant partielles. Elle s’appuiera sur une analyse socio-professionnelle des quatre sensibilités politiques. La répartition des professions témoigne, s’il en était besoin, que chaque famille idéologique recrute dans les quatre ensembles professionnels. Ainsi la présence de « fonctionnaires » de tous niveaux, du greffier de tribunal ou du receveur municipal au préfet et au trésorier payeur, s’amoindrit à mesure que l’on s’éloigne de l’extrême-droite ultra pour atteindre les opposants déclarés (cf. annexe II, col. 4). Néanmoins les royalistes, pris dans leur ensemble, dépassent largement la moyenne. Les épurations qui ont suivi le second retour de Louis XVIII en sont responsables17. Dans un climat de très forte tension, il était presque inévitable que le pouvoir recrute ses administrateurs parmi les notables qui lui étaient dévoués. L’on notera cependant que le royalisme extrémiste s’appuie fortement sur le monde des propriétaires tandis que ces derniers sont moins présents parmi les « royalistes sûrs » (cf. annexe II, col. 1). Au sein de ces royalistes « sages » l’on recense aussi une part non négligeable – un bon quart – de censitaires appartenant au monde des affaires (cf. annexe II, col. 2).

  • 18 Leurs cens s’inscrivent dans un très large éventail compris entre 300 F et plusieurs milliers de f (...)

14Négociants, manufacturiers et boutiquiers fournissent par contre le plus gros contingent d’opposants, qu’ils soient déclarés ou hésitants. Avec les professions libérales ils en constituent la majorité, le véritable noyau des « mal-pensants » aux yeux du pouvoir (cf. annexe II, col. 2 et 3). Néanmoins les propriétaires sont loin d’être absents : plus d’un tiers. Leur présence dans toutes les sensibilités politiques serait-elle à mettre en rapport avec la très forte diversité de leurs situations sociales18 ? L’hétérogénéité des niveaux sociaux conduit en effet à s’interroger sur l’influence qu’ils peuvent avoir dans le domaine des choix idéologiques. L’électorat est composé, pour les deux cinquièmes, de censitaires les moins fortunés. Ces derniers sont cependant les moins nombreux dans l’ensemble royaliste, alors que les cens les plus élevés – 2 000 F au moins – y sont les plus fréquents, particulièrement parmi les ultra-royalistes (cf. annexe III, col. 1 et 4).

  • 19 AN F 1c. III. Calv. 5. Le signe « 0 », ou cercle, désigne, nous l’avons vu, les ultra-libéraux.
  • 20 Ultra-royalistes ayant un cens supérieur à 1 000 F : 63 % parmi les propriétaires, 62 % parmi les (...)

15L’existence d’une certaine hiérarchie des fortunes et de son rapport avec les opinions des électeurs est d’ailleurs signalée dans l’arrondissement de Bayeux : « il est d’observation que plus les cotes descendent plus le signe 0 devient fréquent19 ». Cette précision n’est que partiellement exacte puisque les cotes les plus faibles atteignent leur maximum dans le groupe des « constitutionnels ou douteux » (cf. annexe III, col. 1). Elle est par contre confirmée par la ventilation des cens des électeurs opposants et « royalistes sûrs ». La seule exception concerne les royalistes extrémistes, véritable monde à part et ploutocratique dans sa majorité, qu’ils soient propriétaires ou fonctionnaires20.

  • 21 Ultra-libéraux payant plus de 1 000 F de contributions : 35 % s’ils appartiennent aux milieux d’af (...)
  • 22 Évoquant le monde du commerce et des armateurs caennais, le préfet, dans un rapport du 11 février (...)
  • 23 AN F 7. 9 638. Rapport de janvier 1816 par le préfet Bertier.
  • 24 AN F 1 c. III. Calv. 4. Lettre du 18 avril 1815.

16Les ultra-libéraux se distinguent aussi par l’importance des cens élevés et très élevés, ce qui les place au second rang après les extrémistes royalistes. Ils la doivent au contingent, non négligeable, appartenant aux milieux d’affaires riches, voire très riches, ainsi qu’à un nombre appréciable de membres des professions libérales21. L’influence de ces milieux du négoce est d’ailleurs signalée à Caen en 181522. L’on apprend aussi, à la même date, que les plus puissants des commerçants « sont protestants, c’est-à-dire républicains ». Le rôle de cette minorité de réformés se retrouve encore dans le centre textile de Condé. L’opposition libérale se nourrit donc, en partie tout au moins, d’un certain anticléricalisme. L’un de ses membres, président du tribunal de Bayeux, est « ennemi juré de la maison de Bourbon, de la noblesse et du clergé23 ». De plus, « un vieux militaire […] véritable ami de sa Majesté l’Empereur » dénonce les curés qui prêchent « la révolte et l’assassinat contre sa Majesté », et souhaite qu’ils soient destitués et remplacés par des « ministres de paix ». Il demande aussi que « tous les jeunes ecclésiastiques, tous les séminaristes » soient enrôlés d’office et mis, afin d’être bien encadrés, « dans les vieux régiments d’élite24 ». Cependant, autour de cette minorité de négociants et manufacturiers, sorte de fer de lance de l’opposition, gravite tout un monde de boutiquiers auxquels s’adjoignent des professions libérales et des fonctionnaires dont la richesse est globalement moindre.

Ultra-Libéraux et leurs cens (Pourcentages au sein de chaque groupe)

Ultra-Libéraux et leurs cens (Pourcentages au sein de chaque groupe)
  • 25 AN F 1 c. III. Calv. 13. Rapport de février 1815 concernant la ville de Caen.
  • 26 AN BB 30. 237. Rapport du substitut du Procureur général, 27 septembre 1820. En effet l’on recense (...)

17Parmi les libéraux se retrouvent encore des officiers en retraite « généralement frondeurs ». Ils formeraient « la classe la plus dangereuse25 ». Enfin à Pont-l’Évêque et dans les environs « l’opinion libérale a pris une croissance considérable parmi les marchands de bœufs et les herbagers, gens pour la plupart riches26 ». Si l’on met à part les extrémistes des deux bords, il faut bien reconnaître que les tendances politiques intermédiaires sont plus difficiles à cerner. Socialement, leurs électeurs se recrutent majoritairement au sein des censitaires les moins riches (cf. annexe III, col. 1 et 2). Tout juste peut-on remarquer qu’ils sont plus présents chez les opposants hésitants qu’au sein des « royalistes sûrs ».

18L’analyse, certainement trop pointilliste, du contenu des listes électorales est loin de répondre à toutes les questions que l’on peut se poser. Elle dégage, au mieux, des tendances et permet d’avancer des hypothèses probables sans plus. Pour tenter d’y voir plus clair seront distinguées deux grandes familles. D’une part les royalistes – codes 1 et 2 –, d’autre part les opposants réels ou potentiels – codes 3 et 4 –. Il apparaît alors que les premiers appartiennent majoritairement aux mondes des propriétaires et des fonctionnaires – 68 % –. Les opposants, eux, sont surtout composés de membres des professions libérales et de censitaires issus des milieux du commerce et de l’industrie – 54 % –. C’est dire que leurs structures professionnelles sont moins homogènes.

  • 27 « Plèbe » est une dénomination osée puisque ses membres sont « bourgeois » au sens de l’époque. Qu (...)
  • 28 Villes de Bayeux, Pont-l’Évêque, Vire et Falaise. Cette dernière a été classée, non sans hésitatio (...)
  • 29 Villes de Caen, Honfleur, Lisieux et Condé-sur-Noireau. Socialement les différences avec les précé (...)

19Socialement seront distingués les éligibles, les plus fortunés donc, et les autres. Ces derniers sont majoritaires dans les deux familles. Toutefois ils sont plus présents dans l’opposition – 72 % – que parmi les royalistes – 62 % –, et leur recrutement est plus important dans la « plèbe » censitaire, cens inférieur à 500 F : 43 % contre 35 %27. Poussant plus loin cet essai de synthèse, l’on peut se demander si l’environnement économique urbain peut avoir une incidence sur les options politiques. En s’aidant des structures professionnelles il est possible de distinguer les cités « bourgeoises », centres administratifs et accessoirement centres commerciaux28, et celles semblant plus dynamiques, économiquement parlant, où les milieux d’affaires sont plus fortement représentés : villes apparemment plus riches29 (cf. annexe IV, A et B). Il en ressort que, dans les premières, les « gouvernementaux » sont les mieux représentés – 54 % – alors que l’électorat des secondes pencherait vers un « libéralisme avancé » – 58 % –. Reconnaissons qu’il s’agit seulement de tendances vers tel ou tel choix idéologique. Il n’en reste pas moins qu’une économie plus ouverte, teintée de modernisme technique, semble favoriser le courant souhaitant un progressisme politique.

  • 30 Ces candidats sont au nombre de 42, mais 38 seulement ont été retrouvés sur nos listes.
  • 31 L’opinion du septième député ne nous est pas connue. L’on sait seulement que c’est un « royaliste (...)

20Il est difficile, pensons-nous, d’aller plus loin dans le domaine des explications possibles des choix politiques, tout au moins en s’en tenant à l’exploitation de la documentation fournie par les listes électorales de 1820. Subsiste cependant une question : la répartition des opinions se traduit-elle dans les faits, c’est-à-dire lors des élections législatives ? La réponse est peu aisée, les résultats électoraux dont on peut disposer englobant les électorats urbains et ruraux. Les premières élections de la Seconde Restauration – août 1815 –, faites suivant des modalités compliquées, présentent l’avantage d’offrir des renseignements sur les candidats choisis par les collèges d’arrondissement30. La lutte fut ardente, ce qui ne peut surprendre, sauf à Pont-l’Évêque. Dans les autres chefs-lieux il fallut de deux à cinq tours de scrutin, dont quatre à Bayeux et cinq à Vire. Les royalistes triomphent avec les trois-quarts des élus, les « royalistes sûrs » l’emportant de peu sur les ultras. Ces derniers réalisent leurs meilleurs scores à Caen, Pont-l’Évêque et Bayeux, alors qu’ils sont devancés par les premiers à Lisieux et Falaise. Néanmoins les libéraux décrochent un cinquième des postes, dont la moitié à Vire où ils sont majoritaires et un quart à Pont-l’Évêque. Finalement, non sans débats – 6 tours de scrutin –, le collège départemental envoie siéger à la Chambre deux « royalistes sûrs » et quatre ultras31.

  • 32 À Caen la victoire libérale était prévisible ; les habitants étaient nerveux dès 1819 : pétition c (...)
  • 33 Le nouveau découpage, qui n’est pas neutre, répartit entre trois circonscriptions électorales les (...)
  • 34 Dans plusieurs rapports le préfet de Montlivault signale l’agitation des libéraux en 1827 et 1829, (...)

21En septembre 1816, les élections se font suivant des modalités différentes. Les opinions de 17 candidats sont connues sur les 24 retenus par les collèges d’arrondissement. Les résultats sont marqués par une nette progression de l’ultracisme – presque la moitié des élus – au détriment des modérés. Les royalistes renforcent donc leur position puisque les libéraux n’ont que deux élus, l’un à Vire et l’autre à Bayeux. L’ouest du département fait donc figure d’opposant. En application de la loi du double vote, le corps électoral est à nouveau consulté. Les quatre circonscriptions donnent des résultats plutôt surprenants. Les trois élus se répartissent ainsi : un ultra-royaliste à Bayeux, un « royaliste sûr » à Falaise et un libéral à Caen32. L’élection des deux derniers n’est cependant acquise qu’au troisième tour. Il en est de même de l’élu lexovien. Préfet dans un autre département, il bat un banquier du chef-lieu, candidat libéral33. À l’occasion des consultations électorales suivantes, la répartition des sièges est encore modifiée. Il semble que, progressivement, l’opposition libérale se renforce par un glissement vers le progressisme de royalistes modérés et des « constitutionnels ou douteux » de 1820. Les élus calvadosiens voteront en majorité – six sur sept – l’adresse des 221. Aussi, lors des élections de juin-juillet 1830, la coalition dite « constitutionnelle » l’emportera largement sur les « ministériels » : 68 % des votants dans les collèges d’arrondissement et 58 % dans le collège départemental34.

  • 35 Les abstentions sont fortes en 1816 : 36 %, et lors de la consultation consécutive à l’application (...)

22Bien évidemment les scores électoraux sont ceux des collèges dans leur ensemble et le glissement vers un libéralisme, somme toute modéré, n’est pas imputable aux seuls citadins. Néanmoins l’on constate que les deux circonscriptions élisant des ultra-libéraux en 1827 et 1830, voire dès 1824, comprennent des villes comme Caen, Bayeux et Vire, possédant une majorité de censitaires franchement ou virtuellement libéraux en 1820. Certes la circonscription lexovienne résiste le plus longtemps. Après avoir élu deux fois un préfet puis un membre de l’Institut, elle rejoint l’opposition en 1830 et choisit alors un « 221 » promis à un bel avenir politique : François Guizot. Faut-il en conclure que les citadins font la pluie et le beau temps électoraux ? Nous n’oserons l’affirmer. Les censitaires ruraux ont aussi leur mot à dire. Mais, pour eux, il y a le déplacement au chef-lieu électoral qui peut, éventuellement, les conduire à l’abstention. Seulement ce n’est apparemment pas le cas35.

23En conclusion, tout en reconnaissant certains apports intéressants fournis par le traitement quantitatif des listes électorales de 1820, il faut avouer que l’on espérait mieux. Si riches soient-elles, elles ne pouvaient donner des réponses à toutes les questions que l’on est en droit de se poser. La politologie, du fait de sa rigueur et de ses exigences scientifiques, est difficilement applicable aux temps anciens. Le chercheur qui ne veut pas se contenter d’une histoire descriptive, la laissant à d’autres, couramment dénommés « historiens », doit savoir que l’Histoire explicative, la vraie, a ses limites.

Annexe I

Opinions politiques des citadins

Opinions politiques des citadins

A – Taux d’électeurs pour 1 000 habitants. Pourcentages : 1 – Ultra-royalistes ; 2 – Royalistes sûrs ; 3 – Constitutionnels ou douteux ; 4 – Ultra-libéraux.

Annexe II

Opinions et professions

Opinions et professions

1 – Propriétaires ; 2 – Commerce et industrie ; 3 – Professions libérales ; 4 – Professions administratives.

Annexe III

Opinions et cens

Opinions et cens

1 – 300 à 499 F ; 2 – 500 à 999 F ; 3 – 1 000 à 1 999 F ; 4 – 2 000 F et plus.

Annexe IV

Ensemble citadins suivant leurs fonctions
Structures professionnelles

Ensemble citadins suivant leurs fonctionsStructures professionnelles

1 – Propriétaires ; 2 – Commerce et industrie ; 3 – Professions libérales et administratives.

Répartition des censitaires

Répartition des censitaires

1 – 200 à 499 F ; 2 – 500 à 999 F ;
3 – 1 000 F et plus.
I – Villes d’industrie et de commerce ;
II – Villes administratives et de commerce.

Notes

1 A. D. Calv. série 3 M. 39. Outre ce complément, les listes contiennent des précisions bien connues des Chercheurs : nom, prénom(s), « profession ou fonction », domicile politique, montant de chacune des quatre contributions directes et leur total. Manque seulement l’âge ou la date de naissance.

2 Ce taux est néanmoins toujours supérieur à celui des campagnes : 4,3 ‰.

3 Ont été comptabilisés avec les « propriétaires » quelques électeurs dont seule la fonction est précisée : maire, adjoint, conseiller général ou d’arrondissement, député, voire la distinction : Chevalier de Saint-Louis. Par contre lorsqu’une qualification est ajoutée : propriétaire-marchand, propriétaire-fabricant, etc.., seule la seconde a été retenue. Ont été regroupés avec les « propriétaires » une petite minorité de cultivateurs ou herbagers.

4 L’activité des marchands, commerçants et fabricants est parfois précisée : de fil, de coton, de frocs, de toiles, de fer, etc., ou, simplement : tanneur, teinturier, épicier, etc. Ont été retenus aussi ceux dont la profession est accompagnée du préfixe « ex », comme ex-mercier, ex-blanchisseur. Un choix semblable a été appliqué aux deux derniers groupes professionnels : ex-pharmacien, ex-notaire, ex-magistrat, ex-inspecteur des domaines, etc.

5 Dans les campagnes le « monde des affaires » est beaucoup moins présent : 15 % des électeurs.

6 Ces deux groupes sont très nettement moins nombreux dans les zones rurales : 7 %.

7 Milieux d’affaires : 43 % dans les premières, 15 % dans les secondes. Professions libérales et administratives, respectivement 16 et 40 %. Cens inférieur à 500 F : 49 % et 43 %. Cens au moins égal à 2 000 F : 5 % et 10 %.

8 Ces appréciations proviennent de correspondances et de rapports officiels ayant pour principales origines la préfecture, les sous-préfectures et la gendarmerie. Elles couvrent la période 1814-1825 et sont conservées dans les séries M et Z des Archives départementales, ou dans la documentation se trouvant aux Archives Nationales.

9 AN F 1c. III. Calv. 5. Lettre du 8 octobre 1816.

10 AN BB.18. 988.

11 AN F 1c. III. Calv.5. Lettre de protestation envoyée au Ministre de l’Intérieur, 12 octobre 1816.

12 A.D.16 M.654 (ancienne cote)

13 AN F 1c. III. Calv. 5. Le nombre de ces électeurs est égal au quart, à quelques dizaines près, des censitaires calvadosiens. Il s’agirait donc des membres du collège départemental créé par la loi du « double vote ».

14 En effet, d’après la liste récapitulative des AN il y aurait 51,4 % de « royalistes sûrs », alors que celle des AD ne recense que 35,2 % de « 2 ». Par contre, si l’on additionne les chiffres « 1 » et « 2 », l’on arrive à 47,5 %. La différence est donc faible – 4 points – ce qui est, somme toute, dans la logique politico-fiscale de la loi de 1820, le collège départemental devant être, en théorie, plus favorable au régime que l’ensemble des collèges d’arrondissement. C’est ce que l’on constate dans quatre d’entre eux sur six. Dans celui de Falaise les pourcentages sont égaux à un dixième d’unité près. Par contre, dans celui de Pont-l’Évêque, le rapport est fortement inversé. « Royalistes sûrs » : 43,2 % – archives nationales –, chiffres « 1 » et « 2 » : 54,5 % – archives départementales –.

15 La division au sein de la noblesse ancienne est certaine. Pendant la Première Restauration, celle des campagnes « a mieux pensé que celle de la ville ». – AN F 1c III. Calv.13. Rapport préfectoral du 11 février 1815. Il est d’ailleurs précisé que la noblesse « est elle même divisée » – rapport du 21 mars 1814 –. Plus tard il est reconnu qu’existent « des individus qui ne veulent que la conservation de ce qui existe ». Il est cependant ajouté que, dans le département, « la Monarchie constitutionnelle ne compte… qu’un bien petit nombre d’antagonismes prononcés ». – AN F. 7. 6 768, Rapport préfectoral du 5 juillet 1828 -. Enfin, l’année suivante, il est précisé que « les opinions politiques se subdivisent en une grande quantité de nuances ». – AN F. 7. 6 768. Rapport préfectoral du 18 mars 1829 –. C’est dire que les opinions des électeurs sont multiples et qu’elles ont évolué suivant les individus en fonction des changements d’orientation politique des gouvernements successifs.

16 Plus généralement, le Bocage ne semble pas avoir conservé un bon souvenir de la Chouannerie. L’électorat rural de l’arrondissement de Vire est à 30 % ultra-libéral. Selon le sous-préfet de Vire « l’esprit républicain y domine » – AD M. Statistiques agricoles. Tableaux récapitulatifs, 1814-1816. Rapport du 20 mai 1816 –. Comment s’en étonner puisqu’en mars 1815 « l’esprit des Virois est bien dans le sens du gouvernement », ils ont crié « Vive l’Empereur, Vive Marie-Louise » – AN F. 7. 9 638. Rapport du 23 mars –. Enfin, après Waterloo, le bruit se répand que des groupes de Chouans existeraient à 5 ou 6 lieues de Vire, ce qui suffit à faire naître la peur. D’après le sous-préfet : « c’est une Barthélémy que l’on craint » – AN F7. 9 638. Rapport du 26 juin 1815 –.

17 Le nombre des épurés est mal connu. Peut-être entre 650 et 900 ? R.-P. de Bertier de Sauvigny, « Ferdinand de Bertier, préfet du Calvados », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. LIV, 1957-58, p. 243 à 259.

18 Leurs cens s’inscrivent dans un très large éventail compris entre 300 F et plusieurs milliers de francs. Le maximum – 10 378 F – revient à un propriétaire caennais.

19 AN F 1c. III. Calv. 5. Le signe « 0 », ou cercle, désigne, nous l’avons vu, les ultra-libéraux.

20 Ultra-royalistes ayant un cens supérieur à 1 000 F : 63 % parmi les propriétaires, 62 % parmi les fonctionnaires.

21 Ultra-libéraux payant plus de 1 000 F de contributions : 35 % s’ils appartiennent aux milieux d’affaires et 31 % parmi les professions libérales.

22 Évoquant le monde du commerce et des armateurs caennais, le préfet, dans un rapport du 11 février 1815, affirme : « c’est dans cette classe surtout que règne le plus grand esprit d’opposition ». Il ajoute qu’ils ne veulent pas céder devant la considération « qui tient à la naissance et au rang », et précise, de plus, qu’ils ont acquis, en grand nombre, des biens nationaux. – AN F. 1c. III. Calv. 13 –. L’un de ses prédécesseurs écrivait que, chez ces acquéreurs, « la haine contre l’ancienne noblesse est loin d’être éteinte ». (rapport du 21 mars 1814).

23 AN F 7. 9 638. Rapport de janvier 1816 par le préfet Bertier.

24 AN F 1 c. III. Calv. 4. Lettre du 18 avril 1815.

25 AN F 1 c. III. Calv. 13. Rapport de février 1815 concernant la ville de Caen.

26 AN BB 30. 237. Rapport du substitut du Procureur général, 27 septembre 1820. En effet l’on recense 48 % de libéraux parmi les herbagers dans le canton de Pont-l’Évêque, dont 30 % ont un cens supérieur à 1 000 F. L’herbager libéral le plus riche – 8 507 F – réside cependant à Victot, canton de Cambremer.

27 « Plèbe » est une dénomination osée puisque ses membres sont « bourgeois » au sens de l’époque. Quels bourgeois ? L’éternel problème des seuils ne peut être esquivé. Quelle différence sociale y a-t-il entre deux contribuables, l’un payant 300 F de contributions et l’autre 290 F ? Par contre le premier appartient au « pays légal » et l’autre au « pays réel », nuance purement politique mais alors d’importance.

28 Villes de Bayeux, Pont-l’Évêque, Vire et Falaise. Cette dernière a été classée, non sans hésitation, dans cette catégorie car elle est alors présentée, et à juste titre, comme centre de bonneterie, avec de nombreuses foires, dont la « Guibray » est la plus réputée. Seules les structures professionnelles ont dirigé notre choix : monde des affaires proportionnellement inférieur à la moyenne des huit cités.

29 Villes de Caen, Honfleur, Lisieux et Condé-sur-Noireau. Socialement les différences avec les précédentes sont plutôt des nuances (cf. annexe IV B).

30 Ces candidats sont au nombre de 42, mais 38 seulement ont été retrouvés sur nos listes.

31 L’opinion du septième député ne nous est pas connue. L’on sait seulement que c’est un « royaliste pur et désintéressé » et qu’il a refusé le serment à « l’usurpateur » – AN F 7. 9 638. Rapport du préfet de Bertier, janvier 1816 –.

32 À Caen la victoire libérale était prévisible ; les habitants étaient nerveux dès 1819 : pétition contre le projet de réforme électorale et agitation entretenue par les étudiants en droit. – AN BB 18 989. Rapport du Procureur général, 16 mars 1819, et BB 30 237. dos. 2. Rapport du 20 juin 1820.

33 Le nouveau découpage, qui n’est pas neutre, répartit entre trois circonscriptions électorales les arrondissements administratifs de Pont-l’Évêque et Vire. Le poids des villes « gauchisantes » s’en trouve ainsi réduit.

34 Dans plusieurs rapports le préfet de Montlivault signale l’agitation des libéraux en 1827 et 1829, tout en tentant d’en minimiser l’importance. Elle ne concernerait que les « classes moyenne et supérieure » dans lesquelles « les discussions ont pris plus de vivacité » ou les seules faisant preuve d’ » effervescence politique ».

35 Les abstentions sont fortes en 1816 : 36 %, et lors de la consultation consécutive à l’application de la loi de 1820 : 33 %. Pour les élections suivantes la participation est très importante : moyenne de 86 %.

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16796/img-1.png
File image/png, 63k
Title Ventilation des opinions
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16796/img-2.png
File image/png, 75k
Title Ultra-Libéraux et leurs cens (Pourcentages au sein de chaque groupe)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16796/img-3.png
File image/png, 62k
Title Opinions politiques des citadins
Caption A – Taux d’électeurs pour 1 000 habitants. Pourcentages : 1 – Ultra-royalistes ; 2 – Royalistes sûrs ; 3 – Constitutionnels ou douteux ; 4 – Ultra-libéraux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16796/img-4.png
File image/png, 207k
Title Opinions et professions
Caption 1 – Propriétaires ; 2 – Commerce et industrie ; 3 – Professions libérales ; 4 – Professions administratives.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16796/img-5.png
File image/png, 124k
Title Opinions et cens
Caption 1 – 300 à 499 F ; 2 – 500 à 999 F ; 3 – 1 000 à 1 999 F ; 4 – 2 000 F et plus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16796/img-6.png
File image/png, 126k
Title Ensemble citadins suivant leurs fonctionsStructures professionnelles
Caption 1 – Propriétaires ; 2 – Commerce et industrie ; 3 – Professions libérales et administratives.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16796/img-7.png
File image/png, 31k
Title Répartition des censitaires
Caption 1 – 200 à 499 F ; 2 – 500 à 999 F ;3 – 1 000 F et plus.I – Villes d’industrie et de commerce ;II – Villes administratives et de commerce.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16796/img-8.png
File image/png, 30k

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540