Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et le politique

 | 
Michel Lagrée
, 
Jacqueline Sainclivier

2e partie. L’ouest intérieur

Jacques Lochet, un prêtre sarthois apôtre de l’action caritative et sociale au xixe siècle

René Plessix

Texte intégral

1Noël Blayau et Jacques Léonard trop tôt enlevés à notre affection ; Henri Contamine, Jean Delumeau et Pierre Goubert, François Lebrun et Michel Denis, tels étaient, au début des années soixante, les maîtres rencontrés le plus souvent par les étudiants d’histoire moderne et contemporaine (on ne parlait pas encore de département) de la faculté des Lettres et Sciences Humaines de Rennes alors implantée place Hoche. Trente bonnes années plus tard, invité à « mélanger » Michel Denis, c’est-à-dire à lui exprimer admiration, fidélité, amitié et reconnaissance, j’ai songé à faire de l’abbé Lochet, figure originale du clergé sarthois au xixe siècle, l’objet de cet hommage. Malheureusement, pour cet apôtre reconnu de l’action caritative et sociale auquel l’abbé Deschamps, grand vicaire de l’évêque de Châlons-sur-Marne pouvait écrire :

  • 1 AD Sarthe (ADS), 13 F 1924, 30 novembre 1877.

En attendant que mes cheveux soient passés du gris au blanc je serais très heureux d’aller vénérer chez vous la blancheur des vôtres… Monseigneur a été très touché de votre aimable souvenir. Il n’a pas perdu de vue le charmant poète dont la muse a toujours fait preuve de si sainte inspiration. Mais, sous le poète, chez vous, il y a toujours l’apôtre des œuvres et rien de ce que nous entendons dire de votre zèle et de votre dévouement sous ce rapport ne nous étonne comme nous le disions, ces jours derniers encore, Sa Grandeur et moi1,

2les archives publiques et religieuses appliquent le principe évangélique « que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite afin que ton aumône reste invisible. »

  • 2 Ou Torcé, arrondissement du Mans, canton de Montfort-le-Rotrou, devenu Torcé-en-Vallée en 1919.
  • 3 Archives de l’Évêché du Mans, Fonds Lochet (AEM, FL) note manuscrite de l’abbé Lochet.
  • 4 Loir-et-Cher, arrondissement de Vendôme, canton de Montoire.
  • 5 AEM, FL, lettre à ses parents du 10 juin 1831. Que M. l’abbé Moulin, archiviste du diocèse, trouve (...)
  • 6 AEM, FL, note manuscrite de F. Lochet.
  • 7 AEM, FL, brouillon d’une lettre adressée par l’abbé Lochet au Président de la Société d’Agricultur (...)
  • 8 Abbé F. Pichon, Notice sur M. l’abbé J.L.A.M. Lochet, vicaire à Notre-Dame de la Couture, Le Mans, (...)

3Jacques Louis Antoine Marie Lochet, fils de Jacques René Lochet, propriétaire et cultivateur, et de Louise Lochet naît à Notre-Dame de Torcé2, le 13 juin 1818. De bonne heure, comme il le rapporte luimême, il manifeste une piété toute particulière pour la Vierge : « Quand j’étais enfant j’aimais à courir par la campagne avec les enfants de mon âge pour cueillir de gros paquets de pâquerette blanche, d’ambifoin bleu, de pentecôte rouge et de genêt aux fleurs d’or : puis, la moisson finie, je les apportais le soir à ma mère pour orner notre petite chapelle à Marie. En échange de ces présents, je recevais un baiser de ma mère3 ». Il commence ses études secondaires au collège de Villedieu-en-Beauce4 où il songe déjà à devenir prêtre. Sa correspondance avec ses parents le prouve : « […] Il serait peut être bien plus avantageux si vous voulez de rester encore un an à Villedieu et j’entrerais en seconde au séminaire, je ne désire rien tant que d’y aller, mais en tout je suis prêt à obéir à votre volonté5 ». À la rentrée suivante il se retrouve au collège municipal de Mamers, tenu alors par un principal d’origine mayennaise, Mathurin Garot, qui l’a relevé. Des quelques lettres adressées à ses parents et conservées, de novembre 1832 à janvier 1834, on ne peut retirer que quelques détails sur la vie quotidienne de l’établissement et les soucis matériels d’un jeune interne. Au terme de la seconde il part au collège du Mans6 suivre les cours de rhétorique, professés par M. Boyer7, et de philosophie, par l’abbé Bouvet8 et obtient son baccalauréat en 1836. Il se heurte alors à une opposition pour poursuivre vers la prêtrise. Dans une lettre du 7 octobre l’abbé Besnier, ancien curé de Mamers qu’il a certainement connu durant son séjour au collège, devenu depuis chanoine et vicaire général, lui écrit :

  • 9 AEM, FL, l’abbé Besnier lui avait écrit, le 21 septembre, une lettre adressée à M. Lochet, bacheli (...)

J’ai lu avec un vif intérêt votre aimable lettre que je trouve excellente et pour le fond et pour la forme. Votre cœur, plein de docilité, s’y peint au naturel. Je vous vois bien décidé, avec le secours du Ciel, à conserver vos convictions et vos goûts. Je crois qu’il n’y a rien de mieux à faire pour le moment. D’ailleurs vous n’avez pas à opter puisqu’on dispose de vous, de votre vocation et de votre avenir. C’est une touche trop forte d’absolutisme ! Vous allez donc aussi vous diriger vers la capitale. Quelque prévenu que je sois contre ce séjour périlleux, je me tranquillise en ce qui vous concerne persuadé que les beaux sentiments et les principes solides que je vous connais vous feront éviter les écueils…9

4De ce séjour parisien rien ne semble conservé. À en croire l’abbé Pichon, il serait également entré comme clerc, au Mans, chez l’avoué Lecouteux, avant de gagner, en octobre 1838, le séminaire. Le 18 septembre 1841, le département de la Mayenne relevant alors du diocèse du Mans, Mgr Bouvier lui confère la prêtrise à Laval. Quelques jours plus tôt l’abbé Besnier lui avait écrit :

  • 10 AEM, FL, 1er septembre 1841.

Mon cher enfant, avec les sentiments que je vous connais je suis bien sûr que vous mettez, avec raison, à haut prix le jour où vous allez vous consacrer encore plus particulièrement à Dieu… On parla de vous hier au Conseil à l’occasion de la prochaine ordination. Il n’a pas été dit un seul mot qui ne vous fut avantageux. Je crois que Mgr ne tardera pas à vous donner de l’emploi…10

  • 11 AEM, FL, lettre de l’abbé Le Geai, curé de Beillé, 18 février 1842 : « […] Je remercie Dieu de vou (...)
  • 12 AEM, FL, Lettre de l’abbé Besnier, 28 mars 1841.

5En effet, il l’envoie immédiatement à Yvré-le-Pôlin, second vicaire certes, mais dans des conditions assez particulières. Le curé, Simon Gaudin, ancien jureur et homme remarquable, « bon curé, modèle de tous les prêtres11 », n’en peut plus ; son vicaire, malade, se trouve dans l’impossibilité d’assurer intégralement son ministère, si bien qu’il se trouve quasiment seul pour desservir cette paroisse de 1 523 habitants : « Je vous ai plaint un peu, mon ami, au milieu des travaux de ce carême et de la Pâque. Je ne sais si votre vénérable curé peut y concourir autrement que par les saints exemples qu’il donne à ses paroissiens. Votre cher collègue n’ayant sans doute pas assez recouvré de forces pour vous soulager beaucoup12. » Le 1er janvier 1842 il devient vicaire dans la paroisse mancelle de Notre-Dame de la Couture.

  • 13 ADS, 13 F 73O, Société de Saint-Vincent-de-Paul, Conférence du Mans, Noces d’or de la Société (183 (...)
  • 14 Historique des Conférences de Saint-Vincent de Paul du Mans… 1884, ci-dessus.

6Dans cette paroisse de centre ville, forte de quelque 15 000 habitants, il se livre avec ardeur aux tâches nombreuses et variées du ministère et assure un des catéchismes de garçons. Ses efforts rencontrent très vite ceux de la première Conférence mancelle de Saint-Vincent-de-Paul qui avait vu le jour, le 1er novembre 1841, à l’initiative de quelques uns de ses anciens condisciples et amis de collège soutenus, entre autres, par l’abbé Chevereau, son professeur de théologie au séminaire et son confesseur, devenu son ami, et l’abbé Gontier, comme lui vicaire à La Couture. En effet le Président, Anatole Fleuriot, propose, en décembre 1842, de fonder un Patronage des écoliers « pour cette partie de nos pauvres si intéressante et pourtant si souvent abandonnée sans guide ». Sous l’impulsion de confrères issus le plus souvent de la Magistrature, de l’Armée ou de l’Université on en vient rapidement à y organiser des cours du soir pour donner aux enfants les connaissances indispensables à un ouvrier ou à un chef d’atelier. Trois ans plus tard la Conférence organise un Patronage des Apprentis13, suite logique du précédent, dont l’abbé Lochet, qui reçoit déjà chez lui, tous les soirs, un certain nombre de jeunes gens (ouvriers, employés de commerce, militaires ou agents des administrations), devient naturellement l’aumônier. Les deux œuvres prospèrent mais la société mancelle de Saint-Vincent-de-Paul, forte de trois conférences et de quelques 150 membres en 1861, subit le choc de la circulaire Persigny. Celle-ci exige un agrément officiel précédé d’une déclaration nominale, aussi « tous ceux [à quelques exceptions près] qui, à un titre quelconque, tiennent à l’État doivent obéir », le nombre des confrères tombe à 97. Dès lors, la mort dans l’âme, ils abandonnent certaines activités et, en premier lieu, dès 1863, le patronage des apprentis. « Quelques jours après Notre-Dame-du-Tertre [en] accueillait les débris et continuait ainsi l’œuvre commencée par les Conférences du Mans et due à leur initiative14. »

  • 15 Le Moniteur de Notre-Dame-du-Tertre, 2 septembre 1883.
  • 16 ADS 13 F 727.
  • 17 F. Pichon, op. cit., p. 17-18.

7En effet, déjà soucieux de voir bien des jeunes s’éloigner de la pratique religieuse après la communion solennelle, J. Lochet avait fondé, « au mois de mai 1863 [avec] les jeunes gens faisant partie de la petite Conférence des Ouvriers et les patronnés des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul du Mans15 l’Association des jeunes ouvriers de la ville du Mans dont l’évêque du diocèse, Mgr Fillion, accepte les statuts le 27 septembre 186316 sous le nom de Notre-Dame-du-Tertre. L’œuvre s’installe, ce qui justifie son nom, au Tertre Saint-Vincent, propriété comportant une maison de maître peu solide appartenant au séminaire, dans l’enclos de l’ancienne abbaye Saint-Vincent, à proximité de la cathédrale. L’Église du Mans lui en cède la jouissance le 12 août suivant, lui donne au séminaire sa ferme de la Vannerie17. Cette initiative se situe dans un vaste courant national comme il le souligne lui-même :

  • 18 Semaine du Fidèle (S.F.), 2 janvier 1864. Les promoteurs en sont, à Angers, l’abbé Auguste Le Bouc (...)

On nous a demandé plusieurs fois des renseignements sur le but et l’organisation des Associations d’ouvriers qui se sont formées depuis une dizaine d’années dans la plupart des grandes villes de France sous le nom d’Œuvres de jeunesse, notamment Notre-Dame-des-Champs à Angers, Notre-Dame-de-Toutes-Joies à Nantes, Notre-Dame-de-Nazareth à Paris, Notre-Dame-de-Beauregard à Laval, Notre-Dame-du-Tertre au Mans, etc. etc. Toutes ces œuvres ont été instituées dans l’intention de procurer à ceux qui les fréquentent le moyen de sanctifier le jour du Seigneur…18

  • 19 ADS 13 F 727, règlement de l’association.

8Ses statuts19 révèlent l’influence du marseillais Joseph-Marie Timon-David par l’accent mis sur la piété, de l’angevin Auguste Le Boucher par la division en deux sections et du parisien Maurice Maignen par l’autonomie accordée aux membres. On y distingue deux sections, la première pour les jeunes ouvriers âgés d’au moins 16 ans qui sont membres actifs, la seconde pour les ouvriers et apprentis d’au moins 15 ans qui sont aspirants ou candidats (art. 4). L’œuvre veut procurer aux jeunes gens « des amis vertueux, le soutien mutuel dans le bien par l’étude et la pratique de la religion, la sanctification du dimanche par des récréations honnêtes » (art. 2). Pour y parvenir chacun doit assister, autant que possible, à la messe dans sa paroisse (art. 11), puis participer à des jeux et des divertissements honnêtes dans la maison ouverte « après les vêpres et fermée au plus tard à neuf heures après la prière du soir » (art. 30). Le directeur ecclésiastique est assisté d’un Conseil de six membres (art. 17) convoqué par le Président « toutes les fois qu’il le juge nécessaire ». Le président et le vice-président sont choisis, chaque année, par le directeur ecclésiastique, sur une liste de trois candidats élus par les membres actifs et perpétuellement rééligibles (art. 22). Pour être admis comme candidat il faut avoir 15 ans révolus, être muni d’une demande des parents, d’un certificat du curé de sa paroisse ou de son confesseur attestant de la régularité de la pratique religieuse et être présenté par deux membres actifs (art. 5). Au terme d’une période probatoire de trois mois, au minimum, le candidat devient aspirant à l’issue d’un vote à la majorité simple des membres actifs ; six mois plus tard il peut, si son passage est admis par les membres actifs à la majorité qualifiée des trois quarts, devenir l’un des leurs (art. 6 et 7). Le mariage met fin à la participation à l’association. Les membres doivent visiter leurs associés malades, éventuellement assister à leur sépulture, participer chaque dimanche aux activités et s’abstenir de manifestations collectives d’opinion publique contre le gouvernement (art. 34 et 35).

  • 20 Sur Louis-Auguste Guays des Touches cf. A. Angot, Dictionnaire… de la Mayenne, t. 2, p. 351 et M. (...)

9À défaut de renseignements directs, la correspondance que lui adresse Louis-Auguste Guays des Touches, laïc mayennais fondateur à Laval, en 1855, sur le modèle angevin, d’un patronage d’abord installé aux portes de la ville puis transféré sur un terrain fournit par la mense épiscopale en face du séminaire, apporte quelques éclairages20. Ainsi, à J. Lochet qui semble s’interroger sur l’organisation de son œuvre il répond, le 3 août 1866 :

  • 21 AEM, FL Le 21 juillet 1868 il lui écrit : « Beauregard paie 300 F d’impôts par an, portes et fenêt (...)

Oui, Beauregard est heureux d’avoir les Révérends Pères Jésuites, mais malgré cela tout n’y est pas parfait, si saint Ignace n’a pas inventé les chemins de fer, ses fils en font un trop fréquent usage, nous changeons trop souvent de directeur… Puis il me semble que vous nous croyez bien plus riches que nous sommes. Nous jouissons en ce moment de près de 30 000 F de dettes et notre actif annuel ne dépasse guère la somme de 3 000 F. J’approuve beaucoup votre projet de frère de Saint-Vincent-de-Paul. J’ai vu il y a peu, à Angers, le Père Darboys qui dirige actuellement Notre-Dame-des-Champs. On m’a dit que cette œuvre, grâce à cette nouvelle organisation, allait très bien. À votre place je tâcherais d’imiter ce qui s’est fait à Angers. 1. Un prêtre et un laïc de Saint-Vincent-de-Paul seraient chargés de la Psallette de La Couture ; 2. De plus, sous votre patronage, Mgr les chargerait chaque dimanche de l’œuvre de Notre-Dame-du-Tertre ; 3. Chaque dimanche, au lieu de deux petits novices Jésuites qui vont à Angers aider à l’œuvre de M. Darboys… je demanderais deux sous-diacres ou diacres au séminaire, m’en réservant le choix… 4. Malgré votre caractère de vicaire et le tollé qui pourrait en résulter de la part de vos confrères MM. les prêtres, j’aurais au Tertre une chapelle pour les vêpres et la bénédiction du Saint-Sacrement chaque dimanche, sans cela l’œuvre est un Cercle, mais rien de plus, et selon moi un prêtre doit viser à mieux21.

  • 22 S.F., 3 octobre 1863.
  • 23 AEM, F L, lettre de Mlle Marie Boussard qui gère sous sa direction la bibliothèque paroissiale de (...)
  • 24 AEM, FL, le 18 novembre 1868 Guays des Touches lui écrit : « Déjà vous semblez trouver pénible l’œ (...)

10Pour les aménagements J. Lochet partage ce point de vue et adapte les locaux et la propriété, où Mgr Fillion bénit un Calvaire, dû à la générosité de Haentjens, député bonapartiste et de la comtesse de Latour-Maubourg, ainsi qu’une statue de la Vierge dès le 29 septembre 186322, à leur nouvel usage. Transformation de la maison où l’on installe une chapelle provisoire, édification d’un nouveau bâtiment renfermant différentes salles et une bibliothèque et de préaux sous la conduite de l’architecte Rodier, qu’il avait encouragé durant sa jeunesse. Puis celui-ci dresse les plans d’une vaste chapelle dont Mgr Fillion pose la première pierre le 28 septembre 1868. Mais pour financer ces travaux « ses ressources personnelles qu’il engage sans compter », et les premiers appels à la charité, ne suffisent pas. Lui « qui n’a jamais l’air en peine de rien23 », doit surmonter bien des difficultés24 et faire appel aux fidèles, aux amis et aux militants, la correspondance reçue en témoigne. De Laval, le 25 août 1868, Guays des Touches se récuse : « Moi quêter pour Notre-Dame-du-Tertre, vous n’y pensez pas, et mes 30 000 F de dettes ? » Deux mois plus tard, le 8 octobre 1868, il s’adresse au président de la Conférence de Saint-Vincent-de-Paul du Mans :

  • 25 La fête patronale de l’association, précédée d’une semaine de retraite pour tous les membres, est (...)
  • 26 Ce qui fait remonter les origines de l’œuvre vers 1861. Dans une lettre qu’il lui adresse le diman (...)
  • 27 AEM, FL, brouillon de lettre.

Dans un établissement dont le but est… de procurer aux jeunes ouvriers de notre ville un moyen de passer honnêtement et chrétiennement le saint-jour du dimanche, nous venons de commencer à élever une chapelle sous le titre de Notre-Dame de la Salette25 et l’invocation du B. Benoît Joseph Labre. Il nous faut pour la mener à fin recourir à la charité des fidèles. Voilà pourquoi je prends la liberté de m’adresser à vous, vous priant de vouloir bien faire appel à la générosité si connue des membres de votre conférence… Permettez-moi de ne pas laisser passer cette occasion sans vous transmettre l’expression bien vive des regrets que j’éprouve en voyant abandonnée l’œuvre des Patronages des Conférences dans laquelle votre charitable société a fait tant de bien par le passé. Les jeunes enfants qui furent vos protégés ont trouvé à N.D. du Tertre, pendant plus de sept ans26, un asile amical que nous serons toujours heureux de leur procurer. Toutefois en perdant le patronage il nous reste la consolation de conserver au nombre des chers membres de notre association quelques uns des plus zélés et des plus solidement chrétiens de ceux qui ont été formés sous vos auspices…27.

11Le cadre diocésain, voire celui de l’ancienne province du Maine, se révélant insuffisant il contacte d’autres relations, une lettre d’A. Pommier, un de ses anciens devenu avoué à Paris, en apporte l’écho : « M. Diard m’a appris que vous aviez l’intention de faire une quête dans le diocèse du Mans pour payer les travaux de construction de votre chapelle. Il s’est chargé lui-même d’imiter votre exemple ici et de s’adresser aux personnes de son entourage. Pour ma part vous n’ignorez pas avec quel empressement j’ai du

  • 28 ADS 13 F 1924. À l’époque Paul Diard est avocat au Conseil d’État et à la Cour de Cassation. Il co (...)
  • 29 AEM, FL, sœur Marie Colombe Coz, Visitandine au Mans le mentionne dans une lettre du 18 mai 1870 : (...)

12répondre à son appel…28 » Les travaux traînent29.

  • 30 AEM, FL, de Paris, le 29 janvier 1871, Sophie Maupoint, du Comité de secours aux blessés militaire (...)

13Quand la guerre s’approche du Mans, J. Lochet met ses locaux à la disposition de l’Administration qui y installe une ambulance30. Interrompue à la fin d’octobre 1870 l’activité de l’œuvre ne reprend que le 1er mai 1871. Le chantier s’anime de nouveau et, un moment, J. Lochet caresse l’idée d’y accueillir les ossements des victimes de la bataille du Mans :

  • 31 AEM, FL, brouillon non daté de lettre.

Beaucoup de vos valeureux soldats, écrit-il à un général dont le nom demeure inconnu, sont morts dans la bataille de sous-Le Mans, entre Champagné et Yvré-l’Evêque, dans les deux jours qui ont précédé l’occupation du Mans. Il est question, m’apprend-on aujourd’hui, de faire l’inhumation des corps dans un terrain particulier acheté dans le grand cimetière de la ville… (je vous propose) une chapelle en construction en ce moment pour une œuvre de jeunes ouvriers existant au Mans déjà depuis des années sous le nom de Notre-Dame-du-Tertre…31.

  • 32 Le Moniteur du Tertre, 12 août 1883.

14Elle est finalement ouverte au culte en décembre 1874 et reçoit, le 26 avril 1875, une cloche offerte par trois de ses amis mais attend, encore en 1883, le retable qui devrait orner le chœur32.

  • 33 Le Moniteur du Tertre, 2 septembre 1883 « 80 jeunes gens au dessus de 15 ans et 40 environ au dess (...)
  • 34 AEM, FL, 2 décembre 1880. En août 1876 l’abbé Lochet avait sollicité J. Caillaux, ministre des Fin (...)

15Forte de 30 membres : 13 actifs et 17 aspirants et candidats le 4 octobre 1863, l’association en compte 120 vingt ans plus tard, « les salles de jeux ne peuvent en contenir plus33 » et 153 (63 de moins de 15 ans et 90 jeunes gens) en 1886 sans compter les enfants du Patronage Saint-Joseph joint dès le mois d’octobre 1858. L’abbé Lochet en est l’âme comme en témoigne cette lettre que lui adresse Victor Duval, alors sous-officier au 1er Régiment du Génie stationné à Versailles : « J’ai eu la douleur d’apprendre que vous étiez souffrant… Je vois d’ici le Tertre pendant votre maladie car je me rappelle sa physionomie lorsque vous étiez malade. Nous errions tous à travers les salles et les jardins traînant notre ennui de ne pas vous avoir. Je me rappelle aussi notre joie lorsque guéri vous reveniez avec nous, combien nous étions heureux et comme chacun courait à ses jeux avec bonheur34. »

16Pour parvenir à son but, aux activités pratiquées au Tertre Saint-Laurent : jeux (billards et jeux tranquilles durant la mauvaise saison), ballon, croquet, échasses pour les plus petits, aux beaux jours, gymnastique (quelque peu en désuétude dès le milieu des années quatre-vingt), bibliothèque, théâtre (en développement), exercices de piété (vêpres et salut du Saint-Sacrement du dimanche soir), fêtes religieuses sanctifiées par l’Église, l’abbé Lochet ajoute la communion pascale du dimanche de Quasimodo précédée d’une semaine de retraite ; la fête de saint Joseph, patron des ouvriers et celle de saint Louis de Gonzague, patron de la jeunesse ; la grande procession, aux flambeaux, de la Fête-Dieu, occasion d’amicales rivalités entre les Associés pour la construction des reposoirs. Il organisa aussi des pèlerinages dans les sanctuaires locaux de la Vierge : Notre-Dame de Torcé, sa paroisse natale, Notre-Dame-des-Marais à la Ferté-Bernard, Notre-Dame-de-l’Epine à Evron, Notre-Dame-de-l’Habit à Domfront, voire, plus rarement, à la Vierge noire de la crypte de la cathédrale de Chartres. Il invite également des personnalités religieuses extérieures, ainsi, le 17 janvier 1864, le R.P. Chauvenet, dominicain :

  • 35 La Semaine du Fidèle, 23 janvier 1864.

Après s’être mêlé quelques instants aux jeux des jeunes gens le vénérable religieux a fort intéressé son jeune auditoire par une agréable causerie où il a su glisser, sous la forme d’histoires, de graves et sérieuses pensées : l’emploi de la journée d’un dominicain a surtout captivé l’attention générale35.

  • 36 Archives de Notre-Dame-des-Champs, cité par J.-B. Duroselle, op. cit., p. 572.
  • 37 AEM, FL, lettre d’A. Taranne du 23 mai 1876 : « […] Après bien des efforts et avec le concours d’â (...)
  • 38 À ce propos cf. J.-B. Duroselle, op. cit., p. 577-578.

17En 1874, pour la retraite de communion pascale, il invite l’abbé Oury qui devait devenir, plus tard, évêque de Fréjus. Il entretient également des contacts avec des œuvres sœurs : le 9 mai 1860 Guays des Touches invite à Laval deux apprentis manceaux à une grande cérémonie36 ; en mai 1876, il est invité à Blois avec quelques jeunes gens et un dignitaire37. Mais reçoit-il Jeune ouvrier créé dans le but de propager et d’étendre ce type d’œuvres, participe-t-il au congrès qui réunit à Angers, le 31 août 1858, Le Boucher qui a visité l’œuvre du Mans quelques semaines plus tôt38 ? Enfin pour maintenir les liens entre les membres actifs de l’association et ceux qui l’ont quittée il lance, en mai 1877, Le Moniteur de Notre-Dame-du-Tertre. Cependant il ne parviendra pas à créer la maison familiale qui aurait dû donner, à bon compte, nourriture et logement aux jeunes ouvriers du Mans.

18Les résultats demeurent hors de portée de l’historien qui doit se contenter de quelques bribes recueillies le plus souvent au hasard des correspondances conservées, donc issues exclusivement de jeunes maîtrisant suffisamment l’écrit. À l’échelon individuel, cette lettre d’Arnaud Renaudin, soldat au 16e bataillon de Chasseurs à pied en garnison à Mont-Dauphin, dans les Hautes-Alpes : « […] Je pense toujours à Notre-Dame-du-Tertre, à vous et à tout mes amis, pour moi se sont tous des frères. Je voudrais être au milieux de vous, surtout le Dimanche… M. l’abbé le soldats français reste comme des bêtes, sans pensée au Bon Dieu, le Dimanche on voit

  • 39 AEM, FL.

19quatre ou 5 Militaires à la messe…39 » On peut également s’interroger sur son influence dans le diocèse. Il répond indirectement, en 1869, dans La Semaine du Fidèle :

Ne trouverons-nous pas la raison de ce malheur (la désaffection desjeunes pour la religion) dans le peu de soins que l’on a pris, à une certaine époque, des enfants et des jeunes gens de cette classe (ouvrière) pourtant si importante de notre société ? Quoiqu’il en soit, nous constatons avec bonheur que notre pays n’est pas entièrement déshérité sous ce rapport. Outre la ville principale, nous savons que celles de La Flèche, Mamers et Saint-Calais possèdent actuellement des œuvres de jeunes gens. À Mamers, c’est M. l’archiprêtre qui a pris lui-même la généreuse initiative de la fondation de cette œuvre ; à La Flèche et à Saint-Calais de jeunes prêtres s’y dévouent avec désintéressement et une intelligence digne des plus grands éloges…

20L’apport à chaque individu, l’affermissement ou l’approfondissement de la foi échappent aux investigations.

  • 40 In 8°, 1853.
  • 41 AEM, FL.

21Mais cette œuvre ne s’adresse pas aux jeunes gens employés dans ce qu’on n’appelle pas encore le secteur des services ou le secteur tertiaire. Pour eux il prend deux initiatives. Dans la paroisse de La Couture, où se trouvent l’essentiel des casernes de la garnison du Mans, il s’attache aux militaires. À leur intention, dans une salle du rez-de-chaussée d’une des tours de l’église, il établit une bibliothèque où il se rend chaque soir pour exercer la fonction de bibliothécaire et, surtout, pour se tenir à la disposition de ceux qui désirent rencontrer le prêtre. « On sait, écrit-il dans une brochure nécrologique consacrée au colonel Lavergne commandant le 9e Régiment de Dragons40, avec quelle joie [il] se rendit aux désirs de Mgr Bouvier en favorisant l’établissement de l’œuvre des militaires dans la ville épiscopale. Oh, [me] disait-il un jour, combien je serais heureux de voir tous mes soldats suivre votre école. Quand on est façonné à la discipline chrétienne, on ne fait plus guère d’infractions à la discipline militaire… » Le 18 juillet 1857 Mgr Bouvier le convoque à l’évêché pour s’entretenir avec lui de l’œuvre qu’ » il veut bien diriger » et de l’établissement d’une messe pour les militaires de la garnison avant de faire une démarche près du général41. Au moment de l’incorporation des jeunes recrues ou de l’arrivée des réservistes La Semaine du Fidèle en rappelle l’existence, souligne que « les livres sont prêtés gratis », qu’un prêtre (la) dirige et qu’il « recevra avec une profonde reconnaissance tous les livres et les offrandes particulières que des

22personnes généreuses voudront bien lui adresser pour l’alimentation de cette bibliothèque. »

  • 42 À une date indéterminée le président lui envoie ce mot : « Samedi soir, Mgr m’écrit à l’instant po (...)
  • 43 S.F., 1862/3.

23Parallèlement, des réceptions quotidiennes chez lui, rue de la Préfecture, naît l’idée d’organiser un Cercle catholique qui se forme, vers 1856, dans le local de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, 114 Grande-Rue. Embryonnaire durant l’épiscopat de Mgr Bouvier l’idée se réalise pleinement sous celui de Mgr Nanquette puisqu’un arrêté préfectoral du 3 janvier 1862 en autorise la fondation. Gustave Vallet, enfant de La Couture où il est né le 26 mars 1829, de retour de Paris où il était parti suivre les cours de la Faculté de droit et de l’École des Chartes et où il avait adhéré aux Conférences de Saint-Vincent-de-Paul et au Cercle catholique du Luxembourg, en assure la Présidence. Mais l’abbé Lochet, qui ne figure que comme « ecclésiastique protecteur », en est la véritable cheville ouvrière42. Ouvert de 12 heures à 22 heures le jeudi, le dimanche et les jours de fêtes le Cercle offre un centre de réunion et une bibliothèque de 600 volumes à ses adhérents (aspirants, titulaires et honoraires) « qui désirent contracter de bonnes relations et persévérer dans leurs principes religieux43. » C’est là

24que l’on saisit le mieux, sans doute grâce à la plus grande facilité d’accès à l’écrit de ceux qui correspondent avec lui, le caractère social de l’action du vicaire de La Couture puisqu’il assure aussi bien le suivi que le placement de ceux qui se confient à lui.

  • 44 AEM ; FL, 13 mai 1865.
  • 45 AEM, FL, département du Calvados, commune de Douvres.
  • 46 AEM, FL « Le milieu dans lequel il vivait était mauvais, il s’y est égaré, et près de vous, Monsie (...)

25À preuve, ce que lui écrit un père, de La Ferrière-Brochard, dans le département voisin de l’Orne : « D’après ce que m’a dit une dame de votre paroisse vous portez aux jeunes gens le plus grand intérêt. C’est ce qui vous a fait former un Cercle en leur faveur… » avant de lui demander de trouver une place pour son fils dans un magasin de demi-gros44. À une date indéterminée, un certain Duval, ancien sergent au 12e de ligne, devenu épicier à la Délivrande45 lui adresse un courrier : « Moi j’ai toujours conservé votre souvenir. Je suis un petit militaire du 2e de Ligne auquel vous avez prêté 10 F en 1848 et que je n’avais pu vous faire remettre. Mais aujourd’hui je profite du pèlerinage de votre bon évêque… » De Paris, le 3 janvier 1859, un autre ancien, Mallet, lui écrit : « Permettez-moi de vous présenter mes vœux et de vous exprimer toute ma reconnaissance pour l’intérêt que vous m’avez témoigné dans la situation difficile où je me suis trouvé dernièrement. Maintenant que je commence à en sortir je n’oublie pas toutes vos bontés, je n’oublie pas les démarches que vous avez bien voulu faire… Je suis maintenant au collège Rollin où je peux, je crois, me préparer avec quelques chances de succès à l’École Normale… » Exemples individuels, certes, mais qui n’en révèlent pas moins, parfois, le « système Lochet » que l’avoué mamertin Lelièvre, à l’origine du Cercle de Jeunesse de la Sous-Préfecture, apprécie : « Vous me semblez avoir singulièrement raison en formant ainsi de toute votre jeunesse comme une couronne… En un mot vous voulez faire une véritable association fraternelle et c’est vraiment là que tous les Cercles devraient tendre, autrement ils ne sont que des moulins ou des auberges d’où l’on sort et où l’on entre sans se soucier des autres. » Ainsi, au Mans, le vicaire de La Couture, devenu aumônier militaire, rencontre un jeune officier, Henri d’Elloy qui, une fois parti vers d’autres garnisons, poursuit une longue correspondance avec lui : « Au moins écrivez-moi, parlez-moi de vos enfants, de vos cuirassiers car vous en avez encore de ces braves gens que vous aimez et qui valent mieux que nos étourdis de chasseurs », et lui confie toutes ses difficultés, ses réflexions spirituelles tout en sollicitant ses conseils et ses orientations de lectures. Quelques temps plus tard, en 1859, l’abbé Lochet reçoit Paul Diard qui, à 25 ans, chargé de dettes par suite d’erreurs de jeunesse, vient de s’engager46. En deux mois il le rend à sa famille puis le soutient moralement et financièrement durant près de deux ans, le temps qu’il achève, à Paris, ses études de droit et achète la charge d’avocat près de la Cour des Comptes et de la cour de Cassation devenue vacante par suite du décès de son patron dont il épouse la fille. Entre temps il l’adresse à Henri d’Elloy et les deux hommes, ainsi que leurs épouses, se lient d’amitié. Tous deux d’ailleurs militent dans les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul et Diard, jeune avocat commis devant la Justice militaire « se rapproche encore un peu [des] goûts [de l’abbé] en défendant ces pauvres soldats auxquels les bons conseils ne profitent pas toujours. » À son tour il reçoit et s’occupe des jeunes manceaux que le prêtre, devenu ami, lui envoie : Lucien Dégoulet qui recherche une place de troisième clerc ; A. Pommier qui devient avoué à son tour et « joint aux travaux de [sa] profession des œuvres destinées à faire autant que possible un peu de bien » ; le jeune Leroy pour lequel il se « met en campagne » et que, comme d’autres encore, il recommande à M. Beluze, Président du Cercle catholique, un de ses amis… Paul Diard rencontre également Augustin Cochin, membre du conseil général de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, fort engagé sur tous les fronts de la lutte contre le paupérisme qui, devenu préfet de Seine-et-Oise en 1872, le prend comme secrétaire général de sa préfecture et l’entraîne dans la carrière préfectorale. Action silencieuse sans doute qui émerge des lettres reçues et conservées, témoins esseulés d’une intense activité charitable et épistolaire ; action d’envergure à n’en pas douter. Ne lui écrit-on pas, de Luxembourg, le 14 janvier 1873 : « Je veux vous remercier une fois de plus pour votre accueil vraiment catholique, c’est à dire français, que nous avons trouvé chez vous M. le Directeur et chez tous ces bons jeunes gens, patrons et patronnés, qui ont le bonheur de prospérer sous votre direction. Si vous saviez combien de fois déjà j’ai du parler de votre œuvre et de notre visite.

  • 47 Cité dans la Semaine du Fidèle.

26Et si un jour nous avions le bonheur de voir chez nous ce triumvirat Lochet, Diffaut, Barthélémy, je vous assure que nous serions français… presque comme vous47. »

27Aumônier des prisons du Mans depuis la fin de 1857, il agit de la même façon. Ainsi, le 12 janvier 1876, il demande à son évêque confirmation écrite des « faveurs concédées » verbalement, par lui-même et ses prédécesseurs, au bénéfice des détenus : salut du Saint-Sacrement les dimanches et jours de fêtes, retraite d’au moins trois jours pour préparer la communion pascale. Un moment il semble préparer une « histoire des consolations que l’humanité a trouvé dans la Religion » et rassemble, pour compléter sa propre expérience, des coupures de presse relatant les derniers moments des condamnés à mort. Il réconforte évidemment : « Une seule personne, en fait d’amis, est venue me voir. C’est un prêtre, l’aumônier de ma prison. C’est lui qui est venu me consoler… » écrit, à une date inconnue, un anonyme condamné à cinq ans de travaux forcés pour faillite frauduleuse et transporté en Guyane. Enfin, et surtout, il s’efforce de soutenir les libérés soit directement, soit en les adressant à la Société Générale pour le patronage des libérés soit à l’œuvre lyonnaise de Saint-Léonard qui, à partir de 1864, en recueille s’ils sont appuyés par l’aumônier ou par les autorités pénitentiaires.

28Archéologue et historien, amoureux des statues et soucieux des églises pauvres, attentif aux finances de l’Église qu’il alimente par la collecte et la vente des vieux papiers, poète et « journaliste », fondateur et principal rédacteur de La Semaine du Fidèle, l’hebdomadaire diocésain, Jacques Lochet, au travers des trop rares archives disponibles, apparaît surtout préoccupé par la présence chrétienne au monde, et notamment au monde des jeunes travailleurs. À ce titre il s’inscrit dans un vaste courant qui, durant le Second Empire, rassemble un nombre croissant d’ecclésiastiques et de laïcs. Pour y demeurer et poursuivre son action il refuse tous les postes de curé que l’évêché lui propose. Au terme de sa vie, fidèle à son œuvre, il demande à reposer dans la chapelle de Notre-Dame-du-Tertre, ce que le maire du Mans accorde après son décès, le dernier jour d’octobre 1881.

Notes

1 AD Sarthe (ADS), 13 F 1924, 30 novembre 1877.

2 Ou Torcé, arrondissement du Mans, canton de Montfort-le-Rotrou, devenu Torcé-en-Vallée en 1919.

3 Archives de l’Évêché du Mans, Fonds Lochet (AEM, FL) note manuscrite de l’abbé Lochet.

4 Loir-et-Cher, arrondissement de Vendôme, canton de Montoire.

5 AEM, FL, lettre à ses parents du 10 juin 1831. Que M. l’abbé Moulin, archiviste du diocèse, trouve ici l’expression de ma gratitude.

6 AEM, FL, note manuscrite de F. Lochet.

7 AEM, FL, brouillon d’une lettre adressée par l’abbé Lochet au Président de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de la Sarthe du 4 février 1846 : « À la sollicitation de M. Boyer, un des vénérables membres de votre société et mon professeur de rhétorique… [je] demande une place dans la société qui m’a fait l’honneur déjà de m’adjoindre à la commission chargée de donner suite aux travaux de l’honorable M. Chauvin. »

8 Abbé F. Pichon, Notice sur M. l’abbé J.L.A.M. Lochet, vicaire à Notre-Dame de la Couture, Le Mans, 1881, 30 p.

9 AEM, FL, l’abbé Besnier lui avait écrit, le 21 septembre, une lettre adressée à M. Lochet, bachelier.

10 AEM, FL, 1er septembre 1841.

11 AEM, FL, lettre de l’abbé Le Geai, curé de Beillé, 18 février 1842 : « […] Je remercie Dieu de vous avoir placé auprès d’un si bon curé, modèle de tous les prêtres, et prenez courage car celui que vous avez aimé dès votre plus tendre jeunesse saura vous soutenir… »

12 AEM, FL, Lettre de l’abbé Besnier, 28 mars 1841.

13 ADS, 13 F 73O, Société de Saint-Vincent-de-Paul, Conférence du Mans, Noces d’or de la Société (1833-1883), Le Mans, Leguicheux-Galienne, 1884 et Société de Saint-Vincent-de-Paul, 50e anniversaire des Conférences du Mans, Procès-Verbal des Assemblées Générales du 19 juillet et du 21 décembre 1891, Le Mans, Leguicheux, 1892. La première Œuvre des Apprentis fut fondée à Paris en 1834 ; pour situer l’initiative mancelle dans le cadre national cf. J.-B. Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France, Paris, 1951, p. 183-197.

14 Historique des Conférences de Saint-Vincent de Paul du Mans… 1884, ci-dessus.

15 Le Moniteur de Notre-Dame-du-Tertre, 2 septembre 1883.

16 ADS 13 F 727.

17 F. Pichon, op. cit., p. 17-18.

18 Semaine du Fidèle (S.F.), 2 janvier 1864. Les promoteurs en sont, à Angers, l’abbé Auguste Le Boucher et à Laval, Louis Auguste Guays des Touches.

19 ADS 13 F 727, règlement de l’association.

20 Sur Louis-Auguste Guays des Touches cf. A. Angot, Dictionnaire… de la Mayenne, t. 2, p. 351 et M. Denis, Les royalistes de la Mayenne et le monde moderne, Paris, 1977, p. 390-391. Guays des Touches, dans les 68 lettres conservées (AEM, FL) pour les années 1866-1872 fournit également des informations sur le clergé mayennais et sert, en quelque sorte, de correspondant à La Semaine du Fidèle, hebdomadaire religieux du diocèse du Mans dont Lochet est le fondateur et le principal rédacteur. Sur les patronages cf., plus généralement, J.-B. Duroselle, op. cit., p. 549-604 et G. Cholvy, « Patronages et œuvres de jeunesse dans la France contemporaine », Revue d’Histoire de l’Église de France, 1982/2, p. 235-256.

21 AEM, FL Le 21 juillet 1868 il lui écrit : « Beauregard paie 300 F d’impôts par an, portes et fenêtres (même pour la chapelle) et mobilier (pour un loyer de 400 F). Il me semble que je n’ai pas de cote personnelle et notre administration diocésaine à qui le sol appartient dit nous faire une grande grâce… »

22 S.F., 3 octobre 1863.

23 AEM, F L, lettre de Mlle Marie Boussard qui gère sous sa direction la bibliothèque paroissiale de La Couture et l’œuvre des églises pauvres, au curé de La Couture, 30 décembre 1857.

24 AEM, FL, le 18 novembre 1868 Guays des Touches lui écrit : « Déjà vous semblez trouver pénible l’œuvre d’une construction d’église ; je le sais en ayant deux fois fait l’expérience. Mais courage, tout arrive. »

25 La fête patronale de l’association, précédée d’une semaine de retraite pour tous les membres, est fixée le 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception de la Vierge (art. 20).

26 Ce qui fait remonter les origines de l’œuvre vers 1861. Dans une lettre qu’il lui adresse le dimanche 18 avril 1858, Henri d’Elloy écrit : « vous êtes sans doute à cette heure parmi vos enfants ; vous êtes utile, vous faites du bien… » (AEM, FL).

27 AEM, FL, brouillon de lettre.

28 ADS 13 F 1924. À l’époque Paul Diard est avocat au Conseil d’État et à la Cour de Cassation. Il correspond avec J. Lochet depuis 1859 mais son effort, avec la contribution de Pommier et d’un autre ancien du Mans, n’apporte que 80 F (lettre du 27 juillet 1870). Les quêtes dans certaines paroisses parisiennes qu’il espérait apparaissent impossibles : tous les dimanches sont pris et les sommes recueillies ne suffisent pas à couvrir leurs besoins.

29 AEM, FL, sœur Marie Colombe Coz, Visitandine au Mans le mentionne dans une lettre du 18 mai 1870 : « J’ai vu avec beaucoup de peine que les travaux de votre intéressante chapelle étaient suspendus et ferai tout ce qui dépendra de moi pour vous procurer quelques secours. Nous pouvons en attendant prier à cet effet, et c’est ce que nous allons faire. »

30 AEM, FL, de Paris, le 29 janvier 1871, Sophie Maupoint, du Comité de secours aux blessés militaires (Croix Rouge) lui adresse une croix de bronze en témoignage des services rendus : « les blessés ont pu juger de ce zèle et de ce dévouement si connus des pauvres… »

31 AEM, FL, brouillon non daté de lettre.

32 Le Moniteur du Tertre, 12 août 1883.

33 Le Moniteur du Tertre, 2 septembre 1883 « 80 jeunes gens au dessus de 15 ans et 40 environ au dessous de cet âge ».

34 AEM, FL, 2 décembre 1880. En août 1876 l’abbé Lochet avait sollicité J. Caillaux, ministre des Finances, pour le faire affecter à la 4e section d’ouvriers militaires et commis aux écritures.

35 La Semaine du Fidèle, 23 janvier 1864.

36 Archives de Notre-Dame-des-Champs, cité par J.-B. Duroselle, op. cit., p. 572.

37 AEM, FL, lettre d’A. Taranne du 23 mai 1876 : « […] Après bien des efforts et avec le concours d’âmes charitables nous sommes parvenus à avoir notre petite œuvre de jeunesse dans une propriété à elle et de plus nous y avons fait construire une grande salle et installé une chapelle pour nos réunions de la semaine et surtout du dimanche. Ce local doit être béni le lundi de la Pentecôte… » Des délégations de Poitiers, d’Orléans et de Tours sont également invitées.

38 À ce propos cf. J.-B. Duroselle, op. cit., p. 577-578.

39 AEM, FL.

40 In 8°, 1853.

41 AEM, FL.

42 À une date indéterminée le président lui envoie ce mot : « Samedi soir, Mgr m’écrit à l’instant pour m’annoncer qu’il espère pouvoir visiter nos jeunes gens demain vers 8h30. Soyez donc assez bon pour faire faire les convocations nécessaires (membres titulaires, aspirants, honoraires).

43 S.F., 1862/3.

44 AEM ; FL, 13 mai 1865.

45 AEM, FL, département du Calvados, commune de Douvres.

46 AEM, FL « Le milieu dans lequel il vivait était mauvais, il s’y est égaré, et près de vous, Monsieur, il a trouvé tout ce qui lui manquait » (Mme Diard mère à Lochet, 29 septembre 1859). « J’éprouve à mon tour le besoin de vous remercier pour toute la bienveillance, toute l’affection dont vous entourez mon malheureux fils au milieu de l’espèce d’exil qu’il subit en ce moment… S’il vous a sincèrement fait l’aveu de toutes ses fautes, vous avez dû trouver que le châtiment était réellement mérité… » (M. Diard père, 13 octobre 1859). Le départ précipité de l’escadron où il est affecté, au bout de quelques mois, précipite les démarches pour son exonération.

47 Cité dans la Semaine du Fidèle.

Auteur

Professeur au lycée Perseigne de Mamers

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540