Version classiqueVersion mobile

L’Ouest et le politique

 | 
Michel Lagrée
, 
Jacqueline Sainclivier

1re partie. Michel Denis

L’historien en action : militant et président

André Lespagnol

Texte intégral

1Historien, par passion, formation et profession, Michel Denis n’a jamais considéré que cette activité intellectuelle puisse s’effectuer dans une tour d’ivoire, dans une « bulle académique », déconnectée du monde réel, de la société environnante, des problèmes de son temps. Bien au contraire, comme il n’a cessé de le dire – non sans résultats ! – à des générations d’étudiants, pour lui la réflexion et la recherche historique, quel qu’en fût l’objet d’application, ne pouvaient ni ne devaient être dissociées du temps présent, non seulement pour mieux comprendre celui-ci, mais si possible pour agir sur lui, en fonction de ses analyses et de ses convictions.

2Pour reprendre une formule connue, pour l’historien Michel Denis il ne s’est jamais agi seulement d’« interpréter » le monde, mais aussi, à sa place, de tenter de le « transformer ». Quoi d’étonnant d’ailleurs quand on a eu vingt ans en 1951, à un moment où Sartre et les différentes variantes du marxisme dominaient l’horizon idéologique de l’intelligentsia française, et quand on a eu à traverser dans sa période de maturité les soubresauts de la guerre froide, des guerres de décolonisation, de Mai 68.

3Intellectuel – et citoyen – engagé, l’historien Michel Denis l’a été en effet, de multiples façons, depuis son engagement dans l’UNEF du début des années cinquante, où il figura, à Rennes et à Paris, parmi les animateurs du courant « mino » (ritaire) face aux « majoritaires » corporatistes (où s’activait un autre jeune étudiant breton « monté » à Paris, un certain Jean-Marie Le Pen), jusqu’à ses prises de position contre les guerres coloniales (et au premier chef la guerre d’Algérie), et au delà, contre toutes les atteintes à la liberté des peuples, de l’entrée des chars soviétiques à Prague au coup d’état militaire de Pinochet à Santiago. Et l’on ne saurait passer sous silence, l’intérêt particulier qu’il a toujours marqué, lui le Rennais et le Breton (fût-il haut breton), en citoyen et en historien indissolublement, pour la question, longtemps refoulée, des identités régionales, des droits des minorités saisies et occultées, sinon étouffées par l’État jacobin française. Cet intérêt profond, toujours accompagné cependant d’une grande vigilance contre des dérives nationalistes exacerbées possibles (sujet qu’il connaissait – en historien – mieux que personne), devait le conduire à assumer dans les années quatre-vingt des responsabilités directes à la tête du Conseil Culturel de Bretagne, et même un bref moment à celle d’un éphémère Conseil national des Cultures Régionales en 1985-1986.

4Au total, à cette (forte) nuance « régionaliste » près, ce qui vient d’être rappelé semble caractériser la position et décrire la trajectoire, somme toute classique, d’un intellectuel de gauche engagé de son époque, même s’il sut éviter – chance, pour une fois, du provincial qu’il est et voulut demeurer résolument – les dérives de la pétitionnite à répétition, et l’ultra-sensibilité de nombre de ses confrères parisiens aux variations de l’air du temps et aux effets de mode successifs.

5Et pourtant, si l’on se limitait à cette gamme visible des engagements et prises de position de l’intellectuel (sans omettre celui qu’il fit sans ambiguïté au début de 1981, en acceptant de présider et d’animer le Comité départemental de soutien à la candidature de François Mitterand), on passerait, me semble-t-il, à côté de l’essentiel pour ce qui concerne les rapports de l’historien et de l’action. S’il s’agissait bien, non seulement de comprendre le monde par l’analyse historique, mais aussi de contribuer à le changer, c’est au sein même de l’institution universitaire que l’historien Michel Denis a pu donner sa pleine mesure pour traduire en actes concrets sa volonté de changer les choses et les rapports entre les hommes, beaucoup mieux qu’au sein d’un mouvement politique, quel qu’il fût, où son esprit critique et un tempérament, à bien des égards individualiste, l’auraient toujours mis, peu ou prou, en porte-à-faux. Cet « engagement » au sein de l’Université pouvait, il est vrai, se décliner selon de multiples modes. Le premier, le plus naturel, avait été évidemment le mode militant, depuis l’engagement du jeune étudiant dans la minorité contestataire de l’UNEF des années cinquante, jusqu’à son action au sein du syndicalisme enseignant, où il s’affirma comme l’un des représentants les plus pugnaces de ce « bas-clergé » des assistants et maîtres-assistants qui commençaient à secouer entre 1961 et 1968 les murs d’une Faculté des Lettres à peine sortie du xixe siècle, malgré le début de la première grande poussée des flux étudiants et des jeunes enseignants. Quoi d’étonnant, dès lors, qu’il se soit imposé comme l’un des principaux leaders du mouvement de mai 68, non seulement au sein de la Faculté des Lettres, mais à l’échelle de la capitale bretonne, page d’histoire locale au sein d’une secousse d’ampleur nationale qui reste d’ailleurs à écrire, pour l’essentiel. Nul ne serait mieux à même de le faire que Michel Denis…

6Mais son action ne s’est pas limitée à cette contestation théorique et pratique d’un ordre universitaire vermoulu, qu’il a contribué, avec bien d’autres, à abattre. L’originalité de sa trajectoire a été de passer du mode militant au mode d’action en responsabilité, d’accepter de quitter la position (ou la posture, parfois confortable) de l’intellectuel critique pour assumer, avec tous ses risques, l’exercice du pouvoir, fût-ce d’un pouvoir local limité (au sein d’une université de 7 000 étudiants et 300 personnels). Il s’agira dès lors, non plus seulement de critiquer ou de contester, mais de tenter de changer concrètement les choses, les institutions et les rapports entre les acteurs, de construire et d’innover en utilisant au mieux les espaces que pouvait offrir dans les années 1970 le cadre ouvert par la loi Faure.

7Ce passage de la contestation critique à la responsabilité au plus haut niveau d’une université – que concrétisa sa candidature à la présidence de Rennes 2-Haute-Bretagne en janvier 1976 – n’avait rien d’une évidence, et moins encore qu’on ne peut se le représenter avec vingt ans de recul, lorsque l’on se remémore le climat idéologique du début des années soixante-dix à l’Université, encore imprégné de multiples scories du gauchisme et de formes variées de l’idéalisme universitaire. Et ce choix n’avait pas été évident non plus, nous semble-t-il, pour Michel Denis lui-même, lors même qu’il eût accepté de « céder à l’amicale pression » de ceux qui étaient venus solliciter sa candidature à la fin de 1975, non seulement parce qu’il avait été la figure emblématique de la contestation universitaire à Rennes autour de 68, mais plus profondément, parce qu’il était lui-même alors porteur, dans sa vision personnelle de l’université, des contradictions et des ambiguïtés de la contestation de l’ancienne université libérale qui avait secoué les milieux intellectuels à la fin des années soixante, entre 1966 et 1970. Il y avait d’un côté, le pôle « moderniste » qui s’était affirmé en 1966-1967 avec les colloques de réflexion de Caen et de Grenoble, avec comme perspective la constitution d’universités autonomes dépassant les cadres facultaires, innovantes, ouvertes sur la société et ses attentes ; de l’autre côté, le pôle contestataire-critique qui avait explosé en mai 68 pour s’installer durablement dans l’université, dont, après avoir remis en cause ses hiérarchies mandarinales sclérosées, il s’agissait de faire un lieu de réflexion critique et un bastion de résistance intellectuelle voire politique face à la société environnante, mercantile et oppressive.

8Michel Denis, présent au colloque de Grenoble en 1967, acteur majeur du mouvement de 68 à l’échelon rennais, participait en fait de ces deux tendances, partiellement contradictoires, même si leur conjonction avait contribué à ébranler l’université libérale traditionnelle. D’une certaine manière, le fil conducteur de son action à la Présidence de l’université de Rennes 2-Haute-Bretagne, de février 1976 à septembre 1980, peut être trouvé dans cette tentative permanente de conciliation sinon de synthèse entre ces deux pôles : maintenir la fonction critique de l’Université (et sa capacité à dire non) face aux pesanteurs de la société et aux tendances oppressives des pouvoirs, tout en accélérant la modernisation de l’université, sa capacité d’innovation et d’ouverture pour répondre aux attentes multiples de l’environnement extérieur, pour autant qu’elles apparaissaient légitimes par rapport aux valeurs progressistes dont l’université s’affirmait porteuse. Gageure, véritable quadrature du cercle, qui, pourtant, sera pour une part réussie, malgré la modestie des moyens disponibles et la dégradation constante d’une conjoncture politique devenue franchement hostile à partir de 1978.

9Cette conception nouvelle de l’université s’imposera peut-être d’abord par un certain style de direction, assurément en rupture avec celui prévalant dans l’université d’avant 1968, sinon 1975. Engagé, voire militant, mais trop individualiste pour être « homme de parti » (ou même de syndicat), Michel Denis saura pourtant impulser un style de direction collectif, en s’entourant d’une équipe dynamique, largement renouvelée, avec de nombreux jeunes collègues, parmi lesquels de nombreux « rang B »… et quelques femmes (c’était alors une innovation, presque une révolution !), équipe non seulement capable de l’épauler dans la gestion quotidienne comme dans les coups durs (et il y en eut de nombreux dans ces « années terribles » 1976-1980…), mais aussi de construire, d’innover, d’expérimenter dans leur domaine respectif, tout en faisant leur propre apprentissage de la gestion d’une grande institution universitaire. Ce n’est pas tout à fait un hasard si l’on recense parmi les Vice-Présidents ayant, au moins un temps, accompagné Michel Denis, les trois Présidents qui dirigeront successivement Rennes 2 de 1982 à 1996…

10Second trait caractéristique de ce style de direction, fortement souhaité d’ailleurs par les forces qui l’avaient porté à la présidence, l’approfondissement de la démocratie, par accroissement de la transparence et des formes de participation des différents acteurs de la communauté universitaire. Grâce tout d’abord à la mise en place d’un service de communication particulièrement dynamique, grâce aussi à une politique constante de dialogue avec les représentants des différentes composantes de l’université, soit directement avec les syndicats, soit indirectement à travers une instance essentielle comme la Commission du personnel. Avec, comme trait caractéristique, le recours au dialogue direct avec l’ensemble des personnels – enseignants et non enseignants, grâce aux Assemblées périodiques reconnues par les statuts, qui connurent alors une activité particulièrement intense, au point d’ailleurs de fusionner à partir de 1978 dans une Assemblée Générale unifiée de tous les personnels, désormais lieu privilégié de cette démocratie directe prolongeant dix ans après, en ces difficiles années 1978-1980, l’esprit contestataire de mai 68.

11C’est en pleine continuité avec cet esprit que Michel Denis chercha, tout au long de sa Présidence à maintenir le contact avec les étudiants, malgré le refus majoritaire de ceux-ci de s’inscrire dans les formes institutionnelles de participation, et l’affaiblissement croissant des organisations étudiantes, minées par les dissensions politiques. Pleinement convaincu que l’université était d’abord faite pour les étudiants, il s’affirma constamment, malgré les conséquences parfois dommageables de leurs actions pour l’université, comme leur défenseur « naturel » face aux pouvoirs, allant jusqu’à témoigner en leur faveur au tribunal où avaient été traduits certains d’entre eux après l’occupation du Rectorat. Faute d’interlocuteurs patentés, il n’hésita pas là non plus à recourir au dialogue direct, comme il le fit en juin 1976 pour négocier solennellement dans un amphithéâtre avec les leaders du mouvement étudiant pour trouver un accord honorable permettant de sortir – enfin – de l’interminable grève de quatre mois du printemps 1976. C’était là une démonstration spectaculaire de cette exceptionnelle capacité d’attention, d’écoute et de dialogue qui fut toujours la sienne vis-à-vis des étudiants.

12C’est à travers ce style direct que Michel Denis a pu, en cette fin des années soixante-dix, incarner l’esprit contestataire d’une université qui s’estimait – non sans raisons – mal aimée, voire brimée et agressée, comme l’illustre l’action symbolique qu’il conduisit en décembre 1979, en présidant, en signe de protestation contre un budget en régression et des suppressions d’emplois, un Conseil d’administration, régulièrement convoqué, installé sur des chaises, sous une pluie battante, devant les grilles fermées à double tour du Rectorat d’Académie, symbole du pouvoir ministériel. Belle démonstration que l’on pouvait assumer la présidence d’une université, sans rien renier – bien au contraire – de sa capacité à dire non, avec éclat, dans un style « soixante huitard », à un pouvoir jugé abusif, sinon oppressif.

13Et il ne manqua pas d’autres occasions au cours de ces années 1976-1980 où le Président Denis, en phase avec une large majorité de ceux qu’il représentait, allait avoir matière à dire non au pouvoir, en exerçant pleinement la fonction critique d’une université autonome face aux puissants, qu’il s’agisse du décret de 1978 remettant en cause le statut des assistants, les décrets de 1979 sur les droits des étudiants étrangers, ou des suppressions (ou refus) d’habilitation de diplômes dans des disciplines présumées subversives et/ou inutiles par le pouvoir en place, telles la maîtrise de sociologie ou le DEUG de breton.

14Avec, comme point d’orgue, la réaction finale et sans concession – la démission pure et simple le 15 septembre 1980 – face à l’adoption et à la mise en œuvre d’une nouvelle loi régissant les institutions universitaires, la Loi Sauvage qui, en restaurant le rôle prépondérant des seuls professeurs – le « mandarinat » – lui paraissait une régression en contradiction avec les principes qui avaient fondé son action à l’université depuis quinze ans. Est-il inutile de rappeler qu’il fut, à cette date, le seul Président d’université en exercice à poser un tel geste ?

15Et pourtant, malgré l’éclat de cet acte final et les épisodes tumultueux qui l’avaient précédé, il serait passablement déformant de réduire l’action de Michel Denis comme Président d’université à cette seule dimension critique et contestataire, pour ne pas dire rebelle, à l’aune du jugement des pouvoirs établis. Parallèlement en effet, de manière plus feutrée, en profondeur, le Président Denis a su, avec l’appui de l’équipe convaincue qui l’entourait, orienter l’université sur les voies de la modernité, dans ses modes de fonctionnement et de gestion, orienter son développement vers des voies nouvelles, amorcer avec vigueur son ouverture à tous les niveaux sur son environnement extérieur, en évitant le repli sur une tour d’ivoire protégée, où la pente naturelle d’une université critique « aux mains pures » eût pu logiquement l’enfermer. Cette seconde dimension de la présidence Denis n’était pas le fait du hasard. C’était aussi le resurgissement des débats de 1966-1967 sur la modernisation de l’université, auxquels Michel Denis, on l’a dit, avait directement participé. Et c’était aussi le produit d’une évolution profonde des conceptions au sein de l’université, qui s’était opérée depuis 1972-1973 au sein des forces – la gauche syndicale – qui avaient porté Michel Denis au pouvoir en janvier 1976, avec pour la première fois un véritable programme, qui, à côté de la volonté majeure de renforcer le fonctionnement démocratique de l’université, exprimait bien, même si c’était de manière encore sommaire, cette volonté de modernisation, d’innovation et d’ouverture. De cette volonté collective, Michel Denis fut, en toute conscience, pendant quatre ans, le porteur et le catalyseur, en posant des jalons, en ouvrant des pistes qui allaient compter pour l’avenir de l’université.

16C’est avec lui, pour une large part, que cette université de « littéraires » a commencé à découvrir que la maîtrise de la gestion, avec ses outils et ses techniques, était non pas une maladie honteuse, mais la condition nécessaire à l’accomplissement optimal de ses missions. C’est avec Michel Denis que se mit en place une des conditions nécessaires de cette gestion efficace, un véritable gouvernement de l’université, autour du Président, avec un cabinet structuré et un service de Communication performant, avec une structure collégiale d’avis et de décision, la Commission permanente associant les Vice-Présidents et les cadres de l’université, secrétaire général et agent comptable. C’est avec Michel Denis aussi, qui apprit très vite à en maîtriser les techniques, que l’université commença à saisir l’enjeu que constituait la gestion de ses finances, avec d’autant plus d’acuité qu’elle était pauvre, et que s’amorça – avec un zèle quasi-puritain qui ne fut pas unanimement apprécié – la chasse aux « gaspis » divers, notamment dans la gestion des heures complémentaires. Parce qu’elle était rebelle et dans le collimateur du pouvoir, l’université devait être irréprochable sur ce terrain-là, et elle le fut, presque avec ostentation, à la manière de son Président qui se déplaçait… à vélo ! Et c’est dans le même esprit que, sous son impulsion, elle commença à gérer de manière plus rationnelle son patrimoine immobilier, hérité des constructions de 1966-1967, en organisant en 1977 un grand déménagement visant à répartir de manière plus cohérente et plus égalitaire les espaces pédagogiques et les bureaux entre les UER… et les individus, indépendamment de leur rang : c’était, sous une forme primitive, la première ébauche du Schéma directeur et des restructurations des années quatre-vingt-dix !

17Cependant l’amorce de modernisation de la gestion n’était que l’une des conditions de l’innovation en matière pédagogique. Beaucoup de choses, certes, avaient commencé à l’université avant 1976, avec la création des secteurs Arts et Sports, l’introduction de disciplines « extérieures » comme la statistique, l’économie ou le droit, la création en 1973 de filières pluridisciplinaires comme AES et LEA, mais ces novations étaient loin d’avoir définitivement pris racine. Le mérite principal de Michel Denis est d’avoir clairement pris parti pour cette diversification, ces innovations, d’avoir assumé le choix d’une transformation de la Faculté des Lettres en une véritable université tertiaire pluridisciplinaire, alors que les résistances internes étaient encore vives et les arbitrages sur des moyens de plus en plus rares particulièrement difficiles, dans une phase où se déployait la politique « réactionnaire » du ministère Saunier-Séité avec ses suppressions d’emplois et même de filières innovantes (telles la maîtrise de sciences et techniques Relations Internationales, créée en 1974… et supprimée en 1979 !) À défaut d’avoir pu, dans cette conjoncture particulièrement hostile, accélérer le développement des filières nouvelles, faute de moyens et d’un appui ministériel, la présidence Denis a permis aux diversifications déjà amorcées de prendre racine, d’atteindre leur maturité et de marquer de manière définitive le visage d’une université qui, en 1980, sans rien renier de son héritage, n’était plus la Faculté des Lettres de 1968.

18Peut-être est-ce cependant le terme d’« ouverture » qui marque le mieux la politique de mouvement voulue et impulsée par Michel Denis pour l’université, de manière presque paradoxale lorsqu’on se remémore l’image passablement sulfureuse qui était alors celle de l’institution au sein de larges fractions de l’opinion locale et régionale. Ouverture, cela signifiait commencer à tisser des liens avec les collectivités les plus proches, avec la Ville de Rennes bien sûr, et déjà avec la Ville de Saint-Brieuc, partenaire naturel d’une université qui se voulait pleinement de Haute Bretagne. C’était poser des jalons pour un avenir prometteur, quoique encore indistinct.

19Mais cette ouverture visait surtout à renouer le contact avec l’environnement économique et social extérieur, le monde de l’entreprise et des administrations, le monde salarial et syndical, en tentant de sortir des murs du ghetto universitaire. Cette ouverture – difficile – s’amorça sous sa houlette sur divers modes. Ce fut le cas à travers les encouragements explicites qu’il donna à la recherche contractuelle, telle que pouvaient la pratiquer en réponse aux demandes de partenaires extérieurs les géographes ou les sociologues ; c’est dans cet esprit que fut prise alors la décision d’accueillir au sein de l’université dans le nouveau site de Saint-Melaine, un laboratoire de sociologie appliquée qui s’était jusque là développé en dehors d’elle.

20Mais elle s’effectua surtout peut-être à travers l’appui déterminé qu’il apporta à l’essor des formations spécifiques destinées à d’autres publics, entendons publics autres que l’étudiant classique de formation initiale, qu’il s’agisse de salariés ou de chômeurs en reprise d’études, de cadres ou de militants syndicaux. Outre son soutien constant au développement des services de l’enseignement à distance et de la formation continue, qui existaient déjà, cette volonté d’ouverture (et d’innovation) s’est marquée symboliquement par le rôle personnel direct qu’il a joué dans la création de deux nouvelles institutions destinées à des publics spécifiques et associant paritairement l’université à des partenaires extérieurs : l’Institut des Sciences Sociales du Travail de l’Ouest, destiné à la formation continue de cadres syndicaux et géré paritairement avec les grandes confédérations ouvrières (CGT, CFDT, FO), dont la création en septembre 1980 fut le dernier acte de sa Présidence ; et le Collège coopératif, associant l’université à l’ADE-CAMB (Association pour le Développement coopératif associatif et mutualiste en Bretagne), visant, dans l’esprit pionnier d’Henri Desroche, à la formation continue de salariés (notamment de travailleurs sociaux) par une approche coopérative de l’initiation à la recherche sous la direction scientifique de chercheurs universitaires. Quoi de plus symbolique de cette volonté d’ouverture que Michel Denis se soit retrouvé en mai 1982 le premier président de ce Collège coopératif associant l’université au monde de la Mutualité et de l’Économie sociale ?

21Ce n’est certes pas en termes quantitatifs que l’on peut faire un bilan de l’action de Michel Denis comme Président d’université, dans cette conjoncture très particulière – 1976-1980 – où les flux étudiants eux-mêmes, temporairement, n’augmentaient plus, tandis que le ministère Saunier-Séité mettait en œuvre une véritable politique de régression de l’enseignement supérieur. Guère de surfaces nouvelles, sinon symboliquement un pied-à-terre au centre ville, au sein de l’historique Palais Saint-Melaine, arraché de haute lutte auprès du Ministère lui-même, contre l’avis du Recteur en place. Guère de création de postes non plus, en un temps où il fallait se battre pied à pied contre les suppressions d’emplois vacants. Et pour quelques rares habilitations obtenues (telle celle de la licence de Musique), il fallait vivre sous la menace de suppression de formations jugées trop coûteuses, « inutiles » ou potentiellement subversives, de la MST Relations Internationales à la maîtrise de sociologie.

22C’est sur un plan qualitatif, par delà les péripéties, les soubresauts et les crises à répétition qui marquèrent ces « années terribles », que le Président Denis laissera sa trace dans l’histoire de l’université : il a su lui faire passer le cap de l’adolescence, lui imprimer un style, une personnalité, une image extérieure forte, en réussissant à conjuguer dans une contradiction dynamique, la fidélité à la fonction critique, à la recherche et à la diffusion d’une culture libre et gratuite, et le choix délibéré de la modernisation, de l’innovation, de l’ouverture sur l’environnement extérieur. À ce titre, plus qu’aucun autre, il demeurera – directement et indirectement, par l’influence qu’il a exercée sur d’autres qui prirent sa suite – le « Père fondateur » par excellence d’une université de Rennes 2 où il a investi dans la longue durée, et non sans sacrifices personnels, le plus clair de son temps, de son énergie, de sa créativité. Quoi d’étonnant dès lors que Michel Denis ait été appelé fin 1981 par Alain Savary pour faire partie de la Commission – dite Jeantet – qui devait préparer pendant deux ans la future Loi d’orientation de l’Enseignement supérieur, où il allait pouvoir réinvestir à une échelle élargie ses idées et son expérience. Mais ceci est une autre histoire, qu’il est seul, sans doute, à pouvoir écrire.

Marcel Morabito
Directeur de l’Institut d’Études politiques de Rennes
Le 15 octobre 1995.

Monsieur le Directeur des Études,

23« Asseyez-vous, j’ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer. Je suis candidat à l’emploi de professeur d’Histoire contemporaine de l’IEP ». Telles furent les premières paroles que vous lançâtes à l’administrateur provisoire de l’Institut d’Études politiques de Rennes un soir de printemps, dans un bureau de la Faculté de droit et de science politique. Formule, sinon prétorienne, en tout cas lapidaire, qui marqua votre entrée dans ce qui n’était alors guère plus qu’un projet.

24Vous saviez combien ces paroles allaient se révéler erronées. Avant de mettre un terme à une carrière déjà particulièrement riche, vous aviez ingénieusement trouvé là le moyen d’en commencer une autre. Découvrir un nouvel auditoire, monter de nouveaux cours, assumer de nouvelles responsabilités. En un mot, être à nouveau pionnier. Et vous êtes effectivement venu au 104, boulevard de la duchesse Anne, comme sur un premier poste.

25Dans ce lieu qui, pendant quelque cent ans, hébergea une École normale d’institutrices, vous continuez, en jeune hussard de la République, à vivre votre fonction comme une vocation. D’entre nous tous, vous êtes le plus disponible, le plus proche des élèves, celui qui les connaît le mieux.

26Est-il d’ailleurs un cours d’Histoire que vous ne dispensiez pas ? « Société française », « Histoire des relations internationales », « Culture et société en Europe », « Approche historique des problèmes d’actualité », « La Bretagne dans l’histoire », « Éléments pour une analyse de la nation », sans oublier des conférences de méthode de « Grands enjeux » en première année, un cours de « Culture générale » au Centre régional de préparation aux concours d’entrée à l’ENA…

27Est-il de même un jury auquel vous ayez refusé de participer, une précision que vous ayez négligé d’apporter, jusques et y compris dans les salons d’information extra muros, ou un projet pédagogique auquel vous soyez resté indifférent ? Vous voilà encore aujourd’hui activement impliqué dans notre nouveau contrat quadriennal.

28Est-il enfin une manifestation de convivialité organisée par l’IEP ou ses élèves que vous ayez manquée ? D’aucuns prétendent même vous avoir entendu chanter avec les étudiants de Bucarest que nous avons reçus en septembre. D’autres affirment vous avoir vu braver la tempête pour leur faire visiter Rennes. Certains déclarent encore vous avoir aperçu fort tard en grande discussion avec nos diplômés, suite à la cérémonie si sympathiquement animée par Jean Plantu, sans doute de peur de les voir bientôt gagner d’autres horizons.

29C’est à notre tour désormais de ressentir cette inquiétude. Chacun de nous sait en effet que rien ne pourra nous faire oublier votre compétence, votre dévouement, votre gentillesse. Vous ne serez en ce sens jamais remplacé… On devrait du reste interdire à des collègues aussi jeunes que vous de prendre leur retraite. Mais comme les textes ne le permettent pas, nous nous résignons à vous laisser partir vers vos nouvelles fonctions.

30Ne nous disiez-vous pas être passé cet été au « 20 heures » de France 2, il est vrai pour un événement de la plus haute importance ? Un journaliste avisé avait été sensible à vos qualités pédagogiques alors que vous prodiguiez des conseils éclairés à votre petite-fille sur la construction des châteaux de sable. Connaissant votre esprit d’entreprise et votre dynamisme, nul ne doute ici que le relief de nos chères plages bretonnes s’apprête à subir dans les plus brefs délais de sensibles modifications.

31Dans l’immédiat, nous vous sommes extrêmement reconnaissants d’avoir été à nos côtés pour accompagner, durant ces cinq ans, les premiers pas de l’IEP. Sachez que nous garderons de vous le souvenir d’un collègue exemplaire et que nous ne nous lasserons jamais de vous revoir et d’arpenter avec vous notre beau cloître républicain pour parler Histoire ou Université.

32Croyez, Monsieur le Directeur des Études, en l’assurance de toute notre amitié.

33L’IEP

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search