Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour l'histoire de la médecine

 | 
Michel Lagrée
, 
François Lebrun

Conclusion

Alain Corbin

Texte intégral

1L'émotion, manifeste dans les propos de tous les intervenants, la fidélité à la mémoire, à l'amitié de Jacques Léonard ont, tout au long de cette journée, sous-tendu la nécessaire réflexion sur ce qui noue des historiens de la médecine trop souvent isolés et sur ce que doit être la place du biologique dans l'économie générale de la discipline historique. Le temps était venu, pour les historiens, de se livrer à une critique symétrique de celle que propose ici aux médecins Mme Marie-José Imbault-Huart.

2D'entrée de jeu, une constatation s'impose : les auteurs de synthèses ignorent l'histoire de la médecine ; du moins, ils font silence sur ses acquis. A ce propos, les savoureuses analyses de Jacques Poirier entraînent la conviction. L'étonnant est bien que ce silence n'étonne pas ; que les amateurs - on dirait ailleurs les consommateurs - d'histoire le tolèrent.

3Historiens et lecteurs appartiennent à une société au sein de laquelle les individus sont avant tout préoccupés de leur santé ; au sein de laquelle le corps et sa fragilité nourrissent de permanentes anxiétés. La prévention, la vigilance ordonnent les conduites quotidiennes. Les prévisions à long terme pèsent sur le genre de vie. Le sexe est perçu comme plaisir suprême. Se « sentir bien dans son corps ou dans sa peau » figure le bonheur. La sexualité, le sport, l'entraînement, le régime, pour ne pas parler du stretching et du body building, hantent des médias, de plus en plus médicalisés. Seule l'histoire universitaire semble échapper à cette obsession. Sur tous ces objets, elle est longtemps restée muette.

4Bien des historiens refusent encore de constater - et à plus forte raison de décrire-le réseau des liens tissés entre l'objet de leur étude, la médecine et l'hygiène. Cette réticence impose de s'interroger. Quelle valeur attribuer à une histoire politique du xixe siècle qui ignore le biologique, qui tait la révolution pastorienne, l'emprise de la notion de dégénérescence, les tentations de l'eugénisme, l'angoisse suscitée par ce que les contemporains considèrent comme les grands fléaux sociaux ?

5Que peut signifier une histoire sociale sourde à celle de la santé ; une histoire sociale délibérément ignorante des attitudes à l'égard de la vie, de la maladie, de la mort ; oublieuse de l'historicité des modalités du plaisir et de la douleur ; résolument éloignée de tout ce qui témoigne du souci du corps, des pratiques de soin, des rapports qui se nouent entre le médecin et son client, à l'occasion de leurs intenses colloques ?

6Peut-on imaginer une histoire culturelle qui refuse les représentations du corps, celles du bien-être et du mal-être, de la fatigue et du repos, du sain et du malsain ; une histoire culturelle négligente à l'égard de la circulation sociale des schèmes et des pratiques, inattentive à la médiation qui assure la diffusion des savoirs et ordonne les réinterprétations effectuées en fonction des convictions de la science médicale ?

7Il n'est pas d'histoire de l'environnement sans histoire des modes d'appréciation de l'air et du vent, de l'eau et de la vague, de la plante ou des pestilences du marais ; sans compréhension de ces modes de lecture qui constituent un paysage. Or, tout cela est déterminé par des systèmes de représentations étroitement liés aux théories médicales. Comme l'a montré Marie-Noëlle Bourguet, ce sont elles qui ont conduit l'élaboration des tableaux du territoire, laborieusement constitués à l'aube du xixe siècle. Seule une connaissance de l'histoire de la médecine et, plus largement, des sciences de la vie permet de percevoir la logique de leur construction.

8Il n'est pas d'histoire de la ville, pas d'histoire de l'urbanisation ou de l'urbanisme sans prise en compte de telles logiques, sans le repérage des modes de l'appréciation sensorielle. En ces domaines aussi, c'est l'histoire de la médecine, celle des comportements biologiques qui assurent la cohérence de la lecture du passé. En bref, le paradoxe s'impose avec force : les historiens, pour la plupart, refusent d'entendre ce qui paraît indispensable à la compréhension de leur objet.

9A dire vrai, une telle constatation ne désigne qu'une fraction d'un silence plus vaste. Le mutisme à l'égard de ce qui relève du médical n'est pas isolé. Ainsi, à de rares exceptions près, les historiens refusent l'étude du paroxysme. L'histoire de la guerre est réservée aux spécialistes d'histoire militaire. Cette spécialisation peut paraître logique : ce sont bien les militaires qui font la guerre. Mais il n'est pas nécessaire de réfléchir longuement pour percevoir ce que cela implique. L'étude des institutions, des effectifs, de la stratégie, celle du corps que forment les officiers tendent dès lors à focaliser l'attention. Rares sont les historiens de ce champ qui, tel Stéphane Audoin-Rouzeau, ont choisi pour objets la souffrance, la brutalité, la « brutalisation », l'horreur.

10De la même manière, les historiens de la France politique du xixe siècle ont déréalisé — pour reprendre le terme utilisé ici par Jacques Poirier - la violence des guerres civiles. C'est pour pallier cette carence qu'un colloque sera consacré à la barricade au printemps 1995 et que Robert Tombs a entrepris de relire les massacres de la Semaine sanglante. Malgré les injonctions de Lucien Febvre, les historiens refusent, plus largement encore, ce qui concerne la hiérarchie et les usages des sens. Ils éprouvent de la réticence à étudier ce qui relève de l'intimité.

11Ce faisceau de constatations impose de réfléchir à ce qui pourrait, non pas expliquer véritablement, mais permettre d'interpréter la contradiction fondamentale entre la structure du sujet historien et la gamme de ses curiosités avouées. Le silence que nous constatons tous est un silence bavard. Il est plein de sous-entendus. Il renvoie à un large univers du tacite. Constituer un domaine de recherche en spécialité peut paraître de bonne méthode puisque cela semble gage de compétence ( ?). Mais c'est aussi façon de se débarrasser de ce qui gêne ou de ce qui rebute. C'est cette fonction que Jacques Le Goff relevait naguère à propos de l'histoire dite des mentalités, impossible à définir autrement que comme un reste. Celle de la médecine a longtemps été réservée aux médecins ; n'existait-il pas des chaires d'histoire de la médecine ?... Du même coup, les histoires du corps, de la santé, de la médicalisation, de la profession médicale risquaient de se trouver réduites à celle de la constitution d'un savoir.

12Pour toutes ces raisons, Jacques Léonard, il y a quelque vingt ans, étonnait, dérangeait, arrangeait, tout à la fois. Il occupait un champ à pein défriché dont personne ne lui contestait la maîtrise ; mais bien des historiens entendaient que sa présence même les déchargeât de tout ce qui relevait de son domaine. Léonard était devenu un spécialiste, c'est-à-dire quelqu'un — et à travers lui tout un territoire d'historien - dont l'influence se trouvait du même coup circonscrite. C'est pour dénoncer de telles tactiques que nous sommes réunis aujourd'hui, comme s'il s'agissait de compenser l'excessive modestie de notre ami. Jacques Léonard était, nous le savons, bien plus qu'un spécialiste.

13Mais revenons à ce qui pourrait permettre d'interpréter la contradiction dont nous parlons. A l'évidence, la configuration du champ des études historiques et les rapports de domination que celle-ci implique permettent de l'éclairer. La rigidité des « découpes instituées » dont parle Jean-Pierre Peter ne fait pas que déterminer la distribution des historiens dans une gamme préétablie de spécialités. L'intitulé des centres de recherches est gravé en lettres d'or - ou de façon plus moderne, mais tout aussi prétentieuse — sur les frontons des « laboratoires » et il est difficile de modifier de telles architectures constitutives de l'habitus des individus qui les animent. Il conviendrait à ce propos de réfléchir à la prolifération des sigles dans le monde universitaire et à leur rôle dans le processus de construction des identités de chercheurs.

14Les institutions disposent de crédits, ordonnent des réseaux, des filières. Les modalités de l'apprentissage sont soumises à ces mêmes découpes. Cela dès la fréquentation de l'enseignement secondaire. Pourquoi enseigner une bio-histoire aux élèves des classes terminales ?. Ne serait-ce pas, d'une certaine manière, empiéter sur l'enseignement de la biologie et, plus largement, sur celle des sciences naturelles - ou de la nature ? La reproduction fonctionne à plein dans l'université. Elle est à l'origine du décalage que constatent aujourd'hui les éditeurs entre l'éventail des thèses soutenues et les attentes des lecteurs ou, si l'on préfère, la demande sociale d'histoire. Jean—Pierre Peter le rappelle : il est difficile à un spécialiste des comportements somatiques de remporter un concours de recrutement ; on lui préférera un connaisseur de l'unité italienne — bel objet, il est vrai — parce que cela semblera mieux correspondre à l'enseignement dispensé. L'exemple n'est pas inventé. Je ne fais là que rapporter des propos entendus au cours de la réunion d'une commission de spécialistes.

15Il serait toutefois simpliste de s'en tenir à de telles considérations. Le silence ou plutôt le mutisme des historiens auquel nous sommes aujourd'hui confrontés relève de réticences plus profondes. Il participe du refus que suscite toute histoire de l'essentiel. Aborder celles du corps, du plaisir, de la souffrance engage l'historien. Celui-ci s'offre alors aux « interpellations intimes » (Jacques Poirier). Son écriture risque de dévoiler, de soumettre la personne de l'auteur au regard du lecteur. Georg Simmel faisait jadis remarquer que les yeux qui se croisent autorisent une pénétration de l'intimité et que cela se révèle décisif dans l'organisation des rapports sociaux. C'est pour ne pas s'offrir à la curiosité de l'autre, et non pas exactement par pudeur, que l'on baisse le regard. L'historien adopte généralement la même attitude, qualifiée trop rapidement de distance scientifique. Elle autorise un strict partage entre son activité publique de chercheur et ce qui pourrait sembler relever de la personne privée.

16L'une des fonctions de l'histoire est d'aseptiser le passé, de l'exorciser, de le rendre supportable. C'est pourquoi, à titre d'exemple, elle a partie liée avec l'héroïsation. L'histoire est d'abord travail sur la mémoire. La construction du passé qui est proposée suppose des procédures de tri, une sélection des dévoilements et des oublis. Ce sont les évitements, les manques, les tactiques de déréalisation - plus souvent que le déficit de sources - qui ordonnent le tableau. Dans cette perspective, il ne faut ni s'étonner, ni s'indigner des silences des historiens. Ce qui ne veut pas dire qu'il convient de s'y résigner. Le mieux est sans doute - et c'est ce qui a été fait aujourd'hui — de les dévoiler, de les constituer en signes, sinon en symptômes.

17De telles réflexions, me semble-t-il, mettent en évidence l'importance de Jacques Léonard. Pour bien la mesurer, il faut se souvenir de la situation du champ de l'histoire du xixe siècle, tel qu'il se dessinait en 1959. Pour un jeune chercheur désireux de se consacrer à l'étude de la médecine de ce temps, le territoire était fermé, bouclé. La seule possibilité était l'étude d'une catégorie sociale. Etudier les médecins, après les paysans du Nord, les magistrats ou les mineurs de Carmaux, pouvait apparaître à l'institution un sujet acceptable. C'est ce qui nous a valu le beau livre consacré aux médecins de l'Ouest. Mais Jacques Léonard a su faire irradier son objet, le constituer en point de départ de cet itinéraire qui l'a conduit de l'étude d'une catégorie sociale aux Archives du corps.

18Loin de se cantonner dans une spécialité, qui aurait pu être étriquée, il a défriché toutes les parties de ce qui nous apparaît aujourd'hui un vaste territoire, celui que décrit Olivier Faure. Jacques Léonard a mené de front l'histoire d'une profession et celle des péripéties d'un savoir. Il a mis en évidence l'éclectisme des pratiques et la pesée des représentations. Il a analysé un processus : la médicalisation de la société et son intervention dans les usages traditionnels du corps. Pour ouvrir et suivre tant de pistes, il lui a fallu s'engager, payer de sa personne. La négligence de bien des historiens à l'égard de toutes les curiosités qui l'animaient met paradoxalement en valeur la portée de son œuvre.

Auteur

Professeur, Université de Paris I
et Institut Universitaire de France
Centre de Recherches sur l'histoire du xixe Siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540