Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour l'histoire de la médecine

 | 
Michel Lagrée
, 
François Lebrun

Deuxième partie. Où va l'histoire de la médecine ?

Des médecins aux malades : tendances récentes en histoire sociale de la santé

Olivier Faure

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Peter, Jacques Léonard, un historien face à l'opacité ; dans Jacques Léonard, Médecins (...)

1J. Léonard a finalement triomphé des obstacles dont il a tant souffert et sans doute beaucoup plus qu'il n'en a eu conscience1. Refusant de se proclamer propriétaire exclusif du territoire qu'il avait découvert, n'exerçant aucune position de pouvoir, indifférent aux vaines hiérarchies, il a su, par la seule force de ses travaux et la multitude de ses conseils, encourager sans contraindre, stimuler sans contrôler et finalement donner à ses travaux et à lui-même une postérité bien plus riche que celle de nombreux chefs d'écoles. Peu reconnue, dépourvue des moyens et des instituts qui sont ailleurs la règle, rarement enseignée, difficilement diffusée, l'histoire sociale de la santé a non seulement survécu à ce contexte institutionnel difficile, mais elle s'est développée et diversifiée tout en restant solidement arrimée à une vaste question d'histoire sociale générale introduite par J.Léonard : La médicalisation, ou autrement dit, la transformation des attitudes individuelles et collectives de nos sociétés face à la santé et à la maladie depuis deux ou trois siècles. Pour explorer cette vaste question, les historiens ont peu à peu élargi leur curiosité. Dans leur point de mire, les autres professionnels de la santé ont rejoint les médecins, les populations ont fini par l'emporter sur les institutions qui les hébergent et les soignent, les réalités ont détrôné les discours.

I — Des médecins aux « soignants »

1 - Les médecins toujours

  • 2 Jacques Léonard, Les médecins de l'Ouest au xixe siècle, Paris, Champion, 1978, 3 vol., vol. l,p. (...)
  • 3 Quelques maîtrises dans la région Centre Est (Boyer sur l'Ardèche ; Amin-Garde sur la Drôme ; Dupu (...)
  • 4 Jack D. Ellis, The physician-legblators of France : Médicine and politics in the early french Repu (...)
  • 5 Carl Havelange, Les figures de la guérison (xviiie-xixe), une histoire sociale et culturelle des p (...)
  • 6 Claudia Huerkamp, Der Aufstieg der Arzte im 19 Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoek und Ruprecht, 19 (...)
  • 7 Irvine Loudon, Medical care and the General Practitioner, 1750-1850, Oxford, 1986.

2S'attaquant à la médicalisation qui était bien l'objet de sa thèse2, J. Léonard avait frappé au cœur du processus en s'attaquant aux médecins eux-mêmes. Les grandes lignes définies n'ont pas été mises en cause. Les médecins ont bien acquis au xixe siècle une position dominante. Ils l'ont établie d'abord grâce à des stratégies professionnelles et sociales extrêmement habiles, appuyées par des relais politiques efficaces et couronnée ensuite par un savoir scientifique doublé d'une efficacité thérapeutique très relative. Les quelques études menées en France3 sur ce groupe ont largement confirmé le schéma dressé par J. Léonard, quitte à lui apporter quelques nuances chronologiques et d'intensité. Plus thématique, l'ouvrage récent d'Ellis vient nuancer, s'il en était besoin, l'idée d'un lobby médical parlementaire puissant et monolithique4. Confirmé en France, le schéma Léonard n'est pas démenti à l'extérieur. Si on ne s'étonne pas de le retrouver largement dans une Belgique soumise à un cadre institutionnel voisin5, les évolutions allemandes6 et britanniques7 ne sont pas fondamentalement différentes malgré les apparences. S'il reste encore à faire dans ce domaine, seules les comparaisons de situations nationales peuvent permettre d'affiner les questions et d'en poser de nouvelles.

  • 8 Pierre Guillaume, Les tuberculeux : du désespoir au salut, Paris, Aubier, 1986, 377 p.
  • 9 Patrice Pinell, Naissance d'un fléau : histoire de la lutte contre le cancer en France (1890-1940) (...)
  • 10 Michel Morange, Éd., L'Institut Pasteur : contributions à son histoire, Paris, La Découverte, 1991 (...)

3La grandeur d'une œuvre ne se mesure pas à sa capacité à épuiser un sujet, mais bien au contraire à ouvrir de nouvelles pistes. Une fois le cadre général dressé, les questions sur le monde médical ne manquent pas. Le processus de spécialisation, qui naît vraisemblablement sur les marges, mérite d'être analysé tout autant que la façon dont se constituent les équipes de recherche et se déplacent les centres d'intérêt. Grâce aux études sur la tuberculose8 et le cancer9, on mesure mieux comment le concept de fléau social est né de l'imbrication de démarches scientifiques professionnelles et sociales qui ne doivent pas tout au seul progrès des sciences ou de la médecine. En analysant la formation et le fonctionnement de laboratoires de recherches10, on aperçoit aussi les complexités de la production scientifique et médicale. Tout ceci invite naturellement à déplacer vers le xxe siècle le centre de gravité des recherches. Né dans un contexte caractérisé par la médecine clinique et le libéralisme social, le corps médical semble avoir réussi à maintenir, au moins jusqu'à une période très récente, son homogénéité et son mode de fonctionnement, malgré les assurances sociales, la promotion des sciences fondamentales et l'intrusion des intérêts privés. Cet apparent paradoxe attend encore aujourd'hui son analyste.

2 — Les auxiliaires ensuite

  • 11 Guy Thuillier, « Pour une histoire du médicament en Nivernais au xixe siècle », in Pour une histoi (...)
  • 12 Olivier Faure, « Pharmaciens, officines et médicaments en France au xixe siècle », in Bulletin de (...)
  • 13 Id., « Le rôle du médicament dans la médicalisation en France au xixe siècle », in Maladies, médec (...)

4Sans doute impressionnés par le travail déjà réalisé, les historiens ont préféré s'intéresser aux autres professions médicales. Jusqu'à présent, les pharmaciens n'ont guère attiré l'attention malgré le remarquable article pionnier de Guy Thuillier11. Pourtant leur histoire témoigne bien des profonds changements qui affectent la gestion de la santé. Très rares et confinés dans les villes au début du siècle, ils connaissent, surtout à partir des années 1870, une croissance remarquable qui fait passer leurs effectifs de 6 000 (6 200 en 1876) à près de 12 000 (11 600 en 1911) en moins de quarante ans. Certes, leur répartition géographique reste elle, très inégale, recouvrant largement celle des médecins à quelques exceptions près, comme la Normandie. Autant qu'on puisse le savoir, leur situation matérielle ne paraît pas menacée par la croissance de leurs effectifs. A la fin du siècle, les bénéfices nets d'une officine s'étalent de 7 à 12 000 Francs et représentent entre le tiers et la moitié du chiffre d'affaires. Comme chez les médecins, les stratégies corporatives sont à l'œuvre. Pendant la première moitié du siècle, les pharmaciens font pression sur les pouvoirs publics pour obtenir l'extension et le respect du monopole partiel qui leur a été consenti par la loi de Germinal an XI. Ils réclament aussi la limitation du nombre des officines et le droit d'assurer eux-mêmes la police de leur profession. A partir de 1850, au contraire, le corps pharmaceutique se divise. A ceux qui restent fidèles au corporatisme, s'opposent ceux qui acceptent de se lancer dans la voie commerciale, en utilisant la publicité et en revendant les produits fabriqués par l'industrie. En revanche, ils prennent bien soin de préserver leur monopole, cumulant ainsi les avantages de la liberté et du statut protégé12. Provisoire et très largement institutionnel, ce canevas mérite des rectifications que devraient apporter des études de terrain mêlant histoire des professions, histoire des entreprises (de leur stratégie, de leur publicité), histoire de la consommation et de la vie quotidienne, histoire scientifique. Peut-être laboratoire de modernité pour l'ensemble de la société, la pharmacie et les médicaments sont très sûrement au centre du processus de transformation des habitudes sanitaires13.

  • 14 Les sages-femmes à Paris, 1871-1914, thèse 3e cycle, Paris VII, 1983.

5Les professions auxiliaires ont été paradoxalement mieux traitées. Grâce à J. Gelis, on sait à peu près tout sur les sages-femmes de l'Ancien Régime. En revanche, celles du xixe siècle sont largement restées dans l'ombre malgré le travail (non publié) de D. Tucat sur les sages-femmes parisiennes14, et des études locales achevées ou amorcées. Longtemps présentées comme des agents des médecins accoucheurs soucieux d'arracher aux femmes ordinaires la gestion de la naissance, leur portrait est en train de s'altérer. Souvent issues du peuple, leur intrusion n'amène peut-être pas une rupture radicale avec les anciennes façons de mettre au monde, et d'autant moins que les médecins de terrain ne mettent aucun empressement à les contrôler ou à leur disputer leur clientèle. Installées dans des campagnes dépourvues de médecins, munies d'un minimum d'instruction médicale générale (l'art de la saignée, des vaccinations et des pansements) et de connaissances pharmaceutiques, elles ont sans doute joué un rôle plus vaste et plus autonome que celui qui leur était imparti dans les textes. Pour elles aussi, leur rôle dans la médicalisation mérite sans doute d'être réévalué.

  • 15 M.-F. Colliere, Promouvoir la vie : de la pratique des femmes soignantes aux soins infirmiers, Par (...)
  • 16 Yvonne Knibiehler, Éd., Cornettes et blouses blanches : les infirmières dans la société française. (...)
  • 17 Véronique Leroux-Hugon, Des saintes laïques : les infirmières à l'aube de la 3e République, Paris, (...)

6Très jeune elle aussi, l'histoire des infirmières s'est d'abord placée dans le même cadre conceptuel. Soucieux de se donner des auxiliaires compétentes mais obéissantes, les médecins auraient détourné à leur profit la vocation soignante des femmes en la vidant de sa substance. Tout le savoir autonome des femmes aurait été éradiqué dans les écoles d'infirmières, au profit d'une sorte de sous-culture médicale normalisée15. Après ces dénonciations est venue l'heure de livres plus sereins faisant leur part au côté libérateur de cette nouvelle profession féminine16. Avec V. Leroux-Hugon17, on dispose enfin d'un dossier où l'on peut juger sur pièces. Dans ce livre, l'infirmière n'est plus un personnage idéal défini par les règlements médicaux, mais un être de chair et de sang. Les projets eux-mêmes deviennent plus complexes et l'on apprend à distinguer entre les projets de E Nightingale et ceux de Bourneville. Enfin, la profession d'infirmière ne reste pas unie et la distinction s'esquisse très vite entre personnel soignant et personnel servant. Il faut aussi savoir que, hors de Paris, il n'y a pas rupture brutale entre un personnel religieux dévoué et un personnel laïque compétent, mais bien continuité lorsque les antiques religieuses commencent à collectionner les diplômes.

3 - Les concurrents enfin

  • 18 Matthew Ramsey, Profasional and popular medicine in France (1770-1830), Cambridge, 1988, 406 p.
  • 19 Cf. l'article de J. Léonard, in A.E.S.C., 1977, repris dans le volume cité note 1.

7Loin de se contenter des professions reconnues, les historiens ont aussi rencontré les charlatans si vilipendés en leur temps. Sachant dépasser le discours médical les renvoyant dans les ténèbres de l'anti-médecine, M. Ramsey18 surtout, a su donner des charlatans de haut vol une image concrète et un rôle précis bien éloignés des caricatures et des jugements de valeur. Plus discrètes mais beaucoup plus présentes, les religieuses congréganistes révélées par C. Langlois jouent dans le domaine de la santé un rôle considérable"19. Au-delà des congrégations de gardes-malades, la plupart des petites communautés dispersées dans les campagnes ont veillé des malades, distribué des médicaments et bien souvent aidé les médecins. Leur rôle est encore plus fondamental dans les hôpitaux où, malgré tous les discours, elles l'emportent bien souvent en pouvoir sur le médecin. Enfin, les hôpitaux sont loin d'être refermés sur eux-mêmes et rares sont ceux qui ne possèdent pas une pharmacie de vente ou une consultation externe.

8L'étude des auxiliaires et des rivaux des médecins a permis d'infirmer le discours médical et d'éclairer les voies de la médicalisation. Le schéma dominant qui voyait dans ces groupes des obstacles ou, au mieux, des sous-produits de la médicalisation, est aujourd'hui sévèrement battu en brèche. La plupart des études insistent plutôt sur les parentés et les complémentarités entre les différents arts de guérir plutôt que sur leurs différences et leurs incompatibilités. Religieuses, sages-femmes et charlatans sont plus souvent des avant-gardes du médecin que des opposants. Pratiquant une thérapeutique proche de la médecine officielle (présente ou passée), desservant des populations inaccessibles aux médecins, elles habitueraient ces populations à confier leur santé à un spécialiste (même non reconnu) favorisant ainsi l'implantation ultérieure du « vrai » médecin. En notant que les charlatans opèrent à une période et en des zones précises, M. Ramsey en fait des intermédiaires entre la médecine populaire et la médecine officielle. Telle semble bien être la mission première de tous ces groupes. En attendant plus amples confirmations de ces hypothèses, ces études élargies reposent naturellement la question des attitudes populaires.

II Des soignants aux soignés

9En voyant dans le succès des médecins le signe de transformations plus profondes et le reflet des attentes de toute une société, J. Léonard avait eu une intuition particulièrement juste. Restait encore à montrer lesquelles et à retracer leur action.

1 - Des discours aux institutions

  • 20 Sur la vaccination Pierre Darmon, La longue traque de la variole, Paris, Perrin, 1985, 503 p.

10Pendant longtemps, le ralliement aux formes modernes des soins n'a pas posé problème tant était enracinée l'idée du progrès. Le triomphe de la médecine était le fruit naturel de la rationalisation progressive, le reflet du recul de la résignation, des préjugés, de l'indifférence et de la routine. Du reste, le discours médical ne dit rien d'autre en montrant son éternel combat contre les ténèbres. Dans les plus hauts faits de la saga médicale, ce discours atteint de tels sommets qu'il est bien difficile, même aux historiens contemporains, de s'en défendre. L'odyssée vaccinale offre évidemment le modèle du genre : muni d'un « préservatif » efficace, des médecins dévoués se sacrifient pour porter le bienfait à des populations hostiles encadrées par un clergé et des notables sceptiques, indifférents ou impuissants. Grâce à leur acharnement, voici d'abord les notables, les gens éclairés, les gens de bien convaincus et vite enrôlés dans la croisade médicale. Peu à peu, grâce à leur entregent, à leur poids social, la nouveauté s'insinue dans les milieux aisés, et de là dans les milieux populaires, avant de réduire enfin les bastions obscurantistes des campagnes les plus pieuses et les plus reculées, enfin convaincues par l'évidence. Ainsi la raison se serait-elle introduite progressivement, grâce aux médecins, du haut vers le bas de la société20.

  • 21 Michel Foucault et Alii, Les machines à guérir, Paris, Institut de l'environnement, 1976, 241 p.

11Les hôpitaux offrent aussi un beau florilège de ce schéma. Décrétés machines à guérir par des médecins de la fin du xviiie siècle, les hôpitaux ont vite été, au seul vu de leurs règlements et des discours médicaux, promus au grade de laboratoire de la modernité. Dans leurs murs et conformément aux desseins tracés, les médecins auraient édifié une médecine rationnelle, mis au point des traitements efficaces vérifiés par l'expérience et la statistique. Mieux encore, ils en auraient profité pour convertir les religieuses et les malades aux vertus de la salubrité, de l'hygiène et de la prévention. Sortis de là, les malades guéris auraient véhiculé dans la société ces nouvelles normes et prêché, au moins par l'exemple, les bienfaits de la médecine, de la discipline et de quelques autres techniques de gestion sociale21.

12Sur ces deux bases et quelques autres (l'accouchement) se serait ensuite bâtie une politique sanitaire et médicale coordonnée puis financée par les collectivités publiques pour imposer à tous, au plus vite, le recours au médecin et extirper les anciennes croyances et les antiques rebouteux. Respectant l'indépendance, le monopole et les intérêts médicaux, l'intervention de l'Etat n'aurait fait qu'accélérer ce processus de descente sociale.

  • 22 Ivan Illich, Némésis médicale, (trad. fçse.), Paris, Seuil, 1975, 221 p.
  • 23 Michel Foucault, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975 (reéd. 1990) (...)
  • 24 Sur ce thème le succès des livres de Françoise Loux est révélateur :
  • 25 Jacques Gelis, Mireille Laget, Marie-France Morel, Entrer dam la vie : naissances et enfances dans (...)
  • 26 Giordana Charuty, Le couvent des fous, l'internement et ses visages en Languedoc aux xixe et xxe s (...)

13Longtemps considérée comme un bien, cette médicalisation a été, surtout dans les années 1970, vivement dénoncée par de nombreux penseurs et suivie par plusieurs historiens. Sans contester la réalité du schéma proposé, la vision critique n'a plus vu dans cette médicalisation la manifestation du progrès, mais la traduction d'un projet d'asservissement et de contrôle des élites sur les populations les plus modestes. Plus même qu'un simple projet policier, il s'agirait d'une véritable entreprise de déculturation passant par l'éradication des croyances et la confiscation des savoirs populaires. Nourri d'un air du temps très porté sur la contestation du pouvoir sous toutes ses formes22, épaulé par les analyses fulgurantes de M. Foucault23, étayé par la vogue de l'ethnologie24 et la nostalgie d'un passé idéalisé, le schéma a inspiré de nombreux travaux qui ont souvent su dépasser les simples dénonciations. La naissance et les soins des jeunes enfants ont été sans conteste le secteur le mieux exploré dans cette optique. Toute une pléiade de brillants chercheurs25 ont redécouvert, derrière le discours médical dénonciateur, les pratiques de la naissance avant l'âge de la clinique. Sans nier l'effroyable massacre des innocents, ils ont restitué à l'accouchement son caractère d'acte ritualisé vécu et contrôlé par une communauté de voisinage dans lequel se manifestent une solidarité et une convivialité féminine. C'est cette réalité qui aurait été progressivement et volontairement détruite par les médecins et les élites qui y auraient substitué un accouchement techniquement plus sûr, mais froid, impersonnel et technicisé. A côté de l'accouchement, les hôpitaux, et en particulier les hôpitaux psychiatriques26, ont été eux aussi analysés comme institutions de déculturation et d'asservissement, ce qu'elles ne niaient pas vouloir être.

14D'études de terrain souvent prudentes, a fini par émerger une sorte de vulgate présentant la médicalisation, non plus comme un progrès, mais comme une mutilation. Les médecins se seraient emparés d'un monopole des soins du corps, niant et combattant un riche savoir populaire et dépossédant les malades de leur corps. A un ancien régime du corps convivial, souvent dépeint sous des couleurs idylliques, aurait succédé un système techniquement efficace mais humainement déplorable.

15Face à ces deux légendes, noire et rose, ainsi constituées, les historiens se devaient donc de retourner au terrain, ce qu'ils n'ont pas manqué de faire, au risque d'ébrécher sérieusement des hypothèses trop carrées.

16Au fil du quotidien, les croisades médicales perdent un peu de leur éclat, les hôpitaux de leur sévérité et l'Etat de sa volonté de tout contrôler. Vouloir nier le zèle médical serait aussi absurde que d'en faire l'alpha et l'oméga de la profession. Au-delà des jugements de valeur, il faut bien reconnaître que la médecine est au xixe siècle une profession libérale dont les membres, en nombre pléthorique face à la demande solvable, doivent vivre de leurs honoraires. Cette nécessité s'accommode mal de la volonté de médicaliser la société tout entière et de préférer l'hygiène et la prévention aux soins. Cette contradiction centrale pèse très lourd pour expliquer le découragement précoce des vaccinateurs, les réticences médicales à l'extension de la mutualité, de l'assistance et de la clientèle des hôpitaux. Sans qu'il soit besoin d'y insister, le dénuement thérapeutique durable est aussi largement responsable des échecs médicaux et des réticences populaires face à la vaccination ou à la lutte anticholérique.

  • 27 Olivier Faure, « La médecine gratuite au xixe siècle : de la charité à l'assistance », Histoire, E (...)

17Les « retards » de la médicalisation ne sont pas imputables aux seuls médecins, loin de là. Dirigés par des notables prudents sous tous les régimes, l'Etat et les pouvoirs publics ne montrent guère d'empressement à financer l'accès des plus pauvres à la médecine. Lorsqu'ils s'y résignent, ce n'est que sous la pression d'une conjoncture pesante et avec le secret, mais tenace espoir, de limiter le bienfait qu'ils viennent d'accorder27. Ils ne sont pas plus zélés à imposer à tous, et d'abord aux médecins, des mesures prophylactiques qui répugnent à leur libéralisme. Les prudences étatiques et bourgeoises ne tiennent pas seulement aux finances. Longtemps, même dans les villes les plus importantes, les élites restent fidèles à l'antique charité qui ne regarde ni ce qu'elle donne, ni à qui elle donne. La survivance de ces comportements est évidemment difficilement compatible avec une médicalisation qui suppose au contraire le tri et la rationalisation.

  • 28 Par exemple, Id., Genèse de l'hôpital moderne, les Hospices Civils de Lyon de 1802 à 1845, Paris, (...)

18Paradoxalement, la conjonction des réticences atteint son maximum dans les hôpitaux et les tient longtemps éloignés de l'idéal des machines à guérir. Financés par la charité et gérés par des notables cooptés, malgré une tutelle administrative très formelle, les hôpitaux dispersent leurs efforts entre des tâches multiples et réservent à la gestion de leurs biens une part importante de leurs moyens. Rien ne vient contrebalancer cette double tendance à la gestion et à la dispersion. Dépourvus de moyens de pression financiers et peu soucieux de s'en doter, les pouvoirs publics ont longtemps tendance à considérer les hôpitaux comme des machines à tout faire et des institutions chargées de gérer gratuitement tous les dysfonctionnements de la société. Aussi insistent-ils pour que soient accueillis prostituées, vénériens et autres perturbateurs de l'ordre public. La présence et la place des religieuses accentue encore la polyvalence des hôpitaux. Hospitalières et enseignantes, attachées aux formes anciennes de la charité et peu perméables aux normes médicales, les congréganistes s'occupent de soigner les âmes et de nourrir les corps, mais guère de les guérir. Face à cette triple pression, les médecins ne sont qu'un contrepoids théorique. Dans leur carrière comme dans leur journée, les médecins n'effectuent à l'hôpital que des séjours temporaires : l'heure de la visite pour les médecins hospitaliers, quelques années pour les internes et les chirurgiens résidants. Plus que par le désintérêt, cette faible présence s'explique par la quasi-gratuité des fonctions hospitalières qui oblige les médecins à consacrer à leur cabinet la plus grande part de leur activité. Dans ces conditions, les médecins ont fort à faire pour imposer des réformes générales et des changements quotidiens face aux sœurs omniprésentes et à une administration sur laquelle ils ont pendant longtemps peu de prises28.

2 - Des institutions aux populations

  • 29 Ibid et Olivier Faure, Dominique Dessertine, Hospitalisation et populations hospitalisées aux xixe(...)

19Sans nier les évidents changements, même s'ils sont plus tardifs et moins amples que prévus, l'étude des institutions montre surtout que la médicalisation n'a pas été si strictement planifiée et appliquée qu'on ne l'a dit. Ce paradoxe d'une médicalisation en apparence spontanée a naturellement amené les historiens à se tourner vers l'autre partenaire de cette transformation, les malades et la population. Dans le discours médical du temps, les malades n'apparaissent pas seulement comme des mineurs en proie aux préjugés et à la crédulité mais aussi comme des profiteurs toujours avides d'abuser de ce qui leur est offert. Ces dénonciations apparaissent très tôt chez les gestionnaires de la mutualité et de l'assistance qui incriminent d'abord l'attirance des malades pour les médicaments. L'examen des chiffres prouve qu'effectivement les dépenses, et plus particulièrement les dépenses pharmaceutiques, croissent plus vite que le nombre des consommateurs. Dans les hôpitaux aussi, les administrateurs et les médecins passent plus de temps à dénoncer les "malades" qui s'incrustent qu'à attirer des malades réticents à y entrer.29.

  • 30 Barbara Elkeles, « Arbeiterautobiographien als Quellen der Kraukenhausgeschichte », in Medi-zinhis (...)
  • 31 Sur ce point, Porter Roy and Porter Dorothea, Patient's progress : doctors and doctoring in 18th c (...)

20Au-delà de ces institutions spéciales, le succès des ouvrages de vulgarisation, le développement énorme de la pharmacie et les attitudes de ses clients montrent bien que ces comportements consommateurs ne sont pas propres aux indigents. A l'image de ce qui se fait en Allemagne, il y aurait sans doute beaucoup à tirer d'une analyse des autobiographies30. Plus généralement, l'histoire de la santé se centre de plus en plus sur le malade et son point de vue, comme en Angleterre depuis déjà quelque temps31, et cette orientation paraît souhaitable.

  • 32 Jacques Gelis, La sage-femme ou le médecin, Paris, Fayard, 1988, 560 p., p. 390.
  • 33 Cf. note 29.
  • 34 Olivier Faure, La médicalisation de La société dans la région lyonnaise au xixe siècle, thèse d'Ét (...)

21Des études plus serrées permettront certainement d'infirmer, de confirmer ou d'affiner l'hypothèse que certains, dont je suis, ont avancé pour rendre compte de la médicalisation. Plus que la médecine et les médecins, les malades ordinaires et la population seraient le véritable moteur de cette transformation des comportements en matière de santé. Après avoir pendant de longues années exploré les stratégies des accoucheurs, des sages-femmes et des autorités, J. Gélis estime que la question est de savoir pourquoi les femmes, qui jusqu'alors s'étaient satisfaites du service des matrones, ont éprouvé le besoin de recourir, à partir du xviiie siècle, à des sages-femmes médicalement formées puis à des médecins ou à des accoucheurs. "Comme en d'autres domaines", conclut-il, "la demande sociale est à l'origine de l'innovation"32. A contrario, l'étude des populations hospitalisées et de leur comportement montre que tard dans le xixe siècle elles demandent à l'institution un hébergement, un refuge lors des périodes fragiles du cycle de vie, voire quelquefois la satisfaction d'autres besoins de nature diverse que l'hôpital est le seul capable de satisfaire33. Dans les campagnes, des demandes d'éducation, d'hébergement des infirmes et des vieillards, de travail ou de formation professionnelle convergent vers l'hôpital, faute d'autres institutions. L'hôpital ne peut trouver une clientèle adaptée à son projet médical que du jour où l'évolution générale de la société et la création d'institutions sociales particulières le déchargent de ses tâches "annexes"34.

  • 35 Colin Jones, « Montpellier medical students and the medicalisation of 18th Century France », in Roy (...)
  • 36 Isabelle V. Bueltzingsloewen, Enseignement clinique et médicalisation de la société dans l'Allemag (...)
  • 37 Olivier Faure, Les français et leur médecine au xixe siècle, Paris, Belin, 1993, 320 p.
  • 38 Jacques Léonard, Les médecins de l'Ouest..., op. cit., vol. 3, p. 1521.

22De là les mêmes historiens proposent de renverser totalement les perspectives. Dans un article sur les étudiants en médecine de Montpellier au xviiie siècle, C. Jones suggère que leurs revendications en faveur d'un enseignement plus pratique dépendent plus des pressions d'une clientèle croissante qui pense et veut guérir, que de l'évolution intrinsèque de la science médicale35. En montrant le succès immédiat et massif des polycliniques allemandes du début du xixe siècle, I.V. Bueltzingsloewen affirme aussi "la capacité du patient à exercer sa liberté et à imposer ses choix"36. La même détermination régit sans doute la médicalisation française du xixe siècle qui privilégie finalement les soins curatifs et les médicaments voulus par les patients, au détriment de la prévention et de l'hygiène souhaités par les médecins37. Ainsi la clientèle serait non seulement à l'origine de la médicalisation mais en déterminerait la physionomie. On pourrait presque aller jusqu'à dire que c'est la clientèle qui suscite l'efficacité médicale et non l'inverse. Si elle était vérifiée, cette affirmation hardie permettrait d'expliquer "l'anticipation du prestige de la médecine sur son efficacité"38.

  • 39 Études appelées de ses voeux par Maurice Garden, « Histoire de la santé publique : quelques direct (...)
  • 40 Par Jacques Gelis et Isabelle V. Bueltzingsloewen, op. cit.
  • 41 Dans Archives du corps : la santé au xixe siècle, Ouest-France, 1986, 329 p

23Ces hypothèses méritent vérification supplémentaire et débouchent sur d'autres problèmes. L'histoire de la santé ne pourra plus très longtemps faire l'économie de l'étude des effets démographiques des thérapeutiques et la vaccination paraît à cet égard un bon terrain d'essai39. Il lui reste aussi à analyser les raisons de l'apparition de cette demande sociale. La liaison que l'on est immédiatement tenté d'établir avec l'urbanisation et l'industrialisation est à la fois séduisante mais difficile à démontrer et relativisée par le repérage de cette demande avant le déclenchement de ces phénomènes40. Sans doute la clef du phénomène git-elle plus vraisemblablement dans des phénomènes culturels (alphabétisation, laïcisation) ou démographiques (baisse de la mortalité) dont le rôle concret ne sera pas facile à mettre à jour. Aussi, est-il plus prudent de situer l'émergence de cette demande de santé dans le cadre des comportements corporels, la dernière piste, sans doute la plus fructueuse mais la moins suivie, ouverte par J. Léonard41.

Notes

1 Jean-Pierre Peter, Jacques Léonard, un historien face à l'opacité ; dans Jacques Léonard, Médecins, malades et société dans la France du xixe siècle, Paris, sciences en situation, 1992, 285 p., pp. 9-22.

2 Jacques Léonard, Les médecins de l'Ouest au xixe siècle, Paris, Champion, 1978, 3 vol., vol. l,p. 75.

3 Quelques maîtrises dans la région Centre Est (Boyer sur l'Ardèche ; Amin-Garde sur la Drôme ; Dupuy sur le Puy-de-Dôme ; Faure sur le Rhône).
Michel Boyer, « L'encadrement médical dans l'Ardèche », in Bulletin du Centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1977, n° 3, pp. 45-65.
Olivier Faure, « Phvsicians in Lyon during the 19th century : an extraordinary social success », in Journal of social history, 1977, n°4, pp. 508-523.

4 Jack D. Ellis, The physician-legblators of France : Médicine and politics in the early french Republic (1870-1914), Cambridge, University Press, 1990, 305 p.

5 Carl Havelange, Les figures de la guérison (xviiie-xixe), une histoire sociale et culturelle des professions médicales au pays de Liège, Paris, Les Belles Lettres, 1990, 498 p.

6 Claudia Huerkamp, Der Aufstieg der Arzte im 19 Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoek und Ruprecht, 1985.

7 Irvine Loudon, Medical care and the General Practitioner, 1750-1850, Oxford, 1986.

8 Pierre Guillaume, Les tuberculeux : du désespoir au salut, Paris, Aubier, 1986, 377 p.

9 Patrice Pinell, Naissance d'un fléau : histoire de la lutte contre le cancer en France (1890-1940), Paris, Métailié, 1992, 366 p.

10 Michel Morange, Éd., L'Institut Pasteur : contributions à son histoire, Paris, La Découverte, 1991,321 p.

11 Guy Thuillier, « Pour une histoire du médicament en Nivernais au xixe siècle », in Pour une histoire du quotidien en Nivernais au xixe siècle, Paris, Mouton, 1977,490 p., pp. 463-477.

12 Olivier Faure, « Pharmaciens, officines et médicaments en France au xixe siècle », in Bulletin de la Société d'histoire moderne et contemporaine, 1989, n° 44, pp. 31-39.

13 Id., « Le rôle du médicament dans la médicalisation en France au xixe siècle », in Maladies, médecines et sociétés, Paris, Histoire au Présent, 1993, vol. 2, pp. 197-205.

14 Les sages-femmes à Paris, 1871-1914, thèse 3e cycle, Paris VII, 1983.

15 M.-F. Colliere, Promouvoir la vie : de la pratique des femmes soignantes aux soins infirmiers, Paris, Interdictions, 1982, 391 p.

16 Yvonne Knibiehler, Éd., Cornettes et blouses blanches : les infirmières dans la société française. 1880-1980, Paris, Hachette, 1983,366 p.

17 Véronique Leroux-Hugon, Des saintes laïques : les infirmières à l'aube de la 3e République, Paris, Sciences en situation, 1992, 225 p.

18 Matthew Ramsey, Profasional and popular medicine in France (1770-1830), Cambridge, 1988, 406 p.

19 Cf. l'article de J. Léonard, in A.E.S.C., 1977, repris dans le volume cité note 1.

20 Sur la vaccination Pierre Darmon, La longue traque de la variole, Paris, Perrin, 1985, 503 p.

21 Michel Foucault et Alii, Les machines à guérir, Paris, Institut de l'environnement, 1976, 241 p.

22 Ivan Illich, Némésis médicale, (trad. fçse.), Paris, Seuil, 1975, 221 p.

23 Michel Foucault, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975 (reéd. 1990), 318 p.

24 Sur ce thème le succès des livres de Françoise Loux est révélateur :

  • Le jeune enfant et son corps dans la médecine traditionnelle, Paris, Flammarion, 1978, 276 p.
  • Le corps dans la société traditionnelle, Paris, Berger-Levrault, 1979, 178 p.

25 Jacques Gelis, Mireille Laget, Marie-France Morel, Entrer dam la vie : naissances et enfances dans la société traditionnelle, Paris, Gallimard-Julliard, 1978, 246 p.
Mireille Laget, Naissances : l'accouchement avant l'âge de la clinique, Paris, Seuil, 1982, 348 p. Jacques Gelis, L'arbre et le fruit : la naissance dans l'Occident moderne (xvie-xixe), Paris, Fayard, 1984, 611 p.

26 Giordana Charuty, Le couvent des fous, l'internement et ses visages en Languedoc aux xixe et xxe siècles, Paris, Flammarion, 1985, 402 p.
Yannick Ripa, La ronde des jolies : femmes, folies et enfermement au xixe siècle, Paris, Aubier, 1986, 217 p.

27 Olivier Faure, « La médecine gratuite au xixe siècle : de la charité à l'assistance », Histoire, Economie, Société, 1984, n° 4, pp. 593-608.

28 Par exemple, Id., Genèse de l'hôpital moderne, les Hospices Civils de Lyon de 1802 à 1845, Paris, Lyon, C.N.R.S., P.U.L, 1982, 269 p.

29 Ibid et Olivier Faure, Dominique Dessertine, Hospitalisation et populations hospitalisées aux xixe et xxe siècles, Lyon, P.P.S.H., 1992, 135 p.

30 Barbara Elkeles, « Arbeiterautobiographien als Quellen der Kraukenhausgeschichte », in Medi-zinhistorisches Journal, n° 23, pp. 342-358.

31 Sur ce point, Porter Roy and Porter Dorothea, Patient's progress : doctors and doctoring in 18th century, Stanford University Press, et l'ensemble des travaux de Roy Porter. Jens Lachmund, Gonnar Stollberg, « Zur medikalen Kultur des Bildungsbürgertums um 1800 Eine soziologische Analyse anhand von Autobiographien », in Jahrbuch fur Geschichte der Medizin der Bosch Stifiung, n° 6, pp. 163-184.

32 Jacques Gelis, La sage-femme ou le médecin, Paris, Fayard, 1988, 560 p., p. 390.

33 Cf. note 29.

34 Olivier Faure, La médicalisation de La société dans la région lyonnaise au xixe siècle, thèse d'État, Lyon 2, 1989, 879 + 432 p., dactyl.35 Colin Jones, « Montpellier medical students and the medicalisation of 18th Century France », in Roy Porter, Andrew Wear, Problems and methods in the History of medicine, Croom and Helm, London, 1987, 262 p., pp. 57-80

35 Colin Jones, « Montpellier medical students and the medicalisation of 18th Century France », in Roy Porter, Andrew Wear, Probems and methods in the History of medicine, Croom and Helm, London, 1987, 262 p., pp. 57-80.

36 Isabelle V. Bueltzingsloewen, Enseignement clinique et médicalisation de la société dans l'Allemagne des xviiie et xixe siècles, thèse Université Lyon 2, 1992, 493 + 139 p., dactyl.

37 Olivier Faure, Les français et leur médecine au xixe siècle, Paris, Belin, 1993, 320 p.

38 Jacques Léonard, Les médecins de l'Ouest..., op. cit., vol. 3, p. 1521.

39 Études appelées de ses voeux par Maurice Garden, « Histoire de la santé publique : quelques directions de recherche », in Bulletin du Centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise,
1984,1-2, pp. 7-23.

40 Par Jacques Gelis et Isabelle V. Bueltzingsloewen, op. cit.

41 Dans Archives du corps : la santé au xixe siècle, Ouest-France, 1986, 329 p

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540