Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour l'histoire de la médecine

 | 
Michel Lagrée
, 
François Lebrun

Première partie. Hommage à Jacques Léonard

Jacques Léonard, l'universitaire

François Lebrun

Texte intégral

1Jacques Léonard, l'universitaire... N'attendez pas de moi, en quelques minutes, un portrait en pied et — pourquoi pas ? - en toge et toque, de notre ami. Ce serait donner à cette journée une tonalité que personne ici ne souhaite et que Léo aurait détestée. Nous sommes réunis aujourd'hui pour tenter de faire le point sur l'œuvre du chercheur, pour montrer combien cette œuvre est vivante et génère de nouvelles recherches. Mais fidèle au statut même de l'universitaire, Léo n'était pas seulement un chercheur, c'était aussi un enseignant. C'est pourquoi Claude Bénichou et Claude Langlois ont souhaité que soit évoqué l'universitaire et plus précisément l'enseignant. J'ai volontiers accepté d'assurer très brièvement cette évocation, et cela pour trois raisons. La première, c'est l'amitié personnelle qui me liait à Jacques Léonard, mais là-dessus vous ne m'en voudrez pas de ne pas en dire plus. La seconde, c'est que nos recherches ont été un moment parallèles, sur le thème du monde médical et de l'art de guérir, lui au xixe siècle, moi sous l'Ancien Régime, ce qui a renforcé entre nous les liens nés de l'amitié.

2La troisième raison est que Léo est arrivé à la Faculté de Rennes, il y a presque trente ans, un an après moi et que nous avons donc eu une carrière commune d'enseignant, prenant en charge, année après année, les mêmes promotions d'étudiants, avec tout ce que cela comporte de rapports constants entre collègues tout au long de l'année universitaire et au moment des examens. Il est vrai que je partage ce privilège avec la plupart de mes collègues rennais, dont certains sont ici et dont je ne suis donc que le porte-parole. Plus précisément, le président de Rennes II, André L’espagnol, ancien étudiant de Léo, puis son ancien collègue, dans l'impossibilité d'être là aujourd'hui, m'a chargé de vous dire à quel point, au-delà des historiens, c'est toute l'Université de Rennes II qui se sent impliquée dans cette journée consacrée au souvenir de Jacques Léonard.

3Je le rappelais à l'instant, tout universitaire est statutairement, en France, un enseignant-chercheur. Il est normal que, dans la réalité, les aptitudes et les goûts de chacun entraînent rarement un partage strictement égal entre ces deux tâches : les uns sont plus chercheurs qu'enseignants, d'autres, l'inverse. Il serait absurde de s'en scandaliser, voire même de s'en étonner. Or, dans le cas de Léo, j'ai toujours été frappé par l'équilibre qu'il avait su réaliser — du moins au début de sa carrière - entre l'enseignement et la recherche. Je tiens à le dire très nettement dans la mesure où la Journée est consacrée tout normalement au chercheur. C'est pourquoi c'est de l'autre facette de l'universitaire dont je voudrais vous parler, à savoir l'enseignant.

4Mais voilà qu'au moment de poursuivre, une gêne me prend, gêne que j'ai éprouvée souvent dans des circonstances similaires. Pourquoi faut-il que l'évocation d'un disparu apparaisse toujours comme empreinte d'un conformisme respectueux qui oblige à l'éloge sans nuance ? Cette habitude est détestable, car elle fait souvent bon marché de la vérité, met tout le monde sur le même pied et finalement jette la suspicion sur les éloges mérités. J'avais eu l'occasion, il y a déjà longtemps, de parler de ces choses avec Léo dont l'extrême droiture s'accommodait mal de ce conformisme niveleur. Aujourd'hui, il me sera facile de concilier amitié et vérité, mais j'ai voulu que tous ici - notamment ceux qui n'ont pas connu directement Jacques Léonard —, vous sachiez que mes propos ne devront rien au respect de je ne sais quelles règles du genre.

5Evoquer Jacques Léonard enseignant, c'est évoquer d'abord le jeune assistant de 27 ans arrivant à Rennes en octobre 1963. Ce qui frappait tout de suite chez lui, c'était la solidité de sa culture et son enthousiasme pour le métier d'enseignant. Sa culture intellectuelle, et plus précisément historique, acquise lors de ses études secondaires, puis à l'E.N.S. de Saint-Cloud, était exceptionnellement étendue et solide, dans la mesure où on trouvait chez lui à la fois des connaissances qu'il continuait à augmenter avec une sorte de boulimie, une rigueur et une honnêteté intellectuelle qui devraient être communes à tous les universitaires et qui chez lui étaient poussées à l'extrême, un grand sens de la conceptualisation qui lui permettait de donner forme et signification à ses connaissances. Il avait de surcroît ce je ne sais quoi qui est l'instinct pédagogique, c'est-à-dire cette faculté d'ordonner le savoir à transmettre sans l'affadir et d'adapter les modes de transmission aux différents auditoires. A cela s'ajoutaient, outre un perfectionnisme poussé parfois jusqu'au scrupule, un grand art de la parole et un enthousiasme contenu, certes, mais communicatif.

6Ces qualités étaient si évidentes que très vite — dès 1965, me semble-t-il — les responsables de la section d'histoire de Rennes - Henry Contamine, Pierre Goubert, Jean Delumeau — lui demandaient de prendre en charge la préparation des agrégatifs à l'épreuve dite de « hors programme » du concours. Tâche apparemment mineure (écouter chaque semaine un exposé d'étudiant, puis en assurer le corrigé dans le temps qui restait disponible), mais à laquelle il allait se consacrer à fond et donner un éclat et un souffle dont tous ceux qui en ont profité se souviennent encore. Le travail avait, d'emblée, un avantage, celui de mettre en jeu des étudiants peu nombreux, ayant déjà licence et D.E.S. ou maîtrise, et fortement motivés par le concours de haut niveau auquel ils se préparaient. Sans être du tout élitiste, au sens pervers du terme, il est certain que Léo était plus à l'aise devant de tels étudiants que devant des auditoires de première année qui le laissaient largement insatisfait, en raison de ses propres exigences. Mais la médaille avait son revers, que Léo prenait d'ailleurs comme un défi à relever et une gymnastique intellectuelle à mettre en œuvre. Je veux dire que dans sa conception du rôle de « moniteur », comme l'on disait, il lui revenait non seulement de choisir le sujet de l'exposé de chaque semaine, mais de le préparer lui-même dans les jours précédents avec le même soin et la même rigueur que s'il s'était agi d'un article qu'il aurait signé et publié. En effet, une fois faite la critique de l'exposé de l'étudiant - critique incisive, mais toujours courtoise et constructive -, il prenait le temps qu'il fallait pour refaire sur le sujet en question une leçon complète et impeccable tant au niveau des informations qu'à celui de la structure du discours. Enorme investissement de sa part, si l'on y songe, mais qu'il estimait normal et qui transformait chaque séance hebdomadaire en une leçon magistrale au plein sens du terme.

7Il poursuivit cette tâche pendant plusieurs années, puis l'abandonna, trop accaparé par la préparation de sa thèse et par ses autres enseignements en première année (Propédeutique, puis DEUG). Peut-être aussi commençait-il à se faire jour chez lui une certaine lassitude qui allait s'accentuer avec le temps et que j'ai commencé à percevoir vers la fin des années 70. J'y verrais volontiers deux raisons, mais j'avance tout cela avec beaucoup de prudence. Il suffit de feuilleter la version intégrale de sa thèse pour deviner l'énorme travail solitaire dont celle-ci est le résultat, travail exceptionnellement énorme même pour une thèse d'Etat de la grande époque. Je noterai seulement ici, à ce propos, qu'au tout début des années 70, alors qu'il était déjà bien avancé dans ses recherches, il décida d'utiliser l'informatique. Son fichier sur tous les médecins de l'Ouest au xixe siècle justifiait parfaitement cette décision. Mais l'informatique appliquée aux sciences humaines en était encore à ses premiers balbutiements, et mes collègues et moi ont été témoins des tâtonnements et pertes de temps qu'a coûtés à Léo l'utilisation de cet outil nouveau, à côté, certes, de résultats tangibles.

8C'est sans doute à ce moment que dans l'équilibre qu'il avait su conserver jusque-là entre enseignement et recherche, la balance a commencé à pencher du côté de la recherche. Mais je pense qu'il y avait aussi chez Léo une certaine désillusion qui se faisait jour. La haute exigence qu'il avait de son métier d'enseignant, peut-être une certaine raideur - non pas du tout vis-à-vis des autres, notamment des étudiants, mais vis-à-vis de lui-même — l'amenèrent peu à peu à douter de l'efficacité de la transmission du message. Il est vrai que 68 et les années 70 voyaient les étudiants non seulement augmenter en nombre, mais consacrer, souvent pour les meilleurs d'entre eux, une grande partie de leur temps et de leurs capacités d'enthousiasme aux luttes politiques plutôt qu'à l'acquisition de savoirs contestés. En dépit de sa sympathie pour certains aspects de cette action politique, Léo regrettait cette régression de l'appétit d'apprendre. Quoiqu'il en soit, après sa soutenance de thèse et sa nomination comme professeur, il continue à assumer avec une extrême conscience ses tâches d'enseignement, et cela à tous les niveaux en fonction des besoins. Le fait que sa prédilection m'a semblé se porter alors vers la maîtrise et la direction de mémoires, confirmerait ce relatif repliement sur la recherche. C'est l'époque où il rédige et publie ses grands livres et participe à de nombreux colloques et groupes de recherche nationaux et internationaux : je n'en dirai rien ici. Je dirai seulement pour terminer que jusqu'au bout Léo est resté l'enseignant incomparable qu'il avait toujours été : solidité de l'information, clarté de l'exposition, respect de l'auditeur. Peut-être lui manquait-il vers la fin l'enthousiasme et la foi communicative qui avaient marqué ses débuts et qu'il avait conservés intacts dans ses activités de chercheur.

9Mais terminant ici ces quelques propos sur Léo enseignant, j'ai conscience de leur caractère subjectif. Au-delà des faits eux-mêmes, ce que j'ai évoqué c'est l'image que j'avais de lui et le souvenir que j'en ai gardé. Rien de plus. Sans doute ai-je été trop hardi tout à l'heure en me présentant comme le porte-parole de mes collègues rennais : tous n'ont peut-être pas perçu les choses comme moi. Mais ces différences éventuelles ne seraient que la preuve de la richesse de la personnalité de l'ami qui nous réunit.

Auteur

Professeur émérite, Université Rennes 2.

© Presses universitaires de Rennes, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540