Version classiqueVersion mobile

Les dons d’archives et de bibliothèques

 | 
Véronique Sarrazin
, 
Patrice Marcilloux
, 
Bénédicte Grailles
, 
et al.

Première partie. Offrir/Recevoir un récit

« Confiez-nous vos archives » : la politique d’appel aux dons du Mémorial de la Shoah

Karen Taïeb

Texte intégral

1Chaque année, plusieurs centaines de personnes passent les portes du Mémorial de la Shoah pour y confier leurs archives privées. Cette affirmation, bien qu’exacte, ne rend pas compte de la réalité de ce que représente cette collecte toute particulière que nous menons depuis plusieurs années, des objectifs qu’elle recouvre, de nos motivations et de ce qu’elle engendre pour le personnel et pour les donateurs.

2L’équipe du centre de documentation est composée de professionnels : archivistes, documentalistes, bibliothécaires et iconographes. Issus de formations et de parcours différents, tous ont des cursus alliant techniques documentaires et histoire. Travailler au centre de documentation du Mémorial de la Shoah n’est pas anodin. Cela signifie être régulièrement confronté à la tragédie vécue par plusieurs millions, d’hommes, de femmes et d’enfants durant la Seconde Guerre mondiale. Il faut à la fois savoir faire preuve d’empathie, mais aussi d’une certaine distance que nous trouvons dans la rigueur de l’exercice de nos professions.

3En avant-propos, nous souhaitons relever plusieurs idées fausses auxquelles nous sommes confrontées dans notre pratique. Si les archives ne sont pas forcément synonymes de vieux papiers poussiéreux et inutiles, le rôle des archivistes n’est pas uniquement de remplir des cartons qui seront posés sur des étagères pour être mieux oubliés. Il n’est pas non plus de mettre des bâtons dans les roues des chercheurs en leur dissimulant des « choses ». À ces idées fausses s’ajoute la perception du public qui pense que travailler au Mémorial de la Shoah, c’est exclusivement traiter de la mort et de l’horreur au quotidien. Certes la Shoah est un sujet difficile mais plus que les morts, ce sont les vivants que nous côtoyons quotidiennement. En traitant du sort des victimes, en rappelant leurs noms et leur histoire, c’est avec et pour les vivants que nous travaillons.

4La collecte des archives privées que nous menons de façon intensive ces quinze dernières années en est la parfaite illustration.

Aux origines du Centre de documentation juive contemporaine

  • 1 Wieviorka Annette, Il y a 50 ans. Aux origines du Mémorial de la Shoah, Paris, Éditions Mémorial de (...)

5En 1943, à Grenoble, alors située dans la zone d’occupation italienne, Isaac Schneersohn, Juif russe arrivé en France aux débuts des années trente, administrateur de sociétés, réussit le tour de force de rassembler autour de lui une quarantaine de représentants d’organisations juives. Il arrive à les convaincre de la nécessité de collecter et de sauver les traces écrites de la persécution des Juifs ou ceux désignés comme tels par les nazis et par le gouvernement de Vichy. Une fois la guerre finie, les victimes devront faire valoir leurs droits et toutes les preuves réunies les aideront à obtenir réparation. Les bases du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) étaient jetées. À compter de ce jour d’avril 1943, plusieurs personnes se mettent à rassembler et collecter les informations et les documents auxquels ils peuvent avoir accès, de par leurs fonctions et activités. C’est ainsi que pendant plusieurs mois, une équipe de dactylos travaille à établir la liste des actes de spoliations en dépouillant leurs publications au Journal officiel1.

  • 2 Wellers Georges, De Drancy à Auschwitz, Paris, Éditions du Centre, 1946.

6Dès la libération de la France, Isaac Schneersohn et quelques-uns de ses compagnons de la première heure sont de retour à Paris avec les documents rassemblés et commencent aussitôt leur exploitation. Le 25 octobre 1945, les statuts du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) sont déposés. Association loi de 1901, elle a pour objectif déclaré « d’aider à établir l’histoire des quatre années de guerre et d’occupation subies par la population israélite ». Les premiers ouvrages publiés par les éditions du Centre portent sur la législation antisémite, la propagande et l’histoire des camps d’internement. En 1946 paraît l’ouvrage de Georges Wellers2, à mi-chemin entre témoignage et ouvrage scientifique. Georges Wellers, arrêté parce que Juif, interné dans les camps de Compiègne et de Drancy avant d’être déporté en juin 1944, a rejoint l’équipe du CDJC. Il s’attache à compléter son vécu en puisant dans l’importante documentation déjà à disposition.

  • 3 Perego Simon, « Du CDJC au Centre de documentation du Mémorial de la Shoah, 1943-2013 : documenter (...)

7Durant les années de l’immédiat après-guerre, les acquisitions d’archives sont notamment le fait de la main mise sur des archives « abandonnées » sur place par les troupes d’occupation, comme les archives du service anti-juif de la Gestapo dans lesquelles se trouvaient la plupart des listes de convois de déportation des Juifs partis de France, ou encore des fonds d’organisations dissoutes telles que l’Union générale des Israélites de France pour ne citer qu’un exemple3.

8Le fait de disposer d’une documentation exploitée et exploitable sur les persécutions dont les Juifs de France furent victimes explique que le CDJC soit sollicité par Edgar Faure, procureur adjoint chargé de la délégation française au procès de Nuremberg. Grâce à cette documentation, il produit le réquisitoire sur les crimes de guerre et crimes contre l’humanité perpétrés par les nazis en Europe de l’Ouest pour le compte du Tribunal militaire international. Deux collaborateurs du centre, Léon Poliakov et Joseph Billig sont désignés pour « accompagner » les documents à Nuremberg. Ils profitent largement de leur présence sur place pendant près de deux ans pour collecter en retour et rapporter copies et archives originales illustrant la situation des Juifs en Europe pendant la Shoah. Le domaine de compétence et les collections du CDJC dépassent dès lors les frontières de l’hexagone.

  • 4 Marrus Michaël R. et Paxton Robert, Vichy et les juifs, Paris, Calmann-Lévy, 1981 (1re édition fran (...)

9Les années suivantes sont essentiellement consacrées à l’exploitation et à la diffusion vers l’extérieur : publications d’ouvrages scientifiques et d’inventaires, réalisations d’expositions, lesquelles sont souvent prétextes à de nouvelles campagnes d’acquisition de documents à travers toute l’Europe. Déjà, les archives et la bibliothèque, qui avait commencé à se constituer dès 1946, sont accessibles aux chercheurs du monde entier, permettant ainsi les premières études sur Vichy et l’histoire des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale4.

10Durant ces premières années, le CDJC se trouve confronté à de multiples difficultés, remettant parfois en cause jusqu’à son existence et la conservation de ses archives. C’est alors qu’Isaac Schneersohn se lance dans un nouveau projet, celui d’ériger un monument dédié à la mémoire des six millions de victimes juives de la Shoah disparues sans sépulture. Malgré les nombreuses oppositions soulevées par ce projet, le monument qu’il voulait conçu sur le modèle de la tombe du soldat inconnu voit le jour en 1956 en plein cœur du Marais à Paris. Dès lors, le Centre de documentation juive contemporaine trouve naturellement sa place dans le nouveau Mémorial du martyr juif inconnu d’où il ne bouge plus.

11C’est en 2005, suite à d’importants travaux de rénovation et d’agrandissement, que les deux associations fusionnent pour n’en former plus qu’une et devenir le Mémorial de la Shoah. Si la nouvelle dénomination de l’institution est plus simple et plus compréhensible du grand public, elle induit aussi que seule est traitée la période 1933-1945. Or nous nous attachons également à documenter l’avant (l’histoire des communautés juives avant-guerre, l’antisémitisme, la montée du nazisme…), l’après (la libération, la reconstruction, les réparations, le négationnisme, la mémoire et la transmission…) et depuis très récemment, les autres génocides du xxe siècle. La dernière évolution notable est le changement de statut juridique du Mémorial devenu une fondation reconnue d’utilité publique en juillet 2012.

12Ce bref rappel historique sur l’évolution de l’institution est nécessaire pour situer les archives comme un élément fondateur. L’un des premiers objectifs de Schneersohn et consorts était d’aider les victimes à faire valoir leurs droits. Aujourd’hui, au sein du Mémorial de la Shoah, le centre de documentation occupe une place privilégiée. Il est constitué de plusieurs départements : une photothèque, une bibliothèque, un département audiovisuel et les archives qui tous œuvrent à la collecte, la conservation et la communication de leurs collections respectives.

Le Mémorial de la Shoah, une institution binaire

13La dualité se retrouve plusieurs fois dans l’histoire du Mémorial. À l’origine, deux associations – un centre de documentation et un mémorial – qui ont avancé dans deux directions, même si elles l’ont fait de conserve : la recherche scientifique et la mémoire. Deux voies menées parallèlement et le plus souvent l’une étant au service de l’autre.

14Cette dualité se retrouve au centre de documentation, par le type d’archives conservées, publiques et privées : fonds d’organisations nazies ou créées sous Vichy, archives d’organisations juives créées avant, pendant ou après la guerre, de personnalités ayant eu un rôle dans l’histoire de la communauté juive. Nous poursuivons activement les acquisitions par la signature de conventions avec des centres d’archives, à l’issue desquelles nous obtenons copie de collections qui sont mises à disposition des chercheurs dans nos salles de lecture.

15Dualité enfin dans les publics accueillis en salle de lecture : un premier groupe que nous qualifions de « scientifique », constitué d’étudiants, historiens, chercheurs, journalistes, iconographes, documentaristes… soit toute personne faisant des recherches dans un but professionnel ; le second que nous appelons « familial », dans son acception la plus large, parents, amis, voisins, habitants d’une même ville ou d’une même région et menant des investigations sur le sort d’une ou plusieurs personnes à des fins personnelles.

Les archives privées dans les collections du Mémorial

16Les centres d’archives, qu’ils soient publics ou privés détiennent tous des fonds d’archives privées, remis par des personnalités politiques, artistiques, scientifiques et associations diverses. Le Mémorial de la Shoah conserve également ce type de fonds, constitué d’une à plusieurs dizaines de boîtes. Mais nous partons également du postulat suivant : les gens ordinaires ont aussi des archives : une photographie, quelques lettres personnelles, des documents administratifs (passeport, carte d’identité marquée du tampon « Juif », acte de disparition…), des objets (ceux fabriqués dans les camps d’internement, une tenue concentrationnaire…). Peu de centres d’archives procèdent, comme nous le faisons, à l’ouverture d’un dossier qui ne contiendra parfois qu’un unique document.

Les raisons du développement de la collecte des archives privées

  • 5 Le terme « enfants cachés » est utilisé pour désigner les enfants juifs cachés sous une fausse iden (...)
  • 6 Le titre de « Justes parmi les nations » est institué par une loi israélienne votée en 1953 et qui (...)

17Plusieurs facteurs nous ont amené à systématiser la collecte d’archives individuelles. Tout d’abord, le facteur temps : dans les années 1990, les acteurs directs de la Shoah à savoir les déportés, les familles de déportés, parmi eux les « enfants cachés5 », mais aussi les résistants, les « Justes6 », sont arrivés à un âge où ils s’autorisent un retour en arrière. Atteindre l’âge de la retraite, avoir des petits-enfants sont souvent des éléments déclencheurs. Ces personnes ont désormais du temps à consacrer à leur passé, à trier les documents remisés dans une boîte ou un tiroir depuis de nombreuses années. Cette démarche apparaît parfois aussi comme une nécessité, avec la prise de conscience de devoir laisser une trace de leur propre histoire. C’est le temps enfin de se préoccuper du devenir de leurs documents après leur mort. À toutes ces questions, le Mémorial a su répondre en proposant l’ouverture d’un dossier individuel, avec une grande flexibilité que ce soit dans le mode de dépôt, de reproduction ou de communication de ces archives.

  • 7 Piketty Caroline, Je cherche les traces de ma mère, Paris, Éditions Autrement, 2006.

18L’actualité est le second facteur qui a contribué à faire émerger les questionnements. Les procédures d’indemnisations mises en place à partir du milieu des années 1990 ont obligé les personnes concernées à se lancer dans des recherches souvent difficiles et douloureuses pour constituer les dossiers7. Actualité toujours, rythmée par les commémorations, qui, si elles ne sont pas plus nombreuses, sont davantage mises en lumière et non plus limitées au cercle restreint des familles et des associations.

19L’inauguration du « Mur des Noms » au mois de janvier 2005 marque l’aboutissement d’un projet ambitieux qui a, lui aussi, largement contribué à l’enrichissement de cette collection particulière et dont les répercussions se font sentir jusqu’à aujourd’hui. L’objectif du projet était de graver dans la pierre les noms des Juifs déportés de France entre 1942 et 1944 dans le cadre de la persécution raciale. Établir cette liste de près de 76 000 personnes n’a pas été chose facile. La manipulation des documents d’archives que sont les listes des convois de déportation depuis plusieurs années déjà nous avait permis de constater combien étaient fréquentes les erreurs d’orthographes dans les prénoms, les noms de famille écrits plusieurs fois différemment. À cela s’ajoutent les problèmes de lisibilité des documents qui sont pour la plupart des papiers pelures sur lesquels l’encre a bavé ; les lacunes dans les listes dues à une perforation, ainsi que les listes manquantes ou incomplètes viennent encore complexifier la tâche.

20Durant les travaux préparatoires au « Mur des Noms », une campagne de communication a été mise en place pour présenter le projet, afin que toute personne liée à un déporté juif de France se manifeste pour vérifier et, le cas échéant, corriger les informations dont nous disposions. Des annonces sont parues dans la presse communautaire, régionale, nationale et internationale. Les associations, musées et mémoriaux de par le monde ont été sollicités pour relayer l’information auprès du plus grand nombre. Suite à cette opération, plus de 18 000 formulaires nous sont parvenus. C’était la première fois que nous disposions d’un contact direct avec autant de personnes liées à des déportés dont pour la majorité nous ne connaissions que le numéro et la date du convoi par lequel ils étaient partis. Le « Mur des Noms » aura été, pour un grand nombre de gens, l’événement déclencheur d’une prise de contact avec le Mémorial de la Shoah. Jusque-là, il fallait attendre que les gens viennent à nous. Désormais, le processus s’inversait.

La mise en place des processus de collectes

21Au fil des années, des moyens et des opportunités, les modes de collecte ont évolué avec une montée en puissance progressive. Chaque personne venant faire une recherche est un détenteur d’archives potentiel. Le centre de documentation est ouvert six jours sur sept et les personnes chargées de l’accueil sont toutes formées à répondre aux demandes spécifiques du public « familial » et sensibilisées à la problématique des dons. L’intérêt et l’écoute attentive dont elles font preuve sont particulièrement importants pour mettre les personnes en confiance. Ceux qui viennent à nous pour connaître les détails de l’internement ou de la déportation d’un proche se voient à leur tour sollicités pour compléter nos informations sur cette même personne. Celui qui dit avoir une photographie, des lettres ou tout autre document est invité à revenir avec les originaux pour que nous puissions en faire des copies. Beaucoup sont revenus, d’autres probablement pas. Eux seuls savent pourquoi.

22Devant l’afflux du nombre de personnes venant en salle de lecture pour déposer leurs documents est décidée la mise en place d’une permanence dédiée. Prendre en don les documents, quels que soient leur type et leur nombre, nécessite de passer du temps avec le donateur et de lui accorder un moment privilégié d’écoute et d’échange. En effet, les documents ont surtout un intérêt de par l’histoire qu’ils illustrent. Il est nécessaire de connaître la composition des familles, les biographies des personnes concernées par les documents, le lien du donateur avec ces personnes, mais également l’histoire des documents eux-mêmes. Comment ont-ils été conservés et par qui ? C’est également au cours de cet échange que sont discutés les aspects contractuels : don ou dépôt, conditions de diffusion, d’utilisation et de reproduction des documents, autant d’informations retranscrites sur un contrat signé par les deux parties. Cette permanence est désormais installée dans le temps. Elle est assurée par des membres du centre de documentation avec le soutien de bénévoles qui aident à la prise de don ou simplement à l’accueil des donateurs en leur proposant un thé ou un petit gâteau pour les faire patienter s’il y a affluence. C’est aussi devenu un lieu d’échange et de rencontre.

  • 8 Une rétrospective des collectes menées depuis 2013 est au programme des journées du patrimoine en 2 (...)

23Aussi positif soit le constat fait de ces opérations, force a été de constater que le public touché était essentiellement parisien. Aussi en 2013, sous le terme « Confiez-nous vos archives » la collecte s’est faite itinérante, permettant d’aller au-devant des donateurs de documents dans 23 communes françaises. L’aide d’associations locales a été précieuse pour servir de relais auprès de leurs membres et fournir un soutien logistique8. De telles actions ont également été réalisées à l’étranger, notamment en Israël et aux États-Unis mais de façon moins intensive, faute de temps et de moyens humains.

24De nombreuses collectes thématiques ont pu être menées grâce à des associations existantes avec lesquelles nous avons établi des partenariats. Toutes les associations qui se sont créées pour des objets divers (histoire d’un convoi, histoire d’une communauté…), n’ont ni la vocation ni les moyens de conserver des archives. Le Mémorial de la Shoah, sans se substituer à leurs actions, leur apporte son aide dans ce domaine.

Convaincre les donateurs

25Le contact direct et le dialogue sont nos meilleurs outils. Il faut faire preuve de beaucoup de persuasion pour faire comprendre à nos interlocuteurs le bien-fondé de notre démarche. Collecter ces quelques milliers d’archives individuelles chaque année prend presque autant de temps que de négocier les termes d’une convention avec une institution visant au versement de plusieurs millions de pages.

26Il faut avant tout instaurer un climat de confiance avec les familles pour qu’elles se livrent à nous et acceptent de raconter leur histoire. Il s’agit ensuite de les convaincre que les quelques papiers dont elles disposent sont des morceaux d’histoire et qu’ils ont un intérêt pour d’autres que seulement pour elles-mêmes. Pour y parvenir, nous usons de force exemples et démonstrations pour leur prouver que des documents similaires ont été présentés dans une exposition, une publication ou encore un site internet à destination des enseignants.

27Un autre aspect fondamental pour obtenir des familles qu’elles confient leurs documents, c’est que nous acceptons l’idée de n’être dépositaires que de copies des documents. Évacuer le traumatisme d’avoir à se défaire d’un original est essentiel dans notre réussite à convaincre le plus grand nombre. Certains sont à l’inverse rassurés de savoir les originaux en lieu sûr. Les possibilités que nous offrent désormais les techniques de reproduction sont un allié indiscutable dans notre démarche. La numérisation des documents, en couleur, permet d’offrir au donateur des reproductions de qualité, multipliables facilement, permettant ainsi à chaque membre de la famille de conserver son petit trésor par-devers soi.

  • 9 Berr Hélène, Journal 1942-1944, suivi de Job Mariette, Hélène Berr, Une vie confisquée, Paris, Tall (...)
  • 10 Zalc Claire, Bruttmann Tal, Ermakoff Ivan et Mariot Nicolas (dir.), Pour une microhistoire de la Sh (...)

28Dans notre argumentaire, nous devons beaucoup insister sur l’utilité des documents. Nombreux sont ceux qui pensent que « des lettres comme la mienne, vous en avez déjà des centaines, à quoi bon en avoir une de plus ? ». Nous pouvons apporter plusieurs réponses à cela. Certes les documents sont mis dans des boîtes d’archives pour être préservés de l’usure du temps. Mais nous mettons beaucoup d’énergie à faire vivre ces documents. Les expositions réalisées par le Mémorial de la Shoah font systématiquement appel aux archives individuelles et elles font aussi l’objet de nombreuses demandes de prêt pour des expositions organisées par d’autres institutions. Les publications sont le deuxième vecteur essentiel de diffusion. Le journal intime écrit par Hélène Berr est un cas exemplaire de la diffusion d’un document qui, jusqu’à son entrée dans les collections du Mémorial de la Shoah, n’avait pas dépassé le strict cercle familial9. Les demandes de reproduction de ce type de papiers pour illustrer des manuels scolaires et des dossiers pédagogiques sont en forte hausse car les histoires individuelles sont un vecteur formidable pour l’histoire en général et pour cette histoire en particulier. Les professeurs sont nombreux à faire travailler leurs élèves sur les enfants qui ont fréquenté leur établissement, ou une famille qui a vécu dans leur village10.

29Enfin, il faut faire admettre aux donateurs que leurs documents ne sont pas justes quelques documents de plus. Prenons l’exemple d’une lettre écrite à sa famille par un interné dans un camp : chaque lettre est importante. Car au travers de chacune de ces lettres, c’est une existence qui est révélée, pas juste une victime ou un nom sur le mur des noms. Une lettre, c’est un lien direct avec la personne qui a tenu le crayon et tracé les mots sur le papier. Toutes les lettres ne sont pas intéressantes de par leur contenu mais c’est souvent la dernière trace de vie d’une personne déportée et pour cela, elle prend une valeur inestimable.

30Entre 2012 et 2014, le départ des convois de déportation des Juifs depuis la France ont tous été commémorés lors de cérémonies durant lesquelles étaient lus des noms des déportés. Pour chacun des convois, une borne disposée dans le hall d’entrée du Mémorial présentait les photographies des déportés conservées par le Mémorial. Quand les personnes venues le jour de la commémoration ont découvert la borne, nombreuses sont celles qui réalisèrent que l’image des leurs n’y figurait pas. Et pour cause, elles n’avaient jamais pensé à nous l’apporter. La mise en lumière de l’usage qui peut être fait des documents qu’on nous confie est le meilleur argument pour convaincre les donateurs. À ce jour, nous connaissons les noms des près de 76 000 déportés juifs de France mais nous n’avons la photographie que pour 20 000 d’entre eux. Il reste encore tant à faire.

*

31La politique d’appel aux dons privés du Mémorial de la Shoah n’est pas le fruit d’une décision stratégique ; elle s’est mise en place dans la durée et de manière naturelle. Au fil des années, grâce à la structuration des équipes et des évolutions technologiques, elle s’est développée et professionnalisée. Mais l’élément fondamental et incontournable qui rend cette collecte possible, c’est la disponibilité du personnel et l’accueil qui est réservé à ce public « familial ». Lorsqu’une personne vient nous confier la dernière lettre écrite pas son père avant d’être déporté, ou la seule et unique photo d’une mère qu’un enfant a à peine connu, elle nous confie une part de son histoire la plus intime et la plus douloureuse, histoire qu’elle n’a parfois même jamais raconté à sa propre famille, nous rendant par là même dépositaire non plus seulement de ses documents mais de son histoire tout entière. Nous devenons alors les maillons d’une chaîne dans la transmission de la mémoire.

Notes

1 Wieviorka Annette, Il y a 50 ans. Aux origines du Mémorial de la Shoah, Paris, Éditions Mémorial de la Shoah, 2006 ; Perego Simon et Poznanski Renée, Le Centre de documentation juive contemporaine. 1943-2013 : documenter la shoah, Paris, Éditions Mémorial de la Shoah, 2013.

2 Wellers Georges, De Drancy à Auschwitz, Paris, Éditions du Centre, 1946.

3 Perego Simon, « Du CDJC au Centre de documentation du Mémorial de la Shoah, 1943-2013 : documenter le génocide des Juifs d’Europe », Histoire@Politique, 2014, n° 22, p. 269-282.

4 Marrus Michaël R. et Paxton Robert, Vichy et les juifs, Paris, Calmann-Lévy, 1981 (1re édition française).

5 Le terme « enfants cachés » est utilisé pour désigner les enfants juifs cachés sous une fausse identité pendant la Seconde Guerre mondiale pour échapper aux persécutions et à la déportation.

6 Le titre de « Justes parmi les nations » est institué par une loi israélienne votée en 1953 et qui vise à honorer les personnes non-juives qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs. En 2014, on comptait 3918 Justes français ou ayant agi en France.

7 Piketty Caroline, Je cherche les traces de ma mère, Paris, Éditions Autrement, 2006.

8 Une rétrospective des collectes menées depuis 2013 est au programme des journées du patrimoine en 2016.

9 Berr Hélène, Journal 1942-1944, suivi de Job Mariette, Hélène Berr, Une vie confisquée, Paris, Tallandier, 2007 ; Veil Simone, « Pourquoi il faut lire Hélène Berr », L’Express, 10 janvier 2008.

10 Zalc Claire, Bruttmann Tal, Ermakoff Ivan et Mariot Nicolas (dir.), Pour une microhistoire de la Shoah, Le Genre humain, n° 52, 2012.

Auteur

Responsable des archives du Mémorial de la Shoah

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search