Version classiqueVersion mobile

Chronique de l'État breton

 | 
Jean-Michel Cauneau
, 
Dominique Philippe

Chapitre 1. Une identité multiforme pour une œuvre unique

Introduction Historique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

D'acrostiche en paraphes : l'impossible quête

Pour connaître le nom de l'auteur de cette première chronique nationaliste bretonne qu'est Le Libvre du bon Jehan duc de Bretaigne, il suffit apparemment de décrypter l'acrostiche composé par les vingt et deux derniers vers de l'œuvre1, et nous avons ici plus de chance que pour la Chronique de Saint-Brieuc, restée à l'état d'ébauche anonyme2. Nul doute que cette information n'a jamais été secrète puisque, un siècle plus tard, Pierre Le Baud, dans la deuxième rédaction de son Histoire de Bretagne, se réfère très souvent à la cronicque en rime, composée des faits dudit Monsieur Jean de Bretagne Comte de Montfort, & du Duc Jean son fils, par Maistre Guillaume de Sainct-André3. Mais, si cette signature littéraire laisse clairement apparaître le patronyme, il reste que l'identité du personnage qui le porta et fut en même temps notre auteur, n'en demeure pas moins source d'interrogations. Loin de lever les hypothèques, ces vingt-deux derniers v...

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search