Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Le colloque en questions et débats

Texte intégral

1Nous avons regroupé les débats et les discussions qui ont enrichi le colloque pour ne pas rompre l’unité des communications. Chaque séquence est indiquée ici au fil des intervenants, dans une transcription allant à l’essentiel. Il nous a paru indispensable de restituer certains échanges, soit pour l’ouverture des problématiques et des interprétations, soit pour envisager les problèmes qui peuvent interpeller ou diviser les historiens. Nous avons conscience du caractère parfois sibyllin, parfois trop laconique de la transcription. Nous excusant à l’avance si une pensée a été tronquée ou simplifiée, nous livrons ces discussions, à nos yeux essentielles pour évoquer la chaleur et la passion des participants et des auditeurs…

Jeudi 24 mars (matinée). Prémisses et antécédents

2Présidence : Jean-Pierre Jessenne (Lille 3) et Claude Petitfrère (Tours).

3Le colloque est ouvert par les organisateurs Roger Dupuy et Serge Bianchi.

4Roger Dupuy (Rennes 2) : La Garde nationale, d’un questionnement à l’autre.

5Jean-Pierre Jessenne évoque la double problématique qui structure le colloque : rapports villes-campagnes et Anti Révolution-Révolution. Entre la révolte, la rébellion et l’institutionnalisation. La garde est par nature un élément majeur de la citoyenneté, un vecteur de radicalisation de la Révolution. L’originalité du colloque tient à l’inscription de la Garde nationale dans la longue durée, vers l’aval, jusqu’à l’émergence de la IIIe République, mais également vers l’amont comme le montrent les communications de cette matinée. De fait, la garde n’est pas que bourgeoise, comme l’indique toute une tendance forte de l’historiographie, mais elle incite à réfléchir sur les problèmes de l’urbanité et de la ruralité, dans les antécédents et les prémisses de la décennie révolutionnaire.

6Yann Lagadec (Rennes 2) : Les « communes » rurales de Haute Bretagne pendant la Ligue (1589) : une préfiguration des gardes nationales (1789).

7Guy Saupin (Nantes) : La formation des gardes bourgeoises en pays nantais 1680-1700.

8Béatrice Baumier-Legrand (Tours) : De la milice bourgeoise à la Garde nationale : l’exemple de Tours, des années 1760 à 1792.

Discussion

9À propos de la communication de Yann Lagadec, Jean-Pierre Jessenne souligne l’intérêt de la méthode et la difficulté de comparer des réalités apparemment semblables dans une chronologie longue, fut-ce sur le même territoire. Des comportements comparables ne signifient pas une continuité objective entre les comportements.

10La question de la nature du pouvoir qui dispose des forces de l’ordre est essentielle, ainsi que la composition des forces sociales confrontées aux milices et aux gardes. Claude Petitfrère souligne les ressemblances évidentes entre la situation de 1589 et celle de 1793, tant pour la désignation des capitaines que pour la mobilisation des communes et des paroisses rurales. Il est évident que certaines contraintes matérielles imposent leur nécessité au rituel de la révolte et de la répression, Y.-M. Bercé nous l’avait rappelé en son temps. Il pose ensuite la question à Madame Baumier-Legrand de l’articulation entre la « révolution municipale » et les comités permanents, parfois illégaux, qui se substituaient aux municipalités. Le pouvoir militaire et le pouvoir politique seraient alors confondus, ce qui sera interdit en 1790, par la loi qui place les gardes hors de l’activité municipale, pour éviter toute confusion.

11Guy Saupin rappelle que les élites avaient pu être évincées par les milices bourgeoises, comme à Angers (fin xviie siècle selon Jacques Maillard). À Nantes, les marchands font leur entrée dans les corps de ville tandis que les élites traditionnelles (noblesse, échevinage bourgeois) se mettent sur la touche. Mais la pénétration négociante revient en fait à l’occupation d’une place désertée. On peut se demander s’il s’agit d’une promotion (des marchands) ou d’une désertion (des élites). Au xviiie siècle, la réputation des milices semble au plus bas. L’intendance de Bretagne a son mot à dire. Toutefois, les villes gérées par les marchands et négociants seraient-elles bien gérées, sur le plan de l’ordre ou de la justice ?

12Roger Dupuy se demande si, au-delà des « modèles », il ne faudrait pas reporter l’attention sur les « jeunes gens ». Pour d’autres historiens (Catherine Denys-Clément), on ne peut parler de décadence générale. Le service réel de la milice est revendiqué par les magistrats (Bruxelles), comme indispensable aux yeux des élites, pour une tâche de régulation sociale. Jean-Paul Rothiot se demande si l’on constate une continuité sur les personnes ou des ruptures générationnelles. Béatrice Baumier-Legrand montre que les milices sont présentes au début des années 1770, pour des tâches « auxiliaires », qu’elles peuvent lutter contre les incendies, et que les règlements sont bien faits sur cette question. Se pose alors pour alors la question pour Claude Petitfrère de la permanence de la Garde. Yann Lagadec voit une continuité entre les missions de guerres de Religion et les gardes nationales, mais à appuyer sur une typologie délicate et fluctuante (révolutionnaires et contre révolutionnaires ?).

13Gauthier Aubert (Rennes) : Devenir officier dans la milice bourgeoise de Rennes (xviie-xviiie siècles).

14Jean-Luc Laffont (Perpignan) : L’évolution de la police communautaire dans la ville des Lumières. Le cas des dizeniers Toulousains 1760-1789.

15Christine Lamarre (Dijon) : Garde nationale, Volontaires, Jeux militaires et vie politique à Dijon en 1789-1790.

16Stéphane Perreon (Bressuire) : D’un rôle militaire à une fonction politique et sociale : les milices bourgeoises en Bretagne dans la seconde moitié du xviiie siècle.

Discussion

17Maurice Genty évoque les tâches de la milice en 1746, autour de la garde des prisonniers Autrichiens. On demande à Christine Lamarre si les sociétés se sont reconstituées après la Révolution. La réponse est positive pour l’an XII (1804) dans une fonction d’apparat en accord avec la municipalité. Certaines associations fonctionnent encore dans les années 1930-1940 dans le Soissonais, pour les concours de tir à l’arc. Et il en existe encore de nos jours dans le Charolais.

18Jean-Pierre Jessenne demande s’il y a des relations entre ces compagnies « militaires » et les corps de métiers. Pour Guy Saupin, il existe bien des structurations de quartier, mais le mode corporatif contribue peu à la formation des compagnies. Gauthier Aubert est interrogé sur les modifications des sociétés, en relation avec le retour des gens de justice à l’échevinage et à l’éventuelle désertion de la milice. On peut se poser la question de la dignité politique d’une participation à cette milice au xviiie siècle. N’est-elle qu’un relais administratif du corps de ville et quelle est son utilité pour la gestion de la ville ? La réponse est dans l’absence de trace de cette relation dans les liasses de demandes à Rennes. Il convient peut-être d’étudier les sources de la police. Des directions existent probablement dans les compagnies spécifiques de notaires ou de procureurs. Guy Saupin pose la question du rôle politique et de la continuité des milices sous la Révolution. Les problèmes de la structure corporative, ou des uniformes de la milice au xviiie siècle restent en suspens.

Jeudi 24 mars (après-midi). Genèse et création

19Présidence : Annie Crepin (Arras) et André Lespagnol (Rennes).

20Rafe Blaufarb (Auburn, USA) : Le rôle de l’armée de ligne dans la formation de la Garde nationale en Provence.

21Valérie Sottocasa (Toulouse) : La Garde nationale, enjeu politique et religieux dans la Midi de la frontière confessionnelle.

22Maurice Genty : Les débuts de la Garde parisienne, 1789-1791.

23Danièle Pingue (Besançon) : Garde nationale et milices bourgeoises en Haute-Saône, 1789-1790.

Discussion

24Annie Crépin demande à Valérie Sottocasa si les levées d’hommes en 1791 ont eu une coloration confessionnelle, catholique ou protestante. La réponse est positive. S’enrôler est un moyen de différenciation pour près de 3 000 jeunes gens qui ne peuvent entrer dans la Garde nationale. En Arles ainsi, toutes les communes protestantes se mobilisent, en une garde des châteaux, tandis que les catholiques refusent les levées et luttent contre la Révolution, en particulier en mai 1793.

25Claude Petitfrère demande à Rafe Blaufarb comment qualifier les troupes paramilitaires qui continuent les milices bourgeoises. Le terme de Garde nationale, d’origine parisienne, est en fait adopté par les milices qui naissant sans légalité, mais le vocabulaire est instable et l’usage se fixe lors de la fédération du 14 juillet 1790.

26Jean-Pierre Jessenne relève deux lignes de force dans les communications : la liaison avec des clivages antérieurs à la Révolution et le problème de l’institutionnalisation. Il demande à Valérie Sottocasa si d’autres facteurs de ruptures que la religion sont décelables. Dans le sud ardéchois, le mouvement des masques de 1783 irait au-delà du religieux ? L’autre question est la nature « bourgeoise » de la garde jusqu’au décret de juin 1790 et les tensions soulevées par la différence entre actifs et passifs. Valérie Sottocasa n’a pas dépouillé les archives pour l’Ancien Régime sur le mouvement des masques. La question frumentaire a pu jouer dans la mobilisation, la contestation passant ainsi dans une grille complexe.

27Serge Bianchi demande s’il n’est pas apparu dans l’année 1790 une volonté de rapprochement entre confessions, exprimée en particulier dans les colonnes de la Feuille villageoise, à travers les déclarations de Rabaut Saint-Étienne et de curés constitutionnels. Une intégration civique aux idéaux révolutionnaires conduirait à dépasser les clivages religieux et à privilégier des formes de fraternisation interconfessionnelles ? La réponse est positive pour une démarche unanimiste, qui trouve cependant rapidement ses limites. Un repli identitaire est constaté dès 1792 et la mémoire se construit sur les antagonismes religieux et l’éclatement de la violence qui marque profondément le paysage politique.

28À une question de Serge Bianchi sur le poids des communautés rurales, Danièle Pingué dit s’être appuyée sur les archives de Vesoul et de Gray, des villes moyennes. Vesoul menacerait explicitement les communautés villageoises qui se conduiraient mal au moment de la Fédération. Il est fait appel aux troupes régulières pour le maintien de l’ordre. Les milices supplétives se forment alors dans le cadre de la sociabilité politique urbaine. Rafe Blaufarb met en évidence la réorganisation royale de 1789. L’armée rétablit l’ordre (dans les campagnes ?) en collaboration avec la Garde nationale.

29Avec une pointe d’humour, Roger Dupuy se demande si les réticences de Jean-Pierre Jessenne et de Serge Bianchi, s’il les a bien comprises, à ne pas accorder à la question religieuse toute sa dimension identitaire large qui en ferait plus qu’une simple question d’attachement ou non à la foi et colorerait puissamment les comportements « politiques » de certaines communautés paysannes, tant dans l’ouest armoricain que dans la bordure méridionale du Massif central, donc si ce rejet ne recouperait pas, mutatis mutandis, les objectifs de la Contre-Révolution ? Cette dernière s’efforçait, en effet, de faire rejouer les clivages religieux des affrontements des siècles précédents pour conforter la thèse d’une Révolution satanique. Autrement dit, minorer le facteur identitaire en considérant que d’autres motivations (sociales, influences idéologiques des milieux urbains, etc.) ont joué un rôle aussi important et que le facteur religieux ne serait que l’une d’entre elles, c’est donner à la motivation religieuse sa dimension la plus traditionnelle, liée au salut des individus, ce que souhaitaient évidemment le clergé contre-révolutionnaire et ses partisans.

30Valérie Sottocasa se pose la question de la coupure trop schématique entre les paysans des Cévennes (catholiques) et la bourgeoisie protestante. Le petit peuple protestant s’armerait et irait de l’avant contre les autorités, les débordant par moments.

31Danièle Pingué souligne que les gardes nationales ne protestent guère au moment de leur formation, mais séviraient plutôt contre ceux qui « protestent ».

32Sur la question des actifs, Maurice Genty rappelle que le décret de juin 1790 n’a pas soulevé de difficultés particulières, sauf au club des Cordeliers. Une force coercitive bourgeoise est ainsi mise en avant, et Bailly et La Fayette marchent la main dans la main dans cette gestation.

33Jean-Pierre Jessenne pense qu’il ne faut pas réduire les engagements à un critère unique, fut-il confessionnel. Ainsi le modèle septentrional se construit-il sur la Contre Réforme catholique, mais l’application du décret de juin 1790 soulève des difficultés et une agitation ouvrière (du textile) dans le Cambrésis. Des protestations se font jour face aux menaces d’éviction du petit peuple, qui s’estime être le « vrai peuple »…

34Philippe Bourdin (Clermont-Ferrand) : Fonder une Garde nationale : de la citoyenneté aux divisions politiques, Clermont-Ferrand, 1789-1791.

35Alain-Jacques Czouz-Tornare (Fribourg, Suisse) : Les régiments suisses en France, substituts aux gardes nationales en 1789-1792.

36Bruno Ciotti (Clermont-Ferrand) : Les enjeux de la réorganisation de la Garde nationale de Lyon (1792-1793) : quels rythmes de service ?

Discussion

37Guy Saupin pose la question de la défense et de l’ordre dans les quartiers. Au xviiie siècle, on réforme en divisant des quartiers trop étendus, mais cette réforme semble insuffisante. Trouve-t-on des traces d’un argumentaire poussant des habitants à aller dans un autre quartier pour des raisons sécuritaires ? Bruno Ciotti confirme que l’on fonctionne bien sur le schéma de cette réforme. Les quartiers à forte population ont été divisés en deux, mais on ne trouve guère de traces sur ce qui a pu être mis en avant pour convaincre certains résidents.

38Bruno Benoit indique que les Suisses sont mal vus de la population lyonnaise, comme force de rétablissement d’un ordre « musclé » en particulier Sonnenberg (à Vienne ?). Les émeutes ont été réprimées par ces Suisses, qui apparaissent comme le bras séculier du pouvoir. D’où le massacre d’Antoine Lagré, en 1790, tué par des Lyonnais et pendu à une lanterne.

39Alan Forrest insiste sur le changement progressif du statut de la garde avec le temps. La garde est-elle conforme à ses statuts initiaux, en matière de force de civils en armes ; on envoie bien des gardes aux frontières, sous Napoléon on formera la garde mobile. Les gardes sont-ils intégrés directement à l’armée de ligne quand ils parviennent aux frontières ? Et les Suisses sont-ils des mercenaires, ou les représentants d’un peuple libre. La réponse est complexe : une partie des Suisses (et des Allemands) sert comme troupe mercenaire, mais les régiments suisses ne sont pas des mercenaires au sens strict du terme.

Vendredi 25 mars (matinée). Les gardes en révolution

40Présidence : Jean-Paul Bertaud (Paris) et Philippe Bourdin (Clermont-Ferrand).

41Elisabeth Liris (IHRF, Paris) : Iconographie et discours des drapeaux des bataillons des soixante districts parisiens, 1789-1790.

42Jean-Paul Rothiot (Nancy) : La formation des gardes patriots en Lorraine.

43Samuel Guicheteau (Rennes) : Ouvriers nantais et Garde nationale, 1789-1792.

44Bernard Gainot (Paris) : La Garde nationale sous le Directoire.

Discussion

45Claude Petitfrère demande si les insurgés des Vosges assimilent la levée des volontaires à la milice, dès août 1792 ou en février 1793. Il s’interroge sur les réactions des ouvriers de la Garde nationale face aux insurgés de 1793, dans le sens d’une éventuelle solidarité entre les gens du peuple et les paysans. Samuel Guicheteau répond que les attitudes varient selon l’appartenance à des paroisses semi-rurales (où des tisserands peuvent se soulever) ou à la communauté des portefaix, journaliers bien organisés ayant le monopole des quais. En mars 1793 par exemple les portefaix du quai de la Fossé entendent se mobiliser contre Chatenay, qui vient de passer aux Vendéens.

46Rafe Blaufarb pose le problème du rôle militaire de la garde, et de l’institution des soldats auxiliaires, entre garde et armée de ligne. Les Constituants ont-ils prévu ainsi une solution pour remplacer la milice ?

47Jean-Paul Bertaud montre que deux visions s’opposent. D’un côté le roi et l’armée « classique », de l’autre, les volontaires incorporés dans les régiments, qui les rajeunissent et qui font masse (études de S. Scott). Les volontaires restent des citoyens qui se dévouent mais ne disposent pas de la formation tactique et stratégique. Ils restent un moment autonomes, distincts des professionnels.

48Louis Hincker souligne l’intérêt méthodologique de l’étude des ouvriers. Samuel Guicheteau montre qu’au-delà des statuts existent les fonctions sociales, les dynamiques sociales de l’investissement et du retrait. Il peut y avoir contradiction entre la condition sociale et la participation au « bien public », selon les avantages et les sacrifices en jeu. Une sociabilité nouvelle, autour de la fraternité et du civisme peut ainsi s’opposer à des comportements catégoriels.

49Jean-Pierre Jessenne rappelle les travaux sur les ouvriers des faubourgs parisiens (Haïm Burstin). Des formes d’intervention politiques peuvent agiter le monde du travail salarié, à travers la participation aux sociétés politiques locales.

50Samuel Guicheteau reprend l’idée de la tension entre une démarche corporatiste, qui peut s’exprimer dans des révoltes et émeutes et le patriotisme lié à une politisation rapide. On manque d’éléments sur les sociétés politiques des milieux maritimes. Il faudrait aussi s’interroger sur la politique sociale et les relais des représentants en mission comme Carrier, dans les sections (égalitarisme jacobin ?).

51Serge Bianchi demande comment les symboles des drapeaux de 1790 ont traversé le passage à la République. Élisabeth Liris évoque leur disparition en septembre 1792, par le feu.

52Serge Bianchi (Rennes) : Les gardes nationales en Ille-et-Vilaine et dans le sud de l’Île-de-France : bilans comparés.

53Philippe Catros (Caen) : L’organisation des gardes nationales à vocation militaire (de 1789 à 1830).

54Catherine Denys (Lille) : « Le mot ne fait rien à la chose » : des gardes bourgeoises aux gardes nationales à Bruxelles et Namur, 1715-1815.

55Stephen Clay (Paris) : Les gardes nationales en Provence pendant le Directoire : service d’ordre ou de désordres.

Discussion

56Bernard Gainot souligne l’intérêt du croisement des problématiques. La division entre les bourgeois et les ruraux fait intervenir des notions comme les comportements anitseigneuriaux face aux nécessités de l’ordre public. La Garde nationale rurale peut devenir l’ennemi à combattre. Elle peut se considérer comme un instrument de défense du « patrimoine local » ? Serge Bianchi montre que l’affrontement n’est pas une fatalité, au-delà du cas Simonneau. Un dialogue permanent se noue entre les autorités (bourgeoises) et les pouvoirs locaux dans les campagnes. Des questions sont soulevées pour la Belgique autour des enjeux idéologiques. Quant au soldat citoyen évoqué par Philippe Catros, le concept est antérieur à la révolution, du service personnel du sujet-citoyen qui paie les impôts et qui s’anoblit par le service militaire civique. Philippe Catros précise que l’imaginaire de la nation en armes, contre la violence de l’armée permanente et de la communauté militaire, forge l’idée d’une citoyenneté active comme aristocratie militaire. Une vision quasi romantique se dégage au moment de la Révolution, où le citoyen soldat est le garant des intérêts de la nation contre les aristocrates et le petit peuple manipulé par la Cour.

57Roger Dupuy intervient à propos des Suisses, du citoyen soldat, de la Belgique. La toile de fond est la compétence militaire acquise au xviiie siècle. Face aux professionnels (Czouz-Tornare et Catros), on trouve des forces improvisées chez les Vendéens et les Chouans. Si la Garde nationale dispose d’un crédit important en milieu universitaire (référence à l’antiquité et aux soldats citoyens de Rome), les forces improvisées ont une image négative, celle de « hordes » hétérogènes (en âge et en mérite). Les enjeux politiques sont ainsi considérables.

58Catherine Denys évoque les compétences policières des gardes.

Vendredi 25 mars (après-midi). De la révolution a la troisième république

59Présidence : Alan Forrest (York) et Bernard Gainot (Paris).

60Francis Pomponi (Nice) : La Garde nationale en Corse : port d’armes, esprit de parti et sens civique 1789-1831.

61Annie Crepin (Arras) : La Garde nationale, les gauches et l’idéal de la nation armée sous la monarchie de Juillet.

62Bruno Benoit (Lyon) : Gardes nationales et soulèvements populaires à Lyon, 1789-1871.

63Mathilde Larrere (Paris) : Les élections de la Garde nationale pendant le règne orléaniste.

Discussion

64Francis Pomponi pose la question de la politisation de la garde, entre les visons d’une armée démocratisée et d’une garde qui hésite entre le maintien de l’ordre et les faux-semblants d’une fraternité civique, au sens de l’esprit de 1848. Jacques Czouz-Tornare s’interroge sur les différences avec les gardes suisses où chaque circonscription possède son régiment, l’armée fédérale étant complétée par des milices, chaque citoyen disposant d’ares contrairement au cas français où les armes sont attribuées en cas de besoin.

65Maurice Genty soulève le problème de la participation aux élections entre le maximum et le minimum, selon les grades et les enjeux. Mathilde Larrère montre l’intérêt pour les élections dans la presse de la monarchie de Juillet. Serge Bianchi demande quel est le lien entre l’appartenance à la garde et la revendication démocratique de l’extension du suffrage, en évoquant les campagnes des années 1840.

66Francis Pomponi explique les dispositions du préfet au moment des cent jours, les problèmes soulevés par les intérêts contradictoires des villages et des familles.

67Serge Bianchi demande si des héritages sont perceptibles entre les gardes de la Première République et ceux de la Deuxième République. Un lien pourrait être fait entre les événements de 1848 et les références à La Fayette, le héros des deux mondes. Louis Hincker montre l’absence de référence entre les générations, et la difficulté de monter un héritage sans-culotte en 1848. D’autres recherches seraient ainsi nécessaires à propos des héritages.

68Roger Dupuy s’interroge sur le paradoxe d’une Révolution qui aboutit à remplacer une société militaire – celle de l’Ancien Régime, dominée par une noblesse qui a le monopole du port d’armes et le contrôle de l’armée – par une autre société militaire issue des guerres quasi permanentes engendrées par la constitution de la Grande Nation puis de l’Europe napoléonienne. Si la Garde nationale a contribué de façon essentielle à la liquidation de l’hégémonie armée de la noblesse, elle a été quasiment exclue de l’organisation sociale voulue par Bonaparte. N’est-ce pas le signe de sa nature congénitalement révolutionnaire ?

69Louis Hincker (Valenciennes) : Officiers porte-parole des barricades : Paris 1848.

70Robert Demeude (Paris) : La Garde nationale dans le Var sous la Seconde République.

71Alan Forrest (York, Angleterre) : La mémoire de la Garde nationale « révolutionnaire », de la Restauration à la Seconde République.

Discussion

72Bernard Gainot souligne la grande ambiguïté de la mémoire de La Fayette, entre les références à 1790-1792 et celles de la révolution de 1830. Brian Ruellan évoque l’ancrage à gauche de la garde dans la Commune de 1870, autour de la représentation du peuple en armes qui va au secours de la patrie, à la différence de la nation des « propriétaires ». Alan Forrest montre les avantages d’une longue périodisation. La notion de peuple en armes, soulevée sous la Révolution, a été méditée et reprise par d’autres peuples, comme les prussiens, par l’intermédiaire de la réflexion de Clausewitz. Une nouvelle morale civile et militaire s’est dégagée, modifiant la stratégie et la technologie de la guerre. Ceci rejaillira ensuite dans les questions de la conscription et de la levée en masse lors de la Grande Guerre. En France, la démarche est plus naturelle qu’en Grande Bretagne en 1916. La dimension positive s’oppose à la vision péjorative de la guerre coloniale à la fin du xixe siècle.

73Louis Hincker montre l’évolution des significations, selon les périodes de défense du territoire et les autres où la mémoire de la garde s’affadirait. On peut aussi interroger les commémorations, 1889, 1939 et 1989 pour comprendre les représentations. Il semble qu’en 1948 on ait perdu la mémoire de la Garde nationale, dans une recomposition politique spécifique.

74Alain Czouz-Tornare demande pourquoi la garde a été supprimée en 1871. Les Suisses ont gardé confiance dans leurs soldats citoyens, alors que les crises semblent avoir altéré l’image de la garde française et conduit à des désarmements.

75Bernard Gainot évoque la question du décalage entre la citoyenneté armée et les impératifs du pouvoir exécutif.

76Roger Dupuy pose la question d’une référence à la garde en 1944. Mais le concept n’est plus opératoire et Louis Hincker indique que les Francs-Tireurs ne sont pas comparables aux gardes de 1870. Bernard Gainot parle de la comparaison avec les milices américaines. La différence selon Alan Forrest est que l’armement est synonyme de liberté et que l’on ne peut pas désarmer le peuple comme on l’a fait en France. Louis Hincker rappelle que la guerre de Sécession marque une rupture ; Tocqueville ne parle guère des armes dans son tableau de 1836.

77Francis Pomponi insiste sur la tradition et l’héritage de la France où toute décision part d’en haut. Tout ce qui est taxé d’autonomie est mal perçu, alors que les gendarmes, corps de professionnels sont vus positivement. Roger Dupuy montre que la Garde nationale à ses débuts est vécue comme une idée décentralisatrice, une volonté de prendre ses distances avec l’absolutisme. Il existe bien une rupture (malgré Tocqueville) entre le centralisme de Louis XVI et celui de Napoléon. Alan Forrest soulève la question du danger de l’armement, qui ne cadre pas nécessairement avec la liberté en Europe. Louis Hincker évoque la période de la résistance où même des communistes ont eu des scrupules à prendre les armes, à la différence du xixe siècle. Annie Crépin revient sur le droit d’être armé aux USA, prérogative du citoyen plus que de l’individu, selon la Constitution américaine, combattue parfois par les États et par la défense des biens individuels. Alan Forrest insiste sur le fait que les États gardent le monopole de la force armée avant la Révolution, et que la possession d’armes individuelles est illicite. Pourtant la conquête de l’ouest américain s’est faite avec des armes, détenues par des individus. Brian Ruellan parle des parallèles possibles entre la garde de 1791-1792 et les détachements armés de la révolution russe de 1917, dans le cadre d’une politisation rapide et de la perte de cette mémoire de la nation en armes.

78Roger Dupuy demande si la source judiciaire pour les officiers de 1848 les pose bien en médiateurs. Louis Hincker répond que leur rôle n’a pas été reconnu, car ils ont passé plus de temps à dialoguer qu’à combattre. Roger Dupuy souligne qu’effectivement les peines ont été très lourdes. Serge Bianchi évoque une barricade dans la petite ville ouvrière d’Essonnes où les autorités (maire, sous-préfet) ont joué un rôle de médiateurs et évité l’effusion de sang, à la différence de Paris.

Premières conclusions

79À l’issue de la séance, Roger Dupuy et Serge Bianchi présentent des conclusions provisoires sur l’ensemble des travaux.

80Roger Dupuy aborde quelques réflexions inspirées par l’ensemble des travaux et des communications. En réfléchissant sur plusieurs des communications entendues durant ces deux jours, il revient sur la mission initiale de la Garde nationale et des milices patriotes qui l’ont précédée durant les premiers mois de 1789 : s’opposer à un possible coup de force des aristocrates et notamment à une liquidation militaire des patriotes à l’imitation de ce qui venait de se passer en Belgique où l’armée autrichienne avait rétabli le statu quo ante. Des décennies de travaux sur la montée du capitalisme et des exigences du bourgeois conquérant face à une aristocratie foncière incapable de s’adapter à un monde qui change nous avaient peut-être fait oublier que la société d’Ancien Régime était une société dominée par une aristocratie qui s’était arrogé le monopole de l’usage légal de la force et qui de ce fait croyait ses privilèges à l’abri de toute remise en cause brutale. L’objectif premier des « patriotes » était donc d’opposer une force nouvelle à l’armée du roi qui était aussi celle des nobles ! Et c’est la Garde nationale qui va s’efforcer de désarmer la noblesse en multipliant les fouilles de ses châteaux et en espionnant les officiers des garnisons dont on surveillait les propos et les fréquentations. De 1789 à 1792 on va donc continuer ce travail de liquidation d’une société militaire via l’émigration et la déclaration de guerre aux princes allemands complices des émigrés est aussi une façon d’en finir avec ce processus de guerre civile larvée par une dramatisation brutale du rapport de force et une mobilisation accrue des patriotes et donc de la Garde nationale. Le paradoxe de cette dramatisation c’est que la liquidation de la noblesse comme classe militaire aboutit, cinq ans plus tard à la prise du pouvoir par une nouvelle classe militaire issue des guerres entreprises par la « Grande Nation ». Mais ce régime dont l’émergence devait beaucoup, en fin de compte, aux différentes phases du combat anti-aristocratique de la Garde nationale, n’en veut plus sinon comme une structure d’accueil des conscrits provisoirement épargnés par le tirage au sort. C’est dire qu’elle n’est plus adaptée aux exigences militaires et politiques du régime mis en place par Bonaparte et aux intérêts d’une société travaillée par l’obsession stendhalienne de parvenir, le Bleu des armées révolutionnaires et impériales ne faisant qu’anticiper le Rouge et le Noir de la Restauration.

81La permanence de cette prégnance militaire sur la société est aussi une incitation pour l’historien à ne pas réduire la Révolution au seul triomphe d’un mode de production sur un autre mais de faire toute sa place à l’émergence du sentiment national et du bellicisme qui l’accompagne. La fête de la fédération, le 14 juillet 1790, c’est aussi l’étalage d’une puissance militaire nouvelle, celle la même à laquelle rêvait Servan dans ses projets de rénovation militaire. Enfin, pour en revenir à l’économie et à Stendhal, il faut sans doute tenir compte du fait que la guerre prédatrice reste encore, en cette fin du xviiie siècle, un mode d’enrichissement collectif très efficace et l’armée, en temps de guerre, un ascenseur social exceptionnel alors que l’idéal égalitaire de la Garde nationale avec ses états-majors tronqués et ses grades remis en cause à chaque élection n’offrait pas de carrière véritable mais seulement le surcroît de prestige recherché par les seuls notables en place, comme les milices bourgeoises de l’Ancien Régime. Et nous retrouvons là, les raisons du déclin partiel de l’institution au début du xixe siècle : amputée, depuis les levées de 1793-1794, de toute promesse de gloire et d’enrichissement rapide, privée depuis 1795 de sa composante populaire insurrectionnelle, elle est désormais réduite à n’être plus, en un peu plus prestigieux du fait du souvenir de 1789 et 1790, que le duplicata de l’ancienne milice bourgeoise garante des seuls intérêts, matériels et politiques, de ceux qui la composent. En adhérant après coup aux poussées révolutionnaires du premier xixe siècle, elle les légitime tout en les limitant aux intérêts de la classe moyenne qu’elle incarne désormais. À chaque fois, la flambée insurrectionnelle fait croire à la résurrection d’une Garde nationale s’identifiant à la Nation tout entière, mais il faut attendre 1871 pour que la guerre crée à nouveau, comme en 1792, les conditions d’une radicalisation populaire de la Garde nationale.

82Serge Bianchi marque la volonté initiale des organisateurs de balayer l’ensemble de l’institution de la Garde nationale en consacrant une demi-journée à l’amont, une journée à la révolution et une demi-journée à l’aval, entre les bornes de 1589 (les guerres de religion) et 1871 (la Commune). Le Second Empire a été la seule période absente des communications, en dehors des synthèses de Bruno Benoît et d’Alan Forrest. Du point de vue géographique, les auditeurs ont voyagé de la Belgique à la Corse, de Brest à la Lorraine. Si de nombreux cas régionaux ont été abordés – Bretagne, Provence, Lyon, Midi languedocien, Haute-Saône, Île-de-France, Lorraine, Corse plus les Suisses et la Belgique – les villes ont été bien plus étudiées que les campagnes.

83Les thématiques ont été particulièrement variées : passage de l’Ancien Régime à la garde citoyenne ; enjeux politiques (élections) et sociaux (bourgeoisie ; ouvriers) ; enjeux religieux ; symbolique ; médiations et évolutions.

84De nombreux questionnements se sont imposés au fil des communications et des discussions. Sans prétendre à l’exhaustivité, il est possible de rappeler quelques axes :

85Quelle est la situation des gardes bourgeoises à la veille de la révolution ? Ont-elles perdu leur fonction militaire ? Sont-elles devenues honorifiques ou exercent-elles un rôle de police de proximité, investie par des couches nouvelles ?

86Peut-on déceler des signes de continuité dans la prise d’armes, à deux siècles d’écart, pour certaines paroisses rurales ?

87Quels liens complexes se nouent entre la Garde nationale et l’armée ? Dans les débats parlementaires et le discours politique ? Dans la répression ou l’insubordination ?

88Quels sont les temps forts et les rythmes de fonctionnement et d’activité des gardes, de la genèse au refus, en passant par une phase d’apogée et de concurrence (de la gendarmerie) ?

89Quels liens peut-on établir entre l’appartenance à la garde et la citoyenneté politique de 1790 à la monarchie de Juillet ?

90Quels sont les rôles respectifs des élites et des couches populaires dans les manifestations successives des gardes nationales, à différentes dates clefs de notre histoire ?

91Et, finalement, quelles sont les parts respectives des mythes et des réalités dans les représentations de la garde, y compris dans l’historiographie et la mémoire collective ?

92Les interventions successives ont apporté bien des éléments de réponses et des pistes de recherches. Et c’est bien là la fonction et l’utilité d’un tel colloque. Les gardes nationales sont différentes des armées révolutionnaires et se construisent également dans l’utopie citoyenne et le mélange des rôles. Elles se situent à la fois dans le mythe du pouvoir central (les millions de citoyens qui convergent dans la fédération) et celui du pouvoir local. Entre pouvoir civil et pouvoir militaire, elles sont influencées par les sentiments d’appartenance sociale (monde ouvrier) par les clivages villes-campagnes, par les déterminants idéologiques. Les prises d’armes sont-elles légales ou illégales ? Correspondent-elles à la résistance à l’oppression ou au désir de maintenir l’ordre public. L’usage des armes par les gardes varie d’une journée à l’autre, de la Bastille aux journées de juin 1848, en passant par la loi martiale, l’épisode du Champ-de-Mars, les métamorphoses lyonnaises. Les organisateurs espèrent que les Actes du colloque éclaireront l’ensemble de ces aspects et feront la part des réalités et des reconstructions, sans négliger la mémoire iconographique de la garde. Ce colloque est une étape, la première de cette importance, dans un chantier encore largement à l’état de friche. Il appelle bien des travaux complémentaires, y compris de comparaison entre les périodes (révolutions, guerres) et des espaces différents (en Europe et en Amérique)…

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search