Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Quatrième partie. De la Révolution à la Troisième République

La Garde nationale dans le Var, 1848-1851

Robert Demeude

Texte intégral

1Parmi les mesures prises au lendemain de la Révolution de février 1848, l’instauration du suffrage universel fut une de celles qui, potentiellement, portait en germe la possibilité d’un fort renouvellement de la vie politique. Tandis qu’en 1846 le Var ne compte que 2 146 électeurs, le corps électoral va s’ouvrir à une large frange de la population et comprendra 96 216 citoyens. C’est dans cette perspective que la réforme de la Garde nationale, ouvrant largement la base électorale pour la désignation des officiers et des sous-officiers, participa à ce renouveau démocratique complété par les élections législatives et municipales du printemps et de l’été 1848. En marge des institutions officielles, on assista aussi au développement local des sociétés philanthropiques et de secours mutuels qui jouèrent un rôle important dans l’apprentissage de la vie démocratique de la population.

2Si 1848 fut, du moins jusqu’en juin, une période faste permettant une plus grande participation des citoyens à la vie politique, cette embellie s’estompa au fil du temps. Dès 1849, une reprise en main, sous le double contrôle du Prince-Président et d’une assemblée législative à majorité conservatrice, se fit sentir dans tous les compartiments de la vie politique et sociale. Cette politique réactionnaire, accentuée en 1851, prépara le coup d’État du 2 décembre.

3Cette évolution est particulièrement visible dans le département du Var qui fut un des hauts lieux en province de la contestation républicaine. Pour cela nous avons choisi un certain nombre de communes représentatives, soit pour leur participation active à l’insurrection, soit pour avoir subi la présence des colonnes d’insurgés, soit enfin pour être restées à l’écart du soulèvement. Dans le premier groupe figurent Brignoles et Le Val, Cuers, Le Luc, La Garde-Freinet, Salernes ; dans le deuxième groupe nous avons choisi Lorgues, Cotignac, Aups, Hyères, Les Arcs ; enfin des villes de l’est du département : Grasse, Vence, Fréjus, localités qui s’accommodèrent du nouveau régime politique, attitude logique, correspondant parfaitement, comme l’a montré Maurice Agulhon, au vote conservateur observé dans cette partie du Var. Toulon et Draguignan présentent la situation particulière de deux villes où la forte présence de l’armée étouffa dans l’œuf toute velléité de révolte.

4L’étude que nous présentons sur la garde nationale du Var porte sur trois moments de la courte vie de la Deuxième République. D’abord, la mise en place en avril-mai 1848 de l’encadrement des compagnies de la Garde nationale, ensuite, à partir d’août 1849, le resserrement, par les autorités préfectorales, de la surveillance des activités de la Garde nationale, enfin, l’effacement presque complet de cette institution au moment de l’insurrection de décembre 1851.

Les élections d’avril-mai 1848 pour la désignation des officiers et des sous-officiers

5La transformation de la garde nationale bourgeoise de la monarchie de Juillet en un corps renouvelé et ouvert à l’ensemble des citoyens marqua le début de la seconde République. Ce fut, en fait, l’occasion de mettre en pratique le droit, récemment acquis, du suffrage universel étendu à tous les hommes, et cela, avant les élections municipales qui eurent lieu en juillet. Cette élection des officiers et des sous-officiers des compagnies de la Garde nationale se déroula en avril-mai en même temps que la désignation des députés à l’assemblée constituante d’avril 1848. On notera la remarquable participation des citoyens à l’élection des neuf représentants varois : le corps électoral s’élevait à 96 216 hommes et 87 328 d’entre eux se rendirent aux urnes le 9 avril, soit plus de 90 % de votants. Quarante-deux candidats se présentèrent et le premier élu fut Marcellin Maurel, maire de Vence, avec 52 279 voix, suivi de Lucien Guigues, commissaire du gouvernement, Marius André, maître-tôlier, Augustin Alleman, banquier à Draguignan, Henri Arnaud, maître confiseur, Jules Philibert, avocat et maire d’Aups, Cosy, vice-amiral, et deux autres toulonnais, l’avocat Edmond Baume et Arène sous-commissaire.

  • 1 Noël Blache, avocat et député, fut chargé sous la Troisième République d’une mission destinée à ré (...)

6Déjà, au début du règne de Louis-Philippe, le préfet dans un rapport au ministre, opposait « le calme » de Grasse à la situation de Draguignan où il se défiait d’une Garde nationale particulièrement bruyante et menée par des démagogues. C’est donc pour tenir compte de ces différentes sensibilités politiques qui perduraient en 1848, que nous avons opté pour un choix de communes, assez diversifié, permettant d’étudier les comportements locaux de la Garde nationale. Ce choix que nous avons présenté plus haut, nous a été suggéré, en partie, par la lecture du livre-enquête de Noël Blache, paru en 18691, Histoire de l’insurrection du Var en décembre 1851. Encore assez proche des événements, l’auteur a porté un jugement sur la situation politique des communes concernées par l’insurrection.

7Quelle signification politique peut-on donner à la participation des gardes nationaux à l’élection de leurs chefs ? Comment peut-on interpréter les taux d’abstention, souvent assez conséquents ? Doit-on y voir un manque d’intérêt ou une pratique politique encore trop récente pour entraîner l’adhésion ?

8La palme de la participation revient sans conteste à La Garde-Freinet, commune à fort peuplement d’ouvriers bouchonniers qui seront au premier plan en décembre 1851. Pour les cinq compagnies de la localité, le taux de participation à la nomination des officiers et des sous-officiers s’éleva à 80 % et l’élection du chef de bataillon, Alexandre Courchet, rassembla 87 % des gardes nationaux. Il s’agit là d’un cas exceptionnel qui, compte tenu d’une situation économique difficile, peut s’interpréter comme la volonté de participer à une institution locale chargée de défendre une République qui s’affirmait démocratique et sociale.

9On remarquera ensuite que les grandes villes du département réunirent, aussi, un nombre de votants relativement élevé : Grasse 42 %, Draguignan 45,9 % pour les 8 compagnies de la ville et seulement 12 % pour la compagnie de banlieue. Toulon avec ses deux bataillons de ville composés chacun de sept compagnies, rassembla au total, pour ces élections, 48,3 % de gardes nationaux, quant aux bataillons de la banlieue, dont les résultats sont partiels, ils affichent des participations comparables voire supérieures. Sans vouloir donner un sens affirmé à ces résultats, on peut cependant y voir l’expression d’une certaine vie politique active dans ces centres urbains. Toulon, avec une population où se mêlaient provençaux et gens venus d’ailleurs, présente aussi une particularité dans l’élection des officiers de la Garde nationale car il fallut procéder à deux scrutins pour désigner le colonel et le lieutenant-colonel. Dans le cas de la fonction de colonel on assista, au premier tour, à une répartition des votes entre quatre candidats : Vandambuche obtint 483 suffrages, Bougerel 451, Benech 432 et Buchet 382. Ce scrutin, assez serré, se dénoua au second tour par la désignation de Benech réunissant 743 voix pour 875 votants, tandis que Vandambuche n’obtenait que 70 suffrages. Il en fut de même pour le poste de lieutenant-colonel, au premier tour deux candidats venaient en tête, Imbert et Vandambuche avec respectivement 937 et 795 voix. Comme pour le précédent scrutin Vandambuche fut battu, ne réunissant que 319 suffrages, Imbert rassembla sur son nom 554 voix. Par contre, comme on peut le remarquer dans le tableau récapitulatif, la participation faiblit dans toutes les autres localités à l’exception des Arcs (45 %). Les pourcentages sont vraiment médiocres allant de 15,8 % à Carcès à un peu plus de 32 % à Vence, à près de 35 % à Hyères et cela quelle que soit la coloration politique de ces communes.

10Il est cependant intéressant de constater que les désignations des chefs de bataillon réunirent, en général, un nombre de votants nettement supérieur, et que ces nominations ont presque toujours consacré des notables.

11Au même moment, les citoyens furent convoqués pour élire les neuf représentants à l’Assemblée législative. Nous avons déjà indiqué que ce scrutin rencontra un grand succès de participation, plus de 90 %, et cela relativise les résultats des élections dans les compagnies de la Garde nationale. Dans les cantons des localités sélectionnées la présence des citoyens ne fut jamais inférieure à 68 % du corps électoral. Grasse est la seule exception avec une participation de 57 %. Deux communes, Aups et Le Luc aux majorités politiques différentes, la première conservatrice et la seconde démocrate, atteignent 80 % de présence, acte significatif si l’on songe aux longs déplacements que nécessitait la réunion au chef-lieu du canton. La présence de la Garde nationale est toujours signalée dans les procès-verbaux électoraux car elle était chargée de la surveillance des « boîtes » contenant les bulletins, rôle à la fois nécessaire et honorifique.

12Deux mois plus tard, les citoyens furent convoqués pour élire les conseils municipaux. L’enjeu paraît avoir été mieux perçu. Nous pouvons remarquer que le taux de participation atteint un niveau médian entre les deux autres consultations, et seules les villes importantes de Draguignan et de Toulon affichent des résultats médiocres. Il faut rappeler que Draguignan fut à cette occasion le théâtre d’incidents sérieux à l’origine, quelques mois plus tard, de la dissolution de la Garde nationale.

13La comparaison entre ces types de consultation montre un plus grand intérêt porté à la nomination des élus nationaux et municipaux dont l’action était probablement mieux perçue, plus en rapport avec les préoccupations quotidiennes et le positionnement politique des citoyens électeurs. La Garde nationale avait eu, parfois en province, durant la monarchie de Juillet une activité limitée, surtout honorifique comme l’a décrit Georges Carrot dans son livre La Garde nationale à Grasse. Dans les années quarante, par exemple, le seul motif de réunion était l’élection des officiers ; au même moment les autorités militaires se plaignaient de ne pouvoir compter sur les gardes nationaux grassois pour participer à la surveillance de la frontière. Cela peut expliquer, en partie, la forte abstention constatée aux élections d’avril-mai 1848 de la part de citoyens qui se sentaient, peut-être, peu concernés par l’enjeu. La figure de ces gardes nationaux, peu enclins à un grand engagement, a été décrite par Balzac dans son roman Pierre Grassou lorsque parlant de ce peintre, il le définissait en quelques lignes : « Ce détestable artiste était un excellent citoyen : il montait la garde, allait aux revues, payait son loyer et ses consommations avec l’exactitude la plus bourgeoise. » Une telle définition, qui souligne l’atonie tranquille de ce garde national, nous paraît être l’illustration d’un comportement civique manquant totalement d’ambition.

L’évolution de la Garde nationale entre 1849 et 1851

14Après les journées de juin 1848, et plus encore après les élections législatives de 1849 qui virent la victoire du parti de l’ordre, on assista à une mise en surveillance dans le Var des sociétés philanthropiques ou de prévoyance ainsi que de certaines compagnies de la Garde nationale, les unes et les autres étant, aux yeux des autorités, des repaires de démagogues, de républicains rouges, de communistes. L’élection à la présidence de la République, le 8 décembre 1848, du prince Louis-Napoléon, élu par cinq millions quatre cent mille voix, écrasant tous ses autres adversaires, s’était heurtée à une réelle opposition dans le Var. Les électeurs Varois avaient donné leur préférence à Cavaignac, lui accordant 38,5 % des voix, tandis que Louis-Napoléon ne recueillait que 12,9 % de suffrages et Ledru-Rollin 7,5 %. Au vu de ce résultat, les républicains de ce département avaient tout à craindre du pouvoir parisien, tenu par une assemblée conservatrice et un Prince-Président bien décidé à rester en place au-delà du terme fixé par la Constitution.

15Les préfets, Haussmann et de Romand, qui se succédèrent, à partir de 1849, dans le département du Var se chargèrent d’appliquer les instructions gouvernementales en mettant sous surveillance ou en procédant à la dissolution des compagnies de la Garde nationale, des sociétés dites secrètes, et en suspendant ou révoquant maires et adjoints. Cette mise au pas nécessitait, aussi, la réorganisation des autorités préfectorales en procédant au renvoi des fonctionnaires suspects comme le sous-préfet de Brignoles en juin 1849.

16Les arrêtés préfectoraux prononcèrent la dissolution de six « chambrées » ou sociétés entre août et décembre 1849, de 71 pendant l’année 1850 et de 33 pour les onze premiers mois de 1851. Sur ce total, seules trois d’entre elles concernaient des sociétés de la région grassoise. Pendant la même période, de nombreux maires et conseillers municipaux furent suspendus ou révoqués, accusés de « socialisme très prononcé », de propos démagogiques ou d’injures contre le Prince-Président. Le 23 juin 1851, le préfet rappelait qu’à Toulon « en 1848, Cavaignac avait investi ses créatures choisies parmi les montagnards les plus exaltés » et il se réjouissait de la dissolution du conseil, « dont le personnel était détestable, et qui a été complètement renouvelé ». Autre et dernier exemple, à Brignoles, le conseil est dissous le 29 septembre 1851, car « sa très grande majorité professe les principes de l’anarchie et est animée d’un esprit d’opposition systématique ».

17La Garde nationale qui, en tant qu’institution, contribuait avec la gendarmerie et l’armée au maintien de l’ordre, ne pouvait échapper à cette reprise en main. Les autorités préfectorales poursuivirent deux objectifs : d’abord, la mise à l’écart des officiers considérés comme peu sûrs, qualifiés de « démagogues, démocrates ou républicains », et ensuite en procédant à la récupération des armes aux mains des gardes nationaux.

18Dès le 22 janvier 1849, le préfet entra en conflit avec les gardes dracenois, mettant en cause « les conditions douteuses qui ont présidé à la constitution de la Garde nationale ». Le 23 janvier, un arrêté de dissolution fut publié, « la Garde nationale ayant donné la preuve de l’esprit d’anarchie qui l’anime, notamment le 17 mai 1848 lorsque les gardes nationaux envahirent la préfecture pour arracher, par la violence, la démission du maire ». À cette occasion, Cartier, à la fois vice-président du club et sous-lieutenant de la Garde nationale, s’empara de l’écharpe du maire, l’attacha au drapeau du club et déclara « qu’elle n’en serait retirée que pour ceindre l’élu de leur choix ». Le préfet dénonçait « les officiers qui, pour la plupart, appartiennent au parti démagogue le plus ardent et qui ont donné dans plusieurs circonstances des preuves évidentes de leur hostilité à la cause de l’ordre ».

19Le 23 février 1849, la Garde nationale toulonnaise était dissoute et immédiatement réorganisée en raison « de la composition vicieuse du contrôle du service ordinaire et de la formation irrégulière des compagnies. ». En février 1851, le préfet de Romand fut confronté à une délicate situation à Toulon. Le général Buchet, colonel de la Garde nationale, souhaitait donner sa démission en raison « de l’impossibilité d’obtenir des gardes nationaux l’accomplissement d’un service sérieux et régulier ». Dans un premier temps, le préfet désirait le maintien de Buchet « qui gardait beaucoup d’influence sur ceux des gardes nationaux qui continuent à faire leur devoir », mais, finalement, la démission fut acceptée au vrai motif « qu’il était dégoûté dont la manière se fait le service : manque à l’appel, les jeunes font la fête… troublent la tranquillité ». Cet incident montre que la Garde nationale n’était pas seulement le centre de conflits politiques, mais que son fonctionnement quotidien manquait parfois de sérieux. On notera que Buchet n’était arrivé qu’en quatrième position à l’élection pour le poste de colonel en avril 1848, et qu’on le retrouve dans l’Agenda de Toulon de 1864 comme général à la retraite ainsi que Vandembuche, son concurrent de 1848, également chef de bataillon en retraite.

20La récupération des armes restées aux mains des gardes nationaux était le second objectif de l’action préfectorale. Certes, le 5 mars 1849, le préfet rendait compte, avec une certaine satisfaction, au ministre de l’Intérieur « qu’à Draguignan 1 100 fusils, dont 900 ont été rendus volontairement, et que les 200 manquants appartenaient à des gens, cultivateurs en général, peu éclairés et pour la plupart des habitués des clubs », à l’encontre desquels il se promettait de prendre des sanctions sévères. Le 31 octobre 1850, il était demandé à la compagnie de La Garde-Freinet ainsi qu’au peloton de cavalerie de déposer, sous 24 heures, les armes à la mairie. Le 30 novembre 1851, la Garde nationale de Toulon « était sommée de déposer les armes dans les casernes ». Le 16 février de la même année, le préfet avait pris la décision, avec l’autorité militaire, de faire rentrer à l’arsenal six pièces d’artillerie, « d’autant qu’en cas d’émeute ces pièces pouvaient être enlevées avant l’arrivée des gardes nationaux chargés de les servir ». On peut, toutefois, s’interroger sur le bilan de ces mesures à la veille du coup d’État du 2 décembre, et se demander comment, dans ces conditions, les insurgés surent trouver les armes nécessaires. La réponse tient en partie dans la mise à sac des stocks d’armes mis en dépôt dans les mairies. En fait, le désarmement réel se fit au lendemain de l’échec de l’insurrection et se prolongea dans le temps jusqu’en 1853.

21La lecture des arrêtés préfectoraux pris entre 1849 et 1851 montre que l’action de surveillance et de répression fut surtout dirigée contre les sociétés et les chambrées présentes dans tous les villages et les villes, et qui étaient des lieux d’opposition et de développement des idées démocratiques. Il y a une grande constance dans les termes employés par les autorités pour dénoncer les agissements des sociétaires volontiers taxés de démagogues, de républicanisme avancé, de démocrates rouges tenant des propos séditieux contre l’ordre et la société ou injurieux à l’égard du Prince-Président ; à ces dénonciations politiques s’ajoutaient les inévitables accusations de beuveries, de vie dissolue, de malhonnêteté, visant à déconsidérer les individus.

22Les décisions à l’encontre de la Garde nationale sont relativement rares et sont, peut-être, le signe de l’essoufflement de cette institution, et aussi, comme nous le verrons au moment des événements de décembre 1851, de l’état d’esprit de nombreux gardes nationaux empreint de loyalisme à l’égard des autorités.

La Garde nationale et l’insurrection de décembre 1851

23Les autorités préfectorales, à la veille du coup d’État paraissaient avoir la situation en main, avec la mise à l’écart des maires et des adjoints suspects, la dissolution des sociétés secrètes et la réorganisation de certaines compagnies de la Garde nationale. Il faut, cependant, remarquer que certaines instances politiques exprimaient des positions différentes ; par exemple, les conseils d’arrondissement avaient été consultés sur une éventuelle révision de la Constitution qui aurait permis à Louis Napoléon Bonaparte de briguer un second mandat présidentiel. À la suite de la session de 1851, le préfet de Romand signalait que les conseils d’arrondissement de Toulon et de Grasse se montraient favorables à cette proposition, tandis que ceux de Brignoles et de Draguignan s’abstenaient ; on voit, dès ce moment, dans ces prises de position, se dessiner l’aire géographique où allait se produire l’explosion de décembre. En avril 1851, un rapport du sous-préfet de Brignoles estimait que « 5 000 à 6 000 individus seraient prêts à se lever au premier signal, mais il ne faudrait pas confondre ceux qui votent pour des listes rouges avec autant de démagogues révolutionnaires ».

24La Garde nationale, corps constitué pour contribuer à la sécurité publique dans le cadre communal, était au côté de la gendarmerie et de l’armée un des garants du maintien de l’ordre. En fait, nous constatons que cette troupe, dans les régions touchées par l’insurrection joua un rôle secondaire, ambigu et que, finalement, elle s’effaça devant les forces armées. Les informations sur l’activité de la Garde nationale, pendant les quelques jours qui virent le centre-Var s’enflammer pour la défense de la Constitution, sont rares. Comme à Paris, les autorités civiles et militaires du Var ne prirent, à notre connaissance, aucune décision pour mobiliser les compagnies, et si quelques initiatives furent esquissées dans le cadre communal, elles avortèrent rapidement devant la détermination des insurgés, que le proscrit Victor Schoelcher appellera « les constitutionalistes ». Dans le département voisin, celui des Basses-Alpes, le préfet passa en revue le 6 décembre 300 jeunes soldats ainsi que la Garde nationale, mais dès la soirée les gardes nationaux quittèrent les rangs.

25En l’absence de rapports officiels sur l’activité de la Garde nationale, nous avons fondé notre étude sur des documents rédigés dès les jours qui suivirent l’échec du soulèvement, en particulier les rapports des commissaires de police et des juges de paix, les témoignages recueillis devant les autorités judiciaires et aussi les récits publiés par des contemporains qui furent acteurs ou victimes de cette flambée révolutionnaire ou encore, par des personnalités politiques locales qui participèrent quelques années plus tard à la réhabilitation et à l’indemnisation des condamnés.

26Il est évident que ces documents doivent être étudiés avec circonspection, soit parce que leurs auteurs avaient intérêt à minimiser leurs agissements, soit au contraire à donner de l’importance à leur comportement pendant la semaine insurrectionnelle.

27Il semble avéré que la Garde nationale, en tant qu’institution, n’a joué qu’un rôle secondaire, limité à quelques épisodes locaux pendant les journées de décembre 1851, au cours desquels on assista à des réorganisations suspectes hors du cadre légal. Dans un autre ordre d’idée, résurgence du concept démocratique de 1848, le « général » Camille Duteil indique dans son mémoire qu’il organisa au sein des colonnes d’insurgés constituées en compagnies, l’élection des officiers et des sous-officiers au cours de son passage à Salernes.

28Nous avons tenté dans un deuxième temps, dans la mesure où les documents le permettent, de suivre les engagements individuels des officiers et des sous-officiers au cours de ces journées insurrectionnelles.

29À Brignoles, le rapport établi par le commissaire de police, le 28 décembre, évoque l’attitude de quelques individus « accompagnés de douze démocrates parmi lesquels sont des officiers de la Garde nationale » qui demandèrent au maire de former un poste (d’insurgés) à l’hôtel de ville, mais le maire refusa et tenta de mettre en place, à son tour, « un poste d’hommes dévoués pour le bien, mais le nombre n’était pas assez fort pour résister à une attaque ». Le rapport évoque que le 5 décembre « une colonne de 500 à 600 hommes armés se forme sur le Cours » et plus loin le commissaire « croit reconnaître qu’il est formé une Garde nationale, il entend la nomination de quelques officiers et sous-officiers appartenant tous à la démocratie », mais il ne rapporte aucune action précise à son sujet ; il est, toutefois, beaucoup plus prolixe sur les différentes sociétés qui animaient le mouvement de protestation. Un autre témoignage, celui de l’avoué Dupui, devant le tribunal de première instance, corrobore en partie le rapport précédent. Il est mentionné une tentative d’organiser une Garde nationale en s’adressant à Martin, un ancien commandant, dont « le nom était susceptible d’être sympathique à la population… et qui fut chargé de nommer provisoirement des officiers pour préparer cette organisation ». Plus loin, il est indiqué « qu’en deux heures les billets de convocation furent distribués mais nous ne fûmes pas absolument maîtres de cette organisation, en reconnaissant une direction occulte en dehors du conseil municipal, et nous crûmes prudent de consentir à la radiation des gardes nationaux dont l’opinion paraissait suspecte aux hommes de l’insurrection ». Dupui ajoutait plus loin que « toutes les fois qu’une affaire paraissait étrangère à mes fonctions d’officier de la Garde nationale, j’en renvoyai l’examen et la responsabilité à Monsieur Constant (un des dirigeants de l’insurrection) ».

30Le rapport du commissaire et le témoignage de Dupui évoquent tous deux la formation d’une Garde nationale, mais de quelle institution s’agissait-il en ces journées de décembre, car les compagnies avaient été régulièrement organisées en 1848 et pourquoi alors ces nominations provisoires d’officiers et ces mises à l’écart de certains citoyens ? Dupui indique dans sa déposition qu’il disposait de cent vingt-cinq hommes pour assurer la protection de la mairie ; plus loin, devant les demandes faites par « l’insurrection » pour avoir des armes il obtint, selon ses dires, la réintégration des armes à la mairie afin de pouvoir les donner aux gardes nationaux et « parer à toutes les menaces ». Ces propos conformes à la mission de la Garde nationale s’opposent au rapport du commissaire qui voyait dans ces officiers des tenants de « la démocratie ».

31À Draguignan, la situation se présentait sous un autre aspect. Au chef-lieu du Var, où les opinions républicaines étaient depuis longtemps implantées, le préfet disposait d’un régiment de ligne qui découragea, comme à Toulon, toutes velléités insurrectionnelles, et si l’on s’interroge sur le comportement de la Garde nationale pendant le début de décembre 1851, on doit constater que peu de documents évoquent son activité.

  • 2 Camille Duteil, Trois jours de généralat, Savone, 1852. Récit sur l’équipée dans le centre et le h (...)
  • 3 H. Maquan, Insurrection de décembre 1851 dans le Var, Draguignan, 1852.

32Deux protagonistes de cette époque ont livré leur opinion. Le premier, Camille Duteil, journaliste, promu général des colonnes insurgées varoises, a donné les raisons2 qui le conduisirent à ne pas diriger ses troupes vers le chef-lieu du département : « le maire rassurait le préfet sur l’attaque de Draguignan. Il n’avait pas besoin de secours de Toulon, ayant à sa disposition 800 hommes d’infanterie de ligne, 160 gendarmes et 400 hommes de la Garde nationale parfaitement décidés à faire le coup de fusil ». Cette évaluation des forces acquises au maintien de l’ordre le décida à se diriger vers Aups. Nous ne retrouvons pas cette importance donnée à la Garde nationale dans la relation écrite par H. Maquan3, patron du journal l’Union du Var, aux opinions légitimistes et qui fut retenu comme otage par les insurgés. Maquan, au contraire, écrit au sujet de la Garde nationale : « Elle fut convoquée, le lundi 8 décembre, mais elle est sans armes. 150 hommes armés tant bien que mal de sabres et de barres sont proposés à la garde de l’Hôtel de Ville », et il indique les noms de quelques volontaires qui se joignirent au côté des forces de l’ordre. Cette Garde nationale, rappelons-le, n’avait pu participer en 1849 à l’organisation des élections législatives n’ayant pas encore été réorganisée après sa dissolution en janvier de la même année. Maquan est, en revanche, beaucoup plus explicite sur l’activité d’une Société de Saint Martin, rapidement mise sur pied, qui « réunit des hommes d’ordre appartenant à toutes les factions de l’opinion conservatrice », et qui se rendirent à la mairie. Dans tous les cas, le positionnement politique de la Garde nationale dracenoise, quelle qu’ait été son importance réelle, montre un engagement au côté de l’armée.

33Cette intervention de citoyens, en dehors du cadre des forces organisées, se retrouve à Cotignac, ville qualifiée de peu républicaine par N. Blache, où le maire, dans un rapport du 15 décembre, signalait l’absence de la Garde nationale et indiquait que le conseil municipal s’opposa aux insurgés en s’entourant « des plus imposés et des représentants des sociétés ». C’est un cas assez semblable que décrivait le maire de Fréjus, lorsqu’il affirmait, dans son témoignage, que « le 7 décembre il avait donné l’ordre au commandant de la Garde nationale de distribuer les armes aux hommes sur lesquels le parti de l’ordre pouvait compter ».

  • 4 P. Escole, « Notes et souvenirs sur l’insurrection de 1851 à Aups », L’Indépendant du Var, juillet (...)

34Dans le même esprit, le juge de paix d’Aups, dans un rapport du 26 janvier 1852, ne fait aucune mention de la Garde nationale et la seule initiative signalée se situe après le départ des insurgés invitant « tous les hommes d’ordre à se rendre à la mairie pour pourvoir à la défense de la ville en cas de retour des insurgés », mission qui aurait dû, en principe, incomber à la Garde nationale. C’est un écho assez semblable que nous retrouvons dans le témoignage de Pierre Escole4, avocat dracenois, présent à Aups en 1851, rappelant : « C’est alors que quelques citoyens songèrent à organiser une sorte de Garde nationale, mais qu’ils durent bientôt renoncer à leur projet en raison de l’apathie bien connue de la majorité des habitants. »

35À Correns, selon une relation du maire en date du 12 décembre, c’est une troupe de 100 hommes « sans chef » qui occupa l’Hôtel de Ville « par ordre supérieur, pour maintenir la tranquillité publique et empêcher d’être envahi par les insurgés » ; là encore, la population « forma » deux compagnies de gardes nationaux. De son côté, le maire de Carcès, écrivait le 14 décembre au préfet, pour lui signifier que « toutes les mesures étaient prises pour le maintien de l’ordre dans la commune, qu’un piquet de gardes nationaux était établi chaque jour à la mairie pour parer aux éventualités des meneurs démagogiques, toutes les armes appartenant à l’État avaient été délivrées entre les mains des amis de l’ordre, qui tous se sont faits remarquer par leur zèle, leur dévouement et leur patriotisme à la bonne cause ». Cette belle profession de foi, comme toutes celles que nous venons de citer, a été formulée après la fin de l’insurrection, au moment où il fallait rendre des comptes. On notera, aussi, que le maire de Carcès rappelait qu’à l’arrivée des insurgés, ceux-ci avaient contraint le corps de garde à être dissous et remplacé par « une bande de jeunes gens ». Le 11 décembre l’adjoint de la commune du Val, localité proche de Brignoles, signalait que Revertegat, à la tête d’un groupe de 200 hommes, lui demanda « les fusils de la Garde nationale entreposés à la mairie », l’adjoint fit une réponse d’une grande prudence en se bornant à lui suggérer de « ne s’en servir que pour la défense de l’ordre ». Ces propos illustrent bien la volonté de ne pas se confronter avec les révoltés. La démission de l’élu devant la force, rejoignait l’attitude du maire de Carcès qui, le 14 décembre, observait : « De jour comme de nuit tous les honnêtes citoyens se rendaient au premier appel de l’autorité ou du commandant de la Garde nationale, mais comme on dit vulgairement : contre la force il n’y a pas de résistance. »

36Certains rapports paraissent plus réservés sur le comportement des gardes nationaux. Le juge de paix de Barjols se plaignait que « le soir du 7 décembre la Garde nationale fut formée, mais elle se ressentit de certaines influences qui avaient présidé à sa formation, aussi, elle laissa beaucoup à désirer dans sa composition et dans les mesures qui continuaient à être prises ». Le 4 décembre à Tourves « le commandant de la Garde nationale plaça un poste à la mairie, mais lorsqu’il voulut le relever, ceux qui le composaient et qui sont presque tous des affiliés (aux sociétés dites secrètes), ne voulurent plus sortir de la mairie ».

37À Lorgues, ville dominée par les congrégations, selon N. Blache, à l’arrivée des colonnes d’insurgés dirigées par le « général » Duteil, le maire convoqua le conseil municipal et les gardes nationaux se réunirent autour de l’Hôtel de Ville et formèrent un barrage. Il n’y eut pas d’affrontement entre les uns et les autres, Duteil ordonna des réquisitions pour satisfaire les besoins de sa troupe et Maquan, devenu otage avec d’autres personnalités, signale qu’une partie seulement de la Garde nationale demeura jusqu’au bout à la mairie. Au dire d’Honoré Roux, nommé maire en 1852, « la garde était trop mélangée ».

  • 5 Dominique Sampieri, La Faux et le Fusil, Toulon, 1999.

38Hyères était une ville où, selon Charles Dupont, « les républicains étaient, en février 1848, une infime minorité ». Les élections municipales de juillet 1848 avaient marqué la victoire des légitimistes aux dépens des orléanistes, néanmoins, au moment du coup d’État, des placards appelant au respect de la Constitution furent collés sur les murs de la ville. Les témoignages de l’époque et le livre de D. Sampieri5 montrent que la troupe et les marins prirent rapidement le contrôle de la cité et les gardes nationaux ne jouèrent aucun rôle à l’exception de Denis, leur colonel. Celui-ci déploya une action pleine de zèle contre les insurgés, appelant la population au calme, dirigeant lui-même les militaires dans la poursuite des républicains.

39L’est du département resta en dehors de la contestation armée et l’ébauche d’une manifestation à Cagnes se dilua rapidement. Comme l’écrivit Maquan au sujet de Grasse et de Vence « le mistral des révolutions respecta ces doux abris », et aucune mobilisation de la Garde nationale n’a été constatée.

  • 6 C. Dupont, Républicains et monarchistes dans le Var en décembre 1851, Paris, 1886.

40En conclusion, les informations sur une activité concertée de la Garde nationale en tant qu’institution sont rares, et il semble bien que, souvent, lorsqu’il y eut rassemblement de gardes nationaux, le dispersement devant l’attitude déterminée des insurgés fut la règle. Par contre, après l’échec de l’insurrection, les gardes nationaux participèrent à l’arrestation des personnes en fuite. Selon C. Dupont6 « Monsieur de Commanderie, commandant de la Garde nationale de Lorgues, organisa après la déroute d’Aups des patrouilles de volontaires pour arrêter les insurgés », et d’une façon plus générale, il rapporte que « soldats, gendarmes, gardes nationaux étaient lancés comme des dogues à la poursuite des républicains ». De même, les gardes nationaux participèrent à la surveillance de la frontière avec le royaume de Piémont – Sardaigne, où se réfugièrent de nombreux insurgés. Un rapport de la gendarmerie de Vence du 26 décembre souligne cette coopération des gardes nationaux dans l’arrestation d’un fugitif du Muy, sur les rives du Var.

41L’étude du comportement individuel des gardes nationaux pendant les événements de décembre 1851 se heurte à de nombreux obstacles, le principal étant la difficulté d’avoir une connaissance complète de la composition des compagnies qui aurait permis une comparaison avec les listes des condamnés par la justice ou plus tard avec les rapports de police concernant les citoyens mis sous surveillance. Seuls les procès-verbaux des élections de 1848 pour l’élection des officiers et des sous-officiers nous ont permis de dresser la liste nominative de tous ceux qui formaient l’encadrement des compagnies. Il s’agit donc d’un groupe limité mais qui permet cependant d’observer des tendances locales.

42Il existe un autre obstacle, celui des patronymes, pour faire une approche fidèle concernant cette recherche. En effet, en 1851 le peuplement des villes et des villages provençaux présentait encore une assez grande stabilité et, en conséquence, les mêmes noms et prénoms étaient partagés par des personnes différentes, ce qui introduit une source d’erreurs possibles.

43Sous ces réserves, on peut néanmoins établir une certaine relation entre les centres du soulèvement, là où la mobilisation des citoyens a été la plus importante, et le nombre d’officiers et de sous-officiers qui eurent à répondre devant les commissions militaires et les tribunaux.

44Le dossier de La Garde-Freinet consigne les noms de 95 prévenus et, parmi eux, on relève 28 élus de 1848, dont 4 officiers et 13 sergents. Le rapport du commissaire de Brignoles, du 26 décembre 1851, permet de constater que parmi les individus mentionnés, 26 se retrouvent dans les procès-verbaux d’élection de 1848, dont trois officiers. Le juge de Salernes, dans un état du 28 janvier 1852 consacré aux habitants ayant participé à l’insurrection, dresse une liste de 110 noms parmi lesquels nous avons dénombré huit officiers et dix sous-officiers de la Garde nationale. Un document analogue pour Le Luc comporte 115 noms dont trois officiers et dix sous-officiers, tandis qu’une autre information rappelle que le chef de bataillon Alexandre Geoffroy avait été pris comme otage par la colonne des insurgés.

45En fait, là où la contestation a été la plus forte, on trouve un engagement relativement élevé d’officiers et de sous-officiers, par contre dans les localités où le mouvement révolutionnaire a été rapidement jugulé, on constate que le comportement des cadres de la Garde nationale n’est pas différent de celui des autres composantes de la population.

46Draguignan, ville républicaine, illustre bien cette situation : deux officiers et quatorze sous-officiers figurent parmi les prévenus, tandis qu’à Lorgues, localité conservatrice, les seuls gardes nationaux mentionnés font partie des otages. À Hyères, où la rébellion fut très vite muselée, l’état fourni par le juge en janvier 1852, montre que sur 51 prévenus quatre étaient des élus de 1848. Nous rappelons au passage que Denys, colonel de la Garde nationale, joua un rôle très actif dans la répression à Hyères. À Fréjus on compte un seul caporal parmi 21 citoyens poursuivis.

47Ces quelques coups de projecteur sur le comportement des hommes ne prétendent pas être exhaustifs mais les informations qu’ils apportent s’ajoutent aux autres constatations que nous avons pu mettre en évidence dans cette étude. Dans les rapports des commissaires et des juges de paix, la primauté est donnée à la relation entre l’insurrection et les sociétés secrètes, aucune mention n’est faite de l’appartenance à la Garde nationale ; en revanche les agissements des prévenus au sein des « chambrées » sont toujours soulignés et mis en valeur dans les procédures d’accusation. Les actes d’accusation des procès des émeutiers de Cuers et du Luc ne comportent aucune allusion aux agissements de la Garde nationale.

48En conclusion, la Garde nationale en tant qu’institution n’a joué aucun rôle réel dans le maintien de l’ordre en décembre 1851, mais lui a-t-on demandé d’intervenir ? Rien ne permet de l’affirmer. Le maire de Toulon, le 18 décembre, évoquait la tentative d’insurrection dans sa ville et s’il soulignait l’action de l’armée, le calme des ouvriers de l’arsenal, il était totalement silencieux sur une quelconque activité de la Garde nationale, ne mentionnant jamais son existence.

49Tandis qu’à partir de décembre 1851 les préfets s’appuyèrent, pour restaurer l’ordre, sur l’armée et à un moindre degré sur la gendarmerie, souvent neutralisée dans les communes insurgées, la Garde nationale ne reprit une parodie de fonctionnement qu’à la fin du soulèvement, en participant à la chasse aux fugitifs, en créant des piquets de garde. Les propos du général Hecquet proclamant, le 10 décembre 1851, « tant de malheurs n’auraient point accablé le pays, si les hommes d’ordre, les bons citoyens, qui sont en grande majorité, n’avaient pas cédé à une terreur pusillanime et s’étaient réunis pour s’opposer au torrent de l’insurrection », sonnent comme une condamnation indirecte du comportement de la Garde nationale, jugée trop tiède aux yeux de ce partisan de l’Ordre. Le seul motif d’intérêt que les autorités locales portèrent à son égard résida dans le souci immédiat de mettre à l’abri, avec des succès variables, les armes des gardes nationaux. Décembre 1851 met un terme final à l’embellie du printemps 1848, et son effacement de fait annonçait ce qui advint en février 1852 : le décret de dissolution de la Garde nationale pris par le gouvernement de Louis Napoléon Bonaparte.

Annexes

1. Élections dans le Var en 1848.

1. Élections dans le Var en 1848.

2. Élections 1848 – taux de participations.

2. Élections 1848 – taux de participations.

3. Élections de la Garde nationale, 1848 – détails par communes.

3. Élections de la Garde nationale, 1848 – détails par communes.

Notes

1 Noël Blache, avocat et député, fut chargé sous la Troisième République d’une mission destinée à réhabiliter et indemniser les victimes du coup d’État.

2 Camille Duteil, Trois jours de généralat, Savone, 1852. Récit sur l’équipée dans le centre et le haut Var des colonnes insurgées qui les conduisit à Aups, avant leur déroute.

3 H. Maquan, Insurrection de décembre 1851 dans le Var, Draguignan, 1852.

4 P. Escole, « Notes et souvenirs sur l’insurrection de 1851 à Aups », L’Indépendant du Var, juillet-septembre 1890.

5 Dominique Sampieri, La Faux et le Fusil, Toulon, 1999.

6 C. Dupont, Républicains et monarchistes dans le Var en décembre 1851, Paris, 1886.

Table des illustrations

Titre 1. Élections dans le Var en 1848.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16643/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Titre 2. Élections 1848 – taux de participations.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16643/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Titre 3. Élections de la Garde nationale, 1848 – détails par communes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16643/img-3.png
Fichier image/png, 23k

Auteur

Institut d’histoire de la Révolution française, Société des études robespierristes

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540