Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Quatrième partie. De la Révolution à la Troisième République

Officiers porte-parole des barricades : Paris, 1848

Louis Hincker

Texte intégral

  • 1 Louis Girard, La Garde nationale, 1814-1871, Paris, Librairie Plon, 1964, p. 365. Rappelons les ch (...)
  • 2 Louis Hincker, Être insurgé et être citoyen à Paris durant la Seconde République, thèse de doctora (...)

1Il manque toujours une grande étude sur la Garde nationale de l’année 1848, en province comme à Paris. On sait sa réorganisation dans le sens d’un service universel masculin qui entérine un état de fait produit des combats des 23 et 24 février dans la capitale durant lesquels toutes sortes de combattants ont fini par se confondre et se mêler, gardes nationaux patentés et habillés au milieu des autres. Nulle autre institution n’a aussi bien répondu en 1848 à l’aspiration à la citoyenneté en donnant à tout à chacun la possibilité de participer non seulement à la défense des valeurs de la révolution de février mais aussi de ses biens personnels dans son propre quartier. Comme l’avait écrit Louis Girard dans son ouvrage non dépassé, durant les périodes révolutionnaires, 1790, 1830, 1848, 1870, « la sécurité s’élargit en fraternité » grâce à la Garde nationale1. Que les milieux populaires parisiens en aient été les principaux bénéficiaires, c’est ce que révèlent aussi bien les dossiers des récompensés de février que ceux des prévenus de juin 1848 que nous avons étudiés2. Jamais les Ateliers nationaux, en aucune manière armés et dont l’organisation géographique était très éloignée du fonctionnement spatial du « voisinage » – dont la Garde nationale en 1848 était précisément un des éléments catalyseurs – n’ont eu et n’ont pu avoir ce rôle à la fois social et politique.

  • 3 Voir en dernier lieu : Roger Dupuy, La politique du peuple xviiie-xxe siècle, Albin Michel, 2002, (...)

2On reconnaît ici la question maintes fois débattue des effets des moments d’élargissement de l’espace public au plus grand nombre, de la mise au jour en période révolutionnaire de comportements nouveaux et hétérodoxes comparativement à ceux qui les précédaient, de l’apparition d’une « politique populaire » car principalement le fait de milieux sociaux antérieurement peu ou pas reconnus dans leur capacité politique et cherchant à s’émanciper d’une position de domination3. Or à Paris, en février comme en juin 1848, c’est le sentiment de légalisme les armes à la main qui apparaît comme bien plus profond, durable, et répandu, que le désir de subversion.

3Cependant si l’année 1848 fut un moment d’entrée en politique de milieux sociaux relégués jusque-là à la marge de l’espace public, il ne faut pas oublier que la répression en juin au nom de la République définit aussi le processus inverse de leur sortie de la participation citoyenne, sauf à considérer que celle-ci ne correspondrait qu’au seul fait de voter.

4Nous proposons de comparer les expériences du combat de quelques-uns des officiers élus de la Garde nationale parisienne de l’année 1848, tour à tour et à quatre mois de distance, honorés, glorifiés, récompensés puis réprimés comme nombre de leurs collègues dans les quartiers de nouveau barricadés, devant rendre compte de leurs faits et gestes d’une journée révolutionnaire à l’autre, finalement devenus illégitimes, représentatifs du rétablissement de la conception capacitaire de la citoyenneté aux dépens de la citoyenneté en armes. Les cinq individus présentés ici appartiennent au monde du commerce et de l’industrie de Paris, deux parmi eux sont déjà en fonction à la veille de la révolution de février. Qu’est-ce que participer voulait dire à leurs yeux ? Notons qu’ils sont en 1848 dans la force de l’âge, entre 32 et 46 ans, et que cela a pu compter pour marquer leur ascendant. De quoi et de qui se sentaient-ils les porte-parole ? Les initiatives personnelles, toujours éphémères, qui ont été les leurs dans les quartiers barricadés témoignent des libertés qu’ils se sont autorisées vis-à-vis de l’institution qu’ils étaient censés représenter et à laquelle ils devaient obéir. Plus encore que la Garde nationale, les gardes nationaux eux-mêmes n’ont que trop peu retenu l’attention des historiens. Les justifications de ceux qui se placèrent sur les barricades parisiennes de 1848 révèlent une forme d’investissement citoyen propre aux périodes révolutionnaires et décliné en fonction des ressources et des aspirations de chacun. Leurs déclarations témoignent des différentes possibilités qui s’offraient à des personnes qui n’avaient d’autres prétentions à la fonction de représentation que dans le cadre d’une citoyenneté armée ; ce fut précisément ce qui leur fut reproché dès le printemps 1848.

Espace de commandement et cité combattante

5Si la Garde nationale démocratisée offre à tous la possibilité de devenir officier, tout nouveau candidat à l’élection doit faire preuve de sa capacité à capter l’estime de ses concitoyens. Durant une journée révolutionnaire, plus que les autres types d’élus, l’officier de la Garde nationale dépend des circonstances autant qu’il contribue à orienter le cours des événements. Son influence est circonscrite par l’estime que lui portent ceux à qui elle s’adresse et qui peuvent à tout moment rappeler le fondement originel de la citoyenneté combattante : le partage des épreuves du feu, à l’origine du rôle des sentiments dans l’attribution des titres et des qualités des officiers de la Garde nationale. La force et la fonction civiques des sentiments sont à l’origine de la légitimité de celui qui se déclare au service de la cité combattante.

François Désiré Gosselin, éducateur du peuple, officier de la cité combattante

« Comme il a reçu de l’éducation, il lui arrivait souvent de rappeler à l’ordre les gardes nationaux tapageurs »,

6est-il rapporté, à l’occasion de son passage en conseil de guerre, en faveur de François Désiré Gosselin, un marchand d’estampes de 39 ans, capitaine dans la Garde nationale, dont le commerce est installé au n° 71 de la rue Saint-Jacques. Ce propos est celui du chef de bataillon qui témoigne pour rappeler l’esprit des officiers porteurs des valeurs de la cité combattante :

  • 4 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audiences des 24 et 25-08-1848, Procès des insurgés des 23, 24, (...)

« Je l’ai connu comme lieutenant dans mon bataillon ; il ne manquait à aucune prise d’armes, […]. Tout le corps des officiers vous dirait de lui le bien que je vous en dis. Tout le monde a eu à s’en louer comme moi. Lors de la révolution de février, j’ai eu souvent l’occasion de le voir, et je l’ai admis plusieurs fois à ma table. Il m’a provoqué et aidé à sauver de pauvres gardes municipaux qui ne savaient où donner de la tête ; il me disait : ce sont de braves soldats, il ne faut pas les laisser massacrer4. »

7Pour les témoins à charge, il est certain que sur les barricades de la place Cambrai où Gosselin se trouvait le 23 juin 1848, le commandement qu’il exerçait sur les « insurgés » était de nature « morale ». Gosselin ne nie pas s’être trouvé entre deux barricades sur cette place servant habituellement de réunion à sa compagnie, mais seulement pour y maintenir l’ordre. Les hommes présents, affirme-t-il, étaient en partie les siens, contre lesquels il dit n’avoir ni pu, ni voulu agir, certains étant même venus le réclamer à son domicile pour qu’il les commande. Sur la place Cambrai, il dit avoir contenu la violence en évitant les coups de fusils et en ne distribuant pas les cartouches qu’il gardait chez lui. Il s’enorgueillit d’avoir gardé le contrôle de ses signes distinctifs en restant lui-même en uniforme et en arrachant d’une des deux barricades un drapeau noir. Il affirme avoir pu diriger l’opinion des personnes présentes en les priant de ne plus crier « Vive Barbès ! » mais plutôt « Vive la République Démocratique et sociale ! », au nom de la primauté des « principes » sur les « hommes ». Il pensait pouvoir jouer un rôle d’intermédiaire entre les hommes des barricades et la mairie de l’arrondissement, à la convocation de laquelle il avait répondu dès le matin espérant recevoir des ordres, en vain.

8Il dit avoir été sensible le 24 juin à des témoignages de fraternisation entre la « troupe » et le « peuple », qu’il crut apercevoir de la fenêtre d’une habitation où il s’était réfugié la veille au soir, ne pouvant rentrer chez lui à cause de la fusillade.

9Le 25 juin l’ordre rétabli, il était dans la rue en uniforme de capitaine pour, selon lui, assurer la circulation et protéger les femmes qui allaient chez le boulanger. Alors reconnu, il fut arrêté par des gardes nationaux de la 11e légion, celle de l’autre côté de la rue Saint-Jacques en face de chez lui et de la place Cambrai, sur le territoire de laquelle il n’y avait pas eu de barricades.

10De sa fonction d’éducateur du peuple en armes, il ne veut pas se départir et souligne devant le conseil de guerre le contraste entre l’excitation de ceux qui alors l’empoignaient pour l’arrêter et son propre sang-froid :

« Monsieur a raison de vous dire que Papin était un vrai lion déchaîné. Il excitait les passants à tomber sur moi en m’injuriant de la manière la plus furieuse. J’ai dit aux gardes nationaux, je conçois que vous m’arrêtiez, il faut que ceci s’éclaircisse ; je vous suis. »

11Gosselin est finalement condamné à dix ans de prison. Pour lui la prise de conscience de son illégitimité débute par l’intériorisation d’un sentiment de culpabilité d’un homme ayant de l’ » éducation » mais induit en erreur depuis la révolution de février, et qu’une réplique du président du conseil de guerre ne manque pas de lui faire sentir :

Demande : « Vous avez eu tort de rester au milieu des insurgés. »
Réponse : « Je le vois bien, puisque je suis en prison depuis deux mois. »

Pierre Turmel, l’officier pacificateur

12Comme Gosselin et beaucoup de leurs collègues, Turmel doit justifier la nature de son commandement durant les journées de juin 1848 devant un conseil de guerre. À l’instar de bien d’autres dans la même situation que lui, il a tenté de former un poste pour « maintenir l’ordre » y voyant le moyen de contrôler les hommes des barricades. Il explique :

  • 5 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 28-09-1848, Gazette des Tribunaux.

« On voulait faire des barricades, je m’y opposais, en disant que nous étions nous-même la meilleure barricade5. »

13Turmel, à 41 ans, est marchand de vin rue de Poitou, et capitaine de la compagnie de son quartier. Il relate lors de son passage en conseil de guerre comment ses prises de décisions sont aussi le fruit de demandes de ses hommes :

« Je suis sorti le matin quand on battait le rappel, je me suis rendu aux archives, lieu ordinaire de notre compagnie, je trouvais là notre commandant, et je lui fis part du désir de la compagnie qui voulait comme en février former un poste dans la rue. »

14Cette forme de maintien de l’ordre est propre aux journées révolutionnaires dans les quartiers barricadés. Le poste une fois formé, Turmel tente d’influer sur l’événement :

« D’autres personnes, que je ne connaissais pas, et que personne ne connaissait, firent des barricades au coin de la rue de Poitou et de l’Echaudé. Je me rendis auprès d’elles, et je leur fis mes observations, elles me promirent de faire ce que je leur dirais. »

15L’officier de la Garde nationale, parvient ainsi à faire lien entre des groupes qui semblent étrangers l’un à l’autre. À ce moment Turmel endosse la responsabilité de la situation et pèse de tout son poids pour qu’aucun coup de feu ne soit tiré.

16Ce rôle de pacificateur est confirmé devant le conseil de guerre par de représentants des autorités venus devant la barricade le 24 juin. Un adjoint au maire du VIe arrondissement déclare ainsi avoir demandé, en compagnie de Victor Hugo, que l’on démolisse la barricade, et avoir vu Turmel s’interposer :

« Mr Turmel, officier de la garde nationale, se présenta à nous et nous dit de ne rien entreprendre contre ces barricades faites pour faire respecter l’ordre dans le quartier. Nous lui fîmes observer que des hommes armés qui étaient à la barricade nous avaient demandé la dissolution de l’Assemblée nationale, de la Commission Exécutive, et toutes autres choses aussi impossibles. »

17Galy-Cazalat, représentant du peuple témoigne à son tour :

« Le citoyen Turmel vint à moi et me dit qu’il me donnait l’assurance que si on ne tirait pas ils ne tireraient pas, j’ai eu confiance dans cette parole. Je dois déclarer au conseil que si on n’a pas tiré, c’est à son influence que cela est dû. Les hommes de la barricade ont mis la crosse en l’air. »

18En réalité, Turmel ne compte avec lui qu’une quinzaine de gardes nationaux de sa compagnie sous ses ordres, mélangés donc avec d’autres individus. L’un d’eux relate le moment où des gardes républicains se sont présentés pour renverser la barricade et rend hommage à son capitaine :

  • 6 Arch. min. Guerre (Archives du ministère de la Guerre), juin 1848, A 92 6912, lettre du 9-07-1848 (...)

« Turmel leur a dit qu’ils étaient tous frères, il tendit la main à un sergent major, moi-même j’ai embrassé un sergent major décoré, il leur dit “mes amis nous sommes ici pour maintenir l’ordre et non avec les insurgés, nous ne voulons pas tirer sur vous6”. »

  • 7 Ibidem, s. d.

19Si peu d’hommes ont répondu au rappel de la compagnie, une pétition de la Garde nationale de 172 noms est tout de même versée au dossier d’instruction7. L’institution combattante, dont Turmel est un des représentants entend donc bien résister à l’illégitimité qui la menace en tant que telle dans tous les quartiers qui ont connu des barricades. Mais au lendemain des événements, cette position d’intermédiaire adoptée par Turmel paraît équivoque aux yeux des autorités. Son uniforme peu orthodoxe trahit l’ambiguïté de sa position dans le feu de l’action :

  • 8 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 28-09-1848, déposition de Galy-Cazalat, Gazette des (...)

« L’accusé était costumé comme nous avons vu ce jour là beaucoup de chefs de tous grades. Il avait des insignes incomplets, suffisants cependant pour se faire reconnaître comme officier. Il ne m’a point parlé de sa compagnie, mais il répondait des intentions pacifiques des hommes de la barricade, comme s’ils les commandaient intimement8. »

20L’accusé avoue lui-même devant ses juges n’avoir gardé que son képi. Mais Turmel est arrêté ce jour-là, après la prise de la barricade sans coup de feu. Le voilà déchu de ses fonctions. Il lui faut se défendre d’avoir trahi son devoir et de s’être fourvoyé en voulant concilier des aspirations qui apparaissent comme contradictoires. Arrêté, il est conduit à la mairie du VIe arrondissement :

« Je connaissais Mr Forestier depuis fort longtemps, et quand il me vit arriver, il vient à moi et me dit : “Comment vous êtes arrêtés ? – Oui c’est moi qui suis dans ce cas par une méprise. Je suis allé à une barricade pour empêcher une collision, et la troupe m’a emmené croyant que j’étais insurgé.” Je pensais que Mr Forestier me connaissais assez pour dire que j’étais incapable de me battre contre le Gouvernement républicain »,

  • 9 Forestier est le colonel de la 6e légion. Un an plus tard il se retrouve parmi les inculpés suite (...)

21se défend-il en conseil de guerre9. Un garde républicain qui assiste à l’arrestation de Turmel rapporte l’impuissance de l’officier délégitimé :

  • 10 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 92 6912, certificat du 28-07-1848 de Faucher, capitaine de la gard (...)

« Il paraissait inquiet et déplorait que les hommes tous frères se tuassent entre eux, je pense qu’il était pacificateur plutôt qu’acteur de l’émeute10. »

22L’influence de l’officier reste limitée, localisée, toujours circonstanciée, dépendante des situations singulières des combats. Sa tentative de faire entendre une parole mesurée, ses ordres s’apparentant à des conseils participent de l’espace civique propre au combattant qui interfère avec celui plus englobant de la chose publique et de la politique.

  • 11 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 28-09-1848, déposition de Villain Saint-Hilaire, adj (...)

23Mais une fois arrêté et emmené à la mairie du VIe arrondissement le 24 juin 1848, les commentaires ont tôt fait de le désigner comme « chef d’un club et chef de barricade armée11 ». À cette déconsidération, on peut opposer ce certificat versé par un ouvrier fondeur en cuivre en faveur du prévenu :

  • 12 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 92 6912, certificat de Leclercq, 18, rue des Amandiers Popincourt, (...)

« Je certifie avoir connu le citoyen Turmel pour un bon patriote et ne s’occupant de politique que pour le maintien de l’ordre et de la République12. »

24Turmel est condamné à 2 ans de prison. Quand il s’agit d’exclure l’élu de la Garde nationale de l’espace public, les autorités invoquent son illégitimité politique.

Représentation sociale et politique de l’élu de la Garde nationale

25Les trois cas qui suivent, permettent de décrire mieux encore la singularité de l’espace politique propre à l’élu citoyen-combattant. Ils donnent aussi une idée du possible devenir de ce porte-parole particulier, une fois réprimée la prise d’armes citoyenne. Tous les trois peuvent être rattachés aux milieux populaires : Jean Nicolas Schumacher est âgé de 42 ans, mécanicien, il emploie dans son atelier du quartier Popincourt des ouvriers ; Jean-Pierre Couderc, âgé de 32 ans, est ouvrier parqueteur ; Vincent François Lécuyer, âgé de 46 ans, est tourneur en cuivre et emploie lui aussi des ouvriers. Tous trois sont des combattants de février et de juin 1848. Dans le feu de l’action, lieutenant ou capitaine, novice dans ce type de fonction, ou déjà officier à la fin de la monarchie de Juillet, ils jouissent d’une relative mais certaine notoriété auprès de leurs compagnons d’armes.

Jean Nicolas Schumacher, l’ » utilité » du commandement

26Le cas de Jean Nicolas Schumacher aide à mieux faire comprendre encore la nature politique de l’engagement de l’élu de la Garde nationale dans l’espace public bouleversé par la prise d’armes. Déjà lieutenant à la veille de la révolution de février, réélu à cette fonction quelques mois plus tard, il est finalement démissionnaire avant les journées de juin.

  • 13 AN (Archives nationales), février 1848, procès des ministres, BB 30 297, pièce 472, déposition des (...)

27Alors qu’il témoigne au mois d’avril 1848 dans le cadre de la procédure d’instruction intentée à l’encontre des ex-ministres de Louis-Philippe, Schumacher dit avoir cherché à se rendre avant tout « utile » durant les combats de février. Cette conception pragmatique de son commandement est d’abord celle de l’homme familier de ce type de fonction. Mais l’officier qu’il est sait la portée civique et politique qu’elle peut revêtir quand la souveraineté échappe aux autorités lors d’une journée révolutionnaire. Cette notion d’ » utilité » revient à plusieures reprise lors de sa déposition13. Pour définir d’abord sa conception des possibilités laissées à l’expression d’une opposition politique en tant que garde national à l’occasion du banquet réformiste du XIIe arrondissement :

« Je n’ai pas souscrit pour le banquet et je n’avais pas reçu d’invitation, j’avais même refusé d’en accepter quoique Mr Richard [adjoint au maire du VIIIe arrondissement] en eût à sa disposition, je regardais comme plus utile de rester à l’extérieur pour veiller à ce que l’ordre ne fut pas troublé. »

28Pour décrire ensuite la formation de la manifestation du 23 février au soir :

« Je pris la parole et m’adressant aux hommes du rassemblement, je leurs fis comprendre que leur exigence n’était pas raisonnable et qu’il serait beaucoup plus utile de faire une manifestation imposante et marchant sur le boulevard et dans le faubourg Saint-Antoine. Ils acceptèrent cette proposition. Je me mis à leur tête avec Launette, Neveu, Collin, Blot et beaucoup d’autres gardes nationaux. »

29Pour traduire toujours le fruit de ses propres réflexions devant les velléités des manifestants d’en appeler aux journaux de l’opposition :

« Il me vint, sur-le-champ à la pensée que cette manifestation serait utile si le National rendait compte dans le journal du lendemain, et s’il exprimait notre volonté d’obtenir une réforme complète. J’acceptai donc cette proposition. »

30Pour spécifier enfin son souci de maintien de l’ordre le lendemain 24 février lors de la prise de la caserne Popincourt :

« J’ai empêché les dévastations, j’ai aussi arrêté les actes de violences inutiles. »

31Schumacher prend conscience du caractère potentiellement politique que revêt la manifestation du 23 février, et pèse par ses discours improvisés sur le cours des événements. Il donne à son commandement une signification idéologique, et veille aux comportements de ceux qui l’entourent :

« […] et répétant sans cesse que ce n’était pas aux hommes qu’il faut s’attacher mais aux systèmes, nous marchions au surplus dans un ordre parfait ».

32Il insiste sur ce point, et relate sa réaction à l’annonce de la chute du ministère Guizot :

« Peu importe les hommes, m’écriais-je, c’est au changement de système que nous tenons, il nous faut la réforme et la réforme la plus entière. »

33Pour autant, la décision finale n’appartient pas à l’officier citoyen et combattant. Sa déposition se termine laconiquement, indice à la fois d’une remise de la responsabilité politique dans les mains de ceux qui ailleurs ont pris en charge la formation d’un nouveau gouvernement :

« À quatre heures, nous avons appris l’établissement du Gouvernement provisoire et la proclamation de la République. »

34La fonction politique de l’officier semble comme circonscrite par les combats eux-mêmes.

  • 14 Sur Recurt, alors adjoint au maire de Paris et représentant du peuple, voir Dictionnaire biographi (...)

35Durant les journées de juin 1848, il ne peut en être autrement. En tant que récent démissionnaire de sa fonction d’officier, Schumacher continue malgré tout à user de son influence, mais toujours localement et temporairement. Dissuasion, conciliation, il dit s’être dépensé pour éviter les barricades. Envoyé le 26 juin en même temps que d’autres part Recurt14, qu’il connaît, dans le faubourg Saint-Antoine, des témoins rendent hommage à ses efforts de pacification. Des habitants de sa propre rue déclarent :

  • 15 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 167 11880, pétition de onze habitants de la rue Basfroy, s. d.

« On l’entendait dire aux insurgés : on vous a trompés, la cause que vous défendez est mauvaise, déposez vos armes et rentrez chez vous, c’est à ses paroles qu’il faut attribuer la soumission des barricades de la rue Basfroy où il n’a pas été tiré un coup de fusil15. »

36Un représentant des autorités témoigne :

  • 16 Ibidem, déposition du 31-07-1848 de Jean Étienne Pensée, 38 ans, célèbre auxiliaire de la police, (...)

« Je jure sur l’honneur que les citoyens Philippe, Debray, Gautier, Schumacher, ont couru les plus grands dangers en s’efforçant de faire comprendre à ces hommes égarés que toute résistance était inutile, qu’il fallait déposer les armes et détruire les barricades. J’affirme que le citoyen Schumacher a été un moment entouré par les insurgés qui protestaient contre les paroles pacifiques que le citoyen Schumacher faisait entendre, et j’ai cru un moment qu’on allait lui faire un mauvais parti16. »

37Son influence reste plus ou moins bien assurée, comme toujours pour tout élu de la Garde nationale qui reste directement exposé aux jugements de ceux qui l’ont désigné. Mais lors de l’entrevue entre « les délégués du faubourg », dont il est, et les autorités, avant que soit lancée l’ultime attaque en ce dernier jour de combat, la portée politique de son engagement dans l’événement se heurte au fait qu’il ne détient pas de pouvoir légitime. L’espoir de participer à la définition de l’espace public s’effondre. Il relate lui-même l’échec de la conciliation :

  • 17 Ibidem, interrogatoire du 4-07-1848.

« Un commandant d’artillerie nous demanda : mais que voulez-vous donc ? – Nous voulons, répondis-je, la République Démocratique et Sociale. – Mais nous la voulons aussi, me répondit le colonel, nous nous battons donc pour la même cause. – Je le crois répondis-je17. »

38Seule l’efficacité de son « pouvoir » de combattant est finalement reconnue, ainsi qu’un certificat, rédigé par Recurt lui-même, en témoigne :

  • 18 Ibidem, s. d.

« Je l’engageais à employer toute son activité à apaiser l’insurrection et amener les insurgés à déposer les armes. J’ai su depuis qu’il s’y était employé de tout son pouvoir18. »

39Mais parce que finalement en état d’arrestation, Schumacher ne peut faire reconnaître son pouvoir d’élu de la Garde nationale à l’égal de celui d’un homme politique. Il est condamné à la transportation, puis finalement gracié 3 mois plus tard.

Jean-Pierre Couderc, Garde nationale et velléité de délégation ouvrière

40L’espace politique dans lequel évolue Jean-Pierre Couderc est un espace combattant. En février comme en juin 1848, l’usage des armes est au service d’un horizon inextricablement lié aux journées révolutionnaires :

« Depuis lors il a fait tout ce qu’un bon républicain peut faire pour consolider par l’ordre les résultats de notre victoire »,

  • 19 Arch. préf. pol. Paris (Archives de la préfecture de police de Paris), février 1848, Aa 381, certi (...)

41est-il rapporté à son sujet pour qu’il reçoive une récompense nationale au sortir de la révolution de février19. Il se qualifie lui-même alors comme :

  • 20 Ibidem, lettre du 5-05-1848.

« Combattant en février pour l’établissement de notre glorieuse République à laquelle il était dévoué20. »

  • 21 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 7-09-1848, Gazette des Tribunaux.
  • 22 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 73 5407, selon les dépositions du 20-07-1848 de Léger maître menui (...)
  • 23 Arch. préf. pol. Paris, février 1848, Aa 381, lettre du 5-05-1848.
  • 24 Sur Joseph Largillière, lui aussi prévenu de juin 1848 et dont le profil ressemble beaucoup à celu (...)
  • 25 Arch. préf. pol. Paris, février 1848, Aa 381, certificats de Yautiez, colonel de la légion et de T (...)

42Il se retrouve accusé d’avoir participé à l’ » insurrection » de juin 1848 en commandant « une patrouille volante », une « bande » qui voulait garder, contre toute incursion de l’armée, l’île Saint-Louis, où lui-même réside. En conseil de guerre, Couderc prétend avoir voulu « empêcher la guerre civile dans mon quartier » ; il dit « être victime de mon dévouement à la République » et n’avoir agi que pour le « maintien » de celle-ci21. Il en fait une affaire de « conviction ». Il est soupçonné d’avoir approuvé l’envahissement de l’Assemblée nationale le 15 mai, y voyant l’expression du « peuple souverain22 ». Couderc a participé à chaque nouvelle journée révolutionnaire. Couderc est un élu : « honoré par le suffrage de ses concitoyens du grade de lieutenant dans la garde nationale », selon ses propres termes23. Dans son dossier de demande de récompense nationale, sous la plume de gardes nationaux, de son colonel de légion, ou d’un « ancien détenu politique », Largillière24, qui dit le connaître « depuis longtemps », et enfin d’un président de club, les certificats de combattants, de notabilités, et d’autres encore à tonalité plus politique, s’accordent à le désigner comme un homme d’armes « bon républicain25 ». Au lendemain de la révolution de février, la position qu’occupe Couderc dans l’espace public s’appuie sur les sentiments partagés du dévouement et de l’honneur avec ceux qui témoignent de ses qualités personnelles et avec ceux qui l’ont élu.

43Mais à la suite du 15 mai, la perte de confiance d’une partie de ses concitoyens le force à renoncer à ses responsabilités :

  • 26 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 73 5407, déposition du 20-07-1848 de Léger maître menuisier, 12, q (...)

« Les habitants de l’île, informés par nous de ce qui venait de se passer lui demandèrent des explications et le forcèrent le lendemain matin à nous donner sa démission26. »

44L’illégalité de son commandement improvisé en juin 1848 n’en est que plus inadmissible aux yeux du conseil de guerre, et Couderc est condamné à trois années d’emprisonnement. Combattant illégitime, il incarne pour les autorités un espace public qui n’est plus :

  • 27 Arch. nat., juin 1848, demande de grâce, BB 23 64, rapport d’octobre 1850.

« Cet ouvrier qui avait été obligé de donner sa démission de lieutenant de la garde nationale dans la 9e légion, à cause de sa participation à l’envahissement de l’Assemblée nationale au 15 mai, a encore pris la part la plus active à l’insurrection de juin 1848, dans laquelle il a exercé un commandement27. »

45On aura noté ce qualificatif d’ » ouvrier » présent dans ce rapport du ministère de la Justice faisant état en 1850 d’une demande de grâce du condamné.

46Sur cet aspect de son engagement dans l’espace public combattant, toute une série de propos peuvent être effectivement rassemblés, dont certains prononcés par lui-même.

  • 28 Arch. préf. pol. Paris, février 1848, Aa 381.
  • 29 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 7-09-1848, Gazette des Tribunaux. C’est le seul exem (...)

47L’enracinement social du combattant est constitutif du profil sociopolitique de Couderc. Au début du mois de mai 1848, lors de sa demande de récompense, Couderc dit manquer de travaux. La commission propose de lui octroyer un « secours urgent » ou d’admettre sa fille âgée de sept ans dans un pensionnat28. En juin 1848, Couderc est inscrit aux Ateliers nationaux, devant le conseil de guerre il explique que le matin du 23 juin, sa femme étant malade « par suite de couche », il est simplement sorti de chez lui pour toucher sa paye, et précise qui plus est l’avoir remise à sa femme : « et j’en ai apporté le montant à ma femme29 ». Il se défend d’avoir voulu attenter à la République, espérant au contraire un « emploi » en guise de récompense nationale. Mais pour Couderc, cette emprise de la nécessité conditionne sa conception de l’exercice de la fonction d’officier de la Garde nationale. Il définit ainsi l’élu combattant :

  • 30 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 7-09-1848, Procès des insurgés…, 2e section, op. cit (...)

« Quand on a demandé des professions de foi pour les élections de la garde nationale, j’ai dit que ceux qui n’avaient rien défendraient la propriété mieux que les possesseurs30. »

48L’idéal combattant doit être désintéressé ; là est la contribution des plus pauvres à la défense de l’ordre né de la révolution de février. Bien que démissionnaire quelques semaines plus tôt, Couderc explique n’avoir pas dévié en juin 1848 de ce principe originel :

  • 31 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 73 5407, lettre du 3-08-1848.

« Le dimanche de l’insurrection sur les huit heures du matin environ, je me présentai avec trois ouvriers gardes nationaux de l’Ile Saint-Louis chez le colonel Yautiez. Une personne était là. Je pris la parole et dis : Colonel, je viens au nom des ouvriers de l’Ile Saint-Louis vous demander des ordres dans ce moment de danger. […] Ce fait prouve Monsieur le Général mes bonnes intentions et celles des ouvriers de l’île dont nous étions à ce moment les représentants31. »

49Couderc décrit ce que doit aux circonstances cette tentative de représentation à la fois combattante et ouvrière. Les gardes nationaux improvisant un poste dans la rue de l’île Saint-Louis le 24 juin auraient compris le bénéfice à tirer des possibilités qu’offrait Couderc pour préserver le quartier des combats :

  • 32 Ibidem, interrogatoire du 29-06-1848.

« Ceux-ci m’invitèrent connaissant mon influence sur les ouvriers à les presser de venir se joindre à eux. J’y consentis et dans ce but je réunis trente à quarante ouvriers qui prirent leurs armes ensuite après m’être entendu avec le chef du dit poste qui était le citoyen Bégot ou Michelet, je me rendis avec les ouvriers en question à l’extrémité de la rue Saint-Louis à l’entrée du Pont rouge pour y former un poste32. »

50Il dit avoir ensuite parlementé avec un chef de bataillon de la ligne qui se présentait et d’avoir réprimandé, en revenant auprès du groupe des ouvriers placés sous ses ordres, toute velléité de construction de barricade :

« J’ai fait remettre en place les pavés qui étaient enlevés. »

  • 33 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 7-09-1848, Procès des insurgés…, 2e section, op. cit (...)
  • 34 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 73 5407, interrogatoire du 29-06-1848.

51Le fait est confirmé en conseil de guerre par un lieutenant qui l’accompagnait. L’officier commandant le premier des postes de la rue Saint-Louis, témoignages de gardes à l’appui, défend pourtant une tout autre version des faits et indique que si ni Couderc ni les hommes qui l’entouraient ne se sont réellement réunis à la Garde nationale c’est qu’ils ne voulaient pas combattre « leurs frères33 ». Que recouvre cette expression ? « Les insurgés », répond cet officier. Couderc, de son côté, récuse cette affirmation. Il dit avoir été autant « avec des boutiquiers et des bourgeois gardes nationaux » au poste que s’être placé à la tête d’ » ouvriers » armés pour défendre son quartier34. Le colonel de la légion et un administrateur du bureau de bienfaisance, docteur en droit, sergent-major dans la Garde nationale du quartier, disent tous deux avoir reçu la visite de Couderc durant les journées de juin qui demandait des ordres ou des conseils sur la marche à suivre. Couderc serait ainsi parvenu à s’aménager dans le feu de l’action quelque temps de discussion et de réflexions partagées avec des notabilités du quartier :

  • 35 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 7-09-1848, Procès des insurgés…, 2e section, op. cit (...)

« La conversation s’engagea sur la question de savoir ce que l’on entendait par République Démocratique et Sociale. Couderc dit qu’il entendait que c’était l’association libre des ouvriers pour le travail35. »

52Tous les témoins rapportent sa volonté que la Garde nationale reste au service des « ouvriers ». Soulignons sa persévérance, rarement aussi explicite parmi les officiers.

53Comme souvent, c’est à propos de l’uniforme improvisé que l’équivoque de la position d’intermédiaire adoptée par Couderc apparaît rédhibitoire aux yeux des autorités :

  • 36 Idem.

Demande : « Comment étiez-vous habillé ? Aviez-vous mis un uniforme ? »
Réponse : « J’avais mon pantalon d’uniforme et mon képi, je n’avais pas mis ma tunique. »
Demande : « C’est cela, vous étiez en blouse, vous aviez la tenue, l’uniforme en quelque sorte que portaient tous ceux qui, comme vous, se sont placés à la tête de bandes d’insurgés36. »

54La stigmatisation de la « blouse » entérine la réapparition de clivages sociaux que l’élu de la Garde nationale pensait pouvoir effacer, et Jean-Pierre Couderc ne peut résister à l’illégitimité qui frappe les modes de socialisation politique populaires. Pour lui se referme la période qui, de février à juin 1848, lui avait permis de devenir un porte-parole, combattant et ouvrier, de l’espace public bouleversé par la prise d’armes.

Vincent François Lécuyer, Garde nationale et velléité de représentation politique

55Dans une lettre qu’il fait parvenir à Ledru-Rollin, alors ministre de l’Intérieur, datée du 25 avril 1848, Lécuyer livre sa conception des responsabilités qui incombent à l’élu de la Garde nationale. Déclarant employer « 15 ouvriers depuis 16 ans », mais endetté du fait des difficultés commerciales car ayant des engagements financiers qui le pressent, Lécuyer, ne pouvant honorer dans ces conditions ses devoirs, demande conseil au ministre car il se trouve sur le point de démissionner de son grade de capitaine. Sa démarche est celle d’un élu qui consulte un de ses pairs. Lécuyer se définit lui-même comme un homme politique :

« Puis aux élections dernières promu comme homme politique à la presque unanimité au grade de capitaine commandant d’une compagnie forte de 1 715 hommes. […] Citoyen ministre je viens donc solliciter de vous un conseille ou un avis sur ce que je dois faire en cette circonstance je n’ai pas voulu agir sans consulter les hommes politiques auquel japartiens de tout cœur, je ne reclame ni place ni emploi, que l’honneur seul de commander ma compagnie pour soutenir et defendre la republique. »

56Lécuyer exprime son désarroi car son déficit commercial affaiblit le crédit d’estime dont il peut jouir auprès de ses hommes. Il adhère ainsi à une conception capacitaire du commandement de la Garde nationale, l’emprise de la nécessité contredisant la possibilité d’exercer une quelconque autorité. C’est l’exact inverse de la conception de Couderc, et à la différence de ce dernier personne ne le pousse à démissionner. Maître de sa compagnie, il est, tel il veut demeurer :

  • 37 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 16 1051. La présence de cette lettre dans son dossier de « prévenu (...)

« Je me vois donc par ce fait forcer de donner ma démission de capitaine commandant d’une compagnie des plus nombreuses et qui marche avec moi comme un seul homme au nom de la republique ce nest pas sans regret apres le mal que je me suis donné que je vairrai cette compagnie qui mest tant devoué passé dans les mains de laristocratie qui ma toujours combattu car jai toujours été seul dofficier démocrate depuis pres de douz ans37. »

57La continuité de l’opinion est donc gage, pour Lécuyer, du mérite qui revient à l’élu. Lors de son passage en conseil de guerre, un lieutenant-colonel de la 5e légion de la Garde nationale, à laquelle il appartient, surenchérit quant à l’efficacité du capitaine :

  • 38 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 26-10-1848, déposition de Duthy, Gazette des Tribuna (...)

« Monsieur Lécuyer était souverain maître dans la compagnie, et qu’il faisait de ses hommes ce qu’il voulait. J’ai vu manœuvrer la compagnie ; elle allait fort bien, tout le monde obéissait parfaitement38. »

  • 39 AN, juin 1848, demande de grâce, BB 24 361, rapport du 15-08-1849.
  • 40 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 16 1051.
  • 41 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 26-10-1848, Gazette des Tribunaux.

58L’influence de Lécuyer, est celle qui, jusqu’à l’occasion de son recours en grâce, le fait apparaître, aux yeux de l’administration de la prison de Doullens où il est détenu, comme prodiguant : « de très bons conseils par lettres à ses ouvriers39 ». « Chef d’un établissement gagné à la sueur de mon front », écrit-il au mois d’août 184840. Dans ces conditions, et pour se défendre, le capitaine devenu illégitime dit avoir vécu les journées de juin 1848 comme la ruine de son aura et de son autorité, s’étant attiré « la haine des insurgés », leur « irritation », leur « défiance », sans cesse « menacé » par eux qu’il était, agissant sous « l’empire de la contrainte ». Il prétend avoir refusé de signer des bons pour obtenir des vivres que réclamaient les hommes des barricades, ce qui le différencie de bien d’autres officiers ayant eu à faire face à ce type d’injonctions41. Dans une lettre du 11 août 1848, Lécuyer décrit ce qui constitue à ses yeux une déchéance :

« Ma vois ne fut plus écouté, je fus débordé puis je n’avait plus de force, je me résignais à mourir en martir. »

59Lécuyer vit les journées de juin 1848 comme un face-à-face avec sa propre mort :

« Et quand il se montrait trop exigeant que je ne pouvait plus éludér leur demandes, je cedait car je mapercevais qu’une main secrétte dirigeait les mouvemants et me cachait leurs sinistres desseins dont je devais être victime comme les autres, lorsque par bonheur la troupe arriva au pas de charge et sempara de la barricade Saint Maur que je regardais comme un tombeau pour moi et me débarassa ainsi que mon quartier de ce fléhaut que lenfer semblait avoir déchéné contre nous. »

60Cette « supplique », selon le propre terme utilisé par son rédacteur, est destinée au « Général Cavaignac président du pouvoir executif ». Comme quelque mois plus tôt à l’attention de Ledru-Rollin – « Votre réponse décidera de mon sort », écrivait-il alors –, Lécuyer, dorénavant « prévenu d’insurrection », adresse à Cavaignac une prière et un signe d’une commune appartenance :

« Nous prions pour vous et pour la France ent atendant que le calme et la sécurité renaissent au sein de notre patrie, et puisse étendre sa clémance a tous ces enfans et tel choses qu’il puisse mariver, elle peut toujour conté sur mon dévoumant. Salut et fraternité. »

61Pour Lécuyer, il reste au capitaine déchu la possibilité de re-qualifier sa position et ses sentiments en connivence avec un représentant du pouvoir :

« Et vous général que lont peut nommer avec orgueille le sauveur de la République, à vous toutes mes sympathies par amour pour la France car je suis républicain aussi général »,

  • 42 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 16 1051, lettre à Cavaignac du 17-08-1848.

62écrit-il dans une seconde lettre toujours à destination de l’interlocuteur privilégié qu’il s’est choisi42. Au lendemain des journées de juin 1848, Lécuyer, accusé d’avoir commandé une barricade dans le faubourg du Temple, continue de se considérer comme partie prenante de la définition et de la défense d’un espace public dont il se considère comme l’un des représentants, et persiste à offrir ses services au gouvernement. Il est condamné à 3 ans de prison.

63Résumons notre comparaison entre ces trois derniers officiers aux profils si différents. Signe de la fragilité de leur légitimité, les deux premiers sont déjà démissionnaires avant les journées de juin 1848, tandis que le troisième a songé lui aussi à se retirer. Schumacher est demeuré un officier de la cité combattante, tout au plus représentant d’un quartier, mais sans être tenté par une autre forme de fonction politique et sociale, condamné à la transportation il bénéficie d’une grâce dès septembre 1848. Mais les deux autres sont condamnés à trois ans de prison, car peut-être considérés comme plus dangereux pour avoir chercher à relier leur grade d’officier à une fonction de représentation plus générale. Couderc, sans doute à l’assise économique plus fragile, prend conscience au lendemain des journées de juin de sa relégation vers le statut de « victime », tandis que Lécuyer résiste à se retrouver marginalisé et exclu de toute participation à la définition du lien citoyen. C’est aussi que le premier a tendance à se poser en porte-parole ouvrier, tandis que le second paraît tenté par le modèle de l’homme politique. Pour Couderc, « ouvrier », l’appartenance sociale revendiquée, mais aussi dorénavant déconsidérée, l’expose à une délégitimation durable. Pour Lécuyer, son aspiration à la représentation politique lui redonne un espoir pour recomposer les fondements de son envergure sociale, mais son emprisonnement interrompt toute perspective à moyen terme. Il est le seul à se dire explicitement au service du gouvernement par opposition aux barricades.

64En 1848 à Paris, c’est dans le feu de l’action d’une prise d’armes que l’élu de la Garde nationale manifeste sa fonction d’intermédiaire. Mais à chaque situation de combat, cette fonction peut être remise en cause. Le risque du danger conditionne et légitime ses responsabilités. L’élu de la Garde nationale a cette capacité de donner forme à l’espace public combattant. Mais l’efficacité de l’idéal combattant né de la révolution de février dépend en grande partie de la capacité d’initiative de l’officier de la Garde nationale, au-delà de son seul respect du fonctionnement de l’institution. Parce qu’au plus haut point déstabilisantes, les journées de juin 1848 sont pour les élus de la Garde nationale une épreuve de vérité : la volonté de maîtriser et de stabiliser les circonstances les plus explosives sont un des traits les plus saillants de leur fonction.

65Hommes publics à leur manière, les officiers de la Garde nationale ne doivent leur existence en 1848 qu’à une configuration inédite des modes légitimes et légaux de la délégation politique. Ce sont les milieux populaires qui reconnaissent la légitimité particulière de ces nouveaux intermédiaires apparus à la faveur des événements. L’élu de la Garde nationale démocratisé, trop dépendant de l’espace politique combattant, disparaît avec la répression des journées révolutionnaires. Il ne lui reste plus que l’ » estime » de ses concitoyens dont il continue à se réclamer pour s’opposer à la dévalorisation de son « influence » que les autorités considèrent comme le symptôme d’une forme d’alternative politique dangereuse. Au printemps 1848, la citoyenneté en armes perd durablement la légitimité qui parfois avait pu être la sienne, épisodiquement, depuis 1789, au profit de la réaffirmation de la nécessité du modèle capacitaire de la citoyenneté. Les officiers de la Garde nationale de 1848 sont ceux qui accompagnent la disparition de cette forme de représentation sociale, civique et politique après l’avoir temporairement expérimentée. Comme beaucoup d’autres personnages engagés dans des responsabilités durant la Seconde République, ils témoignent de ce qu’auraient pu être les temps démocratiques au xixe siècle et qu’ils n’ont pas été, sauf incidemment et comme par contrecoup ou ricochet, ou encore en creux, toujours temporairement et avec une légitimité éphémère.

Notes

1 Louis Girard, La Garde nationale, 1814-1871, Paris, Librairie Plon, 1964, p. 365. Rappelons les chiffres que mentionne l’ouvrage : 237 000 gardes nationaux immatriculés au mois de juin 1848 pour un nombre d’électeurs parisiens de 323 718, et 106 000 fusils distribués dans la capitale (450 000 fusils sur l’ensemble du territoire, p. 293-298).

2 Louis Hincker, Être insurgé et être citoyen à Paris durant la Seconde République, thèse de doctorat d’histoire sous la direction d’Alain Corbin, université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 2003, 947 f.

3 Voir en dernier lieu : Roger Dupuy, La politique du peuple xviiie-xxe siècle, Albin Michel, 2002, 256 p.

4 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audiences des 24 et 25-08-1848, Procès des insurgés des 23, 24, 25 et 26 juin, 2e section, Paris, 1848, p. 36-48.

5 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 28-09-1848, Gazette des Tribunaux.

6 Arch. min. Guerre (Archives du ministère de la Guerre), juin 1848, A 92 6912, lettre du 9-07-1848 de Boissis, 23, rue de Poitou.

7 Ibidem, s. d.

8 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 28-09-1848, déposition de Galy-Cazalat, Gazette des Tribunaux.

9 Forestier est le colonel de la 6e légion. Un an plus tard il se retrouve parmi les inculpés suite à la manifestation du 13 juin 1849.

10 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 92 6912, certificat du 28-07-1848 de Faucher, capitaine de la garde républicaine.

11 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 28-09-1848, déposition de Villain Saint-Hilaire, adjoint au maire du VIe arrondissement, Gazette des Tribunaux.

12 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 92 6912, certificat de Leclercq, 18, rue des Amandiers Popincourt, s. d.

13 AN (Archives nationales), février 1848, procès des ministres, BB 30 297, pièce 472, déposition des 8 et 10-04-1848.

14 Sur Recurt, alors adjoint au maire de Paris et représentant du peuple, voir Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, CD-Rom, Les Éditions de l’Atelier, 1997.

15 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 167 11880, pétition de onze habitants de la rue Basfroy, s. d.

16 Ibidem, déposition du 31-07-1848 de Jean Étienne Pensée, 38 ans, célèbre auxiliaire de la police, alors gardien à l’Assemblée nationale. Sur Pensée voir Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, op. cit.

17 Ibidem, interrogatoire du 4-07-1848.

18 Ibidem, s. d.

19 Arch. préf. pol. Paris (Archives de la préfecture de police de Paris), février 1848, Aa 381, certificat du 5-05-1848 de Tassenel, administrateur du bureau de bienfaisance du IXe arrondissement et président du club des Intérêts communs.

20 Ibidem, lettre du 5-05-1848.

21 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 7-09-1848, Gazette des Tribunaux.

22 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 73 5407, selon les dépositions du 20-07-1848 de Léger maître menuisier, 12, quai d’Orléans, et de Beugniet, concierge 12, quai d’Orléans.

23 Arch. préf. pol. Paris, février 1848, Aa 381, lettre du 5-05-1848.

24 Sur Joseph Largillière, lui aussi prévenu de juin 1848 et dont le profil ressemble beaucoup à celui de Couderc, voir Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, op. cit.

25 Arch. préf. pol. Paris, février 1848, Aa 381, certificats de Yautiez, colonel de la légion et de Tassenel, administrateur du bureau de bienfaisance du IXe arrondissement et président du club des Intérêts communs.

26 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 73 5407, déposition du 20-07-1848 de Léger maître menuisier, 12, quai d’Orléans.

27 Arch. nat., juin 1848, demande de grâce, BB 23 64, rapport d’octobre 1850.

28 Arch. préf. pol. Paris, février 1848, Aa 381.

29 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 7-09-1848, Gazette des Tribunaux. C’est le seul exemple de cette pratique que nous ayons pu relever dans notre travail.

30 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 7-09-1848, Procès des insurgés…, 2e section, op. cit., p. 71.

31 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 73 5407, lettre du 3-08-1848.

32 Ibidem, interrogatoire du 29-06-1848.

33 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 7-09-1848, Procès des insurgés…, 2e section, op. cit., déposition de Bégot, capitaine, courtier en vins, p. 69-72.

34 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 73 5407, interrogatoire du 29-06-1848.

35 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 7-09-1848, Procès des insurgés…, 2e section, op. cit., déposition de Bizet, docteur en droit, administrateur du bureau de bienfaisance 51, quai Bourdon.

36 Idem.

37 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 16 1051. La présence de cette lettre dans son dossier de « prévenu de juin » semble être le fait d’un versement du préfet de police.

38 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 26-10-1848, déposition de Duthy, Gazette des Tribunaux.

39 AN, juin 1848, demande de grâce, BB 24 361, rapport du 15-08-1849.

40 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 16 1051.

41 Juin 1848, IIe conseil de guerre, audience du 26-10-1848, Gazette des Tribunaux.

42 Arch. min. Guerre, juin 1848, A 16 1051, lettre à Cavaignac du 17-08-1848.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search