Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Quatrième partie. De la Révolution à la Troisième République

Les élections des officiers de la Garde parisienne sous la monarchie de Juillet : la politisation des classes moyennes en question1

Mathilde Larrère

Texte intégral

  • 1 L’auteur a fait sa thèse de doctorat sur La Garde nationale de Paris sous la monarchie de Juillet, (...)

1Dans une histoire des flux et reflux de la Garde nationale, la monarchie de Juillet tient une place à part. Les Trois Glorieuses ont vu renaître les légions citoyennes dissoutes à Paris depuis 1827. Cependant, à la différence des autres régimes, la nouvelle monarchie n’entend pas laisser la garde se déliter. Bien au contraire, par la loi du 22 mars 1831, première loi d’organisation de la milice depuis 1791, elle se donne les moyens matériels, financiers et disciplinaires de maintenir l’institution. Pourtant, entre 1832 et 1834, de nombreuses gardes de province disparaissent, ici faute de zèle, ailleurs dissoutes car tombées dans les mains de l’opposition républicaine ou carliste.

2La garde parisienne fait alors figure d’exception. Les effectifs des légions (autour de 55 000 hommes, répartis en douze légions d’infanterie, une par arrondissement, et une légion de cavalerie) sont maintenus tout au long du règne. Aux côtés des soldats et des gardes municipaux, les gardes citoyens assurent quotidiennement un service de surveillance et de patrouilles dans les quartiers de la capitale, et se portent contre l’émeute quand elle menace le régime. En 1837, une nouvelle loi d’organisation de la garde de la Seine vient combler les lacunes de la loi de 1831 et assurer à Paris la permanence de l’institution et de son service. Ce maintien de la milice s’explique en partie par les soucis d’économie d’un régime pourtant préoccupé de tranquillité publique : la Garde nationale est une force de l’ordre peu coûteuse. Mais il tient surtout à la puissance symbolique de l’institution. L’union du trône et de la milice, orchestrée par la propagande officielle, doit donner au régime la légitimité populaire qui lui fait défaut. De la même façon, la participation de la garde à la répression de l’émeute a pour fonction de légitimer l’écrasement de barricades pourtant bien proches de celles qui ont porté le duc d’Orléans sur le trône. Le pouvoir confère donc au garde national une place centrale dans la définition du régime et dans ses mises en scène, lui donnant l’impression d’accomplir plus qu’une simple prestation de service. Pourtant, et c’est l’une des ambiguïtés du régime, cette reconnaissance d’un statut citoyen n’est assortie d’aucun droit de suffrage : le vote reste censitaire et écarte des urnes une bonne partie de la bourgeoisie qui compose la milice. La concession du régime est d’accorder à tous les gardes le droit d’élire leurs officiers.

3En effet, la loi sur la Garde nationale du 22 mars 1831 consacre l’élection des officiers. Elle renoue en cela avec les principes d’organisation de la milice sous la Révolution française, et met fin à la nomination de tous les officiers par les autorités publiques, système qui prévalait sous l’Empire et la Restauration. Cela concourt à faire des élections de la garde les plus démocratiques du régime. Et ce, plus encore dans le cadre parisien.

4En effet, en province, et principalement en milieu rural, les élections municipales peuvent apparaître, et sont apparues, comme les premières élections démocratiques de masse (ce d’autant plus que, dès 1835, rares sont les communes où sont encore organisées des élections de la garde). Mais, à Paris, la loi municipale de 1831 ne s’applique pas, et la loi votée en 1834 ne reconnaît pas les mêmes critères pour la constitution du corps électoral municipal. Si l’on avait appliqué à Paris les règles de 1831, il y aurait eu environ 34 000 électeurs municipaux. La loi de 1834 n’en désigne que 17 303.

5Il y a donc dans la capitale près de 15 000 électeurs censitaires, quelque 17 000 électeurs municipaux et environ 55 000 gardes nationaux qui élisent leurs officiers.

6Il est dès lors légitime de se demander si, à Paris, les élections de la Garde nationale ont pu devenir un lieu d’apprentissage du politique, un lieu de politisation populaire, suivant une problématique chère aux historiens de la période.

  • 2 Manuel général des élections de la garde nationale, Paris, Paul Dupont et Laguionie, 1834, BN, Lf (...)

7À l’appui de cette thèse, nombre d’historiens citent les mêmes phrases, tirées de l’introduction du Manuel général des élections de la garde nationale, publié en 18342 :

« La qualité de garde national, le titre d’électeur qui y est attaché, deviendra le premier de ceux qui créeront les municipalités, les conseils généraux, les jurys et les députés. C’est à cette grande école électorale de la garde nationale que les citoyens viendront apprendre à bien user de cette noble et nationale faculté de rechercher les plus habiles, les plus aptes à commander, à administrer, à juger leurs concitoyens et à donner des lois. »

8S’il nous apparaît que, contrairement à ce que l’on pouvait penser, les orléanistes au pouvoir n’ont pas souhaité faire de la garde « une école électorale » – ou faire du garde une figure du citoyen – en revanche, les pratiques des bourgeois de Paris lors des consultations électorales et les stratégies d’investissement de l’opposition républicaine sont parvenues à politiser ces élections.

Le modèle officiel

9Les orléanistes, doctrinaires comme libéraux de gauche, s’entendent sur le fait que le suffrage est appelé à s’étendre à mesure que l’intelligence et l’éducation politique des masses se répandront. La Garde nationale et ses élections d’officiers pourraient alors constituer un espace d’apprentissage des processus, des comportements électoraux, soit constituer un lieu d’éducation politique, et, ainsi, le cadre d’une ouverture du suffrage. La phrase citée plus haut semble aller clairement dans ce sens.

  • 3 Le projet de loi sur la garde, élaboré par la commission parlementaire, est présenté le 3 décembre (...)
  • 4 Le nombre d’officiers par compagnie est fonction du nombre de l’effectif. Pour Paris, et ce pendan (...)

10Pourtant, lors du vote de la loi sur la Garde3, les députés et pairs de France, libéraux de droite majoritairement, ont veillé à freiner les exigences démocratiques des libéraux de gauche et des républicains. La Garde nationale, réorganisée au lendemain des Glorieuses, avait procédé sous l’œil bienveillant de La Fayette à l’élection de tous ses officiers, du sergent de compagnie au colonel de légion. Nombreux sont à gauche ceux qui soutiennent ce projet de désignation de tous les grades par les hommes. Mais, dans les milieux doctrinaires, on préfère réserver au roi le choix du colonel. Les droits du souverain leur paraissent en effet établis par la formulation, vague, de la Charte révisée qui prudemment promettait l’ » intervention des gardes nationaux dans la désignation de leurs officiers ». Pour les conservateurs, cela consacre l’ » intervention royale » dans ce choix. Ils arguent du fait que le roi n’aurait que 130 colonels à sa nomination, alors que 50 000 officiers de compagnies seraient élus par les gardes4 : argument arithmétique cherchant à masquer la différence de pouvoir entre l’officier de légion et le chef de la compagnie. Les projets s’affrontent dans les deux Chambres pendant l’hiver 1830-1831. Les premières moutures sont restrictives, réservant au roi le libre choix du colonel. Il faut voir qu’alors la loi municipale était également en discussion et que la question de la désignation des maires n’était pas encore tranchée. Or, les libéraux de droite étaient très attachés à la nomination du maire par les autorités publiques. Ils craignaient qu’en acceptant l’élection du colonel de légion, cela ne fasse un précédent qui favorise l’élection du maire par les électeurs municipaux.

11Ainsi, alors que la discussion fait rage sur la nomination royale des colonels, Dupin, rapporteur de la commission des députés, s’exclame :

« – Si vous voulez accepter les conséquences de ce principe électif, quand viendront les lois municipales et départementales, on trouvera tout naturel que les officiers municipaux soient élus par les citoyens.
Voix à l’extrême gauche : – Précisément !
– On ira plus loin, reprend Dupin, quand on aura conquis toutes ces nominations aux dépens de la couronne, viendra l’élection du sous-préfet et du préfet. Vous allez déraciner l’arbre de la royauté. Rien n’est arrivé fortuitement en 92. La chute du trône est la conséquence du système d’institutions qui vous voulez renouveler ici. »

12Avec la loi sur la Garde nationale il s’agit bien de poser les bornes démocratiques du régime.

13L’ultime discussion de la loi sur la garde (en deuxième lecture à la Chambre des députés) a lieu alors que le projet de loi municipale, passé en première lecture, a réservé la désignation du maire à la nomination royale. Dès lors rassurés, les députés sont prêts à quelques concessions, et autorisent une plus grande ouverture démocratique : le colonel et le lieutenant-colonel seront certes choisis par le roi, mais sur une liste de dix candidats élus par une assemblée électorale composée des officiers de compagnies, de bataillons ainsi que de six « délégués » par compagnies. Ces « délégués », élus par les simples gardes, n’ont d’autre fonction qu’élective, et sont une création de la loi de 1831.

14Au terme de débats parlementaires houleux, la garde a donc conservé l’esprit de Juillet, et partant ceux de 1789 et de 1791. Notons qu’à la différence de 1791, les officiers sont élus tous les trois ans et rééligibles, dans un souci de stabilisation du cadre et de professionnalisation.

  • 5 À Paris, en 1832, 63,41 % des hommes inscrits dans la Garde nationale sont portés à la réserve et (...)

15Les pairs et députés ont cependant veillé à une autre fermeture démocratique de ces élections de la Garde nationale. Si tous les citoyens sont appelés à faire partie de la Garde nationale – mises à part quelques exemptions professionnelles (ecclésiastiques, militaires, magistrats) et à l’exclusion des vagabonds ou de certains condamnés – la distinction opérée par la loi entre le « service ordinaire » et la « réserve » conduit à exclure de la milice les classes les plus populaires. En effet, seuls les citoyens assujettis à la contribution personnelle sont inscrits au service ordinaire – les autres étant renvoyés à la réserve, soit à une existence de papier. Voilà qui exclut les prolétaires du corps de garde, mais également du droit de porter les armes et d’élire les officiers5. Dans une certaine mesure, les députés renouent avec les cadres intellectuels et juridiques de la Révolution française, puisque l’on retrouve dans la distinction entre le service ordinaire et la réserve les critères de distinction qui prévalaient entre citoyens actifs et passifs. À une différence près, et de taille : les gardes du service ordinaire n’ont qu’un droit de vote, celui d’élire leur officier. La figure du garde national-citoyen est écartée dès 1831.

16Après avoir institué des élections d’officiers, certes démocratiques au regard des autres consultations électorales, la stratégie des gouvernements vise pourtant à dépolitiser le plus possible les élections de la garde parisienne. Il ne semble pas question pour le pouvoir de faire de la garde « une grande école électorale ».

  • 6 Voir Mathilde Larrère, « Ainsi paradait le roi des barricades. Les grandes revues royales de la Ga (...)

17En effet, lors des élections de 1831, 1834, 1837, on ne peut que constater la faiblesse de l’intérêt de la presse officielle et gouvernementale. En 1831 et 1834, Le Moniteur universel, qui ne publie même pas la liste des résultats, se contente de dire dans un mince entrefilet en page deux qu’ils sont « satisfaisants », sans aucune récupération politique, aucune envolée sur le bon esprit de la garde, ou sur son alliance avec le trône. Pourtant, au même moment, la moindre revue de la garde6 où quelques Vivats ! étaient poussés sur le passage du roi, ou la participation, pourtant mesurée, de la garde à la répression des émeutes, faisaient immédiatement l’objet d’une instrumentalisation par le pouvoir, visant à légitimer Louis-Philippe et la politique menée. Mais des élections, pas un mot. Pourtant, en ces premières années de règne, le pouvoir ne pouvait se plaindre des résultats parisiens. L’opposition ne remportait aucun succès marquant (exception faite dans une compagnie de la Ve légion). Ce alors qu’au même moment, à Grenoble, Marseille, Lyon, ou Strasbourg, les élections de la garde étaient des succès pour l’opposition républicaine ou carliste.

18Il faut voir que le gouvernement avait sans doute bien conscience qu’à trop se satisfaire du vote dans les légions parisiennes, il risquait de voir l’opposition se saisir de l’occasion pour demander une extension du suffrage politique aux gardes nationaux.

  • 7 Le mouvement pour la réforme électorale ne prend une véritable ampleur qu’en 1838 : des pétitions (...)

19C’est au demeurant ce qu’il advient en 1837. Alors que Le Moniteur s’en tient à sa règle du silence, deux journaux gouvernementaux cherchent à récupérer les résultats en leur donnant une lecture politique. Le Journal de Paris s’emporte le 29 mars : « N’est-ce pas là ce suffrage universel dont nos adversaires attendent des manifestations si favorables à leur système politique ? » Et le Journal des Débats de renchérir le 14 avril : « Les élections de la Garde nationale sont celles dans lesquelles le pays intervient de la manière la plus profonde et la plus directe. C’est bien là le suffrage universel, et il offre ses votes au gouvernement. » Leurs propos ont pour effet immédiat d’attirer l’attention de la presse républicaine, pourtant alors peu préoccupée des élections de la garde : « Puisque vous vous félicitez des élections d’officiers, pourquoi ne pas donner de véritables droits politiques aux gardes nationaux ? » demande le National le 16 avril 1837. Et, dans la continuité de cette question, le journal lance, le 28 avril, le mot d’ordre de la réforme électorale « tout garde national doit être électeur7 ».

  • 8 Quelques voix s’élevèrent contre la mesure qui privait injustement de leur droit de vote les garde (...)

20Le pouvoir semble donc tenir dans une distance prudente les élections de la garde, refusant de sembler trop s’y investir. Les autorités se contentent de veiller à ce que des taux de participation élevés contribuent à noyer dans la masse les minorités d’opposition – en effet, dans les villes de province, l’opposition avait triomphé à la faveur de taux de participation très faibles. Pour ce faire, les journaux encouragent les gardes à se rendre aux urnes, cependant que le préfet demande aux différentes administrations de veiller à ce que leurs employés y soient présents. Les autorités sont aussi sensibles à bien choisir la date du scrutin : au mois de mars, quand les Parisiens qui ont quelques propriétés de campagne n’y sont pas encore partis. Il fut même envisagé de compter l’élection comme un tour de service, assortissant son manquement des mêmes peines (un jour de prison), mais l’obligation du suffrage était contraire à la culture politique. La loi d’organisation de la Garde nationale de la Seine de 1837 fixe enfin un seuil minimal de participation pour les élections partielles : si l’effectif d’électeurs est inférieur aux tiers des inscrits, il sera procédé à l’élection par les officiers et sous-officiers de la compagnie8.

21On peut donc écarter l’idée que le pouvoir ait eu le projet concerté de faire de la garde une « grande école électorale » ; de même, il refuse la figure du garde national-citoyen. Pour les orléanistes au pouvoir, le modèle du citoyen capacitaire, essentiellement fondé sur des critères censitaires, l’emporte. L’attitude officielle à l’égard des élections de la garde donne à lire la tension inhérente au régime entre sa prétention à l’ouverture démocratique et son refus pratique de l’élargissement du suffrage. Elle conduit à faire de la milice l’un des lieux où s’expriment les aspirations, mais également les frustrations des petites et moyennes bourgeoisies écartées du pays légal.

Les gardes aux urnes nationales

  • 9 Seuls 27 % des gardes nationaux élisent les députés et 32 % les conseillers municipaux (pourcentag (...)

22Les taux de participation aux élections semblent témoigner de l’intérêt des gardes pour ces consultations électorales, les seules au demeurant auxquelles nombre d’entre eux sont conviés9.

  • 10 Non seulement les sources livrant des taux de participation sont rares, mais en plus les journaux, (...)
  • 11 Dans les compagnies de la garde parisienne il y a deux capitaines, le capitaine en premier étant c (...)
  • 12 La difficulté à trouver une salle pour les élections de la garde fut une réalité pendant tout le r (...)
  • 13 Du moins en se fiant aux chiffres fournis par le ministre de l’Intérieur dans ses Rapports au roi (...)

23Il est assez délicat de donner le « taux de participation » à l’élection dans une compagnie10. En effet, le taux varie en fonction du grade à pourvoir, au cours de la journée. Pour l’élection des capitaines11, qui débute les opérations électorales, les électeurs sont souvent nombreux. Il n’est pas rare que les taux atteignent 70 % de l’effectif des inscrits (le nombre des inscrits étant au demeurant supérieur au nombre des gardes qui composent réellement la compagnie, les conseils de recensement oubliant souvent de radier les gardes qui ont déménagé ou qui ont atteint la limite d’âge). Les gardes restent ensuite pour élire leurs lieutenants, mais, à partir de l’élection des sous-lieutenants, les premiers électeurs quittent la salle12. Pour l’élection des sous-officiers, pire encore des caporaux, le bureau de vote est presque désert, et les taux de participation tombent à moins de 20 %. Il est midi alors, les gardes, en plus de se désintéresser de ces grades subalternes, déjeunent. Mais vient ensuite l’heure d’élire les délégués : l’enjeu est d’importance puisqu’ils composent l’assemblée électorale chargée de choisir les candidats au colonat : quelques électeurs reviennent, et la participation remonte à 45-50 % des inscrits. Il en est de même pour les élections partielles : celle d’un sergent ne déplace pas les foules, et les taux minimaux sont alors moindres encore (autour de 10 %) ; mais l’élection partielle du capitaine peut mobiliser 60 % de la compagnie. Ces taux sont une exception parisienne que l’on ne retrouve pas dans les autres gardes nationales du royaume13.

24Les taux de participation pour les grades d’officiers, ou pour les délégués, sont donc supérieurs à ceux des élections municipales à Paris comme en province (une moyenne de 55 %) et surtout bien supérieurs aux faibles taux de participation enregistrés dans les assemblées primaires de la Révolution (23 % en 91 ; 10 % en 92). Les élections de la Garde nationale sont les premières élections de masse à Paris.

25Les élections mobilisent donc les électeurs, mais elles mobilisent également les candidats. Ils sont de plus en plus nombreux pour la course à l’épaulette. Cela s’explique tout d’abord par le statut social reconnu de l’officier.

  • 14 On retiendra le portrait du capitaine Hulot dans La cousine Bette de Balzac.

26Dans la société de la monarchie de Juillet l’officier de la garde est assurément un notable. Selon le grade, tous n’ont pas la même envergure. Le colonel, reçu par les ministres, parlant d’égal à égal avec le maire (qu’il a parfois été ou qu’il deviendra peut-être) est un notable parisien, quand le capitaine apparaît comme un notable de quartier. Auteurs et plumitifs nous ont laissé l’image, souvent grotesque sous leur plume méprisante du monde bourgeois, de capitaines de la garde, suffisants et satisfaits sous le regard admiratif de leur épouse14.

  • 15 Ce qui est le cas partout ailleurs en vertu de la loi municipale de 1831.
  • 16 Nouveaux tableaux de Paris au xixe siècle, Paris, Cosson, 1834, t. II : Le boutiquier. Pratique at (...)
  • 17 Mémoires d’un Touriste, 1re éd. 1838.

27Tant de choses se mêlent pour expliquer le prestige du capitaine, de colonel : prestige de l’uniforme, de la décoration, de l’apparat militaire pour ces générations bercées par le récit héroïque des gloires napoléoniennes. Statut de l’élu, distingué par les votes de ses camarades. Si, à Paris, le grade ne donne pas le droit de vote aux élections municipales15, on peut espérer le ruban de la légion d’honneur, automatique à la troisième réélection, avant si l’on est blessé pendant le service. Pour l’officier de la garde, les portes des palais royaux s’ouvrent : tous les colonels et de nombreux capitaines sont invités aux bals et aux fêtes officielles, à la grande jalousie des officiers de l’armée qui ne jouissent pas des mêmes considérations. Le régime cherche en effet à s’attacher les officiers de la milice, à coup de décorations, de places et de gratifications diverses. L’épaulette est donc une position sociale, et « l’on aime à signer sur le contrat de mariage de ses enfants : Guillaume ou Marcel, capitaine de la garde nationale16 ». « Nous donnions quelques dîners, et, par conséquent, nos relations s’étaient beaucoup étendues : ma femme parlait même de me faire nommer lieutenant dans ma compagnie. » Celui qui écrit ces mots n’est pas quelque obscur Guillaume ou Marcel, mais Henry Beyle, dit Stendhal17.

28Aussi, obtenir un grade dans la milice, plus que commander à des hommes ou assumer les responsabilités de ce commandement, c’est accéder à une reconnaissance sociale. Aussi n’est-il pas surprenant que les élections de la garde deviennent des enjeux pour les bourgeois de Paris, et se retrouvent au cœur de leurs stratégies personnelles d’ascension sociale.

29Les premières années, en 1831, 1834 et encore en 1837, les compagnies de la garde portent à leur tête des notables de quartier, hommes déjà reconnus et dont l’épaulette n’est qu’une des marques de notabilités. On élit le notaire, l’avocat, le négociant, hommes à qui la richesse a donné le droit de vote. Les candidats colonels sont tous des notables parisiens, électeurs et éligibles, représentant d’une bonne bourgeoisie parisienne commerçante, industrielle ou financière. L’élection apparaît alors comme un sacre des notables, la consécration de positions sociales déjà établies. Un cas figure qui ne surprend guère celui qui connaît les comportements électoraux de l’époque.

30Mais cela va changer vers la fin des années trente, du moins en ce qui concerne les capitaines. Parce que l’épaulette attire, suscite les convoitises, parce qu’aussi, l’émeute semble écartée et que le capitaine ne risque plus de se retrouver en première ligne face à une barricade, beaucoup se lancent dans la bataille électorale et réussissent : boutiquiers, vérificateurs, artisans deviennent lieutenants ou capitaines de la garde, renouvelant le profil sociologique du corps.

  • 18 Christine Guionnet, L’apprentissage de la politique moderne, les élections municipales sous la mon (...)
  • 19 Rapport du préfet de l’Aude, 11 mai 1835, cité par C. Guionnet, op. cit., p. 93.
  • 20 BN, « Pièces relatives à l’élection », Lf 133 – 19.

31Car, en effet, les électeurs ne cherchent plus à porter systématiquement le notable du quartier à leur tête. On constate, dans la deuxième moitié du règne, une habitude des électeurs des classes inférieures (terme d’époque) à écarter par leur bulletin les classes élevées. Étudiant les élections municipales sous le règne orléaniste, Christine Guionnet18 repère le même phénomène : les « porteurs de blouse19 » s’efforce d’exclure les « gros bonnets ». Les électeurs, pour le conseil municipal ou la compagnie de la garde, veulent élire des gens qui leur ressemblent. « Une compagnie composée presque entièrement de commerçants a besoin d’être représentée et commandée par des commerçants20 » dit une feuille distribuée par des commerçants candidats dans la 3e compagnie du 1er bataillon de la IIe légion en 1843 – et de fait, l’architecte qui commandait le corps depuis 1834 se verra écarté au profit d’un boutiquier, vendeur de rubans. On peut lire ici l’expression d’une logique identitaire, propre à la classe moyenne qui compose l’essentiel des rangs des compagnies.

32Les élections dans la Garde nationale parisienne suscitent donc des stratégies d’ascension sociale et servent les aspirations de la classe moyenne. C’est cet intérêt social pour les grades qui va offrir à l’opposition les conditions d’une politisation des élections de la Garde nationale.

La politique entre en scène

  • 21 De nombreuses lettres aux électeurs ont été conservées à la BN, « Pièces relatives à l’élection », (...)

33Dès lors que l’épaulette n’est plus automatiquement dévolue aux quelques notables du quartier, se met en place une véritable campagne électorale dans laquelle s’affronte le notaire sortant, le commerçant attiré, l’artisan alléché. Pour se départager, se faire connaître, les candidats organisent des réunions préparatoires, font distribuer des petites brochures au corps de garde, livrant leurs professions de foi dans des « lettres aux électeurs21 ». Ces pratiques, quasi absentes en 1831 et 1834, sont remarquées en 1837 et attestées comme fréquentes aux scrutins suivants de 1840, 1843 et 1846. Or, ce développement d’une véritable campagne, avec ses pratiques spécifiques, offre les conditions nécessaires à l’intrusion des luttes partisanes.

34Car si tous les candidats promettent de maintenir les effectifs de la compagnie, de veiller à une juste répartition du service, de s’appliquer à la dignité du corps, et, surtout, d’arroser leur élection, bientôt l’un des principaux moyens pour différencier les candidats est de prendre position sur des questions de politique. En cela, 1840 constituent une coupure : c’est à partir de cette élection que les professions de foi politiques deviennent nombreuses. En 1840, les candidats se prononcent sur la réforme électorale, sur la construction des forts détachés, deux questions qui, pendant tout le règne, ont mobilisé la Garde nationale. En 1843 on s’interroge sur la politique extérieure « anglomane » de Guizot, et en 1846, les candidats se prononcent sur l’affaire Pritchard et au sujet des insurrections polonaises.

  • 22 Les républicains cherchaient ainsi à détourner les grandes revues royales, conçues par le régime c (...)
  • 23 Le National du 14 mars 1840.

35Cette politisation est en partie le fruit d’une stratégie d’investissement des républicains qui entendent bien, à partir de 1840, profiter du double contexte qui leur est favorable, contexte social d’abord, avec cette chasse au grade, et contexte politique ensuite, car la campagne pour la réforme électorale mobilise pleinement les légions parisiennes et amorce le détachement de la garde et du régime. Auparavant, les républicains se souciaient plutôt de détourner les solennités officielles auxquelles était conviée la garde22, et ne se préoccupaient guère plus que le régime des consultations électorales. Leur intérêt à partir de 1840 peut se mesurer à l’aune de la campagne de presse qui les prépare. Les journaux d’opposition multiplient dès le début du mois de février les articles sur les élections à venir en mars. À travers le choix de leurs officiers, l’opposition républicaine invite les gardes à se prononcer sur des enjeux de politique générale : les élections doivent servir d’ » avertissement » au pouvoir, terme alors ressassé dans la presse républicaine. « C’est un grand acte politique que nous allons avoir à accomplir. Bien moins retentissantes que celles des députés, ces élections n’en sont pas moins importantes : si les députés sont chargés de la confection des lois, les officiers de la garde ont pour mission de garantir l’exécution de ces lois, et parfois même de les interpréter dans les crises politiques23. »

  • 24 « De toutes les ébauches d’institutions qui ont survécu à la crise politique qu’on appelle impropr (...)

36Ce faisant, les républicains présentent la Garde nationale comme la seule souveraineté populaire en ces temps de suffrage censitaire24, et la promeuve comme un acteur politique susceptible de s’opposer légitimement au gouvernement. En cela, il s’agit de l’actualisation d’une des constantes du discours des républicains sur la milice : suivant une tradition que l’on peut suivre de 1789 à 1848, ils restent attachés à l’image d’une garde révolutionnaire, symbole et cadre d’une citoyenneté active.

37L’objectif des républicains est double et lié. Ils veulent en premier lieu politiser les élections de la garde – ce à quoi, je le rappelle, s’oppose le discours officiel et la pratique gouvernementale. Mais le second objectif est que cette politisation des élections serve l’opposition en portant quelques-uns de ses membres à la tête des compagnies.

  • 25 Bulletin de Paris du 18 mars 1846, AN, F7 3893

38Des comités républicains sont mis sur pied à chaque élection de la garde. Ils veillent à ce que des réunions préparatoires soient organisées dans les compagnies et les légions, et cherchent à les politiser en forçant les candidats à prendre position sur des questions politiques. Une de leurs tactiques consiste à faire circuler des pétitions lors de ces réunions – pétition pour la réforme électorale, contre les forts, pour les Polonais – obligeant les candidats à prendre des positions claires sur ces questions. « Après les réunions préparatoires, il y a toujours une liste de l’opposition en plus des officiers en fonction » déplore le préfet de police dans un rapport qu’il adresse au roi lors des élections de 184625. D’autre part, les républicains s’emploient à présenter dans chaque légion des candidats au colonat, dans l’espoir de les faire élire sur la liste des dix candidats – mais sans espoir que le choix du roi se porte sur un républicain. Les mêmes noms circulent ainsi d’une légion à une autre. Or il s’agit de personnalités républicaines de premier plan : nous retiendrons, en 1846, les noms de Ledru-Rollin, Bastide, Flocon, Garnier-Pagès, ou Arago !

  • 26 « La latitude de choisir les délégués hors de la compagnie avait permis aux sociétés secrètes de r (...)

39Pour favoriser l’élection d’un candidat de l’opposition, l’attention se porte sur l’élection des délégués, d’autant plus que l’administration a fait l’erreur de s’en désintéresser. En effet, leur désignation a lieu à la fin des opérations électorales, et l’opposition peut espérer faire élire un candidat à la faveur de la plus faible participation des gardes. Pour contrer cette stratégie, le préfet de Paris prend en 1843 la décision de faire procéder à l’élection des délégués à la suite de celles des officiers – et de fait, les taux de participation qui nous sont connus témoignent d’une augmentation de 5 % de la participation. Qui plus est, les lois de 1831 et de 1837 sont restés imprécises sur les conditions de domiciliation des délégués, à la différence des capitaines qui doivent nécessairement résider sur le territoire de la compagnie. Pour les républicains qui n’ont pas toujours un candidat dans chaque quartier, il est possible de présenter des délégués républicains résidant dans l’arrondissement26. Enfin, les élections des délégués sont plus propices pour les républicains parce que les gardes, portés à réélire un officier qu’ils connaissent et dont ils apprécient le commandement, choisissent en revanche plus volontiers leurs délégués suivant des critères politiques, puisqu’aucune considération de service ne rentre alors en compte.

  • 27 Louis Blanc, Histoire de Dix ans, t. II, p. 265.

40On pourra noter que cette mobilisation des républicains pour les élections de la garde parisienne contraste avec leur désintérêt pour les élections municipales. Leurs journaux en rendent rarement compte, et ils ne se préoccupent guère de les organiser. Il semble qu’ils n’aient pas mesuré l’importance de ces élections dans la vie politique. Louis Blanc, ainsi, n’avait que mépris pour ces « assemblées de notables, élues par des assemblées de notables et dirigées par des agents ministériels27 ». De façon générale, la Garde nationale avait un contenu qui semblait plus directement politique aux contemporains, alors que la vie municipale restait considérée comme attachée aux intérêts locaux.

  • 28 Et le premier succès de l’opposition est bien de contraindre la presse gouvernementale à sortir de (...)
  • 29 Alors que les Bulletins de Paris (rapports quotidiens envoyés au roi par le préfet de police, à pa (...)

41La première conséquence de cette mobilisation de l’opposition républicaine est de faire des élections de la garde parisienne l’un des temps forts de la vie politique dans la deuxième moitié du règne. Les gardes nationaux favorables au gouvernement entrent aussi en lice, se mobilisent pendant la campagne pré-électorale, constituent également des comités. On a alors à faire à de véritables campagnes électorales, politisées, dont la presse rend compte28 et dont les archives gardent trace. « Les élections de la garde sont devenues des élections politiques » écrit le Journal des Débats le 19 mars 1843. Elles sont désormais surveillées de près par les commissaires de police29.

42Se faisant, les élections de la garde parisienne deviennent aussi le lieu de mise en place de procédures politiques modernes : offre électorale pluraliste, présentation des opinions des candidats, luttes partisanes. Elles deviennent alors l’espace d’une politisation des milieux populaires – du moins dans les limites du service ordinaire. En témoigne l’importance croissante des taux de participation, qui atteignent parfois, pour les élections de 1843 ou 1846 80 % de l’effectif inscrit dans certaines compagnies.

  • 30 On les trouve dans les IIIe, IVe, Ve, VIe, VIIe, VIIIe et XIIe légions.
  • 31 Comme la 2e compagnie du 1er bataillon de la IIIe légion, commandée par Pérée, directeur du Siècle

43Mais si l’opposition obtient d’indéniables succès dans son entreprise de politisation des élections de la garde, en revanche, ses résultats sont moins probants lorsqu’il s’agit de faire nommer les siens. Sur les 280 compagnies que compte la Garde nationale, seuls 22 capitaines appartiennent à l’opposition en 1840, 24 en 1844 et 28 en 184630. Les élections des délégués sont plus favorables aux républicains : il n’est pas rare que dans une compagnie les six délégués soient républicains, ce alors qu’aucun officier n’appartient à l’opposition. Il y a donc incontestablement un noyau républicain qui se renforce, mais il reste minoritaire. Cela ne signifie pas pour autant que les autres compagnies soient gagnées au ministère. La majorité est inclassable, le capitaine ne se prononçant pas. Certaines, estimées autour d’une soixantaine par le préfet de police, appartiennent à la gauche dynastique31.

  • 32 Ainsi Hulot, républicain, est-il porté à la tête du IIIe bataillon de la Ve légion en 1840. En 184 (...)
  • 33 En 1846, dans la VIIIe légion, six candidats sur dix appartiennent à l’opposition (Pajol, Richard, (...)

44Il est plus difficile pour les républicains d’obtenir la tête d’un bataillon, ou de faire élire des candidats au colonat. Les quelques succès enregistrés se font au prix d’une alliance avec la gauche dynastique32. De même, les premiers républicains sont portés sur les listes de candidats au colonat33 : s’il n’y avait aucune chance que le choix du roi se porte sur ces noms, cela restait pour l’opposition une réelle victoire.

45Reste que dans le conflit qui oppose les républicains aux orléanistes autour des élections de la Garde nationale, l’interprétation des résultats compte autant que les résultats eux-mêmes. Et en la matière, ce sont les républicains qui parviennent à imposer à l’opinion publique l’image d’une victoire électorale. La presse gouvernementale ne parvient pas à imposer sa lecture des résultats, pourtant globalement satisfaisants, mais il est vrai que tout article qui s’autoriserait à se satisfaire des élections risquerait de susciter en riposte la revendication d’ouverture du suffrage. La presse gouvernementale est ainsi obligée d’adopter face au triomphalisme du National une rhétorique du démenti qui alimente l’image d’une garde tout entière gagnée par la république.

46Les élections de la garde sont devenues ce que le pouvoir ne voulait pas qu’elles soient : point tant les vecteurs d’une contagion républicaine, limitée on l’a vu, que le lieu d’une politisation, d’un apprentissage démocratique, un temps fort de la vie politique et le vecteur de l’aspiration à l’extension du suffrage. Il apparaît important de souligner qu’il s’agit de la conséquence, indirecte, de l’expression des aspirations sociales de la classe moyenne, qui cherche dans l’épaulette distinction et notabilité.

47Comment expliquer alors la phrase brocardée en ouverture du Manuel pour les élections de 1834, et que les historiens affectionnent tant ?

48Cette phrase est un hapax. On ne retrouve rien de tel dans aucun autre texte, discours, article, rapport officiel, confidentiel ou publié. Elle provient en réalité d’un « Manuel général des élections de la garde », daté de novembre 1830, émanant de l’état-major de La Fayette. Cela n’a rien de surprenant, et l’on retrouve bien exprimées les idées des libéraux de progrès. L’introduction a été reproduite dans le manuel de 1834, sans que l’on puisse en déduire qu’elle traduise l’opinion des doctrinaires. Les années suivantes, ces phrases sur la « grande école électorale » ne seront plus republiées dans les éditions postérieures du Manuel.

Notes

1 L’auteur a fait sa thèse de doctorat sur La Garde nationale de Paris sous la monarchie de Juillet, le pouvoir au bout du fusil ?, sous la direction d’Alain Corbin, thèse soutenue en novembre 2000 à l’université Paris I.

2 Manuel général des élections de la garde nationale, Paris, Paul Dupont et Laguionie, 1834, BN, Lf 133-19, « pièces relatives aux élections ». Ces phrases sont citées par Louis Girard dans La Garde nationale, Paris, Plon, 1964, par Adeline Daumard, La bourgeoisie parisienne, Paris, EPHE, 1963 et par Pierre Rosanvallon dans Le Sacre du citoyen, Paris, Gallimard, 1990.

3 Le projet de loi sur la garde, élaboré par la commission parlementaire, est présenté le 3 décembre 1830. La discussion se prolonge, houleuse et passionnée, jusqu’au 6 janvier 1831. Du 21 février au 5 mars le texte est examiné par les pairs. La loi, après deux nouveaux passages, plus rapides, à la Chambre des députés et à la Chambre des pairs est promulguée le 22 mars 1831.

4 Le nombre d’officiers par compagnie est fonction du nombre de l’effectif. Pour Paris, et ce pendant tout le règne orléaniste, il y a, par compagnie, six officiers (deux capitaines, deux lieutenants, deux sous-lieutenants) huit sergents et seize caporaux. À la tête d’un bataillon, on trouve un chef de bataillon en premier, un chef de bataillon en second et un porte-drapeau (également élu) ; le colonel et le lieutenant-colonel commandent la légion.

5 À Paris, en 1832, 63,41 % des hommes inscrits dans la Garde nationale sont portés à la réserve et 36,59 % au service ordinaire. (AN, F9 682). À titre de comparaison, on peut retenir les situations pour le département de la Seine (respectivement 56 % et 44 %) et la moyenne nationale (34 % à la réserve, 66 % au service ordinaire).

6 Voir Mathilde Larrère, « Ainsi paradait le roi des barricades. Les grandes revues royales de la Garde nationale parisienne sous le règne orléaniste », Le Mouvement social, avril-juin 1997, n° 179, p. 9-31.

7 Le mouvement pour la réforme électorale ne prend une véritable ampleur qu’en 1838 : des pétitions circulent dans les milices du royaume puis dans tout le pays. On ne peut s’étendre ici sur ce mouvement qui a massivement mobilisé les gardes parisiens et qui a mis fin à l’alliance du trône et de la milice.

8 Quelques voix s’élevèrent contre la mesure qui privait injustement de leur droit de vote les gardes qui s’étaient pourtant déplacés à la première consultation.

9 Seuls 27 % des gardes nationaux élisent les députés et 32 % les conseillers municipaux (pourcentages établis à partir des chiffres de 1834).

10 Non seulement les sources livrant des taux de participation sont rares, mais en plus les journaux, les rapports officiels donnent généralement un chiffre pour la journée électorale, soit une moyenne des participations aux différents scrutins, chiffre en réalité inutilisable. La source la plus intéressante est la collection complète des procès-verbaux des élections dans le Ve arrondissement, portant mention du nombre de votants pour toutes les opérations électorales de la journée (A. S. VD6/321). Ce type de source se retrouve dans les archives des mairies d’autres arrondissements, mais la série est alors toujours incomplète dans l’espace comme dans le temps. De façon générale, la collection des procès-verbaux conservée en VD6/321 est un véritable trésor sans équivalent pour l’histoire des élections de la garde sous la monarchie de Juillet.

11 Dans les compagnies de la garde parisienne il y a deux capitaines, le capitaine en premier étant celui qui donne son nom à la compagnie.

12 La difficulté à trouver une salle pour les élections de la garde fut une réalité pendant tout le règne. Il fallait trouver trois bureaux de vote dans chaque arrondissement, car trois compagnies étaient appelées à voter chaque jour, les opérations électorales à Paris durant une semaine. Dans chaque bureau, il faut pouvoir assembler 200 gardes, souvent accompagnés de leur femme, de leurs enfants. Autant en 1831, dans l’enthousiasme post-révolutionnaire, les offres de locaux furent nombreuses (quelques directeurs de théâtre prêtant leur foyer, l’Académie de médecine mettant ses locaux à disposition), autant les propositions se firent ensuite plus rares. Les maires réquisitionnèrent des locaux publics, notamment la salle des mariages – au grand dam des futurs mariés qui devaient attendre la fin des opérations pour passer devant Monsieur le maire, dans une salle jonchée de détritus (c’est là du moins une des scènes récurrentes de la caricature !).

13 Du moins en se fiant aux chiffres fournis par le ministre de l’Intérieur dans ses Rapports au roi sur les élections, en 1832 et 1834, et sur les – rares – monographies départementales sur la Garde nationale sous le règne orléaniste, notamment celle de Georges Cottereau sur la garde des Bouches-du-Rhône, thèse pour le doctorat de droit soutenue à Aix-en-Provence, en 1952.

14 On retiendra le portrait du capitaine Hulot dans La cousine Bette de Balzac.

15 Ce qui est le cas partout ailleurs en vertu de la loi municipale de 1831.

16 Nouveaux tableaux de Paris au xixe siècle, Paris, Cosson, 1834, t. II : Le boutiquier. Pratique attestée dans les actes notariés.

17 Mémoires d’un Touriste, 1re éd. 1838.

18 Christine Guionnet, L’apprentissage de la politique moderne, les élections municipales sous la monarchie de Juillet, Paris, L’Harmattan, 1997, chapitre III : « Le rejet des Messieurs et des chapeaux noirs », p. 92-94.

19 Rapport du préfet de l’Aude, 11 mai 1835, cité par C. Guionnet, op. cit., p. 93.

20 BN, « Pièces relatives à l’élection », Lf 133 – 19.

21 De nombreuses lettres aux électeurs ont été conservées à la BN, « Pièces relatives à l’élection », Lf 133 – 19.

22 Les républicains cherchaient ainsi à détourner les grandes revues royales, conçues par le régime comme un écrin à sa mise en scène et à l’exaltation de sa légitimité, pour en faire des manifestations d’opposition. Ils y étaient parvenus en 1833, lors de la grande revue de Juillet au cours de laquelle des cris contre les Bastilles (le projet de fortification de Paris) furent prononcés, puis à plusieurs reprises en 1840. Lors du retour des cendres de l’Empereur, en décembre 1840, les légions parisiennes, aux rangs clairsemés, firent entendre tant de cris contre les traités et le ministère que l’on renonça définitivement à réunir la garde parisienne en grande revue.

23 Le National du 14 mars 1840.

24 « De toutes les ébauches d’institutions qui ont survécu à la crise politique qu’on appelle improprement la révolution de 1830, il n’en est guère qu’une seule, la Garde nationale, qui se rapproche du principe de la souveraineté nationale » écrit Fabas dans le National du 14 mars 1840.

25 Bulletin de Paris du 18 mars 1846, AN, F7 3893

26 « La latitude de choisir les délégués hors de la compagnie avait permis aux sociétés secrètes de regrouper leurs membres dans certaines compagnies » note Rambuteau, préfet de Paris, dans ses Mémoires, Calmandevy, 1905, p. 293.

27 Louis Blanc, Histoire de Dix ans, t. II, p. 265.

28 Et le premier succès de l’opposition est bien de contraindre la presse gouvernementale à sortir de la réserve imposée par le discours officiel. Si le Moniteur persiste à faire comme si rien d’important n’avait lieu, et se contente d’égrener simplement les taux de participation, la presse gouvernementale se lance dans une joute partisane dont l’opposition tire immédiatement parti. Si Les Débats appellent les gardes nationaux à voter pour les candidats ministériels, le National rétorque immédiatement en appelant les gardes à adresser un « avertissement au pouvoir ». Et dès que Les Débats se satisfont d’un résultat dans une compagnie, le National relance son mot d’ordre : et bien donnez leur donc le droit de vote !

29 Alors que les Bulletins de Paris (rapports quotidiens envoyés au roi par le préfet de police, à partir des rapports des commissaires de police, sur l’état des esprits à Paris, AN, F7 3884 à 3893) n’évoquent jamais les élections dans les années 1831-1836, à partir de 1840, elles sont l’une des principales préoccupations du préfet pendant toute la durée de la campagne et des opérations électorales.

30 On les trouve dans les IIIe, IVe, Ve, VIe, VIIe, VIIIe et XIIe légions.

31 Comme la 2e compagnie du 1er bataillon de la IIIe légion, commandée par Pérée, directeur du Siècle.

32 Ainsi Hulot, républicain, est-il porté à la tête du IIIe bataillon de la Ve légion en 1840. En 1843, les républicains obtiennent trois chefs de bataillon, et ils sont neuf en 1846.

33 En 1846, dans la VIIIe légion, six candidats sur dix appartiennent à l’opposition (Pajol, Richard, Couture, Hureau, Lebastard et Recurt) ; Pajol figure également sur les listes des IIIe et Velégion ; dans la IVe, la Xe et la XIIe légion, il y a un candidat républicain sur la liste.

Auteur

Université de Paris XIII

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search