Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Quatrième partie. De la Révolution à la Troisième République

La Garde nationale, les gauches et l’idéal de la nation armée sous la monarchie de Juillet

Annie Crépin

Texte intégral

1Le rôle militaire et politique que peut jouer la Garde nationale est un des enjeux du débat qui s’élève entre les gauches et les droites à partir de la loi de 1818. En pleine Restauration, les auteurs de la loi Gouvion-Saint-Cyr rétablissent la conscription sans le dire. Ces monarchistes constitutionnels, soutenus par les indépendants, défendent passionnément le principe de l’appel aux citoyens qui ne doivent pas s’y soustraire, même si dans la loi ce n’est pas le mode exclusif de formation de l’armée.

2Mais le principe seulement. Le service personnel n’était pas exigé de chaque citoyen ; pas plus d’ailleurs que ne l’exigeait la loi Jourdan qui rendit universelle la conscription, non le service. Des deux termes de l’alternative qui se posait aux auteurs de la loi, petit nombre de conscrits, longue durée du service ou plus grand nombre au prix d’un raccourcissement de la durée, c’est le premier qui est choisi, quitte à rendre inévitables le tirage au sort et le remplacement, quitte à s’attirer, dès 1824, les dénonciations des gauches critiquant un système inégalitaire qui dénature les intentions initiales de la conscription. Ce faisant, les gauches doivent se défendre d’une double accusation portée en retour par les droites qui trouvent dangereux le service personnel obligatoire au point de vue politique et social ; au point de vue politique car le service personnel risque de fonder une armée populaire non seulement au sens sociologique mais surtout au sens idéologique du terme ; au point de vue social car il risque d’entraîner la constitution des gros bataillons, instrument de guerre permanente comme on l’a vu à l’époque révolutionnaire et napoléonienne, et de transformer la société en caserne permanente, ce qui serait, selon les droites, un retour à des temps barbares et contredirait les progrès de la civilisation.

3Le débat reprend quand éclate la révolution de Juillet. Les républicains mais aussi les bonapartistes et les orléanistes de gauche « militent » contre l’héritage militaire de la Restauration et se prononcent à la fois, pour une réforme de la conscription et pour une militarisation de la Garde nationale. Ce sont les mêmes hommes que l’on voit intervenir dans la discussion qui précède la loi du 22 mai 1831 et dans celle qui a lieu avant le vote de la loi Soult de 1832. Dans les deux cas, ils plaident pour un retour aux principes de 1789 mais ce ne sont pas leurs conceptions qui l’emportent. Il convient de remarquer que l’élan indéniable des Français qui ont reconstitué la Garde nationale pendant l’été 1830 tourne court. L’échec des gauches conduit à un faux-semblant du rôle militaire de la Garde nationale qui ne parvient pas à incarner la nation armée comme elles le souhaitaient bien qu’elles ne renoncent pas cependant à leur faire jouer ce rôle.

La Garde nationale, voie parallèle pour la nation armée

  • 1 Archives parlementaires, t. 64, Députés, 9 octobre 1830, p. 150 sq.
  • 2 Ibid.

4Depuis 1818, la Garde nationale était en sommeil. À partir de la loi Gouvion-Saint-Cyr, soustraite au contrôle des ultras, elle fut maintenue dans une tâche de police intérieure où elle se montra fort médiocre au point qu’on eut de nouveau recours à l’armée. En 1827 enfin, celle de Paris fut dissoute pour des raisons politiques. Or, durant l’été 1830, l’acquis des journées de Juillet paraît menacé par les puissances absolutistes de la Sainte-Alliance. Aussi la Garde nationale se reconstitue-t-elle même si ce n’est pas partout. Ce qui explique qu’elle donne lieu à un débat parlementaire où se révèlent et parfois se confrontent deux conceptions, celle d’une force municipale, celle d’une « fédération de baïonnettes ». Alors que c’est en décembre 1830 que le maréchal Soult présente un premier projet en vue d’une nouvelle loi militaire, c’est en octobre que Guizot présente deux projets, l’un sur la Garde nationale sédentaire, l’autre sur la Garde nationale mobile. « Il importe, il est pressant qu’une loi nouvelle… coordonne à la Charte constitutionnelle l’institution des gardes nationales et soit comme la Charte une vérité1. » Il avertit aussi, peut être pour mieux marquer les limites des transformations de la Garde, que, par son essence même, ce corps ne peut servir ni l’ » anarchie » ni le « despotisme » et que, par ailleurs, quel que soit le mérite d’institutions européennes analogues « nous ne sommes ni helvétiques ni germains. Le système tout français de la Garde nationale sédentaire convient à nos mœurs et suffit à nos besoins2 ». En cas d’invasion, la loi peut en tirer une garde mobile à laquelle est consacré le second projet. Même dans la Garde nationale sédentaire, on ne prendra pour faire le service ordinaire que ceux pour lesquels son accomplissement ne sera pas trop « onéreux » ou trop « fatigant » mais c’est un jury et non le niveau du cens qui opérera le tri. Dans la garde mobile, dans laquelle seules entreront certaines catégories bien précises dont les hommes mariés et pères de famille sont exclus en presque totalité, on pourra se faire remplacer mais ceux qui se sont fait remplacer dans l’active ne sont pas automatiquement dispensés, du moins dans le projet initial.

  • 3 Ibid., 3 décembre 1830, p. 749 sq.

5Quoi qu’il en soit, la commission qui examine les projets et rend son rapport le 3 décembre 18303, fond les deux projets en un seul auquel elle adjoint un troisième projet gouvernemental du 29 novembre sur la discipline de la garde sédentaire. La commission distingue le service ordinaire accompli au sein de la commune et le service extraordinaire, lui-même subdivisé entre une tâche qui se rapproche de celle de la gendarmerie, pour laquelle les gardes seraient formés en détachements et agiraient hors de leur commune, et un rôle militaire de défense des places fortes et des côtes voire des frontières, pour lequel les gardes serviraient en corps détachés. Ces corps détachés ne pourraient être appelés qu’en vertu d’une loi pour une année seulement et jamais au-delà des frontières ; contrairement au projet primitif, celui qui s’était fait remplacer pour la conscription était considéré comme l’ayant fait aussi dans la mobile.

6Une question reste en suspens, celle de l’organisation communale ou cantonale de la Garde. Le gouvernement avait proposé la seconde mais certains représentants de la nation jugèrent que cela affaiblirait les autorités municipales des petites communes. Sous cette question institutionnelle, se cachait une divergence idéologique, La Fayette préconisant une formation de bataillons cantonaux regroupés en légions départementales, les conservateurs y voyant le spectre de la nation armée.

  • 4 Ibid., Députés, 11 décembre 1830, p. 450 sq.
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.

7Le débat commencé le 11 décembre, occupa dix-huit séances de la Chambre des députés, puis trois séances aux pairs et revint pour trois séances devant les députés, preuve de l’importance des enjeux de la future loi. Les conservateurs, et parmi eux les orléanistes de résistance, s’élevèrent contre l’infléchissement du projet d’octobre, derrière lequel ils affectaient de voir la préfiguration de la nation armée et la « dévorante » conscription napoléonienne. « En 1789, on s’arma pour renverser l’ordre de choses établi ; en 1830, on s’est armé pour conserver l’institution qu’on a cru menacée par le pouvoir. Alors, on voulut détruire, aujourd’hui on a voulu conserver4… » rappelle De Lézardière. Au point de vue politique, s’interroge-t-il, faut-il mettre sous les armes neuf à dix millions de citoyens, d’autant que, dans les campagnes, le nombre des propriétaires est faible et que la Garde ne peut être alors organisée que par l’armement des prolétaires5 ? On voit ici la crainte éprouvée envers les classes laborieuses devenues « dangereuses », encore qu’il ne discute pas de la nécessité de la Garde dans les villes. Il ajoute que les trente millions de Français ne sont pas unis, que les armer est faire un « terrible essai » après la Révolution. Surtout, poursuit-il, la Garde telle qu’on nous la propose est une armée. « Que l’on vienne pas m’objecter l’exemple de quelques états de l’Antiquité où tous les citoyens étaient soldats. C’étaient de petites républiques envahissantes sous peine d’être envahies6. »

8En effet, ce que ces hommes redoutent, ce n’est pas seulement l’armement des citoyens exclus du droit de vote, c’est le bellicisme qui leur serait insufflé par cet armement.

  • 7 Ibid.

« Il faudrait tout craindre si cette humeur belliqueuse, ne pouvant faire irruption au dehors, se répande dans l’intérieur et mette le désordre. […] L’activité n’est pas l’état habituel du garde national ; il serait étrange qu’après tant de soin pour donner aux populations l’habitude du travail, le goût de l’étude, la nation fût mise dans un état de mouvement militaire perpétuel par ceux-là qui ont tant de fois proclamé la nécessité du travail7 »

  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid., 13 décembre 1830, p. 479 sq.

9prévient Lepeltier d’Aunay. De Lézardière préconise : « Supportons la conscription ; mais n’y ajoutons pas la levée en masse. Je repousse un armement qui nous livrerait à l’anarchie8. » De plus, cette mesure serait vécue comme une provocation par les monarques étrangers. Il estime même qu’une agression étrangère est peu à redouter et que ce qui est à craindre, c’est le manque de sagesse des Français. Blin de Bourdon, légitimiste, redoute que la garde mobile ne rappelle les cohortes levées par Napoléon, en principe pour défendre les frontières, et qui en fait ont trouvé leur tombeau dans les plaines d’Allemagne. Par ailleurs, par les lois de 1818 et de 1824, les bons numéros sont libérés définitivement ; or, les corps détachés seront soumis à un régime entièrement militaire, ce qui introduirait donc un dangereux principe de rétroactivité9.

  • 10 Ibid., t. 67, Pairs, 21 février 1831, p. 45 sq.

10Les adversaires du projet ne voient le salut que dans l’organisation municipale de la garde qui empêchera en outre la formation d’un pouvoir militaire émanant du commandant de légion et des officiers « à la tête » d’un canton voire d’une caste militaire s’imposant à de faibles conseils municipaux. Le rapport fait aux pairs par Saint-Aulaire le redit : « N’a-t-on pas à craindre que l’esprit de corps ne forme quelquefois entre le commandant du bataillon cantonal et les capitaines des communes une alliance formidable pour le pouvoir modeste et désarmé d’un conseil municipal10 ? »

  • 11 Ibid., t. 64, Députés, 14 décembre 1830, p. 491 sq.

11Le colonel Jacqueminot qui, après le retrait de La Fayette devient chef d’état-major de la garde nationale parisienne et, à la retraite du maréchal Gérard, est nommé commandant supérieur de celle de la Seine rétorque à ces hommes que la Garde nationale n’est pas une armée mais que les citoyens doivent être préparés avant l’heure du péril car une résistance ne s’improvise pas. L’organisation cantonale ne risque pas de transformer la société civile en société militaire, elle est un gage d’efficacité car au moment des exercices elle suscite une émulation entre les diverses communes d’un même canton ; la réunion des gardes nationales contribuera ainsi aux progrès de la concorde et de la civilisation dans les campagnes au lieu que celles-ci restent isolées, d’ailleurs toutes les précautions sont prises pour que les exercices fassent perdre le moins de temps possible aux laboureurs. Enfin, et visiblement il répond à Blin de Bourdon en lui lançant à la tête des allusions à Coblence et au manifeste de Brunswick, si la Garde nationale défend la Charte et les droits qu’elle consacre, osera-t-on dire qu’elle n’est pas là pour défendre la Charte contre l’extérieur ? Une guerre avec les états où règne le « pouvoir divin », avec les états de la Sainte-Alliance ne serait-elle pas une guerre au sujet de la Charte ? Un jeune homme de 28 voire de 25 ans ne doit-il plus rien à sa patrie menacée s’il a tiré un bon numéro11 ?

  • 12 Annie Crépin, Défendre la France. Les Français, la guerre et le service militaire de la guerre de (...)
  • 13 Archives parlementaires, t. 64, Députés, 11 décembre 1830, p. 450 sq.

12Bien davantage que le gouvernement, mais ce paradoxe se reproduira lors du débat sur la loi Soult12, ce sont les gauches qui défendent son projet. Le député Agier, ancien ultra qui a rompu avec sa famille politique à partir de 1824, a été colonel de la garde parisienne de 1824 à 1827, et, le 31 juillet 1830, a voté la régence du duc d’Orléans, juge que les corps détachés émanant de la Garde nationale incarnent ainsi la fusion si désirable entre la nation et l’armée. Si on avait distingué sédentaire et mobile, celle-ci se serait inévitablement peuplée de remplaçants tous pris dans la classe des prolétaires et formant des « cohortes prétoriennes » prêtes à servir tour à tour l’ » anarchie » ou le « despotisme ». Mais, dans le nouveau projet, le remplacement demeure. Il faut le proscrire. « Le service de la Garde nationale est une charge, c’est aussi un honneur […] il faut que tous, sans exception aucune, sous-officiers, officiers et officiers supérieurs soient nommés par leurs camarades13. »

13De Tracy plaide avec les mêmes accents qu’il aura un an plus tard pour transformer l’armée de conscription. Il se livre d’abord à un long historique des institutions militaires en montrant que les armées permanentes se sont formées en s’éloignant de la nation.

  • 14 Ibid., 13 décembre 1830, p. 479 sq.

« La profession militaire devint tout à fait exclusive et l’art militaire qu’on a nommé avec raison science militaire était très compliqué ; il n’a pas été exempt d’une sorte de charlatanisme. […] Les guerres devinrent un jeu sanglant et, bien que le pays ne dût pas intervenir, ce sont les classes laborieuses qui fournissaient les éléments nécessaires à ce jeu désastreux. Mais bientôt le peuple libre ou plutôt libéré comprit que défendre la patrie était un devoir voire un droit. L’institution de la Garde nationale est éminemment morale, éminemment propre à former les citoyens car, d’une part, elle nous présente la force publique comme soumise à la loi, c’est-à-dire la volonté de tous, d’une autre part, vous y voyez le principe de l’élection14. »

  • 15 Ibid., 14 décembre 1830, p. 491 sq.
  • 16 Ibid., 16 décembre 1830, p. 524 sq.
  • 17 Ibid., 17 décembre 1830, p. 533 sq.
  • 18 Ibid., 27 décembre 1830, p. 628 sq.

14Lors de la séance suivante, il poursuit : « Qu’on ne vienne pas nous dire qu’on veut militariser la nation. […] On a dit, il y a quelques jours, qu’il fallait craindre de donner à la nation un esprit trop militaire, de lui inspirer le désir de guerroyer ; je ne veux pas de cet esprit ; mais cet esprit militaire, ardent à repousser l’agression étrangère, convient à la France, à tout pays libre15. » Laborde l’appuie comme il le fera au moment du vote de la loi Soult. « Si on veut faire passer dans les lois, dans les mœurs, non pas l’esprit belliqueux, mais l’esprit militaire, il faut alors une organisation fixe. Si vous décidez que tous les citoyens de dix-huit à soixante ans feront partie de la Garde nationale, vous en faites une sorte d’école militaire pour ceux qui seront appelés au service de l’armée active16. » À contre-courant de ceux qui veulent maintenir une barrière entre société et armée, Rodat d’Olemps, député de l’Aveyron, pourtant orléaniste conservateur, estime que la science des manœuvres doit devenir un élément obligatoire de l’éducation publique et le Manuel du garde national un second catéchisme pour la jeunesse française. À mesure qu’un peuple industrieux s’enrichit par son travail, il doit être de plus en plus préparé au combat : « Le travail et les armes sont les deux conditions inséparables de la richesse, de l’indépendance, de la dignité des nations17. » Si l’armée reçoit des sujets mieux formés, il deviendra possible d’écourter la durée du service. Enfin, le général Rémond, ancien officier du Directoire et de Napoléon, lui aussi orléaniste conservateur, félicite La Fayette de ce que la future loi prépare l’équivalent de la Landwehr dont la France devrait disposer depuis des années. « Que les soldats du droit civil donnent la main aux soldats du droit des gens », souhaite-t-il18.

Les gauches en porte-à-faux

  • 19 Ibid., t. 67, Pairs, 21 février 1831, p. 45 sq.

15Mais lorsque le projet est discuté devant les pairs à partir de février, le contexte a changé. La Fayette a démissionné en décembre 1830, les conservateurs « reprennent la main ». Les gauches se trouvent en porte-à-faux vis-à-vis de la majorité des représentants de la nation. La distinction entre service ordinaire et réserve qui « accueillera » ceux pour lesquels le service effectif serait onéreux est maintenue par les pairs. Les masses populaires sont donc exclues des élections pour lesquelles est gardé un système relativement démocratique. Surtout, tout ce qui pourrait rappeler la nation armée est vidé de son sens. L’organisation cantonale est écartée, ce qui réduit l’effi cience de la garde mobile. Le rapport fait devant les pairs montre clairement les raisons du choix : au point de vue militaire, la formation par cantons est assurément préférable mais il faut reconnaître que l’état normal de la société profite peu d’une telle exaltation guerrière. « Les arts de la paix s’éloignent quelquefois au bruit des armes et telle population industrieuse qui s’élancerait au combat pleine de zèle pour repousser l’ennemi trouverait bientôt intolérable d’être arrachée de ses ateliers pour parader à plusieurs lieues de ses foyers au gré d’un commandant désœuvré et jaloux d’acquérir à bon marché un renom militaire19. »

  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

16Certes le rapport reconnaît encore que la Garde nationale doit être l’auxiliaire de l’armée active et qu’en cas de guerre on ne peut pas seulement s’en remettre aux gardes nationaux des départements frontaliers, comme l’avaient envisagé les députés : « Elle [une telle disposition] lui a paru contraire à la solidarité de tous les Français pour la gloire et le danger20. » Mais en même temps apparaît cet avertissement : « Vous ne laisserez pas dissiper les trésors dont la garde vous est confiée. Le plus précieux de ces trésors n’est-ce pas cette belle jeunesse, ce printemps de la France que les arts de la paix, que les progrès de la civilisation réclament ? Honte et malheur à ceux qui voudraient l’arracher à cette noble mission pour l’employer encore à ravager le monde21 ! » Dans la loi du 22 mars 1831, le titre V consacré aux corps détachés de la Garde nationale pour le service de guerre ne reçoit pas vraiment d’exécution comme les gauches l’auraient voulu.

17Les Français le souhaitaient-ils ? En fait, les gauches se trouvent aussi en porte-à-faux vis-à-vis de la population. Certes, quand la discussion s’engage à la Chambre des députés, le général Mathieu Dumas, qui fut chef de la Garde nationale pendant les Cent-Jours, affirme avec quelque vraisemblance :

  • 22 Ibid., t. 64, Députés, 9 octobre 1830, p. 150 sq.

« Ce n’est rien moins que la France entière debout toute armée ou demandant des armes. […] De tous les prodiges qu’enfanta l’amour de la liberté, le plus grand sans doute est la formation spontanée de plus d’un million de gardes nationales. Ce n’est pas un mouvement tumultueux mais une organisation régulière. La loi constitutive de la Garde nationale de 1791 a été partout rappelée, suivie […] et le principe vivifiant de la libre élection a été adopté partout à l’apparition du drapeau tricolore22. »

18En décembre, De Tracy peut encore lancer à l’adresse de ses détracteurs :

  • 23 Ibid., 13 décembre 1830, p. 479 sq.

« Ce n’est pas sans étonnement que je viens d’entendre que le projet de faire concourir tous les Français à la défense commune aurait effrayé les différentes contrées de la France, je ne sais dans quelles localités l’orateur a puisé ces renseignements. Quant à moi, tout ce que j’apprends dément cette assertion : il faut, au contraire, contenir le zèle des Français qui demandent à courir aux frontières à la moindre menace qu’oserait faire l’étranger23. »

19En fait, à la date où il parle, l’élan est retombé. D’ailleurs, il n’a pas existé partout, souvent les petites communes sont restées à l’écart. Certes, il est des gardes nationales pour réclamer des armes, particulièrement dans les départements frontaliers dont les préfets accompagnent ce mouvement, tant la menace d’une invasion semble proche. Le préfet du Doubs appuie la requête du maire de Besançon qui réclame 1 500 fusils et 1 200 sabres d’infanterie et justifie cette demande dans une proclamation aux habitants.

  • 24 AA, F9 489-490, Doubs, dossier 2, proclamation imprimée aux habitants, 7 décembre 1830.

« Oui, nous désirons vivement la paix mais nous ne craignons pas la guerre […] ceux qui oseront nous attaquer verront bientôt que la France de 1830 est encore la France de 1792 plus le progrès immense de la raison publique et des idées libérales. […] Braves Francs-Comtois. […] Dignes héritiers de la bravoure et du patriotisme de vos ancêtres, vous montrerez à l’Europe que vous êtes toujours armés du courage avec lequel vous avez combattu pour la gloire et la liberté. […] Une étincelle suffira pour enflammer cette ardeur que quinze ans de paix n’ont pu ralentir. Quand la patrie est en danger, tout citoyen devient soldat, nous volerons tous à sa défense. N’en doutez pas, la cause de l’indépendance et de l’humanité triomphera24. »

  • 25 Ibid., F9 598-599, Moselle, dossier 1, le préfet au ministre de l’Intérieur, 3 décembre 1830.

20Son collègue de la Moselle réclame également l’armement de la Garde nationale, milice civique qui est capable à la fois de maintenir l’ordre et de repousser une invasion de la Prusse et de la Bavière25.

  • 26 Ibid., F9 622, Pas-de-Calais, dossier 1, le préfet au ministre de l’Intérieur, 30 novembre 1830.
  • 27 Ibid., F9 457-458, Bouches-du-Rhône, dossier 1, le préfet au ministre de l’Intérieur, 28 septembre (...)

21Déjà cependant, le préfet du Pas-de-Calais, qui craint que les gardes ne soient découragés si on ne les arme pas, estime qu’il faut que ne soient armés que ceux des villes des frontières. Si une guerre se déclenche, cela permettra à leurs garnisons de se porter devant l’ennemi, les gardes ne combattant pas mais défendant la place forte26. Quant à son collègue des Bouches-du-Rhône, il se montre plus circonspect. Il est inopportun de fournir des armes à ceux qui pourraient en abuser27.

  • 28 Georges Carrot, La Garde nationale : 1789-1871, une institution de la nation, thèse de doctorat de (...)
  • 29 Louis Girard, La Garde nationale (1814-1871), Paris, Plon, 1964, p. 211 sq. AN, F9 439-440, Ardenn (...)
  • 30 AN, F9 443-444, Ariège, le préfet au ministre de l’Intérieur, 13 septembre 1830.

22Crainte vaine car l’élan qui, aux dires mêmes de préfets, n’avait pas existé dans toutes les petites communes, s’avère être un feu de paille. Les historiens jugent qu’en 1835, la Garde nationale n’a plus qu’une existence nominale dans la plupart des départements. Ce déclin n’existe pas dans tous les départements et, même dans ceux où il est avéré, les villes se montrent plus fidèles à l’institution que les campagnes28. On ne s’étonnera pas de trouver les départements frontaliers, du moins ceux du nord et du nord-est, parmi ceux ou la Garde nationale est la plus active. Comme le prévoyait le préfet du Pas-de-Calais, elle remplaça l’armée au moment de l’expédition d’Anvers en 1832 dans les places fortes du Nord, du Haut-Rhin et des Ardennes29. Toutefois, dans les autres régions frontalières, un « essoufflement » s’observe et la désaffection s’y manifeste tôt. Le 13 septembre 1830, le préfet de l’Ariège note : « Dans les premiers moments de notre heureuse révolution, tous les esprits étaient armés du plus beau zèle, chacun sentait alors le besoin de se réunir, soit pour conserver la liberté qui nous était rendue, soit pour garantir l’ordre public ; mais aujourd’hui que le calme renaît et que les mêmes craintes n’existent plus, ce zèle est un peu ralenti30. » Quelques mois plus tard, après une tournée qui l’a conduit à passer en revue les gardes nationales de son département, il montre à quelles conditions l’élan pourrait reprendre pour la défense militaire et même pour le maintien de l’ordre :

  • 31 31. Ibid., 16 mars 1831.

« J’ai été en général fort satisfait de l’esprit dont elles sont animées ; chacun de nous est demeuré convaincu que si les ennemis de l’intérieur osaient faire une levée de boucliers dans le midi, les gardes nationales de l’Ariège seraient très disposées à la combattre, que si nous avions la guerre avec le nord, elles nous fourniraient au besoin un bon contingent de soldats dévoués, que si l’Espagne menaçait cette frontière, la majeure partie voudrait concourir à sa défense31. »

23Une analyse plus exhaustive devrait faire coïncider une carte de ce « feu de paille » qui jette davantage et plus longtemps d’étincelles dans certains départements avec une carte des attitudes des Français devant la conscription voire devant les levées de volontaires sous la Révolution ; carte qui devrait aussi rendre compte de la différence entre citadins et ruraux.

  • 32 32. Ibid., F9 607, Nord, dossier 3, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 8 octobre 1831.

24Le problème est que les circonstances, la politique pacifique du « Napoléon de la Paix », font écho à l’inertie grandissante des populations. Dès l’automne 1831, le préfet du Nord avoue que l’annonce de la mobilisation des gardes nationaux – en réalité il s’agissait d’une proposition du général Lamarque – n’a pas galvanisé les populations, tant s’en faut, puisque certains se sont procurés des certificats d’incapacité. Il avance : « En présence du danger, je ne doute point qu’il y ait démonstration d’un zèle sincère […] mais quand on croit encore le péril éloigné, les conseils de la prudence sont moins écoutés que le goût du repos et l’attachement au foyer de la famille32 ». Son collègue du Pas-de-Calais estime en 1833 :

  • 33 33. Ibid., F9 622, Pas-de-Calais, dossier 4, le préfet au ministre de l’Intérieur, 2 mai 1833.

« Dans le principe de la révolution de Juillet, il n’y a eu d’élan véritable pour former une garde nationale que dans les villes et dans les bourgs situés sur les grandes communications […] et on ne peut se dissimuler la difficulté d’arriver après coup et au milieu du calme et de la reprise générale des travaux à un but qui n’a pas été atteint ou qui a été éludé lorsque les circonstances entraînaient la population33. »

25Dès septembre 1830, le préfet de l’Orne avertissait :

  • 34 34. Ibid., F9 616-617, Orne, dossier 1, le préfet au ministre de l’Intérieur, 6 septembre 1830.

« En ce qui concerne la garde nationale, si le gouvernement voulait n’en faire qu’une force de parade et qu’on entrevît qu’il se défie d’elle, le découragement se glisserait bientôt dans les rangs des gardes nationaux. Si, au contraire, comme tout l’annonce, il manifeste clairement l’intention d’en faire une force nationale sur laquelle il se reposera, soit pour concourir à la défense du pays, soit pour opposer son bouclier aux atteintes qui pourraient être portées à la Charte constitutionnelle, alors je n’en doute pas, son zèle se soutiendra. Cependant, il y a d’autres conditions de la durée de ce zèle, c’est une organisation forte, une loi qui définisse bien les obligations de chacun et qui, sans astreindre les citoyens à un service préjudiciable à leur intérêt, établisse pourtant les règles d’une subordination qui empêche tout relâchement34. »

  • 35 Ibid., F9 587-588, Meurthe, dossier 2, extrait des procès-verbaux des délibérations du conseil gén (...)

26Les préfets ainsi que les membres des conseils généraux et d’arrondissement analysent les causes de cette désaffection. En 1833, le conseil du département de la Meurthe reconnaît qu’aucun contrôle ne s’exerce sur les armes distribuées dans les campagnes ; quant aux conseils d’arrondissement de Toul et de Nancy, ils redoutent que l’institution ne tombe en désuétude. Pour l’éviter, ils proposent d’exercer les gardes dans leurs communes et non au chef-lieu de canton. Celui de Toul admet la léthargie dans laquelle est tombée la Garde. « Il est trop évident que l’enthousiasme que la population avait ressenti diminue chaque jour, plus particulièrement encore dans les campagnes. L’assurance de conserver la paix extérieure, la permanence de l’ordre, de la tranquillité intérieure et le besoin qu’éprouvent les citoyens de se livrer à leurs occupations journalières y ont sans doute beaucoup contribué35. »

Les faux-semblants du rôle militaire de la Garde nationale (1832-1844)

  • 36 Archives parlementaires, t. 71, Députés, 24 octobre 1831, p. 70 sq.

27Les hésitations du régime et l’apathie des populations conjuguent leurs effets. Pourtant en octobre 1831 encore, le général Lamarque, un des opposants à la loi de 1824, fait la proposition mentionnée plus haut d’organisation effective de la Garde nationale de manière à ce que 325 000 hommes organisés par bataillons de 1 000 hommes soient exercés et que leurs chefs soient nommés ou élus. Il déplore, et d’autres avec lui, que les articles 137 et 138 de la loi du 22 mars 1831 soient restés lettre morte. Il regrette la situation consécutive à cette loi : si elle a atteint son premier but, la défense de l’ordre intérieur, elle a échoué en ce qui concerne le second, la défense de l’indépendance nationale. Il faudrait appeler et exercer les masses. Or, ne font vraiment un service actif à des fins de sécurité intérieure que ceux qui ont une certaine position sociale. En cas de guerre, la Garde ne serait qu’un rassemblement d’hommes qui ne seraient jamais côtoyés. En effet, les sept huitièmes d’entre eux n’ont reçu aucune instruction militaire et ceux qui devraient marcher les premiers ne sont ni entraînés ni même organisés36.

  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid., 25 octobre 1831, p. 92 sq.
  • 39 Ibid.

28Aussitôt, le général et ceux qui soutiennent sa proposition, et qui appartiennent à la gauche de l’assemblée, sont accusés d’être des fauteurs de guerre. Jamais le désarmement européen n’a été si proche, soutient Casimir-Perier37, Chedreaux, député de la Moselle, ajoute que son patriotisme qui est – sous-entend-il – celui du régime est un patriotisme conservateur qui ne voit de vrais progrès libéraux qu’avec la paix38. Thiers, qui va se montrer un des adversaires les plus tenaces de la proposition, assène : « Votre système consiste à croire la guerre inévitable alors que notre système consiste à croire à la paix39. » Les gauches ont beau jeu de rétorquer que le désarmement demeure à cette date une chimère et que la France de la monarchie de Juillet a tout lieu de craindre un « retour de flamme » des monarchies absolues de droit divin. D’aucuns rappellent avec quelque amertume les récents événements d’Italie, de Pologne voire de Belgique « sacrifiée » selon eux.

  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid., 24 octobre 1831, p. 70 sq.

29Ces hommes sont également accusés de vouloir militariser la nation et armer le peuple, encore ce dernier reproche apparaît-il plus en filigrane de l’argumentation qu’il n’est ouvertement lancé à leur encontre. C’est Chedreaux qui estime que le meilleur boulevard contre une agression étrangère ne se trouve pas dans le « dispendieux armement des gardes mobiles mais dans les intérêts matériels créés par la première révolution et développés par quinze ans de paix40 ». Et Thiers qui s’élève contre une imitation de la landwehr, système tant vanté et trop vanté, dit-il, juge qu’il ne convient qu’à un gouvernement démocratique ou despotique. C’était déjà l’argument de ceux qui, en 1818 et 1821, refusaient que la conscription devienne un service personnel et obligatoire. Casimir-Perier avait déjà dit que ce que proposait Lamarque était fait sur le papier. L’organisation est aussi poussée que possible, faut-il la rendre effective en prenant des précautions extrêmes qui ne pourraient être justifiées que par d’extrêmes inquiétudes ? Ce serait introduire la conscription sur une plus vaste échelle, or, « la loi n’a voulu que donner à la partie virile de la population l’avertissement de se tenir prête, pourquoi transformer cet avertissement en obligation41 ? ».

  • 42 Ibid., 25 octobre 1831, p. 92 sq.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid., 24 octobre 1831, p. 70 sq.

30Les partisans de la proposition de Lamarque se défendent et d’abord Lamarque lui-même. Ce faisant, ils laissent transparaître une autre conception des rapports entre l’armée, la nation, la société, que l’existence d’une Garde nationale digne de ce nom pourrait incarner. Le général dit qu’il ne veut pas la guerre pour la guerre42 et Salverte, représentant de la Seine, l’appuie. On dit que la mobilisation actuelle demandée par Lamarque c’est la guerre, mais lui-même ne demande pas la mobilisation immédiate mais une organisation préparatoire pour que la mobilisation s’effectue sans délai et que les hommes soient déjà habitués à l’entraînement militaire et au maniement des armes. Lamarque reprend : il parle, dit-il, non en vieux soldat jaloux de la gloire et de l’honneur de son pays, mais en citoyen qui voudrait diminuer graduellement les effectifs de l’armée permanente, charge si lourde pour le Trésor, si accablante pour la population agricole et industrielle43. Il avait auparavant déclaré que « représenter le peuple comme toujours prêt à s’insurger à se livrer au pillage est l’insulter, le calomnier. […] On pourrait donc sans danger laisser les armes à tous ceux qui font partie de la Garde nationale mobile et, si je ne le propose pas, c’est qu’ils n’auraient pas les moyens d’entretenir ces armes44 ».

  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid., 25 octobre 1831, p. 92 sq.
  • 47 Ibid.

31Ludre, représentant de la Meurthe et très proche des républicains, renchérit : il ne s’agit pas d’abolir l’armée permanente mais d’organiser à côté d’elle une milice comme dans les autres états de l’Europe, dont la Prusse. On remarquera que ce sont les gauches qui invoquent constamment son exemple alors qu’elle est un repoussoir pour les droites. Les milices qui permettent de réduire l’armée permanente sont un grand progrès de la civilisation moderne45. Laborde, autre député de la Seine, juge qu’en Europe c’est une armée de métier qui pousse à la guerre, et non une milice ou une landwher46. Enfin Mauguin de la Côte-d’Or rappelle qu’un peuple n’a pas seulement des intérêts matériels mais aussi des intérêts moraux. « Les besoins moraux sont les passions nationales. Nous devons parler de la gloire du pays, des vertus de nos pères, du courage de la France. L’entraînement dans la garde mobile permettra de stimuler l’esprit de dévouement et de sacrifice qui a toujours fait le fonds du caractère français et qui, depuis quelques mois, paraît nous abandonner47. »

  • 48 Annie Crépin, La conscription en débat ou le triple apprentissage de la nation, de la citoyenneté, (...)
  • 49 Archives parlementaires, t. 71, Députés, 24 octobre 1831, p. 70 sq.
  • 50 Ibid., 25 octobre 1831, p. 92 sq.

32On observera qu’au même moment est mise en discussion une seconde « mouture » de la future loi Soult, plus édulcorée que la version initiale du projet, et que ce sont les mêmes hommes, Larabit, représentant de l’Yonne, Laborde, Ludre, Salverte et Lamarque qui interviennent dans les deux débats avec les mêmes arguments48. Dans les deux cas, ils défendent l’organisation d’une réserve sans toujours préciser les liens qu’entretiendrait la réserve de l’armée active et la garde mobile. « Créons-nous des réserves car ce sont les réserves qui gagnent les batailles et sauvent les Empires » affirme Lamarque49. En tout cas, au maréchal Sébastiani, qui préconisait d’attendre la loi sur le recrutement pour trancher la question de la garde mobile, Mauguin réplique qu’on dit qu’il faut attendre la loi de recrutement mais qu’il n’est nulle part question de garde mobile dans le projet50.

  • 51 Ibid., 24 octobre 1831, p. 70 sq.
  • 52 Ibid., 25 octobre 1831, p. 92 sq.

33En fait, la proposition de Lamarque fut repoussée. À Casimir-Perier, il avait eu beau jeu de rétorquer : « On nous dit que les gardes mobiles sont déjà organisées, que le travail est fait ; et où et comment51 ? » Larabit et Ludre insistent, le premier note qu’on ne s’exerce que très peu dans les campagnes, alors qu’elles représentent les trois quarts de la France, le second, encore plus désabusé, que la Garde nationale sédentaire n’est même pas organisée dans beaucoup de départements52.

  • 53 AN, F9 436-437, Ardèche, dossier 13, règlement de la Garde nationale de La Voutte, 1er septembre 1 (...)
  • 54 Ibid., F9 489-490, Doubs, dossier 6, le sous-préfet de Pontarlier au préfet, 7 août 1831.
  • 55 Ibid., F9 443-444, Ariège, Garde nationale, ville de Foix, 7 mai 1831.
  • 56 Ibid., voir par exemple F9 436-437, Ardèche, dossier 13, règlement de la Garde nationale du canton (...)
  • 57 Ibid., 489-490, Doubs, dossier 6, règlements, 1831, règlement sur le service ordinaire de la garde (...)

34Pourtant, en vertu de la loi du 22 mars 1831, les gardes nationales au cours du printemps et de l’été suivant se dotent de règlements proposés par les commandants de bataillons aux maires des communes qui les approuvent avant l’avis des sous-préfets et préfets. Certains règlements prévoient que les gardes auront un commencement d’instruction militaire, étendue éventuellement à ceux qui n’auront pas d’armes ; comme le fait remarquer le règlement de la garde nationale de La Voutte, dans l’Ardèche, le défaut d’armes empêche une grande partie de la jeunesse de La Voutte de prendre part aux exercices et cette exemption de fait devient un privilège qui dégoûte quelques-uns de ceux qui sont armés et empêche d’autres qui possèdent des armes de les faire paraître afin de n’être pas tenus de répondre aux appels53. De même, le règlement de Pontarlier dit qu’armés ou non, les gardes nationaux doivent faire des exercices, ceux qui auront des armes seront tenus de suivre l’école du soldat, puis celle du peloton, puis celle du bataillon ou seront initiés aux évolutions militaires54. En 1834 encore, le règlement de la garde de Corbeil affirmer que les bataillons communaux ne seraient que des créations stériles si ne leur était pas transmise une instruction militaire. Comme l’affirme avec force le règlement de celle de Foix : « Instituée pour le maintien de l’ordre public et pour la défense de nos libertés, la Garde nationale a besoin d’être forte, pour acquérir cette force, elle doit comme le veut la loi se soumettre à une exacte discipline et savoir se servir de ses armes55. » Davantage est exigé des sous-officiers et officiers qui doivent acquérir la théorie et se réunir spécialement à cet effet plus souvent que les gardes56. Comme le prescrit l’article 5 du règlement de Baume dans le Doubs : « L’instruction théorique étant un moyen avantageux et sûr pour faire des progrès dans la pratique et pour raisonner sur les mouvements militaires, les officiers se réuniront chaque samedi chez le commandant à 5 heures du soir pour y être interrogés tout à tour57. »

  • 58 Ibid., F9 439-440, Ardennes, le préfet au ministre de l’Intérieur, 8 mars 1831 ; F9 598-599, Mosel (...)

35Mais il convient d’observer les limites de cette réglementation : d’abord, elle concerne des communes qui sont au moins chefs-lieux de canton. Ensuite, même quand la volonté de se former existe, « la transmission ne suit pas », liée au manque d’instructeurs. Certes, bien des anciens militaires de bonne volonté se portent comme instructeurs, surtout dans les départements frontaliers et surtout parmi les anciens combattants des guerres impériales, ainsi dans les Ardennes et la Moselle58. Dans ce cas, l’instruction des gardes, éventuels ou futurs mobiles, est aussi poussée que possible mais, même dans de tels départements, il est plus difficile de trouver des instructeurs dans les campagnes où les gardes sont en outre dépourvus d’armes. Dans d’autres départements de l’intérieur, la situation est beaucoup plus médiocre.

36En admettant même que tous les gardes soient instruits, à partir du moment où les corps détachés n’existent que sur le papier, cette instruction serait vaine. En fait, le service ordinaire est, quand il est accompli, un service de police, même dans les départements frontaliers où on attend surtout de la Garde qu’elle vienne réprimer les mouvements populaires.

  • 59 Mathilde Larrère, La garde nationale de Paris sous la monarchie de Juillet. Le pouvoir au bout du (...)

37Les gauches ne « désarmèrent pas » et posèrent à nouveau et à plusieurs reprises le rôle de la Garde nationale, d’abord à propos de celle de Paris, une des seules à échapper à la désaffection grandissante. En 1833, quand à lieu une discussion sur les fortifications, les thuriféraires d’une enceinte continue veulent pour la garde parisienne un véritable rôle militaire. En fait, même à son propos, on ne peut parler de formation ni d’entraînement. Seule une minorité de gardes suivait l’école du soldat59.

38La crise de 1840 fut l’ultime occasion pour ceux que désespérait le système conscriptionnel de la monarchie de Juillet de relancer la question de la réserve, désormais conçue par eux comme un substitut de l’armée qu’ils avaient échoué à réformer. Au cours de la discussion qui mit en cause la loi Soult, dont le Maréchal lui-même avait reconnu les lacunes, et qui dura de 1841 à 1844, les gauches livrèrent un combat « d’arrière-garde », d’abord sur la constitution d’une réserve, ensuite sur l’incorporation de la totalité du contingent, enfin, par un amendement déposé en 1843 par Odilon Barrot, sur l’organisation de la Garde nationale mobile. Ils furent battus successivement sur tous ces points qui étaient des positions de repli puisqu’on n’envisageait plus qu’une réserve de mauvais numéros. On opposa à Odilon Barrot que l’armée française forte de 500 000 hommes semblerait doubler ses effectifs aux yeux de l’Europe et qu’en cas de guerre, il suffi rait d’appeler la Garde nationale tout entière. Pas un mot n’était dit de son entraînement et, de toutes façons, la loi de 1832 fut reconduite.

391848 vit l’apogée des faux-semblants : tout citoyen semblait devenir soldat sous l’aspect du garde national ; or, la Garde nationale ne fut pas engagée aux frontières mais dans la rue et dans une guerre civile.

Notes

1 Archives parlementaires, t. 64, Députés, 9 octobre 1830, p. 150 sq.

2 Ibid.

3 Ibid., 3 décembre 1830, p. 749 sq.

4 Ibid., Députés, 11 décembre 1830, p. 450 sq.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid., 13 décembre 1830, p. 479 sq.

10 Ibid., t. 67, Pairs, 21 février 1831, p. 45 sq.

11 Ibid., t. 64, Députés, 14 décembre 1830, p. 491 sq.

12 Annie Crépin, Défendre la France. Les Français, la guerre et le service militaire de la guerre de Sept Ans à Verdun, Rennes, PUR, 2005.

13 Archives parlementaires, t. 64, Députés, 11 décembre 1830, p. 450 sq.

14 Ibid., 13 décembre 1830, p. 479 sq.

15 Ibid., 14 décembre 1830, p. 491 sq.

16 Ibid., 16 décembre 1830, p. 524 sq.

17 Ibid., 17 décembre 1830, p. 533 sq.

18 Ibid., 27 décembre 1830, p. 628 sq.

19 Ibid., t. 67, Pairs, 21 février 1831, p. 45 sq.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid., t. 64, Députés, 9 octobre 1830, p. 150 sq.

23 Ibid., 13 décembre 1830, p. 479 sq.

24 AA, F9 489-490, Doubs, dossier 2, proclamation imprimée aux habitants, 7 décembre 1830.

25 Ibid., F9 598-599, Moselle, dossier 1, le préfet au ministre de l’Intérieur, 3 décembre 1830.

26 Ibid., F9 622, Pas-de-Calais, dossier 1, le préfet au ministre de l’Intérieur, 30 novembre 1830.

27 Ibid., F9 457-458, Bouches-du-Rhône, dossier 1, le préfet au ministre de l’Intérieur, 28 septembre 1830.

28 Georges Carrot, La Garde nationale : 1789-1871, une institution de la nation, thèse de doctorat de IIIe cycle, Histoire du droit, université de Nice, 1979, p. 216 sq.

29 Louis Girard, La Garde nationale (1814-1871), Paris, Plon, 1964, p. 211 sq. AN, F9 439-440, Ardennes, le préfet au ministre de l’Intérieur, 15 novembre 1832.

30 AN, F9 443-444, Ariège, le préfet au ministre de l’Intérieur, 13 septembre 1830.

31 31. Ibid., 16 mars 1831.

32 32. Ibid., F9 607, Nord, dossier 3, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 8 octobre 1831.

33 33. Ibid., F9 622, Pas-de-Calais, dossier 4, le préfet au ministre de l’Intérieur, 2 mai 1833.

34 34. Ibid., F9 616-617, Orne, dossier 1, le préfet au ministre de l’Intérieur, 6 septembre 1830.

35 Ibid., F9 587-588, Meurthe, dossier 2, extrait des procès-verbaux des délibérations du conseil général de la Meurthe, session de juillet 1833 ; extrait des procès-verbaux du conseil d’arrondissement de Nancy, session de juillet 1833 et du conseil d’arrondissement de Toul, session de juillet 1833.

36 Archives parlementaires, t. 71, Députés, 24 octobre 1831, p. 70 sq.

37 Ibid.

38 Ibid., 25 octobre 1831, p. 92 sq.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid., 24 octobre 1831, p. 70 sq.

42 Ibid., 25 octobre 1831, p. 92 sq.

43 Ibid.

44 Ibid., 24 octobre 1831, p. 70 sq.

45 Ibid.

46 Ibid., 25 octobre 1831, p. 92 sq.

47 Ibid.

48 Annie Crépin, La conscription en débat ou le triple apprentissage de la nation, de la citoyenneté, de la République (1798-1889), Arras, Artois Presses Université, 1998, p. 69 sq.

49 Archives parlementaires, t. 71, Députés, 24 octobre 1831, p. 70 sq.

50 Ibid., 25 octobre 1831, p. 92 sq.

51 Ibid., 24 octobre 1831, p. 70 sq.

52 Ibid., 25 octobre 1831, p. 92 sq.

53 AN, F9 436-437, Ardèche, dossier 13, règlement de la Garde nationale de La Voutte, 1er septembre 1831.

54 Ibid., F9 489-490, Doubs, dossier 6, le sous-préfet de Pontarlier au préfet, 7 août 1831.

55 Ibid., F9 443-444, Ariège, Garde nationale, ville de Foix, 7 mai 1831.

56 Ibid., voir par exemple F9 436-437, Ardèche, dossier 13, règlement de la Garde nationale du canton du Vallon, 6 septembre 1831 ; F9 439-440, Ardennes, garde nationale de Charleville, 21 juillet 1831 ; F9 443-444, Ariège, garde nationale de Saverdun, arrondissement de Pamiers ; F9 489-490, Doubs, dossier 6, règlements, 1831, le maire de Besançon au préfet du Doubs.

57 Ibid., 489-490, Doubs, dossier 6, règlements, 1831, règlement sur le service ordinaire de la garde nationale de Baume proposé à Monsieur le Maire par le chef de bataillon, 27 juillet 1831.

58 Ibid., F9 439-440, Ardennes, le préfet au ministre de l’Intérieur, 8 mars 1831 ; F9 598-599, Moselle, dossier 3, le préfet au ministre de l’Intérieur, 5 et 7 avril 1831.

59 Mathilde Larrère, La garde nationale de Paris sous la monarchie de Juillet. Le pouvoir au bout du fusil ?, thèse sous la direction du professeur A. Corbin, université Paris I, 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search