Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Quatrième partie. De la Révolution à la Troisième République

Garde nationale et tensions sociales à Lyon, 1789-1871

Bruno Benoit

Texte intégral

  • 1 Cependant, une partie des métiers a été délocalisée dans les campagnes environnantes.

1Si Lyon a beaucoup changé entre 1789 et 1871, d’abord en superficie, passant de 364 hectares à plus de 4 000 hectares après avoir annexé, en 1852, les faubourgs de Vaise, de la Croix-Rousse et de la Guillotière, ensuite en population qui a été multipliée par deux, de 150 000 habitants avec les faubourgs en 1789 à plus de 300 000 habitants au début de la Troisième République, en revanche, la ville est toujours économiquement dominée par le travail de la soie1 et a été encore, durant cette période, agitée par de nombreuses tensions sociales. Mon propos s’inscrit donc dans la longue durée et se veut, non une étude de la Garde nationale, de son règlement, de ses effectifs, de son recrutement et de sa composition socioprofessionnelle, mais un essai de synthèse des rapports ayant pu exister entre une institution qui a pour mission d’être gardienne de l’ordre, la Garde nationale, et des événements perturbateurs de l’ordre, les tensions sociales qui, à Lyon, occupent une place importante dans l’histoire locale.

  • 2 Bruno Benoît, L’identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites, Par (...)
  • 3 Elle est supprimée en 1827 et rétablie pendant les Trois Glorieuses.

2La périodisation correspond aux temps forts de l’histoire contemporaine lyonnaise, époque pendant laquelle se construit l’identité politique locale2, mais aussi qui correspond à la durée de vie de la Garde nationale3. De 1789 à 1871, une douzaine d’émotions, de révoltes, de colères collectives, de nature socioéconomique ou politique, secouent la ville de Lyon. Si ce phénomène n’est pas nouveau entre Saône et Rhône, la fréquence atteinte par ces tensions sociales durant ces années y est plus élevée que dans le passé. En couplant tensions sociales et Garde nationale, l’étude cherche à révéler, à travers cette mise en parallèle, quelle place, voire quel rôle, occupe la Garde nationale dans l’histoire des violences collectives lyonnaises.

  • 4 Sauf, peut-être, entre 1792 et 1795.
  • 5 Voir Bruno Benoît, op. cit.

3Le colloque pose la question de savoir où se situe la Garde nationale, puisqu’il titre, la Garde nationale entre peuple et nation en armes. Elle n’est pas vraiment la nation en armes, puisque jusqu’en 1848 elle ne comprend que les seuls citoyens actifs4 ou ceux qui peuvent acheter leur équipement. Même après cette date où la volonté de démocratisation est réelle, elle n’est jamais le peuple en armes, mais plutôt une représentante de la nation qui se méfie du peuple dans la rue. Mon propos, partant à son tour de la question posée par le colloque, cherche à démontrer qu’à Lyon, la Garde nationale semble peu en armes et surtout peu nationale. Si le terme de nation en armes est retenu, il faut l’interpréter, quand la Garde nationale intervient à Lyon, comme la nation lyonnaise en armes. Or, la nation lyonnaise n’est pas toute la population de la ville, mais celle qui se regroupe derrière l’événement fondateur de 1793, celui qui fait de Lyon une ville modérée, rejetant les extrêmes en politique5. De ce fait, quels sont alors ses rapports avec le peuple ? Mon questionnement s’oriente donc vers plusieurs directions afin de comprendre la place limitée, voire marginale, de la Garde nationale dans l’histoire des tensions sociales lyonnaises.

  • 6 Steyert, un historien légitimiste de la fin du xixe siècle, déclare que la garde bourgeoise, si bi (...)

4Serait-ce la dimension bourgeoise6 de la Garde nationale qui, dans une ville à forte majorité populaire, une partie de la population en étant de ce fait exclue, et à fort activisme catholique, ce qui engendre un fort noyau contre-révolutionnaire, la situerait prise en tenaille entre les agissements des extrêmes ?

5Serait-ce l’intensité des tensions sociales qui ferait que la Garde nationale, consciente de ne pas pouvoir rétablir l’ordre en cas d’affrontement, aurait tendance à se tenir en dehors de ces mouvements de forte intensité sociopolitique, à se marginaliser et à laisser faire l’armée ?

6Serait-ce l’originalité de l’acte fondateur de l’identité politique de Lyon en 1793, autour du soulèvement, du siège et de la répression qui suit le décret « Lyon n’est plus », qui aurait transformé la Garde nationale en garde lyonnaise, la fondant ainsi dans le creuset de l’identité politique lyonnaise, la faisant participer aux tensions sociales en tant qu’actrice aux côtés de ceux qui défendent le modérantisme local et qui ferait qu’elle n’assumerait pas, systématiquement, son rôle de protectrice de l’ordre en place ?

7Les violences anti-octrois du début juillet 1789, qui voient le peuple dans la rue et le Consulat en difficulté, éclairent, dès le début de la Révolution, le pourquoi de l’évincement, de la place publique lyonnaise, de la Garde nationale, en tant qu’élément de premier plan du maintien de l’ordre local. Pour réduire ces violences, le Consulat fait, en effet, appel au régiment suisse de Sonnenberg et, parallèlement à cette intervention, des fils de marchands-fabricants, les futurs muscadins, s’arment et rétablissent l’ordre. Cet événement qui date d’une époque où la Garde nationale n’est pas encore organisée, met en scène les trois acteurs qui sont à l’origine de l’ordre et du désordre à Lyon : le peuple en colère, les élites locales traditionnelles et réactionnaires et des éléments extérieurs à Lyon. La part modérée de la population, ossature de la future Garde nationale et quatrième acteur de l’histoire politique lyonnaise, étant absente ou muette au moment où entrent en scène trois des quatre acteurs du paysage politique lyonnais jusqu’à 1871, celle-ci ne peut être, au départ, qu’un acteur secondaire de l’histoire politique locale. En revanche, à partir de l’année 1793, la Garde nationale joue un rôle actif dans le soulèvement de Lyon et, dès lors, n’y a-t-il pas fusion entre Garde nationale et majorité de la population lyonnaise ? Après cette date essentielle de l’histoire politique lyonnaise, il y a régulièrement référence mémorielle à cette date et ce, jusqu’à 1871, ce qui fait que la Garde nationale, sans être au cœur de l’histoire lyonnaise, sera toujours présente, de près ou de loin, au moment des tensions sociales.

8Ma démarche ne se veut pas chronologique, mais cherche à montrer quelle position la Garde nationale occupe lors des différents soulèvements et crises socioéconomiques ou politiques lyonnaises. En passant en revue les différents moments de fortes tensions sociales, la Garde nationale à Lyon est à la fois débordée, passive, mais aussi actrice.

Quand la Garde nationale est débordée lors des tensions sociales

9La Garde nationale est débordée quand elle ne peut rien faire contre le peuple, trop puissant, trop nombreux, même si elle a montré, au début de l’événement, une certaine résistance. Dans ces moments-là, la Garde nationale révèle le désarroi des citoyens actifs ou modérés contre la déferlante populaire. La nation en armes capitule face au peuple en colère contestant, les armes à la main, l’ordre en place.

26 juillet 1790

  • 7 Bruno Benoît, « Les fêtes révolutionnaires à Lyon », Cahiers d’histoire, 1987, n° 2, p. 102-105.
  • 8 Denis Monnet, chef d’atelier et acteur essentiel de l’émeute des deux sous d’août 1786, participe (...)

10Malgré le consensus de la fête de la Fédération7 qui s’est déroulée à Lyon le 30 mai, la situation économique étant difficile, la population lyonnaise, dans sa majorité, vit mal. De nouvelles manifestations anti-octrois commencent le 8 juillet, auxquelles la Garde nationale, au départ, participe. Devant le refus de l’Assemblée de supprimer les octrois, les tensions se radicalisent, débouchent le 26 juillet sur un attroupement, place des Terreaux, de citoyens passifs qui envahissent l’hôtel de ville et s’emparent d’armes, sans que cette fois la Garde nationale y prenne part. La peur gagne alors les citoyens actifs, ceux de la Garde nationale, qui ne savent pas quoi faire devant ce peuple en colère qui réclame la suppression des octrois, comme en juillet 1789, responsables de la vie chère. Le maire, Palerne de Savy, incarnant les élites traditionnelles fait appel aux Suisses de Sonnenberg qui, secondés par la Garde nationale8, vont mater le peuple en armes en désarmant les quartiers populaires où les cris de « Vaincre ou mourir » sont entendus. Cette ville, qui acquiert vite la réputation de la part de l’Assemblée siégeant à Paris de ville rebelle, voit l’armée, encadrée par les royalistes, s’installer à Lyon. Le peuple qui s’exprime, parfois les armes à la main, socialement et violemment en cet été 1790 affole la nation en armes qu’est la Garde nationale qui penche en faveur de la répression du peuple.

9 septembre 1792

  • 9 L’expression revient à Takashi Koï, Les « Chalier » et les sans-culottes lyonnais, thèse de 3e cyc (...)

11Pendant que la Garde nationale prête serment « de maintenir l’égalité ou la liberté ou de mourir en la défendant », ont lieu les septembrisades lyonnaises menées par les « Chalier9 », les exagérés lyonnais amis de joseph Chalier. La colère des « Chalier », qui n’hésitent pas à occuper la rue et à y manifester bruyamment, contre les ennemis réels ou supposés de la République, fait peur à la Garde nationale. Face à cette souveraineté directe des « Chalier », la Garde nationale, dépositaire d’une souveraineté déléguée, est en retrait. Le peuple en colère se fait donc davantage entendre que la nation en armes. Cette période, où la municipalité et la Garde nationale sont débordées par la minorité des « Chalier », ouvre une période d’agitation à Lyon qui se termine par le soulèvement de la majorité de la population et des sections le 29 mai 1793, donc de la milice bourgeoise qu’est la Garde nationale, contre ce peuple agité, peu respectueux de la légalité et dangereux.

21 novembre 1831

  • 10 L’émeute des deux sous en 1786 est de ce type. Lire Bruno Benoît, « Violences et répression urbain (...)

12Sur fond de conjoncture économique déprimée, les canuts, plus les ouvriers en soie que les chefs d’atelier, mobilisés depuis un mois pour faire aboutir leurs revendications sur le tarif – prix à payer par les marchands-fabricants pour un certain métrage tissé –, passent à l’action. Le peuple, réduit au silence depuis plus de 30 ans, descend des pentes de la Croix-Rousse, mais aussi traverse le Rhône, depuis le quartier des Charpennes à Villeurbanne en direction de l’hôtel de ville, place des Terreaux. La Garde nationale est là, mais elle ne peut arrêter cette marée humaine de plus de 50 000 personnes qui veulent « vivre en travaillant ou mourir en combattant ». Certes, la Garde nationale a tiré, les canuts également, les morts se chiffrent à 600 pour les deux côtés, mais les canuts sont passés et ont occupé l’hôtel de ville, sans savoir trop quoi faire une fois le but atteint. Cette révolte des canuts exprime un contentieux tarifaire ancien au sein de la Fabrique10 et le cri des canuts est un cri de désespoir socioéconomique et non de révolution politique. C’est ce désespoir qui leur donne cette force à agir. La ville, début décembre, ne retrouve son calme qu’avec l’aide de l’armée qui n’a pourtant pas besoin de combattre pour rétablir ordre et travail, le peuple étant rentré chez lui. La Garde nationale n’a pas été du côté du peuple, elle n’est donc pas la nation en armes. Elle représente cette bourgeoisie lyonnaise hantée par le souvenir des « Chalier » qui portent une part énorme de la responsabilité de « Lyon n’est plus » en 1793 et qu’il faut éviter de voir revenir à Lyon afin de sauvegarder l’économie de la ville et ne pas retomber dans la guerre civile dont Lyon a tant souffert. Mais cette bourgeoisie, n’étant pas en mesure de servir de barrage, constate que pour éviter de connaître le renouvellement de telles situations, elle doit chercher, face à un peuple lyonnais majoritaire, à mettre le peuple de son côté en l’encadrant et en lui faisant partager sa vision politique qui est le refus des extrêmes. Telle sera la grande aventure de la construction d’une identité politique par les modérés lyonnais.

16 avril 1848

  • 11 Vincent Robert, Les chemins de la manifestation (Lyon, 1848-1914), Lyon, Pul, 1996, 394 p.
  • 12 Les Voraces apparaissent à Lyon vers 1846-1847 et sont d’abord des consommateurs exigeants qui veu (...)
  • 13 Lire à ce propos, Joseph Bergier, journal d’un bourgeois de Lyon en 1848, publié par Justin Godart(...)

13Une statue du peuple souverain est promenée dans Lyon11, accompagnée par plus de 50 000 personnes, ce qui témoigne d’un certain consensus parmi la population, et est installée place Perrache. Elle représente un homme du peuple, plus un Vorace12 qu’un garde national, debout sur une barricade, tenant un fusil et foulant aux pieds les débris d’une couronne et d’une épée avec cette inscription : « Qui osera la relever ? » Les élites modérées qui ne contrôlent pas encore la ville13, comprenant aussi bien des républicains de la veille que du lendemain, s’inquiètent de cette souveraineté de la rue. La Garde nationale, malgré la démocratisation voulue par la seconde République, représente encore la partie modérée de la ville. Elle n’approuve pas cette manifestation, mais la laisse faire, car depuis février 1848 les Voraces tiennent le haut du pavé politique à Lyon. Après avoir pillé les dépôts d’armes, ils assurent l’ordre républicain, reléguant la Garde nationale au second plan. Ces Voraces sont à la fois peuple et nation en armes, mais un peuple minoritaire et une nation plus rouge que tricolore.

Quand la Garde nationale est passive face aux tensions sociales

14La Garde nationale est passive quand elle ne s’engage pas. Est-elle alors impuissante ou indifférente face aux soulèvements qui ont lieu, voire même favorable à ceux-ci, tout en refusant de le montrer ? Est-elle parfois complice du pouvoir qui ferme les yeux sur certains agissements ? Elle n’est alors nullement la nation en armes, elle laisse le peuple en armes occuper le devant de la scène et troubler l’ordre public.

19 juillet 1790

  • 14 Bruno Benoît, « Assassinat d’un soldat suisse à Lyon. 19 juillet 1790 », 112e Congrès des Sociétés (...)

15Antoine Lagier, un soldat suisse du régiment de Sonnenberg, subit, de la part d’une foule composée d’hommes et de femmes, issus du monde du travail lyonnais et qui payent les octrois, une randonnée mortelle sans que la Garde nationale cherche à lui porter secours14. Les Suisses sont vus comme des fidèles serviteurs du pouvoir royal ou du Consulat et, en cela, sont de plus en plus critiqués par la population qui leur reproche d’avoir réprimé la révolte anti-octrois de juillet 1789. La Mère Duchesne, un journal satirique, met en scène d’un côté la mère Carpillon et un volontaire des frontières nommé la Peur et de l’autre, deux royalistes, la mère Duchesne et un soldat suisse ! Cette mère Duchesne invective les patriotes et les prêtres jureurs, quant au soldat suisse, il prononce dans un français avec fort accent germanique : « Oh, moi le tire de tout mon cœur, Vive le Roi, vive la Reine. » Après avoir, à partir de 17 heures environ, été injurié, battu, poignardé, pendu à différentes lanternes, traîné dans la rue, brûlé et laissé pour mort…, la Garde nationale n’intervient qu’à minuit pour disperser la foule de plus de 3 000 personnes. La Garde nationale, qui devrait être la nation en armes se dressant contre le désordre populaire afin de protéger les bons citoyens, en l’occurrence ce soldat suisse qui a ramené l’ordre à Lyon, est alors indifférente aux violences infligées à ce soldat suisse. Elle ne s’est pas opposée, volontairement, au peuple qui incarne, à cette occasion, réellement la nation en train de se constituer contre ses ennemis, en l’occurrence un soldat suisse incarnant la monarchie et l’Ancien Régime.

4 mai 1795

  • 15 Il est bon de rappeler qu’a été publié en Suisse, un petit opuscule anonyme, intitulé Liste des dé (...)
  • 16 Renée Fuoc, La réaction thermidorienne à Lyon (1795), Les Éditions de Lyon, 1957, p. 122-139.
  • 17 Bruno Benoît, « Les Drômains et Lyon », Les Drômois, acteurs de la Révolution, Actes du colloque d (...)
  • 18 Bruno Benoît, « Lyon et la République directoriale », Philippe Bourdin et Bernard Gainot (dir.), L (...)
  • 19 Bruno Benoît, « Les paris lyonnais en l’an VIII », Jean-Pierre Jessenne (dir.), Du Directoire au C (...)

16Un mouvement de foule autour du tribunal criminel du Rhône où l’on juge des dénonciateurs de la période de terreur lyonnaise15. Au moment où le prisonnier Bonnard, un des nombreux dénonciateurs, réintègre sa cellule, une foule immense se concentre autour de la prison de Roanne, force les portes de la prison et massacre les prisonniers. Une centaine de morts en ce 15 floréal an III16 est recensée. La Garde nationale laisse faire, car elle est couverte par la municipalité de Salamond et par le représentant en mission Boisset qui, derrière leur fonction officielle, sont tous deux des agents royalistes qui pensent que Lyon, compte tenu de sa trajectoire en révolution, est capable de servir de tremplin à une restauration monarchique17. La Garde nationale aurait pu s’interposer, mais elle ne l’a pas fait, car elle représente la nation lyonnaise blessée par la terreur de « Lyon n’est plus », nation qui communie alors avec le peuple de Lyon qui se venge des exagérés et autres complices de la terreur. Au même moment, commence l’action contre-révolutionnaire des compagnons de Jésus qui vont, une nouvelle fois se servir de Lyon, pour essayer de déstabiliser le régime. Après cette date, le 6 messidor an III (24 juin 1795), les nouveaux représentants en mission Poullain-Grandprey et Ferroux confient la police de la ville à l’État-major et cassent la direction de la Garde nationale à qui les fusils sont retirés. Méfiance de la nation française vis-à-vis de la nation lyonnaise qui s’est montré trop peu empressée à faire régner l’ordre républicain. Le 14 pluviôse an VI (2 février 1798), Lyon est mis en état de siège, ce qui montre la difficulté de rétablir le calme dans une ville où la République directoriale est malmenée par les extrêmes et qui ne trouve pas de soutien chez les modérés lyonnais qui se souviennent que la République est responsable de leur malheur18. L’arrêté laisse entendre que cet état de siège pourrait être court si les bons citoyens – ceux qui composent d’ordinaire la Garde nationale – ne refusaient pas les emplois publics ! Seul l’établissement du Consulat mettra fin à ce divorce entre Lyon et la République19.

8 juin 1817

  • 20 Archives départementales du Rhône, 4M 203 à 4M 207.

17En cette fin de printemps sont arrêtés aux barrières de Lyon des individus munis de cartouches et d’armes. Le soi-disant complot, dont les autorités ont été préalablement informées, aurait donc éclaté. Ce complot bonapartiste, parti des campagnes, aurait eu pour objectif d’assassiner les riches, les accapareurs et enfin le maire, pour ensuite s’emparer du pouvoir municipal à Lyon20. Il y a bien dans la rumeur qui s’enfle autour d’une action populaire contre les nouvelles élites un arrière-goût de retour des « Chalier » En ce début de Restauration où les ultras relèvent la tête, l’image de Bonaparte, général jacobin et fils de la Révolution, reste présente à l’esprit de nombreux Lyonnais qui misent sur son nom pour rétablir un régime plus social. Le maire et le préfet contrôlent facilement la situation en faisant quadriller la ville, non pas par la Garde nationale qui a perdu la confiance du régime à la suite du rôle pro-bonapartiste qu’elle a joué durant les Cent-Jours, mais par un régiment suisse. La Garde nationale est donc écartée du maintien de l’ordre, car considérée comme peu sûre. Elle incarne, à cette occasion, aux yeux du pouvoir, le peuple en armes.

9 avril 1834

  • 21 Le Courrier de Lyon, journal orléaniste fondé le 1er avril 1832 et dont l’éditeur est Jean-Baptist (...)

18En plein procès des grévistes arrêtés à la suite de la grève générale de février 1834, un incident éclate le 9 avril près du tribunal, incident qui met le feu aux poudres dans une ville chauffée à blanc par des provocateurs légitimistes. Commence ce que l’on appelle, improprement, la deuxième révolte des canuts qui n’est, en réalité, qu’une révolte républicaine, à caractère politique et non professionnel, qui mobilise au mieux 500 personnes. La Garde nationale, ayant en souvenir la grande révolte de 1831 et le spectre de la guerre civile refaisant surface21, fait corps avec le préfet à poigne Gasparin. Celui-ci, qui ne veut pas connaître la situation à laquelle son prédécesseur Bouvier-Dumolard a été confronté en 1831, fait appel à l’armée qui balaie de façon musclée ce soulèvement. Le 14 avril au soir, l’ordre règne entre Saône et Rhône. La répression, à la différence de 1831, est forte. La Garde nationale est solidaire du pouvoir, mais passive, car impuissante. Elle délègue donc le maintien de l’ordre à l’armée pour calmer le peuple en armes.

15 juin 1849

  • 22 Bruno Benoît et Raymond Curtet (dir.), Quand Lyon rugit… les colères de Lyon, Lyon, Elah, 1998, p. (...)
  • 23 Formule célèbre dans le Journal des débats du 1er décembre 1831.

19Lyon n’a pas bougé lors des journées de juin 1848 qui ont vu, après une féroce répression, la République de sociale devenir conservatrice et ce, malgré la forte minorité des Voraces, environ 1 000 individus. Pourtant en cette année 1849, ceux-ci voient leur contentieux avec la République conservatrice s’accumuler. Eux qui se situent en l’an LVII de la République estiment que l’esprit de février 1848 a été trahi. Ce peuple en armes se soulève le 15 juin 1849, aux cris de « Vive la révolution démocratique et sociale, vive la Montagne », et lèvent des barricades au faubourg de la Croix-Rousse. Le soir, l’armée a écrasé le soulèvement et la ville est mise en état de siège le 17 juin. La Garde nationale, étant impuissante et ayant déserté l’espace public laissé aux Voraces, ne peut que se satisfaire de la répression militaire qui redonne le contrôle de la ville aux bons citoyens, la nation fréquentable, face au peuple laborieux, dangereux et qui rugit un peu trop souvent22, ces fameux nouveaux barbares selon Saint Marc Girardin23.

La Garde nationale actrice lors des tensions sociales

20La Garde nationale est actrice quand elle est à la fois peuple citoyen et nation en armes. Il est évident que lorsque cela se produit, la Garde nationale accompagne l’événement, voire même peut en être à l’origine. La Garde nationale a montré qu’elle pouvait incarner cette double dimension lors d’une manifestation consensuelle et pacifique, en l’occurrence la fête de la fédération du 30 mai 1790.

29 mai 1793

  • 24 Bruno Benoît et Roland Saussac, Guide historique de la Révolution à Lyon (1789-1799), Lyon, Éditio (...)

21C’est la grande date de l’histoire lyonnaise, la date fondatrice de son identité politique. Ce jour-là s’opposent la majorité des sections contrôlée par les modérés et la minorité des sections sous le contrôle des « Chalier ». La Garde nationale, à la fois peuple citoyen et nation en armes, se range de façon presque totale du côté des modérés. La victoire revient au camp modéré majoritaire. Le 29 mai 1793, la démocratie est née à Lyon dans la violence et, à cette occasion, la Garde nationale a joué un rôle d’acteur important. S’il est vrai que le peuple de Lyon, avec sa garde nationale, est instrumentalisé à partir de juillet 1793 par les royalistes qui poussent la ville à rompre avec la Convention et a guillotiné, le 16 juillet, Chalier arrêté au soir du 29 mai, il n’en reste pas moins que la Garde nationale participe à l’acte fondateur de l’émancipation politique lyonnaise, défend la ville lors du siège, subit la répression de « Lyon n’est plus » qui fait près de 2 000 morts et est donc héritière de la mémoire du martyrologe imposé par la République et par Paris. La Garde nationale entre de plain-pied dans l’histoire lyonnaise en ayant une aversion pour la guerre civile, pour tout retour des « Chalier » et de leurs héritiers et pour toute instrumentalisation de la part des royalistes qui, chaque fois qu’ils investissent Lyon, pensent à restaurer une monarchie et non à faire rayonner Lyon24.

29 mai 1795

  • 25 Ce cénotaphe est incendié par les Jacobins, le 24 janvier 1796.

22En ce 10 prairial an III, jour anniversaire du soulèvement lyonnais, et ce après la chute de Robespierre mais seulement quelques jours après le massacre dans les prisons, la Garde nationale, tambours et drapeaux voilés de crêpe, se rend en cortège, accompagnée par une foule importante, aux Brotteaux pour se recueillir devant un cénotaphe aux victimes de la répression25 monument sculpté par Chinard à partir d’un dessin de Cochet. Ce monument sert de lieu de deuil pour la population lyonnaise. Le discours prononcé évoque nos frères égorgés qui attendent une vengeance juste de la République. La Garde nationale est alors la nation lyonnaise en armes et est bien l’actrice essentielle de cette cérémonie mémorielle, première pierre de la construction de l’identité politique lyonnaise qui renvoie dos à dos muscadins et « Chalier » au profit du modérantisme lyonnais.

30 juillet 1830

23La foule amassée place des Terreaux, en cette révolution de juillet à Lyon, crie « Vive la Charte ». La tension est grande quand on apprend l’arrivée d’un régiment suisse. C’est alors que la Commission des neuf citoyens réunis à l’hôtel de ville se rend à la préfecture, place des Jacobins, pour évoquer la création d’une Garde nationale. Le 31 juillet, la tension monte encore d’un cran, car le face à face entre la population et l’armée se précise. Devant les risques de violences, les membres de la Commission demandent au général commandant la place de Lyon de ne pas intervenir, car la Garde nationale, qui vient d’être constituée, représente la population tout entière. Les représentants de la monarchie de Charles X, le maire et le préfet, cèdent devant le peuple de Lyon. Rien que sa formation fait de la Garde nationale un acteur décisif des Trois Glorieuses lyonnaises et l’élément clé du retour au calme. La Garde nationale incarne bien alors la nation en armes, celle qui est porteuse de liberté et d’égalité, celle qui instruit le retour d’un régime plus représentatif.

28 septembre 1871

24Bakounine et les Internationalistes sont au balcon de l’hôtel de ville de Lyon pour appeler à la révolution socialiste internationale à partir de Lyon. Cette minorité lyonnaise, arborant drapeau rouge et prononçant discours exagérés, échoue face à la Garde nationale emmené par le maire Hénon, opposant au Second Empire, mais républicain modéré. La garde nationale lyonnaise est alors la nation lyonnaise en armes se dressant contre les fauteurs de trouble, héritiers des « Chalier » rendus responsables de tous les malheurs de Lyon, et refusant une République sociale. Les internationalistes-communalistes essaient de retenter leur chance sur fond de Commune de Paris. Une Commune insurrectionnelle de Lyon a lieu le 30 avril 1871 à la Guillotière, sur la rive gauche du Rhône, dans le nouveau quartier industriel et ouvrier. L’armée soutenue par la Garde nationale écrase ces tenants d’une République démocratique et sociale universelle. Thiers félicite les autorités lyonnaises et, avec elles, les Lyonnais qui ont su réagir face au risque de guerre civile. À quelques semaines de sa disparition, la Garde nationale incarne, à Lyon, la nation républicaine très sélective, car elle exclut les Rouges, c’est-à-dire une partie du peuple.

25Un événement tragique révèle toute la complexité du sujet abordé et la triple dimension, dans l’histoire lyonnaise, de la Garde nationale, à la fois débordée, passive et/ou actrice. La scène se déroule en décembre 1870 sur fond de défaite des légions du Rhône au combat de Nuits et d’approche des Prussiens sur la ville, ce qui fait que certains républicains sociaux, ceux qui ont tenté leur chance le 28 septembre 1870, réclament une commune insurrectionnelle, tandis que des royalistes en embuscade attendent la bonne occasion, celle-ci peut en être une, pour rétablir la royauté. La cohabitation entre Saône et Rhône de républicains modérés et radicaux, de républicains sociaux, de royalistes henriquinquistes et d’orléanistes forme un cocktail détonant. Si la Garde nationale recrute ses chefs de bataillon parmi les républicains modérés ou radicaux, proches du maire Hénon, les gardes peuvent être, eux, de sensibilité politique différente, ce qui permet de dire que la Garde nationale n’est pas homogène socialement et politiquement.

  • 26 Bruno Benoît, « L’assassinat du commandant Arnaud en 1870. N’est-ce-pas Marianne qu’on assassine ? (...)

26À 10 h 45, le 20 décembre 1870, le tocsin retentit et le clairon de la Garde nationale sonne à la Croix-Rousse. Antoine Arnaud, chef d’atelier et commandant du 12e bataillon de la Garde nationale sort armé de chez lui pour répondre à l’appel. Il apprend alors qu’un autre commandant de la Garde nationale a été molesté par la foule amassée place de la Croix-Rousse, car il a refusé de marcher sur l’hôtel de ville afin de prendre le pouvoir, le maire et les autorités municipales étant considérés comme incompétents face au danger prussien. Il arrive place de la Croix-Rousse, des hommes et des femmes regroupés à cet endroit lui demandent de prendre la tête de l’insurrection. Il refuse. Il est alors bousculé, jeté à terre, frappé, il perd son sabre et sort un pistolet, un coup part ! Que s’est-il passé ? Accusé d’avoir voulu tirer sur la foule, il est traîné dans une salle de réunion où un tribunal populaire le condamne à mort en 10 minutes. II est 12 h 30. Encadré par des gardes nationaux, il descend le boulevard de la Croix-Rousse, passe devant ses hommes qui ne réagissent pas, est mis contre un mur, au lieu-dit le Clos-Jouve, et est fusillé par 10 hommes. Il est achevé d’une balle dans la tête. Il est mort en criant « Vive la République », les hommes du peloton ont aussi crié « Vive la République ». Gambetta assiste à ses funérailles et un procès retentissant va se dérouler à l’encontre des fauteurs de ce crime26. En cette fin décembre 1870, cette tragédie révèle qu’à Lyon, la Garde nationale est porteuse des courants politiques qui animent la ville depuis la Révolution. Le commandant de la Garde nationale Arnaud est l’héritier du modérantisme lyonnais qui depuis 1793 lutte contre les extrémismes, tandis qu’une partie du peuple de Lyon, lui aussi membre de la Garde nationale incarne la République exagérée, sans oublier les royalistes réactionnaires qui agitent le peuple de Lyon, donc une partie de la Garde nationale. Lors de cet événement, la Garde nationale a été à la fois passive, débordée et actrice.

  • 27 Bruno Benoît, « Relecture des violences collectives lyonnaises au xixe siècle », Revue historique, (...)

27La Garde nationale à Lyon respire plus au rythme de l’histoire locale que nationale. Elle est l’expression de cette politisation du peuple de France et des nombreux courants politiques qui le traversent. Est-elle plus le peuple en armes que la nation en armes, difficile à dire. À Lyon, elle est la fille d’une histoire agitée où se retrouvent, de façon presque permanente les trois acteurs27 de la construction de l’identité politique de Lyon : les « Chalier » que la majorité de la population, donc la Garde nationale, refuse, les contre-révolutionnaires que la majorité des Lyonnais, donc la Garde nationale, rejette, et les modérés porteurs de l’identité politique lyonnaise, peuple en armes, gardes nationaux et nation majoritaire.

Notes

1 Cependant, une partie des métiers a été délocalisée dans les campagnes environnantes.

2 Bruno Benoît, L’identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites, Paris, L’Harmattan, 1999, 240 p.

3 Elle est supprimée en 1827 et rétablie pendant les Trois Glorieuses.

4 Sauf, peut-être, entre 1792 et 1795.

5 Voir Bruno Benoît, op. cit.

6 Steyert, un historien légitimiste de la fin du xixe siècle, déclare que la garde bourgeoise, si bien organisée par la franc-maçonnerie, a été un obstacle aux agissements des royalistes, mais s’est heurtée au peuple révolutionnaire. André Steyert, Histoire de Lyon, t. 3, p. 469.

7 Bruno Benoît, « Les fêtes révolutionnaires à Lyon », Cahiers d’histoire, 1987, n° 2, p. 102-105.

8 Denis Monnet, chef d’atelier et acteur essentiel de l’émeute des deux sous d’août 1786, participe en tant que chef de bataillon de sa section à la répression. Denis Monnet est représentatif des modérés lyonnais qui se soulèvent en mai 1793 et qui sera exécuté après la prise de Lyon.

9 L’expression revient à Takashi Koï, Les « Chalier » et les sans-culottes lyonnais, thèse de 3e cycle, université Lyon 2, 1974, 185 p. Sur Chalier, lire Georges Eynard, Joseph Chalier, bourreau ou martyr (1747-1793), Lyon, Elah, 1987, 220 p.

10 L’émeute des deux sous en 1786 est de ce type. Lire Bruno Benoît, « Violences et répression urbaines : l’exemple lyonnais (1786-1849) », Jean-Clément Martin, Guerre et répression, La Vendée et le monde, Ouest Éditions, 1993, p. 101-110.

11 Vincent Robert, Les chemins de la manifestation (Lyon, 1848-1914), Lyon, Pul, 1996, 394 p.

12 Les Voraces apparaissent à Lyon vers 1846-1847 et sont d’abord des consommateurs exigeants qui veulent qu’au cabaret, lieu de sociabilité ouvrière, on leur serve le vin au litre et non à la bouteille. Avec la révolution de 1848, ils incarnent des républicains engagés, défenseurs d’une République sociale.

13 Lire à ce propos, Joseph Bergier, journal d’un bourgeois de Lyon en 1848, publié par Justin Godart, Paris, Pul, 1924, 180 p.

14 Bruno Benoît, « Assassinat d’un soldat suisse à Lyon. 19 juillet 1790 », 112e Congrès des Sociétés savantes, Lyon, 1987, t. III, p. 91-98.

15 Il est bon de rappeler qu’a été publié en Suisse, un petit opuscule anonyme, intitulé Liste des dénoncés et des dénonciateurs à Lyon avec le nom du dénoncé, en face le nom du dénonciateur et son adresse.

16 Renée Fuoc, La réaction thermidorienne à Lyon (1795), Les Éditions de Lyon, 1957, p. 122-139.

17 Bruno Benoît, « Les Drômains et Lyon », Les Drômois, acteurs de la Révolution, Actes du colloque de Valence d’octobre 1989, Archives départementales de la Drôme, Valence, 1990, p. 491-500.

18 Bruno Benoît, « Lyon et la République directoriale », Philippe Bourdin et Bernard Gainot (dir.), La République directoriale, actes du colloque de Clermont-Ferrand de mai 1997, Bibliothèque d’histoire révolutionnaire, t. 1, 1998, p. 261-276.

19 Bruno Benoît, « Les paris lyonnais en l’an VIII », Jean-Pierre Jessenne (dir.), Du Directoire au Consulat, t. 3, actes du colloque de Rouen, universités de Lille et de Rouen de mars 2000, 2001, p. 135-145.

20 Archives départementales du Rhône, 4M 203 à 4M 207.

21 Le Courrier de Lyon, journal orléaniste fondé le 1er avril 1832 et dont l’éditeur est Jean-Baptiste Monfalcon, écrit en date du 16 avril : « … le bonheur-d’être délivré du double fléau de l’anarchie et de la guerre civile ».

22 Bruno Benoît et Raymond Curtet (dir.), Quand Lyon rugit… les colères de Lyon, Lyon, Elah, 1998, p. 112-113.

23 Formule célèbre dans le Journal des débats du 1er décembre 1831.

24 Bruno Benoît et Roland Saussac, Guide historique de la Révolution à Lyon (1789-1799), Lyon, Éditions de Trévoux, 1988, p. 26-39.

25 Ce cénotaphe est incendié par les Jacobins, le 24 janvier 1796.

26 Bruno Benoît, « L’assassinat du commandant Arnaud en 1870. N’est-ce-pas Marianne qu’on assassine ? », Bulletin du Centre Pierre Léon, n° 1-2, 1997, p. 75-88.

27 Bruno Benoît, « Relecture des violences collectives lyonnaises au xixe siècle », Revue historique, n° 606, avril-juin 1998, p. 255-285.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540