Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Quatrième partie. De la Révolution à la Troisième République

La Garde nationale en Corse, de la Révolution française au lendemain des Trois Glorieuses

Francis Pomponi

Texte intégral

  • 1 Pour la période révolutionnaire en Corse, voir A. Casanova et A. Rovere, La Révolution française e (...)

1Bien que récemment conquise, encore pays d’États, éloignée du continent et ayant ses problèmes propres, dès 1789 la Corse a été pleinement concernée par la Révolution et, le 30 novembre 1789, à la demande expresse de ses représentants, elle était décrétée partie intégrante de « l’empire français ». La nature des événements qu’elle connut alors n’est pas différente de celle des autres régions françaises et, une fois organisée en département en 1790, elle vécut jusqu’à sa sécession de 1793 au rythme du continent, participant activement à la vie de la nation en voie de « régénération1 ». C’est dire que la question qui nous occupe et qui consiste à faire le point sur la genèse et l’évolution de la Garde nationale dans cette ancienne province s’inscrit dans un ensemble et que nous y retrouvons des caractéristiques qui ont pu être relevées à l’échelle nationale et pour d’autres départements. Sans en faire complètement l’économie, nous ne nous y attarderons pas et nous nous attacherons plutôt aux traits de spécificité qui ont marqué l’histoire de cette institution dans la moyenne durée, en débordant du cadre de la Révolution française qui l’a vu naître, pour faire une place à la difficile résurgence du phénomène au lendemain des Trois Glorieuses en 1830 et quelques années au-delà.

2S’il s’agit de marquer les « précédents » de l’institution, comme cela a été fait pour d’autres régions, en mettant l’accent sur les « milices bourgeoises » d’Ancien Régime, le cas de la Corse apparaît comme particulier en ce sens qu’elle a connu des milices plus villageoises qu’urbaines au temps de Gênes, de l’aube des temps modernes à la guerre d’indépendance du xviiie siècle, à l’instar de ce qui existait dans le contado de la Sérénissime République : les paesani (habitants des villages) étaient occasionnellement enrôlés dans des compagnies conçues sur le modèle des compagnies di ventura de la Renaissance, mais non rémunérées et placées sous le commandement de capitani secondés par des alfieri et des caporali élus par les habitants (chefs de famille ou une partie d’entre eux) réunis en assemblées, le plus souvent sur la place de l’église paroissiale. La charge de capitano briguée par les notables (principali) locaux qui disposaient d’une clientèle suffisante pour être élus, était autant honorifique que fonctionnelle ; ces compagnies n’entraient en activité que sur réquisition de l’autorité génoise ou des 12 Nobles (conseil restreint élu en assemblée des représentants des communautés au sein de l’élite sociale insulaire) pour empêcher de nuire bandits et délinquants (discoli e malviventi) qui, déjà à cette époque, avaient, comme on dira plus tard, « pris le maquis ». Pratique de la mobilisation à l’appel de chefs (capi) locaux, prise d’armes admise et « couverte » par l’autorité de tutelle, disons par l’État qui, par économie et manque de moyens, se déchargeait ainsi sur ses sujets d’une partie de la mission qui consistait à faire régner l’ordre public… cela nous rapproche déjà de la formule de la Garde nationale, mais sans la dimension « politique ». Celle-ci apparaît pourtant au premier plan lorsqu’au temps de l’éphémère indépendance (1755-1769) le général Pascal Paoli institutionnalise cette milice héritée de Gênes pour en faire le noyau d’une armée « nationale » organisée suivant les mêmes principes, mais avec une hiérarchie plus stricte et à d’autres fi ns. Ces « forces citoyennes » avant l’heure faisaient l’objet de véritables levées ou « marches » qui n’avaient plus pour mission principale d’assurer l’ordre public mais celle de combattre l’ennemi (entendons les Génois puis les Français) pour assurer « la défense de la patrie ». L’armée populaire requérant le service obligatoire pour les adultes en état de porter les armes, forme première de la conscription, était connue des Corses avant même la Révolution française et l’Ancien Régime y avait naturellement mis un terme. Qu’allait-il se passer en 1789 ?

L’engouement des Corses pour la Garde nationale

3La Corse en Révolution, dans les villes et dans les campagnes, est à l’écoute du continent, en attend les nouvelles et en imite les exemples, avec un décalage dans le temps dû à la convocation plus tardive dans l’île des États généraux. Les gardes nationales se forment bientôt et cela se fait de manière spontanée, plus intensément et plus précocement en certains endroits (dès août pour Ajaccio, pas avant novembre pour Bastia, plus tardivement et partiellement ailleurs), le plus souvent dans la foulée de l’exemple de la ville qui donne l’impulsion par des incitations à l’adresse des autorités villageoises. Nous sommes dans le même cas de figure que sur le continent et, ce qui frappe le plus l’observateur, c’est la volonté affichée de ne pas être en reste, de faire comme à Paris ou ailleurs, pour assurer la marche en avant du mouvement. À aucun moment la volonté de prendre les armes et de s’organiser conformément aux textes – hésitants et vagues, il est vrai, en 1789 – promulgués par l’Assemblée nationale, ne se présente comme le signal d’une relance de la lutte pour l’indépendance à la faveur des événements. Une mutation radicale dans la pensée et dans les comportements s’est opérée, principalement chez les élites urbaines et villageoises qui ont délibérément choisi de faire partie intégrante de la nation française, qui vibrent à l’unisson des perspectives révolutionnaires de 1789 et qui saluent l’ère nouvelle émancipatrice qui les libère du « despotisme militaire » de l’Ancien Régime.

  • 2 A. Chuquet, La jeunesse de Napoléon, Paris, 1898, t. 1, p. 82.
  • 3 L’expression est d’Ange Rovere, op. cit.

4Suivre en tous points ce qui se passe sur le continent et plus particulièrement à Paris, telle est la consigne et l’objet essentiel de la correspondance régulièrement entretenue entre les députés et leurs commettants. A. Chuquet évoque, sur la base du témoignage de A. Rossi, l’effet des lettres émanant des représentants du Tiers à l’Assemblée nationale durant l’automne 1789 : « Dans les premiers jours de novembre, Bastia que Napoléon jugeait engourdie se réveillait subitement à la voie de Saliceti » et de citer la lettre du 20 octobre où le député écrivait à Jean-Baptiste Galeazzini, notable bastiais avec qui il était en étroite relation, pour lui dire que toutes les provinces de France s’étaient emparées de l’administration, qu’elles ne recevaient plus d’ordres que de municipalités provisoires et qu’elles n’employaient d’autres forces que les milices nationales2. C’est ce qui advint à Bastia le 6 novembre lorsque le peuple fit pression sur la nouvelle municipalité présidée par de Caraffa pour qu’il obtienne du gouverneur Barrin la permission de prendre des armes à la citadelle, afin de se constituer en Garde nationale. La journée (sorte de 14 juillet des Bastiais ! a-t-on pu dire3) fut émaillée par quelques incidents qui donnèrent lieu à des mémoires justificatifs de la part des intéressés et on peut se référer à celui des représentants de la municipalité qui écrivaient dans une lettre adressée à l’Assemblée nationale le 8 novembre :

  • 4 Texte publié dans le Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse (BS (...)

« Il est notoire que toutes les villes et communautés du royaume ont établi pour leur sûreté particulière une milice nationale d’autant plus favorable aux provinces que chaque soldat y devient citoyen et chaque citoyen soldat. On ne peut pas deviner sur quel motif le commandant en chef de cette île a cru voir des inconvénients dans la formalité de ces milices en Corse et il y a plusieurs semaines que chacun de nous se demande si leur formation peut devenir un crime de lèse majesté… le roi et sa famille depuis 4 mois sont sous la garde de pareilles milices, donc ce n’est pas un crime de lèse majesté. Par quelle fatalité les Corses seuls se trouveraient-ils privés du précieux avantage de donner cette marque de satisfaction à la nation4. »

  • 5 Bibliothèque municipale de Bastia, Registre de correspondance de 1789 de la municipalité de Bastia (...)
  • 6 Archives nationales, op. cit.

5Le propos est intéressant à plus d’un titre : il témoigne d’une parfaite connaissance de ce qui se passe sur le continent, avec une référence explicite au 14 juillet et à la constitution de la Garde nationale parisienne, le modèle à suivre (on sait que la municipalité bastiaise était en relation épistolaire avec la « commune de Paris5 ») ; il est la preuve d’une conscience civique et nationale qui s’éveille et il atteste cette volonté inébranlable de rester dans la légalité, de ne pas être considéré de manière marginale et d’être concerné à parité par tout ce qui se passe à l’échelle nationale et qui va dans le sens du changement. Observons encore ce trait de la concomitance entre la création d’une Garde nationale et le processus de révolution municipale marqué par la mise en place de « comités », à l’exemple du continent. À Bastia, la constitution de la garde est précédée par la demande des syndics des principales corporations de créer un comitato urbano pour assurer la pubblica tranquillita. On relève la même corrélation à Ajaccio où l’apparition d’un comité des 36 va de pair avec la naissance d’une première Garde nationale qui ne résistera pourtant pas à la première poussée contre-révolutionnaire et à l’entrée dans la ville du maréchal de camp Gaffory. À l’échelle de la Corse, dans le projet global lancé par Saliceti d’installation d’un « comité supérieur », organe élu avec des représentants des anciennes provinces, pour supplanter la commission des Nobles et tenir lieu d’exécutif en lieu et place des représentants du roi, il était question qu’une milice bourgeoise serait établie et mise à la disposition du comité, « suivant l’ancien usage6 ». Là se conjuguaient l’imitation du modèle nouveau de la Garde nationale et la référence aux milices patriotes du temps de l’indépendance, certes destinées à une mission différente.

  • 7 Pour la législation de la période concernant la Garde nationale, G. Carrot, La Garde nationale (17 (...)
  • 8 « In virtu di differenti suppliche stateci presentate da molti particolari come in virtu di letter (...)

6L’institutionnalisation de la garde se fait progressivement, comme sur le continent, au gré des textes successifs de l’Assemblée nationale qui accompagnent le mouvement plus qu’ils ne le précèdent, décret du 10 août 1789 permettant le recours des municipalités à ce bras armé, texte du 21 octobre instituant la loi martiale à l’initiative des municipalités, décret du 14 décembre fondateur des nouvelles institutions municipales dotées de cette force publique, en attendant les mesures propres à l’organisation de la Garde7. Toujours avec un certain décalage dans le temps, ces textes parviennent en Corse et les nouvelles autorités locales s’y réfèrent avec le souci de les faire appliquer. C’est ce dont témoigne en particulier la correspondance adressée par le directoire de département aux administrations des districts instituées à l’assemblée électorale d’Orezza en septembre 1790. Dans certains cas il s’agit de régularisation de ce qui est né de façon improvisée, dans d’autres on relève des entorses à la législation (élection des chefs par acclamation, mise en place de doubles gardes nationales par suite de désaccords locaux…) mais on a aussi des situations proches de celles prévues par la loi. On voit bien ce souci de se conformer au modèle fixé par les textes dans le canton de Tavagna dont le procès-verbal daté du 19 décembre 1789 relate les modalités de mise en place de l’institution : réunis sur la place du couvent Saint-François, les habitants des trois communautés qui composent la piève (qui n’a pas encore été transformée en canton) désignent leurs compagnies et procèdent à l’élection de leurs capitaines, « pour répondre à la demande qui a été formulée par de nombreux particuliers ». Certes les officiers, est-il dit, sont élus par acclamation, mais en présence du podestat et des pères du commun, en attendant la mise en place « d’un comité d’un nombre suffisant de personnes conformément aux délibérations prises par l’Assemblée nationale » et « comme cela a été demandé par des lettres émanant des députés de notre île ». On prend soin d’indiquer que cela répond au souci de « maintenir la tranquillité publique et faire ce qui a été fait dans toutes les provinces de France et dans notre capitale Bastia et en diverses communautés de la Corse8 ».

  • 9 Sur le cas d’Ajaccio en 1792, voir F. Chailley-Pompei, « Les troubles de Pâques 1792 d’après le ma (...)

7À Bastia, au lendemain de la journée du 6 novembre au cours de laquelle le peuple s’est emparé des armes à la citadelle, compagnies et bataillon sont mis en place et le sieur de Petriconi, notable qui avait eu maille à partir avec l’Ancien Régime, en est élu commandant, tout comme Mario Peraldi l’a été à Ajaccio deux mois auparavant. Quant à la finalité de l’institution, elle est régulièrement indiquée : elle devra assurer l’ordre public par rapport aux « dérapages » qui peuvent se produire durant cette période de vacance ou de changement de pouvoir et il est clair en particulier que la bourgeoisie urbaine qui, à Bastia, Ajaccio, Calvi et Bonifacio, a été le fer de lance de la Révolution, craint que l’agitation qui se manifeste dans les campagnes ne se retourne contre les villes, comme cela avait été le cas en 1730 lors du déclenchement de la révolte contre Gênes et comme, de fait, cela se reproduisit en partie en 1789 ou durant les années suivantes9.

  • 10 « Pièces et documents devant servir à l’histoire de la Corse sous la Révolution », BSSHNC, 1894, n (...)

8À noter également l’omniprésent souci d’assurer le respect de la propriété privée et la tendance précoce au dépassement du cadre de la ville ou de la communauté villageoise pour aboutir à un regroupement micro-régional des gardes nationales : de Petriconi élu commandant à Bastia est appelé au commandement général des gardes de la capitale, du Nebbio et du Cap Corse. De même Achille Murati a été élu à l’échelle de l’ancienne province du Nebbio et Barthélémy Arena commandera les gardes de l’ensemble de la Balagne. On peut déjà parler de fédération et c’est le terme que Buonarroti emploie dans son Giornale Pattriotico dans lequel il rend compte régulièrement des événements de Corse où il s’est établi dès 1789 : à Omessa, écrit-il, le 14 juin 1790, les gardes nationales se sont confédérées et le dottore Francesco Montera a prononcé une allocution, leur demandant de veiller à la liberté des citoyens, à la propriété, et de se mettre au service des autorités pour faire rentrer les impôts et veiller à la mise en place des nouvelles municipalités, ce qui est en tous points conforme à ce qu’on trouve régulièrement dans d’autres départements en application de la législation nationale. Rien d’étonnant dès lors à ce que les gardes nationales de Corse, ou du moins leurs représentants bastiais, aient franchi la mer pour se joindre aux fédérés de la vallée du Rhône à Lyon en juin 1790, avant de se rendre dans la capitale pour répondre à l’appel de la commune de Paris relayée par l’assemblée nationale. De retour en Corse, Jean-Baptiste Galeazzini qui fait figure de chef de la délégation, arborera fièrement à l’assemblée électorale qui se tint en septembre 1790 à Orezza le drapeau des gardes nationales du département de la Corse remis pour la circonstance à la municipalité de Bastia et il reprendra avec enthousiasme dans son discours le thème de l’appartenance de tous les fédérés à la même nation10. En ce sens, ici encore, la Garde nationale, en tant que vecteur de l’idée révolutionnaire, a pleinement rempli son rôle d’agent de prise de conscience nationale et d’intégration de la Corse dans l’ensemble français.

L’attitude des autorités d’Ancien Régime

La question du port d’armes

  • 11 Sur la législation sur le port d’armes en Corse, cf. H. Rossi, Les armes dans l’histoire, les mœur (...)
  • 12 « En vain Gênes fit plusieurs désarmements… en vain les Français en 1769 leur ordonnèrent de les r (...)

9Elle est inséparable du problème de la constitution des gardes nationales et elle a été largement mise en avant par les autorités qui s’opposaient à cette institution. En Corse elle revêtait une importance particulière, et on peut dire que la France d’Ancien Régime, confrontée aux mêmes réalités, avait hérité de Gênes la hantise de voir se généraliser cet usage, pour des raisons de sécurité et d’ordre public face aux manifestations de « violence primitive », d’actes de vengeance privée (la fameuse vendetta) ou de banditisme de grand chemin11. Plus simplement, elles se trouvaient en présence d’une pratique vécue comme un fait culturel, ce fameux « goût des armes », mieux défini par les anthropologues (Pitt-Rivers ou Peristiany) comme un trait de l’andria méditerranéenne. Cela était déjà dénoncé à la fi n du xvie siècle par les Corses « éclairés » eux-mêmes, tels que le chroniqueur Filippini, au moment où s’était immodérément répandu dans l’île le port de l’arquebuse à rouet, et il est encore évoqué dans des termes proches sous l’Ancien Régime français par Pommereul lorsque celui-ci dénonce les entorses faites à la législation sur le port d’armes12. La Sérénissime République de Gênes avait déjà abondamment et contradictoirement légiféré sur la question, intéressée un temps par le revenu qu’elle retirait de la vente des patentes de port d’armes et le gouvernement de Louis XV s’était empressé, au lendemain de la conquête de l’île, de réitérer l’interdiction du port d’armes avant de réglementer cet usage suivant d’autres raisons et critères que ceux qui avaient cours sur le continent. Sur le port d’armes en général, les propos tenus en 1789 par les autorités s’inscrivent dans un discours récurrent. Nous pourrions multiplier les déclarations du moment telles celles du commandant militaire Barrin autour du thème d’un peuple sauvage qui reste à civiliser et « qui a un goût immodéré pour les armes ». Le gouverneur considérait qu’ » une Garde nationale serait un malheur pour l’île, [que] la Corse ne pouvait être considérée comme d’autres provinces… [et que] si elle avait des milices, tous les insulaires se croiraient en droit d’être armés ».

  • 13 Les propos mêmes de de Caraffa tenus auprès du ministre de la Guerre au lendemain de l’événement s (...)

10Il faut bien reconnaître que la généralisation du port d’armes inquiétait aussi les notables corses, même lorsqu’ils étaient engagés dans le mouvement révolutionnaire. Barrin écrit le 8 septembre 1789 : « Tous les gens sensés, bien intentionnés et propriétaires, sont fort éloignés d’une milice bourgeoise et moi aussi. » Il parle vrai encore lorsqu’il dit, en faisant allusion à de Caraffa qui présidait la nouvelle municipalité bastiaise, que celui-ci partageait la même crainte que lui sur la question et que, consulté le jour même du 6 novembre, il avait émis un avis défavorable13. Dans le cas de la commission des 12 Nobles hostile à la Révolution et représentant le point de vue des nantis, l’hostilité face à cette perspective était exprimée de façon plus brutale et s’y mêlaient des allusions perfides sur les risques de soulèvement des Corses ou des considérations de circonstance sur « le coût de l’opération » et la crainte de voir les insulaires délaisser les travaux des champs. Chargés par le ministre de la Guerre de délibérer sur le projet de mise en place d’un comité à l’échelle de la Corse proposé par les députés du Tiers, Saliceti et Colonna de Cesari Rocca, ils prennent position dans un manifeste publié et diffusé dans l’île contre le comité et contre la milice qui devait l’accompagner parce que dangereuse, inutile et dispendieuse, ce qui, entre autres conséquences, eut pour effet de provoquer l’ire de Napoléon Bonaparte alors à Ajaccio et de l’amener à plaider la cause d’une « milice patriote ».

La hantise d’une insurrection paoliste

  • 14 Toujours d’après les pièces de F7, 3667, des Archives nationales.

11Lorsqu’il est dit qu’une des finalités principales de l’éclosion de gardes nationales en 1789 a été de faire face à l’éventualité d’une opposition à la marche des événements, cela correspond bel et bien à une réalité en Corse, mais une réalité assez particulière par rapport au continent. Là il n’est pas question de Grande Peur ni à proprement parler de complot aristocratique dans un pays où, certes, il y avait une noblesse, mais pas de châteaux à brûler ni de droits féodaux à abolir. La réaction, au sens de l’opposition au changement, existe, mais il faut en chercher les raisons ailleurs, dans le fait que la Corse est un pays récemment conquis, acquis dans des conditions particulières par la France en 1768, mi par la force mi par la ruse, au terme d’un traité pour le moins ambigu et face à des insurgés aux moyens limités certes mais qui ont quand même opposé une résistance armée à l’envahisseur, même si dans les rangs des notables le ralliement a été intense et relativement précoce. Le pays a continué à connaître une occupation militaire faite de présence de plusieurs bataillons chargés de veiller au « maintien de l’ordre », secondés par un régiment provincial composé d’insulaires dont les cadres ont été choisis parmi les Corses « de bonne famille », en récompense de leur soumission ou des services rendus à la Monarchie. Ces corps de troupes eurent à combattre contre les derniers paolistes en armes considérés comme des rebelles et des bandits. Certes les derniers soubresauts de résistance ouverte contre la présence française qui s’étaient terminés par quelques pendaisons dans la région du Niolo remontaient aux années soixante-dix mais, aux yeux des autorités – et il est significatif que le commandant militaire de cette région érigée en pays États ait eu plus de poids que l’intendant – le feu pouvait très bien couver sous la cendre et les propos tenus par les représentants de l’administration, depuis le ministre de la Guerre dont dépendait la Corse, jusqu’aux subdélégués en poste dans le pays, en passant par l’intendant, vont tous dans le même sens. Lorsque Barrin s’oppose à la mise en place de la Garde nationale à Bastia, avant de céder sous la pression, il dénonce « l’esprit de liberté qui facilite la licence chez ce peuple porté à l’indépendance ». Le comte de Puységur pour sa part déclare : « On ne peut se dissimuler que la fermentation qui règne est propre à réveiller les anciens partis et à faire renaître leurs espérances » et il évoque « les fausses idées de liberté et de patriotisme », craignant que ne revive « cet amour de la liberté et de l’indépendance qui n’est point assoupi14 ». Le comte de Gasparin renchérit le 22 décembre 1789 au vu de ce qui s’est passé à Bastia : « Il faut s’attendre, dit-il, à des voies de fait car toute la Corse est armée et presque toutes les assemblées ont fini par les cris de Vive Paoli ! » Et ce sont les mêmes types de propos qu’on peut relever sous la plume du subdélégué Coster, le plus alarmiste de tous, qui fait bien le lien avec la Garde nationale et qui laisse entendre que les Corses en armes tourneront leurs fusils contre les garnisons : « Sous prétexte de former des milices, conclut-il, le parti de Paoli se réveille. »

12La peur d’un retour au passé est confortée par l’attitude et les propos des insulaires qui ne veulent pas de la Révolution. C’est un thème sur lequel le comte de Buttafoco, représentant de la noblesse aux États généraux puis à l’assemblée constituante, s’étend longuement et publiquement en 1790, agitant la chemise sanglante et s’en prenant à son vieux rival et ennemi Pascal Paoli : armer les Corses, c’est favoriser le parti de Paoli qui ne tardera pas à redresser la tête. En liaison épistolaire avec Barrin, Buttafoco a joué un rôle décisif dès septembre 1789 pour que son beau-père, le maréchal de camp Gaffory, reçoive le commandement en second de l’île et se rende sur place pour prendre la tête du régiment provincial et procéder à une tournée d’intimidation destinée précisément à dissuader ses compatriotes de prendre des armes et de se constituer en Garde nationale. Nous avons dit qu’à Ajaccio sa présence avait suffi à faire revenir les notables sur leur décision, mais il eut moins de succès ailleurs et il ne réussit pas à enrayer le mouvement.

Des bandes armées

  • 15 Barrin justifie sa décision en ces termes : « Je n’ai que d’autres précautions contre eux que cell (...)
  • 16 Sur les événements de Balagne, cf. plusieurs rapports ou mémoires dont certains publiés, dans le m (...)
  • 17 « Detti armi debbono servire per la difesa di Paoli che positivamente egli aspetta in qualita di S (...)

13Plus grave et non moins caractéristique de la spécificité insulaire a été la décision de Barrin, pour s’opposer à la mise en place des gardes nationales dans le pays, d’allumer des contre-feux en distribuant des armes à des partisans notoires du régime pour qu’ils s’opposent çà et là à de semblables initiatives15. Cela eut pour effet de mettre en émoi la Balagne où les frères Fabiani (dont les aînés étaient officiers au régiment provincial et « du parti Buttafoco ») ainsi que Boccheciampe dans le Nebbio, bénéficièrent de ces dispositions et en usèrent dans le sens qui leur était demandé16. À l’origine de cette situation, le bruit qui courait dans cette province que des gens armés se réunissaient par groupes en plein jour, dans les bois, et cherchaient à gagner des partisans. Plus explicitement est mis en cause Barthélemy Arena, originaire du pays et député suppléant de Saliceti, de retour en Corse en septembre après avoir suivi de près les événements parisiens. Il arme ses parents et amis à Île-Rousse où son frère Philippe ne tarde pas à s’emparer de la nouvelle municipalité. Arena déclare vouloir mettre en place une Garde nationale et il incite les « patriotes » à s’emparer des armes des magasins royaux. Il est également question de fusils que les Arena ont fait venir en nombre de Livourne. C’est un des moments où on sent le mieux cette peur panique des représentants du roi d’une relance de la guerre d’indépendance alors que ce n’est absolument pas dans l’intention des Arena qui, tout en étant de fervents paolistes, sont à l’écoute de ce qui se passe sur le continent et se placent dans une stricte perspective révolutionnaire. Le rapport fait sur eux par le chef d’une faction rivale, Paolo Francesco Antonini de Calvi, est de ce point de vue accusateur et il est pris à la lettre par Barrin : les armes qu’ont emmagasinées les Arena doivent servir la cause de Paoli dont on annonce le retour17.

14Les frères Fabiani de leur côté ne demeurent pas inactifs : sortant en armes avec leurs parents et partisans de leur repère de Palmento sur le territoire de la commune de Santa Reparata, ils parcourent le village en intimidant les habitants et les autorités (podestat et pères du commun) ralliés à la Révolution et entendent imposer un simulacre de réunion de la population pour désigner la Garde nationale… en fait pour officialiser celle qui se confond avec leur bande armée. La municipalité fait mine de résister et le père du commun Segni arbore le drapeau rouge en proclamant la loi martiale, comme la législation lui en donne le droit, ce qui suppose la mise à sa disposition de la Garde nationale. Les Fabiani passent outre, malmènent les autorités et déchirent le drapeau rouge ! Les événements tourneront en faveur du parti patriote puisqu’à la fin de l’année, les gardes nationales se saisiront de la personne des Fabiani qu’ils enfermeront momentanément à Île-Rousse. À cette date les Arena se sont rendus maîtres de la place et se sont emparés des pièces d’artillerie.

De vraies et bonnes questions

15Au début de l’année 1790, les anciens présides de Corse et la plupart des communautés villageoises sont dotés de leur Garde nationale qui suscite des jugements divers. Tandis que les patriotes s’enthousiasment et, à la manière de Napoléon, veulent faire de cette « milice », comme on l’appelle encore couramment, le garant de la Révolution, les autorités, avec dépit, émettent de sérieuses réserves. Barrin encore, le 19 janvier, fustige en des termes sans appel cette institution qui, dit-il, ne ressemble en rien à celle du continent :

« Ces milices, écrit-il, ne remplissent aucun objet utile et ne causent que du désordre. On les a formées sans discernement, sans règle et sans principes. On compte à Bastia 76 officiers pour 1 200 miliciens ; dans les communautés ils veulent tous être admis et emploient tous les moyens sous prétexte qu’ils sont miliciens pour se procurer des armes. Ces milices ne sont aux ordres de personne, leurs officiers les plus entreprenants en disposent à leur gré et ne connaissent l’autorité des comités qu’autant que ces compagnies prétendument administratives leur prescrivent ce qui leur plaît. D’ailleurs ils s’en servent pour en imposer à leurs ennemis et donner de la supériorité à leur parti. Cette anarchie durera jusqu’à ce que les administrations de département et de district viennent par un pouvoir légalement reconnu établir un peu d’ordre. »

  • 18 AN, op. cit.

16La diatribe porte sur d’autres points que sur ces manifestations d’indiscipline et d’esprit de parti sur lequel nous reviendrons plus longuement. Le gouverneur condamne un autre trait de mœurs des Corses et le risque de gaspillage si, en plus des fusils, on leur remettait des munitions « car ces gens-là dissipent sans la moindre économie. Ils ont toujours leurs armes chargées et s’en font un jeu18 ».

17Mais Barrin pose aussi les vraies et bonnes questions que suscite la mise en place de la Garde nationale. Qu’en sera-t-il des garnisons dès lors qu’il ne reste plus que 2 500 à 3 000 fusils dans les magasins du roi ? :

« Aux ordres de qui seront ces troupes nationales dans les villes de guerre où seront les troupes, auront-elles quelques comptes à rendre aux commandants des places, feront-elles le service pour la garde des places soit pour la police, conjointement avec les troupes ou séparément à des postes désignés, seront-elles dépendantes uniquement de leurs chefs ou subordonnés aux administrations de département et de district ou aux officiers municipaux ? Les milices pourront-elles agir d’une communauté ou d’un district à l’autre sans un ordre des administrations de district, dans l’étendue du district ou de l’administration de département dans l’étendue du département ? Comment doit s’entendre l’obligation des troupes de donner main-forte à la réquisition des officiers civils ou municipaux ? »

18C’était effectivement tout le problème du maintien de l’ordre public jusque-là dévolu aux troupes de ligne et celui de la responsabilité de l’exécutif qui était posé !

19Pour le commandant militaire de l’île « presque tout ce qui est étranger au militaire n’a aucune idée juste de sa constitution, de sa tenue, de sa discipline et de ses moyens de subsistance » et d’évoquer l’exemple de ce qui s’est passé à Santa Reparata où, nous l’avons vu, le père du commun Segni avait décrété la loi martiale et réclamé une force d’intervention : « Les officiers municipaux de Sta Reparata, dit Barrin, ont demandé 200 hommes de troupes de garnison ou 300 fusils pour réprimer les désordres survenus dans ce village, or toute la garnison de Calvi fait 220 hommes ! Il aurait fallu abandonner la place et souvent les officiers municipaux demandent main forte pour opprimer le parti opposé ! »

20Tout le propos tourne autour de deux points. Le premier concerne le devenir du maintien de l’ordre lorsqu’on passe de l’Ancien Régime à la Révolution : là le problème est général mais il se pose dans des conditions particulières en Corse. Le deuxième, dont il a déjà été question à propos des Arena et des Fabiani et qui est à nouveau mis en exergue ici par Barrin, porte sur « l’esprit de parti » qui est omniprésent dans les comportements et qui détourne la Garde nationale de la mission que les textes lui assignent. Ce sont deux aspects que nous reprendrons successivement en dépit des difficultés que nous éprouvons à les sérier tant ils sont étroitement imbriqués.

Garde nationale et armée régulière

21L’armée royale en garnison en Corse, pour l’essentiel le régiment du Maine à Bastia sous le commandement du colonel Rully, celui du Limousin réparti entre Ajaccio (sous le commandement de la Ferrandière), Porto Vecchio et Bonifacio (sous les ordres de M. de Maimbourg), le régiment suisse de Salis Grisons à Corte et à Île-Rousse, est moins importante que ce qu’elle était au lendemain de la conquête, au point que Barrin s’en inquiète et demande régulièrement le renfort de nouveaux bataillons. C’est une armée de garnison mais en même temps d’occupation car, nous l’avons dit, la soumission de la Corse est relativement récente ; on y craint toujours des troubles suscités par les paolistes et, si les expéditions répressives à l’intérieur du pays du type de celles menées par le commandant en chef Marbeuf ou par le général Sionville ne sont plus de mise, elles ont laissé des traces dans les esprits. Les troupes restent sur la défensive et leurs officiers sont parfois encore franchement hostiles à l’égard des Corses qu’ils considèrent comme des rebelles potentiels. C’est le cas, quelque peu caricatural il est vrai, du colonel Rully qui le payera de sa vie en avril 1790. Du côté des patriotes corses – nous employons ici l’expression au sens du « parti patriote », pour désigner les partisans de la Révolution qui n’en sont pas moins pour la plupart en 1789 de fervents « paolistes » –, la perception de l’armée royale suscite encore une certaine défiance. C’est ce qu’illustre le cas de Napoléon Bonaparte à Ajaccio et ses démêlés avec La Ferrandière, bien analysés par A. Chuquet. Le propos mérite pourtant d’être nuancé : l’exemple même de Napoléon permet de mettre l’accent sur ces nombreux Corses qui font (comme les frères Rossi) ou ont fait (comme Caraffa dont il a été question) partie de l’armée royale : ceux d’entre eux qui s’engagent dans la voie révolutionnaire dénoncent certes le despotisme militaire, mais ils n’en sont plus à considérer les soldats du roi comme des ennemis… les temps ont changé et, avant même le décret du 30 novembre, l’intégration a fait du chemin. Par ailleurs, dans les villes, la bourgeoisie ancienne ou nouvelle ne voit pas d’un mauvais œil les troupes de garnison en raison de la sécurité qu’elles garantissent sur le plan social (ordre public et sécurité des biens) mais aussi des retombées sur le plan économique qu’entraîne leur présence : les troupes de garnisons, en tant que « consommateurs », font vivre plusieurs catégories de la population (commerçants, artisans…) et elles rapportent des revenus de loyers aux propriétaires d’immeubles qui les logent : réclamer leur départ signifierait la ruine de ces activités et les autorités urbaines, même révolutionnaires, à Bastia comme à Ajaccio, sont plutôt portées à demander la venue en Corse de bataillons supplémentaires.

  • 19 Lorsque Frediani est retenu aux portes de la ville, les patriotes locaux lui signifient que la gar (...)
  • 20 L’épisode est suffisamment connu pour que nous en fassions l’économie ici. On n’enregistre nulle p (...)
  • 21 Courvol met bien l’accent sur le fait que le décret portant sur la loi martiale a mis en porte-à-f (...)

22Pour en rester à notre sujet, disons que la nature des rapports entre la nouvelle Garde nationale et les garnisons urbaines porte la marque de ces aspects contradictoires et varie d’un lieu et d’un moment à l’autre. Les tensions revêtent le plus souvent une forme larvée et ne tournent jamais à l’affrontement ouvert. En Balagne où, sous la conduite des Arena, la détermination a été la plus forte, on en arrive bel et bien à l’expulsion des garnisons qui sont remplacées par les gardes nationaux19. À Calvi Panattieri, futur secrétaire général de l’administration départementale, agit habilement et parvient à persuader le commandant de la garnison, Maudet, de quitter la ville mais, à Île-Rousse, la pression qui amène les Salis Grisons à se retirer a été plus forte. Les patriotes, maîtres de la place, empêchent de pénétrer dans les murs un détachement du régiment provincial commandé par le capitaine Frediani envoyé en renfort par Barrin dans l’attente de la venue de Gaffory. La neutralisation de la garnison correspond à la crainte de voir le mouvement révolutionnaire étouffé dans l’œuf par les forces de réaction d’Ancien Régime. À Bastia où la garnison est plus importante, la Garde nationale une fois constituée en novembre 1789 sous le commandement de Petriconi et à la disposition de la municipalité de Caraffa, n’exprime pas l’intention de se suppléer à la garnison. Le maire Caraffa, ancien officier de l’armée royale qui a fait la campagne de Flandre au service de la France, n’est pas hostile à sa présence et calme le jeu, se contentant de négocier l’amalgame entre les deux structures au niveau des patrouilles et des corps de garde. En dehors du cas Rully, ce colonel qui faillit par son intransigeance le 6 novembre provoquer l’affrontement entre les Bastiais et les soldats de la garnison et qui, en avril 1790, à son retour en Corse, a été à l’origine d’incidents violents dont il a été victime, Garde nationale et troupe réglée font bon ménage et on enregistre même des interventions conjointes et des repas pris en commun20. Lorsque le commandement des troupes passera de Barrin au général Rossi responsable de la nouvelle 23e division militaire, la nouvelle règle s’imposera. En juin 1791, la Garde nationale, à la demande de Pascal Paoli mais sous la responsabilité du général Rossi, interviendra à Bastia dans l’affaire de l’application de la constitution civile du clergé. À Ajaccio, en juin 1790, lorsque Bonaparte, à la tête du parti patriote, tente d’imposer la présence d’un détachement de la Garde nationale à l’intérieur de la citadelle, après avoir demandé que les canons ne soient plus dirigés vers la ville, la tension monte puis l’affaire se tasse en raison de l’attitude plus souple et conciliatrice de la municipalité qui garde sa confiance à La Ferrandière et se repose sur lui en matière d’ordre public. C’est à Bonifacio que le rapport entre les deux forces contraires est le plus intéressant à considérer en raison de la perspicacité et de l’habileté du capitaine de Courvol qui remplace momentanément Maimbourg rappelé à Paris, en tant que commandant par intérim de la place. Comme Barrin, il pose les bonnes questions : quid de la mission de la garnison dès lors qu’est reconnue dans les textes émanant de l’Assemblée nationale que ce sont les municipalités et la Garde nationale qui sont responsables de l’ordre public ? Il interroge les nouvelles autorités urbaines représentées par les patriotes Don Jean Portafax et Octavien Androvandi et il les met aux pieds du mur : qui fournira les hommes du corps de garde de la « marine » ? Ce faubourg est en effet exposé (comme en 1730 !) aux menaces des paesani, populations de l’arrière-pays (gens de Levie et de l’Alta Rocca) qui ont des différends à régler avec les Bonifaciens et qui profitent du nouveau contexte pour les réactiver. La municipalité patriote entend bien que sa propre Garde nationale assume la mission que lui donnent les textes, mais elle ne veut pas se passer de la force de la garnison jugée plus sûre et plus fi able. Courvol, habilement, fait mine de se retirer et de rappeler sa garde de la « marine » en arguant qu’il n’a plus la charge de faire respecter l’ordre public21. Portafax et Androvandi font machine arrière et négocient en proposant que quelques hommes seulement, triés sur le volet et choisis parmi « la garde bourgeoise » par la municipalité viendront seconder le corps de garde de la troupe réglée, laquelle restera en place pour assurer la sécurité du faubourg. L’affaire se termine sur cette position de compromis. Plus globalement pourtant, on ne peut pas s’empêcher de considérer comme révélateur du changement, la corrélation entre la demande formulée à l’assemblée électorale d’Orezza en septembre 1790 par les représentants des pièves et des communautés de supprimer le régiment provincial, symbole du despotisme d’Ancien Régime, et de mettre en place une garde soldée pour assurer la sécurité publique.

Garde nationale et esprit de parti

  • 22 Cette attitude mériterait une analyse comparative.

23Il en a déjà été question à propos de la Balagne, des « bandes armées » levées par Barthélemy Arena, des armes qu’il a payées de ses propres deniers pour les distribuer à ses parents et amis, parenti, amici e seguaci, suivant la formule consacrée pour désigner les relations sociales de type patronage et clientèle. L’institution de la Garde nationale à ses origines porte la marque de ce spirito di partito, des fidélités d’homme à homme, de clients à chefs de parti que l’on retrouve dans l’histoire de la Corse en bien d’autres circonstances et à travers les temps. Le trait n’est pas entièrement propre à ce département et on pourrait signaler sur le continent des solidarités du même type qui connotent les pratiques institutionnelles, mais pas à un tel degré de représentation. Est-ce à dire que là où il y a esprit de parti il n’y a pas d’esprit public et que, dans le cas qui nous intéresse, le caractère « privé » de la garde est incompatible avec sa mission publique ? La réalité est plus complexe et les deux aspects sont parfois difficiles à scinder. Homme de parti parce que riche, influent, puissant et en mesure d’entraîner des fidèles, Barthélemy Arena est-il dénué de toute perspective ou sentiment politique22 ? Sûrement pas et ceux qui le suivent par fidélité peuvent très bien avoir été sensible au caractère idéologique de son engagement.

  • 23 F. Pomponi, « Sentiment révolutionnaire et esprit de parti en Corse au temps de la Révolution », R (...)
  • 24 Voir le Giornale pattriotico de Buonarroti par exemple du 31 mars 1790, p. 15, à propos de Corte. (...)

24Le premier surpris à l’époque par ces connotations partisanes a été Filippo Buonarroti qui s’en est ouvert tout au long de son Giornale Patriottico ; nous avons déjà eu l’occasion de le montrer dans une analyse à laquelle nous renvoyons le lecteur23, ne voulant apporter ici que des éléments complémentaires et ciblés sur la question des gardes nationales. Ne revenons pas sur les cas fréquents de mise en place de doubles gardes à l’échelle locale, chacune étant la résultante de factions rivales ou qui n’ont pas su s’entendre « pour la bonne cause. » Il en va des gardes nationales comme des municipalités pour lesquelles se retrouve le même phénomène de dédoublement24.

Le passage aux gardes soldées

  • 25 La décision a été prise en avril 1790 lors de la première assemblée d’Orezza et elle portait sur u (...)
  • 26 « Sebbene la guardia nazionale sia pieno di zelo ad ogni modo non e sperabile di avere da questa u (...)
  • 27 « Che spesso la milizia civica non puo nemeno prestar maniforte nella propria comunita perche esse (...)
  • 28 « Sara autorizzato a prendere quelle misure che credera le piu opportune e convenevoli tanto per l (...)

25Un trait d’évolution capital et relativement précoce en Corse à propos des gardes nationales a été la sortie relativement rapide du cadre des municipalités auxquelles avaient été étroitement liés la naissance et le fonctionnement de l’institution et l’esprit de parti n’y est pas étranger. Une garde soldée à la disposition d’un organe institutionnel à l’échelle de la Corse et qui ne soit pas dépendante des contingences locales, c’est déjà le point de vue exprimé dans le projet d’un Comité pour la Corse élaboré à Versailles par Saliceti et son groupe dès septembre 1789. L’idée s’impose au début de l’année 1790 avec la mise en place du Comité supérieur présidé par Clément Paoli, de retour d’exil, structure complètement illégale et dont on ne trouve pas l’équivalent sur le continent. Or ce comité, qui fera fonction plusieurs mois durant d’organe exécutif en lieu et place des commissaires du roi jusqu’à la convocation de l’assemblée électorale d’Orezza, se donne effectivement une garde soldée qui dépend de lui et qui est appelé à intervenir en plusieurs points de l’île, « passant par dessus » les municipalités ou négociant avec elles par souci de conformité aux textes25. Cela ne met pas un terme au processus de mise en place des gardes nationales qui continuent à voir le jour çà et là, mais le fait introduit une certaine confusion sur l’institution, Les propos de l’archiprêtre Sebastiani nous éclairent sur une des raisons qui a entraîné ce changement : « Bien que la Garde nationale, dit-il, soit pleine de zèle, on ne peut demander à ses hommes d’exercer un service exact, régulier et durable, car la majorité de ceux qui sont enrôlés dans ces milices vivent du travail de leurs mains et ne peuvent s’éloigner de leurs domiciles sans recevoir quelque indemnité pour la perte de leurs journées de travail26. » Raisons facilement compréhensibles mais qui amenaient à prendre du champ par rapport au concept de citoyen-soldat. Plus intéressante et correspondant mieux à nos préoccupations est la seconde raison alléguée par Sebastiani : « Une milice civique, poursuit-il, ne peut guère intervenir dans sa propre communauté en raison de l’esprit de division et de parti qui règne dans la plupart des paroisses et qui rend dangereux de placer dans les mains des uns l’exécution de mesures prises contre d’autres27. » Un autre trait – et pas des moindres – a contribué à infléchir l’institution balbutiante empruntée au modèle extérieur et nous ramène à l’esprit de parti. Nous voulons parler du charisme du général Paoli qui, avant même qu’il ne rentre en France et dans son île au printemps 1790, s’impose ça et là comme commandant en chef de la Garde nationale. Nous citions le procès-verbal de la mise ne place de la garde de Tavagna : nous sommes en décembre 1789 et il y est dit explicitement que le général Paoli, qui est encore en Angleterre, en sera le commandant et cela se reproduit en d’autres points de Corse. Rien d’étonnant dès lors qu’à l’assemblée d’Orezza, en septembre de l’année suivante, alors qu’il s’agit de donner forme aux institutions prévues par des textes nationaux et applicables à tous les départements, on consacre aussi localement le principe d’une Garde nationale soldée dont Pascal Paoli est officiellement désigné comme le commandant général28. Peu de temps après, le conseil général de département met à exécution cette décision et fixe les pouvoirs du commandant en chef : il désignera lui-même les officiers de la garde encore appelée milice, comme au temps du Généralat, et prendra toutes les mesures qu’il jugera les plus utiles et opportunes pour la répartition de la troupe entre les différents districts et le règlement du montant de la solde. Cette fonction faisait de Paoli une sorte de La Fayette de la Corse et cet honneur associé à la fonction de la présidence du Conseil de département de la Corse établissait dans les esprits une certaine continuité avec son ancien principat, mais sans rupture avec les nouvelles institutions révolutionnaires par ailleurs scrupuleusement mises en application. Dans la continuité de ce qu’avait commencé le comité supérieur, le conseil de département ainsi que les conseils de district eurent à leur disposition cette force publique car la garde soldée de 500 hommes ramenée bientôt à 300 hommes à la suite de discussions serrées avec les commissaires du roi, était répartie entre les différents districts qui en fournissaient les hommes. C’était une anomalie par rapport aux autres départements et le conseil de département justifia la mise en place de cette force publique, qui ne dépendait ni des municipalités ni des représentants du roi, en faisant état du discrédit qui pesait sur le régiment provincial, du faible nombre de troupes de ligne cantonnées dans l’île et de l’absence de maréchaussée. Du moins était-il convenu que l’on renoncerait à cette garde soldée une fois mise en place la gendarmerie. On s’éloignait du modèle continental et, sans disparaître, les gardes localement élus et non soldés perdaient de leur importance. De fait, il en est de moins en moins question dans les textes.

  • 29 Lettre des administrateurs du district de Tallano (Peretti, Quilichini, Pietri) au directoire de d (...)

26Le passage de la Garde nationale à la garde soldée, contrairement à ce que laissait entendre le chanoine Sebastiani, n’eut pas pour effet de faire prévaloir l’esprit public sur l’esprit de parti, l’attrait pour l’emploi (l’impiego) suscitant des rivalités entre les factions et déclenchant des luttes d’influence entre les capi di partiti. L’administration du département ou des districts n’a pas été à l’abri d’intrigues et de brigues liées plus particulièrement au choix des officiers de la garde. Dans une lettre adressée le 29 juillet 1791 au directoire de département les administrateurs du district de Tallano se félicitent du service accompli par les deux chefs de compagnies de la Garde nationale du district. Certes ils vantent leur patriotisme et leur attachement à la constitution, mais ils ne peuvent s’empêcher de noter combien l’attachement de leurs nombreux parents et amis des cantons de Scopamène et de Carbini, prêts à apporter leur soutien en toutes circonstances, a été utile dans l’accomplissement de leur mission. Ils mettent ainsi l’accent sur le caractère familial et partisan de la mobilisation des « forces de l’ordre » du moment29.

Des gardes nationales aux volontaires nationaux (fin 1791 et 1792)

  • 30 Citons comme un exemple parmi d’autres : le 31 mars 1792 une demande est adressée au général Rossi (...)

27Une nouvelle étape décisive dans l’évolution de l’institution est franchie lorsque sont appliqués les premiers décrets de l’Assemblée portant sur la levée des volontaires nationaux pris au sein des gardes, une mesure dont la finalité était d’ordre militaire et qui a concerné l’ensemble des départements. En Corse la distinction entre gardes et volontaires nationaux n’a jamais été très nette dans la mesure où était déjà intervenue le passage à une garde soldée et où les quatre bataillons de volontaires « dus » par le département n’ont pas été immédiatement affectés à la défense des frontières ou à des opérations militaires hors de l’île. Il faudra pour cela attendre l’expédition de Sardaigne à la fin de l’année 1792 mais, pour l’heure, bien que placés sous l’autorité militaire (celle du général commandant la 23e division militaire, le général Rossi d’abord puis Pascal Paoli), ces hommes et leurs officiers ont continué à accomplir en Corse même des missions concernant l’ordre public30.

  • 31 A. Chuquet, op. cit., II : La Révolution, Paris, 1898. Parmi les moments les plus représentatifs r (...)
  • 32 Archives départementales de Corse-du-Sud, L 141, ancienne cote.
  • 33 Lettre du directoire de district de Tallano au directoire de département du 30 mars 1792, Archives (...)
  • 34 Il est dit alors : « La forza delle guardie civiche e bella e buona ma quando tratatasi ad impiega (...)

28Le recrutement des volontaires nationaux et la désignation de leurs officiers donnèrent lieu au déploiement d’intrigues et de rivalités entre les factions et les chefs particulièrement révélatrices d’un esprit de parti entretenu par l’attrait de la solde et de l’impiego pour les simples volontaires et de celui du pouvoir au niveau des chefs. L’exemple le plus connu et le plus significatif à cet égard est celui des circonstances au cours desquelles le lieutenant Napoléon a été élu en mars 1792 colonel en second du bataillon des gardes nationales des districts de Tallano et d’Ajaccio. Ce fut un temps fort – et A. Chuquet l’avait déjà bien montré – de la rivalité entre les Bonaparte d’un côté et les Peraldi et les Pozzo di Borgo de l’autre, une « bataille » électorale mémorable faite d’intrigues, de faux, de pressions et d’intimidations que Napoléon remporta de haute lutte avec l’appui de ses parents et partisans31. L’attention des historiens s’est focalisée pour la période sur cette élection d’Ajaccio, remarquable révélateur il est vrai des comportements de l’époque, mais nous pouvons y ajouter quelques touches allant dans le même sens. En apparence on se montre très respectueux de la procédure : dans le Talavo, au moment de la désignation des compagnies de volontaires, le juge de paix convoque les maires au couvent de Zicavo, chef-lieu du canton, pour fixer la composition et le nombre des compagnies en application de l’article 15 de la loi du 14 octobre 1791 et on procède à l’examen des registres des citoyens actifs32 qui doivent composer l’assemblée primaire du canton. Même souci à Bastelica où les capitaines de compagnie sont élus par terziere (quartier) par les citoyens actifs inscrits au rôle des gardes nationales. Mais qu’en était-il du fonctionnement du système ? Les commissaires dépêchés par le département dans les districts pour veiller à la régularité des élections sont fréquemment mis en cause pour leur esprit de parti ou de famille : le 30 mars 1792 le directoire de district de Tallano se plaint une nouvelle fois au directoire de département : « Nous vous avions déjà prévenu, Messieurs, du mécontentement de la majorité du peuple en raison de la partialité et du mauvais choix qui a été effectué dans la désignation des volontaires. » C’est le commissaire Arrighi, parent des Bonaparte, déjà suspect pour sa conduite à Ajaccio, qui est mis en cause : on lui reproche d’avoir fait jouer les réseaux d’amitié et de parenté33. Dans le même temps, le plaignant, Quilichini, demande la délocalisation du service des gardes nationales : en clair que les compagnies recrutées dans le district de Tallano ne servent pas sur place, en raison des inimitiés et des partis qui y régnent et auxquels les gardes nationaux ne sont pas étrangers34.

  • 35 « Vi accludiamo, signore, una memoria stataci indirizzata da molti ufficiali municipali del canto (...)

29Mais ce sont finalement les plaintes des officiers municipaux du proche canton d’Istria qui provoquent le rappel à l’ordre d’Arrighi : ses collègues se montrent sévères à son égard dans la lettre qu’ils lui adressent. Ils déplorent sa conduite arbitraire et l’intervention auprès de lui d’une « mano potente » locale qui l’aurait influencé et contraint d’agir contre son gré35.

30Le dossier d’Arrighi s’alourdit dans le canton du Taravo, où des personnalités locales sont également mises en cause. On lui reproche d’avoir abusé de sa charge et procédé à des enrôlements arbitraires (a capriccio) faisant porter son choix sur des imbecilli ou des oppressi di malatia. Mais le tout-puissant Carlo Paganelli, maire de Zicavo, n’est pas épargné ; on voit là combien la mise en place des compagnies de volontaires était un enjeu de pouvoir local. En apparence la législation a été respectée : les maires du canton ont été convoqués au chef-lieu et la commission de recrutement qui devait examiner les rôles et effectuer le choix parmi les gardes nationaux a bien été mise ne place ; mais une plainte du procureur local, Ventura Leccia, met en cause le maire qui a fait désigner comme membres de la dite commission ses proches parents et ceux-là même qui prétendaient à un emploi. Une autre plainte d’octobre 1792 émanant également d’officiers municipaux de Zicavo précise que Paganelli a fait entrer dans la commission son propre gendre, qui briguait une place de capitaine et un proche partisan qui voulait celle de lieutenant. Il y est question de la cattiva condotta de Paganelli qui, pour intimider ses adversaires, se promenait en armes sur la place et jusque dans les assemblées publiques.

31On ne manquera pas d’observer a contrario de « l’esprit de parti » que les circonstances révolutionnaires et la mise en place d’une procédure nationale tendant à faire prévaloir l’intérêt public et à garantir la régularité des scrutins a aidé à faire mûrir les esprits et faire émerger une conscience citoyenne qui trouve des mots nouveaux ou des ressources nouvelles pour combattre le traditionnel esprit de parti. On se souvient de Segni en Balagne décrétant la loi martiale contre les violences des Fabiani, dans le Taravo ce sont les membres du conseil municipal qui espèrent en la justice du directoire de département et demande des sanctions contre un maire prepotente. Leur refuser d’intervenir concluent-ils, ce serait reconnaitre que « la nostra liberta consiste nel nome e non nel fatto ». Vont dans le même sens d’une imprégnation dans les esprits des nouveaux principes, les propos rapportés en note ci-dessus par les membres de l’administration départementale et l’évocation de la primauté de la loi et du service public contre les incartades d’Arrighi.

  • 36 Paoli écrit : « Questi battaglioni rubbano il denaro, non servono ed i disordini che commettono sa (...)

32Relevons un autre aspect plus circonstancié et moins structurel de l’évolution de l’institution de la Garde nationale, lié à ce qu’on pourrait appeler, en forçant un peu les choses, son remplacement sur le terrain par les volontaires nationaux. Cette force du maintien de l’ordre échappe de plus en plus aux municipalités mais également à l’instance civile des directoires de département ou de district. En se militarisant, le poids des chefs devient plus prégnant, leurs initiatives plus grandes et plus discutables. On le voit bien dans le cas de Napoléon à Ajaccio, qui entre en rupture au printemps 1792 avec la municipalité et qui, à la tête de « ses » gardes nationaux, fait figure de trublion. Porté à agir et reprenant le projet qu’il avait caressé en 1790 d’installer les gardes nationales (devenues « volontaires nationaux ») à la citadelle, il a maille à partir avec Maillard, le commandant de la place, comme il l’avait eu avec La Ferrandière, sur toile de fond d’opposition entre troupe réglée et milices. Ses initiatives intempestives sont désavouées tant par la municipalité d’Ajaccio qu’en haut lieu, entendons au niveau des instances départementales et de Pascal Paoli lui-même. Celui-ci, dès le printemps 1792, se montre très critique à l’égard de la nouvelle institution et c’est bel et bien des volontaires nationaux qu’il s’agit lorsqu’il évoque ces bataillons qui ne font que voler l’argent et alimenter des désordres qu’on imputera à la nation en croyant qu’ils agissent en citoyens alors qu’ils ne sont que le rebut des villages. L’allusion est limpide et on ne peut que penser à ces volontaires nationaux élus dans l’arrière-pays d’Ajaccio, venant du Talavo, de l’Ornano ou du canton de Bastelica, ces paesani qui, « descendant » à Ajaccio pour élire leurs officiers supérieurs, se sont comportés comme des soudards, provoquant des incidents, n’hésitant pas à commettre des dégâts dans les propriétés des Ajacciens et s’en prenant même à leurs personnes, comme pour régler les vieux différends qui les opposent aux cittadini. Paoli le sait, il en a été averti par ses partisans qui, tels les Peraldi et les Pozzo di Borgo, appartiennent au patriciat local et il leur donne raison en ne voyant dans les paesani que des fauteurs de troubles. Le fait mérite d’être relevé pour corriger quelque peu l’image stéréotypé du Père de la Patrie unanimement porté par l’enthousiasme des paesani et systématiquement défiant à l’égard des anciens présides génois. Dans le cas d’Ajaccio qui lui restera fidèle en 1793-1794, c’est d’abord avec les grandes familles de la cité qu’il a fait alliance. Le jugement de Paoli est sans appel lorsqu’il ajoute que les guardie nazionali (en fait c’est toujours des volontaires nationaux qu’il s’agit) ne valent rien, qu’elles ne sont bonnes qu’à susciter des désordres, qu’elles ne sont composées que de gentaglia disordinata et, dernier reproche et non le moindre, qu’elles ont des officiers qui ne savent pas se faire obéir36. En fait cela veut dire que l’institution lui échappe et qu’il craint que cette force ne fasse le jeu de ceux qu’il appelle au cours de la même période les teste calde… ces giacobini qui, dit-il encore, « feront notre ruine. » C’est un point de vue qu’il partage avec la majorité des membres de l’administration départementale, ceux qui forment le directoire, alors que l’attitude du procureur général Saliceti est plus ambiguë. Allant dans le même sens, en mai 1792, toujours au lendemain des « événements d’Ajaccio », alors que le général Rossi à l’intention de placer en garnison les bataillons de volontaires nationaux dans les villes, le directoire de département considère qu’il vaudrait mieux que « ces gardes » (toujours les volontaires nationaux) restent dans les districts où elles ont été recrutées (plutôt que de venir perturber la paix des présides est-on tenté d’ajouter) :

« Vous n’ignorez pas, Monsieur, poursuivent les membres du département en s’adressant à Rossi, que, dans les circonstances difficiles où nous sommes, il faut avoir égard dans le placement des bataillons principalement au crédit des chefs. Tel chef dont l’influence serait nulle dans cet endroit pourrait avoir une influence salutaire pour la chose publique dans un autre… les événements fâcheux arrivés à Ajaccio entre les volontaires et une partie des habitants de la ville nous ont fait sentir qu’il ne serait pas prudent de laisser à Ajaccio une partie des bataillons levés dans les districts d’Ajaccio et de Tallano. »

  • 37 Archives départementales de Corse-du-Sud, L 140 et L 147, ancienne cote.

33En dehors même du cas d’Ajaccio, on a trace des mauvais rapports entretenus à la ville entre les volontaires nationaux la municipalité pour des raisons voisines. C’est le cas à Bonifacio37 où le colonel même du bataillon en fait état (Quenza, puisque c’est de lui qu’il s’agit, n’est pas sur les mêmes positions radicales que Bonaparte) et se plaint de l’indiscipline de ses hommes et plus précisément des quatre compagnies qui ont été cantonnées à Bonifacio en novembre 1792, déjà en vue de l’expédition de Sardaigne. Avec emphase, il demande à servir la patrie avec son bataillon « qui brûle d’impatience » mais, en clair, il a surtout hâte que ses hommes quittent le préside. De fait, le directoire de département fera procéder à un repliement de ces compagnies sur Corte où il espère mieux les contrôler. Les mauvais rapports entre autorités municipales et volontaires nationaux sont perceptibles jusque dans les modestes chefs-lieux de canton. Ainsi à la Porta l’obligation légale de leur procurer des lits remplit d’émotion la petite localité. Dans une lettre du 14 juin 1792 les juges du tribunal de district de La Porta se plaignent de ce qu’on veut les astreindre à loger les gardes nationales actuellement en détachement dans cette ville. Ils reprochent au maire d’avoir menacé un juge de prison parce qu’il avait refusé de loger un de ces volontaires et de s’être livré à des actes inconstitutionnels ! Le même type d’incident est signalé à Tallano où « les maisons et les propriétés sont à la merci de soldats qui en disposent à leur gré ». La question des « lits » fit monter la tension en d’autres points de Corse et accentua auprès des modérés les réticences que nous avons signalées chez Paoli à l’égard de la radicalisation révolutionnaire dont le passage des gardes aux volontaires nationaux apparut comme une étape. Il est évident que la défiance croissante de l’autorité paoliste envers une Garde nationale qui s’est professionnalisée et militarisée – un pas décisif fut accompli avec l’expédition de Sardaigne – échappant de plus en plus à l’influence de celui qui pourtant en était le chef, sera lourde de conséquences au moment de la rupture du printemps 1793 où Paoli devra puiser dans d’autres forces pour combattre les républicains.

D’une Révolution (1789) à l’autre (183038)

  • 38 Les informations qui se rapportent à cette période et à la suivante sont principalement tirées du (...)
  • 39 Rappelons qu’elles ont été créées en mai 1796, qu’elles relevaient du pouvoir des maires et qu’on (...)

34Nous aurions pu arrêter là le regard porté sur la Garde nationale en Corse sous la Révolution, en cette fin d’année 1792 et au tournant que constitue l’expédition de Sardaigne lorsque la guerre et les combats hors de l’île prennent le pas sur la défense de l’ordre intérieur. Outre le fait qu’à cette date, sur le continent, la question perd également de son intérêt, la sécession de 1793 et le régime royaume anglo-corse (17941796) qui s’ensuivit font disparaître cette institution, un temps relayée par le retour aux milices paolines. Lorsque la Corse redevient française en octobre 1796, donc sous le Directoire, la législation nationale, y compris rétrospective, lui est appliquée ; cela vaut pour la Garde nationale, mais on sait que celle-ci ne correspond plus à ce qu’elle était en 1789. Il ne lui appartient plus de défendre la cause de la Révolution face à la Contre-Révolution sinon sous forme d’appoint, car cette mission appartient dès lors prioritairement à l’armée et, à cet égard, le recours de Barras à Bonaparte en vendémiaire an III a valeur de point de repère. C’est d’autant plus le cas en Corse que, dans ce département repris aux Anglais, les contingents de l’armée d’Italie qui ont participé à la reconquête, sont toujours présents, sous le commandement de Vaubois puis d’Ambert, prêts à intervenir en cas de troubles. C’est l’armée qui a la charge de réprimer en 1798 le premier mouvement contre-révolutionnnaire de la période connu sous le nom de Crocetta puis, en 1799 et 1800, la tentative de débarquement des émigrés. On relève bien par moments le recours aux colonnes mobiles, institution qui repose sur les gardes nationales locales39 en partie reconstituées mais leur rôle est vraiment secondaire et l’appellation même recouvre parfois une autre réalité, celles des colonnes d’éclaireurs suivies de leurs tribunaux d’exception et qui sont le fait de militaires ; rares sont les engagements diligentés par les commissaires du gouvernement en regard des initiatives de l’état-major.

  • 40 Qu’on nous permette ici une digression comparative. Nous avons relevé pour la même époque dans le (...)

35Cette tendance à la militarisation et à la professionnalisation en matière d’ordre public s’accentue sous le Consulat et se maintient sous l’Empire, d’autant que la Corse est passée par le régime d’exception et a été mise un temps hors constitution. Lorsque Miot, administrateur général de l’île, nommé en 1801, doit faire face à une queue de révolte de type contre-révolutionnaire dans la région de Sartène, il mobilise la gendarmerie des deux départements et fait appel à 600 hommes de ligne en mentionnant à peine comme possible appoint le recours à la Garde nationale. Et cela ne sera pas nécessaire. En application de la mission qui lui a été confiée, il organise trois colonnes d’éclaireurs, chacune suivie par une commission militaire qui juge sans jury les affaires qui relèvent de l’ordre public40.

36La désaffection à l’égard de l’ancienne garde civique se confirme lorsque Morand a recours à un général gouverneur qui dispose de pouvoirs supérieurs à ceux des préfets, dont celui de la haute police. Dans les interventions contre le brigandage, dans les affaires de complots et de troubles nés de la vendetta, c’est à l’armée et aux gendarmes que Morand, puis Berthier, continuent de fait appel, plutôt qu’à la Garde nationale. On sait que l’empereur réforma cette institution pour en faire une force de réserve mobilisable en cas de besoin et, qu’en attente, il la cantonna dans un rôle honorifique. Les exemples que l’on peut évoquer pour la Corse à cet égard ne sont pas spécifiques. Tout au plus peut-on dire qu’elle joue un rôle de loupe grossissante de ce que l’on trouve sur le continent, plus d’ailleurs pour la période du Consulat que de l’Empire, dans un contexte aggravant de fin de révoltes qui ont pu être comparées à celles de la chouannerie des pays de l’Ouest, de poussée de banditisme et de vendetta et de péril entretenu par les Anglais sous forme de menaces de débarquement ou de levées militaires clandestines effectuées dans l’île. L’institution continue à exister, mais elle est loin d’être omniprésente sur le terrain. Le renforcement du pouvoir d’État aux dépens du champ d’initiative laissé au niveau local en matière d’ordre public qui date de la Convention s’est maintenu sous le Directoire et s’est renforcé sous Bonaparte, et cela a joué contre la Garde nationale. Le sénatus-consulte de 1805 qui porte réforme de cette institution et qui lui fait perdre son caractère de milice citoyenne en faisant d’elle une sorte d’armée territoriale chargée en cas de besoin de veiller à l’ordre intérieur tandis que l’armée d’active continuerait être mobilisée aux frontières vaut pour l’ensemble du pays, Corse comprise.

37Il est non moins significatif qu’on en soit revenu en Corse au temps de Napoléon à des formes de recrutement militaire relevant de l’armée de métier et du mercenariat telle qu’ils existaient sous l’Ancien Régime, ce qui éloignait un peu plus de la formule de la garde citoyenne en laquelle Napoléon avait d’autant moins confiance qu’il connaissait bien les travers de l’esprit de parti alors qu’il appréciait le professionnalisme de ses compatriotes en tant que soldats. C’est le temps des corps francs, des chasseurs et de la légion corse qui servira à Naples ! Un rapport officiel qui fait suite à la réforme de la Garde nationale datant de décembre 1813 parle de « garde sur le papier », sans armes ni uniformes, exsangue à la suite de quatre années de disette et il est très sévère pour les Corses : « Il est impossible de les discipliner et de les exercer car ils haïssent toute sorte de gêne et les réunions réveilleraient des esprits inquiets. » Le rapport de Berthier au début de l’année 1814 qui évoque les cohortes les gardes sédentaires dont les officiers étaient nommés par le préfet dit que seules les villes d’Ajaccio et de Bastia ont été admises à jouir du bienfait du décret de 1813. Le caractère honorifique de l’institution qui déjà apparaissait avec les délégations départementales envoyées à Paris pour assister au couronnement de l’Empereur, se confirme encore en 1814 où pavanent aux postes de commandants des gardes du Golo et du Liamone, Vincent Biadelli de Bastia, officier en retraite, membre du conseil général et fidèle bonapartiste et, pour Ajaccio, François Bacciochi, ancien colonel au service des princes de Lucques et de Piombino, aide de camp de Félix Baciocchi.

Sous les Cent-Jours

38On enregistre alors un certain frémissement concernant l’institution et il n’est pas propre à la Corse puisque la mission d’armée de réserve affectée à la Garde nationale correspond mieux alors à une réalité. La déclaration de l’Empereur du 11 avril 1815 concernant la Corse donne tout son sens à cette mission dès lors que toutes les troupes régulières en garnison sans l’île vont être rappelées : « J’ai ordonné, déclare l’Empereur, que toutes les troupes qui sont en Corse viennent en France. Je compte sur le patriotisme des habitants pour défendre l’île. Autorisez le général Delaunay et le préfet d’organiser les gardes nationales selon les habitudes et coutumes du pays, de manière que dans chaque circonstance elles puissent de se porter sur tous les points qui seraient menacés. »

39Cet ordre, qui semble vouloir réveiller les anciennes milices antérieures à 1789, était transmis pour exécution au préfet et il intervenait au lendemain de la dissolution de la junte extraordinaire. La lettre de Carnot adressée le 22 avril au préfet Giubega reprenait les termes de la déclaration impériale, en insistant sur l’urgence des mesures à prendre. Le duc de Padoue envoyé quelque temps après en Corse avec le titre de lieutenant général et commissaire extraordinaire, en eut la responsabilité et il mit en place, conformément au décret du 1er décembre 1813 remis en vigueur, les conseils d’arrondissements chargés de faire revivre l’institution, mais son œuvre resta inachevée en raison de la précipitation des événements. Observons que lui aussi s’est heurté à l’obstacle de l’esprit de parti et, de son propre aveu, il n’était pas possible de procéder en Corse comme sur le continent en raison de « la prétention de certaines familles et de l’esprit de haine et de jalousie qui règne entre elles ». Le duc de Padoue écrit encore à ce sujet :

« Je suis obligé de m’éloigner des dispositions du décret relatif à l’organisation des gardes nationales. Quant à la force des compagnies et au nombre des bataillons de légion, il y aura des compagnies qui ne seront que de 70 à 80 membres tandis que d’autres seront de 120 à 160 et probablement le nombre bataillons sera augmenté de moitié, afin de contenter plus de monde et de réunir toutes les familles et de les faire concourir au même but. »

40Une fois de plus les intérêts de famille prévalaient sur l’intérêt public. Un effort fut fait à Ajaccio avec la création de quatre compagnies d’élite mises à la disposition du commandant de la place pour faire le même service que les troupes de ligne, mais encore à cette époque, on préféra à la formule de la Garde nationale celle du recours à des volontaires dans le cadre de corps francs et de chasseurs qu’on n’eut pas le temps de recruter avant la chute du régime.

Sous la Restauration

41C’est le moment où l’étiage est le plus bas concernant notre institution qui, certes survit et est à nouveau réformée pour servir les Bourbons, mais sans enthousiasme et très ponctuellement. Pour faire face à une nouvelle poussée de banditisme qui marque la période on n’eut plus du tout recours à la Garde nationale mais aux gendarmes et au nouveau corps des voltigeurs. On a bien quelques traces de l’existence d’une garde soldée par le ministre de la guerre à Bastia et à Ajaccio où un certain Bonfante en 1816 est félicité par le préfet et gratifié d’une pension pour être intervenu courageusement en tant que garde national lors d’une agression contre un particulier commise par des paesani qui s’étaient introduit dans la ville, mais le commissaire Constant dont les rapports sont si détaillés concernant l’ordre et l’esprit public au cours de la période ne fait pas état de la Garde nationale dont la suppression en 1827 n’a provoqué en Corse aucun remous, même si le général Sebastiani s’est associé aux députés libéraux qui s’élevèrent alors à la Chambre contre cet acte arbitraire. Le mythe réveillé par la presse libérale sur le continent n’a pas eu la vertu d’émouvoir les foules en Corse.

1830 et le lendemain des Trois Glorieuses

42Il en alla différemment au lendemain des Trois Glorieuses où la poussée révolutionnaire qui se manifesta en province gagna la Corse… Alors l’éclosion de gardes nationales est un indicateur du ralliement au mouvement et une manière, comme en 1789, de se montrer solidaire de ce qui se passe à Paris et sur le continent. Mais la forme désordonnée et non concertée de cette résurgence plus comportementale qu’institutionnelle peut donner lieu à des interprétations différentes suivant les lieux et les circonstances.

La Garde nationale : un kaléidoscope des représentations politiques

  • 41 Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer l’affaire de Sartène à propos d’ » un invariant historique (...)

43Le cas le plus précoce, le plus spectaculaire et le plus spontané, concerne la ville de Sartène et il y revêt une forme dramatique. Là des incidents éclatent en septembre 1830 dans un climat de tensions entretenu par les rivalités de type vendettaire et l’opposition sociale entre le groupe dominant des Sgio, celui des grandes familles qui détenaient le pouvoir local et qui avaient pignon sur rue au cœur de la cité et celui des habitants d’origine plus modeste ou moins ancienne (les non nativi) qui se tenaient plutôt dans le faubourg, là où s’était déjà manifesté, en 1799-1800, une résistance républicaine contre le mouvement contre-révolutionnaire dit du retour des émigrés, animé les familles dominantes (les prepotenti disait-on alors) du Sartenais. Comme par provocation, un groupe d’individus du faubourg, au courant de ce qui se passe sur le continent, « s’organise en Garde nationale » en revêtent les uniformes et en arborent des armes pour aller défiler piazza Porta qui était le lieu symbolique de l’emprise des Sgio sur la ville. Ces derniers, à l’affût derrière leurs fenêtres, font feu et on relève des morts. Il s’ensuivra un grand procès suivi de près par le nouveau procureur général Cabet, l’homme qui écrira le Voyage en Icarie et qui a été nommé en Corse par le gouvernement de juillet. Notre procureur y fera l’expérience d’une justice impuissante à briser le mur des solidarités locales et parentales. N’entrons pas dans le détail des événements, relevons simplement le fait que l’organisation spontanée en Garde nationale témoigne ici d’une aspiration républicaine sur fond de lutte de classes41.

  • 42 Hypothèse à confirmer par les élections.
  • 43 Voir la lettre des officiers de la Garde nationale d’Ajaccio du 24 septembre 1830 qui se plaignent (...)

44À Ajaccio, « l’appel du gouvernement à la Garde nationale du royaume a à peine retenti, lit-on dans un rapport contemporain, dans le département de la Corse, que la ville d’Ajaccio s’est empressée d’y répondre : 17 compagnies s’y sont formées comme par enchantement sous la présidence du maire de la ville sous la garantie de la loi de 91 et dans l’expectative de celle que les chambres préparent ». Le caractère subit et enthousiaste du phénomène est ici relevé, bien qu’il réponde à un « appel » en provenance de Paris qui a eu pour effet de réactiver la législation fondatrice de l’institution datant de 1791. Cette manifestation n’eut pas les mêmes effets dramatiques qu’à Sartène et elle n’y revêtit pas la même signification. Certes, dans la mesure où il y eut agitation dans la rue et cris hostiles à l’adresse de Charles X et des Bourbons, l’action ajaccienne s’intègre parfaitement dans le prolongement du mouvement révolutionnaire de Juillet, mais elle ne tarde pas à prendre une connotation plus bonapartiste et carbonariste que républicaine42 : c’est l’ » ancien » maire Stephanopoli qui, dès le mois d’août, procède à la mise en place de l’institution et qui transmet l’état de la garde qui comprenait deux bataillons et une quinzaine de compagnies levées par quartiers. Mais très tôt, autour des Baciocchi et des Braccini et d’autres familles soutenues par le lieutenant-colonel Cauro, bonapartiste notoire, les gardes nationales se mêleront à des manifestations hostiles au nouveau régime en se réclamant du roi de Rome. Le représentant local du gouvernement s’opposa au mouvement dès l’année 1830 avec Jean Gualbert Peraldi, conseiller de préfecture, qui exerça la fonction de préfet par intérim en attendant l’arrivée du préfet Jourdan, ancien carbonaro mais rallié au gouvernement de Louis Philippe43. La bataille porta sur le refus de l’autorité de transmettre à Paris le procès-verbal d’installation de la Garde nationale. Les officiers élus, non reconnus, firent appel auprès du service des gardes nationales du royaume et La Fayette, alors lieutenant général inspecteur de ce service, intervint en leur faveur tout en recommandant la prudence en raison de ce qui s’était passé à Sartène.

45Le cas Bastiais est plus classique. Il est l’expression les aspirations d’un courant libéralo-républicain qui s’exprime dans le procès-verbal d’organisation de la Garde nationale du 8 aôut 1830, suivi d’une déclaration publique imprimée qui fait suite à cette opération menée à l’église Saint-Charles sous la présidence du maire Lota. Antoine Marengo est nommé commandant de la garde et les officiers sont choisis par une commission désignée par le maire et le nouveau commandant. On y retrouve les noms du baron Galeazzini, de Louis Vidau, de Stefanini, et Semidei, un groupe composite mais à dominante libérale. Le ton grandiloquent et la terminologie révolutionnaire de la déclaration d’installation ne trompent pas et correspond au mieux à ce que l’on trouve dans d’autres villes du royaume, là où l’opposition où Bourbons était forte :

46« La nouvelle de la grande victoire de l’héroïque population de Paris emportée sur le pouvoir absolu a été connue à Bastia mercredi 6 août. […] Il serait difficile d’exprimer la joie vive et profonde que cette nouvelle y a fait éclater. » Le texte parle du « dévouement à nos frères de Paris d’enthousiasme et d’admiration » de l’appui des habitants au drapeau à 3 couleurs arboré sur la place et sur les remparts, des « cris de vive la nation, vive la liberté, vivent les Parisiens ». C’est dans cette ambiance que la population a demandé la création d’une Garde nationale et elle s’est rassemblée pour en décider. Les officiers ont prêté serment et des patrouilles ont parcouru les lieux « pour la sûreté et la tranquillité publique… la garnison composée de Suisses n’a fait aucun mouvement, n’a apporté aucun obstacle et elle a pris les 3 couleurs ». Nous pouvons cependant relever un accent guerrier, manifestation d’un profond patriotisme national, peut-être connoté de bonapartisme et qui, du moins, se démarque d’une stricte adhésion libérale au changement : « La Garde nationale réclame déjà comme un honneur d’aller se battre aux frontières si l’étranger avait la téméraire pensée de les franchir. »

47Cette forme se retrouve à l’intérieur de l’île où, avant même la législation de 1831, le mouvement s’est manifesté dans les chefs-lieux de canton en liaison étroite avec ce qui se passe à l’échelle nationale. On peut ainsi relever plusieurs manifestations de fi délité adressées à La Fayette par les gardes nationales de l’intérieur de l’île qui se mettent au service de la structure nationale. Ainsi, le 6 août 1830, depuis Piedicroce où il vient d’être élu commandant de la Garde nationale, P. Paoli s’adresse à lui en ces termes :

« L’héroïque population de Paris guidée par vous dans la mémorable journée des 27, 28 et 29 juillet nous a sauvé. Honneur aux braves morts pour notre liberté, et gloire au chef qui les a conduits sur le champ de la victoire. Ici comme ailleurs nous avons appris le combat et la victoire ; votre nom n’était pas inconnu dans le canton, mais ce dernier événement, quoi qu’il n’ait rien ajouté à votre gloire qui a été et sera toujours la même, a fini par le placer dans toutes les bouches des habitants de notre contrée. La Garde nationale de ce canton qui a été organisée par le peuple le 22 août, dont le registre de l’état nominatif est-ci joint, est dès ce moment à vos ordres, prête à donner des preuves de son courage et de répandre son sang pour la défense des droits de la patrie. »

48Là aussi est mise en avant la défense de la patrie face à ses ennemis de l’extérieur mais tout autant est accepté le nouveau régime : « Tout fait espérer, poursuit Paoli, que les puissances étrangères reconnaîtront le roi citoyen que le vœu de la nation vient de se donner. » Ce canton apparaît comme un modèle en matière d’organisation de l’institution : une compagnie de gardes par commune comportant de 60 à 110 hommes en fonction de la démographie, des capitaines élus et un procès-verbal en bonne et due forme pour chaque élection. Et pourtant plane une certaine ambiguïté sur l’engagement idéologique des intéressés : il est fait officiellement allégeance à Louis-Philippe, mais dans les états nominatifs de ce canton, remarquablement établis, on relève en bonne place parmi les officiers élus, les noms (un Raffalli, un Moracchini) d’anciens officiers de l’armée napoléonienne qui n’ont pas dû être indifférents au courant carbonaro particulièrement actif dans cette région de Castagniccia sous la Restauration.

49Au titre du rôle de prisme des représentations joué par l’institution de la Garde nationale, signalons cette curieuse résurgence révolutionnaire qui, à Omessa, fait placer la Garde nationale locale sous le signe de Christophe Saliceti. Antonio Baldassari « petit parent » du conventionnel régicide et élu localement commandant de la garde se laisse aller de manière emphatique à une comparaison hasardeuse entre son héros insulaire (rappelons-le, ancien ministre de la Police du royaume de Naples) et le héros des deux mondes :

« Sur le sang qui coule dans mes veines, héritier des sentiments de Saliceti, je me lance dans la carrière politique par patriotisme stimulé par le noble exemple d’un homme dont la Corse s’honore, pour être utile à mon pays et, s’adressant à Layette : “Permettez que je mette le bataillon d’Omessa sous la haute direction de la plus belle illustration des Deux-Siciles et de celui des Deux mondes !” »

L’hostilité des autorités à l’égard de l’institution !

50Est-ce l’histoire qui se répète ou, comme nous sommes plus portés à le dire, la prégnance de l’élément structurel sur une conjoncture en constante mutation dont l’histoire de la Corse a épousé et vécu les formes, il faut bien faire état des permanences par rapport au changement et nous les retrouvons dans l’opposition manifestée à l’égard de la Garde nationale : elle n’a pas été moins forte au temps de la monarchie constitutionnelle de Louis Philippe que ce qu’elle avait été à la fin de l’Ancien Régime. Certes il n’est plus question auprès des nouvelles autorités de la crainte que les Corses prennent les armes pour remettre en question leur appartenance française, mais la défiance à l’égard de la généralisation du port d’armes dans ce pays est aussi grande qu’en 1789, d’autant que, loin de venir à bout de la vendetta et du banditisme, la Restauration a enregistré des pics inattendus dans la manifestation du phénomène et le nouveau préfet, Jourdan du Var, homme autoritaire, à peine arrivé en Corse, est amené à considérer que ce que nous avons appelé la violence primitive demeure un souci prioritaire.

  • 44 Jourdan a couvert son subordonné : « La Garde nationale existe effectivement à Ajaccio mais l’orga (...)

51Nous avons dit que les incidents de Sartène avaient très tôt joué le rôle d’indicateur en la matière et invité à la prudence. L’argument n’avait pas été explicitement avancé lorsque le conseiller de préfecture Peraldi avait entravé la mise en place de l’institution à Ajaccio44 et il s’était abrité derrière de soi-disant vices de forme, mais le préfet Jourdan se montrera plus explicite, quoi que tenu d’appliquer les textes nationaux. Fort de l’avis même des notables corses qui faisaient partie du conseil général et qui se prononcèrent à l’unanimité le 12 août 1831 contre l’extension de l’institution à la Corse en raison du risque d’officialisation du port d’armes, le préfet freine des quatre fers le processus d’application de la loi. Tantôt sont mises en avant les difficultés pratiques liées à son application (et elles étaient réelles !) tantôt on invoque le coût que cela représente et le caractère insupportable de la dépense pour les instances locales. Le 14 janvier 1831, Jourdan déclare, en répondant indirectement et tardivement aux injonctions de La Fayette, que « le service de la Garde nationale n’éprouvera pas d’interruption » et que les ordres émanant du ministre seront exécutés « ici comme ailleurs », saluant même le fait que « le roi veut faire jaillir de l’organisation d’une milice citoyenne des éléments durables de sa liberté », mais il ne peut s’empêcher de dire qu’en Corse cette institution « est d’une utilité au moins douteuse » et qu’ » ici moins qu’ailleurs on a à s’occuper de cette milice si ce n’est pour en restreindre plutôt qu’en étendre les limites ».

52On a tardé jusqu’en mars 1831 avant de distribuer les drapeaux de la garde dans les chefs-lieux de département et d’arrondissements (en application d’une décision d’octobre 1830) mais, à cette date, on n’a pas encore procédé à la remise des armes et on s’abrite toujours sur le fait que la nouvelle loi n’a pas encore été votée. Le conseiller Peraldi justifie cet atermoiement en ces termes ; « d’après les principes entièrement étrangers et même contraires au bien public qui ont servi de base à l’organisation provisoire de la Garde nationale en Corse, il a été reconnu qu’il était prudent de ne pas s’en occuper jusqu’à la promulgation de la loi » qui, on le sait, ne sera votée qu’en mars 1831. Mais c’est dans une lettre écrite dès le 27 octobre 1830 que Jourdan s’était le plus sincèrement livré sur le fond du problème en mettant en avant les méfaits de « l’esprit de parti » incompatible avec l’esprit public en des termes proches de ceux que nous avons signalés dans les propos du duc de Padoue en 1815. Il écrivait alors :

« Je ne pense pas, M. le ministre, qu’il faille s’occuper de l’armement de la Garde nationale de Corse parce que l’organisation a eu lieu sous l’influence de vues et intérêts souvent étrangers aux besoins de l’ordre public, parce que les armes ici sont loin de manquer aux citoyens ; je ne pense pas davantage qu’on doive presser dans ce département l’organisation de cette force citoyenne là où elle n’existe pas, parce que les changements à faire dans les mairies n’ont pu encore être opérés, parce que les passions particulières étouffent dans ce pays plus souvent ici qu’ailleurs l’amour du bien public, parce que le patronage est dans tous les cantons, dans toutes les communes et que certaines familles qui l’exercent malheureusement dans des vues et des intérêts purement personnels peuvent trop facilement faire d’une réunion armée une cause de perturbation et de guerre civile. »

53Et de poursuivre en ces termes :

« Lorsque l’organisation sera ici homogène comme sur le continent, lorsque j’aurai mieux connu les hommes et les choses de cette terre qui ne ressemble à aucune autre et que ces élans de patriotisme que j’ai partout rencontré me paraîtront avoir pleinement leur source dans l’amour de la liberté et de l’ordre public, enfin lorsque la prochaine loi sur la Garde nationale sera promulguée… je ferai des propositions. »

  • 45 En juillet 1835, on comptait 22 villes où les gardes nationales étaient suspendues ou dissoutes po (...)

54Manifestement le préfet est gêné, il est bien obligé de tenir compte des nombreuses circulaires qui lui parviennent concernant la mise en place de la Garde nationale au lendemain de la promulgation de la loi le du 22 mars : il mène le combat sur le thème des difficultés pratiques d’application de la loi, sur les recensements longs à effectuer, les différents corps à créer, les frais d’impression des rôles. En août 1831, les opérations sont suspendues car le conseil général en a exprimé le vœu et c’est finalement cette position qui prévaudra comme la loi permettait de le décider et comme cela fut le cas en d’autres points de France pour diverses raisons45.

55Ces tergiversations et suspensions alimentèrent au long de cette courte période l’imaginaire libéral insulaire qui cristallisa ses aspirations sur le droit de l’île à être dotée d’une Garde nationale. La revendication pour l’obtention de cette institution prend le relais de celle qui a été menée pour la révocation sur le plan judiciaire de la mesure de suspension du jury, demande satisfaite en octobre 1830 à l’issue d’une bataille mémorable de discours et de libelles qui enflammèrent la Chambre, les libéraux, l’opinion insulaire… et le procureur Cabet. Là encore c’est un trait de permanence qui retiendra notre attention et que nous retiendrons à titre de conclusion : chaque fois depuis 1789 (et même avant si on pense à l’ » affaire » de l’assemblée des notables où la Corse avait été oubliée) qu’il a été question de prendre des mesures particulières pour la Corse ou de ne pas l’admettre au bénéfice de la législation nationale, cela a été ressenti par une large partie de l’élite éclairée et libérale du pays comme une offense, une marque de rejet et de non reconnaissance de son intégration dans la nation française, une atteinte en somme au décret du 30 novembre 1789 !

Notes

1 Pour la période révolutionnaire en Corse, voir A. Casanova et A. Rovere, La Révolution française en Corse, Privat, Bibliothèque historique, 1989.

2 A. Chuquet, La jeunesse de Napoléon, Paris, 1898, t. 1, p. 82.

3 L’expression est d’Ange Rovere, op. cit.

4 Texte publié dans le Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse (BSSHNC) et provenant du fonds F7, 3667 I et 2 des Archives nationales auquel nous nous référerons essentiellement ici.

5 Bibliothèque municipale de Bastia, Registre de correspondance de 1789 de la municipalité de Bastia, ms. 21.

6 Archives nationales, op. cit.

7 Pour la législation de la période concernant la Garde nationale, G. Carrot, La Garde nationale (1789-1870) une force publique ambiguë, L’Harmattan, 2001.

8 « In virtu di differenti suppliche stateci presentate da molti particolari come in virtu di lettere particolari dei deputati della nostra isola… per dirigere e mantenere la pubblica tranquillita con reprimere ed impedire anche con la forza tutto cio che potrebbe perturbare la medesima… per fare cio che e stato fatto in tutte le provincie della Francia e nella nostra citta capitale in Bastia e diverse communita della Corsica » (texte publié dans le BSSHNC, 1934, n° 514-517).

9 Sur le cas d’Ajaccio en 1792, voir F. Chailley-Pompei, « Les troubles de Pâques 1792 d’après le manifeste de la municipalité d’Ajaccio », Problèmes d’histoire de la Corse, actes du colloque d’Ajaccio, Société des études robespierristes, Paris 1971. À Bastia, cf. les troubles suscités par la cérémonie religieuse des Rogations en juin 1791 et la « cucagna » qui s’ensuivit, expression utilisée pour désigner les représailles accomplies par les paesani (en tant que gardes nationales) à l’encontre là aussi des cittadini.

10 « Pièces et documents devant servir à l’histoire de la Corse sous la Révolution », BSSHNC, 1894, n° 159-162.

11 Sur la législation sur le port d’armes en Corse, cf. H. Rossi, Les armes dans l’histoire, les mœurs et les traditions du pays de Corse, Melun, 1976.

12 « En vain Gênes fit plusieurs désarmements… en vain les Français en 1769 leur ordonnèrent de les rendre toutes, jamais il n’a été fait un désarmement complet en 1768-1770… il est de notoriété publique que les Corses avaient deux et jusqu’à trois fusils (et il en venait de Livourne). Il existait en Corse au moins 60 000 fusils (dont 12 000 avaient été rendus)… ils les cachent, les enterrent et savent les retrouver. J’ai pu découvrir un amas d’armes et de munitions sous le maître autel de la principale église d’une ville où les Français avaient plus de soldats qu’il n’existait d’habitants. » Le témoignage n’est pas prendre à la lettre, mais il est révélateur de l’importance de la question du port d’armes (Pommereul, Histoire de la Corse, p. 20).

13 Les propos mêmes de de Caraffa tenus auprès du ministre de la Guerre au lendemain de l’événement sont plus édulcorés : « Je me suis toujours opposé, écrit-il, à la création de la milice nationale pendant le temps que la jeunesse de la ville le demandait, ayant plusieurs raisons de ne pas y consentir et particulièrement celle que nous n’avions pas de voleurs étrangers à chasser, comme il y en avait dans les provinces de France mais, quand j’ai vu que tous les chefs des arts et métiers avec beaucoup de bons bourgeois le demandaient, alors, j’ai pris le parti d’avoir le consentement du vicomte de Barrin » (AN, op. cit.). Souvenons-nous aussi qu’en 1730, dans le déclenchement de la révolte des Corses contre Gênes, avait pesé la question de la suppression des patentes de port d’armes.

14 Toujours d’après les pièces de F7, 3667, des Archives nationales.

15 Barrin justifie sa décision en ces termes : « Je n’ai que d’autres précautions contre eux que celle de remettre des armes à la disposition de plusieurs personnes véritablement attachées au gouvernement et tels que MM. Fabiani dans la Balagne et Boccheciampe dans le Nebbio. Ces familles confieront les armes à ceux qui leur sont attachés et dont elles disposent. Ce serait courir après des mouches que de faire poursuivre par des troupes 25 ou 30 hommes qui se divisent puis se réunissent suivant les besoins » (AN, op. cit., lettre du 29 septembre 1789). Également H. Rossi, op. cit., p. 145 sur la protestation adressée à ce sujet par les citoyens Fieschi et Salvini de Balagne au commandant Barrin.

16 Sur les événements de Balagne, cf. plusieurs rapports ou mémoires dont certains publiés, dans le même fonds des Archives nationales dont Relazione dei fatti accaduti nella citta dell’Isola Rosssa, giuridizione di Calvi, Bastia, Batini, 1790.

17 « Detti armi debbono servire per la difesa di Paoli che positivamente egli aspetta in qualita di Superiore in Corsica, cio diciamo per averlo publicamente da egli stesso appreso in varie circonstanze. » Antonini cite des témoins suivant lesquels ces armes ont été achetées par Barthélémy Arena et qu’elles ne doivent servir « ad altro oggetto che la difesa di Paoli per far foco alla truppa » (AN, op. cit.).

18 AN, op. cit.

19 Lorsque Frediani est retenu aux portes de la ville, les patriotes locaux lui signifient que la garnison est devenue inutile dès lors qu’a été constituée la Garde nationale (« la citta avendo la sua milizia sara guardata per la nazione e per il Re »). Le baron de Salis interdit à Île-Rousse, tout comme le commandant de la place et le détachement du régiment provincial, parvient un temps à s’établir à Algajola mais, sous la pression de la Garde nationale de la région dirigée par B. Arena et renforcée par les forces de A. Murati, il doit céder la place sur ordre de Barrin qui se montre soucieux d’éviter l’effusion de sang.

20 L’épisode est suffisamment connu pour que nous en fassions l’économie ici. On n’enregistre nulle part ailleurs qu’à Bastia des cas spectaculaires de fraternisation entre les deux éléments, comme cela a pu être relevé sur le continent, à Rennes par exemple où, le 17 juillet 1789, soldats et patriotes parcouraient les rues de la ville et décidaient de se constituer en « armée nationale » et de patrouiller ensemble (évoqué par Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, Rennes, 1972). Inversement on ne relève pas en Corse de situation d’affrontement aboutissant, comme à Nancy, à ce qu’on a appelé une Saint-Barthélemy des patriotes.

21 Courvol met bien l’accent sur le fait que le décret portant sur la loi martiale a mis en porte-à-faux les troupes réglées tenant garnison et leurs commandants qui, jusque-là, intervenaient en cas de troubles sur requête des commissaires du roi. Qui détient le pouvoir exécutif ? Qui a la main sur la force publique ? (AN, op. cit.).

22 Cette attitude mériterait une analyse comparative.

23 F. Pomponi, « Sentiment révolutionnaire et esprit de parti en Corse au temps de la Révolution », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XVII, juillet-septembre 1970.

24 Voir le Giornale pattriotico de Buonarroti par exemple du 31 mars 1790, p. 15, à propos de Corte. Mais, l’opposition entre factions pouvait aussi correspondre à des options idéologiques différentes, du moins au niveau des capi di partito à qui revenait souvent l’initiative de lever une garde. À Bastelica c’est le notable Gian Battistra Costa qui lève 500 hommes et qui les entraîne à Ajaccio pour les faire fraterniser avec la Garde nationale du préside. À Corte c’est Gio Tommaso Arrighi, le père du futur duc de Padoue, qui joue un rôle analogue et désigne sa propre garde pour faire pièce à l’ancienne municipalité qui s’oppose au changement.

25 La décision a été prise en avril 1790 lors de la première assemblée d’Orezza et elle portait sur une garde soldée de 300 hommes avec mission de faire régner l’ordre public. Cf. Archives départementales de Corse-du-Sud, 1L 14, ancienne cote.

26 « Sebbene la guardia nazionale sia pieno di zelo ad ogni modo non e sperabile di avere da questa un servizio lungo esato e regolato che la massima parte dei fusilieri arruolati alle milizie vivendo col travaglio delle sue mani, non puo allontanarsi dalla sua casa senza essere indemnizato della perdita delle sue giornate » (ibidem.).

27 « Che spesso la milizia civica non puo nemeno prestar maniforte nella propria comunita perche essendovi nella maggior parte delle parocchie uno spirito di divisione e di partito sarebbe pericoloso di metter nelle mani dell’uno l’esecuzione delli ordini contro dell’altro » (ibidem.).

28 « Sara autorizzato a prendere quelle misure che credera le piu opportune e convenevoli tanto per la scelta dei detti capi che per il ripartimento da farsi nei diversi distretti dell’assoldamento della truppa sudetta », in Procès-verbaux du conseil général de Corse, BSSHNC, 1894, n° 159-164.

29 Lettre des administrateurs du district de Tallano (Peretti, Quilichini, Pietri) au directoire de département du 29 juillet 1791 : « Non possiamo dissimulare gli ufficii che si hanno prestato nei differenti bisogni siccome ancora l’attaco di numerosi loro parenti nelle pievi di Scopamene Carbini ed altri paesi del distretto che molto ha contribuito a sostenere quest’amministrazione e a essere con soi uniti a dar di mano nelle occorenze » (Archives départemerntales de Corse-du-Sud, L 140, ancienne cote).

30 Citons comme un exemple parmi d’autres : le 31 mars 1792 une demande est adressée au général Rossi commandant la 23e division des troupes de ligne pour qu’il envoie à Fozzano un nombre suffisant de volontaires nationaux pour assurer le maintien de l’ordre public troublé par « des assassinats commis et de l’esprit de vengeance qui anime plusieurs citoyens », entendons le climat de vendetta qui sévissait au sein de la communauté quelques décennies avant Colomba ! (Archives départementales de Corse-du-Sud, L 52, registre 6, p. 171, ancienne cote).

31 A. Chuquet, op. cit., II : La Révolution, Paris, 1898. Parmi les moments les plus représentatifs rappelons, à l’initiative de Bonaparte, la séquestration des commissaires dépêchés depuis Corte par le directoire de département pour veille au bon déroulement du scrutin, l’atmosphère de « la maison Bonaparte » où était tenue table ouverte, les clameurs et les interventions physiques qui troublèrent les réunions, les votes à main levée et la falsification des procès-verbaux.

32 Archives départementales de Corse-du-Sud, L 141, ancienne cote.

33 Lettre du directoire de district de Tallano au directoire de département du 30 mars 1792, Archives départementales de Corse-du-Sud, L 75, ancienne cote.

34 Il est dit alors : « La forza delle guardie civiche e bella e buona ma quando tratatasi ad impiegarle contro de parenti ed alleati v’e poco da fi darsi la pocha truppa che e stata assoldata non e animata da spirito publico. »

35 « Vi accludiamo, signore, una memoria stataci indirizzata da molti ufficiali municipali del cantone d’Istria con cui si lagnano della scelta da voi fatta de volontari che hanno formato la compagnia attribuita al detto cantone. Ci ha sorpreso di leggere in essa che voi abbiate addottato per ragione della vostra scelta che una mano potente vi ha forzato contro la vostra coscienza ad usare d’un ingiusta preferenza… Non osiamo prestar fede a simile osserzioni, non conoscendo alcun potenza al di sopra della legge e della giustizia capace di sovvertire la liberta dei cittadini rivestiti di un carattere pubblico nel’esercizio delle sue funzioni » (Archives départementales de Corse-du-Sud, L 52, registre 6, p. 152, ancienne cote).

36 Paoli écrit : « Questi battaglioni rubbano il denaro, non servono ed i disordini che commettono saranno attribuiti alla nazione perche li crederanno composti da cittadini quando per la maggior parte non sono che il rifiuto dei paesi » ou encore : « Le guardie nazionali non vagliono un corno ma potrebbero far nascere disordini perche sono composte di gentaglia disordinata e non hanno ufficiali che sappiano farsi ubbidire » (Correspondance de Pascal Paoli pour l’année 1792 publiée par Perelli in BSSHNC).

37 Archives départementales de Corse-du-Sud, L 140 et L 147, ancienne cote.

38 Les informations qui se rapportent à cette période et à la suivante sont principalement tirées du fonds des Archives nationales F9 476. Nous n’y ferons pas systématiquement référence.

39 Rappelons qu’elles ont été créées en mai 1796, qu’elles relevaient du pouvoir des maires et qu’on n’y eut guère recours sous le Directoire.

40 Qu’on nous permette ici une digression comparative. Nous avons relevé pour la même époque dans le département des Alpes-Maritimes une situation qui posait le même problème entre pouvoir civil et pouvoir militaire à propos des colonnes d’éclaireurs préférées aux colonnes mobiles dans la chasse aux émigrés et aux contre-révolutionnaires. En Piémont, l’administrateur général Jourdan, homologue de Miot en Corse marqua aussi sa préférence pour les colonnes d’éclaireurs et il jugeait les colonnes mobiles peu fiables parce qu’elles émanaient des municipalités elles-mêmes, suspecte de complicité avec les brigands et lesbarbets. Le commissaire de police Charron était du même avis et, dans une lettre au ministre de la police, il s’exprimait en floreal an X sur le brigandage qui sévissait dans le pays en des termes qui méritent d’être rapportées car ils évoquent plusieurs égards la situation de la Corse et rendent bien compte de cette désaffection à l’égard des colonnes mobiles : « La plupart des brigands qui infestent le pays ne sont armés que pour le vol le pillage et l’assassinat ; ils sont disséminés sur tous les points du territoire, leurs forces sont isolés ; ils s’associent quelquefois en nombre de 3 ou 4, mais ne forment pas de troupes organisées dirigées par des chefs. Ils trouvent leurs moyens d’existence dans des vols qu’ils commettent ils ne sont dirigés dans leurs opérations par aucun esprit de parti ni aucune influence ; la vengeance arme souvent les habitants de ce pays et une partie des nombreux assassinats doit être attribuée à cet esprit de haine dont les effets se sont faits ressentir de tous temps et sous l’Ancien Régime aussi fortement qu’à présent […]. Je ne crois pas que les brigands du ci-devant Piémont aient aucun rapport avec les barbets et je n’entends même plus parler depuis longtemps de ces derniers. Je présume qu’ils ont cessé d’exercer leurs ravages dans les pays qu’ils habitaient. » Charron poursuit en expliquant qu’il a eu recours de préférence aux gendarmes pour lutter contre les brigands et il ajoute : « Leur nombre est difficile à évaluer ils habitent souvent leurs propres foyers, sont connus et même protégés par partie des habitants et ils échappent aux poursuites les plus actives en se retirant et se cachant chez leurs parents leurs amis leurs complices. On a plusieurs fois essayé de faire une chasse complète et générale à ces scélérats par le moyen de colonnes mobiles dirigées sur chaque point de territoire mais ce moyen n’a pas produit l’effet qu’on attendait : les brigands se cachaient à l’approche des militaires et paraissaient à nouveau lorsque la troupe était passée. Il en est même résulté de grands inconvénients… Je persiste à croire que le seul moyen praticable est d’accroître le nombre de gendarmes de manière à ce qu’ils puissent faire partout des recherches suivies et continuelles qui les mettent à même de connaître les demeures des criminels, leurs intelligences avec l’habitant et les complots qu’ils forment. » D’où le recours généralisé en Piémont aux colonnes d’éclaireurs et aux commissions militaires ainsi qu’aux fonds secrets qui permettaient de distribuer des gratifications aux indics et aux éclaireurs : nous sommes décidément bien loin de la mission de la garde civique ! (AN, F7 4308).

41 Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer l’affaire de Sartène à propos d’ » un invariant historique, structure de clan et structure de classes en Corse » in collectif, Pieve et Paesi, Marseille, CNRS, 1976. Le dossier des AN, F9 476, qui nous sert ici de guide principal apporte quelques éléments d’information complémentaires sur le clivage idéologique local qui s’est cristallisé sur la question de la Garde nationale : dans une lettre du 28 septembre 1830 au ministre de l’Intérieur, l’aide de camp au service du roi évoque l’événement et fait état d’une protestation du conseil municipal de Sartène contre les pouvoirs donnés à une députation de cette ville composée de Jean Thomas Susini et de Raphaël Ortoli pour obtenir une audience de Sa Majesté à Paris. Cette délégation est appuyée par le libéral Pompei, préfet de l’Yonne, qui l’accompagne. Celui-ci fait remarquer que la municipalité qui proteste est mal placée pour le faire car elle est issue de l’ancien gouvernement, alors que M. Susini vient d’être nommé procureur à Calvi. La municipalité pour sa part reproche à ces « soi-disant mandataires » de n’aller à Paris qu’ » afin de solliciter des emplois » et que leur délégation a été désignée « dans les ténèbres » avec des signatures d’enfants et de misérables journaliers et qu’elle a été reconnue par le sous-préfet délégué, Antoine Ortoli, qui n’est autre que le père de Raphaël Ortoli et le beau-frère de Susini. Clan et classe se trouvent bien liés !

42 Hypothèse à confirmer par les élections.

43 Voir la lettre des officiers de la Garde nationale d’Ajaccio du 24 septembre 1830 qui se plaignent en ces termes : « La Garde nationale qui, depuis son institution, fait le service de la ville, la garde qui est si heureusement intervenue dans les derniers événements et qui maintient constamment le bon ordre et la tranquillité, cette garde a été déçue par le faisant fonction de préfet qui prête l’oreille à la malveillance dans le but peut être de voir une journée de massacre et le principe d’une guerre civile dans le pays : il a osé écrire au sous-préfet de Toulon maintenant remplacé, son digne émule, qu’il ne connaît pas l’existence d’une Garde nationale à Ajaccio et a même voulu faire arrêter son colonel. » Cf. également la lettre au ministre (2 octobre 1832) de Felix Baciocchi Adorno, colonel de la Garde nationale d’Ajaccio.

44 Jourdan a couvert son subordonné : « La Garde nationale existe effectivement à Ajaccio mais l’organisation n’a pas paru correctement faite à M. Peraldi qui a refusé son assentiment sur son organisation » mais il a transigé et, dans l’attente de la nouvelle loi, il a laissé provisoirement son titre d’officier de la garde à Baciocchi.

45 En juillet 1835, on comptait 22 villes où les gardes nationales étaient suspendues ou dissoutes pour cause politique. Cf. pour cette période à l’échelle nationale, Louis Girard, La Garde nationale, 1814-1871, Paris, Plon, 1964.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search