Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Troisième partie. Les Gardes en Révolution

Les gardes nationales en Ille-et-Vilaine et dans le sud de la Seine-et-Oise : bilans comparés

Serge Bianchi

Texte intégral

  • 1 Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine (1789-mars 1793)(...)
  • 2 Serge Bianchi, La Révolution et la Première République au village. Pouvoirs, votes et politisation (...)

1Cet essai de bilan repose sur deux hypothèses de travail complémentaires (à nos yeux), la démarche comparative et l’approche monographique. La comparaison sera menée entre deux espaces très différenciés : d’une part, l’Ille-et-Vilaine, forte de 367 communes et 460 000 habitants en 1790, où les débuts précoces de la Garde nationale ont été étudiés par Roger Dupuy1 ; de l’autre, un espace du sud de la Seine-et-Oise correspondant à près de 200 communes rurales, entre Villeneuve-Saint-Georges, Malesherbes, Étampes et Rambouillet, soit un peu plus de 100 000 habitants en 1789, objet d’une enquête approfondie au moment du bicentenaire, retracée dans La Première République au village2. Les contrastes et les spécificités de ces milieux invitent à l’approfondissement des analyses quant à la nature et au fonctionnement des gardes nationales, en tenant compte de chronologies et de contextes décalés ou nationaux. L’autre objectif est de recentrer les études sur les villages en Révolution et le milieu rural, moins connu de prime abord, mais dominant dans les deux cas. Leur connaissance quasi monographique a été facilitée par des publications d’histoire, « locale » et par de nombreux travaux inédits, particulièrement des mémoires de maîtrises pour l’Ille-et-Vilaine. Ces travaux permettent de nuancer bien des postulats : engagements et résistances des communes à l’intérieur du processus révolutionnaire, question des effectifs et des pratiques des gardes nationales. Sans négliger l’importance des impulsions venues des villes, nous centrerons donc notre propos sur les temps forts de l’histoire des gardes dans la décennie : la genèse, entre l’automne 1788 et le printemps 1790, ce temps « spontané » et « illégal » des États généraux, de la « révolution municipale » et de la Grande Peur ; l’âge d’or, de la Fédération de 1790 aux levées d’hommes de l’été 1792 ; et le temps long du « déclin », de la première coalition à la fin du Directoire. Nous tenterons de voir dans ces séquences croisées comment a évolué cette institution, entre ordre et contestation, pouvoir militaire et pouvoir civil.

Les communes du département d’Ille-et-Vilaine en 1790. Source : Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine.

Les Gardes nationales le 14 juillet 1790. Source : Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, p. 236.

Les communes des départements de l’Essonne et du Val-de-Marne (actuels) en 1790.

Des genèses décalées

  • 3 Voir les communications de Yann Lagadec, Gauthier Aubert, Stéphane Perréon.

2Les contextes de la « naissance » ou « renaissance » des gardes nationales, en lieu et place des milices « bourgeoises » de l’Ancien Régime3, sont très différents dans les deux espaces considérés. En Bretagne, le rôle moteur est joué par les milieux urbains, essentiellement Rennes et Saint-Malo, dans le cadre de la lutte des « jeunes gens », par une mobilisation précoce, qui peut gagner certains villages. En Île-de-France, les rares villes – Étampes, 7 000 habitants et Corbeil, 3 000 – entrent dans un processus de redéfinition de leurs milices, en même temps que se développe la Grande Peur en Hurepoix. Ces différences dans l’impulsion et la structuration nous paraissent essentielles.

La Prérévolution

  • 4 Il s’agit du dernier numéro du périodique de Volney.

3La Sentinelle du Peuple du 25 décembre titre4 : « La jeunesse roturière se ligue et forme des corps volontaires redoutables ». La mobilisation des « jeunes gens » en Bretagne naît de l’opposition violente entre la noblesse bretonne, qui domine les États et le Parlement de Bretagne, et les étudiants en droit de Rennes – comme Moreau –, de Nantes et de Saint-Malo. Au départ, les étudiants (armés) avaient pris fait et cause le 10 mai et le 2 juin pour les parlementaires contre le « despotisme ministériel et les édits Lamoignon ». La mobilisation est marquée par des arrêtés et pétitions parus dans la presse – le 28 décembre 1788 – ou affichés – le 18 janvier 1789. Au cahier des vœux des villes bretonnes (24-27 décembre 1788) contenant les doléances anticipées du Tiers, répond le serment des nobles du 9 janvier, pour la défense des privilèges, et l’échauffourée de la journée des Bricoles. Les armes ont été récupérées dans les magasins royaux par les jeunes gens et par des ouvriers et artisans. Les colonnes de jeunes gens armées – 600 Nantais le 31 janvier, 100 Malouins – précèdent le serment solennel des « jeunes gens » du 6 février de rester unis et organisés. Dès cette époque un défiparamilitaire est engagé entre les milices bourgeoises et les forces mobilisées par les nobles bretons.

  • 5 Étampes en Révolution, Le Mée, Etampes Histoire, 1989, p. 53.
  • 6 Voir la communication de Christine Lamarre.

4Au même moment, les villes « franciliennes » ne sont concernées que par le maintien de l’ordre, lors des troubles de subsistances qui culminent au printemps 1789, autour de Montlhéry, Étampes et Corbeil. À Étampes, les trois ordres, réunis en février et mars ont siégé séparément mais l’affrontement n’a pas pris les proportions bretonnes. Quand la gendarmerie d’Étampes a été débordée en avril, la « milice bourgeoise » traditionnelle est invitée à « tourner leurs armes contre leurs commandants et même contre les officiers de police » ! Il existe donc une milice, tambours et drapeaux en tête5. Mais il s’agirait de « bourgeois tout juste bons pour la parade6 » et d’un « armement de pacotille » ! Il faut faire appel au Royal-Piémont (50 hommes) pour rétablir l’ordre. Le député de la noblesse accepte de commander les 95 hommes de la milice, le 29 avril. Les exempts de milice feront la répartition. Des patrouilles nocturnes sont organisées.

  • 7 Serge Bianchi, op. cit., p. 133.
  • 8 89 en Essonne, Journées et marches de la faim, 1989, 3, p. 16.

5À Corbeil, comme à Étampes fonctionne une compagnie de l’Arquebuse, commandée par le marquis de Clermont-Tonnerre qui commandera la Garde nationale du district7 ! À Nogent-sur-Marne, si proche de Paris, la compagnie de l’Arc est imprégnée de franc-maçonnerie ! Il s’agit d’institutions peu militaires, intégrées à une sociabilité plus générale d’élites tentées par la philanthropie et la bienfaisance. À Montlhéry, les nombreuses brigades de la maréchaussée et le Royal-Cravate, 100 cavaliers contiennent avec difficultés jusqu’à 8 000 manifestants des paroisses rurales. L’intendant Bertier se plaint des retombées des lois libérales et du comportement spéculatif des fermiers et marchands. Le 14 avril, le subdélégué de Montlhéry rapporte les tensions et l’action de 7 brigades de maréchaussée. Plutôt que de « sabrer, d’écraser, avec les chevaux tout le peuple », les forces de l’ordre ont « laissé faire8 ». Le 21 juin, le prévôt général des chasses doit désarmer les habitants possédant des « armes à feu », à l’exception des fermiers ! Visiblement, les milices bourgeoises ont été dans l’incapacité de faire régner l’ordre. La mobilisation des « jeunes gens » des villes reste ainsi spécifique à l’espace breton.

« Révolution municipale » et Grande Peur

6À Rennes et dans les environs, comme dans le reste du pays, les événements parisiens sont suivis ou accompagnés d’une « révolution municipale » et d’une recomposition des pouvoirs civils et militaires, où la – future – Garde est partie prenante.

  • 9 Roger Dupuy, op. cit., p. 34.
  • 10 Sylvie Benoit, recherche en cours sur la garde à Saint-Malo.

7À partir du 15 juillet, se forment des Comités patriotiques, formés des représentants des pouvoirs civils, communautaires et des délégués des garnisons. Partout, ils créent des milices patriotiques qui grossissent les rangs des « jeunes gens ». Roger Dupuy nomme « soldats-citoyens » ou « citoyens-soldats » ceux qui s’emparent des clefs et des armes des bastilles locales, sous le contrôle plus ou moins bien accepté des municipalités. À Rennes, 2 000 soldats des régiments Artois, Lorraine, Île-de-France et Orléans-Dragon se mutinent le 16 juillet contre Langeron, le gouverneur militaire, et fraternisent avec les jeunes gens, en livrant les canons ! À Saint-Malo, la municipalité, comme celle de Rennes tente de limiter l’initiative du chef de la garde, en le mettant sous la tutelle directe des élus, comme les 24-30 juillet 1789 à Rennes9. Les déboires de Chifoliau, commandant à Saint-Malo face à la municipalité défraient la chronique jusqu’en 179 110. Le 21 juillet 1789, cette garde entre dans l’histoire, contre les modérés de la municipalité, en s’emparant des clefs de la forteresse, une semaine après l’affaire de la Bastille et des canons parisiens !

8Par contre, les « jeunes gens » armés interviennent dans les alertes aux brigands pour faire régner l’ordre au moment d’une Grande Peur – peu marquée en Bretagne –, signe de l’ambiguïté de cette force patriote entre contestation et ordre, selon l’enjeu ! À Vitré, des émeutes ouvrières, comprenant 700 à 800 personnes, armées de haches et de bâtons, sont réprimées le 4 juillet 1789. 200 paysans qui manifestent à Bain pour les subsistances provoquent l’intervention des troupes royales et de miliciens urbains. 50 jeunes Rennais se joignent aux soldats pour assurer l’ordre à Fougères, le 3 août. La nature « bourgeoise » de cette force en gestation est alors plus évidente que dans le Bassin parisien.

  • 11 Henri Dinet, « La Grande Peur en Hurepoux (juillet 1789) », Paris et Île-de-France, 18-19, 1967-19 (...)
  • 12 L’armée représente 1 300 hommes pour la Seine (Picardie et Guyenne), plus Provence, Nassau et Flan (...)
  • 13 Henri Dinet, article cité, p. 126.
  • 14 Ibid., p. 129, avec l’apostrophe : « ôte ta cocarde blanche », le 20 juillet. Les garde chasses so (...)

9On peut ainsi poser la question d’un armement spécifique des villageois du Hurepoix au moment de la Grande Peur, entre le 22 juillet 1789 et le 6 août. Une panique, née à Limours, le 28 juillet se développe dans tout le Hurepoix11. Les perquisitions de troupes parisiennes sont en partie responsables du « climat d’angoisse » qui se développe jusqu’à Chevreuse, Longjumeau, Brie-Comte-Robert et Choisy-le-Roi. L’armée12 et la maréchaussée sont renforcées dans ce secteur par des brigades et des compagnies des chasses, soit 155 hommes13. Ce déploiement de troupes et de cavaliers fait forte impression. La panique est parfois causée par les troupes chargées de trouver les « grains et farines ». Elles veulent également récupérer des canons et des armes, tels 80 Parisiens au château de la Briche, près de Limours, à propos de 9 canons. Mais la maréchaussée et l’armée ne sont plus respectées, selon l’administration royale : « La révolution du peuple est étonnante : le mouvement est sérieux et exige les plus grandes réflexions », selon l’intendant, le 14 avril. Les réactions villageoises sont intéressantes, quant à la fermentation des esprits à Viry-Châtillon comme à Ris, où le prestige de l’uniforme s’inverserait14 !

  • 15 Ibid., p. 148.
  • 16 89 en Essonne, revue citée, p. 17-23.
  • 17 Henri Dinet, article cité, p. 172.

10La nécessité d’une police locale se fait alors sentir, contre les brigands ou les troupes réglées. Une initiative parisienne, signée du marquis de la Salle, le 23 juillet, vise à assembler sur-le-champ et sous ses ordres « la milice de la paroisse » de Massy, soit 186 hommes, dirigés par le procureur fiscal et 7 capitaines. Les autres initiatives sont paroissiales et concernent : le 14 juillet, Villeneuve-Saint-Georges, sous la direction du syndic ou du procureur fiscal ; le 17 juillet, Arpajon (6 fusils) et Étampes ; le 19, Linas pour contrôler les véhicules. Autour de Brunoy, on fait appel à Paris. La milice de Brie-Comte-Robert s’attaque aux notables de la ville. Viry, Savigny, Grigny doivent s’organiser le 20. Dourdan forme sa milice le 21 juillet15. 138 personnes y signent la pétition. Le 24 juillet, 166 personnes sont en état de marcher, soit 2 corps de garde à La Ferté-Alais. Le 22 juillet, le beau-père de l’intendant Bertier, Foullon, est arrêté par Rappe16. À Longjumeau, 600 personnes veulent la tête du brigadier de la maréchaussée. On dit que les hussards pillent Juvisy, Ris… Le tocsin sonne, les habitants prennent les armes17. Le curé de Vert-le-Grand relate la panique entre Arpajon et Corbeil : le duc de Villeroy remet 7 canons (offerts par Louis XV) à Corbeil ! La milice de Villeneuve récupère également des canons de Bougainville. Ainsi l’armement spontané ou provoqué s’est fait dans une trentaine de paroisses, y compris rurales, pendant la Grande Peur.

11Par rapport à la Bretagne, la mobilisation a changé de moteurs et d’intensité. Il faut attendre décembre 1789 pour que les gardes nationales rencontrent une organisation légale à l’échelle du pays, génératrice de structurations inégales.

Préparer la Fédération ?

12En marge des décrets qui s’échelonnent d’octobre 1789 à février 1790 et qui vont tous dans le sens d’une tutelle municipale sur les réunions et les décisions des gardes, se joue le problème de la nature de la milice paroissiale ou communale. Les expériences des deux provinces sont alors contrastées.

  • 18 Roger Dupuy, op. cit., 1972.

13En Bretagne, la milice de Rennes est organisée le 29 septembre 1789, au bout de trois semaines. Des incidents à Lannion et Tréguier entraînent des interventions de 2 500 patriotes armés le 26 octobre, se jurant fidélité. Des convergences de milices plus ou moins intégrées aux comités locaux se manifestent donc18. La mobilisation se fait aussi contre le Parlement de Bretagne, supprimé en février 1790, après la première fédération de gardes de la province. Saint-Servan, Saint-Malo, Vitré et Dol suivent ce mouvement essentiellement urbain.

  • 19 Ibid., p. 110.
  • 20 Nicolas Toussenot, Pouvoir et politisation : Hédé et son canton (1785-an II), maîtrise, université (...)
  • 21 Jessy Gandon, Réception et refus de la Révolution dans les campagnes : l’exemple de Betton, maîtri (...)

14Les milices rurales ne « tiennent pas une grande place dans l’historiographie révolutionnaire » bretonne, et méritent une réévaluation19. Des litiges opposent ainsi en janvier 1790 la garde de Rennes et la troupe – de 150 soldats – à des bandes d’une trentaine de paroisses, soit 400 paysans attaquant des châteaux entre Rennes, Redon et Ploërmel. La milice bourgeoise apparaît gardienne du statu quo juridique et social dans les campagnes. Mais 28 paroisses rurales possèdent une milice avant décembre, soit 8 % des paroisses recensées : la moitié dans de gros bourgs, où la structure de l’habitat est particulière et 12 dans de petites paroisses, proches de Saint-Malo par exemple, pour la défense maritime. Le cas de Pleurtuit, où s’affrontent deux gardes concurrentes est particulièrement significatif. Parfois, ces gardes rurales s’affilient à Rennes et restent sous une dépendance ambiguë. À Hédé, bourg faiblement peuplé, la première mention d’une milice date du 30 octobre 178920. À Tinténiac, plus précoce – dès le 23 août –, le règlement est pratiquement le même que pour Hédé, pour des raisons évidentes de sécurisation d’un axe routier majeur. Par contre, à Betton, la présence d’une garde, conforme à la loi du 12 juin, tiendrait « plus à une liste de noms qu’à une existence institutionnelle véritable21 ». Une fédération locale de trois communes désigne un délégué pour porter à Paris la liste des enrôlés. Mais des dissensions entre les villages font douter de la fiabilité d’une garde à Melesse, où les absents devraient être taxés ou inscrits sur les registres.

  • 22 Quand Ris et Orangis s’appelaient Brutus, Le Mée, 1989, rééd. 2000, p. 57.

15Les luttes de pouvoir sont bien plus sensibles en Île-de-France. La plupart des communes rurales franciliennes n’ont pas de garde « officielle » avant les élections municipales de janvier 1790 et l’organisation du pouvoir local. Mais les formations particulières « précoces » ont leurs racines dans des conflits antérieurs, ravivés par les doléances et la marche de la Révolution. À Ris, village de 550 habitants, 52 signataires forment une garde, le 24 octobre, pour des « gardes et patrouilles régulières ». Les partisans du seigneur les « débauchent » et adoptent un uniforme à boutons pour éviter les contrefaçons22. Le seigneur – l’imprimeur royal Anisson Duperron – serait colonel d’une trentaine d’hommes, quand 80 signataires se rangent derrière lui, le curé et le vicaire ! Il fait appel à huit cavaliers qu’il loge, tandis que la municipalité opposée s’adresse à l’Assemblée nationale, en décembre, et à la Garde parisienne (le 20 décembre), contre la garde rivale ! La Fayette et Clermont-Tonnerre interviennent alors ! Les paroisses alentour se mobilisent contre Anisson. Les deux gardes ont précédé deux municipalités adverses, élues en janvier 1790. À Mennecy, la garde s’est créée le 8 janvier 1790, s’affiliant à Paris. Elle a adopté un uniforme et des boutons (MV). Mais elle est dirigée par le parti du curé patriote, contre le seigneur, le duc de Villeroy. Le conflit sur les doléances rebondit avant l’affrontement municipal qui voit la victoire du curé et des patriotes. Les contestations sur la formation et les élections de la Garde ne vont plus cesser entre les deux partis. Dans les deux cas, la garde est l’un des moyens d’exercice du pouvoir local. Dans les communes plus calmes, les gardes se constituent au moment de la Fédération de juillet 1790, où la Bretagne fait (une nouvelle fois) figure de pionnière, parmi d’autres. C’est le cas de Draveil et Montgeron, qui à partir de juin, voient fonctionner des gardes en pleine structuration.

16Alors que les situations des gardes sont très différenciées avant le 14 juillet 1790, un élan national et législatif modifie profondément la donne, permettant une comparaison plus fiable, à l’apogée commun de la mobilisation et de l’organisation, jusqu’à la République.

De la Fédération à l’apogée des gardes rurales

  • 23 Georges Carrot, La Garde nationale (1789-1871) : une force publique, Paris, L’Harmattan, 2001, p. (...)

17La fête nationale et locale de la Fédération (le 14 juillet 1790) clôt une période intense de mobilisation et amorce une organisation à l’échelle de tout le pays. On parle de 15 000 fédérés soit près de 3 millions de gardes en juillet 179023. L’été 1790, après le décret du 12 juin, est ainsi un tournant pour l’institution, en voie de redéfinition de sa nature et de ses fonctions.

L’élan fédératif breton

  • 24 Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire 1789-1815, Rennes, Ouest-France, 2004, p. (...)
  • 25 Pierre-Marie Meignan, La fête de la fédération, vers une fête nationale. Le 14 juillet 1790 et les (...)

18Avec la Guyenne, la Franche-Comté, la Bourgogne et le Vivarais (Montélimar), la Bretagne est en pointe, dans la logique du pacte rennais de février 1789. À Pontivy, ville centrale se retrouvent les délégués de 82 villes (Angers, mais pas Nantes) et 150 députés, en uniforme, derrière Moreau et le serment des « phalanges armées », le 19 janvier : « Vivre libre ou mourir24 ». Le 15 février, 129 municipalités et généraux de paroisse se réunissent, sans Rennes, occupée par les troubles paysans ! La moitié sont des ruraux, qui se prononcent pour l’abolition du domaine congéable. Ils renoncent aux privilèges « locaux et particuliers » comme « Français et citoyens du même Empire » ! L’élan fédératif se traduit également dans les campagnes par la Fédération de Coesmes-Retiers, le 27 juin 1790, dans le district de La Guerche25. Elle réunit 3 000 hommes de douze communes (dont 10 municipalités).

  • 26 AD Ille-et-Vilaine, L 868, 1234 (Dol), 1387 (Saint-Malo)…
  • 27 Roger Dupuy, op. cit., 1972, p. 140-141.
  • 28 Georges Carrot, op. cit., p. 84.
  • 29 Le problème est dans l’absence du registre spécifique, qui devrait doubler celui de la municipalit (...)

19Au vu des élections des délégués, 113 communes disposent alors d’une garde26 dans le département. Une typologie permet de distinguer les districts « patriotes » – plus de 55 % des communes – comme Saint-Malo, Dol et La Guerche, des districts « modérés » (entre 30 et 40 %) comme Bain et Rennes, et des districts « impatriotes27 » – sous les 25 % – comme Vitré, Fougères et Redon. Il reste que les fêtes locales ont laissé peu de trace dans les registres et les mémoires. Sont-elles rituelles et monotones, comme le laisse entendre Georges Carrot28 ? On peut hésiter sur le rapport entre les 22 communes ayant une garde et les 6 qui déclarent la fête29 sur les 33 du district de La Guerche. L’Ille-et-Vilaine compterait ainsi 35 800 gardes nationaux à l’été 1790 pour 460 000 habitants.

  • 30 Les Révolutions de Paris, 53, juillet 1790 : « L’arrivée des députés fédératifs de la Bretagne éta (...)

20Les délégués bretons défilent à Paris dans un respect dont rendent compte les journaux de l’époque, parmi les 15 000 délégués. Certains, n’étant pas défrayés, préfèrent rester chez eux. Les autres retrouvent les délégués des communes du sud de la région parisienne, dans une rencontre historique30.

La fête locale unitaire ?

  • 31 Étampes en révolution, op. cit., p. 77.
  • 32 Michel Chancelier, Draveil et Montgeron, deux villages en révolution, Le Mée, 1989, p. 148.
  • 33 Jacques Médard, La région de Montlhéry sous la Révolution, Le Mée, 1989, p. 134.
  • 34 89 en Essonne, 6, 1990, p. 14.

21L’enthousiasme urbain n’est pas à l’unisson des communes rurales dans le sud « francilien ». À Étampes, la fête de la Fédération a été initiée par les officiers d’Orléans en avril. Deux mois après, Étampes a été relancée par de nombreuses communes (dont Rennes) ! Le 15 juin, Étampes, très réticente jusque-là est invitée comme toutes les communes à célébrer « puisque c’est officiel », avec « économie et décence31 ». Illuminations, messe, serment se succèdent, tandis que les curés bénissent les étendards à Villeconin. Dans les communes riveraines de la Seine, l’enthousiasme des délibérations est bien plus net. Le 14 juillet est une date-tournant pour de nombreuses communes rurales, celui d’une réconciliation – éphémère ? – ou d’un avènement institutionnel. Canon, place et arbre de la Liberté accueillent les festivités à Montgeron, bourg de 850 habitants. Le temps fort est le discours de l’« aumônier de la garde nationale », le vicaire patriote, futur constitutionnel32. « 900 âmes environ ont participé à un repas frugal. » C’est plus que la population de la commune ! À Draveil (1 000 habitants), c’est « toute la population » qui serait présente. Il n’y a pas de motif de douter de cette mobilisation, qui suit une participation électorale forte aux scrutins locaux et cantonaux ! À Nozay, où 60 % des actifs avaient élu le maire, « il n’a pas manqué un seul habitant de la paroisse33 ». À Ris, les deux partis se réconcilient avant la Fédération et le seigneur, coiffé de la cocarde — est nommé commandant honoraire, tandis que le curé Galopin bénit le drapeau et que la commune fait la fête. Le ci-devant seigneur ouvre le bal avec la femme du maire patriote ! Malgré des orages, la garde semble le seul vecteur commun, jusqu’au 14 juillet 1792. À Méréville, le seigneur Laborde, colonel et le curé patriote Delanoue font bon ménage à la place d’Armes, sur la Montagne34. À Corbeil, les cérémonies religieuses et charitables éclipsent la fête militaire. Les populations rurales semblent ainsi avoir adhéré dans leur grande majorité à cette fête unitaire, alors que les conflits religieux et militaires — comme la tuerie de Nancy – sont en gestation. À partir de cette date, la structuration des gardes répond à des logiques plus comparables.

L’apogée des gardes villageoises ?

22On peut faire le point sur les effectifs et les réseaux de l’an 1791, à travers les documents des fêtes suivantes – 14 juillet 1791 et 1792 – et les données concernant les levées d’hommes, proportionnelles aux effectifs sous les drapeaux.

  • 35 Il peut s’agir d’une question de sources ?

23En Bretagne, 3 districts sont couverts en 1791. Saint-Malo compterait 9 600 gardes, pratiquement répartis dans toutes les communes ; Dol 8 400 ; même Vitré serait passé de 9 à 25 communes. La généralisation semble alors en bonne voie, mais la fuite du roi (juin 1791) semble amorcer une rupture en sens inverse. En 1792, les gardes seraient encore 35 000 dans l’ensemble du département, mais le réseau paraît beaucoup plus lâche, au moins sur les cartes35. La proportion de 8 % de la population dans la garde civique est plausible et comparable à celle des citoyens actifs.

  • 36 À la Ferté-Alais, 1 021 gardes pour 1 114 feux dans le canton : Serge Bianchi, op. cit., p. 389.
  • 37 Annie Jacquet, Le canton de Limours sous la Révolution, 1989, p. 32-33.

24Dans le même temps, les districts franciliens donnent des chiffres comparables pour une couverture communale plus large. En juillet 1792, Corbeil disposerait de 10 400 gardes pour 90 communes et 45 000 habitants, soit 23 % ! Dourdan à 6 500 gardes et Étampes, 8 200 sur 40 000, seraient à 24 %36 ! On s’aperçoit alors que toutes les communes ont des gardes, urbaines ou rurales : même le modeste village de Crosne, 330 habitants, un moment rattaché au chef-lieu de canton. Les effectifs ont pu être même surestimés lorsqu’on consulte les listes de 1792 : dans une commune comme Draveil, près de 500 inscrits pour plus de 1 000 habitants, de 16 à 60 ans ! À Limours, pour 770 habitants et 172 feux, la garde compte 145 membres en 1790, âgés de 40 ans en moyenne37. Leur présence serait obligatoire sous peine de 4 heures de prison ou 24 sols d’amende, en cas de récidive.

Le fonctionnement

25Cette étude peut être commune aux deux espaces, tant les règlements sont proches et les variables (exemples) nombreuses, en matière de composition, de commandement et d’armement.

  • 38 Nicolas Toussenot, op. cit., p. 125. Il invite à la prudence sur les effectifs.
  • 39 Kristell Collet, Noyal-sur-Seiche dans la Révolution française, maîtrise, université Rennes 2, 200 (...)
  • 40 Limours, op. cit., p. 35.

26Organisation cantonale ou locale ? À partir de juin 1790, l’organisation se fait à la fois au canton et dans la commune. Après le décret d’octobre 1791, les élections d’Ille-et-Vilaine ont lieu d’abord sur place – le 19 janvier à Bazouges –, sous le contrôle du maire, puis à l’assemblée générale du canton. Le commandant du canton de Hédé dirige un effectif théorique de 1 113 hommes pour sept communes, au début 179238. Les élections sont alors doublées. Les bataillons de cantons forment ensuite une légion de district ou de département. Mais l’organisation locale reste importante. À Bruz, l’organisation cantonale pose problème, en avril 1792 : « Assemblés pour l’organisation de la garde nationale, les citoyens de Noyal et de Chatillon ayant trouvé un banc dans le cimetière de Bruz, relevant de Cicé, l’ont cassé et brûlé39. » Les archives sont plus abondantes pour l’Ille-et-Vilaine que pour la région parisienne. À Limours en Hurepoix cependant, les neuf compagnies du canton (rural) soit 920 hommes en état de servir, sont commandées par des officiers communs, désignés le 12 août 179240.

  • 41 Nicolas Toussenot, op. cit., p. 168-171.

27La mobilité des gardes est considérable. Elles se rendent des visites et des services mutuels, tant dans les expéditions patriotiques que lors des fêtes. Les fédérations continuent pendant toute la Révolution. Les chefs-lieux de canton tentent de prendre l’initiative, soit des expéditions dans les communes moins patriotes, pour récupérer des armes ou mener des enquêtes, soit de rassembler les gardes des environs pour des missions plus générales. L’accueil réservé à de telles injonctions va de la réserve à l’hostilité la plus grande, surtout lorsqu’il faut organiser des gardes de nuit41.

  • 42 Pierre-Marie Meignan, op. cit.

28Les gardes sont organisées, à partir de 16 ans – 15 parfois comme à Hédé – selon des armes différentes : grenadiers, chasseurs, correspondant également aux divisions géographiques, des hameaux ou des encarts. La composition sociale fait l’objet de débats considérables sur l’introduction des citoyens actifs, en particulier dans des communes où le pouvoir local est particulièrement disputé, comme Mennecy. L’irruption des citoyens passifs précède la loi qui élargit le vote, à l’été 1792. Souvent, la quasi-totalité du village est inscrite, moins les dispensés et les remplacés. Les remplacés doivent payer des sommes importantes – à Viry en 1792 comme à Saint-Malo – ou justifier d’une fonction incompatible. Les femmes ne participent pas aux gardes locales, mais elles peuvent être associées à la Fédération, en particulier en Bretagne où elles prêtent le serment, à Rennes, La Guerche et Retiers42.

  • 43 Cédric Fiaut, Châteaugiron, « une commune bleue » sous la Révolution (1775-1800), maîtrise, univer (...)

29Par contre un débat permanent oppose partout les citoyens « passifs » mais désireux de servir dans la garde aux autorités municipales. À Guipel, près de Hédé, 18 « gardes nationaux inactifs » servent « depuis le début de la Révolution ». Hédé compte ainsi 142 gardes contre 90 actifs, Saint-Gondran 87 contre 59, et la jeunesse n’est pas seule en cause. Le lien absolu fixé entre le droit de vote et l’exercice de la garde n’est pas toujours respecté. En 1791, Chateaugiron compte 173 inscrits pour 154 citoyens actifs43.

  • 44 À Saint-Pierre-du-Perray, les 18 votants élisent 10 officiers, le 9 juin 1793, brochure de 1989, p (...)
  • 45 Michelle Pluquet, 89 en Essonne, 9, 1990, p. 16.
  • 46 Règlement de Hédé, op. cit., 2003, p. 121, dact.

30Le commandement varie selon les époques et les espaces. Jusqu’à la fuite du roi, il est souvent assuré en Île-de-France par un militaire, l’ancien seigneur en général, à Épinay-sur-Orge, Crosne, Corbeil, Viry, même dans les communes réputées les plus patriotes. Les cadres sont très nombreux, puisque chaque compagnie est dirigée par un capitaine, un lieutenant, deux sous-lieutenants, deux sergents et quatre caporaux44. Ils sont choisis pour leurs aptitudes militaires (anciens soldats) ou civiques. Un élagueur ne sachant signer dirige pourtant à Saint-Germain-lès-Arpajon45. Les grades sont amovibles (tous les 6 mois) et chaque officier peut redevenir simple garde, si le scrutin secret le décide46. Mais les gardes bretonnes ne connaissent pas une même importance nobiliaire et seigneuriale, loin s’en faut.

  • 47 Voir la communication d’Élisabeth LIRIS.
  • 48 À Epinay-sur-Orge, en septembre 1790.
  • 49 Couturier, pour la couleur blanche et le ruban trois couleurs, malgré le bonnet.
  • 50 89 en Essonne, 9, 1990, p. 10.

31L’organisation de l’armement et de l’équipement sont « classiques ». Les gardes nationales sont dotées en pratique de drapeaux, en théorie d’uniformes et d’armes, et d’un local pour l’exercice. Le drapeau est le lien le plus sensible entre les hommes et leur commune47. Béni par le curé au moment de la création, et placé dans le chœur de l’église48, il peut être brûlé par tel représentant en mission comme emblème teinté de monarchisme49. La fleur de lys est omniprésente dans les premiers drapeaux, et peut faire face aux bonnets républicains après la chute de la monarchie50.

  • 51 Justice de paix de Villeneuve-Saint-Georges, audience du 13 février 1791.

32Les uniformes sont bien plus problématiques en milieu rural, en raison de leur coût, puisque la charge retombe sur le garde. On dispose de données sur le coût, à partir de dossiers d’endettement, devant les notaires et les juges de paix, pour le tissu ou pour les armes. En 1791, un sabre, un ceinturon et un chapeau coûtent 30 livres. Mais l’habit complet revient à 90 livres, armes non comprises51. Le prestige de l’uniforme est particulièrement contenu dans les boutons, aux symboles multiples, les bonnets – et la cocarde nationale –, les sabres, les tambours. L’idéologie s’affiche à chaque détail de l’équipement. On comprend que peu de gardes soient vraiment équipés, en dehors des officiers et des notables, malgré le règlement. Existe-t-il un effort des communes ?

  • 52 Cas de Viry-Châtillon, 89, revue citée, 1990, p. 12.
  • 53 Annie Jacquet, op. cit., p. 34.
  • 54 Bondoufle en 1789, 1989, p. 57.
  • 55 Cédric Fiaut, op. cit., p. 79.

33Dans tous les cas, il porterait en priorité sur les armes. Elles proviennent parfois de la réquisition des armes des nobles, à la suite des visites domiciliaires52. Il ne faut pas trop compter sur les canons, les sabres et les fusils. À Montgeron, en 1791, on dispose de 26 fusils pour 192 gardes. À Limours, chaque fusilier dispose d’une cartouche pour la patrouille. Un coup de feu intempestif peut valoir 10 sous d’amende au sergent de garde53 ! À Bondoufle les notables et la fabrique se partagent les avances pour l’achat de fusils, en juillet 178954. Les faux et les fourches complètent. Il faut forger des piques, à partir de la coupe « d’arbres en vert » (Viry). Les baïonnettes sont pour les officiers et les fusiliers. En revanche, les communes bretonnes semblent mieux dotées en armes, généralement. Le bourg de Châteaugiron posséderait au moins 219 armes en août 1792, une par garde national, sans doute récupérées chez les « aristocrates », soit 101 fusils domestiques, 75 pistolets, 71 épées et sabres55. Par contre, le « plus fort des dits canons ayant échoué lors de son essai », les canonniers sont démunis.

Statuts, fonctions et missions

34Tout un ensemble de règlements intérieurs, plus ou moins proche de celui de Paris, vise à définir le cadre des missions et des relations avec les municipalités.

  • 56 Exemple de Hédé et de Bazouges, Nicolas Toussenot, op. cit., p. 264-265.
  • 57 Jeannie Buisson, article cité, 1990, p. 13
  • 58 Jessy Gandon, op. cit., p. 56 : « il oret chier » sur elle !
  • 59 Kristell Collet, op. cit., p. 49.

35L’exercice se fait les dimanches et jours de fête. Il peut se tenir sur une place d’Armes, encore présente dans certaines communes de nos jours. Le rassemblement et les permanences se tiennent dans un « corps de garde », un local fourni par un notable ? Il consiste en des marches, des rondes et le maniement des armes, sorte de parade ? Les patrouilles de nuit sont prévues dans les périodes troublées. Elles posent des problèmes de disponibilité et de roulement des effectifs, de concurrence avec les gendarmes, à partir du printemps 1791. Les registres fourmillent d’anecdotes sur l’accueil réservé à de telles patrouilles56. La mission essentielle est la chasse aux « étrangers », errants, vagabonds, suspects. Dans ce cas, « les officiers pourront requérir la garde, qui sera tenue de s’assembler, au premier coup de tambour, et d’arrêter les dits brigands ou perturbateurs du repos public, qui seront conduit, à l’instant devant la municipalité57 ». L’ordre est aussi maintenu pour troubles sur la voie publique, particulièrement dans les cabarets. Tel paysan de Betton est arrêté en août 1790 pour avoir insulté la « cocarde nationalle58 ». C’est moins évident pour Noyal-sur-Seiche où les buveurs résistent : « La garde a voulu persister, mais inutilement, car les buveurs se trouvaient en grand nombre et plus que suffisant pour forcer la garde59 » !

  • 60 Michel Chancelier, op. cit., p. 141.

36La garde doit ensuite veiller à l’ordre des manifestations publiques, en dehors des enceintes, par exemple pour les assemblées primaires et les réunions de citoyens. Enfin, elle doit assister à toutes les cérémonies publiques. Les traces de sa présence sont donc certifiées dans des milliers de délibérations, entre la fête de la Fédération et les fêtes de l’an VIII, ou au delà. L’ordre de défilé est rendu dans un plan curieux dépendant de Montgeron60. Enfin, les gardes sont requises pour l’application de la loi martiale chaque fois que l’ordre public est menacé par des manifestations.

  • 61 Roger Dupuy, op. cit., 2004, p. 89.
  • 62 Roger Dupuy, op. cit., 1972, p. 122.

37Dans quelques cas précis, l’action des gardes entre dans un cadre plus politique ou idéologique. On le voit en deux occasions, très différentes par les enjeux. La première crise importante est ouverte par la fuite du roi, qui déclenche partout un réflexe mobilisateur, en Bretagne comme en Île-de-France. Partout les gardes établissent des barrages sur les routes, arrêtent les suspects, contrôlent les passeports, déclenchent des visites domiciliaires, moins d’un an après la grande communion civique de juillet 1790. En Bretagne, les gardes rurales du district de La Guerche brûlent deux châteaux dans la commune de Martigné, celles de Baiset de Vitré « fouillent » un presbytère et un château le 31 juillet61 ! Le terme bleu s’applique avant tout au comportement de la garde, à partir de la référence première à l’uniforme62.

38Ce cadre commun ne doit pas faire oublier les différences et les points de tension entre les façons dont ces missions sont accomplies. L’Ille-et-Vilaine et la Seine-et-Oise connaissent alors des expériences contrastées, avant même que n’éclate la chouannerie, à étudier de façon plus spécifique.

Les gardes en questions

39Trois questions méritent un examen plus approfondi : les rapports avec les municipalités laissent-elles envisager un pouvoir local parallèle ? Les gardes sont-elles des vecteurs de radicalisation révolutionnaire, ou existerait-il des « gardes blanches » ? Enfin, quel rôle les gardes jouent-elles dans la question des subsistances, entre pression urbaine et rurale ?

  • 63 Georges Carrot, op. cit., p. 113.
  • 64 Mennecy sous la Révolution, Le Mée, 1989, p. 168-173.

40Les rapports entre le conseil municipal et la Garde nationale sont souvent complémentaires, les officiers respectifs se succédant aux postes clefs. La subordination de la garde, présente dans les lois qui s’échelonnent d’octobre 1789 à celle du 14 octobre 179163 – appliquée jusqu’en 1800 –, fait souvent problème sur le terrain. Seuls, les registres de délibérations municipales, confirmés par les registres des districts, peuvent donner la mesure de la lutte pour ces deux pouvoirs, à l’exemple de la commune de Mennecy, qui a tant défrayé la chronique sous la Constituante. En mai 1792, les élections sont contestées par la municipalité « modérée », car elles donnent le pouvoir aux partisans du curé « radical », par le vote de citoyens « passifs ». La protestation de la municipalité est relayée par le département, mais la dénonciation de celle-ci figure dans le numéro 151 des Révolutions de Paris, signée par 42 « frères et concitoyens », qui vont planter le 21 juin « leur » arbre de la liberté avant celui de la municipalité64.

Pouvoir civil ou pouvoir militaire ?

  • 65 André Cros, « Les almanachs de l’abbé Guyot », BSHACE Hurepoix, 51, 1982, p. 37-57.
  • 66 Annie Jacquet, op. cit., p. 15.
  • 67 Quand Ris et Otangis…, Le Mée, 1989, rééd. 2001, p. 53-83.

41Les Almanachs de 1790 (l’abbé Guiot65) citent pour chaque commune proche de Corbeil le commandant et les effectifs des gardes nationales à côté du maire, du procureur et du curé. Le citoyen armé est détenteur de doubles pouvoirs, comme actif, ayant élu sa municipalité et comme homme armé, ayant élu ses supérieurs ! Au reste le grade d’officier est aussi recherché que la responsabilité administrative. En théorie, le maire seul peut requérir le serment de la garde, comme le 5 avril 1790 à Limours66, et son action en cas de trouble majeur pour appliquer la loi martiale : « M. le Maire, accompagné du corps municipal, s’adressant à messieurs de l’État-major, bas officiers et soldats de la Garde nationale, leur a expliqué à haute voix la formule du serment civique. » À Ris, deux gardes nationales concurrentes s’opposent réciproquement à deux municipalités. Les armes sortent dans les échauffourées et les « massacres », sous l’arbitrage des gardes nationales des communes voisines67.

Des institutions et écoles de civisme ?

  • 68 Kristell Collet, pour Noyal-sur-Seiche qui veut arracher le drapeau des mains des gardes de Chartr (...)
  • 69 Roger Dupuy, op. cit., 2004, p. 232.
  • 70 AD Ille-et-Vilaine, L 862.
  • 71 Roger Dupuy, op. cit., 2005, p. 100.

42L’hypothèse est celle de Roger Dupuy pour l’Ille-et-Vilaine. Les gardes nationales s’estiment fondées à faire respecter les lois dans les communes réfractaires ou récalcitrantes. Des exemples marquants sont fournis pour Corps-Nuds en matière de politique religieuse. Ils sont confirmés par des monographies locales ou cantonales. À partir de l’été 1791, la cohabitation se passe de plus en plus mal. Les gardes « patriotes » font des descentes et des enquêtes dans les communes réfractaires, arrêtent les prêtres « clandestins », non sans résistances. Les gardes « patriotes » rentrent en conflit avec les gardes « modérées », pour une histoire de drapeau par exemple68. Les réprimandes des autorités de district sont caractéristiques de ces affrontements dans un ensemble où le pourcentage de réfractaires dépasse 75 %. L’action des « sans-culottes du bocage69 » et la réaction des gardes urbaines – de Rennes et de Vitré – est incontestable, même si elle est nuancée par d’autres études de terrain. Châteaugiron envoie un détachement fermer l’église de Saint-Jean-de-Vilaine, puis celle d’Acigné70. Il en va de même pour la lutte contre les « aristocrates », en particulier contre La Rouerie, dans la région de Dol et de Saint-Malo, gardes et troupe de ligne mêlés71.

  • 72 Serge Bianchi, La déchristianisation dans le district de Corbeil, 1793-1797, Mémoires et documents (...)

43On est loin de ce cas de figure dans les environs de Corbeil et Étampes, massivement constitutionnels72. Il faudra attendre l’automne 1793 soit le début de l’an II pour que les gardes agissent dans le cadre de la réquisition de l’argenterie des églises, la descente des cloches et la chasse aux reliques. C’est dans cette période que la comparaison redevient pertinente, mais pour des gardes dont les effectifs et le fonctionnement ont considérablement évolué, dans les deux espaces.

Gardes urbaines et rurales : le cas des subsistances

44La question centrale est celle de l’attitude des gardes et des officiers dans les troubles de subsistances, particulièrement ceux qui mènent, au début 1792 au meurtre du meunier Thibault sur le marché de Montlhéry, et à celui du maire d’Étampes, Simonneau, le 3 mars 1792. Ces affaires ne font qu’illustrer de façon tragique une opposition bien plus large, voire nationale, entre les « foules taxatrices » et les forces de l’ordre, les gardes jouant selon le cas un rôle contradictoire. Dans l’ensemble, les gardes urbaines sont chargées de faire respecter la loi « libérale » d’octobre 1791, en protégeant les marchands et les prix sur les marchés, à Corbeil, Brie-Comte-Robert, Étampes ou Montlhéry, ces centres vitaux pour le ravitaillement de la grande banlieue. Les ministres de la Guerre et de l’Intérieur correspondent avec les autorités et mobilisent la troupe pour faire respecter la loi. Les gardes sont pourtant tiraillées entre leurs chefs et les sympathies envers les manifestants, dont ils peuvent partager certaines revendications. On le voit à Étampes où elles seront accusées de n’avoir pas répondu à l’ordre de rassemblement et d’avoir laissé assassiner Simonneau.

  • 73 89 en Essonne, 3, 1989, p. 39.
  • 74 Montgeron à Brie-Comte-Robert, où le commandant de la garde, à cheval, oblige à la baisse des prix
  • 75 Jacques Médard, op. cit., 20 février, p. 45.
  • 76 Lettre du procureur Montjovet, mars 1792, p. 164, registre de délibérations.

45D’un autre côté, les gardes des villages participent souvent à la révolte, plus ou moins forcées selon les versions, dans les enquêtes des juges de paix. Les « troupes » villageoises grossissent en se rapprochant des marchés, autorités municipales et gardes nationaux en armes et en tête73. Le face-à-face se fait alors dans des conditions allant du compromis à l’affrontement. Le premier consiste à déposer les armes à l’entrée de la ville, ce qui n’exclut pas les violences sur le marché74. Il arrive que les gendarmes et les forces de l’ordre se cachent pour éviter l’affrontement75. À Corbeil, les gardes nationales de Draveil et Mennecy (au complet !) défilent les 2 et 9 mars, pour des prix « raisonnables » et le droit aux « subsistances76 ». Les autorités de Corbeil auraient fait preuve de prudence, fermeté et patriotisme, pour éviter le pire ! Ce n’est pas le cas à Étampes, où il faut nuancer les comportements des gardes des deux camps, qui se connaissent. Il est remarquable que les municipalités rurales se soient toujours montrées solidaires des émeutiers et de leurs gardes, dans toutes circonstances. C’est ce qui accentue la difficulté de caractériser l’institution, entre ordre et revendications.

Gardes « bleues » et gardes « blanches »

  • 77 Nicolas Toussenot, op. cit., p. 170.

46L’étude cantonale permet de préciser les relations entre les chefs-lieux et les moindres villages, autour de l’action des milices et des gardes. Le cas de Hédé semble intéressant, par la capacité des villages réticents à s’armer et à se défendre contre les incursions du bourg. En dehors de la chouannerie, les gardes armés représentent un pouvoir local, l’esprit de « clocher ». À la suite de différents sur la garde de nuit, « les gardes nationales de nuit dans les communes rurales se sont transformées en milices paroissiales permanentes ». Il s’agit bien de milices blanches chargées, non de protéger un prêtre réfractaire, mais bien de défendre le patrimoine communautaire, et le cidre en fait partie77 ! Inversant la perspective patriotique, on pourrait ainsi appliquer à des gardes rurales une fonction de résistance passive. Les simples querelles de voisinage – et de préséance – sont légions entre communes proches.

47Ainsi se présentent, à l’apogée des gardes nationales, au printemps 1792 ( ?) les caractères essentiels et originaux des gardes rurales dans deux espaces si différents. Dès l’automne 1791 s’est posée la question centrale du lien entre l’institution civile armée et les troupes régulières. À partir de cette période s’amorce un déclin inégal mais logique de l’institution, selon des facteurs internes et externes, dont il faut respecter les rythmes et les logiques, dans des espaces de plus en plus différenciés.

Déclin et décadence

48On peut séparer la période de la Convention et le Directoire pour une approche plus qualifiée des évolutions. Les débuts de la Convention sont dominés par la question des levées d’hommes, dans le cadre des effectifs de la garde. Elles n’expliquent qu’en partie l’effondrement numérique et qualitatif des gardes villageoises. Pendant le Directoire, les contextes breton et francilien se différencient autour des problèmes de la chouannerie et de l’influence de la capitale.

Les gardes et les levées d’hommes

  • 78 89, Annie Crépin, Les citoyens en armes, 89 en Essonne, revue citée, 1990, p. 20.

49Les recrutements de volontaires de 1791 et 1792 se font à partir des effectifs et des cadres des gardes nationales, conçues comme des « viviers » de soldats professionnels. Dès la fuite du roi, une forte mobilisation est requise et le département de Seine-et-Oise doit fournir trois bataillons de 571 hommes. À côté des gardes auxiliaires – 120 à 158 par district –, il faut lever des volontaires qui ne quitteront le département que « sur pied de guerre ». En fait quatre bataillons, soit 2 200 hommes pour le département, partiront jusqu’au 24 novembre. Après avril, les bataillons de 800 hommes sont levés au moment de la Patrie en danger78 – loi du 22 juillet 1792 –, à raison de 1,5 % des gardes nationaux par district. Au 22 septembre 1792, le palmarès des districts est intéressant. Des districts comme Corbeil ont fourni plus de 14 % du total de leur Garde nationale (1 500 sur 10 500) alors que d’autres comme Étampes n’en sont qu’à 1 % ! Ces disparités sont un signe de l’esprit public à la naissance de la République, même s’il faut tempérer par commune.

  • 79 Bondoufle en 1789, brochure 1989, p. 59. Mais les officiers sont élus le mois suivant et en l’an VI (...)

50Les levées de 300 000 hommes se firent dans les communes, par tirage au sort, sous le contrôle des autorités de district. Au total, deux huitièmes des gardes nationaux, entre 17 et 50 ans, doivent partir pour l’armée à la frontière ou en Vendée. Dans un village de 408 habitants, 52 partiront aux armées dont 5 en 1791, 26 en 1792, de 18 à 38 ans, 9 pour la Vendée et 12 pour la levée en masse ! Que reste-t-il pour la garde ? À Draveil, 103 départs (sur 1 000) et à Ris (106 sur 522), la ponction est considérable. Il ne reste plus que les citoyens âgés pour faire tourner la garde. La chute des effectifs est proportionnelle aux départs, voire plus. À Bondoufle, en brumaire an VI, les élections sont désertées : « Il ne s’est présenté (en 1 heure) que le citoyen Jamet, capitaine et le citoyen Jacques Lepage, caporal. En conséquence nous n’avons point pu nommer de nouveaux officiers de la garde nationale79. »

  • 80 Gaëlle Le Verge, Acculturation et politisation dans le canton de Montfort-le-Meu, maîtrise, Rennes (...)

51En Ille-et-Vilaine, les violents troubles des départements voisins, tels Lannion et Tréguier en août 1792, ont été évités. Mais les incidents vont se multiplier à partir de mars 1793. Les volontaires sont nombreux dans des communes patriotes comme Hédé, où la garde a fonctionné précocement : 20 départs en 1790-1791 contre 1 ou 2 dans les communes proches ! Les départs pour l’armée et les désertions expliquent la baisse d’effectifs en l’an III comme ceux des cantons environnant Montfort, soit 519 gardes pour trois cantons – Montfort, Plélan et Bécherel – au lieu de 914 en 179280.

Des missions subalternes ?

  • 81 Michel Chancelier, op. cit., p. 250-252.

52La baisse régulière des effectifs des gardes dans les communes rurales peut s’expliquer de plusieurs façons, en dehors des levées d’hommes. D’une part, se pose la question du regroupement au canton. Il se passe souvent mal, pour des raisons de commandement, voire d’élections faussées par les notables du chef-lieu ou pour choisir le drapeau commun. À la fête de la Fédération de juillet 1793, deux demi-bataillons défilent en lieu et place d’un bataillon commun à Montgeron et Villeneuve-Saint-Georges. L’arbitrage du district n’est pas efficace. Les rivalités entre les institutions locales – sociétés populaires, assemblée générale – entraînent des modifications dans la composition et le fonctionnement81, tandis que les notables se retirent d’un commandement qui ne leur apporte guère de prestige. Un simple « tailleur d’habits » dirige une garde de 200 hommes.

  • 82 À Ballancourt, la garde n’est mentionnée qu’en fin de liste des officiels (juste avant les secréta (...)

53L’épuisement n’est pas seulement celui des hommes. Les années 1793-1794 voient le maintien des règles d’élection et des règlements, mais des absences et des manquements de plus en plus fréquents. Les effectifs théoriques restent conformes jusqu’au printemps 1795. Il semble alors que le ressort soit cassé après les journées de la faim, où la garde n’a joué aucun rôle contrairement aux troubles de 1792 ! La mise en sommeil de la garde précède ainsi la réorganisation cantonale de l’administration. Seuls les procès-verbaux des fêtes témoignent de la présence des gardes avant la période spécifique du Directoire82. La concurrence d’autres forces de l’ordre peut également jouer : gendarmes, garde-messiers… À son tour, le déclin de la garde est un signe du recul de la politisation des campagnes franciliennes à la veille du Directoire.

La lutte contre les Chouans

  • 83 Yves-Marie Le Troquer, L’acculturation républicaine dans le district de Saint-Malo, maîtrise, Renn (...)
  • 84 Yves-Marie Le Troquer, op. cit., Saint-Lunaire, p. 80.

54L’étude pionnière de Roger Dupuy se terminant au moment de la levée des 300 000 hommes, il faut un recours aux monographies communales pour connaître l’évolution des gardes dans les communes bretonnes où elles se maintiennent. Les gardes semblent réorganisées par le passage des représentants en mission, tels Le Carpentier à Saint-Malo83. Le commandement urbain échappe alors aux négociants pour passer aux artisans et aux commerçants. Le déficit de gardes dans les régions côtières peut conduire à la mobilisation des « vieillards » (sic) de 60 à 70 ans à l’été 179384, voire à celui des veuves et des « femmes des absents » à Saint-Briac. Cette mention exceptionnelle de femmes armées mérite d’être mise en exergue. La société populaire de Saint-Malo monte également un bataillon nommé « espoir de la patrie » pour que les jeunes de 8 à 15 ans se préparent à l’exercice civique dans la future Garde ! Il semble que les missions militaires – expéditions, garde des forts – se réduisent après la période montagnarde et que l’armée soit plutôt employée contre les Chouans.

  • 85 Cédric Fiaut, op. cit., p. 123-124.
  • 86 Céline Blanchard, Retiers et Martigné-Ferchaud : deux chefs-lieux de canton face à la Révolution 1 (...)
  • 87 Donald Sutherland, Les chouans : les origines sociale de la contre-révolution populaire en Bretagn (...)

55En effet, les zones de chouannerie représentent un danger permanent pour les tenants de la République : officiers municipaux, juges de paix, membres et officiers de la Garde nationale. Le problème des communes bleues est alors d’organiser l’espace – jusqu’à des barricades à Châteaugiron85 –, protéger les bâtiments publics et les arbres de la liberté, ainsi que les convois et le produit des réquisitions. Des battues, comme celle de Valleray, en thermidor an III permettent de récupérer des tonneaux de grains et des armes et de tuer des « brigands ». Les gardes fidèles multiplient ainsi les battues, avant leur réorganisation en colonnes mobiles sous le Directoire. Autour de Retiers, la Garde nationale a été transformée en « garde territoriale » par le représentant Boursault, à l’automne 179486. Aux accusations de « vols, assassinats » portées par les autorités contre cette garde et son chef – Louis Guyot – répond la défense du district. Le chef chouan prévient Louis Guyot : « Nous jurons devant Dieu que nous vous assassineront tous depuis le premier jusqu’au dernier malgré les traités qu’on a fait. » Aux chouans s’opposent désormais les « contre-chouans87 ». Ils utilisent les cloches, le tocsin, les ruses (costume) pour contrer les ennemis, comme pour le district patriote de La Guerche.

56Ainsi divergent largement les expériences des gardes rurales bretonnes et franciliennes, en dehors de l’impression de déclin, qui s’accélère après le printemps 1795. La réorganisation directoriale modifie largement les données du fonctionnement d’une institution un moment à « bout de souffle ».

Les colonnes mobiles sous le Directoire

La peau de chagrin

  • 88 Questionnaire sur l’esprit public, Yves-Marie Le Troquer, op. cit.

57Une première concordance peut être apportée par l’effondrement des effectifs déclarés des gardes, urbaines mais surtout rurales en l’an IV, et surtout en l’an VII. Des chiffres complets, liés à l’amélioration des statistiques existent alors pour les cantons autour de Saint-Malo, comme pour ceux qui entourent Corbeil. Dans le premier cas, la comparaison peut être menée sur des communes identiques, à 5 ans d’intervalle. Pour 23 communes du district, 3 ont des effectifs supérieurs en l’an VII ! 1 est à effectif constant, mais 19 connaissent des pertes pouvant aller jusqu’à 700 gardes à Saint-Servan (sur 938), 364 sur 424 à Miniac-Morvan ! Sensible aux aléas statistiques, nous pouvons en déduire deux aspects. D’une part, aucune commune importante ne connaît une absence complète de garde. De l’autre, le déficit cumulé pour les 23 communes est de 3 198 membres sur 5 542 ! Cette érosion, dans un des districts les plus patriotes, laisse augurer des autres secteurs plus sensibles du département88. Dans le canton de Martigné, par exemple, la garde est inexistante sous le Directoire. 41 hommes composent la colonne mobile contre le triple au canton « bleu » voisin de Retiers. Le canton ne dispose en mai 1799 que de 44 fusils. En 1800, le canton compte une trentaine d’hommes « patriotes », se plaignant de la troupe cantonnée dans la commune de Martigné !

  • 89 AC Draveil, registre de délibérations de la Garde nationale. AC Draveil, p. 70.
  • 90 Georges Carrot, op. cit., p. 158.

58Cette situation est globalement celle des communes « bleues » du Bassin parisien. En avril 1796 ne se présentent pour une réorganisation que 20 gardes, contre 255 en l’an III. Ils ne sont plus que 15 pour élire les sergents. Le déficit est considérable même par rapport aux élections municipales de la même période. Songeons que 497 habitants étaient inscrits (et votaient pour la plupart) en 179289 ! Des listes plus fournies de 220 noms en l’an VIII marquent le maintien théorique de l’institution et masquent son déclin inexorable ! Dans la commune voisine, il ne se présente personne pour commander pendant les trois dernières années du Directoire. La présence dans les fêtes s’avère des plus discrètes, et uniquement au chef-lieu de canton. La « mise en sommeil » du second pouvoir municipal semble avérée. Le silence des autres communes sur le destin de leur garde est éloquent. Un historien parle d’éclipse, de mépris, de dégoût, au mieux d’indifférence à la lecture des monographies90.

59D’autres forces se sont vues confier les tâches essentielles du service d’ordre. Une partie des gardes anciennes s’est reconvertie dans les « colonnes mobiles », dernier avatar de la splendeur de la Garde nationale en milieu rural.

L’organisation des colonnes

  • 91 Georges Carrot, op. cit., p. 153.
  • 92 L’affaire du courrier de Lyon dans la forêt de Sénart.
  • 93 AC Villeneuve-Saint-Georges, III H 1.

60Une loi de nivôse an IV vise à réorganiser profondément l’institution. Le 6 mai 1796, 1 garde sur 6 – en théorie – est réquisitionné pour des interventions localisées, sous le nom de « colonne mobile91 ». Dans la région parisienne, l’organisation nouvelle laisse peu de traces. Il s’agit de lutter contre les brigands et l’essor d’une délinquance rurale (et forestière) des plus préoccupantes92. À Villeneuve-Saint-Georges, la colonne mobile est mise en place en juillet 1796 et se compose de 188 fusiliers en trois compagnies93.

  • 94 Cédric Fiaut, op. cit., p. 126.
  • 95 Céline Blanchard, op. cit., p. 136.
  • 96 Sabrina Kerespars, Corps-Nuds et son canton : pouvoirs et politisation sous la Révolution 1780-180 (...)

61L’importance de la chouannerie conduit au contraire à une forte activité des forces des communes « bleues » d’Ille-et-Vilaine. Tandis que les gardes « classiques » n’ont plus le droit d’intervenir dans les cantons voisins, les colonnes mobiles peuvent traquer les chouans où bon leur semble. Le commandant de Châteaugiron porte secours « aux malheureux habitants de Bain94 ». Le chef-lieu, qui n’aurait aucun chouan ( ?) est devenu un refuge pour au moins 16 habitants des environs. À Retiers, la colonne mobile est constituée par 120 gardes, sur les 720 du canton. Le quadrillage du terrain et la mobilité permettent des résultats bons, mais éphémères95. Le problème se pose alors de la solde de la garde, par rapport aux sacrifices consentis. En l’an VII, le canton compte encore 678 gardes nationales opérant, avec 200 armes à feu. Cette garde est sollicitée par les communes voisines, comme celle de La Guerche. La chouannerie a pratiquement, et définitivement, cessé à la différence des cantons voisins96.

  • 97 Marie-Thérèse Girinon-Guilloux, Vern-sur-Seiche : un chef-lieu de canton rurbain sous le Directoir (...)
  • 98 Ibid., p. 100.
  • 99 Expression du commissaire de canton, AD Ille-et-Vilaine, L 456 bis.

62Une remarquable étude sur Vern-sur-Seiche le confirme97. La première question qui se pose est le désarmement des Chouans, mais aussi des gardes nationales, dont le patriotisme pourrait poser problème au début de l’an V. Comment se défendre dans ces conditions ? Confisquer les armes serait paralyser les colonnes mobiles préconisées par le ministère de la Guerre. La mesure est finalement rapportée afin de « résister aux ennemis de la République98 ». Après Fructidor an V, les communes patriotes s’arment, tandis que des communes sans garde passent du côté des Chouans. De plus, les communes sont jugées responsables des « crimes » des Chouans, jusqu’à 25 000 livres pour avoir pactisé avec l’ennemi. À partir de ventôse an VI, les colonnes mobiles deviennent opérationnelles, dans le cadre du canton. En juillet 1798, 57 hommes, dont 22 pour Vern – les plus « patriotes » – sont mis en réquisition permanente. Ils fouillent les villages « mal notés99 ». Ils préviennent les délits de boisson. Ils mènent des réquisitions à grande échelle. Une troupe exercée forme un détachement de canton rural « parmi les patriotes les plus prononcés ». Valleray, commandant de la garde de Châteaugiron, dirige le bataillon rural et ferait régner « la plus grande tranquillité » dans les environs. Ce serait oublier l’apogée de la chouannerie en frimaire an VIII et des expéditions dans les communes les plus « sûres », où ils prennent fusils et munitions, quand il ne s’agit pas de jeunes recrues. Dans la lutte, les gardes nationales et les colonnes mobiles ont rendu plus de service que les troupes régulières.

  • 100 Serge Bianchi, La Révolution et la Première République au village, op. cit., 2003, p. 722 : le can (...)

63Ainsi Brumaire termine une mobilisation très inégale selon les espaces étudiés. Dans l’espace francilien, l’apathie militaire possède une version évidente dans la démobilisation des gardes rurales autrefois si actives. Les rapports des commissaires de canton convergent pour déplorer « la nullité », le refus du service, le manque d’armes ou l’absence, non sans se référer à un âge d’or mythique (l’an II ?)100. Les gardes disponibles doivent patrouiller dans les cantons voisins. Mais il est vrai que la région ne connaît pas de menace de type chouannerie. Dans les cantons « difficiles » d’Ille-et-Vilaine, les autorités préfèrent fermer les yeux ou s’en remettre aux gardes urbaines ou aux colonnes mobiles des communes « bleues ».

64Le coup d’État de Brumaire ne soulève guère d’écho dans des gardes nationales – d’Ille-et-Vilaine comme de Seine-et-Oise – usées par une décennie de services et de difficultés. Si le Premier consul salue leur action, c’est pour leur passivité. Les gardes ne sont plus ce qu’elles ont représenté à l’aube de la Révolution : une force de contestation de la nation, armée pour combattre les aristocrates, œuvrer pour la régénération et appliquer la volonté générale du peuple souverain. Les milices citoyennes ont laissé la place à l’armée, où les gardes volontaires ont certes apporté les valeurs du patriotisme des citoyens en armes. Mais les gardes – urbaines et rurales – ne peuvent plus jouer le rôle de contre-pouvoir qui fut le leur dans les heures difficiles de la Constituante et des débuts de la Première République.

Textes à l’appui. Quelques textes tirés de mémoires de maîtrise inédites permettent des éclairages sur l’ensemble de la décennie révolutionnaire pour l’Ille-et-Vilaine

1. Élection du 24 juin 1790 à Marcillé-Robert101

  • 101 Pierre-Marie Meignan, op. cit., p. 86, dact.

65« L’an mil sept cent quatre vingt dix le vingt quatre juin. En conséquence du billet lû au prône de la messe de cette paroisse et de répétition au son tambour ce jour, le corps de la troupe nationale s’est assemblée dans la venuë du Château du Grand Bourg ou le secrétaire qui a donné lecture d’une lettre de monsieur le maire de La Guerche en date du 21 de ce mois, pour, en conséquence du décret de lassemblée nationale du cinq de ce mois, nous donner avis d’élire entre nous six députés pour cent pour se rendre à La Guerche, chef-lieu de district, le 28 de ce mois pour concourir à l’élection d’un député pour deux cent qui sera chargé de se rendre à Paris à la fédération des diverses troupes du Royaume qui aura lieu le 14 juillet prochain, en vertu de quoi le relevé fait de la liste des citoyens militaires se trouvant à excéder le nombre de deux cents nous avons procédé à l’élection de six députés par la voie du scrutin chacun de ceux qui savent écrire ont inscrit le nombre de six noms sur leurs billet et en présence des officiers et de toute l’assemblée le secrétaire a fait les billets de ceux qui ne savent pas écrire dont à chacun il leur a fait lecture. S’étant trouvé le nombre de cinquante un votants pareil nombre de billets a été déposée dans un vase, ensuite de quoi m. le major, officier supérieur sur la démission de M. le colonel a fait le dépouillement des billets et d’après le recensement d’iceux messieurs Chauvin a réuni trente-neuf voix, de la Bordière, trente huit, Girard, vingt sept, Blanchet vingt cinq, Tréhourd, vingt quatre et Moullins vingt trois et plusieurs autres un nombre bien inférieur, en conséquences, les six furent nominés ayant la plus ? relative sont chargé de se rendre à La Guerche lundi matin vingt huit de ce mois pour concourir à la nomination des députés pour la fédération générale et d’assurer tous nos chères frères des sentiments d’union, concorde, fidélité et amitié inviolable fait à Marcillé. »

66(Extrait du cahier de délibération, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, E dépôt adm Marcillé Robert 1.)

2. La fête de la fédération à Thourie102

  • 102 Ibid., p. 85, dact.

67« Ce jour 14 juillet 1790 les citoyens de la paroisse de Thourie département de lisle et vilaine, district de la guerche de bretagne assemblée en ordre de garde nationale aux fins de convocation de dimanche dernier fait au prône de la grande messe et presque toute la commune composant la généralité des listes ? toute au nombre de plus de 300 se sont rendus en l’église environ les neuf heures du matin en présence de nous maire et officiers municipaux ou il a été célébré une messe solennelle par M’ le curé et prêtre de cette paroisse a laquelle ils ont tous assistés, après laquelle on s’est rendu de compagnie au son des cloches en la place vulgairement nommée le pôly de la regontais auquel endroit m Longerard élu colonel de la garde nationalle de Thourie à la tête de la compagnie et de presque toute la paroisse a prêté le serment fédératif décrété par l’assemblée nationale sanctionnée par le Roy à haute et intelligible voix à l’heure de midi précis en ces termes et ayant la main levée je jure à la tête de ma compagnie et en présence de messieurs le maire et officiers municipaux et de presque toute la paroisse d’etre à jamais à la nation, à la loi et au roy, de maintenir de tout mon pouvoir la constitution décrétée par l’assemblée nationale et acceptée par le roy, de protéger conformément aux lois la sureté des personnes et des propriétés, la libre circulation des grains et subsistances dans l’intérieur du royaume, la perception des contributions publiques sous quelques formes qu’elles existent, de demeurer unis à tous les françois par les liens indissolubles de la fraternité duquel serment la municipalité lui a décerné acte ; ensuite ayant faut défiler la compagnie quatre à quatre de front et passant devant lui, et messieurs les officiers municipaux il leur a rappeler le serment prescris en ces termes vous jurez d’être a jamais fideles a la nation, a la loi et roy de maintenir de tout votre pouvoir la constitution décrétée par lassemblée nationale acceptée par le roy de protéger conformément aux loix la sureté des personnes et des propriétés, la libre circulation des grains et subsistance dans l’intérieur du royaume, la perception des contributions publiques sous quelques formes qu’elles existent, de demeurer unis a tous les français par les liens indissolubles de la fraternité ; à quoi ayant tous la main levée ont répondu les uns après les autres individuellement puy je le jure duquel serment leur a également été décerné acte par la municipalité.

68Cette sainte et glorieuse cérémonie étant terminée presque tous sont demeurés au même lieu pour y célébrer d’une manière éclatante mais honnête cette heureuse fête en signe d’alliance entre tous les français amis et protecteurs de la patrie par des jeux, des danses et par tous les plaisirs sui se peuvent procurés a la campagne et nous maire et officiers municipaux nous nous sommes retirés quelques instants dans notre chambre commune pour inscrire le présent procès-verbal sur notre registre, duquel il sera envoyé une coppie a m le président de l’assemblée nationale pour être annexée s’il le juge a propos, au procès verbal du serment fédératif de la nation française fait a paris a la même heure. Conclu au pôly de la Regontais en la paroisse de Thourie sous les signatures du colonel du major et de nous officiers municipaux. »

69(Extrait du cahier de délibération, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, E dépot adm Thourie 29.)

3. Mémoire de la garde nationale de Hédé adressé au directoire de district de Rennes, en réponse aux plaintes de la municipalité de la Mézière (juillet 1791)103

  • 103 Nicolas Toussenot, op. cit., p. 119, dact.

70« […] Le samedi 9 de ce mois, un détachement de la garde nationale de Hédé, après un consentement des municipalités de Hédé et Tinténiac, descendu le 6 au château de la Tour le Lain et y avoir ôté les canons qui donnaient l’effroy aux campagnes, crut devoir continuer sa mission et s’assurer dans les endroits évidents, suspects des armes et conciliabules.

71Ce détachement de-retour de Gévezé, où méprisant les injures et les pierres lancées par des habitants égarés que Mademoiselle Perron avait attroupés, se rendit à la Mézière environ les 6 heures du matin : arrivé au portail, il y frappe, après quelques instants on lui ouvre, et pour l’ordre, 2 sentinelles sont placés à l’entrée de ce portail. Des grands mouvements dans le presbitère se font entendre, une partie du détachement y entre et demande Mr Maignan. Il n’y est pas, les gardes nationaux restent dans la cour, l’apperçoivent qui s’enfuit, on le joint dans son jardin, on le somme de rentrer, mais sans le coucher en joue. On lui observe que sa maison est suspecte, qu’il doit le savoir, que la garde nationale va s’assurer si chez lui il n y a rien contre public. Il revient à son presbitère, en se permettant des invectives contre le commandant de la garde nationale de Hédé. Un soldat lui répond que c’est au commandant même qu’il parle, et le curé déconcerté, fait ses excuses […]. La visite se fait, rien n’est trouvé. Il était trop tard, l’évacuation de Mademoiselle Perron à Gévezé avait donné le signal de la précaution. Cette visite faite, le curé prie le détachement de déjeuner ; on le remercie et l’on refuse. M. Maignan avait si peu lieu de se plaindre des gardes nationaux de Hédé, qu’il leur fit l’honnêteté de les reconduire jusqu’au bourg. De part et d’autre réciprocité de procédés, le curé loua le zèle du détachement et son honnêteté. Celui-ci rendant justice à son mérite, l’exhorta à devenir patriote, lui offrit d’engager Mr le Coz à son retour de Saint-Malo, de se détourner pour venir à la Mézière, et M. Maignan répondit qu’il le recevrait comme citoyen et jamais comme évêque. Rendus ensemble dans le bourg, quelques gardes nationaux demandèrent au commandant la permission de se rafraîchir, elle leur fut donnée, et l’on fit halte. Dix ou douze entrèrent chez Gigon, les autres se reposèrent sur l’herbe, le curé toujours causant avec une partie des soldats. Le rappel battu, le commandant se transporte chez l’aubergiste pour savoir s’il ne lui est rien dû, et la réponse fut que tout était payé. C’est ainsi que le détachement prit congé du curé, et quitta le bourg de la Mézière.

72Le détachement était loin de s’attendre à une plainte injurieuse de la municipalité de la Mézière, encore moins de la voir trahir la Vérité. Mais cette lettre est-elle l’ouvrage des officiers municipaux ? Non, c’est l’œuvre du maire, et le maire est le curé lui-même. Ajouter les menaces à l’imposture, après avoir donné à la garde nationale de Hédé l’éloge qui lui est dû : l’injurier quand elle est loin, être rampand quand il se croit en danger, turbulent quand il pense n’avoir rien à craindre, et dans une déviation continuelle, jurer, se rétracter, protester et infirmer sa signature ; se rétracter encore et animer sourdement : tel est le caractère versatile de M. Maignan, dont l’esprit est un fléau pour la paroisse.

73Que la garde nationale de Hédé est mécontente de l’infidélité des commissaires chargés de porter à la municipalité les procès verbaux rapportés dans l’ombre contre la descente de son détachement à Gévezé chez le curé et Mademoiselle Perron. C’est ici qu’il serait utile de peindre dans leur ensemble les clubs antipatriotiques, ces conciliabules de prêtres réfractaires, auxquels la fortune de Mademoiselle Perron donne des ressources. Ces manèges subalternes, employés pour révolter la Constitution les trop crédules citoyens de Gévezé et la Mézière, les diners aux officiers municipaux. Cette joie insultante et criminelle, qu’au sortir de chez Mademoiselle Perron, un prêtre chassé de Rennes et réfugié chez elle pour infecter nos campagnes, osa montrer lorsque sa correspondance secrète lui apprit l’évasion du Roi. À cette terrible et désolante nouvel, ce prêtre fanatique, dont nous voulons bien encor taire le nom, s’écrie dans le bourg de Gévezé avec un front rayonnant de joie Bonne nouvel, mes amis, le Roi s’est enfui, nous allons voir beau jeu.

74Quoi, d’un prêtre mâtan, est-là le langage ! Oui, c’est ainsi que ces prêtres réfractaires, trompans ou trompés se permettent de tout contre la liberté publique, tandis qu’ils réclament avec instance leur liberté individuelle.

75Mais la garde nationale de Hédé, dans l’impuissance où elle est de répondre aux plaintes de Gévezé, et de montrer la modération qu’elle a opposée aux insultes, sait bien que le département ne la condamnera pas sans l’entendre : elle revient au curé de la Mézière.

76Il n’aime pas la ville de Hédé, qui lui a deffendu de venir verser sur nous le poison des discours insidieux, qui lui a dit voilà vos limites, faites le mal là, mais vous ne viendrez point jusqu’à nous. Egarez vos malheureusement citoyens, dites leur que la Constitution et la damnation éternelle sont synonymes. Le teins viendra que leurs yeux seront dessillés et que vous ne serez plus dangereux…

77M. Maignan, maire de la Mézière, se plaint en vain de la descente du détachement de Hédé. Les descentes se sont faites dans tous les districts, et sans retracer ici celles des autres départements, il nous suffit sans douter de désigner les recherches ordonnées dans celui des Côtes du Nord […], et la garde nationale de Rennes ne vient-elle pas de déjouer à champ de pie les manouvres d’un carme stipendié pour aveugler les campagnes.

78Si l’on nous faisait le reproche d’avoir passé notre territoire, d’avoir été sur le terrein d’une municipalité voisinne, nous répondrons que le Salut de l’Etat, dans les circonstances difficiles où la chose publique était en danger, a été notre loi Suprême. Cette descente ne pouvait être faite que par Rennes ou nous, dans des paroisses où les prêtres réfractaires ont rompu tout lien social, où les municipalités ne suivent que l’impulsion qu’ils leur donnent ; ne voient, n’agissent, ne marchent qu’en suivant la direction qu’ils en reçoivent, où il n’existe pas de garde nationale, et où la religion redemande d’autres pasteurs, qu’elle ressource peut avoir la Patrie que dans le zèle que nous lui avons voués. Il nous pousse, il nous presse et nous avons juré de ne jamais nous démentir. Vous nous louerez sans doute, Messieurs, et vous daignerez rendre à notre conduite la justice que nous de vous : et plus connus à présent que nous avons déchiré le voile de l’imposture, vous daignerés avouer les sentimens que nous professons et vous dirés sans doute les gardes nationaux de Hédé ont prêté serment de fidélité à la Nation, et serment est dans leur cour comme dans leur bouche. Ils sont dignes de la Liberté qu’ils chérissent puisqu’ils sont l’effroy des ennemis que la Patrie nourrit malheureusement dans son sein. »

79[Suivent 18 signatures des officiers et sous-officiers de la garde nationale de Hédé.]

80(Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, L 440.)

4. Extrait du registre de délibération de la municipalité de Pleurtuit. Fête du 23 thermidor an II104

  • 104 Yves-Marie Le Troquer, op. cit., dact.

81« Le vingt trois thermidor l’an deuxième de la République une et indivisible, délibération de la municipalité de Pleurtuit, district de Port-Malo, département d’Ille-et-Vilaine. Le conseil général assemblé au lieu des séances ordinaire, il a été arrêté de se rendre place de la Liberté pour célébrer la fête du dix aout (vieux style). Y étant arrivé, avons trouvé la garde nationale assemblée, une charrue attelée de deux chevaux et tous les citoyens et citoyennes de la commune et sept mannequin représentant les traîtres savoir à la tête desquels étoit cette devise : ambition fut la cause de notre destuction ; à Robespierre : Mes projets de tyrannie m’ont fait trahir ma patrie ; à Couthon Voilà le sort des amhitieux ; à St Just : Français de la confiance moi de la surveillance ; à Jambon : Les grands orateurs sont souvent du grands trompeurs, à La Croix : Chacun de nous avoit son but et nom ne tendions qu’à la destruction de la République ; à Hébert : En affectant d’être populaire j’étoie un traître et un téméraire ; à Hanriot : Vil valet des traîtres j’ai subit le même sort qu’eux. Le corps municipal s’est rendu au temple de la Raison où se sont trouvé les citoyens Lemarc, Mousset et autres commissaires envoyés par la société populaire de Port-Malo. Après quelques discours analogues à la fette, prononcés par les dits commissaires, le cortège à sorti en ordre pour se rendre au Champ de Mars. Deux officiers municipaux portaient un coffre dans lequel étoit la Constitution de 1793 (vieux stile), sur lequel étoit ces devises aux quatre faces : Constitution, Doit de l’homme nous jurons de l’observer Liberé4 Fraternité Plusieurs marins portaient des navires précédé de cette devise : La terreur d’Albion ainsi que plusieurs autres devises analogues à ceu sujet. La garde nationale fomoit une haye autour de ce cortège, l’on a chanté le long de la route plusieurs chansons patriotes et rendus au champ de Mars l’on a mis les mannequins représentants les traitres, dénoncés au présent dans un tas, l’on y a mis le feu au cris redoublé de Vive la république et Périsse les traîtres. Il a été ensuitte prononcé par le citoyen Mousset un discours sur les trahisons, sur les dangers de la trop grande déffiance et sur le grand anthousiasme. Ensuitte, l’on s’est rendus au temple de la Raison dans le même ordre et en chantant. »

82(Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, E dépôt administratif, Pleurtuit, 1 Mi Com 228 Ri, registre de délibération de la municipalité, 23 thermidor an II.)

5. Arrestation de chouans au moulin de la Quinvrais, le 9 janvier 1798105

  • 105 Marie-Thérèse Girinon-Guilloux, Vern-sur Seiche : un chef-lieu de canton rurbain sous le Directoir (...)

83Je soussigné Jean François Michel Le Breton capitaine de la première compagnie du bataillon de garde nationale du canton de Liffré, sur le réquisitoire du citoyen Morin commissaire du directoire exécutif du canton de Tiffré et l’ordre du citoyen Legendre adjudan major dudit bataillon, de ce jour certifie mètre ce jour transporté au lieu de Saint Denis commune de Liffré pour y faire les recherches de 4 individus qui devaient être armés de fusils […] nous avons continué notre route vers le lieu de la Quinvraye commune de Betton ou nous savions qu’il devait être arrivé au dit lieu de la Quinvraye. Je demandé à la famine du nommé Loizel qui en est fermier si elle n’avait point quelques particuliers étrangers logés chez elle à quoi elle a répondu nan savoir rien ayant parti à 7 heures du matin pour Rennes et en arriver sur le champ, pour lors j’ai fait les mêmes questions à son mari qui a répondu qu’il n’en avait aucun, et voulant pour lors nous faire entrer dans la maison, a quoi j’ai lui ai dit que je n’avais point affaire dans sa maison mais que je voules visiter toutes les étables étant sur qu’ils devaint y être logés, et pour cet effet je commançai par faire entourer les dits étables à l’instant que l’on cernéier les derrière d’icelle l’on vit sortir par la porte de derrière d’unne étable aux vaches trois de ces individus qui sencouraient les pieds et tête nus et seulement en galet sur les quels il a été fait une décharge de coup de fusils sanst les atteindre mais les poursuivant l’un deux qui a déclaré se nomer Mercier a dit : “ne me faite point de mal je me rend”, le second s’étant jetté dans la rivière après avoir été longmant poursuivi, un volontaire nommé Cucan sy est également précipité et la saissy de l’autre côté, le troisième ayant pris par sur le pont qui traverse cette rivière et ne pouvant être poursuivy que par peu d’homme ayant toujours laisse les maisons cernés ceux qui le poursuivaient sommaire le meunier de la Quinvraye se trouvant sur le même pont ou passoit lors Bougerie sans armes, de l’arrêter, ce qui lui était très facile, il s’y refusa et le laissa passer tout près de lui. En conséquent retournant aux maisons pour y faire de nouvelles perquisitions, nous avons trouvé proche un lit, un fusil de munition, continent nos dites recherches par les greniers, au dessus des étables nous sommes parvenus à découvrir le nommé Fouillard sous des planches ; au même instant il a présenté le bout de son fusil et fait feu sur un volontaire qu’il a gravement blessé et qu’il eut tué si la platine de son arme ne lui avait paré la balle alors on a fait feu et il a été étendu mort. Et nous l’avons laissé dans la cour du dit lieu avec injonction à la famine loizel d’en donner avis au juge de paix ce qu’elle a promis faire, nous nous sommes ensuite acheminé vers le bourg de Liffré avec lesdits Mercier et Morel et deux fusils que nous avons trouvé en totalité, en conséquent moi capitaine susdit ai charge le citoyen Galesne mon lieutenant de fer conduire devant qui de droit. À Liffré le 20 nivôse an VI de la République française. »

84Signé Le Breton, capitaine.

85(Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, L 452.)

6. Procès-verbal de la fête du 2 pluviôse an VII à Rennes106

  • 106 Ibid., p. 104.

86Procès-verbal du Département, Bureau de Police, Administration civile et militaire. Deux pluviose an 7.

87Le canton de Rennes extra-muros représenté par 17 personnes signe après l’Administration municipale de Rennes.

88Les autorités constituées sont là avec le président de l’Administration Centrale au centre de la force armée. Les Bustes de Brutus et de J. J. Rousseau sont portés par les grenadiers et les chasseurs aussi au centre. Le cortège précédé des tambours et de la musique et escorté des vétérans nationaux se rend au temple de l’cole centrale destiné aux Réunions décadaires. Au centre une estrade et un autel avec une statue de la Raison foulant aux pieds tous les emblèmes de la Royauté et de l’anarchie. L’autel est orné des emblèmes de la liberté et de l’égalité, de guirlandes en chêne vert : on y lit cette maxime “Obéir à la loi c’est régner avec elle. Des vers de Voltaire sont inscrits au piédestal de la statue “Si dans la République il se trouvait un traître
qui regrettât les rois et qua voulût un maître,
que le perfide meure au milieu des tourments”.

89Les deux bustes sont déposés sur l’autel : les figures de Guillaume Tell, de Sydney et de Voltaire y sont déjà peintes. Le choeur de musiciens artistes et amateurs avec des artistes dramatiques se fait entendre. Puis c’est le discours du Président du Département Baymé énumérant les crimes des rois depuis un siècle. Il invite les citoyens à rester fidèles à la Constitution de l’an 3 qui garantit leurs droits et leur Bonheur.

90Les airs chéris des Républicains sont donnés par la musique. Le roulement des tambours appelle le silence et le président prononce à haute voix le serment prescrit (loi du 24 nivôse an V). Une salve d’artillerie tirée au même instant souligne cet acte imposant. Tous répètent à haute voix “Nous le jurons” et “Vive la République. Il faudra se rendre au Département pour signer le serment prêté en présence de l’éternel qui lit dans les coeurs et punit les parjures. L’hymne à la patrie est donné par les artistes.

91Le citoyen Parcheminier président de l’administration municipale prononce un discours analogue à la fête et annonce que le mauvais teins oblige de Remettre à l’un des prochains décadis la plantation d’un arbre de la liberté. Le citoyen Mainguy bibliothécaire de lEcole centrale prononce un discours avec imprécations contre “les parjures, invocations à l’Etre suprême, lit l’un des morceaux composé par lui et les professeurs que le Département a fait imprimer. Le Président avait distribué des exemplaires. Des acclamations unanimes de “Vive la République” s’élèvent. Le retour du cortège se fait dans le même ordre au lieu des séances de l’administration.

92Après celles des deux administrations municipales, signatures des tribunaux criminel, civil, correctionnel, de commerce, du Receveur général et de son bureau, du Payeur général et de son bureau, des ingénieurs, des conducteurs des Ponts et Chaussées, de la Régie des Domaines et de l’enregistrement, de l’Ecole centrale, des Employés civils, des Notaires publics, des instituteurs (dont Tenière mais pas Fontaine), des Postes et messageries, des Chefs de la force avinée, des Pensionnaires de la République, des employés militaires, des employés du Département, en tout, 12 pages de signatures.

93(Extrait du cahier de délibération, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, E dépôt, Piré 1.)

Notes

1 Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine (1789-mars 1793), Paris, Klincksieck, 1972.

2 Serge Bianchi, La Révolution et la Première République au village. Pouvoirs, votes et politisation dans les campagnes d’Île-de-France, 1787-1800, Paris, CTHS, 2003.

3 Voir les communications de Yann Lagadec, Gauthier Aubert, Stéphane Perréon.

4 Il s’agit du dernier numéro du périodique de Volney.

5 Étampes en Révolution, Le Mée, Etampes Histoire, 1989, p. 53.

6 Voir la communication de Christine Lamarre.

7 Serge Bianchi, op. cit., p. 133.

8 89 en Essonne, Journées et marches de la faim, 1989, 3, p. 16.

9 Roger Dupuy, op. cit., p. 34.

10 Sylvie Benoit, recherche en cours sur la garde à Saint-Malo.

11 Henri Dinet, « La Grande Peur en Hurepoux (juillet 1789) », Paris et Île-de-France, 18-19, 1967-1968, p. 201.

12 L’armée représente 1 300 hommes pour la Seine (Picardie et Guyenne), plus Provence, Nassau et Flandres.

13 Henri Dinet, article cité, p. 126.

14 Ibid., p. 129, avec l’apostrophe : « ôte ta cocarde blanche », le 20 juillet. Les garde chasses sont particulièrement détestés, pour leur acharnement contre les braconniers (Montgeron).

15 Ibid., p. 148.

16 89 en Essonne, revue citée, p. 17-23.

17 Henri Dinet, article cité, p. 172.

18 Roger Dupuy, op. cit., 1972.

19 Ibid., p. 110.

20 Nicolas Toussenot, Pouvoir et politisation : Hédé et son canton (1785-an II), maîtrise, université Rennes 2, 2003, p. 119, dact.

21 Jessy Gandon, Réception et refus de la Révolution dans les campagnes : l’exemple de Betton, maîtrise, université Rennes 2, 2002, p. 54, dact.

22 Quand Ris et Orangis s’appelaient Brutus, Le Mée, 1989, rééd. 2000, p. 57.

23 Georges Carrot, La Garde nationale (1789-1871) : une force publique, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 85.

24 Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire 1789-1815, Rennes, Ouest-France, 2004, p. 44.

25 Pierre-Marie Meignan, La fête de la fédération, vers une fête nationale. Le 14 juillet 1790 et les suivants dans le district de La Guerche-de-Bretagne, maîtrise, université Rennes 2, 2004, dact.

26 AD Ille-et-Vilaine, L 868, 1234 (Dol), 1387 (Saint-Malo)…

27 Roger Dupuy, op. cit., 1972, p. 140-141.

28 Georges Carrot, op. cit., p. 84.

29 Le problème est dans l’absence du registre spécifique, qui devrait doubler celui de la municipalité.

30 Les Révolutions de Paris, 53, juillet 1790 : « L’arrivée des députés fédératifs de la Bretagne était annoncée pour le samedi 10 ; ils venaient en corps d’armée. La garde nationale parisienne envoya un détachement au devant d’eux ; ils entrèrent dans Paris tambour battant… »

31 Étampes en révolution, op. cit., p. 77.

32 Michel Chancelier, Draveil et Montgeron, deux villages en révolution, Le Mée, 1989, p. 148.

33 Jacques Médard, La région de Montlhéry sous la Révolution, Le Mée, 1989, p. 134.

34 89 en Essonne, 6, 1990, p. 14.

35 Il peut s’agir d’une question de sources ?

36 À la Ferté-Alais, 1 021 gardes pour 1 114 feux dans le canton : Serge Bianchi, op. cit., p. 389.

37 Annie Jacquet, Le canton de Limours sous la Révolution, 1989, p. 32-33.

38 Nicolas Toussenot, op. cit., p. 125. Il invite à la prudence sur les effectifs.

39 Kristell Collet, Noyal-sur-Seiche dans la Révolution française, maîtrise, université Rennes 2, 2000, p. 49, dact.

40 Limours, op. cit., p. 35.

41 Nicolas Toussenot, op. cit., p. 168-171.

42 Pierre-Marie Meignan, op. cit.

43 Cédric Fiaut, Châteaugiron, « une commune bleue » sous la Révolution (1775-1800), maîtrise, université Rennes 2, 2001, p. 77, dact.

44 À Saint-Pierre-du-Perray, les 18 votants élisent 10 officiers, le 9 juin 1793, brochure de 1989, p. 80.

45 Michelle Pluquet, 89 en Essonne, 9, 1990, p. 16.

46 Règlement de Hédé, op. cit., 2003, p. 121, dact.

47 Voir la communication d’Élisabeth LIRIS.

48 À Epinay-sur-Orge, en septembre 1790.

49 Couturier, pour la couleur blanche et le ruban trois couleurs, malgré le bonnet.

50 89 en Essonne, 9, 1990, p. 10.

51 Justice de paix de Villeneuve-Saint-Georges, audience du 13 février 1791.

52 Cas de Viry-Châtillon, 89, revue citée, 1990, p. 12.

53 Annie Jacquet, op. cit., p. 34.

54 Bondoufle en 1789, 1989, p. 57.

55 Cédric Fiaut, op. cit., p. 79.

56 Exemple de Hédé et de Bazouges, Nicolas Toussenot, op. cit., p. 264-265.

57 Jeannie Buisson, article cité, 1990, p. 13

58 Jessy Gandon, op. cit., p. 56 : « il oret chier » sur elle !

59 Kristell Collet, op. cit., p. 49.

60 Michel Chancelier, op. cit., p. 141.

61 Roger Dupuy, op. cit., 2004, p. 89.

62 Roger Dupuy, op. cit., 1972, p. 122.

63 Georges Carrot, op. cit., p. 113.

64 Mennecy sous la Révolution, Le Mée, 1989, p. 168-173.

65 André Cros, « Les almanachs de l’abbé Guyot », BSHACE Hurepoix, 51, 1982, p. 37-57.

66 Annie Jacquet, op. cit., p. 15.

67 Quand Ris et Otangis…, Le Mée, 1989, rééd. 2001, p. 53-83.

68 Kristell Collet, pour Noyal-sur-Seiche qui veut arracher le drapeau des mains des gardes de Chartres, op. cit., p. 50.

69 Roger Dupuy, op. cit., 2004, p. 232.

70 AD Ille-et-Vilaine, L 862.

71 Roger Dupuy, op. cit., 2005, p. 100.

72 Serge Bianchi, La déchristianisation dans le district de Corbeil, 1793-1797, Mémoires et documents de la SAHCE Hurepoix, XV, 1990, 160 p.

73 89 en Essonne, 3, 1989, p. 39.

74 Montgeron à Brie-Comte-Robert, où le commandant de la garde, à cheval, oblige à la baisse des prix.

75 Jacques Médard, op. cit., 20 février, p. 45.

76 Lettre du procureur Montjovet, mars 1792, p. 164, registre de délibérations.

77 Nicolas Toussenot, op. cit., p. 170.

78 89, Annie Crépin, Les citoyens en armes, 89 en Essonne, revue citée, 1990, p. 20.

79 Bondoufle en 1789, brochure 1989, p. 59. Mais les officiers sont élus le mois suivant et en l’an VI comme en l’an VII.

80 Gaëlle Le Verge, Acculturation et politisation dans le canton de Montfort-le-Meu, maîtrise, Rennes, 2004, p. 45, dact.

81 Michel Chancelier, op. cit., p. 250-252.

82 À Ballancourt, la garde n’est mentionnée qu’en fin de liste des officiels (juste avant les secrétaires !) pour une fête de l’an VII. 1789, La Révolution à Ballancourt, op. cit., 1989, p. 84.

83 Yves-Marie Le Troquer, L’acculturation républicaine dans le district de Saint-Malo, maîtrise, Rennes, 2003, p. 79, dact. Sur les représentants, Gaïd Andro, Les représentants du peuple en Ille-et-Vilaine : vendémiaire an III-prairial an III, maîtrise, Rennes, 2001, dact. ; et Sébastien Kervégant, Les représentants en mission en Ille-et-Vilaine : mars 1793-septembre 1794, maîtrise, Rennes, 2001, dact.

84 Yves-Marie Le Troquer, op. cit., Saint-Lunaire, p. 80.

85 Cédric Fiaut, op. cit., p. 123-124.

86 Céline Blanchard, Retiers et Martigné-Ferchaud : deux chefs-lieux de canton face à la Révolution 1788-1800, maîtrise, Rennes, 2002, p. 131, dact.

87 Donald Sutherland, Les chouans : les origines sociale de la contre-révolution populaire en Bretagne, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1990, p. 256.

88 Questionnaire sur l’esprit public, Yves-Marie Le Troquer, op. cit.

89 AC Draveil, registre de délibérations de la Garde nationale. AC Draveil, p. 70.

90 Georges Carrot, op. cit., p. 158.

91 Georges Carrot, op. cit., p. 153.

92 L’affaire du courrier de Lyon dans la forêt de Sénart.

93 AC Villeneuve-Saint-Georges, III H 1.

94 Cédric Fiaut, op. cit., p. 126.

95 Céline Blanchard, op. cit., p. 136.

96 Sabrina Kerespars, Corps-Nuds et son canton : pouvoirs et politisation sous la Révolution 1780-1800, maîtrise, Rennes, 2004, p. 102, dact.

97 Marie-Thérèse Girinon-Guilloux, Vern-sur-Seiche : un chef-lieu de canton rurbain sous le Directoire, maîtrise, Rennes, 2000, p. 104, dact.

98 Ibid., p. 100.

99 Expression du commissaire de canton, AD Ille-et-Vilaine, L 456 bis.

100 Serge Bianchi, La Révolution et la Première République au village, op. cit., 2003, p. 722 : le canton de Saclas (12 communes) ne possède plus aucune garde.

101 Pierre-Marie Meignan, op. cit., p. 86, dact.

102 Ibid., p. 85, dact.

103 Nicolas Toussenot, op. cit., p. 119, dact.

104 Yves-Marie Le Troquer, op. cit., dact.

105 Marie-Thérèse Girinon-Guilloux, Vern-sur Seiche : un chef-lieu de canton rurbain sous le Directoire, maîtrise, Rennes, 2000, p. 104, dact.

106 Ibid., p. 104.

Table des illustrations

Légende Les communes du département d’Ille-et-Vilaine en 1790. Source : Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16630/img-1.png
Fichier image/png, 382k
Légende Les Gardes nationales le 14 juillet 1790. Source : Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, p. 236.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16630/img-2.png
Fichier image/png, 302k
Légende Les communes des départements de l’Essonne et du Val-de-Marne (actuels) en 1790.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16630/img-3.png
Fichier image/png, 885k

Auteur

Professeur à l’université Rennes 2, vice-président de la Société des études robespierristes

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540