Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Troisième partie. Les Gardes en Révolution

La Garde nationale en Provence pendant le Directoire : service d’ordre et de désordres

Stephen Clay

Texte intégral

  • 1 Le Midi provençal a été l’objet d’un nombre important d’études depuis le début du xixe siècle. Pou (...)
  • 2 Journal de Perlet, n° 76, 23 nivôse an IV, p. 98.
  • 3 Nous avons examiné le sujet des différentes réactions du Midi, « royalistes » autant que « jacobin (...)

1Le Midi provençal pendant la décennie révolutionnaire constitua une région marquée par l’extrémisme politique et une violence ininterrompue. Depuis 1789, les départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse et du Var furent le théâtre d’une lutte continue entre deux partis dans les petites comme dans les grandes communes. Cette opposition prit la forme d’une lutte de pouvoir entre les jacobins locaux et leurs adversaires, lutte qui divisa la région en des partis de plus en plus antagoniques et emprisonnés dans un cycle de persécution et d’oppression animé par des haines personnelles et idéologiques1. Des excès furent commis des deux côtés : pillages, incendies, démolitions, confiscations, contributions arbitraires, emprisonnements, pendaisons, meurtres isolés, ou massacres, créant ce que l’on peut appeler une politique de la vengeance. La situation du Midi, notait le Journal de Perlet en nivôse an IV, « est toujours un problème qu’on ne peut résoudre. Ces contrées semblent couvertes d’un voile funèbre à travers lequel on distingue des vengeances et des fureurs de partis qui se succèdent les uns aux autres : et qui sont également cruels2 ». Les différentes phases de la révolution en Provence, que ce soient les pendaisons de l’été 1792, la révolte fédéraliste, la Terreur ou la série de réactions thermidoriennes, impliquèrent les mêmes personnes, hommes, femmes et enfants, du moins ceux qui avaient survécu aux tueries précédentes, emprisonné dans un héritage de la haine qui faisait de « la plus belle partie de la République » selon l’opinion de nombreux contemporains, une des plus difficiles à gouverner en France3.

  • 4 Pour une discussion de la législation portant sur la Garde nationale pendant la Révolution, voir J (...)

2La Garde nationale, dans le Midi comme partout ailleurs en France, faisait partie intégrante de la force publique locale et devait, à ce titre, maintenir l’ordre intérieur, garantir l’exécution des lois et défendre l’état contre les ennemis de l’extérieur4. Composée des citoyens actifs en état de porter les armes, la Garde nationale, dont les officiers étaient élus, constituait une force à la disposition des autorités constituées, garante, avec la gendarmerie nationale et les troupes de ligne, de la tranquillité publique. Pourtant les départements provençaux, notamment les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse, illustrèrent un des paradoxes de la Garde nationale, surtout durant les années très turbulentes du Directoire, à savoir qu’une force destinée à maintenir l’ordre s’avéra être une source de désordre.

  • 5 Pour une histoire du fameux bataillon marseillais, voir Joseph Pollio et Adrien Marcel, Le bataill (...)
  • 6 La tendance politique des gardes nationaux a été établie grâce à une étude prosopographique compar (...)
  • 7 Jonathan Skinner, Republicanism and royalism : the conflicting traditions of peasant politics in t (...)

3La Garde nationale existait dans les communes les plus importantes des Bouches-du-Rhône – Marseille, Aix, Tarascon, Arles, Salon – et du Vaucluse – Avignon, Carpentras, Orange ainsi que dans quelques autres – depuis 1790. Dès le début, les gardes nationales d’Aix, Avignon et Marseille se distinguèrent par leur zèle patriotique, voire leur radicalisme. La garde nationale de Marseille en particulier, reflet de l’importance de cette ville dans la région, intervint activement dans la vie politique des autres communes, en envoyant des expéditions à Aix, Aubagne, Arles et en effectuant plus tard la célèbre marche du bataillon des Marseillais vers Paris pendant l’été 17925. Les factions locales luttaient pour le contrôle de la Garde nationale ; ainsi, dès 1791, la majeure partie de la Garde nationale était dominée par les membres des sociétés populaires locales6. Pour ne citer qu’un exemple parmi d’autres, en septembre 1791, à Courthezon dans le Vaucluse, les membres du club qui n’avaient pas servi dans la Garde nationale furent exclus7. Un instrument des factions dès le début de la révolution, la Garde nationale, par sa composition et son organisation, surtout celle des officiers et des sous-officiers, reflétait les oscillations de la vie politique locale : dominée par les jacobins jusqu’à l’été 1793, remplacés par les modérés durant la révolte fédéraliste, à nouveau dirigée par les sociétés populaires pendant la Terreur, pour changer encore de commandement en l’an III, et participer pendant la Terreur blanche à la poursuite, parfois au massacre des anciens terroristes. Les gardes nationaux en Provence, bien que manquant continuellement d’armes et d’hommes, ont reflété et contribué à définir la vie politique de la région.

  • 8 La Constitution de l’an III, titre IX, articles 274-284.
  • 9 Lettre du ministère de l’Intérieur aux administrateurs des départements de la République, 22 bruma (...)
  • 10 Archives nationales (AN), 93 : rapport présenté au Directoire exécutif par le ministère de l’Intér (...)
  • 11 Fréron fut envoyé en mission dans le département des Bouches-du-Rhône par décret de la Convention (...)

4Héritier de tant de problèmes d’ordre public allant d’une lutte des factions acharnée à la violence urbaine sans oublier le brigandage, le Directoire, porta une attention toute particulière à la mise en place et au fonctionnement de la Garde nationale à travers le pays. La Constitution de l’an III avait affirmé le rôle de la Garde nationale dans le maintien de l’ordre8. Ainsi dans les deux semaines qui suivirent l’installation du Directoire, le ministère de l’Intérieur adressa, le 22 brumaire an IV (13 novembre 1795) une circulaire aux administrateurs de la République, leur demandant dans le cadre d’une enquête générale sur l’état de la France si la Garde nationale était mise en place dans leurs départements respectifs9. Les réponses reçues de toutes les régions françaises étaient décourageantes pour un régime accablé par des problèmes d’ordre public : les rapports révélaient que la Garde nationale n’était pas organisée ou mal organisée, qu’elle manquait de vivres et d’équipements et que le service était mal fait10. Cette situation n’était en rien nouvelle : en beaucoup d’endroits, elle datait de la création de la Garde nationale dans les premières années de la Révolution. Mais l’importance du désordre qui sévissait dorénavant dans le pays, désordre exacerbé par la pénurie des troupes disponibles pour le maintien de l’ordre, fit de la réorganisation de la Garde nationale une priorité incontournable. Ce problème semblait être particulièrement pressant dans les départements du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône où la Terreur blanche, caractérisée par des actes de violence individuelle et collective d’une fréquence et d’une sauvagerie rarement rencontrées ailleurs, faisait rage depuis le printemps 1795. De surcroît, la loi du 28 prairial an III (16 juin 1795) avait permis à de nombreux antiterroristes des grandes villes de ces départements, parmi lesquels figuraient d’anciens émigrés, leurs familles, leurs sympathisants ainsi que des victimes de la terreur, d’intégrer la Garde nationale. Il est par conséquent peu surprenant que Stanislas Fréron, tout spécialement envoyé par la convention nationale, muni des instructions du comité de salut public, pour enrayer les nombreux troubles liés à la Terreur blanche se méfiât de la Garde nationale11.

  • 12 Pour une étude de la première mission de Fréron en 1793, voir A. Dufraisse, La première mission de (...)
  • 13 Archives municipales de Marseille (AMM), 13D, art. 22 : arrêté de Fréron, 24 brumaire an IV.
  • 14 AMM, 13D 22 : proclamation de Fréron aux Marseillais, 24 brumaire an IV.
  • 15 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ADBDR), L. 85 : délibération de l’administration ce (...)

5Fréron n’était pas en effet un homme enclin à la demi-mesure. De même que la première mission de cet ancien terroriste dans le Midi en an II avait laissé un souvenir amer d’extrémisme politique, sa seconde mission au cours de l’hiver et de l’été 1795-1796 modifia le climat politique des départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse12. Dès son arrivée à Marseille à la fin d’octobre et au début de novembre 1795, Fréron purgea la municipalité de la ville sous le prétexte de leur complicité dans des actes de violence antiterroriste dans la région13. Par ailleurs, persuadé que des « étrangers se nommant soldats des compagnies du soleil ou de Jésus », selon ses dires, s’étaient introduits au sein des compagnies de chasseurs et de grenadiers de la Garde nationale, Fréron ordonna que ces hommes soient désarmés et réorganisa la Garde nationale selon les lois constitutionnelles des assemblées primaires14. L’administration centrale du département des Bouches-du-Rhône protesta avec véhémence, soulignant l’inconstitutionnalité de ces mesures en se référant à la loi du 15 vendémiaire (7 octobre 1795) qui interdit les désarmements et invita Fréron à retirer les ordres qu’il avait donnés15.

  • 16 Moniteur, réimpression, n° 52, 22 brumaire an IV, p. 412-415 ; Journal de Marseille (sous l’abrévi (...)
  • 17 AN, F7 4628 : Fonveille ainé à Cadroy, 28 brumaire an IV ; ibid., Beaugeard à Cadroy, 29 brumaire (...)

6Les arrêtés de Fréron devinrent rapidement un sujet de débat national au sein du corps législatif et des ministères, relayé par la presse nationale et locale16. Nombreux furent ceux qui protestèrent contre le désarmement de la Garde nationale, fruit selon eux d’un calcul politique dicté par les luttes de factions, désarmement qui laissait la ville de Marseille à la merci d’anciens terroristes récemment libérés de prison et assoiffés de vengeance. En effet, le nombre d’incidents liés à la violence des factions et perpétrés par des amnistiés, contre leurs ennemis principalement d’anciens fédéralistes, se multiplièrent dans les semaines suivant l’arrivée de Fréron. La terreur était à nouveau à l’ordre du jour : tel était le sentiment partagé par beaucoup17.

  • 18 AFIII 32 : rapport au Directoire exécutif sur les opérations du commissaire du gouvernement dans l (...)
  • 19 AN, AFIII* 158 : arrêté du Directoire exécutif, 12 frimaire an IV.

7Dans un rapport long et bien argumenté, du 12 frimaire an IV (3 décembre 1795) examinant la légitimité des actions de Fréron, le ministre de la Justice Merlin le Douai se prononça en faveur des arrêtés controversés de Fréron18. S’opposant à l’affirmation de l’administration centrale selon laquelle le décret du 28 prairial an III (16 juin 1795) avait établi les compagnies de grenadiers et de chasseurs légalement, ce qui rendait illégal le désarmement ordonné par Fréron, le juriste Merlin le Douai invoqua le décret du 16 vendémiaire an IV (8 octobre 1795) élaboré à la suite de la révolte royaliste de vendémiaire, qui abolissait les compagnies de grenadiers et de chasseurs à Paris. Si ces chasseurs de Paris avaient dû être désarmés pour avoir en partie marché contre la représentation nationale le 13 vendémiaire (5 octobre 1795) Merlin demanda : « Croit-on que ceux parmi lesquels se trouvaient des soldats des compagnies sanguinaires de Jésus et du Soleil, l’ont été plus illégitimement ? » L’argument de Merlin l’a emporté. Le rapport fut suivi par un arrêté du Directoire exécutif le jour même, qui approuvait l’ensemble des opérations menées par Fréron et abrogeait les arrêtés pris par l’administration du Département qui s’opposaient à ceux de Fréron19.

  • 20 ADBDR, L. 142 : arrêté de Fréron, 13 frimaire an IV.
  • 21 AN, F7 7093 : Lily (Carpentras) à Fréron, 4 nivôse an IV ; ibid., commissaire du Directoire exécut (...)

8Dans tous les départements sous son contrôle, Fréron commença à réorganiser la Garde nationale qu’il voyait comme le moyen le plus sûr de rétablir l’ordre. Il ordonna qu’un registre d’inscriptions soit ouvert selon les dispositions de la constitution de l’an III dans toutes les communes des départements de la Drôme, du Vaucluse, du Gard, des Bouches-du-Rhône, des Basses et des Hautes-Alpes20. Mais comme si souvent dans une région déchirée par les luttes de factions, les élections à la Garde nationale, comme les élections en général, furent anticipées avec appréhension comme une opportunité pour une faction de l’emporter sur l’autre. Néanmoins, des anciens jacobins, comme les anciens présidents des sociétés populaires de Carpentras et Valréas demandaient une prompte réorganisation de la Garde nationale alors dominée, selon eux, par des anti-jacobins, leurs adversaires, qu’ils appelaient dans le langage de la période, des royalistes21.

  • 22 L’Observateur du Midi, n° 3, 11 germinal an IV, p. 11.
  • 23 AMM, 2H art 6 : Tableau des gardes nationales, 2 germinal an IV.
  • 24 Le Messager du Soir, n° 198, 15 floréal an IV, 2 ; AN, F7 7092 : municipalité d’Arles au ministère (...)
  • 25 Archives historiques de l’armée de terre (SHAT), B13 45 : Puget au ministère de la Guerre, 18 flor (...)
  • 26 Voir parmi les nombreux documents attestant de la négligence et de l’inefficacité de la Garde nati (...)
  • 27 SHAT, K1 57 : Leclerc à Essautier, 28 frimaire an IV.

9Dans une région où une faction dominait une commune, l’autre une autre, les élections de la Garde nationale se soldèrent par des résultats mitigés. À La Ciotat, les patriotes se plaignirent que les officiers et les sous-officiers avaient été élus lors d’une « élection chouanique » par des anciens émigrés et par des partisans de la destruction de la république et le rétablissement de la royauté22. À Marseille au contraire, les noms des officiers et sous-officiers semblaient tirés des listes de la société populaire de l’an II23. À Arles, Aix et Avignon, un nombre important d’anciens terroristes, dont beaucoup furent amnistiés par la législation du 4 brumaire an IV (26 octobre 1795) prit le contrôle des unités de la Garde nationale24. Le commandant de la 8e division militaire, Puget-Barbantane, lui-même ancien jacobin, fut forcé d’admettre que pour la tranquillité de la région, la Garde nationale devait faire l’objet d’une surveillance accrue au milieu des passions25. À l’évidence, quand le ministre de la Police, inquiet du désordre persistant dans les départements méridionaux écrivit aux administrations centrales que les départements des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse que la Garde nationale constituait un moyen de répression et de surveillance rapide et efficace contre les émigrés, les prêtres réfractaires et égorgeurs, il sous-estimait la virulence des luttes de faction tout autant que les problèmes constants d’insouciance, de négligence et d’incompétence dans les rangs de la Garde nationale26. À Marseille, pour ne citer qu’un exemple, des gardes nationaux étaient surpris couchant avec des filles publiques qui ne portaient sur elles qu’une cocarde27.

  • 28 Arrêté du Directoire exécutif portant l’établissement de colonnes mobiles dans la Garde nationale, (...)
  • 29 ADV, 1L 101 : arrêté administration centrale du Vaucluse, 9 messidor an IV ; ADBDR, L. 85 : délibé (...)

10La vie politique du Midi provençal fut encore compliquée par la création par le Directoire exécutif le 17 floréal an IV (6 mai 1796) des colonnes mobiles, dont la mission était de donner plus d’efficacité et de promptitude à la Garde nationale. Dans chaque canton de la République, un détachement de la Garde nationale devait être désigné par la municipalité et approuvé par le département pour former une colonne mobile, c’est-à-dire une force d’appoint toujours prête à marcher28. Les administrations départementales des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse se pressèrent d’organiser ces détachements29. Une fois de plus, l’esprit partisan influença la sélection des membres des colonnes mobiles. Le directeur du jury d’accusation d’Aix se plaignit à la députation des Bouches-du-Rhône à Paris que

  • 30 AN, BB18 179 : directeur du jury d’accusation d’Aix aux députés des Bouches-du-Rhône, 4 messidor I (...)

« […] quand les colonnes mobiles de la garde nationale seront en exercice, il n’est pas nécessaire de vous dire de quelle manière et par qui elles sont composées, tous les pendeurs et les égorgeurs de nos malheureuses contrées en sont les héros. Déjà des détachements se répandent dans les villages qui environnent cette commune et nous craignons avec fondement que ce soit pire qu’une armée révolutionnaire30 ».

  • 31 ADV, 1L 178* : commissaire du pouvoir exécutif du Vaucluse au ministère de la Police générale, 26 (...)
  • 32 AN, F7 7186 : commissaire du pouvoir exécutif du département du Vaucluse au ministère de la Police (...)
  • 33 ADV, 1L 162* : administration centrale du Vaucluse à Puget Barbantane, 17 germinal an IV ; SHAT, B (...)
  • 34 ADBDR, L. 85 : arrêté département Bouches-du-Rhône, 7 thermidor an IV ; ACM, 2H, art. 7 : Liegard (...)

11À Aix, en effet, la colonne mobile choisie par une municipalité composée d’anciens jacobins regroupait beaucoup des hommes qui avaient été membres du bataillon des sans-culottes pendant la Terreur. Certaines autorités constituées, notamment l’administration centrale du Vaucluse, affirmaient que cet esprit partisan compromettait l’efficacité des colonnes mobiles dans leurs missions de routine même31. La colonne mobile ne serait pas d’une grande aide quant au problème insoluble de la désertion, selon le département du Vaucluse, car « les individus qui la composent sont les pères, les frères, les amis, parents, alliés des réquisitionnaires et il est bien à craindre que loin d’arrêter les lâches que nos armées réclament, ils favorisent leur évasion32 ». Pour les autorités civiles comme militaires, le seul remède au désordre endémique dans la région était une force neutre et imposante pour s’interposer entre les deux partis33. D’une manière significative, à Aix-en-Provence, les troupes de lignes remplacèrent la Garde nationale suspendue à la suite de son implication dans les élections municipales de la mi-juillet 1796 et à Marseille au même moment, le commandant de la place, Liegeard, refusa d’armer la Garde nationale par peur des conséquences pour l’ordre public34.

  • 35 SHAT, B13 50 : Tisson au ministre de la Guerre, 22 vendémiaire an V.
  • 36 AN, F7 7186 : administration centrale du Vaucluse au ministère de la Police générale, 24 vendémiai (...)
  • 37 Pour une analyse des différents aspects des réactions à la présence de Willot dans le Midi, voir J (...)

12En effet, la composition de la colonne mobile – et de la majorité des gardes nationales – constituait un obstacle sérieux à la restauration de la tranquillité, ce qui était à la fois un signe et une conséquence de l’interminable lutte des factions existant depuis le début de la Révolution, dont la virulence et la violence s’intensifiaient les années passant. Comme l’expliquait un commandant militaire local, « si ces départements étaient comme les autres de la république, les gardes nationales, les colonnes mobiles pourraient suppléer aux troupes de ligne, mais les employer, leur mettre les armes à la main, c’est d’après l’acharnement des partis leur donner des moyens de commencer la guerre civile35 ». L’administration centrale du département du Vaucluse en accord avec ces vues affirmait qu’utiliser les colonnes mobiles « serait un remède pire que le mal36 ». La persistance des troubles locaux dans ces départements, la violence des élections municipales à Aix et Marseille qui se soldèrent par des blessés, des morts et surtout beaucoup de personnes exclues du vote, incitèrent le Directoire déjà préoccupé par la conspiration de Babeuf et ses ramifications nationales, à envoyer le général Amédée Willot comme commandant de la 8e division militaire avec la mission de pacifier la région. Son séjour dans le Midi fut tout aussi controversé, sinon plus, que celui de Fréron quelques mois auparavant37.

  • 38 ACM, 13D, art. 24 : proclamation du général Willot, 29 fructidor an IV.
  • 39 ACM, 13D, 24 : ordre de Willot, 19 fructidor an IV.
  • 40 ACM, 1D19 Délib. Mun centre, 21 fructidor an IV.
  • 41 Stephen Clay, « La guerre des plumes : la presse provinciale et la politique de faction sous le Pr (...)
  • 42 AN, APP 220, vol. 1 : Willot au département des Bouches-du-Rhône, 6 vendémiaire an V.

13Willot professa dès son arrivée la complète neutralité entre les partis et jura de faire régner bientôt la paix intérieure, le respect des lois et la sûreté publique38. Mais rapidement sa haine viscérale des terroristes, ceux qu’il nommait « anarchistes », « buveurs de sang », imprégna ses déclarations comme sa politique. Convaincu que les colonnes mobiles avaient été formées illégalement, qu’elles étaient remplies d’amnistiés dangereux pour l’ordre public et qu’au lieu de protéger les propriétés et les personnes, elles s’étaient portées à des excès et des violences, Willot prit, quelques semaines après son arrivée, un arrêté qui lui valut l’éloge des modérés et la haine de ses adversaires : il dissout toutes les colonnes mobiles du département des Bouches-du-Rhône39. Les trois municipalités de Marseille, composées d’anciens jacobins, protestèrent que le général avait été mal informé sur la nature des colonnes mobiles municipales et qu’il avait excédé ses pouvoirs par cette mesure arbitraire40. Les journaux marseillais soutenaient ou répudiaient les actions de Willot selon leur tendance politique. Une fois de plus, les affaires locales trouvaient un écho national dans les journaux qui faisaient l’éloge de Willot ou le condamnaient, voyant en lui le protecteur ou le destructeur du Midi. Le ton n’était jamais neutre comme l’attestent les appellations de « tyran militaire », « roi de Marseille », « roi du midi », « despote du midi41 ». Willot justifia ses actions en rappelant les excès déjà commis par les colonnes mobiles, affirmant qu’en dissolvant les colonnes, il avait empêché l’oppression d’une faction par l’autre, et le combat des communes entre elles42.

  • 43 AN, APP 220, vol. 2 : Willot au général Bonaparte, 12 vendémiaire an V.

14La composition de la Garde nationale – « des hommes exaltés, des hommes de sang » selon ses mots – semblait tout aussi problématique. Selon Willot, les armer serait courir le risque d’une nouvelle réaction. « L’esprit de vengeance et de parti » ajoutait Willot, « qui y domine rendrait cette mesure très dangereuse. Ce serait mettre aux prises deux partis toujours prêts à s’entr’égorger et allumer le feu de la guerre civile43 ». La gendarmerie étant politisée et inefficace, le meilleur remède consistait, comme il l’expliquait à Bonaparte « de disposer d’une force imposante dans les départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse où les esprits sont en fermentation et où les malveillants s’agitent ». Le besoin pressant de troupes, un thème récurrent de la correspondance de Willot comme de celle des autorités judiciaires et administratives de la région et partout en France, offrait un remède aussi universellement désiré que rarement satisfaite.

  • 44 AN, AFIII 403 (2191) : Directoire exécutif à Willot, 4 j.c. IV.
  • 45 AN, APP 220, vol. 3 : Willot au ministre de la Police générale, 24 frimaire an V.

15La confirmation enthousiaste par le Directoire de la décision prise par Willot de dissoudre les colonnes mobiles44, ainsi que l’approbation de sa conduite en général, le confortèrent dans son idée d’entreprendre une réorganisation globale des colonnes mobiles et par conséquent des gardes nationaux dans la région. « Le calme et la tranquillité ne peuvent s’établir définitivement dans le Midi », proclamait Willot, « sans une épuration rigoureuse dans les autorités constituées et la réorganisation des gardes nationaux45 ». Willot revint avec obsession sur ces thèmes dans sa correspondance presque quotidienne avec le Directoire et les ministres pendant les six premiers mois de sa mission dans le Midi. Les autorités locales, civiles comme militaires, se joignirent à lui dans leur dénonciation de l’inutilité de colonnes et de gardes nationaux empreints d’esprit de parti.

  • 46 SHAT, B13 55 : procès-verbal de la Fête du 2 pluviôse, 2 nivose an V.
  • 47 SHAT, B13 53 : Commissaire du pouvoir exécutif près du département du Vaucluse au ministre de la G (...)
  • 48 Stephen Clay, « La question de l’ordre public et la politique de l’état de siège pendant le Direct (...)

16Cet esprit de parti parmi la Garde nationale était flagrant pendant la fête du dernier roi de France à Marseille le 2 pluviôse an V (21 janvier 1797) quand plusieurs gardes nationaux sortirent des rangs pour tenter de tuer le commandant de la place ainsi que Willot lui-même46. De plus, l’approche des élections dans les départements du Midi comme ailleurs en province était perçue comme une période de ferment, de conflits et de violence entre les factions, ce qui dramatisait la nécessité d’une force publique efficace. « Il est certain », observait le commissaire du pouvoir exécutif du département du Vaucluse, « que l’approche des élections met en mouvement les intrigues de tous les partis et dans nos contrées plutôt que partout ailleurs, nous avons besoin d’une force suffisante pour assurer la liberté des assemblées47 ». Mais dans les départements sous le commandement de Willot la Garde nationale était quasiment nulle, selon sa formule, par conséquent des troupes de lignes furent mobilisées et plusieurs communes mises en état de siège sous le contrôle des autorités militaires pour compenser le manque d’unités sûres de la Garde nationale48.

  • 49 ADBDR, 14J, art. 117 : administration centrale du Bouches-du-Rhône aux citoyens, 13 fructidor V.
  • 50 JM, n° 106, 16 floréal an V, p. 971-972.

17Les élections de 1797 modifièrent le personnel administratif des municipalités et des départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse. De plus, de nouvelles élections réorganisèrent la Garde nationale. Les officiers et sous-officiers nouvellement élus étaient presque tous issus du parti opposé à celui des officiers en poste les deux années précédentes. Les dénonciateurs de l’ancienne Garde nationale applaudirent cette nouvelle organisation comme annonciatrice d’une ère de paix pour le Midi49. En l’honneur de ce nouvel âge, Willot fut invité à un banquet fraternel en présence du nouvel état-major de la garde nationale de Marseille, où plusieurs toasts furent levés en son honneur50.

  • 51 Journal des Hommes libres, n° 120, 30 fructidor an V, p. 506 ; L’Ami des Lois, 3 vendémiaire an VI (...)
  • 52 Voir parmi d’autres exemples, AN, BB18 182 : juge de paix Lambesc au Directoire exécutif, ministèr (...)
  • 53 AN, F9 455 : arrêté de l’administration centrale des Bouches-du-Rhône, 25 brumaire an VI ; voir au (...)
  • 54 Bibliothèque municipale d’Arles, M637 : Pierre Véran, « Journal historique de la ville d’Arles », (...)

18La presse républicaine ne perdit pas un instant pour critiquer ces élections, celles des gardes nationaux notamment qui avaient mis au pouvoir des « officiers de Capet » dénonçant une garde formée « à la Pichegru51 ». Malgré leur tendance politique, ces nouveaux gardes nationaux n’étaient pas plus disposés que leurs prédécesseurs à assurer leur service et sacrifier leurs haines factieuses. De nombreux incidents, caractérisés par leur esprit de parti et leur violence, eurent lieu pendant l’été de 1797 mettant aux prises des gardes nationaux à leurs opposants politiques locaux52. Alors que la loi du 25 thermidor (12 août 1797) introduisant des modifications notables dans la composition, l’organisation et le fonctionnement de la Garde nationale venait d’être affichée dans la région, la loi du 19 fructidor an V (5 septembre 1797) l’abrogea et suspendit les dernières élections de la Garde nationale. Les administrations départementales considéraient les dernières élections de la Garde nationale, tout comme celle des administrations comme « l’ouvrage des conspirateurs » et ordonnèrent la réélection des officiers conformément à la loi du 28 prairial an III (16 juin 179553). Avec ces nouvelles élections, la Garde nationale passait aux mains des anciens terroristes. À Arles, la nouvelle Garde nationale marchait dans les rues chantant « ça ira » ; à Marseille, les officiers et les sous-officiers avaient été choisis parmi les présidents de l’ancienne société populaire de la ville54.

  • 55 AN, F7 7301 : commissaire de pouvoir exécutif auprès du Bureau central de Marseille, 5 vendémiaire (...)
  • 56 AN, F1cIII Var 6 : compte décadaire, commissaire du pouvoir exécutif, 1 frimaire an VI ; ADV 1L 22 (...)

19Néanmoins, de la suspension des gardes nationaux après le coup d’État de fructidor jusqu’à la réorganisation de la plupart des gardes nationales au printemps 1798, les colonnes mobiles furent organisées à l’instigation du pouvoir militaire dans beaucoup de communes de la 8e division militaire pour assister et parfois remplacer les troupes de lignes, elles-mêmes souvent en sous-effectif et surmenées55. Les colonnes mobiles, qui continuèrent d’exister après l’élection des gardes nationales, constituèrent avec les troupes de ligne les principales forces répressives dans une région perpétuellement troublée, avant comme après fructidor. Les vols qui se multiplièrent dans les villes, ainsi que le brigandage sur les petites et les grandes routes des départements du Midi, comme dans d’autres départements, posaient des problèmes constants d’ordre public, problèmes parfois insurmontables pour les autorités. Presque partout les autorités constituées se plaignaient du manque de force de l’ordre, qu’elles soient des troupes, des gardes nationales ou des colonnes mobiles, insuffisance qui rendait difficile, voire impossible, l’application des lois de la République56.

  • 57 AN, F9 40 (BDR) : Bureau central Marseille au ministre de l’Intérieur, 18 brumaire an VI.
  • 58 SHAT, B13 72 : un ami sincère de la République au ministère de la Guerre, 14 brumaire an VI.
  • 59 AN, F1cIII Var 6 : compte décadaire, commissaire du pouvoir exécutif, 1 frimaire an VI ; BB18, 880 (...)
  • 60 ADV, 1M729 : Mémoire de ce qui s’est passé dans la commune de la Tour d’Aigues depuis le 18 fructi (...)
  • 61 AN, AFIII 579 (3955) : commissaire de pouvoir exécutif auprès du Bureau central au ministre de la (...)
  • 62 Sur le problème du brigandage dans la région, voir Maurice Agulhon, La vie sociale en Provence int (...)

20La composition sociale de ces colonnes mobiles était pourtant une source d’inquiétude pour certains observateurs57. À Marseille, un homme s’appelant « Ami sincère de la République » se plaignait auprès du ministère de la Guerre que la colonne de cette ville était composée en grande majorité d’hommes « sans aveu et sans mœurs ». Il déplorait de plus qu’ils avaient vu alors s’organiser une autre réaction des plus sanglantes : assassinats, bastonnades, contributions chez des particuliers en plein jour58. Certaines autorités civiles et militaires admettaient en effet que ces colonnes mobiles n’offraient aucune garantie pour l’ordre public : de nombreuses personnes étaient attaquées et volées par des colonnes mobiles dans le cadre de règlements de comptes59. Dans le Vaucluse, les colonnes s’en prenaient aux gros propriétaires qu’ils nommaient royalistes et chouans60. Comme le remarquait le commissaire du pouvoir exécutif du bureau central de Marseille dans sa lettre au ministère de la Police générale, « comme les colonnes sont composées d’hommes qui ont souffert pendant les deux réactions, la plupart se servent souvent de ce moyen pour vexer ceux qu’ils croient ne pas être de leur opinion et au lieu d’atteindre le but désiré cela ne sert qu’à augmenter la haine que beaucoup ont pour la Révolution61 ». Les autorités constituées et militaires devaient admettre que ces colonnes s’avéraient inefficaces dans la lutte contre le brigandage, mal endémique dans la région62.

  • 63 AN, F7 3659(4) : général Chabert au ministre de l’Intérieur, 17 ventôse an VI ; ibid., F7 7455 : a (...)
  • 64 AN, F1cIII BDR 7 : commissaire du pouvoir exécutif au ministre de l’Intérieur, 29 messidor an VI.
  • 65 AMM, 4D 36 : commissaire du pouvoir exécutif municipalité du Nord (Marseille) au commissaire auprè (...)
  • 66 ADBDR, L296 : ministre de la Police générale à l’administration centrale des Bouches-du-Rhône, 7 f (...)
  • 67 AN, F7 7534 : Nogues au ministre de la Police générale, 15 floréal an VII.

21En l’an VI et VII, les gardes nationaux ne furent pas d’une grande aide pour maintenir le calme et faire respecter les propriétés. Bien au contraire. Les plaintes sur la politisation des bataillons, leur inefficacité et leur insouciance redoublèrent63. Comme le remarquait le commissaire du pouvoir exécutif auprès de l’administration centrale des Bouches-du-Rhône en juillet 1798, « l’organisation de la garde nationale serait très dangereuse dans un pais [sic] déchiré par les factions64… ». De plus, la participation à la Garde nationale déclina. La Garde nationale des sections de l’arrondissement du nord de Marseille qui devait être organisée en floréal an VII manquait tellement d’hommes que ces derniers n’étaient pas en nombre suffisant pour remplir les places d’officiers et de sous-officiers65. Les sources témoignent de la politisation persistante des gardes nationaux, qui servent toujours comme instrument des factions. Lors des élections de l’an VII en différents endroits dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse, les gardes nationaux furent utilisés pour intimider leurs adversaires politiques au cours des élections de l’an VII. Le ministre de la Police affirmait que les gardes nationaux étaient presque inutiles et leurs chefs « choisis parmi les plus fougueux anarchistes66 ». Malgré leur besoin de troupes pour soutenir celles en exercice déjà surmenées, les commandants militaires des départements du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône proposèrent d’annuler les élections à la Garde nationale puisque ses membres étaient tous anarchistes, c’est-à-dire ceux dévoués à une politique partisane67.

  • 68 AN, F7 7768 : commissaire général de police au préfet des Bouches-du-Rhône, 27 fructidor an VIII.

22Dans le Midi provençal, la Garde nationale demeura, pendant tout le Directoire, et avant comme après, un instrument peu fiable dans le maintien de l’ordre public. La politisation de la vie locale du fait des luttes de factions, des animosités et du désir de vengeance, influença l’organisation de la Garde nationale, comme d’autres postes électifs. Comme l’expliquait un commissaire de police de Marseille au préfet des Bouches-du-Rhône à la fin de l’an VIII, « les renouvellements annuels suivant la teinte politique des diverses époques, n’ont fait que donner au parti dominant l’avantage de fournir des chefs à la Garde nationale ; par conséquent la Garde nationale n’a été le plus souvent que l’instrument du parti68 ». La réorganisation de la Garde nationale constitua ainsi une des préoccupations premières des autorités pendant le consulat, et se solda par des résultats mitigés une fois de plus.

  • 69 Voir parmi d’autres sources, aussi diverses qu’abondantes, aussi nationales que locales, AN, AFIII (...)
  • 70 Arrêté du Directoire exécutif contenant des mesures pour activer le service de la Garde nationale, (...)
  • 71 AN, F7 3694(2) : ministre de la Police générale au ministre de l’Intérieur, 6 ventôse an VIII.

23Pendant les années troublées du Directoire, l’absence d’une Garde nationale fiable et le manque déplorable de troupes constituèrent un obstacle majeur au maintien de l’ordre public, obstacle qui n’était pas propre au Sud-Est mais répandu en France. D’autres régions aussi connaissaient des problèmes similaires à ceux des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse et du Var. Des sources variées attestent que le service de la Garde nationale était mal fait, inefficace et politisé dans de nombreuses régions de la République et que la négligence, l’apathie, combinées avec l’esprit de parti compromettaient la capacité de réponse au problème pressant du crime et de la violence69. Les problèmes étaient les mêmes dans de nombreuses colonnes mobiles. L’application des lois était profondément empêchée, parfois paralysée, par des moyens d’application peu fiables, malgré les efforts locaux comme nationaux pour mettre en service la Garde nationale et la gendarmerie70. C’est pourquoi les autorités locales utilisèrent de plus en plus les troupes pour remplacer les bataillons de la Garde nationale. L’observation du ministre de la Police générale, parlant du sud-est peu après le coup d’État de brumaire an VIII, s’applique à bien d’autres régions de la République : « Les lois sont impuissantes dans ces contrées, si l’autorité civile n’y est pas fortement secondée par l’autorité militaire71… »

Notes

1 Le Midi provençal a été l’objet d’un nombre important d’études depuis le début du xixe siècle. Pour une sélection d’études récentes sur le Midi et la violence, voir Colin Lucas, « The Problem of the Midi in the French Revolution », Transactions of the Royal Historical Society, 28, 1978, p. 1-25 ; ibid., « Themes in Southern Violence after 9 Thermidor », G. Lewis et Colin Lucas, (éd.), Beyond the Terror : Essays in French Regional and Social History, 1794-1815, Cambridge, 1983, p. 152-194 ; Martine Lapied, Le comtat et la Révolution française. Naissance des options collectives, université de Provence, Aix, 1996 ; Stephen CLAY, « Le massacre du fort Saint-Jean, un épisode de la Terreur blanche à Marseille », Michel Vovelle (dir.), Le tournant de l’an III : réaction et terreur blanche dans la France révolutionnaire, Paris, Éditions du CTHS, 1997, p. 579-583 ; René Moulinas, Les massacres de la Glacière. Enquête sur un crime impuni, Avignon 16-17 octobre 1791, Aix-en-Provence, Edisud, 2003.

2 Journal de Perlet, n° 76, 23 nivôse an IV, p. 98.

3 Nous avons examiné le sujet des différentes réactions du Midi, « royalistes » autant que « jacobines », dans Stephen Clay, « Réaction dans le Midi : le vocable de la vengeance », Jacques Guilhaumou et Raymonde Monnier (dir.), Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), t. 6, Paris, Klincksieck, 1999, p. 157-186. Le problème de l’ordre public dans la région a été brièvement abordé par Jonathan Devlin, « The Directory and the Politics of Military Command : The army of the Interior in Southeast France », French History, vol. 4, juin 1990, p. 199-223 et Stephen Clay, « La question de l’ordre public et la politique de l’état de siège pendant le Directoire à Marseille », Philippe Bourdin et Bernard Gainot (dir.), La République directoriale, actes du colloque de Clermont-Ferrand, mai 1997, Société des études robespierristes, 1998, t. II, p. 861-883.

4 Pour une discussion de la législation portant sur la Garde nationale pendant la Révolution, voir Jacques Godechot, Les institutions de France sous la Révolution et L’Empire, 2e éd., Paris, PUF, 1968, p. 125-130, 136-138, 353 ; Prosper Poulet, Les institutions françaises de 1795 à 1814, Bruxelles, 1907, p. 280-286.

5 Pour une histoire du fameux bataillon marseillais, voir Joseph Pollio et Adrien Marcel, Le bataillon du 10 Août, Paris, 1881 ; et Georges Reynaud, Les Marseillais de la Marseillaise. Dictionnaire biographique du bataillon du 10 août, Paris, éditions Christian, 2001.

6 La tendance politique des gardes nationaux a été établie grâce à une étude prosopographique comparée des procès verbaux des élections à l’état-major de la Garde nationale et des listes de membres de sociétés populaires des principales communes de la région. Nous avons consulté en plus, André Segond, Les foules révolutionnaires et les émotions populaires à Avignon de mars 1789 à Octobre 1791, DES, université d’Aix-en-Provence, 1969, dact. ; Malcolm Crook, Toulon in war and revolution from the ancien regime to the Restoration, 1750-1820, Manchester, 1991, p. 106 ; Cyril Belmonte, Les luttes politiques à Aubagne sous la Révolution française, 1789-1799, mémoire de maîtrise, université d’Aix-en-Provence, 1999, 91 p., dact. ; Rodolphe Pourrade, La Garde nationale des Bouches-du-Rhône, 1789-1815. Incarner l’autorité : Droit du citoyen, devoir de soldat, mémoire de maîtrise, université d’Aix-en-Provence, 2001, dact.

7 Jonathan Skinner, Republicanism and royalism : the conflicting traditions of peasant politics in the departement of the Vaucluse, 1789-1851, Ph. D dissertation, University of Manchester, 1988, p. 190.

8 La Constitution de l’an III, titre IX, articles 274-284.

9 Lettre du ministère de l’Intérieur aux administrateurs des départements de la République, 22 brumaire an IV, dans Moniteur (réimpression), n° 66, 6 frimaire an IV, p. 524-525.

10 Archives nationales (AN), 93 : rapport présenté au Directoire exécutif par le ministère de l’Intérieur sur la Garde nationale sédentaire, 20 pluviôse IV ; pour un échantillon des réponses des départements aux circulaires, voir en particulier, F7 7102, 7105, 7109, 7113, 7127, 7128.

11 Fréron fut envoyé en mission dans le département des Bouches-du-Rhône par décret de la Convention nationale le 18 vendémiaire an IV (10 octobre 1795) et deux jours plus tard, sa mission fut étendue au Gard, au Vaucluse, au Var, et aux Hautes et Basses-Alpes. Voir Alphonse Aulard, Recueil des Actes du Comité de salut public, avec la correspondance officielle des représentants en mission et le registre du Conseil exécutif provisoire, 28 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1889-1999, 28, p. 325, 389-390. Pour les instructions du comité général sur sa mission, voir ibid., p. 357.

12 Pour une étude de la première mission de Fréron en 1793, voir A. Dufraisse, La première mission de Fréron à Marseille, DES, université d’Aix-en-Provence, 1967 ; et Michel Vovelle, « Représentants en mission et mouvement populaire en Provence sous la Révolution française : Du nouveau sur Fréron ? », Provence historique, 23, 1973, p. 463-483. La seconde mission de Fréron est évoquée Paul Gaffarel, « Second proconsulat de Fréron à Marseille (31 octobre 1795-22 mars 1796) », La Révolution française, t. 69, 1916, p. 148-160, p. 313-336 et dans S. Clay, « Réaction dans le Midi : le vocable de la vengeance », Jacques Guilhaumou et Raymonde Monnier (dir.), Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), t. 6, Paris, Klincksieck, 1999, p. 157-186.

13 Archives municipales de Marseille (AMM), 13D, art. 22 : arrêté de Fréron, 24 brumaire an IV.

14 AMM, 13D 22 : proclamation de Fréron aux Marseillais, 24 brumaire an IV.

15 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ADBDR), L. 85 : délibération de l’administration centrale des BDR, 25 brumaire an IV ; ibid., L. 132 : administration centrale au Directoire exécutif., 27 brumaire an IV.

16 Moniteur, réimpression, n° 52, 22 brumaire an IV, p. 412-415 ; Journal de Marseille (sous l’abréviation JM par la suite), n° 48, 26 brumaire an IV, p. 434 ; Journal des Patriotes de 89, n° 87, 22 brumaire an IV, p. 357 ; La Sentinelle, n° 159, 9 frimaire an IV, p. 639 ; Le Messager du Soir, n° 41, 9 frimaire an IV, 1-2 ; Courrier Républicain, n° 763, 21 frimaire IV, p. 510-512.

17 AN, F7 4628 : Fonveille ainé à Cadroy, 28 brumaire an IV ; ibid., Beaugeard à Cadroy, 29 brumaire an IV ; Le Messager du Soir, n° 68, 6 nivôse an IV, p. 1-2.

18 AFIII 32 : rapport au Directoire exécutif sur les opérations du commissaire du gouvernement dans le département des Bouches-du-Rhône, 12 frimaire an IV.

19 AN, AFIII* 158 : arrêté du Directoire exécutif, 12 frimaire an IV.

20 ADBDR, L. 142 : arrêté de Fréron, 13 frimaire an IV.

21 AN, F7 7093 : Lily (Carpentras) à Fréron, 4 nivôse an IV ; ibid., commissaire du Directoire exécutif de Valreas au Directoire exécutif, 11 nivôse an IV.

22 L’Observateur du Midi, n° 3, 11 germinal an IV, p. 11.

23 AMM, 2H art 6 : Tableau des gardes nationales, 2 germinal an IV.

24 Le Messager du Soir, n° 198, 15 floréal an IV, 2 ; AN, F7 7092 : municipalité d’Arles au ministère de l’Intérieur, 9 nivôse an IV ; Bibliothèque municipale d’Arles (BMA), M637 : Pierre Véran, « Journal historique de la ville d’Arles » (10 floréal an IV) ; F7 7172 : administration centrale du Vaucluse au ministère de l’Intérieur, 27 thermidor an IV.

25 Archives historiques de l’armée de terre (SHAT), B13 45 : Puget au ministère de la Guerre, 18 floréal an IV.

26 Voir parmi les nombreux documents attestant de la négligence et de l’inefficacité de la Garde nationale dans la région à cette époque : Archives départementales du Vaucluse (ADV), 1L 178* : commissaire du pouvoir exécutif, près de l’administration centrale du Vaucluse au ministère de la Police générale, 8 floréal an IV ; Archives départementales du Var (AD Var), 1L 263 : ministère de la Police générale au commissaire du pouvoir exécutif du département du Var, 29 prairial an IV ; AMM, 13D, art. 23 : proclamation Leclerc, 11 nivôse an IV ; ibid., 2H, art. 6 : rapport du capitaine Garde nationale, 7 nivôse an IV.

27 SHAT, K1 57 : Leclerc à Essautier, 28 frimaire an IV.

28 Arrêté du Directoire exécutif portant l’établissement de colonnes mobiles dans la Garde nationale, 17 floréal an IV.

29 ADV, 1L 101 : arrêté administration centrale du Vaucluse, 9 messidor an IV ; ADBDR, L. 85 : délibération de l’administration centrale, 21 prairial an IV.

30 AN, BB18 179 : directeur du jury d’accusation d’Aix aux députés des Bouches-du-Rhône, 4 messidor IV.

31 ADV, 1L 178* : commissaire du pouvoir exécutif du Vaucluse au ministère de la Police générale, 26 prairial IV.

32 AN, F7 7186 : commissaire du pouvoir exécutif du département du Vaucluse au ministère de la Police générale, 29 messidor an IV.

33 ADV, 1L 162* : administration centrale du Vaucluse à Puget Barbantane, 17 germinal an IV ; SHAT, B13 45 : Puget au ministère de la Guerre, 18 floréal an IV.

34 ADBDR, L. 85 : arrêté département Bouches-du-Rhône, 7 thermidor an IV ; ACM, 2H, art. 7 : Liegard au Bureau central, 3 vendémiaire an V.

35 SHAT, B13 50 : Tisson au ministre de la Guerre, 22 vendémiaire an V.

36 AN, F7 7186 : administration centrale du Vaucluse au ministère de la Police générale, 24 vendémiaire an V.

37 Pour une analyse des différents aspects des réactions à la présence de Willot dans le Midi, voir Jonathan Devlin, « A problem of royalism : General Amédée Willot and the French Directory », Renaissance and Modern Studies, 33, 1990, p. 125-43 ; Stephen Clay, « La question de l’ordre public et la politique de l’état de siège pendant le Directoire à Marseille », Philippe Bourdin et Bernard Gainot (dir.), La République directoriale, actes du colloque de Clermont-Ferrand, mai 1997, Société des études robespierristes, 1998, t. II, p. 861-883 ; Stephen Clay, « La guerre des plumes : la presse provinciale et la politique de faction sous le Premier Directoire à Marseille, 1796-1797 », Annales historiques de la Révolution française, 308, 1997, p. 221-248.

38 ACM, 13D, art. 24 : proclamation du général Willot, 29 fructidor an IV.

39 ACM, 13D, 24 : ordre de Willot, 19 fructidor an IV.

40 ACM, 1D19 Délib. Mun centre, 21 fructidor an IV.

41 Stephen Clay, « La guerre des plumes : la presse provinciale et la politique de faction sous le Premier Directoire à Marseille, 1796-1797 », Annales historiques de la Révolution française, 308, 1997, p. 221-248.

42 AN, APP 220, vol. 1 : Willot au département des Bouches-du-Rhône, 6 vendémiaire an V.

43 AN, APP 220, vol. 2 : Willot au général Bonaparte, 12 vendémiaire an V.

44 AN, AFIII 403 (2191) : Directoire exécutif à Willot, 4 j.c. IV.

45 AN, APP 220, vol. 3 : Willot au ministre de la Police générale, 24 frimaire an V.

46 SHAT, B13 55 : procès-verbal de la Fête du 2 pluviôse, 2 nivose an V.

47 SHAT, B13 53 : Commissaire du pouvoir exécutif près du département du Vaucluse au ministre de la Guerre, 10 nivôse an V.

48 Stephen Clay, « La question de l’ordre public et la politique de l’état de siège pendant le Directoire à Marseille », Philippe Bourdin et Bernard Gainot (dir.), La République directoriale, actes du colloque de Clermont-Ferrand, mai 1997, Société des études robespierristes, 1998, t. II, p. 861-883.

49 ADBDR, 14J, art. 117 : administration centrale du Bouches-du-Rhône aux citoyens, 13 fructidor V.

50 JM, n° 106, 16 floréal an V, p. 971-972.

51 Journal des Hommes libres, n° 120, 30 fructidor an V, p. 506 ; L’Ami des Lois, 3 vendémiaire an VI, 1-2.

52 Voir parmi d’autres exemples, AN, BB18 182 : juge de paix Lambesc au Directoire exécutif, ministère de la Police générale, ministère de la Justice, 6 vendémiaire an VI.

53 AN, F9 455 : arrêté de l’administration centrale des Bouches-du-Rhône, 25 brumaire an VI ; voir aussi « Circulaire de ministère de la Police générale aux administrations des départements compris dans l’article 1 de la loi du 19 fructidor an V et 28 vendémiaire » dans Le Rédacteur, n° 679, 4 brumaire VI, p. 2.

54 Bibliothèque municipale d’Arles, M637 : Pierre Véran, « Journal historique de la ville d’Arles », 10 frimaire an VI ; AMM, 2H31 : élection des officiers, sous officiers et caporaux de la Garde nationale an VI ; ibid., 2H, art. 8 : officiers, sous-officiers et volontaires composant la garde nationale sédentaire de Marseille au général Pille, 4 pluviôse an VI.

55 AN, F7 7301 : commissaire de pouvoir exécutif auprès du Bureau central de Marseille, 5 vendémiaire an VI ; ibid., F9 40 (Bouches-du-Rhône) : Bureau central au ministère de l’Intérieur, 12 brumaire an VI ; SHAT, B13 71 : général Bon au général Pille, 29 vendémiaire an VI ; ibid., Pille au ministre de la Guerre, 30 vendémiaire an VI.

56 AN, F1cIII Var 6 : compte décadaire, commissaire du pouvoir exécutif, 1 frimaire an VI ; ADV 1L 225 : municipalité du canton de Mondragon à l’administration centrale du Vaucluse, 2 nivôse an VI ; SHAT, B13 : administration centrale du département des Bouches-du-Rhône au ministre de la Guerre, 19 nivôse an VI.

57 AN, F9 40 (BDR) : Bureau central Marseille au ministre de l’Intérieur, 18 brumaire an VI.

58 SHAT, B13 72 : un ami sincère de la République au ministère de la Guerre, 14 brumaire an VI.

59 AN, F1cIII Var 6 : compte décadaire, commissaire du pouvoir exécutif, 1 frimaire an VI ; BB18, 880 (Var) : commissaire du pouvoir exécutif auprès du tribunal civil et criminel du Var, 28 frimaire an VI ; BB18, 182 (BDR) : directeur du jury d’arrondissement d’Aix au ministère de la Justice, 12 pluviôse an VI ; AFIII 46 : rapport au Directoire exécutif, 22 frimaire an VI.

60 ADV, 1M729 : Mémoire de ce qui s’est passé dans la commune de la Tour d’Aigues depuis le 18 fructidor jusqu’au 19 brumaire VIII.

61 AN, AFIII 579 (3955) : commissaire de pouvoir exécutif auprès du Bureau central au ministre de la Police générale, 1 pluviôse an VII.

62 Sur le problème du brigandage dans la région, voir Maurice Agulhon, La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, Paris, 1970, p. 369-404 et Stephen Clay, « Le brigandage en Provence sous le Directoire et Consulat, 1795-1802 », Jean-Pierre Jessenne et al. (dir.), Du Directoire au Consulat 3 : Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’état-nation, Villeneuve-d’Ascq, université Lille II, 2001, p. 67-89.

63 AN, F7 3659(4) : général Chabert au ministre de l’Intérieur, 17 ventôse an VI ; ibid., F7 7455 : administration centrale du Vaucluse au ministre de la Police générale, 19 messidor an VI.

64 AN, F1cIII BDR 7 : commissaire du pouvoir exécutif au ministre de l’Intérieur, 29 messidor an VI.

65 AMM, 4D 36 : commissaire du pouvoir exécutif municipalité du Nord (Marseille) au commissaire auprès de l’administration centrale du département des Bouches-du-Rhône, 1 floréal an VII.

66 ADBDR, L296 : ministre de la Police générale à l’administration centrale des Bouches-du-Rhône, 7 floréal an VII.

67 AN, F7 7534 : Nogues au ministre de la Police générale, 15 floréal an VII.

68 AN, F7 7768 : commissaire général de police au préfet des Bouches-du-Rhône, 27 fructidor an VIII.

69 Voir parmi d’autres sources, aussi diverses qu’abondantes, aussi nationales que locales, AN, AFIII 94 : rapport présenté au Directoire, nivôse-ventôse an IV ; séries départementales F9 départements. Basses-Pyrénées (626) ; Drôme (491) ; Gard (511) ; Loire (552) ; Loire-Inférieure (324) ; Lozère (567), Nord (604), Seine-Inférieure (690) ; AD Drôme, L. 49 : délibération de l’administration centrale de la Drôme, 7 messidor an V ; AC Bordeaux, D167 : Bureau central de Bordeaux au ministre de la Police générale, 1 thermidor an V ; Bulletin de la police générale de la République pour le mois de vendémiaire an VIII, dans A. Aulard, L’État de la France en l’an VIII et en l’an IX, Paris, 1897.

70 Arrêté du Directoire exécutif contenant des mesures pour activer le service de la Garde nationale, 20 nivôse VI ; Bernard Gainot, « La Gendarmerie dans la Recomposition Sociale Post-Révolutionnaire. La Loi organique de 1798 ».

71 AN, F7 3694(2) : ministre de la Police générale au ministre de l’Intérieur, 6 ventôse an VIII.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search