Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Troisième partie. Les Gardes en Révolution

De la milice à la Garde nationale en Lorraine, 1750-1792

Jean-Paul Rothiot

Texte intégral

  • 1 Lieutenant Bernardin, « Miliciens de Lorraine », Revue du cercle militaire, n° 34, 24 août 1907, p (...)

1Lors d’un précédent colloque sur les levées de volontaires associées à la naissance du patriotisme en Lorraine, m’avait été posée la question des antécédents patriotiques de cette région et des milices de la fin de l’Ancien Régime : leur existence, leur recrutement régulier, leur fonctionnement n’étaient-ils pas un élément expliquant la relative facilité des levées de volontaires de 1791 et 1792 ? Le lieutenant Bernardin écrivait en 1907 : « les Lorrains habitués à servir volontairement la France sur tous les champs de bataille allaient devenir véritablement des soldats français, levés selon les ordonnances françaises1 ». L’habitude de ces levées et la participation à ces milices préparent-elles les levées de volontaires et peut-on rapprocher milices et gardes nationales ?

  • 2 Georges Carrot, Une institution de la nation : La Garde nationale, 1789-1871, thèse pour le doctor (...)

2Milices et gardes nationales servent de réserves pour l’armée : dès 1740, le roi de France, par l’intermédiaire de Stanislas en Lorraine, avait intégré les miliciens dans des régiments royaux ; en 1791, 1792 et 1793, les gardes nationales ont été utilisées pour compléter l’armée en formant des bataillons de volontaires. Ce processus se continue sous d’autres formes sous le Directoire et l’Empire. Ce passage d’une sorte de réserve vers l’armée, a fait dire à Georges Carrot que la « garde nationale avait parcouru de juillet 1789 à juillet 1791 une véritable révolution de type copernicien2 » puisqu’on revenait au rôle habituel de la milice. Cette affirmation correspond-elle à la réalité ?

3D’autre part, quelques textes de 1791-1792 rapprochent explicitement milices et gardes nationales, en ce qui concerne les modalités de recrutements. Les gardes nationales peuvent-elles alors être considérées comme des continuations des milices ? Mais milices et gardes sont très différentes l’une de l’autre, tant par leur origine, leur organisation ou leur fonction. Les ressemblances ne sont-elles donc que superficielles ?

  • 3 Pierre Boyé, La milice en Lorraine au xviiie siècle, Nancy, Berger-Levrault, 1904, 112 p.

4La thèse de Georges Carrot, qui contient les textes législatifs et les débats des assemblées, a donné un cadre général et l’ouvrage de Pierre Boyé, qui analyse la constitution et l’évolution de la milice en Lorraine3, a permis la comparaison entre milices et gardes nationales. Ce travail a été mené à partir de sources d’archives des départements des Vosges et de la Meurthe. Cependant ces sources sont très inégales : l’on trouve facilement dans les dépôts lorrains les imprimés royaux créant les milices et organisant les levées, les rôles des garçons et hommes veufs sont assez abondants dans quelques régions et pour certaines années, mais ils peuvent être complètement absents ailleurs et à d’autres moments. Les archives départementales abondent en listes de gardes nationales constituées en 1790, 1791 et 1792, mais il est presque impossible d’établir des séries complètes et ces données sont très inégales entre les districts. Les archives des Vosges n’ont qu’une liasse d’une centaine de pièces peu classées ; les archives de Meurthe et Moselle ont, au contraire, un dossier plus ou moins important par district, ce qui a permis d’étudier les districts de Vézelise, Blâmont et Sarrebourg qui est en grande partie dans la Lorraine allemande. Une partie seulement de ces dossiers a été traitée. Quelques rapports et extraits municipaux se trouvent parmi les archives communales en série 3 H 1. Une dizaine de villages et villes vosgiens ont été étudiés.

Les milices en Lorraine

Création et évolution des milices lorraines de 1741 à 1763

  • 4 ADV, 1C66, ordonnance du 20 octobre 1741.

5Les trois premiers régiments de milice sont créés en Lorraine le 20 octobre 1741 par Stanislas pour « assurer la tranquillité de ses peuples, voulant pourvoir de la façon la moins onéreuse, par l’établissement fixe d’un corps de troupes qui puisse dans les cas de besoin servir à la défense de sesdits états, sans que les sujets qui devront le composer soient détournés des travaux de la campagne4 », mais derrière ces justifications rassurantes, il s’agit pour le roi de France de lever des hommes dans le contexte de la guerre de Succession d’Autriche.

  • 5 Lieutenant Bernardin, « Miliciens de Lorraine », op. cit., p. 187.

6Six bataillons de milice de 600 hommes chacun sont levés, chaque bataillon étant composé de 12 compagnies de 50 hommes dirigées par un capitaine ou un lieutenant, deux sergents, trois caporaux, trois anspessades. Ces bataillons portent le nom des villes de Nancy, Sarreguemines, Bar, Épinal, Étain et Neufchâteau. Ils forment trois régiments du nom Croix (devenu Montureux en 1744), Marainville (Ligniville, puis Thianges puis Mirecourt), et Polignac5. En 1743, trois nouveaux bataillons sont créés, du nom de Saint-Mihiel, Mirecourt et Dieuze. Les hommes sont recrutés dans le duché de Lorraine et Barrois, sur toutes les villes et communautés, exceptées Lunéville, Nancy et Bar. Des garçons et des hommes veufs sans enfants de 18 à 40 ans, de plus de 5 pieds de hauteurs sont tirés au sort et font un service de six ans.

  • 6 Guy Cabourdin, Encyclopédie illustrée de la Lorraine, p. 173.
  • 7 ADV, 1C66, ordonnances du 20 février 1744 et du 27 décembre 1745.
  • 8 F.-J. Nicolas, « Journal de ce qui s’est passé à Nancy… », cité par Guy Cabourdin, Encyclopédie il (...)

7Cette création s’accompagne de celle, pour l’armée française, des régiments d’infanterie du « Royal-Lorraine », en 1744, et du « Royal-Barrois », en 1745, composés de bataillons dont les hommes sont puisés dans les milices provinciales parmi les miliciens les mieux entraînés6. Pour compenser ces créations et augmenter les effectifs des bataillons de milice qui passent chacun à 650 hommes, Stanislas ordonne, le 20 février 1744, la levée de 1 950 hommes et le 27 décembre 1745, celle de 1 100 hommes7. Ces levées se font aussi dans les villes qui en étaient jusque-là exemptées et la levée de 1744 provoque de nombreux refus à Nancy, engagements dans la gendarmerie, fuites au Luxembourg et mariages en hâte pour éviter la milice8.

  • 9 Pierre Boyé, op. cit., p. 87-90.

8Sitôt formés, ces régiments de milices et les deux régiments royaux sont engagés dans la guerre de Succession d’Autriche (1741-1748) : les milices sont employées à la garde des frontières du Nord alors que les régiments d’infanterie sont utilisés dans les opérations militaires9.

Lieu des combats pour les milices lorraines.

  • 10 ADV, 1C66, ordonnance du 6 février 1751.

9La paix revenue, les effectifs des milices diminuent : l’ordonnance du 31 janvier 1750 réduit à six le nombre des bataillons qui n’ont plus chacun que 500 hommes. Les régiments sont supprimés et le service n’est plus permanent, les miliciens restent dans leur village mais ils doivent demander l’autorisation s’ils veulent s’absenter et ils doivent être prêts à partir « à toute réquisition ». Le service est réduit à quelques assemblées d’une durée de huit jours, en mai de chaque année à Nancy, pour instruire les miliciens. « Le premier jour de l’arrivée des miliciens et des officiers […] il sera procédé à la formation des compagnies de chaque bataillon et délivré à chaque milicien les effets d’habillement, d’équipement et d’armement qui sont en dépôt dans les magasins, où ils seront remis au jour de la séparation des bataillons, pour y être conservés, ainsi que les drapeaux jusqu’à l’assemblée suivante10. » De ces bataillons sont détachés les meilleurs miliciens pour constituer la compagnie de grenadiers ; ceux-ci sont exercés chaque année pendant un mois, dans la ville de Nancy.

Effectifs des milices et recrues provinciales.

  • 11 Pierre Boyé, op. cit., p. 32-34.
  • 12 ADV, 1C66, instruction pour les préposés au travail des recrues, 15 octobre 1759 et ordonnance pou (...)
  • 13 Voir les articles de Pierre Heili, « Les charges militaires à Remiremont au xviiie siècle », Romar (...)

10La guerre de Sept Ans (1756-1763) réanime les milices et leurs bataillons sont intégrés dans deux régiments de troupes réglées (Royal-Lorraine et Royal-Barrois). Ces régiments sont envoyés dès leur formation en Allemagne, mais le système de la milice est si impopulaire que les régiments et bataillons de milices sont « réformés » en 1761 et 176211… et que l’on crée des « recrues provinciales » « pour compenser les pertes de la campagne dernière12 », non par tirage au sort mais par recrutement volontaire. De 1759 à 1762, plus de 1 400 hommes partent vers l’armée. Le 1er février 1763, le roi de France décide la levée de 31 régiments dont deux en Lorraine, composés chacun de 8 compagnies ; une ultime pression avant le traité de Paris (10 février 1793) et une réorganisation des troupes après la défaite. Cependant ce système de recrutement « volontaire » fonctionne très mal, comme l’a montré Pierre Heili dans la région de Remiremont13.

  • 14 Pierre Boyé, op. cit., p. 94-98.

11Les prélèvements pour la milice ont été très lourds pendant les périodes de guerre et le chroniqueur Durival écrit qu’ » aucune province du royaume n’en avait tant fourni ». Pierre Boyé estime que 12 300 hommes furent levés pendant la guerre de Succession d’Autriche et il note que de nombreux rapports des subdélégués signalent la difficulté à trouver des miliciens et que « la race s’épuise14 ».

La levée des miliciens après les guerres

  • 15 ADV, 1C66, ordonnance du roi du 27 novembre 1765.
  • 16 ADV, 1C66, ordonnance du roi du 1er février 1768.
  • 17 Pierre Boyé, op. cit., p. 98.
  • 18 Ordonnance du roi du 1er décembre 1774.
  • 19 Voir Pierre Boyé, op. cit., p. 100-101.

12Juste avant la mort de Stanislas, et l’intégration officielle de la Lorraine dans le royaume, la milice est rétablie : elle comprend quatre bataillons de 510 hommes chacun qui sont levés par tirage au sort. Cette ordonnance du 27 novembre 1765 multiplie les cas d’exemption : fils de laboureurs, domestiques de ferme, d’ecclésiastiques, d’officiers, marchands et artisans riches, imprimeurs, horlogers, maître d’écoles15. Après l’annexion de la Lorraine à la France, une autre ordonnance de Louis XV du 1er février 1768 modifie quelque peu les cas d’exemption16. En 1771, le nom détesté de milice est supprimé, le milicien devient « soldat provincial » et les quatre bataillons sont regroupés en deux « régiments provinciaux17 ». L’ordonnance du 1er décembre 1774 organise la levée annuelle d’un sixième des hommes nécessaires pour compléter les bataillons provinciaux composés de 710 hommes chacun18. Cette organisation, avec quelques modifications19, se prolonge jusqu’en 1788 et renaîtra lors des réquisitions d’hommes à partir de 1792.

  • 20 ADV, 1C66, ordonnances de l’intendant de Lorraine, Moulins de la Porte, 1784, 1785, 1787, 1788.

13Chaque année à la fin de l’hiver, les garçons (célibataires) et les hommes veufs de 18 à 40 ans, de cinq pieds au moins de taille, sont convoqués, par cantons, au chef lieu de leur subdélégation, accompagnés par le syndic de leur communauté, pour le tirage au sort des miliciens. Préalablement, chaque communauté villageoise et chaque ville dresse la liste des garçons et des hommes veufs en mentionnant leur âge, leur métier et les raisons d’une demande d’exemption20.

  • 21 Pour répartir entre les villages et les villes les miliciens à lever, La Galaizière a créé en 1766 (...)
  • 22 ADV, 1C68, procès-verbaux de tirage de la milice.
  • 23 ADV, 1C68, rôle des garçons et hommes veufs des cantons de Taintrux et de Laveline en 1775, et Moy (...)

14Les jeunes de chaque canton21, entre 150 et 200 jeunes, sont d’abord appelés et le procès-verbal dresse la liste des absents, quelques unités, qui sont réputés fuyards et menacés d’être incorporés d’office dans la milice. Mais apparemment aucun d’entre eux ne l’est. Le subdélégué élimine d’abord les infirmes et les « trop courts » : entre un cinquième et un tiers des jeunes gens22. Le subdélégué examine les demandes d’exemption, selon l’ordonnance du 1er février 1768. Dans trois « cantons » étudiés pour les années 1775 et 178123, les fils de laboureurs sont massivement exemptés, soit parce que leur père est âgé de plus de 65 ans (26 cas), soit parce qu’ils exploitent une charrue de terre (6 cas), les manœuvres et domestiques sont exemptés s’ils travaillent pour un laboureur (12 cas) ; un voiturier est dans cette même situation ; sont aussi exemptés un postillon et deux tailleurs de pierre, deux serviteurs de l’abbaye de Moyenmoutier, deux garçons trop jeunes (17 ans), un marié, le frère d’un engagé dans la milice et un déjà dans la marine, deux natifs de la principauté de Salm voisine. Ces exemples corroborent les accusations portées contre la milice qui engageait les pauvres et écartait du tirage au sort les paysans riches et les serviteurs des privilégiés. Au total, comme le montre le tableau ci-dessous c’est environ un tiers des jeunes qui sont écartés du tirage (à Moyenmoutier, la fréquence des rejetés a tendance à diminuer entre 1777 et 1787). Ces infirmes, « trop courts » et exemptés, sont « rejetés » de l’assemblée et quittent alors les lieux.

Procès-verbaux de tirage de la milice.

  • 24 On appelle « billets noirs » ceux sur lesquels est écrit « milicien ».
  • 25 ADV, 1C68, procès-verbal de tirage de la milice à Laveline en 1767.
  • 26 ADV, 1C68, procès-verbal de tirage de la milice dans la subdivision de Saint-Dié.

15L’on recompte alors ceux qui restent, des billets en nombre égal sont préparés et on écrit sur quelques billets le nom « milicien », « ensuite sont roulés d’une manière uniforme tous lesdits billets blancs et noirs24, ils ont été comptés de nouveau, mis et mêlés sous nos yeux dans un chapeau qui a été présenté à hauteur de la tête des miliciables, lesquels ayant tiré chacun un billet ouvert successivement depuis le premier jusqu’au dernier25 ». Les listes des miliciens tirés au sort montrent que les laboureurs n’échappent pas tous à la milice : sur 33 miliciens tirés au sort entre 1775 et 1787 dans les cantons ci-dessus, on compte 11 laboureurs, 3 manœuvres et 3 domestiques, 12 artisans (5 tiserands, 2 cordonniers, un charpentier, bonnetier, faiseur de bas, tailleur d’habits) et malgré l’exemption qui les protège souvent, un maréchal-ferrant, un maître d’école et un marchand. Seuls deux d’entre eux, un laboureur et le charpentier se font remplacer par des étrangers à la région26. Le niveau d’instruction de ces miliciens est tout à fait correct, je n’ai relevé que trois croix signalant l’analphabétisme, sept ont une écriture pas très sûre et dix-sept semblent écrire couramment.

16Le nombre de jeunes engagés dans la milice ne semble pas très important et des données de la subdélégation de Saint-Dié permettent de voir que les effectifs sont assez réduits en période de paix :

Effectifs des miliciens de la subdélégation de Saint-Dié.

  • 27 Pierre Boyé, op. cit., p. 108.

17Ces exemples vosgiens reflètent-ils la réalité lorraine ? Pierre Boyé signale des cas de difficultés lors des tirages : en 1775, un « tumulte » accompagné de « violences et de propos séditieux » oblige le subdélégué de Bar-le-Duc à interrompre les opérations à Ancerville ; en 1785 dans le canton de Vaubécourt (subdélégation de Bar-le-Duc), sur 91 miliciables, 42 se gardent bien de paraître au tirage27.

  • 28 E. Martin, Les cahiers de doléances du bailliage de Mirecourt, p. 124, 127 et 149.

18L’impopularité des milices ne fait pas de doute, mais les cahiers de doléances du bailliage de Mirecourt ne contiennent que trois allusions : les cahiers d’Hymont et de Mattaincourt dénoncent le tirage au sort de la milice « sorte d’impôt cruel qui coûte beaucoup à la communauté », celui d’Haréville dénonce la milice et les exemptions28.

  • 29 Pierre Boyé, op. cit., p. 109.

19Les milices provinciales sont supprimées le 4 mars 179129 alors que les gardes nationales existent depuis plus d’un an et que les levées de volontaires vont être organisées. Alors peut-on parler de filiation entre les milices détestées et les gardes nationales, émanation de la nation en armes ? Tout semble les opposer, pourtant Pierre Boyé écrit, en terminant son ouvrage :

  • 30 Pierre Boyé, op. cit., p. 109.

« Et voici que tel de ces fils d’artisans ou d’humbles campagnards, qui, entré à regret dans la milice, serait, après six ans, revenu simple soldat dans son village, communiquant à ses camarades le dégoût d’une arme pour laquelle les officiers eux-mêmes ne dissimulaient pas leur mépris, atteindra brillamment aux plus hauts grades et inscrira son nom dans l’épopée française30. »

Les gardes nationales : le peuple en armes ?

20Les intervenants de ce colloque de Rennes ont montré que les gardes nationales n’étaient pas dans la continuité des milices bourgeoises de l’Ancien Régime, mais ressemblent-elles aux milices, peuvent-elles être considérées comme leur prolongement dans les campagnes lorraines ou sont-elles en rupture totale ? Examinons, avec le cas lorrain, à quel rythme ces gardes se mettent en place et quelle est l’importance des impulsions nationales. On peut distinguer successivement une création spontanée au cours de l’été 1789, puis un grand mouvement de création au cours de l’été 1790, enfin une organisation systématique et assez uniforme au premier semestre de 1792, conséquence de la loi du 14 octobre 1791.

La constitution spontanée des gardes nationales urbaines

21En Lorraine, des gardes nationales se mettent en place assez rapidement dans les villes du département, sur le modèle parisien.

  • 31 Charles Guyot, Mirecourt pendant la révolution, Nancy, Mémoire de la Société archéologique lorrain (...)
  • 32 Archives communales de Mirecourt, BB29, registre des délibérations municipales.
  • 33 Jean-Paul et Pierre Rothiot, Vie journalière et Révolution dans la Plaine des Vosges, 1788-1791, C (...)

22À Mirecourt, dès juillet 1789, deux cents hommes sont répartis en quatre compagnies, sous le commandement de M. de Guilhermy, ancien capitaine au régiment de Champagne. Le 21 août un règlement provisoire pour « le corps des volontaires de la garde citoyenne » est établi par le Comité révolutionnaire de la ville, il fixe les services de garde et de patrouille, la forme des rassemblements, les revues sur la place de Poussay. Les officiers sont nommés par le nouveau comité municipal. En septembre, la « garde citoyenne » est revêtue de l’uniforme des gardes nationaux : « uniforme bleu de roi, revers blanc, parements et collets rouges31 », le 5 octobre des « dépenses assez considérables » sont acceptées pour son équipement32 et le 11 octobre, on procède à la bénédiction des drapeaux33.

  • 34 ADV, L 539, état des gardes nationales du district de Neufchâteau, août 1790 ?
  • 35 ADV, Edpt162/CC281, mention de bois fournis au corps à partir du 7 août, récapitulation du 6 décem (...)
  • 36 ADV, Edpt162/CC281, facture établie le 1er octobre 1789.
  • 37 ADV, Edpt162/BB40, délibération de la municipalité d’Ancien Régime, 2 octobre 1789.

23À Toul et à Nancy, des gardes se constituent le 24 juillet, à Lunéville et à Neufchâteau le 28 juillet 178934. Une garde nationale est constituée à Épinal fin juillet-début août 1789. Les comptes de la ville signalent un « corps de garde nationale » à partir du 7 août35. Appelée aussi « milice bourgeoise », elle est équipée de 100 piques ou « hallebardes », ornées de « houpes », elle est aussi dotée d’un drapeau et d’un « cachet aux armes de la garde citoyenne36 ». Elle assure « le bon ordre et la tranquillité de la ville37 » et se place en faction sur le pont de la Moselle.

24Dans ce qui sera bientôt le département de la Meuse, les révoltes populaires à Bar-le-Duc, à Ligny-en-Barrois et à Revigny poussent les notables à établir très tôt des troupes armées, des « milices citoyennes » qui répriment l’insurrection de Bar le 27 juillet.

  • 38 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, maîtrise en cours, université Nancy 2. AMV, H (...)

25Une garde nationale est créée dans le village de Ventron, dans la montagne vosgienne, le 31 juillet par l’assemblée municipale, « pour arrêter les troubles et scandales continuels qui s’y commettent38 ». Ces gardes sont donc créées pour jouer un rôle de maintien de l’ordre dans une région pourtant peu touchée par la Grande Peur.

  • 39 Georges Carrot, op. cit., p. 14.

26Postérieur à ces créations, le décret de l’Assemblée nationale du 10 août 1789, ordonne la mise en place de « milices nationales » dans chaque municipalité pour dissiper les « attroupements séditieux […] veiller particulièrement sur la conduite des hommes sans aveu, sans métier ni profession ». Les miliciens doivent prêter serment de « bien et fidèlement servir pour le maintien de la paix, pour la défense des citoyens et contre les perturbateurs de l’ordre public39 ».

  • 40 Jean-Pierre Harbulot et Jean-Paul Streiff, La Meuse pendant la Révolution, p. 48-50.
  • 41 ADV, Edpt 80 D1, délibérations du comité révolutionnaire de Bruyères.
  • 42 ADV, L 539, état des gardes nationales du district de Neufchâteau, août 1790 ?
  • 43 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, op. cit., AMV, H 3.

27En application de ce décret, des gardes nationales sont créées dans les principales villes et bourgs patriotes qui n’en étaient pas encore dotés : le 18 août, une milice nationale citoyenne est créée à Verdun40 ; à Bruyères, une « garde citoyenne », créée en juillet 1789, est organisée en octobre avec ses officiers et état-major41 ; les bourgs de Bulgnéville, le 28 août 1789, et de Châtenois, le 20 novembre 1789, créent des gardes42 ; celle de Ventron est reconstituée en octobre 1789 et prend le nom de « milice bourgeoise43 ».

Les fédérations et le grand mouvement de création en 1790

28Le grand mouvement d’adhésion aux gardes nationales date du printemps et de l’été 1790. La fédération des gardes nationales, le 14 juillet 1790, stimule et accélère leur création.

  • 44 Archives communales de Mirecourt, BB29, registre des délibérations municipales.
  • 45 ADV, L 689, registre de délibérations du district de Mirecourt, Jean-Paul et Pierre Rothiot, Vie j (...)
  • 46 Archives communales de Mirecourt, BB29, registre des délibérations municipales.

29La fédération départementale des Vosges se réunit une première fois le 7 mars 1790 « entre les gardes nationales des différentes villes et communautés du département des Vosges ». Le conseil de Mirecourt observe que « rien n’est plus propre pour en imposer aux ennemis de la liberté publique et faciliter l’achèvement de la constitution que l’appareil de ces ligues patriotiques de citoyens armés pour la défendre44 ». Non seulement la fête est un puissant moyen de fédération mais l’accueil des gardes en marche vers le chef-lieu du département en est aussi un. En préparation de la fête de la Fédération à Paris, les gardes nationales se réunissent par district : celle de Mirecourt a lieu fin juin, les représentants des 4 781 gardes nationaux du district élisent dans l’église des ci-devant Cordeliers 24 députés qui se rendront à Paris pour la fête, toutes les gardes nationales du district seront représentées par leur commandant ou un autre officier45. Puis une fête a lieu au Bois du Four où est dressé un autel « aux frais de la commune pour y célébrer la messe » ; les gardes nationales du district sont « logées par billet chez les citoyens qui [sont invités] à leur faire accueil » et le jour du serment, du pain est distribué aux pauvres de la ville aux frais de la commune46.

30Pendant que la fête de la Fédération se déroule à Paris, plusieurs municipalités organisent des fêtes dans leur ville : le conseil municipal de Mirecourt décide de faire au Bois du Four une fête rassemblant

  • 47 Archives communales de Mirecourt, BB29, registre des délibérations municipales, 1er juillet 1790.

« […] les gardes nationales et la commune de cette ville, unis de cœur et d’esprit à tous les Français, rapprochés par la pensée des murs de Paris, comme nos frères présents à la confédération générale, nous jurerons en présence de l’être suprême à l’heure de midi, de conserver jusqu’au dernier soupir l’étendard de la liberté conquise le 14 juillet 1789. Là, enflammés du feu divin sorti de l’autel sacré, nous porterons jusqu’au pied du trône nos transports d’allégresse et d’une voix unanime cent fois répétée nous dirons de toutes forces Vive la nation, vive la loi, vive le roi47 » ;

  • 48 ADV, Edpt162/D1, f° 62, délibération du CGC d’Épinal, 14 juillet 1790.

31la municipalité d’Épinal organise aussi une grande fête au « Cours » avec défilé de la garde citoyenne, prestation de serment et discours, mais des tensions et rivalités surgissent entre la municipalité et les officiers de la garde, les autorités du district et du département qui ne veulent pas passer au second rang48.

Le grand mouvement de création à l’été 1790

  • 49 Voir la répartition dans le tableau ci-dessous.
  • 50 ADMM, L 2718, dossier de la garde nationale du district de Vézelise.

32Jusqu’à la fête de la Fédération, les gardes nationales ne semblent constituées que dans les villes, les chefs-lieux de district et quelques bourgs. L’extension aux villages se fait dans le courant de l’été 1789, et deux cas se présentent : dans de nombreux villages tous les citoyens actifs s’enrôlent en s’inscrivant sur les listes établies par les municipalités ; dans d’autres villages, une moitié seulement s’enrôlent. Les questionnaires envoyés par quelques administrations de district font apparaître ces différences de comportement : dans le district de Neufchâteau toutes les communes mettent en place une garde, qui comporte en moyenne 85 % du nombre des citoyens actifs ; dans un tiers des villages les gardes inscrits sont plus nombreux que les citoyens actifs car les fils de plus de 18 ans se sont aussi enrôlés49. Dans le district de Vézelise, les municipalités répondent à une enquête semblable et si on ne peut établir un tel tableau (le nombre des citoyens actifs n’est pas fourni), on a l’impression que tous les citoyens actifs en état de porter les armes se sont inscrits, seuls les vieillards et les infirmes sont explicitement exclus. À They-sous-Vaudémont, dix non-actifs font partie de la garde « eu égard au petit nombre (11) et au grand âge des citoyens actifs50 ». Un village (Fraisnes-en-Xaintois) indique qu’il existe dans le village des « gardes bangards », des gardes champêtres, suffisant pour veiller « à la sûreté des biens ». Partout ailleurs les réponses des maires indiquent le nombre de citoyens actifs susceptibles d’être armés et de constituer une garde nationale.

  • 51 Pour le district de Neufchâteau, le calcul est fait à partir de données se trouvant sur le même do (...)

Effectifs de gardes nationaux par rapport au nombre des citoyens actifs (nombre de villages)51.

  • 52 ADMM, L 2271, tableau de la garde nationale du district de Sarrebourg, septembre 1790.

33Dans le district de Sarrebourg, l’enquête de septembre 1790 fait apparaître que tous les villages ont une garde nationale, mais ces effectifs ne correspondent pas au total des citoyens actifs, une comparaison très partielle avec les effectifs des gardes nationales de 1792 révèle qu’une partie seulement des citoyens actifs se sont engagés. Le canton de Niderviller atteint à peine la moitié (47 %), alors que dans celui de Sarrebourg, 89 % des citoyens actifs s’étaient déjà engagés en 1790. Le tableau ci-dessous montre la relative faiblesse des effectifs des gardes nationales du district52.

Effectifs des gardes nationales de trois districts en septembre 1790 (nombre de communes par tranche).

  • 53 ADV, Edpt 472/H7, registre d’inscription de la garde nationale de Tendon.
  • 54 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, op. cit.

34À Tendon, district de Remiremont, 221 citoyens actifs s’inscrivent en quelques jours dans la garde du village entre le 18 juillet et le 12 août 179053 ; tous les groupes sociaux sont représentés : 9 administrateurs de la commune, 2 marchands, 47 cultivateurs et fermiers, 15 artisans et 105 personnes des milieux populaires (manœuvres, domestiques de ferme, garçons majeurs). Presque tous les citoyens du village se sont enrôlés, à l’exception des plus pauvres, les citoyens passifs. À Ventron, une première liste de gardes nationaux est dressée en mars 1791, elle comprend 91 citoyens âgés de plus de 18 ans, avec une moyenne de 39 ans, quel que soit leur niveau d’imposition, qu’ils soient citoyens actifs ou non ; ainsi, 10 % des gardes en 1790 sont exempts de la subvention, un tiers paie un impôt supérieur à la moyenne et pour la moitié d’entre eux environ, leur niveau d’imposition est inférieur à la moyenne ; la garde est en majorité composée d’individus issus de milieux populaires (manœuvres pour 20 % d’entre eux, artisans et marchands pauvres pour 25 %, marcaires et cultivateurs à faible revenu pour 15 %54).

35Dans le district de Neufchâteau, l’enquête menée indique qu’après les principaux bourgs dotés de gardes en 1789, ce sont trois villages du canton de Bulgnéville en novembre, décembre et le 1er février, qui créent des gardes sous l’impulsion de Poullain-Grandprey, puis en mai, juin et juillet 1790, tous les autres villages se dotent de garde.

36Mais ces gardes sont-elles réellement organisées ? Seuls quelques villages évoquent explicitement la présence d’officiers élus et un village, Frolois, indique que la garde se compose de deux compagnies.

  • 55 ADV, L 539, état des gardes nationales du district de Neufchâteau, août 1790 ?
  • 56 ADMM, L 2718, liasse des gardes nationales du district de Vézelise, août à octobre 1790.
  • 57 ADMM, L 2271, gardes nationales du district de Sarrebourg, août à octobre 1790.
  • 58 ADV, L 539, 66, délibération du district de Saint-Dié, 19 juillet 1790.
  • 59 ADV, L 539, 64, délibération du district de Rambervillers, 17 août 1790.
  • 60 ADV, L 539, 1, lettre du commandant de la garde nationale d’Épinal, 22 août 1790.

37Enfin, les gardes nationales veulent être armées. Les administrations départementales demandent au ministère des armes, quelques centaines de fusils arrivent et sont distribués aux villes et chefs lieux de district. En août 1790, ces administrations lancent une enquête : dans le district de Neufchâteau, les réponses font apparaître que seuls le chef-lieu et deux villages proches ont des fusils fournis par les départements, dans les autres villages la garde nationale est armée avec des fusils appartenant à des particuliers55 ; dans le district de Vézelise, 40 villages (sur 50) répondent à une circulaire semblable, nulle part il n’existe d’armes de guerre déposées par le département (sauf à Autrey et à Vézelise), on ne trouve que quelques fusils appartenant à des « particuliers », des fusils de chasse, et quelques villages qui ont acheté, avec l’argent communautaire quelques fusils (Allain, Vaudigny), mais tous les villages demandent des armes de guerre (fusils et baïonnettes, piques) pour faire face éventuellement à l’ennemi et maintenir l’ordre dans les campagnes56 ; mêmes questions dans le district de Sarrebourg : pour les 3 885 hommes engagés dans les gardes nationales, 690 armes ont été déposées dans les chefs-lieux de district et de canton, et dans quelques villages, ceux qui n’ont pas été servis réclament 650 fusils57. D’autres demandes isolées émanant des communes apparaissent dans les archives : le 19 juillet 1790, les gardes de La Petite-Fosse demandent des armes argumentant qu’il est « important dans la montagne, où les mendiants donnent plus d’inquiétude qu’ailleurs, parce que les habitations sont éparses et isolées58 » ; la municipalité de Moriville achète avec l’argent de la caisse des bois 6 fusils à baïonnettes et un tambour59 ; la garde nationale d’Épinal fait remarquer au directoire départemental que pour ses 4 000 gardes nationaux, elle ne dispose que de 334 fusils reçus du gouvernement, et demande le surplus en fusils, six pièces de canons de campagne et les munitions nécessaires au maintien de l’ordre60.

  • 61 ADV, Edpt 184, 3H7, dossier garde nationale de Fraize, extrait de délibération du directoire du dé (...)
  • 62 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, ADV, L 1282, Affaires militaires, délibération (...)

38En 1791, des fusils sont distribués, d’abord aux gardes nationales des villes puis en juin d’importants compléments sont répartis entre les villes et les campagnes. Dans les Vosges, près de 1 700 fusils sont ainsi répartis : 491 aux villes qui n’en ont encore pas eu et 1 192 fusils aux campagnes, déposés dans les chefs-lieux de canton « où leur tenue sera surveillée par les municipalités, à charge pour elles de les présenter toutes les fois qu’elles en seront requises61 ». Chaque canton reçoit ainsi entre 10 et 40 fusils, soit 1 fusil pour 32 citoyens actifs (ou 3 fusils pour 100 citoyens actifs). Parmi les 34 fusils attribués aux gardes nationales du canton de Cornimont, la garde de Ventron reçoit huit fusils avec baïonnettes et fourreaux, ces armes étant « à distribuer aux citoyens attachés à la Constitution et reconnus incapables d’abuser de ces armes62 ».

L’organisation de la Garde nationale en application de la loi du 14 octobre 1791

39La loi, votée le 29 septembre par la Constituante et approuvée par le roi le 14 octobre 1791, organise fortement les Gardes nationales pour une longue durée. Elle indique qui peut être membre de ces gardes, précisent les cas de dispense, fait obligation de structurer les gardes par cantons et districts. Cette organisation se met en place pendant l’hiver 1791-1792 et au printemps 1792. Dans toutes les communes, la liste des membres des gardes est dressée, puis les districts regroupent les gardes en compagnies, commandées par un capitaine et un lieutenant, ces compagnies sont regroupées dans chaque canton en bataillon, et les bataillons d’un district sont rassemblés en une légion. À tous les niveaux, les officiers et sous-officiers sont élus. De nombreux documents montrent que ces structures, semblent avoir été mises en place rapidement et de façon très généralisée.

  • 63 ADV, Edpt152, 3H1, arrêté du district de Neufchâteau, 22 novembre 1792.
  • 64 ADV, Edpt 472/H7, registre d’inscription de la garde nationale de Tendon.

40À Neufchâteau, dès le 22 novembre, le directoire du district appelle les municipalités à réunir les gardes au chef-lieu de canton, le dimanche 4 décembre, pour former des compagnies63. À Tendon, 179 des 221 citoyens qui s’étaient inscrits en juillet-août 1790, s’inscrivent de nouveau entre le 22 février et le 8 mars 1792, accompagnés de 70 nouveaux, des manœuvres (ex-citoyens passifs ?) et des jeunes garçons qui atteignent l’âge requis64.

Exemples de constitution des compagnies de Garde nationale, printemps 1792.

  • 65 ADMM, L 2271, cas des villages de Herzing, Abreschvillers, Nitting, Baville…

41Le déroulement des opérations dans le district de Sarrebourg est assez caractéristique : dès janvier, chaque commune dresse la liste des citoyens engagés dans les gardes nationales, en comptant à part les sexagénaires ou septuagénaires, les impotents, les infirmes, conformément à la loi ; tous les citoyens actifs sont inscrits car s’ils ne le font pas, ils perdent leurs droits civiques65 ; en avril et en mai, les compagnies sont constituées, une par village ou une pour plusieurs petits villages, puis ces compagnies sont regroupées en un bataillon par canton. La constitution des compagnies et des bataillons donne lieu à des combinaisons savantes pour regrouper les petits villages voisins dans une compagnie et les petits cantons dans un même bataillon, la densité de la population et les choix variant fortement d’un district à l’autre, on arrive à des résultats différents (tableau page précédente).

42Ces deux exemples montrent qu’un district peut choisir de constituer de petites compagnies (en moyenne 63 et 67 gardes par compagnie) donc de petits bataillons, alors que le district voisin de Sarrebourg, choisit des effectifs beaucoup plus importants (196 gardes par compagnie) :

Canton de Niderviller, district de Sarrebourg.

  • 66 ADV, L 539, 73, listes des gardes nationales élus pour le 14 juillet 1792.
  • 67 ADM, L 931, tableaux des compagnies et bataillons des districts de Saint-Mihiel, Commercy, Clermon (...)

43Dans les Vosges, la légion du district de Bruyères est constituée de 7 bataillons correspondant à chacun des 7 cantons du district. Les compagnies correspondent à un village ou à un quartier des villes les plus importantes et les plus patriotes : Bruyères a 4 compagnies et une de grenadiers, Gérardmer a 8 compagnies et deux de grenadiers, Granges 2 compagnies, Docelles 366. La légion du district de Vézelise comprend, en l’an III, (application de la loi du 28 prairial), 5 bataillons pour 8 cantons. Dans cinq districts de la Meuse, les 31 227 gardes nationaux sont répartis en 368 compagnies, presque toujours une compagnie par village et plusieurs par ville (15 à Verdun pour 1 758 gardes, 4 à Gondrecourt pour 215 gardes, 4 à Commercy pour 370). Ce qui fait en moyenne 85 gardes par compagnie. Ces compagnies sont réparties en 56 bataillons, soit le plus souvent un bataillon par canton ou par ville67.

  • 68 ADMM, L 2271, procès-verbal de vote, canton de Walscheid, district de Sarrebourg, 6 mai 1792.

44Une fois que les compagnies sont constituées, elles élisent leurs officiers et sous-officiers des compagnies. Ainsi à Walscheid (Meurthe), le 6 mai 1792, « la compagnie et les citoyens actifs » sont réunis pour l’élection des officiers et sous-officiers : sur 165 inscrits, 110 participent à l’élection du capitaine qui est élu au 1er tour avec 59 voix ; le lieutenant est élu par 88 électeurs avec 45 voix ; le 1er sous-lieutenant est élu par 70 électeurs avec 60 voix et le second par 62 électeurs et 38 voix. La participation, tout à fait convenable, diminue comme c’est souvent le cas68.

  • 69 ADV, L539, 5, listes des gardes nationales de Bruyères élus pour le 14 juillet 1792 et base de don (...)
  • 70 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, op. cit., les marcaires sont les propriétaires (...)
  • 71 ADMM, L 1412, liste des compagnies de la garde nationale de Lunéville. ADM, L 931, listes des quat (...)

45Si la composition des gardes nationales est proche de la composition de la population (puisque tous les citoyens doivent s’inscrire), la question de l’appartenance sociale des officiers et des sous-officiers peut faire apparaître des discriminations. Plusieurs cas ont été étudiés en fonction des sources disponibles. À Gérardmer, parmi les délégués à la prestation du serment, le 14 juillet, les sept capitaines sont issus de toutes les catégories sociales : un huissier, un marchand, un cordonnier et un boulanger, deux manœuvres et un vétéran ; les six lieutenants et sous-lieutenants ont cette même diversité : un marcaire, trois tisserands, un sabotier et un « pauvre » ; les sergents et le caporal : un négociant, un cosson et un meunier69. À Ventron, qui possède un état-major pléthorique, tous les milieux sociaux sont représentés chez les officiers, alors que les sous-officiers appartiennent à des milieux plus populaires70. À Lunéville et à Commercy, les élections des officiers et sous-officiers de la garde nationale en juin 1792 font apparaître une prépondérance de la bourgeoisie parmi les officiers et des artisans parmi les sous-officiers71 :

Composition sociale de la garde nationale de Gérardmer, Ventron et Lunéville, Commercy.

46Au vu de ces exemples et de la relative mixité sociale, peut-on émettre l’hypothèse d’une volonté politique d’associer tous les milieux sociaux, bourgeoisie et artisans (sans-culotterie ?). Les officiers et sous-officiers, réunis au chef-lieu de canton élisent les états-majors des bataillons.

  • 72 ADM, L 391, état de la garde nationale de Commercy, 24 avril 1791.

47Les anciens militaires sont souvent élus à la tête des compagnies et des bataillons, la loi le prescrit mais les électeurs vont au-delà de la loi et choisissent ceux, qui par leur expérience des armes et leurs affirmations civiques semblent être les meilleurs. Par exemple, à Commercy, l’état-major de la garde nationale de la ville compte en avril 1791, six anciens militaires sur les onze membres : le colonel est un ancien lieutenant-colonel de Dragons, le lieutenant-colonel est un ci-devant sous-officier d’Infanterie, le major, un « maréchal des logis retiré », le chirurgien major à la même fonction à l’hôpital de la ville… Dans les compagnies de Commercy, deux des quatre capitaines étaient maréchal des logis et officier des hussards ; étaient « militaires », cinq des huit lieutenants, quatre des seize sergents et quatre des trente-deux caporaux. On compte aussi 16 anciens militaires parmi les fusiliers72.

  • 73 ADV, L 539, 72, lettre de JB Noël, 15 mai 1792.
  • 74 ADV, L 539, 38, lettre de JB Noël, 19 mai 1792.
  • 75 ADV, L 539, 2, lettre du commandant en chef du bataillon de Raon-l’Étape, 22 mai 1792.
  • 76 ADV, L 539, 71, lettre du commandant en chef de la légion de Lamarche, 1er mai 1792.

48La constitution de ces bataillons et légions s’accompagne de la continuation de leur armement, « en tirant » des armes des arsenaux. Un premier équipement avait eu lieu en 1791, il se complète en 1792. Il s’accompagne de nouvelles demandes par les autorités élues : ainsi Jean-Baptiste Noël, maire de Remiremont et commandant du 12e bataillon de la légion de Remiremont, sollicite auprès du département en mai 1792, l’autorisation de faire des dépenses pour acheter « caisses, drapeau, flammes, piques et autres objets nécessaires » à l’organisation de la garde73. Il explique qu’il faut « influer beaucoup et encourager les gardes nationales, qui se modèlent volontiers sur le chef-lieu » de district74. De même, le commandant en chef du bataillon de Raon-l’Étape fait le point sur l’armement (41 fusils avec leur baïonnette et 24 mousquetons pour 500 hommes) et réclame des armes nécessaires « à sa force, afin de lui donner l’énergie et de l’utilité dans le besoin75 ». Le chef de la légion de Lamarche demande, le 1er mai, « qu’on lui envoie des livres de théorie pour faire apprendre l’exercice aux braves citoyens qui sont à même de porter les armes et qui brûlent de savoir s’en servir pour le maintien du bon ordre et la défense de la patrie76 ».

49Dans les cinq districts de la Meuse, l’équipement des gardes nationales est très inégal : les villes sont mieux équipées que les cantons ruraux, mais surtout les districts du nord ont plus d’armes que ceux du sud :

Armement des gardes nationales de districts meusiens en 1792.

Armement des gardes nationales de communes lorraines.

  • 77 ADV, L 539, 5, procès-verbal du serment délibératif des districts de Rambervillers, Bruyères et Sa (...)
  • 78 ADV, Edpt 152, 3H1, lettre convocation du district de Neufchâteau, 7 juillet 1792.
  • 79 ADV, L 539, 6, procès-verbal du serment délibératif du district de Bruyères, 14 juillet 1792.

50L’organisation des districts vosgiens, ceux de Rambervillers, Saint-Dié, Bruyères et Neufchâteau, s’achève le 14 juillet 1792, par des fêtes au chef-lieu de chaque district où les délégués élus des gardes nationales viennent « renouveler le pacte fédératif » « de vivre libre ou de mourir77 » ; à Neufchâteau, les délégués sont réunis sur la prairie entre Rouceux et la Meuse78 ; à Bruyères, les gardes nationales réunies sur la place des Halles, se déplacent « vers la place d’Armes où se trouvent les autorités constituées et le bataillon de Bruyères rangé en ordre de bataille », là, ils se placent dans le même ordre, puis le curé célèbre une « messe patriotique sur l’autel de la patrie », le chef de légion prononce ensuite un discours « où il fait sentir le danger de la patrie et propose les moyens de la rendre invincible » et tous les gardes prêtent « avec joie et allégresse » le serment. « Le bruit du canon a confirmé la sincérité du serment en le faisant retentir au loin ; tous les fédérés et les bataillons ont défilé devant les autorités constituées et au son de l’air chéri Ça ira79. »

  • 80 ADV, L 539, 67, arrêté du conseil du district de Saint-Dié, 22 août 1792.

51Après la levée en masse d’août 1792, les gardes nationales sont réorganisées pour compenser le départ des volontaires : à Saint-Dié, les commandants de bataillons du district remplacent l’adjudant général Marotel et le sous-adjudant général Toussaint partis « voler au secours des frontières », et ordonnent la réparation des armes et la distribution de 750 piques dans tous les cantons ; ils prévoient aussi des exercices pour le « maniement de cette arme » et donnent l’ordre de « mettre en activité les gardes nationales pour garder les villages et éviter toute surprise80 ».

52C’est ainsi qu’au début de l’année 1792, dans toute la Lorraine, se sont systématiquement structurées et équipées des gardes nationales, dans chaque village, ville, canton et district, avec des effectifs considérables. Le but primitif de ces gardes était la défense des propriétés et le maintien de l’ordre, mais avec la guerre, cet objectif se complète par celui de la défense de la patrie en danger. La forte structuration de 1792, ne serait-elle pas un moyen de préparer des levées plus faciles de volontaires ?

Les gardes nationales de la défense des propriétés à celle de la patrie en danger

53Les fonctions des gardes nationales varient dans cette courte période, en 1789-1790, elles sont évidemment créées pour défendre les propriétés et maintenir l’ordre menacé par les mouvements paysans et populaires, tous les objectifs déclarés vont dans ce sens ; mais à partir de 1792, la défense face aux menaces extérieures devient importante.

  • 81 ADMM, L 2718, dossier de la garde nationale du district de Vézelise.
  • 82 ADMM, L 2718, dossier de la garde nationale du district de Vézelise.
  • 83 ADMM, L 2718, garde nationale du district de Vézelise, commune de Vandeléville, fin juillet 1790.
  • 84 ADMM, L 2718, garde nationale du district de Vézelise, commune de Parey-Saint-Césaire, 22 août 179 (...)
  • 85 ADV, Edpt 80 D1, délibérations du comité révolutionnaire de Bruyères.

54Les gardes nationales sont chargées de faire des patrouilles sur le territoire communal et celles du district de Neufchâteau affirment qu’elles le font « tous les jours ». Est-ce réel ? La municipalité de Chaumont-sur-Moselle (Neuvillers) affirme qu’elle joue un rôle essentiel sur la route Nancy-Charmes à cause des brigands qui infestent les forêts proches81. Dans le village voisin de Gripport, les « citoyens alertés tant de jour que de nuit sont obligés de se rassembler pour procurer la paix et la tranquillité82 ». De nombreux villages du district de Vézelise affirment qu’ils font « journellement des patrouilles pour la garde des fruits de la terre et le maintien du bon ordre83 » ; ils veulent des gardes « tant pour empêcher que les particuliers soient troublés dans leurs possessions que pour le maintien des lois et surtout pour se défendre s’il arrivait encore une mutation comme celle qui a eu lieu […] et les bons citoyens de Parey sont résolus d’empêcher et même de prévenir ce désordre84 ». Partout on note le désir de la protection des propriétés et des fruits de la terre et le maintien du bon ordre et de la tranquillité. Dans les villes, les gardes jouent le rôle classique de maintien de l’ordre et on voit à Bruyères la garde arrêter les jeunes gens ivres et tapageurs, avant qu’ils ne soient jugés par le comité de ville85.

  • 86 ADV, Edpt 184/3H1, lettres de la municipalité de Frenelle-la-Petite, 18 juillet 1790.
  • 87 ADMM, L 728, procès-verbal de visite de la garde nationale de Blâmont, 11 septembre 1791.

55Les gardes nationales sont chargées de veiller à la sûreté des villages et des villes, et elles interviennent à plusieurs reprises : ainsi à Frenelle-la-Petite, le 18 juillet 1790, la municipalité est avertie « qu’on fauchait des bleds des villages qui avoisinent Vicherey », aussitôt la garde se met en route pour secourir les paroisses attaquées, « mais ce n’était que fausse alarme ». Le soir, le château de Frenelle est attaqué par « une multitude accourue de tous côtés », la garde nationale du village intervient alors, avec le secours de gardes de villages voisins. Le lendemain, la garde de Mirecourt vient « pour assurer par sa présence la tranquillité des citoyens et les protéger contre les malveillants et malfaiteurs », ceux-ci ayant disparu, la garde perquisitionne le château du Comte à la recherche d’armes, mais elle ne trouve qu’une « vieille pièce de canon hors d’état de servir86 ». Un an plus tard, le 11 septembre 1791, la garde nationale de Blâmont, sur ordre du district informé que des armes et munitions sont cachées dans le château de Turquestein (canton de Cirey), envoie un détachement pour vérifier les dires… la fouille du château ne donne rien87.

  • 88 ADV, Edpt 159/31, extrait du registre de la municipalité de Dounoux, 9 juin 1790.
  • 89 ADV, L 539, 65, délibération du district de Darney, 18 août 1790.
  • 90 ADV, L 539, 78, délibération du district d’Épinal, 9 décembre 1790.
  • 91 ADV, L 539, 60, lettre pétition de la veuve Durand, 3 août 1790.

56Mais des exemples de refus de service et de difficultés abondent : à Dounoux, le meunier de la commune refuse de faire la patrouille « car il a un moulin à deux tournants et une huilerie », il paye 6 gros écus pour être remplacé88 ; à Senonges, un homme refuse de faire le service de la garde et de payer une somme pour être remplacé89 ; au Clerjus, un manœuvre proteste contre la saisie de deux haches, sanction contre le refus de servir et de payer le remplacement90 ; au Void de Girancourt, la municipalité veut faire payer la veuve Durand au titre de remplacement, celle-ci proteste de sa pauvreté, de son âge et de « son sexe qui répugne à ce genre d’exercices », le département tranche en sa faveur91.

  • 92 ADV, L 539, 83, délibération du district de Neufchâteau, 12 décembre 1790.
  • 93 ADV, L 539, 84, délibération du district de Neufchâteau, 16 décembre 1790.
  • 94 ADV, L 539, 77, délibération du district de Neufchâteau, 24 septembre 1790.
  • 95 ADV, L 539, 7, délibération du district de Darney, août 1790.
  • 96 ADMM, L 2718, garde nationale du district de Vézelise, commune de Chaumont-sur-Moselle, 21 décembr (...)
  • 97 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, op. cit.

57Des conflits apparaissent aussi entre garde nationale et municipalité : à Houécourt, lorsque le commandant de la garde destitue un caporal, la municipalité doit lui rappeler que c’est le conseil d’administration du bataillon composé d’officiers, de sous-officiers et de soldats qui a ce pouvoir92 ; à Gironcourt sur Vraine, le directoire du district intervient et donne tort à la municipalité qui avait rayé de la garde un habitant du village93 ; à Liffol, la municipalité expulse un homme de la garde l’accusant de « semer le trouble et former des complots », le directoire du district donne tort à la municipalité94 ; à Provenchères-lès-Darney, le commandant de la garde nationale est destitué par ses hommes « dont tous étaient mécontents et auxquels les soldats refusaient d’obéir95 » ; à Chaumont-sur-Moselle, le commandant de la garde nationale achète de sa propre autorité des équipements pour ses gardes, ce qui entraîne des protestations et un conflit avec le maire et le conseil96 ; à Ventron, tout au long du printemps et de l’été 1791, les officiers de la garde s’opposent à la municipalité : à plusieurs reprises, les officiers de la garde refusent d’effectuer le maintien de l’ordre s’ils ne reçoivent pas de salaire, d’autre part la municipalité « soupçonne la probité du commandant » et c’est une véritable épreuve de force qui s’engage entre le commandant de la Garde, qui dénonce les agissements de certains citoyens et officiers municipaux, et la municipalité qui doute de ce commandant97.

  • 98 ADV, Edpt152, 3H1, arrêté du district de Neufchâteau, 20 juillet 1792.

58Après la déclaration de guerre, la défense de la patrie en danger complète la première fonction et devient peu à peu prépondérante. Ainsi à Neufchâteau, le district prend un arrêté en application de la loi du 8 juillet 1792 sur les mesures à prendre lorsque la patrie est en danger : déclaration des armes ; demande au département de poudre et de balles ; demande aux municipalités de faire l’état des gardes nationales pour leur fournir des armes et munitions ; ordre aux municipalités de faire intervenir les gardes nationales si « un mouvement séditieux ou un rassemblement de brigands et de voleurs » se produit dans leur commune, de faire des patrouilles « pour veiller à la conservation des biens et propriétés », enfin de contrôler les passeports des voyageurs. L’arrêté se termine par un appel, « à la paix intérieure, à l’union, à la tolérance, au respect de la loi98 ».

  • 99 ADMM, L 726, 6, lettre du commandant en chef du bataillon de garde nationale de Blâmont, 2 septemb (...)
  • 100 ADV, Edpt152, 3H1, arrêté du district de Neufchâteau, 2 septembre 1792.
  • 101 ADV, L 539, 82, lettre du district de Neufchâteau au procureur général syndic, 9 septembre 1792.
  • 102 ADV, L 539, 75, extrait d’une délibération du district de Pont-à-Mousson envoyé au directoire des (...)

59La mobilisation s’accroît à l’annonce de l’invasion en septembre 1792 : le directoire de la Meurthe met toutes les gardes sédentaires en état de réquisition permanente mais n’ordonne pas de marcher, attendant les ordres des généraux ; le district de Blâmont, à l’annonce de la prise de Verdun, rassemble tous les gardes de la ville et une proposition de marcher immédiatement au secours des frères, est accueillie avec enthousiasme, mais le bataillon attend finalement d’être appelé99 ; le district de Neufchâteau ordonne que tous les fusils soient apportés au chef-lieu pour être transformés en fusils de guerre munis de baïonnettes et que les patrouilles aient lieu jour et nuit100, puis il crée une compagnie de chasseurs francs à laquelle participent la plupart des administrateurs du district101. Toutes les autorités se déclarent scandalisées par l’annonce des capitulations de Longwy puis de Verdun, le procureur syndic du district de Pont-à-Mousson flétrit leur attitude : « La France s’épuiserait en pure perte en hommes et en argent si toutes les communes étaient disposées à se soumettre avec autant de résignation à la domination de l’ennemi102. »

60Dans tous ces aspects de la Garde nationale, on ne trouve aucune ressemblance avec la milice de l’Ancien Régime, ni par les modalités de recrutement, ni par l’organisation, ni par le caractère de masse des compagnies et bataillons, ni par les tâches qui lui sont confiées, ni par l’esprit de nation en armes et d’amour de la patrie. Mais la défense de la patrie par l’intégration des gardes nationales dans les unités de l’armée de la monarchie puis de la république et la création de bataillon de volontaires, va faire renaître des modalités que l’on avait connues du temps de la milice.

L’engagement des volontaires nationaux

61En même temps que s’organisent définitivement les gardes nationales, l’Assemblée législative, puis la Convention lèvent des volontaires pour constituer des bataillons. Ceux-ci doivent rejoindre rapidement les frontières pour défendre la patrie menacée. On retrouve alors les mécanismes que la Lorraine avaient connus quelques années plus tôt lorsque les milices servaient de vivier aux régiments royaux. Cependant la situation évolue entre la première levée de 1791 et celles de 1792. L’utilisation des gardes nationales à des fins de recrutement pour l’armée n’était sans doute pas latente lorsque les gardes nationales se sont créées en 1789, mais lorsqu’elles se structurent en 1790, la réponse n’est pas si évidente. Deux levées de volontaires se suivent en juillet-août 1791 et en 1792, avant qu’une troisième levée ne recoure de façon massive au tirage au sort… comme au temps de la milice.

La levée des volontaires en 1791

62En mars 1791, apparaît le projet de lever 1/20 des gardes nationales pour constituer des bataillons, ce projet se précise en juin et aussitôt après la tentative de fuite du roi, et devant les menaces répétées des puissances européennes lors de la Déclaration de Pilnitz, l’Assemblée législative décide par son décret du 21 juin 1791 la « mise en activité » de la Garde nationale. Le 3 juillet, l’Assemblée décide la levée de 26 000 hommes et le 22 juillet, 97 000 autres doivent être intégrés dans des bataillons nouveaux.

  • 103 ADV, L 57, délibération du directoire du département des Vosges, 26 juin 1791.

63En application de ce décret, partout en Lorraine, les levées des volontaires « tirés » des gardes nationales s’opèrent avec plus ou moins de rapidité. Le 26 juin, le directoire du département des Vosges, nomme 9 commissaires, un par district, pour « recevoir les listes des gardes nationales volontaires103 ». Tous sont membres du Conseil général du département et presque tous juges du tribunal de leur district :

Commissaires nommés par le département des Vosges, pour la levée des volontaires, juin 1791.

  • 104 ADV, L 57, délibération du directoire du département des Vosges, 12 et 23 août 1791.

64Ils commencent leur travail très rapidement et dès le 7 juillet, Collin assemble les citoyens de Grand et leur tient un discours patriotique, les incitant à s’inscrire : « Nous [devons] tous concourir à la défense de la patrie […], nous ne [formons] qu’un peuple de frères, et pour ainsi dire, qu’une même famille » ; à ces mots, relate Collin, « tous les citoyens répondirent par acclamation qu’ils voulaient tous se faire inscrire ». Fort de ce succès, Collin envoie une circulaire aux municipalités leur demandant d’inscrire dès ce moment les volontaires dans un registre. Les engagements commencent dès la fin de juillet, avant que les instructions plus précises n’arrivent de Paris : sur les 97 000 gardes nationaux levés, le département des Vosges devra fournir quatre bataillons qui devront être formés le 28 août dans quatre chefs lieux de district (Mirecourt, Épinal, Neufchâteau, Rambervillers), chaque ville accueillant les rassemblements devant régler les questions de subsistances104.

  • 105 ADV, L 539, 36 et 26, lettres de Deslon, commissaire pour la levée des volontaires, 5 et 11 août 1 (...)
  • 106 ADV, L 539, 35, lettre de Deslon, commissaire pour la levée des volontaires, 7 août 1791.
  • 107 ADV, L 539, 41, lettre de Jean-Baptiste Noël, maire de Remiremont, 27 août 1791.

65Dans plusieurs cantons, la levée se fait avec enthousiasme, mais dans d’autres les commissaires ont plus de difficultés. À Remiremont, Deslon écrit le 5 août que 17 municipalités ont fourni 353 volontaires, signe du « zèle patriotique de nos Vosgiens », mais que 22 municipalités sont en retard ; le 11 août, 10 municipalités n’ont pas encore répondu105. L’enthousiasme et « l’effervescence » sont tels que certains s’engagent « sans réfléchir qu’ils ont des femmes et des enfants ». Deslon signale le 7 août qu’un homme marié s’est enrôlé comme volontaire alors que sa femme est « au moment d’accoucher106 ». Jean-Baptiste Noël, maire de Remiremont, plaide aussi pour huit citoyens, ayant femme et enfants, « qui n’ont pas réfléchi » et qui seraient plus utiles à leur foyer qu’à l’armée, d’autant que, dit Noël, « nous ne sommes pas dans un moment de détresse et nous avons une pépinière innombrable de jeunes gens remplis de courage et d’ardeur, qui n’ont d’autre ambition que de marcher les premiers107 ».

  • 108 ADV, L 539, 43 et 42, lettres de Nicolle, commissaire pour la levée des volontaires, 5 et 19 août (...)
  • 109 ADV, L 539, 82, lettre des officiers municipaux de Corcieux, 1er août 1791.

66Mais à Bruyères, Nicolle se plaint du retard des municipalités à envoyer la liste des volontaires : le 5 août, 30 municipalités ont désigné 280 volontaires et 37 n’ont pas répondu. Le 17 août, Gérardmer a fourni 10 volontaires, mais des municipalités écrivent que « personne ne s’était présenté », d’autres demandent que « l’on ordonne un certain nombre » et d’autres « aiment mieux secourir la nation en argent qu’en hommes ». Nicolle propose de se rendre lui-même dans les chefs-lieux de canton, « d’y faire comparaître les enrôlés et ceux qui ont le dessein de se déclarer de bonne volonté, peut-être que ma présence déterminera les indolents et les timides108 ». À Corcieux, les officiers municipaux affirment, en réponse aux accusations de négligence et d’incivisme, qu’ils ont ouvert un registre, mais que personne ne s’est inscrit : « Nous avons exhorté, sollicité, tant par nous-mêmes que par d’autres, en public et en particulier, sans avoir rien pu gagner, n’est-ce pas cela du patriotisme109 ? »

  • 110 ADV, L 57, délibération du directoire du département des Vosges, 28 août 1791.
  • 111 ADV, L 539 18, registre de requêtes au directoire du département, août-septembre 1791
  • 112 ADV, L 57, délibération du directoire du département des Vosges, 20 et 27 septembre 1791.
  • 113 Alexandre Bernard, Les bataillons de volontaires nationaux vosgiens affectés à l’armée de Mayence (...)

67À la fin du mois d’août, les gardes nationales sont rassemblées dans les quatre chefs-lieux de districts désignés et des difficultés apparaissent. Les gardes qui sont réunis à Épinal manquent, dès le 28 août, de « ressources pour subsister, se plaignent de la faim et parlent de se retirer », la municipalité fait des avances en petits assignats pour permettre aux volontaires d’acheter de la nourriture110. En septembre, les bataillons se forment et les commissaires nommés par les CA acquièrent des tissus et font confectionner des uniformes, le département paye ces dépenses111. Les bataillons sont encore dans les chefs lieux de district le 20 septembre, ils demandent des armes, que le département n’a pas, et la discipline se dégrade à Mirecourt : le maréchal de camp se plaint que « l’on s’occupe […] à […] suggérer de mauvais principes » au bataillon formé dans la ville. Qui « suggère de mauvais principes » ? Que sont ces « mauvais principes112 » ? Ces bataillons quittent les villes de formation au début d’octobre pour rejoindre leurs lieux de casernement en Alsace113.

68Ainsi la levée de 1791 est rapide et les objectifs fixés sont atteints rapidement ou dépassés : les Vosges fournissent 5 bataillons de 500 hommes au lieu de 4 demandés, la Meurthe fournit 7 bataillons, la Meuse fournit 8 bataillons, tous sur la base du volontariat. Les effectifs totaux fournis tournent autour de 12 000 hommes, ce qui est peu différents des effectifs levés pendant la guerre de Succession d’Autriche.

La levée enthousiaste des volontaires en 1792

  • 114 Ibid., p. 19.

69Les levées de 1792 sont décidées en plusieurs temps : tout d’abord l’Assemblée législative décide la levée de 31 bataillons de volontaires le 5 mai, puis 14 autres le 14 mai. D’autre part, le décret du 5 mai demande de compléter les bataillons pour les porter chacun de 574 à 800 hommes. La mise en application de ces décrets semble se faire assez mollement en Lorraine, les Vosges n’étant pas concernées car le département avait fourni 5 bataillons en 1791. Cependant l’offensive des Prussiens et des Autrichiens en juillet, amène l’Assemblée à proclamer, le 11 juillet, la Patrie en danger et de décider la levée de 42 nouveaux bataillons. Le 20 juillet, Victor de Broglie demande à Haxo activer les opérations dans la Meurthe et les Vosges, 1/6 des citoyens actifs doivent être levés au plus tôt114.

  • 115 Ibid., p. 20-22.

70Le département des Vosges devant fournir 6 400 hommes en 8 bataillons, le directoire du département organise la levée par district en y nommant un ou deux commissaires, en décidant que les rassemblements auront lieu dans chaque chef-lieu et en fixant le contingent115 :

  • 116 ADV, L 539 14, 15, 16 et 18, lettres de Fricot des 31 juillet, 1er, 7 et 8 août 1792.

71Les commissaires se déplacent de canton en canton pour former les compagnies. Par exemple, la levée dans le district de Remiremont est connue par les lettres de François-Firmin Fricot adressées au directoire du département : le 31 juillet, il opère la levée de 112 volontaires dans le canton de Ramonchamp au lieu de 87 décidés par la répartition ; les 1er et le 2 août, il opère dans les cantons de Cornimont et de Vagney ; il affirme que le bataillon est « prêt le jeudi (2 août) et qu’il marche le lendemain » ; le 7 août il rend compte de la formation de l’état-major du 8e bataillon composé de 8 compagnies « extraites des bataillons de gardes nationaux », mais les effectifs engagés sont trop nombreux pour ce bataillon et 3 compagnies de Saint-Nabord, Éloyes et Plombières seront rattachées au 10e bataillon d’Épinal ; deux ou trois autres compagnies surnuméraires participeront à la formation d’un 13e bataillon116. Si les compagnies formées comptent effectivement chacune 100 hommes, c’est entre 1 300 et 1 400 gardes nationaux qui se sont engagés volontairement en quelques jours dans le district de Remiremont, au lieu des 1 056 hommes demandés.

  • 117 ADV, Edpt 162/H1, registre des engagements volontaires d’Épinal.
  • 118 ADV, L 539, 40, lettre de Delpierre du 1er août 1792.

72À Épinal, les registres sont ouverts le 31 juillet et ce jour-là, 214 volontaires s’engagent. Le mouvement continue les jours suivants, au total 285 engagements sont réalisés dans la seule ville d’Épinal. Ces registres contiennent leur lieu de résidence, leur âge et leur signature : 73 % sont originaires ou résident à Épinal, 18 % viennent d’autres communes vosgiennes, 5 % des volontaires sont alsaciens et le reste vient d’autres provinces ou de l’étranger (2) ; 42 % des volontaires ont moins de 20 ans, 35 % ont entre 20 et 25 ans et 10 % entre 25 et 30 ans ; le niveau d’alphabétisation est tout à fait correct : 71 % des enrôlés savent écrire, 9 % ont du mal à écrire leur nom et 17 % mettent une croix117. Dans le district de Bruyères, l’enrôlement est aussi rapide : la répartition entre les cantons est faite le lundi 30 juillet, 75 volontaires sont engagés le 31, dans la ville de Bruyères, les 2 et 3 août les commissaires se rendent dans les autres cantons et le 4, les compagnies sont organisées118.

  • 119 ADV, L 539, 19, liasse de pétitions et extraits de délibérations du district de Rambervillers, 7 a (...)
  • 120 ADV, L 539, 48 et 49, lettres de Perrin commissaire, 4 et 8 août 1792.

73Le département des Vosges fournit en 6 jours les huit bataillons demandés, c’est très rapide, à tel point que des problèmes se posent pour la constitution des bataillons, les « frères et amis » d’un canton ou d’un district ne voulant pas être séparés. L’incident le plus sérieux se produit à Rambervillers où doit être constitué le 6e bataillon : les volontaires de ce district et les 588 volontaires de celui de Bruyères s’affrontent, car ces derniers sont venus avec une compagnie de trop ; finalement cette compagnie est intégrée au 13e bataillon formé à Épinal, avec les surnuméraires de Remiremont et de Darney119. À Remiremont, les compagnies surnuméraires sont intégrées, malgré des protestations aux 10e et 13e bataillons. Les volontaires du petit district de Lamarche, composé de très petits cantons peu peuplés réclament, en vain, d’être affectés dans les mêmes compagnies : « Les quatre grands cantons qui ne peuvent former une compagnie chacun, demandent à ne pas être divisés et [qu’on leur réunisse] des gardes nationaux des autres cantons jusqu’à concurrence d’une compagnie complète ; quant aux trois autres cantons, ils demandent à tirer au sort quels seront les trois à diviser120. »

  • 121 ADV, L 539 14, lettre de Fricot du 31 juillet 1792.
  • 122 ADV, L 539 19, lettre des officiers des compagnies de Bruyères, 7 août 1792.
  • 123 ADMM, L 728, 6, délibération de la garde nationale de Blâmont, 2 septembre 1792.

74Cet enthousiasme pour « voler aux frontières » a pour base le patriotisme, la défense du pays associée à celle de la liberté, et toutes ces opérations se font avec un discours patriotique que l’on retrouve dans de nombreuses correspondances. Fricot écrit le 31 juillet : « ce trait de patriotisme, est un sentiment que je trouve dans le cœur de tous les citoyens du canton » de Ramonchamp121 ; les officiers des compagnies de Bruyères protestent ainsi : « Ne croyez pas que nous cherchions à éloigner le moment d’aller défendre notre liberté, nous sommes Français et nous y volons avec joie122 » ; un jeune officier de Blâmont s’écrie au nom des grenadiers : « Que tous [sont] fidèles à leurs serments et animés du désir de maintenir la liberté et l’égalité, […] et de voler au secours de leurs frères d’armes oppressés par les ennemis de la patrie123. »

75On est vraiment très loin des méthodes et de l’esprit de la milice, mais cet enthousiasme est-il aussi général que ces exemples le montrent ? On voit apparaître, à côté de ces vrais volontaires, des mentions de tirage au sort et de remplacement. N’y aurait-il pas aussi un retour aux méthodes de la milice ?

Un retour aux méthodes de la milice ?

76Quelques documents semblent montrer que l’on revient aux méthodes de la milice, car à côté du volontariat, la convention a rétabli l’obligation de fournir un certain nombre de gardes nationaux, laissant le choix entre l’élection et le tirage au sort.

  • 124 ADV, L 539, 22, lettre de deux cultivateurs de Ban-de-Sapt, 6 août 1792.
  • 125 ADV, L 539, 53, lettre de Mangin au directoire du département des Vosges, août 1792.
  • 126 ADV, L 539, 52, lettre de Guichard au directoire du département des Vosges, août 1792.

77Le tirage au sort est pratiqué le plus souvent, là où le nombre de volontaires est insuffisant et ce tirage rappelle les méthodes de la milice. Ainsi, deux cultivateurs de Ban-de-Sapt protestent et affirment que « la commune a ressuscité la milice foudroyée par l’Assemblée constituante, comme contraire aux principes de la liberté et a soumis au tirage tous les garçons de la paroisse ; le sort leur a distribué un billet noir et ils sont censés être volontaires124 ». Dominique Mangin, de Clézentaine, proteste contre son enrôlement forcé par tirage au sort, argumentant, comme avant 1789, qu’il a un père âgé et infirme et qu’il est le seul soutien de famille ; cependant il dit qu’il accepterait de partir si la commune, « qui a fermé son cœur et dont le coffre est rempli d’argent », aidait ses parents pendant son absence125. Antoine Guichard, autre « garçon » de Clézentaine, proteste contre des violations de la loi lors du recrutement des volontaires parce que les hommes mariés ont été exclus du tirage au sort des volontaires, ensuite parce que la loi « laisse le citoyen choisir la faculté de refuser », parce qu’il a été inscrit sur la liste du tirage malgré son âge (50 ans) et ses infirmités (il avait été dispensé de la milice pour cette raison126).

  • 127 ADV, Edpt 162/H1, registre des engagements volontaires d’Épinal.

78L’élection apparaît quelquefois comme à Épinal où les compagnies de gardes nationales « élisent » trois jeunes gardes nationaux fils de notables pour les envoyer à l’armée : Louis Claudel, fils d’un homme de loi, Joseph Maurice Brouillard, fils de Maurice, ancien garde-marteau des eaux et forêts, juge au tribunal de district, et Gabriel, domestique de M. Launoy, ancien maître des eaux et forêts, président du tribunal de district d’Épinal127. Les trois pères seront emprisonnés comme suspects en 1793, étaient-ils déjà considérés comme contre-révolutionnaires et est-ce la raison de l’élection de leur fils ?

  • 128 ADV, L 539, 37, lettre de Collin, commissaire pour la levée des volontaires, 5 août 1791.
  • 129 ADV, L 539, 34, lettre de Martin, commissaire pour la levée des volontaires, 27 août 1791.

79Pour choisir les gardes nationaux, se mettent en place les regroupements ressemblant fort à ceux de la milice : ainsi à Neufchâteau, Collin propose de réunir « les citoyens et fils de citoyens enrôlés pour faire les réformes nécessitées par l’âge et les infirmités » et si le département ne souhaite pas que les réformes soient faites sur place, il demande l’autorisation de « faire le rassemblement pour connaître la taille, âge ou infirmités des candidats et dresser les listes nécessaires128 ». Martin, à Lamarche, procède de même en regroupant les 25 et 26 août les 336 enrôlés du district pour dresser un état nominatif avec âge, taille et infirmités129. Nicolle, Collin et Martin reprennent ici les modalités de rassemblement des miliciables au chef-lieu de subdélégation quelques années auparavant.

  • 130 ADV, L 539, 32, lettre de Richard, curé de Parey-sous-Montfort, 14 juin 1792.
  • 131 ADV, L 539, 29, lettre de Fourcaulx, curé de Mesnil-en-Xaintois, 3 août 1792.
  • 132 ADV, L 539, 28, lettre d’un laboureur de Tranqueville, 4 août 1792.
  • 133 ADV, L 539, 33, lettre de Claude Begel, procureur de Faucompierre, août 1792.

80Les exemptions en usage au temps de la milice réapparaissent dans des lettres envoyées au directoire du département : un certain Joseph Tocquart de Parey-sous-Montfort demande à ne pas partir car il s’occupe de sa mère, qu’il est fermier et qu’il est laboureur130, on retrouve ici toutes les catégories d’exemption de la milice ! Le curé de Mesnil-en-Xaintois intervient en faveur de « deux volontaires qui sont tombés au sort », avec l’argument que « ces deux garçons travaillent pour faire subsister leur famille131 ». De même, un laboureur de Tranqueville demande que son fils « de faible complexion qui vient d’être inscrit comme volontaire » soit exempté car le père est hors d’état de « pouvoir suivre le train de laboureur132 ». Claude Begel de Faucompierre raconte que « son patriotisme le porta [en juillet 1791] à conduire lui-même ses deux fils par-devant le commissaire pour qu’il choisisse dans les deux le plus capable de porter les armes pour la défense de la patrie », le plus jeune fut choisi et le second qui aide son père au travail de laboureur vient d’être « forcé de tirer au sort malgré ses observations », le père supplie pour qu’il soit exempté car « il faut des défenseurs de la patrie, mais il faut aussi des cultivateurs », il propose que son fils soit « compté comme surnuméraire133 ».

  • 134 ADV, L 539, 31, lettre de Claude Antoine Gérard de Gérardmer, août 1792.

81Les remplacements réapparaissent aussi : tel négociant de Gérardmer, tout en réaffirmant son patriotisme, « il entre bien dans mes principes de voler au secours de la patrie », offre « de mettre à sa place un homme […] très en état de porter les armes » en argumentant « qu’il conduit le train de sa maison » et qu’il ne peut faire lui-même le service134. Antoine Guichard, dont on vient de parler, doit prendre un remplaçant qu’il doit payer 100 écus (300 livres) sur l’ordre de Blampain commissaire du département et Guichard dénonce dans sa pétition ce « moyen répressif si conforme à ceux employés sous l’Ancien Régime » et affirme « que l’on n’attribue pas au défaut de civisme de ne pas s’être présenté pour marcher, ses infirmités seules arrêtent son courage, mais il sait qu’il faut des hommes pour combattre et il ne ferait qu’un soldat d’hôpital ».

  • 135 ADV, L 539, 30, lettre de la commune de Sérocourt, 6 août 1792.
  • 136 ADV, L 539, 51, procès-verbal de levée des patriotes du district de Rambervillers, 4 août 1792.
  • 137 ADV, L 539, 71, lettre de Blampain, commissaire pour le district de Rambervillers, 3 août 1792.

82Enfin, le rachat et le recours au mercenariat réapparaissent comme au temps de la milice : à Sérocourt, le conseil proteste contre le contingent qui lui est fixé (10 volontaires en plus des 4 fournis en 1791), mais « rempli du désir de faire connaître son civisme, [il] n’a pas hésité de remplir son devoir et a sacrifié mille cent [livres] cours du royaume pour se procurer ces dix hommes ; tout le monde s’est cotisé […] mais [la commune] n’a pu fournir que le quart de cette somme135 ». Le cas du maire de Padoux est encore plus flagrant : il refuse de présenter 12 hommes au rassemblement de Rambervillers affirmant « qu’il n’est pas prêt, qu’il les produira quand il jugerait à propos », en fait il veut verser à la place de chaque « volontaire » 100 livres et tirer les 1 200 livres nécessaires de la caisse des bois136. Cette prétention entraîne la fureur du commissaire Blampain qui parle « d’acheter 12 prétendus patriotes » et rappelle les instructions de « prendre des gens choisis, de bonne volonté et non pas des mercenaires », « demain, conclut-il, ce maire présentera ses mercenaires, le commissaire du district en fera ce qu’il jugera à propos, cela ne me concerne plus137 ».

83Des formes et des habitudes de la milice réapparaissent donc dès l’été 1792, ces aspects s’amplifient par la suite lors de la levée des 300 000 en mars 1793.

Conclusion

84Les milices avaient durement marqué le souvenir collectif en Lorraine et restaient très impopulaires, pourtant en dehors des périodes de guerre elles n’avaient touché que peu de jeunes gens. Elles n’influent pas sur le développement des gardes nationales et seuls quelques aspects liés aux recrutements postérieurs à 1792 peuvent les rappeler. Les hommes qui ont servi dans la milice se retrouvent peu parmi les gradés des gardes puis des bataillons de volontaires, contrairement aux soldats et sous-officiers de l’armée d’Ancien Régime. Les gardes nationales de Lorraine se sont mises en place assez tardivement par rapport aux autres provinces françaises. Leur création, mis à part quelques villes, est le résultat de la mise en application administrative des décisions des assemblées nationales, mais dans un contexte d’unanimisme, très éloigné des conflits et affrontements tels que ceux qui ont été étudiés dans le midi. Ces gardes nationales, du fait de leur caractère massif et enthousiaste, sont fondamentalement différentes des milices lorraines d’Ancien Régime. Dans cette masse de gardes nationales sont prélevés, très facilement au début, assez facilement ensuite, des milliers de volontaires (12 000 en 1791, 24 000 en 1792), effectifs très supérieurs à ceux qui avaient été recrutés dans les années 1740 et 1760 pour les milices et régiments de gardes lorraines. En quelques semaines, les Lorrains se sont levés pour défendre leur patrie avec un enthousiasme et une volonté qui n’a pas grand-chose à voir avec les recrutements de milices de l’Ancien Régime. Mais les procédés de la milice pour la levée des hommes réapparaissent et s’amplifient avec l’épuisement du nombre des volontaires, à moins que ce phénomène marginal ne soit amplifié dans la conscience et les représentations des citoyens.

Notes

1 Lieutenant Bernardin, « Miliciens de Lorraine », Revue du cercle militaire, n° 34, 24 août 1907, p. 186-188.

2 Georges Carrot, Une institution de la nation : La Garde nationale, 1789-1871, thèse pour le doctorat de 3e cycle d’histoire du droit, université de Nice, 1979, p. 65.

3 Pierre Boyé, La milice en Lorraine au xviiie siècle, Nancy, Berger-Levrault, 1904, 112 p.

4 ADV, 1C66, ordonnance du 20 octobre 1741.

5 Lieutenant Bernardin, « Miliciens de Lorraine », op. cit., p. 187.

6 Guy Cabourdin, Encyclopédie illustrée de la Lorraine, p. 173.

7 ADV, 1C66, ordonnances du 20 février 1744 et du 27 décembre 1745.

8 F.-J. Nicolas, « Journal de ce qui s’est passé à Nancy… », cité par Guy Cabourdin, Encyclopédie illustrée de la Lorraine, p. 173.

9 Pierre Boyé, op. cit., p. 87-90.

10 ADV, 1C66, ordonnance du 6 février 1751.

11 Pierre Boyé, op. cit., p. 32-34.

12 ADV, 1C66, instruction pour les préposés au travail des recrues, 15 octobre 1759 et ordonnance pour la levée des recrues en Lorraine et Barrois, 25 décembre 1760.

13 Voir les articles de Pierre Heili, « Les charges militaires à Remiremont au xviiie siècle », Romarici Mons, Bulletin de liaison de la société d’histoire locale de Remiremont et sa région, n° 1-2-3, 1985-1986.

14 Pierre Boyé, op. cit., p. 94-98.

15 ADV, 1C66, ordonnance du roi du 27 novembre 1765.

16 ADV, 1C66, ordonnance du roi du 1er février 1768.

17 Pierre Boyé, op. cit., p. 98.

18 Ordonnance du roi du 1er décembre 1774.

19 Voir Pierre Boyé, op. cit., p. 100-101.

20 ADV, 1C66, ordonnances de l’intendant de Lorraine, Moulins de la Porte, 1784, 1785, 1787, 1788.

21 Pour répartir entre les villages et les villes les miliciens à lever, La Galaizière a créé en 1766 des « arrondissements de canton », dans la montagne vosgienne, le canton peut compter une dizaine de communautés.

22 ADV, 1C68, procès-verbaux de tirage de la milice.

23 ADV, 1C68, rôle des garçons et hommes veufs des cantons de Taintrux et de Laveline en 1775, et Moyenmoutier en 1781, 58 cas d’exemption.

24 On appelle « billets noirs » ceux sur lesquels est écrit « milicien ».

25 ADV, 1C68, procès-verbal de tirage de la milice à Laveline en 1767.

26 ADV, 1C68, procès-verbal de tirage de la milice dans la subdivision de Saint-Dié.

27 Pierre Boyé, op. cit., p. 108.

28 E. Martin, Les cahiers de doléances du bailliage de Mirecourt, p. 124, 127 et 149.

29 Pierre Boyé, op. cit., p. 109.

30 Pierre Boyé, op. cit., p. 109.

31 Charles Guyot, Mirecourt pendant la révolution, Nancy, Mémoire de la Société archéologique lorraine, 1902, p. 72.

32 Archives communales de Mirecourt, BB29, registre des délibérations municipales.

33 Jean-Paul et Pierre Rothiot, Vie journalière et Révolution dans la Plaine des Vosges, 1788-1791, Charmes, 1990, p. 274-275.

34 ADV, L 539, état des gardes nationales du district de Neufchâteau, août 1790 ?

35 ADV, Edpt162/CC281, mention de bois fournis au corps à partir du 7 août, récapitulation du 6 décembre 1789.

36 ADV, Edpt162/CC281, facture établie le 1er octobre 1789.

37 ADV, Edpt162/BB40, délibération de la municipalité d’Ancien Régime, 2 octobre 1789.

38 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, maîtrise en cours, université Nancy 2. AMV, H 3, création d’une milice bourgeoise, 31 juillet.

39 Georges Carrot, op. cit., p. 14.

40 Jean-Pierre Harbulot et Jean-Paul Streiff, La Meuse pendant la Révolution, p. 48-50.

41 ADV, Edpt 80 D1, délibérations du comité révolutionnaire de Bruyères.

42 ADV, L 539, état des gardes nationales du district de Neufchâteau, août 1790 ?

43 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, op. cit., AMV, H 3.

44 Archives communales de Mirecourt, BB29, registre des délibérations municipales.

45 ADV, L 689, registre de délibérations du district de Mirecourt, Jean-Paul et Pierre Rothiot, Vie journalière…, op. cit., p. 299-300.

46 Archives communales de Mirecourt, BB29, registre des délibérations municipales.

47 Archives communales de Mirecourt, BB29, registre des délibérations municipales, 1er juillet 1790.

48 ADV, Edpt162/D1, f° 62, délibération du CGC d’Épinal, 14 juillet 1790.

49 Voir la répartition dans le tableau ci-dessous.

50 ADMM, L 2718, dossier de la garde nationale du district de Vézelise.

51 Pour le district de Neufchâteau, le calcul est fait à partir de données se trouvant sur le même document ; pour le district de Sarrebourg les effectifs de 1790 sont confrontés aux effectifs de la garde nationale de 1792 qui enrôlait tous les citoyens actifs.

52 ADMM, L 2271, tableau de la garde nationale du district de Sarrebourg, septembre 1790.

53 ADV, Edpt 472/H7, registre d’inscription de la garde nationale de Tendon.

54 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, op. cit.

55 ADV, L 539, état des gardes nationales du district de Neufchâteau, août 1790 ?

56 ADMM, L 2718, liasse des gardes nationales du district de Vézelise, août à octobre 1790.

57 ADMM, L 2271, gardes nationales du district de Sarrebourg, août à octobre 1790.

58 ADV, L 539, 66, délibération du district de Saint-Dié, 19 juillet 1790.

59 ADV, L 539, 64, délibération du district de Rambervillers, 17 août 1790.

60 ADV, L 539, 1, lettre du commandant de la garde nationale d’Épinal, 22 août 1790.

61 ADV, Edpt 184, 3H7, dossier garde nationale de Fraize, extrait de délibération du directoire du département des Vosges, 21 juin 1791. L’extrait contient le détail par canton.

62 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, ADV, L 1282, Affaires militaires, délibération du directoire du département des Vosges, 21 juin 1791.

63 ADV, Edpt152, 3H1, arrêté du district de Neufchâteau, 22 novembre 1792.

64 ADV, Edpt 472/H7, registre d’inscription de la garde nationale de Tendon.

65 ADMM, L 2271, cas des villages de Herzing, Abreschvillers, Nitting, Baville…

66 ADV, L 539, 73, listes des gardes nationales élus pour le 14 juillet 1792.

67 ADM, L 931, tableaux des compagnies et bataillons des districts de Saint-Mihiel, Commercy, Clermont-en-Argonne, Verdun et Gondrecourt (août 1792). Il manque les données de Bar-le-Duc, Étain et Montmédy.

68 ADMM, L 2271, procès-verbal de vote, canton de Walscheid, district de Sarrebourg, 6 mai 1792.

69 ADV, L539, 5, listes des gardes nationales de Bruyères élus pour le 14 juillet 1792 et base de données sur Gérardmer établie en 2003.

70 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, op. cit., les marcaires sont les propriétaires de troupeaux.

71 ADMM, L 1412, liste des compagnies de la garde nationale de Lunéville. ADM, L 931, listes des quatre compagnies de Commercy, 24 avril 1791.

72 ADM, L 391, état de la garde nationale de Commercy, 24 avril 1791.

73 ADV, L 539, 72, lettre de JB Noël, 15 mai 1792.

74 ADV, L 539, 38, lettre de JB Noël, 19 mai 1792.

75 ADV, L 539, 2, lettre du commandant en chef du bataillon de Raon-l’Étape, 22 mai 1792.

76 ADV, L 539, 71, lettre du commandant en chef de la légion de Lamarche, 1er mai 1792.

77 ADV, L 539, 5, procès-verbal du serment délibératif des districts de Rambervillers, Bruyères et Saint-Dié, 14 juillet 1792.

78 ADV, Edpt 152, 3H1, lettre convocation du district de Neufchâteau, 7 juillet 1792.

79 ADV, L 539, 6, procès-verbal du serment délibératif du district de Bruyères, 14 juillet 1792.

80 ADV, L 539, 67, arrêté du conseil du district de Saint-Dié, 22 août 1792.

81 ADMM, L 2718, dossier de la garde nationale du district de Vézelise.

82 ADMM, L 2718, dossier de la garde nationale du district de Vézelise.

83 ADMM, L 2718, garde nationale du district de Vézelise, commune de Vandeléville, fin juillet 1790.

84 ADMM, L 2718, garde nationale du district de Vézelise, commune de Parey-Saint-Césaire, 22 août 1790.

85 ADV, Edpt 80 D1, délibérations du comité révolutionnaire de Bruyères.

86 ADV, Edpt 184/3H1, lettres de la municipalité de Frenelle-la-Petite, 18 juillet 1790.

87 ADMM, L 728, procès-verbal de visite de la garde nationale de Blâmont, 11 septembre 1791.

88 ADV, Edpt 159/31, extrait du registre de la municipalité de Dounoux, 9 juin 1790.

89 ADV, L 539, 65, délibération du district de Darney, 18 août 1790.

90 ADV, L 539, 78, délibération du district d’Épinal, 9 décembre 1790.

91 ADV, L 539, 60, lettre pétition de la veuve Durand, 3 août 1790.

92 ADV, L 539, 83, délibération du district de Neufchâteau, 12 décembre 1790.

93 ADV, L 539, 84, délibération du district de Neufchâteau, 16 décembre 1790.

94 ADV, L 539, 77, délibération du district de Neufchâteau, 24 septembre 1790.

95 ADV, L 539, 7, délibération du district de Darney, août 1790.

96 ADMM, L 2718, garde nationale du district de Vézelise, commune de Chaumont-sur-Moselle, 21 décembre 1791.

97 Brice Humbertclaude, Ventron pendant la Révolution, op. cit.

98 ADV, Edpt152, 3H1, arrêté du district de Neufchâteau, 20 juillet 1792.

99 ADMM, L 726, 6, lettre du commandant en chef du bataillon de garde nationale de Blâmont, 2 septembre 1792.

100 ADV, Edpt152, 3H1, arrêté du district de Neufchâteau, 2 septembre 1792.

101 ADV, L 539, 82, lettre du district de Neufchâteau au procureur général syndic, 9 septembre 1792.

102 ADV, L 539, 75, extrait d’une délibération du district de Pont-à-Mousson envoyé au directoire des Vosges, 8 septembre 1792.

103 ADV, L 57, délibération du directoire du département des Vosges, 26 juin 1791.

104 ADV, L 57, délibération du directoire du département des Vosges, 12 et 23 août 1791.

105 ADV, L 539, 36 et 26, lettres de Deslon, commissaire pour la levée des volontaires, 5 et 11 août 1791.

106 ADV, L 539, 35, lettre de Deslon, commissaire pour la levée des volontaires, 7 août 1791.

107 ADV, L 539, 41, lettre de Jean-Baptiste Noël, maire de Remiremont, 27 août 1791.

108 ADV, L 539, 43 et 42, lettres de Nicolle, commissaire pour la levée des volontaires, 5 et 19 août 1791.

109 ADV, L 539, 82, lettre des officiers municipaux de Corcieux, 1er août 1791.

110 ADV, L 57, délibération du directoire du département des Vosges, 28 août 1791.

111 ADV, L 539 18, registre de requêtes au directoire du département, août-septembre 1791

112 ADV, L 57, délibération du directoire du département des Vosges, 20 et 27 septembre 1791.

113 Alexandre Bernard, Les bataillons de volontaires nationaux vosgiens affectés à l’armée de Mayence et en Vendée (1791-1794), mémoire de maîtrise, sous la direction de Jean-Paul Rothiot, université Nancy 2, 2003.

114 Ibid., p. 19.

115 Ibid., p. 20-22.

116 ADV, L 539 14, 15, 16 et 18, lettres de Fricot des 31 juillet, 1er, 7 et 8 août 1792.

117 ADV, Edpt 162/H1, registre des engagements volontaires d’Épinal.

118 ADV, L 539, 40, lettre de Delpierre du 1er août 1792.

119 ADV, L 539, 19, liasse de pétitions et extraits de délibérations du district de Rambervillers, 7 août 1792.

120 ADV, L 539, 48 et 49, lettres de Perrin commissaire, 4 et 8 août 1792.

121 ADV, L 539 14, lettre de Fricot du 31 juillet 1792.

122 ADV, L 539 19, lettre des officiers des compagnies de Bruyères, 7 août 1792.

123 ADMM, L 728, 6, délibération de la garde nationale de Blâmont, 2 septembre 1792.

124 ADV, L 539, 22, lettre de deux cultivateurs de Ban-de-Sapt, 6 août 1792.

125 ADV, L 539, 53, lettre de Mangin au directoire du département des Vosges, août 1792.

126 ADV, L 539, 52, lettre de Guichard au directoire du département des Vosges, août 1792.

127 ADV, Edpt 162/H1, registre des engagements volontaires d’Épinal.

128 ADV, L 539, 37, lettre de Collin, commissaire pour la levée des volontaires, 5 août 1791.

129 ADV, L 539, 34, lettre de Martin, commissaire pour la levée des volontaires, 27 août 1791.

130 ADV, L 539, 32, lettre de Richard, curé de Parey-sous-Montfort, 14 juin 1792.

131 ADV, L 539, 29, lettre de Fourcaulx, curé de Mesnil-en-Xaintois, 3 août 1792.

132 ADV, L 539, 28, lettre d’un laboureur de Tranqueville, 4 août 1792.

133 ADV, L 539, 33, lettre de Claude Begel, procureur de Faucompierre, août 1792.

134 ADV, L 539, 31, lettre de Claude Antoine Gérard de Gérardmer, août 1792.

135 ADV, L 539, 30, lettre de la commune de Sérocourt, 6 août 1792.

136 ADV, L 539, 51, procès-verbal de levée des patriotes du district de Rambervillers, 4 août 1792.

137 ADV, L 539, 71, lettre de Blampain, commissaire pour le district de Rambervillers, 3 août 1792.

Table des illustrations

Légende Lieu des combats pour les milices lorraines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-1.png
Fichier image/png, 5,1k
Légende Effectifs des milices et recrues provinciales.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-2.png
Fichier image/png, 6,0k
Légende Procès-verbaux de tirage de la milice.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-3.png
Fichier image/png, 44k
Légende Effectifs des miliciens de la subdélégation de Saint-Dié.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-4.png
Fichier image/png, 3,4k
Légende Effectifs de gardes nationaux par rapport au nombre des citoyens actifs (nombre de villages)51.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-5.png
Fichier image/png, 3,1k
Légende Effectifs des gardes nationales de trois districts en septembre 1790 (nombre de communes par tranche).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-6.png
Fichier image/png, 4,2k
Légende Exemples de constitution des compagnies de Garde nationale, printemps 1792.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-7.png
Fichier image/png, 11k
Légende Canton de Niderviller, district de Sarrebourg.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-8.png
Fichier image/png, 4,2k
Légende Composition sociale de la garde nationale de Gérardmer, Ventron et Lunéville, Commercy.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-9.png
Fichier image/png, 5,4k
Légende Armement des gardes nationales de districts meusiens en 1792.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-10.png
Fichier image/png, 6,6k
Légende Armement des gardes nationales de communes lorraines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-11.png
Fichier image/png, 18k
Légende Commissaires nommés par le département des Vosges, pour la levée des volontaires, juin 1791.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-12.png
Fichier image/png, 7,2k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16627/img-13.png
Fichier image/png, 8,1k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search