Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Troisième partie. Les Gardes en Révolution

Servir dans la Garde nationale de Lyon en 1792

Bruno Ciotti

Texte intégral

  • 1 Bruno Ciotti, « Un rythme révolutionnaire à Lyon : servir dans la Garde nationale (1790-1791) », L (...)
  • 2 Maurice Genty, L’apprentissage de la citoyenneté (1789-1795), Paris, Éd. sociales, 1987.

1Dans une rencontre scientifique antérieure, consacrée en l’an 2000 aux rythmes urbains et dont les actes sont en souffrance de parution1, il avait paru pertinent d’aborder, dans le cadre monographique de la ville de Lyon, le cas du service dans la Garde nationale sous la Révolution. Cette étude initiale s’intéressait aux contingences du service, qui restent peu étudiées alors qu’elles peuvent apporter nombre d’éclaircissements sur un des aspects de l’apprentissage de la citoyenneté2. La recherche avait alors porté sur la période 1790-1791. Ces deux années ont permis l’émergence d’une Garde réellement nationale et non plus « bourgeoise » comme depuis l’été 1789. Cette phase, caractérisée par une organisation et des règlements seulement provisoires, s’achève non pas brutalement mais par une longue transition, avec l’installation, en décembre 1791, d’une nouvelle municipalité qui va devoir faire appliquer le décret du 29 septembre 1791 (loi du 14 octobre de la même année) toujours pas entré en vigueur dans l’ancienne capitale des Gaules.

2La présente communication constitue un prolongement chronologique de ce thème ainsi que son élargissement aux aspects institutionnels et politiques, au cours d’une année importante pour l’évolution politique de l’ancienne capitale des Gaules. En fait, le cadre chronologique concerne une période qui court de décembre 1791 à la fin de l’hiver 1793, jusqu’au moment des troubles qui dévoilent une crise majeure, annonciatrice de la rupture avec la Convention nationale.

3Il s’agit tout d’abord de présenter la nouvelle organisation du service ordinaire, d’appréhender les aspects décisifs de son évolution, avant de présenter un essai de reconstitution des rythmes de service, principalement pour le citoyen d’une des unités de cette garde lyonnaise, et, enfin, de déterminer les difficultés de ce service dans un contexte de plus en plus troublé par le jeu politique.

L’organisation du service en 1792

  • 3 G. Perrenet, « La contribution du Rhône à la défense nationale sous les trois premières assemblées (...)
  • 4 Archives municipales de Lyon (désormais AM Lyon), 1219 WP 014. Liasse « Correspondance expédiée pa (...)
  • 5 AM Lyon, 1222 WP 001. « Registre de l’état des amendes qui ont été prononcés dans les audiences du (...)

4Au début du mois de décembre 1791, alors que se déroulent les opérations de renouvellement du corps municipal, la situation est devenue très difficile pour que soit assuré le service que doit effectuer la Garde nationale. D’une part, les effectifs théoriques sont amputés de plus d’un millier de volontaires partis aux frontières3. D’autre part, parmi l’effectif réel, et donc amoindri, le refus d’assumer l’intensité accrue du service conduit à un relâchement qualifié d’intolérable par la municipalité. Cette dernière ne peut que constater, avec l’état-major de la Garde nationale, que la plupart des postes de garde sont constamment incomplets, voire même parfois totalement dégarnis4. Les sanctions ne semblent pas avoir de vertus dissuasives puisque 80 % du montant des amendes prononcées en novembre et décembre 1791 n’ont toujours pas été recouvrés en mai 1792, moment où les comptes sont apurés5.

  • 6 AM Lyon, 1219 WP 007. Liasse intendance : « ordre de service journalier », 3 décembre 1791.
  • 7 G. Guigue, Procès-verbaux des séances des corps municipaux de la ville de Lyon (publiés par la Mun (...)
  • 8 AM Lyon, 1219 WP 14. « Correspondance expédiée par l’état-major » ; lettre à tous les commandants (...)
  • 9 Olivier Zeller, « Quartiers et pennonages à Lyon à l’époque moderne », Bulletin du Centre d’histoi (...)

5Face à cela, une nouvelle organisation provisoire, pour diminuer le poids du service, est élaborée au début du mois de décembre 1791 par l’état-major, avec l’approbation de la municipalité6. Les dispositions prises ne permettent qu’une faible économie dans le service des postes ordinaires. Il est désormais réclamé 318 hommes par jour – 6 officiers, 16 sergents, 21 caporaux et 275 fusiliers – contre 348 précédemment7, soit 300 fusiliers et 48 membres de l’encadrement. Le gain, substantiel, s’effectue au détriment du service de piquet. Celui-ci n’est plus maintenu par quartier comme auparavant8. Seul subsiste un piquet commun pour 4 sections ; c’est-à-dire un total de 7 pour les 28 subdivisions de la ville9 : cela ne nécessite plus que l’emploi quotidien de 168 hommes (7 officiers, 7 sergents, 14 caporaux et 140 fusiliers) contre 672 – dont 560 fusiliers – dans le dispositif antérieur. Au total, chaque journée ne sollicite plus l’ambitieux emploi de 1 020 membres de la Garde nationale. Dorénavant, 486 hommes (13 officiers, 23 sergents, 35 caporaux et 415 fusiliers) doivent suffire à remplir l’essentiel du service ; soit une réduction de plus de la moitié des effectifs. Ce dispositif va rester en vigueur jusqu’au début du mois de mai 1792, moment où entre en vigueur l’organisation définitive voulue par la loi du 14 octobre 1791.

  • 10 Maurice Wahl, Les premières années de la Révolution à Lyon (1788-1792), Paris, A. Colin, 1894, p. (...)

6La réorganisation de la Garde nationale de Lyon est une entreprise de longue haleine, qui est menée par la nouvelle équipe municipale. En fait, les élections ne modifient pas sensiblement la municipalité dans sa composition et dans son esprit10. Le 21 décembre voit la réélection de Louis Vitet comme maire qui, dès lors, s’emploie à réaliser ce qu’il n’avait pas entrepris à la fin de son précédent mandat.

7À partir du 4 janvier 1792, jusqu’au 12 du même mois, des registres sont ouverts chez les chefs de bataillons, de 8 heures du matin jusqu’à midi puis de 14 heures à 19 heures pour recevoir les inscriptions dans la Garde nationale. À la suite de quoi, les autorités complètent le défaut d’inscription et effectuent la répartition des inscrits entre les bataillons afin d’obtenir des effectifs plus homogènes.

  • 11 BM Lyon, Fonds Coste, 113 105. « Procès-verbal de la nomination des officiers de garde nationale d (...)
  • 12 AM Lyon, 1219 WP 014. « Correspondance expédiée par l’état-major » ; lettre du 29 septembre 1791 à (...)

8Jusqu’alors le service s’effectuait par bataillon, dans le cadre rigide d’une optique qui voulait un seul bataillon par quartier et les citoyens d’un seul quartier pour former cette unité. Or les inégalités de la répartition de la population entre les quartiers, tant au niveau numérique que pour la composition sociale, ont amené des situations parfois ubuesques. D’un bataillon à l’autre les effectifs peuvent varier du simple au double, voire au triple entre les cas extrêmes. C’est ainsi que les gardes nationaux de Rue Tupin, guère plus de 350 à l’origine11, doivent effectuer le même service (mais pas avec la même intensité) que ceux du Griffon, qui disposent du double de compagnies. D’ailleurs à l’automne 1791, ce bataillon de Rue Tupin, réduit à moins de 300 membres, ne peut plus assumer sa charge et les autres unités suppléent difficilement à cette défaillance12.

  • 13 Ces 7 sections sont : Fédération, La Guillotière pour la première légion ; le Gourguillon pour la (...)
  • 14 Sur la formation et l’élection de l’encadrement de ces compagnies de grenadiers, voir les procès-v (...)
  • 15 Ces nouvelles compagnies se forment en juillet 1792 ; voir également AM Lyon, 1221 WP 002.

9Cette inégalité entre les quartiers, déjà prise en compte pour les élections puisque certaines sections très peuplées ont été subdivisées en deux arrondissements, l’est maintenant pour atténuer les disparités du service entre les quartiers. Sept quartiers, qui disposent d’un trop grand nombre de citoyens inscrits pour servir, forment chacun deux bataillons13 ; ce qui porte le nombre de ces unités à 36 et elles se répartissent équitablement en quatre légions. Les bataillons comportent tous quatre compagnies (à l’effectif similaire), en attendant la création ultérieure de la compagnie de grenadiers14, puis éventuellement celle de canonniers15.

  • 16 AM Lyon, 1221 WP 001. Procès-verbal de la section du Change, du 5 février 1792. L’effectif des qua (...)
  • 17 AM Lyon, 1221 WP 001. Procès-verbal de la section de Rue Buisson, du 12 février 1792.

10Egalement, le surplus d’effectif dans une unité permet de renforcer les bataillons moins nombreux de certaines sections. Ainsi, pour compléter sa quatrième compagnie, de seulement 67 hommes, le bataillon du Change reçoit le renfort des maisons n° 59 à 81 du quartier de La Juiverie, soit 65 citoyens supplémentaires ; ce qui permet l’existence d’un bataillon à l’effectif suffisant16. Ces nouvelles dispositions peuvent bien sûr contrarier les citoyens d’un quartier. Ceux de Rue Buisson se plaignent que certains des citoyens d’une maison de la section font le service avec leur bataillon tandis que les autres appartiennent à un autre bataillon ; ils demandent que tous les citoyens de cette maison relèvent de Rue Buisson17. À l’exception des cas extrêmes de fragmentation, ce nouveau procédé est généralement bien admis.

  • 18 Antonino de Francesco, « Le quartier lyonnais de La Croisette pendant les premières années de la R (...)
  • 19 Maurice Wahl, Les premières années…, op. cit., p. 506-507.
  • 20 Peut-être se souvenait-il de son incapacité notoire en juillet 1790.
  • 21 G. Guigue, Procès-verbaux des séances des corps municipaux de la ville de Lyon (publiés par la Mun (...)

11Une fois les bataillons et leurs compagnies formées, se déroulent les multiples séances consacrées aux différentes élections pour nommer l’encadrement des compagnies, celui de l’état-major des bataillons, puis les états-majors des légions. Si le cas du quartier de La Croisette montre une ouverture importante des places d’officiers subalternes au monde artisanal et du moyen commerce18, les résultats apparaissent généralement conformes à la notoriété et au prestige local des candidats19. La haute bourgeoisie remporte les faveurs du scrutin, avec les de Jessé, Bollioud, Badger et Vernon qui figurent à la tête des légions, et avec Dervieu de Villars – ancien commandant en chef en 1790 – qui obtient la faveur populaire, le 18 mars, pour la place de commandant général de la Garde nationale. Toutefois, le nouvel élu décline cet honneur20 et la nouvelle procédure électorale sanctionne, le 5 avril, par 4 659 voix sur 5 833 votants, le choix du candidat du Club central, Joseph Julliard, ancien militaire et ouvrier en soie du quartier de La Grande Côte. D’ailleurs pour favoriser l’élection de ce citoyen passif, la municipalité prévoit de lui octroyer 4 000 livres d’honoraires ainsi que différents avantages en nature21.

  • 22 A. Kleinclausz (dir.), Histoire de Lyon, tome 2 : De 1595 à 1814, Lyon, Masson, 1948, p. 290.
  • 23 Archives départementales du Rhône (désormais AD Rhône), 1 L 820. « Ordre du service ordinaire et j (...)
  • 24 AD Rhône, 1 L 820. « Ordre du service ordinaire et journalier pour les quatre Légions de la Garde (...)
  • 25 Séances des corps municipaux, t. III, op. cit., p. 152, séance du 8 mai.

12Maintenant il devient possible de réaliser un nouvel ordre de service. C’est alors que la proposition faite par l’état-major et le commandant de la Garde nationale ravive le conflit entre la municipalité et les directoires22. Ce projet d’organisation, élaboré à la fin du mois d’avril, permet de pouvoir attribuer les postes de garde les plus importants aux escouades de grenadiers23. Ces groupes sont essentiellement, voire uniquement, composés de citoyens appartenant aux classes sociales les plus élevées, et donc considérés comme des outils aux mains de la haute bourgeoisie. La municipalité empêche cela, contre l’avis des directoires qui soutiennent l’état-major. Elle remporte cette manche de facto au terme d’un conflit qui n’aura pas été réglé de jure, l’Assemblée nationale préférant laisser le dossier enterré. La victoire municipale a été rendue possible par le ralliement de Julliard qui se détourne de ses collègues à la tête des légions. Le 7 mai, la municipalité accepte le nouvel ordre de service conforme à ses vues et élaboré par Julliard24. Dès le lendemain, le commandant reçoit un acompte de 500 livres sur son traitement25.

  • 26 section IV, art. 3. « Le tour commencera toujours par la première escouade de la première compagni (...)
  • 27 À ce moment, chaque bataillon comprend 4 compagnies de fusiliers et une de grenadiers (issue des p (...)

13Ces nouvelles dispositions pour le service ne parviennent pas à entrer en vigueur, non pas tant en raison de la dispute qui a prévalu pour son élaboration mais parce que des dispositions de la loi du 14 octobre 1791, mise pour la première fois en œuvre à Lyon, heurtent la sensibilité des citoyens. Julliard, se conformant au texte législatif26, prévoit des groupes de 8 escouades : 5 issues des 5 compagnies27 d’un bataillon plus 3 en provenance du bataillon suivant. Aussi le commandant-général écrit-il à un subordonné :

  • 28 AM Lyon, 1219 WP 014. Lettre de Julliard au commandant du 1er bataillon de la 3e légion, du 10 mai (...)

« Je vous envoie l’ordre de service qui a été tiré hier pour votre bataillon pour dimanche prochain 13 du courant. Vous fournirés 5 escouades de votre bataillon, en commençant par la première compagnie et en finissant par la dernière. Le surplus du service sera exécuté par le second bataillon avec lequel je vous prie de vous entendre28. »

  • 29 AM Lyon, 1219 WP 014. Lettre de Julliard au commandant de bataillon Dufournil, du 25 mai 1792. («  (...)

14D’abord, cette organisation a pour base la concorde qui doit régner entre les chefs de bataillon ; et par conséquent peut être mise à mal en cas de mésentente. Surtout les citoyens n’apprécient pas de faire le service en dehors du cadre de leur bataillon, avec des concitoyens des autres unités. Enfin, les chefs de légion exploitent ce mécontentement pour se venger de leur commandant, en refusant d’appliquer les ordres29. Julliard capitule le 28 mai :

  • 30 AD Rhône, 1 L 820. Lettre du commandant-général de la Garde nationale de Lyon à chacun de messieur (...)

« D’après plusieurs réclamations fondées sur les difficultés qu’on apporte à l’exécution de l’ordre de service mis en activité d’après la proclamation du roi, le service journalier se continuera par bataillon, c’est-à-dire que le bataillon qui sera commandé fournira les cinq premières escouades de chaque compagnie et les trois secondes escouades des trois premières compagnies avec tous les officiers et les sous-officiers nécessaires au service ordinaire. […] Ce nouvel ordre apportant plus d’économie dans le temps sera sans doute exécuté avec plus de zèle ; vous voudrez bien en donner avis aux commandants en chef des bataillons de votre légion, surtout à celui du 9e par qui nous commencerons30. »

  • 31 Louis Trénard, Lyon. De l’Encyclopédie au Préromantisme, Paris, PUF, 1958, tome 1, p. 323-324.

15Ce nouveau dispositif débute le 1er juin et, malgré de multiples modifications du nombre d’escouades par postes, malgré de nombreux changements de postes, malgré le tourbillon événementiel du second semestre31, il reste immuable dans son principe général. A-t-il permis un allégement du poids du service ?

Le service et son rythme, principalement à travers le cas du bataillon de Port Saint-Paul

  • 32 Olivier Zeller, « Quartiers et pennonages à Lyon… », art. cit., p. 47.
  • 33 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 179-183 (...)

16Présenter le rythme du service n’est pas chose aisée et comporte inévitablement un aspect virtuel. Le choix s’est porté sur l’étude du cas du bataillon de Port Saint-Paul. Cette section est issue du quartier du même nom dont le tracé, qui remonte à la réforme des pennonages de 1746, met toujours en évidence un caractère avant tout militaire, avec le souci d’un rassemblement rapide des hommes32. Port Saint-Paul est situé sur la rive droite de la Saône, au bord de la rivière ; il appartient à ce côté de la cité qui poursuit, au début des années 1790, un déclin progressif : la capitation de 1788 révélait son caractère populaire puisque la valeur moyenne y était inférieure d’un tiers à celle pour l’ensemble de la ville33.

  • 34 AD Rhône, 31 L 20. « Registre des délibérations du District Saint-Paul (Concorde) », du 18 janvier (...)

17Outre ces caractéristiques, Port Saint-Paul intéresse aussi parce qu’il est un des rares quartiers pour lequel le registre des délibérations34 a été conservé. Celui-ci porte sur la période 1790-1793 et contient de multiples renseignements sur le bataillon de Garde nationale et ses activités, à commencer par des données sur les effectifs de la période 1790-1792.

  • 35 AD Rhône, 31 L 20. « Registre des délibérations du District Saint-Paul » ; séances du 21 juin 1790 (...)

18Lors de sa seconde formation, en février 1792, le bataillon de Port Saint-Paul dispose d’un effectif légèrement inférieur à celui de ses débuts : 560 citoyens effectuaient le service en 1790, ils sont 534 recensés en février 179235. Ce dernier chiffre correspond bien à la moyenne d’ensemble des bataillons à ce moment. Le nombre des hommes oscille généralement entre 520 et 540 par unité. La plus faible valeur concerne la force armée de Bon Rencontre avec 492 membres ; la plus élevée est 567 pour la section de Plat d’Argent. L’homogénéisation numérique des bataillons est avérée.

  • 36 Ibidem ; séance du 7 février 1792.
  • 37 AM Lyon, 1221 WP 002. Procès-verbal de la formation de la compagnie de grenadiers du bataillon de (...)
  • 38 Loi relative à l’organisation de la Garde nationale, du 14 octobre 1791 (décret de l’Assemblée nat (...)
  • 39 AM Lyon, 1221 WP 002. Procès-verbal de la formation de la compagnie de canonniers du bataillon de (...)

19Cet aspect se retrouve aussi au niveau des subdivisions des unités. Chaque bataillon comprend initialement quatre compagnies ; pour Port Saint-Paul l’effectif de ces dernières s’élève à 139, 132, 134 et 129 citoyens actifs36. On remarque à nouveau le caractère homogène des effectifs. Peu après, chaque compagnie fournit, selon une procédure non précisée, vingt de ses hommes pour créer la compagnie de grenadiers du bataillon37, conformément à la disposition législative38. Plus tard, à l’été, chaque bataillon doit aussi participer à la constitution des compagnies autonomes de canonniers39 ; toutefois, ces derniers continuent à faire le service ordinaire au sein de leur bataillon d’origine.

  • 40 G. Perrenet, « La contribution du Rhône à la défense nationale… », art. cit., p. 274-280.
  • 41 Sur leur effectif global proche de 2 900 hommes, les 36 compagnies de grenadiers doivent fournir 4 (...)
  • 42 Décret du 1er août 1792, reproduit in E. Deprez, Les volontaires nationaux (1791-1793), Genève, Sl (...)
  • 43 Sans qu’il soit possible d’apporter des éléments quantitatifs précis, de multiples mentions de la (...)

20L’effectif des bataillons, et de leurs subdivisions, a sans nul doute été fluctuant au cours de l’année 1792. Les nouvelles demandes pour le recrutement militaire ont amoindri les unités. Près d’un millier de Lyonnais s’engagent dans les troupes de ligne. Plus de 3 600 candidats s’inscrivent parmi les volontaires, soit pour renforcer les bataillons créés l’année précédente, soit pour mettre sur pied de nouvelles unités ; tous ne partent pas mais les quelque 1 500 qui prennent la route des frontières proviennent en grande partie de la Garde nationale40. Les compagnies de grenadiers et de canonniers sont particulièrement affaiblies par la réquisition particulière (et supplémentaire) du général Montesquiou. Celui-ci leur réclame, en août, 15 % de leurs membres pour l’armée du Midi41. Ces pertes globales furent compensées par l’ouverture légalisée de la Garde nationale aux citoyens passifs42, même si ces derniers y étaient déjà présents dès l’origine43.

  • 44 Loi relative à l’organisation de la Garde nationale, du 14 octobre 1791 (décret de l’Assemblée nat (...)

21Ces fluctuations de l’effectif perturbent surtout durant l’été ; or, à ce moment, la nouvelle organisation du service ne réclame plus un nombre déterminé d’hommes par poste de garde mais un nombre précis d’escouades. Chaque compagnie est divisée en deux pelotons, quatre sections et huit escouades44, ces dernières subdivisions devenant l’unité de base pour garnir les postes. Dans le cas de Port Saint-Paul, l’effectif d’une escouade s’élève, avant l’été, à une dizaine d’hommes : un peu moins (neuf en théorie) pour la compagnie de grenadiers, un peu plus (de douze à quatorze) pour les groupes de fusiliers.

  • 45 AM Lyon, 1219 WP 016.

22Pour connaître l’emploi des escouades par bataillon, il convient de consulter une autre source capitale du service en 1792 : le registre journalier de la Garde nationale de Lyon45. Ce document commence le 1er juin 1792, avec la nouvelle organisation mise en place. En fait, il n’est complet qu’à partir du 20 octobre et se prolonge jusqu’au 18 avril 1793. Pour cette période, il indique journellement le bataillon en service pour chacune des quatre légions, les postes occupés par chaque bataillon, le nombre d’escouades et de gradés par poste. Pour la période précédente, ces renseignements ne sont fournis que pour la seule première légion ; mais comme le principe de service des bataillons des autres légions est connu et vérifié par la suite, il a été possible de compléter les données manquantes. Par contre, pour les cinq premiers mois de l’année, la reconstitution s’avère toute virtuelle, en raison des éléments fragmentaires disponibles quant à l’ordre provisoire de service.

23Au cours de ce qui constitue presque la totalité du premier semestre de l’année 1792, et en tenant compte du nombre d’hommes demandés, de l’effectif du bataillon et de l’ordre de service, un fusilier de la première compagnie du bataillon de Port Saint-Paul a été nécessairement appelé à trois tours de garde de la ville. À partir du mois de juin, la nouvelle organisation réclame des escouades fournies par un bataillon dans chaque légion. En conservant un cas de figure similaire au précédent – c’est-à-dire pour un fusilier de la première escouade, première section, premier peloton de la première compagnie – on obtient cinq tours de garde jusqu’à la fin du mois de décembre. Ce total annuel de huit journées de service pour 1792 est similaire au rythme des deux années précédentes (8 à 9 journées annuelles pour un total modal de 17 jours en 1790-1791) : soit un tour de garde toutes les six à sept semaines.

  • 46 Séances des corps municipaux, t. III, op. cit., p. 142-143, séance du 1er mai.
  • 47 BM Lyon ; Fonds Coste, 351 147. « Lettre au commandant général de la garde nationale de Lyon par u (...)

24Ce résultat se révèle bien inférieur aux calculs de la municipalité. Cette dernière, dans son projet pour financer une troupe soldée, estimait que chaque citoyen devait douze tours de garde par an46. Malgré tout, ces huit journées consacrées au service restent lourdes à supporter pour les gardes nationaux les moins fortunés. Déjà en 1790, un auteur anonyme réclamait, dans une brochure imprimée, une limitation des tours de garde à quatre ou six pour « la classe la plus malheureuse47 » alors que les effectifs étaient moins importants.

  • 48 Raphaël Chauvin, La garde nationale de Lyon : naissance et formation (juillet 1789-septembre 1792)(...)
  • 49 AM Lyon, 1219 WP 014. Lettre de Julliard à Blot, procureur-syndic du District, 9 août 1792.

25À ses débuts, la Garde nationale de Lyon comprend, selon une estimation théorique faute d’états précis, au moins 12 000 personnes ; soit un doublement de l’effectif par rapport aux milices bourgeoises48. Avec la réorganisation de 1792, quelque 18 000 citoyens servent au premier semestre, d’après l’évaluation faite par le commandant-général49. Cette importante augmentation des effectifs (+ 50 %) n’a pas produit d’effet quant à une réduction des tours de garde. Ce gain du nombre des membres a été absorbé par l’utilisation de l’escouade comme unité des effectifs assignés à chaque poste.

  • 50 BM Lyon ; Fonds Coste, 356 064. Almanach de la garde nationale de Lyon pour l’année MDCCXC, Lyon, (...)
  • 51 En fait, du lundi midi jusqu’au lendemain même heure environ.

26Par contre un changement est survenu, concernant le jour du service. En 1790-1791 celui-ci était fixe et immuable pour chaque bataillon. Chaque bataillon était appelé dans l’ordre des quartiers issu de la réforme de 1746 et Port Saint-Paul se trouvait au douzième rang (même si son bataillon est le vingt-cinquième de la ville)50. L’existence de seulement 28 bataillons aboutissait à un cycle régulier du jour de garde, d’où des aigreurs (ou des avantages) pour certains à ne servir que le dimanche, pour d’autres (plus nombreux) de devoir opérer toujours sur des journées de travail. Les hommes du bataillon de Port Saint-Paul intervenaient, eux, toujours un lundi51.

  • 52 Ce refus, larvé depuis l’automne 1791 (voir AM Lyon, 1221 WP 001. Lettre du commandant Frachon à l (...)

27En 1792, avec l’augmentation du nombre des bataillons à 36 et leur répartition en 4 légions, chacun d’eux est sollicité tous les 9 jours. En fait, le cycle du service n’a pas eu tout à fait cette régularité en raison de la sécession du quartier de la Guillotière52. Les deux bataillons de cette section veulent fonctionner de manière autonome, à l’instar des communes voisines (Vaise, Cuire-Croix Rousse), et ils ne font le service que pour le poste installé sur leur territoire. Les autres regroupements d’unités sont obligés de pallier cette défection survenue dans la première légion. Pour autant, cela ne modifie pas grandement le tour des appels, ni la répartition des jours sollicités. Lors du semestre compris entre fin octobre 1792 et début avril 1793, période pour laquelle le jour de service des unités est connu avec assurance, le bataillon de Port Saint-Paul, qui est devenu le cinquième de la deuxième légion, est appelé 20 fois au service : deux fois un mercredi et trois fois pour chacun des autres jours de la semaine. La réorganisation permet donc une meilleure répartition des jours du service.

28La garde de la ville, pour importante qu’elle soit, ne saurait résumer la totalité des activités des gardes nationaux. Les citoyens sont aussi mobilisés lors des fêtes et cérémonies. Dans ce domaine les activités restent du même ordre numérique que précédemment avec six sollicitations pour l’année 1792. Au regard des élections, l’année fut fertile en assemblées pour la désignation du nouvel encadrement des unités et de leurs subdivisions, principalement entre début février et début avril en raison de la réorganisation d’ensemble. Par contre, la Garde nationale fait l’objet de beaucoup moins de délibérations dans le registre de Port Saint-Paul. Est-ce le signe d’un fonctionnement satisfaisant du service ? Le faible nombre de démissions des places de l’encadrement semble le confirmer alors que les désistements de gradés furent fréquents en 1791. De façon plus générale, une autre confirmation est donnée de la part de la municipalité et de l’état-major de la Garde nationale, par l’absence de récriminations sur des dysfonctionnements majeurs dans le service ordinaire.

  • 53 Ainsi pour les principales localités de la Meurthe (Nancy, Lunéville, Toul, Pont-à-Mousson), voir (...)

29Cette meilleure acceptation des obligations provient vraisemblablement de l’allégement de la charge du service de piquet. Le bataillon de Port Saint-Paul participe alternativement avec ceux de Pierre-Scize, de la Juiverie et du Change à la garde journalière de l’ensemble du territoire de ces quatre sections. La situation modale, en 1792, pour un fusilier de Port Saint-Paul aura été d’effectuer trois tours de cette surveillance ; c’est-à-dire une fois tous les quatre mois : une fréquence bien plus supportable qu’auparavant puisque le service de piquet revenait toutes les trois semaines. De plus, il ne semble pas que les dispositions réglementaires pour les manœuvres et l’entraînement des bataillons, prévus le dimanche après-midi, aient été suivies de beaucoup d’effets dans la réalité, contrairement à d’autres cités53.

30Au final, l’ensemble du poids du service s’avère moindre en 1792 et, par conséquent, l’acceptation des obligations meilleure par les membres de la Garde nationale. Toutefois, cela n’indique pas pour autant l’absence de difficultés importantes, notamment pour assurer le maintien de l’ordre.

Les difficultés et le contexte du service

  • 54 AM Lyon, 1219 WP 007. Liasse « Commandant et état-major : correspondance 1790-1792 » ; lettre du 2 (...)
  • 55 1219 WP 007. Liasse « Rapports des postes de garde et piquets, 1791-1793 » ; rapport du lieutenant (...)
  • 56 1219 WP 007. Liasse « Rapports des postes de garde et piquets, 1791-1793 » ; lettre de Mr. Algure, (...)
  • 57 1219 WP 007. Liasse « Organisation et réclamations, 1791-1792 » ; protestation des hommes du pique (...)
  • 58 1219 WP 014. Lettre de Julliard aux chefs des légions, du 9 mai 1792 (pour former un conseil de di (...)
  • 59 Séances des corps municipaux…, t. III, op. cit., p. 176, séance du 9 juin. Il est décidé que le co (...)
  • 60 AD Rhône, 31 L 20, « Registre des délibérations du District Saint-Paul » ; séance du 12 juillet 17 (...)

31Le déroulement du service en 1792 ne s’effectue pas sans les menus problèmes usuels de cette activité. Les rapports mentionnent toujours des difficultés avec la tenue des hommes, leur peu d’application dans le service, etc. Ce sont souvent les mêmes individus qui refusent leur tour de garde54, d’autres ne respectent pas les consignes et perturbent parfois le bon déroulement du service55. Il arrive également que des postes de garde soient mal tenus56 ou que des officiers se montrent trop laxistes pour punir les réfractaires57. Toutefois la bonne exécution d’ensemble du service ordinaire explique sans doute pourquoi les sanctions prises par les conseils de discipline des bataillons58 sont fréquemment atténuées par le comité militaire59 ; ainsi Martin fils, du bataillon de Port Saint-Paul, sanctionné de quatre jours de prison pour avoir semé la pagaille à son poste et s’être disputé avec un officier, voit le jugement cassé et ramené à deux jours d’arrêt60. Cependant, de nouvelles sortes de difficultés apparaissent en 1792.

  • 61 AM Lyon, 1219 WP 007. Liasse « Commandant et état-major ; correspondance 1790-1792 » ; pétition du (...)

32La création de compagnies de grenadiers ne va pas sans susciter des rivalités avec les autres subdivisions des bataillons. Le prestige qui entoure les grenadiers accentue la perception leurs défaillances dans le service, en exacerbant le ressentiment des autres membres de la Garde nationale. À la fin du mois d’octobre, deux escouades de la seconde compagnie du bataillon des Terreaux devaient faire le service de piquet avec deux escouades de la compagnie de grenadiers. Ces dernières ne sont pas venues et la deuxième compagnie se dit « fatiguée de faire le service des grenadiers qui ne se font gloire qu’aux parades » ; les fusiliers réclament, en sanction, que les grenadiers soient appointés d’une garde aux postes de la ville les plus éloignés du quartier61.

  • 62 Séances des corps municipaux, t. III, op. cit., p. 74, séance du 29 février.
  • 63 1219 WP 007. Liasse « Rapports des postes de garde et piquets, 1791-1793 » ; rapport du fusilier B (...)

33Les rapports contiennent un autre élément nouveau : l’émergence de frictions politiques plus intenses entre les individus. Cela transparaît au moment de l’élection de l’encadrement et au sein même des activités du service. En février 1792, la section de Porte-Froc adresse une requête aux motifs politiques (et jugée non fondée) contre la nomination du citoyen Thiars, dit Beauvernois, au grade de sous-lieutenant62. À la même époque, pendant un tour de service, deux citoyens ne cessent d’importuner un troisième quidam et refusent, à l’avenir, de servir avec lui car ils le considèrent comme un muscadin63.

  • 64 Pour 1790, il suffit de penser au rôle de la Garde nationale pour éliminer la concurrence du corps (...)
  • 65 Françoise Bayard, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1997, p. 180-183.
  • 66 Bruno Benoit, « Un espace révolutionnaire : Lyon de 1789 à 1799 », Les espaces révolutionnaires, a (...)

34L’aspect politique était bien déjà présent auparavant64 mais pas avec la même prégnance, ni de la même manière. Le rôle de la Garde nationale, non seulement pour le maintien de l’ordre mais surtout dans le jeu des clivages politiques, devient de plus en plus essentiel en 1792. L’ancienne capitale de Gaules était qualifiée de turbulente sous l’Ancien Régime, notamment en raison des conflits du travail65, et les débuts de la période révolutionnaire ne contredisent pas vraiment cette réputation, notamment en 179066. Ce qui caractérise principalement l’année 1792, davantage que le nombre de journées tumultueuses, c’est le climat de tension presque permanent qui use les individus en service. Une première illustration peut en être donnée pour la période de la fin de l’hiver et du début du printemps, quand se succèdent à un rythme fréquent les troubles religieux et ceux qui surviennent lors des spectacles.

  • 67 Sur cet aspect, voir Louis de Combes, L’agitation au théâtre de Lyon en 1792, Trévoux, Jeannin, 19 (...)
  • 68 Reichardt, Un Prussien en France en 1792. Lettres intimes de Reichardt, Paris, Perrin, 1892, p. 13 (...)
  • 69 Opéra-folie en vers et en deux actes, de Beffroy de Régny.

35Le spectacle est devenu un moment et un lieu où le public exprime ses sentiments politiques en réagissant aux différentes scènes67. Lors de son passage à Lyon, le musicien prussien Reichardt, ancien maître de chapelle de Frédéric II, a laissé un témoignage très vivant de ces représentations chahutées68 : Le Club des Bonnes Gens (ou Le Curé français69) est l’occasion de se moquer des associations de patriotes tandis que l’air « Ô Richard, ô mon roi, l’Univers t’abandonne » de l’opéra de Grétry et Sedaine, Richard Cœur de Lion, contient une allusion transparente.

  • 70 Après l’interdiction du Club des bonnes gens, décidée le 23 février, l’agitation persiste et néces (...)
  • 71 Séances des corps municipaux…, t. III, op. cit., p. 89, séance du 13 mars.

36Devant ces « désordres qui se commettent journellement au spectacle », la municipalité s’indigne de l’attitude du public qui oblige la Garde nationale à un service plus exténuant70 : « Une tranquillité qui n’est due qu’à la force n’est pas celle qui convient à un peuple libre ; il ne faut pas que les citoyens, qui ne se rassemblent que pour se délasser, inspirent de continuelles inquiétudes, et contraignent la garde nationale à un service extraordinaire71. » Pourtant, cela n’est rien en comparaison des tumultes occasionnés par la crise religieuse.

  • 72 Maurice Wahl, Les premières années…, op. cit., p. 467-470.
  • 73 Séances des corps municipaux…, III, op. cit., p. 124, séance du 14 avril. Le défenseur des prévenu (...)
  • 74 abbé Aimé Guillon de Montléon, Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Lyon pendant la Ré (...)

37Durant la même période, les incidents se multiplient dans ou aux abords des lieux de culte, que la municipalité ferme d’ailleurs au fur et à mesure72. L’action de la Garde nationale s’effectue sous de la vindicte de ceux qui s’affrontent sur la question religieuse : une intervention active contre un édifice religieux est jugée comme une persécution par les fidèles ; le fait de s’interposer pacifiquement entre les partis à la sortie des offices indique forcément une collusion avec les prêtres réfractaires. On regarde de travers les piquets d’intervention ; on les bouscule quand cela est possible ; les femmes, surtout, les invectivent. En plus, la présence d’une force armée n’empêche pas les voies de fait sur un officier municipal le 14 mars73. Cette inefficacité pour certains, ou inaction pour d’autres74, est jugée avec sévérité : la Garde nationale manque à ses devoirs et favorise les désordres.

  • 75 Maurice Wahl, Les premières années…, op. cit., p. 511-513.

38Le climat de tension s’alourdit encore au mois de mars, quand la municipalité, dans la crainte d’une conjuration royaliste, fait amener à l’Hôtel de ville de la poudre et des canons tirés de l’Arsenal. Un climat oppressant persiste encore en mai dans les bataillons lyonnais : la crise sur le nouvel ordre de service entraîne son lot d’écrits anonymes et de pétitions75. Pourtant la Garde nationale apparaît encore comme le dernier garant de l’ordre social. À la fin du mois de mai 1792, un bourgeois de Lyon écrit à un correspondant de Genève :

  • 76 M.-O. Monod, « Lettres de Guillaume Benoît Couderc, bourgeois de Lyon, député à l’assemblée Consti (...)

« On s’aperçoit qu’à Paris, à Lyon et dans d’autres grandes villes, il souffle un vent fâcheux contre les clubs et que la garde nationale bien organisée, composée de citoyens propriétaires, père ou fils de famille, chefs de commerce et d’ateliers, forme véritablement le corps national, sous les drapeaux duquel se rangent tous les citoyens qui, Dieu merci, forment la majorité de la Nation et qui tous veulent la Constitution, la subordination et la tranquillité. Je vois ici sous mes yeux combien ce corps devient important contre les factieux et les ennemis du dedans et qu’il sera promptement en état de le devenir contre ceux du dehors76. »

  • 77 AM Lyon, 1219 WP 007. Voir la liasse « Réquisition des gardes nationaux pour le service de l’armée (...)

39L’été s’avère rude également pour les membres de la Garde nationale, devant les nombreuses sollicitations destinées à renforcer l’armée active. Les compagnies de grenadiers et de canonniers font notamment la difficile découverte de l’obligation militaire avec la réquisition du général Montesquiou. Les procès-verbaux de la désignation du contingent à fournir par chacune de ces unités des bataillons regorgent de manifestations de la mauvaise volonté des citoyens, comme les demandes pour diminuer le poids du prélèvement, et des moyens mis en œuvre pour obtenir le nombre requis d’hommes, tel l’achat de « volontaires77 ». Ces difficultés se retrouvent l’année suivante dans les campagnes, au moment de l’exécution de la levée des 300 000 hommes.

  • 78 Eugène Moutarde, « Un témoin de la Révolution française : Benjamin Cuendet, officier de la garde na (...)
  • 79 abbé Aimé Guillon de Montléon, Mémoires…, t. 1, op. cit., p. 124-126.

40Les compagnies de grenadiers sont considérées comme l’élite de la Garde nationale, et comme étant les unités les plus aptes à s’opposer aux mouvements populaires78. Leur affaiblissement durant l’été a sans doute été lourd de conséquence pour la suite. En effet, la mauvaise tournure que prend la guerre accentue davantage le morose contexte lyonnais, avec pour moment culminant le massacre des officiers du Royal-Pologne le 9 septembre. L’attaque de la prison de Pierre-Scize, lieu de détention des militaires, intervient un dimanche pendant que l’ensemble de la Garde nationale est mobilisée loin des lieux de l’émeute, pour une cérémonie de prestation de serment. Les renforts envoyés pour secourir les escouades de grenadiers, chargées de la garde des prisonniers, arrivent trop tard pour circonscrire l’émeute et se laissent déborder par la foule79. Ce déchaînement de la violence ne reste pas sans séquelles : une émeute de femmes le 14 septembre, l’attaque de l’Hôtel de ville le 17 du même mois, le pillage des magasins le 18.

  • 80 A. Kleinclausz (dir.), Histoire de Lyon, tome 2, op. cit., p. 294.

41Trop souvent la Garde nationale apparaît inefficace ; elle se dérobe ou reste inerte, quand certains de ses membres ne prennent pas part aux troubles80. Une explication, partielle, à ce manque de contrôle sur la ville pourrait concerner l’affaiblissement du service de piquet, qui rend souvent plus longs les délais d’intervention et moins nombreux les effectifs prompts à agir. En tout cas, la puissance institutionnelle n’est pas en mesure d’empêcher, le 26 octobre 1792, l’installation forcée de la guillotine prise à la prison de Roanne et exposée aux Terreaux et à Bellecour pendant trois jours. Cette situation exaspère certains gardes nationaux qui espèrent une réaction :

  • 81 AM Lyon, 1219 WP 007. Liasse « Commandant et état-major : correspondance 1790-1792 » ; pétition du (...)

« Les citoyens composants le 1er bon de la 1re légion… voyent depuis longtemps avec douleur le désordre qui règne dans cette ville suscité par des instigateurs salariés sans doute par les ennemis de la chose publique et à qui le crime ne coûte rien, appréhendent avec raison le renversement total de l’ordre social dans cette cité, vous invitent et vous requièrent si besoin est de donner des ordres à faire exécuter la loi81. »

  • 82 Sur ce contexte, voir Françoise Bayard et Pierre Cayez (dir.), Histoire de Lyon, tome II : Du xvie (...)

42La situation continue néanmoins à se détériorer, en raison des résultats contradictoires des élections82. La désignation des députés à la Convention marque le succès des candidats rolandins. Par contre, les élections municipales en novembre donnent aux jacobins la majorité dans le corps municipal et le conseil général ; mais c’est pourtant le négociant Nivière-Chol qui emporte la mairie contre Chalier, candidat du Club central.

  • 83 Paul Feuga, « Un essai de démocratisation de la vie locale : les sections de Lyon », Mélanges d’hi (...)

43Au début de l’année 1793, une atmosphère de coup d’État règne dans la ville. La crise de février, quand court la rumeur que le Club central proscrirait le maire et le commandant de la Garde nationale, met en évidence le nouveau rôle de la force armée lyonnaise. Nivière-Chol se montre partisan de convoquer l’armée et la Garde nationale mais il est désavoué par les chefs de bataillon. Le conseil général décide donc de renvoyer les bataillons dans leurs quartiers. La démission du maire, suivie de sa réélection puis de son désistement au profit de Bertrand, un ami de Chalier, provoquent des troubles : 13 sections se mettent en permanence, un mouvement de population envahit l’Hôtel de ville et saccage le Club central tandis que les gardes nationaux du poste de l’Arsenal, soutenus par une importante foule, refusent de donner les canons aux officiers municipaux83. Désormais le pouvoir politique à Lyon dépend du poids des armes de chaque faction, de la capacité de chacune à mobiliser pour sa cause les bataillons de la Garde nationale.

  • 84 Journal de Lyon, n° du 17 juillet 1792.
  • 85 Edouard Herriot, Lyon n’est plus, Hachette, Paris, 1937, tome I, p. 347 sq.
  • 86 C. Riffaterre, Le mouvement antijacobin et antiparisien à Lyon et dans le Rhône-et-loire en 1793, (...)

44Entre la fin de l’année 1791 et le début de l’année 1793, servir dans la Garde nationale de Lyon ne prend plus la même signification. L’objectif initial, lié à la réorganisation de cette institution, était de retrouver un niveau de service compatible avec les exigences d’une grande cité, en surmontant la crise de désaffection enregistrée durant le second semestre de 1791. Cet objectif a été atteint. La nouvelle formation des bataillons, le nouveau cadre du service, les nouvelles inscriptions ont permis une adéquation satisfaisante entre le poids de l’obligation de garde et les effectifs qui y sont soumis. Mais, dans le même temps, le maintien de l’ordre est devenu plus délicat à assurer. La nouvelle composition des unités rend moins assurée la cohésion d’ensemble de la Garde nationale. L’événement symbolique et annonciateur de cette rupture pourrait bien être la fête de la Fédération du 14 juillet 1792 : ce jour-là, à l’annonce de l’absence de la municipalité, 19 bataillons entiers se retirent, suivis d’une partie des autres unités84. Les événements qui suivent montrent une faible efficacité de cette Garde nationale et une difficulté accrue à pouvoir la diriger. Le constat aboutit à une autonomie croissante des bataillons. Ces derniers échappent de plus en plus au contrôle global de l’état-major et de la municipalité pour devenir l’organe armé, si nécessaire, des sections. Assurer le service devient un acte politique essentiel car le contrôle d’un poste de garde (Hôtel commun, Arsenal, etc.) peut s’avérer crucial. De même, l’engagement des unités lors des journées révolutionnaires devient primordial puisque le pouvoir local dépend désormais du rapport des forces militarisées. C’est ce que montre la crise de mai 1793, quand la majorité des sections de la ville proposent de mettre à la disposition de l’administration départementale leur bataillon de Garde nationale pour s’opposer à la municipalité de Chalier85 et que le succès est obtenu après une véritable bataille de rue, au prix d’une quarantaine de morts et de quelque 120 blessés86.

Notes

1 Bruno Ciotti, « Un rythme révolutionnaire à Lyon : servir dans la Garde nationale (1790-1791) », Les rythmes urbains (xve-xixe siècles), Colloque international de Lyon, 28-29 avril 2000, Actes annoncés par le professeur O. Zeller à paraître chez L’Harmattan (en 2005 ?). Cette étude fournit la plupart des données statistiques utilisées dans la présente communication pour les comparaisons entre les périodes 1790-1791 et 1792.

2 Maurice Genty, L’apprentissage de la citoyenneté (1789-1795), Paris, Éd. sociales, 1987.

3 G. Perrenet, « La contribution du Rhône à la défense nationale sous les trois premières assemblées révolutionnaires (1791-1795) », Revue d’histoire de Lyon, VI, 1907, p. 13-14. Les registres d’inscriptions mentionnent 3 240 candidats de la ville, dont 1 136 effectivement partis avec les premiers bataillons du Rhône-et-Loire.

4 Archives municipales de Lyon (désormais AM Lyon), 1219 WP 014. Liasse « Correspondance expédiée par l’état-major » ; lettre du 14 octobre 1791 au conseil municipal. Bibliothèque municipale de Lyon (désormais BM Lyon) ; Fonds Coste, 351 156. « Délibération du corps municipal portant règlement provisoire de police pour le service de la garde nationale… », lundi 31 octobre 1791, p. 1-2.

5 AM Lyon, 1222 WP 001. « Registre de l’état des amendes qui ont été prononcés dans les audiences du comité militaire depuis le 4 septembre 1791 jusques le 5 mai contre les délinquants aux services dans la garde nationale, qui n’ayant pas été acquitées restent aux diligences de Monsieur le Procureur de la Commune. »

6 AM Lyon, 1219 WP 007. Liasse intendance : « ordre de service journalier », 3 décembre 1791.

7 G. Guigue, Procès-verbaux des séances des corps municipaux de la ville de Lyon (publiés par la Municipalité d’après les originaux), tome II : Administration municipale de 1790-1791, Lyon, 1901, (désormais cité Séances des corps municipaux…, t. II) p. 343-344 ; règlement provisoire du vendredi 4 mars 1791, article 2.

8 AM Lyon, 1219 WP 14. « Correspondance expédiée par l’état-major » ; lettre à tous les commandants de bataillon, 10 juin 1791.

9 Olivier Zeller, « Quartiers et pennonages à Lyon à l’époque moderne », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1979, n° 1, p. 44.

10 Maurice Wahl, Les premières années de la Révolution à Lyon (1788-1792), Paris, A. Colin, 1894, p. 449-450.

11 BM Lyon, Fonds Coste, 113 105. « Procès-verbal de la nomination des officiers de garde nationale du district de Rue Tupin… », 9 février 1790.

12 AM Lyon, 1219 WP 014. « Correspondance expédiée par l’état-major » ; lettre du 29 septembre 1791 à Monsieur Dupin, major du bataillon de Rue Tupin, et lettre du même jour à Monsieur Madinier, major du bataillon du Plâtre.

13 Ces 7 sections sont : Fédération, La Guillotière pour la première légion ; le Gourguillon pour la seconde légion ; Griffon, La Cotte et Saint-Vincent pour la troisième légion ; Rue Thomassin pour la quatrième légion.

14 Sur la formation et l’élection de l’encadrement de ces compagnies de grenadiers, voir les procès-verbaux contenus dans AM Lyon, 1221 WP 002.

15 Ces nouvelles compagnies se forment en juillet 1792 ; voir également AM Lyon, 1221 WP 002.

16 AM Lyon, 1221 WP 001. Procès-verbal de la section du Change, du 5 février 1792. L’effectif des quatre compagnies est respectivement de 134, 131, 132 et 132 hommes ; pour un total de 539.

17 AM Lyon, 1221 WP 001. Procès-verbal de la section de Rue Buisson, du 12 février 1792.

18 Antonino de Francesco, « Le quartier lyonnais de La Croisette pendant les premières années de la Révolution 1790-1793 », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1979, n° 4, p. 39.

19 Maurice Wahl, Les premières années…, op. cit., p. 506-507.

20 Peut-être se souvenait-il de son incapacité notoire en juillet 1790.

21 G. Guigue, Procès-verbaux des séances des corps municipaux de la ville de Lyon (publiés par la Municipalité d’après les originaux), tome III : Administration municipale de 1792, Lyon, 1902, (désormais cité Séances des corps municipaux…, t. III), p. 107, séance du 29 mars.

22 A. Kleinclausz (dir.), Histoire de Lyon, tome 2 : De 1595 à 1814, Lyon, Masson, 1948, p. 290.

23 Archives départementales du Rhône (désormais AD Rhône), 1 L 820. « Ordre du service ordinaire et journalier pour les quatre légions… donné par le commandant général et l’état-major général, du 30 avril 1792 ».

24 AD Rhône, 1 L 820. « Ordre du service ordinaire et journalier pour les quatre Légions de la Garde Nationale de la Ville de Lyon, donné par le commandant-général, du 7 mai 1792 ».

25 Séances des corps municipaux, t. III, op. cit., p. 152, séance du 8 mai.

26 section IV, art. 3. « Le tour commencera toujours par la première escouade de la première compagnie du premier bataillon, et continuera par la première escouade de la deuxième compagnie, jusqu’à la première escouade de la dernière compagnie du dernier bataillon. » Si le total des escouades nécessaires dépasse le nombre des compagnies du bataillon, on utilise la première escouade des compagnies du bataillon suivant, et ainsi de suite jusqu’à l’obtention de l’effectif voulu.

27 À ce moment, chaque bataillon comprend 4 compagnies de fusiliers et une de grenadiers (issue des précédentes). Les membres des compagnies de canonniers ne font pas un service de garde autonome mais participent avec leur ancienne compagnie.

28 AM Lyon, 1219 WP 014. Lettre de Julliard au commandant du 1er bataillon de la 3e légion, du 10 mai 1792.

29 AM Lyon, 1219 WP 014. Lettre de Julliard au commandant de bataillon Dufournil, du 25 mai 1792. (« Sur le refus de votre chef de légion de faire exécuter le service… »).

30 AD Rhône, 1 L 820. Lettre du commandant-général de la Garde nationale de Lyon à chacun de messieurs les chefs des légions, du 28 mai 1782.

31 Louis Trénard, Lyon. De l’Encyclopédie au Préromantisme, Paris, PUF, 1958, tome 1, p. 323-324.

32 Olivier Zeller, « Quartiers et pennonages à Lyon… », art. cit., p. 47.

33 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 179-183 et p. 673.

34 AD Rhône, 31 L 20. « Registre des délibérations du District Saint-Paul (Concorde) », du 18 janvier 1790 au 6 juin 1793.

35 AD Rhône, 31 L 20. « Registre des délibérations du District Saint-Paul » ; séances du 21 juin 1790 et du 7 février 1792.

36 Ibidem ; séance du 7 février 1792.

37 AM Lyon, 1221 WP 002. Procès-verbal de la formation de la compagnie de grenadiers du bataillon de Port Saint-Paul, 9 février 1792.

38 Loi relative à l’organisation de la Garde nationale, du 14 octobre 1791 (décret de l’Assemblée nationale du 29 septembre 1791) ; Section seconde, article 4 (« Il sera pris sur les quatre compagnies de quoi former une cinquième de grenadiers, composée comme dans la garde nationale Parisienne »).

39 AM Lyon, 1221 WP 002. Procès-verbal de la formation de la compagnie de canonniers du bataillon de Port Saint-Paul ainsi que de l’élection des gradés, 15 juillet 1792.

40 G. Perrenet, « La contribution du Rhône à la défense nationale… », art. cit., p. 274-280.

41 Sur leur effectif global proche de 2 900 hommes, les 36 compagnies de grenadiers doivent fournir 464 recrues, et les quelque 850 canonniers procurer 136 des leurs.

42 Décret du 1er août 1792, reproduit in E. Deprez, Les volontaires nationaux (1791-1793), Genève, Slatkine, rééd. 1978 (1re éd., 1908), p. 231 sq. Pour le premier semestre de 1792, Julliard estime, car il ne dispose pas de données précises issues d’états quantitatifs, l’effectif total de ses 36 bataillons à 18 130 hommes ; une autre évaluation, en novembre de la même année, après l’incorporation des citoyens passifs, mentionne 18 600 gardes nationaux.

43 Sans qu’il soit possible d’apporter des éléments quantitatifs précis, de multiples mentions de la documentation signalent la présence de citoyens passifs dès les débuts de la Garde nationale. Ainsi durant les élections municipales de février 1790, alors qu’un piquet est placé à proximité du lieu d’assemblée de chaque quartier : « Ceux des citoyens du piquet, qui auront été reconnus actifs, seront appelés dans l’assemblée à chaque élection et s’y rendront par dix pour faire leur bulletin… » (Séances des corps municipaux…, tome I, op. cit., p. 257, séance du jeudi 18 février 1790). Toujours en 1790, la section de Port du Temple fait remarquer que la question de la Garde nationale intéresse tous les citoyens qui en font partie, y compris les très nombreux citoyens passifs écartés des consultations (AD Rhône, 1 L 818. Procès-verbal de l’assemblée du Port du Temple).

44 Loi relative à l’organisation de la Garde nationale, du 14 octobre 1791 (décret de l’Assemblée nationale du 29 septembre 1791) ; Section seconde, article 5.

45 AM Lyon, 1219 WP 016.

46 Séances des corps municipaux, t. III, op. cit., p. 142-143, séance du 1er mai.

47 BM Lyon ; Fonds Coste, 351 147. « Lettre au commandant général de la garde nationale de Lyon par un soldat-citoyen ; Lyon, ce 22 février 1790 », p. 6-7.

48 Raphaël Chauvin, La garde nationale de Lyon : naissance et formation (juillet 1789-septembre 1792), mémoire de maîtrise (sous la direction du professeur S. Chassagne), université Lumière-Lyon II, 1995, p. 49.

49 AM Lyon, 1219 WP 014. Lettre de Julliard à Blot, procureur-syndic du District, 9 août 1792.

50 BM Lyon ; Fonds Coste, 356 064. Almanach de la garde nationale de Lyon pour l’année MDCCXC, Lyon, imprimerie d’Aimé de la Roche, 1790, p. v-xvi.

51 En fait, du lundi midi jusqu’au lendemain même heure environ.

52 Ce refus, larvé depuis l’automne 1791 (voir AM Lyon, 1221 WP 001. Lettre du commandant Frachon à la municipalité, du 3 octobre 1791), devient en quelque sorte officiel à la fin du mois de mai 1792 (Séances des corps municipaux, t. III, op. cit., p. 170, séance du 31 mai) ; la municipalité accorde dans les faits cette autonomie en attendant une décision ultérieure du pouvoir exécutif.

53 Ainsi pour les principales localités de la Meurthe (Nancy, Lunéville, Toul, Pont-à-Mousson), voir René Tournès, La garde nationale dans le département de la Meurthe pendant la Révolution, Angers, Société française d’imprimerie et de publicité, 1920, p. 147-150.

54 AM Lyon, 1219 WP 007. Liasse « Commandant et état-major : correspondance 1790-1792 » ; lettre du 24 août 1792 à Julliard.

55 1219 WP 007. Liasse « Rapports des postes de garde et piquets, 1791-1793 » ; rapport du lieutenant Gabion, du 13 janvier 1792.

56 1219 WP 007. Liasse « Rapports des postes de garde et piquets, 1791-1793 » ; lettre de Mr. Algure, aide-major, aux officiers municipaux, 5 février 1792.

57 1219 WP 007. Liasse « Organisation et réclamations, 1791-1792 » ; protestation des hommes du piquet du bataillon du Griffon à l’encontre des propos de leur commandant en second, 11 juin 1792.

58 1219 WP 014. Lettre de Julliard aux chefs des légions, du 9 mai 1792 (pour former un conseil de discipline dans chaque bataillon).

59 Séances des corps municipaux…, t. III, op. cit., p. 176, séance du 9 juin. Il est décidé que le comité militaire tiendra ses audiences pour les faits résultants du manque de service le mardi de chaque semaine, à 5 heures précises, dans la salle du tribunal de commerce.

60 AD Rhône, 31 L 20, « Registre des délibérations du District Saint-Paul » ; séance du 12 juillet 1792.

61 AM Lyon, 1219 WP 007. Liasse « Commandant et état-major ; correspondance 1790-1792 » ; pétition du 30 octobre 1792.

62 Séances des corps municipaux, t. III, op. cit., p. 74, séance du 29 février.

63 1219 WP 007. Liasse « Rapports des postes de garde et piquets, 1791-1793 » ; rapport du fusilier Barthélemy Brugière, du 10 février 1792.

64 Pour 1790, il suffit de penser au rôle de la Garde nationale pour éliminer la concurrence du corps des Volontaires en février, à celui des gardes nationaux du quartier de Pierre-Scize dans l’émeute contre le régiment suisse de Sonnenberg ; pour 1791, on peut évoquer les cas de dissidence des bataillons du Plâtre et de Louis-le-Grand sur la question de la création d’unités de grenadiers en juillet.

65 Françoise Bayard, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1997, p. 180-183.

66 Bruno Benoit, « Un espace révolutionnaire : Lyon de 1789 à 1799 », Les espaces révolutionnaires, actes du 114e congrès national des sociétés savantes (Paris, 1989), Section d’histoire moderne et contemporaine, CTHS, Paris, 1990, p. 145-146.

67 Sur cet aspect, voir Louis de Combes, L’agitation au théâtre de Lyon en 1792, Trévoux, Jeannin, 1909, 34 p.

68 Reichardt, Un Prussien en France en 1792. Lettres intimes de Reichardt, Paris, Perrin, 1892, p. 138 sq., p. 173 sq.

69 Opéra-folie en vers et en deux actes, de Beffroy de Régny.

70 Après l’interdiction du Club des bonnes gens, décidée le 23 février, l’agitation persiste et nécessite l’intervention, dans la salle, de la municipalité accompagnée d’une cinquantaine de gardes nationaux.

71 Séances des corps municipaux…, t. III, op. cit., p. 89, séance du 13 mars.

72 Maurice Wahl, Les premières années…, op. cit., p. 467-470.

73 Séances des corps municipaux…, III, op. cit., p. 124, séance du 14 avril. Le défenseur des prévenus dans cette affaire est dénoncé et arrêté, « comme s’étant livré dans son plaidoyer aux invectives les plus atroces et aux injures les plus indécentes contre la municipalité, la garde nationale et les juges de paix ».

74 abbé Aimé Guillon de Montléon, Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Lyon pendant la Révolution, Beaudoin frères, Paris, 1824, t. 1, p. 103.

75 Maurice Wahl, Les premières années…, op. cit., p. 511-513.

76 M.-O. Monod, « Lettres de Guillaume Benoît Couderc, bourgeois de Lyon, député à l’assemblée Constituante, à son oncle M. Vernet Dupan », Revue d’histoire de Lyon, VI, 1907, p. 70.

77 AM Lyon, 1219 WP 007. Voir la liasse « Réquisition des gardes nationaux pour le service de l’armée du Midi, août 1792 ».

78 Eugène Moutarde, « Un témoin de la Révolution française : Benjamin Cuendet, officier de la garde nationale à Lyon (1769-1815) », Revue d’histoire de Lyon, XIII, 1914, p. 94-123.

79 abbé Aimé Guillon de Montléon, Mémoires…, t. 1, op. cit., p. 124-126.

80 A. Kleinclausz (dir.), Histoire de Lyon, tome 2, op. cit., p. 294.

81 AM Lyon, 1219 WP 007. Liasse « Commandant et état-major : correspondance 1790-1792 » ; pétition du 1er bataillon de la 1re légion (Port du Temple), du 28 octobre 1792.

82 Sur ce contexte, voir Françoise Bayard et Pierre Cayez (dir.), Histoire de Lyon, tome II : Du xvie siècle à nos jours, Horvath, Roanne, p. 220-222.

83 Paul Feuga, « Un essai de démocratisation de la vie locale : les sections de Lyon », Mélanges d’histoire lyonnaise (offerts par ses amis à Monsieur Henri Hours), Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, Lyon, 1990, p. 159.

84 Journal de Lyon, n° du 17 juillet 1792.

85 Edouard Herriot, Lyon n’est plus, Hachette, Paris, 1937, tome I, p. 347 sq.

86 C. Riffaterre, Le mouvement antijacobin et antiparisien à Lyon et dans le Rhône-et-loire en 1793, Mégariotis Reprints, Genève, 1979 (1re éd. 1912), tome I, p. 81-89.

Auteur

Docteur en histoire, professeur de collège, Centre d’histoire « Espaces et Cultures »

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search