Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Troisième partie. Les Gardes en Révolution

Entre attraction et hostilité. Les ouvriers nantais et la Garde nationale (1789-1792)

Samuel Guicheteau

Texte intégral

  • 1 L’industrie nantaise présente des traits communs à toute la France moderne (diversité des activité (...)
  • 2 En se référant à l’analyse d’Edward Thompson sur la manière dont le monde ouvrier anglais a vécu l (...)

1À la fin du xviiie siècle, Nantes est une grande cité industrielle et ouvrière1. La participation à la Révolution française des nombreux ouvriers qui y travaillent constitue donc un enjeu important pour l’analyse du processus révolutionnaire. En dépit d’une forte diversité, liée à la multiplicité des activités, à la diversité des cadres de travail et à la hiérarchie des niveaux de qualification, le monde ouvrier nantais présente une certaine unité, fondée sur les gestes du travail, les pratiques et les valeurs qui en découlent (l’exaltation de la qualification, l’attachement à l’autonomie) et sur une condition socioéconomique commune. Ainsi, ce monde ouvrier constitue un groupe social, doté d’une réelle identité socioculturelle2.

  • 3 Albert Soboul souligne notamment que la seule mention du métier est ambiguë ; de ce fait, la condi (...)
  • 4 Citons notamment les travaux de Steven Kaplan, « Réflexions sur la police du monde du travail, 1700 (...)
  • 5 Voir notamment Cynthia Truant, The Rites of Labor. Brotherhoods of compagnonnage in Old and New Re (...)
  • 6 Steven Kaplan, La fin des corporations, op. cit., p. 581.
  • 7 Citons notamment les recherches de Haim Burstin et de Dominique Godineau : Haim Burstin, « Problèm (...)

2L’étude de la participation ouvrière à la Révolution française connaît un certain renouvellement, même si les obstacles pointés par A. Soboul demeurent3. Plusieurs historiens ont mis en lumière l’ampleur des conflits du travail à la fin de l’Ancien Régime4, ainsi que la vigueur des organisations ouvrières5. Ces travaux peuvent nourrir une remise en cause de l’approche classique de la sans-culotterie : ainsi, S. Kaplan y voit un « instrument de contrôle social postcorporatif [ :] les [maîtres] fabriquèrent une fiction […] d’égalité, fondée sur les méthodes réglementaires familières d’Ancien Régime, rebaptisées en termes révolutionnaires – patrie, famille, travail6 ». Cependant, d’autres historiens soulignent plutôt que la participation ouvrière à la Révolution, sous la double forme de l’intervention spécifique pour des revendications sociales et de l’engagement patriotique, contribue à l’accentuation démocratique de la Révolution, non sans contradictions7.

  • 8 Catherine Duprat, « Lieux et temps de l’acculturation politique », Annales historiques de la Révol (...)
  • 9 Cette approche s’inspire non seulement des travaux sur la participation ouvrière à la Révolution ( (...)
  • 10 Sur ce concept de maturation d’une conscience révolutionnaire populaire, voir Georges Lefebvre, «  (...)

3Les ouvriers nantais participent fortement à la Révolution française, comme le montrent leur implication dans les grands événements, leur engagement dans les grands conflits ou encore la convergence, qui se dessine progressivement, entre le mouvement populaire et le processus révolutionnaire. Cette participation s’accompagne d’une certaine politisation, qui, pour emprunter des « voies de traverse8 », n’est pas moins remarquable que celle opérée par d’autres groupes sociaux, selon des voies plus classiques (participation aux élections ou aux sociétés populaires). En effet, la politisation ouvrière s’apparente peut-être moins à une acculturation partielle et désordonnée qu’à une appropriation complexe et spécifique9. La politisation des ouvriers nantais n’apparaît ni immédiate ni univoque, mais, au contraire, empreinte de contradictions et inscrite dans la dynamique même du processus révolutionnaire. Dès lors, n’est-il pas plus pertinent d’évoquer la maturation progressive d’une conscience révolutionnaire10, maturation originale dans ses voies du fait des pratiques mises en œuvre par les ouvriers, et autonome dans ses motifs du fait de l’acuité de leur conscience sociale ?

  • 11 Sur le caractère relatif de la fermeture de la Garde nationale aux Passifs, en dépit d’une réelle (...)

4Ces aspects ne se retrouvent-ils pas dans les rapports que le monde ouvrier nantais entretient, dans les années 1789-1792, avec la Garde nationale ? Nos recherches montrent en effet que l’engagement des ouvriers nantais dans la Révolution passe beau coup plus par l’enrôlement militaire – comme le montre l’étude des Volontaires de 1792 – que par le biais du militantisme dans les sociétés politiques. Dès lors, ne sont-ils pas attirés par la Garde nationale, en dépit de sa fermeture – qui n’est d’ailleurs que relative – aux citoyens passifs11 ? Dans quelle mesure et suivant quelle dynamique peuvent-ils s’y enrôler ? Leur enrôlement revêt-il une portée politique ? Toutefois, le rôle de la Garde nationale lors des émeutes de 1790 et de 1791 ne suscite-t-il pas une hostilité, qui contredit l’attraction qu’elle exerce sur les ouvriers ? Partagés entre l’attraction et l’hostilité, donc contradictoires et, fondamentalement, inscrits dans la dynamique du processus révolutionnaire, les rapports entre les ouvriers nantais et la Garde nationale pourraient donc refléter la participation de ces ouvriers à la Révolution française, ses modalités, sa dynamique et ses contradictions. Dans un premier temps, l’étude des émeutes signalera le caractère contradictoire de ces rapports, marqués à la fois par l’attraction et l’hostilité. Dans un second temps, l’étude d’un registre de la Garde nationale, établi en 1792, permettra de préciser la composition de celle-ci et la dynamique de son ouverture.

  • 12 Camille Mellinet, La Commune et la Milice de Nantes, Nantes, Mellinet, 1841-43, pour les tomes 6 à (...)
  • 13 François Mace, Les citoyens-militaires. La Garde nationale de Nantes (1789-an II), Archives munici (...)

5Précisons enfin que l’histoire de la Garde nationale nantaise est connue notamment par l’ouvrage de C. Mellinet, La Commune et la Milice de Nantes12. Elle s’y trouve insérée dans une histoire générale de la Révolution à Nantes marquée par la sympathie girondine de l’auteur et son hostilité à l’expérience de l’an II. Ainsi, l’histoire de la Garde nationale pendant la Révolution constitue dans l’histoire nantaise un enjeu historiographique important. De plus, en 1993, les Archives municipales de Nantes ont publié un dossier sur la Garde nationale nantaise, qui comporte une remarquable introduction sur son histoire politique et militaire entre 1789 et l’an II13.

Attraction patriotique, contradiction sociale

  • 14 À Nantes, le début de la Révolution est marqué par la réapparition des émeutes : dès les 8-9 janvi (...)
  • 15 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, interrogatoire de Jean-François Gergaud, 6 septembre 1791.

6La Garde nationale exerce sur les ouvriers nantais une indéniable attraction : ils cherchent à s’y enrôler pour manifester leur patriotisme, et certains y parviennent, malgré sa fermeture relative aux citoyens passifs. Cependant, une vive hostilité à l’encontre de la Garde nationale s’exprime lors des émeutes de 1790 et 179114. Cette hostilité tient d’abord à la composition sociale même de la Garde nationale, dans laquelle figurent notamment des maîtres et des négociants, qui mènent la répression des émeutes populaires auxquelles participent fortement les ouvriers. Cette hostilité sociale tient aussi à la rancœur éprouvée par les ouvriers qui n’ont pu s’y enrôler. Ainsi, interrogé au lendemain de l’émeute du 5 septembre 1791, un charpentier de navire indique qu’il n’est pas membre de la Garde nationale, parce « qu’il n’a pas eu le moyen de s’y enroller15 ». Enfin, pour les gardes nationaux ouvriers, les émeutes font surgir une contradiction entre le service dans la Garde nationale et leur condition sociale, les intérêts qui en découlent, voire la solidarité qu’elle implique. Cette contradiction ne s’accentue-t-elle pas d’ailleurs à mesure que se développe le processus révolutionnaire ?

L’émeute de la foire nantaise, 25 mai 1790

  • 16 Cette hypothèse apparaît de manière éclatante sous la plume d’A. Guépin : « Les ennemis de la révo (...)
  • 17 Arch. mun. de Nantes, I 3-D 99, « sédition à Nantes à l’occasion des droits établis sur les bestia (...)
  • 18 Arch. mun. de Nantes, I 3-D 99, déposition de François-Nicolas Huard, 29 mai 1790.

7Cette émeute est traditionnellement présentée comme une action des ruraux, dont la protestation contre le droit d’octroi aurait été manipulée par les prêtres et les nobles contre-révolutionnaires16. Or, la découverte de la procédure judiciaire traitant de cette émeute17 montre que, si les prêtres et les nobles jouent les boutefeux, de nombreux citadins y participent aux côtés de ruraux et de domestiques d’aristocrates. Parmi eux figurent notamment des bouchers, maîtres et garçons, sans doute intéressés par la suppression du droit d’octroi, mais aussi des ouvriers. Ainsi, c’est un ouvrier bonnetier qui clame que « les droits féodaux étant abolis, les paysans avaient raison de f… des coups de bâtons aux troupes18 ».

  • 19 Arch. mun. de Nantes, I 3-D 99, déposition d’Alphonse Debeluc, 26 mai 1790.
  • 20 Arch. mun. de Nantes, I 3-D 99, déposition de Toussaint Lanelle, 26 mai 1790.
  • 21 N’est-ce pas une conséquence de l’émeute si le prix du pain est baissé le 31 mai de quatre deniers (...)

8Ce même ouvrier bonnetier s’écrie « qu’il falloit assomer tous ces habits bleus et officiers qui les commandoient ; que s’il y avoit vingt-cinq hommes comme lui, ils les assommeroit, ils leurs fouteroit une danse19 ». Les bouchers se montrent aussi hargneux à l’encontre de la Garde nationale : un officier déclare que « huit ou dix particulier ayant des bonnets, tabliers et tirons de fer à leurs côtés, qu’il a reconnu à leur costume être des bouchers, […] lui dirent : voilà un bougre d’habit bleu qui est bien hardy de paraître ici seul20 ». Or, parmi les témoins, apparaissent de nombreux gardes nationaux qui se trouvent être des maîtres, voire des négociants. N’est-ce pas un motif social propre aux ouvriers – en l’occurrence un ressentiment à l’égard des maîtres – qui se dessine ? En outre, le pain apparaît parmi les motifs de l’émeute21.

9Une contradiction s’esquisse entre l’appartenance à la Garde nationale et la condition ouvrière, comme l’indique la discussion entre deux ouvriers d’une manufacture métallurgique, rapportée par l’un d’eux, forgeron et garde national :

  • 22 Arch. mun. de Nantes, I 3-D 99, déposition de Dominique Manet, 27 mai 1790.

« Le vingt-cinq de ce mois […] il entendit le nommé Journé, forgeron chez le sieur Gaudin, et sa femme qui disoient aux paysans qui conduisoient des bestiaux : allez à la foire, mes amis, ne payez pas, vous seriez bien bêtes, ne craignez rien, ce sont des voleries ; que ledit Journé demanda à lui déposant si, comme grenadier de la garde nationale, il prendroit les armes ; à quoi ayant répondu qu’étant malade, il n’iroit pas, ledit Journé répliqua que s’il y allait, ce seroit pour se mettre du côté des paysans ; que la femme de Journé ajouta qu’ils seroient bien bêtes d’y aller pour soutenir un tas de voleurs22. »

10Cette contradiction réapparaît, de manière accentuée, lors de l’émeute de 1791.

L’émeute contre le papier-monnaie, 5 septembre 1791

11Le 5 septembre 1791 éclate la dernière émeute nantaise de la décennie révolutionnaire. Le rassemblement naît dans les chantiers navals situés à l’extrémité occidentale du quai de la Fosse. Remontant vers l’Hôtel de Ville, les ouvriers de la Navale entraînent les portefaix, les ouvriers du bâtiment, ainsi que les compagnons de nombreux ateliers. Quelques délégués présentent à la municipalité la revendication du rassemblement :

  • 23 Arch. mun. de Nantes, 1-D-5, registre des délibérations de la municipalité, récit de l’émeute, f° (...)

« Introduits au bureau de la municipalité, ils ont déclaré que toute espèce de révolte était loin de leurs intentions et ont exposé que la disette de la petite monnoye, la difficulté de se procurer les choses nécessaires à la vie avec les billets de la caisse patriotique qui sont en circulation, la perte considérable que leur font éprouver les fournisseurs sur ces billets, la conviction où ils sont que l’on recelle l’argent, les avaient porté à se réunir pour demander que dorénavant leur salaire leur soit totalement payé en monnoye sonnante23. »

  • 24 Cette légende imaginée notamment par Camille Mellinet, op. cit., 1841, t. 6, p. 355, annexe 1-B, i (...)
  • 25 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, interrogatoire de Jean Audan, 7 septembre 1791.
  • 26 Arch. mun. de Nantes, FF 105, registre des audiences de police, f° 24 v°, 7 septembre 1791.

12Contrairement à ce que prétend une légende nantaise24, le charisme du maire Daniel Kervégan ne disperse pas l’émeute. Bien au contraire, la loi martiale est proclamée et les émeutiers affrontent, en une série d’escarmouches, la Garde nationale. Certains adoptent une pose héroïque, tel ce tonnelier-marin qui a « provoqué la garde nationnale en montrant sa poitrine à découvert et criant à un des cavaliers qui protégeoit l’entrée de l’hôtel de ville : frappe donc, gueux, frappe25 ». Le procureur de la commune souligne l’hostilité à l’encontre de la Garde nationale en indiquant qu’ » il n’est aucun quartier où on ait attaqué, désarmé et maltraité des gardes nationales et où, en même temps, on n’ait marqué l’intention de ce porter à tous les genres de crime26 ».

  • 27 Arch. mun. de Nantes, 1-D-5, registre des délibérations de la municipalité, récit de l’émeute, f° (...)
  • 28 Arch. mun. de Nantes, FF 105, registre des audiences de police, f° 24 v°, 7 septembre 1791.
  • 29 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, « émeute de Nantes », interrogatoires et dépositions, sept (...)
  • 30 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, interrogatoire de Martin Chartier, 6 septembre 1791.
  • 31 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition de Françoise Boisselot, 16 septembre 1791.

13Nos sources (le registre des délibérations de la municipalité27, l’audience de police de la municipalité de Nantes28 et la procédure du tribunal de district29) ne signalent pas l’utilisation de références politiques par les émeutiers, bien que les autorités envisagent, sur le modèle de l’émeute de l’année précédente, un complot contre-révolutionnaire. Si les ouvriers s’abstiennent de toute référence politique au cours de cette émeute, ils manifestent en revanche une conscience sociale aiguë, en particulier lorsqu’ils protestent contre la répression. Une telle protestation vaut au charpentier de navire Martin Chartier d’être arrêté : « Ayant rencontré un garde national […], il lui dit qu’il était surprenant de le voir ainsi que ses semblables armés contre des ouvriers qui n’avaient point de défense30. » Un garde national est intercepté par des ouvriers cordiers « qui lui dirent qu’ils ne vouloient point faire de mal, qu’il pouvoit se rendre où bon lui sembleroit, mais qu’il n’avoit pas besoin d’arme [ ;] lesdits ouvriers […] lui ôtèrent son fusil et le jetterent31 ».

  • 32 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition de Julie Vinsoneau, 17 septembre 1791.

14Comme en mai 1790, l’hostilité des ouvriers envers la Garde nationale se nourrit d’un ressentiment social. Une témoin remarque que, parmi les gardes nationaux, les ouvriers s’acharnent sur les négociants32. La femme d’un tisserand accuse les gardes nationaux de bénéficier de l’agiotage :

  • 33 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition de Catherine Coinan, 16 septembre 1791.

« Laditte femme, ayant vu passer des matelots, leur cria : mes enfants, vous avez raison, battez la misère et cela fera venir l’argent [et] ajouta que ceux qui avoient crée les cartes ne l’avoient fait que pour s’enrichir [et s’écria] eh ! les chiens d’habits bleu, ce sont eux qui sont cause de tout cela33. »

  • 34 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, dépositions de Pierre Sourisseau et de Pierre Adam, 16 sep (...)

15À l’inverse, des négociants gardes nationaux dénoncent, comme meneurs de l’émeute, des portefaix34.

16La contradiction, décelée en 1790, entre condition ouvrière et service dans la Garde nationale, semble aiguisée en 1791. Au cours de leurs interrogatoires, plusieurs émeutiers, notamment des ouvriers, se disent gardes nationaux. La trahison qui consiste, pour un garde national membre du monde du travail, à participer à la répression est violemment stigmatisée. Pour avoir effectué son service, un cordonnier est menacé par ses voisins. L’épouse d’un cloutier rapporte en effet

  • 35 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition de Jeanne Legrand, 17 septembre 1791.

« […] que le mardi six septembre, le lendemain de l’émeute populaire, elle a entendu la femme de Herse, charpentier […] vomir une infinité d’injures au nommé Brousse, cordonnier […] pour avoir pris la veille les armes à l’effet de concourrir au rétablissement de la paix troublée par un attroupement considérable, qu’elle lui reprocha d’avoir pris les armes contre sa patrie, qu’il ne devoit pas avoir d’autres intérêts que les ouvriers et qu’il devoit lui-même se réunir pour faire tomber les cartes, que si son mari n’avoit pas de fusil, il avoit une bonne hache bien emmanchée pour le tuer, qu’il eut à se défier de lui35 ».

  • 36 Dans le cas précis de ce serrurier, il faut toutefois préciser que l’on ignore sa condition social (...)
  • 37 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition d’Étienne Beaudouin, 17 septembre 1791. Ce tonn (...)
  • 38 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition de Julie Vinsoneau, 17 septembre 1791.
  • 39 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 2073, lettre de Saget à Kervégan, 24 novembre 1791.

17Un serrurier proclame « qu’il seroit bien fâché de prendre les armes pour la cause des cartes parce que ce seroit les prendre contre ses intérêts mêmes et qu’il se foutoit de monter la garde pour de pareilles causes36 ». Actif dans l’émeute et lui-même garde national, un tonnelier dénonce le caractère fratricide de la répression, lorsqu’il s’écrie : « Voyez donc ce sacré mâtin, ce f… gueu, ne va-t-il pas pour tuer ses frères37. » Il ajoute d’ailleurs « qu’il avoit un habit d’uniforme, mais qu’il aimeroit mieux le couper par morceaux que de le reporter38 ». Enfin, à la suite de cette émeute, les autorités croient démanteler, fin novembre, une conjuration des compagnons ourdissant une nouvelle émeute. Le principal dénonciateur de cette conjuration est le patron d’une grande manufacture textile, Saget. Or, il craint particulièrement la mutinerie de 400 gardes nationaux39.

  • 40 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, interrogatoire de Jean Chauveau, 8 septembre 1791.
  • 41 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, interrogatoire de Sébastien Pécullier, 6 septembre 1791.
  • 42 Voir supra un extrait de l’interrogatoire de Jean-François Gergaud (Arch. dép. de Loire-Atlantique (...)

18Comment expliquer que la trahison des gardes nationaux membres du monde du travail soit beaucoup plus violemment dénoncée en 1791 qu’en 1790 ? N’est-ce pas parce que, plus largement, la contradiction entre condition ouvrière et enrôlement dans la Garde nationale s’est accentuée ? L’aiguisement de cette contradiction ne tient-il pas, en fait, à l’ouverture sociale de la Garde nationale entre les deux émeutes ? Plus précisément, au lendemain de la fuite à Varennes, de nombreux ouvriers semblent avoir cherché à s’enrôler dans la Garde nationale afin de manifester leur patriotisme. Ainsi, un ouvrier marbrier déclare qu’il « est enrôlé depuis le commencement de juillet dans la compagnie des gardes nationalles nommée les bons amis40 ». De cette ouverture sociale témoigne aussi le cas d’un cordonnier, garde national trop pauvre pour se payer un uniforme41. Néanmoins, cette ouverture demeure incomplète : la volonté d’engagement des ouvriers se heurte encore à des obstacles sociaux42.

19De cette ouverture partielle de la Garde nationale en 1791 résultent, à la fois, un motif d’accentuation de l’hostilité à son encontre et un motif d’aiguisement de la contradiction entre condition ouvrière et service dans la Garde nationale. D’une part, les obstacles rencontrés par les plus pauvres des ouvriers décidés à manifester leur patriotisme en s’enrôlant dans la Garde nationale suscitent un ressentiment à l’encontre de celle-ci, plus précisément envers ceux qui la dominent. D’autre part, en raison de l’ouverture de la Garde nationale, de plus nombreux ouvriers éprouvent, au cours de l’émeute du 5 septembre 1791, la contradiction qui peut exister entre la condition ouvrière et le rôle de la Garde nationale comme instrument du maintien de l’ordre. Les ouvriers gardes nationaux qui participent à l’émeute dénoncent violemment le caractère fratricide de la répression menée par la Garde nationale ; l’assimilation de cette répression à une trahison se diffuse largement dans le monde ouvrier.

  • 43 Michel Vovelle, La découverte de la politique, op. cit.
  • 44 Ces noms contredisent les appellations fantaisistes indiquées par Camille Mellinet, op. cit., t. 6 (...)
  • 45 L’origine sociale des officiers et la composition sociale de l’état-major de la Garde nationale de (...)

20Ainsi, l’étude des émeutes de 1790 et 1791 révèle le caractère éminemment contradictoire du rapport entre les ouvriers nantais et la Garde nationale. Certains d’entre eux s’y enrôlent afin de manifester leur patriotisme, ce qui témoigne d’une certaine politisation. Celle-ci s’opère principalement lors des crises43, comme semble l’indiquer l’ouverture de la Garde nationale au lendemain de la fuite à Varennes. En outre, la Garde nationale est elle-même un foyer de politisation comme en témoignent non seulement son rôle politique, par exemple dans le mouvement fédératif, son implication dans le conflit religieux, mais encore les noms portés par ses compagnies qui se réfèrent à des vertus – concorde, sincérité, constance, amitié –, à des valeurs révolutionnaires – fraternité, liberté, patriotisme – ou encore à des actes révolutionnaires – Fédération, Constitution44. Toutefois, la persistance d’une certaine fermeture sociale de la Garde nationale suscite la rancœur de certains ouvriers écartés, tandis que les ouvriers enrôlés sont, eux, confrontés à la contradiction que représente la tâche de répression d’une émeute populaire. De plus, même socialement ouverte, la Garde nationale demeure dominée par la bourgeoisie45. Dès lors, la vive conscience sociale des ouvriers les amène à cristalliser sur la Garde nationale leur mécontentement.

  • 46 Yvon Le Gall, Les consultations générales en Loire-Inférieure (1789-an VII), thèse de l’université (...)

21L’engagement des ouvriers dans la Révolution française s’accentue à mesure que se développe le processus révolutionnaire lui-même. C’est pourquoi ces rapports contradictoires entre le monde ouvrier et la Garde nationale doivent être analysés à la lumière de la dynamique révolutionnaire. Ainsi, il semble que la Garde nationale s’ouvre – au moins partiellement – aux ouvriers en 1791. Au plan national comme au plan local, l’année 1791 est marquée par une aggravation des tensions. Dans ce contexte, l’ouverture de la Garde nationale – hypothèse qui sera vérifiée par l’étude d’un registre – ne répond-elle pas à un double mouvement ? Tandis que des ouvriers, animés par le patriotisme, sollicitent leur enrôlement, la bourgeoisie révolutionnaire tente précisément de consolider les forces révolutionnaires pour résister à la montée des oppositions. Ainsi, l’ouverture de la Garde nationale nantaise répondrait à celle du corps des citoyens actifs. En effet, redoutant la traduction électorale de la poussée anti-révolutionnaire dans les campagnes, la municipalité nantaise abaisse l’estimation de la journée de travail, donc le niveau du cens, afin d’augmenter la part des Nantais dans l’ensemble des citoyens actifs du département et, par conséquent, leur représentation dans l’assemblée électorale. En 1791, le corps des citoyens actifs nantais passe donc de 5 000 à 11 400 citoyens46. Toutefois, cette dynamique convergente n’implique pas la résolution mécanique des contradictions qui imprègnent la participation ouvrière à la Révolution. Au contraire, l’ouverture de la Garde nationale a pour conséquence l’aggravation de la contradiction entre la condition ouvrière et le service dans la Garde nationale lors de l’émeute de 1791.

La Garde nationale nantaise : composition sociale et dynamique d’ouverture (1789-1792)

  • 47 Arch. mun. de Nantes, H 3, registre 3, 1792. Cette loi du 14 octobre 1791 est également à l’origin (...)
  • 48 Pour approfondir la critique de ce document, deux questions se posent : comment concilier les deux (...)

22L’étude d’un registre de la Garde nationale nantaise précise sa composition sociale et la dynamique de son ouverture. Notre source est un registre constitué suite à la loi de réorganisation du 14 octobre 179147. Ce registre comprend 1096 gardes nationaux. Il livre deux indications chronologiques : une date précise pour l’enregistrement, à partir du 15 mars 1792, et, dans 457 cas, l’année d’entrée en service48.

Tableau 1. – Aspect du rôle de la Garde nationale.

Tableau 1. – Aspect du rôle de la Garde nationale.
  • 49 Les valeurs relatives sont donc données par rapport aux 1 068 métiers connus.

23Le métier des gardes nationaux est indiqué dans 1 068 cas49. La condition sociale, en l’occurrence l’état de salarié, est même précisée pour 77 gens de métier, dont 71 ouvriers d’industrie, à travers les termes « ouvrier », « journalier » ou « garçon ». Si cette précision de la condition sociale, très rare dans de nombreuses sources d’histoire sociale de la fin du xviiie siècle, est indiquée dans ce registre, n’est-ce pas en raison de l’enjeu crucial que constitue le maintien de l’ordre, plus particulièrement l’ouverture de la Garde nationale aux ouvriers, dans une ville qui a connu trois émeutes depuis 1789 ?

Les rythmes de l’élargissement de la Garde nationale

24Les dates précises d’enregistrements s’échelonnent du 15 mars au 25 juillet 1792.

Tableau 2. – Rythme mensuel d’enrôlements dans la Garde nationale, en 1792.

Tableau 2. – Rythme mensuel d’enrôlements dans la Garde nationale, en 1792.
  • 50 Une délibération du 3 mai indique que la guerre sera solennellement proclamée le dimanche suivant (...)
  • 51 Le 21, le député Coustard présente l’avancée des armées ennemies à la municipalité qui décide de r (...)

25Le rythme mensuel d’enrôlements signale l’élan patriotique qui accompagne l’entrée en guerre, à partir de la formation du ministère brissotin. Déclarée le 20 avril, la guerre est proclamée à Nantes début mai50. Le regain d’enrôlements à la mi-juillet correspond à la réaction face à la gravité du danger. Si, fin juillet, les enrôlements s’étiolent, c’est probablement parce que l’enrôlement dans la Garde nationale cède alors la place à l’engagement dans les Volontaires51.

26L’année 1791, marquée par le schisme et la fuite à Varennes, apparaît comme une année particulièrement riche en enrôlements dans la Garde nationale.

Tableau 3. – Rythme annuel d’enrôlements dans la Garde nationale, 1789-1792.

Tableau 3. – Rythme annuel d’enrôlements dans la Garde nationale, 1789-1792.

27Ce flux d’enrôlements revêt une signification politique importante, l’année 1791 étant également marquée à Nantes par l’aiguisement des conflits. Concomitant de l’élargissement du corps des actifs, le renforcement de la Garde nationale marque-t-il aussi son ouverture sociale, comme le suggère l’analyse comparée des émeutes de 1790 et 1791 ?

La composition socioprofessionnelle de la Garde nationale (1792)

  • 52 Pour le classement des secteurs, des branches et des métiers de l’industrie, voir annexe 2, tablea (...)
  • 53 Les menuisiers travaillent en compagnie des tapissiers et des peintres-vitriers, d’après les indic (...)
  • 54 Soulignons que cette représentation se retrouve de manière quasi-similaire parmi les Volontaires d (...)
  • 55 Les ouvriers des concentrations sont cependant plus nombreux dans la Garde nationale que parmi les (...)

28Avec 643 représentants, le monde du travail industriel domine la Garde nationale nantaise (60 %). Les plus nombreux sont les travailleurs de la confection (138), et, parmi eux, les cordonniers se montrent résolument patriotes (93)52. Viennent ensuite les travailleurs du textile (107). Puis se distinguent les métallurgistes (55), les travailleurs du bois et de l’aménagement d’intérieur (66)53, ceux du bâtiment (50), et encore les tonneliers (47) et les porteurs (44). Cette représentation des différents métiers dans la Garde nationale doit être nuancée en vertu de l’importance numérique de chaque métier au sein du monde du travail nantais54. Les travailleurs des petites structures productives (échoppes, chambres) l’emportent nettement sur les ouvriers des concentrations55.

29Parmi les représentants du monde du travail industriel, peut-on distinguer les maîtres et les ouvriers ? 71 travailleurs des métiers industriels sont présentés comme des salariés : 14 ouvriers du textile, autant dans la confection, 10 tonneliers, ou encore 6 ouvriers du bâtiment et autant de métallurgistes. En y ajoutant les ouvriers des concentrations (19 indienneurs, 4 brossiers) et les ouvriers dépourvus de qualification (22), ainsi que les portefaix (39), on relève parmi les travailleurs industriels enrôlés dans la Garde nationale 156 ouvriers. Il s’agit d’une indication minimale car d’autres ouvriers ne sont peut-être désignés que par leur métier.

  • 56 L’abolition des corporations a fait disparaître l’ultime distinction juridique qui séparait, jusqu (...)
  • 57 La comparaison entre, d’une part, le nombre élevé de tonneliers signalé par les enquêtes de l’inte (...)
  • 58 Une équipe d’ouvriers passe un contrat avec un entrepreneur de travaux.

30De plus, parmi les gens de métier non explicitement désignés comme salariés, figurent sans doute, outre de véritables maîtres, chefs d’ateliers employant plusieurs compagnons, de nombreux travailleurs isolés, anciens ouvriers sans-qualité (chambrelans clandestins ou forains des paroisses limitrophes) ou bien anciens maîtres déchus56, isolés et/ou façonniers : ces travailleurs isolés sont particulièrement nombreux dans le tissage et la confection. Précisément, nombreux sont les tisseurs (61), les cordonniers et les sabotiers (106), voire les tailleurs (21) enrôlés dans la Garde nationale. Peuvent également être cités, du moins pour une grande partie d’entre eux, les tonneliers (47)57, et, en vertu du système du louage qui prévaut dans leur secteur58, les travailleurs du bâtiment que sont les maçons et les tailleurs de pierre (26) et les charpentiers (16).

31Enfin, les métiers dans lesquels les ouvriers se montrent particulièrement virulents et bien organisés sont fortement représentés dans les rangs de la Garde nationale (portefaix, tailleurs, métallurgistes, menuisiers). Or, à plusieurs reprises, des travailleurs d’un même métier s’engagent simultanément. Il est donc possible que l’enrôlement dans la Garde nationale s’opère en vertu de la sociabilité professionnelle qui imprègne si fortement le monde ouvrier nantais au xviiie siècle.

32Parmi les 425 gardes nationaux qui travaillent hors de l’industrie, les commis dominent largement (177). Le commerce, composé essentiellement de marchands et de négociants, constitue un groupe complémentaire, fort de 36 représentants. Les métiers de la parure (29) et de l’alimentation (25) sont également présents dans la Garde nationale, ainsi que les gens de mer (27).

  • 59 Une sociologie identique caractérise la municipalité montagnarde (Arch. mun. de Nantes, 1-D-9, reg (...)
  • 60 Parmi les 177 commis, 82 se disent simplement commis et 77 se présentent comme commis-négociants. (...)
  • 61 Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire (1789-1815), Rennes, Éd. Ouest-France, 200 (...)

33Si les commis constituent le groupe professionnel le plus important au sein de la Garde nationale (16,5 %), le monde du travail industriel l’emporte (60 %). S’étendant au-delà des seules activités industrielles, le monde de l’échoppe domine largement. Les ouvriers de l’industrie, compagnons, travailleurs isolés, voire ouvriers des concentrations, et, plus largement, les salariés sont fortement présents. Si l’appartenance sociale de l’état-major et des officiers assure la domination de la bourgeoisie, la Garde nationale nantaise apparaît, en 1792, très largement ouverte au peuple, en particulier aux représentants du monde de l’échoppe, selon une sociologie caractéristique de la sans-culotterie59. Les commis, souvent liés à la haute bourgeoisie60, confortent la domination de celle-ci, tout en introduisant une liaison avec le monde du travail. Leur forte présence dans la Garde nationale ne tient-elle pas au rôle primordial que ces jeunes gens ont joué lors de la campagne des États généraux61 ?

34La dynamique sociale du recrutement de la Garde nationale (1789-1792)

35Après avoir présenté la composition socioprofessionnelle de la Garde nationale et conclu à sa large ouverture en 1792, il faut préciser la dynamique sociale de son recrutement, en rappelant d’abord que l’année 1791 est particulièrement riche en enrôlements et que ce flux d’enrôlements coïncide, à Nantes, avec un élargissement massif du corps des citoyens actifs. Deux indices permettent de préciser la dynamique sociale du recrutement au cours des premières années de la Révolution : le métier et la capacité à signer.

36L’étude de la dynamique professionnelle du recrutement de la Garde nationale dans les premières années de la Révolution éclaire, à la fois, son noyau initial et la dynamique de son ouverture. Le rôle joué par les jeunes patriotes au cours de l’hiver 1788-1789 se prolonge par la précocité de leur enrôlement dans la Garde nationale.

Tableau 4. – Enrôlement des commis et des négociants dans la Garde nationale, 1789-1792.

Tableau 4. – Enrôlement des commis et des négociants dans la Garde nationale, 1789-1792.

37L’année 1789 est la plus riche en enrôlements pour les commis, les commis négociants et les négociants eux-mêmes. Après une décroissance en 1790, les enrôlements reprennent en 1791.

38Dès 1789, des travailleurs industriels s’enrôlent dans la Garde nationale, en particulier des ouvriers indienneurs. Le nombre des enrôlements croît surtout en 1791, comme l’indique notamment le cas des cordonniers.

Tableau 5. – Enrôlement des travailleurs industriels dans la Garde nationale, 1789-1792.

Tableau 5. – Enrôlement des travailleurs industriels dans la Garde nationale, 1789-1792.
  • 62 Arch. mun. de Nantes, 1-D-2, registre des délibérations de la municipalité, f° 33 v°, 19 octobre 1 (...)

39En 1789, la Garde nationale, sans être complètement fermée, est nettement bourgeoise. D’ailleurs, une délibération municipale du 19 octobre 1789 clôt les enrôlements dans la Garde nationale en arguant du fait que « la liberté indéfinie des enrôlements auroit encore un inconvénient majeur en séparant d’une manière trop marquée les citoyens aisés de cette classe du peuple si facilement accessible à tous les genres de séductions62 ». La Garde nationale s’ouvre nettement en 1791 lorsque l’aggravation des conflits suscite un flux d’enrôlements.

  • 63 En dépit de la présence de quelques signatures maladroites, ce taux signale une alphabétisation bi (...)

40Un second indice – la capacité à signer – confirme cette dynamique d’ouverture de la Garde nationale au cours des premières années de la Révolution. D’une manière générale, les deux tiers des gardes nationaux inscrits dans ce registre signent (702 sur 1 096)63.

Tableau 6. – Signatures des gardes nationaux.

Tableau 6. – Signatures des gardes nationaux.
  • 64 Les enrôlements explicitement datés de 1792 dérogent à cette tendance, mais ils sont peu nombreux.
  • 65 Voir supra n. 48.
  • 66 Voir tableau 5 : dans la plupart des cas, il n’est pas indiqué d’année d’entrée en service, ce qui (...)

41L’étude des signatures confirme donc l’ouverture de la Garde nationale dans la mesure où la capacité à signer décline d’année en année64. Alors que l’étude du rythme annuel d’enrôlements et celle de la dynamique professionnelle de l’ouverture de la Garde nationale ont amené jusqu’à présent à souligner le flux de l’enrôlement populaire de l’année 1791, l’examen de la capacité à signer indique plutôt une progression régulière de l’ouverture de la Garde nationale entre 1789 et 1791. Tranchent nettement avec les enrôlements des années 1789-1791, ceux pour lesquels aucune date n’est indiquée. On a déjà suggéré que ces enrôlements non datés pourraient correspondre à des engagements du printemps 179265. Cette hypothèse n’est pas contredite par l’analyse professionnelle de la Garde nationale et de son ouverture : en effet, l’enrôlement de la plupart des travailleurs de l’industrie daterait du printemps 179266. Dès lors, après une première inflexion en 1791, la Garde nationale s’ouvrirait largement en 1792. Cette ouverture sociale témoigne du profond élan patriotique populaire de 1792 ; les ouvriers participent à cet élan, qui provoque l’accentuation du processus révolutionnaire.

42La remarquable présence ouvrière dans la Garde nationale nantaise peut donc être soulignée. Elle résulte notamment de deux ouvertures successives. Une première ouverture sociale de la Garde nationale s’opère en 1791, comme le suggérait l’analyse des émeutes de 1790 et 1791. Ensuite, l’ouverture s’accentue largement en 1792 lors de l’entrée en guerre. Néanmoins, dans le monde ouvrier nantais, persiste une certaine hostilité sociale à l’encontre de la Garde nationale. Ainsi, le 20 avril 1792, un cotonnier du quartier populaire des Hauts-Pavés, marqué par l’activité textile, reproche encore aux gardes nationaux de profiter de l’inflation, comme en témoigne un serrurier, lui-même garde national, qui

  • 67 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 2074, déposition de Louis Lecomte, 5 mai 1792.

« […] déclare que, lundi dernier […] étant à sa porte, il vit Julien Oliveau, cotonier, passer dans la rue, qui dit à lui, déclarant, qu’il étoit un coquin d’habit bleu ; qu’un peu plus loin, aiant rencontré Joseph Laudey, ledit Oliveau s’écria sur lui : au voleur ; que Laudey lui aiant demandé pourquoy il l’insultoit, Oliveau lui répondit qu’il étoit lui et tous ses camarades un tas de f… coquins et de banqueroutiers, ainsi que les habits bleus ; ensuite il arracha le sabre du côté de Laudey qui, voulant le retenir, eut les doigts coupés, lui arracha sa houppette, qu’il foula aux pieds, lui donna aussi plusieurs souflets et s’enfuit67 ».

  • 68 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 2074, déposition de Louis Robert, 5 mai 1792.

43Un cotonnier précise « qu’Oliveau s’étant approché de Laudey lui donna plusieurs souflets, lui arracha sa houpette, s’en torcha le derrière et la foula aux pieds en disant qu’il en feroit autant des habits bleus qu’il rencontreroit68 ».

44En outre, si l’engagement ouvrier dans l’élan patriotique de 1792 est indéniable, d’autres facteurs affectent la participation ouvrière à la Révolution, en particulier la crise religieuse. Celle-ci peut susciter un sentiment anti-révolutionnaire, que redouble l’affrontement avec les gardes nationaux. Ainsi, le 20 mai 1792, la compassion qu’il éprouve pour les réfractaires amène le couvreur Julien Resteau à insulter les gardes nationaux. Il se défend de cette accusation en soulignant qu’il ne s’occupe pas de politique :

  • 69 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 2074, interrogatoire de Julien Resteau, 21 mai 1792.

« Interrogé si le jour d’hier […] il n’étoit pas sur la place du Département et s’il n’y tint pas les propos les plus injurieux contre la garde nationale et les citoyens en disant qu’ils étoient des J.-F. et des f. gueux ? répond que, passant sur la place du Département et ayant vu beaucoup de monde rassemblé à la porte du Département, il s’approcha par curiosité et entendit qu’on disoit des injures aux prêtres qui entroient aux Départements ; que, par un mouvement de pitié, il dit : ces messieurs sont assez punis de venir deux fois par jour aux Départements sans encore leur dire des injures, au lieu de mettre la paix, on met la guerre ; qu’il n’a jamais eu intention d’insulter les citoyens ni la garde nationale ; qu’il est un père de famille de sept enfants ; qu’il ne s’occupe que de son état et à travailler pour leur procurer la subsistance ; qu’il nous prie de lui procurer la liberté pour gagner leur vie69. »

  • 70 Cette affaire est évoquée par Cynthia Truant, op. cit., p. 202.

45Enfin, la tension persiste entre les aspirations ouvrières spécifiques et certaines caractéristiques fondamentales de la Révolution, en particulier l’interdiction des organisations ouvrières. Ainsi, la fête organisée, le 25 juin 1792, par les compagnons forgerons pour célébrer la Saint-Éloi70 est interrompue par un commissaire de police :

  • 71 Arch. mun. de Nantes, I 2-C 7-D 4, procès-verbal du commissaire Bar, 25 juin 1792.

« L’an mil sept cent quatre vingt douze, l’an quatrième de la liberté, le lundy vingt-cinq juin, environ midy, nous, Louis-Charles Bar, premier commissaire inspecteur de police de la ville et municipalité de Nantes, rapportons qu’il est venu à notre connoissance que les ouvriers forgerons, au nombre d’environ trante à quarante, se promenoient en troupe dans les rues de cette ville et fauxbourgs avec cannes, rubans et que l’un d’eux, vêtu d’un habit de garde nationale avec un sabre, marchoit en tête, précédé de plusieurs violons et clarinette, sous prétexte de célébrer la fête de saint Eloi, patron de leur état, et d’aller à la messe71. »

46Quelques jours plus tard, ces compagnons forgerons s’adressent à la municipalité :

  • 72 Arch. mun. de Nantes, I 2-C 7-D 4, pétition des compagnons forgerons, sans date (fin juin 1792 ?).

« Messieurs, qu’a-t-on à nous reprocher ? nous sommes tous bons citoyens ; même il y en a dans notre corps qui sont enrôllés dans la garde nationale, et nous offrons nos services à la patrie toutes fois et quant elle aura besoin de nous ; si nous avons porté quelques rubans suspects à la nouvelle constitution, cela étoit hor de notre connoissance, et même nous en sommes très punis et sommes tous prest à prendre ceux de la nation72. »

47Cette lettre des compagnons forgerons montre bien, d’une part, qu’une convergence se noue entre le processus révolutionnaire et le mouvement populaire et que, d’autre part, le patriotisme des ouvriers s’exprime notamment par l’enrôlement dans la Garde nationale. Mais cette affaire rappelle aussi que, contrairement à l’espoir entretenu par les ouvriers, la Révolution ne signifie absolument pas la légalisation des organisations ouvrières clandestines sous l’Ancien Régime.

48La Garde nationale nantaise compte dans ses rangs de nombreux travailleurs industriels. Au-delà, le monde de l’échoppe domine largement. La présence ouvrière dans la Garde nationale est remarquable et témoigne, plus largement, de l’importance et de l’originalité de la participation ouvrière à la Révolution française. Cette participation passe d’abord par l’intervention spécifique pour des motifs sociaux, les subsistances ou bien la reconnaissance des organisations ouvrières. L’engagement patriotique, manifesté par l’enrôlement dans la Garde nationale, puis par l’engagement dans les Volontaires de 1792, représente un autre aspect de la participation ouvrière à la Révolution française. Enfin, la Garde nationale constitue une instance de politisation pour les ouvriers qui s’y enrôlent.

49La participation ouvrière à la Révolution s’avère aussi remarquable qu’originale. Elle ne revêt d’ailleurs toute son ampleur qui si précisément lui sont reconnues son originalité et son autonomie. De cette originalité témoignent, d’une part, le recours privilégié à l’enrôlement comme manifestation de patriotisme, et, d’autre part, le rythme de la politisation, avant tout lié aux crises. L’autonomie de la participation ouvrière tient au fait que les revendications et la conscience sociales demeurent primordiales, comme le montrent, au cours des émeutes, l’exigence frumentaire, ainsi que le ressentiment à l’encontre des maîtres et des négociants qui mènent la répression. Si on ne décèle pas une politisation éclatante, on relève néanmoins, chez les ouvriers nantais, la maturation d’une réelle conscience révolutionnaire, dans laquelle la conscience sociale demeure primordiale.

  • 73 Georges Lefebvre, « La Révolution française et les paysans », op. cit., p. 249. Bien sûr, étant do (...)

50Si la participation des ouvriers nantais à la Révolution se révèle autonome et originale, elle s’inscrit également dans la convergence essentielle du mouvement populaire et du processus révolutionnaire. Ainsi, la participation ouvrière à la Révolution est-elle comparable, par de nombreux aspects, à la révolution paysanne, qui, selon G. Lefebvre, « possède une autonomie propre quant à son origine, à ses procédés, à ses crises et à ses tendances73 ». De cette convergence essentielle témoigne l’ouverture progressive de la Garde nationale aux ouvriers, d’abord en 1791, plus encore en 1792. Cette ouverture ne résulte pas seulement d’une stratégie de la bourgeoisie révolutionnaire nantaise, ce qui l’apparenterait à une sorte de manipulation. Elle résulte aussi, et peut-être surtout, de la volonté des ouvriers eux-mêmes de manifester leur patriotisme.

51Toutefois, ce patriotisme des ouvriers et cette convergence entre le mouvement populaire et le processus révolutionnaire n’impliquent pas l’effacement automatique des contradictions qui imprègnent la participation ouvrière à la Révolution. Au contraire, ces contradictions persistent, voire s’accentuent, comme le montrent les rapports entre les ouvriers et la Garde nationale. D’abord, lors de l’émeute du 5 septembre 1791, du fait même de l’ouverture de la Garde nationale, plus nombreux sont les ouvriers qui éprouvent la contradiction entre leur condition sociale et l’appartenance à la Garde nationale. De plus, l’accentuation de leur politisation aiguise cette contradiction au point que la répression est stigmatisée comme fratricide. Ensuite, le puissant élan patriotique de 1792 lui-même n’efface pas ces tensions, comme en témoigne le maintien de l’interdiction des compagnonnages, et donc du combat pour leur reconnaissance. Si la contradiction sociale qui affecte la participation ouvrière à la Révolution ne s’efface jamais, c’est en raison de la profondeur de la conscience sociale des ouvriers nantais, qui nourrit, à la fois, leur autonomie et leur politisation.

Annexes

Annexes

1. L’émeute du 5 septembre 1791

A. L’émeute du 5 septembre 1791 dans le registre des délibérations de la municipalité de Nantes

Le registre de délibérations de la municipalité livre un récit détaillé de l’émeute du 5 septembre 1791, la troisième et dernière qui éclate à Nantes au cours de la Révolution. Ce récit éclaire le développement de l’émeute, sa composition sociale, ainsi que l’idéologie et les pratiques des émeutiers. En outre, il contredit la légende nantaise de l’apaisement de l’émeute par le charisme du maire74. Les autorités craignent d’ailleurs qu’un complot contre-révolutionnaire ne soit à l’origine de cette émeute, explication déjà avancée pour l’émeute du 25 mai 1790. Dans le cadre draconien de la loi martiale, la répression de l’émeute est menée par la Garde nationale qui se heurte à une forte résistance, voire à une vive hostilité.

« Vers les neuf heures du matin, le procureur de la commune a été informé d’un attroupement d’ouvriers qui se formait au quartier de Chézine. Vers dix heures, le maire a eu pareil avis […]

Le maire s’est transporté à l’hôtel de ville, où messieurs Rozier, Varsavaux, Dobrée, Le Pot, Cantin, Fourmy, Le Care, Bailly, Delahaye, Le Meignen et Lambert, officiers municipaux, se sont également rendus.

Déjà un grand nombre d’ouvriers sans armes était rassemblé à la porte de la maison commune, où ils se seraient introduits sans la ferme résistance de l’escouade de la garde nationale qui occupait le poste.

Le maire a donné ordre d’en laisser entrer dix pour les entendre. Douze ont entré.

Introduits au bureau de la municipalité, ils ont déclaré que toute espèce de révolte était loin de leurs intentions et ont exposé que la disette de la petite monnoye, la difficulté de se procurer les choses nécessaires à la vie avec les billets de la caisse patriotique qui sont en circulation, la perte considérable que leur font éprouver les fournisseurs sur ces billets, la conviction où ils sont que l’on recelle l’argent, les avaient porté à se réunir pour demander que dorénavant leur salaire leur soit totalement payé en monnoye sonnante. Le bureau les a écoutés, leur a fait ses représentations, leur a promis de délibérer sur le champ sur leur demande. Leurs réponses ont été menaçantes. Ils ont annoncé que, si on ne leur accordait pas pleinement ce qu’ils demandaient, ils cesseraient de travailler et se procureraient de quoi vivre par le pillage. L’un d’eux même a dit que s’il en trouvait deux cents tels que lui, il serait fort peu embarrassé pour se procurer de l’argent.

Au moment où on les faisait passer dans une autre salle pour délibérer, on a eu avis que l’attroupement se grossissait considérablement.

Le maire descendu en écharpe, avec plusieurs officiers municipaux, est sorti au-devant de la porte de l’hôtel de ville. Il s’est disposé à porter la parole pour calmer les séditieux, et est monté à cheval pour être mieux entendu.

Plusieurs voulaient l’entendre, lorsque l’un d’eux l’interrompant, a crié que l’on n’écouterait rien, ajoutant avec violence : point de cartes, point de cartes. Une grande rumeur s’est aussitôt faite et celui qui avait porté le cri de désordre a été arrêté sur le champ et mis au corps de garde.

Le tumulte s’est accru, les mutins ont menacé de forcer la garde et ont été sur le point de forcer la porte. On a appris que plusieurs gardes nationaux avaient été insultés et même désarmés, qu’un détachement de 15 ou 18 hommes venait d’être assailli à coup de pierres et avait failli succomber, qu’un homme avait été tué, que l’allarme était telle que les boutiques se fermaient de toutes parts, que le danger était imminent.

Le bureau municipal a vu que la proclamation de la loi martialle pouvait seule prévenir les plus grands malheurs et a arrêté d’employer ce moyen. »

(Arch. mun. de Nantes, 1-D-5, registre des délibérations de la municipalité, 5 septembre 1791, f° 65 r°.)

B.

C. Mellinet imagine la scène au cours de laquelle la délégation des ouvriers rencontre le maire, Kervégan. Son récit ne vise-t-il pas à conjurer le souvenir de cette émeute et, plus largement, des émeutes révolutionnaires, souvenir particulièrement pénible pour l’élite nantaise au lendemain de la Révolution de 1830, marquée à Nantes par des affrontements violents et une agitation persistante75 ?

« Le plus enhardi, gardant son chapeau, adressa quelques interpellations assez vives à monsieur de Kervégan ; me connaissez-vous, lui dit le magistrat en le fixant avec ce regard sérieux qui jamais ne menaçait, mais qui toujours inspirait le respect ; oui, répondit celui qui, ainsi interpellé, avait trop compté sur son audace, et que le regard d’un digne magistrat, objet de la vénération générale, avait suffipour interdire, oui, Monsieur le maire ; eh bien ce nom seul vous dit que vous me devez du respect […] et, sans la brusquerie qui ne va qu’à la colère, ôtant lentement le chapeau de cet homme, monsieur de Kervégan le lui présenta froidement. »

(Camille Mellinet, Histoire de la Commune et de la Milice de Nantes, Nantes, Mellinet, 1841, t. 6, p. 355.)

C.

Au milieu du xixe siècle, H. Villaine, artiste nantais, peint un tableau représentant, selon son titre, « le maire Kervégan arrêtant une émeute de paysans à l’octroi de Nantes en 179076 ». La scène représentée par H. Villaine semble cependant inspirée du récit que livre C. Mellinet pour l’émeute du 5 septembre 1791 : outre le charisme de Kervégan, le geste de l’émeutier suggère cette inspiration77. Ainsi, H. Villaine transpose lors de l’émeute de 1790 la scène imaginée par C. Mellinet pour 1791 et, autre différence, la représente à l’extérieur78. Comme le récit, le tableau cherche à conjurer le souvenir de cette émeute79.

(Henri Villaine, Le maire Kervégan arrêtant une émeute de paysans à l’octroi de Nantes en 1790, musée des Beaux-Arts de Nantes, inv. 3083, date inconnue.)

2. Composition socioprofessionnelle de la Garde nationale de Nantes, d’après le registre d’enrôlements (Arch. mun. de Nantes, H 3, registre 3, 1792)

1 096 gardes nationaux apparaissent dans le rôle que nous avons utilisé. Le métier (ou le statut social) de 1 068 d’entre eux est connu. De plus, 77 gens de métier, dont 71 travailleurs industriels, sont désignés comme ouvriers, journaliers, garçons, voire compagnons et apprentis. D’autres gardes nationaux appartiennent au monde ouvrier : les indienneurs et les brossiers travaillent nécessairement dans des manufactures ; quoique juridiquement indépendants, mais soumis en fait à un tarif, véritable salaire, les portefaix appartiennent au monde ouvrier ; les manœuvres sont également des ouvriers. Au total, au moins 156 ouvriers sont recensés dans ce registre. De plus, parmi les gens de métier non explicitement désignés comme salariés, figurent sans doute, outre de véritables maîtres, chefs d’ateliers employant plusieurs compagnons, des ouvriers désignés, de manière ambiguë, par leur seul métier, ainsi que de nombreux travailleurs isolés, anciens ouvriers sans-qualité ou bien anciens maîtres déchus : ces travailleurs isolés sont particulièrement nombreux dans le tissage et la confection.

Si les travailleurs de l’artisanat dominent nettement, conformément à la sociologie caractéristique de la sans-culotterie, les ouvriers des concentrations sont plus nombreux dans les rangs de la Garde nationale que parmi les volontaires de 1792. La présence remarquable d’ouvriers dans la Garde nationale témoigne de leur engagement dans la Révolution française, ainsi que de l’originalité de leur participation, dont l’enrôlement constitue précisément un vecteur de prédilection80.

Dans le second tableau, qui présente les gardes nationaux des métiers non-industriels, 70 d’entre eux sont rangés dans la catégorie « divers » en raison d’un réel éparpillement des métiers ou des statuts : signalons dix « citoyens », quatre rentiers, un « fils de citoyen actif », un « bourgeois », ainsi que neuf « préposés aux douanes », six « musiciens » et trois garçons de théâtre. Les commis constituent le groupe professionnel le plus important au sein de la Garde nationale.

Tableau 1. – Le monde du travail industriel dans la Garde nationale.

Tableau 1. – Le monde du travail industriel dans la Garde nationale.

Tableau 2. – Composition professionnelle de la Garde nationale (hors industrie).

Tableau 2. – Composition professionnelle de la Garde nationale (hors industrie).

Notes

1 L’industrie nantaise présente des traits communs à toute la France moderne (diversité des activités, importance des échoppes, importance du textile) et des traits spécifiques (importance de la branche cotonnière de pointe et des concentrations). De plus, elle est marquée, dans la seconde moitié du xviiie siècle, par d’importants bouleversements économiques et sociaux : ainsi, dans le tissage et la confection, de nombreux maîtres déchus, isolés et/ou façonniers, sont en voie d’intégration au monde ouvrier. L’étude de l’industrialisation nantaise au tournant des xviiie-xixe siècles est un des points de notre travail de thèse, en cours sous la direction d’A. Croix, qui traite de l’identité des ouvriers nantais au cours de cette période, de son éventuelle évolution sous le double effet des évolutions économiques et sociales et de la Révolution française.

2 En se référant à l’analyse d’Edward Thompson sur la manière dont le monde ouvrier anglais a vécu la Révolution industrielle, il est donc possible d’avancer, à titre d’hypothèse, que les ouvriers nantais n’abordent pas la Révolution française comme « un matériau humain brut, indifférencié et indéfinissable » (Edward Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, 1988, p. 74 ; éd. originale, The Making of the English Working Class, 1963), mais qu’au contraire, ils y participent en vertu de cette identité socioculturelle dont est doté, dès la fin de l’Ancien Régime, le groupe social qu’ils constituent (sur l’intérêt de l’analyse d’Edward Thompson pour l’étude de la participation ouvrière à la Révolution, voir Haim Burstin, « Pour une histoire socio-politique du Paris révolutionnaire : réflexions méthodologiques », Annales historiques de la Révolution française, 1986-1, p. 34).

3 Albert Soboul souligne notamment que la seule mention du métier est ambiguë ; de ce fait, la condition sociale exacte (maître ou ouvrier) reste le plus souvent inconnue (Albert Soboul, « Problèmes du travail en l’an II », Annales historiques de la Révolution française, 1956-3, p. 237).

4 Citons notamment les travaux de Steven Kaplan, « Réflexions sur la police du monde du travail, 1700-1815 », Revue historique, 1979-1, p. 17-77 ; id., La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, 740 p., et d’Arlette Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1986, 354 p.

5 Voir notamment Cynthia Truant, The Rites of Labor. Brotherhoods of compagnonnage in Old and New Regime France, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 1984, 356 p. ; Philippe Minard, Typographes des Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 1989, 300 p. ; Michael Sonenscher, Work and Wages. Natural law, politics and the eighteenth-century French Trades, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, 428 p.

6 Steven Kaplan, La fin des corporations, op. cit., p. 581.

7 Citons notamment les recherches de Haim Burstin et de Dominique Godineau : Haim Burstin, « Problèmes du travail à Paris sous la Révolution », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1997-4, p. 650-682 ; id., « Entre social et politique : réflexions à partir du cas parisien », Mélanges Michel Vovelle. Sur la Révolution. Approches plurielles, Paris, Sociétés des études robespierristes, 1997, p. 355-363 ; Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses : les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988, 420 p.

8 Catherine Duprat, « Lieux et temps de l’acculturation politique », Annales historiques de la Révolution française, 1994-3, p. 396.

9 Cette approche s’inspire non seulement des travaux sur la participation ouvrière à la Révolution (voir supra), mais encore, plus largement, des travaux sur la politisation populaire : Michel Vovelle, La mentalité révolutionnaire. Société et mentalités sous la Révolution française, Paris, Messidor-Éd. sociales, 1985, 290 p. ; id., La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, La Découverte, 1993, 364 p. ; Jean Nicolas (éd.), Mouvements populaires et conscience sociale, xvie-xixe siècles, actes du colloque de Paris, 22-24 mai 1984, Paris, Maloine, 1985, 794 p. ; id., La rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale (1660-1789), Paris, Seuil, 2002, 608 p. La comparaison avec la paysannerie se révèle particulièrement fructueuse : Georges Lefebvre, « La Révolution française et les paysans », Annales historiques de la Révolution française, 1933, repris dans Études sur la Révolution française, Paris, PUF, 1954, p. 246-268 ; Roger Dupuy (dir.), Les paysans et la politique (1750-1850), actes du colloque de Rennes, 20-21 mai 1981, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1982-2 ; Serge Bianchi, La Révolution française et la première République au village, Paris, CTHS, 2003, 970 p.

10 Sur ce concept de maturation d’une conscience révolutionnaire populaire, voir Georges Lefebvre, « Foules révolutionnaires », Annales historiques de la Révolution française, 1934, repris dans Études sur la Révolution française, op. cit., p. 271-287, et Michel Vovelle, La mentalité révolutionnaire, op. cit.

11 Sur le caractère relatif de la fermeture de la Garde nationale aux Passifs, en dépit d’une réelle volonté d’épuration, voir Jacques Godechot, Les institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, PUF, rééd. 1968, p. 125 ; Roger Dupuy, art. « Gardes nationales », dans Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, PUF, Paris, 1989, 1 134 p.

12 Camille Mellinet, La Commune et la Milice de Nantes, Nantes, Mellinet, 1841-43, pour les tomes 6 à 10 qui couvrent la décennie révolutionnaire. C. Mellinet est le petit-fils d’un conventionnel modéré, mort naturellement en juin 1793, et le fils d’un général d’Empire. Son journal soutient la monarchie de Juillet et il est lui-même conseiller municipal vers 1840.

13 François Mace, Les citoyens-militaires. La Garde nationale de Nantes (1789-an II), Archives municipales de Nantes, Nantes, 1993, 21 p. et 33 doc.

14 À Nantes, le début de la Révolution est marqué par la réapparition des émeutes : dès les 8-9 janvier 1789 éclate une émeute frumentaire, dans laquelle les ouvriers jouent un rôle essentiel.

15 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, interrogatoire de Jean-François Gergaud, 6 septembre 1791.

16 Cette hypothèse apparaît de manière éclatante sous la plume d’A. Guépin : « Les ennemis de la révolution, voulant pousser les paysans à la révolte, répandirent le bruit que les péages étaient abolis ; ceux-ci refusèrent de payer les droits d’octroi ; de là, des troubles qui eussent été réprimés plus tôt, si l’autorité n’avait tenu beaucoup à éviter toute effusion de sang ; l’émeute ne fut entièrement terminée que le soir ; monsieur Kervégan put alors se retirer chez lui avec la satisfaction d’avoir bien rempli le premier de ses devoirs, celui de traiter paternellement ses administrés ; heureuses les villes dont les premiers magistrats, aux jours de troubles, savent ainsi mettre de côté leur amour-propre et donner l’exemple du calme et de la modération » (Ange Guepin, Histoire de Nantes, Nantes, Mellinet-Sébire, 1839, p. 410). Voir le tableau d’Henri Villaine, Le maire Kervégan arrêtant une émeute de paysans à l’octroi de Nantes en 1790 (musée des Beaux-Arts de Nantes, inv. 3083, annexe 1-C).

17 Arch. mun. de Nantes, I 3-D 99, « sédition à Nantes à l’occasion des droits établis sur les bestiaux, 25 mai 1790, jour de la foire nantaise ».

18 Arch. mun. de Nantes, I 3-D 99, déposition de François-Nicolas Huard, 29 mai 1790.

19 Arch. mun. de Nantes, I 3-D 99, déposition d’Alphonse Debeluc, 26 mai 1790.

20 Arch. mun. de Nantes, I 3-D 99, déposition de Toussaint Lanelle, 26 mai 1790.

21 N’est-ce pas une conséquence de l’émeute si le prix du pain est baissé le 31 mai de quatre deniers pour les pauvres (Arch. mun. de Nantes, 1-D-4, registre des délibérations de la municipalité, f° 21 r°, 31 mai 1790) ?

22 Arch. mun. de Nantes, I 3-D 99, déposition de Dominique Manet, 27 mai 1790.

23 Arch. mun. de Nantes, 1-D-5, registre des délibérations de la municipalité, récit de l’émeute, f° 65 r°, 5 septembre 1791 (annexe 1-A).

24 Cette légende imaginée notamment par Camille Mellinet, op. cit., 1841, t. 6, p. 355, annexe 1-B, inspire le tableau d’Henri Villaine, cité plus haut (annexe 1-C).

25 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, interrogatoire de Jean Audan, 7 septembre 1791.

26 Arch. mun. de Nantes, FF 105, registre des audiences de police, f° 24 v°, 7 septembre 1791.

27 Arch. mun. de Nantes, 1-D-5, registre des délibérations de la municipalité, récit de l’émeute, f° 65 r°-f° 67 v°, 5 septembre 1791.

28 Arch. mun. de Nantes, FF 105, registre des audiences de police, f° 24 v°, 7 septembre 1791.

29 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, « émeute de Nantes », interrogatoires et dépositions, septembre 1791.

30 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, interrogatoire de Martin Chartier, 6 septembre 1791.

31 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition de Françoise Boisselot, 16 septembre 1791.

32 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition de Julie Vinsoneau, 17 septembre 1791.

33 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition de Catherine Coinan, 16 septembre 1791.

34 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, dépositions de Pierre Sourisseau et de Pierre Adam, 16 septembre 1791.

35 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition de Jeanne Legrand, 17 septembre 1791.

36 Dans le cas précis de ce serrurier, il faut toutefois préciser que l’on ignore sa condition sociale exacte (Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition d’Alexis Rouiller, 16 septembre 1791).

37 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition d’Étienne Beaudouin, 17 septembre 1791. Ce tonnelier, nommé Fouquet, est célèbre dans l’histoire de la Révolution à Nantes pour figurer dans l’entourage de Carrier ; A. Lallié, historien contre-révolutionnaire de la fin du xixe siècle, écrit d’ailleurs que Fouquet « avait été chassé de la garde nationale en 1791, comme indigne d’en porter l’uniforme » (Alfred Lallie, Les noyades de Nantes, Nantes, Libaros, 1879, réimpression, Cholet, éd. du Choletais, 1994, p. 10).

38 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, déposition de Julie Vinsoneau, 17 septembre 1791.

39 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 2073, lettre de Saget à Kervégan, 24 novembre 1791.

40 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, interrogatoire de Jean Chauveau, 8 septembre 1791.

41 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, interrogatoire de Sébastien Pécullier, 6 septembre 1791.

42 Voir supra un extrait de l’interrogatoire de Jean-François Gergaud (Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 1439, 6 septembre 1791).

43 Michel Vovelle, La découverte de la politique, op. cit.

44 Ces noms contredisent les appellations fantaisistes indiquées par Camille Mellinet, op. cit., t. 6, p. 57. Jean-Clément Martin n’accorde qu’un crédit limité à ces appellations : « certaines compagnies furent vite baptisées Royal Tonneau, Royal Bombance, voire Royal Crottin et Royal Bonbon ! ces noms fantaisistes […] ne doivent pas cacher la réalité et la détermination de l’engagement politique de ces hommes », La Loire-Atlantique dans la tourmente révolutionnaire, 1789-1799, Nantes, Reflets du passé, 1989, p. 36.

45 L’origine sociale des officiers et la composition sociale de l’état-major de la Garde nationale de Nantes confirment cette domination de la bourgeoisie (voir Camille Mellinet, op. cit., p. 235 sq.).

46 Yvon Le Gall, Les consultations générales en Loire-Inférieure (1789-an VII), thèse de l’université de Nantes, service de reproduction des thèses de l’université de Grenoble, 1976, 2 vol., p. 145-147 et p. 560-567.

47 Arch. mun. de Nantes, H 3, registre 3, 1792. Cette loi du 14 octobre 1791 est également à l’origine du registre utilisé par Roger Dupuy pour apprécier la composition socioprofessionnelle de la Garde nationale de Rennes (Roger DUPUY, La Garde nationale et les débuts de la révolution en Ille-et-Vilaine, 1789-mars 1793, Paris, Klincksieck, 1972, p. 236). Sur le décret des 29 septembre-14 octobre 1791, voir Jacques Godechot, Les institutions de la France sous la Révolution, op. cit.

48 Pour approfondir la critique de ce document, deux questions se posent : comment concilier les deux indications chronologiques ? Que signifie, dans 639 cas, l’absence de la seconde indication, c’est-à-dire l’année d’entrée en service ? D’une part, on peut penser que 457 gardes nationaux inscrits dans ce registre se sont enrôlés avant son ouverture le 15 mars 1792. D’autre part, les 639 cas pour lesquels manque la seconde indication correspondent très probablement à des enrôlements du printemps 1792, dans le contexte de la guerre imminente. (Si on ne retenait pas cette hypothèse, on ne relèverait plus que 30 engagements en 1792, ce qui semble très peu par rapport à l’ampleur de l’élan patriotique ; en fait, ces 30 engagements datés explicitement de 1792 sont probablement ceux contractés entre le 1er janvier et le 14 mars de cette année 1792, veille de l’ouverture du registre.) Ainsi, ce registre fondrait dans un seul rôle les engagés de longue date (1789-début 1792) et les néo-enrôlés du printemps 1792 : l’application de la loi de réorganisation du 14 octobre 1791 s’opère en fait dans le contexte de l’entrée en guerre.

49 Les valeurs relatives sont donc données par rapport aux 1 068 métiers connus.

50 Une délibération du 3 mai indique que la guerre sera solennellement proclamée le dimanche suivant (Arch. mun. de Nantes, 1-D-5, registre des délibérations de la municipalité, f° 171 r°, 3 mai 1792).

51 Le 21, le député Coustard présente l’avancée des armées ennemies à la municipalité qui décide de renouveler l’appel aux Volontaires, lancé depuis le début juillet, sans succès (Arch. mun. de Nantes, 1-D-6, registre de délibérations de la municipalité, f° 69 v°-f° 70 v°, 21 juillet 1792). Ce nouvel appel est entendu. Par ailleurs, faut-il voir dans le creux du mois de juin le contrecoup du veto royal à l’encontre de la décision de l’Assemblée de créer un camp de 20 000 gardes nationaux à Paris ?

52 Pour le classement des secteurs, des branches et des métiers de l’industrie, voir annexe 2, tableau 1.

53 Les menuisiers travaillent en compagnie des tapissiers et des peintres-vitriers, d’après les indications sur les ateliers fournis par le registre des livrets remis aux ouvriers en l’an XII (Arch. mun. de Nantes, I 2, registre des livrets remis aux ouvriers, an XII).

54 Soulignons que cette représentation se retrouve de manière quasi-similaire parmi les Volontaires de l’été 1792. La seule différence tient à la présence beaucoup plus faible des travailleurs du textile dans les rangs de ceux-ci.

55 Les ouvriers des concentrations sont cependant plus nombreux dans la Garde nationale que parmi les Volontaires de l’été 1792.

56 L’abolition des corporations a fait disparaître l’ultime distinction juridique qui séparait, jusqu’en 1791, les compagnons installés comme chambrelans clandestins et les ouvriers forains tolérés dans les paroisses limitrophes, d’une part, et, d’autre part, les maîtres déchus, isolés et/ou façonniers, relégués aux « confins du monde ouvrier », selon la formule de Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la France du xviie siècle, Paris, SEVPEN, 1960, p. 288, sur le modèle des canuts lyonnais (Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Belles-Lettres, 1970, 772 p.).

57 La comparaison entre, d’une part, le nombre élevé de tonneliers signalé par les enquêtes de l’intendance (Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1447 et C 1450, enquêtes sur les métiers, 1750-1755 et 1767) et le nombre encore plus élevé de capités (Arch. dép. de Loire-Atlantique, registre de la capitation nantaise, 1789), et, d’autre part, le petit nombre de livrets remis en l’an XII (Arch. mun. de Nantes, I 2, registre des livrets remis aux ouvriers, an XII) suggère que de nombreux tonneliers sont isolés.

58 Une équipe d’ouvriers passe un contrat avec un entrepreneur de travaux.

59 Une sociologie identique caractérise la municipalité montagnarde (Arch. mun. de Nantes, 1-D-9, registre des délibérations de la municipalité, f° 1 r°, 10 octobre 1793, et f° 192 v°, 5 pluviôse an II) et les terroristes nantais de l’an II (pour le comité révolutionnaire, voir Camille Mellinet, op. cit., t. 8, p. 272 ; pour la compagnie Marat, voir Richard Cobb, Les armées révolutionnaires. Instrument de la Terreur dans les Départements. Avril 1793-Floréal an II, Paris-La Haye, Mouton, 1963, p. 355).

60 Parmi les 177 commis, 82 se disent simplement commis et 77 se présentent comme commis-négociants. Deux commis seulement sont explicitement issus de l’administration (annexe 2, tableau 2).

61 Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire (1789-1815), Rennes, Éd. Ouest-France, 2004, 346 p.

62 Arch. mun. de Nantes, 1-D-2, registre des délibérations de la municipalité, f° 33 v°, 19 octobre 1789.

63 En dépit de la présence de quelques signatures maladroites, ce taux signale une alphabétisation bien supérieure à celle de l’ensemble de la population masculine en 1789 (Jean Queniart indique un taux d’alphabétisation de 3540 %, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au xviiie siècle, Atelier de reproduction des thèses, université Lille 3, 1977, 2 vol.). Dans 355 cas, il est écrit que le garde national ne signe pas et, dans 39 cas, cette mention et la signature font défaut : cette double absence a été interprétée comme un signe d’analphabétisme.

64 Les enrôlements explicitement datés de 1792 dérogent à cette tendance, mais ils sont peu nombreux.

65 Voir supra n. 48.

66 Voir tableau 5 : dans la plupart des cas, il n’est pas indiqué d’année d’entrée en service, ce qui suggère précisément un engagement au printemps 1792.

67 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 2074, déposition de Louis Lecomte, 5 mai 1792.

68 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 2074, déposition de Louis Robert, 5 mai 1792.

69 Arch. dép. de Loire-Atlantique, L 2074, interrogatoire de Julien Resteau, 21 mai 1792.

70 Cette affaire est évoquée par Cynthia Truant, op. cit., p. 202.

71 Arch. mun. de Nantes, I 2-C 7-D 4, procès-verbal du commissaire Bar, 25 juin 1792.

72 Arch. mun. de Nantes, I 2-C 7-D 4, pétition des compagnons forgerons, sans date (fin juin 1792 ?).

73 Georges Lefebvre, « La Révolution française et les paysans », op. cit., p. 249. Bien sûr, étant donné l’état social de la France à la fin du xviiie siècle, la participation ouvrière à la Révolution ne revêt pas l’ampleur de cette révolution paysanne.

74 Le récit de C. Mellinet nourrit cette légende (Camille Mellinet, op. cit., t. 6, p. 355, annexe 1-B).

75 Yannick Guin, Histoire du mouvement ouvrier à Nantes (1789-1871), thèse pour le doctorat d’État, université de Nantes, 1972, 662 p. ; Yannick Le Marec, Le temps des capacités : les diplômés nantais à la conquête du pouvoir dans la ville, Paris, Belin, 2000, 336 p.

76 La date de création est inconnue. Le tableau est donné par l’artiste à la ville en 1854. Précisément le tableau est signalé pour la première fois par le catalogue de l’exposition municipale de 1854 (Exposition des ouvrages de peinture, sculpture et dessin des artistes vivants, exposés à la bibliothèque de Nantes, le 18 août 1854, Nantes, Mellinet, 1854, p. 32).

77 Si Ange Guépin loue l’attitude de Kervégan lors de l’émeute du 25 mai 1790 (voir supra n. 16), il ne décrit pas une telle scène (Ange Guepin, Histoire de Nantes, op. cit., p. 410).

78 Outre cette transposition de 1791 à 1790, il faut indiquer que la datation de la scène représentée sur ce tableau est souvent aléatoire. Dès 1888, E. Maillard introduit une erreur en évoquant l’émeute de 1792 (E. Maillard, L’art à Nantes au xixe siècle, Paris, Librairie des imprimeries réunies, 1888, p. 142). Plus récemment, un détail de ce tableau figure en couverture d’une édition de poche des Chouans de Balzac, dont l’action se déroule loin de Nantes en 1799 !

79 Un tel tableau s’inscrit dans le genre de la peinture d’histoire qui honore les représentants de l’ordre face à la foule (pour une présentation de ce genre pictural au xviiie siècle, voir Thomas Crow, La peinture et son public à Paris au dix-huitième siècle, Paris, Macula, 2000, p. 215 ; éd. originale, Painters and Public Life in Eighteenth-Century Paris, 1985).

80 Les ouvriers apparaissent beaucoup plus nombreux dans les rangs de la Garde nationale et des volontaires de 1792 que dans la sociabilité politique révolutionnaire et les organes terroristes.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Aspect du rôle de la Garde nationale.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16625/img-1.png
Fichier image/png, 3,4k
Titre Tableau 2. – Rythme mensuel d’enrôlements dans la Garde nationale, en 1792.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16625/img-2.png
Fichier image/png, 2,4k
Titre Tableau 3. – Rythme annuel d’enrôlements dans la Garde nationale, 1789-1792.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16625/img-3.png
Fichier image/png, 2,1k
Titre Tableau 4. – Enrôlement des commis et des négociants dans la Garde nationale, 1789-1792.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16625/img-4.png
Fichier image/png, 3,4k
Titre Tableau 5. – Enrôlement des travailleurs industriels dans la Garde nationale, 1789-1792.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16625/img-5.png
Fichier image/png, 6,0k
Titre Tableau 6. – Signatures des gardes nationaux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16625/img-6.png
Fichier image/png, 5,7k
Titre Tableau 1. – Le monde du travail industriel dans la Garde nationale.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16625/img-7.png
Fichier image/png, 7,8k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16625/img-8.png
Fichier image/png, 18k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16625/img-9.png
Fichier image/png, 13k
Titre Tableau 2. – Composition professionnelle de la Garde nationale (hors industrie).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16625/img-10.png
Fichier image/png, 13k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search