Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Troisième partie. Les Gardes en Révolution

Iconographie et épigraphie des drapeaux de la Garde nationale de Paris en 1789

Élisabeth Liris

Texte intégral

1Le 14 juillet 1790, lors de la célébration ou de la commémoration de la prise de la Bastille, au Champ-de-Mars, 60 étendards, représentant les 60 districts de Paris, s’élèvent dans le ciel, brandis par la Garde nationale, autour de La Fayette. Que nous montrent et que proclament ces drapeaux, véritables œuvres d’art réalisées entre les mois de juillet et d’octobre 1789 ?

Naissance de la Garde parisienne

  • 1 Marcel Reinhard, Nouvelle histoire de Paris. La Révolution, Paris, Hachette, 1971, p. 17-21.

2En vue des élections aux États généraux, par le décret du 13 avril 1789, Paris est divisé en soixante districts. Si les paroisses demeurent le cadre électoral pour le clergé, des districts sont créés pour la noblesse et pour le Tiers État, ces nouvelles circonscriptions permettant d’exprimer un peu mieux la réalité parisienne. On divisa chacun des 16 quartiers en 4 parties, à l’exception de ceux de la Cité, de Notre-Dame, de la Sorbonne et de Sainte-Geneviève, partagés en 3. Les districts du centre, plus petits, offrent un peuplement plus dense et de grandes différences apparaissent entre 4 000 habitants dans les districts des Petits-Pères ou des Enfants-Rouges et 12 000 pour Saint-Roch ou Les Carmes, les districts de la périphérie plus étendus sont moins peuplés1. La plupart des districts portent le nom d’une église, devenue lieu de vote, tels Saint-Victor, Val-de-Grâce, Saint-Étienne-du-Mont, Saint-Opportune…

3L’insécurité qui règne dans la capitale depuis les événements de juin, tant du point de vue des subsistances que de l’ordre public rend urgente la question de la défense des districts, les bruits d’un complot de la cour et la peur d’une intervention des troupes regroupées à Versailles font craindre une menace armée contre la capitale. Les districts, qui auraient dû se dissoudre après les élections, continuent donc, en toute illégalité de se réunir et de s’organiser de façon la plus autonome possible et du point de vue militaire, ils présentent deux revendications à l’Assemblée, d’une part ils exigent le rétablissement de la « garde bourgeoise » et, d’autre part, ils veulent le retrait des troupes autour de Paris. Ceci signifiait en clair que chaque district désirait assurer sa propre défense, et, dès le 13 juillet, ils désignent un Comité permanent. Le 13 juillet, Bailly étant président de l’Assemblée nationale, M. Guillotin prend la parole en ces termes :

  • 2 A.P., t. VI, p. 226.

« L’un des députés de la ville de Paris lit une pétition au nom des Électeurs qui prient l’Assemblée nationale de leur procurer le rétablissement de la garde bourgeoise, unique moyen de faire cesser les troubles qui déchirent la capitale… tous les citoyens ont pris les armes ; des troupes étrangères sont en présence et semblent les menacer ; elles n’attendent que le premier ordre pour faire un carnage affreux2. »

4Une organisation assez empirique se met en place : aux Enfants-Rouges, on parle de « garde-citoyenne » ; aux Mathurins, on rassemble des hommes des districts voisins. Puis, sur la proposition de Bancal des Issarts, les Électeurs décident de se constituer en Commune, chaque district, dans un premier temps, formera un corps de 200 citoyens en armes et tout citoyen qui détient des armes non déclarées devra les déposer au district, tandis que M. de Pressoles promet de faire apporter 12 000, puis 30 000 fusils de la manufacture de Chatelrault. Donc, les 60 districts formeront 16 légions, divisées en bataillons, formés eux-mêmes de quatre compagnies, comprenant chacune 200 hommes. Le 13 juillet, cette milice bourgeoise, sous le commandement du marquis de la Salle aurait compté environ 40 000 hommes dont beaucoup étaient encore armés de faux, de piques, ou de haches, et chaque district devra informer la municipalité de l’évolution de ses effectifs. Le Comité nommera les officiers et états-majors de chaque légion, les officiers des bataillons seront nommés par leur district.

5La Garde nationale prend ainsi naissance le 13 juillet, à midi, en l’Hôtel de Ville, tandis que Bailly et La Fayette sont acclamés, puis respectivement élus maire de Paris et commandant de la Garde nationale. Le marquis de La Fayette, « colonel général de la milice bourgeoise », prête serment à Notre-Dame. L’encadrement est très majoritairement confié à la noblesse : le chevalier de la Chesnay à Notre-Dame, le baron de Tournehem à Saint-Magloire, M. de Perseval à Saint-Nicolas du Chardonnet…

De la cocarde au drapeau

  • 3 Commandant Henri Lachouque, Les drapeaux de la garde nationale de Paris en 1789, Domon, 1989. L’au (...)
  • 4 R. Girardet, Les trois couleurs, in Les lieux de mémoires, Paris, Gallimard, 1984, t. 1, p. 8.

6Rapidement, le besoin se fait sentir de donner à cette milice parisienne un signe de reconnaissance. Le 13 juillet, l’Assemblée des districts décide d’adopter, comme marque distinctive, la cocarde bleu et rouge, aux couleurs de la ville. Tout homme qui sera trouvé avec cette cocarde, sans avoir été enregistré dans l’un des districts, sera remis à la justice. Le commandant Lachouque interprète ainsi ces deux couleurs : « Le bleu, symbole de la loyauté, couleur chère aux femmes gauloises, est celle de Saint-Martin, de Saint-Louis, des rois de France. Le rouge, couleur des Martyrs, de Saint-Denis, des initiés des patriciens, des cardinaux, de l’ordre de Saint-Louis, de la Légion d’honneur [sic ?], marque de souveraineté de la noblesse de race, de nom et d’armes, le symbole de la guerre3. » Raoul Girardet écrit que les trois couleurs pourraient être interprétées comme le symbole de l’union des trois ordres : « Le bleu censé représenté le Tiers, le rouge la Noblesse et le blanc le clergé4. »

7La cocarde tricolore, en dépit d’une légende tenace et de l’incertitude quant à la symbolique des trois couleurs, ne semble bien se fixer qu’après le 27 juillet. À cette date, le Comité Militaire de la ville de Paris, sous les ordres de La Fayette : « La couleur blanche étant la couleur nationale, il est proposé de la faire de ruban large de basin, et un liseré bleu et rouge pour indiquer les couleurs de la ville », c’est la naissance officielle de la cocarde tricolore. Rappelons que les couleurs bleue, blanc, rouge sont déjà, depuis le xvie siècle celles de la livrée des rois de France. Le Comité décrète également que « chaque bataillon aura un drapeau de ville avec une légende, et chaque compagnie portera une flamme ».

  • 5 Marcel Reinhard, op. cit., p. 140.

8Le 31 juillet, le Comité et les représentants de la Commune organisent de façon rigoureuse et précise les gardes nationales. Quant aux Gardes françaises et aux Gardes suisses, elles sont réparties dans les soixante districts, avec une garde soldée de 6 000 hommes. Le règlement définitif sera promulgué le 8 août. Ainsi conçue, cette garde reste une garde bourgeoise. Barnave écrit à Duport : « Les riches sont les plus intéressés du bien général. La plus grande partie de la milice de Paris est bonne bourgeoise, et c’est ce qui la rend aussi sûre pour l’ordre public que formidable pour la tyrannie5. »

9En même temps, à partir du 27 juillet, tous les membres de la Garde nationale portent le même uniforme, dont ils doivent, le plus souvent, assumer le paiement et l’entretien, ce qui exclut les citoyens pauvres. Cet uniforme présente à la fois des aspects et des emblèmes issus de la tradition monarchique, auxquels se joignent les nouveaux symboles révolutionnaires. Vieilh le décrit ainsi :

« La cocarde de forme ronde, le bonnet de pandour avec une toque aux trois couleurs, un cordon à gland aux trois couleurs également. Le tout en soie par-devant une plaque de cuivre où sont représentées en bosse les armes de la France et celles de la ville, au milieu desquelles est un faisceau en sautoir, composé d’un sabre surmonté du bonnet de la liberté au-dessus duquel est une devise : “vaincre ou mourir”, à la droite est une main de justice et à la gauche un sceptre, le tout lié de branches de laurier, au-dessous sont des barils de poudre, des grenades et des boulets épars. »

  • 6 Vieilh a été officier d’artillerie, receveur de loterie, agent de police de Napoléon, secrétaire d (...)

10Très déterminé à marquer son d’identité, chaque district crée donc aussitôt son propre drapeau. Grâce à Vieilh dit de Varennes, ancien ingénieur des Ponts et Chaussées au magasin de la Bastille dont il fut un des assaillants et où il fut blessé, nous disposons d’une source tout à fait remarquable pour connaître ces étendards. À la Bibliothèque nationale se trouve le manuscrit, cosigné par Vieilh et Sorin, sous le titre Description curieuse et intéressante des drapeaux des soixante districts de la ville de Paris et des faubourgs, avec explication des allégories, devises, emblèmes et exergues dont ils sont ornés6.

Les messages des étendards

  • 7 Guy Chaussinand-Nogaret, La Bastille est prise, Paris, Complexe, 1988, p. 152-153.
  • 8 BN, Lb39 3792.
  • 9 Michel Vovelle, La Révolution française. Images et récit, Paris, Messidor, 1986, p. 163-165.

11Ce document de 116 pages offert à l’abbé Fauchet7, à la fois assaillant de la Bastille et membre de la Commune de Paris, paraît à Paris en 1790, chez Sorin éditeur, libraire rue Dauphine n° 79, Campion, graveur, rue des Petits-Augustins n° 6, Prieur, rue Zaccharel n° 10. Les explications appliquées et érudites permettent de comprendre la portée des messages véhiculés par les étendards8. Nous disposons également des aquarelles ayant appartenu au général La Fayette, au musée de l’armée et de reproductions, au musée Carnavalet9. Les dessins réalisés par M. Blanckaert ont cherché à retrouver les couleurs d’origine.

12Le texte constitue au cœur de l’été 1789 un véritable témoignage, imprégné d’émotions, d’espérances, de patriotisme. Tous les drapeaux sont décrits avec une extrême précision : taille, décors, explication des couleurs avec toutes leurs nuances – bleu foncé, bleu de roi, bleu clair, azur, bleu ciel. Des allégories, des figures et des symboles, rien n’échappe à ce regard attentif et érudit qui n’hésite pas à avertir le lecteur des difficultés du discours iconographique comme de la force des devises inscrites sur les étendards. Le texte indique également très souvent qui a réalisé le drapeau, qui l’a décoré ou brodé et quels sont les généreux donateurs qui ont permis de le financer.

13Certains districts font appel à des artistes de renom pour réaliser ce qu’ils souhaitent devenir une véritable œuvre d’art : ainsi, à Saint-Victor, Bourgoin, peintre des jardins du roi dessine le drapeau ; aux Carmes-Déchaussées, on fait appel à Boisseau, sculpteur du roi et de l’Académie royale ; la manufacture des Gobelins se charge de celui du district de Saint-Marcel, aux Théatins. Il est l’œuvre d’Augustin, capitaine du bataillon. Aux Filles-Dieu, il est inventé et exécuté par Chabbot de Prusse, peintre du roi ; à Saint-Lazare, il est conçu par Charpentier, brodeur à l’entrée du faubourg et la peinture a été effectuée sous ses yeux par Nebel, peintre et décorateur, rue du Temple n° 150. Lorthiot, peintre du roi, a composé et réalisé le drapeau de l’Oratoire ; Chaise, peintre de l’Académie royale, celui de Saint-Louis et de Saint-Roch. L’invention et l’exécution de celui de Saint-Germain l’Auxerrois sont dues à Lagrenée, peintre du roi et de l’Académie royale au Louvre. Dans ces conditions on ne peut s’étonner de la beauté des décors, pas plus que des nombreuses références aux modèles antiques, inspirés des traités d’iconologie de Ripa, de Gravelot et de Cochin.

14Si l’on considère les donateurs des drapeaux (d’après Vieilh) on peut les regrouper en plusieurs catégories : onze sont offerts par le bataillon lui-même, ou plutôt par les officiers commandants et par les soldats (Saint-Germain-des-Prés, Saint-Honoré, Bonne-Nouvelle…) ; onze donnés par des personnalités : par exemple, le marquis de La Fayette offre celui de la Sorbonne ; Lothier, procureur du roi, celui de Notre-Dame ; Monsieur, frère du roi, celui des Carmes-Déchaussées. Cholet de Jerphort, avocat, vice-président du district a réalisé le dessin et les citoyens du district dont fait partie l’Hôtel de ville ont tenu à faire don du drapeau à Saint-Gervais. Neuf particuliers, assez fortunés, ont tenu à payer le drapeau de leur district, comme Dret, banquier, aux Mathurins ou Armet de Lisle, négociant à Saint-Nicolas du Chardonnnet. Aux Carmélites, à Saint-Louis-la-Culture, aux Blancs-Manteaux et à Saint-Philippe du Roule, ce sont les dames et demoiselles des districts qui ont financé les drapeaux. Enfin, les citoyens « actifs » se cotisent pour payer leurs propres drapeaux comme à Saint-Louis-en-l’Isle, à Saint-Nicolas-des-Champs, Saint-Séverin, Saint-Lazare, Les Récollets, aux Jacobins. Vieilh nous apprend également le lieu, la date et l’heure pour la bénédiction de chaque drapeau, entre juillet et décembre 1789. Le premier a été béni à Notre-Dame le 17 juillet, et le dernier, en l’église Saint-Roch, le 31 décembre. À l’issue de la cérémonie religieuse, plus ou moins solennelle, il n’est pas rare d’entendre le prêtre prononcer un discours que l’auteur ne manque pas de retranscrire et dont il signale toujours « le patriotisme enflammé », tout en rendant à Dieu hommage pour « cette révolution vivifiante… le Créateur veut nous régénérer en créant un ordre nouveau ».

  • 10 Commandant Lachouque, op. cit., p. 38.

15La taille de ces étendards reste, en majorité, fidèle à celle des drapeaux d’Ancien Régime. Plus de la moitié continue également à être structurée par la croix blanche qui permet de dégager quatre carrés ou cantons et d’organiser couleurs et décors dans une grande diversité, soit à l’intérieur, soit à l’extérieur, soit à la croisée des bras de la croix : « Les drapeaux du régiment de la ville de Paris étaient traversés par une croix blanche avec cantons bleus et blancs ; au centre, figuraient d’un côté les armes de France et de l’autre celles de la ville de Paris10. » Mais, même si la croix demeure, chaque district cherche bien à affirmer son originalité par rapport au modèle initial.

16Les trois couleurs, en effet, s’imposent dans la palette (63 %) : Vieilh ne manque de répéter « les trois couleurs adoptées par la nation », même si aucun ordre précis ne régit la disposition de ces trois couleurs qui restent encore flottantes. En fait, seuls deux drapeaux déclinent des bandes tricolores : celui des Blancs-Manteaux avec de gauche à droite, rouge, blanc, bleu ; et celui du district de Saint-Thomas, sur le mode horizontal bleu, blanc, rouge, avec deux fleurs de lys et deux vaisseaux ; la sobriété du décor contraste avec la vigueur de la devise « Vivre libre ou mourir », autour d’une épée et cernée par une couronne de chêne. C’est en présence de madame de La Fayette que le curé de Saint-Roch bénit ce drapeau.

  • 11 Le drapeau blanc était réservé aux colonels généraux.
  • 12 Elisabeth Liris, « Quand les drapeaux ont la parole », Langage de la Révolution (1770-1875), actes (...)

17Le blanc constitue le support de 16 drapeaux, soit 26 %. Un seul est entièrement blanc11, à Saint-Louis de la Culture : « drapeau de six pieds carrés en taffetas blanc, garni d’une frange en or, sans autre ornement ». Celui de Saint-Jacques-de-l’Hôpital, blanc à l’origine, sera modifié en 1790. En réalité, le corpus montre et démontre une grande diversité puisqu’il s’agissait bien pour les soixante districts d’imposer ou et d’exposer leur force et leur indépendance militaires ; mais aussi, pour chacun d’eux, de réaliser une véritable œuvre d’art et d’exprimer un message par le truchement de devises. Soulignons qu’il s’agit d’une création au cœur des événements, entre la violence de la prise de la Bastille et celle des journées d’octobre. Ainsi s’établit une sorte de dialogue entre le vu et le dit, où les étendards porteurs de messages deviennent des porte-voix ou des porte-parole des districts12.

  • 13 Encyclopédie, édition 1751-1791, article « Devise ».

18Certes l’existence de ces devises pose de nombreuses interrogations sur le fond comme sur la forme. Rappelons que la pratique des devises est très ancienne : à l’origine, ce sont des cris d’armes, puis des formules imagées utilisées aussi par les corporations, les paroisses, les villes. Louis XIV utilise le latin : « nec pluribus impar ». L’Encyclopédie les considère ainsi : « La devise est composée de figures et de paroles. On a donné à la figure le nom de corps, et aux paroles celui d’âme parce que comme le corps et l’âme joints ensemble sont un composé naturel, certaines figures et certaines devises étant unies font une devise13. » Sur les drapeaux, on peut se demander si elles pouvaient constituer un point de départ, si ces messages courts, le plus souvent combatifs, expliquent et précisent l’image ou s’ils parlent sur un autre ton ? Peut-on les entendre comme des mots d’ordre mobilisateurs, parlent-ils à eux seuls, en dehors du support iconographique ?

L’épigraphie des drapeaux de la Garde nationale : un langage mobilisateur et ou un langage « d’initiés » ?

19L’écrit apparaît toujours très soigné, en majuscules, souvent en lettres d’or, seulement quatre drapeaux n’ont pas de devise. Dans ce corpus de 254 mots, la liberté vient en tête, avec 26 occurrences, puis l’union (13 occurrences), la force (12), la loi (10), le roi (7 dont une en latin), la patrie (4 dont 2 en latin), la mort : 7 occurrences – 6 mourir, un périr –, la nation (3, dont 2 nation et un national).

20Parmi les valeurs morales, on compte la vertu, 5 fois, la prudence, 3 fois, la vigilance, la loyauté, la fidélité, l’intrépidité, la persévérance, la fermeté. Enfin les références restent assez timides dans le domaine politique, évoquant les citoyens, la Commune, le peuple, la justice, la constitution. On ne trouve qu’une seule allusion à la fraternité : « Vivre en frères sous l’Empire des lois », au Val-de-Grâce, sur l’envers du drapeau. Un silence éloquent se fait sur l’égalité, pourtant évoquée par l’abbé Fauchet, le 27 décembre, pour la bénédiction de drapeaux à Notre-Dame lorsqu’il dit : « Ce serait une incroyable nouveauté dans l’univers qu’un royaume regorgeant de richesses, sans avoir ni aucun citoyen opulent, ni aucun citoyen malheureux. »

21Cependant, les drapeaux des districts affirment bien de véritables engagements exprimés de façon brève : « Pour la liberté », aux Récollets ; « La loi et la liberté » à Saint-Joseph. Ils le sont de façon impérative à Sainte-Élisabeth : « Vaincre ou mourir » ; « Vivre libre ou mourir », proclame-t-on aux Filles Saint-Thomas. On les trouve sous forme de maximes : « Un roi juste fait le bonheur de tous », district de Tresnel ; « Amour des peuples, force des rois » ; à l’Oratoire, « L’union fait la force » ; à Saint-Honoré ; ou enfin, comme pour se rassurer, à Saint-Roch où l’on affirme : « Notre union fait notre force », et aux Capucins des Marais avec : « Le même nœud nous unit. » On ne sait pas qui décide de la devise, même si elle est obligatoire, ni si elle est proclamée à haute voix. On note quatre devises en latin dont on peut se demander si la majorité des gardes nationaux en saisissait le sens : par exemple à Saint-Laurent : « Ex virtute libertas » ; ou à Saint-Jean-en-Grêve : « Dulce decorum est pro patria mori », devise patriotique due ici au commandant du bataillon, Mory. Sans doute ce jeu de mot érudit devait-il échapper au plus grand nombre ! Enfin, le district de Saint-Magloire joue également avec le texte de sa devise en proclamant : « Ma liberté fait ma gloire », subtilités peut-être à la limite du pédantisme ?

22Ces devises offrent pourtant de véritables déclarations d’intentions, tout en occultant plus ou moins la violence. Les districts affirment qu’ils ont conquis la liberté grâce à l’union et à la force. La loi et la constitution doivent donc sanctionner ces acquis et les mettre en harmonie en associant le roi, et la nation tout entière, plus ou moins assimilée à la patrie.

23L’épigraphie, insistant sur les valeurs essentielles, privilégie l’union et la liberté. Cette dernière étant encore fragile, on rappelle sa difficile conquête et la nécessaire vigilance pour la maintenir, y compris par la mort. Comme en écho des devises, les images mettent l’accent sur la liberté et l’union, sous leurs aspects pluriels, associées à la présence obligée de la ville de Paris, sous différents visages : allégories de la ville, présence de Sainte-Geneviève ou du vaisseau, dans cet ensemble la liberté domine largement.

Les images de la liberté

  • 14 Maurice Agulhon, Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Pari (...)

24Depuis le début de l’été 1789, la Liberté irrigue les discours, les gestes et les images et, parmi celles-ci le bonnet constitue bien l’ » attribut test », comme le souligne Maurice Agulhon14.

  • 15 M. H. Hennin, Histoire numismatique de la Révolution, catalogue.

25Dès après le 14 juillet, « les vainqueurs de la Bastille firent frapper une médaille représentant, au milieu de divers emblèmes, des tours en partie renversées, au-dessus desquelles rayonne le bonnet de la liberté orné de la cocarde. Cette pièce servit de cachet à l’association des vainqueurs et des brevets qui leur furent délivrés étaient scellés de son empreinte15 ».

26De même, sur une médaille commémorative de la confirmation de Bailly comme maire par Louis XVI, la ville de Paris – sous la forme d’une allégorie féminine – tient une pique surmontée d’un bonnet. Un an plus tard – le 14 juillet 1790 –, un énorme bonnet coiffe un très haut mat au centre de la place sur l’emplacement de la Bastille, démolie sous la direction de Palloy. Dans les Révolutions de Paris en date du 20 août, on signale que « le 19 août de cette année 1789, un artiste, du nom de Neufville, proposa à La Fayette un projet d’enseigne pour les drapeaux, en cuivre doré et repoussé, représentant, au milieu des autres emblèmes et inscriptions un coq, symbole de la France, surmonté d’un bonnet, emblème de la liberté ».

  • 16 Albert Mathiez, Les origines des cultes révolutionnaires, Genève, Slatkine, 1977, p. 34.

27Albert Mathiez ne le signale pourtant qu’en 1790 : « Le bonnet phrygien, appelé plus communément bonnet de la liberté, ou bonnet rouge, apparaît à la Fédération de Lyon, où il est porté par une déesse liberté (le 30 mars 1790), à la Fédération de Troyes (les 8 et 9 mai 1790) où il coiffe une statue de la nation16. » On s’est longtemps interrogé sur l’origine du bonnet de la liberté. Bonnet des galériens, coiffure de Jeannot, pileus ou tiara ? En fait, on distingue au moins quatre bonnets : le bonnet de laine rouge, celui de Jeannot, couramment porté dans l’Ancien Régime et plus ou moins objet de dérision ; le bonnet des forçats, rouge ou vert, avec une connotation nettement infamante ; quant aux deux autres, ils offrent, sans doute, un caractère nettement plus symbolique : le pileus, de forme plutôt conique, se rencontre sur les médailles célébrant la liberté ou la chute de la tyrannie ; et le bonnet phrygien, assimilé à la coiffure des barbares par les Grecs, mais porté par Hélène et Paris, sur la toile de David.

  • 17 L. Combes, Épisodes et curiosités révolutionnaires, Paris, Madre, 1872, p. 147-148. Daremberg et S (...)

28Au sein de la dialectique liberté-servitude dès 1789, on se réfère plus volontiers au pileus, en insistant sur le fait qu’il représentait le signe de l’affranchissement pour les esclaves qui le recevaient dans le temple de la déesse Féronia ; il marquait, de la meilleure manière, l’accession à la liberté. On se souvient aussi du célèbre épisode – dans la Rome primitive – du Sabin Herdonius, s’emparant, la nuit, par surprise du capitole et, le jour venu, essayant de rassembler des forces en appelant les esclaves à la liberté par le signe connu de tous : arborant un pileum au bout d’un javelot. « Capere pileum » correspond au geste de l’esclave affranchi coiffant le bonnet de la liberté17.

  • 18 Abbé Grégoire, Paris, an II, Paris, Edhis, 1977, p. 17-18.
  • 19 En 1638, Louis XIII consacre la France à la Vierge et les Lys ornent les blasons du roi et de la f (...)

29L’abbé Grégoire considère le choix du bonnet comme celui de l’attribut essentiel de la déesse Liberté et comme signe incontestable de l’affranchissement dans son Essai historique et patriotique sur les arbres de la liberté18. Sur les drapeaux, le bonnet se trouve toujours inclus dans des schèmes ascensionnels : épée, pique, faisceau, mât de navire, surdéterminant une symbolique dynamique. Sur 24 bonnets, 11 surmontent la pique – par exemple à Saint-Gervais, aux Carmes-Déchaussées ou aux Enfants-Rouges – ; ils dominent le mât du navire à Saint-Leu, Saint-Louis en Lisle et aux Théatins. Ils dominent l’épée à Saint-Eustache, aux Enfants-Rouges ; ou le faisceau aux Feuillants, à Sainte-Élisabeth ; la massue d’Hercule. Un bonnet coiffe un trophée de guerre ; on en trouve un sur le bouclier de Saint-Germain l’Auxerrois. Sur le drapeau de Saint-Jacques-de-Haut-Pas, un bonnet décore chaque extrémité des bras de la croix, au centre de laquelle figure la Bastille, encore en feu, tandis que cinq fleurs de lys décorent les quatre angles du carré. La devise, quant à elle, insiste sur la symbolique de la liberté : « Ex servitus libertas19. »

  • 20 Colette Beaune, Naissance de la Nation française, Paris, Gallimard, 1985, p. 237-263.

30À Saint-Nicolas du Chardonnet, c’est un lion léopardé qui tient dans sa patte une pique surmontée d’un bonnet ocre. Le dessin est accompagné de la devise un peu provocatrice : « Qui me le ravira ? » Vieilh commente l’image en disant « que le lion représente la Nation française qui, ayant recouvré la liberté doit toujours être sous les armes20 ». Aux Enfants-Rouges, il domine la composition sur une épée entrecroisée avec une bêche et une crosse.

  • 21 Annie Geffroy, Étude en Rouge, in Cahiers de lexicologie, 1987, n° 2, Didier Érudition, p. 149.

31Quant à la couleur du bonnet, le rouge ne s’impose pas, en 1789, comme la couleur officielle, puisqu’on le voit gris aux Filles-Dieu, rouge cramoisi aux Jacobins Saint-Honoré et aux Carmes-Déchaussées, gris et blanc aux Feuillants, ocre à Saint-Louis ou encore bleu à la Sorbonne. Vieilh, s’il ne mentionne pas toujours la couleur du bonnet, ne le qualifie jamais de « bonnet phrygien », mais toujours de bonnet de la liberté. On peut donc penser que la confusion est plus tardive. Quant à la couleur rouge, comme le souligne Annie Geffroy : « Dans le champ lexical des couleurs politiques, le rouge est depuis le xvie siècle, associé à la révolution, à la lutte sociale prolétarienne, au radicalisme politique21. »

32L’auteur précise également que le bonnet de la liberté présente bien un caractère plutôt héraldique en excluant l’idée qu’il puisse s’agir à cette période d’une coiffure portée par le peuple. Il faut attendre la fin de 1791 pour le voir devenir partie intégrante du vêtement révolutionnaire, avant d’être un objet de contestation violente sur la scène politique comme dans la rue.

33L’autre image de la liberté s’incarne dans l’allégorie de la liberté que Vieilh appelle, dans ses descriptions, tantôt une déesse, tantôt une femme ou une jeune femme. Mais, si on considère le Traité d’iconologie de Gravelot et Cochin (édition de 1770) elle est qualifiée de « divinité à laquelle les Anciens auraient élevé un temple et érigé des statues ; jeune femme vêtue de blanc, tenant d’une main un sceptre et de l’autre un bonnet. Le sceptre exprime le pouvoir que par elle l’homme a sur lui-même, quant au bonnet c’était le signe d’affranchissement chez les Romains ». Or, il est intéressant de constater que, dans la deuxième édition de 1791, l’image se modifie dans le traité : « La liberté est une femme, tenant une pique surmontée d’un bonnet et foulant aux pieds un joug, tel est l’emblème que les Anciens ont donné à la liberté acquise par la valeur. »

34Entre ces deux modèles, on peut faire deux remarques. Si le bonnet demeure dans les deux cas, d’une part, la pique remplace le sceptre ; d’autre part, la figure féminine de l’Eleutéria n’est plus incarnée par une déesse sereine, mais par une femme qui vient de livrer un combat victorieux.

35Cette liberté polymorphe transmet plusieurs messages, selon qu’elle se conjugue au présent, au passé, ou au futur, ce qui permet de faire coexister en harmonie les éléments du décor des anciens drapeaux avec la symbolique révolutionnaire naissante et qui autorise à prendre en charge une partie du vécu comme un récit.

36Le drapeau de Saint-Victor, réalisé par Bourgoin, peintre du roi, nous propose une version du combat initial, sur le ton du récit. Vieilh en donne sa lecture : « Le drapeau est de 6 pieds carrés de taffetas rouge dans sa totalité. Il représente un vieillard agriculteur, en haillons à demi nu, assis et enchaîné par le despotisme, regardant d’un air reconnaissant la liberté, sous la figure d’une jeune femme, la jambe gauche dégagée, qui d’un air dominant le dégage de ses fers. D’une main, elle lui présente le bonnet, son attribut, il est de couleur bleue et occupe le centre de la composition, de l’autre main, elle tient les chaînes qu’elle a rompues. Au côté droit du vieillard est la justice, les yeux bandés, portant sa main gauche sur la liberté, tenant de sa main droite un glaive qu’elle appuie sur un livre ouvert où est écrit lex, la loi, posée sur un autel, au bas duquel sont les balances, symboles de la justice. À la droite de la déesse, sur le nuage, l’allégorie de la Concorde dépose délicatement une couronne sur la Liberté et sur l’Union. Au-dessus, est une légende écrite en lettres d’or, sur un large ruban bleu de roi : « Loi-Concorde-Liberté ». Dans cette belle composition, montrant une violence contenue les yeux bandés de la Justice s’opposent aux regards croisés du vieillard et de la Liberté. « Autour du vieillard sont les attributs de l’agriculture et du commerce représentés par un champ de blé, une charrue avec un ballot cordé marqué libri n° 5 qui signifie liberté de la presse, à ses pieds est une corne d’abondance d’où il sort des fruits de toutes espèces, ainsi que des pièces d’or et d’argent, symboles des richesses de l’État. »

  • 22 James Leith, L’image de la Révolution française, Publications du Québec, 1989, p. 97. BN, Paris Es (...)
  • 23 Annie Duprat, PUPP, 2005.

37À Saint-Gervais, le dessin de Cholet de Jerphort, avocat au parlement, a été commandé par les citoyens du district qui comptent dans leur circonscription l’Hôtel de Ville et qui ont à cœur de financer leur propre drapeau. Au sein d’un paysage un peu vide se dresse une stèle, avec un buste de Louis XVI sur lequel une allégorie de la Liberté, légèrement déhanchée, tenant de la main gauche une pique avec le bonnet, s’apprête à déposer de la main droite une couronne de chêne, signe de la victoire, sur le buste du roi. Dans cet ensemble, les signes de la servitude ou la liberté en creux, figurent, comme sur la plupart des étendards, par les symboles des anneaux de chaîne brisés. In joug les écrase sous le pied de la Liberté, ainsi qu’un serpent, tandis que de l’autre côté, un lion vigoureux, prêt à bondir, veille près d’anneaux brisés. La devise déclare : « La Liberté la lui donne. » Le message du bataillon sous les ordres du commandant de M. le Baron de Corberon semble clair : ce n’est pas la monarchie, mais l’aristocratie qui a été vaincue par la force et le courage des citoyens, ces derniers faisant parfaitement confiance à une future monarchie constitutionnelle. Par ailleurs, on peut rapprocher ce thème de la gravure à l’aquapinte coloriée par l’abbé de Saint-Non en 1778 où la Liberté, portant la pique et le bonnet, s’apprête à couronner Franklin22. Annie Duprat a récemment rapproché ces mises en scènes d’une autre gravure représentant un buste de Bonaparte couronné par l’Abondance23.

38À Saint-Laurent, la déesse Pallas, une des filles de Jupiter, déesse de la justice, de la guerre et des arts, préfère la lance pour porter haut l’emblème de la liberté. À Saint-Lazare, le génie de la France brandit un bonnet bleu sur une pique ; le drapeau de la Sorbonne propose un bonnet bleu au-dessus du texte qui dit « que les Français ayant recouvré la liberté ont besoin d’une nouvelle constitution » : représentation de la liberté dont la victoire doit être sanctionnée au plus vite par la diète « auguste », selon Vieilh de Varennes.

  • 24 Mona Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, article « L (...)

39« La Révolution en se définissant comme une rupture par rapport à un Ancien Régime tissé de servitudes met la Liberté à la fois au principe et au terme de son entreprise24. » Sur ce ton, à Saint-Jacques-de-Haut-Pas, on voit la Bastille, encore en feu, occuper le centre du drapeau, avec, en dessous, un chiffre des lettres enlacées – les initiales du district S.J.H.P –, et aux quatre extrémités de la croix, un bonnet de la liberté. La devise, dans le même sens, insiste sur l’opposition liberté-servitude : « Ex servitute Libertas. » Enfin, les lys royaux, sur les quatre cantons d’angle portent chacun cinq fleurs de lys, l’ensemble cohabitant dans une parfaite harmonie. La tension n’en reste pas moins perceptible dans le dit comme dans le vu et on peut comprendre le « vivre libre ou mourir » comme « la liberté ou la mort » dans leur double sens à savoir : plutôt mourir que de ne pas être libre ; ou, plus agressif : « Mort aux ennemis de la liberté. » Dans ces conditions, on comprend que les districts aient à cœur d’insister sur le thème de l’union.

La nécessaire union autour de la Garde nationale

40L’union s’exprime à la fois par les images et par les devises, par un discours pugnace qui s’investit surtout dans le thème du faisceau, figurant sur 26 % des drapeaux, soit comme élément principal, soit comme motif secondaire. Le traité de Gravelot et Cochin en atteste l’opportunité pour « s’opposer en tous points au fanatisme », l’union cherche à resserrer les liens de la société par la tolérance. On trouve également chez Plutarque dans « L’art du trop parler » dans laquelle le vieillard Scylveus, à la veille de sa mort dit à ses enfants :

  • 25 Gravelot et Cochin, op. cit., article « Union ».

Vous, si vous rompez ces dards liés ensemble,
Je vous expliquerai le nœud qui les unit
Adieu, promettez-moi de vivre comme frères
Que j’obtienne de vous cette grâce en mourant25.

41Le faisceau correspond à l’attribut du licteur, il se compose d’une hache, mise à l’extérieur de plusieurs verges en bâtons réunies par une courroie. Dans la Rome antique, pour le consul et les licteurs, le faisceau symbolise donc à la fois le droit de vie et de mort, par la hache, mais aussi la nécessaire union.

42Sur les drapeaux des districts, la représentation du faisceau ne révèle pas de véritables innovations mais de nombreuses variantes par rapport au faisceau antique, et les symboles qui lui sont associés peuvent en modifier la portée. Vieilh le décrit en indiquant la signification : « Il s’agit d’un paquet de baguettes ou de lances qui tiennent ensemble par des liens. Pour lui, le faisceau de baguettes est celui qui incarne le mieux l’union des soixante districts. Le drapeau de Saint-Honoré, offert par M. de Silly, commandant du bataillon illustre bien ces propos le faisceau s’inscrivant dans un carré et la devise martelant : « Forts de notre Union. »

43Aux Feuillants, district aristocratique et royaliste, le faisceau s’inscrit au milieu d’une croix blanche, encadrée par des cantons bleu céleste et rouge ponceau ; en bas, à gauche, on reconnaît les initiales enlacées de Bailly, député de ce district et de La Fayette, avec, en regard, le vaisseau de la ville de Paris, en haut, à gauche, figure la couronne royale et le nom de Louis XVI auxquels répondent en diagonale des fleurs de lys. Le faisceau reste le motif essentiel, formé de piques unies par des liens et surmonté d’un bonnet gris, le tout orné de feuilles de chêne attachées par un ruban. Ce très bel étendard sera béni en l’église de Saint-Roch, le 5 septembre par Dom Dupuis, prieur de la congrégation des Feuillants et c’est Madame Bailly qui fera la quête. Enfin la devise qui déclare « La France Régénérée » complète, dans une apparente sérénité, le rêve d’une Monarchie constitutionnelle dans une France régénérée, des Français libres, sous l’égide d’une harmonieuse union entre le roi, Paris, ses soixante districts et son nouveau maire Bailly.

44À Saint-Jacques-de-l’Hôpital, Vieilh parle d’un faisceau de baguettes avec une hache dans une facture plus agressive et solennelle. Le faisceau est placé sur un piédestal, dont il n’est pas sans intérêt de constater que Vieihl le nomme aussi « autel », portant l’inscription « Loix et Constitution », plus ou moins assimilé à la bible. L’ensemble est ceint de branches des lauriers de la victoire, entouré de quatre étendards déployés. De part et d’autre du piédestal est figuré un canon au milieu de boulets et, à gauche, un petit génie brandit le bonnet au bout d’une petite pique. Le district exprime, sur un mode résolument militaire, la nécessité impérieuse de donner à cette France régénérée des lois et une constitution qui font partie des combats essentiels qu’il reste à mener.

45L’union de tous s’exprime aux Enfants-Rouges avec une devise en latin célébrant « la force de l’union maintenant et toujours » et le drapeau met l’accent sur la participation de ce que Vieihl continue d’appeler les trois ordres avec une crosse, une épée surmontée du bonnet et une bêche, comme si on identifiait le Tiers État aux paysans.

46L’union qui fait la force n’est-elle pas un moyen de briser la violence et peut-on comme le fait Jacques André, voir en l’union une communauté de « frères », fraternité des citoyens actifs des soixante districts parisiens, même si la fraternité ici, comme l’égalité, et ce n’est pas un hasard, restent soigneusement occultées ?

47Le Moniteur, daté du 13 octobre rappelle ce rôle décisif de la capitale dans le destin de la France : « Tout le monde sentit que Paris devait moins être considéré comme une ville particulière que comme le rendez-vous général et la ville commune de tous les Français. »

La ville de Paris, une présence obligée

48Aux côtés des symboles de la liberté et de l’union, la présence de Paris se décline sur les étendards, soit avec des allégories, soit par la présence du vaisseau, symbole qui figure depuis le xiiie siècle sur le blason de la capitale, sans qu’un modèle unique soit fixé. Enfin, Paris prend parfois le visage de Sainte-Geneviève.

49Sur 22 drapeaux figure le vaisseau, solidement mâté, avec une abondante voilure, tantôt voguant, tantôt ancré. Le dessin soigné le montre « équipé d’argent et parfois d’or », se glissant aisément au centre des bras de la croix. Ainsi décore-t-il les étendards de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, des Enfants-Rouges, sur un mode plus discret, il s’introduit dans un ensemble, par exemple aux Feuillants, aux Capucins-Chaussée d’Antin.

  • 26 Commandant Lachouque, op. cit., p. 49.

50Aux Carmes-Déchaussées, le décor réalisé par Boisseau a été offert par Monsieur, frère du roi, Louis Stanislas Xavier, dont les chiffres figurent au revers. L’allégorie de la Ville de Paris figure en majesté, assise à la proue du navire : elle brandit une pique surmontée d’un bonnet rouge et vert et pose une couronne civique sur l’écusson de la France et sur celui du mont Carmel. Le commandant Lachouque parle des religieux des Carmes, rue de Vaugirard « comme les religieux les plus populaires de Paris et les citoyens les plus appréciés du district26 ». La devise proclame que les Parisiens sont « arrivés à bon port », à l’envers du drapeau se référant à la date inscrite elle aussi en lettres d’or : « 14 Juillet 1789 » et le mot « Liberté ». Là encore, la symbolique se veut à la fois ferme et sereine et le 14 juillet événement fondateur et mission accomplie.

  • 27 RR. PP. Bénédictins de Paris, La vie des Saints et des Bienheureux, Paris, Le Fouzy et Ané, 1935, (...)

51À Saint-Étienne-du-Mont, c’est sainte Geneviève qui veille sur le bateau. Ce drapeau offert par les Messieurs de Sainte-Geneviève, représente la « patronne de la capitale, portée par un nuage, tenant à la main droite un cierge, symbole de la lumière tandis que sa main gauche se tend vers le vaisseau sur des flots agités », elle affirme sur un ton assuré : « Il ne périra pas. » On sait que la protégée de Germain d’Auxerre fait l’objet d’un culte à Paris depuis le vie siècle et que les Parisiens ont longtemps cru en ses pouvoirs miraculeux ; aussi, en cas de danger, on ne manquait pas de porter la chasse à Notre-Dame27.

52Ainsi, pour la Garde nationale, encadrée majoritairement par des membres de la noblesse et composée de la bourgeoisie parisienne, on peut dire que les drapeaux des soixante districts réalisent une véritable prise de parole, dans un discours à la fois pugnace et apaisant. L’ensemble offre, entre le mythe d’une Révolution accomplie et la réalité fragile des acquis, une image consensuelle et porteuse d’espérances, occultant de façon délibérée la violence et le peuple, représenté indirectement avec le joug ou les chaînes brisés. On prend soin d’ignorer l’opposition monarchique par l’utilisation des registres de l’iconographie classique, la rhétorique de la religion et le langage royal traditionnels et par l’introduction d’une symbolique révolutionnaire encore hésitante et incertaine.

53Certes, si le roi devient le 17 juillet le « restaurateur de la liberté » en acceptant la cocarde, s’il officialise la présence de Bailly comme dignitaire du pouvoir civil de Paris et de La Fayette comme chef militaire de la Garde nationale, les drapeaux de la Garde nationale nous disent aussi que, dans le même temps, la liberté, la justice, la loi, la constitution sont devenues des partenaires incontournables. La force des combattants s’exprime par le truchement du lion ou du coq, tandis que la bourgeoisie se fond volontiers dans le vaisseau de Paris qui a su braver les tempêtes.

  • 28 Les citations sans note sont issues du texte de Vieilh de Varennes, op. cit., non paginé.

54Malgré leur support – qui constitue un cadre bien étroit –, ces oriflammes, au-delà de prudente ambiguïté dans leur message, permettent d’appréhender, grâce à la valeur polysémique de symboles « qui introduisent des valeurs et des modèles à la fois de conduite individuelle et collective », un des moments essentiels et de l’histoire de la Garde nationale et de l’histoire de la Révolution, au sein d’une originalité et d’une recherche artistique remarquables que la guerre, à partir de 1792, n’autorisera plus28.

Notes

1 Marcel Reinhard, Nouvelle histoire de Paris. La Révolution, Paris, Hachette, 1971, p. 17-21.

2 A.P., t. VI, p. 226.

3 Commandant Henri Lachouque, Les drapeaux de la garde nationale de Paris en 1789, Domon, 1989. L’auteur des illustrations Gérard Blanckaert tient compte des collections des bibliothèques et des musées, mais l’imprécision des dessins et des couleurs y compris ceux de Vieilh de Varennes rend la lecture parfois difficile.

4 R. Girardet, Les trois couleurs, in Les lieux de mémoires, Paris, Gallimard, 1984, t. 1, p. 8.

5 Marcel Reinhard, op. cit., p. 140.

6 Vieilh a été officier d’artillerie, receveur de loterie, agent de police de Napoléon, secrétaire du comte d’Artois et héraut d’armes sous Louis XVIII.

7 Guy Chaussinand-Nogaret, La Bastille est prise, Paris, Complexe, 1988, p. 152-153.

8 BN, Lb39 3792.

9 Michel Vovelle, La Révolution française. Images et récit, Paris, Messidor, 1986, p. 163-165.

10 Commandant Lachouque, op. cit., p. 38.

11 Le drapeau blanc était réservé aux colonels généraux.

12 Elisabeth Liris, « Quand les drapeaux ont la parole », Langage de la Révolution (1770-1875), actes du 4e colloque international de lexicologie politique, Publications de l’INALF, Paris, Klincksieck, 1985, p. 439-447.

13 Encyclopédie, édition 1751-1791, article « Devise ».

14 Maurice Agulhon, Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979, p. 33.

15 M. H. Hennin, Histoire numismatique de la Révolution, catalogue.

16 Albert Mathiez, Les origines des cultes révolutionnaires, Genève, Slatkine, 1977, p. 34.

17 L. Combes, Épisodes et curiosités révolutionnaires, Paris, Madre, 1872, p. 147-148. Daremberg et Saglio, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, articles « Libertas », « Pileus », « Tiara ».

18 Abbé Grégoire, Paris, an II, Paris, Edhis, 1977, p. 17-18.

19 En 1638, Louis XIII consacre la France à la Vierge et les Lys ornent les blasons du roi et de la famille royale.

20 Colette Beaune, Naissance de la Nation française, Paris, Gallimard, 1985, p. 237-263.

21 Annie Geffroy, Étude en Rouge, in Cahiers de lexicologie, 1987, n° 2, Didier Érudition, p. 149.

22 James Leith, L’image de la Révolution française, Publications du Québec, 1989, p. 97. BN, Paris Est N2, Franklin.

23 Annie Duprat, PUPP, 2005.

24 Mona Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, article « Liberté ».

25 Gravelot et Cochin, op. cit., article « Union ».

26 Commandant Lachouque, op. cit., p. 49.

27 RR. PP. Bénédictins de Paris, La vie des Saints et des Bienheureux, Paris, Le Fouzy et Ané, 1935, article « Geneviève ».

28 Les citations sans note sont issues du texte de Vieilh de Varennes, op. cit., non paginé.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search