Desktop versionMobile version

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Troisième partie. Les Gardes en Révolution

Les militaires patriotes, la nation en armes et la question des milices nationales (1789-1792)

Philippe Catros

Full text

  • 1 Pour une vision globale de ce phénomène, cf. Georges Carrot, La Garde nationale 1789-1791 : une fo (...)
  • 2 Il va sans dire que ces hommes qui ne forment pas un « parti » doivent être avant tout regardés co (...)
  • 3 Par force militaire, il ne faut pas seulement entendre un corps armé mais une entité essentielleme (...)
  • 4 Jean Jaurès, L’armée nouvelle, présentation de Jean-Noël Jeanneney, Paris, Imprimerie nationale, 1 (...)

1Des hommes qui prennent les armes, des gardes nationales qui se constituent un peu partout dans le royaume comme autant de formations armées1. Comment des militaires siégeant parmi les patriotes dans les Assemblées constituante et législative2 ont perçu ce phénomène majeur des premières années de la Révolution ? Y ont-ils vu l’ébauche d’une force armée émanant de la nation ? Ont-ils considéré les premières gardes nationales de 1789, puis la Garde nationale que l’Assemblée constituante instaure au lendemain de la fête de la Fédération comme de véritables forces militaires3 ? Ou, au contraire, ces militaires patriotes ont-ils été inquiets que la nation révolutionnaire accouche d’une organisation armée qui, par bien des aspects, pouvait être considérée comme un contre-modèle de la « société militaire » ? Dans L’armée nouvelle, Jaurès a affirmé que la Révolution avait livré la première esquisse de ce qu’il a appelé la nation armée, c’est-à-dire une vaste formation milicienne fondant l’appareil militaire dans la nation. Sa thèse, il l’a essentiellement appuyée sur une intervention de Carnot qui, le 1er août 1792, avait prophétisé la dissolution prochaine des troupes de ligne dans la Garde nationale4. Cependant ce dernier a-t-il exprimé « l’esprit » de la Révolution, comme le pense Jaurès ? Et plus généralement, ce qu’il a proposé à la veille de la chute de la monarchie correspond-il à ce que voulaient ceux qui, dès 1789, avaient demandé l’instauration de « milices nationales » ? Autrement dit, il s’agit de savoir si le thème des milices nationales a connu une histoire entre 1789 et 1792, et plus encore, de comprendre comment cette histoire particulière s’inscrit dans l’histoire générale des premières années de la Révolution.

  • 5 Paris, Imprimerie nationale, 1789.
  • 6 Archives parlementaires, 1re série, t. 10, document annexé à la séance du 12 décembre 1789, p. 554 (...)

2C’est lors du débat militaire de décembre 1789 – celui qui aboutira au rejet de la conscription militaire – que la question des milices nationales est soulevée pour la première fois à la Constituante. D’ailleurs Dubois-Crancé, qui argumente avec le plus de force en faveur de la conscription, publie son opinion dans une brochure intitulée : Second Rapport du Comité militaire sur l’établissement des milices nationales et le recrutement de l’armée5. Quant à Custine, c’est par ses Réflexions sur l’établissement des milices nationales6 qu’il prend position. Cependant le modéré Custine et le radical Dubois-Crancé sont loin de donner la même signification à l’expression « milices nationales ».

  • 7 Paris, Imprimerie nationale, 1790.
  • 8 Comme on le verra ci-après, c’est un argument classique à cette époque.
  • 9 Ibid., p. 16.
  • 10 Nouvelles observations sur la Constitution militaire, op. cit., p. 16-25.

3Par « milices nationales », Dubois-Crancé ne désigne pas tant des corps militaires qu’il qualifie la révolution militaire à laquelle il aspire. Cette dernière doit fondamentalement consister dans une sorte de fusion entre les forces armées et la nation – sans que, pour autant, comme Carnot le demandera en 1792, l’armée se fonde entièrement dans la Garde nationale. Dubois-Crancé veut néanmoins instaurer une Garde nationale, ce qui, en décembre 1789, à un moment où la plupart des Constituants s’efforce de limiter les gardes nationales nées de l’insurrection à une simple résurgence des milices bourgeoises, est une proposition très avancée. C’est parce qu’ » il faut que chaque citoyen, dès que la Patrie sera en danger, soit prêt à marcher », qu’il est indispensable de former, par « une conscription nationale qui comprenne la seconde tête de l’empire et le dernier citoyen actif », cette Garde nationale qui sera l’ultime rempart contre l’ennemi. Pour ce faire, « tout homme en état de porter les armes, ayant droit d’électeur, père de famille ou célibataire, jeune ou vieux, sera inscrit au rôle de sa municipalité. Il aura son fusil, son sabre et son fourniment ». Cependant cette force « de plus d’un million 200 000 hommes armés, prêts à défendre leur foyer et leur liberté envers et contre tous », sera sans activité en temps ordinaire. D’ailleurs « cette garde [ne] s’assemblera [qu’] une fois l’an, pour recevoir le serment des jeunes gens qui acquerront le droit et la qualité de Citoyens ». Cette vaste réserve de citoyens-soldats sommeillant dans la société ne constituera donc pas, en temps ordinaire, un corps militaire ; elle ne devra même pas donner naissance à des gardes nationales assurant le maintien de l’ordre. Ce sont des « milices provinciales destinées à doubler l’active dès que les circonstances l’exigeront » que Dubois-Crancé charge « de la police et de veiller à la tranquillité des citoyens libres ». Elles « seront composées de tous les célibataires actifs de chaque département depuis dix-huit ans jusqu’à quarante ». Ces milices seront « aux ordres immédiats de leur municipalité ou canton », leur commandement sera nommé par la Garde nationale et, dans les villes, elles « s’assembleront une fois toutes les semaines, en été, pour s’exercer en commun ». Quant aux « milices des villages », elles « seront simplement agrégées à celles du chef-lieu de leur canton ; elles ne feront point de service ; leurs armes seront déposées au chef-lieu de district ». Pouvait-il mieux exprimer sa méfiance envers le monde rural au lendemain de la Grande peur ? Même si les hommes ne sont pas toujours sous les armes, ces milices provinciales sont conçues comme des forces agissantes organisées en permanence. Enfin, au sommet de l’organisation militaire pyramidale imaginée par Dubois-Crancé, siègent « 150 000 hommes de troupes réglées [qui] seront recrutés par engagement volontaire sur toutes les classes de citoyens ». Cependant Dubois-Crancé n’entend pas que ces dernières reproduisent l’armée d’Ancien Régime. Aussi préconise-t-il que les corps soient organisés et qu’ils recrutent à l’échelle départementale, afin qu’ils ne soient jamais coupés de la société dans laquelle ils tiennent garnison. Mais surtout, il entend mettre sur pied de nouveaux régiments exclusivement composés de citoyens actifs. C’est ce qu’il explique plus particulièrement dans ses Nouvelles observations sur la constitution militaire qu’il publie au début de l’année 17907. Dans son système, en temps de guerre, les milices provinciales ne se transforment pas sur-le-champ en corps militaires, elles viennent compléter l’armée ; autrement dit, leurs hommes sont enrégimentés dans des structures existantes. Pour Dubois-Crancé, il est inconcevable d’incorporer ces citoyens dans l’armée royale – car, pour lui, les soldats de métier qui la compose sont des individus qui n’ont pas hésité à vendre leur liberté pour servir le despotisme8 – ; il faut donc créer des structures actives propres à accueillir ces citoyens-soldats. C’est ce qu’il nomme tour à tour une armée « constitutionnellement citoyenne », la « phalange nationale » de l’armée, ou même plus simplement l’ » armée nationale ». De même, si les circonstances nécessitent l’appel de la Garde nationale, « c’est [également] à cette partie de l’armée seule [que] devrait se réunir notre milice nationale, composée de tous les citoyens les plus propres au service militaire9 ». Non seulement ces régiments seront organisés à l’échelle départementale pour ne pas être coupés de la nation réelle, mais le service y sera de 4 ans et les hommes auront la possibilité d’obtenir des congés de 9 mois tous les 2 ans. De plus, afin de mieux calquer l’organisation militaire de la nation sur son organisation politique, les grades seront électifs. D’une certaine manière, on peut donc dire qu’avec ces régiments, c’est le modèle d’organisation de la Garde nationale qui investit l’armée de ligne. Mais cette Garde nationale que Dubois-Crancé assimile à une force territoriale sera elle-même imprégnée de l’ » esprit militaire » puisque seuls des hommes ayant servi au moins quatre ans dans l’active pourront en être élus officiers10.

  • 11 Réflexions sur l’établissement des milices, op. cit., p. 557.
  • 12 Ibid., p. 555.
  • 13 Archives parlementaires, 1re série, t. 10, séance du 15 décembre 1789, p. 595-596.
  • 14 Ibid., séance du 16 décembre 1789, p. 619-620.

4Grandes absentes du système militaire imaginé par Dubois-Crancé, les gardes nationales qui se sont formées depuis l’été. Elles n’y ont pas de place, même pour assurer la police locale. Mieux encore, on pourrait dire qu’il cherche à les dissoudre dans cette vaste conscription destinée à constituer la Garde nationale. « Détruire les milices des municipalités11 », c’est également un des objectifs de Custine. Dans une grande partie de ses Réflexions sur l’établissement des milices, il démonte les arguments de ceux qui y verraient l’esquisse d’une organisation militaire à la mode suisse. Ces gardes municipales ne seront d’aucune utilité en temps de guerre, leur répond-il, parce qu’elles ne pourront jamais résister aux armées permanentes des autres puissances européennes. D’ailleurs la « science militaire » a tellement progressé qu’elle nécessite un long apprentissage. D’un autre point de vue, ces milices municipales risquent d’être autant de sources de troubles intérieurs ; ne voit-on pas, s’interroge Custine, qu’un tel système fera renaître l’anarchie de l’âge féodal, « les villes armées, en guerre les unes contre les autres » ? Cependant il n’en résulte pas qu’il souhaite conserver intégralement l’organisation militaire de l’Ancien Régime. Non seulement il veut réformer les engagements volontaires, mais il propose également que des « milices nationales » suppléent les anciennes milices provinciales. Celles-ci devront être recrutées par un tirage au sort auquel participeront tous les hommes de 18 à 40 ans, à concurrence d’un homme par famille et avec la possibilité de se faire remplacer. Chargées, en temps ordinaire, du maintien de l’ordre intérieur, elles renforceront les troupes de lignes sur le pied de guerre. Tous les ans elles « se trouveront fondues dans l’armée » pendant six semaines « de manière à leur donner la science militaire en l’alliant à l’avantage incalculable d’avoir une armée de citoyens12 ». Deux autres militaires, Beauharnais et Toulongeon, demandent également l’instauration de milices nationales lors de ce même débat, sans étayer davantage leur position. Le premier fait seulement allusion à « un plan de milice nationale sur le principe que le roi et l’héritier présomptif de la couronne pourront seuls être exempts du service personnel », mais il n’en dit guère plus, sinon que cette milice « ne se rassemblera que pour un court espace de temps13 ». Quant à Toulongeon, il évoque des « milices nationales » dans lesquelles les citoyens pourraient être « appelés de gré à gré à soutenir la force militaire14 ».

  • 15 Ibid., p. 8.

5En ce début de Révolution, le thème des milices nationales recouvre donc des significations bien différentes dans les discours de ces militaires patriotes. Un modéré comme Custine y recourt pour justifier une réforme des anciennes milices provinciales tandis qu’un radical comme Dubois-Crancé en fait le vecteur d’une refondation de l’organisation militaire du royaume. Car si tous les deux sont d’accord pour ne reconnaître aucune fonction militaire aux gardes nationales, et s’ils partagent le même souci de rapporter l’organisation militaire à la nation, ils diffèrent sur un point essentiel. Custine veut rapprocher autant que possible la « société militaire » de la nation, sans pour autant détruire cette armée de métier « prussiannisée » dont il est un fervent partisan. L’intention de Dubois-Crancé est autre. Elle consiste davantage dans le désir de fondre l’appareil militaire dans la nation, et plus encore dans la volonté de légitimer une révolution militaire par le principe de l’identité naturelle entre le citoyen et le soldat. Car, affirme-t-il, « c’est maintenant un droit de tous les Français de servir la patrie, c’est un honneur d’être soldat quand ce titre est celui de la plus belle constitution du monde entier. Je dis, poursuit-il, que dans une nation qui veut être libre entourée de voisins puissants, criblée de factions sourdes et ulcérées, tout citoyen doit être soldat et tout soldat citoyen, sinon la France est arrivée à son terme d’anéantissement15 ». Plus qu’un devoir, être soldat est donc un droit que les citoyens actifs ont acquis ; et c’est pour concrétiser ce droit que chacun doit être armé et équipé. S’il s’agit d’un droit naturel, ce n’est cependant pas un de ces droits individuels imprescriptibles que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen aurait oublié ; c’est davantage un droit collectif par lequel la nation prend forme dans cette conscription à laquelle tous les citoyens actifs s’obligent. Et ce pacte est redoublé par un autre, celui par lequel les citoyens se réuniront « sous l’étendard du patriotisme, aux ordres du chef de la nation » pour combattre les ennemis de la Révolution. Autrement dit, au premier pacte qui fonde la nation comme une communauté armée, répond un deuxième pacte qui lie ce corps armé au roi, son chef naturel. La nation de Dubois-Crancé n’est donc pas cette société civile que la révolution libérale de 1789 a voulu affranchir du pouvoir royal ; elle prend plutôt la forme d’une nation en armes dont les milices nationales seraient l’émanation naturelle. Néanmoins, puisque les circonstances historiques l’exigent, la force armée ne peut exclusivement reposer sur des formations miliciennes et l’on doit entretenir des troupes régulières.

  • 16 Jusqu’au xviie siècle, le terme de milice désigne à la fois un corps de troupe armé et l’art milit (...)

6Les milices nationales de ces militaires patriotes renvoient donc à des réalités différentes. Cependant ce n’est pas seulement parce qu’elles expriment des lectures divergentes du début de la Révolution. Car si le concept de milice ne trouve pas directement sa source dans les gardes nationales, il ne sort pas du néant. Par-delà les événements révolutionnaires, son antériorité ne cesse de le déterminer. S’il fut, jusqu’au xviie siècle, synonyme d’armée16, à partir de ce moment, le mot « milice » renvoie à deux réalités militaires. Il désigne d’abord, sous le nom de milices provinciales, des troupes auxiliaires de l’armée régulière qu’on lève en temps de guerre. C’est à cette réalité que Custine se rattache. Dubois-Crancé ne méconnaît pas ce premier sens, cependant, chez lui, le concept de milice participe d’un dessein plus polémique et idéologique, qui trouve également sa source dans l’Ancien Régime. Au fur et à mesure que le pouvoir royal s’appuie sur une armée permanente de plus en plus imposante sur le pied de paix, et que les réformes administratives du xviiie siècle jettent les premières bases d’un véritable appareil militaire d’État, c’est, en effet, autour du thème des milices que se cristallise une opposition qui invoque ces formations comme autant de corps armés ne se distinguant pas par essence de la société, à la différence des troupes de ligne entretenues par le souverain.

  • 17 Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1964, p. 1013-1014.
  • 18 Maurice (maréchal) de Saxe, Mes Rêveries, Amsterdam 1757, vol. 1, p. 7-10.
  • 19 Essai général de tactique, in Jean-Paul Charnay, Écrits stratégiques de Guibert, Paris, L’Herne, 1 (...)
  • 20 Joseph Servan, Le soldat citoyen, ou vues patriotiques sur la manière la plus avantageuse de pourv (...)
  • 21 Pierre Hartmann, « La querelle de la noblesse militaire ou commerçante (1756) », Geneviève Goubier (...)

7À l’accroissement du pouvoir militaire de l’État, on oppose ainsi un imaginaire de la nation en armes. Dans ses Considérations sur le gouvernement de Pologne, après avoir condamné « les troupes réglées, peste et dépopulation de l’Europe, [qui] ne sont bonnes qu’à deux fins : ou pour attaquer et conquérir les voisins, ou pour enchaîner et asservir les Citoyens », Rousseau plaide pour la formation d’une « véritable milice bien exercée », à l’exemple du « système militaire des Romains [ou de] celui des Suisses ». C’est – et c’est uniquement – dans le cadre de cette organisation milicienne que Rousseau prescrit que « tout citoyen doit être soldat par devoir17 ». Des militaires tels le maréchal de Saxe18, Guibert19 ou même Servan20 s’attaquent également aux troupes réglées. Mais ils ne dénoncent pas tant des forces prétoriennes qu’ils accusent l’État d’avoir corrompu la carrière des armes et l’esprit militaire en enrôlant des hommes sans honneur, exclusivement attirés par l’appât des primes. Comme Rousseau, ils invoquent une obligation militaire personnelle qu’ils lient également à l’idée de milice. Cependant, convaincus que l’évolution de la « science militaire » nécessite une armée permanente, ils n’envisagent pas la création d’un système de milice. Tout au plus cultivent-ils la nostalgie d’un temps pré-absolutiste dans lequel la carrière des armes était plus valorisée ; un temps où le premier des honneurs d’un homme libre était de servir, non pas au sein de ces armées permanentes que les États ont instaurées pour mieux assouvir leur soif de puissance, mais dans le cadre de ces troupes qui se levaient d’elles-mêmes dès que la patrie commandait aux hommes d’honneur de la servir. Certes cet imaginaire de la nation en armes ne manque pas de contradictions internes. Mais, après tout, n’est-ce pas la fonction même de l’imaginaire de faire coexister dans une même sensibilité ce qui peut être rationnellement incompatible ? Toujours est-il que cet imaginaire de la nation en armes permet de légitimer des postulats idéologiques forgés dans le but de répondre à tous ceux qui arguent, s’appuyant sur l’exemple anglais, que des sociétés civiles, industrieuses et commerçantes, triompheront bientôt définitivement des vieilles sociétés aristocratiques et belliqueuses21.

  • 22 Archives parlementaires, 1re série, t. 10, séance du 16 décembre 1789, p. 620.
  • 23 Pierre Goubert et Michel Denis, 1789. Les Français ont la parole, Cahiers des États Généraux, Pari (...)
  • 24 Quesnay, article « Fermiers » de l’Encyclopédie.
  • 25 Turgot notamment demandera la suppression des milices. Jacques Gebelin, Histoire des milices provi (...)
  • 26 C’est ainsi que l’on peut comprendre que le vicomte de Noailles ait demandé la suppression de la m (...)
  • 27 C’est le cas notamment du Chevalier des Pomelles qui écrit en 1789 un Mémoire sur les Milices.

8La Constituante n’approuve ni le modéré Custine, ni le radical Dubois-Crancé. Cependant, par son décret du 16 décembre 1789 qui stipule que « les troupes françaises, de quelque arme qu’elles soient, autres que les gardes et milices nationales, seront recrutées par engagements volontaires22 », elle laisse entendre que ces formations appartiennent bien à la force armée. Et pourtant, dans les mois qui suivent, elle refuse de les instituer. Il faut dire que les divergences entre les militaires patriotes, son Comité militaire et le ministre de la Guerre sont telles que l’Assemblée hésite. Alors que les militaires patriotes la pressent d’instaurer des milices nationales, le ministre de la Guerre lui demande de reproduire à l’identique les institutions militaires de l’Ancien Régime, et son Comité militaire propose de remplacer les anciennes milices provinciales par un dépôt de soldats auxiliaires, c’est-à-dire des engagés volontaires qui ne rejoindraient l’active qu’en temps de guerre. Supprimer les milices d’Ancien Régime, c’est d’abord donner satisfaction à l’opinion publique – une partie des cahiers de doléances ayant ouvertement demandé l’abolition du « tirage de la milice23 » ; c’est aussi faire preuve d’un certain réalisme politique tant il paraît impossible d’imposer, pour le moment, un « tirage » ; mais c’est, plus encore, suivre les avis éclairés des disciples des physiocrates et de certains partisans du modèle militaire prussien. Pour les premiers, les milices sont des institutions coûteuses et les exercices imposés aux miliciens retirent des bras utiles aux travaux des champs24. Cet argumentaire, idéologique avant tout, connaît un succès grandissant dans les années 178025 ; d’autant qu’il est repris par des partisans du modèle militaire prussien pour qui un milicien à peine instruit sera toujours un mauvais soldat, donc un soldat inutile26. Que l’on y ajoute les difficultés financières qui minent le règne de Louis XVI, et l’on comprend pourquoi les milices provinciales tombent en désuétude avant la Révolution. Mais, en 1789, l’État et certains militaires27 s’y attachent toujours, car des troupes réglées de 150 000 hommes ne peuvent suffire en temps de guerre. Quant à transformer les gardes nationales en corps militaires auxiliaires, ou même à extraire des corps armés de ces milices citoyennes, l’Assemblée y songe d’autant moins que certaines d’entre elles s’érigent en forces partisanes difficilement contrôlables.

  • 28 Opinion de M. Alexandre de Lameth, député de Péronne, sur la constitution militaire, prononcée le (...)
  • 29 Ibid., p. 533-534.

9Il appartiendra au cours des événements révolutionnaires de permettre le dépassement de ce blocage originel, mais aussi aux partisans des milices nationales, ou du moins à certains d’entre eux, d’affiner leurs propositions. Témoin de cette évolution, Alexandre Lameth. En février 1790, il affirme qu’il ne peut y avoir d’autres troupes auxiliaires de l’active que des milices recrutées par « une conscription nationale » dont les hommes seraient régulièrement exercés au maniement des armes28. En janvier 1791, il propose maintenant d’extraire une force nationale milicienne de la Garde nationale. Il s’agit d’organiser sur le papier des corps pouvant rapidement se mettre en marche « au moment où la patrie en danger invoquerait leur secours ». Chaque canton fournira « une compagnie de volontaires du nombre de 30 jusqu’à 50 hommes ». Ces compagnies seront regroupées à raison d’ » un bataillon par district » et, à chaque niveau, les volontaires éliront leur encadrement. Ainsi « un seul décret du corps législatif mettra sur pied plus de 300 000 hommes de gardes nationales ; de ces hommes qui depuis le commencement de la révolution, ont prouvé qu’il n’était pas de fatigue qui pût rebuter, de danger qui pût intimider ceux qui veillent, ceux qui combattent pour la liberté qu’ils ont conquise ; de ces hommes qui ont prouvé qu’il n’y avait pas de sacrifices qu’ils ne sussent faire, à cet inestimable bien, et qui prouveraient, s’il le fallait, qu’ils savent mourir pour le défendre29 ».

  • 30 Archives parlementaires, 1re série, t. 20, p. 592-598.

10Tels seront les nouveaux soldats de la liberté. Ce ne seront plus, comme le demandait Dubois-Crancé en 1789, des citoyens-soldats que l’on incorporera dans l’armée ; ils constitueront maintenant une véritable force milicienne autonome extraite de la Garde nationale. Cette radicalisation s’explique par plusieurs facteurs ; cependant le rôle du mouvement fédératif, qui commence dans l’hiver 1789-1790 pour culminer avec la fête de la Fédération du 14 juillet 1790, est primordial. Ce qui pouvait encore paraître en 1789 comme une résurgence, ou plutôt, pour employer le vocabulaire révolutionnaire, une régénération des milices bourgeoises d’Ancien Régime, s’apparente maintenant à une véritable nation en armes, c’est-à-dire un gigantesque corps armé qui n’émane pas seulement de la nation mais qui l’incarne réellement. L’impact du mouvement fédératif est tel que la Constituante, qui avait toujours esquivé jusque-là le problème de la Garde nationale, est obligée de s’y attacher. Dans son Rapport général sur l’organisation de la force publique qui annonce la loi d’organisation de la Garde nationale, Rabaut Saint-Étienne affirme que la « garde nationale n’est autre chose que la nation », ou plus précisément qu’elle est une gigantesque force armée résidant dans la nation. Non seulement tous les citoyens actifs seront soumis à une conscription, mais ils seront intégrés dans une vaste organisation à caractère militaire, et distribués en escouades, sections, pelotons, compagnies, bataillons et légions. De plus, ils devront être régulièrement exercés au maniement des armes, et ils pourront être réquisitionnés, en qualité de gardes nationaux, pour un service militaire. N’est-ce pas une véritable armée citoyenne qui s’ébauche dans ces formations où les grades seront électifs ? N’est-ce pas le modèle rousseauiste de la milice qui prend forme ? Cependant Rabaut Saint-Étienne s’empresse immédiatement de préciser que les troupes réglées demeureront la seule force armée sur pied, et que, même dans le domaine du maintien de l’ordre, il ne faudra recourir aux gardes nationales qu’en cas d’absolue nécessité, c’est-à-dire « lorsque la liberté ou la patrie sont en péril30 ».

  • 31 Discours et projet de décret sur la force publique, Archives parlementaires, 1re série, t. 20, doc (...)
  • 32 Décret de l’Assemblée nationale des 7 et 9 mars 1791 intitulé Sur le recrutement, les engagements, (...)

11Pour certains militaires patriotes, ce plan d’organisation de la Garde nationale n’est qu’un leurre destiné à dissoudre la nation en armes dans la société civile, c’est du moins ce que Dubois-Crancé dénonce31. Ce que d’autres reprochent surtout, c’est que n’est jamais évoquée la possibilité d’extraire une force militaire de la Garde nationale. Et ils en ressentent d’autant plus la nécessité, au début de l’année 1791, que les militaires conservateurs qui dominent le Comité militaire réussissent finalement à sauvegarder les troupes de ligne d’Ancien Régime32. L’armée ne sera donc pas ce creuset, mélangeant citoyens et soldats, que tant de militaires de gauche avaient réclamé. Si, au contraire, elle doit reproduire ce corps armé émanant directement de la personne royale, il faut alors qu’elle soit contrebalancée par une force armée provenant de la nation.

  • 33 Georges Carrot, La Garde nationale 1789-1871 : une force publique ambiguë, Paris, L’Harmattan, 200 (...)
  • 34 Archives parlementaires, 1re série, t. 27, p. 148-150.
  • 35 Archives parlementaires, 1re série, t. 27, p. 393.
  • 36 Archives parlementaires, 1re série, t. 27, p. 509.

12Une fois encore la radicalisation du mouvement révolutionnaire favorise les desseins des militaires patriotes. L’affaire des princes posséssionnés d’Alsace, la répression de la « révolution brabançonne », l’agitation des émigrés aux frontières, et les divisions internes que l’on impute couramment aux agissements des contre-révolutionnaires plaident en leur faveur. La Révolution n’apparaît-elle pas doublement menacée de l’intérieur et de l’extérieur ? Au printemps, l’Assemblée est littéralement assaillie de pétitions sollicitant la mise sur pied de forces armées issues des gardes nationales, et dans diverses municipalités, la capitale en premier lieu, des registres sont même ouverts pour que s’y inscrivent les volontaires33. La Constituante résiste autant qu’elle le peut. En février, elle enterre la proposition de Lameth. Mais, face à l’ampleur des initiatives populaires, elle cède et adopte, le 13 juin 1791, le principe d’une conscription de gardes nationaux volontaires34. Personne ne pouvait alors imaginer que huit jours plus tard, cette force armée nationale allait devenir une réalité. Le reste est une histoire bien connue. Le 21 juin, à l’annonce de la fuite du roi, Lameth fait passer sans discussion un « décret pour la formation d’un corps de 300 000 à 400 000 hommes de garde nationale à la disposition de la nation35 » – effectif que l’Assemblée ramènera à 97 000 hommes, le 22 juillet36.

  • 37 Archives parlementaires, 1re série, t. 37, séance du 21 janvier 1792, p. 565.

13Ainsi prennent vie les premiers corps militaires issus de la nation. Ils ne sont plus destinés à compléter les troupes de ligne comme on le demandait en 1789. Au contraire, à un moment où l’armée est publiquement soupçonnée de sentiments contre-révolutionnaires, aux yeux de nombreux patriotes, ces premières milices nationales deviennent un contre-modèle d’organisation militaire. À partir de ce moment, plus s’aiguise le conflit entre le roi et les patriotes, plus l’opposition entre le modèle militaire de l’armée royale et celui des bataillons de volontaires nationaux se radicalise. Incorporer les volontaires nationaux dans les troupes de ligne devient rapidement une manœuvre suspecte, le ministre de la Guerre Narbonne l’apprendra à ses dépens en janvier 1792. Ce n’est pas un système dans lequel « les gardes nationales deviendront des troupes de ligne » qu’il faut envisager, lui répond Carnot, « mais au contraire où les troupes de ligne seront elles-mêmes des gardes nationales37 ».

14À vrai dire, Carnot n’est pas le premier député à demander la dissolution des troupes de ligne et à faire l’apologie de la Garde nationale comme seule force armée de la nation. Robespierre l’avait fait près d’un an avant lui. Lors de la discussion du projet de loi sur l’organisation de la Garde nationale, les 27 et 28 avril 1791, tout en plaidant pour l’entrée des citoyens passifs dans la milice nationale, et plus généralement en faveur de l’armement de la nation, il avait demandé implicitement la suppression des troupes de ligne.

  • 38 Archives parlementaires, 1re série, t. 35 séance du 28 avril 1791, p. 383.

« Le spectacle d’un vaste empire couvert de citoyens libres et armés inspire de grandes idées et de hautes espérances, avait-il affirmé. Il me semble qu’il donne à toutes les nations le signal de la liberté. […] Il leur apprendra à faire disparaître ces corps menaçants que l’on entretient avec leurs dépouilles pour les dépouiller encore, et à se lever elles-mêmes, toutes armées, pour porter dans le cœur des tyrans la terreur que ceux-ci leur ont inspirée jusqu’ici38. »

  • 39 Bureaux de Puzy, Rapport sur l’état actuel de l’armée, Archives parlementaires, 1re série, t. XVII (...)
  • 40 Ibid., p. 108.
  • 41 Roger Dupuy, La politique du peuple. Racines, permanences et ambiguïtés du populisme, Paris, Albin (...)
  • 42 Lors du débat militaire de janvier 1792, quand il s’agit de savoir si on doit incorporer les volon (...)
  • 43 Avant que Narbonne ne propose cette solution en janvier 1792, Noailles l’avait suggérée dès le 5 s (...)

15Robespierre n’avait pas été le seul à réclamer la suppression d’une armée régulière de plus en plus suspectée de sentiments contre-révolutionnaires et toujours assimilée au dernier des instruments d’un despotisme d’un autre âge. Il avait offert une tribune à des revendications radicales. Au printemps 1791, en effet, de nombreuses pétitions demandant le licenciement de l’armée, ou du moins celui des officiers39, avaient été déposées à l’Assemblée. Le 10 juin 1791, Robespierre avait repris cette dernière exigence, mais il n’avait plus évoqué la dissolution de l’armée et il n’avait plus soutenu, comme en avril, que la véritable force armée de la nation devait résider dans la Garde nationale40. De tels revirements laissent penser que le député d’Arras a d’abord conçu la question militaire comme un nouveau front dans le combat politique qu’il livre à la majorité modérée de la Constituante. Il ne semble pas qu’il ait eu une idée arrêtée d’un plan d’organisation militaire. Jamais, lui qui aimait tant se réclamer de Rousseau, par exemple, ne s’est référé à ce dernier en matière d’organisation militaire ; aussi est-il délicat d’en conclure qu’il partage le même imaginaire de la nation en armes que les militaires patriotes. De même, le thème sans culotte du peuple qui se soulève en masse au son de tocsin ne participe pas de cet imaginaire ; il relève davantage d’un imaginaire insurrectionnel qui s’enracine dans la culture populaire, et qui participe de ce que Roger Dupuy a appelé « la politique du peuple41 ». Néanmoins, à partir du moment où Charlier lui donne une formulation politique nouvelle42, il devient une référence incontournable. Il semble difficile d’affirmer que Carnot se place résolument dans la continuité de ces revendications radicales. Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’à partir de ce moment une seule position est tenable pour qui veut épouser la dynamique révolutionnaire : identifier la force militaire à la nation en armes révolutionnaire. Et cette dernière se renforce d’autant plus que les Feuillants se font maintenant les défenseurs des troupes de ligne, et que certains modérés proposent même d’y incorporer les volontaires nationaux43.

16Ce que Carnot n’avait fait qu’esquisser en janvier 1792, il le développe davantage le 1er août, au moment où il demande, au nom du Comité militaire, la fabrication de piques puis leur distribution à tous les citoyens qui ne possèdent pas d’armes. Il faut « qu’à la paix au plus tard tous les bataillons de la troupe de ligne deviennent bataillons de la garde nationale », lance-t-il avant de poursuivre :

  • 44 Archives parlementaires, 1re série, t. 47, séance du 1er août 1792, p. 362.

« Alors rien ne sera plus simple que le nouveau système militaire, de plus économique, de plus conforme à l’esprit de la Constitution ; pendant la paix, les frontières seront gardées par des bataillons alternativement fournis chaque année par les divers départements ; les citoyens s’exerceront dans leurs cantons et districts respectifs, comme en Suisse, par escouades, par compagnies, par bataillons ; chacun sera muni d’avance d’un équipage complet pour la guerre ; les jeunes gens aisés se piqueront d’avoir des chevaux dressés pour former les corps de cavalerie et se réuniront pour s’exercer aux manœuvres ; il y aura des camps annuels dans les divers départements ; des fêtes militaires y seront célébrées avec la pompe des tournois, des carrousels ; des prix solennels seront décernés aux vainqueurs, à ceux qui, dans les examens publics, se seront distingués par leurs connaissances dans l’art militaire ; ces prix seront des casques, des lances, des chevaux. Les généraux, les chefs de l’armée ne pourront être choisis que parmi ceux qui auront remporté un certain nombre de ces prix ; chacun s’en retournera avec la gloire dont il se sera couvert et avec l’ardeur de se signaler, l’année suivante, par des succès plus brillants encore44. »

  • 45 L’armée nouvelle, op. cit., p. 186.

17Ainsi, la Garde nationale devient, pour reprendre une formule de Jaurès, la nation permanente dans sa fonction d’armée45.

18Point ultime, et point paroxystique, du combat politique mené par les militaires patriotes depuis 1789, le plan de régénération militaire de la nation de Carnot investit totalement la Garde nationale de l’imaginaire de la nation en armes. Il est évident qu’en cet été 1792, sans la guerre, devenue défensive par la force des choses, et plus encore sans l’agitation révolutionnaire de la capitale, Carnot n’aurait jamais eu l’occasion de présenter un projet aussi radical. Cependant, de là à prétendre qu’il se fait le porte-parole de l’élan patriotique et populaire de l’été 1792, voire de l’« esprit » de la Révolution, il y a un monde. Car exprime-t-il la « volonté populaire », comme Jaurès a pu le penser, ou ne fait-il que revêtir le mouvement insurrectionnel et patriotique de son propre désir de révolution militaire ?

  • 46 « Il faut donc suivant l’expression de Jean-Jacques Rousseau, que tout citoyen soit soldat par dev (...)

19C’est au système militaire suisse que Carnot se rattache, modèle déjà revendiqué en son temps par Rousseau. C’est d’ailleurs sous les auspices de ce dernier qu’il se place quand il cherche à légitimer le régime d’obligation militaire auquel il compte astreindre les citoyens46. Mais c’est aussi l’image d’une nation de guerre qu’il invoque, c’est-à-dire une nation s’identifiant plutôt à une communauté militaire qu’à une société civile industrieuse. Cette image qui avait hanté les écrivains militaires au temps des Lumières, pointait déjà derrière la nation en armes que Dubois-Crancé avait ébauchée en 1789. Dans ses Observations sur la constitution militaire qu’il avait publiées vraisemblablement pendant l’hiver 1789-1790, il avait écrit :

  • 47 C’est moi qui souligne.
  • 48 Observations sur la constitution militaire ou bases de travail proposées au Comité militaire, Pari (...)

« Une nation composée de 25 millions d’âmes, n’a rien à craindre que d’elle-même, et pour tromper l’espoir des méchants, elle ne doit jamais cesser d’être armée, non pour conquérir mais pour se défendre. C’est dans cet état perpétuel de simulacre de guerre47, que nous conserverons la paix et la liberté, au milieu des tyrans et des esclaves qui nous environnent48. »

20Pour Dubois-Crancé, cette nation de guerre devait être le lieu d’une véritable régénération nationale. Carnot lui fait écho quand il présente le tableau édifiant d’une nation régénérée par la pratique des armes. Alors « la passion des armes étouffera la cupidité, l’intrigue, toutes ces passions basses qui font naître l’esclavage. La gaieté franche, l’aménité des mœurs nationales reprendront leur empire, car le vrai courage est ami de l’humanité et s’allie naturellement aux sentiments généraux ». Et Carnot de poursuivre :

« Si la guerre vient à se déclarer, c’est alors que chacun sentira le prix de la liberté, qu’on verra les prodiges qu’enfante l’amour de la patrie ; les intérêts particuliers disparaîtront ; tous iront se confondre dans ce grand et unique intérêt commun : le salut de la patrie ; le charme de l’égalité unira toutes les âmes ; l’opulence sera sans considération ; les talents, les vertus seuls fixeront les yeux ; il ne restera plus en partage aux intriguants que le mépris et le ridicule. »

  • 49 Archives parlementaires, op. cit., p. 594.

21Même s’il se défend de vouloir revenir au temps de « l’ancienne chevalerie », c’est bien à l’imaginaire de la nation en armes dont les écrivains militaires s’étaient nourris que Carnot se réfère. Pour lui, cependant, comme pour Dubois-Crancé d’ailleurs, cet imaginaire n’exprime plus tant la nostalgie d’un temps à jamais révolu qu’il permet de donner un sens à une réalité révolutionnaire et insurrectionnelle qui ne trouve aucune place positive dans les schémas mentaux et discursifs des députés civils. Pour ces notables, en effet, ces « commotions », ou ces « émotions populaires », sont des phénomènes transitoires qui accompagnent le passage de l’ancien ordre au nouvel ordre des choses. Elles ne sont pas la Révolution ; tout au plus ont-elles été le bras armé qui a favorisé son triomphe. Cette interprétation est manifeste dans le rapport Rabaut Saint-Étienne du 21 novembre 1790. Après avoir justifié par « une grande sommation de la patrie » le mouvement fédératif, il explique que « ce temps approche peut-être [où] le commerce, l’agriculture et les arts redemandent ces bras que la liberté, par un généreux effort, a fait armer pour la conquête49 ». Sans cautionner l’insurrection, les militaires patriotes y voient une réalité plus profonde : l’expression, confuse et maladroite sans doute, d’une régénération militaire de la nation.

  • 50 Georges Carrot, La Garde nationale…, op. cit., p. 31-101.

22C’est cette rencontre équivoque entre une nation en armes insurrectionnelle – aux motivations et aux objectifs divers, voire contradictoires50, mais qui, malgré tout, manifeste le même désir d’une « démocratie immédiate » – et un imaginaire de la nation en armes spécifique à la culture militaire qui a donné naissance à la question des milices nationales dans les premières années de la Révolution. Quant à la radicalisation des projets présentés entre 1789 et 1792, elle suit la radicalisation de la Révolution. En 1789, c’est à la manière de renforcer les troupes de ligne par des citoyens-soldats que l’on songe avant tout ; en 1791, c’est la constitution d’une force armée de la nation qui fera pendant aux troupes royales que l’on propose ; en 1792, c’est la perspective d’une vaste force armée nationale qui ne puisse jamais être un corps séparé de la nation, ni un instrument de domination de la nation que l’on envisage.

  • 51 En ce qui concerne la « levée en masse » d’août 1793, il est difficile de prétendre qu’elle s’insc (...)

23A posteriori on pourrait faire du discours de Carnot le chant du cygne des milices nationales, puisqu’à partir de la chute de la monarchie ces dernières ne font plus débat. Cependant peut-on en conclure comme Jaurès que la révolution bourgeoise a finalement refusé d’instaurer la « démocratie armée » annoncée par Carnot au seuil de la République, préférant transformer l’outil militaire d’État de la monarchie défunte en l’instrument de sa domination de classe ? Conclure ainsi, c’est réduire la question des milices nationales à la vision somme toute singulière de Carnot, en oubliant qu’elle s’inscrit dans un contexte révolutionnaire qui la surdétermine. Au demeurant la « révolution armée » à laquelle ont appelé les militaires patriotes, ce n’est pas seulement le système imaginé par Carnot, ce sont aussi les autres plans de milices nationales présentés de 1789 à 1791 qui n’envisageaient pas de transformer la Garde nationale en force militaire permanente. Mieux vaut alors s’interroger sur la signification du thème des milices nationales auquel se sont rattachés ces militaires patriotes. Force est alors de constater qu’il a autant visé une réalité militaire qu’il n’a exprimé un combat politique et idéologique mené par des hommes relativement isolés dans les Assemblées – tant leur volonté de rapporter la force armée à la nation tranche avec l’attitude générale des autres députés patriotes qui, dans la continuité des Lumières et des Physiocrates, veulent identifier la nation à une société civile plutôt qu’à une communauté militaire. La question des milices nationales tombe avec la monarchie, cependant le souci de rapprocher l’armée de la nation se retrouve en 1793 dans le projet d’embrigadement de Dubois-Crancé qui, dans son esprit du moins, s’inspire de ce qu’il avait demandé dès 1789, c’est-à-dire que le modèle d’organisation de la Garde nationale investisse l’armée de ligne ; et, évidemment, la volonté d’identifier la nation à une communauté militaire réapparaît dans le plan de conscription militaire que propose Jourdan, un autre militaire patriote, en 179851.

  • 52 C’est ainsi, en particulier, qu’est rejetée, en décembre 1830, une Garde nationale devant former l (...)

24Quant à savoir si la Garde nationale doit devenir une institution militaire ou si elle peut donner naissance à des corps militaires, le débat ouvert entre 1789 et 1792 déterminera le xixe siècle. La Ire République laissant en suspens la question de l’organisation de la force militaire du pays entre 1793 et 1798, il très délicat de conclure péremptoirement que la Garde nationale ne doit plus avoir une fonction militaire ; remarquons néanmoins que la loi Jourdan-Delbrel ne l’évoque jamais. L’attitude de l’Empire est plus lisible puisqu’un décret du 8 vendémiaire an XIV (30 septembre 1805) transforme la Garde nationale en une force territoriale ; c’est reprendre d’une certaine manière ce que Dubois-Crancé avait suggéré en 1789. À partir de ce moment, l’Empereur n’hésite pas à lever des corps de gardes nationaux pour assurer la défense des frontières, d’abord quand l’armée active est en campagne, puis à la fin du régime, pour résister à l’invasion. Certes ce ne sont plus les bataillons de volontaires nationaux, mais ce sont bien néanmoins des corps militaires extraits de la Garde nationale – autrement dit, des milices nationales, pour reprendre le vocabulaire des militaires patriotes du début de la Révolution. Il faudra attendre la loi militaire de 1868 et surtout l’invasion de 1870 pour que, sous le nom de Garde nationale mobile, de nouvelles milices nationales soient instaurées et levées dans l’urgence. Entre ces deux époques, même si la loi de 1831 reconnaît que des corps détachés pourront être extraits de la Garde nationale sédentaire en cas de danger, on s’efforce, en dehors des commotions révolutionnaires, de réduire cette dernière à une institution civile, c’est-à-dire une collection de milices bourgeoises52 – n’est-ce pas déjà ce que souhaitait la Constituante ? Quant à une position aussi absolue que celle de Carnot, ce n’est qu’avec l’affirmation d’un courant républicain radical qu’elle sera à nouveau soutenue. Mais ce que ces républicains, antimilitaristes pour la plupart, appelleront bientôt la nation armée relève-t-elle des mêmes finalités que le plan de régénération militaire de la nation de Carnot ?

Notes

1 Pour une vision globale de ce phénomène, cf. Georges Carrot, La Garde nationale 1789-1791 : une force publique ambiguë, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 31-51.

2 Il va sans dire que ces hommes qui ne forment pas un « parti » doivent être avant tout regardés comme autant d’individualités partageant une même culture militaire.

3 Par force militaire, il ne faut pas seulement entendre un corps armé mais une entité essentiellement destinée à la guerre.

4 Jean Jaurès, L’armée nouvelle, présentation de Jean-Noël Jeanneney, Paris, Imprimerie nationale, 1992, p. 193-195.

5 Paris, Imprimerie nationale, 1789.

6 Archives parlementaires, 1re série, t. 10, document annexé à la séance du 12 décembre 1789, p. 554-562.

7 Paris, Imprimerie nationale, 1790.

8 Comme on le verra ci-après, c’est un argument classique à cette époque.

9 Ibid., p. 16.

10 Nouvelles observations sur la Constitution militaire, op. cit., p. 16-25.

11 Réflexions sur l’établissement des milices, op. cit., p. 557.

12 Ibid., p. 555.

13 Archives parlementaires, 1re série, t. 10, séance du 15 décembre 1789, p. 595-596.

14 Ibid., séance du 16 décembre 1789, p. 619-620.

15 Ibid., p. 8.

16 Jusqu’au xviie siècle, le terme de milice désigne à la fois un corps de troupe armé et l’art militaire. C’est en ce sens que l’emploie, en 1636, Louis de Montgomery dans un ouvrage intitulé La Milice françoise ; C’est encore le sens que lui donne, en 1721, cette fois, le R. P. Gabriel Daniel dans son Histoire de la milice françoise et des changements qui s’y sont faits depuis l’établissement de la monarchie dans les Gaules jusqu’à la fin du règne de Louis le Grand. Mais à cette époque il apparaît déjà obsolète. Il tend de plus en plus à être remplacé par le terme d’armée qui lui faisait concurrence depuis le xvie siècle. Jusqu’au xviiie siècle ce dernier mot ne désigne pas encore une institution publique comme de nos jours ; il est plutôt employé pour nommer un corps de troupes entretenu et commandé par telle ou telle personne (ce sont les armées du roi, l’armée de Turenne, etc.). Bref, le plus souvent, l’armée rapporte essentiellement un corps de troupes à son chef tandis que la milice le renvoie plus spécifiquement à une entité géographique ou communautaire (la milice française, les milices provinciales, les milices urbaines, etc.).

17 Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1964, p. 1013-1014.

18 Maurice (maréchal) de Saxe, Mes Rêveries, Amsterdam 1757, vol. 1, p. 7-10.

19 Essai général de tactique, in Jean-Paul Charnay, Écrits stratégiques de Guibert, Paris, L’Herne, 1977, p. 137.

20 Joseph Servan, Le soldat citoyen, ou vues patriotiques sur la manière la plus avantageuse de pourvoir à la défense du royaume, Paris, Dans le pays de la liberté, 1780, p. 55-60.

21 Pierre Hartmann, « La querelle de la noblesse militaire ou commerçante (1756) », Geneviève Goubier-Robert, L’armée au xviiie siècle, actes du colloque CAER XVIII organisé à Aix-en-Provence, les 13, 14 et 15 juin 1996, Publication de l’université de Provence, 1999, p. 111-122.

22 Archives parlementaires, 1re série, t. 10, séance du 16 décembre 1789, p. 620.

23 Pierre Goubert et Michel Denis, 1789. Les Français ont la parole, Cahiers des États Généraux, Paris, Juliard, 1964, p. 207-214.

24 Quesnay, article « Fermiers » de l’Encyclopédie.

25 Turgot notamment demandera la suppression des milices. Jacques Gebelin, Histoire des milices provinciales, Paris, Hachette, 1882, p. 264.

26 C’est ainsi que l’on peut comprendre que le vicomte de Noailles ait demandé la suppression de la milice à l’Assemblée provinciale d’Île-de-France, en 1787, ibid., p. 251.

27 C’est le cas notamment du Chevalier des Pomelles qui écrit en 1789 un Mémoire sur les Milices.

28 Opinion de M. Alexandre de Lameth, député de Péronne, sur la constitution militaire, prononcée le 9 février 1790, Paris, Imprimerie nationale, 1790, p. 13.

29 Ibid., p. 533-534.

30 Archives parlementaires, 1re série, t. 20, p. 592-598.

31 Discours et projet de décret sur la force publique, Archives parlementaires, 1re série, t. 20, document annexé à la séance du 21 novembre 1790, p. 606-607.

32 Décret de l’Assemblée nationale des 7 et 9 mars 1791 intitulé Sur le recrutement, les engagements, les rengagements et les congés, promulgué par le roi le 25 mars 1791 sous le titre Loi relative aux Engagements, aux Rengagements et aux Congés, Paris, Imprimerie nationale, 1791.

33 Georges Carrot, La Garde nationale 1789-1871 : une force publique ambiguë, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 110 ; Jean-Paul Bertaud, La Révolution armée. Les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, Robert Laffont, 1979, p. 65.

34 Archives parlementaires, 1re série, t. 27, p. 148-150.

35 Archives parlementaires, 1re série, t. 27, p. 393.

36 Archives parlementaires, 1re série, t. 27, p. 509.

37 Archives parlementaires, 1re série, t. 37, séance du 21 janvier 1792, p. 565.

38 Archives parlementaires, 1re série, t. 35 séance du 28 avril 1791, p. 383.

39 Bureaux de Puzy, Rapport sur l’état actuel de l’armée, Archives parlementaires, 1re série, t. XVII, p. 104-108.

40 Ibid., p. 108.

41 Roger Dupuy, La politique du peuple. Racines, permanences et ambiguïtés du populisme, Paris, Albin Michel, 2002, p. 87-152.

42 Lors du débat militaire de janvier 1792, quand il s’agit de savoir si on doit incorporer les volontaires nationaux dans les troupes de ligne ou si l’on doit procéder à un recrutement militaire extraordinaire, il a lancé : « A-t-on besoin de recrutement, lorsque vingt cinq millions d’hommes sont armés. (Rires et murmures dans l’Assemblée. — Applaudissement dans les tribunes.) On m’a interrompu et l’on peut croire que j’exagère. Il est de fait qu’il existe 25 millions d’hommes armés en France ; car sans contredit, il n’y a ni hommes, ni femmes, ni enfants, qui ne soient prêts à mourir pour la patrie. (Applaudissements dans les tribunes.) Vous devez considérer l’armée dans l’état où elle se trouve. Qu’est-ce que l’armée ? C’est la France entière. […] Vous n’avez donc pas besoin de recrutement, parce que le tocsin sonnant la France entière est debout et armée (Applaudissements dans les tribunes). » (Archives parlementaires, 1re série, t. 37, séance du soir du 22 janvier 1792, p. 753-754).

43 Avant que Narbonne ne propose cette solution en janvier 1792, Noailles l’avait suggérée dès le 5 septembre 1791. Archives parlementaires, 1re série, t. 30, p. 217-222.

44 Archives parlementaires, 1re série, t. 47, séance du 1er août 1792, p. 362.

45 L’armée nouvelle, op. cit., p. 186.

46 « Il faut donc suivant l’expression de Jean-Jacques Rousseau, que tout citoyen soit soldat par devoir et aucun par métier » affirme-t-il.

47 C’est moi qui souligne.

48 Observations sur la constitution militaire ou bases de travail proposées au Comité militaire, Paris, Imprimerie nationale, s. d., p. 58.

49 Archives parlementaires, op. cit., p. 594.

50 Georges Carrot, La Garde nationale…, op. cit., p. 31-101.

51 En ce qui concerne la « levée en masse » d’août 1793, il est difficile de prétendre qu’elle s’inscrit dans la continuité de la question des milices nationales, et encore moins qu’elle réalise le vœu de Carnot. Le dire, c’est confondre une réquisition générale hâtivement mise en place par la Convention pour ne pas être débordée par les activistes ultra-patriotes et un plan d’organisation militaire de la nation. Certes, la « levée en masse » a suscité la formation de milices, contrairement à la levée des 300 000 hommes qui était destinée à compléter l’armée de ligne, cependant, sans doute parce que ses origines insurrectionnelles se laissaient trop facilement deviner, elle ne sera jamais magnifiée par les militaires patriotes. Au contraire, on peut même se demander si elle n’a pas contribué à refroidir ces hommes d’ordre et de discipline quant à la possibilité d’établir une force militaire milicienne.

52 C’est ainsi, en particulier, qu’est rejetée, en décembre 1830, une Garde nationale devant former le véritable corps armé de la nation et dont Lafayette serait devenu le commandant. Archives parlementaires, 2e série, t. 65, Chambre des députés, séance du 14 décembre 1830, p. 501-508. Connaîtra le même sort, l’année suivante, la formation d’une Garde nationale mobile permanente destinée à seconder l’armée de ligne, que propose le général Lamarque. Archives parlementaires, 2e série, t. 71, Chambre des députés, séance du 24 octobre 1831, p. 70-89 et séance du 25 octobre 1831, p. 91-120.

Author

Professeur de lycée à Caen, docteur en histoire de l’université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search