Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Deuxième partie. Genèse et création

« Le mot ne fait rien à la chose » : des gardes bourgeoises aux gardes nationales à Bruxelles et Namur, 1706-1814

Catherine Denys

Texte intégral

1Étudier les gardes nationales en Belgique peut sembler une gageure, car, avant 1809, les départements réunis à la République suite à la victoire de Fleurus n’ont pas connu d’organisation de cette institution typiquement française. Les lois de 1790 et 1791 ne s’appliquaient évidemment pas aux États Belgiques Unis ni aux Pays-Bas rentrés sous la domination autrichienne et la première conquête française en 1792-1793 fut trop brève pour y établir l’institution sur le modèle français. Ensuite, de 1794 à 1814, l’intégration de la Belgique à la France coïncida avec les années du Directoire, du Consulat et de l’Empire, régimes sous lesquels la Garde nationale, au sens républicain, perdit de son importance face à l’implication croissante de l’armée en politique.

2L’étude proposée ici ne prend donc sens que dans le choix délibéré du long terme et dans l’attention aux continuités fonctionnelles masquées par les variations de la terminologie institutionnelle, sans toutefois vouloir gommer les ruptures véritables.

3Ce choix conduit naturellement à évoquer en première partie la situation des gardes bourgeoises dans les villes belges, et plus particulièrement à Bruxelles et Namur, au xviiie siècle, deux cas de figures rendus différents par leur contexte local.

4À partir de là, la deuxième partie dessinera un tableau chronologique des diverses formes revêtues par le service des habitants civils de ces deux villes, entre 1787 et 1814, en trois grands mouvements : d’abord l’éclosion spontanée des « volontaires » de la « petite révolution » et de la révolution brabançonne en 1787 et 1789, puis l’absence de Garde nationale belge sous la République française avec ses palliatifs policiers, et enfin les gardes nationales de l’Empire.

5On proposera alors en dernière partie d’observer dans la longue durée quelques-unes des permanences qui traversent le siècle depuis les gardes bourgeoises du xviiie siècle jusqu’aux gardes nationales de l’Empire. De là, on tentera de conclure, en revenant sur l’expression échappée à un administrateur préfectoral du département de la Dyle en 1813 : « Le mot ne fait rien à la chose », sur l’équivalence fonctionnelle des gardes bourgeoises et des gardes nationales dans le contexte belge.

Le déclin des gardes bourgeoises à la fin de l’Ancien Régime

  • 1 Rappelons que dans les villes des anciens Pays-Bas, le service militaire bourgeois pouvait s’exerc (...)

6Chacun sait que les forces militaires bourgeoises1 ont perdu, depuis le xviie siècle, presque toute pertinence militaire. Les transformations de la guerre, plus ou moins justement désignées par l’expression de « Révolution militaire », ont en effet rendu obsolète le service bourgeois. Une ville ne peut désormais plus compter sur la seule mobilisation de ses habitants pour faire face aux troupes réglées. Dans les régions frontalières, les fortifications verticales médiévales ont dû céder la place aux fortifications bastionnées horizontales, lourd dispositif qui réclame des soldats nombreux pour le garder. Les villes des frontières, devenues des places fortes, sont donc obligées d’abriter des garnisons nombreuses tandis que les villes de l’intérieur n’ont plus de rôle militaire majeur. La guerre est alors l’affaire de professionnels, les bourgeois n’y jouent plus qu’un rôle très secondaire. Dans ce cadre général, les forces bourgeoises de Namur et Bruxelles connaissent des destins différents au cours du xviiie siècle.

À Namur, l’éviction précoce de tout service bourgeois

7Namur est une petite capitale provinciale d’environ 13 000 habitants, dans une région rurale prospère. Son importance tient principalement à sa situation stratégique exceptionnelle : au confluent de la Sambre et de la Meuse, sa citadelle constitue un des verrous les plus solides sur les passages entre les Pays-Bas, les Provinces-Unies, la France, l’Empire et la principauté de Liège. Depuis la fin de la guerre de succession d’Espagne en 1713, Namur est donc devenue, à l’instar de quelques autres villes du Sud des Pays-Bas désormais autrichiens, une place de la Barrière, c’est-à-dire une forteresse occupée par une garnison au service des Provinces-Unies, visant à garantir la République d’une nouvelle invasion française à travers les Pays-Bas du Sud. Namur constitue sans conteste le point névralgique du dispositif de la Barrière et sa garnison compte entre 3 000 et 5 000 hommes en permanence, logés en partie au château, en partie dans les vastes casernes de la ville.

  • 2 Archives de l’État à Namur (AEN), Ville de Namur, dossier 930 : compagnies bourgeoises, guets de g (...)
  • 3 AEN, Ville de Namur, dossier 931. Mémoire pour une garde bourgeoise à Namur à l’intention du compt (...)

8Namur a mobilisé pour la dernière fois ses huit compagnies bourgeoises pendant la guerre de Succession d’Espagne. Mais dès 1706, à la suite de la défaite française de Ramillies, la place fut occupée par les troupes françaises en retraite et la population désarmée2. En 1715, au moment des négociations du traité de la Barrière, le magistrat namurois tenta de faire accepter une participation des bourgeois aux patrouilles et à la garde militaire organisée par les troupes des Provinces-Unies, mais le commandement militaire hollandais, semblable en cela à ses collègues de toutes les armées, refusa cette solution mixte3. Les milices bourgeoises ne furent donc plus réunies à Namur.

  • 4 AEN, Ville de Namur, dossier 930. Chemise sur les gardes bourgeoises en 1782.

9Il faut attendre 1782 et l’évacuation de la place par les troupes des Provinces-Unies, suite à la dénonciation du traité de la Barrière par Joseph II, pour qu’une garde bourgeoise soit provisoirement réorganisée. Elle ne concerne d’ailleurs qu’un nombre très limité d’hommes, une trentaine tout au plus, mobilisés au fur et à mesure du départ des Hollandais, entre le 16 et le 23 mars. Ensuite, la plupart des postes sont à nouveau occupés par des soldats, au service de l’Autriche désormais4.

  • 5 Ibidem. Voir également J. Borgnet, « Histoire des compagnies militaires de Namur », Mémoires de l’ (...)

10Namur perdit de manière également très précoce ses compagnies sermentées. Alors que souvent celles-ci purent se maintenir dans les villes sous des formes plus sportives que militaires, les trois serments namurois : escrimeurs, arquebusiers et arbalétriers furent attaqués dès 1726-1732 par le Magistrat lui-même. C’est l’échevinage ici, en effet, qui réclame à l’Empereur, de manière réitérée, la suppression de ce qu’il appelle lui-même une « milice inutile », au motif, relativement original, de ce qu’ils permettaient aux étrangers d’accéder à la bourgeoisie urbaine sans en payer les droits à la ville. L’Empereur accède à cette demande en 1732 pour les escrimeurs, en 1752 pour les deux autres serments5. Dès lors, les civils namurois n’eurent pratiquement plus aucun accès à un service bourgeois avant 1787. Il ne fait aucun doute que l’éviction radicale des bourgeois de Namur des charges militaires locales tient essentiellement au caractère militaire prégnant de cette ville forte, où l’armée se chargeait, sans concurrence possible, d’organiser la défense et, pour partie, la police de la ville.

À Bruxelles, une situation plus contrastée

11Dans la capitale des Pays-Bas autrichiens, en revanche, les milices bourgeoises purent se maintenir bien plus longtemps. Il est vrai que Bruxelles n’était pas une place militaire d’importance. Ses remparts, anciens, avaient été peu entretenus au xviiie siècle, et sa garnison ne dépassait guère 3 000 hommes en temps de paix, pour une population civile d’environ 60 000 à 70 000 habitants. Par ailleurs, son Magistrat, appuyé sur les grandes familles de la cité, les « lignages » et les puissantes corporations des « nations », restait une puissance politique locale que le gouverneur représentant la maison d’Autriche aux Pays-Bas, se devait de ménager. À plusieurs reprises, au cours du xviiie siècle, ce gouvernement tenta de convaincre le Magistrat bruxellois de renoncer à des gardes bourgeoises, que l’opinion publique éclairée jugeait inutiles, voire franchement grotesques. En 1744, alors même que les troupes françaises commandées par Maurice de Saxe menacent directement la ville, et que le Magistrat tente vaillamment de relancer l’esprit des milices bourgeoises, les habitants semblent surtout préoccupés, qui de faire valoir son droit à l’exemption du service, qui d’avoir droit de payer un remplaçant. Le Conseil de Brabant en particulier interpose sa puissante juridiction contre l’avis de réquisition générale de la municipalité. Le débat de l’été 1744 met bien en valeur la décadence des gardes bourgeoises, minées par les exemptions et les remplacements. D’après le Conseil de Brabant, le service bourgeois n’est plus qu’une mascarade :

  • 6 Archives générales du Royaume à Bruxelles, (AGR), Conseil privé autrichien, carton 260 B. Avis du (...)

« Insensiblement, depuis bien des années, la bourgeoisie ne fait plus de gardes du tout. […] Tout ce qui s’observe encore desdites gardes est que quelques personnes du quartier desquelles c’est le tour s’assemblent sous les drapeaux peu de temps avant le soir, vont faire la parade sur la grand-place, y reçoivent la parole à l’hôtel de ville, vont reconduire le drapeau et retournent ensuite chacun chez soi, se contentant d’envoyer à chaque porte trois à quatre misérables de la lie du peuple, souvent incapables de manier un fusil, dépourvu même d’un qui soit en état, et incapable par conséquent de toute défense6. »

12En dépit des ordonnances du Magistrat pressé par le gouvernement, la situation ne s’améliore pas en 1745, alors que l’armée française approche dangereusement. Le 20 février 1746, la ville capitulait après une faible défense militaire à laquelle les bourgeois ne prirent aucune part. L’occupation française priva les bourgeois bruxellois de gardes aux portes jusqu’au départ des troupes en janvier 1749, ce qui ne semble pas avoir provoqué beaucoup de plaintes.

  • 7 La coïncidence avec la fin de la guerre de Sept Ans est peut-être ici fortuite, les Pays-Bas autri (...)
  • 8 AGR, Conseil privé autrichien, carton 260 A.
  • 9 On a donné un aperçu de ce débat dans C. Denys, « Les projets de réforme de la police à Bruxelles (...)

13L’incapacité du Magistrat à réunir des gardes bourgeoises efficaces pendant la guerre de Succession d’Autriche est peut-être à l’origine de l’offensive menée par le gouvernement autrichien à partir de 17637. Charles de Lorraine demande alors des éclaircissements au Magistrat sur les gardes bourgeoises. Usant de toutes les formes possibles d’inertie administrative, l’échevinage ne répond sérieusement qu’en 1767, pour exposer l’admirable organisation des gardes bourgeoises et serments, exposé appuyé comme de coutume sur un interminable rappel historique8. C’est le début d’un long débat entre le gouvernement et le Magistrat, le premier voulant convaincre le second de supprimer les gardes bourgeoises et de les remplacer par une police professionnelle, tandis que le Magistrat s’arc-boute sur la défense des milices bourgeoises. Il serait trop long de développer ici les nombreuses, et souvent savoureuses, péripéties de cet affrontement, retardé par la pusillanimité du gouvernement qui veut réformer sans donner les moyens financiers nécessaires et par l’acharnement conservateur des échevins9. Mais deux points importants doivent retenir l’attention.

14Tout d’abord, le fait que l’organisation des gardes bourgeoises reste le cadre administratif fondamental de la ville. Bruxelles est en effet divisée en dix quartiers qui servent de base territoriale aux dix compagnies bourgeoises commandées par des capitaines issus des lignages, composées chacune de 24 volontaires et 17 sous-officiers. Les 5 serments, quant à eux, commandés par des doyens et le bourgmestre des nations, ont des effectifs variables, limités cependant à un maximum de 130 hommes par serment. Toutes les opérations administratives, recensement, perception des taxes, utilisent le cadre des dix quartiers, eux-mêmes subdivisés en quatre secteurs, soit quarante cellules territoriales. Les habitants de Bruxelles, mêmes s’ils ne montent plus en personne la garde, connaissent donc néanmoins les centeniers du quartier et leur capitaine.

15Dans ses arguments pour justifier le maintien des gardes bourgeoises, le Magistrat ne fait pas appel au service militaire, dont chacun sait qu’il n’a plus aucune valeur, ni même à la garde aux portes ou aux patrouilles nocturnes, qui sont en pratique réalisées par des professionnels payés soit par les habitants, soit par la ville elle-même. Ce que le Magistrat met en avant, ce sont les services rendus par les gardes bourgeoises lors d’occasions particulières : accueillir dignement les grands personnages venant en ville, maintenir l’ordre lors des festivités publiques, accourir pour porter secours lors des incendies et enfin rétablir le calme en cas d’émeute. Dans toutes ces occasions, le Magistrat insiste sur la supériorité de cette police bourgeoise sur l’armée, dans une vision des rapports sociaux très paternaliste, et une conception du maintien de l’ordre quelque peu machiavélique, puisqu’il consiste à expliquer que grâce aux milices, le peuple est déjà divisé. Les bons bourgeois dans les gardes étant intéressés naturellement à ramener à l’ordre les ouvriers mutins, tandis qu’une alliance de ces deux parties contre le gouvernement en serait rendue impossible, vision que la révolution brabançonne n’allait pas tarder à contredire, au moins en son début.

« Nous avons bien d’autres ressources dans les gardes bourgeoises : leur serment, leur point d’honneur, plus puissant encore les font agir, leur crédit sur la populace qui dépend d’eux et qui vit du travail qu’ils lui procurent, les met à même de la réduire à son devoir, plutôt par la persuasion que par la force.
Supposons même que dans les cas de fermentation, les gardes bourgeoises s’acquitassent négligamment de leur devoir. Au moins en résulteroit-il une division politique entre le peuple qui ne sauroit produire que de bons effets. Car tout ce qui ressortit sous les compagnies et serments étant en ces occasions-là obligé au service personnel, il se trouvera toujours entre les 3 000 ou 4 000 hommes et plus parmi les habitants dont on aura lieu d’attendre service et dont à coup sûr on n’aura rien à craindre.
Cette considération devroit suffire seule pour qu’on n’abolisse jamais les gardes bourgeoises, car si dans les circonstances d’une émeute présente ou sur le point d’éclater, on cherche toujours à diviser le peuple, quel avantage n’y a-t-il pas de trouver dans la Constitution politique d’une ville la source permanente de cette division, qu’il ne s’agit plus que de mettre en activité. C’était dans cette vue que la loi de Solon déclaroit infâme tous ceux qui dans une sédition ne prendroient aucun parti. Dieu nous préserve de pareils malheurs, mais ces réflexions nous ont paru nécessaires. »

16Les gardes bourgeoises de Bruxelles sont donc maintenues jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, au moins dans leur principe, le Magistrat ne consentant qu’à la diminution des serments de cinq à trois, essentiellement dans le cadre d’une remise en ordre de leurs finances particulièrement obérées, qui coûtent cher à la ville. Le maintien des troupes bourgeoises bruxelloises, même s’il est plus théorique qu’effectif, est d’autant plus intéressant que la capitale fait exception dans les Pays-Bas, où la plupart des villes les ont supprimées et remplacées par des polices professionnelles. Le conservatisme bruxellois tranchait donc ici avec les décisions plus modernes d’autres villes, mais cela ne signifiait pas pour autant que les Belges soient convertis aux nouveautés administratives.

Les expériences révolutionnaires

17En effet, le réformisme acharné et maladroit de Joseph II, devenu souverain des Pays-Bas en 1780 heurte de front les populations « belgiques ». En mars 1787, les réformes administratives combinées à l’ouverture du séminaire de Louvain provoquent une situation insurrectionnelle, dont les États et les villes prennent la tête. La « petite révolution » de l’année 1787, puis la Révolution brabançonne de 1790, créent naturellement un contexte favorable à la résurrection des milices bourgeoises.

L’éclosion des volontaires

18Le recul du gouvernement autrichien, qui renonce en mai 1787 aux principales réformes administratives, loin d’apaiser les esprits, renforça la contestation. Dans les villes, les habitants formèrent des corps de volontaires armés arborant les couleurs de la résistance, réorganisèrent les gardes et les patrouilles tombées en désuétude.

  • 10 J. L. Polaski, Revolution in Brussels, 1787-1793, Académie royale de Belgique, Mémoires de la clas (...)
  • 11 A. Henne et A. Wauters, Histoire de la ville de Bruxelles, t. 2, reprint s. d., Bruxelles, édition (...)

19Le maintien des serments à Bruxelles permit d’habiller cette mobilisation politique d’une apparence légale. En effet les serments pouvaient recruter, on l’a vu, de nouveaux membres, tandis que les effectifs des gardes bourgeoises étaient strictement limités. De ce fait, le 4 juin 1787, un « Comité établi pour le corps de volontaires agrégés aux cinq serments de la ville de Bruxelles » organisa l’enrôlement des citoyens, issus pour la plupart de la petite bourgeoisie des artisans et boutiquiers10. Les serments furent donc autorisés, le 9 juin, par le Magistrat, à accepter tous ceux qui se présenteraient11. Dans l’enthousiasme de l’été, les volontaires recrutèrent de très nombreux Bruxellois, pressés de participer aux événements, mais certainement également soucieux d’éviter les émeutes.

  • 12 AEN, Ville de Namur, cartons 930 et 371.

20À Namur, également, un corps de 19 volontaires, issu « d’entre les jeunesses » politisées de la ville réclama au Magistrat, le 15 juin, la permission d’organiser des patrouilles pour maintenir le bon ordre, tout en regrettant que les autres jeunes de la ville s’intéressent davantage à l’entraînement au jeu, traditionnel ici, des échasses, plutôt qu’à un entraînement militaire rendu nécessaire dans les circonstances. Le Magistrat répondit le 23 juin 1787, en autorisant la société patriotique et les corps des métiers à organiser des patrouilles pour le « maintien de la bonne police et de la sûreté de cette ville ». Chaque métier propose donc un certain nombre d’hommes, proportionnel à son importance, ce qui donne, immédiatement, un poids majeur au métier des portefaix, de loin les plus nombreux, avec 124 membres. Cinq compagnies de 40 hommes chacune sont formées, commandées par six officiers nommés par le Magistrat. Les rapports des patrouilles conservées pour la période du 29 juin au 16 août 1787 attestent de leur tenue effective12. Les heurts avec les patrouilles militaires et les désordres internes ne favorisent guère le maintien de l’ordre, mais la mobilisation civique semble avoir été prise au sérieux par les habitants, pourtant privés de garde bourgeoise depuis 80 ans.

  • 13 AGR, Conseil de Gouvernement général, cartons 578-579.

21La fiction selon laquelle les Volontaires n’étaient qu’une simple extension des serments ou gardes bourgeoises traditionnels permettait aux Magistrats de protester de leur légalité en réponse aux ordres du gouvernement. Les autorités urbaines, qui dans l’ensemble, avaient largement contribué à l’organisation de ces milices bourgeoises « révolutionnaires », sont sommées par le gouvernement, par une déclaration du 28 août 1787, de faire disparaître rapidement ces corps, d’interdire les uniformes et les cocardes, ainsi que de récupérer les fusils achetés au printemps. Les Magistrats obtempèrent plus ou moins rapidement, arguant souvent de la constitutionnalité des gardes bourgeoises et serments pour refuser la dissolution des volontaires13. L’argument historique de l’ancienneté pour justifier une nouveauté « révolutionnaire » fonctionne ici pleinement, comme souvent dans la Révolution brabançonne.

22Lors de la reprise en main du pays par les autorités autrichiennes à la fin 1787-début 1788, les heurts entre les gardes bourgeoises et les troupes autrichiennes, désormais commandées par le commandant d’Alton se multiplient. À Bruxelles, l’affrontement prit un tour tragique le 22 janvier 1788. Alors que la foule était rassemblée sur la grand-place pour soutenir la résistance du Conseil de Brabant, le commandant ordonne aux soldats de tirer, tuant et blessant plusieurs civils. Soutenu par Joseph II qui croit pouvoir soumettre les Belges par la force, d’Alton exige que les gardes bourgeoises rendent leurs armes, et fait occuper par les soldats le corps de garde bourgeois sur la grand-place. Dans ses lettres à l’Empereur, d’Alton explique qu’il faut mettre fin à la confusion entre les rôles : l’armée autrichienne seule doit s’occuper d’un service militaire et du maintien de l’ordre, tandis que les gardes bourgeoises, démilitarisées, doivent être limitées à un simple service de police très restreint.

23Les volontaires cachèrent donc armes et cocardes pour les reprendre à la fin de l’année, formant alors, sous les auspices de la société « pro Aris et Focis », et sous le commandement du général Van der Mersch, une armée révolutionnaire. Le 24 octobre 1789, le « manifeste du peuple brabançon » déclare Joseph II déchu de ses droits, et le premier combat entre l’armée belge et les troupes autrichiennes à Turnhout donne la victoire aux insurgés. Les troupes autrichiennes déconcertées par ces combats de rue dans des villages et des villes unanimement hostiles perdent pied, et le soulèvement bruxellois du 10 au 12 décembre 1789 chasse à nouveau le gouvernement autrichien. Les volontaires bruxellois réservent un accueil triomphal à Van der Noot le 18 décembre tandis que l’armée révolutionnaire s’installe à Namur.

  • 14 J. L. Polaski, op. cit., p. 151-152.

24On sait comment les États Belgiques Unis proclamés en janvier 1790 se divisèrent rapidement entre la tendance conservatrice dirigée par Van der Noot et les États de Brabant et la tendance démocrate de Vonck. Entre ces deux tendances que tout opposait, hormis la volonté de chasser les Autrichiens, la tension devint rapidement une lutte sans merci pour le pouvoir. Le choix politique des gardes bourgeoises devenait donc déterminant, car elles contrôlent la rue à Bruxelles. La sociologie des gardes, composée essentiellement de la petite bourgeoisie artisanale et boutiquière, les portait naturellement à soutenir les États et Van der Noot dont le conservatisme était le meilleur appui pour maintenir un système corporatif menacé par le développement libéral, les Vonckistes, quant à eux, étant soutenus par une grande bourgeoisie de négociants et de banquiers. En février et début mars, cependant, les gardes bourgeoises, déçues par l’exclusivisme des ordres privilégiés, se rapprochent des vonckistes. Deux grands aristocrates libéraux : le duc d’Ursel et le duc d’Aremberg, ainsi que le banquier Walckiers cultivent assidûment leur popularité auprès des compagnies qu’ils dirigent. Le conflit se focalisa sur le serment que devaient prononcer les volontaires. Le 9 février ils refusèrent de prêter serment aux États, et le 9 mars ils prêtèrent serment sans mentionner les États et en acclamant le duc d’Ursel comme leur capitaine en chef. Mais ce moment « démocrate » des gardes bourgeoise ne fut qu’un feu de paille. Conscient du danger, le Magistrat de Bruxelles avait déjà ordonné une réduction du nombre de volontaires fin février, et la propagande vandernootiste, très largement relayée par le clergé bruxellois, réussit à convaincre les Nations (c’est-à-dire les métiers) du danger vonckiste, en les présentant comme des démocrates outrés, des ennemis de la religion catholique, voulant imiter la révolution impie qui se déroulait alors en France14.

  • 15 D’après Henne-Wauters, op. cit., p. 384, la compagnie dirigée par Walckiers tenta de s’opposer aux (...)

25Pendant trois jours, du 16 au 18 mars 1790, le petit peuple bruxellois s’en prit aux vonckistes, les pourchassant et pillant leurs maisons. Les gardes bourgeoises non seulement n’empêchèrent rien, mais pour la plupart des compagnies, participèrent à cette sorte de pogrom15. À la violence populaire succéda la répression, avec l’emprisonnement ou la fuite des leaders démocrates. À Bruxelles Van der Noot triomphait, mais pour bien peu de temps, puisque dès le 24 novembre 1790, Léopold II rétablissait le pouvoir autrichien aux Pays-Bas, sans rencontrer de résistance sérieuse.

  • 16 J. L. Polasky, op. cit., p. 194-196.

26Plus prudent que son frère et instruit par l’expérience, Léopold II évita de provoquer les Belges par de nouvelles réformes ou par un rétablissement de l’ordre trop rigoureux. À la différence de Joseph II mal conseillé par d’Alton, il accepta le maintien des gardes bourgeoises pourvu qu’elles se limitent réellement à leur fonction policière traditionnelle. En fait la situation restait tendue, dans les rues de Bruxelles, les affrontements étaient fréquents entre vonckistes reconvertis dans la Société des amis du Bien public et les partisans des États. Les patrouilles autrichiennes n’interviennent guère dans ces débats, de peur d’être prises à partie, ou parce que la désunion belge, au fond, arrangeait d’une certaine manière l’Empereur. Mais après une émeute le 24 février 1791 qui chasse les députés des États de l’hôtel de ville, les bagarres se multiplient au point que le Magistrat doit prendre la décision extraordinaire de faire fermer les cabarets16 !, cependant que le gouvernement autrichien multiplie les arrestations. L’année 1791 s’achève donc dans une ambiance aussi agitée que 1789, à la différence près que les principaux leaders sont tous en exil. Mais à partir de 1792, c’est à partir de la France que le destin belge se joue.

L’interruption sous le régime français

27En 1792, puis de nouveau en 1794, les armées de la République française envahirent la Belgique sans ménagement. Même si les principes de libération démocratique guidaient sincèrement troupes et officiers, à l’instar de Dumouriez, la difficulté de l’entretien et de l’approvisionnement de l’armée en campagne, joints à l’idée généralement admise en France de la prospérité belge, conduisirent rapidement, et même avant le décret du 15 décembre 1792, au pillage et à l’exploitation systématique du pays occupé. Bien plus que les principes républicains, ce sont les lois de la guerre en vigueur au xviiie siècle qui guident les nouveaux dirigeants du pays. Ainsi le désarmement des populations conquises, un usage qui s’était répandu à la suite des conquêtes françaises au xviie siècle, fut ordonné dès 1792 dans les villes et campagnes belges et la police locale confiée aux autorités militaires. Ce désarmement resta évidemment en grande partie théorique, et on peut imaginer qu’il y eut plus de fusils cachés dans les maisons que de fusils confiés aux commissaires français. Néanmoins, le désarmement des civils et le transfert de la police aux militaires français anéantit instantanément toute organisation de gardes bourgeoises ou autre service volontaire dans les villes ou campagnes belges. Il n’était évidemment pas question non plus de la part de l’occupant de transférer dans ce pays peu favorable aux idées républicaines l’institution des gardes nationales françaises. L’invasion française signa donc la mort du service bourgeois traditionnel, même sous sa forme revivifiée par les volontaires de 1787 et 1789.

  • 17 Les éléments sur cette « garde nationale soldée » de Bruxelles en 1792-1793 sont tirés d’un dossie (...)
  • 18 Parmi ces candidatures, celle de François Rentiers, datée du 31 décembre 1792, est révélatrice :
    «  (...)

28Cependant, très rapidement, les représentants français furent confrontés à la nécessité de maintenir l’ordre dans le pays, alors que l’invasion avait détruit les administrations policières autrichiennes et que l’armée française, appelée sur d’autres fronts, ne pouvait suffire à la tâche. La société des amis de la liberté et de l’égalité de Bruxelles avait bien proposé en novembre 1792 de former dans la ville une garde nationale volontaire, au nom de la souveraineté du peuple belge, mais le 6 décembre 1792 à Bruxelles, les représentants provisoires de la ville décrètent l’établissement d’une « garde nationale soldée » de 300 hommes pour assurer la police dans la ville17. Il s’agit donc bien de mettre en place une force de police professionnelle payée et non un service militaire gratuit de la part des habitants. D’ailleurs l’expression « garde nationale soldée » est ici employée tout à fait indifféremment avec l’expression plus traditionnelle de « garde municipale soldée » ou de « milice municipale » comme on le disait à la fin de l’Ancien Régime. Parmi les 300 gardes nationaux à recruter, les représentants décident d’ailleurs d’incorporer les 14 « soldats de ville » composant la milice municipale antérieure, évidemment sous condition qu’ils prêtent un serment civique. La formation de cette police suscite des candidatures pour les charges d’officiers, de la part de Belges qui font état de leur adhésion aux idées républicaines, de leurs services dans les révolutions belges, mais aussi de leur expérience dans des institutions policières antérieures18. Le coût de la solde annuelle, l’équipement et l’habillement de cette « garde nationale soldée » est évalué à plus de 61 000 florins. Le comité militaire propose de financer cette somme importante par une collecte dans les maisons, suivant le principe que tout le monde doit participer à l’entretien d’une force publique établie dans l’intérêt de tous. L’ambivalence du vocabulaire, déjà remarquée dans l’appellation de garde nationale ou de milice municipale se retrouve dans la contribution demandée aux habitants, appelée tantôt « don patriotique » ou, dans le plus pur style d’Ancien Régime, « compositions d’exemption » du service, la seule différence notable étant ici que le nouveau régime balaie sans problème la question des privilégiés exemptés à la fois du service personnel et de sa rédemption. Même si quelques officiers de cette nouvelle police perçurent quelque traitement au début de l’année 1793, il est plus que probable que l’institution ne put réellement être organisée. Le manque de fond était trop criant, à un moment où l’armée même n’est pas payée. La reprise des combats et la défaite de Neerwinden le 18 mars 1793 firent avorter le projet.

  • 19 Articles VII et VIII du décret des représentants du peuple du 4 messidor an II.
  • 20 Suite du Recueil des proclamations, arrêtés &c, émanés des représentants du peuple et de l’adminis (...)

29Les mêmes causes produisant les mêmes effets, après Fleurus, les autorités militaires françaises exigent de nouveau le désarmement des Belges occupés et s’emparent de la police des places conquises19. L’arrêté des représentants du peuple envoyés près les armées du Nord et de Sambre et Meuse, du 27 thermidor an II (14 août 1794) récapitule l’ensemble de ces dispositions. À Bruxelles une garde communale est rétablie, tandis qu’à Namur, place forte militaire, ce sont les soldats qui assurent la police de maintien de l’ordre. Mais devant la multiplication des désordres et des émeutes frumentaires, surtout dans les campagnes pendant le printemps et l’été 1795, il faut de nouveau penser à confier la défense des biens aux populations elles-mêmes. Pas question cependant d’organiser des gardes nationales. Le pouvoir français reste très prudent. Ainsi l’arrêté du 12 floréal an III20 qui prévoit l’organisation de patrouilles par les municipalités, ne leur permet d’être armées que de fourches, solution qui se révèle rapidement ridicule face à des « brigands » déterminés et armés de fusils. En définitive, dans les campagnes belges, pendant toute la période française, le maintien de l’ordre ne passera pas par un engagement volontaire des citoyens mais par l’organisation d’une gendarmerie efficace, amalgamant recrues françaises et recrues belges. Dans les villes, la situation varie selon l’importance des garnisons, mais le recours aux citoyens ne semble plus jamais réellement proposé, des forces de police professionnelles sont organisées. Il faut attendre l’Empire pour que la question des gardes nationales se pose à nouveau en Belgique.

Les gardes nationales de l’Empire

  • 21 Archives de l’État à Anderlecht, préfecture de la Dyle, portefeuille 1006, dossier Garde nationale

30La première mention d’une Garde nationale dans les départements belges date de l’été 1804. Les préfets reçoivent de Paris l’ordre d’y organiser des délégations, équipées d’un uniforme et d’un drapeau, afin de se rendre à la cérémonie du sacre de l’Empereur. On est donc bien loin des gardes civiques de la Révolution. Dans le département de la Dyle, l’opération ne suscite guère l’enthousiasme. Les notables belges pressentis se défilent sous les prétextes habituels : maladie, affaires ou impossibilité de faire face aux frais du voyage. Il faut que le Préfet leur octroie une indemnité conséquente pour arriver à réunir les seize hommes représentants le département21.

31À Namur on ignore également tout des gardes nationales. En 1805, sur les instances réitérées du préfet Péres, le maire accepte de mettre en place une garde de quelques civils pour remplacer les militaires à la surveillance des magasins à poudre de la citadelle, mais cette dizaine d’hommes salariés ne peuvent en aucun cas être considérés comme une garde bourgeoise ou nationale.

  • 22 Georges Carrot, La Garde nationale (1789-1871), Une force publique ambiguë, Paris, L’Harmattan, 20 (...)

32La seconde occasion d’organisation d’une Garde nationale en Belgique est liée à l’affaire de Walcheren en 1809. On sait que, pendant l’absence de Napoléon, alors en Autriche, Fouché, ministre de l’intérieur décida de relancer les gardes nationales pour faire face au débarquement anglais22. Cette fois il est question d’une véritable mobilisation dans les départements belges, mais alors que la menace anglaise disparaît rapidement, la correspondance entre le préfet Latour du Pin et le ministère révèle un fossé profond d’incompréhension entre Paris et Bruxelles. Le préfet doit d’abord, à plusieurs reprises, expliquer qu’il n’existe pas de Garde nationale dans les départements belges, et qu’il y a donc beaucoup plus à faire que de la mobiliser, puisqu’il faut la créer entièrement à partir de rien. Au début du mois d’août, à la suite du départ rapide des troupes françaises de la ville et en raison de l’arrivée des forçats d’Anvers écartés par précaution des côtes, il a formé une garde de police de 800 hommes, qui n’a pas rencontré de difficultés car il s’agissait d’assurer la sécurité de la ville, mais la mise sur pied d’une Garde nationale destinée à un service militaire actif serait beaucoup plus difficile. La Tour du Pin doit ensuite avouer que les Belges ne montrent aucun enthousiasme pour défendre leurs propres côtes. Le pays se prêtera plus volontiers à payer qu’à s’engager affirme-t-il en substance, les belles proclamations patriotiques n’ont aucune effet sur une population soumise mais pas réellement ralliée en profondeur à la France. Dans une longue lettre du 13 août 1809, La Tour du Pin se justifie auprès du ministre de la Police face aux reproches transmis par le conseiller Réal :

  • 23 Archives de l’État à Anderlecht, préfecture de la Dyle, portefeuille 1305.

« Je dis la vérité toute nue, ainsi je ne sais ce qu’on veut dire avec de l’élan, de l’enthousiasme : il n’y a pas trace de tout cela dans le pays, de la soumission, de l’exactitude à payer les impôts. Voilà ce qu’on est sûr d’y trouver ; mais me dire : “vous trouverez, Monsieur, dans l’esprit de vos administrés autant d’énergie pour la défense des côtes qu’ils ont témoigné de bonne volonté pour la garde de Bruxelles”, cette phrase là, Monseigneur, est bonne pour un journal, mais de bonne foi, croit-on qu’elle contienne l’apparence de la vérité. Quoi, des bourgeois, des pères de famille, qui entendent tous les jours le canon, partiront du même cœur pour s’y exposer comme ils partent pour maintenir l’ordre et la tranquillité autour de leurs magasins.
En France on trouverait peut-être l’esprit, l’enthousiasme dont parle Mr Réal, mais je défie à personne vraiment instruite de l’état de ce pays de le voir ici, et à qui que ce soit de le créer23. »

  • 24 Ibidem, portefeuille 1304.

33En dépit des résistances, le préfet parvient à organiser la levée des gardes nationales du département et à réunir, au moins sur le papier les 740 hommes exigés de Bruxelles, grâce d’ailleurs à des remplacements massifs. Mais dès le mois de septembre, ces gardes nationales ne sont plus d’actualité, et en octobre le ministre ordonne de ne pas engager des frais pour leur équipement, dans la mesure où elles ne seront probablement pas appelées. Le 23 octobre, le ministre enjoint le préfet de laisser tomber le contrôle de la Garde nationale pour s’occuper en priorité de la conscription de l’année24.

  • 25 AN, F9, 647B, dossier 2.

34En Sambre et Meuse, département bien éloigné de l’invasion anglaise, le préfet Péres se montre encore plus prudent que son collègue de Bruxelles. Certes il applique les ordres et met en place les recensements et convocations nécessaires, mais avec beaucoup de précautions, présentant l’organisation des gardes comme un moyen de lutter contre le brigandage25. En 1812 encore, à une enquête sur la garde nationale de la ville de Namur, Péres répond toujours :

  • 26 AN, F9, 647 B, dossier 3. Lettre de Péres du 2 février 1812.

« La garde nationale n’a jamais été organisée à Namur, mais il a été, à défaut de garnison, créé une garde de police, qui est composée des individus de l’âge de 18 à 60 ans, dont il a été formé un rôle sur lequel on fait les mutations au fur et à mesure que les circonstances l’exigent26. »

Permanences et ambiguïtés

35Depuis l’Ancien Régime jusqu’aux derniers temps de l’Empire napoléonien, les populations urbaines de Bruxelles et Namur ont donc connu des formes diverses d’engagement militaire civique. Dans cette histoire ponctuée de renaissances et d’assoupissements successifs, la persistance du vocabulaire peut masquer des modifications profondes d’objectifs et d’enjeux politiques, cependant que des constantes fonctionnelles traversent et unifient toute la période. Dans les permanences structurelles, trois types de problèmes liés à l’institution des gardes nationales et assimilées apparaissent, l’un dans l’organisation interne, les deux autres dans les rapports qu’elle entretient avec des institutions concurrentes.

  • 27 Archives de l’État à Anderlecht, préfecture de la Dyle, portefeuille 1006, dossier Garde nationale
  • 28 S. Dupont-Bouchat, « Les forces conservatrices face au courant réformateur dans la province de Nam (...)

36Que ce soit dans les milices bourgeoises d’Ancien Régime, dans les compagnies de volontaires de la Révolution ou dans les gardes nationales de l’Empire, l’institution, pourtant vouée à la traduction d’un unanimisme politique urbain, se divise toujours dans la pratique. Alors même que l’engagement citoyen devrait transcender les différences sociales et les différents politiques, l’efficacité même de l’institution souffre de divisions internes. On a évoqué les effets désastreux de la division des volontaires en 1789. Mais en dehors de ces oppositions proprement politiques, et dans un registre bien proche des querelles de préséance de l’Ancien Régime, le sous-préfet de Louvain doit avouer en 1804 que les réticences de certains des notables qu’il a sollicité pour faire partie des délégations de gardes nationales invitées au sacre de l’Empereur proviennent de leur crainte d’être confondus avec les gardes de police employés à Bruxelles, et qui sont des petites gens, salariés pour leur travail27. De même lorsque le gouvernement autrichien avait voulu obliger les bourgeois de Bruxelles à monter la garde en personne en 1782, une partie de leur mécontentement provenait de leur répugnance à partager le poste toute une nuit durant avec des gens de peu. Même pendant la Révolution brabançonne, l’enthousiasme de la mobilisation anti-autrichienne n’alla pas jusqu’à faire oublier les différences sociales. À Namur, les débordements aux allures carnavalesques de la brigade populaire des portefaix28 ne furent guère appréciés des élites engagées dans les Volontaires de la Société patriotique.

37Certes, ces divisions se rencontrent aussi en France. Mais peut-être peut-on hasarder l’hypothèse selon laquelle les événements de 1789 et 1790 avaient suffisamment marqué l’institution dans un contexte révolutionnaire égalitariste, permettant de conserver un certain unanimisme, alors que la Belgique, entre la « révolution conservatrice » de 1788-90 et l’occupation française, n’eût guère l’occasion d’une véritable expérience démocratique ?

38Outre ces divisions, les gardes bourgeoises ou nationales belges sont affaiblies par leur concurrence avec l’armée.

39Le service bourgeois était à l’origine un service militaire, mais à partir de l’époque où ce service était rendu plus efficacement par l’armée professionnelle, les gardes bourgeoises ne furent plus considérées que comme des sortes de troupes subsidiaires, utilisables seulement lorsque les troupes réglées étaient absentes de la ville. Même en dehors de tout contexte politiquement tendu, les militaires n’apprécient pas du tout de devoir partager les postes de surveillance ou les patrouilles dans les rues avec des « soldats de bourgeoisie » qu’ils jugent grotesques. Au xviiie siècle, comme sous l’Empire, les gouvernements qui tiennent la Belgique ne pensent à réorganiser des gardes bourgeoises ou des gardes nationales que lorsqu’il n’est pas possible de maintenir des garnisons suffisantes dans les villes éloignées du théâtre principal de la guerre. Le mépris dans lequel les militaires tenaient les gardes bourgeoises contribuait à dévaloriser le service bourgeois dans l’ensemble de la société civile.

40Aussi faut-il attendre en Belgique la grande mobilisation des volontaires de l’armée de Van der Mersch et ses succès inespérés sur les troupes autrichiennes, pour que ce service retrouve une forme d’honorabilité. Mais cette confusion du service militaire et du service bourgeois déplaisait souverainement aux officiers des troupes réglées. Ainsi en janvier 1788, le commandant d’Alton, chargé du rétablissement de l’ordre autrichien à Bruxelles plaide-t-il pour une meilleure séparation des fonctions entre le civil et le militaire, s’accompagnant d’une réconciliation entre les deux états :

  • 29 AGR, Conseil de Gouvernement général, carton 578, Note du commandant d’Alton du 7 janvier 1788.

« Il y a trop longtemps que la distinction entre les bourgeois et les soldats a lieu, il est enfin temps qu’elle soit abolie, car ils sont nés d’un même pays, sujets d’un même maître et ont de part et d’autre leurs devoirs à remplir envers lui, qui sont différents à la vérité, mais qui cependant conservent une connexion intime entre eux. Le mélange de ces devoirs semble avoir donné lieu à l’origine et à la conservation de ces bourgeois amphibies [sic], et cet abus invétéré non seulement est à charge à la plupart des individus mais est encore accompagné d’une circonstance qui est entièrement contraire au service militaire du Monarque, en ce que soit par commodité ou par raison d’occupation, ce n’est pas le bourgeois qui veille à la garde mais l’homme stipendié par eux, lequel transport de leurs devoirs à d’autres arrachent aux régiments beaucoup de ceux qui ont fini leur capitulation quoiqu’ils ne puissent parvenir à ces bénéfices que par un service de 12 ans.
D’après ces circonstances le très louable Gouvernement voudra bien considérer que la milice municipale est non seulement une charge pour le bourgeois mais aussi un mal pour le militaire, et devroit être d’autant plus diminuée jusqu’au petit nombre nécessaire pour veiller aux objets de police tels que d’arrêter les vagabonds et de veiller à l’ordre des marchés et des cabarets, qu’on s’engage de la part du Commandant Général de donner commission à tous les subordonnés de prêter en tout cas la main au Lieutenant-Amman de Bruxelles et aussi au cas que le Magistrat de la ville le trouvat nécessaire de se charger de la garde de l’hôtel de ville moyennant un officier et 30 hommes par quel arrangement il résulteroit un avantage considérable pour les bourgeois grevés par le système des serments et des gardes29. »

41Certes les circonstances n’étaient alors guère favorables aux volontaires, mais on a vu que les autorités françaises du Directoire se méfièrent également beaucoup des gardes bourgeoises belges, et sous l’Empire, alors même que les civils belges étaient soumis à la conscription, les gardes nationales ne furent pratiquement pas organisées.

  • 30 Archives de l’État à Anderlecht, préfecture de la Dyle, portefeuille 434.
  • 31 C. Denys, Police et sécurité au xviiie siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, (...)

42Privées d’engagement militaire civique, le service des gardes nationales belges se réduisit uniquement à un service de maintien de l’ordre, ce qui les mettait cette fois en concurrence immédiate avec des formes de police professionnelles plus efficaces, et ne permettait aucune transcendance idéologique du service. Ainsi à Bruxelles en 1802, alors que le départ de la garnison pose le problème de la réorganisation de la police urbaine, le préfet, en total accord avec le maire, décide de ne pas se lancer dans la création d’une « garde nationale sédentaire » à l’instar des villes françaises, mais d’investir le corps des pompiers de la ville des fonctions de police, en leur donnant le nom de « garde municipale30 ». À Namur également, la question de la Garde nationale n’est soulevée que lorsque l’armée s’en va et qu’il faut établir une garde de police. Or le remplacement des gardes bourgeoises par des polices professionnelles était déjà très largement réalisé dans de nombreuses villes de la région au xviiie siècle, où les gardes traditionnelles avaient été remplacées par des guets professionnels31.

  • 32 … et se perpétue encore de nos jours dans les « marches » organisées chaque année par les villages (...)

43Plus encore, alors que les gardes nationales de l’Empire étaient en France à la fois des forces de police intérieure mais aussi des réserves dans lesquelles l’armée pouvait puiser, ce qui sous-entendait l’équivalence entre un service civique urbain et un service militaire national, les administrateurs de la Belgique, peu sûrs du pays, réussirent à épargner aux gardes nationales belges ce second devoir alors que la conscription soulevait déjà des difficultés. Toujours, les notables qui acceptent d’être inscrits aux rôles des gardes nationales ne le font qu’à la seule condition, parfois ouvertement exprimée, que leur service n’exigera pas un véritable service personnel. La Belgique n’avait pas eu de gardes nationales révolutionnaires, elle n’aura pas davantage de gardes nationales pénétrées du patriotisme impérial, alors même que l’attachement à l’Empereur se rencontra dans les troupes belges agrégées à la Grande Armée32.

44En définitive, le caractère purement policier des gardes nationales belges sous l’Empire entérinait donc et prolongeait même d’une certaine manière l’évolution policière des gardes bourgeoises d’Ancien Régime. Privées de service militaire actif et de participation politique, les gardes nationales belges rejouent en accéléré, pendant l’Empire, l’évolution qui s’était produite en trois siècles sous l’Ancien Régime : dépossédées de leur devoir militaire par la professionnalisation des combats comme elles avaient été dépossédées de leur participation à la vie politique locale par l’oligarchisation des échevinages aux xvie-xviie siècles, il ne restait plus aux milices bourgeoises qu’à disparaître au profit de polices professionnelles dans le courant du xviiie siècle. De là ce sentiment qu’en Belgique, l’histoire des gardes nationales ne fait que rejouer un scénario déjà vu, que l’histoire balbutie et se répète, et de là l’ambiguïté maintenue jusqu’au bout, d’un vocabulaire anachronique, dépourvu de sens, comme l’exprime crûment un conseiller de la préfecture, remplaçant le préfet Péres, opportunément malade en décembre 1813, et répondant ainsi au ministre de l’Intérieur :

  • 33 AN, F9, 647B, dossier 4.

« Dans votre circulaire du 24 de ce mois, relative à l’exécution du décret impérial du 17, sur l’organisation de corps de gardes nationales affectées à la garde des places et au maintien de la tranquillité publique, vous m’invitez à procéder à la formation dans la ville de Namur d’une cohorte de 1re classe. L’organisation d’une cohorte de garde nationale à Namur me paraît impossible dans le moment actuel. L’établissement de cette garde a toujours exaspéré les esprits des habitants, non seulement de cette ville, mais de tout le département, au point qu’en 1809 lorsqu’il en fut question, des écrits séditieux étaient placardés pour exciter les citoyens à la révolte. L’esprit public, en général, est bon dans la ville de Namur, comme dans toutes les autres parties du département, où l’on ne désire et l’on ne demande que la paix, mais il est ébranlé par les circonstances et par des insinuations adroitement glissées par des ennemis du gouvernement, en sorte qu’il serait peut-être à craindre de procéder à la formation de la cohorte dont il s’agit. D’ailleurs le but du décret du 17 de ce mois est de maintenir la tranquillité publique dans les villes et ce but est atteint pour la ville de Namur par le règlement sur l’organisation d’une garde bourgeoise sédentaire dont je vous adresse ci-joints deux exemplaires. Vous voyez, Monseigneur, que les mesures sont prises à Namur pour le maintien de l’ordre, en cas d’évènement. Peu importe, me semble-t-il que la tranquillité soit maintenue par une garde bourgeoise ou par une garde nationale, le mot ne fait rien à la chose et cependant un mot pour un autre peut influer beaucoup sur les esprits. Veuillez donc, je vous prie, ne point exiger l’organisation à Namur d’une cohorte de garde nationale et y laisser subsister la garde bourgeoise qui vient d’y être établie, en considérant que son institution a aussi pour objet la défense et le maintien de l’ordre intérieur, objet, qui je n’en doute pas, sera parfaitement rempli33. »

Notes

1 Rappelons que dans les villes des anciens Pays-Bas, le service militaire bourgeois pouvait s’exercer dans les gardes et guets bourgeois, ou dans les « serments », c’est-à-dire des unités spécialisées dans le maniement d’une arme : arc, arbalète, épée, arquebuse, fusil, canon, souvent réservées aux notables. Sur le déclin du rôle militaire des gardes bourgeoises, voir André Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au xviiie siècle », Annales de la Faculté des lettres et sciences humaines de Nice, 1969, p. 241-277, republié dans Les hommes, la Guerre et la Mort, Paris, 1985, p. 221-257.

2 Archives de l’État à Namur (AEN), Ville de Namur, dossier 930 : compagnies bourgeoises, guets de gardes, échasseurs. Les derniers éléments sur la garde bourgeoise datent des années 1702-1705. Le 10 juillet 1706, le roi supprime la garde bourgeoise de Namur, désormais gardée par une forte garnison.

3 AEN, Ville de Namur, dossier 931. Mémoire pour une garde bourgeoise à Namur à l’intention du compte de Koenigsegg, plénipotentiaire de l’Empereur, 6 décembre 1715.

4 AEN, Ville de Namur, dossier 930. Chemise sur les gardes bourgeoises en 1782.

5 Ibidem. Voir également J. Borgnet, « Histoire des compagnies militaires de Namur », Mémoires de l’Académie royale de Belgique, t. XXIV, Bruxelles, 1852, p. 1-89.

6 Archives générales du Royaume à Bruxelles, (AGR), Conseil privé autrichien, carton 260 B. Avis du Conseil de Brabant du 13 juillet 1744.

7 La coïncidence avec la fin de la guerre de Sept Ans est peut-être ici fortuite, les Pays-Bas autrichiens n’ayant pas été directement affectés par ce conflit.

8 AGR, Conseil privé autrichien, carton 260 A.

9 On a donné un aperçu de ce débat dans C. Denys, « Les projets de réforme de la police à Bruxelles à la fin du xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, t. 115, 2003, 2, p. 807-826.

10 J. L. Polaski, Revolution in Brussels, 1787-1793, Académie royale de Belgique, Mémoires de la classe des lettres, coll. « In-8° », 2e série, t. LXVI, fascicule 4, 1985, p. 57.

11 A. Henne et A. Wauters, Histoire de la ville de Bruxelles, t. 2, reprint s. d., Bruxelles, éditions Libro-sciences, p. 324.

12 AEN, Ville de Namur, cartons 930 et 371.

13 AGR, Conseil de Gouvernement général, cartons 578-579.

14 J. L. Polaski, op. cit., p. 151-152.

15 D’après Henne-Wauters, op. cit., p. 384, la compagnie dirigée par Walckiers tenta de s’opposer aux désordres, en faisant feu sur les pillards, mais désavoué par les États, il doit licencier sa compagnie et s’enfuir.

16 J. L. Polasky, op. cit., p. 194-196.

17 Les éléments sur cette « garde nationale soldée » de Bruxelles en 1792-1793 sont tirés d’un dossier conservé aux Archives Départementales de Lille, sous la cote L 4585.

18 Parmi ces candidatures, celle de François Rentiers, datée du 31 décembre 1792, est révélatrice :
« Au citoyen Rosière, lieutenant général des armées de la république belgique à Bruxelles, Citoyen général :
Le citoyen François Rentiers habitant bourgeois de Bruxelles, fils de maître brasseur, marié, lequel selon actes ci jointes, a servi chez les autrichiens, le premier terme en qualité de fusilier, ensuite prévenu de sa capacité on lui ordonna la place de capitaine d’arme eu égard à son acte de capitulation jointe à la présente en date du 1er juillet 1783.
Le citoyen dont ses vues fixées sur la liberté qu’il chérissoit plus que la charge de capitaine d’armes, préféra une moindre charge dans le sein de sa patrie et quitta sans regret les drapeaux de l’infâme despotisme pour rejoindre ceux d’une liberté qu’il chérissoit. Il choisit donc son emplacement dans la compagnie de Vandersteeken pour la police, jusqu’au repliement de toute l’armée, peu de moment après il se vit forcé de se rejoindre aux autrichiens où il fut reçu pour recruteur, jusqu’à ce que nos généreux libérateurs les François nous ont réintégré dans l’enthousiasme d’égalité et de liberté.
Et comme les vrais principes militaires lui sont connus à une perfection d’une longue pratique, que d’ailleurs il connoit l’usage du régime du peuple de cette ville, aux moyens de les contenir en respect, chose qu’il a sensément pratiquée avec prudence et équité comme brigadier chez les susdits de Vandersteeke pendant tout le terme de la révolution.
Et comme il vient d’apprendre que l’on alloit former un corps de bourgeoisie national pour laditte ville pour y maintenir le bon ordre, sur quoi il prend la liberté citoyen général, de vous présenter son service pour vous voulussiez l’incorporer en office selon sa capacité et celle qu’il pourroit le mieux remplir serait celle de sergent major, ou telle autre que votre sage pénétration voudra bien lui accorder. »

19 Articles VII et VIII du décret des représentants du peuple du 4 messidor an II.

20 Suite du Recueil des proclamations, arrêtés &c, émanés des représentants du peuple et de l’administration centrale supérieure de la Belgique, Bruxelles, éd. Hayez, an III, f° 121-124, Bibliothèque royale de Belgique, VB 3251, t. 2.

21 Archives de l’État à Anderlecht, préfecture de la Dyle, portefeuille 1006, dossier Garde nationale.

22 Georges Carrot, La Garde nationale (1789-1871), Une force publique ambiguë, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 183-185.

23 Archives de l’État à Anderlecht, préfecture de la Dyle, portefeuille 1305.

24 Ibidem, portefeuille 1304.

25 AN, F9, 647B, dossier 2.

26 AN, F9, 647 B, dossier 3. Lettre de Péres du 2 février 1812.

27 Archives de l’État à Anderlecht, préfecture de la Dyle, portefeuille 1006, dossier Garde nationale.

28 S. Dupont-Bouchat, « Les forces conservatrices face au courant réformateur dans la province de Namur à la fin de l’Ancien Régime (1772-1789) », P. Lenders (éd.), La fin de l’Ancien Régime en Belgique, Heule, UGA, 1991, p. 141-160.

29 AGR, Conseil de Gouvernement général, carton 578, Note du commandant d’Alton du 7 janvier 1788.

30 Archives de l’État à Anderlecht, préfecture de la Dyle, portefeuille 434.

31 C. Denys, Police et sécurité au xviiie siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, L’Harmattan, 2002.

32 … et se perpétue encore de nos jours dans les « marches » organisées chaque année par les villages d’entre Sambre et Meuse !

33 AN, F9, 647B, dossier 4.

Auteur

Maître de conférence à l’université Lille 3

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540