Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Deuxième partie. Genèse et création

Les formations suisses, substituts aux gardes nationales dans les capitales provinciales en 1789-1790

Alain-Jacques Czouz-Tornare

Texte intégral

En quoi consiste le service militaire des Suisses en France ?

  • 1 Voir à ce sujet C. Salerian-Saugy, La justice militaire des troupes suisses sous l’Ancien Régime, (...)
  • 2 Voir notre thèse : Les troupes suisses capitulées et les relations franco-helvétiques à la fin du (...)

1L’emploi de troupes suisses était en quelque sorte consubstantiel à l’alliance franco-suisse qui remontait à 1521. Par l’entremise de l’Alliance, la France garantissait une partie vulnérable de sa frontière de l’Est et contrôlait les cantons suisses placés au centre de l’Europe comme gardiens des cols alpestres. Cheville ouvrière de ce système, le service militaire des Suisses était un paramètre que les régimes, quels qu’ils fussent, devaient prendre en considération. Ces unités militaires restaient soumises aux juridictions cantonales. Ainsi, les lois et les coutumes du canton recruteur réglementaient la vie au régiment1. Certes, les soldats étaient en quelque sorte loués au roi de France, mais ils marchaient sous leur propre bannière, précédés de leur propre musique et encadrés par des officiers de leur Nation. D’autre part, la Diète et les cantons se réservaient le droit de rappeler en tout temps leurs contingents, ce qui advint au printemps 1792 avec le régiment bernois d’Ernst, anticipant le rappel général décidé par la Diète en septembre de la même année. Les capitulations faisaient du service des Suisses en France un véritable État dans l’État. Ainsi, les auxiliaires suisses, avec leur justice particulière, la franchise religieuse, les exemptions d’impôt, étaient en quelque sorte exterritorialisées2. La France comptait en 1789, 11 régiments suisses, à deux bataillons de 9 compagnies, sans compter les Cent-Suisses et le régiment des Gardes-Suisses, qui figuraient dans la Maison militaire du roi. Ces 14 076 Suisses sont présents dans plusieurs divisions militaires d’importances stratégiques, puisque couvrant les frontières du Nord et de l’Est de la France et plus accessoirement celles du Sud-Est.

Un authentique Corps royal de Sécurité

  • 3 Archives nationales (AN), Paris, AF IV 1701.
  • 4 Charles-Louis Lesur, Précis historique et politique des alliances et capitulations militaires entr (...)

2Les troupes nationales permanentes étaient peu fiables, tandis que les Suisses représentaient le noyau stable et performant des forces armées, un véritable pilier de la Monarchie. Elles ne servaient plus finalement, depuis la guerre de Sept Ans, qu’à la garde intérieure du Royaume, abstraction faite des unités placées sur les places frontières de Maubeuge, Sarrelouis, Givet, Bitche ou Landau. Dans de nombreuses provinces du Royaume, de la Bretagne au Dauphiné, de la Flandre à la Corse, en passant par l’Île-de-France et la Provence, les Suisses veillaient sur la Monarchie et ses biens. En cas de graves problèmes internes, les rois de France avaient pris goût à la solution de facilité de recourir aux « bons compères », comme Henri IV appelait ses alliés helvétiques. N’avaient-ils pas permis de rétablir quelques situations périlleuses lors de la Fronde ? Un document du ministère de l’Intérieur, intitulé « Observations sur la Suisse » et datant probablement de 1806, dit clairement : « La France qui d’abord avait pris des troupes suisses à son service comme moyen d’attaque, avait fini par ne plus les considérer que comme moyen de sûreté du Trône, de police intérieure3. » En 1818, C.-L. Lesur, dans son précis historique, montra que les troupes suisses étaient « une garantie toute puissante contre les soulèvements populaires, un boulevard assuré pour l’autorité monarchique4 ». Le service des Suisses en France avait à la fin du xviiie siècle, pour principal objectif le maintien de l’ordre et fonctionnait souvent comme police des marchés.

De la nécessité d’avoir recours aux troupes suisses à Paris comme troupes de maintien de l’ordre et de l’état de droit

  • 5 Cf. Pierre Miquel, La Grande Révolution, Paris, 1988, p. 83.
  • 6 Jean Chagniot, « Paris et l’armée au xviiie siècle », doctorat d’État, Paris, 1983, p. 654.
  • 7 Édouard Rethore, Le vieil Argenteuil présente… Les Garde-Suisses à Agenteuil et leur influence soci (...)

3À la veille de la Révolution, les exemples de la fragilité de l’armée française ne manquent pas, comme les crosses en l’air de l’émeute de Rennes. En juin 1788, déjà, l’émeute de Vizille montre que les troupes ne sont pas sûres et les Suisses sont appelés à la rescousse à Grenoble5. Sur les marchés, les Suisses sont d’ailleurs largement employés à prêter main-forte à une maréchaussée débordée. En avril 1789, on voit ainsi à Amiens le régiment de Diesbach utilisé à faire cesser le sac des maisons des marchands de grains. Les troupes suisses parent au plus pressé mais, ce faisant par leur présence même, contribuent à faire de l’armée royale à la veille de la Révolution « une Bastille dans la Cité nouvelle », qui inquiète la société civile, et ce d’autant plus que l’armée, comme l’a montré J. Chagniot, est de plus en plus mise au service de la police urbaine6 et que les régiments suisses étaient réputés pour être extrêmement stricts dans l’exécution des ordres reçus. Surtout celui des Gardes-Suisses, le premier des corps de la « Nation amie et alliée », chargé de couvrir les abords des résidences royales de Versailles, Marly et Saint-Germain7. Les trois bataillons de Rueil et Courbevoie peuvent intervenir rapidement par la porte Maillot et le Roule. Caserné à la butte Saint-Roch, au Roule et à La Grange-Batelière, le 1er bataillon de Gardes-Suisses forme avec les Gardes-Françaises l’essentiel des forces détenant « des droits de police dans Paris ». Les Gardes-Suisses participent aux services de police dans Paris dans les tâches les plus diverses. Des factionnaires suisses gardent des postes stratégiques comme des boulangeries et les moulins de la capitale.

  • 8 Service historique de l’armée de terre (SHAT), YA 298.

4Après l’affaire Réveillon, les gardes françaises donnent de plus en plus de signes de relâchement. Les Gardes suisses, les traditionnelles rivales, leur sont dès lors préférées, ce qui amplifie les discordes entre les deux troupes. On confie aux Gardes-Suisses, lors de la réunion des État généraux, un rôle de police prépondérant8. À la fin juin 1789, après la défection des Gardes-françaises les Suisses deviennent tout bonnement l’Ultima ratio regis de l’Ancien Régime. Cependant, les troupes suisses dispersées encerclent moins Paris qu’elles ne colmatent déjà les brèches d’un pouvoir chancelant. Le pire, c’est que cela se voit ! Conserver des positions et rester sur la défensive, telle semble avoir été en permanence l’attitude idéale préconisée par le haut commandement suisse. En un mot : maintenir l’État de droit. Et si le 13 juillet, le peuple ne se jette ni sur le Trésor royal ni sur la Caisse d’escompte, c’est bien aux Suisses qu’on le doit. Dans une lettre au général Mayenfisch de mars 1790, le major Bachmann raconte la situation intenable dans laquelle se trouvent les Gardes suisses le 14 juillet :

  • 9 SHAT, Ya 292.

« Ce jour-là, commandant les gardes Suisses dans Paris occupant 7 postes dont entre autres le Trésor royal et la Caisse d’escompte, je n’ai pu sauver ma troupe, et les postes qui m’étaient confiés que par la fermeté la plus tenace ayant été sommé 20 fois et menacé d’être réduit en poudre par la bourgeoisie armée et les gardes françaises ainsi que mes commandants de postes si je ne rendais pas les dits postes ou que je ne permette de les partager avec la bourgeoisie9. »

5Après le 14 juillet, la fuite des grands chefs militaires et l’éloignement des troupes, les Gardes suisses continuent leurs services dans des conditions difficiles, en des points stratégiques ou vitaux. Comme le relève Kayser, le grand juge aux Gardes suisses, dans son précis des événements de juillet 1789 envoyé au baron de Zurlauben :

  • 10 Aargauische Kantonsbibliothek, Aarau, Zurlaubiana, 92/54-57.

« Le régiment des Gardes suisses ayant été chargé dès le commencement des émotions populaires de garder le trésor royal, la caisse d’escompte, la halle aux blés et l’hôtel des fermes, a toujours conservé ces postes à la satisfaction de tout le monde. Depuis la formation de la milice bourgeoise, ces gardes se sont conjointement mis de bon accord, les Gardes-suisses dans l’intérieur et la garde bourgeoise en dehors10. »

  • 11 Jacques-Gamaliel Fonjallaz, « Journal d’un Garde-Suisse », Revue de Paris, 15 septembre et 1er oct (...)
  • 12 SHAT, dossier GB, 2e série, 631.
  • 13 Archives de l’État de Fribourg (AEF), fonds d’Affry, carton 34/284.

6Le 29 juillet, rapporte le soldat suisse G. Fonjallaz, les Suisses qui escortent « deux charrettes d’argent que l’on menait à la caisse d’escompte rue Vivienne » sont menacés par plusieurs centaines d’hommes. Fonjallaz signale que son détachement, de crainte d’être empoisonné, resta 36 heures sans boire et sans manger dans la Halle aux farines. Par ordre de l’Hôtel des Fermes, 36 hommes se rendirent à la Douane « parce que la populace voulait y aller ses pillages. Mais quand ils surent que les grenadiers suisses y étaient, ils changèrent de desseins ». Ils y restèrent pendant neuf semaines11. De son côté, du 14 juillet au 19 septembre 1789, l’officier Meyer de Schauensee commande un détachement à la halle aux blés de Paris. Comme l’écrit l’officier suisse, il « emporta l’estime de tous les bons patriotes et les certificats les plus honorables & les plus flatteurs de la municipalité de Paris12 ». Le service de France retrouve sa place naturelle aux portes des grands lieux officiels. De Versailles, le 15 octobre 1789, Louis-Auguste-Augustin d’Affry (1713-1793), l’Administrateur des troupes suisses, constate que son régiment « n’a pas cessé, non seulement de faire le service de la garde du Roi, mais encore de fournir à la garde du Trésor royal, de la caisse d’escompte, et des dépôts les plus précieux13 ». Dans une lettre du 27 janvier 1790, adressée à Hirzel de Saint-Gratien, lieutenant-colonel du régiment zurichois de Steiner, le major Bachmann détaillera le morcellement du régiment qu’il commandait :

  • 14 SHAT, Ya 292.

« Le régiment était morcelé en douze endroits par 100, 200 et 300 hommes, car la caserne de Courbevoie composée de 2 bataillons n’a pas même eu 300 hommes réunis dans sa caserne depuis le mois d’avril 1789 après la bataille du faubourg St Antoine contre les brigands qui ont pillé la maison Réveillon et ce n’est qu’à la fin du mois de septembre dernier que nos postes de la Caisse d’Escompte, du Trésor royal, de la ferme générale et de la halle au blé, ainsi que les 100 hommes de St-Germain en Laye, nous sont rentrés. Il est donc résulté que nous avons eu tous les jours 800 hommes d’employés pendant le fort de la révolution14. »

Les Suisses alimentent les premières formations de gardes nationales

  • 15 Joseph de Diesbach-Torny, « Les dernières années du régiment de Diesbach (1789-1792) », retranscri (...)
  • 16 Landesbibliothek Glarus N 4 : « Histoire du régiment suisse de vieux Stuppa, tirée de l’histoire m (...)
  • 17 SHAT, YA 373. Le major Bachmann parla de 113 désertions dans sa lettre au général Mayenfisch de mar (...)
  • 18 Staatsarchiv Graubünden, Archiv. v. Salis-Seewis, Schloss Bothmar, Malans, f° 142.
  • 19 Cf. S.-F. Scott, The Response of the Royal Army to the French Revolution, p. 67-69. Dans son ouvra (...)
  • 20 Archives départementales (AD), Seine, 2 AZ 243/4.

7En attendant que le nouveau régime ne se dote de nouvelles structures sécuritaires, les Suisses ont pu éviter à la France, le plongeon dans l’anarchie. Ils ont fermement accompagné la transition vers la monarchie constitutionnelle. Le récit du comte Joseph de Diesbach-Torny montre combien le régiment de Diesbach eut à souffrir après son départ de Paris : « Le régiment séjourna deux jours à Sèvres, ce qui lui fut très funeste, car on profita de ce moment-là pour débaucher une centaine de soldats qui désertèrent. Quand on les réclama à M. de La Fayette, il répondit qu’une armée se recrutait aux dépens de l’autre15. » Dans le journal de marche du régiment de Salis-Samade, Bachmann présente joliment les désertions sous la forme de l’ » enlèvement » de « ses hommes dont sa Majesté fit une cession au marquis de la Fayette pour composer la milice parisienne16 ». Dans le Précis relatant l’histoire du régiment de Salis-Samade en 1789, il est spécifié que finalement « la perte que fit le régiment les 14-15 et 16 juillet se monta à 108 hommes ». Jusqu’au 25 juillet, le régiment perdit encore 19 hommes « qui se jetèrent dans les troupes de Paris », ce qui fait un total de 127. Selon un état nominatif, 116 hommes du régiment de Diesbach « ont quitté les drapeaux pour se joindre à la milice nationale de Paris du 14 au 25 juillet 178917 ». Le 23 juillet 1789, l’officier Grison J.-Gaudenz von Salis, dans une lettre écrite à Pontoise, pense qu’ » environ 300 hommes de nos régiments suisses ont abandonné nos drapeaux, et sont enrôlées et retenus à la nouvelle milice nationale de Paris18 ». Leur situation fut rapidement régularisée. Les quatre régiments suisses les plus exposés ont été particulièrement malmenés et nombre de Suisses imitèrent les anciens soldats de l’armée de ligne qui désertèrent pour se réengager dans la Garde nationale19. Le 29 février 1792, le département des gardes nationales parisiennes de la municipalité de Paris paya à Palloy, lieutenant de la compagnie de Viara « la somme de 14 livres pour dépenses faites en 1789 relativement à la subsistance des Suisses enrôlés dans cette compagnie et dont la municipalité s’est chargée20 ».

  • 21 SHAT, Archives administratives. Classement général des officiers.

8De nombreux faux et vrais fils de Suisses nés en France rejoignent les troupes nationales, dans lesquelles ils purent monter en grade comme cet Antoine-Joseph-Gabriel Paradis, Fribourgeois d’origine, né à Tournai en Flandres, qui quitta le régiment de Salis-Samade le 14 juillet. Il s’enrôla dans le premier bataillon de Paris ; capitaine le 13 septembre 1792, il fut tué au siège de Landrecies le 12 juillet 179421.

  • 22 Capitaine dans la 1re compagnie de chasseurs nationaux en 1792, général de brigade le 13 juin 1793 (...)

9Il y eut même des désertions parmi les régiments suisses déplacés qui n’atteignirent jamais Paris. Le Genevois Jacques Dutruy (1762-1836)22, alors sergent-major dans le régiment de Vigier qui venait d’arriver à Brie-Comte-Robert, déserte avec 22 hommes, rejoint Paris le 11 juillet, s’engage comme volontaire de la compagnie du Centre, rue Quincampoix, puis devient chef du Comité de surveillance militaire. C’est à ce titre qu’il fut « chargé de porter la parole à La Fayette dans une députation qui lui fut faite pour presser son départ à Versailles lors de la journée du 5 octobre ». Il deviendra général de brigade le 13 juin 1793.

  • 23 Mémoires de Bailly, III, p. 54-58, voir aussi le Courrier d’Avignon, n° 66, 19 août 1789, p. 271. (...)
  • 24 Archives municipales (AM) Le Havre, H I/1.
  • 25 Aargauische Kantonsbibliothek Aarau, Fonds Zurlaubiana 91-610.
  • 26 Mémoires de Bailly, III, p. 85.

10Le régiment des Gardes suisses lui-même n’échappe pas au climat délétère ambiant. Le lundi 10 août 1789, des Gardes suisses, qui se sont engagés le 8 dans la Garde nationale du district du Roule, tentent de s’emparer des drapeaux de la caserne de Chaillot, incident lors duquel le nommé du Rocher, commandant la maréchaussée à Passy, fut tué par un Suisse d’un coup de fusil23. L’Assemblée des représentants de la Commune de Paris décide, le 14 août suivant, de suspendre les engagements de soldats dans la Garde nationale et de régulariser la situation des Gardes suisses engagés dans cette troupe française, en leur faisant obtenir un congé absolu24. 348 congés absolus furent ainsi délivrés25. En fait, le commandement suisse laissa partir ou chassa les éléments perturbateurs. Le lendemain, samedi 15 août, La Fayette rend compte à Bailly « qu’il avait réussi à éteindre les germes de division qu’on avait tenté de jeter dans le régiment des Gardes Suisses » qui a été assemblé sur la place de l’Hôtel-de-Ville et a prêté serment en présence de Bailly et de La Fayette26.

  • 27 Bürgerbibliotek Bern, Mss. Hist. Helv. Mut. XXI/a/11, document n° 5. Notes de Louis May à la relat (...)

11Sans aller jusqu’à se fondre dans la Garde nationale, les Suisses ont puissamment contribué à la fonder. Trois ans plus tard en Provence, on tenta de rééditer le coup de juillet 1789 à Paris, en cherchant à « débaucher » quelques Suisses du régiment d’Ernst afin de renforcer la Garde nationale. Louis de May affirme que les « exécrables brigands » tentèrent de « corrompre nos bas-officiers, on leur conseilla de massacrer ou de chasser leurs officiers, & qu’on les mettrait à leur place, ou bien d’abandonner le régiment & d’entrer dans la garde nationale où ils seraient fait officier27 ». Environ 4 000 Suisses licenciés en septembre-octobre 1792 entrent dans les armées françaises.

  • 28 AD Val-d’Oise, AM Pontoise, BB5.

12Les Suisses ne se contentent pas de fournir des forces vives à la Nation en armes, ils lui en fournissent également. En juillet 1789, les Suisses de Salis-Samade à Pontoise y collaborent étroitement avec la toute nouvelle garde bourgeoise. Le comité permanent de la ville de Pontoise accueille favorablement la proposition du chevalier de Bachmann, commandant du régiment suisse, de contribuer à l’armement d’ » une partie de la bourgeoisie », d’autant plus que le Comité rencontrait de la difficulté « de se pourvoir en armes ». C’est ainsi que Bachmann « a offert à M. le Comte Charles de Lameth de céder à la ville de Pontoise 60 fusils du régiment de Salis-Suisse sous condition expresse que dans la journée du 25 juillet 1789, M. le Comte Charles de Lameth obtienne et fasse adresser à M. le chevalier de Bachmann une permission de Sa Majesté qui l’autorisera à fournir les dites armes » qui seront payées d’ici le 15 septembre, 30 livres pièces28.

  • 29 SHAT, A 4/56.

13À Lyon, le Consulat informe le Comte de Saint-Priest, le 4 septembre 1789, que « la milice bourgeoise, qui, dans le principe, se refusait à l’admission des troupes, est accoutumée avec les Suisses, se mêle avec eux pour garder nos portes ; nos volontaires sont exercés par eux au maniement des armes29 ». Le 25 août 1791, les officiers municipaux de Rouen font une fois de plus l’éloge de la « conduite » du régiment suisse de Salis-Samade :

  • 30 Bibliothèque municipale (BM), Rouen, H 1 14.

« Nous officiers de la commune de Rouen, attestons que la conduite du régiment suisse de Salis-Samade depuis son arrivée en cette ville jusqu’à son départ, c’est-à-dire dans l’espace de deux années a été non seulement irréprochable mais encore digne des plus grands éloges […] qu’il a régné un accord inaltérable entre ses chefs et les officiers municipaux entre tous les individus qui le composent, & la garde nationale à l’instruction de laquelle il s’est employé avec autant de cordialité que de zèle, qu’ils doivent être accueillis par tous les bons Français comme des alliés fidèles, comme des amis, comme des frères que la cité les voit partir avec le plus vif regret et désirer ardemment son retour30. »

  • 31 AD Seine-Maritime, L 337.
  • 32 AD Seine-Maritime, Rouen, L. 884.
  • 33 AAE, CP, Suisse, 434, f° 386.

14Dans la lettre adressée le 16 août 1792 par le Conseil général de Rouen à Amabert, l’apport du régiment de Salis-Samade est souligné : « Que tant avant son départ pour Givet que depuis son retour, M. Bachmann s’est occupé avec le plus grand zèle de l’instruction de la Garde Nationale, soit en lui désignant des instructeurs pris parmi les soldats et les sous-officiers les plus instruits du régiment, soit en faisant lui-même exercer la Garde Nationale, toutes les fois qu’il en a été invité par les citoyens31. » De Gournay en Normandie, Rousset, membre du directoire du département, dans une lettre adressée le 15 août 1792 au procureur général syndic du département de la Seine-Maritime, propose d’ » attacher en France » les Gardes suisses présents en Normandie en les utilisant tout d’abord pour faire la moisson : « Si avec cela on leur présentait l’avantage d’une demi-solde, quel parti n’en tirerait-on pas, en leur rendant des armes à la suite, pour mettre en action nos gardes nationales villageoises qui ne savent comment s’y prendre pour manœuvrer32. » Les mêler à la Garde nationale était une idée dans l’air. En mai 1793, une « Note sur la réadmission des officiers et sous-officiers suisses au service de la République française » proposait la création de compagnies franches, puisque les officiers suisses désireux de retourner en France ne pouvaient passer dans les troupes de ligne ou dans la Garde nationale pour cause d’élection des places33.

Les Suisses et le maintien de l’ordre à Paris face à la Garde nationale

Garde suisse et Garde nationale auprès du roi

  • 34 Staatsarchiv des Kantons Solothurn (SAS), Fonds Benziger, Bd. III.
  • 35 Récit de Roll, op. cit., f° 11-12.
  • 36 Staatsarchiv des Kantons Luzern (SAL), PA 16682/799. Lettre du 28 octobre 1789 de Meyer de Schauen (...)

15La Garde française se volatilisa, les gardes du corps disparurent, mais les Suisses restèrent, semblant imperturbables. Durant toute cette période agitée, les Suisses agissent conformément à leur cahier des charges, évitent de se compromettre ouvertement dans l’aventure contre-révolutionnaire et s’en tiennent officiellement au strict cadre légal. Comme le relève Besenval dans un envoi à Roll, du 29 mai 1790 : « Je pense que le rôle des Suisses en France est de se tenir tranquilles et de ne se mêler que des affaires qui les regarde34. » F.-J. de Roll, capitaine aux Gardes suisses, témoin oculaire, nous a laissé un récit encore inédit des journées d’octobre35. Le 6 octobre au soir, à La Fayette qui lui demande « s’il voulait permettre que les Gardes-nationaux le gardassent » le roi répond « qu’il voulait bien y consentir, mais que cela soit conjointement avec mes Suisses qui seuls de toute l’armée me sont restés fidèles, ne m’ont point abandonné36 ». Le ton est donné : le roi signifie clairement que les Suisses auront toujours sa préférence dans son cœur.

  • 37 SAS, fonds Benziger, Bd. III.
  • 38 Sur Allimann voir SHAT, YB 64, f° 64.
  • 39 SHAT, Ya 292. Lettre du major Bachmann à son frère du 10 mai 1790.

16Les rapports entre Garde suisse et Garde nationale varient selon les époques et les circonstances. Comme le relève Besenval dans un envoi à Roll, du 29 mai 1790 : « Je crois que vous êtes assez content de la manière dont s’est terminée l’animosité qu’on avait excitée entre la garde nationale et nous. Nous sommes actuellement dans la plus grande cordialité qui j’espère durera37. » Les problèmes existent surtout avec les Suisses transfuges. Fin avril, début mai 1790, les anciens Gardes devenus « chasseurs des barrières » tentent avec « la canaille et même les mauvais sujets de la garde nationale » de « nous faire exécrer des Parisiens et nous brouiller avec la garde nationale afin de nous faire chasser de Paris », rapporte Bachmann à son frère, le 10 mai 1790. Oswald, un « gueux fuyard » sorti de la compagnie générale et propulsé officier chasseur, provoque l’adjudant Allimann, qu’il blesse en duel38. Afin d’apaiser les tensions avec la Garde nationale, d’Affry permit à ses officiers d’aller dîner chez les officiers chasseurs soldés, invita lui-même quelques jours plus tard, le chef de division de la Garde nationale et Gouvion, « major général et l’homme de confiance de M. de la Fayette et les 7 capitaines-chasseurs, à dîner chez lui pour cimenter la paix et l’harmonie ». Pour Bachmann, « il est très heureux que M. d’Affry donna ce dîner et nous amalgama par là avec ces messieurs », dans la mesure où le lendemain, un soldat de la compagnie générale tuait dans un duel un caporal de chasseurs, ce qui entraîna « des motions infâmes contre nous au Palais Royal ». La Garde nationale dut même intervenir pour sauver des Gardes dans Paris, menacés d’être « massacrés ou pendus par la Canaille39 ».

17Soldats suisses et français ne peuvent s’entendre à la longue. Sur le chemin du roi des Français, la Garde nationale trouva toujours la Garde suisse. Méprisés, humiliés par les Suisses, malgré tous les efforts de ceux-ci pour sauver les apparences, les gardes nationaux accumulent les griefs à leur encontre et jamais ils ne purent trouver leur place auprès du roi. En retour, Louis XVI ne put et ne voulut jamais s’appuyer sur la Garde nationale. Dès le 9 juin 1790, Marat s’insurge au sujet de l’indigne réception de la Garde nationale à Saint-Cloud et publie une lettre d’un garde national parisien :

  • 40 L’Ami du Peuple, n° 128, 9 juin 1790, in Œuvres complètes, II, p. 846.

« Nous n’avons eu que la garde des dehors ; les Suisses, ces étrangers stipendiés, avaient celle de l’intérieur, affront sanglant pour les enfants de la patrie. Enfin il y a peu d’indignités que nous n’ayons essuyées […] attentions recherchées pour les officiers suisses et les aides de camp du général, dédains marqués pour la garde nationale, propos insolents des femmes titrées. […] J’oubliais, Mr, de vous instruire d’une petite circonstance qui ne laissera pas d’ajouter aux humiliations que les gardes nationaux ont eu à dévorer à St-Cloud. C’était de voir les aides de camp du fidèle La Fayette, bras dessus, bras dessous avec d’insolents officiers, regarder d’un air dédaigneux les officiers patriotes et ne leur parler qu’en ricanant, spectacle honteux dont les perfides auteurs auraient bien dû payer de leurs oreilles l’infamie40. »

  • 41 Voir par exemple en janvier 1791 : BN, Paris, Mss. Nouv. Acq. fr. 2673, f° 48. TUETEY II, n° 2064, (...)
  • 42 BN, Mss. fonds français 11697, foi. 158. TUETEY, n° 3035, f° 158.
  • 43 BN, Mss. fonds français 11697, f° 156-157. Copie. TUETEY III, p. 294, n° 3034.
  • 44 SHAT, A 4 LXXI, 3e dossier, f° 10.

18Malgré le problème que posait aux propriétaires de maisons le logement des Gardes-suisses dans la capitale41, les autorités parisiennes leur faisaient confiance plus qu’à tout autre pour les missions délicates. Les 28-29 mai 1791, Bailly transmit à d’Affry42 et à La Fayette « le vœu, exprimé par les administrateurs de la caisse patriotique pour l’échange des assignats contre des petits billets, à l’effet d’obtenir quatre Gardes-Suisses qui seraient chargés de la police intérieure, et la permission de recourir, en cas de besoin, aux postes voisins de gardes nationales43 ». Le 1er avril 1791, le lieutenant-général d’Affry se voit confier la lourde tache de commander la division militaire de Paris et de l’Île-de-France. Le 5 novembre 1791, le ministre de la Guerre Du Portail informe Rochambeau que « le roi ayant jugé convenable de nommer M. d’Affry pour commander provisoirement en chef les bataillons de gardes nationales qui composent la réserve destinée à couvrir Paris, ceux de ces bataillons placés dans les départements de l’Aisne, de la Marne et des Ardennes passeront aux ordres de cet officier-général et ne feront plus en conséquence partie des troupes de la 1ère et de la 2e division44 ».

  • 45 Archives parlementaires, t. XXIX, p. 691 sq.
  • 46 Georges Carrot, Le maintien de l’ordre en France, thèse, vol. 1, chap. III, section 1, p. 104.
  • 47 Archives des Affaires étrangères (AAE), CP, Suisse, 423, f° 324/Archives fédérales Berne, p. 256.
  • 48 Archives parlementaires, vol. 44, p. 190.
  • 49 Voir par exemple en province la Gazette du département du Nord, n° CLIII, 1er juin 1792, p. 614 et (...)

19La constitution du 3 septembre 1791 dut régler la délicate question de la garde du roi45 confiée à une garde constitutionnelle46. Contre toute attente le statu quo prévalut47. La loi du 13 novembre 1791 assurait aux Suisses la présence d’une unité à la garde du souverain. C’est involontairement grâce à des Gardes Suisses que la Garde nationale put s’imposer comme troupe française de garde auprès du roi durant les derniers mois de la royauté. Le dimanche 27 mai 1792, à Neuilly, une douzaine de Gardes-Suisses de Courbevoie, arborent la cocarde blanche et en viennent brutalement aux mains avec la Garde nationale et quelques citoyens de cette commune48. Le procès-verbal de la municipalité de Neuilly fut déposé par Merlin sur le bureau de l’Assemblée. L’affaire fut montée en épingle par la presse qui y voyait le début d’une contre-révolution49. Prudhomme, rédacteur du journal Les Révolutions de Paris, relève que

  • 50 Les Révolutions de Paris, n° 151, 26 mai-2 juin 1792, p. 378.

« […] ce n’est qu’à la grande fermeté de la municipalité de Neuilly, & au courage des gardes nationales des environs, que Paris, que la France sont redevables de n’avoir pas vu, dès cet instant, éclater la guerre civile. La garde de Louis XVI, 40 000 assassins qui sont ici à la solde & à ses ordres, n’attendaient que la répétition du signal, pour arborer le même signe au sein de Paris, afin de se porter ensuite sur le corps législatif pour le dissoudre & au château des Tuileries, pour protéger la fuite du roi50 ».

  • 51 Archives de la préfecture de Police, Sections de Paris, procès-verbaux des commissaires de police (...)
  • 52 Imp. Ve Evrard. Sd., 8 p. BN, Département des imprimés : Lb 39 10590.

20À l’occasion de cet incident impliquant une quinzaine de Suisses, François-Joseph Houdain, commandant en second du bataillon de Saint-Philippe-du-Roule, signale le 28 mai « la conduite suspecte de M. d’Araucourt, demeurant rue de la Pépinière, qui va fréquemment la nuit à la caserne des Suisses de Courbevoie, où se tient un conseil d’aristocrates51 ». D’autres incidents opposent le même dimanche soir vers 10 heures, 12 ou 15 Gardes-Suisses à des habitants de Courbevoie dans un cabaret de ce lieu de garnison. Un certain Denis Tremblay publia un Grand Détail de l’insurrection qui a eu lieu hier à dix heures du soir (27 mai 1792) au village de Courbevoie, près Paris, occasionnée par plusieurs Suisses du détachement qui y est en garnison52. In extremis, relève-t-il la Garde nationale arriva à la rescousse et arrêta 9 « hommes indignes de l’air qu’ils respirent », manipulés selon lui par le Comité autrichien. Les incidents se multiplient durant ce printemps 1792 avec des gardes nationaux dans Paris. Dès le 28 mai, un autre accrochage survient avec des gardes de la compagnie générale stationnée à la rue Grange-Batelière. Deux volontaires du bataillon Sainte-Marguerite, Louis-Denis Zendre et Pierre Loddez vinrent spontanément déposer devant l’administrateur de police Antoine-François Sergent, qu’ils ont vu à l’enseigne du Bœuf-Rouge

« […] un caporal des Gardes-Suisses revêtu de son uniforme, lequel était à boire avec plusieurs de ses camarades aussi en uniforme, le dit caporal criant “Vive le Roi, et Merde pour la Nation”, les dits déclarants lassés d’entendre ce cri séditieux se sont vengés en criant “Vive la Nation” sans adresser la parole aux Suisses. Alors, un de ces Suisses se détacha et vint à la table des dits déclarants, les menacer de leur plonger en se servant d’expressions grossières, son sabre dans le ventre, à quoi les déclarants ont répondu que d’homme à homme il y avait manière de s’arranger, sur laquelle question, le Garde-Suisse répondit qu’ils étaient des f… gueux qui soutenaient le Palais Royal et les Jacobins. À la suite de ce propos, les déclarants sortirent pour s’en aller afin d’éviter toute occasion de faire du bruit ».

  • 53 AN, D III 235.

21Les Suisses ne l’entendent pas de cette oreille et leur proposent un combat que des citoyens s’efforcent d’empêcher. C’est alors qu’une partie des Suisses, dont un certain Fischer, se désolidarise des meneurs et termine pacifiquement l’affaire en offrant une bouteille de vin qu’ils boivent ensemble et en les invitant à déjeuner53. Les révolutionnaires crient au complot et l’Assemblée nationale se déclare en permanence et y reste du 28 au 30 mai. Le 29 mai 1792, sous la pression populaire qui craint une contre-révolution, la garde constitutionnelle du roi est licenciée. Comme lors de la fuite du roi l’année précédente, les Suisses échappent une fois de plus aux foudres des révolutionnaires, ménagés pour cause d’Alliance franco-suisse à préserver à tout prix. À ce moment précis, malgré la présence de la Garde nationale, la Garde-Suisse devient la seule garde personnelle du roi, lequel se réfugie derrière les habits rouges, comme l’aurait fait un torero derrière sa muleta. Les Gardes suisses font l’effet par anticipation d’un manifeste de Brunswick permanent. Le 10 août 1792 d’ailleurs, leur présence acheva de décourager la Garde nationale, celle sur qui aurait du logiquement s’appuyer le roi des Français. Lavalette, quoiqu’alors fort modéré et favorable au roi, eut de la peine sur le moment à accepter et à comprendre la présence du régiment suisse. Il résume sans doute fort bien la manière de pensée de cette fraction de la Garde nationale :

  • 54 Mémoires de Lavalette, I, chap. IV, p. 61-62.

« Le roi l’avait préféré, pour sa protection à ses sujets parce qu’il lui paraissait sans doute plus commode de solder des étrangers que de s’attacher des Français. Il ne fut pas difficile aux Jacobins d’échauffer le peuple contre les Suisses […] “Pourquoi des paysans de la Suisses forment-ils la garde du roi des Français ? Pourquoi ces hommes, si étrangers à nos mœurs, à nos usages, à notre langue, se trouvent-ils entre le peuple et le roi constitutionnel ? N’y a-t-il donc, plus de soldats français ? La garde nationale est suspecte à la Cour ; il lui faut des étrangers pour triomphateurs”. Ces discours séditieux circulaient dans 1 000 pamphlets, étaient répétés dans toutes les réunions de la populace avec cette énergie grossière si puissante sur elle54. »

22Les Suisses, bien malgré eux, contribuent ainsi à isoler encore plus le roi. La Garde nationale, dans sa partie la plus modérée, se décourage de servir tant la préférence royale allait à ces étrangers. Que de ressentiments accumulés durant les années précédentes qui pesèrent lourd le jour venu dans la volonté de plus d’un Garde national de s’abstenir de prendre part au combat décisif. La rixe qui opposa le 30 juillet les Marseillais aux grenadiers royalistes de la Garde nationale acheva de démontrer la faiblesse de cette institution.

L’utilité des troupes suisses en province durant la Révolution (1789-1792)

  • 55 SHAT, A 4/56.
  • 56 AAE, CP, Suisse, 426, f° 519/Copies Rott à Neuchâtel 8 RO VII 21 et VIII, f° 101-102.

23Les troupes suisses ont joué un rôle de première importance dans le maintien de l’État de droit au moment de la transition entre l’ancien et le nouveau régime lequel souffre, en 1789-1790, d’une disette de forces de l’ordre. En attendant que la Garde nationale soit véritablement opérationnelle, les autorités parent au plus pressé et quadrillent le pays avec des troupes étrangères. Les Suisses ont du Nord au Sud et d’Est en Ouest préservé les biens et les personnes, tout en assurant le ravitaillement de villes de première importance et en protégeant la mise en place des nouvelles institutions. Les Suisses en nombre limité ne pouvaient être partout à la fois. Le 28 août 1789, le ministre de la Guerre écrit au comte de Durfort, tandis que Grenoble et Lyon se disputent la présence vitale chez elles d’un régiment suisse qui n’avait pas le don d’ubiquité, qu’ » on demande des troupes de toute part et sa majesté en aurait 300 000 sur pied qu’il n’y en aurait point assez pour satisfaire à tout dans ce moment55 ». Il fallait au quotidien des troupes sûres pour protéger le parcours des subsistances de la production à la consommation, puisqu’ils protègent les moissons, les convois de grains et les marchés. En date du 7 mai 1792, Nicolas de Weck écrit à Dumouriez que les soldats suisses furent « employés de préférence depuis l’époque de la Révolution, par des marches excessivement multipliées, à contenir les habitants des villes et des Provinces ou à rétablir la sûreté publique, sans être jamais contrevenus aux ordres du gouvernement et des municipalités mêmes56 ».

24À l’exception notable du Sud-Ouest, les détachements suisses occupent des villes comme Arras et Lille, Saint-Étienne, Grenoble et Lyon, qui se disputent leur présence. Des lieux hautement sensibles ou stratégiques, Strasbourg, Toulon, Aix-en-Provence ou Marseille, par exemple, sont placés sous la surveillance des régiments capitulés. Certaines troupes assurent la protection des voies d’approvisionnement de Paris, sur les routes de Pontoise, Rouen et Le Havre. D’autres encore doivent maintenir la paix sociale à Amiens, Troyes ou Lyon. Et souvent, ces facteurs s’additionnent ! Les douze régiments suisses, y compris celui des gardes, éclatent en dizaines de petites unités éparpillées jusque dans des localités de moindre importance, telles Péronne ou Apt. Colmater les brèches grâce aux soldats suisses relève d’abord d’une action d’urgence, puis rapidement et jusqu’en été 1792 d’un choix délibéré. Souvent, la Garde nationale est suspectée de fraterniser avec la population supposée séditieuse, et parfois aussi les municipalités révolutionnaires s’opposent aux Directoires modérés de Département qui préfèrent des Suisses aux nationaux, comme dans les départements des Bouches-du-Rhône ou de Seine-Inférieure.

L’exemple du régiment de Vigier dans l’Est de la France

  • 57 SHAT, YA 355, f° 309.
  • 58 SHAT, A 4 56.
  • 59 Ibid. Souligné dans le texte.
  • 60 SHAT, A 4/65.
  • 61 SHAT, A 4/65 f° 221.
  • 62 SHAT, A 4/65, f° 145.
  • 63 SHAT, A 4/65, f° 14 & minute 92.
  • 64 SHAT, YA 355, f° 309.

25Les Suisses ont-ils plutôt contribué au maintien de l’ordre ou à accentuer les clivages politiques dans les départements de l’Est ? Le régiment de Vigier est stationné à Troyes, dès le 30 septembre 1789, à l’exception de 400 hommes, envoyés à Toul le 1er février 179057. La venue du régiment suisse est curieusement entourée d’une aura de mystère. Un ordre du 13 septembre 1789 stipule que les 800 hommes de Vigier doivent se rendre officiellement à La Rochelle, par Troyes (le 20), Orléans et Niort58. Or, le 15 septembre 1789, le comte de La Tour du Pin, le ministre de la Guerre, écrit à Choiseul qu’il a bien fait parvenir l’ordre d’envoi de Vigier avec 400 hussards de Lauzun « mais je vous confie pour vous seul59 que ces 2 régiments sont destinés à rester à Troyes “où ils seront employés” au rétablissement de la tranquillité publique ». Écrivant de la même manière au commandant du régiment de Vigier, il lui recommande le secret. Cette manœuvre a pour but d’imposer subtilement à certaines municipalités récalcitrantes la présence de troupes demandées par les Directoires de départements Feuillants ou Fayettistes qui s’opposent à des communes révolutionnaires appuyées par les clubs. Les autorités départementales craignent ensuite le départ de troupes si dissuasives pour les candidats à la révolte. En ville de Troyes, le régiment de Vigier se retrouve au cœur de la lutte qui oppose la Commune au Directoire du département de l’Aube et aux bourgeois modérés60. Le régiment étant victime de son succès auprès des partisans de l’ordre, le ministre de la Guerre ne peut que repousser les demandes réitérées de Bouillé et des chefs du régiment tendant à réunir le régiment à Toul « attendu que leur présence y est indispensable pour le maintien de la tranquillité publique et que la fermentation qui existe dans cette ville est telle que le remplacement de ce détachement par un autre d’égale force ne remplirait pas le même objet61 ». Les Suisses sont bons à tout faire. En juillet 1790, 200 hommes de Vigier sont envoyés dans le district de Nemours afin d’ » assurer la perception des droits de champarts et autres que ce canton refuse de payer62 ». Il peut arriver, quand une commune accueille un détachement de Suisses, qu’elle ne veuille plus le laisser partir. Ainsi, après qu’une insurrection ait éclaté dans l’Yonne, à Villeneuve-l’Archevêque, 34 Suisses furent envoyés de Troyes le 23 juillet 1790, en plus de la garde nationale de Sens. Une fois le calme rétabli, on craignit un regain de tensions et le ministre accorde aux officiers municipaux qui demandent à conserver le détachement suisse, qu’il reste « autant que les circonstances pourront le permettre et que sa présence dans votre ville sera indispensablement nécessaire pour le maintien de la tranquillité publique63 ». À ce stade une question s’impose : mais où est donc passée la Garde nationale ? Le 16 mars 1791, le régiment de Vigier quitte Toul pour Strasbourg, qu’il atteint le 2664.

Les Suisses, la Garde nationale et l’affaire de Nancy

  • 65 SHAT, A4/65 C. Minute.
  • 66 Arch. de l’ancien évêché de Bâle, Porrentruy, B 241 a 32.
  • 67 Bibliothèque publique et universitaire (BPU), Genève, cabinet des Manuscrits, mss. 1138, « Compte- (...)
  • 68 AM Nancy, H 1 2/2.
  • 69 SAL, Akten 13/1887. Lettre du colonel Lullin de Châteauvieux à Louis Meyer, officier au régiment d (...)
  • 70 Cf. SAS, BG 12/8. Mémoire à Monsieur le comte d’Affry, Nancy, le 1er septembre 1790.
  • 71 Service des Archives de l’État de Neuchâtel (AEN), Archives privées Perregaux. Dossier 8, lettre à (...)
  • 72 Ibid. Liste signée par Bouillé, lieutenant général, commandant de l’armée à Metz, 13 octobre 1790.
  • 73 Originaire de Saint-Malo où il possède sa rue intra-muros. Cf. Guide vert Michelin, 1972, p. 172.

26Pour le gouvernement français, il était essentiel de contrôler certaines ville-clefs, comme Lille, Rouen, Grenoble, Lyon ou Marseille. D’où la présence en ces lieux de régiments suisses maintenus contre vents et marées. La tentation était grande de placer des troupes suisses en des endroits sensibles. Lorsque les autorités locales d’Hesdin réclament des troupes étrangères en octobre 1790, elles expliquent « qu’une garnison nationale » serait « travaillée sur le champ et extrêmement exposée65 », d’où la nécessité d’avoir recours à un régiment suisse réputé insensible à la séduction. Là est tout le problème pour les Suisses, sollicités de toutes parts surtout dans les zones que nous qualifierions aujourd’hui de non droit. Les Suisses sont envoyés là où il est primordial de maintenir une présence militaire active, là où les esprits sont les plus échauffés, là où les gardes nationales sont les moins sûres, faibles, voire inopérantes. En clair, ils se retrouvent le plus souvent sur le front de tous les mécontentements. Les autorités municipales tentaient souvent de retenir les régiments suisses, comme ce fut le cas à Rouen et à Nancy. Là où la Garde nationale est solide, les Suisses peuvent s’estimer heureux. À Maubeuge, le régiment de Reinach travaillé par les patriotes brabançons les chasseurs de Gévaudan et la population laborieuse faillit se révolter. Les choses s’arrangèrent, grâce notamment à l’attitude de la Garde nationale. Le 7 mars 1790, l’ordre était rétabli66. L’exemple de Nancy nous fournit le parfait exemple d’une troupe en perte de repaire, en immersion en milieu révolutionnaire « au milieu [l’on peut le dire] d’une peste militaire » comme l’écrivent les officiers du régiment de Châteauvieux67. En août 1790 éclate à Nancy, l’insurrection retentissante du 6e régiment suisse commandé par le baron de Salis-Samade. La configuration est originale puisque des Suisses vont s’opposer à d’autres Suisses et des Gardes nationaux à d’autres Gardes nationaux. Ce sont les soldats de l’armée régulière et non la Garde nationale qui vont entraîner les Suisses dans de graves désordres, exploités immédiatement par la Cour afin de pouvoir faire un exemple qui ramènerait l’armée à la raison. Le décret de l’assemblée nationale du 16 août fut proclamé le 20 à Nancy68 et les soldats déclarèrent s’y soumettre. Le 22 août, Merian peut même annoncer que tout est rentré dans l’ordre grâce à la Garde nationale69. Bouillé prit soin de s’entourer de deux régiments suisses afin de légitimer son action, s’assurer de la victoire et rendre toute reddition impossible. Ce sont en effet les régiments suisses de Vigier70 et de Castella qui vinrent à bout de la rébellion, avec l’aide de Gardes nationaux, des détachements du Royal-Liégeois et du Royal-Allemand. Sur place, au lieu de procéder à l’encerclement des Suisses pour les amener à une reddition pacifique, Bouillé place le bataillon de la garde nationale de Metz à la tête de la colonne ce qui ne pouvait que réveiller une antipathie ancestrale entre les villes de Metz et de Nancy et place les Suisses de Vigier et de Castella face à leurs compatriotes rebelles. Le règlement de compte entre Suisses se double ici d’un début de guerre civile, puisque les gardes nationales de Nancy et de Metz s’opposent violemment l’une à l’autre, ce qui n’est pratiquement jamais souligné. L’officier neuchâtelois Charles-Albert-Henri Perregaux (1757-1831), frère du fameux banquier parisien Jean-Frédéric Perregaux, officier au régiment de Châteauvieux, met bien en évidence, dans une lettre rédigée le 16 septembre, la place tenue auprès des révoltés par la garde nationale de Nancy dans la défense de la cité face aux troupes de Bouillé71. Selon le Suisse Gasser, dans sa lettre du 14 septembre 1790 à son oncle Castella de Delley « Ceux qui ont le plus souffert ce sont les hussards de Lauzun et la garde nationale de Metz ». À titre de comparaison Lauzun-Hussard eut 35 hommes mis hors de combat. De son côté la Garde nationale de Metz laissa 25 hommes sur le terrain, Royal-Normandie cavalerie et Auxerois perdirent chacun sept hommes, Auvergne six, Auxonne deux, Hainaut et Royal-dragon chacun un72. Il est frappant de constater à la lecture du texte apposé à la fin du xxe siècle sur le monument de la porte de Stainville, la mise en exergue de la « pure figure d’André Desilles73 » et du rôle présumé positif joué par la Garde nationale sans qu’il ne soit fait mention des Suisses sur le Mémorial Desilles. Sur la face intérieure Est sont apposées trois plaques murales, dont une consacrée à la fameuse affaire :

  • 74 Texte aimablement transmis par M. Jean-Paul Rothiot.

« Le 31 août 1790 les 3 régiments stationnés à Nancy se mutinèrent. La Fayette envoyait contre eux les troupes du marquis de Bouillé. Le lieutenant Désilles pour éviter une effusion de sang fratricide se jetait sur une bouche de canon pointé par les insurgés et était mortellement blessé. Pour le bicentenaire de cet acte d’héroïsme la ville de Nancy reconnaissante. Depuis le 7 février 1867 cette porte édifiée en l’honneur de l’indépendance américaine porte le nom de Désilles74. »

  • 75 Voir à ce sujet supra, chap. VII-5/4.
  • 76 Buchez et Roux, Histoire parlementaire de la Révolution française, t. VII, p. 155.
  • 77 Cf. Lettre de Tronchin à Puérari, 2 septembre 1790. Archives de l’État de Genève (AEG), PH 5283 bi (...)
  • 78 Le Moniteur, XXXVIII, p. 232.
  • 79 Le Moniteur, XXXVIII, p. 294.
  • 80 L’Ami du Peuple, n° 213, lundi 6 septembre 1790, Œuvres politiques, III, p. 1372 Gorsas par contre (...)
  • 81 Gérard Walter, André Chénier, 2e partie, p. 225.
  • 82 « Relation authentique de ce qui s’est passé à Nancy… 18 septembre 1790 ». Observations de l’Ami d (...)
  • 83 Georges Carrot, Une institution, la Garde nationale, p. 45. Voir aussi René Tournes, La Garde nati (...)
  • 84 AEG, 44.3.2. : « Relation de l’insurrection de Nancy en 1790 ». « Extrait tiré du compte-rendu à l (...)

27Dès le lendemain de la terrible répression du 31 août 1790, le rôle des Suisses de Castella et de Vigier fut occulté par tous les partis en présence, au profit de la Garde nationale qui alla occuper les devants de la scène pour les besoins de la récupération politique de l’événement75. De part et d’autre l’on s’attacha à mettre au crédit ou au passif de la Garde nationale la répression de Nancy et de négliger totalement la part prise par les Suisses au rétablissement de l’ordre. Dans sa lettre du 1er septembre à l’Assemblée nationale, Bouillé ne manquera pas d’insister sur le fait que « les gardes nationales ont montré le plus grand zèle et le plus courageux dévouement76 ». Le messager que Bouillé avait dépêché à Paris rapporte que les gardes nationales de Metz et d’autres villes « obtinrent du général d’être de l’expédition et de marcher en première ligne77 ». Ainsi, dès le 2 septembre 1790, le roi peut annoncer, dans une lettre à l’Assemblée nationale, le rétablissement de l’ordre, grâce « à la fermeté des gardes nationales et des troupes qui, sous ses ordres, se sont montrées soumises à leur serment et à la loi78 ». Lors de la séance du 3 septembre 1790, l’Assemblée nationale décréta des remerciements pour les « gardes nationaux qui ont marché sous les ordres de M. Bouillé79 ». Le but de La Fayette paraît clair : donner confiance et fidéliser en la valorisant sa chère Garde nationale, tout en confirmant son rôle de gardienne des institutions. Par la même occasion, il tente de démontrer la capacité des forces françaises à mater seules les éléments récalcitrants de la société militaire. Bouillé pensait habile de pousser ainsi la bourgeoisie à se ranger du côté de l’ordre établi en les compromettant aux yeux des révolutionnaires les plus déterminés. L’Ami du Peuple lui-même, en évitant pour des raisons tactiques de mettre les Suisses en avant dans la répression, a contribué à cette mise en exergue de la Garde nationale. Ainsi le numéro du 6 septembre évoque les remerciements de l’Assemblée « à ses Allemands et aux gardes aristocratiques de Metz80 ». Pour Marat : « Oui, le massacre du régiment de Châteauvieux par la milice bourgeoise de Metz est une flétrissure dont jamais les gardes nationaux ne se laveront. » Nul n’avait besoin alors de privilégier le rôle des Suisses. Les royalistes espérant pouvoir garder cette force en réserve la rendait provisoirement la plus discrète possible. Les révolutionnaires les plus engagés s’attachaient à discréditer une Garde nationale devenue hautement suspecte à leurs yeux. Nombre d’auteurs ont privilégié l’action de la Garde nationale. G. Walter, lui-même, parle d’un marquis de Bouillé noyant dans le sang, « grâce au concours de la garde nationale de Metz, la révolte des Suisses du régiment de Châteauvieux81 ». Les faits contredisent la version officielle du gouvernement français. Nous savons que les troupes suisses combattirent avec acharnement comme l’attestent les pertes subies par les bataillons suisses loyalistes. En examinant le combat de Nancy, il paraît évident que les gardes-nationaux de la Lorraine ont surtout servi à donner un caractère français à une répression qui serait sinon apparue comme un règlement de compte entre Suisses. Les révolutionnaires n’étaient pas dupes. Marat alla même jusqu’à prétendre que Bouillé, « pouvant à peine trouver une légion de gardes nationaux, en a fait prendre l’habit à sept cents Allemands82 ». G. Carrot note dans sa thèse, qu’en ce qui la concerne, « la Garde nationale de Nancy s’était retirée dès les premiers coups de feu, évitant ainsi un combat fratricide83 ». Or, selon les officiers de Châteauvieux, ce sont eux qui ont fait le premier feu « et en tirant ensuite des fenêtres et des caves sur les troupes de M. de Bouillé pendant que la populace accourait sur les blessés pour les achever et les dépouiller84 ».

  • 85 Procès-verbal de l’Assemblée nationale, n° 400, vendredi 3 septembre 1790, p. 10. Le Moniteur, XXX (...)

28Tout fut entrepris pour glorifier la Garde nationale en mal de prestige. Dès le 3 septembre 1790, Roederer proposa l’élévation d’un obélisque à Nancy pour les 31 gardes nationaux tués, dont les commandants des formations de Toul et de Metz. L’Assemblée nationale décréta le même jour « que les Gardes-nationaux qui ont marché sous les ordres de M. de Bouillé, sont remerciés du patriotisme et de la bravoure qu’ils ont montré pour le rétablissement de l’ordre à Nancy85 ». Souhaitée par Mirabeau, une pompe funèbre au Champ-de-Mars, fut célébrée le 20 septembre par la Garde nationale en l’honneur des soldats citoyens morts à Nancy pour sauver « l’ordre public et la liberté », sur le lieu même où avait été célébrée la Fédération deux mois plus tôt. Un Te Deum de Gossec fut interprété, en présence d’une députation de l’Assemblée nationale invitée par Bailly et La Fayette. L’Ami du Roi du 22 septembre 1790 fit le récit de la cérémonie funèbre pour « les soldats citoyens moissonnés dans la fatale journée de Nancy ». On y perçoit clairement pourquoi « les gardes nationales de Metz » sont érigés en « héros de Nancy » :

  • 86 L’Ami du Roi, n° CIV, 22 septembre 1790.

« Depuis le jour à jamais déplorable où nous avons vu l’anarchie s’établir sur les ruines du trône, et les débris des lois, c’est le 1er exemple de la force publique déployée avec éclat contre les infracteurs de l’ordre social, et ceux qui l’ont donné sont les vrais patriotes, les véritables amis de la liberté. […] L’auguste cérémonie d’hier, par le bel ordre qu’on y a vu régner, par le respect religieux dont tous les spectateurs étaient saisis semblent l’emporter encore sur celle de la fédération86. »

  • 87 AD Corse du Sud, 1 L 144.

29Des services funèbres sont célébrés à travers la France, jusqu’à Bastia, pour le « repos de l’âme des Gardes morts sous les murs de Nancy87 ». Lors de ces cérémonies qui imitent celle de Paris, l’accent fut mis sur des gardes nationaux placés à l’avant-garde du combat meurtrier. Le gouvernement commande à un peintre, Jean-François Le Barbier, une grande composition dans le style de David et 38 gravures sont consacrées au lieutenant Desilles, blessé mortellement en cherchant à s’interposer. La théâtralisation, bien dans le goût de l’époque, de l’épisode dramatique de Desilles se faisant immoler sur un canon, a permis de mettre une fois de plus en valeur la présence de la Garde nationale. Desfontaines écrit Le Tombeau de Desilles, pièce de théâtre jouée pour la première fois le 3 décembre 1790.

30La presse de gauche rejette naturellement ces célébrations. Les Révolutions de Paris des 18-25 septembre 1790. Loustalot, l’un des principaux rédacteurs, ne cache pas sa désapprobation au sujet de la fête funèbre :

  • 88 Révolutions de Paris, n° 63, détails du 18 au 25 septembre 1790, p. 531-532.

« Il est impossible qu’en s’attendrissant sur le sort des Gardes nationaux tués à Nancy, l’on n’ait pas un peu songé à nos frères des régiments du Roi et de Châteauvieux, légalement assassinés par les ordres de M. de Bouillé. Les esprits ont singulièrement changé sur l’affaire de Nancy et en calculant d’après les probabilités, il ne serait pas téméraire d’assurer que dans très peu de temps les Parisiens feront l’éloge funèbre du régiment de Châteauvieux88. »

  • 89 Buchez et Roux, Histoire parlementaire de la Révolution française, VII, p. 77.

31La méfiance grandissante des patriotes s’étend à toutes les instances du pouvoir, prémisses à de nouvelles peurs et à d’autres désordres. La sympathie du public commence à se déplacer vers les soldats de Châteauvieux. Camille Desmoulins et Marat remarquèrent « que la douleur publique n’avait pour objet ni les soldats allemands, ni les Liégeois, ni les 36 hussards tués en maraude, mais plutôt les 28 Suisses pendus, et le malheureux supplicié par la roue89 ».

  • 90 Jacques Godechot, « L’influence de la guerre sur la Révolution », Die Französische Revolution zufäl (...)
  • 91 SHAT, YA 373. Lettre du 17 mars 1792 de d’Affry au ministre Narbonne.

32L’affaire de Nancy eut de multiples conséquences. J. Godechot en voit une évidente à court terme : « La fuite du roi, en juin 1791, fut la conséquence directe de l’affaire de Nancy. Elle montra l’exaspération de la psychose de guerre des Français. Louis XVI avait quitté les Tuileries pour se rendre à l’armée de Bouillé parce qu’à la suite de l’affaire de Nancy, il jugeait celle-ci fidèle, et les gardes nationales incapables de s’opposer à elle90. » Louis XVI se trompait lourdement. Le 22 juin 1791, le régiment de Castella faillit se révolter à Verdun, où la Garde nationale était aux côtés du peuple91. Selon

  • 92 Albert Soboul, La Révolution française, p. 199.
  • 93 Œuvres politiques, VI, L’Ami du Peuple, n° 431, 16 avril 1791 ; n° 435, 21 avril 1791, p. 2751 ; Œ (...)

33A. Soboul, cette affaire « ruina l’immense prestige de La Fayette et amena l’échec de sa politique92 ». En 1791, Marat utilise l’affaire de Châteauvieux pour mieux s’en prendre à La Fayette qui « a fait égorgé les citoyens de Nancy93 ».

La fête de Chateauvieux le 15 avril 1792 : une réhabilitation triomphale lourde de conséquences

  • 94 Journal de Célestin Guittard de Floriban, bourgeois de Paris sous la Révolution, présenté et comme (...)
  • 95 Georges Carrot, Le maintien de l’ordre à Paris, vol. I, chap. III, section II, p. 111.

34Floriban décrit ainsi l’arrivée à Paris des quarante Suisses de Châteauvieux libérés des galères de Brest : « Les Gardes Nationaux parisiens, tambour battant, drapeaux déployés, ont été à leur rencontre jusqu’au pont de Sèvres, les ont menés en triomphe à Paris94. » Le 9 avril, les 40 soldats de Châteauvieux sont reçus en compagnie de gardes nationaux de Paris et de Versailles, de quelques gardes-suisses, ainsi que des députés de Brest et de leur protecteur Collot d’Herbois, effaçant ainsi le souvenir de la « cruelle » affaire de Nancy. En 1792, la reconnaissance populaire envers les galériens amnistiés fragilise grandement la Garde nationale de Paris qui se sent à juste titre visée par la fête. Comme l’a remarqué G. Carrot, « il fallait une cérémonie expiatoire pour réparer toutes les fautes commises par La Fayette, l’état-major de la garde nationale, et magnifiait au contraire l’esprit de révolte contre la Tyrannie95 ». André Chénier rédige l’adresse de protestation du bataillon des Capucins Saint-Honoré, commandé par l’aîné des Trudaine. Cette adresse a le mérite de mettre l’accent sur les véritables enjeux du jour. André Chénier rappelle ainsi que les rebelles de Châteauvieux ont été ramenés à la raison en août 1790 par les gardes nationaux de Metz,

  • 96 Cf. Gérard Walter, André Chénier, p. 228.

« de même que les factieux venus troubler l’ordre public au Champ de Mars, le 17 juillet 1791, le furent par les gardes nationaux de Paris. S’il faut voir dans les Galériens de Châteauvieux des innocents auxquels une réparation morale et matérielle est due, leurs exterminateurs, les gardes nationaux de Metz, ne sont que des assassins infâmes. Mais alors ceux de Paris qui ont agi de la même manière et dans les mêmes circonstances, le sont aussi96 ! ».

35En Suisse, l’on s’inquiète de cette perte de crédibilité et d’influence de la Garde nationale. Les Nouvelles politiques ou Gazette de Berne traduisent ces préoccupations le 21 avril 1792 :

  • 97 Nouvelles politiques ou Gazette de Berne, samedi 21 avril 1792, n° 32.

« La fête pour les galériens, les calomnies répandues contre M. de la Fayette, sont autant de moyens mis en avant pour désarmer la partie royaliste de la garde nationale de Paris. On veut la mettre aux prises avec les piques du peuple & ceux de ses membres qui sont Jacobins, après quoi, rien n’empêchera de dissiper la Garde du roi, & de créer M. d’Orléans régent du royaume. […] Il est certain qu’il a complètement échoué dans le projet d’humilier la garde nationale97. »

  • 98 BN, mss. fonds français 6574, f° 101-133, 18 pièces.
  • 99 Jean Tulard, Paris pendant la Révolution, 2e partie, chap. VI, p. 188.

36C’est en vain que la Garde nationale tente de faire obstacle à la fête annoncée. Des bourgeois de Paris, plusieurs sections (Beaubourg, jardin des Plantes, Henri-IV, Carmélites, île Saint-Louis), des Gardes nationaux (Petits-Pères, Filles Saint Thomas, Bonne-Nouvelle, 3e bataillon de la 6e légion) ne cachent pas leur hostilité pour une fête que Barruel-Beauvert qualifia de « cérémonie du crime98 ». Jean Tulard relève que « la mobilisation des éléments avancés du peuple parisien » débute par la fête des Suisses de Châteauvieux. Et d’ajouter qu’ » il y eut une énorme affluence et l’on vit – pour la première fois semble-t-il – des sans-culottes défiler armés de piques tandis que la garde nationale était consignée dans ses casernes. Certains gardes toutefois prirent place à titre personnel dans le cortège99 ».

37La libération des Galériens est déjà en soi un camouflet pour la Garde nationale. En donnant raison aux révoltés c’est toute cette formation que l’on stigmatise. Déstabilisés ou culpabilisés, les Gardes nationaux qui se sont abstenus de prendre part au 10 août, ou qui le font finalement en basculant du côté des assaillants, se souviennent sans doute des préparatifs et de la fête du 15 avril, sorte de grand show révolutionnaire avant la lettre.

  • 100 Tourneux, II, p. 326.

38Quant aux fameux Suisses de Châteauvieux libérés des galères, la section de l’Oratoire proposa même, le 13 mars 1792, de les incorporer dans la Garde nationale100.

Les Suisses et l’approvisionnement en grains de Paris

Les Suisses à Pontoise, un poste-clef

  • 101 Créé Stuppa en 1672. Voir à son sujet Historique du 64e régiment d’infanterie d’après les document (...)
  • 102 AN, C 89, n° 58. Minutes signées. TUETEY III, n° 5994, p. 552. AD Val-d’Oise, AM Pontoise, EE 211.
  • 103 AD Val-d’Oise, AM Pontoise, BB5, Registre de délibérations du conseil municipal.
  • 104 AD Val-d’Oise, AM Pontoise, 1 DA 1. BM Rouen, H 1 XII.

39Les Suisses poursuivent deux objectifs : contenir les débordements populaires et remplir la panse du peuple. Ils jouent en effet au début de la Révolution un rôle primordial dans l’approvisionnement de la capitale en assurant la sûreté des convois de grains et de farines qui par Rouen et Pontoise se rendent à Paris. Un bataillon du régiment de Salis-Samade, ou 64e régiment de ligne101 stationne à Pontoise, le grenier de Paris, dès le 19 juillet 1789 à la demande des officiers municipaux totalement dépassés par les événements102. Durant l’été 1789, les Suisses contribuent grandement à maintenir les communications entre la province et Paris. En attendant que se forme la milice bourgeoise, dont le principe avait été adopté le 19 juillet, il fallait bien avoir recours à des troupes sûres et capables de tenir cet important axe de communication. La présence des Suisses ne tarde pas à entraîner des conflits avec la Garde nationale, que ces professionnels du maintien de l’ordre ont tendance à traiter avec condescendance. De leur côté, ceux-ci supportent de plus en plus difficilement la présence arrogante d’étrangers à de tels postes de confiance. Le 17 janvier 1790, la municipalité motive la demande de renvoi des Suisses en soulignant « que la milice de Pontoise offre de garder elle-même ces magasins103 ». Le 24 janvier, La Fayette se contente de promettre « de redoubler de vigilance sur la conduite que tiendront les officiers et les soldats vis-à-vis de la garde nationale ». Finalement, le 26 septembre 1790, ordre fut donné au détachement suisse commandé par Ackermann, de rejoindre le régiment à Rouen qui réclamait depuis des mois le retour de ses Suisses104.

Stationnement des Suisses à Rouen

  • 105 Voir le journal de marche du régiment de Salis-Sarnade, p. 394-396.
  • 106 BM Rouen, H 1 XII. Sur les Suisses en Normandie voir notre contribution « Le régiment de Salis-Sam (...)
  • 107 Landesbibliothek Glarus, N 4, « Histoire du régiment suisse de Vieux Stuppa… avec supplément et co (...)
  • 108 Landesbibliothek Glarus, N 4, « Histoire du régiment… », f° 115.
  • 109 SHAT, A 4/67.
  • 110 SHAT, A 4/67.

40Le régiment stationnera à Rouen jusqu’au 17 août 1791, avant que le second bataillon ne revienne dans cette ville le 5 janvier 1792 et y reste jusqu’au licenciement des troupes suisses105. Le régiment avait pris ses quartiers à Rouen d’où il devait assurer le telle vital de ravitailler la capitale en céréales. Ces forces, précisait une proclamation du 2 février 1790, étaient là « pour protéger les transports de grains de la capitale, pour maintenir la tranquillité dans les marchés, pour prévenir diverses émeutes dans leur naissance & enfin, pour seconder dans le service et les patrouilles le zèle de la garde nationale et citoyenne106 ». Tout un programme ! Les Suisses doivent assurer des tâches qui devraient incombé à la Garde nationale. En août 1789, « la compagnie de Gugger détachée à Quillebeuf eut beaucoup de peine à y maintenir l’ordre, vu que cet endroit n’avait point de milice armée et qu’il fallait y employer autant de prudence que de fermeté pour contenir dans ce port plusieurs habitants mal intentionnés et principalement un nombre considérable de matelots de toutes les nations107 ». Le détachement de Quillebeuf rentre à Rouen en octobre 1789108. Durant les années suivantes, la Garde nationale n’arrive toujours pas à assurer de lourdes tâches. Le 10 février 1791, le Directoire du département demanda au chevalier Nicolas-François (Niklaus-Franz) de Bachmann d’envoyer à Elbeuf, où une émeute était survenue le 8, 75 de ses hommes, sous le commandement du capitaine de Salis-Seewis, avec la Garde nationale et 75 cavaliers de Royal-Bourgogne et de la maréchaussée afin « de déployer cette force pour en imposer à des mutins qui se sont réunis pour empêcher l’emprisonnement de divers particuliers décrétés par le tribunal de district à raison d’une émeute qui a eu lieu précédemment dans le même canton et afin que la loi ait son exécution109 ». Les Suisses donnèrent pleine satisfaction aux administrateurs du Directoire110.

  • 111 BM Rouen, série D Y 2, f° 116.

41Dans les périodes délicates, les autorités rouennaises n’hésitaient pas à soutenir des troupes devenues suspectes aux yeux de la gauche. Le 23 juin 1791, le registre des délibérations du conseil général de Rouen nous apprend qu’une délégation suisse a été accueilli avec enthousiasme111. Quand vint la fin de cette touchante cérémonie,

  • 112 BM Rouen, série D Y 2, f° 116.

« […] aussitôt la garde nationale et nos concitoyens quelconques présents ont crié de toutes parts : Vive Salis-Samade, vivent les Suisses, nos fidèles alliés, nos frères, nos amis. Au milieu des acclamations, le Conseil général a reconduit MM. les officiers jusqu’à la grande porte d’entrée de la maison commune. Là, le meilleur des peuples les reçut et accompagnés avec les expressions les plus sincères & de la plus vive joie. Là on croyait voir deux Nations courageuses & libres se jurer une amitié éternelle112 ».

  • 113 BM Rouen, H 1 XIV.
  • 114 AD Seine-Maritime, L 336.
  • 115 AD Seine-Maritime, L 336.
  • 116 BM Rouen, H 1 XIV.
  • 117 SHAT, A 4/70, f° 48.

42Le 21 juillet 1791, les administrateurs du Directoire ordonnent l’envoi d’un nouveau détachement de 200 Suisses à Tostes et Auffay113. Les laboureurs, qui craignent la diminution du prix du blé, ont interdit à la gendarmerie l’accès du marché de la halle de Bacqueville et Auffay. Pour faire face à 4 000 ou 5 000 personnes, 200 gardes nationaux sont encadrés d’abord par 15 Suisses, puis par 200 autres. En revanche, les Suisses doivent dans la foulée intervenir contre les gardes nationaux d’Auffay et des environs, après que les autorités locales totalement dépassées aient été sérieusement menacées114. Il ne fait aucun doute pour l’administration du département que si l’expédition d’Auffay a été un succès c’est grâce au régiment de Salis-Samade. En règle générale, la Garde nationale a droit à des remerciements, mais sensiblement moins élogieux115. À lire les propos dithyrambiques sur les Suisses, on en viendrait presque à se demander ce que les autorités auraient fait à Rouen sans eux. En août 1791, les notables de Rouen firent tout leur possible pour empêcher le départ du régiment de Salis-Samade pour Givet116. Le 21 août, les administrateurs du département avaient immédiatement réagi auprès du ministre de la guerre Duportail en lui envoyant un courrier extraordinaire117. Si les Suisses sont si essentiels au maintien de l’ordre, c’est que la Garde nationale est inutilisable pour « le service des grains notamment, puisqu’elle aurait à combattre dans ce cas d’autres gardes nationales et les gens des campagnes armés en beaucoup plus grand nombre qu’on ne peut dissiper qu’avec de la troupe de ligne et du canon ». Par conséquent, le Directoire prie « instamment de révoquer ces ordres et de nous en donner l’assurance par le courrier que nous vous envoyons ». Le président du Directoire du département se rendra en personne plaider la cause des Rouennais auprès du ministre de la guerre Duportail qui restera inflexible. Les autorités locales doivent se rendre à l’évidence et se résoudre à laisser partir ces Suisses auxquels ils tiennent tant. Le 26 août 1791,

  • 118 Landesbibliothek Glarus, N 4, « Histoire… », f° 120.

« […] à 4 heures du matin, le régiment s’étant assemblé au champ de Mars, la presque totalité de la garde nationale prit les armes et se rendit aussitôt avec leurs drapeaux au Champ de Mars où elle se forma en bataille face au régiment. Le lieutenant-colonel de la garde nationale présenta au chevalier de Bachmann un drapeau très riche. Ce drapeau fut accepté par le régiment avec reconnaissance et aux acclamations des deux corps et d’un peuple intense, qui voulut assister à cette intéressante cérémonie. Le régiment se mit ensuite en marche et défila devant la garde nationale. Plus de trente mille âmes accompagnèrent le régiment pendant plus d’une heure de chemin en le comblant de bénédictions118 ».

  • 119 AD Seine-Maritime, Rouen, L. 884.

43L’année suivante, le 16 août 1792, le conseil général établi à Rouen fit l’éloge du régiment de Salis-Samade, dans un envoi à Amabert, adjudant-général de la 15e division, en relevant « que la Garde Nationale lui fit présent d’un drapeau aux couleurs nationales que ce régiment porte avec les siens depuis cette époque119 ». Ce drapeau était richement décoré d’un médaillon brodé, orné de feuilles de chêne d’un côté, de branches d’olivier de l’autre portait l’inscription suivante : « Au régiment de Salis-Samade, la ville de Rouen reconnaissante. »

Le Havre et Rouen se partagèrent les Suisses

  • 120 AM Le Havre, H 2/55. Lettre des autorités départementales aux officiers municipaux du Havre, le 9 (...)
  • 121 AM Le Havre, H 2/55.

44Rouen et Le Havre ne resteront pas trop longtemps privés des Suisses qui voulaient tant revoir leur Normandie. Les revoici fidèles aux postes en novembre 1791. Ce n’est que le 13 décembre que les cinq compagnies suisses viendront renforcer les trois compagnies du 1er bataillon déjà présentes au Havre pour faire le service avec la Garde nationale120. Havrais et Rouennais se disputent alors les Suisses121, témoins de leur désarroi et de leur faiblesse. Ce perpétuel chassé-croisé entre Rouen et Le Havre dénote à la fois l’importance de ces deux places et la nécessité de recourir à des troupes de confiance, à l’exclusion de toute autre, ce qui n’est guère flatteur pour la Garde nationale.

La lutte d’influence entre Lyon et Grenoble

  • 122 SHAT, A 4/56.
  • 123 AM Lyon, 1 2/2.
  • 124 SHAT, A 4/60, f° 79.

45Les soldats suisses semblaient l’idéal pour contenir le peuple et en imposer à la classe ouvrière. On s’arrachait littéralement dans certaines régions de France ce gage de paix sociale et politique qu’étaient censés représenter les régiments suisses. Tout comme l’avait fait Rouen à l’égard du Havre avec le régiment de Salis-Samade, Lyon va tout entreprendre, dès le mois d’août 1789, pour avoir et conserver les soldats suisses, quitte à en priver Grenoble122. Même la Garde nationale s’entremet pour maintenir les Suisses à Lyon. Le 15 février 1790, les officiers municipaux et ceux du comité de la Garde nationale écrivent au ministre, au sujet de l’ordre donné le 6 février à 100 hommes de Sonnenberg de se rendre à Saint-Étienne « à l’effet d’y prévenir les nouvelles insurrections dont cette ville est menacée » et compte tenu du fait que « ce détachement ne peut être tiré que du régiment de Sonnenberg123 ». Même si le 7 précédent, la Garde nationale s’est trouvée en désaccord avec les Suisses, la lettre précise que « cependant il importe à la plus grande sûreté que ce régiment reste au complet dans ses casernes jusqu’à ce que les circonstances permettent de les employer. Sa présence aux portes de cette ville en impose toujours aux gens mal intentionnés124 ».

  • 125 Cf. A. Klemclausz, Histoire de Lyon, par L. Dubois et F. Dutacq, Lyon 1948, t. II, p. 264.

46Les Suisses furent très tôt perçus comme des éléments dangereux pour les tenants de la Révolution. Le 7 février 1790, les gardes nationaux – qui venaient de se constituer en janvier – refusèrent de céder la place à l’arsenal aux 120 volontaires de la milice irrégulière du 1er échevin, formée de fils de bonnes familles. Les Suisses appelés à la rescousse par Jacques Imbert-Colomès furent bloqués par la foule puis refoulés vers les Terreaux et l’Hôtel-de-Ville. Les événements du 7 et 8 causèrent une vive émotion à Paris125. Brissot de Warville ne manqua pas d’accuser Imbert-Colomès qui démissionna le 8, d’avoir « voulu confier aux Suisses le poste de l’arsenal, que les bourgeois ont toujours été jaloux d’occuper exclusivement ».

  • 126 SHAT, A 4/65 b.
  • 127 SHAT, A 4/65 b, f° 157.

47Un soldat suisse est massacré le 19 juillet 1790. Les Suisses catalysent la haine du peuple. Le crime prélude à une insurrection générale qui éclate le 26 juillet, à la suite de la démission du commandant de la Garde nationale et sous prétexte de détruire les barrières d’octroi où étaient taxées les subsistances. Ce soir-là, le régiment suisse qui doit occuper le poste sensible du magasin à poudre, reçoit en passant devant le Bourg-Neuf une grêle de balles des rebelles qui s’y étaient retranchés. Dans sa lettre du 6 août 1790 au ministre, la municipalité de Lyon souligne « l’union qui règne entre eux et ceux de la garde nationale126 ». Les administrateurs du district de Lyon écrivent le 30 septembre au Directoire du département qu’il faut garder les Suisses car « la garde nationale, remplie d’ailleurs de zèle et de courage, ne suffisait pas127 ».

Les régiments suisses dans le Nord-Pas-de-Calais

Le régiment de Diesbach en Artois et en Picardie128

  • 128 Voir à ce sujet notre article « Le régiment suisse de Diesbach au service du Roi face à la Révolut (...)
  • 129 Diesbach-Torny, op. cit., p. 17.
  • 130 SHAT, A 4/70, f° 98. Mémoire du comte d’Affry du 25 août 1791.

48Le récit de la conduite du régiment de Diesbach a été rédigé par le sous-lieutenant fribourgeois, le comte Joseph de Diesbach-Torny129. 160 Suisses arrivent le 15 novembre 1789 à Amiens avant tout « pour contenir les ouvriers des manufactures qui manquaient de travail130 ».

  • 131 SHAT, A 4/65e, f° 155.
  • 132 SHAT, A 4/69, f° 36.
  • 133 SHAT, A 4/69, f° 129.
  • 134 SHAT, A 4/69, f° 36.
  • 135 AM Lille, 17911/13.
  • 136 AM Lille, 1795618. Voir aussi 1789817.

49Les officiers municipaux d’Arras firent tout pour empêcher puis de retarder le départ du régiment de Diesbach pour Lille. Le 15 décembre 1790, les administrateurs du département du Pas-de-Calais prièrent « très instamment » le ministre de la Guerre, de laisser Diesbach à Arras où il « y est très nécessaire », arguant du fait que la « bonne harmonie » qui règne entre la garnison, la municipalité et la Garde nationale « pourrait être si facile à altérer si les bons citoyens n’étaient pas soutenus par une force compétente131 ». Amiens par contre rencontra plus de succès dans ses démarches pour conserver quelques mois encore le détachement du régiment de Diesbach qui s’y trouvait, quoique Rochambeau, ait « vivement » demandé sa rentrée à Lille132. Rochambeau appuya cette demande de toutes ses « forces, d’autant plus que ce détachement n’avait été accordé que pour maintenir les ouvriers pendant l’hiver et que les ouvrages des manufactures manquaient. Nous sommes actuellement en pleine moisson ; ce besoin ne peut plus exister et la garde nationale d’Amiens doit suffire133 ». Dans une lettre datée du 5 août, Duportail va jusqu’à se demander à quoi sert la Garde nationale si elle ne peut remplir sa mission qui est à Amiens de « contenir les ouvriers des manufactures qui y sont sans travail134 ». Décidément, on ne faisait pas grand cas de la Garde nationale ! Le bureau des mouvements de troupes se contenta de cette note : « Attendre ». Ce n’est finalement que le 2 septembre 1791, que les 160 hommes rejoignirent leurs camarades à Lille135 qui les réclamaient136.

  • 137 Archives de l’ancien évêché de Bâle, B 241 a 33.

50Les Suisses ont joué un rôle particulièrement important au nord de Paris, tant dans les villes les plus importantes comme Amiens, Arras ou Lille que dans des villes secondaires mais stratégiques, telles Bapaume, Cambrai, Maubeuge, etc. Ils ont visiblement permis aux institutions de fonctionner malgré les troubles sociaux entraînés par la crise économique. Comme le relate le lieutenant-colonel Grandvillers, commandant du régiment de Reinach, dans une lettre du 24 avril 1792 au prince-évêque de Bâle : « Le régiment est arrivé à Arras sans éprouver le moindre inconvénient. Nous avons trouvé des troubles dans la ville entre le régiment d’Orléans-cavalerie et la Garde nationale. Le même jour nous avons fourni 250 hommes de piquet ; le lendemain la générale a été battue, nous avons été quelques heures sous les armes, deux bourgeois ont été tués, le calme est revenu137. »

51Comme souvent ailleurs c’est moins avec la Garde nationale qu’avec d’autres régiments suisses que les Suisses furent en conflit ouvert, comme ce fut le cas en mars 1790, pour les soldats de Reinach opposés aux chasseurs de Gévaudan, en garnison à Maubeuge.

La Provence dans tous les dangers138

L’affaire du 19 août 1789

  • 139 Cf. BM Marseille, collection « Bouillon-Landais ». Voir aussi l’article du baron de Vitrolles : «  (...)
  • 140 O. de Watteville, Le régiment de Watteville, une page de son histoire 1789-1792, Paris, 1898, p. 1 (...)
  • 141 Staatsarchiv Bern (SAB), BI 39, f° 53.
  • 142 Voir à ce sujet AN, F 7 3659/1.
  • 143 AM Marseille, D 1 D 1, Reg. de corr, p. 73, Registre de délibérations du conseil général de la com (...)
  • 144 AM Marseille, 19 H 1-4.
  • 145 AM Marseille, 9 H 2.
  • 146 AM Marseille, 9 H 2.

52Les Suisses vont être les témoins et acteurs privilégiés de la lente et inexorable désagrégation du pouvoir royal en Provence. Les mouvements du régiment d’Ernst vont rythmer ce reflux. Le 19 août 1789, les Suisses d’Ernst font leur entrée dans Marseille afin d’assurer la paix publique, inaugurent ainsi dans la violence près de trois années de rapports conflictuels avec le peuple marseillais139. O. de Watteville a relaté l’histoire du régiment à cette époque140. Le 20 août, les troupes dispersent les ouvriers venus réclamer l’élargissement des prisonniers141. Pour armer sa Garde nationale, la municipalité tente en vain de s’approprier les six mille fusils placés au fort Saint-Jean. Le 30 avril 1790, des gardes nationaux s’emparent du fort de Notre-Dame-de-la-Garde et de celui de Saint-Nicolas qu’ils doivent rendre aux Suisses. Cantonné au couvent de l’observance, le régiment d’Ernst, faute d’instructions, assiste l’ » arme au pied » à l’événement qui va profondément émouvoir Paris. La population entreprit la démolition des forts de Marseille imitant ainsi l’action des Parisiens l’année précédente142. Le 13 mai 1790, le roi ordonne l’évacuation des forts et leur occupation par les Suisses, déjà chargés le 3 mai de la garde du port. Les Suisses sont ainsi appelés à contrôler les points névralgiques de Marseille. Ainsi, le régiment suisse représente alors la seule force du pouvoir légal dans les Bouches-du-Rhône. Le 17 mai, la municipalité refuse d’abord d’obtempérer aux ordres de Saint-Priest qui ose présenter au roi « les Marseillais comme des révoltés et les outrager au point de leur préférer des étrangers pour la garde des forts, quelques vertueux que soient ces étrangers, cette préférence est un crime de lèse Nation ». Le mot est lâché ; il fera florès ! Elle ordonna en conséquence aux Suisses « de rester casernés dans la ville jusqu’à nouvel ordre, pour la conservation des biens de tous143 ». Finalement, le 6 août, la municipalité envoie une compagnie suisse occuper la citadelle Saint-Nicolas. Le 9 août, 22 officiers suisses vont loger au pavillon de ce fort144. Le 18 octobre 1790, le régiment du Vexin quitte Marseille, remplacé dans les forts par le régiment d’Ernst. Ce fut en tous les cas avec une farouche obstination que le ministère de la Guerre et le Département tinrent à laisser les Suisses dans la 3e ville de France145. Loin de contribuer à mettre fin à l’état d’inquiétude, de malaise, dans le sud de la France, la présence des Suisses entretenait cette fièvre du soupçon, si caractéristique des époques de transition. Le 14 décembre 1790, Marseille écrit au Département que « le régiment entier d’Ernest est nécessaire à Marseille où par le plus heureux accord avec notre Garde nationale, il assure la tranquillité publique146 ».

  • 147 AM Marseille, D 1 D 9, f° 205-210, ext. du Registre des délibérations du corps municipal de Marsei (...)

53Suite à des incidents survenus le 16 octobre 1791, dans la salle du grand spectacle, entre des officiers suisses et des autochtones, le régiment fut consigné par la Municipalité qui s’empressa de réclamer son départ définitif147. Les grenadiers suisses se répandirent en ville le 25, invectivant et provoquant, le sabre à la main, la Garde nationale et les citoyens, dont certains brûlaient d’en venir aux mains avec le régiment. La municipalité de cette ville envoya un Mémoire à l’Assemblée nationale en lui posant quelques questions embarrassantes :

  • 148 AM Marseille, H 9 2, « Mémoire de la municipalité de Marseille, sur les Evénemens du 16 octobre 17 (...)

« Convient-il qu’une Nation défendue par cinq millions de Citoyens armés continue de stipendier des troupes étrangères ? Convient-il que ces corps étrangers ne soient point soumis aux lois de l’état dans lequel ils vivent et qui les salarie ; et que juges de leur cause, ils arrachent ainsi à l’action des lois ceux de leurs commandants ou de leurs soldats qui les outragent148. »

  • 149 Jean Barruol, La Contre-Révolution en Provence et dans le Comtat, Cavaillon, 1928, p. 130.

54Ernst se retire à Aix auprès du directoire du département pour qui « ce régiment étranger comprenait mieux les principes de la liberté que les troupes nationales, qu’il était mieux à l’abri des séductions qu’on employait quelquefois avec succès contre la discipline militaire ; et que si les factieux marseillais tentaient quelque acte de violence, il saurait faire respecter la loi ». Face à Marseille, pour faire régner l’ordre légal dans les Bouches-du-Rhône, l’administration départementale ne pouvait à peu près compter que sur les Suisses et fut tenté d’utiliser « ces braves Suisses » comme d’ » une garde personnelle149 ».

55La seule grande victoire que remporta la Garde nationale sur les Suisses se déroula à Aix, lorsque la garde nationale de Marseille parvint à désarmer le régiment suisse d’Ernst le 27 février 1792, après plus de deux ans d’opposition.

  • 150 AAE, CP, Suisse, 424, f° 171/Copies Rott à Neuchâtel : 8 RO VII/21 et VIII, f° 109-110.

56Durant l’été 1792, les Suisses sont nettement en position de faiblesse. Le 18 juillet 1792, le ministre des Affaires étrangères propose à son collègue de la Guerre d’écarter les régiments suisses « des garnisons trop nombreuses et même de les séquestrer entièrement de toute autre troupe, soit de ligne, soit de gardes nationales soldées150 ». La tragédie du 10 août 1792 précipite la fin du service militaire des troupes suisses en France.

Conclusion

57L’ensemble de la documentation ici rassemblée confirme la nature particulièrement équivoque de la présence militaire suisse en France, souvent pris en tenaille entre les pouvoirs locaux et départementaux. L’émergence du soldat-citoyen, la création de la Garde nationale annonce la fin inévitable du service des Suisses en France, en les privant de leur raison d’être. Parce qu’appelées à gérer les mêmes situations, ces deux institutions vont très rapidement entrer en concurrence dans le cadre de rapports à géométrie variable selon les lieux, les époques et les formes de gardes nationales auxquelles les Suisses sont confrontés. Concurrence déloyale en l’occurrence, compte tenu du professionnalisme des Suisses, de la préférence royale et de la part de certaines élites locales dont ils font l’objet. Leur conduite mesurée et légaliste, leur absence d’état d’âme face aux ouvriers, leur attira les sympathies de la classe bourgeoise dans certaines cités telles Amiens, Rouen où Lyon et les éloges de l’Assemblée nationale, trop heureuse de laisser ces troupes réputées dociles en imposer au peuple.

  • 151 Mortimer-Ternaux, Histoire de la Terreur, Paris, 1866, t. V, livre XIX, p. 87.

58Tant que le soldat était censé protéger les citoyens des agressions extérieures et économiser le sang français, il fut toléré. La situation se détériora quand il apparut clairement que ce groupe allogène, parlant l’allemand ou le patois, et disposant d’importants privilèges, tels la franchise religieuse, l’exemption fiscale et une justice particulière, devenait l’instrument chargé de faire respecter des lois qu’il ne reconnaissait pas pour lui-même. Non seulement l’institution militaire suisse en France paraissait aberrante puisqu’elle servait plusieurs maîtres à la fois : le roi, la France et les cantons, mais les pouvoirs qui y avaient recours se rendaient suspects au passage. L’isolement voulu des troupes suisses, que le gouvernement veut soustraire à l’ambiance délétère, autant que les effets pervers de leur emploi comme force d’interposition, vont accentuer le caractère équivoque de ces régiments. Traditionnellement liée au monarque et non à la Nation, cette « armée dans l’armée », selon la formule d’André Corvisier, ne pourra apparaître que contre-révolutionnaire par nature et par fonction. En donnant au pouvoir en place l’impression de la force, les Suisses contribuèrent à en montrer paradoxalement la faiblesse. Ils étaient le reflet d’un pouvoir passé et le révélateur du pouvoir à naître, en ce que leur présence intempestive contribua à la mobilisation des Parisiens et des Marseillais. On pourrait, en l’occurrence, reprendre la formule de Mortimer-Ternaux selon laquelle « la force d’expansion est toujours proportionnelle à la force de résistance, au moyen de laquelle on a cherché à la comprimer151 ». Son caractère artificiel n’en aggrava que davantage la précaire et tendancieuse sécurité qu’elle procurait au Régime. En encourageant ainsi la résistance, elle confortait corollairement la Révolution, à qui elle offrait, de plus, une cible mobilisatrice de choix. Nous avons vu l’impossibilité pour la cour, en juillet 1789, d’employer directement les troupes suisses de manière offensive contre le peuple français. À l’usage, les Suisses agissaient plus volontiers comme force de dissuasion que comme force de répression. Entre maintenir l’ordre et tenter de restaurer l’ordre ancien, il n’y avait qu’un pas. Le service de France refusa de le franchir. Ainsi, le monarque ne put-il utiliser ces précieux défenseurs à sa convenance, ceux-ci rechignant à s’en prendre directement au peuple français. Le commandement suisse était réticent à prêter son concours à toute mesure arbitraire, tant qu’il n’avait pas la garantie préalable du succès des entreprises anti-révolutionnaires. Par conséquent, il fallait avoir recours aux Suisses avec parcimonie car à chacune de leur intervention, ils compromettaient un peu plus leur existence en France. Leur capacité d’intervention était devenue une véritable peau de chagrin, d’autant plus que les Suisses se montrèrent beaucoup plus perméables aux mouvements ambiants que ne le laisse paraître l’historiographie traditionnelle.

59La Révolution aurait dû rapidement avoir raison des régiments suisses en France, rendus superflus par la formation de la Garde nationale, premier pas vers la nation en armes. Contre toute attente, afin de préserver l’alliance, les Constituants se montrent fort partagés sur la politique à adopter à l’égard des régiments étrangers. Custine, dans ses « Réflexions sur l’établissement des milices nationales », met à l’écart les Suisses « alliés trop précieux pour songer à rompre les traités ». En évitant de s’en prendre aux régiments suisses, les autorités françaises ménageaient l’avenir. Militairement encombrant, politiquement non réformable dans l’immédiat, le service de France était resté diplomatiquement indispensable. Même si Marat considérait en général qu’il fallait supprimer les corps de mercenaires en France, il admettait la conservation des troupes suisses, attachées à la France par le système des capitulations. Même Robespierre s’employa, aux Jacobins, à démontrer l’utilité de l’alliance avec la Confédération et s’opposa à l’époque à l’entrée de Suisses dans les futures légions étrangères. En juillet 1791, après la dissolution des huit régiments « réputés allemands » et au moment où la France s’apprête à entrer en guerre, 10 % de l’armée française est encore composée de Suisses, soit 14 000 hommes sur 140 000. Après le 10 août et le massacre des Gardes-Suisses aux Tuileries, le séjour de troupes suisses dans un pays en pleine révolution était toutefois devenu impossible. Le décret du 20 août mit fin au service de France capitulé, mais on rechigna à les laisser quitter le sol français. Ce n’est qu’après les événements du 10 août, que le nouveau gouvernement procéda à la récupération en bonne et due forme de ces troupes, alors que des légions étrangères avaient été instaurées avant cette date. L’objectif prioritaire était plus la conservation de l’alliance que le démantèlement du service de France. En se gardant d’encourager ouvertement la désertion des soldats suisses avant la chute de la monarchie, les autorités retardaient la rupture de l’Alliance entre la France et les cantons suisses et par là même assuraient leur neutralité sur une frontière vulnérable.

60Il n’y a pas de place pour les Suisses dans l’histoire de France. Leur rôle a été minoré, voire évacué, parce que gênant sur le plan idéologique pour tous les camps en présence. Or, les soldats suisses ont influé sur les événements et joué un rôle considérable au quotidien. Au final, ont-ils permis de pallier l’absence de troupes le temps que ne se constitue la Garde nationale ou ont-ils exercé une concurrence déloyale envers une troupe encore immature ? Dans certains cas, la présence de Suisses a pu perturber ou ralentir la constitution de la Garde nationale, voire permettre à certaines autorités contre-révolutionnaires de se priver d’une milice locale favorable aux idées du temps. Ils ont aidé à la formation et à la consolidation de plusieurs gardes nationales, tout en contribuant à affaiblir et à décrédibiliser celle de Paris ; le bilan de ces relations est pour le moins complexe, globalement mitigé.

Notes

1 Voir à ce sujet C. Salerian-Saugy, La justice militaire des troupes suisses sous l’Ancien Régime, Lausanne, 1927. Voir en particulier p. 144-152.

2 Voir notre thèse : Les troupes suisses capitulées et les relations franco-helvétiques à la fin du xviiie siècle, 2 vol., 1 110 p., thèse de doctorat en histoire soutenue en Sorbonne le 22 juin 1996, sous la direction du professeur Jean Tulard.

3 Archives nationales (AN), Paris, AF IV 1701.

4 Charles-Louis Lesur, Précis historique et politique des alliances et capitulations militaires entre la France et les cantons suisses, Paris, 1818, p. 2.

5 Cf. Pierre Miquel, La Grande Révolution, Paris, 1988, p. 83.

6 Jean Chagniot, « Paris et l’armée au xviiie siècle », doctorat d’État, Paris, 1983, p. 654.

7 Édouard Rethore, Le vieil Argenteuil présente… Les Garde-Suisses à Agenteuil et leur influence sociale, Nancy, 1952, p. 11.

8 Service historique de l’armée de terre (SHAT), YA 298.

9 SHAT, Ya 292.

10 Aargauische Kantonsbibliothek, Aarau, Zurlaubiana, 92/54-57.

11 Jacques-Gamaliel Fonjallaz, « Journal d’un Garde-Suisse », Revue de Paris, 15 septembre et 1er octobre 1908, p. 418, 419.

12 SHAT, dossier GB, 2e série, 631.

13 Archives de l’État de Fribourg (AEF), fonds d’Affry, carton 34/284.

14 SHAT, Ya 292.

15 Joseph de Diesbach-Torny, « Les dernières années du régiment de Diesbach (1789-1792) », retranscrit par Max de Diesbach pour les Nouvelles Étrennes Fribourgeoises de 1891, Fribourg, p. 18.

16 Landesbibliothek Glarus N 4 : « Histoire du régiment suisse de vieux Stuppa, tirée de l’histoire militaire des Suisses au service de France par Mr. le baron de Zurlauben avec supplément et continuation ». Abschrift von General F.-N. von Bachmann von Näfels, 1792, f° 114-115.

17 SHAT, YA 373. Le major Bachmann parla de 113 désertions dans sa lettre au général Mayenfisch de mars 1790. Cf. SHAT, Ya 292.

18 Staatsarchiv Graubünden, Archiv. v. Salis-Seewis, Schloss Bothmar, Malans, f° 142.

19 Cf. S.-F. Scott, The Response of the Royal Army to the French Revolution, p. 67-69. Dans son ouvrage, l’auteur cite sept fois Châteauvieux, cinq fois Diesbach et Castella, trois fois Salis-Samade/Vigier et Ernest, deux fois Reinach et Courten, une fois Sonnenberg.

20 Archives départementales (AD), Seine, 2 AZ 243/4.

21 SHAT, Archives administratives. Classement général des officiers.

22 Capitaine dans la 1re compagnie de chasseurs nationaux en 1792, général de brigade le 13 juin 1793. Cf. SHAT, dossier G.B. 178, 2e série.

23 Mémoires de Bailly, III, p. 54-58, voir aussi le Courrier d’Avignon, n° 66, 19 août 1789, p. 271. Ce journal relève que la Garde nationale « ne put que les recevoir ; car il aurait été dangereux de les refuser ».

24 Archives municipales (AM) Le Havre, H I/1.

25 Aargauische Kantonsbibliothek Aarau, Fonds Zurlaubiana 91-610.

26 Mémoires de Bailly, III, p. 85.

27 Bürgerbibliotek Bern, Mss. Hist. Helv. Mut. XXI/a/11, document n° 5. Notes de Louis May à la relation de Watteville.

28 AD Val-d’Oise, AM Pontoise, BB5.

29 SHAT, A 4/56.

30 Bibliothèque municipale (BM), Rouen, H 1 14.

31 AD Seine-Maritime, L 337.

32 AD Seine-Maritime, Rouen, L. 884.

33 AAE, CP, Suisse, 434, f° 386.

34 Staatsarchiv des Kantons Solothurn (SAS), Fonds Benziger, Bd. III.

35 Récit de Roll, op. cit., f° 11-12.

36 Staatsarchiv des Kantons Luzern (SAL), PA 16682/799. Lettre du 28 octobre 1789 de Meyer de Schauensee à son frère.

37 SAS, fonds Benziger, Bd. III.

38 Sur Allimann voir SHAT, YB 64, f° 64.

39 SHAT, Ya 292. Lettre du major Bachmann à son frère du 10 mai 1790.

40 L’Ami du Peuple, n° 128, 9 juin 1790, in Œuvres complètes, II, p. 846.

41 Voir par exemple en janvier 1791 : BN, Paris, Mss. Nouv. Acq. fr. 2673, f° 48. TUETEY II, n° 2064, p. 220.

42 BN, Mss. fonds français 11697, foi. 158. TUETEY, n° 3035, f° 158.

43 BN, Mss. fonds français 11697, f° 156-157. Copie. TUETEY III, p. 294, n° 3034.

44 SHAT, A 4 LXXI, 3e dossier, f° 10.

45 Archives parlementaires, t. XXIX, p. 691 sq.

46 Georges Carrot, Le maintien de l’ordre en France, thèse, vol. 1, chap. III, section 1, p. 104.

47 Archives des Affaires étrangères (AAE), CP, Suisse, 423, f° 324/Archives fédérales Berne, p. 256.

48 Archives parlementaires, vol. 44, p. 190.

49 Voir par exemple en province la Gazette du département du Nord, n° CLIII, 1er juin 1792, p. 614 et n° CLIV, 2 juin, p. 618.

50 Les Révolutions de Paris, n° 151, 26 mai-2 juin 1792, p. 378.

51 Archives de la préfecture de Police, Sections de Paris, procès-verbaux des commissaires de police (Roule).

52 Imp. Ve Evrard. Sd., 8 p. BN, Département des imprimés : Lb 39 10590.

53 AN, D III 235.

54 Mémoires de Lavalette, I, chap. IV, p. 61-62.

55 SHAT, A 4/56.

56 AAE, CP, Suisse, 426, f° 519/Copies Rott à Neuchâtel 8 RO VII 21 et VIII, f° 101-102.

57 SHAT, YA 355, f° 309.

58 SHAT, A 4 56.

59 Ibid. Souligné dans le texte.

60 SHAT, A 4/65.

61 SHAT, A 4/65 f° 221.

62 SHAT, A 4/65, f° 145.

63 SHAT, A 4/65, f° 14 & minute 92.

64 SHAT, YA 355, f° 309.

65 SHAT, A4/65 C. Minute.

66 Arch. de l’ancien évêché de Bâle, Porrentruy, B 241 a 32.

67 Bibliothèque publique et universitaire (BPU), Genève, cabinet des Manuscrits, mss. 1138, « Compte-rendu à leurs Souverains par MM. les officiers du régiment de Lullin de Châteauvieux ».

68 AM Nancy, H 1 2/2.

69 SAL, Akten 13/1887. Lettre du colonel Lullin de Châteauvieux à Louis Meyer, officier au régiment de Lullin de Châteauvieux à Lucerne, Berne 22 août 1790.

70 Cf. SAS, BG 12/8. Mémoire à Monsieur le comte d’Affry, Nancy, le 1er septembre 1790.

71 Service des Archives de l’État de Neuchâtel (AEN), Archives privées Perregaux. Dossier 8, lettre à son épouse du 16 septembre 1790.

72 Ibid. Liste signée par Bouillé, lieutenant général, commandant de l’armée à Metz, 13 octobre 1790.

73 Originaire de Saint-Malo où il possède sa rue intra-muros. Cf. Guide vert Michelin, 1972, p. 172.

74 Texte aimablement transmis par M. Jean-Paul Rothiot.

75 Voir à ce sujet supra, chap. VII-5/4.

76 Buchez et Roux, Histoire parlementaire de la Révolution française, t. VII, p. 155.

77 Cf. Lettre de Tronchin à Puérari, 2 septembre 1790. Archives de l’État de Genève (AEG), PH 5283 bis.

78 Le Moniteur, XXXVIII, p. 232.

79 Le Moniteur, XXXVIII, p. 294.

80 L’Ami du Peuple, n° 213, lundi 6 septembre 1790, Œuvres politiques, III, p. 1372 Gorsas par contre parle bien de l’engagement du régiment de Castella et d’un bataillon de Vigier : Courrier de Paris dans les 83 Départements, n° IV, 5 septembre 1790, p. 51.

81 Gérard Walter, André Chénier, 2e partie, p. 225.

82 « Relation authentique de ce qui s’est passé à Nancy… 18 septembre 1790 ». Observations de l’Ami du Peuple, in Œuvres politiques, III, p. 1449.

83 Georges Carrot, Une institution, la Garde nationale, p. 45. Voir aussi René Tournes, La Garde nationale dans le département de la Meurthe, thèse de lettres, Paris-Angers, 1920, p. 73-103.

84 AEG, 44.3.2. : « Relation de l’insurrection de Nancy en 1790 ». « Extrait tiré du compte-rendu à leurs Souverains par MM. les officiers du régiment de Châteauvieux des mouvements de sédition et de rébellion qui ont eu lieu dans ledit régiment », f° 457.

85 Procès-verbal de l’Assemblée nationale, n° 400, vendredi 3 septembre 1790, p. 10. Le Moniteur, XXXVIII, p. 292.

86 L’Ami du Roi, n° CIV, 22 septembre 1790.

87 AD Corse du Sud, 1 L 144.

88 Révolutions de Paris, n° 63, détails du 18 au 25 septembre 1790, p. 531-532.

89 Buchez et Roux, Histoire parlementaire de la Révolution française, VII, p. 77.

90 Jacques Godechot, « L’influence de la guerre sur la Révolution », Die Französische Revolution zufälliges oder notwendiges Ereignis ?, Teil 2, 1983, p. 5.

91 SHAT, YA 373. Lettre du 17 mars 1792 de d’Affry au ministre Narbonne.

92 Albert Soboul, La Révolution française, p. 199.

93 Œuvres politiques, VI, L’Ami du Peuple, n° 431, 16 avril 1791 ; n° 435, 21 avril 1791, p. 2751 ; Œuvres politiques, V, n° 529, 10 août 1791, p. 3224.

94 Journal de Célestin Guittard de Floriban, bourgeois de Paris sous la Révolution, présenté et commenté par Raymond Aubert, Éd. France-Empire, p. 136.

95 Georges Carrot, Le maintien de l’ordre à Paris, vol. I, chap. III, section II, p. 111.

96 Cf. Gérard Walter, André Chénier, p. 228.

97 Nouvelles politiques ou Gazette de Berne, samedi 21 avril 1792, n° 32.

98 BN, mss. fonds français 6574, f° 101-133, 18 pièces.

99 Jean Tulard, Paris pendant la Révolution, 2e partie, chap. VI, p. 188.

100 Tourneux, II, p. 326.

101 Créé Stuppa en 1672. Voir à son sujet Historique du 64e régiment d’infanterie d’après les documents du Dépôt de la Guerre, Nantes, Imprimerie de l’Ouest, 1880.

102 AN, C 89, n° 58. Minutes signées. TUETEY III, n° 5994, p. 552. AD Val-d’Oise, AM Pontoise, EE 211.

103 AD Val-d’Oise, AM Pontoise, BB5, Registre de délibérations du conseil municipal.

104 AD Val-d’Oise, AM Pontoise, 1 DA 1. BM Rouen, H 1 XII.

105 Voir le journal de marche du régiment de Salis-Sarnade, p. 394-396.

106 BM Rouen, H 1 XII. Sur les Suisses en Normandie voir notre contribution « Le régiment de Salis-Samade en Normandie 1789-1792, force de maintien de l’ordre ou auxiliaire de la Contre-Révolution ? », Christine Le Bozec et Éric Wauters (dir.), En Hommage à Claude Mazauric. Pour la Révolution française, Publications de l’université de Rouen (IRED-CRHCT), 1998, p. 211-222.

107 Landesbibliothek Glarus, N 4, « Histoire du régiment suisse de Vieux Stuppa… avec supplément et continuation ». Abschrift von General F.-N. von Bachmann von Näfels, 1792, f° 112-113. J. Godechot, La prise de la Bastille, p. 394-395.

108 Landesbibliothek Glarus, N 4, « Histoire du régiment… », f° 115.

109 SHAT, A 4/67.

110 SHAT, A 4/67.

111 BM Rouen, série D Y 2, f° 116.

112 BM Rouen, série D Y 2, f° 116.

113 BM Rouen, H 1 XIV.

114 AD Seine-Maritime, L 336.

115 AD Seine-Maritime, L 336.

116 BM Rouen, H 1 XIV.

117 SHAT, A 4/70, f° 48.

118 Landesbibliothek Glarus, N 4, « Histoire… », f° 120.

119 AD Seine-Maritime, Rouen, L. 884.

120 AM Le Havre, H 2/55. Lettre des autorités départementales aux officiers municipaux du Havre, le 9 décembre 1791.

121 AM Le Havre, H 2/55.

122 SHAT, A 4/56.

123 AM Lyon, 1 2/2.

124 SHAT, A 4/60, f° 79.

125 Cf. A. Klemclausz, Histoire de Lyon, par L. Dubois et F. Dutacq, Lyon 1948, t. II, p. 264.

126 SHAT, A 4/65 b.

127 SHAT, A 4/65 b, f° 157.

128 Voir à ce sujet notre article « Le régiment suisse de Diesbach au service du Roi face à la Révolution dans le Nord/Pas-de-Calais (1789-1792) », Revue du Nord, t. LXXI, n° 282-283, juillet-décembre 1989, p. 739-756.

129 Diesbach-Torny, op. cit., p. 17.

130 SHAT, A 4/70, f° 98. Mémoire du comte d’Affry du 25 août 1791.

131 SHAT, A 4/65e, f° 155.

132 SHAT, A 4/69, f° 36.

133 SHAT, A 4/69, f° 129.

134 SHAT, A 4/69, f° 36.

135 AM Lille, 17911/13.

136 AM Lille, 1795618. Voir aussi 1789817.

137 Archives de l’ancien évêché de Bâle, B 241 a 33.

138 Voir à ce sujet notre ouvrage Vaudois et Confédérés au service de France 1789-1798, Éditions Cabédita à Yens-sur-Morges. coll. « Archives vivantes », 1998.

139 Cf. BM Marseille, collection « Bouillon-Landais ». Voir aussi l’article du baron de Vitrolles : « Le régiment d’Ernst, en Provence au début de la Révolution française », revue Versailles, n° 53-54, 4e trimestre 1973, 1er trimestre 1974, p. 27-39.

140 O. de Watteville, Le régiment de Watteville, une page de son histoire 1789-1792, Paris, 1898, p. 1516.

141 Staatsarchiv Bern (SAB), BI 39, f° 53.

142 Voir à ce sujet AN, F 7 3659/1.

143 AM Marseille, D 1 D 1, Reg. de corr, p. 73, Registre de délibérations du conseil général de la commune, t. I, p. 76.

144 AM Marseille, 19 H 1-4.

145 AM Marseille, 9 H 2.

146 AM Marseille, 9 H 2.

147 AM Marseille, D 1 D 9, f° 205-210, ext. du Registre des délibérations du corps municipal de Marseille, t. II. Voir aussi SHAT, A 4 70, dossier 2.

148 AM Marseille, H 9 2, « Mémoire de la municipalité de Marseille, sur les Evénemens du 16 octobre 1791 & jours suivans, occasionnés par quelques Officiers Suisses du Soixante Septième Régiment ci-devant Ernest », p. 13.

149 Jean Barruol, La Contre-Révolution en Provence et dans le Comtat, Cavaillon, 1928, p. 130.

150 AAE, CP, Suisse, 424, f° 171/Copies Rott à Neuchâtel : 8 RO VII/21 et VIII, f° 109-110.

151 Mortimer-Ternaux, Histoire de la Terreur, Paris, 1866, t. V, livre XIX, p. 87.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search