Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Deuxième partie. Genèse et création

La Garde nationale, enjeu politique et religieux dans le Midi de la frontière confessionnelle

Valérie Sottocasa

Texte intégral

1Alors que le Languedoc semble épargné par les troubles du printemps 1789, l’année 1790, paisible dans l’ensemble du royaume, est marquée par l’explosion de violences populaires très meurtrières. C’est d’abord, en mai 1790, l’affaire de Montauban au cours de laquelle les catholiques s’opposent à l’inventaire des couvents, suite logique de la suppression des vœux solennels. C’est surtout, mi-juin, la « bagarre » de Nîmes, qui dresse l’une contre l’autre protestants et catholiques enrôlés au sein de légions concurrentes. Les combats de rues durent trois jours et sont très meurtriers : trois cents morts sont déplorés ; plusieurs cadavres ont été atrocement mutilés, dont ceux de prêtres et de moines. Ces troubles ne restent pas isolés ; ils sont au contraire le point de départ d’une agitation croissante, qui se propage dans les montagnes du Languedoc dès les premiers jours de l’été dans une atmosphère inquiète où triomphent les tensions.

2Il convient de noter la précocité des violences politiques qui surviennent dans le Midi languedocien ainsi que le surgissement immédiat de la question religieuse, alors même que le débat sur la réforme du clergé est à peine amorcé ! Le rôle de premier plan joué par les gardes nationales dans les violences qui se déroulent tranche sur l’esprit de concorde qui l’emporte dans l’ensemble du royaume. Les divisions partisanes de la garde nationale de Nîmes, qui sont à la source de l’affrontement sanglant, nous conduisent à nous interroger sur les tensions qui ont marqué la genèse de la Garde nationale, non seulement à Nîmes mais dans l’ensemble des basses Cévennes, dont les milices participent à la « bagarre » de Nîmes. Leur rôle dans la structuration des antagonismes politiques et religieux mérite l’attention : dès leur naissance, les « légions » deviennent l’enjeu d’une lutte qui dépasse les conflits de personnes et d’influence que connaissent nombre de villes du royaume à la suite de la révolution municipale de l’été 1789. La coïncidence entre les oppositions politiques et religieuses, mise en évidence à Montauban comme dans la région nîmoise, doit également faire l’objet d’une étude attentive. En effet, le scénario qui se joue à Nîmes est loin de rester un phénomène isolé. Le traumatisme consécutif à la « bagarre » révèle l’importance des réseaux de solidarité tout autant que l’ancrage dans le temps et dans l’espace d’antagonismes anciens que la Révolution semble venir raviver. Or, l’étude des affrontements montre que la Garde nationale joue partout un rôle prépondérant dans la structuration des conflits comme dans leur déroulement.

  • 1 L’espace étudié concerne les départements du Gard, de l’Hérault, de la Lozère, de l’Aveyron et du (...)
  • 2 L’expression des violences populaires dans le Midi de la frontière confessionnelle a fait l’objet (...)

3Nous nous proposons d’observer le rôle joué par la Garde nationale dans la mise en place des antagonismes méridionaux, leur investissement par les différents partis en présence en termes politiques et religieux. Dans un second temps, nous analyserons la manière dont ces milices révolutionnaires sont devenues des « outils » de la radicalisation politique qui conduit le Midi au bord d’une guerre civile dès le printemps 1792. Enfin, nous tenterons de comprendre quelle a pu être la place de la mémoire populaire des guerres de Religion dans l’élaboration des processus de polarisation politique des gardes nationales dans le Midi de la frontière religieuse1. Nous tenterons ainsi de mettre en évidence l’originalité du modèle méridional à travers le rôle clé joué par les gardes nationales dans la mise en place d’une dynamique antagoniste conduisant au défoulement de violences populaires particulièrement précoces2.

Genèse des gardes nationales et précocité des affrontements méridionaux

La formation des « légions » ou gardes nationales

  • 3 Monique Cubells, « L’émeute du 25 mars 1789 à Aix-en-Provence », Mouvements populaires et conscien (...)
  • 4 Robert Laurent et Geneviève Gavignaud, La Révolution Française dans le Languedoc méditerranéen, To (...)

4La mise en place des milices bourgeoises, souvent appelées « légions », remonte à l’été 1789 et plus rarement au printemps. Dans son ensemble, la région qui nous occupe reste à l’écart des grands troubles du printemps 1789 qui ont donné lieu, notamment en Provence, à la formation des premières milices bourgeoises3. La revendication populaire gronde néanmoins dans nombre de bourgs et de cités de la montagne, donnant lieu à plusieurs émeutes sans lendemain qui contribuent cependant à créer un climat d’insécurité. Les événements de Paris et le renvoi de Necker suscitent la création des premières gardes urbaines, mais ce sont surtout les inquiétudes nées lors de la Grande Peur qui donnent l’impulsion décisive pour la formation des milices bourgeoises. L’une des premières à voir le jour dans le Languedoc méditerranéen est la légion de Montpellier, formée à la suite d’une violente émeute survenue à Agde en avril4.

  • 5 Cité par François Rouvière, Histoire de la Révolution française dans le département du Gard, Nîmes (...)

5En revanche, c’est bien l’annonce du renvoi de Necker qui suscite une réaction défensive à Nîmes. La cité et son arrière-pays cévenol se sont mobilisés en faveur du vote par tête tout au long de 1788 ; le pasteur de Nîmes, Jean-Paul Rabaut Saint-Étienne, a publié des Considérations très importantes sur les intérêts du tiers-état adressées au peuple des provinces par un propriétaire foncier5, dont l’écho dans la région a suscité de nombreuses réunions dans les cités et les bourgs cévenols. Élu par le tiers état, Rabaut Saint-Étienne a joué un rôle important dans la rédaction des cahiers de doléances de la sénéchaussée ainsi que dans la précoce mobilisation politique du département. C’est alors un personnage de stature nationale dont personne n’ignore le rôle au sein des débats qui ont permis la publication de l’édit de novembre 1787 accordant aux protestants du royaume un état civil. Comme la plupart de ses collègues, le député Rabaut Saint-Étienne rédige une correspondance régulière à l’intention de ses électeurs, auxquels il relate les principaux événements parisiens et l’atmosphère politique parfois déroutante dans laquelle ils se déroulent. Tout concourt donc à ce que Nîmes réagisse vivement à l’annonce du renvoi de Necker, connu sur place le 19 juillet. Dans plusieurs cités, les événements de la fin juin et du début juillet ont provoqué la réunion d’assemblées extraordinaires ainsi que des manifestations unitaires en faveur de l’Assemblée nationale, notamment la célébration de Te Deum rassemblant catholiques et protestants.

  • 6 François Rouviere, Histoire de la Révolution française dans le Gard, op. cit., p. 53 ; Anne-Marie (...)

6À Nîmes, la municipalité décide, sous la pression de quatre mille habitants, de former un conseil permanent destiné à faire face aux troubles éventuels auxquels la région pourrait se trouver confrontée. C’est alors la foire de Beaucaire, attirant des foules nombreuses, qui suscite l’inquiétude. Une milice bourgeoise, baptisée « Légion nîmoise », est mise sur pied entre le 19 et le 20 juillet. Elle est dirigée par les consuls de Nîmes auxquels se joignent des capitaines et vingt et un notables choisis au sein des trois ordres6. Très vite, les premiers échos de la Grande Peur viennent attiser les craintes ; dans la plupart des cités du Bas Languedoc, l’annonce de l’arrivée des brigands suscite l’organisation de gardes bourgeoises et la formation de conseils municipaux élargis. Les Cévennes ne restent pas à l’écart du vent de panique qui saisit la région. Le 29 juillet, à la lecture de courriers parvenus du bas Vivarais, Alès forme une milice bourgeoise ; Saint-Jean-de-Gardonnenque (Saint-Jean-du-Gard) est confronté à la Peur le 1er août : des attroupements formés dans les quartiers extérieurs à la ville sont pris pour des brigands et l’alarme est donnée. On bat la générale, le tocsin résonne et le bruit se propage rapidement. La Peur prend ici une ampleur considérable : plus de vingt communautés mobilisent leurs hommes pour secourir Saint-Jean et ce jusqu’à Barre, bourg des hautes Cévennes, distant de vingt-six kilomètres.

  • 7 Bulletin du conseil permanent de Saint-Jean de Gardonnenque du 3 août 1789, Nîmes, 1789.
  • 8 Gaston Cadix, Saint-Jean-du-Gard pendant la grande Révolution de 1789 à 1795, Anduze, Imprimerie d (...)

7Georges Lefebvre a souligné la vigueur de la panique qui se développe en Cévennes où elle rebondit et franchit les montagnes pour gagner le haut Gévaudan. La mobilisation provoquée par la menace contre Saint-Jean-du-Gard est considérable : trois mille hommes rejoignent la cité que l’on pense menacée, ce qui est sans commune mesure avec les autres mouvements défensifs que connaît la région. L’organisation de milices semble contemporaine : les sources mentionnent la milice bourgeoise de Saint-Jean, mais également les « bataillons » venus des autres places cévenoles. La solidarité est immédiatement mise à l’honneur : « Nous recevons des bataillons nombreux que le sentiment de l’honneur et du véritable patriotisme transporte : sentiment qui crée une redoutable discipline et qui vaut cent fois mieux. […] La réciprocité des témoignages des sentiments les plus généreux si loyalement réalisés, en resserrant nos anciens nœuds, fait de nous tous des amis désormais à l’épreuve des plus grandes catastrophes7 » La mobilisation suscitée par la Peur donne lieu à l’organisation ou à la réorganisation d’une milice bourgeoise, composée de six cents hommes (la cité compte un peu plus de quatre mille habitants et 466 citoyens actifs en 17908). Une fois dissipée la crainte des brigands, le rassemblement se transforme en une fête à la gloire du patriotisme. L’héroïne de la journée est une jeune fille, Marianne Cabanis, qui a fait son entrée dans Saint-Jean plus tôt dans la journée, armée d’un fusil et encadrée par ses deux frères.

8Ce rassemblement ne reste pas sans lendemain, ce qui fait tout son intérêt. En février de l’année suivante, une cinquantaine de communes situées dans les Cévennes gardoises se fédèrent, donnant naissance à la « confédération de la Gardonnenque » dont l’ambition est d’unir les hautes et les basses Cévennes face au péril que représentent les « perturbateurs » dénoncés tant par l’Assemblée nationale que par le roi. En mars, légionnaires et gardes nationaux fédérés se retrouvent à Boucoiran pour se doter d’un état-major et de deux aumôniers, un prêtre catholique et un pasteur protestant. Comme dans tout le royaume, la confédération est dominée par un esprit d’harmonie et de fraternité, exprimée, au cœur de ce pays huguenot, par la célébration de cérémonies religieuses œcuméniques. Ainsi, le 14 juillet 1790, autour de l’autel dédié à la patrie, les autorités élues, la Garde nationale, le curé et le pasteur prêtent le serment civique avant d’entraîner la population à l’église paroissiale pour un Te Deum, puis au temple protestant où le pasteur prononce un sermon vibrant de patriotisme.

Violences populaires et fédérations patriotes dans le Gard.

9Malgré le caractère œcuménique des cérémonies, il ne fait aucun doute que les protestants sont à la tête du mouvement fédératif dans les Cévennes, tout comme ils sont majoritaires au sein des gardes nationales et de leur état-major. Le mouvement de solidarité suscité par la Grande Peur a réactivé des liens anciens de solidarité entre communautés réformées le long de la vallée du Gardon. La géographie des communes fédérées épouse la frontière entre paroisses réformées et Cévennes catholiques (terres Blanches autour de Notre-Dame de la Rouvière et Saint-Martial, et région de Génolhac située sur les confins orientaux des Cévennes). Saint-Jean retrouve la place stratégique qui a été la sienne au moment des guerres de Religion, à la charnière entre hautes et basses Cévennes. Grande Peur et solidarité patriotique n’ont donc pas permis de transcender la fracture confessionnelle qui marque le pays depuis le xvie siècle et a été plusieurs fois réactivée au cours des conflits de religion des xviie et xviiie siècle (guerres de Rohan et révolte des Camisards).

10L’exemple de Nîmes s’inscrit dans cette dynamique mais le contexte est beaucoup moins serein. La ville conserve son image de capitale du protestantisme méridional, alors que la part de la population réformée n’a cessé de décroître au cours du xviiie siècle pour atteindre environ 30 % de la population. La société protestante s’est, comme dans de nombreuses villes, recentrée sur la bourgeoisie mais les classes plus populaires restent bien présentes. Tout au long du siècle, les nécessités de la cohabitation ont atténué l’exclusion des protestants des charges publiques. La Révolution leur ouvre cependant beaucoup de portes, jusque-là fermées ou à peine entrebâillées. La compétition pour le pouvoir local se trouve donc nettement renforcée par la création des nouvelles institutions. La Garde nationale, véritable bras armé des autorités locales, occupe naturellement une place de tout premier ordre dans ce jeu politique serré.

  • 9 Anne-Marie Duport, Terreur et Révolution à Nîmes en l’an II, op. cit., p. 58.

11Si la municipalité ancienne conserve théoriquement le contrôle de la légion créée en juillet, le conseil permanent, l’état-major de la légion et les troupes elles-mêmes sont dominées par les protestants. Lors des négociations menées pour la constitution de listes aux élections municipales, ces derniers réclament la moitié des sièges du futur conseil municipal, mais n’en obtiennent qu’un tiers. Dans ces conditions, la campagne électorale est particulièrement animée. De nombreux pamphlets circulent pour alerter l’opinion publique catholique et souligner la menace que représente une minorité protestante décidée à prendre une part active, voire dominante, dans la vie politique locale. L’argument porte : les paysans de la ville et les couches populaires dans leur majorité catholiques se déplacent en masse et assurent la victoire du baron de Marguerittes, noble libéral, élu député aux États généraux. La plupart des membres de l’ancien conseil de ville, représentants des propriétaires fonciers, de confession catholique, sont reconduits alors que les protestants sont évincés. Un seul d’entre eux a pu être élu. Le blocage précoce de la situation politique à Nîmes pousse les protestants à investir massivement les cercles patriotes qui peuvent alors apparaître comme des laboratoires politiques révolutionnaires. Le 11 avril 1790, la création du Club des amis de la Constitution répond à ces aspirations : sur 419 membres, 355 sont protestants9.

12La légion nîmoise est également l’enjeu d’une lutte d’influence entre les deux partis confessionnels. Elle se compose alors de vingt-quatre compagnies, soit mille trois cent cinquante hommes. Les milieux catholiques les plus conservateurs dénoncent l’emprise qu’auraient les protestants sur la légion ; en octobre 1789, plusieurs compagnies, exclusivement composées de recrues catholiques, sont mises sur pied par l’un des chefs les plus actifs de ce parti, François Froment. Avocat et receveur du chapitre, Froment est issu d’une famille d’anciens catholiques, relativement modeste au début du siècle, mais dont l’ascension sociale a été servie par l’exclusion des protestants de la vie publique. Les compagnies catholiques sollicitent immédiatement l’autorisation de prêter le serment civique, seul moyen d’assurer la légalité des troupes. Le conseil permanent est réticent, mais Froment n’hésite pas à lui forcer la main pour imposer la reconnaissance de ses troupes. À partir de cette date, deux forces armées coexistent à Nîmes, qui cherchent à se différencier par une identité, voire par une apparence propres. La légion porte une cocarde bleue et blanche. Progressivement, les légions catholiques vont se distinguer par le port d’un « pouf » rouge. Plus important : la présence de deux forces armées dont l’antagonisme ne cesse de s’affirmer génère des tensions qui se greffent sur les débats politiques, alimentant les journaux et pamphlets qui circulent en grand nombre au moment des élections municipales. Ils se font le relais de discours dans lesquels l’antagonisme confessionnel occupe une place croissante. De ce fait, la tentative pour composer une liste commune entre catholiques et protestants échoue, signe de la précoce polarisation des opinions. Les légions contribuent à radicaliser les termes du débat en constituant un moyen de pression.

  • 10 Anne-Marie Duport, Journées révolutionnaires à Nîmes, Nîmes, 1988, p. 35 ; Jacques Godechot, La Co (...)

13Les liens établis entre la contre-révolution naissante et le mouvement catholique nîmois sont précoces. Au cours de l’hiver, Froment décide de gagner Turin pour y rencontrer le comte d’Artois. Il semble parvenir à le convaincre de s’appuyer sur la résistance populaire pour consolider la contre-révolution et renverser l’Assemblée nationale. Jusque-là, les projets des émigrés reposaient sur l’enlèvement du roi et sur la mobilisation des puissances étrangères, deux points sur lesquels les opposants à la Révolution sont en difficulté. Le plan proposé par Froment permettait de passer à l’action sans être tributaire du roi ou des monarchies européennes tout en renforçant la légitimité populaire du comité de Turin. Il proposait de mettre en œuvre une insurrection royaliste appuyée sur le peuple en jouant, dans le Midi, sur les antagonismes confessionnels. Le comte d’Artois aurait dit, à propos de Froment : « Le sort de l’État tient peut-être à cette tête-là10. »

14De retour en Languedoc, Froment, conforté par l’attitude du comte d’Artois à son égard, intensifie la propagande anti-protestante. Il dote ses légionnaires d’un habit vert, couleur du comte d’Artois, et de cocardes rouges. Les échos de cette propagande réveillent dans le Midi de la frontière confessionnelle des tensions telles que les gardes nationales deviennent en quelques semaines un enjeu politique essentiel. À Castres comme à Montauban, des légions catholiques ont vu le jour ; les troupes montalbanaises ont adopté le nom évocateur de « légion Saint-Barthélemy ». Le printemps est particulièrement tendu : en avril, des troubles éclatent à Castres, à Nîmes, à Montauban. Dans ces deux dernières villes, les gardes nationales sont au centre des conflits même si elles n’en sont pas la seule cause. La municipalité de Nîmes décide, mi-avril, que les membres de l’état-major de la légion seront nommés par le conseil général de la commune, disposition qui soulève immédiatement les protestations des patriotes. Ce conflit local est compliqué par le débat national portant sur le statut de l’Église catholique : le 13 avril, la motion dom Gerle, demandant le maintien du catholicisme comme religion d’État est rejetée par l’Assemblée nationale. Cette décision soulève l’opinion publique catholique de Nîmes : François Froment organise une assemblée dans l’église des pénitents ; une pétition est rédigée et signée par trois mille personnes. Elle demande la suppression du club patriote et l’adoption de la motion dom Gerle. Les légionnaires de François Froment multiplient les gestes démonstratifs ainsi que les provocations à l’encontre des protestants. Début mai, des incidents violents les opposent aux soldats du régiment de Guyenne, très patriotes, ainsi qu’à une centaine de légionnaires protestants.

15Au milieu de mai, une nouvelle étape est franchie dans l’escalade de la violence et son instrumentalisation : le 10, des affrontements sanglants ont opposé à Montauban la « légion Saint-Barthélemy » aux élus patriotes et aux gardes nationaux protestants qui cherchaient à les défendre. La journée s’achève par une victoire catholique, ce qui vient conforter le sentiment de Froment quant à l’opportunité de lancer une offensive contre-révolutionnaire armée et populaire dans le Midi de la frontière confessionnelle. La légion catholique rassemble des armes et des munitions ; les pamphlets enflammés circulent de plus belle. Le commandant en second du Languedoc, Bouzols, fait part de ses inquiétudes au ministre de la guerre :

  • 11 Anne-Marie Duport, Journées révolutionnaires à Nîmes, op. cit., p. 31.

« Il s’en faut bien que cette province soit tranquille. Quoiqu’il y ait un calme apparent, c’est peut-être celle où la guerre des religions, qui est la plus cruelle de toutes sans doute, est prête à se déclarer. Toutes les villes et villages sont partagés entre les deux partis selon les religions. Il y a eu des assemblées et des coalitions des deux partis et des serments prêtés de part et d’autre de se réunir et de se soutenir11. »

16L’appel aux armes des deux partis, que ce soit à travers les pamphlets catholiques ou bien par le biais des serments et des confédérations, est lourd de menaces du fait que les gardes nationales sont détournées de leurs missions et placées au service de partis antagonistes qui, à travers le soutien ou l’opposition à la Révolution, épousent en fait une ligne de fracture confessionnelle pluriséculaire.

La « bagarre de Nîmes », traumatisme fondateur

17La « bagarre » de Nîmes semble une réplique de forte intensité des événements de Montauban. Elle se déroule sur trois jours (13-15 juin 1790), alors que l’assemblée électorale est réunie pour procéder à l’élection des autorités du département. En réalité, la « bagarre » s’inscrit dans une durée plus longue, ponctuée d’incidents, de prises de positions collectives ; l’affrontement semble préparé, attendu, tant le résultat des élections peut se révéler décisif pour l’un ou l’autre des partis. Le département est partagé entre protestants et catholiques, les premiers occupant la partie occidentale et montagneuse du Gard, les seconds sa partie orientale. Les résultats de l’élection décideront de l’orientation de la politique locale à une date où l’autonomie des départements est une réalité. Compte tenu de la dégradation du climat politique à Nîmes, la confédération de la Gardonnenque ainsi que les communes de la Vaunage, région protestante située à l’ouest du chef-lieu, s’inquiètent de la sécurité des électeurs réunis dans le palais de l’évêché. Courant avril, les tensions entre la municipalité de Nîmes et les communes protestantes du département ont éclaté au grand jour. Les autorités municipales interdisent aux légions nîmoises de se joindre à un camp fédératif organisé par les gardes nationales du district de Saint-Hippolyte ; en mai, l’invitation des gardes nationales du district de Sommières provoque la même réaction. On craint une alliance générale des gardes nationales protestantes du département. Côté catholique, les craintes sont avivées par l’identité des électeurs, connue le 27 mai : les protestants sont bien représentés et les patriotes sont en majorité.

  • 12 Pour le récit détaillé des incidents qui émaillent l’hiver et le printemps 1790, voir François Rou (...)

18Dans ces conditions, l’affrontement entre les deux légions nîmoises semble inévitable12. Alors que les électeurs siègent depuis le 4 juin, le 13 au matin des incidents éclatent entre « légionnaires » et « poufs rouges », également surnommés « cébets », un terme qui désigne les gens du peuple, les mangeurs d’oignons, massivement catholiques. Ces derniers prétendent monter la garde devant le palais de l’évêché, ce qui inquiète les légions patriotes, qui prennent également position. La tension entre les troupes monte vite, des coups de fusils malheureux déclenchent une bataille rangée et causent plusieurs morts. Les hommes se répandent dans les rues, appelant la population à la rescousse et la mêlant aux combats. Les légionnaires recrutés par Froment, du moins ceux qui ont accepté de se lancer dans cette aventure, se replient sur la maison de leur chef qui fait office de quartier général des troupes rebelles. La confusion est totale, d’autant que les rebelles sont en majorité des gens du peuple, recrutés au dernier moment par Froment en vue de la bataille. Il semble en effet que seules trois compagnies sur les quinze recrutées aient accepté de se joindre au coup de force.

19Durant la nuit, les deux camps font jouer les liens de solidarités qu’ils avaient pris soin d’entretenir et de raviver depuis les élections municipales. Les « poufs rouges » sillonnent les campagnes, alertant les curés chargés de mobiliser leurs ouailles. De leur côté, les patriotes ont lancé des appels à l’aide en direction des Cévennes et de la Vaunage protestatne. Les communes membres de la confédération de la Gardonnenque mobilisent massivement : entre un quart et un tiers de leurs effectifs prennent la direction de Nîmes à marche forcée. À l’aube, la ville est envahie de volontaires venus de toutes parts, ce qui aggrave l’anarchie qui règne dans la cité et que la proclamation de la loi martiale n’a pas permis de réduire. La découverte des cadavres de la veille avive la colère ; le corps d’un prêtre, abandonné dans une rue, exaspère une troupe de paysans venus soutenir ceux qu’ils considèrent comme les défenseurs de la foi catholique. De leur côté, les fédérés de la Gardonnenque surveillent les couvents, qu’ils suspectent. Une agitation autour de celui des capucins provoque son investissement ; un coup de fusil entendu à ce moment-là suscite le massacre de cinq moines. Ces crimes, aussitôt connus, appellent la vengeance : la maison d’un patriote est envahie et l’homme sauvagement massacré ; le cadavre d’un dragon est mutilé à coups de hache. Cependant, acculés par des troupes bien plus nombreuses, les hommes de Froment cèdent peu à peu au cours de la journée. L’arrivée de la garde nationale de Montpellier porte à douze ou quinze mille hommes les troupes au service de la Révolution ! Le 15 au matin, le calme semble rétabli ; l’ampleur des massacres déclenche l’affolement et des mouvements de panique sporadiques. Le traumatisme est à la hauteur du nombre des victimes, sans doute trois cents morts, dont plusieurs sauvagement mutilés.

  • 13 Robert Sauzet, Les Cévennes catholiques. Histoire d’une fidélité, xvie-xxe siècle, Paris, Perrin, (...)

20L’événement a de graves conséquences politiques. L’Assemblée nationale y consacre plusieurs débats et, localement, une foule de rapports, récits ou pamphlets tentent d’expliquer un massacre qui semble hors du temps et traumatise les esprits. Alors que la France s’apprête à fêter l’unité et la fraternité, le Midi fait figure de terre de violence, un espace dangereux où la contre-révolution peut surgir à la faveur de vieilles haines ancestrales. À l’échelle régionale, la bagarre de Nîmes confirme les craintes nourries par les deux partis confessionnels. La forte mobilisation des protestants dans le cadre des gardes nationales est la preuve, pour nombre de catholiques, que la Révolution est une machination protestante destinée écraser les catholiques. L’insurrection des « cébets » démontre aux réformés l’attachement fanatique des catholiques à l’Ancien Régime, attachement justifié par l’appui solide que la monarchie et la noblesse ont toujours apporté à leur cause. En effet, il convient de ne pas négliger le fait que les catholiques ont longtemps été minoritaires à Nîmes et dans bon nombre de villes de la région, tout comme dans une majeure partie des Cévennes13.

21La « bagarre de Nîmes » fige les partis pris politiques. L’impact de ce traumatisme initial, en contradiction avec l’état d’esprit fraternel et unanimiste dans lequel le royaume est alors plongé, est considérable. Il réduit la liberté de choix individuelle en renforçant les réflexes communautaires et identitaires. Il est désormais difficile d’être à la fois protestant et hostile à la Révolution ou catholique et patriote. Si elle existe encore dans les villes, cette liberté semble considérablement réduite dans les bourgs et les villages. La constitution des gardes nationales au lendemain des troubles de juillet 1789 a joué un rôle clé dans la mise en place de cette dialectique antagoniste.

La Garde nationale, outil de la radicalisation politique dans le Midi (1790-1792)

Les ambiguïtés du maintien de l’ordre

  • 14 Charles Jolivet, La Révolution en Ardèche (1788-1795), Aubenas, Curandera, 1988 [1930]. L’approche (...)

22L’investissement des gardes nationales par les antagonismes politiques et confessionnels conduit à une situation complexe. Les milices sont une nécessité, répondant à un besoin de maintien de l’ordre mais aussi à une vision nouvelle de la société, reposant sur la fraternité, l’ordre et la participation citoyenne. Leur désarmement est un non-sens, c’est pourquoi la municipalité de Nîmes ne s’y résout pas, malgré les nombreuses demandes qui lui parviennent. La constitution de fédérations de gardes nationales dont la géographie montre qu’elles se plient aux frontières confessionnelles n’est pas moins ambiguë. Les deux partis vont jouer de cette situation particulière et renforcer les légions dans une démarche partisane et engagée. Le premier camp de Jalès (18 août 1790) en est un bon exemple14. Les organisateurs du camp sont tous partisans de l’Ancien Régime, cependant il s’agit davantage, au lendemain de la « bagarre » de Nîmes, d’estimer les forces sur lesquelles ils peuvent compter que de préparer une réelle offensive contre-révolutionnaire.

23Le prétexte invoqué pour justifier le rassemblement du camp est le renouvellement du serment civique prêté lors du 14 juillet. La lettre de convocation est suffisamment vague pour ne pas éveiller la méfiance des communes patriotes. Certaines d’entre elles dépêchent en toute bonne foi des députés à Jalès, qui accueille également des délégations protestantes. Dans l’ensemble, la convocation a plutôt été envoyée à des communes catholiques, attentives aux mesures religieuses envisagées par l’Assemblée et connues pour leur hostilité aux protestants. Vingt mille gardes nationaux ou députés convergent du Gard, de l’Ardèche et de la Lozère en direction de la plaine de Jalès et de la commune de Berrias dont le maire, Louis de Malbosc, est à l’origine de l’initiative. Le serment prêté, beaucoup de délégations ne s’attardent pas, les travaux des champs requérant tous les bras. Celles qui restent sur place une fois la cérémonie achevée sont dans le secret de la véritable raison d’être du camp. Les discours se radicalisent, les esprits s’échauffent à l’idée de venger les catholiques massacrés à Nîmes.

  • 15 Le 8 septembre 1790, l’Assemblée nationale décrète inconstitutionnel le camp de Jalès et charge le (...)

24L’option retenue par les chefs du camp est plus prudente. Un comité est créé. Sa composition reflète le profil de l’opposition royaliste qui se structure et indique quels réseaux de solidarité ont joué. Plusieurs nobles du Vivarais ou du Gévaudan sont présents, tels le comte du Roure ou le chevalier de Borel, commandant de la garde nationale de Mende ; des ecclésiastiques, issus des trois départements, défendent les intérêts catholiques ; plusieurs hommes de loi, enfin, attachés à l’Ancien Régime par leurs fonctions et leurs intérêts, tous catholiques et souvent issus de paroisses frontalières des Cévennes huguenotes, complètent ce comité. Ouvertement réactionnaires, ces hommes n’ont cependant pas de plan arrêté. L’intransigeance avec laquelle l’Assemblée nationale condamne le camp et ses organisateurs joue sans aucun doute dans la recrudescence des troubles royalistes dans la région. La mise en place progressive de la réforme de l’Église catholique alimente les inquiétudes et nourrit des discours toujours plus radicaux qui exploitent le désarroi qu’introduit dans le pays le retour des protestants aux charges publiques ainsi que leur armement par le biais des gardes nationales. La Révolution introduit de ce point de vue une rupture, elle provoque une inversion des valeurs qui ne peut que générer la peur, et pas seulement des conflits de personnes autour de postes de pouvoir. L’inversion des normes politiques et sociales vient menacer un équilibre précaire, difficilement acquis en faveur des catholiques grâce au soutien et à la répression de l’État monarchique. La rupture de cette alliance séculaire ouvre la porte à toutes les craintes, que l’intransigeance de l’Assemblée nationale n’a pu que renforcer15.

25Si Jalès ne débouche sur aucune rébellion, le camp est désormais le symbole, à l’échelle régionale et nationale, de la contre-révolution méridionale. Au cours d’incidents survenus durant l’automne dans les environs d’Uzès, d’Alès ou de Sommières, l’impact du rassemblement de Jalès se lit clairement à travers l’évocation d’un nouveau camp, l’idée que des émigrés doivent venir le commander et que c’est à partir de la plaine de Jalès que se fera la reconquête de la France. C’est le signe de la structuration du parti contre-révolutionnaire dans la région auprès des classes populaires, ce qui se traduit par une incontestable nervosité de l’opinion, renforcée par l’introduction des mesures religieuses. Alors que les rumeurs d’un second rassemblement se diffusent dans la région, des incidents significatifs éclatent à Uzès en février 1791. La cité ayant perdu son titre d’évêché, la cathédrale doit être mise à disposition des autorités qui doivent en dresser l’inventaire. Une compagnie de la Garde nationale est chargée de surveiller les opérations et de garantir l’ordre. Composée essentiellement d’artisans et de travailleurs, cette compagnie décide brusquement de se rebeller et de se barricader à l’intérieur de la cathédrale afin d’en empêcher l’inventaire et de susciter une insurrection populaire. Les membres de la municipalité se retrouvent entourés par une foule de plus en plus compacte et hostile. Elle fait appel aux compagnies de gardes nationaux restés fidèles à la Révolution et qui prennent position sur le parvis de la cathédrale. Hués, bousculés et menacés, ces gardes ne parviennent pas à empêcher les désordres dans les rues, ni la fuite, au cours de la nuit, des rebelles de la cathédrale qui prennent la direction de Jalès.

  • 16 Archives nationales, F/7/3677/1, Précis historique des événements qui se sont passés dans les dépa (...)

26Sur leur route, ils répandent les rumeurs les plus alarmantes sur les violences commises à Uzès. Un catholique aurait été crucifié par des protestants ; les gardes nationaux de la Gardonnenque et de la Vaunage prépareraient une expédition punitive contre les villages catholiques de l’Uzège. Des milices villageoises sont immédiatement mobilisées et plusieurs maisons de protestants, notamment à Saint-Ambroix, sont assaillies par les rebelles en route pour Jalès ; celle du pasteur est entièrement saccagée16. Cet état quasi insurrectionnel pousse les membres du comité de Jalès à saisir l’opportunité qui leur est offerte : les légions catholiques sont convoquées dans la plaine de Jalès le 20 février. Dès lors, la dynamique populaire impose son rythme et bouscule les prévisions du comité. Dans de nombreuses communes, les protestants sont désarmés, les citadelles assiégées et les gardes nationales mobilisées en faveur de la contre-révolution. Cette levée en masse mal coordonnée, ambiguë quant à ses objectifs (maintien de l’ordre ou insurrection ?) impressionne les patriotes mais s’avère sans lendemain. La contre-offensive est rapide et efficace, Louis de Malbosc est arrêté et retrouvé mort peu de temps après. Paradoxalement, l’échec militaire du second camp de Jalès ne met pas un terme à l’agitation, qui devient au contraire endémique. Si la question religieuse est au cœur de la protestation populaire, les gardes nationales occupent toujours une place stratégique dans la structuration d’un mouvement contre-révolutionnaire. C’est avec les armes forgées par la Révolution elle-même que ses ennemis entendent la combattre. Peu de temps après l’échec du second camp de Jalès, le comte de Saillans, dont le patriotisme semble de plus en plus suspect aux yeux des autorités, entraîne sans autorisation plusieurs bataillons de la garde nationale d’Alès.

27Le détournement d’une partie de la Garde nationale dans les villes et bourgs du Midi reflète en réalité le caractère précocement manichéen du débat politique. Ce dernier se greffe sur des antagonismes séculaires ; chaque parti sait qu’une troisième voie est quasiment impossible à défendre et se comporte en conséquence. Les gardes nationales sont d’emblée considérées comme une garantie de survie pour l’une et l’autre des deux communautés. Elles visent moins à garantir un ordre nouveau que la sécurité des deux partis. Obsédés par le souvenir des guerres de Religion, ils cherchent à protéger des acquis, anciens pour les catholiques, liés à la Révolution pour les protestants. Ces derniers ont tout à perdre dans le retour à l’Ancien Régime alors qu’ils viennent à peine, et non sans mal, de recouvrer leur liberté de culte et la reconnaissance de leurs droits politiques. C’est pourquoi ils luttent pied à pied avec les catholiques pour imposer la Révolution dans un pays déchiré par l’application de la Constitution civile du clergé. L’épreuve du serment imposé aux prêtres contribue à creuser le fossé entre les deux communautés confessionnelles en les poussant dans la voie de l’affrontement armé.

28La mise en œuvre des réformes, surtout lorsque celles-ci sont contestées, a parfois contribué à faire de la Garde nationale un instrument au service d’un parti. L’application de la Constitution civile du clergé entre dans cette catégorie. L’attitude des prêtres face au serment est très contrastée dans la région, mais rares sont les espaces épargnés par les conflits. Si dans les montagnes de l’Hérault occidental les prêtres approuvent majoritairement le serment, en Margeride, le refus est massif, de même qu’en Aubrac. Les paroisses les plus troublées sont néanmoins celles qui se situent à la frontière entre montagnes et plaines, le long des voies de communication ou encore aux points de contact entre pays protestant et pays catholique. Les prêtres réfractaires ont pu être remplacés dans ces zones, et l’arrivée d’un assermenté dans la paroisse est toujours le moment le plus délicat. Si la gendarmerie ou l’armée sont fréquemment mobilisées, ce sont bien les gardes nationales qui sont chargées de garantir l’ordre dans les premiers temps de la Révolution. Cette situation accentue dans la plupart des cas l’engagement politique des gardes nationales. En effet, la question du serment des prêtres est perçue, dans cette région de frontière confessionnelle, comme une menace fondamentale pesant sur l’existence même de l’Église catholique. Dans le contexte déjà tendu qui marque le Midi, seules les compagnies patriotes, et bien souvent protestantes, acceptent de veiller au maintien de l’ordre en cas de conflit portant sur la question religieuse.

29C’est notamment le cas en Lozère, où 85 % des prêtres ont refusé de prêter le serment. Sur les sept districts que compte le département, seul celui de Florac, qui concentre les paroisses protestantes des Cévennes, a procédé au remplacement des curés réfractaires. L’arrivée des curés assermentés pose problème sur les marges des Cévennes, en particulier dans les gorges du Tarn où la population, entièrement catholique, s’arcboute contre la réforme de l’Église catholique. À Ispagnac, l’arrivée du prêtre assermenté, élu par une assemblée électorale comptant de nombreux protestants, déclenche une émotion considérable. Il faut faire appel à la garde nationale de Florac, composée, elle aussi, d’une majorité de protestants.

  • 17 AN, F/3681/13 ; AN, F/19/444.

« Dans ces conditions, affirme le procureur du district de Florac, les gardes nationales du district ne peuvent agir dans aucune occasion, parce que les prêtres n’ont pas manqué de persuader le peuple que les calvinistes veulent attaquer les catholiques et ils ne manqueraient pas d’user du prétexte de la religion au moindre mouvement de la garde nationale de ce district17. »

  • 18 Conférences ecclésiastiques de 1852, diocèse de Mende, paroisse de Sainte-Énimie, source non cotée (...)

30Dès lors, les incidents se multiplient entre population catholique et gardes nationaux protestants, contraints, du fait de leur fonction comme de leurs convictions, de prendre une part active dans les affrontements qui se multiplient dans la région. Au moment de la Terreur, l’un des rares épisodes déchristianisateurs se déroule non loin d’Ispagnac, dans les gorges du Tarn. Il met en scène des gardes nationaux venus de Florac et parodiant une procession après le pillage de l’église18.

31Aux confins occidentaux des Cévennes, le Rouergue méridional offre un profil comparable. L’exemple de Saint-Affrique est le plus significatif. Dans cette cité mixte, une minorité protestante aisée et puissante s’est maintenue tout en étant écartée des postes de pouvoir. La Révolution rétablit l’équilibre mais le maire, élu à la suite d’une mobilisation massive des électeurs modestes, est un catholique. Les protestants investissent en nombre les rangs de la Garde nationale ainsi que le Club des amis de la Constitution. La réforme religieuse mise en œuvre par l’Assemblée nationale achève de dresser l’une face à l’autre les deux communautés confessionnelles. Dans ces conditions, l’arrivée du prêtre constitutionnel dans la paroisse, fin juillet 1791, déclenche des troubles graves. Le maire et plusieurs officiers municipaux ayant choisi de quitter la commune, c’est aux élus protestants que revient la charge d’installer le nouveau curé. Leur présence dans l’église et l’attitude provocatrice des notables catholiques, qui assistent à la messe dos tourné à l’autel, encouragent la population à manifester son mécontentement. La cérémonie tourne à l’émeute et les officiers municipaux, débordés, décident de faire appel aux gardes nationales des communes voisines pour rétablir l’ordre. Ils ne se tournent pas, cependant, vers n’importe quelle commune, mais vers Millau et Camarès, deux cités comportant une solide communauté protestante.

32De fait, l’arrivée des détachements de gardes nationales de ces deux villes prend rapidement l’allure d’une expédition punitive. Guidés par des habitants patriotes de Saint-Affrique, les gardes envahissent les maisons des catholiques qu’on leur désigne. Les femmes, en pointe au cours des manifestations de la veille, sont brutalement expulsées de leurs maisons, battues sur la place publique, humiliées et parfois jetées dans la rivière. Ces violences durent trois jours, poussant plusieurs familles à fuir la ville ; elles s’achèvent par une grande farandole menée par les gardes nationaux de Millau, sabres au clair. Ils laissent une cité profondément traumatisée, des familles humiliées et deux communautés plus que jamais antagonistes. Les gardes nationaux, appelés pour ramener l’ordre dans une ville troublée, ont détourné leur mission pour se mettre sans hésitation au service d’une cause, d’un parti. Cet engagement s’inscrit déjà dans un schéma de polarisation précoce et marquée de l’opinion publique dans le Rouergue méridional. Millau n’y a pas échappé : l’une des toutes premières émeutes contre la Constitution civile du clergé s’y est déroulée en janvier, laissant la cité, ainsi que la Garde nationale, profondément divisées. Deux clubs animent l’opinion, l’un favorable aux réformes révolutionnaires, l’autre hostile, chacun accueillant en son sein de nombreux membres de la Garde nationale. L’enchaînement des incidents conduit à un affrontement armé des deux partis, qui tourne en faveur des patriotes. La Garde nationale est désormais à l’avant-garde du mouvement patriote dont elle garantit symboliquement la légalité.

  • 19 Archives départementales de l’Aveyron, 71 L 79.

33Du côté des opposants, le même processus se déroule, plaçant la Garde nationale au cœur des enjeux politiques. Nous en trouvons une confirmation à Saint-Affrique. En février 1792, deux jeunes garçons, tous deux patriotes et protestants, regagnent la ville après avoir purgé une peine de prison sanctionnant leur participation à plusieurs incidents. Ils sont accompagnés par un détachement de la garde nationale de Millau. À peine sont-ils en vue de Saint-Affrique, que la panique gagne la cité. Les rumeurs affirment qu’une troupe nombreuse arrive de Millau dans le but de recommencer les violences de l’été. La peur et la volonté d’en découdre poussent la population à s’armer, alors que la municipalité décide à la hâte de faire appel aux communes voisines. Là encore, les courriers ne sont pas envoyés au hasard : les communes sollicitées sont toutes catholiques et hostiles au serment des prêtres. En quelques heures, elles mobilisent leurs hardes nationaux qui marchent sur Saint-Affrique et sont logés, dès leur arrivée, dans les maisons des protestants, fâcheux rappel des pratiques du temps des dragonnades19 !

34Ces quelques exemples permettent de comprendre comment la Garde nationale échappe progressivement à sa mission première pour prendre la tête du mouvement populaire et lui conférer une réelle légalité. Ils permettent également de mettre l’accent sur l’importance des réseaux de solidarité dans lesquels s’inscrit cette évolution. Très anciens, remontant à l’époque des guerres de Religion, ils intègrent sans peine la Garde nationale comme bras armé du peuple auquel la Révolution a donné un poids politique et une réelle légitimité. La Garde nationale incarne la force de la nation, y compris, dans ces premières années de la Révolution, lorsque celle-ci s’oppose aux mesures de l’Assemblée nationale dont il est estimé qu’elles portent atteinte à l’intégrité physique et morale du peuple. Dès lors, la Garde nationale devient un élément décisif du processus de polarisation politique qui marque le Midi dès le milieu de 1791.

Les gardes nationales catholiques au secours de Saint-Affrique (février 1792).

Le rôle de la Garde nationale dans la polarisation politique du Midi

  • 20 AN, F/7/3657/1, récapitulatifs des troubles qui ont agité Millau…

35Progressivement, la Garde nationale a donc pris l’initiative politique, au nom du droit du peuple et tout en incarnant une réelle légitimité que lui confèrent son statut et ses fonctions. Cette évolution est sensible dans les villes où protestants et catholiques cohabitent. La Garde nationale est fréquemment à la tête des mouvements populaires revendiquant une radicalisation de la politique destinée à contrer les « ennemis » de la Révolution. Lorsqu’en avril 1791 le peuple de Millau réclame l’expulsion des prêtres réfractaires, les gardes nationaux sont nombreux dans ses rangs. En octobre, plusieurs détachements de la garde prennent l’initiative d’aller incendier le château de famille du curé réfractaire de la ville, avant de se tourner contre la salle du club royaliste20. En Lozère, où la plupart des cures sont dépourvues de prêtres assermentés et alors que la population cache de très nombreux réfractaires, les gardes nationaux, exaspérés par leur impunité de fait autant que par leur emprise morale sur les populations rurales, multiplient les expéditions punitives dans un cycle de violence croissante.

36Dans le Gard, un mouvement de grande ampleur marque le printemps 1792 et constitue sans doute l’aboutissement de l’engagement politique des gardes nationales dans la région. Un épisode particulièrement violent de la « guerre » des châteaux se déroule dans la région de Nîmes et des basses Cévennes au début du printemps, alors que les Cévennes lozériennes ont été touchées dès la fin de 1791. En décembre, alors que se propage la rumeur d’un troisième camp à Jalès, dont le chef serait le comte de Saillans, les châteaux et propriétés de ce dernier sont attaqués par plusieurs attroupements. Rassemblant la majeure partie des hommes de la commune, y compris les petits notables, ces mouvements réclament assez rarement les papiers terriers. Ils se concentrent davantage sur les signes de féodalité et d’aristocratie, martelant les armoiries, abattant les girouettes, arasant les tours des propriétés de Saillans et de ses alliés. Si la Garde nationale reste discrète au cours de cet épisode, elle n’intervient pas pour rétablir l’ordre, laissant les troubles se développer sur une quinzaine de jours.

  • 21 Ibid., F/7/3681/13.

37En avril, alors que les tensions se sont durcies, tant du fait de la question religieuse que de la guerre, les châteaux sont la cible de multiples attaques dans les Cévennes gardoises. Le contexte est décisif dans cette escalade des violences collectives. En février, les contre-révolutionnaires lozériens sont parvenus à se rendre maîtres de Mende, chassant les troupes qui avaient été appelées par les patriotes du département21. Les montagnes abritent de nombreux foyers contre-révolutionnaires alors que les ennemis de la Révolution l’emportent à Arles. Le Gard patriote aspire à prendre les armes pour défendre la république et l’appel aux volontaires a été entendu : alors que le département doit fournir 2 240 hommes, ce sont plus de cinq mille volontaires qui se font inscrire sur les registres ! Début mars, plusieurs bataillons de ces volontaires sont dirigés vers Villeneuve-lès-Avignon où ils doivent embarquer sur le Rhône et se diriger sur Arles qu’il faut reconquérir. Surchargée, une des barques coule, provoquant la noyade de soixante-neuf jeunes volontaires. Ils étaient massivement originaires des communes patriotes et protestantes de la Vaunage et de la Gardonnenque, où très vite se répand la rumeur que l’accident est en fait un attentat royaliste.

La guerre des châteaux dans le Gard.

  • 22 Anatoli Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, Moscou, 1987, Paris, S (...)
  • 23 AD Nîmes, L 1470, L 1838, L 429, L 421, L 426 ; Archives départementales de Montpellier, L 711, L (...)

38Une semaine plus tard, la région s’embrase : entre le 1er et le 7 avril, ce sont près de quarante châteaux ou propriétés nobles qui sont livrés aux flammes. Le scénario se répète à l’identique : une troupe nombreuse, comptant plusieurs centaines d’hommes, dont une part importante de la Garde nationale, attaque les châteaux des environs. De manière méthodique, le lieu est entièrement saccagé, les portes, fenêtres, meubles sont arrachés et jetés dans un bûcher ; le jardin, le verger, les terrasses, tout est détruit, comme si l’on cherchait à effacer le château du paysage social. Vol, taxations ou destruction des papiers terriers ne constituent pas la préoccupation majeure des incendiaires au cours de cette première vague de la guerre des châteaux dans le Gard22. Les autorités sont désarmées, car la Garde nationale leur fait souvent défaut, prenant au contraire la tête du mouvement populaire. Dans les environs d’Alès, où son implication est presque totale, les objectifs sont clairement affichés : il faut « exterminer tous les nobles, les ecclésiastiques et leurs soudoyés23 ».

39Cette violence ne peut se comprendre si l’on ne prend pas en compte la proximité de Jalès, foyer toujours actif de la contre-révolution méridionale. Le comte de Saillans a repris le flambeau de la rébellion ; ses hommes sillonnent le pays pour recruter des troupes et mobiliser les campagnes catholiques. La proximité « physique » de l’ennemi, dans ce pays de frontière religieuse, accroît la sensation de danger et pousse les patriotes à entrer dans l’action. Ils entendent ainsi montrer leur propre capacité de mobilisation face aux tentatives insurrectionnelles répétées des royalistes dans la région. Sûrs de leurs droits, les patriotes ont la conviction de défendre la patrie en danger, ce qui justifie souvent la mobilisation des gardes nationales qui en sont le bras armé. Il convient cependant de nuancer cette réalité : les gardes nationales ont souvent été divisées et seuls les éléments les plus radicaux poussent à entrer dans l’illégalité de l’action violente. Il n’en reste pas moins que la proximité du danger nourrit un sentiment d’urgence qui justifie aux yeux de beaucoup le recours à la violence populaire. Ce choix est néanmoins difficile pour les patriotes : où situer la ligne de démarcation entre le maintien de l’ordre et la sauvegarde d’une Révolution que l’on sent menacée ? Jusqu’à quel point convient-il de s’engager dans les luttes partisanes ? À partir de l’été 1791 et plus encore de 1792, les gardes nationales vont se trouver confrontées à une surenchère patriote qui montre clairement les limites de leur engagement dans le mouvement populaire.

  • 24 AD Rodez, I L 752, 753, 754 ; 71 L 46 ; AN, F/7/3657/1 ; nous avons par ailleurs étudié la « Bande (...)

40Plusieurs cités du Midi languedocien voient s’organiser, peu après la fuite du roi, des bandes de patriotes décidés à prendre directement en charge la chasse aux aristocrates. Ces bandes, qui se font appeler « pouvoirs exécutifs », sont composées de jeunes patriotes ; certains, parmi les plus âgés, sont membres de la Garde nationale, d’autres sont volontaires nationaux. Alès, Nîmes, Montpellier, Castres voient se former de telles associations, ainsi que Saint-Affrique. Violentes et expéditives dans leurs opérations, ces bandes sont déterminées à outrepasser la légalité. Lorsqu’elles ne sont pas rapidement maîtrisées, leurs membres parviennent à imposer une véritable terreur parmi les opposants comme parmi les patriotes. Souvent volatiles, ces associations restent mal connues ; celle de Saint-Affrique fait ici exception. Les violences commises et leur durée ont suscité de longues enquêtes et donné lieu à la rédaction de volumineux rapports24. Ces derniers montrent que le groupe s’est formé en dehors de la Garde nationale mais avec le soutien de plusieurs volontaires nationaux ; ses membres sont exclusivement protestants et appartiennent à toutes les classes de la société urbaine. Leurs méthodes obéissent à des règles qui tiennent à la fois des pratiques militaires, des procédures judiciaires et des rituels des sociétés secrètes. Les chiffres y occupent une place de choix : cultivant le secret, la bande ne désigne plus ses membres que par un numéro ; les fautes et les peines qui leur sont attachées sont également désignées par des chiffres.

41Alors que les gardes nationaux que nous avons rencontrés jusqu’à présent agissaient de jour, à la tête d’une foule nombreuse, la bande Noire de Saint-Affrique, comme celles que nous avons repérées à Alès, Castres ou Montpellier, agit de nuit, masquée et en petit nombre. Son objectif n’est plus la sauvegarde des institutions élues, mais leur contrôle ou leur remplacement. Il ne s’agit plus de se placer dans le cadre de la légalité mais au contraire d’en forger une nouvelle, issue de la rue et de la violence. La bande répand volontairement la terreur dans la ville. Si les catholiques sont ses principales victimes, des pressions musclées sont exercées sur les notables protestants, y compris les élus, dès lors mal à l’aise au moment de mettre en route une politique répressive.

42Ces exemples montrent donc que la Garde nationale, malgré un investissement politique croissant dans les luttes partisanes locales, a pu être débordée par des groupes plus radicaux, minorités agissantes qui se réclament d’une autre légitimité, celle de la rue, dans laquelle la Garde forgée en 1789 ne se reconnaît pas facilement. Il n’en reste pas moins que la force et la précocité des engagements de la Garde nationale dans les affrontements locaux sont une réalité propre au Midi, que les violences du passé permettent de mieux appréhender.

Les gardes nationales et la mémoire des guerres de Religion

43La répétition des guerres de Religion a suscité dans le Midi de la frontière confessionnelle un réflexe de militarisation populaire. Minorité menacée, la communauté réformée s’est armée dès le xvie siècle, défendant avec acharnement le bastion huguenot que sont rapidement devenues les Cévennes. La place occupée par les Cévenols dans l’histoire des guerres civiles, leurs aptitudes physiques, leur courage et leur attachement à la foi ont forgé l’image d’un peuple farouche, naturellement apte aux manœuvres militaires, à condition de respecter certaines contraintes psychologiques, notamment le refus de tout engagement lointain et sur la longue durée. S’intégrant dans l’organisation politique des provinces réformées, la résistance armée a évolué, mais est toujours restée dans le cadre d’une action collective. L’un des principaux facteurs de cette évolution est la désertion progressive des hauts lignages qui, au cours des règnes d’Henri IV et de Louis XIII, ont rejoint le catholicisme afin de recouvrer leur place au sein de l’État. L’organisation militaire des réformés est devenue plus populaire, dans son recrutement comme dans son commandement. Les alliances entre lignages nobles ont été remplacées par des fédérations entre villes ou entre villages. Cette dynamique fédérative s’explique par la répétition des conflits entre les deux communautés confessionnelles qui cohabitent dans le Midi languedocien. L’atmosphère de guerre civile a sans doute été quasi permanente entre l’introduction de la Réforme et l’édit de grâce d’Alès.

  • 25 Henri (duc) de Rohan, Mémoires du duc de Rohan, La Haye, 1696, t. 1, p. 222.

44Les guerres menées par le duc de Rohan occupent ici une place de tout premier ordre. Les Cévennes adhèrent sans réserve à la rébellion qu’a entraînée l’occupation du Béarn par les armées du roi en 1620. La stratégie mise en œuvre par Rohan, à partir du siège de Montauban (août-novembre 1620) s’appuie sur une large mobilisation populaire. Dans un premier temps, les milices urbaines se rangent massivement derrière lui ; elles ne peuvent suffire, cependant, à faire face aux armées du roi : Rohan en appelle largement à la population, levant des troupes dans les montagnes, multipliant les attaques contre les places fortes catholiques de la région. Rohan a parfaitement su tirer parti de la résistance physique des montagnards tout autant que de leur détermination à résister face à l’offensive menée contre le protestantisme méridional. À partir de 1627, il institue dans les Cévennes une milice générale, à laquelle chaque commune participe en fonction de sa population. Les Cévenols forment un peuple de « guerriers de Dieu » qui parvient à tenir en échec les armées du roi durant près de dix ans : malgré l’échec final, les Cévennes ne sont pas occupées, renforçant ainsi leur image de bastion imprenable de la Réforme. Ces guerres ont été menées par le peuple, au nom d’un idéal, celui de la liberté des consciences25.

  • 26 Jean-Baptiste Louvreleul, Le fanatisme renouvelé ou histoire des sacrilèges, des incendies et des (...)

45La guerre des Camisards, à partir de 1702, relance le combat : la région insurgée est celle sur laquelle Rohan a pris appui soixante-dix ans plus tôt ; la stratégie est celle de la guérilla, dans le style inauguré par Rohan, et la lutte est menée au nom de la liberté de conscience. Le lien entre ces deux épisodes insurrectionnels n’a pas échappé aux contemporains qui soulignent, pour plusieurs d’entre eux, la vigueur des souvenirs conservés par les Cévenols des opérations conduites du temps de Rohan26. Le détail des événements confirme le poids de la mémoire collective sur la conduite de la révolte, qui semble s’inscrire dans la continuité des guerres menées par le duc. Ces dernières ont forgé l’image de Cévenols âpres au combat, aptes à une mobilisation rapide, efficace, capables de soutenir une guerre face aux armées du roi. Forts de cette mémoire glorieuse, les Camisards n’hésitent pas à prendre les armes, à s’organiser en troupes armées derrière des chefs issus du peuple. La répétition des affrontements confessionnels a indéniablement militarisé ces communautés de montagne tout comme les combats au nom de la liberté et de la défense de la religion ont structuré les mentalités.

  • 27 Ibid., vol. 3 ; Chrystel Bernat, Une révolte et sa contre-révolte. L’action des catholiques pendan (...)

46Les catholiques ont également su tirer les leçons des guerres de Rohan. La révolte de 1702 suscite au sein de cette communauté confessionnelle localement minoritaire, un sursaut défensif, alimenté par les mêmes souvenirs des guerres de Religion. Soucieux de maintenir le nouvel équilibre politique créé par la révocation de l’édit de Nantes, les catholiques des Cévennes et de leur piémont s’arment pour soutenir l’action répressive de l’État. Des milices, d’abord spontanées, puis encadrées par l’intendant du Languedoc, sont constituées afin de faire face aux Camisards. Conscients de leur isolement aux portes du bastion cévenol, les catholiques s’arment dès les débuts de la révolte. Ce sont d’abord des volontaires qui viennent peupler les rangs de ces milices dont le premier but est défensif. Au cours de l’hiver 1703, les premières fédérations voient le jour : elles répondent à l’aggravation des violences des Camisards et manifestent une volonté plus offensive, désormais, que défensive. La constitution de ces ligues se traduit par un durcissement des affrontements. Les opérations en pays protestant se soldent par de véritables massacres, auxquels répondent les troupes camisardes27.

47Le xviiie siècle offre un visage beaucoup plus serein, mais à quel prix pour la communauté réformée ! Le souvenir des heures de gloire n’a pas été dilué dans l’esprit des Lumières. Transmis de génération en génération, il a forgé une identité collective forte, tant du côté des protestants que des catholiques. La Révolution survient dans ce paysage mental façonné par le poids d’un passé où la violence a laissé de fortes empreintes. Elle vient y prendre sa place et est rapidement vécue sur le mode d’un rejeu des guerres de Religion. Les témoignages en ce sens abondent. Les arguments mis en avant par François Froment lors de la constitution des légions catholiques s’appuient sur les fantômes du passé. De nombreux pamphlets paraissent au cours de l’hiver et du printemps qui précèdent la bagarre de Nîmes ; ils reprennent le récit des massacres qui ont ponctué les guerres de Religion et brandissent la menace de la vengeance des protestants. Une lettre intitulée Pierre Romain aux catholiques de Nîmes lance un avertissement au ton apocalyptique :

  • 28 Pierre Romain aux catholiques de Nîmes, lettre anonyme citée par François Rouviere, Histoire de la (...)

« Vous souffrirez qu’ils soient protestants, ils ne vous pardonneront plus d’être catholiques […] Vipères ingrates que l’engourdissement de leurs forces mettait hors d’état de vous nuire, réchauffées par vos bienfaits, elles ne revivent que pour vous donner la mort. Ce sont vos ennemis-nés. Vos pères ont échappé par miracle de leurs mains sanguinaires ; ne vous ont-ils pas raconté les excès de cruauté exercés contre vos aïeuls28 ? »

48Le traumatisme créé par la « bagarre » de Nîmes alimente les peurs ancestrales :

« Nous les voyons reparaître ces temps de désolation, de meurtre, de carnage ; […] Armés du fer et du feu, les protestants […] ont marché sur des monceaux de cadavres ensanglantés […]. Qu’on ne nous parle plus du massacre de la Saint-Barthélemy ; les journées du 13 et du 14 juin 1790 surpassent en horreurs les maux que la sensibilité catholique a pu reprocher aux générations passées. Mais comment les protestants ont-ils réveillé leurs anciennes animosités ? Quel démon les a poussés à se baigner dans le sang des catholiques ? L’ambition et la vengeance. »

  • 29 Le massacre de la Saint-Antoine de Padoue à Nîmes, brochure anonyme, Bibliothèque de la Société d’ (...)

49L’auteur fait un parallèle immédiat avec les Camisards : « Le dimanche 13 juin les volontaires protestants de Nîmes réunis à des volontaires protestants des Cévennes outragent les volontaires et citoyens catholiques. […] Les protestants des Cévennes et de la Vaunage, connus dans l’histoire sous le nom de Camisards, arrivent le lendemain à la pointe du jour29. » Les gardes nationaux ne sont plus, dès lors, appelés autrement par l’auteur du récit que « Camisards ».

  • 30 AN, F/7/3677/1.

50La mémoire des guerres de Religion est partout ; elle rythme discours et pamphlets et détermine pour une large part la compréhension des événements contemporains. Au lendemain des troubles de Nîmes, une femme interrogée par les juges qui cherchent à en éclairer les circonstances, déclare que « depuis quelques temps les protestants menaçaient les catholiques de recommencer une Michelade30 ». Le parallèle entre les deux épisodes est aisé à établir ; dans un cas comme dans l’autre, le massacre est interprété comme un complot protestant visant à prendre le pouvoir et exterminer les catholiques. Si les tueries étaient relativement courantes durant les guerres de Religion, le massacre programmé des notables catholiques de 1567 (la Michelade) a occupé dans la région la place que tient dans l’histoire nationale la Saint-Barthélemy. La violence hors d’âge du massacre de 1790 choque les populations qui interprètent dès lors l’affrontement nîmois comme un retour des guerres de Religion. La bagarre de Nîmes n’opposerait pas des patriotes à des royalistes, mais des protestants à des catholiques. Les deux événements suscitent, à deux siècles de distance, un traumatisme d’une égale puissance, entretenant dans le sang et la mémoire collective une angoisse très forte dans le cœur des catholiques. La proximité des Cévennes, le développement des fédérations armées, tout vient rappeler les épisodes les plus sanglants des guerres de Religion. Cet état d’esprit est incompréhensible si l’on ne se place pas du point de vue de l’histoire régionale car, sur le plan national, ce sont bien les protestants qui ont eu à souffrir des violences et de la persécution. Mais l’histoire du Languedoc n’est pas, de ce point de vue, à l’image de celle du royaume et les mentalités populaires se nourrissent d’une mémoire dans laquelle les violences l’emportent sur la tolérance. L’armement des deux partis par le biais des milices ou gardes nationales nées dans l’été 1789 vient s’intégrer dans un processus où la peur de l’autre l’emporte sur tout autre considération.

  • 31 AN, F/7/3677/1 ; AD Nîmes, L 413, dossier sur les camps de Jalès et les troubles de Saint-Ambroix.
  • 32 AD Nîmes, L 421, f° 383, lettre du 26 décembre 1790.
  • 33 AD Nîmes, L 413, lettre des administrateurs du district d’Alès datée de 1795.

51Ce sentiment est loin, cependant, de constituer le seul moteur des affrontements. De part et d’autre, les violences ont traumatisé mais l’on peut également s’enorgueillir d’une résistance populaire armée et efficace. La Révolution réveille tout à la fois les craintes propres à chaque communauté confessionnelle, minoritaire à sa manière, mais révèle aussi une aspiration à l’affrontement, une volonté d’en découdre avec l’ennemi séculaire. L’engagement croissant des gardes nationales dans les conflits politiques traduit ces sentiments. La mobilisation suscitée par le premier camp de Jalès épouse globalement les contours de celle qui avait poussé, un siècle plus tôt, les catholiques cévenols à se dresser face aux Camisards. Il y a là une coïncidence qui ne doit rien au hasard mais témoigne de la mémoire vivante de l’action des catholiques face à la rébellion des protestants qui pouvait mettre en péril la politique discriminante de la monarchie en leur faveur31. Dans certaines paroisses catholiques, les curés assermentés constatent que l’on fête ostensiblement la Saint-Barthélemy. Les patriotes de Saint-Jean-du-Gard expliquent d’ailleurs la formation du parti royaliste dans le Gard par « la détestable ambition de parvenir à ses fins sanguinaires en renouvelant les noires fureurs de la Ligue et les horribles massacres de la Saint-Barthélemy32 ». Les autorités ne peuvent que constater que la Révolution a réactivé les anciens conflits : « Aussitôt cette distinction de Catholiques et de Protestants presqu’oubliée depuis longtemps dans les égards de la vie civile, a été rétablie dans son opposition la plus marquée […]. Le souvenir des anciennes fureurs, malheureusement trop réciproques, des deux partis, à été réveillé33… »

Conclusion

52Le Midi languedocien est donc marqué par un climat précoce de violence dès les premiers temps de la Révolution, alors que le reste du royaume semble jouir d’un apaisement salutaire des tensions politiques et sociales. Les gardes nationales ont joué un rôle de premier plan dans la radicalisation des partis pris politiques. Peu de temps après leur formation, ces gardes ont été divisées en légions antagonistes et placées au cœur des affrontements par la « bagarre » de Nîmes. Cet événement traumatisant a suscité dans l’ensemble de la région une polarisation politique extrême, conduisant le Midi au bord de la guerre civile dès l’été 1791. Une ligne de démarcation se dessine, dressant l’un contre l’autre un espace patriote et un ensemble hostile à la Révolution. Dans cette configuration, les gardes nationales, bras armé du peuple, se sont naturellement retrouvées sur le devant de la scène, à la fois enjeu politique et moyen de défense des communautés. L’existence de régions politiquement cohérentes accentue la logique d’affrontement ; la coïncidence entre cette géographie politique et la frontière confessionnelle qui oppose bastion protestant et région catholique s’est rapidement révélée déterminante. Les choix politiques épousent, à l’exception de quelques individus dans les grandes villes, l’identité confessionnelle. Dès la « bagarre » de Nîmes, les patriotes sont assurés du soutien des légions protestantes, notamment des fédérations qui se sont précocement établies dans les Cévennes méridionales. Face à ce qu’ils considèrent comme la structuration d’un parti protestant, les catholiques investissent les gardes nationales de la même mission : défendre et protéger la cause et le peuple catholiques.

53La répétition des guerres de Religion, guerres civiles ponctuées de massacres traumatisants pour les deux communautés, a suscité dans le Midi de la frontière confessionnelle un réflexe de militarisation populaire dans lequel les gardes nationales trouvent rapidement leur place, quand bien même elles n’ont pas été créées dans cet esprit. Les violences de religion ont, au cours des siècles, forgé les mentalités et façonné les sensibilités ; leur mémoire est progressivement devenue un élément majeur de l’identité collective. L’armement des deux partis au travers des gardes nationales vient donc intégrer un processus où la peur ancestrale de l’autre domine, alors que l’histoire a montré, pour les deux communautés, l’importance des prises d’armes populaires. Au fil du temps et des affrontements fratricides, le souvenir des violences l’a emporté sur celui de la cohabitation pacifique, qui a souvent été la règle. La formation des gardes nationales pouvait difficilement échapper au climat d’inquiétudes populaires héritées des guerres de Religion et que la Révolution réactive.

Notes

1 L’espace étudié concerne les départements du Gard, de l’Hérault, de la Lozère, de l’Aveyron et du Tarn. Dans cette communication, nous nous centrerons sur Nîmes, les Cévennes, le Gévaudan et le Rouergue méridional (districts de Millau et Saint-Affrique).

2 L’expression des violences populaires dans le Midi de la frontière confessionnelle a fait l’objet d’une étude de notre part : Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les montagnes du Languedoc, Presses universitaires de Rennes, 2005. Nous avons adapté à notre enquête la méthode mise en œuvre lors du colloque Mouvement populaires et conscience sociale, xvie-xixe siècle, Paris, mai 1984, Paris, Imago, 1985.

3 Monique Cubells, « L’émeute du 25 mars 1789 à Aix-en-Provence », Mouvements populaires et conscience sociale, op. cit., p. 401-408 ; Michel Vovelle, De la cave au grenier. Itinéraire en Provence au xviiie siècle, Québec, Serge Fleury, 1980.

4 Robert Laurent et Geneviève Gavignaud, La Révolution Française dans le Languedoc méditerranéen, Toulouse, Privat, 1987, p. 38-39.

5 Cité par François Rouvière, Histoire de la Révolution française dans le département du Gard, Nîmes, 1887, vol. 1.

6 François Rouviere, Histoire de la Révolution française dans le Gard, op. cit., p. 53 ; Anne-Marie Duport, Terreur et Révolution à Nîmes en l’an II, 1793-1794, Paris, Jean Touzot, 1987, p. 56-57.

7 Bulletin du conseil permanent de Saint-Jean de Gardonnenque du 3 août 1789, Nîmes, 1789.

8 Gaston Cadix, Saint-Jean-du-Gard pendant la grande Révolution de 1789 à 1795, Anduze, Imprimerie du Languedoc, 1960, p. 19.

9 Anne-Marie Duport, Terreur et Révolution à Nîmes en l’an II, op. cit., p. 58.

10 Anne-Marie Duport, Journées révolutionnaires à Nîmes, Nîmes, 1988, p. 35 ; Jacques Godechot, La Contre-Révolution, 1789-1804, Paris, PUF, 1984 [1961], p. 160 ; Jacques Godechot place en avril la visite de Froment au comte d’Artois.

11 Anne-Marie Duport, Journées révolutionnaires à Nîmes, op. cit., p. 31.

12 Pour le récit détaillé des incidents qui émaillent l’hiver et le printemps 1790, voir François Rouviere, Histoire de la Révolution dans le département du Gard, op. cit., vol. 1, chap. 5, ainsi que Anne-Marie Duport, Journées révolutionnaires à Nîmes, op. cit., p. 9-40.

13 Robert Sauzet, Les Cévennes catholiques. Histoire d’une fidélité, xvie-xxe siècle, Paris, Perrin, 2002.

14 Charles Jolivet, La Révolution en Ardèche (1788-1795), Aubenas, Curandera, 1988 [1930]. L’approche des camps de Jalès a été renouvelé par un article de François de Jouvenel, « Les camps de Jalès (1790-1792), épisodes contre-révolutionnaires ? », AHRF, n° 337, juillet-septembre 2004, p. 1-20.

15 Le 8 septembre 1790, l’Assemblée nationale décrète inconstitutionnel le camp de Jalès et charge le comité des recherches d’instruire l’affaire.

16 Archives nationales, F/7/3677/1, Précis historique des événements qui se sont passés dans les départements de l’Ardèche et du Gard… ; François Rouvière, Histoire de la Révolution française dans le Gard, op. cit.

17 AN, F/3681/13 ; AN, F/19/444.

18 Conférences ecclésiastiques de 1852, diocèse de Mende, paroisse de Sainte-Énimie, source non cotée de l’évêché de Mende.

19 Archives départementales de l’Aveyron, 71 L 79.

20 AN, F/7/3657/1, récapitulatifs des troubles qui ont agité Millau…

21 Ibid., F/7/3681/13.

22 Anatoli Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, Moscou, 1987, Paris, Société des études robespierristes, 1996.

23 AD Nîmes, L 1470, L 1838, L 429, L 421, L 426 ; Archives départementales de Montpellier, L 711, L 3205.

24 AD Rodez, I L 752, 753, 754 ; 71 L 46 ; AN, F/7/3657/1 ; nous avons par ailleurs étudié la « Bande Noire » de Saint-Affrique dans notre livre, Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les montagnes du Languedoc, Rennes, PUR, 2004, p. 141-150.

25 Henri (duc) de Rohan, Mémoires du duc de Rohan, La Haye, 1696, t. 1, p. 222.

26 Jean-Baptiste Louvreleul, Le fanatisme renouvelé ou histoire des sacrilèges, des incendies et des meurtres et autres attentas que les Calvinistes révoltés ont commis dans les Cévennes…, 4 vol., Avignon, 1868.

27 Ibid., vol. 3 ; Chrystel Bernat, Une révolte et sa contre-révolte. L’action des catholiques pendant la guerre des Cévennes, 1702-1707, mémoire de maîtrise, université de Toulouse-le-Mirail, septembre 1997 ; Robert Sauzet, Les Cévennes catholiques. Histoire d’une fidélité, xvie-xxe siècle, op. cit.

28 Pierre Romain aux catholiques de Nîmes, lettre anonyme citée par François Rouviere, Histoire de la Révolution dans le département du Gard, op. cit., t. 1, p. 79.

29 Le massacre de la Saint-Antoine de Padoue à Nîmes, brochure anonyme, Bibliothèque de la Société d’histoire du protestantisme français, 21552 ter.

30 AN, F/7/3677/1.

31 AN, F/7/3677/1 ; AD Nîmes, L 413, dossier sur les camps de Jalès et les troubles de Saint-Ambroix.

32 AD Nîmes, L 421, f° 383, lettre du 26 décembre 1790.

33 AD Nîmes, L 413, lettre des administrateurs du district d’Alès datée de 1795.

Table des illustrations

Légende Violences populaires et fédérations patriotes dans le Gard.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16616/img-1.png
Fichier image/png, 602k
Légende Les gardes nationales catholiques au secours de Saint-Affrique (février 1792).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16616/img-2.png
Fichier image/png, 184k
Légende La guerre des châteaux dans le Gard.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16616/img-3.png
Fichier image/png, 219k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search