Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Deuxième partie. Genèse et création

Fonder une garde nationale : tensions sociales, éducation au civisme et enjeux politiques (Moulins – Clermont-Ferrand, 1789-1791)

Philippe Bourdin

Texte intégral

1Dans le Bourbonnais, en Auvergne, comme en maints endroits, la fondation des gardes nationales suit la révolution municipale, dans le contexte de la « Grande Peur ». Rendue évidente par une réaction défensive, elle devient vite lourde d’enjeux sociaux, politiques et civiques. Le poids des anciennes oligarchies urbaines ou de l’aristocratie, qui sont loin de se confondre uniment avec le mouvement patriote, la répression des troubles des subsistances à Moulins ou à Clermont, comme des soulèvements paysans du Cantal, du Livradois ou des marges du Forez par des bataillons clermontois, posent le problème des limites politiques et territoriales de ces nouvelles forces armées. Seraient-elles les défenseurs d’un ordre social intangible fixé dans les recompositions de l’été 1789, auraient-elles éternellement pour mission de « terminer la Révolution » ? Leur fédération provinciale, si elle conduit à la fête nationale du 14 juillet 1790, modèle de bien des cérémonies révolutionnaires et moment d’unanimité rarement retrouvé, accentue l’impression que se constitue un pouvoir parallèle aux exécutifs locaux. Ses développements auvergnats, forts d’un risque grandissant de césarisme, conduisent à la destruction des liens entre la municipalité de Clermont-Ferrand et le député du cru, à l’implosion de la Société des amis de la Constitution. Disparaît alors le modèle civique offert aux adolescents de la capitale auvergnate, fiers de rejoindre dès 1789, par la constitution de leurs propres bataillons, les enfants de l’ancienne Lacédémone.

La Garde nationale, miroir des tensions sociales

  • 1 Archives communales (AC) de Moulins, 136. Registre des délibérations municipales, p. 144 sqq., séa (...)
  • 2 Archives communales de Moulins, 136. Registre des délibérations municipales, p. 3.
  • 3 Alexandrine des Echerolles, Une famille noble sous la Terreur, Paris, Plon, 1907 (5e édition), p. (...)
  • 4 A. Losson, op. cit., annexes. Si l’on considère l’état-major du « Régiment national » et les offic (...)
  • 5 A. Losson, op. cit., p. 15-16.

2À Moulins, capitale du Bourbonnais et bientôt chef-lieu du département de l’Allier (11 200 habitants environ), un « Régiment national », succédané de la milice bourgeoise parisienne, est mis sur pied le 17 août 1789, dans le climat de la Grande Peur1. Dès 1778, la municipalité moulinoise se plaignait au gouverneur de la province de la vénalité des charges d’officiers et souhaitait voir attribuer le commandement de la milice urbaine, jusqu’alors dévolu à une oligarchie locale qui payait au moins trois fois plus d’impôt que le contribuable moyen et vivait majoritairement dans le quartier aristocratique du centre-ville, à qui aurait une expérience militaire avérée2. L’irrégularité du service de la force publique était notoire et des peines d’amende frappaient les récalcitrants, le plus souvent des artisans et commerçants pris par leurs affaires et les voyages qu’elles impliquaient, peu prompts par conséquent à assister aux parades et aux gardes. La fondation révolutionnaire permet de pallier le problème de l’encadrement ; la milice d’Ancien Régime est balayée d’un coup, un rassemblement de citoyens se substituant à elle et élisant ses officiers : la direction des troupes est confiée au maréchal de camp Étienne François Giraud des Écherolles. Sa fille Alexandrine rapporte la scène : « On s’assemble, on nomme des officiers pour la conduite des citoyens ; voilà la garde nationale établie. On veut un chef, mon père est choisi ; il se promenait sur les cours de Moulins, il est entouré, proclamé colonel. Il refuse, on s’obstine, on le presse et après avoir hésité quelque temps, il se rend et accepte3. » Le nouveau chef, comme les trois gradés qui le suivent dans le rang, est chevalier de Saint-Louis et aguerri au combat4. Sa première mission va être d’éviter les émeutes frumentaires en fermant les halles de la cité mais aussi en soustrayant au lynchage et en prenant sous sa protection un riche marchand accusé d’accaparement – jugé par ses subordonnés, il est acquitté – alors même que plusieurs gardes nationaux semblent s’être rangés parmi le peuple en colère5.

  • 6 AC Moulins, 1 D3. Registre des délibérations municipales, 14 février 1790. On compte aussi quatre (...)
  • 7 AC Moulins, 405. Registre des décisions prises en urgence, mai 1790-29 vendémiaire an VII (13 octo (...)
  • 8 AC Moulins, 404 (2). Registre des lettres et correspondances, 30 avril 1786-4 décembre 1795, p. 80
  • 9 AC Moulins, 1 D3. Registre des délibérations municipales, 29 juin 1790.
  • 10 A. des Echerolles, op. cit., p. 11.

3La loi martiale du 21 octobre 1789 met cependant clairement les gardes nationales sous la tutelle des municipalités ; celle du 2 février 1790 interdit de surcroît aux membres des compagnies armées de « se mêler directement ou indirectement de l’administration des municipalités ». Or, la collusion des pouvoirs existe bel et bien à Moulins. Sous la houlette et à la suite de son commandant, la Garde nationale prête serment à la « Constitution du roi », à la nation, à la loi et au roi le 14 février 1790, immédiatement après les officiers municipaux dont plusieurs font partie de son encadrement, à commencer par le maire de la ville, Du Myrat, colonel en second6. Les liens ne sont cependant pas si étroits – eu égard à la prédominance de la bourgeoisie sur la municipalité, de la noblesse sur la force armée – qu’ils empêchent cette dernière d’essayer de circonscrire son propre domaine de responsabilité. Ainsi, le 3 mai 1790, des Écherolles et un député de chacune des neuf compagnies de gardes nationaux protestent-ils contre un arrêté municipal exemptant les responsables des caisses publiques de courses dans les campagnes, et obtiennent-ils gain de cause7. Mais, au moment de participer à la fédération lyonnaise, le 30 mai suivant, la municipalité impose à la tête de la délégation moulinoise, forte de cinquante hommes – dont 5 officiers, 6 sous-officiers et un tambour –, tous voyageant à leurs frais, le sieur Roger, simple bourgeois8. Élus, les députés à la fédération parisienne ne forment qu’une représentation inégale du district, marquant le poids écrasant de Moulins (dont proviennent 22 délégués sur 24) et des citoyens les plus fortunés9 ; des Écherolles est cette fois nommé par ces pairs à la tête de la délégation, quoique, à en croire sa fille, loin d’approuver la marche de la Révolution, il désirât que le roi s’appuyât sur ces forces provinciales pour disperser l’Assemblée : « Ce parti, disait-il, eût sauvé la France et le Roi qui ne sut pas profiter de l’enthousiasme qu’il inspirait encore10. »

  • 11 AC Moulins, 404 (2). Registre des lettres et correspondances, 30 avril 1786-4 décembre 1795, p. 88

4Il est en rupture idéologique avec Du Myrat, que la fraternité du moment ravit au point d’appeler ses concitoyens à recevoir du mieux qu’ils le pourront les délégations des départements passant par Moulins, une solidarité mise en pratique à Paris par l’avocat Boulet, heureux d’accueillir ses anciens compatriotes de l’Allier11. Lors de la fédération de Moulins, le 14 juillet 1790, le maire transcrit son enthousiasme en un discours exaltant l’égalité civile, la sécurité des individus et des biens, le libéralisme économique, le devoir citoyen (tel que l’a inscrit la Déclaration des droits de l’homme), le prince éclairé dont les vertus renvoient aux panégyriques :

  • 12 Procès-verbal des serments solennels qui ont été prêtés à Moulins le 14 juillet et description de (...)

« Commune de Moulins, citoyens de tout âge et de tout sexe, témoins et partie de cette cérémonie auguste, prenez part à la joie et à la confédération générale : vous serez admis au même serment, pénétrez-vous des sentiments patriotiques et fraternels qui vous animent tous ; que l’enfant apprenne dès son berceau à ne pas distinguer un François de son propre frère, à aimer la patrie, la liberté, son roi. […] Au serment que nous avons prêté, par lequel nous avons juré d’être fidèles à la nation, à la loi et au roi, de maintenir de tout notre pouvoir la Constitution, l’Assemblée nationale nous invite à en ajouter deux autres. Le premier, pour protéger la sûreté des personnes et des propriétés, la circulation des grains et subsistances dans l’intérieur du royaume, et la perception des impositions publiques […]. L’autre est l’émission d’un vœu que tous ceux qui composent cette assemblée portoient gravé dans leurs cœurs, c’est celui de demeurer unis à tous les François par les liens indissolubles de la fraternité. […] Gardes nationales, dont les progrès dans la discipline militaire étonnent jusqu’à vos modèles, le patriotisme a fait de vous des soldats ; vous avez regardé tous les habitants du département comme des frères, vous avez volé au secours des opprimés : en vertu du serment que vous allez prêter, vous ferez par devoir ce que vous avez fat jusqu’à présent par générosité et par inclination. […] Nous l’allons donc prêter tous ce serment solennel ; nous allons jurer devant Dieu, à qui rien ne nous cache, d’être les soutiens de la Constitution et du trône, d’employer tous nos efforts à faire respecter les loix, d’aimer et de chérir tout ce qui porte le nom de François. Ajoutons-y de bénir à jamais le nom glorieux de Louis XVI, le restaurateur de la liberté et de la félicité publique, le bienfaiteur et le père de la nation12. »

  • 13 AC Moulins, 3 H2.
  • 14 AC Moulins, 2 J1, p. 10 : « Défense à tous domestiques, serviteurs, apprentis, compagnons de tous (...)
  • 15 A. Losson, op. cit., p. 38-40 et annexes.

5Au-delà de la sincérité des formules de circonstance, notons pourtant que la compagnie du plus pauvre des quartiers de Moulins, le quartier Bourgogne, avait donné plus de 300 livres pour l’organisation des festivités, tandis que la garde nationale du quartier Ville, le plus riche, n’en avait offert que 464, signe évident que l’engouement et les attentes n’étaient pas les mêmes partout et pour tout le monde13. Pour preuve, un an plus tard, la difficulté à réunir le premier bataillon de volontaires, en application des décrets des 21 juin et 22 juillet 1791, lus en place publique de Moulins le 4 août suivant. Remplis du 2 septembre au 1er octobre, les registres d’enrôlement ne comptent qu’à peine un septième de gardes nationaux – 27 sur 183 inscrits –, rejoignant majoritairement les chasseurs, et les citoyens passifs, qui n’ont plus accès à la Garde nationale depuis un arrêté municipal 12 février 179114, entrent en force, au nombre de 80 : 56 sont des artisans, du tourneur au perruquier, en passant par le tanneur, le cordonnier, le sellier, le cloutier, le cordier, le boulanger, le boucher, le tailleur de pierres, le menuisier, le plâtrier, le tisserand… ; 29 des hommes de loi, 23 des fonctionnaires – dont beaucoup de petits : greffiers, commis –, 21 des marchands, 10 des militaires, 16 autres relevant de la bourgeoisie, de l’enseignement, des professions libérales – apothicaires, médecins, chirurgiens (dont 6 étudiants en chirurgie) ; 15 volontaires sont sans état, 13 autres sans profession indiquée, et ils s’inscrivent souvent en groupe dès le premier jour de l’ouverture des registres, en provenance des campagnes voisines de la ville, peut-être attirées par la solde promise15. Cet engagement des citoyens passifs rappelle, si besoin était, combien les premiers bataillons de la Garde nationale contribuèrent à la confiscation de la Révolution par les élites urbaines, non seulement au nom de l’ordre social, mais aussi des nouveaux pouvoirs politiques ainsi accaparés. Car la force armée, se voulant patriote, réalisant sur le terrain l’idéal du soldat-citoyen et l’offrant en modèle à toutes les générations, entretient une relation ambiguë avec les nouvelles autorités, jusqu’à la confusion des missions et un risque évident de césarisme à Clermont-Ferrand.

La Garde nationale, une éducation au civisme

  • 16 Francisque Mège, La dernière année de la province d’Auvergne. La Grande Peur, Clermont-Ferrand, 19 (...)
  • 17 Bibliothèque municipale et inter-universitaire de Clermont-Ferrand (BMIU), A 65 007. Feuille hebdo (...)
  • 18 Cité par Francisque Mège, Gaultier de Biauzat, député du tiers-état aux États généraux de 1789. Sa (...)

6À Clermont-Ferrand, la garde bourgeoise, future Garde nationale, a été fondée le 21 juillet 1789, forte de 1 200 hommes (3 000 se sont portés volontaires, soit un dixième de la population) armés avec le soutien de l’intendant Chazerat et l’aide financière des communautés religieuses, qui versent l’un plus de 12 000, les autres plus de 10 000 livres16. Le soutien des Clermontois semble acquis : « une foule incroyable de citoyens de tous les ordres, portant tous des cocardes, étoient spectateurs », prêts à s’exclamer « Vive la Nation ! Vive le Roi ! » avant, vers neuf heures du soir, d’illuminer leurs maisons. Le parcours civique à l’intérieur de la cité, de la place du Taureau à la place de Jaude, n’a pas oublié une halte et les honneurs militaires devant la maison du député Gaultier de Biauzat17, dont la correspondance a jusqu’alors conduit la révolution de la province ; manière aussi de lui demander, par l’intermédiaire de sa femme, seule présente, son aval. Car Biauzat n’a marqué aucun enthousiasme, tout au contraire, lorsque Mirabeau a suggéré à l’Assemblée les 27 juin et 8 juillet 1789, que les principales villes se dotent de gardes bourgeoises, s’opposant même au tribun aixois jusqu’à encourir en retour un blâme de ses commettants. « Je craignis, argumente-t-il, qu’on ne représentât cette demande comme tendant à mettre les armes à la main aux personnes qu’on a représentées au roi comme peu respectueuses pour sa personne et son trône. D’ailleurs, je ne crois pas que la capitale soit politiquement propre à l’établissement d’une milice bourgeoise18. » Ce qui lui vaut cette ferme réponse du Comité de correspondance clermontois, le 30 juillet 1789 – dont la conclusion prouve que le désir de contrôle social peut néanmoins rapprocher les points de vue :

  • 19 Idem.

« Il y a eu plusieurs motions aux États-Généraux relatives à l’établissement de milices bourgeoises dans les villes et les campagnes pour la sûreté des citoyens et des habitants. Ces motions ont été contredites. Vous-même, ainsi que vous nous l’avez appris, avez été un des opposants. Cette milice est établie à Clermont. La ville en a le droit fondé sur titres. Elle attend de cette institution, lorsqu’elle aura acquis plus de consistance par le régime et la discipline qu’elle se propose d’y introduire, les plus grands avantages. Elle désirerait que vous ne portassiez pas une si grande résistance à cet établissement. Elle adopterait votre façon de penser pour les habitants des campagnes19. »

  • 20 AD Puy-de-Dôme, F 152. Procès-verbal de l’assemblée des officiers municipaux et citoyens de la vil (...)
  • 21 BMIU, A 65 007. Feuille hebdomadaire pour la province d’Auvergne, n° 33, du 12 septembre 1789. L’u (...)
  • 22 AD Puy-de-Dôme, L 659, 1 178, 4 045, 4 046. Cf. C. Dalle, op. cit., p. 21-22 : sur 823 gardes nati (...)
  • 23 F. Mège, Gaultier de Biauzat…, op. cit., p. 264. Lettre de l’avocat Bergier à Gaultier de Biauzat, (...)

7La dévolution de la direction de l’état-major de la Garde nationale à un noble, militaire de carrière, rappellerait l’exemple moulinois si les preuves de son engagement révolutionnaire n’étaient réelles. Fin août, des lettres de citoyenneté sont donc accordées au comte d’origine normande Jean-Pierre François de Chazot, jusqu’alors colonel du bataillon des Chasseurs d’Auvergne – systématiquement associés aux rassemblements des gardes nationaux, à leur organisation et aux grands moments de leur histoire – et désormais commandant de la nouvelle force publique, eu égard à « son zèle patriotique et sa noble et ferme intention de contribuer à la félicité commune, son admirable empressement à se ranger sous l’étendard de la liberté et à arborer la cocarde nationale, dans l’instant même où la nouvelle affligeante des derniers efforts de l’aristocratie porta le trouble et l’inquiétude dans cette ville20 ». Le 6 septembre, Chazot prête, comme tous ses subordonnés, serment à la tête des gardes de tout le district, dont seuls les membres clermontois sont pourvus d’un uniforme (les délégués de Beaumont ou Aubière, bourgs limitrophes de la capitale, se contentent de faux, de fourches et de quelques fusils)21. La différence sociologique est en effet très grande entre les gardes nationaux à cheval de Clermont-Ferrand – les seuls dont nous possédions la liste pour cette période – et les gardes nationaux des communes avoisinantes : 22 % de cultivateurs dans le premier cas, 53 % dans le second ; respectivement 49 et 12 % de commerçants, 3 et 20 % d’artisans, 24 et 10 % de professions libérales, 2 et 5 % de rentiers, d’ecclésiastiques, sans compter un marquis et un maître de musique22. La ségrégation sociale était du reste revendiquée par certains des promoteurs de la nouvelle milice clermontoise : « On n’a admis à la garde de la ville que des citoyens résidants et propriétaires. Point de simples journaliers ou manouvriers. La jeunesse du palais et du commerce que l’on a vue avec plaisir s’offrir comme volontaires a été incorporée dans les compagnies23. » On porte les armes de 17 à 80 ans, mais la moyenne d’âge est de 31 ans, trois de plus qu’à Moulins.

  • 24 AD Puy-de-Dôme, F 148 (20). Lettre à Gaultier de Biauzat, du 23 juillet 1789.

8Pourtant, le modèle de cette mobilisation civique est immédiatement repris par des groupes de jeunes écoliers clermontois, reproduisant les marches ordonnées de leurs aînés. Malgré les positions officielles de leur père, les fils du député Gaultier de Biauzat n’en sont pas absents, bien au contraire. Ils deviennent les hérauts d’une enfance militante et finissent de grandir avec la République. François a quatorze ans, Benoît-Marie en a onze en 1789. Ils sont happés par l’événement, qui réduit à peu de chose leur scolarité. Claudine Vimal, leur mère, espère que son mari leur procurera « quelques bourses pour les mettre dans un collège24 ». Au lieu de quoi, ce sont des gamins paresseux. Ils vivent dans la rue et organisent des bandes de jeunes, ne résistent pas aux sollicitations des adultes, qui souhaitent leur présence partout où leur nom porte. En l’absence de leur père, ils figurent la descendance mâle dans laquelle les Clermontois voient la pérennité de l’action du député. L’aîné, puisque la primogéniture est consacrée comme au sommet de l’État, est des réunions publiques où sont lues les lettres de Jean-François. Il conduit des délégations d’écoliers, et régale ses auditeurs qui, au lieu de la naïveté, voient et entendent la pureté des temps nouveaux. Biauzat n’en est pas mécontent. Les deux frères sont depuis l’été 1789 en pointe d’un militantisme adolescent, spontané, auquel les représentants n’ont encore nullement réfléchi. Le 21 juillet 1789, en même temps que défilent les dix compagnies de la milice bourgeoise, se mettent en place des milices d’enfants qui renvoient au modèle spartiate et aux lectures du collège :

  • 25 BMIU, A 65 007. Feuille hebdomadaire pour la province d’Auvergne n° 27, 25 juillet 1789.

« Je ne dois pas passer sous silence, écrit le rédacteur de la Feuille hebdomadaire pour la province d’Auvergne, l’assemblée d’une partie des écoliers. Cette troupe d’enfants, sans avis, sans conseil, se forma d’elle-même, fit un appel régulier, se donna des capitaines de leur âge à la pluralité des voix. Ces enfants étoient armés de bâtons, qu’ils portoient en guise de fusils ; ils avoient un étendard de papier bleu ; ils saluèrent les compagnies bourgeoises avec beaucoup de grâce. Je me rappellai, dans ce moment, ces fêtes si nobles, si propres à augmenter le patriotisme & le courage que célébroient les Lacédémoniens, fêtes si bien décrites par Plutarque ; les vieillards chantoient, nous avons été vigoureux & vaillants ; les hommes répondoient, nous le sommes maintenant ; les enfants terminoient en disant, un jour nous le serons25. »

  • 26 Cité par F. Mège, Gaultier de Biauzat, sa vie et sa correspondance, Clermont-Ferrand, 1890, p. 114 (...)

9À la tête de cette « centaine de petits écoliers », parade François Biauzat. On cherche à institutionnaliser la formule, par un Réglement pour la formation et l’organisation de deux compagnies de jeunes citoyens en la ville de Clermont-Fd (octobre 1790). Il prévoit que chacune des compagnies comprendra progressivement vingt-huit, trente-six, quarante-quatre ou soixante enfants, de huit à dix-huit ans. Un acte de baptême et l’autorisation des parents est nécessaire pour s’inscrire. On appartient soit à la « compagnie majeure », soit à la « compagnie mineure » (sans que l’on sache sur quelles distinctions, l’âge vraisemblablement, car il conditionne les grades : on ne les obtient pas avant quatorze ans dans la première, dix ans dans la seconde). On retrouve dans cette hiérarchie l’influence des classes des collèges… et la préfiguration de bien des organisations de jeunesse futures. Les petits gardes nationaux sont nommés à leurs postes par les officiers municipaux et de Chazot. Dimanches et jours de fête, ils doivent monter la garde devant la maison commune. Les « mauvais sujets » sont désignés à leurs parents, auxquels on laisse la liberté des peines26

  • 27 Ibidem.
  • 28 AD Puy-de-Dôme, F 149 (10). Lettre de Pascal Grimaud à Biauzat, 18 mai 1790.
  • 29 AD Puy-de-Dôme, L 481. Assemblée électorale du département du Puy-de-Dôme. P.-v. imprimé, séance d (...)
  • 30 AD Puy-de-Dôme, L 6391. Journal de Beaulaton. P.-v. du 10 juin 1790 : réception du détachement de (...)
  • 31 BMIU, A 70 072. Le Patriote d’Auvergne, n° 24, mardi 20 avril 1790.

10Barre, Bonarme, Couthon, etc., sont à l’origine de ce projet. Mais les fils Mabru et Barthélemy ont fait une démarche parallèle auprès de Biauzat, pour qu’il donne son aval. Celui-ci, dont on sait l’aversion pour l’institution même de la Garde nationale, refuse tout de go – et dénonce même l’idée à l’Assemblée. Il parle au nom des parents, inquiets de voir leurs enfants, qui n’ont même pas seize ans, être dissipés de la sorte, et pourquoi pas dégoûtés de l’école : « Je n’ai jamais entendu m’opposer à ce que les enfants s’amusent comme je faisais à leur âge, même les grandes personnes comme les enfants ; mais il ne m’a pas paru convenable qu’on donne le caractère constitutionnel à des établissements enfantins qui d’ailleurs ne se concilieraient pas du tout avec les premières études ; et je persiste dans cette opinion27. » Le Règlement répond à un double désir. À celui des élus locaux de contrôler des jeunes qui étaient autant de futurs électeurs – vœu combiné peut-être chez certains avec l’admiration du modèle lacédémonien. À celui des adolescents eux-mêmes, qui désirent s’impliquer dans le mouvement révolutionnaire. Les collégiens clermontois, conduits par leurs régents, prêtent dans l’ordre de leurs classes le serment civique, lors de la fédération de mai 1790. François et Benoît Biauzat sortent de l’enceinte du collège à cette occasion, réclamés par le public. La municipalité les prend à ses côtés, derrière la balustrade qui entoure l’autel de la patrie, « comme pour représenter le père qui a si bien mérité d’elle28 ». Tous gardent un souvenir ému du moment : « Notre jeunesse ne nous a pas empêché de sentir toute l’importance de cette auguste cérémonie29. » Et la même ferveur anime leurs camarades riomois, accueillant en juin leurs aînés, qui reviennent de la fête lyonnaise, pour leur exprimer « les sentimens que leur inspirait ce spectacle attendrissant30 ». L’exemple clermontois de toutes façons a fait tache d’huile, jusque dans les plus petits bourgs du district. Le Patriote d’Auvergne relève le joli compliment qu’a offert à M. de Chazot le porte-drapeau de la garde nationale de Mirefleurs. Il n’a pas seize ans et déjà prédit : « De l’heureuse révolution qui s’opere aujourd’hui, tous n’en recueilleront pas les fruits, leur maturité est réservée pour ceux dont le printemps de l’âge a vu luire l’aurore de la liberté31. »

  • 32 AD Puy-de-Dôme, L 6 389. Le Citoyen surveillant, n° 33, samedi 22 janvier 1791.
  • 33 AD Puy-de-Dôme, Fonds Clermont. Registres de la section Réunion. P.-v. du 20 fructidor an II (6 se (...)
  • 34 Ibidem. Registres de la section du Collège. P.-v. des 16 et 19 prairial, 12 thermidor an II (4 et (...)
  • 35 Ibidem. Registres de la section du Pont-de-Pierre. P.-v. des 14 et 18 prairial an II (2 et 6 juin (...)

11En janvier 1791, les jeunes de Clermont-Ferrand récidivent – preuve de l’influence décroissante de Gaultier de Biauzat. Ils font « hommage de leurs drapeaux à la Société des Amis de la Constitution séante aux Jacobins. Ainsi ils [mettent] l’étendard de la liberté sous la sauvegarde du patriotisme32 ». Les sections clermontoises fournissent pourtant inégalement leurs rejetons. Les plus riches, celles du Collège et de la Réunion, le font volontiers. La deuxième ornera même le lieu de ses séances du « drapeau des enfants33 ». Pour préparer la fête de l’Être suprême trois ans plus tard, celle du Collège donnera à ses adolescents le droit de choisir parmi eux un commandant, et s’occupera de leur « instruction républicaine ». D’ailleurs, ceux qui n’auront pu être encore compris dans le bataillon en redemanderont et, au besoin, pétitionneront34… La section du Pont-de-Pierre, le quartier pauvre de la ville, aura bien davantage de mal à recruter. Ces amusements, si patriotiques soient-ils, passent d’autant plus mal quand on manque de tout. Appel sera lancé aux adultes pour qu’ils prêtent leurs fusils35… Mais combien de pères seront alors aux armées, puisque le recrutement a été ici plus sévère qu’ailleurs ? L’éducation au civisme n’efface pas les inégalités…

La Garde nationale, un enjeu politique

  • 36 Cf. Philippe Bourdin, Le noir et le rouge. Itinéraire social, culturel et politique d’un prêtre pa (...)
  • 37 AD Puy-de-Dôme, F 149 (40). Lettre à Gaultier de Biauzat, 16 février 1790 : « J’ai pensé que le di (...)

12Surtout, cette mobilisation d’une partie de la jeunesse ne peut faire oublier les enjeux politiques que porte la nouvelle force armée clermontoise. Certes, ses premiers moments de représentation publique ont pu faire croire à une unanimité irénique ; le contenu des discours prononcés a pourtant d’entrée marqué sa forte politisation. Ainsi, le dimanche 6 décembre 1789, Pascal-Antoine Grimaud, chanoine et professeur de théologie, est chargé de la bénédiction des drapeaux de la garde, brodés par les Bénédictines de Clermont-Ferrand, déjà réputées pour les ornements d’église – un détail symbolique de l’union des ordres et du syncrétisme de la cérémonie, que ne manque pas de relever le chanoine de Saint-Pierre36. Le moment est crucial : c’est l’un des premiers pouvoirs municipaux que l’on institue solennellement ; la ville ne s’y trompe pas, qui fera imprimer les vingt-neuf pages du texte déclamé, dont l’auteur est si fier qu’il pense en faire un sésame pour s’attirer les grâces de Lafayette37. Cette longue homélie délivre une vision religieuse de la régénération politique, vision apocalyptique par son pessimisme sur le présent et son enthousiasme sur l’avenir. Entrecoupée de citations latines, elle emprunte fréquemment aux Psaumes dont elle se veut une exégèse actualisée, mêlant du reste dérives mystiques et lourdes allusions à l’histoire récente, locale et nationale. De la première, Pascal-Antoine, pacifiste, tire argument pour récuser l’armée d’Ancien Régime, formée de « braves soldats, sujets fidèles, chrétiens dociles mais subjugués par d’antiques préjugés, se faisant un mérite d’une soumission aveugle, croyant glorifier le Dieu des armées » et outrageant en fait le Dieu de justice et de bonté. Il n’en exalte pas moins « l’illustre et généreux commandant » de Chazot, qui a payé les drapeaux de la Garde nationale. Grimaud se fait d’ailleurs le chantre du culte au drapeau, objet de ralliement. Aussi, avant d’être béni, celui-ci est-il suffisamment décrit pour que chacun des soldats présents et en armes en mesure la valeur (« l’esprit qui anime cette milice citoyenne se peint dans les drapeaux ») : d’or et de soie, il représente « le flexible rameau d’olivier, symbole de la paix, entrelacé avec l’énergique et modeste emblème de la force défensive, au lieu de ces palmes trop vantées, que la crainte et l’adulation vont cueillir dans des champs sillonnés par la guerre, arrosés par le sang, pour en couronner les têtes altières des ravageurs du monde, des destructeurs de l’espèce humaine ».

13Aux nouvelles forces armées échoit donc un rôle de police intérieure, une mission civique loin des champs de bataille européens, au reste résumée sans beaucoup d’ordre par le chanoine, dans l’emportement de son discours : « Le maintien de l’ordre public, l’exécution des loix, la réforme des mœurs, la conservation des droits, la suppression des abus, l’affermissement du trône, la prospérité de la Nation, le contentement du Chef, la liberté des membres, la subsistance des pauvres, la protection des faibles, la sûreté de tous. » À noter l’absence du roi dans cette énumération ; au mieux est-il ce chef mal identifié d’une société dont le contrat social s’équilibre entre ordre, sûreté et un intérêt charitable marqué pour les démunis. Grimaud légitime aussi les premières journées révolutionnaires, appelant à la poursuite du mouvement : les morts de juillet 1789 sont certes les victimes « d’une fureur coupable » mais provoquée par « l’excès intolérable de la vexation », qui justifie que justice continue de se faire. C’est d’elle qu’il s’est agi au moment de la Grande Peur : les suppôts de l’absolutisme « ont attiré sur leurs possessions légitimes les torrents du brigandage et de l’incendie ». Les nobles émigrés sont condamnés comme traîtres à la patrie. Cependant, si Pascal-Antoine encourage à la destruction rédemptrice de la vieille société, s’il se réjouit de compter les « débris épars du colosse féodal », ne voyant à sa place que « précieuse égalité des droits » et « germes d’opulence, de félicité, de grandeur dont la nature a comblé la France », il est prêt à pardonner aux apeurés, à « ceux qui ne sont pas convaincus ». L’évidence de la Révolution les touchera un jour et ils en deviendront alors les plus ardents zélateurs sur leur terre d’exil ; certains enfin peuvent vivre le moment comme un temps d’expiation de leurs dérives antérieures, somptuaires et morales.

14Grimaud renvoie aux qualités retrouvées des Arvernes et le jure : « La liberté habitera son pays natal, celui du moins où nos pères l’avoient transplantée, après l’avoir arraché et soustrait au sceptre de fer des Romains […], elle couvrira de son ombre nos arrières neveux qui aussi libres, mais plus civilisés que les premiers francs, en recueilleront les fruits sans aucun mélange d’amertume. » Ailleurs, il rend sans le nommer hommage à Vercingétorix et à ses hommes, « qui sans un de ces stratagèmes que la guerre admet et que l’humanité désapprouve, eussent fait échouer devant leurs murs la fortune de l’oppresseur de la liberté […], de César à qui rien n’avoit jusques-là résisté dans les Gaules ». Son celtisme sert l’idée nationale ainsi traduite par Grimaud : « Les Nations ne sortiront de leur étonnement que pour nous imiter, que pour rétracter la note de frivolité qu’elles avoient trop légèrement imprimée au nom François, et déclarer hautement que le plus vif, le plus gai, le plus industrieux, le plus vaillant, le plus ingénieux, le plus affable de tous les peuples est devenu le plus sage. » Mais l’impatience de voir éradiqué l’ancien ordre politique et l’assurance d’une vérité révolutionnaire s’imposant à chacun et partout sont en balance lorsque Pascal-Antoine mesure le temps et le rythme du changement. Il n’est pas sourd aux murmures et aux plaintes s’élevant contre une lenteur excessive des législateurs ; il renvoie pour l’heure à la construction de l’Univers, qui ne s’est pas faite en un jour, et en appelle par conséquent à la patience : les « savans et infatigables Architectes travaillent sans relâche », jure-t-il, ayant Gaultier de Biauzat pour modèle.

  • 38 BMIU, A 35 904. Mémoire de M. Chazot, commandant de la garde nationale de Clermont-Ferrand pour se (...)
  • 39 AD Puy-de-Dôme, F 145 (167). Lettre de d’Albiat à Gaultier de Biauzat, 29 juin 1790.

15Les élans du discours montrent bien les attentes mises dans la force armée nouvelle par une partie des promoteurs locaux de la révolution provinciale : elle devrait en être le fer de lance, incarnation vivante des citoyens soldats, tout autant qu’elle assurerait le maintien de l’ordre social – et l’insistance de Grimaud sur l’aide à apporter aux démunis dit bien que cette mission-là fait débat. Mis ainsi en observation par d’actifs Amis de la Constitution, Chazot, membre de l’académie de Clermont-Ferrand, compte certes des appuis dans la municipalité clermontoise, et notamment de Georges Couthon qui, en l’absence de Biauzat, maire de la ville, tient le premier rôle. Cette proximité avec l’édile et une confiance réciproque expliquent que les officiers de l’état-major de la Garde nationale soient associés au Comité de correspondance, lieu hautement stratégique du point de vue politique, avec titre de membres permanents, ce qui n’est pas sans créer des crispations parmi les patriotes. L’inamovibilité de leurs titres et de leurs responsabilités en est un second motif. En août 1789, lorsqu’ont été nommés les officiers de la milice bourgeoise – les vœux de Biauzat de choisir l’encadrement de la Garde nationale parmi trente notables élus, et ce pour un an sans renouvellement immédiat, n’ont pas été retenus –, proposition a été faite qu’à l’exception de ceux de l’état-major, aucun ne puisse être reconduit dans l’année qui suit, mais l’idée n’a jamais été enregistrée et Chazot ne cesse de plaider pour l’inamovibilité. Il prétendra ultérieurement l’avoir obtenue lors d’une assemblée générale des citoyens le 30 juillet 1789, se l’être fait confirmer par délibérations municipales les 6 août et 3 novembre, puis les 13 et 23 novembre dans le règlement de police de la Garde nationale38 – et l’on sait qu’une quarantaine de bardes nationaux est venue régulièrement demander pour son commandant le brevet officialisant cette inamovibilité39. Grimaud, correspondant assidu de Biauzat, et d’humeur entière, laisse ainsi échapper son courroux :

  • 40 AD Puy-de-Dôme, F 149 (36). Lettre de Grimaud à Gaultier de Biauzat, 3 novembre 1789.

« Vous aurez sans doute remarqué que le nombre des aristocrates a beaucoup diminué dans la composition du comité [de correspondance] de novembre […]. Il y reste toujours les officiers municipaux infestés des vieux principes et dont il nous tarde beaucoup de nous débarrasser ainsi que de l’état-major qui, contre mon avis et celui des bien pensants, fut déclaré membre permanent du comité. Il me semblait qu’il devait suffire que ces Messieurs y fussent appelés lorsqu’il s’agissait de la milice bourgeoise. […] Mr de Chazot, accoutumé à conduire des militaires stipendiés, voudroit leur assimiler entièrement la milice bourgeoise, et Mr. D’Albiat [procureur de la commune et capitaine dans la Garde nationale], plus versé dans le droit civil, est rarement de son avis et de celui des officiers qui, incapables de penser par eux-mêmes, prennent de leur chef l’ordre d’opiner. Lorsqu’on nomma, au mois d’août, MM. Les officiers de la milice bourgeoise, il fut délibéré et arrêté que MM. Les capitaines, lieutenants et autres officiers, à l’exception de ceux de l’état-major, commanderaient pendant un an, sans pouvoir être renommés l’année immédiatement suivante. Mais cette délibération verbale ne fut point consignée dans les registres. M. de Chazot et ses adhérents, argumentant de cette délibération, ont prétendu que l’intention des citoyens avait été de rendre leurs places inamovibles et ont proposé, mardi passé, de consacrer cette inamovibilité par une délibération d’assemblée générale consignée dans les registres. Grands débats pour et contre. M. d’Albiat, votre serviteur, M. Tixier, lieutenant particulier, M. Bancal des Issarts et plusieurs autres tiennent pour l’inamovibilité comme pour un principe fondamental de la liberté qu’il importe de consacrer par le fait dans le moment. Néanmoins, la cabale de M. de Chazot l’emporte40. »

  • 41 AD Puy-de-Dôme, F 144 (6). Lettre de Chandezon-Fauverteix à Gaultier de Biauzat, 7 janvier 1790.
  • 42 Idem.
  • 43 AD Puy-de-Dôme, F 145 (12). Lettre du 3 avril 1790 à Gaultier de Biauzat [signature illisible].

16Un autre correspondant de Biauzat se montrera tout aussi direct : « M. de Chazeaux est à la tête d’une troupe de volontaires à qui l’on pourroit déjà donner le nom de janissaires, qui convoquent des assemblées et qui décident de tout à leur gré41. » L’impression de confusion des pouvoirs locaux, facilitée par la délégation à Paris, auprès des députés, d’hommes influents (Michel Monestier, Dijon de Saint-Mayard) qui font défaut à la vie politique clermontoise, se double d’un autre malaise. Alors que Biauzat a été jusqu’alors l’oracle écouté, celui dont on lisait publiquement et à plusieurs reprises le courrier devant des foules densément assemblées, l’information nationale transite désormais par d’autres canaux, et c’est par exemple Chazot qui apprend aux Clermontois la conjuration du marquis de Favras42. Ses troupes paraissent aussi contrôler l’expression publique : malheur au citoyen qui, marchandant à un étal les portraits de Bailly et de Lafayette, se laisse aller à « des propos aussi indécents que malhonnêtes » contre « ces illustres patriotes » ; il est immédiatement dénoncé à la municipalité par de jeunes gardes nationaux qui se sont momentanément retenus de le rosser43.

  • 44 F. Mège, La Grande Peur, op. cit., p. 60.
  • 45 Ibidem, p. 67 sqq. Par exemple, le 27 septembre 1789, le village de Chanonat fait sa demande d’aff (...)
  • 46 Ibidem, p. 88-91.
  • 47 BMIU, A 10 984. Recueil des procès-verbaux, discours, lettres et autres pièces relatifs à la confé (...)

17Asseyant son pouvoir, Chazot montre aussi un souci certain pour l’organisation centralisée des forces en armes et, dès avril 1790, met sur pied un Comité militaire qui perdurera jusque dans les premiers mois de 1791 ; il rassemble les officiers municipaux et l’état-major de la Garde nationale44. L’organisation clermontoise sert de modèle dans le département : alors que les milices bourgeoises ont été créées le 31 juillet dans les principaux chefs-lieux des districts, quarante-trois villes ou bourgs ont le même jour écrit à la capitale auvergnate, soit pour lui demander son aide soit pour lui proposer la leur ; les demandes d’affiliation à la garde nationale du chef-lieu de département se poursuivent jusqu’en mars 179045. Cet élan est parfois contraint : Chazot prétend ainsi avoir droit de regard sur la garde nationale de Cournon, bourg voisin de la capitale départementale. Proposée le 6 janvier 1790 à l’assemblée des citoyens de Clermont-Ferrand, une fédération régionale est organisée les 15, 16 et 17 mai 1790 dans la ville, qui affirme ainsi son rôle centralisateur. Elle réunit en l’église des Cordeliers les gardes du Puy-de-Dôme, du Cantal, de la Haute-Loire et de Limoges, sous la présidence de Chazot, soit 215 délégués représentant 60 000 gardes nationaux46. Les participants envoient une adresse à l’Assemblée nationale, au roi et à La Fayette, avec lequel Chazot entretient des liens personnels – la garde nationale clermontoise ayant demandé dès le 22 janvier 1790 son affiliation à la garde parisienne47. Le décorum des cérémonies publiques – l’autel de la patrie, place de Jaude, est surmonté d’un arc de triomphe, décoré de festons tricolores et de médaillons à « la Nation, la Loi, le Roi » – comme le serment prêté lors de la cérémonie publique du 16 mai prouvent le respect des nouveaux pouvoirs, législatif et exécutif étant strictement associés dans le serment prononcé, qui donne toute sa place à la parole royale, et d’autre part l’inscription des missions des citoyens en armes dans un cadre et un contexte pleinement nationaux :

  • 48 BMIU, A 10 984. Recueil des procès-verbaux, discours, lettres et autres pièces relatifs à la confé (...)

« Nous jurons sur l’autel de la patrie, en présence du dieu des armées, d’être fidèles à la Nation, à la Loi et au Roi. Nous jurons de réunir toutes nos forces pour la défense, le maintien de la Constitution, et pour l’exécution des décrets de l’Assemblée nationale, acceptés ou sanctionnés par le Roi. Nous jurons de prêter toujours les serments réciproques que pourront nécessiter les circonstances, contre toute attaque intérieure et extérieure, et de veiller sans cesse au bon ordre et à la tranquillité publique48. »

  • 49 Ibidem. « Je n’ambitionne, Messieurs, en méritant votre estime, que de soutenir, au gré de mes bra (...)
  • 50 Ibidem. Citons notamment cette réponse : « […] Il m’en coute à le prononcer, au nom du canton que (...)
  • 51 Ibidem.
  • 52 AD Puy-de-Dôme, F 145 (160), (108) et (167), F 149 (67). Lettres de Bourdier à Gaultier de Biauzat (...)

18Pourtant, au-delà du serment, certains retiendront une nouvelle fois la tentation de césarisme manifestée par les partisans de Chazot, ceux que l’on désigne maintenant sous le vocable de « Chazotins ». Ils réclament pour celui-ci, qui proteste de son désintéressement49, le titre de « général des gardes nationales confédérées » ou de « président de la fédération » ou de « commissaire général de la fédération », avant d’imaginer l’érection d’un « Comité fédératif central ». Plusieurs délégués refusent ces propositions qui installeraient Clermont-Ferrand au centre d’un pouvoir nouveau, arguant qu’ils n’ont pas été commis par leurs électeurs pour de telles décisions, qu’ils attendent les règlements des gardes nationales promis par l’Assemblée nationale ou qu’ils se méfient d’un pouvoir personnel propice à l’oppression50. Peu affecté par l’échec, Chazot, en conclusion, décline, en un discours très politique, son catéchisme patriotique : déclaration de haine à la tyrannie et à l’aristocratie, la même qui a fait marcher les Parisiens sur la Bastille ; d’amour à « La liberté, comme un attribut inséparable de l’homme. La patrie, comme objet de toute son affection. La Nation, parce qu’à elle seule appartient la puissance souveraine. La loi, comme étant l’expression de sa volonté. Et le Roi, parce qu’il est le Magistrat suprême institué pour l’exécution de cette volonté ». Alors que l’Assemblée va définir leur statut, la confédération des gardes nationales est à ses yeux essentielle pour marquer leur existence et leur désir de survie mais aussi leur volonté de défendre les acquis de la Révolution. Il se défie du « despotisme ministériel » et rappelle « ce jour affreux où les pouvoirs ministériels & aristocratiques combinés tentèrent de dissoudre l’Assemblée nationale & d’anéantir l’espoir des François ». Il souhaite donc que les gardes nationaux, émanation des « bons citoyens », se mobilisent pour « l’égalité des droits », la protection et la liberté des Assemblées législatives, « destinées à lutter éternellement contre les entreprises toujours renaissantes du pouvoir exécutif ». Il affirme enfin une mission d’ordre social : la protection des personnes et des propriétés, de l’agriculture, du commerce, de la paix et des lois – il n’exclut pas la nécessité de dénoncer les « traîtres à la patrie51 ». Son aura est évidente auprès de ses troupes : le jour de la fête de la Saint-Jean, qui est aussi celui de son anniversaire, de jeunes gardes nationaux donnent une aubade sous ses fenêtres, et se portent sous celles de ses adversaires, amis de Biauzat, pour s’exercer à des dissonances telles « que le bruit des chards non graissés n’étoit pas plus désagréable », à moins qu’ils n’entonnent le De Profundis devant chez Grimaud ou ne lancent des fusées ardentes dans les fenêtres52. Ses victimes, dont le commandant est accusé de dire qu’il faut leur « couper les oreilles », crient à la dictature, renvoyant au souvenir des milices royales :

  • 53 AD Puy-de-Dôme, F 145 (167). Lettre de d’Albiat à Gaultier de Biauzat, 29 juin 1790.

« Mr de Chazot commande et menace ; il insulte et fait trembler toute la municipalité. Il s’enveloppe de quelques jeunes gens et réduit les citoyens à se taire ou à parler suivant ses caprices. Il ne cesse de nous menacer de la garde nationale ; c’est ce qu’il a fait lorsque son projet de règlement a été rejetté. Il nous a demandé de fournir un logement aux musiciens ; nous lui avons demandé s’il avoit des souscriptions ou si c’étoit la volonté de la garde nationale ; il nous a dit que nous ne devions pas nous en mêler et je scais que les compagnies n’en veulent pas à l’exception de quelques individus […]. Nous fîmes des difficultés pour accorder ce logement, alors Mr de Chazot se leva et déclara qu’il fourniroit le logement à ses dépens. Il falut alors se décider à accorder ce logement ; on mit en question si on devoit accorder des lits completement garnis et se charger de l’entretien ; après bien des difficultés il fut décidé qu’il ne seroit accordé qu’un logement avec les quatre murs. Cette décision nous valu un remerciement ironique de la part de Mr de Chazot et il fit ce remerciement au nom de la garde nationale dont il se déclara l’organe. Il imite l’ancien régime ; le roy étoit l’organe de la nation qu’il ne consultoit pas et il est l’organe de la garde nationale qu’il ne consulte pas53. »

  • 54 Cité par F. Mège, La Grande Peur, op. cit., p. 94.
  • 55 AD Puy-de-Dôme, F 152 (177). Lettre des officiers municipaux de Clermont-Ferrand à Gaultier de Bia (...)

19Vient la fête de la Fédération. Le district de Clermont-Ferrand élit, le 25 juin 1790, 136 députés, dont 86 de la ville même, et 26 suppléants, s’attirant cette remontrance de Biauzat : « Si chaque district en envoyait une même proportion, le nombre total monterait à plus de 40 000 sans les suppléants, au lieu de 8 000 qui a été l’aperçu de l’Assemblée nationale54. » Biauzat est sollicité par la municipalité de Clermont-Ferrand pour procurer à Chazot une de ces « cocardes nationales auxquelles est adapté le portrait de M. de Lafayette en biscuit de cire55 ». À Paris, la rencontre des deux hommes tourne mal. Ses inimitiés personnelles ne guident pourtant pas seules Biauzat, quand il s’élève contre la prééminence possible du militaire sur le civil. Son idéal est bel et bien mis en cause dans sa ville d’origine Il se méfie de toute force armée, dans laquelle le caractère trop vif des jeunes recrues peut s’avérer une lourde contrainte, dès lors qu’elles prétendent influencer un petit nombre de fonctionnaires, élus par le peuple « pour s’occuper de ses intérêts dans le froid de la réflexion ». L’existence d’un Comité militaire lui semble contraire aux droits de l’Homme :

« Ce nouvel être, agissant par lui-même dans un Corps qui ne doit point avoir de volonté à lui, et qui ne doit agir que par l’impulsion du Corps Municipal, qui est de son choix, me paroissoit détruire l’unité d’action, sans laquelle il ne peut y avoir d’Administration [utile…]. Mon imagination ne pouvoit se faire à l’idée d’un Corps armé délibérant, et d’un Corps délibérant dans la confiance en sa force ; ce système me répugnoit comme dangereux dans toute espèce de Société civile. »

  • 56 BMIU, A 36 225 (4). Lettre imprimée de Gaultier de Biauzat à ses commettants, 12 août 1790.
  • 57 BMIU, A 10 657 (14). Procès-verbal du dépôt de la bannière donnée aux députés du département du Pu (...)
  • 58 BMIU, A 11 277. Relation de ce qui s’est passé à Clermont-Ferrand… les 1 & 2 août 1790. De Vissac, (...)
  • 59 BMIU, A 36 225 (4). Lettre imprimée de Gaultier de Biauzat à ses commettants, 12 août 1790.
  • 60 BMIU, A 35 904 (5). Mémoire de M. Chazot, op. cit. : « Enhardi par les applaudissemens des personn (...)
  • 61 Ibidem. Biauzat aurait cherché à loger Chazot (qui finalement refuse) chez une riche veuve dont il (...)

20Aussi Biauzat rappelle-t-il que les troupes de ligne « n’ont aucun pouvoir à elles » et sont uniquement « l’agent du pouvoir exécutif » ; que les gardes nationales sont « le moyen mis dans la main des Municipalités pour protéger plus immédiatement la liberté individuelle56 ». Ce mémoire, somme des analyses offertes depuis le début de 1790 à ses partisans clermontois, est publié le 12 août 1790, après une illusoire tentative de conciliation mi-juillet, lors de la fête de la Fédération – Biauzat essayant sans succès de réunir chez lui d’Albiat et Chazot. Même le retour de la bannière fédérative à Clermont-Ferrand ne donne lieu qu’à un court moment de consensus, le temps de jurer de défendre la constitution ou de sacraliser le drapeau57. Biauzat a déjà contesté le fait que ce dernier ait été à ses yeux injustement accaparé par les Clermontois, ce que ne révèle pourtant aucunement son parcours. L’entrée dans la capitale auvergnate, où sont réunies des délégations de gardes nationales de tout le département, est pourtant l’occasion d’un hommage à Chazot prononcé par son alter ego riomois, qui prend fait et cause contre Gaultier de Biauzat58 ; les vivats, tout au long du cortège, associent La Fayette et Chazot ; les toasts de la fête champêtre qui clôt les cérémonies, offerte par la municipalité, n’oublient pourtant pas Biauzat. Mais le débat s’est alors déplacé définitivement vers les invectives particulières. Le député reproche au commandant son attitude à Paris : courtisan assidu, particulièrement de La Fayette, il s’est davantage occupé de ses intérêts que de ses troupes, qui ont attendu vainement leur chef sans oser l’en réprimander ouvertement (« cette observation peut faire naître des craintes »)59. Chazot prétend que ses absences ou ses retards aux rendez-vous au Palais-Royal, à l’Oratoire où l’attendaient des représentants du district de Clermont-Ferrand ou du département du Puy-de-Dôme, sont imputables à la longueur des séances préparatoires à la fête de la Fédération. Il rappelle en revanche, en des termes très vifs, l’incurie de Biauzat, aussi importun qu’imbu de son importance, à organiser le logement des troupes ou à faire accorder des billets d’entrée sur le Champ-de-Mars aux suppléants60. L’accusant de double jeu, il tente de le discréditer en insistant sur sa passion bien connue pour les jupons, qui l’emporte sur son souci d’accueillir ses compatriotes61. Il conclut sur l’habit d’autocrate dont on l’affuble :

  • 62 Ibidem.

« Je n’ai jamais, comme l’Aga des Janissaires, fait trembler le Divan à la tête des jeunes guerriers patriotes qui ont sentis la nécessité d’une pratique à laquelle la théorie seule ne peut suppléer ; ils me sont chers par leur attachement, mais ils m’auroient regardé comme indigne du poste que j’occupois si j’avois eu l’indiscrète prétention de les plier à mes volontés & de les rendre des instrumens de haine & de vengeance ; votre insulte leur est plus personnelle qu’à moi, vous leur otez le plus grossier jugement puisque vous supposez qu’ils se laissent asservir au pouvoir arbitraire d’un homme auquel vous osez dire qu’il méprise & commande l’autorité constitutionnelle. Le brevet de chef inamovible de la garde nationale de Clermont vous fait craindre plus qu’un gouvernement intendentiel : au fait quelle est donc cette inamovibilité, Les mêmes citoyens qui ont ainsi exprimé leur consentement d’obéir ne peuvent-ils pas cesser de la même manière de me continuer leur confiance62 ? »

  • 63 AD Puy-de-Dôme, F 152 (182). Lettre des officiers municipaux de Clermont-Ferrand à Gaultier de Bia (...)
  • 64 BMIU, A 35 904 (5). Mémoire de M. Chazot, op. cit. / Réponse du Comité militaire de la garde natio (...)
  • 65 BMIU, A 35 904 (5). Réponse du Comité militaire de la garde nationale de Clermont-Ferrand…, op. ci (...)
  • 66 Ibidem : Chazot est « l’homme digne de la place qu’il occupe ; nos vœux l’y ont porté, & fasse le (...)
  • 67 Ibidem.
  • 68 BMIU, A 10 556. Adresse de MM. les députés d’Issoire à la Fédération générale des François à M. de (...)

21N’empêche : la publication de la Lettre de M. Jean-François Gaultier à ses commet-tans, le 12 août 1790, provoque la démission (sitôt reprise) de Chazot. Les pétitions de soutien au démis affluent en effet, et permettent de mieux distinguer les partis en présence. Les officiers municipaux clermontois demandent au représentant de sacrifier sa « sensibilité personnelle » au bien public, et de retirer ses dénonciations63. Ils sont évidemment suivis par le Comité militaire, qu’ils contrôlent, alliance de négociants et d’hommes de loi, de révolutionnaires actifs et d’aigris invétérés ; 30 % des vingt membres se sont côtoyés au sein de la Loge Saint-Maurice ; ils entraînent derrière eux 230 signataires réunis en l’église des jacobins64. Les termes de la motion dudit Comité frappent cependant. Bien sûr, Biauzat est directement mis en cause (il aurait écrit d’une manière irréfléchie65, propre à faire douter de son civisme tant la dureté de son ton est de nature à diviser les patriotes) tandis que Chazot a droit aux éloges66. Mais c’est surtout la notion noble et militaire de l’honneur meurtri qui est mise en avant par les gardes nationaux. Le Comité, émanation des districts clermontois avalisée par le corps municipal, se veut un « corps d’armée délibérant », subordonné, du commandant au soldat, à la municipalité avec le souci d’une « unité » d’action67. Les Fédérés de la ville voisine d’Issoire se rallient aux Clermontois. Outre l’éventuel dédain nourri contre un député peu soucieux de favoriser « la nouvelle Carthage », ils sont mus par leur admiration pour La Fayette, dont Chazot leur paraît le digne délégué68.

  • 69 BMIU, A 10 555 (36). Lettre de Grimaud à Gaultier de Biauzat, 16 septembre 1790.

22À Clermont-Ferrand, les partisans de Gaultier de Biauzat sont une nouvelle fois pourchassés, et particulièrement Pascal Grimaud, victime des traits venimeux qu’il jetait volontiers sur les feuillets de ses lettres. L’une d’elles, ouverte au bureau de la poste, « infâme brouillon », « pièce infernale », n’accuse-t-elle pas les « Chazotins » de célébrer les Suisses du régiment de Châteauvieux, « des victimes dont le motif est très équivoque », quand ils n’ont rien fait « pour les morts à la conquête de la Bastille et de la Liberté »69 ? Le coup de grâce vient des officiers municipaux conduits par Couthon, et discrètement réunis dans le jardin du négociant Roux, de la Loge Saint-Maurice – une appartenance que Grimaud souligne intentionnellement par une lettre à Biauzat, dans laquelle il ne lui cache rien de sa perte d’influence.

  • 70 Idem.

« Vos amis, suivant l’effet naturel de la persécution, vous sont plus attachés que jamais plusieurs n’osent se montrer, propter metum Judeotum, ne é Synagoga ejiciantur. Pour moi, je regarde la dissimulation comme une bassesse, et je m’honore d’entendre dire, lorsque je passe dans les rues et les places : Voilà le champion de Biozat. Oh le B… le payera… à la lanterne, à la lanterne… On fera bien de chasser ces Calotins de partout70. »

  • 71 Ibidem. Extrait du procès-verbal de la Société des amis de la Constitution de Clermont-Ferrand, du (...)
  • 72 BMIU, A 10 984 (3). Discours prononcé par M. de Chazot, commandant de la garde nationale de Clermo (...)

23Le 17 septembre 1790, la Société des amis de la Constitution décide « que M. Grimaud ainé seroit exclu pour toujours des séances » du club71. La sentence précipite le schisme des Jacobins clermontois et la formation d’un club concurrent de la société d’origine, sis aux Carmes. Dans un discours devant ses troupes, le 28 novembre 1789, Chazot dira sa peine d’être « pour beaucoup dans cette fâcheuse mésintelligence » qui incite les Clermontois à « s’éloigner les uns des autres & former deux partis, qui ne peuvent essentiellement que devenir nuisibles ». Une fois encore il parle de démission, de retraite, pour mieux se plaindre de l’acharnement de ses adversaires et surtout remettre son sort entre les mains de « ses camarades » – vertu militaire testée au sein de ce cénacle viril –, sûr de son fait mais jurant au besoin, si leur confiance lui est réitérée, ce dont nul ne doute, de ramener l’unité parmi les patriotes (« & ce sera alors seulement que je croirai qu’il me sera permis de m’isoler »)72. Ainsi, chaque rassemblement, au-delà des serments civiques, devient l’occasion d’un plébiscite pour le commandant, et pour ce dernier l’occasion d’affirmer un peu plus son poids politique… Les appels à la réconciliation ne manquent pourtant pas, lancés par exemple dans la Sixième lettre bougrement patriotique du véritable Père Duchesne aux Claromontois, face au danger alors représenté par les rassemblements de Jalès :

  • 73 BMIU, A 34 894.

« Si votre Maire, Député à l’Assemblée Nationale, opine du côté gauche ; s’il est du club des Jacobins ; […] s’il est bien aise que le coffre national, ce pauvre panier percé qui avoit si fort besoin de la vente des biens de Calotins pour se refaire, ne soit plus à la disposition des sangsues des Tuileries, c’est un Patriote ; foutre, ne vous en méfiez pas.
Si votre Commandant n’a pas été des derniers à prendre la cocarde aux trois couleurs ; s’il n’a pas regimbé, comme un tas de bougres, quand il a fallu prêter le serment civique ; si les soldats Patriotes de son régiment n’ont jamais été foutimassés ; s’il a fait prendre le fin ruban à tous ses officiers ; si, pour faire enrager les aristocrates qu’il n’aime pas, et qu’il ne voit pas, il a fait faire dans votre place de Jaude une Fédération qui a fait un effet de chien ; s’il veut vous faire faire l’exercice ; si, par ses soins, votre Garde Nationale est en état de faire bonne contenance, le bougre est Patriote, Père Duchesne est sa caution.
[…] Réunissez-vous, foutre, réunissez-vous, faites comme les Romains ; oui, les Romains, Père Duchesne est foutu de vous citer l’histoire, il s’y entend comme une maîtresse d’école aux heures de 3 sols73. »

  • 74 BMIU, A 10 556 (88). « Pétition à l’Assemblée nationale, présentée par Adrien. Marie Dijon, second (...)
  • 75 Ainsi Dijon (ibidem) : « M. Gaultier a-t-il cru me faire grâce ou m’honorer d’une méprisable indul (...)

24Biauzat pourtant n’a pas la mémoire courte. Après la fuite du roi, le vide du pouvoir inquiète les députés auvergnats et il rejoint pour quelques mois les Feuillants, essayant en vain de colporter la thèse de l’enlèvement du souverain auprès de ses commettants. Davantage écouté, le futur Conventionnel Bancal des Issarts propose déjà un « gouvernement selon la forme américaine », soit une république, idée qui rallie la Société des amis de la Constitution (aux premiers rangs de laquelle figurent Couthon et Chazot). Cette dernière adresse une pétition en ce sens à l’Assemblée nationale, qui lui vaut les foudres de Biauzat, deux jours après la fusillade du Champ-de-Mars. Il essaie de discréditer ses compatriotes au sein même de l’Assemblée nationale. Il y prend donc violemment à partie Bancal des Issarts, mais surtout Chazot, Couthon et Dijon de Saint-Mayard. Il les distingue comme les meneurs d’une foule d’ » intriguans », de « factieux », se comportant en « souverains », rebelles à l’impôt. Il fait si bien qu’il les envoie devant le Comité des Recherches… tout en jurant à la municipalité de Clermont-Ferrand « qu’il ne donneroit aucune suite à cette dénonciation74 ». Blessés dans leur respectabilité, et responsables devant leurs électeurs, tous occupant des fonctions électives, les Jacobins incriminés revendiquent au contraire le jugement de l’Assemblée75. Car jamais ils n’ont voulu appeler contre elle à l’insurrection ; les moyens légaux qu’ils préconisaient étaient ceux des pétitions réitérées… Chazot, ultime combat contre Biauzat, pétitionne, rappelant ses quarante ans de service sous les drapeaux, les deux années passées à combattre le député depuis son commandement de la garde nationale clermontoise, dont il use encore une fois pour solliciter ses hommes :

  • 76 BMIU, A 11 281 (22). Pétition à l’Assemblée nationale présentée par Jean-Pierre François Chazot, M (...)

« Il ose […] annoncer à toute la France, cet ennemi de mon repos et du repos public, que les Corps administratifs n’étaient point assez forts pour me réprimer parce que je tenais toute la Garde nationale à mes ordres : infame et absurde calomnie ! A-t-il pu penser, et la Nation Française pourra-t-elle croire qu’un militaire consommé, qu’un officier fidèle au serment de l’honneur qui fut toujours son guide, ait osé se séparer un instant des autorités constitutionnelles qui font sa force et son appui ?
J’en appelle à vous tous, Corps administratifs ! à vous tous, mes Frères et Camarades ! à vous tous, mes Concitoyens ! ai-je osé jamais me montrer rebelle aux ordres que j’ai dû transmettre à la force publique ? parlez, Soldats Citoyens, vous que je m’honore de commander, et dites si jamais j’ai abusé de l’autorité que vous m’avez confiée, et qui pouvait me donner de l’influence sur vous.
[…] C’est pour moi l’occasion d’avouer que je serais prêt à renouveller encore l’abandon généreux de ma santé, de ma fortune et de mon repos pour éloigner à jamais les troubles et les divisions dont M. Gaultier a tenté d’infecter sa Patrie. Lâche calomniateur ! je serai plus généreux que vous ; couvrez-vous de votre inviolabilité, je préfère encore de renoncer à développer toute mon innocence plutôt que de montrer toute votre noirceur76. »

  • 77 Cf. Philippe Bourdin, Des lieux, des mots, les révolutionnaires. Le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799(...)
  • 78 Ibidem, p. 41.
  • 79 Philippe Bourdin, « Jean-François Gaultier de Biauzat (1739-1815). Hortensius ou nouveau Robespier (...)
  • 80 Philippe Bourdin, Des lieux, des mots…, op. cit., p. 411.
  • 81 Philippe Bourdin, « Les “jacobins” du Bois-de-Cros (Clermont-Ferrand, an V) : chronique d’un massa (...)
  • 82 A. Losson, op. cit., p. 138 sqq.

25L’attitude de Biauzat signe deux ruptures : l’une, définitive, du représentant avec ses anciens amis ; l’autre, temporaire, du même avec les Jacobins de Paris et de la capitale auvergnate. Chacun dans cette histoire connaît la valeur de l’autre. Chacun a profité de l’incertitude constitutionnelle pour mener cette guerre d’usure peu démocratique et exclusivement urbaine. La représentation nationale en est remise en cause et l’autonomie municipale en sort renforcée, au prix cependant d’une personnalisation du pouvoir, d’une confusion des valeurs civiles et militaires, anciennes et nouvelles amalgamées – quoique le sentiment national ne se marie guère avec l’esprit de corps. Les Jacobins se sont éloignés, non sans risque, de leur idéal d’unité. Ils la retrouvent après la scission des Feuillants. Inéligible à l’Assemblée législative, Biauzat se consacre à une carrière parisienne ; Chazot part bientôt rejoindre l’armée de Lafayette. Ces absences favorisent la réunion des clubs clermontois concurrents, et ce dès août 179177. Mais dans le feu de l’actualité, la seule comédie à laquelle se risque Couthon, L’Aristocrate converti, écrite en 1791, ne met-elle pas en scène son ami Chazot78 ? Le héros est un bouillant colonel porteur des valeurs nouvelles, aux chaudes envolées égalitaires et républicaines, l’uniforme brillant comme « l’habit de l’honneur »… La mémoire de ces déchirements entre patriotes perdurera en l’an II, motif de suspicion et d’emprisonnement pour Biauzat79, puis nourrissant sous le Directoire les réflexions politiques du royaliste Vincens80. Ainsi mêlée aux rivalités politiques locales, la garde nationale de Clermont-Ferrand a sans doute perdu en crédit et affaibli l’idéal civique, celui de la nation en armes, dont se réclamait son commandant. Le soupçon de partialité restera accolé à l’institution, confirmé en l’an V, alors que les royalistes ont investi les compagnies, lors du « massacre » du Bois-de-Cros81. À Moulins, la crise est alors consommée : à partir de l’an IV, les autorités peinent à installer la discipline dans une garde urbaine désorganisée, sans encadrement suffisant (faute de candidats aux postes d’officiers et de sous-officiers), épuisée par les levées d’hommes et des divisions politiques exacerbées entre 1792 et l’an II82.

Notes

1 Archives communales (AC) de Moulins, 136. Registre des délibérations municipales, p. 144 sqq., séance du 17 août 1789. Cf. Aurélie Losson, De la milice bourgeoise à la garde nationale de Moulins (1789-1799), mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Bourdin, université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 2001.

2 Archives communales de Moulins, 136. Registre des délibérations municipales, p. 3.

3 Alexandrine des Echerolles, Une famille noble sous la Terreur, Paris, Plon, 1907 (5e édition), p. 10.

4 A. Losson, op. cit., annexes. Si l’on considère l’état-major du « Régiment national » et les officiers des compagnies (capitaines, lieutenants, sous-lieutenants), soit 82 personnes, la sociologie est la suivante : 28 nobles, 13 professions judiciaires, 11 marchands-négociants, 6 marchands-artisans (le haut du pavé de l’artisanat : 2 horlogers, 2 orfèvres, 1 libraire, 1 imprimeur), 2 médecins et 1 militaire, 21 professions restant inconnues.

5 A. Losson, op. cit., p. 15-16.

6 AC Moulins, 1 D3. Registre des délibérations municipales, 14 février 1790. On compte aussi quatre lieutenants et sous-lieutenants parmi les édiles.

7 AC Moulins, 405. Registre des décisions prises en urgence, mai 1790-29 vendémiaire an VII (13 octobre 1798), p. 8.

8 AC Moulins, 404 (2). Registre des lettres et correspondances, 30 avril 1786-4 décembre 1795, p. 80.

9 AC Moulins, 1 D3. Registre des délibérations municipales, 29 juin 1790.

10 A. des Echerolles, op. cit., p. 11.

11 AC Moulins, 404 (2). Registre des lettres et correspondances, 30 avril 1786-4 décembre 1795, p. 88.

12 Procès-verbal des serments solennels qui ont été prêtés à Moulins le 14 juillet et description de la fête civique et nationale qui y a été donnée le même jour, Bulletin de la Société d’Émulation du Bourbonnais, n° IV, 1896, p. 83-87.

13 AC Moulins, 3 H2.

14 AC Moulins, 2 J1, p. 10 : « Défense à tous domestiques, serviteurs, apprentis, compagnons de tous arts et métiers de cette ville, ou étrangers et à toutes personnes qui ne sont point sur la liste des citoyens actifs, de porter dans les rues, faubourgs, banlieue de cette ville et dans l’étendue de notre municipalité, des bâtons, cannes, cannes à lancer en façon d’épées ou de sabres, également tous instrumens contondants et offensifs. » La peine encourue par les désobéissants est de huit jours de prison et de 10 livres au profit des pauvres.

15 A. Losson, op. cit., p. 38-40 et annexes.

16 Francisque Mège, La dernière année de la province d’Auvergne. La Grande Peur, Clermont-Ferrand, 1901, p. 53-57. Au printemps de 1790, la municipalité de Clermont-Ferrand se plaint pourtant : « Nous vous avions déjà mandé que notre garde nationale, constamment animée de cet esprit de bien public, aiguillonnée par votre exemple, se livrait à des exercices journaliers et exécutait des évolutions militaires mais que malheureusement nous étions sans armes. Vous connaissez l’état de nos finances qui ne nous permet pas de faire de grands sacrifices. Quoique nous attendions une commission de 400 fusils, nous avons cru d’après les différentes adresses à l’Assemblée nationale qui demandent que les armes oisives dans les différents arsenaux soient livrées aux gardes nationales, devoir écrire à M. de Lafayette pour le prier de nous être favorable dans la demande que nous faisons de 1 200 fusils et de 6 pièces de canons […]. Nous vous prions d’appuyer notre demande » (AD Puy-de-Dôme, F 152 (142), Lettre de la municipalité de Clermont-Ferrand à Gaultier de Biauzat, 8 avril 1790). C’est finalement un négociant clermontois qui donnera les canons, en février 1791…

17 Bibliothèque municipale et inter-universitaire de Clermont-Ferrand (BMIU), A 65 007. Feuille hebdomadaire pour la province d’Auvergne, n° 27, 25 juillet 1789.

18 Cité par Francisque Mège, Gaultier de Biauzat, député du tiers-état aux États généraux de 1789. Sa vie et sa correspondance, Clermont-Ferrand, Bellet et fils, 1890, p. 36.

19 Idem.

20 AD Puy-de-Dôme, F 152. Procès-verbal de l’assemblée des officiers municipaux et citoyens de la ville de Clermont, 20 août 1789. Cité par Corinne Dalle, Les gardes nationales dans le district de Clermont pendant la Révolution (17891799), mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Bourdin, université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 1994, p. 10. Le texte est reproduit dans le n° 32, du 5 septembre 1789, de Feuille hebdomadaire pour la province d’Auvergne, (BMIU, A 65 007) : « Lettres de citoyenneté accordées à M. le Comte de Chazot, du 20 Août 1789. Les Officiers municipaux & les Citoyens de la ville de Clermont-Ferrand, principale & capitale de la Province d’Auvergne, réunis en l’Assemblée générale, tenue en la manière ordinaire, à tous présents & à venir, Salut. Les principes d’honneur, d’humanité & de bienfaisance que cette Cité a reconnus en la personne de Messire Jean-Pierre François Comte de Chazot, Chevalier, Seigneur, Patron de Mutrecy, Epuis, Grimbot & autres lieux, Mestre de camp de dragons, Lieutenant-Colonel-Commandant du bataillon des Chasseurs d’Auvergne, Chevalier dé l’Ordre royal & militaire dé St. Louis, & Colonel commandant de la garde bourgeoise de cette dite Cité ; les preuves qu’il a constamment données de son zèle patriotique, & de fa noble & ferme intention de contribuer à la félicité commune ; son admirable empressement à se ranger fous l’étendard de la liberté, & à arborer la cocarde nationale, dans l’instant même où la nouvelle affligeante des derniers efforts de l’aristocratie porta le trouble & l’inquiétude en cette ville ; les paroles touchantes que sa reconnoissante sensibilité prononça, lorsqu’il fut proclamé, par la voix publique, Colonel-Commandant de ta garde bourgeoise, le ferment solennel qu’il fit alors volontairement, de ne jamais commander sa troupe que contre nos ennemis, & de n’épargner ni son sang ni celui de ses soldats pour la défense & le salut de cette villa & de la Province ; les soins assidus qu’il a si heureusement employés pour concourir avec nous au maintien de la paix, de l’union & du bon ordre, font autant de titres qui le lient doublement au brave de Chazot, que l’immortel Frédéric conserva jusqu’à sa mort dans son intime confiance ; qui lui donnent droit à la reconnoissance publique, à l’attachement inviolable de tous nos citoyens, lesquels voulant ajouter à la première marque qu’ils en ont donnée audit sieur Comte de Chazot, en le nommant Colonel-Commandant de leur garde bourgeoise, une seconde marque plus mémorable encore ; & désirant s’attacher ledit sieur Comte de Chazot par les liens les plus durables & les plus sacrés, ont arrêté, par acclamation, de lui décerner des lettres de citoyenneté. À ces causes, Nous dits officiers municipaux & Citoyens de cette ville d’Auvergne, avons reçu & admis, recevons & admettons ledit sieur Jean-Pierre François Comte de Chazot au nombre des Citoyens de cette capitale, pour, par lui & sa postérité, née ou à naître, y jouir, à perpétuité, des honneurs, droits, privilèges, libertés, franchises, exemptions et immunités dont y jouissent, ou doivent jouir tous Citoyens distingués… »

21 BMIU, A 65 007. Feuille hebdomadaire pour la province d’Auvergne, n° 33, du 12 septembre 1789. L’uniforme des gardes nationaux clermontois est bleu, le collet, les parements et la doublure cramoisis, les boutons blancs aux armes de la ville, avec cette devise : « Nobilissima Arverna Civitas ».

22 AD Puy-de-Dôme, L 659, 1 178, 4 045, 4 046. Cf. C. Dalle, op. cit., p. 21-22 : sur 823 gardes nationaux, 512 professions nous sont connues ; pour les 112 gardes nationaux à cheval de Clermont-Ferrand, 108 professions sont indiquées. Seuls 413 âges sont précisés.

23 F. Mège, Gaultier de Biauzat…, op. cit., p. 264. Lettre de l’avocat Bergier à Gaultier de Biauzat, 18 juillet 1789.

24 AD Puy-de-Dôme, F 148 (20). Lettre à Gaultier de Biauzat, du 23 juillet 1789.

25 BMIU, A 65 007. Feuille hebdomadaire pour la province d’Auvergne n° 27, 25 juillet 1789.

26 Cité par F. Mège, Gaultier de Biauzat, sa vie et sa correspondance, Clermont-Ferrand, 1890, p. 114-116.

27 Ibidem.

28 AD Puy-de-Dôme, F 149 (10). Lettre de Pascal Grimaud à Biauzat, 18 mai 1790.

29 AD Puy-de-Dôme, L 481. Assemblée électorale du département du Puy-de-Dôme. P.-v. imprimé, séance du 9 juin 1790.

30 AD Puy-de-Dôme, L 6391. Journal de Beaulaton. P.-v. du 10 juin 1790 : réception du détachement de la Garde nationale qui a été à la fédération de Lyon.

31 BMIU, A 70 072. Le Patriote d’Auvergne, n° 24, mardi 20 avril 1790.

32 AD Puy-de-Dôme, L 6 389. Le Citoyen surveillant, n° 33, samedi 22 janvier 1791.

33 AD Puy-de-Dôme, Fonds Clermont. Registres de la section Réunion. P.-v. du 20 fructidor an II (6 sept. 1794).

34 Ibidem. Registres de la section du Collège. P.-v. des 16 et 19 prairial, 12 thermidor an II (4 et 7 juin, 30 juillet 1794).

35 Ibidem. Registres de la section du Pont-de-Pierre. P.-v. des 14 et 18 prairial an II (2 et 6 juin 1794).

36 Cf. Philippe Bourdin, Le noir et le rouge. Itinéraire social, culturel et politique d’un prêtre patriote (1736-1799), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2000, p. 89 sqq. BMIU, A 11 281 (18). Discours prononcé dans l’église cathédrale de Clermont-Fd, le dimanche 6 décembre 1789, à la bénédiction des drapeaux de la Garde nationale par M. Grimaud, professeur de théologie et chanoine de St-Pierre. Imprimé par Antoine Delcros, par délibération de l’assemblée générale de la ville de Clermont-Ferrand, en date du 7 décembre 1789.

37 AD Puy-de-Dôme, F 149 (40). Lettre à Gaultier de Biauzat, 16 février 1790 : « J’ai pensé que le discour prononcé à la bénédiction des drapeaux de notre milice nationale ne déplairoit pas au héros auvergnat dont la sagesse précoce fit il y a quelques années sur les habitants d’un autre monde l’essai des moyens qu’il employe maintenant pour favoriser l’affranchissement de la patrie. Je vous serois obligé si vous vouliez lui en présenter un exemplaire, sans m’y mettre pour rien. Car mon intention unique est de faire connoitre de plus en plus dans la capitale du royaume le patriotisme des Claromontois. »

38 BMIU, A 35 904. Mémoire de M. Chazot, commandant de la garde nationale de Clermont-Ferrand pour servir de réponse à une lettre adressée par M. Jean-François Gaultier à ses commettans, le 12 août 1790.

39 AD Puy-de-Dôme, F 145 (167). Lettre de d’Albiat à Gaultier de Biauzat, 29 juin 1790.

40 AD Puy-de-Dôme, F 149 (36). Lettre de Grimaud à Gaultier de Biauzat, 3 novembre 1789.

41 AD Puy-de-Dôme, F 144 (6). Lettre de Chandezon-Fauverteix à Gaultier de Biauzat, 7 janvier 1790.

42 Idem.

43 AD Puy-de-Dôme, F 145 (12). Lettre du 3 avril 1790 à Gaultier de Biauzat [signature illisible].

44 F. Mège, La Grande Peur, op. cit., p. 60.

45 Ibidem, p. 67 sqq. Par exemple, le 27 septembre 1789, le village de Chanonat fait sa demande d’affiliation, le 12 mars 1790 le bourg de Sauxillanges.

46 Ibidem, p. 88-91.

47 BMIU, A 10 984. Recueil des procès-verbaux, discours, lettres et autres pièces relatifs à la confédération des gardes nationales des départements du Puy-de-Dôme, du Cantal, de la Haute-Loire, de la ville de Limoges, et du bataillon des Chasseurs d’Auvergne, les 15, 16, 17 mai 1790 ; A 32 821.

48 BMIU, A 10 984. Recueil des procès-verbaux, discours, lettres et autres pièces relatifs à la confédération des gardes nationales des départemens du Puy-de-Dôme, du Cantal, de la Haute-Loire, de la ville de Limoges & du bataillon des Chasseurs d’Auvergne.

49 Ibidem. « Je n’ambitionne, Messieurs, en méritant votre estime, que de soutenir, au gré de mes braves Camarades, la réputation d’un patriote dévoué & d’un déterminé soldat citoyen. »

50 Ibidem. Citons notamment cette réponse : « […] Il m’en coute à le prononcer, au nom du canton que j’ai l’honneur de représenter, nous ne pouvons accorder à qui que ce soit un titre de cette nature. Tous les genres d’oppression, les braves & généreux Montagnards les ont éprouvés, les malheurs les ont rendus méfiants, pardonnez leur ce sentiment, hélas ! il n’étoit pas fait pour ces ames franches & naives. Semblables à ces aveugles, à qui un art secourable vient de rendre la vue, ils marchent, pour ainsi dire, encore à tatons dans la carrière de la liberté. Tout, à chaque pas, les frappe d’étonnement, de crainte & d’admiration. Aucune de leur marche n’est encore sure, aucune action ne leur paroît encore indifférente […]. Attendons d’ailleurs, Messieurs, l’organisation des Gardes Nationales que l’auguste Assemblée nous promet, pour donner à ces précieux établissemens la forme, la consistance & le degré de perfection dont ils sont susceptibles ; attendons qu’elle ait prononcé : agir autrement seroit peut-être une imprudence, une précipitation condamnable. »

51 Ibidem.

52 AD Puy-de-Dôme, F 145 (160), (108) et (167), F 149 (67). Lettres de Bourdier à Gaultier de Biauzat, 26 juin 1790, de d’Albiat au même, mai, 3 et 29 juin 1790. Les victimes sont d’Albiat et Grimaud.

53 AD Puy-de-Dôme, F 145 (167). Lettre de d’Albiat à Gaultier de Biauzat, 29 juin 1790.

54 Cité par F. Mège, La Grande Peur, op. cit., p. 94.

55 AD Puy-de-Dôme, F 152 (177). Lettre des officiers municipaux de Clermont-Ferrand à Gaultier de Biauzat, 29 juin 1790.

56 BMIU, A 36 225 (4). Lettre imprimée de Gaultier de Biauzat à ses commettants, 12 août 1790.

57 BMIU, A 10 657 (14). Procès-verbal du dépôt de la bannière donnée aux députés du département du Puy-de-Dôme à la Fédération générale du 14 juillet 1790, & déposée dans la salle dudit département, en exécution du décret de l’Assemblée nationale du 19 juillet 1790. BMIU, A 11 277. Relation de ce qui s’est passé à Clermont-Ferrand, chef-lieu du département du Puy-de-Dôme les 1 & 2 août 1790, à l’occasion de l’arrivée de la Bannière Fédérative donnée par la Commune de Paris. Chazot déclare : « La bannière dont nous sommes porteurs sera le ralliement des vrais patriotes : donnée par l’émanation de la puissance législative, elle deviendra dans nos mains la divinité vengeresse qui opprimera les ennemis du bien public, puisse-t-elle plutôt, comme la branche d’olivier, conserver le symbole de la fraternité des habitans de ce vaste empire. »

58 BMIU, A 11 277. Relation de ce qui s’est passé à Clermont-Ferrand… les 1 & 2 août 1790. De Vissac, ancien lieutenant-colonel de cavalerie, chevalier de Saint-Louis, déclare notamment à Chazot : « Et vous, vaillant Chazot, qui infiniment au dessus des menées ténébreuses des personnes jalouses de votre gloire, toujours maître de vous-même, & n’abandonnant jamais dans des moments critiques la cause de la patrie, n’avez usé de la confiance de vos concitoyens que pour suivre plus sûrement vos vues premières & incommutables, de protéger les personnes & les propriétés & de veiller à la tranquillité publique ; vous à qui vos codéputés ont à si juste titre déféré l’honneur de les commander. Vous, digne ami & ami digne du Commandant Général de la fédération ; vous enfin, que le Roi qui en a été le chef suprême a remarqué plusieurs fois & écouté avec intérêt, agréez nos sincères félicitations, votre retour glorieux nous comble de joie. »

59 BMIU, A 36 225 (4). Lettre imprimée de Gaultier de Biauzat à ses commettants, 12 août 1790.

60 BMIU, A 35 904 (5). Mémoire de M. Chazot, op. cit. : « Enhardi par les applaudissemens des personnes qui le regardent nécessaire à la révolution, il embrasse tout, dirige tout, décide tout dans le même jour ; il donne des loix aux Thuilleries, des ordres dans la Province, intrigue pour les personnes qui le flattent, exhale sa bile pour ou contre, gagne de vitesse à noircir les personnes justes qui peuvent l’apprécier ; enfin, M. de Biauzat veut de guerre ouverte vaincre l’opinion, commander au sentiment, et se circonscrire pour ainsi dire de sa puissance précaire […]. Quel mal avois-je fait à ce Député pour m’attaquer en lâche, lui qui me caressoit à Paris et qui me frappe en Auvergne ? […] Ne doit-on pas être étonné que M. de Biauzat, qui ne devroit être que l’organe de l’opinion de plusieurs, prescrive de son chef la conduite que doit tenir tantôt une ville, tantôt une garde nationale et plus souvent encore des êtres individuels ? Il est des gens qui se mettent au dessus de tout. Pensez à la patrie, Législateur inquiet, & ne vous occupez plus d’affaires domestiques ! »

61 Ibidem. Biauzat aurait cherché à loger Chazot (qui finalement refuse) chez une riche veuve dont il espérait faire la conquête, trouvant dans la présence de son compatriote un motif de visites plus fréquentes.

62 Ibidem.

63 AD Puy-de-Dôme, F 152 (182). Lettre des officiers municipaux de Clermont-Ferrand à Gaultier de Biauzat, 19 août 1790. Signée : Barre, Bonarme, Boucheix, Bourdillon, Charbonnier, Couthon, Lacombe, Louche, Sablon.

64 BMIU, A 35 904 (5). Mémoire de M. Chazot, op. cit. / Réponse du Comité militaire de la garde nationale de Clermont-Ferrand à la lettre adressée le 12 août 1790 par M. Jean-François Gauthier, député à l’Assemblée nationale, à ses commettants, 18 août 1790.

65 BMIU, A 35 904 (5). Réponse du Comité militaire de la garde nationale de Clermont-Ferrand…, op. cit. : « Croyez moins aux malveillans », « soyez avare de cette crédulité qui, vous faisant avidement saisir les occasions où voulant donner des preuves de votre civisme, vous ne saisissez que l’invraisemblance au lieu de la réalité ».

66 Ibidem : Chazot est « l’homme digne de la place qu’il occupe ; nos vœux l’y ont porté, & fasse le Ciel que son intention d’accord avec nos désirs l’y maintienne » : « Ami zélé de la Constitution, pénétré des principes du patriotisme le plus éclairé, jamais il n’a tenté de faire changer le pouvoir arbitraire de main, & à le fortifier par la réunion du vouloir et de la force. Sa volonté a constamment été l’amour de l’ordre & de la paix, sa force a toujours consisté dans l’amitié & l’estime de ses concitoyens qui sont les vôtres. » En bref, une « âme honnête et sensible ».

67 Ibidem.

68 BMIU, A 10 556. Adresse de MM. les députés d’Issoire à la Fédération générale des François à M. de Chazot, Chevalier de l’Ordre Royal de Saint-Louis, Commandant du Régiment des Chasseurs d’Auvergne, Commandant de la Garde Nationale de Clermont-Ferrand, Major Général du département du Puy-de-Dôme, à la fédération générale, 21 août 1790.

69 BMIU, A 10 555 (36). Lettre de Grimaud à Gaultier de Biauzat, 16 septembre 1790.

70 Idem.

71 Ibidem. Extrait du procès-verbal de la Société des amis de la Constitution de Clermont-Ferrand, du 17 septembre 1790.

72 BMIU, A 10 984 (3). Discours prononcé par M. de Chazot, commandant de la garde nationale de Clermont-Ferrand, à l’assemblée générale de ladite garde, tenue dans l’église des Jacobins, le 28 novembre 1790, & dont l’Assemblée a demandé l’impression.

73 BMIU, A 34 894.

74 BMIU, A 10 556 (88). « Pétition à l’Assemblée nationale, présentée par Adrien. Marie Dijon, second juge du tribunal du district de Clermont-Fd, chef-lieu du département du Puy-de-Dôme, membre de l’administration du district et de la société des Amis de la Constitution de la même ville », août 1791.

75 Ainsi Dijon (ibidem) : « M. Gaultier a-t-il cru me faire grâce ou m’honorer d’une méprisable indulgeance ? a-t-il pensé me faire trembler ou me punir lui-même et lui seul ? ou bien un reste de pudeur a-t-il amorti sa haine, sa passion ou sa basse jalousie ?… Messieurs, je suis accusé, dénoncé à votre Comité des recherches : j’ai le droit de demander à y être jugé et je vous le demande, j’ai le droit de solliciter un décret qui prononce qu’il y a ou il n’y a pas lieu d’une accusation, et je le sollicite. »

76 BMIU, A 11 281 (22). Pétition à l’Assemblée nationale présentée par Jean-Pierre François Chazot, Maréchal de camp, Commandant-général de la Garde Nationale et Membre de la Société des Amis de la Constitution de Clermont-Ferrand, chef-lieu du Département du Puy-de-Dôme, 4 août 1791.

77 Cf. Philippe Bourdin, Des lieux, des mots, les révolutionnaires. Le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 1995, p. 411 sqq.

78 Ibidem, p. 41.

79 Philippe Bourdin, « Jean-François Gaultier de Biauzat (1739-1815). Hortensius ou nouveau Robespierre ? », Annales historiques de la Révolution française, 1997, n° 1, p. 31-60.

80 Philippe Bourdin, Des lieux, des mots…, op. cit., p. 411.

81 Philippe Bourdin, « Les “jacobins” du Bois-de-Cros (Clermont-Ferrand, an V) : chronique d’un massacre annoncé », Annales historiques de la Révolution française, 1997, n° 2, p. 249-304.

82 A. Losson, op. cit., p. 138 sqq.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search