Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Deuxième partie. Genèse et création

Les débuts de la Garde nationale parisienne (1789-1791)

Maurice Genty

Texte intégral

  • 1 Article paru dans les Annales historiques de la Révolution française sous le titre : « Controverse (...)

1On sait comment la Garde nationale parisienne prit naissance dans le bouillonnement des journées de juillet 1789, d’une façon plus ou moins improvisée, sous la pression des circonstances plus qu’en vertu de principes préconçus. Les conditions dans lesquelles se constitua alors la milice bourgeoise pesèrent sur la mise en place de la Garde nationale parisienne, conditions confuses qui devaient entraîner de fortes incertitudes et une lente stabilisation. C’est cette mise en place que je me propose ici de retracer, sans développer les controverses dont la Garde nationale parisienne fut l’objet et que j’ai déjà étudiées dans un ancien article1.

  • 2 Jacques Chagniot, Paris et l’armée au xviiie siècle. Étude politique et sociale, Paris, 1985, p. 8 (...)
  • 3 « Fastes de la Garde nationale de Paris, depuis sa création jusqu’à son licenciement, par un grena (...)

2Paris, comme les autres villes du royaume, avait pourtant disposé d’une garde bourgeoise. Mais celle-ci avait perdu toute réalité, devenue une « institution fossile », « 50 offices et point de troupes », selon Jacques Chagniot2, au point que « la plupart » des Parisiens n’en « avaient pas même conservé le souvenir », devait rappeler en 1827 un ancien garde national3. Aussi bien, les cahiers de doléances de Paris n’en avaient-ils pas envisagé la restauration.

  • 4 « Proçès-verbal des séances et délibérations de l’assemblée générale des Électeurs de Paris, réuni (...)
  • 5 Suivant l’un de ses membres, ibid., p. 131-165, p. 162.
  • 6 Ibid., p. 173-174.

3L’idée d’établir, ou de rétablir une milice fut proposée pour la première fois à l’Assemblée des Électeurs de Paris, le 25 juin 1789, par Nicolas de Bonneville, au lendemain de la séance royale aux États-Généraux, mais sa nécessité n’avait pas paru « alors indispensable4 » ; le 10 juillet, en revanche, cinq autres propositions furent faites en ce sens ; il ne s’agissait pas seulement de se prémunir contre les entreprises gouvernementales susceptibles de menacer la liberté publique, mais aussi, devant « les trop fréquentes émeutes populaires », d’assurer la « sûreté » de la capitale et de « maintenir l’ordre social5 », mais aucune décision ne fut cependant prise le lendemain, 11 juillet, l’Assemblée se borna encore à inviter les députés de Paris à l’Assemblée nationale à demander à celle-ci le rétablissement de la garde bourgeoise, puis elle s’ajourna au 136.

  • 7 Ibid., p. 176.
  • 8 Ibid., p. 188-189.
  • 9 Ibid., p. 195-199.

4Elle allait être ainsi dépassée par les événements. Le 13 au matin, à l’Hôtel de Ville, déjà envahi la veille par la foule qui demandait des armes7, une « Assemblée générale », réunissant autour des Électeurs et de la Municipalité « un grand nombre de citoyens de tous Ordres et de tous les quartiers », arrêta, « à l’unanimité », à la fois d’établir un comité permanent en correspondance avec les districts entre lesquels Paris avait été divisée pour les élections aux États-Généraux, et de demander à ceux-ci de « former un état nominatif, d’abord de deux cens citoyens », qui devaient être « connus » – il ne s’agissait pas d’enrôler n’importe qui – et qui seraient réunis en un corps de Milice parisienne pour veiller à la sûreté publique8. Dès l’après-midi, le Comité permanent adopta un plan d’organisation de cette milice : elle devait s’élever en trois jours à 48 000 hommes, distribués en bataillons de 800 hommes chacun, eux-mêmes constitués de quatre compagnies et groupés en seize légions ; le Comité permanent se réservait d’en nommer les officiers généraux tandis que les officiers des bataillons seraient nommés par leurs districts respectifs : c’était s’organiser pour la durée et c’était déjà aussi l’organisation qui, dans ses grandes lignes, devait être confirmée par la suite9.

  • 10 Ainsi, celui de la Sorbonne, ibid., p. 215.
  • 11 Celui des Feuillants, ibid., p. 205-206.
  • 12 Ceux de Saint-Eustache (ibid., p. 214) et de Saint-Philippe-du-Roule (Archives de la Seine, D 530) (...)
  • 13 « Bravoure des gardes françoises et suisses et ses effets » (BNF, Lb 39-1860, 14 p., s. l. n. d.).
  • 14 « Avis aux grenadiers et soldats du Tiers-État, par un ancien camarade du régiment des Gardes Fran (...)
  • 15 « L’armée citoyenne, 13 juillet 1789 » (BNF, Lb 39-1935, 4 p.). Pour les soldats déserteurs, voir (...)
  • 16 Procès-verbal…, op. cit., t. 1, p. 229-230 et 252.
  • 17 « Paris sauvé, ou récit détaillé – Des Evénemens qui ont eu lieu à Paris, depuis le dimanche 12 ju (...)
  • 18 Procès-verbal…, op. cit., t. I, p. 227-229 et 262.
  • 19 Ibid., t. 1, p. 289. Dès après la prise de la Bastille, il avait recruté 40 hommes (ibid., p. 377)
  • 20 Cf. Actes de la Commune de Paris pendant la Révolution, publiés par Sigismond Julien Adolphe Krzyz (...)

5Les districts répondirent avec enthousiasme, prenant parfois des initiatives particulières, plusieurs se montrant prêts à accueillir tous les citoyens sans exception10. Surtout, certains districts se déclarèrent disposés à accueillir tous les militaires qui avaient rejoint l’insurrection11, en particulier les gardes françaises et les gardes suisses12 qui, le soir du 23 juin, après la séance royale aux États-Généraux, avaient refusé de répondre à l’ordre de disperser la foule rassemblée devant le château de Versailles13 ; comme devait le rappeler un ancien garde national, les premiers n’avaient-ils pas aussi, le 25 juin, « juré par acclamation, de défendre jusqu’au dernier soupir la patrie, la liberté et le Prince, circonvenu par un petit nombre de Scélérats, de protéger contre toute violence les citoyens en général, et chacun des membres de l’Assemblée nationale en particulier14 » ? Bien plus, les troupes rassemblées autour de Paris semblaient elles-mêmes peu sûres et les patriotes ne se faisaient pas faute de leur côté de chercher à les débaucher ; ainsi, d’après un écrit anonyme, dès les 10 et 11 juillet, « des soldats de différens régimens » s’étaient rendus au Palais-Royal, où ils avaient été reçus « à bras ouverts15 ». Aussi, le 13, dans la soirée, l’Assemblée des Électeurs décida de s’adresser aux « chefs » des gardes françaises pour prendre avec eux « les mesures nécessaires à la réunion projetée » de ceux-ci avec la Milice parisienne, puis de les inviter « à se rendre en corps à l’Hôtel de Ville, pour de là se distribuer dans les Districts16 », ce qu’ils firent, imités par « un grand nombre » d’autres soldats17. Simultanément, d’autres corps faisaient des offres de service, notamment les clercs des deux Bazoches, celle du Palais et celle du Châtelet, les clercs des notaires, les élèves en chirurgie, ainsi que le Guet de Paris, puis, dans la nuit du 13 au 14, la Compagnie de l’Arquebuse18. Des initiatives spontanées étaient également prises, généralement ratifiées par le Comité permanent, qui, par exemple, permit à un M. de Soulès de lever une compagnie de cavalerie19, tandis que les habitants de la paroisse de Saint-Jean-de-Latran formaient un corps particulier sous le nom de légion20.

  • 21 Procès-verbal…, t. 1, p. 261-262 et 281-286.
  • 22 Ibid., t. 1, p. 403-404.
  • 23 Ibid., t. 1, p. 422.
  • 24 Ibid., t. 1, p. 459-460. Tous deux, députés de Paris, avaient conduit la délégation envoyée par l’ (...)
  • 25 Ibid., t. II, p. 102-103.
  • 26 Ibid., p. 116-117 et 122-123.

6Pour mettre fin à ce désordre, des mesures devaient être prises sans tarder. Il fallait d’abord donner à la milice prévue un commandement régulier. Dès le 13 juillet au soir, le Comité permanent avait nommé le duc d’Aumont commandant en chef et le marquis de La Salle commandant en second ; mais, le lendemain, le premier ayant demandé vingt-quatre heures de réflexion, alors que « vingt-quatre minutes paraissoient un délai dangereux », le Comité chargea le second du commandement général21. En vain Louis XVI, cherchant à neutraliser le mouvement, désigna, le 15, deux officiers généraux pour se mettre à la tête de la garde bourgeoise parisienne, qu’il reconnaissait ainsi de fait22, sa tentative avorta aussitôt. Le matin du même jour, alors que les Électeurs s’inquiétaient de ce que le commandement général n’avait pas été confi é « formellement » au marquis de La Salle, l’un d’eux, Moreau de Saint-Méry, ayant désigné le buste de La Fayette, que l’État de Virginie avait offert à l’Hôtel de Ville, « tous les vœux des Assistans » se réunirent en faveur de « l’illustre défenseur de la liberté du Nouveau Monde23 », choix que la foule confirma l’après-midi par une acclamation générale, en même temps qu’elle acclamait Bailly comme maire de Paris24. Le 16 juillet, Louis XVI, venu dans sa capitale, reçu par les nouvelles autorités parisiennes, consacra le fait accompli25. Cependant, le 18, La Fayette fit savoir à l’Assemblée des Électeurs que, « si le Roi avait daigné confirmer son élection, faite par acclamation », cette acclamation n’était pas « la preuve d’un suffrage universel » et « qu’il ne pouvoit se considérer comme véritablement pourvu de l’autorité nécessaire » sans « connoître le vœu du peuple » ; Bailly formulant à son tour le même souhait, l’Assemblée décida de soumettre leur double nomination à la ratification des districts, qu’elle invita en outre à désigner des députés pour former une « Assemblée des Représentans de la Commune » qui serait chargée de régler l’administration municipale26, double tâche dont ils s’acquittèrent les jours suivants.

  • 27 Ibid., p. 10-11.
  • 28 Ibid., p. 50.
  • 29 S. Lacroix, t. 1, p. 1 sq.
  • 30 Ibid., p. 9, séance du matin, et p. 13, séance du soir.
  • 31 Procès-verbal…, op. cit., t. II., p. 431-432.

7Le problème du commandement ainsi résolu, il restait à stabiliser et à régulariser l’institution nouvelle. Dès le 16 juillet, le Comité permanent, sur la proposition de La Fayette, avait invité les districts à désigner chacun un député pour former un « Comité militaire spécialement chargé de rédiger, de concert avec le commandant général, un plan d’organisation pour la Garde Bourgeoise27 », puis décida, dans l’hypothèse « que toutes les Communes du Royaume se proposer[aient] sans doute, à l’exemple de Paris, de confier la défense intérieure à un Corps de Citoyens armés », que cette garde bourgeoise prendrait le titre de « GARDE NATIONALE DE PARIS28 » – ce qui ouvrait la voie à une éventuelle fédération nationale. D’autres principes furent également posés, sans attendre que le Comité militaire prévu fût réuni. Ainsi, le 25, devant l’Assemblée des Représentants de la Commune qui venait de se constituer29, La Fayette, prononça un serment par lequel, notamment, il jurait « de ne jamais oublier que le pouvoir militaire [était] soumis au pouvoir civil30 ». De son côté, le Comité permanent décida, le 26 juillet, que « le service de la Garde Nationale Parisienne [serait] considéré comme une obligation personnelle », incombant « à tout Bourgeois domicilié à Paris », tout en prévoyant la possibilité de se faire remplacer31. Ainsi la garde nouvelle serait-elle à la fois citoyenne et bourgeoise.

  • 32 Ibid., p. 156.
  • 33 Bibliothèque historique de la Ville de Paris, impr. in-4°, 104353,1 p.

8C’est bien ce qui avait été prévu dès l’origine et qui se précisa les jours suivants. L’enrôlement de 48 000 hommes décidé le 13 juillet posait bien des problèmes : comment réunir un tel nombre de citoyens ? comment aussi choisir éventuellement entre tous ceux qui se présenteraient ? Sans doute, le Comité permanent avait-il précisé que ne seraient admis que des citoyens « connus », mais suivant quels critères ? Or, dans le désordre initial, bien des gens s’étaient armés, qui n’étaient pas nécessairement « connus », et, parmi les citoyens « connus », certains pouvaient paraître indésirables. Des mesures furent donc prises pour éliminer les éléments douteux ; s’inspirant du district de Saint-Germain-des-Prés, l’Assemblée des Électeurs s’employa à « désarmer les ouvriers » en promettant neuf livres à tous ceux qui déposeraient leurs armes auprès de leur district32. Pourtant, quelques éléments populaires purent se maintenir, de sorte que le Comité de constitution de l’Assemblée constituante dut admettre, le 30 juin 1790, que les citoyens qui avaient fait « en personne […] le service de la garde nationale, et [avaient] acheté les habits nécessaires », seraient considérés comme citoyens actifs, au moins jusqu’à l’organisation définitive des gardes nationales du royaume33.

  • 34 Procès-verbal…, op. cit., t. II, p. 163-164.
  • 35 Ibid., p. 295-296. Cf. BNF, in-f°, Lb 40-3271.
  • 36 M. Genty, « Controverses […] », art. cit., p. 70-71.
  • 37 Procès-verbal, op. cit., t. II, p. 204-207. Voir aussi « Procès-verbal de la formation et des opér (...)
  • 38 Comité militaire, t. 1, p. 26-27.
  • 39 S. Lacroix, op. cit., t. I, p. 64 et 79.
  • 40 Comité militaire, t. I, p. 31-34.
  • 41 S. Lacroix, t. I, p. 127 et 129.
  • 42 Suivant l’expression du district des Jacobins-Saint-Honoré, « Extrait des délibérations […], du 3 (...)

9Quelles positions convenait-il par ailleurs de prendre à l’égard des militaires qui s’étaient mis au service de la Commune ? Déjà La Fayette, comme il l’annonça le 18 juillet à l’Assemblée des Électeurs, les avait autorisés, sur la demande de certains districts, à rester à Paris en leur donnant l’espérance de les incorporer dans la Garde nationale, si Sa Majesté daignait y consentir34. Louis XVI donna en effet son accord, le 21, mais seulement en faveur des soldats arrivés à Paris avant que La Fayette eut reçu sa lettre, sauf s’ils préféraient « retourner dans leurs Corps respectifs », assurés de n’éprouver « aucun désagrément » ; quant aux gardes françaises, il les autorisait à entrer dans « les Milices bourgeoises » de sa capitale35. Ainsi, la garde en formation cesserait d’être exclusivement citoyenne pour prendre un caractère mixte, comme certains en défendaient le principe, par souci de libérer les citoyens d’une tâche trop lourde et jugée contraire, par certains côtés, à leur dignité36. Cependant, le Comité militaire, installé dès le 19 juillet37, avait entrepris son travail. Trois premiers titres d’un plan d’organisation ayant été adoptés le 31, La Fayette invita les districts à en consentir « une exécution provisoire », comme la « nécessité semblait l’exiger38 ». L’Assemblée des Représentants de la Commune, invitée, elle aussi, à donner sa sanction, hésita d’abord, puis, le 2 août, accepta de l’adopter – « provisoirement », souligna-t-elle39. Trois autres titres, adoptés les 3 et 5 août, ayant été envoyés aux districts, ainsi qu’à l’Assemblée des Représentants40, celle-ci, le 8, put donner sa sanction, forte de l’adhésion de « la presque totalité des districts41, adhésion, elle aussi, accordée à titre provisoire, en raison de « l’urgence des circonstances42 ».

  • 43 « Travail du Comité militaire […]. Règlement – Pour la Formation, Organisation, Solde, Police et A (...)
  • 44 Comité militaire, op. cit., p. 15.

10Ce règlement, limité à l’infanterie, bien que fussent prévus une division de cavalerie et un parc d’artillerie43, conservait les bases essentielles posées dès l’origine. « Toutes Troupes ci-devant employées à la Garde et Police ou autre Service de la Ville de Paris » étaient supprimées, remplacées par un « Corps de Troupes d’Infanterie », « sous la dénomination de Garde Nationale Parisienne ». « Tout Citoyen domicilié », de vingt à cinquante ans, serait « porté sur la liste générale des Soldats-Citoyens » ; cependant, « Tous Ouvriers, Artisans, non-domiciliés, devant être conservés pour leurs travaux » en seraient exemptés, de même que « tous gens en état de domesticité » ; il s’agissait, en théorie, de favoriser « les gens utiles à l’industrie et aux arts » ou dont le temps était trop précieux « pour être enlevé aux besoins de la société » et de « ménager ceux dont la dépendance ou la versatilité rendait l’existence civile incertaine ou précaire44 » : on ne pouvait plus explicitement souligner le caractère « bourgeois » de la garde parisienne.

  • 45 S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 13. Le 16 septembre, l’Assemblée des Représentants devait adopter l (...)
  • 46 Comme l’Assemblée des Représentants l’avait proposé à La Fayette le 25 juillet (S. Lacroix, op. ci (...)

11Celle-ci devait rester formée de soixante bataillons correspondant aux soixante districts, mais groupés en six divisions seulement, chacun composé de cinq compagnies, dont une serait soldée et « toujours en activité », au profit des soldats passés à l’insurrection ; dans chaque division serait constituée une compagnie de grenadiers, rattachée au premier bataillon de chaque division. Les effectifs s’élèveraient ainsi à 30 000 hommes, au lieu des 48 000 initialement prévus, dont 24 000 gardes citoyens et 6 000 gardes soldés, auxquels s’ajouteraient 1 058 officiers, un capitaine, un lieutenant et un sous-lieutenant par compagnie et vingt-quatre membres de l’État-major de chaque division, dont les dix commandants de bataillon et quatorze membres de l’État-major général45. Les officiers des compagnies non-soldées seraient élus par les districts, au suffrage direct pour les officiers des compagnies et les commandants de bataillon, indirect pour les chefs de division, « dans les mêmes formes que le Maire » pour le commandant général, tandis que la municipalité désignerait les officiers de l’État-major général, bien que sur présentation du commandant général46 : ainsi, quoique « bourgeoise », la garde non-soldée conserverait-elle son caractère « citoyen ». Quant aux officiers de la garde soldée, les places de capitaine et d’aide-major seraient données, pour la première fois, « aux sujets qui réunir[aient] le plus de voix dans le District du Bataillon » dont ces compagnies feraient partie, « celles de lieutenant et de sous-lieutenant […] aux plus anciens bas-officiers qui [auraient] servi la cause publique ». Tous les officiers et gardes non-soldés, sauf les tambours, s’habilleraient et s’équiperaient à leurs frais – ce qui devait écarter les citoyens à faible revenu et accentuer encore le caractère bourgeois de la garde parisienne. Le service journalier serait assuré par 2 000 hommes dont 1 500 soldés et 500 non-soldés, à raison d’un à deux citoyens par compagnie alternativement, en sorte que chaque citoyen inscrit ait « au moins 48 jours d’intervalle d’une garde à l’autre » – le service devait être finalement assez peu astreignant.

  • 47 Le régiment des gardes françaises comptait en principe 3 800 hommes, en fait 3 500 en 1789 d’après (...)
  • 48 Comité militaire, op. cit., t. 1, p. 80.
  • 49 Comité militaire, op. cit., t. I, p. 47.
  • 50 Archives nationales (désormais AN), C 35, d.298b et BNF, Mss, Nouvelles acquisitions françaises, 2 (...)
  • 51 Cf. « Assemblée générale des Représentans de la Commune de Paris », ensemble de textes comprenant (...)
  • 52 S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 217.
  • 53 Ibid., t. 1, p. 522-523.
  • 54 Ibid., t. 1, p. 507.
  • 55 Dont 31 du régiment de Flandre (AN, C 205, 160/170°, p.ces 20, C 205/171, pce 245 et C 202, 160/54 (...)
  • 56 AN, OI 500, f. 510-511.
  • 57 « Arrêté concernant les soldats déserteurs émigrans […] », BNF, in-8°, Lb 40-1148, 2 p. ; cf. S. L (...)
  • 58 AN, C 202, 160/56, pce 168.
  • 59 Lettre de La Tour-du-Pin à La Fayette (BNF, in-f°, Lb 39-11144).

12L’application du règlement ne se fit pas sans difficultés. La constitution de la garde soldée semblait devoir être la plus simple et la plus rapide, du fait de l’incorporation des gardes françaises, qui devaient en représenter à eux seuls la moitié des effectifs prévus47, et de l’afflux des soldats dits « émigrants » qui, suivant une formule courante, avaient « rejoint les drapeaux de la liberté ». En ce qui concerne les premiers, La Fayette put, dès le 22 août, annoncer que leur distribution entre les compagnies soldées était faite48, tandis que, le 31, Louis XVI rendait une ordonnance portant réforme de leur régiment49. L’incorporation des seconds fut plus compliquée. Le 10 août, le Comité militaire avait fait avertir par voie d’affiche que « tous soldats […] arrivés avant la lettre du Roi » à La Fayette, ainsi d’ailleurs que ceux des citoyens de Paris qui voudraient entrer dans la garde soldée, devaient s’inscrire sur-le-champ auprès des majors des bataillons50. La difficulté pouvait venir de l’excès de candidats ; bien que Louis XVI, le 14 août, eût accordé son amnistie à tous ceux qui avaient quitté leurs corps sans permission depuis le 1er juin, les autorisant à les rejoindre avec l’assurance de « l’entier oubli du passé », s’ils le faisaient avant le 1er octobre51, de nouveaux soldats ne cessaient de se présenter malgré la lettre du Roi. Le même jour, l’Assemblée des Représentants, elle-même inquiète de cet afflux, considérant que leur arrivée « ne pouvait plus être attribuée au désir patriotique de combattre […] pour la liberté », arrêta « qu’à compter de ce jour », on n’en recevrait plus, sauf exception52. Le 9 septembre, enfin, considérant qu’elle devait « à la sûreté publique de ne plus conserver dans la Ville des hommes » qui ne pouvaient « plus avoir qu’une existence précaire, fâcheuse pour eux-mêmes et inquiétante pour la société », elle décida qu’à dater du 13, « tous les soldats sans domicile et sans établissement » seraient renvoyés à leurs régiments53. La veille, d’ailleurs, La Fayette lui avait rendu compte « de la répartition qu’il avait faite des soldats dans les compagnies soldées54 ». Le problème semblait donc réglé, lorsque, lors des journées d’octobre, un nouvel afflux de déserteurs se produisit, dont cinq soldats du régiment de Flandre lui-même dès les 3, 4 et 5 octobre ; 59 furent à leur tour engagés55, malgré l’injonction faite à La Fayette par le ministre de la guerre, La Tour du Pin, d’empêcher leur incorporation56. Cependant, craignant de paraître encourager les désertions, l’Assemblée des Représentants, le 19 octobre, rappela qu’aucun soldat ne serait admis dans la garde parisienne s’il n’était porteur d’un congé absolu57, tandis que Louis XVI accordait une nouvelle amnistie aux déserteurs, à condition qu’ils aient rejoint leurs corps avant le 1er décembre58, avant d’accorder une dernière grâce à ceux qui avaient été engagés « jusqu’au 5 octobre exclusivement59 ». Ainsi fut enfin résolu le problème des soldats émigrants.

  • 60 Le 18 juillet, l’État-major de la Bazoche du Palais avait enjoint à ceux de ses membres qui n’étai (...)
  • 61 Par exemple, celui du Petit-Saint-Antoine ; cf. Comité militaire, op. cit., t. I, p. 39-40.
  • 62 Suivant le district de Saint-Louis-la-Culture (BNF, in-4°, Lb 40-1606(1), 2 p.).
  • 63 Comité militaire, op. cit., t. I, p. 61-65.
  • 64 « Assemblée des Représentans de la Commune. – Extrait des délibérations de MM. de la Légion du Châ (...)
  • 65 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 146. Ses membres furent incorporés dans le district des Enfants-Ro (...)
  • 66 Archives parlementaires (désormais, AP), t. XVI, p. 184-185.
  • 67 Ibid., p. 478.
  • 68 Respectivement le 21 juin, le 28 juin et le 12 juillet (S. Lacroix, op. cit., t. VI, p. 196, 306-3 (...)

13La mise en place de la Garde nationale non-soldée ne se fit pas non plus sans problèmes. Une difficulté surgit aussitôt à propos des « jeunes gens employés dans le commerce, la finance, la pratique et les arts », exclus de fait parce qu’ils n’étaient pas domiciliés et qui étaient eux-mêmes partagés entre le désir d’entrer dans la Garde nationale et celui de se maintenir ou de se constituer en corps séparés, en particulier les clercs du Palais et ceux du Châtelet60. Les districts n’étaient pas moins divisés à cet égard, certains refusant de les admettre61, tandis que d’autres affirmaient « que toute distinction seroit contraire à cette harmonie qui [pouvait] seule assurer la tranquillité » de la Capitale62. Le 16 août, à l’occasion d’une démarche des clercs du Châtelet et autres « jeunes gens », le Comité militaire souligna que tout corps particulier porterait atteinte aux principes de l’égalité sur lesquels reposait la Garde nationale63. Le lendemain, les premiers se déclarèrent « prêts à se soumettre à tous les sacrifices qu’exige[ait] le bien public64 », mais ce ne fut que le 2 octobre que leur incorporation fut annoncée à l’Assemblée des Représentants65. Quant à la Bazoche du Palais, elle se montra beaucoup plus récalcitrante : elle devait subsister jusqu’en juin 1790, après que l’Assemblée nationale eut adopté un décret arrêtant, entre autres, que « tous corps particuliers de milice, arquebusiers ou autres, sous quelque dénomination que ce [fût] seraient tenus de s’incorporer dans la Garde nationale selon le régime commun66 » ; elle se résigna alors67, de même que les autres corps qui avaient pu, eux aussi, se maintenir, la compagnie de l’Arc, la Légion de Saint-Jean de Latran et la compagnie de l’Arquebuse68.

  • 69 Comité militaire, op. cit., p. 78.
  • 70 S. Lacroix, op. cit., t. I, p. 323.
  • 71 Ibid., t. I, p. 87-90.
  • 72 S. Lacroix, op. cit., t. I, p. 346-348.
  • 73 « Mémoires sur la formation d’une compagnie de grenadiers et de chasseurs dans le bataillon » (BNF (...)
  • 74 Comité militaire, op. cit., t. 1, p. 54 et S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 209.
  • 75 Dès le 12 pour le district des Filles-Saint-Thomas (« Discours sur le choix des officiers de la Ga (...)
  • 76 S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 188-190 et 207 (cf. n. 30 et 46). Ce n’est que le 17 septembre que (...)

14Cependant le recrutement et la formation des compagnies de volontaires se révélait plus difficile que l’on avait pensé. Le zèle des premiers temps s’était peu à peu réduit ; comme le notait le Comité militaire, le 22 août, « quantité de citoyens, qui devoient le service aux termes du règlement, différoient de se présenter69 ». Les frais d’équipement et d’armement pouvaient être un obstacle à l’enregistrement des volontaires. Aussi, La Fayette s’étant fait l’écho des demandes de certains districts, l’Assemblée des Représentants décida, le 23 août, que l’équipement et l’armement de la garde non-soldée seraient pris en charge par la Commune70 : ainsi, remarquait un membre du Comité militaire, aucun prétexte « ne pourrait plus excuser les retards de la formation des compagnies », alors que les citoyens n’auraient « plus d’autre souci que de se procurer l’habillement qui ne [pourrait] plus être une surcharge pour aucun d’eux71 ». Dès lors, l’Assemblée put adopter, le 26 août, un règlement par lequel « tout citoyen qui répondait aux qualités requises ne pourrait être admis à aucune fonction, charge, office ou honneur » de quelle que sorte que ce fût « sans justifier […] de son inscription dans les états de la garde nationale parisienne72 ». Malgré tout, la formation des compagnies ne se fit que lentement et beaucoup de bataillons restèrent longtemps incomplets – ainsi, le 23 décembre, les compagnies du bataillon de Saint-André-des-Arts n’étaient toujours pas entièrement constituées73. Parallèlement s’effectuaient les élections des officiers, celle des chefs de division le 15 août74, celle des officiers des bataillons, qui s’échelonna tout au long du mois75 tandis que La Fayette faisait confirmer, le 13 août, par l’Assemblée des Représentants ses officiers d’État-major76.

  • 77 Les Révolutions de Paris, n° 7, p. 4.
  • 78 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 89.
  • 79 Elle fut décidée par le Comité militaire le 23 (Comité militaire, op. cit., t. 1, p. 173) et confi (...)

15Les choses avançaient cependant ; ainsi, le 24 août, Paris vit, « pour la première fois […], la milice d’un district entier sous l’uniforme intéressant de la Garde nationale », celui précisément de Saint-André-des-Arts77 Aussi, le 29 août, l’Assemblée des Représentants, sur la proposition de La Fayette, put inviter ce dernier à réunir le lendemain « tous les officiers des troupes non-soldées » et les anciens gardes françaises dans la place de l’Hôtel de Ville, à l’effet de prêter, entre les mains de la municipalité, le serment de fidélité « à la nation, au Roi et à la Commune de Paris78 ». Cette cérémonie marquait la première consécration de la garde parisienne. Elle fut renforcée par une seconde, le 27 septembre, la bénédiction des drapeaux des bataillons, organisée à Notre-Dame79.

  • 80 Ibid., t. II, p. 13.
  • 81 Ibid.
  • 82 Comité militaire, op. cit., t. 1, p. 48-49.

16La formation de la cavalerie, prévue par le premier titre du projet de règlement, s’effectua sans poser, semble-t-il, autant de problèmes. Le 20 septembre, l’Assemblée des Représentants, renouvelée la veille80, ayant reçu le règlement élaboré par le Comité militaire, décida de l’envoyer « aux Districts pour avoir leurs observations », mais, comme l’avait fait la première Assemblée pour l’infanterie, elle ajouta que « la tranquillité publique, et la nécessité du service exigeant le prompt établissement d’une troupe de Cavalerie nationale, ledit règlement serait exécuté provisoirement81 ». Cette cavalerie, qui devait remplacer l’ancienne garde à cheval, devait, comme l’infanterie, avoir un caractère mixte, formée à la fois d’une garde soldée et d’une garde non-soldée, chacune devant compter 600 hommes répartis en six compagnies, rattachées chacune à l’une des divisions, celles de la garde non-soldée élisant ses officiers ; réunies, elles formeraient la « première Division de la Cavalerie ». Tout citoyen domicilié, âgé de vingt à quarante ans, pourrait être admis dans la garde soldée ; cependant, les anciens gardes à cheval, soit 356 hommes, y seraient incorporés en priorité, ainsi que les soldats du guet, au nombre de 144, qui rempliraient les conditions requises ; les 100 places restantes seraient offertes d’abord aux soldats émigrants, ensuite aux citoyens qui se seraient fait inscrire. Tous seraient « obligés de fournir leurs chevaux, habits, manteaux, équipement et armement » ; « les frais de logement et d’écurie, la nourriture des chevaux, l’entretien » seraient également, « comme cela avait lieu dans la Garde à cheval, à la charge des Cavaliers, moyennant la paye qui leur [était] accordée » – une avance pouvant éventuellement faite par la Commune avec une retenue quotidienne sur leur solde82. Quant à la garde non-soldée, pour y être admis, tout citoyen devrait avoir un cheval lui appartenant.

  • 83 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 586.
  • 84 Comité militaire, op. cit., t. I, p. 157 ; cf. « Projet de formation de six Compagnies de Chasseur (...)
  • 85 L’Assemblée des Représentants nomma les officiers de ces compagnies dès le 24 octobre (S. Lacroix, (...)
  • 86 Selon le district de Notre-Dame (BNF, in-4°, Lb 40-1466(1), 2 p., 3 octobre).
  • 87 Selon celui des Jacobins-Saint-Honoré, le 23 septembre : « Délibération sur le plan de formation d (...)
  • 88 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 382.
  • 89 Comité militaire, t. 1, p. 29.
  • 90 Ainsi celui de Saint-Nicolas-du-Chardonnet le 2 novembre et celui de Notre-Dame lui-même le 18 déc (...)
  • 91 Ainsi, le dernier peut-être, celui de Saint-Louis-en-l’Isle, le 19 décembre (ibid., t. III, p. 217 (...)
  • 92 Cité par S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 391.
  • 93 Ibid., t. IV, p. 708-709 et 715, séances des 13 et 14 avril 1790 ; cf. Comité militaire, t. II, p. (...)

17Cette formation ayant été décidée par le plan initial, les districts l’acceptèrent sans protestation. Il n’en fut pas de même lorsque de nouveaux corps furent ajoutés à ceux qui avaient été initialement prévus. Ce fut le cas, en particulier, lorsque, le 15 septembre, l’Assemblée des Représentants demanda au Comité militaire de préparer un « plan de supplément de troupes soldées […] spécialement destinées à la garde des barrières », en raison des « difficultés sans cesse renaissantes » à propos de celles-ci83. Un projet fut alors élaboré, qui créait six compagnies de chasseurs, dits « Chasseurs nationaux parisiens » ; elles seraient composées chacune de 100 hommes, officiers compris, et seraient rattachées chacune à l’une des six divisions de la Garde nationale ; on y admettrait de préférence les soldats émigrants qui n’avaient pu être encore incorporés ; leurs officiers seraient nommés par la municipalité sur présentation du commandant général84. L’organisation de ce corps fut aussitôt entreprise85, sans attendre les réactions des districts, qui, cette fois, protestèrent vigoureusement. La création de ce corps était justifiée par la « perte immense qui résu[ltait] pour la Ville de l’irrégularité avec laquelle se perc[evaient] les droits d’Entrée aux Barrières, l’impossibilité pour les Districts des Faux-bourgs, les plus à portée de ces Barrières, de veiller seuls à leur perception, le surcroît de service et de fatigue qui résulteroit pour les autres Districts, si l’on employoit les Citoyens à cette fonction », de telles considérations ne pouvaient que heurter le civisme des districts. Ils dénoncèrent cette création comme « excessivement à charge86 », inutile, voire nuisible ou du moins dangereuse : il serait plus facile à 600 hommes de se laisser « entraîner à la séduction de la contrebande, qu’un Corps entier de 6 000 hommes », sans compter le danger de voir « s’élever entre deux troupes distinctes, par leurs fonctions, des rivalités qui introduiroient un esprit de corps très préjudiciable au service général87 ». Pour réduire cette opposition, l’Assemblée des Représentants invita La Fayette à rédiger « une adresse aux districts » qui répondrait à leurs arguments88 ; le Comité militaire, chargé de ce travail, souligna, le 23 octobre, que, « dans ces momens de crise », le devoir de tous les bons citoyens était « de s’efforcer d’accélérer, plutôt que d’entraver les opérations » et que le sien était d’aller « droit au but, sans s’occuper à revenir sur ses pas89 » : ce n’était peut-être pas le meilleur moyen d’apaiser les districts. Certains pourtant se laissèrent convaincre90, mais d’autres persistèrent dans leur opposition et de nouvelles protestations s’élevèrent, qui se prolongèrent jusqu’en décembre91. Le 23 octobre, dans une attitude de défi, celui de Bonne-Nouvelle décida de créer lui-même, « dans son sein, une compagnie de grenadiers de quarante-huit hommes pour faire le service en vue duquel [étaient] formés les nouveaux corps92 » cet exemple fut suivi progressivement, si bien que le Comité militaire se résolut à élaborer un projet de règlement pour « la formation des compagnies de grenadiers et chasseurs volontaires de chaque bataillon », que l’Assemblée des Représentants devait adopter le 14 avril 179093.

  • 94 Comité militaire, op. cit., t. II, p. 3 et « Règlement – Concernant la formation d’un Corps de six (...)
  • 95 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 279-280.
  • 96 Ibid., t. II, p. 269 et 279-280 ; cf. Comité militaire, op. cit., t. II, p. 19 et « Règlement – Co (...)
  • 97 Cf. n. 93.
  • 98 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 476.
  • 99 Ibid., p. 657-658. Ce règlement lui-même ne fut cependant adopté par le Comité militaire que le 28 (...)

18Les protestations réitérées des districts s’expliquaient d’autant plus aisément que, continuant « d’aller au but », le Comité militaire multipliait les créations nouvelles. Le 1er octobre, il avait envoyé à l’Assemblée des Représentants un « Règlement pour la formation d’un Corps de six cens hommes affectés spécialement à la garde et sécurité des ports, quais et isles », jusqu’alors confiée à un « Corps de trois cens soixante maîtres, faisant partie de la Garde de Paris » ; ce corps, recruté dans « l’ancienne Garde du Guet à pied », serait divisé, lui aussi, en six compagnies rattachées chacune à une compagnie de cavalerie et placé « sous les ordres de l’État-major de la cavalerie », comme c’était le cas auparavant94. Le 13 octobre, l’Assemblée des Représentants, tout en envoyant ce règlement aux districts, décida, dans une formule qui devenait habituelle, que, « attendu la nécessité […], il serait exécuté provisoirement95 ». Le même jour, elle acceptait un autre « règlement portant augmentation de six compagnies de fusiliers soldés et de deux compagnies de cavaliers également soldés », en raison du surcroît de service qu’entraînerait le retour du roi à Paris ; les nouvelles compagnies de fusiliers cependant seraient prises chacune « dans les neuf autres compagnies de la Division, à raison de quatre Hommes par Compagnie », celle des cavaliers étant formée de la même façon que les autres96 ; cette fois encore, l’Assemblée l’envoya aux districts, tout en arrêtant que, « attendu la nécessité urgente, il serait exécuté par provision97 » ; cette décision souleva, de la part des districts, de nouvelles protestations, liées souvent à celles qui dénonçaient la création des chasseurs et qui se prolongèrent également jusqu’en décembre. Ce n’était pas tout encore ; à la fin d’octobre, l’Assemblée des Représentants elle-même demanda au Comité militaire la création d’une septième compagnie de chasseurs, nécessitée, selon elle, par la continuité du service à assurer à la halle98 ; le Comité élabora volontiers un règlement en ce sens, que l’Assemblée adopta le 18 novembre99.

  • 100 S. Lacroix, op. cit., t. IV, p. 235-236, séances des 27 février et 3 mars 1790.
  • 101 Ibid., p. 271 et 280.

19Ce fut du moins le dernier échec des districts. Tenant compte enfin de leurs réticences, le Bureau de Ville enterra, en février-mars 1790, la demande formulée par les officiers de la garde à cheval « de former un corps de cavalerie non-soldée100 », tandis que, le 3 mars, l’Assemblée des Représentants refusait une nouvelle augmentation du corps des chasseurs101.

  • 102 D’après une « Lettre adressée à MM. les Représentans de la Commune et à Messieurs les membres des (...)
  • 103 S. Lacroix, op. cit., t. III, p. 248 et 322-323.
  • 104 « Règlement pour l’artillerie de la garde nationale parisienne, 15 décembre 1789 » (ibid., in-4°, (...)
  • 105 Suivant un rapport fait au district de Saint-Lazare (ibid., in-8°, Lb 40-1599, 4 p.).
  • 106 S. Lacroix, op. cit., t. IV, p. 227-228 et 230-232 pour la séance du 27 février et p. 323-327 pour (...)
  • 107 S. Lacroix, op. cit., t. VI, p. 193-195 et « Règlement provisoire concernant les canonniers attach (...)

20Les districts obtinrent par ailleurs l’abandon d’un corps et d’un parc d’artillerie, pourtant prévus par le règlement initial. Le noyau d’un tel corps existait déjà, 240 canonniers du régiment de Toul que La Fayette avait accueillis le 18 août 1789 et qui s’étaient emparés des canons du régiment de Flandre le 5 octobre102. Parmi plusieurs projets qui lui furent présentés, l’Assemblée des Représentants adopta, le 31 décembre, celui du major général, de Gouvion, mais, mûrie par l’expérience, elle se borna à l’envoyer aux districts pour avoir leur avis103. Afin de les ménager, ce projet, « pour parer à l’inconvénient de concentrer toute l’Artillerie en un seul point », proposait « d’établir un parc dans chaque Division » et de faire « concourir tous les Citoyens à la Garde de ces Parcs », tout en laissant à chacune des compagnies de grenadiers des six divisions deux pièces qui resteraient servies par les canonniers de l’ancien régiment des Gardes françaises. Ce corps d’artillerie serait formé de deux compagnies de canonniers soldés et, dans chaque division, d’une compagnie de canonniers volontaires ; il compterait 606 hommes, dont 228 canonniers soldés, 126 grenadiers, 240 volontaires, plus six sergents instructeurs et six tambours soldés104. Ce projet souleva pourtant de nouvelles protestations de la part des districts : non seulement il entraînerait une dépense excessive, mais il serait inutile, voire dangereux pour la liberté publique, créant, avec six parcs, « six Forts plus à craindre que des Bastilles105 » les districts s’entendirent cette fois pour une démarche commune et, après l’envoi de deux députations successives auprès de l’Assemblée des Représentants, le 27 février, puis le 8 mars 1790, ils obtinrent que la création prévue n’aurait pas lieu106. Le 27 juin, cependant, pour régulariser le sort des canonniers, le Conseil de Ville adopta un nouveau règlement provisoire, portant que « chacune des six compagnies de grenadiers volontaires » continuerait d’avoir à sa suite deux pièces de canons de campagne107.

  • 108 S. Lacroix, op. cit., t. IV, p. 402.
  • 109 S. Lacroix, op. cit., t. V, Bureau de Ville, p. 235.

21La leçon avait porté. Échaudée par l’expérience, la Municipalité, le 13 mars, refusa de satisfaire à la demande de La Fayette d’établir « une musique pour chaque division de l’armée parisienne108, bien que les 45 musiciens des anciens gardes françaises continuassent leur service, « sans être attachés à aucune compagnie109 ».

  • 110 Ibid., t. II, p. 316. Ils avaient effectué leurs démarches le 10 août 1789 (ibid., t. I, p. 156-15 (...)
  • 111 AP, t. XI, p. 643.
  • 112 Ibid., t. XVI, p. 371.
  • 113 S. Lacroix, op. cit., t. VI, p. 242-244.
  • 114 Suivant le district des Jacobins-Saint-Honoré : « Extrait des registres des délibérations […] », d (...)
  • 115 Suivant le district de Saint-Merry (BNF, Mss, Nouvelles acquisitions françaises, 2682, f. 288-289 (...)
  • 116 S. Lacroix, op. cit., t. VI, p. 231-234.
  • 117 AP, XVI, p. 463-465.
  • 118 Ibid., t. VII, p. 15-16.

22En revanche, un compromis avait été trouvé à propos d’un corps dont le Comité militaire n’était pas responsable, celui des Volontaires ou Vainqueurs de la Bastille. Celui-ci avait été d’abord une association privée d’individus, civils ou militaires, qui cherchaient à faire reconnaître leurs services et à obtenir des dédommagements pour les sacrifices qu’ils avaient consentis à la patrie le 14 juillet. À la suite de plusieurs démarches auprès de l’Assemblée des Représentants, ils obtinrent de celle-ci, le 16 octobre, la reconnaissance de leur corps, qui serait composé de 150 hommes, sous le nom de Volontaires nationaux de la Bastille110. Encouragés par cette reconnaissance, les Volontaires de la Bastille sollicitèrent de l’Assemblée nationale elle-même, le 18 février 1790, le droit de porter une décoration111 ; celle-ci accéda à leur demande le 19 juin ; les autorisant à orner leur uniforme d’une « couronne murale112 ». Cette décision provoqua un tollé général de la part des districts, comme des anciens gardes françaises113 ; cette décoration, non seulement était contraire à « la loi constitutionnelle de l’égalité114 », mais « les soi-disans Volontaires de la Bastille » n’étaient pas « les seuls auteurs de notre heureuse révolution, tous les citoyens en général ou en particulier y ayant contribué115 ». Devant cette levée de boucliers, les Vainqueurs de la Bastille durent faire amende honorable : le 25 juin, ils renoncèrent à leurs prétentions116 et l’Assemblée nationale modifia aussitôt son décret en conséquence117. Finalement, le 23 août, l’Assemblée des Représentants, en conformité avec le décret du 12 juin, décida que, cessant « d’exister sous la dénomination de Volontaires de la Bastille », leur corps ferait « le service comme 8e compagnie de chasseurs118 ».

  • 119 « Motion faite à l’Assemblée générale du District des Cordeliers […] », suivie d’un « Extrait des (...)
  • 120 S. Lacroix, op. cit., t. IV, p. 521.
  • 121 AP, t. XII, p. 665-666.

23Un seul corps, non prévu par le règlement provisoire, avait été accepté et même soutenu avec enthousiasme par les districts, le Bataillon des Vétérans, dont le principe avait été proposé le 24 novembre 1789 au district des Cordeliers ; ce bataillon, ouvert aux citoyens de plus de soixante ans, devait être composé de 540 membres, neuf par district119. Soutenu par quarante-quatre districts au moins, ce projet fut adopté le 29 mars 1790 par l’Assemblée des Représentants120, mais l’Assemblée nationale, devant laquelle une députation se présenta le 10 avril, ne jugea pas utile de se prononcer sur ce point121.

  • 122 Ibid., t. XVI, p. 340.
  • 123 Ibid., p. 419-137.
  • 124 Ibid., t. XIX, p. 138-144, 173-181 et 200-207.

24La Garde nationale était enfin à peu près stabilisée. Le 30 avril, l’Assemblée nationale, en attendant de statuer de façon définitive, décréta que les gardes nationales existantes conserveraient leur régime actuel « jusques à la prochaine organisation des Gardes Nationales122 ». Cependant la loi sur la municipalité de Paris des 22 mai-27 juin 1790123, en substituant 40 sections aux 60 bataillons, sans se préoccuper de réduire en même temps le nombre des bataillons, allait faire cesser la correspondance entre les cadres civils et militaires, décalage que l’Assemblée fut soupçonnée d’avoir voulu pour rompre l’harmonie entre eux. Elle devait décider par ailleurs, les 3, 4 et 5 août, malgré le décret du 30 avril, que la garde soldée parisienne serait distribuée en différents corps de nouvelle formation dans les troupes de ligne et dans la gendarmerie nationale : la garde parisienne perdait ainsi le caractère mixte qui avait fait son originalité pour devenir un corps exclusivement citoyen124.

  • 125 Ibid., t. XXXI, p. 573. Le 29 septembre 1791, l’Assemblée nationale adopta enfin un décret sur l’o (...)
  • 126 Maurice Genty, art. cit., p. 76-78. Sur l’attitude de La Fayette à l’égard de la garde parisienne, (...)

25Il fallut attendre encore un an, le 12 septembre 1791, pour que l’Assemblée nationale adoptât enfin un décret relatif à la garde parisienne ; elle confirmait celle-ci dans l’état où elle se trouvait alors, c’est-à-dire, formée de 60 bataillons groupés en six divisions, de nouveau appelées légions, chaque bataillon comprenant quatre compagnies, « non compris celle des grenadiers, qui serait tirée des quatre autres » ; les chasseurs étaient oubliés, tandis que le bataillon des Vétérans était reconnu, ses membres « distingués par un chapeau à la Henri-IV et une écharpe blanche » ; la place de commandant général était supprimée, chaque chef de légion devant en faire les fonctions « pendant un mois à tour de rôle125 », répondant ainsi aux craintes plus d’une fois exprimées de voir la garde parisienne se transformer en une légion prétorienne au profit de La Fayette126. En revanche, le décalage entre les sections et les bataillons était maintenu : ce n’est qu’au lendemain du 10 août 1792 que la correspondance entre les deux cadres devait être rétablie, les sections devenant « sections armées », tandis que la Garde nationale s’ouvrait aux anciens citoyens passifs. On entrait dans une autre période, la période démocratique.

Notes

1 Article paru dans les Annales historiques de la Révolution française sous le titre : « Controverses autour de la Garde nationale parisienne », 1993, n° 1, p. 61-88. Pour les aspects et les enjeux plus généraux, voir Georges Carrot, « La Garde nationale : 1789-1871, une institution de la nation », Paris, 1979 et « La Garde nationale, 1789-1871, une force politique ambiguë », Paris, 2001.

2 Jacques Chagniot, Paris et l’armée au xviiie siècle. Étude politique et sociale, Paris, 1985, p. 84.

3 « Fastes de la Garde nationale de Paris, depuis sa création jusqu’à son licenciement, par un grenadier de la 2e légion », Paris, 1827 (BNF, Lf133-3).

4 « Proçès-verbal des séances et délibérations de l’assemblée générale des Électeurs de Paris, réunis à l’Hôtel de Ville le 14 juillet 1789, rédigé depuis le 26 avril jusqu’au 21 mai 1789, par M. Bailly et depuis le 22 mai jusqu’au 30 juillet 1790, par M. Duvergier », Paris, 1790, 3 vol. (BNF, Lb 40-7), vol. 1, p. 130.

5 Suivant l’un de ses membres, ibid., p. 131-165, p. 162.

6 Ibid., p. 173-174.

7 Ibid., p. 176.

8 Ibid., p. 188-189.

9 Ibid., p. 195-199.

10 Ainsi, celui de la Sorbonne, ibid., p. 215.

11 Celui des Feuillants, ibid., p. 205-206.

12 Ceux de Saint-Eustache (ibid., p. 214) et de Saint-Philippe-du-Roule (Archives de la Seine, D 530), ainsi que des Filles-Saint-Thomas pour les seuls gardes françaises (« Arrêtés du district […], Du 13 juillet 1789 », BNF, Lb 401396, 4 p.). Pour la situation des gardes françaises à la veille de la Révolution, voir J. Chagniot, op. cit.

13 « Bravoure des gardes françoises et suisses et ses effets » (BNF, Lb 39-1860, 14 p., s. l. n. d.).

14 « Avis aux grenadiers et soldats du Tiers-État, par un ancien camarade du régiment des Gardes Françoises » (BNF, Lb 39-1867, 15 p., s. l. n. d.).

15 « L’armée citoyenne, 13 juillet 1789 » (BNF, Lb 39-1935, 4 p.). Pour les soldats déserteurs, voir Samuel F. Scott, The Response of the royal army to the French Revolution. The Role and Development of the Line Army, 1787-1793, Oxford, 1978, ainsi qu’André Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au xviie siècle », Annales de la Faculté des lettres et sciences humaines de Nice, 1969, p. 242-277, et Bernard Deschard, L’armée et la Révolution. Du service du roi au service de la nation, Paris, 1989, p. 179-180.

16 Procès-verbal…, op. cit., t. 1, p. 229-230 et 252.

17 « Paris sauvé, ou récit détaillé – Des Evénemens qui ont eu lieu à Paris, depuis le dimanche 12 juillet 1789 une heure après-midi jusques au Vendredi suivant, au soir » (BNF, Lb 39-2003, 34 p., s. l. n. d.).

18 Procès-verbal…, op. cit., t. I, p. 227-229 et 262.

19 Ibid., t. 1, p. 289. Dès après la prise de la Bastille, il avait recruté 40 hommes (ibid., p. 377).

20 Cf. Actes de la Commune de Paris pendant la Révolution, publiés par Sigismond Julien Adolphe Krzyzanowski, dit Sigismond Lacroix, Paris, 1894-1914, 1re série, VIII vol. (désormais cités sous le sigle S. Lacroix), t. VI, séance du 28 juin 1790, p. 306-307 et note I, p. 306.

21 Procès-verbal…, t. 1, p. 261-262 et 281-286.

22 Ibid., t. 1, p. 403-404.

23 Ibid., t. 1, p. 422.

24 Ibid., t. 1, p. 459-460. Tous deux, députés de Paris, avaient conduit la délégation envoyée par l’Assemblée nationale à Paris, ibid., t. II, p. 17.

25 Ibid., t. II, p. 102-103.

26 Ibid., p. 116-117 et 122-123.

27 Ibid., p. 10-11.

28 Ibid., p. 50.

29 S. Lacroix, t. 1, p. 1 sq.

30 Ibid., p. 9, séance du matin, et p. 13, séance du soir.

31 Procès-verbal…, op. cit., t. II., p. 431-432.

32 Ibid., p. 156.

33 Bibliothèque historique de la Ville de Paris, impr. in-4°, 104353,1 p.

34 Procès-verbal…, op. cit., t. II, p. 163-164.

35 Ibid., p. 295-296. Cf. BNF, in-f°, Lb 40-3271.

36 M. Genty, « Controverses […] », art. cit., p. 70-71.

37 Procès-verbal, op. cit., t. II, p. 204-207. Voir aussi « Procès-verbal de la formation et des opérations du Comité militaire de la ville de Paris », 1790, désormais cité sous le seul nom de Comité militaire (BNF, in-4° Lf 133-122).

38 Comité militaire, t. 1, p. 26-27.

39 S. Lacroix, op. cit., t. I, p. 64 et 79.

40 Comité militaire, t. I, p. 31-34.

41 S. Lacroix, t. I, p. 127 et 129.

42 Suivant l’expression du district des Jacobins-Saint-Honoré, « Extrait des délibérations […], du 3 août 1789 », (BNF, in-8°, Lb 40-1429(2), 8 p.) et de celui de Saint-Leu, « Motion proposée en l’assemblée générale […], du 5 août 1789 » (BNF, in-8°, Lb 40-1605, 20 p.).

43 « Travail du Comité militaire […]. Règlement – Pour la Formation, Organisation, Solde, Police et Administration de l’Infanterie Nationale Parisienne » (BNF, in-4°, Lb 40-24A, 64 p.).

44 Comité militaire, op. cit., p. 15.

45 S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 13. Le 16 septembre, l’Assemblée des Représentants devait adopter la proposition faite le 28 août par le Comité militaire de renforcer l’État-major par trois adjudants-majors généraux (cf. S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 601 et Procès-verbal, op. cit., t. 1, p. 94).

46 Comme l’Assemblée des Représentants l’avait proposé à La Fayette le 25 juillet (S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 13).

47 Le régiment des gardes françaises comptait en principe 3 800 hommes, en fait 3 500 en 1789 d’après J. Chagniot, op. cit., p. 52.

48 Comité militaire, op. cit., t. 1, p. 80.

49 Comité militaire, op. cit., t. I, p. 47.

50 Archives nationales (désormais AN), C 35, d.298b et BNF, Mss, Nouvelles acquisitions françaises, 2642, f. 149.

51 Cf. « Assemblée générale des Représentans de la Commune de Paris », ensemble de textes comprenant la copie de l’ordonnance du roi (BNF, in-4°, Lb 40-1163(1), 8 p.).

52 S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 217.

53 Ibid., t. 1, p. 522-523.

54 Ibid., t. 1, p. 507.

55 Dont 31 du régiment de Flandre (AN, C 205, 160/170°, p.ces 20, C 205/171, pce 245 et C 202, 160/54, p.ce 151).

56 AN, OI 500, f. 510-511.

57 « Arrêté concernant les soldats déserteurs émigrans […] », BNF, in-8°, Lb 40-1148, 2 p. ; cf. S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 328 et 338, séance des 18 et 19 octobre.

58 AN, C 202, 160/56, pce 168.

59 Lettre de La Tour-du-Pin à La Fayette (BNF, in-f°, Lb 39-11144).

60 Le 18 juillet, l’État-major de la Bazoche du Palais avait enjoint à ceux de ses membres qui n’étaient pas encore incorporés dans la garde bourgeoise de le faire le lendemain sous peine d’amende ou d’expulsion du Palais (BNF, in-8°, Lb 30-7431, 1 p., s. l. n. d.), tandis que, le 24 juillet, un orateur invitait les membres de la Bazoche du Châtelet à former un corps particulier (AN, D XVI, 68, impr. in-8°, 15 p.).

61 Par exemple, celui du Petit-Saint-Antoine ; cf. Comité militaire, op. cit., t. I, p. 39-40.

62 Suivant le district de Saint-Louis-la-Culture (BNF, in-4°, Lb 40-1606(1), 2 p.).

63 Comité militaire, op. cit., t. I, p. 61-65.

64 « Assemblée des Représentans de la Commune. – Extrait des délibérations de MM. de la Légion du Châtelet » (BNF, in-8°, Lb 40-1186, 4 p.).

65 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 146. Ses membres furent incorporés dans le district des Enfants-Rouges.

66 Archives parlementaires (désormais, AP), t. XVI, p. 184-185.

67 Ibid., p. 478.

68 Respectivement le 21 juin, le 28 juin et le 12 juillet (S. Lacroix, op. cit., t. VI, p. 196, 306-307 et 362).

69 Comité militaire, op. cit., p. 78.

70 S. Lacroix, op. cit., t. I, p. 323.

71 Ibid., t. I, p. 87-90.

72 S. Lacroix, op. cit., t. I, p. 346-348.

73 « Mémoires sur la formation d’une compagnie de grenadiers et de chasseurs dans le bataillon » (BNF, in-8°, Lf 133-122).

74 Comité militaire, op. cit., t. 1, p. 54 et S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 209.

75 Dès le 12 pour le district des Filles-Saint-Thomas (« Discours sur le choix des officiers de la Garde nationale parisienne » ; BNF, in-8°, Lb 40-269, 16 p.) ; les 29 et 31 pour celui de Notre-Dame (« Extrait des registres des délibérations […] ; 29 et 31 août 1789 », BNF, in-8°, Lb 40-1471, 14 p.).

76 S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 188-190 et 207 (cf. n. 30 et 46). Ce n’est que le 17 septembre que l’Assemblée des Représentants confirma les candidats de La Fayette à ces trois nouveaux postes d’adjudants majors généraux (S. Lacroix, op. cit., t. 1, p. 613 ; cf. n. 46).

77 Les Révolutions de Paris, n° 7, p. 4.

78 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 89.

79 Elle fut décidée par le Comité militaire le 23 (Comité militaire, op. cit., t. 1, p. 173) et confirmée aussitôt par l’Assemblée des Représentants (S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 42).

80 Ibid., t. II, p. 13.

81 Ibid.

82 Comité militaire, op. cit., t. 1, p. 48-49.

83 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 586.

84 Comité militaire, op. cit., t. I, p. 157 ; cf. « Projet de formation de six Compagnies de Chasseurs Nationaux Parisiens […] », BHVP, impr. in-4°, 163865, 8 p.

85 L’Assemblée des Représentants nomma les officiers de ces compagnies dès le 24 octobre (S. Lacroix, op. cit, t. II, p. 476-477).

86 Selon le district de Notre-Dame (BNF, in-4°, Lb 40-1466(1), 2 p., 3 octobre).

87 Selon celui des Jacobins-Saint-Honoré, le 23 septembre : « Délibération sur le plan de formation d’un Corps de Six cens Chasseurs […] », BNF, in-4°, Lb 40-1430.

88 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 382.

89 Comité militaire, t. 1, p. 29.

90 Ainsi celui de Saint-Nicolas-du-Chardonnet le 2 novembre et celui de Notre-Dame lui-même le 18 décembre (S. Lacroix, op. cit., p. 499-500 et 657 respectivement).

91 Ainsi, le dernier peut-être, celui de Saint-Louis-en-l’Isle, le 19 décembre (ibid., t. III, p. 217-248).

92 Cité par S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 391.

93 Ibid., t. IV, p. 708-709 et 715, séances des 13 et 14 avril 1790 ; cf. Comité militaire, t. II, p. 29.

94 Comité militaire, op. cit., t. II, p. 3 et « Règlement – Concernant la formation d’un Corps de six cens Hommes » (BNF, in-4°, Lb 39-1190, 6 p.).

95 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 279-280.

96 Ibid., t. II, p. 269 et 279-280 ; cf. Comité militaire, op. cit., t. II, p. 19 et « Règlement – Concernant les augmentations à faire dans l’Infanterie et la Cavalerie soldées de la Garde nationale parisienne » (AN, DXV 4936, p.ce 7, du 12 octobre).

97 Cf. n. 93.

98 S. Lacroix, op. cit., t. II, p. 476.

99 Ibid., p. 657-658. Ce règlement lui-même ne fut cependant adopté par le Comité militaire que le 28 novembre (Comité militaire, op. cit., t. II, p. 38-40).

100 S. Lacroix, op. cit., t. IV, p. 235-236, séances des 27 février et 3 mars 1790.

101 Ibid., p. 271 et 280.

102 D’après une « Lettre adressée à MM. les Représentans de la Commune et à Messieurs les membres des Districts de Paris », du 29 novembre 1789.

103 S. Lacroix, op. cit., t. III, p. 248 et 322-323.

104 « Règlement pour l’artillerie de la garde nationale parisienne, 15 décembre 1789 » (ibid., in-4°, Lb 40-1198, 60 p.).

105 Suivant un rapport fait au district de Saint-Lazare (ibid., in-8°, Lb 40-1599, 4 p.).

106 S. Lacroix, op. cit., t. IV, p. 227-228 et 230-232 pour la séance du 27 février et p. 323-327 pour celle du 8 mars.

107 S. Lacroix, op. cit., t. VI, p. 193-195 et « Règlement provisoire concernant les canonniers attachés aux compagnies de grenadiers » (BHVP, impr. in-4°, 10073, 6 p.).

108 S. Lacroix, op. cit., t. IV, p. 402.

109 S. Lacroix, op. cit., t. V, Bureau de Ville, p. 235.

110 Ibid., t. II, p. 316. Ils avaient effectué leurs démarches le 10 août 1789 (ibid., t. I, p. 156-159), le 1er septembre 1789 (ibid., p. 433-443) et le 15 octobre (ibid., t. II, p. 305).

111 AP, t. XI, p. 643.

112 Ibid., t. XVI, p. 371.

113 S. Lacroix, op. cit., t. VI, p. 242-244.

114 Suivant le district des Jacobins-Saint-Honoré : « Extrait des registres des délibérations […] », du 25 juin 1790 (BNF, in-4°, Lb 401434(4), 4 p. et AN, D IVb 13, d.250b).

115 Suivant le district de Saint-Merry (BNF, Mss, Nouvelles acquisitions françaises, 2682, f. 288-289 et AN, D IV 49, d.1406).

116 S. Lacroix, op. cit., t. VI, p. 231-234.

117 AP, XVI, p. 463-465.

118 Ibid., t. VII, p. 15-16.

119 « Motion faite à l’Assemblée générale du District des Cordeliers […] », suivie d’un « Extrait des registres des délibérations de l’assemblée générale du District […], Du 24 novembre 1789 » (BNF, in-8°, Lb 40-255, 6 p.).

120 S. Lacroix, op. cit., t. IV, p. 521.

121 AP, t. XII, p. 665-666.

122 Ibid., t. XVI, p. 340.

123 Ibid., p. 419-137.

124 Ibid., t. XIX, p. 138-144, 173-181 et 200-207.

125 Ibid., t. XXXI, p. 573. Le 29 septembre 1791, l’Assemblée nationale adopta enfin un décret sur l’organisation de l’ensemble des grades nationales du royaume (ibid., p. 625 sq.).

126 Maurice Genty, art. cit., p. 76-78. Sur l’attitude de La Fayette à l’égard de la garde parisienne, voir Louis Gottschalk et Margaret Maddox, Lafayette in the French Revolution. Through The October’s Days, Chicago-Londres, 1969.

Auteur

Institut d’histoire de la Révolution française, Société des études robespierristes

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search