Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Deuxième partie. Genèse et création

Garde nationale, volontaires, jeux militaires et vie politique à Dijon en 1789-1790

Christine Lamarre

Texte intégral

  • 1 Augustin Cochin et Ch. Charpentier, La campagne électorale de 1789 en Bourgogne, Paris, Champion, (...)
  • 2 Henri Millot, Le comité permanent de Dijon (juillet 1789-février 1790), Dijon, Rebourseau, Publica (...)
  • 3 Antoine Chartraire de Montigny (1746-1795), issu d’une famille de trésoriers des États de Bourgogn (...)
  • 4 Christine Lamarre, « Poser les fondements de la régénération de l’Empire : l’élection de la munici (...)

1La vie politique à Dijon au début de la Révolution a été très heurtée et riche en retournements puisque, après une campagne active autrefois étudiée par Augustin Cochin1, la ville adhère rapidement aux événements nouveaux ; elle connaît une révolution municipale précoce (dès le 15 juillet, avant que les émeutes parisiennes ne soient connues) qui conduit à la mise en place d’un Comité permanent et d’une garde citoyenne dont l’action a été étudiée par Henri Millot2. Six mois après, lors des premières élections municipales, en février 1790, après une lutte qui nous a laissé nombre de libelles, poèmes et petites pièces, les candidats patriotes sont très largement battus par leurs adversaires et notamment par l’ancien trésorier des États de Bourgogne, un proche du prince de Condé : Chartraire de Montigny3 qui devient le maire de la ville en février 17904. Ce personnage, fort riche et généreux, résidait peu à Dijon, mais il avait accepté de devenir le capitaine général du jeu de l’Arquebuse dix ans avant, le 30 septembre 1779. Cette fonction lui a permis d’afficher à Dijon ses relations avec le prince de Condé, protecteur du Jeu ; il l’a prise à cœur, se servant d’elle pour célébrer et faire célébrer par les chevaliers tous les bonheurs de la monarchie, naissance des enfants royaux, victoire en Amérique, etc., pour restaurer le jardin où se tirait l’oiseau et y donner de grandes fêtes.

2Lorsqu’Henri Millot tente d’expliquer la sanction électorale qui met brutalement fin à l’action du Comité permanent, il ne peut guère y parvenir et il en fait un mouvement d’humeur et le fruit d’une inquiétude devant la disparition du Parlement et la réorganisation administrative prochaine qui fera de Dijon un chef-lieu de département au lieu d’une capitale provinciale ; le refus sera bref : les élections dans les assemblées primaires de deux mois postérieures et celles de l’automne 1790 allaient à nouveau changer la donne. Il pouvait être tentant d’essayer d’analyser autrement ce succès de Chartraire de Montigny et notamment de rechercher si le réseau de fidèles qu’il avait constitué pouvait l’avoir servi. Pour y parvenir, il faut d’abord mesurer l’influence des compagnies de jeux militaires dans les débuts de la Révolution et étudier leurs derniers moments, il faut ensuite chercher à savoir si leurs membres avaient pu investir la Garde nationale et les corps de volontaires et enfin tenter de savoir s’ils s’étaient fait élire dans la première municipalité.

  • 5 Véronique Berthaut, « Sport et société : le Jeu de l’Arc de Dijon », Mémoires de l’Académie des sc (...)
  • 6 Sur l’histoire de cette compagnie voir Daniel Ligou, « Les chevaliers de l’Arquebuse à Dijon au xv (...)

3Toutes ces investigations ne sont pas aisées car les documents ont été irrégulièrement conservés. Il y avait à Dijon, à la veille de la Révolution, trois compagnies de jeux militaires : celles de l’Arc, de l’Arbalète et de l’Arquebuse. Leurs papiers n’ont pas tous été conservés. Il n’existe rien de postérieur à 1787 pour l’Arbalète, on connaît les listes de membres de l’Arc et les registres de délibérations du jeu jusqu’en 1789 seulement5. Seule la compagnie de l’Arquebuse a laissé des traces de son activité jusqu’en 17906. Du côté de la Garde nationale et des Volontaires, la situation n’est pas meilleure, on ne possède plus les papiers de la Garde nationale pour l’année cruciale, par contre il existe un registre relié des délibérations des Volontaires. Ces troupes s’étaient organisées en trois compagnies : de fusiliers, de canonniers et de jeunes gens : le registre a été écrit pour ces derniers, mais il contient aussi des délibérations qui intéressent l’ensemble des trois corps pourtant distincts. Les réponses aux trois questions posées plus haut seront donc, obligatoirement, prudentes et nuancées.

Qu’en est-il d’abord de la persistance des jeux militaires ?

  • 7 Archives municipales de Dijon (désormais AMD), H 21 quater. Le registre se termine sur le court ré (...)

4Des trois jeux c’est l’Arquebuse qui a laissé le plus de documents, il est sans conteste le jeu le plus moderne et sans doute le seul qui présente encore un intérêt militaire puisqu’on s’y exerce au fusil non seulement pour abattre l’oiseau mais plus couramment pour tirer à la cible. C’est aussi le seul jeu qui survit à 1789, puisque le registre des chevaliers de l’Arc s’arrête brusquement dans les jours qui suivent l’ouverture des États Généraux, bien avant les troubles de l’été7.

  • 8 Archives départementales de la Côte-d’Or (désormais ADCO), E 3698, registre de délibérations de la (...)

5La compagnie de l’Arquebuse résiste jusqu’au 24 août 1790, ne croyant pas à sa dissolution, tout au plus à la perte de ses « privilèges8 ». Le 16 août 1789 la compagnie décide que le service se fera avec les autres citoyens mais que les chevaliers en proposeront un autre en corps, gratuit, chaque fois que cela sera nécessaire au maintien de la paix publique et elle arrête que les exercices continueront. À l’unanimité les membres décident de tirer l’oiseau le 13 septembre avec un nouveau cérémonial, incluant une visite aux autorités municipales, un dîner et une messe d’action de grâces.

  • 9 ADCO E 3697, on apprend ainsi qu’à Chalon-sur-Saône les 20 chevaliers ont « agrégé » environ 200 j (...)

6À la fin de l’année cependant, les inquiétudes sont perceptibles dans les échanges intenses de lettres avec Paris et avec les compagnies voisines pour maintenir le « concordat » entre elles et définir les voies d’une collaboration avec la Garde nationale alors bien mise en place, collaboration qui permettrait de conserver la singularité des compagnies de jeux9 dans une atmosphère de défiance décrite par la compagnie parisienne (les arguments des adversaires des jeux, rapidement résumés, sont que l’uniforme déplaît, qu’on est jaloux des services en corps, et que les jeux dépendent autant du pouvoir exécutif que du pouvoir législatif…). Mais les alarmes ne sont pas vraiment prises au sérieux, et le 17 janvier 1790 les Arquebusiers dijonnais vont offrir, en corps, un bouquet à Monsieur de Chartraire pour sa fête. Le geste mérite d’être souligné car il n’est pas usuel. Certes, le trésorier des États est rarement à Dijon les années précédentes ce qui l’empêche de recevoir cet hommage qui prend, malgré tout, une coloration particulière du fait de la proximité de l’élection à la mairie.

  • 10 ADCO, E 3698, ceux qui refusent sont Guéland, Saint-Père, Champagne, Malardot et Moutrille.

7Lorsque les Arquebusiers doivent, le 18 avril 1790, rendre les comptes et liquider leurs dettes, personne ne croît encore à la disparition du Jeu : le 2 mai la dette est répartie sur chacun des 79 membres de la compagnie qui décident aussitôt de renoncer aux invitations coûteuses pour la cérémonie du tir à l’oiseau. C’est alors qu’un décret de l’Assemblée nationale du 18 juin 1790, approuvé par le roi le 23, supprime les compagnies de jeux, vraisemblablement mal accepté, il n’est publié à Dijon que le 5 août 1790. Le 24 août, veille de la Saint-Louis, jour traditionnel de « l’abbatis » de l’oiseau, la majorité des chevaliers accepte la décision et renonce à tirer l’oiseau, ils consentent à se fondre dans la Garde nationale à l’exception de six d’entre eux10.

  • 11 ADCO L 977, pour l’essentiel les prix consistent en armes et en cocardes, le premier a reçu une mé (...)
  • 12 Elle se reconstitue en l’an XII, sous l’égide de la municipalité.

8La compagnie aura résisté aussi longtemps que possible et surtout elle aura cru à sa survie jusqu’au dernier moment, bien au-delà de la première élection municipale. Sans doute a-t-elle laissé des regrets ou des souvenirs puisque, sous l’égide du Directoire du département, Roze, ancien roi de l’Arquebuse et commandant de la Garde nationale, organise un concours de tir à l’oiseau pour Dijon et ses environs qu’il relate le 3 avril 1791. Quatre-vingt-trois concurrents ont été invités à se rendre au parc et à tirer sur les cibles de l’Arquebuse. Cinq prix ont été distribués pour un montant total de 149 livres 8 sous11, chiffre des mises. Mais les temps ont changé, parmi les vainqueurs il n’y a plus qu’un ancien chevalier, l’orfèvre Liégeard. Il ne semble pas que cette ultime cérémonie ait été suivie d’autres fêtes de même nature, cependant célébrée sur le terrain de l’ancien Jeu, elle montre la persistance du souvenir de l’ancienne organisation12. Ainsi, l’une des compagnies de jeux est restée un réel cadre de sociabilité pour les Dijonnais au début de la Révolution. Reste à s’interroger maintenant sur le rôle qu’elle et les autres compagnies plus discrètes ont pu jouer dans l’organisation de la Garde nationale et des volontaires dans la ville en 1789.

Maintenir l’ordre à Dijon en 1789

  • 13 Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, 1789-mars 1793, (...)

9Même si la journée du 15 juillet 1789 a été présentée de façon dramatique, la conjoncture dijonnaise est incontestablement moins tendue que la situation rennaise comme l’a bien montré Roger Dupuy13, il est cependant certain qu’à Dijon, comme ailleurs, la question du maintien de l’ordre a été cruciale durant l’été 1789 et que le Comité a été très attentif aux choix des officiers élus de la garde citoyenne et l’a même orienté.

  • 14 De précieux renseignements sur le fonctionnement de la garde citoyenne et des volontaires sont don (...)

10La nouvelle milice de Dijon a été organisée très vite après l’émeute du 15 juillet : un état-major provisoire est institué le 17 juillet, il est en place le 19 et le 20 les nouveaux officiers prêtent serment. Au cours du mois d’août, l’école d’artillerie d’Auxonne, parfois crainte car la ville est agitée, envoie des canons et des soldats instructeurs pour les nouvelles recrues. Le règlement de cette Garde nationale, nouvellement instituée, est promulgué à la fin du mois d’août et son drapeau est béni à Saint-Michel le 27 août. Comme cela avait été le cas durant l’Ancien Régime pour les milices bourgeoises par rapport aux jeux militaires, des corps parallèles, formés de citoyens de bonne volonté, se développent en marge de la garde citoyenne : le 31 juillet, au moment de la Grande Peur, Monsieur de Bastard offre de former une compagnie de cavaliers, des dragons, qui deviendront les Volontaires nationaux capables de prêter main-forte aux villages environnants, ils auront leur règlement le 17 septembre et leur drapeau le 2 octobre14. Leur exemple sera suivi par des artilleurs et ceux que l’on nomme les jeunes citoyens. Le nouveau système, ainsi complété, laissait-il encore une place aux anciens chevaliers ? Ni les registres des Arquebusiers ni les délibérations municipales n’en conservent trace. Le service fut-il au moins personnel ?

  • 15 Louis-Bernard Guyton de Morveau (1737-1816), avocat général au Parlement de Dijon jusqu’en 1782, c (...)
  • 16 Voir supra note 5. D’après T. A. J. Chardon qui en fut, ce choix avait des avantages : « Préférant (...)
  • 17 AMD, H 26 à 43, ADCO, E 3697-3699, il existe une liste datée de 1775.

11Le patient travail d’Henri Millot sur le Comité permanent de Dijon apporte beaucoup de renseignements sur les noms des officiers de la Garde nationale et des Volontaires glanés dans les registres de délibérations, ainsi que les états des membres des municipalités successives et même une liste (postérieure) des membres du club patriotique présidé par Guyton de Morveau15. Véronique Berthaut, de son côté, a établi la liste des chevaliers de l’Arc16, celle des chevaliers de l’Arquebuse se déduit de la lecture des délibérations ininterrompues pour tout le xviiie siècle17.

  • 18 Louis Viardot sera ensuite procureur général syndic du département, commissaire à l’armée du Rhin (...)
  • 19 Claude Basire (1764-1794), avocat au Parlement de Dijon, commis au greffe des États de Bourgogne, (...)

12À l’origine de la nouvelle garde bourgeoise, l’avocat Viardot18 avait joué un rôle de premier plan. Il était membre du jeu de l’Arc depuis une année environ. Il fut bientôt entouré d’autres officiers parmi lesquels Basire19, lui-même membre du jeu de l’Arquebuse et Payelle du jeu de l’Arc. Les quatre autres capitaines n’appartenaient pas aux jeux. Dans le mouvement de retrait qui suit ces premiers moments, à la fin d’août 1789, le 21, les citoyens « qui ont besoin de leur travail de tous les jours pour leur subsistance et celle de leurs familles » sont dispensés de service, et les deux premiers organisateurs de la garde citoyenne (Basire et Viardot) sont exclus des postes d’officiers en raison, officiellement, de leur trop jeune âge, en fait en raison de leur engagement dans le parti patriote. Mais l’équilibre entre membres des Jeux et ceux qui ne le sont pas ne change pas : parmi les huit nouveaux élus, la moitié appartient aux anciens jeux (trois de l’Arc, un de l’Arquebuse), la moitié leur sont étrangers.

13Les corps de volontaires s’organisent, nous l’avons vu, en marge de la Garde nationale, mais on y retrouve Basire et Guyton de Morveau. Les membres des anciens jeux sont comparativement moins nombreux que dans la garde parmi les officiers (pour l’Arquebuse : Madenier [dans les jeunes Volontaires], Durande et Champagne dans les canonniers, Moutrille et Pein dans les chasseurs à cheval ; pour l’Arc, Champy et Brunot dans les canonniers, Lenoir et Belot dans les chasseurs). Ils ne sont plus que quatre pour onze officiers chez les canonniers et les artilleurs, un seul chez les jeunes citoyens.

  • 20 AMD, H 310, registre des tirs. Daniel Ligou, art. cit., note 6, estime que seuls une quarantaine d (...)

14Pour conclure, la part des archers et des arquebusiers parmi les officiers des gardes nationales et des volontaires est nette durant ces premiers mois de la Révolution même si elle peut sembler quantitativement négligeable. À cette faiblesse il y a deux explications probables : les Jeux ont été des cercles de sociabilité autant et sans doute plus que des lieux d’exercice paramilitaire : les carnets de tir de l’Arquebuse, conservés pour ces années-là20, montrent que c’est une toute petite minorité qui s’exerçait réellement, les chevaliers ne mettent guère en lice plus d’une dizaine de tireurs lors des prix. Une partie notable des participants voyait seulement dans le Jeu une occasion de rencontres et une possibilité de se distinguer dans les cérémonies.

  • 21 Georges Carrot, La Garde nationale (1789-1871) une force politique ambiguë, Paris, L’Harmattan, 20 (...)

15En outre, les arquebusiers et archers ont longtemps cru à la conservation des anciennes structures de maintien de l’ordre : les gardes nationales n’étaient-elles pas des émanations des anciennes milices, ou, du moins, n’ont-elles pas été ainsi comprises au début de 1789 ? Dans une telle configuration, les chevaliers ont sans doute espéré conserver leur individualité et sont sciemment restés en retrait des nouvelles institutions ; les correspondances échangées en décembre 1789 dont nous avons parlé plus haut montrent clairement ce souci. Plus tard, les choses jouées, on retrouve à la tête de la Garde nationale dijonnaise d’anciens empereurs et rois des jeux. Georges Carrot s’arrête peu à la présence des membres des Jeux, il les voit comme juxtaposés aux nouvelles gardes nationales21. Le cas dijonnais de participation effective est-il particulier ? Accompagne-t-il naturellement l’éviction rapide de la noblesse de la garde bourgeoise, et sa mise à l’écart (« la consigne de la noblesse ») accomplie à Dijon le 17 juillet et confirmée le 29 juillet suivant ?

Chevaliers et vie municipale

16L’engagement est là aussi ancien. La compagnie de l’Arquebuse était liée de près à la municipalité, par le rite du tir à l’oiseau annuel bien sûr, par le prix qui était une dispense d’impôt et par les subventions que la ville offre au Jeu dans les rencontres. Plus encore, les maires sont automatiquement reçus parmi les chevaliers du Jeu quelques semaines après leur nomination.

17Dans le corps de ville de 1789, le vicomte-mayeur Moussier, le syndic Trullard (qui joue aussi à l’Arc) et un des échevins, Rameau, font partie de la compagnie de l’Arquebuse, mais aucun autre que Trullard ne participe au jeu de l’Arc. Au premier Comité, ne se retrouvent qu’un membre des Arquebusiers et trois membres de l’Arc. Dans la nouvelle municipalité, élue en février 1790, les chevaliers de l’Arquebuse ne fourmillent pas : deux officiers municipaux et un notable ; ceux de l’Arc sont plus nombreux avec le procureur de la commune Gros, trois officiers municipaux et cinq notables.

  • 22 Véronique Berthaut, « Sport et société »…, art. cit., note 5, a calculé que le Jeu avait accueilli (...)

18Une première remarque s’impose : les compagnies sont toujours représentées dans les instances municipales et, entre les deux principales compagnies, la proximité avec le pouvoir municipal s’est inversée. Est-ce une conséquence de l’impopularité de l’ancien corps municipal qui s’effondre après le départ précipité du vicomte-mayeur et sa démission du 21 juillet ? Est-ce un effet des différences de recrutement social des deux jeux : Véronique Berthaut a montré que le noble jeu de l’Arc cooptait ses membres parmi les avocats, les employés des États, ceux que le siècle suivant appellera les « capacités », et l’on sait l’importance qu’ont pris ces hommes dans la campagne de 178922. Une liste des membres du club patriotique postérieure de quelques mois incite cependant à la prudence : elle ne fait apparaître, sur les 72 membres, que six arquebusiers et à peu près autant d’archers, la trace des membres des anciens jeux est donc ténue.

  • 23 BMD, fonds Milsand, 551, Dijon, Causse, 1789. L’article 1er du règlement porte que « la commune a (...)

19Une seconde observation faite plus haut doit être reprise. On se souvient que, parmi les officiers, la part des membres des compagnies de jeu est plus importante dans la Garde nationale proprement dite que parmi les Volontaires et particulièrement parmi les Jeunes Citoyens où un seul chevalier apparaît. Or il y a une différence d’attitude politique entre les uns et les autres. La crise ouverte le 20 juillet par la Grande Peur et par le ralliement progressif de la noblesse et des cours qui demande à rejoindre le Comité permanent se dénoue le 28 par l’élargissement considérable du Comité où sont désormais représentés le clergé, la noblesse et les hauts magistrats. L’état-major est parallèlement élargi, la Garde est dotée d’un règlement voté le 24 août qui met en tutelle étroite la Garde, il écarte « les citoyens qui ont besoin du travail de tous les jours pour leur subsistance et celle de leur famille », il prévoit que « nul ne pourra être élu major, ni aide-major qu’il ne soit chef de famille, domicilié dans cette ville depuis deux ans au moins et qu’il n’ait atteint l’âge de trente-cinq ans23 ». La première mesure a permis d’écarter la « populace » comme l’écrit clairement Chardon dans l’une de ses lettres :

  • 24 Solange de Montenay, art. cit., note 9, p. 243.

« Pour nous, nous sommes à Dijon fort tranquilles par la grande police qui y règne. Sans cela il y aurait beaucoup de sang répandu. Par nos règlements il expressément défendu de laisser faire aucun service à un ouvrier ou gens sans aveu pour éviter l’incendie que ces gens se proposaient. Hier, dimanche, toute cette vile canaille s’est assemblée au nombre de 50 au cloître de la Sainte-Chapelle, a délibéré qu’il fallait s’emparer de quelques armes et qu’après ils égorgeraient la garde de la Maison de Ville et s’empareraient des armes qui y sont, formeraient un corps redoutable et pilleraient à leur aise24. »

20Le second article de règlement cité a permis, par la clause d’âge, d’éliminer les prétendants au commandement de la garde les plus dangereux Viardot et Basire, avancés d’idées et déjà en fonction provisoirement.

  • 25 AMD, 1H1, f° 18. Plus tard en avril 1790 on demandera aux Volontaires de ne pas s’inscrire au Club (...)

21Le registre des Volontaires montre a contrario que ces derniers ont pris des positions nettement favorables à la Révolution et qu’ils se sont intéressés à la situation politique bien au-delà des difficultés de maintien de l’ordre. Ainsi écrivent-ils, avec les métiers, pour dénoncer le traité de commerce franco-anglais et en demander l’abrogation. Le 3 novembre 1789, par exemple, en écho aux journées d’octobre, les jeunes Volontaires demandent que la loi martiale instituée le 25 octobre soit maintenue, que l’on déclare traîtres à la Patrie les députés de Bourgogne qui voudraient quitter l’Assemblée nationale constituante et ils offrent un détachement pour ramener ces « émigrés25 ». Enfin, en février 1790, ils proposent, sans succès, des fédérations de Volontaires avec les départements voisins. Leurs relations avec le Comité (où leur place est réduite), déjà tendues, se dégradent alors tout à fait.

22Ceci pesé, les anciens membres des compagnies de jeux ont-ils préféré servir dans une Garde nationale moins préoccupée de politique, plus mesurée ? Ont-ils préféré, en grand nombre, le camp des modérés et favorisé l’élection de Chartraire de Montigny ? Les indices sont ténus, on se souvient du bouquet offert en procession à Chartraire pour sa fête, on se souvient que les trois notables font partie des six chevaliers hostiles à la dispersion du Jeu de l’Arquebuse ce qui montre pour le moins une fidélité à l’égard du capitaine général.

  • 26 AMD, 1H1, f° 10.
  • 27 AMD, 1H1, f° 32-34. Que faire ? La lire, la brûler ? On décide de voter assis/debout, la lettre es (...)

23Mais nous nous heurtons au silence des sources, bien des prises de position sont destinées à rester secrètes tant l’anonymat est alors répandu. Presque tous les libelles produits alors n’ont aucun nom d’auteur ce qui n’étonne guère. Les conflits que l’on devine chez les Volontaires s’expriment sous ce même mode : ainsi, le 1er octobre 1789 enregistre-t-on 38 protestations anonymes contre le dépôt du drapeau chez les Capucins26 ; le 26 décembre 1789, autre incident : les Volontaires décident de compléter leurs uniformes par des aiguillettes rouges, le 3 janvier suivant arrive une dénonciation anonyme de la décision citée27.

24Ajoutons qu’en fonction de leurs convictions les membres des Jeux ont pu faire des choix politiques opposés. Quoi de commun entre la carrière d’un procureur Gros qui sera le correspondant puis l’homme d’affaires de nombreux émigrés côte-d’oriens et Guyton de Morveau dont on connaît la brillante carrière de conventionnel et sa participation au gouvernement révolutionnaire ? L’on peut penser que, comme pour les francs-maçons, l’engagement dans la Révolution a été un geste personnel.

25Enfin la lecture du registre des Jeunes Volontaires montre que les mois de décembre et janvier sont visiblement, pour les Jeunes Citoyens, ceux des choix et des divisions. L’absentéisme est une première façon d’éluder les décisions difficiles, mais d’autres franchissent le pas et se retirent au point que le Bureau décide le 26 décembre 1789 que les démissions sans raison valable ne seront plus acceptées. Du coup on n’en compte plus qu’une dizaine environ, contrebalancée par des admissions de gens souvent originaires d’autres lieux que Dijon. La stabilité ne revient qu’autour de mars 1790, alors que les élections sont passées, que l’institution perd en utilité, et que dès le mois suivant il faut alléger le service faute de Volontaires. Ces querelles intestines peuvent aussi expliquer l’échec de Guyton de Morveau, commandant de l’un des corps de Volontaires, les canonniers.

  • 28 Christine Lamarre, « Les jeux militaires au xviiie siècle, une forme de sociabilité urbaine néglig (...)

26L’exemple de Dijon, malgré les lacunes documentaires, est intéressant par la persistance des formes traditionnelles du maintien de l’ordre et de la défense de la ville. La Garde nationale reprend les mêmes contours sociaux que la milice dont avaient été exclus progressivement les plus modestes. Le maintien des réseaux des compagnies militaires a été ici assez fort pour permettre de conserver dans la municipalité, comme dans la Garde nationale, des membres des Jeux en position de commandement ou de responsabilité. Une telle vitalité va à l’encontre de la ligne historiographique classique qui voyait, dans les compagnies, des formes de sociabilité désuète pour ne pas dire « folklorique28 ». Dans certaines régions de France, au moins, la fin de ces compagnies mériterait une étude plus fouillée. Le cas dijonnais montre aussi comment les conflits se sont aussi exprimés, hors des Comités, dans la question si brûlante de la défense urbaine et comment l’expérience des compagnies de Jeux a pu être transposée à travers la naissance des compagnies de Volontaires, groupes militaires et politiques difficiles à contrôler effectivement, qui seront supprimés par le décret du 12 juillet 1790 (de peu postérieur à celui qui anéantit les Jeux militaires) ce qui, à Dijon, passera pour une victoire de la contre-révolution.

Notes

1 Augustin Cochin et Ch. Charpentier, La campagne électorale de 1789 en Bourgogne, Paris, Champion, 1904.

2 Henri Millot, Le comité permanent de Dijon (juillet 1789-février 1790), Dijon, Rebourseau, Publication du Comité départemental pour l’étude de l’histoire économique de la Côte-d’Or, 1925. Précédemment la situation de Dijon en 1789 avait été présentée par l’abbé Louis Jarrot, « Dijon du 14 juillet au 31 décembre 1789 » et « Dijon du 1er janvier 1790 au 23 janvier 1793, lettres à un émigré » (lettres de Bernard Gros au marquis d’Agrain), Mémoires de la Société bourguignonne de géographie et d’histoire, t. 15, 1899, p. 157-224 et t. 16, 1900, p. 93-268.

3 Antoine Chartraire de Montigny (1746-1795), issu d’une famille de trésoriers des États de Bourgogne, reçoit la charge alors qu’il est à peine majeur, en 1771. Son immense fortune lui permet de mener un train de vie fastueux, de devenir un grand collectionneur et mécène. Durant la Révolution il est élu maire de Dijon en 1790, vite suspect d’aristocratie il est emprisonné en 1792 à Dijon puis à Paris après qu’une émeute populaire l’ait délivré. Lavé de tout soupçon en ventôse an III, il meurt à Dijon en 1795. Sa biographie reste à écrire.

4 Christine Lamarre, « Poser les fondements de la régénération de l’Empire : l’élection de la municipalité de Dijon, janvier-février 1790 », Dijon, 4 février 1996, Territoires contemporains, cahiers de l’IHC, n° 4, 1999, p. 145-154.

5 Véronique Berthaut, « Sport et société : le Jeu de l’Arc de Dijon », Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, t. 134, 1993-1994, p. 187-199 et « Le Jeu de l’Arc de Dijon », Annales de Bourgogne, t. 67, 1995, fasc. 2-3, p. 149-192, ce dernier article donne la liste des chevaliers par ordre alphabétique et par ordre d’entrée pour les années 1628 à 1788.

6 Sur l’histoire de cette compagnie voir Daniel Ligou, « Les chevaliers de l’Arquebuse à Dijon au xviiie siècle », Le jeu au xviiie siècle, colloque d’Aix-en-Provence, 30 avril-2 mai 1971, Aix-en-Provence, Edisud, 1976.

7 Archives municipales de Dijon (désormais AMD), H 21 quater. Le registre se termine sur le court récit du tir à l’oiseau le 12 mai 1789, la perche sur laquelle il devait être fixé avait été volontairement cassée deux jours avant.

8 Archives départementales de la Côte-d’Or (désormais ADCO), E 3698, registre de délibérations de la compagnie de l’Arquebuse, non paginé.

9 ADCO E 3697, on apprend ainsi qu’à Chalon-sur-Saône les 20 chevaliers ont « agrégé » environ 200 jeunes gens de la ville qui sont les « Volontaires ».

10 ADCO, E 3698, ceux qui refusent sont Guéland, Saint-Père, Champagne, Malardot et Moutrille.

11 ADCO L 977, pour l’essentiel les prix consistent en armes et en cocardes, le premier a reçu une médaille d’argent gravée par Monnier sur un dessin de François Devosge représentant un garde national tenant son fusil en joue avec l’inscription « je m’instruis pour la Patrie » et sur l’autre face un garde national recevant une médaille d’un officier avec la devise « ce prix en attend un autre ». Les deux artistes avaient été le dessinateur et le graveur des États de Bourgogne, ils ont accueilli la Révolution favorablement.

12 Elle se reconstitue en l’an XII, sous l’égide de la municipalité.

13 Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, 1789-mars 1793, Paris, Klincksieck, 1972.

14 De précieux renseignements sur le fonctionnement de la garde citoyenne et des volontaires sont donnés dans les lettres de François-Nicolas Bertheley, jeune volontaire publiée par Albert Mathiez, « Dijon en 1789, d’après les lettres anonymes de François-Nicolas-Félix Bertheley, commis aux États de Bourgogne », La Révolution en Côte-d’Or, nouvelle série, fasc. 2, 1926, p. 1-20. Voir notamment les lettres du 16 juillet, des 19 et 28 août, du 2 septembre. Les lettres de Thomas-Antoine-Joseph Chardon ont une tout autre tonalité, beaucoup plus réticente, à l’aune de l’expérience de la garde bourgeoise, voir les extraits cités par Solange de Montenay, « Quelques notes sur le début de la Révolution à Dijon », Annales de Bourgogne, t. XLV, 1973, fasc. 3, p. 238-258.

15 Louis-Bernard Guyton de Morveau (1737-1816), avocat général au Parlement de Dijon jusqu’en 1782, chancelier de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, il en fût l’âme avec Maret et y développa, avec un réseau international de correspondants, le savoir en chimie. Procureur-général syndic du département de la Côte-d’Or, il fut ensuite élu à la Législative puis à la Convention. Président du Comité de défense générale en février-mars 1793, membre du Comité de salut public à partir du 6 avril 1794, il fut l’un des auxiliaires majeurs de Carnot dans la défense du territoire et le développement des techniques nouvelles d’armement, voir Georges Bouchard, Guyton-Morveau, chimiste et conventionnel (1737-1816), Paris, 1938.

16 Voir supra note 5. D’après T. A. J. Chardon qui en fut, ce choix avait des avantages : « Préférant pour beaucoup de raisons le service à cheval à l’honneur de passer force nuits au corps de garde, je viens de prier Lili de m’envoyer le cheval de selle que vous lui avez adressé depuis Paris », cité par Solange de Montenay, art. cit., note 14, p. 242.

17 AMD, H 26 à 43, ADCO, E 3697-3699, il existe une liste datée de 1775.

18 Louis Viardot sera ensuite procureur général syndic du département, commissaire à l’armée du Rhin puis administrateur du département (ADCO, L 286, 391, 548 et 920).

19 Claude Basire (1764-1794), avocat au Parlement de Dijon, commis au greffe des États de Bourgogne, prit une part considérable à la campagne électorale pour les États généraux de 1789, il fut nommé administrateur du district de Dijon en 1790, puis élu à la Législative et à la Convention où il siégea au Comité de sûreté générale. Il fut exécuté avec les Dantonistes le 5 avril 1794. Ses débuts dijonnais ont été étudiés par Albert Mathiez, « Recherches sur la famille du conventionnel Basire », Annales révolutionnaires, XIII, 1921, puis par Georges Bouchard, La famille du Conventionnel Basire, et quelques aperçus profi tables sur le xviiie siècle, Paris, Clavreuil, 1962.

20 AMD, H 310, registre des tirs. Daniel Ligou, art. cit., note 6, estime que seuls une quarantaine de chevaliers s’intéressaient réellement au tir et qu’il n’y avait guère plus de 20 tireurs lors du tir à l’oiseau. L’exercice, que l’on peut estimer précisément (taille et distance des cibles), était effectivement difficile.

21 Georges Carrot, La Garde nationale (1789-1871) une force politique ambiguë, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 58.

22 Véronique Berthaut, « Sport et société »…, art. cit., note 5, a calculé que le Jeu avait accueilli 40 % de gens de justice (56 % de 1750 à 1788) des avocats, notaires, procureurs, 9 % de marchands, 7 % de nobles (pour la moitié des magistrats), 4 % de membres du clergé (d’après AMD H 21 et H 21 bis).

23 BMD, fonds Milsand, 551, Dijon, Causse, 1789. L’article 1er du règlement porte que « la commune a senti qu’il était du devoir des citoyens aisés de se charger de la défense de leurs frères moins fortunés, elle a arrêté en conséquence que ceux-ci seraient exemptés du service habituel de la garde citoyenne. La garde active pour le service journalier ne sera composée que de citoyens qui seront reconnus en état de fournir au service de cette garde sans prendre sur les premiers besoins de leur famille ».

24 Solange de Montenay, art. cit., note 9, p. 243.

25 AMD, 1H1, f° 18. Plus tard en avril 1790 on demandera aux Volontaires de ne pas s’inscrire au Club des amis de la Paix, jugé contre-révolutionnaire. Un membre, monsieur Daunon, sera contraint de choisir, il préféra les Amis de la Paix (AMD, 1H1, f° 53).

26 AMD, 1H1, f° 10.

27 AMD, 1H1, f° 32-34. Que faire ? La lire, la brûler ? On décide de voter assis/debout, la lettre est finalement lue, les raisons acceptées, on renonce aux aiguillettes tout en décidant de brûler la missive. M. Boilleau major de la garde citoyenne, veut porter plainte contre cet écrit : « Injurieux au corps et à quelques-uns de ses membres en particulier à cause de ses expressions déplacées et par le rappel de circonstances que l’on s’était promis un éternel oubli » (f° 34). On n’en saura pas plus, le billet étant brûlé on peut penser que plainte n’a pas été déposée.

28 Christine Lamarre, « Les jeux militaires au xviiie siècle, une forme de sociabilité urbaine négligée », Histoire urbaine, n° 5, juin 2002, p. 85-103.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540