Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Deuxième partie. Genèse et création

De la milice bourgeoise à la Garde nationale : l’exemple de Tours des années 1760 à 1792

Béatrice Baumier

Texte intégral

  • 1 Il n’existe quasiment pas d’études portant sur la milice bourgeoise de Tours, que ce soit au Moyen (...)
  • 2 Henri IV qui fait de Tours une place importante de son système défensif dans la reconquête de son (...)
  • 3 La municipalité peut réunir les premiers offices créés en mars 1694 contre 20 000 livres, mais ne (...)

1Au Moyen Âge et à l’époque moderne, certaines villes du royaume de France sont autorisées à rassembler des bourgeois dans un corps de défense commune. Tel est le cas à Tours où les édiles confient, dès le xive siècle, à six « prud’hommes » l’entretien des fortifications et le pouvoir de contraindre les habitants à monter la garde1. Cette institution, à laquelle les autorités municipales demandent très vite de contribuer au maintien de l’ordre public, n’est pas toujours efficace ni exemplaire et doit être réorganisée à plusieurs reprises au cours des siècles suivants, principalement au xve siècle et en 15892. Largement désorganisée par Louis XIV qui en avait fait un objet de ponctions fiscales3, la milice retrouve une certaine stabilité et une relative efficacité après que Louis XV ait renoncé à la vénalité : elle n’est pas remaniée au xviiie siècle, contrairement à sa consœur angevine qui le fut en 1770. En 1789, l’auteur d’un mémoire réclamant la création d’une nouvelle troupe citoyenne, porte pourtant un jugement particulièrement sévère à l’encontre de la milice de Tours, uniquement destinée, selon lui, « à servir à la pompe des réjouissances publiques ».

  • 4 Marcel Marion, Dictionnaire des institutions de la France des xviie et xviiie siècles, rééd. A. Pi (...)

2Pendant longtemps une telle opinion a fait croire que les milices étaient tombées en désuétude sous l’Ancien Régime, après la disparition des impératifs de défense, et qu’il avait été nécessaire de reconstituer ou, au mieux, réactiver ces troupes bourgeoises au cours de l’été 17894. Qu’en fut-il réellement pour Tours ? L’étude menée des années 1760 à 1792 qui a l’originalité d’enjamber l’habituelle césure de 1789 permet de prendre la mesure des ruptures et des continuités entre la milice d’Ancien Régime et les gardes nationales créées par les lois de 1790 et 1791.

La milice bourgeoise d’Ancien Régime

  • 5 Une 13e compagnie, celle de l’Entrepont-Île Saint-Jacques, créée en 1663, a été supprimée en mars (...)

3L’organisation de la milice de Tours est relativement bien connue pour la seconde moitié du xviiie siècle, exception faite de ses limites territoriales. Elle comprend alors douze compagnies dont le rang a été fixé dans les années 1720, pour mettre fin à de violentes querelles qui avaient éclaté à propos de la place à tenir dans les cérémonies publiques5. Chacune se subdivise en escouades, en un nombre variant de 3 à 9 afin de tenir compte du nombre des habitants du territoire qu’il convient autant de protéger que de contrôler.

  • 6 AMT, BB 9.

Tableau 1. – Structure interne de la milice bourgeoise en 17816

Tableau 1. – Structure interne de la milice bourgeoise en 17816

4Dans les années 1760, la milice tourangelle se compose de près de 3 000 hommes placés sous le commandement de quelque 200 officiers et sous-officiers. Un état-major assure le commandement suprême, règle le service quotidien et la discipline interne même si la décision finale revient au seul corps de ville. Il se compose d’un « colonel-né » – le maire –, d’un major, un aide-major et un « garçon major ». Chaque compagnie est commandée par 3 officiers – un capitaine, un lieutenant et une enseigne (ou sous-lieutenant) – et des bas-officiers – sergents, caporaux et « anspessades » – en un nombre variable correspondant à celui des escouades. Ajoutons encore 24 sergents dits de « bande » dont nous ignorons pratiquement tout, 12 tambours, dirigés par un tambour-major et deux fifres chargés d’accompagner la municipalité lors de ses sorties.

  • 7 AMT, EE 13. À partir de 1589, les officiers sont choisis sur une liste de 3 noms proposés par une (...)

5Toutes les précautions sont prises pour que les autorités municipales disposent d’une troupe de confiance, respectée et prête à répondre à la première réquisition. Depuis 1589, le corps de ville choisit lui-même les officiers et l’état-major7. En l’absence d’une documentation spécifique, nous avons eu recours aux registres de délibérations qui gardent la trace de 405 remplacements entre 1764 et 1789. Ceux-ci sont beaucoup plus réguliers à partir de 1779 pour éviter les difficultés de service. Les modalités du choix répondent à des règles coutumières mais précises. Le corps de ville respecte deux méthodes pour nommer aux grades : pour remplacer un enseigne, grade le plus bas des officiers, il choisit un postulant généralement présenté par l’officier de la compagnie ; pour désigner un anspessade, grade le plus bas des sous-officiers, il choisit un des noms proposés par le capitaine de la compagnie, en concertation avec les officiers, parmi les habitants de son quartier les « plus propres à faire le service et sachant lire et écrire » et répondant aux critères de « bonnes vies et mœurs ». À l’intérieur des deux groupes, le corps de ville respecte une sorte de « cursus honorum » : l’enseigne devient lieutenant, le lieutenant capitaine et l’anspessade caporal. En revanche, il est impossible à un bas-officier d’accéder à un quelconque grade d’officier.

  • 8 Par souci de clarté, nous avons exclu les tambours et les fifres, très mal connus.

6Le corps de ville prend d’autant plus soin de choisir des hommes de confiance que ceux-ci restent très longtemps en fonction, le plus souvent toute leur vie, jusqu’à leur décès ou leur démission. Cela intervient souvent après une très longue période de service, vingt ou trente ans voire plus. Une étude globale rassemblant 376 officiers et sous-officiers, sur les 405 noms relevés8, fait apparaître que le choix se faisait parmi les maîtres artisans (32,2 %), les marchands-négociants (20,5 %), les fabricants, les maîtres ouvriers en soie ou passementiers (18,4 %) et les marchands fabricants (6,4 %) (graphique 1). Les catégories traditionnelles de l’élite urbaine et les gens humbles sont peu représentés : les bourgeois forment 3,7 % du total, les petits officiers 1,3 %, les professions libérales 0,5 % et les jardiniers et journaliers respectivement 1,3 et 0,3 %. Une étude plus fine distinguant les officiers des sous-officiers laisse apparaître une nette domination des marchands-négociants parmi les officiers (52,7 %) suivis par les marchands fabricants (21,6 %) tandis que les maîtres artisans sont majoritaires dans le groupe des sous-officiers (39,4 %) suivis des fabricants, ouvriers en soie et passementiers (20,9 %), aux côtés desquels figurent quelques jardiniers et mariniers (graphique 2).

  • 9 La municipalité pense que ce surcroît de distinction permettra d’attirer plus d’habitants instruit (...)
  • 10 L’uniforme des tambours et des fifres est arrêté dès 1773. AMT, BB 74, 5-05-1773. Il se composait (...)
  • 11 AMT, EE 13 et BB 78, 26, 30-08 et 2-09-1780. Cet uniforme se compose d’un « chapeau uny, cocarde d (...)
  • 12 Parmi les officiers promus, 43 ont été ou sont aussi députés des paroisses, supposés bons connaiss (...)

7Désireux de pouvoir compter sur une troupe sûre, les édiles exigent des officiers le respect de certains usages. Pour les faire reconnaître de tous et les distinguer des troupes de ligne9, ils leur demandent de porter, ainsi que les tambours et les fifres10, un uniforme distinctif dont l’élaboration prit quinze bonnes années, entre 1765 et 1780. Une fois arrêtés11, les officiers sont tenus d’acquérir l’habit avant le 1er janvier 1781 et de le porter lors des services et lors de la prestation serment sous peine de destitution. Les édiles veillent également à ce que les officiers respectent une certaine discipline, punissant les actes de désobéissance, les absences, et en général tout ce qui compromettait la marche du groupe, surtout en période de crise ou de grand rassemblement : la plus lourde des punitions infligée fut le logement des « gens de guerre » rarement la destitution. Autre obligation d’importance, les officiers sont tenus de résider dans leur compagnie pour être mieux à même de « connaître les familles de la compagnie, donner les ordres nécessaires dans les cas d’urgence, incendie, émotion, troubles ou autres nécessités publiques12 », une règle qui, en dépit des multiples rappels, n’est pas toujours respectée. Enfin, les officiers sont tenus de signaler les changements intervenus dans leur propre vie dont certains étaient incompatibles avec la fonction d’officier de la milice : un déménagement, l’acquisition d’une charge nouvelle, une faillite ou une élection au poste municipal.

  • 13 Le texte du serment diffère selon les grades. L’enseigne jure et promet de se « bien fidèlement co (...)
  • 14 « L’esponton est une arme à demie pique dont on se sert dans l’infanterie […], l’accolade est une (...)

8En échange de leur charge relativement lourde, ces gradés ont quelques avantages, l’exemption du logement des gens de guerre étant le plus recherché. Ils obtiennent un surcroît de reconnaissance sociale, signifiée par une petite cérémonie à l’hôtel de ville. Le nouvel officier est introduit dans la salle des assemblées municipales, accompagné de ses supérieurs pour prononcer un serment13. En échange, il reçoit du maire une arme correspondant à son grade et à l’autorité nouvelle qu’il incarne : le sergent de bande reçoit une hallebarde et une épée, « l’esponton », l’enseigne une épée et un hausse-col. La cérémonie se termine par l’ » accolade » donnée par le maire et la signature du registre des délibérations par le nouvel officier qui s’engage à porter l’uniforme distinctif14.

9Quelles sont les missions de cette milice ? Malgré la disparition des impératifs de défense, toutes les fonctions « militaires » n’ont pas entièrement disparu puisque la milice sert à l’occasion de force d’appoint pour le maintien de l’ordre. Sans attendre l’ordonnance royale de mars 1768 qui, en fixant les différents services de type militaire, confirme ce rôle en consacrant un chapitre entier aux milices bourgeoises, les gardes tourangeaux ont volontiers gardé les portes, patrouillé dans les rues en cas de besoin, secondé les soldats et la maréchaussée lors des émotions populaires telles celles de 1770 et 1774. Parallèlement, comme elle le faisait depuis le Moyen Âge, elle accompagne le corps de ville lors des grandes cérémonies publiques, entrées solennelles, Te Deum ou fêtes religieuses.

  • 15 Depuis 1688 les officiers de la milice établissent les rôles des garçons pouvant être enrôlés dans (...)

10Mais, la milice remplit bien d’autres fonctions auprès des administrations municipales ou royales. Celles-ci font volontiers appel aux officiers de bourgeoisie, bons connaisseurs de leur quartier, pour accomplir différentes tâches administratives : établir la liste des garçons destinés au tirage au sort pour la milice provinciale, relever les habitants aptes à loger les gens de guerre, confectionner et vérifier les rôles de capitation. En fait, cette évolution a commencé dès la fin du xviie siècle15, mais le corps de ville, sous la pression de l’intendant, améliore son association avec les officiers de la milice. Ceux-ci sont par ailleurs davantage conseillés, plus régulièrement convoqués pour prendre connaissance des tâches à effectuer.

  • 16 Claude Petitfrère, Les Bleus d’Anjou, Paris, CTHS, 1985, p. 49-50.

11À la veille de la Révolution, la vieille milice tourangelle n’est pas seulement destinée à « servir à la pompe des réjouissances publiques ». Elle est encore vivante, relativement bien organisée et respectée, utile aux autorités municipales. L’évolution la plus intéressante concerne ses fonctions qui ont évolué vers des missions plutôt administratives. Malgré tout, elle est incapable de ramener l’ordre dans les rues au cours de l’été 1789. Les bouleversements institutionnels et politiques de 1789 entraînent à Tours comme dans d’autres villes la naissance d’une « force de police nouvelle qui allait se substituer […] à la traditionnelle milice bourgeoise16 ». Quelles ont été les modalités du passage de la milice bourgeoise à la Garde nationale via cette troupe provisoire intitulée garde citoyenne ? Y a-t-il eu continuité de missions, de moyens ou de composition de ces institutions ?

Au début de la Révolution : la garde citoyenne de Tours

  • 17 Les jeunes Tourangeaux apparaissent très timides en comparaison de l’activisme débordant de leurs (...)
  • 18 Les officiers de bourgeoisie ont « senti le vice de la constitution de la milice qu’ils commandent (...)
  • 19 L’un d’eux, oubliant les origines de la milice et l’aide non négligeable qu’elle a apportée au cor (...)
  • 20 Angers décide d’organiser sa nouvelle milice dès le 18-07. Elle est, cependant, elle aussi lente à (...)

12Après la terrible semaine d’agitation de juillet 1789, le Comité qui se forme pour ramener le calme place d’emblée la milice bourgeoise sous son autorité. Celle-ci est employée pour des tâches en rapport avec l’approvisionnement de la ville. Toutefois, bien qu’elle n’a pas besoin d’être réactivée comme à Troyes (juin 1788) ou à Montauban (mars 1789), elle doit être réorganisée pour répondre aux nouvelles nécessités politiques. Tel est l’avis d’un bon nombre de Tourangeaux, « jeunes gens17 », officiers de la milice18 ou simples citoyens19. La réorganisation est longue à réaliser. Confiée le 9 août à une commission de six membres mise sur pied par le Comité, la réflexion n’aboutit véritablement que le 16 septembre20, ralentie par la méconnaissance des commissaires, l’indécision du Comité lui-même, les désaccords internes ou les dissensions politiques.

  • 21 Le document, une synthèse du projet proposé le 6 septembre par la commission et des observations f (...)

13Le texte final intitulé « Règlement provisoirement exécutoire pour les compagnies de la garde citoyenne de Tours21 » exprime bien les nouvelles réalités politiques du moment : une élite urbaine toute autant inquiète des éléments populaires prompts à s’émouvoir que soucieuse d’égalité entre les membres qui la composent.

  • 22 La plupart de ces commandants sont des membres du Comité : ce dernier voulait-il garder sa mainmis (...)
  • 23 Le Comité substitue l’expression « sous-officier » à celle de « bas officier ». AMT, 1D3, 17-10-17 (...)
  • 24 Sans compte 278 individus de Saint-Symphorien que la commission a ôtés de son calcul.
  • 25 Sur la défiance à l’égard de la domesticité, cf. Claude Petitfrère, L’œil du maître…, op. cit., p. (...)

14Désireuses de ne pas revivre la terrible semaine d’agitation qu’elles ont connue en juillet, les autorités nouvelles définissent avec soin la troupe destinée à intervenir en cas de nécessité. Elles adaptent la nouvelle troupe aux réalités démographiques de la ville en créant 22 compagnies. Il s’agit d’être capable de contrôler plus étroitement tous les quartiers, surtout ceux situés en périphérie de la ville, La Riche, Saint-Éloy, Saint-Pierre-des-Corps, où était venue s’installer une population industrieuse attirée par le récent essor économique de la ville. Les compagnies, réparties en quatre bataillons placés sous les ordres d’autant de commandants22, se composent chacune de 80 hommes soit 15 officiers – un « Capitaine, un Lieutenant, un sous-lieutenant23, quatre sergents et huit caporaux » –, 64 fusiliers et un tambour soldé. La garde citoyenne est composée des « chefs de ménage, & tous fils de famille de Tours […] en état de porter les armes, payant ou non Capitation, depuis l’âge de 18 ans jusqu’à 60 » inscrits sur un registre. Ils sont estimés à 3 01524, 2 087 aptes à servir eux-mêmes sans solde et 1 206 individus « malaisés » qui ne peuvent servir que si on leur attribue une solde. On exclut du service trois catégories de personnes, les « citoyens aisés » (évalué à 1 094) auxquels on demande de contribuer selon leurs moyens « à la garde commune », les hommes des milieux les plus modestes qui pourront être appelés en cas de nécessité et « tous compagnons, artisans non domiciliés, et tous gens en état de Domesticité ». La bourgeoisie patriote exprime là sa méfiance à l’égard de catégories sociales jugées dangereuses par leur propension à la révolte ou par leur fidélité aux intérêts de maîtres suspects d’ » aristocratie25 ».

  • 26 Il s’agit d’ » un habit bleu-de-Roi, revers et parement blancs, collet monté rouge, doublure blanc (...)

15L’uniforme et l’armement sont d’autres facteurs sociaux discriminants à l’égard des éléments populaires. L’habit retenu ressemble, à quelques nuances près, à celui adopté par la plupart des gardes nationales du royaume26. Les officiers sont tenus de l’acquérir à leur frais et de le porter lors de leur réception et lors du service tandis que les fusiliers ne sont astreints qu’au port de la cocarde et de la « houppette », un signe distinctif attaché au chapeau. De même, si les officiers et les adjudants portent l’épée, les sergents et caporaux le sabre, le fusil et la baïonnette, les sans-grades ne sont astreints qu’au port du fusil et de la baïonnette. La garde citoyenne de Tours apparaît, à l’exemple de celles de bien d’autres villes, comme une institution assez peu démocratique. Elle est par ailleurs fort peu accueillante aux jeunes gens qui obtiennent tout juste l’autorisation de s’adjoindre, s’ils le désirent, à la garde citoyenne.

  • 27 Quelques rivalités personnelles éclatent, peut-être doublées d’oppositions politiques. Ainsi en es (...)
  • 28 Les élections se font au suffrage universel des gardes citoyens, à l’exception des capitaines qui (...)
  • 29 Ce travail, qui porte sur un total de 330 personnes a été volontairement limité aux premiers élus (...)

16À l’instar de beaucoup d’autres gardes du royaume, les officiers tourangeaux sont élus entre le 29 septembre et le 5 octobre27 selon une organisation qui annonce celle instaurée quelques mois plus tard pour élire une nouvelle municipalité28. La prédominance de la bourgeoisie se vérifie. En effet, bien que la composition sociale de l’ensemble du groupe a été impossible à établir, celle du corps des officiers et sous-officiers a pu être réalisée29 (graphique 3). On constate sans surprise une domination écrasante des maîtres de métiers chez les sous-officiers tandis que le monde de la marchandise épaulé par quelques magistrats l’emportent chez les officiers.

  • 30 AMT, 1D3. On suppose que le gouverneur a accepté ce titre puisque le Comité ne cherche pas à le pr (...)
  • 31 Le rôle de cet état-major devait rester symbolique car, bien que le Règlement de septembre 1789 lu (...)

17L’état-major est élu le 7 octobre. Il se compose d’un « Colonel d’honneur né » – le titre échoit au dernier officier municipal en place, André Jérôme Simon-Roze –, un colonel-commandant, un lieutenant-colonel, un major, quatre porte-drapeau ayant rang de sous-lieutenant, quatre adjudants et un tambour-major. On y ajoute un « généralissime », titre ronflant qui est offert au gouverneur, le comte d’Estaing30. Sa composition devait symboliser la continuité entre l’Ancien Régime et le nouveau ainsi que la concorde espérée entre toutes les catégories sociales de l’élite urbaine, noblesse d’épée ou corps des marchands fabricants soucieux de défendre les acquis de la Révolution31.

Tableau 3. – État-major de la garde citoyenne élu le 5 octobre 1789.

Tableau 3. – État-major de la garde citoyenne élu le 5 octobre 1789.
  • 32 Claude Petitfrère, Les Bleus d’Anjou…, op. cit., p. 60.
  • 33 Il s’évertue ainsi à récupérer des boulets de canons prêtés antérieurement à des particuliers ou à (...)

18La garde citoyenne de Tours est-elle une vraie troupe destinée à seconder le Comité dans sa tâche de maintien de l’ordre ? ou est-elle un corps destiné à rassurer les élites autant qu’à impressionner les éléments populaires ? La question mérite d’être posée car les efforts du Comité en matière d’armement sont médiocres à l’inverse de ce qui se passe à Angers où les autorités dépensent 16 396 livres pour armer la troupe citoyenne32. Soit en raison de la pénurie de finances, soit parce que la situation s’avère vite moins périlleuse qu’on ne l’a craint, le Comité se contente des canons, « boîtes » et sabres conservés à l’Arsenal et ne fait que quelques achats d’armes nouvelles, des fusils commandés à Liège, quelques livres de poudre demandées au dépôt du Ripault. Il prend aussi quelques décisions pittoresques, mais de peu d’effet33.

  • 34 Claude Petitfrère, Les Bleus…, op. cit., p. 86. Dans les archives tourangelles bien lacunaires sur (...)

19Soucieux de garder le contrôle de la garde citoyenne, le Comité ne l’encourage pas à mener des activités d’ordre strictement politiques ou à constituer des milices rurales comme le fait à la même époque la troupe angevine34. Il se contente d’en faire un auxiliaire sûr pour maintenir l’ordre : il organise des patrouilles sur les marchés, dans les rues de jour comme de nuit, installe des corps de garde en des points stratégiques de la ville et prépare des missions de surveillance de l’approvisionnement « en bleds », un des facteurs essentiels du maintien de l’ordre.

  • 35 Les gardes citoyens estiment que ces fédérations sont le « seul moyen de parvenir au maintien, à l (...)
  • 36 AM Joué-lès-Tours, RD n° 1, 2-05-1790.
  • 37 La fête se déroule « avec le plus grand ordre » à la grande satisfaction des autorités. Après une (...)
  • 38 AMT, 1D23, 23-07-1790. Le Moniteur universel raconte cette entrevue dans son numéro du 14-07-1790.

20La garde citoyenne est toutefois autorisée à manifester son attachement à la Révolution en participant aux fêtes civiques majeures – la proclamation de la loi martiale le 11 novembre 1789 – et au mouvement des fédérations des milices nationales qui se développe dans le premier semestre de 179035. Elle se rend à Poitiers le 11 avril, à Orléans le 6 mai, et est encouragée à répondre « aux vœux de ses frères d’armes ». Elle organise la fédération régionale qui se tient le 16 mai dans la prairie de la Gloriette36. D’après le colonel de la milice, Prudent-Jean Bruley, la fête aurait réuni près de 4 000 fédérés venant de la ville, de diverses localités du département mais aussi de Poitiers, Angers, Orléans, Nantes et même Bordeaux et Paris37. Le 14 juillet 1790, une délégation de la garde citoyenne se rend à la fête nationale de la Fédération à Paris. Le colonel Bruley et le major Cartier-Douineau offrent à Louis XVI l’anneau d’Henri IV conservé à Marmoutier38. Le même jour, 25 gardes tourangeaux se rendent à Blois, tandis que le gros de la troupe se rassemble sur le mail Preuilly afin de prendre part à la première célébration nationale du 14 juillet, marquée par la prestation d’un serment identique à celui prêté sur le champ de mars de la capitale.

La Garde nationale : les lois de 1790 et 1791

  • 39 Il fait de l’inscription de « tous les citoyens actifs des villes, bourgs et autres lieux du royau (...)

21Désireuse de réorganiser les troupes citoyennes nées durant l’été 1789 et maintenues pendant quelques mois, l’Assemblée constituante promulgue la loi du 18 juin 1790. Le texte uniformise les gardes nationales ou citoyennes de France39, les place officiellement sous l’autorité des corps de ville, délimite leur rôle avec soin et incorpore les corps particuliers dans la troupe réorganisée.

  • 40 La documentation a entièrement disparu aux archives municipales. La série 3H relative à la Garde n (...)
  • 41 Bruley reste colonel-commandant, Esnault lieutenant-colonel et Cartier-Douineau major. On ne sait (...)
  • 42 Ces élections sont quasiment les seules qu’il soit possible de retrouver dans les registres de dél (...)
  • 43 Après quelques semaines de réflexion, ce Conseil renverra les questions de discipline au corps de (...)
  • 44 La Ville a également autorisé la constitution d’un groupe de tambours. AMT, 1D24, 17-06-1791.
  • 45 Les possibles débordements d’une classe d’âge pourtant bien tranquille à Tours incitent la municip (...)
  • 46 Un citoyen a le crâne fracassé le 6 février 1791 place de la Nation pour avoir eu l’idée malencontr (...)

22Satisfaisant aux nouvelles dispositions, les édiles tourangeaux nouvellement élus avertissent les citoyens qu’ils doivent s’inscrire sur un registre ouvert à l’hôtel commun40, mais conservent l’essentiel de la structure de la garde citoyenne : le découpage de la ville en 22 compagnies, l’uniforme réglé en septembre 1789. Ils maintiennent les officiers dans leurs fonctions41 jusqu’aux nouvelles élections42 ainsi que le Conseil militaire chargé d’organiser le service quotidien et de régler la discipline interne43. La seule véritable innovation est la constitution de quatre compagnies spécialisées44, une de grenadiers, une de chasseurs, une « de jeunes citoyens enfants de la ville », soigneusement encadrés45, et une de canonniers, une compagnie particulièrement surveillée en raison des dangers qu’elle faisait courir à la population46.

23La composition sociale de la nouvelle Garde nationale nous échappe, mais l’on sait qu’elle resta globalement une troupe bourgeoise. En atteste l’avis des édiles municipaux en date du 7 juillet 1791 en réponse à la société des Amis de la Constitution porteuse de la requête de 2 000 ouvriers, qui, bien que non imposés, s’offrent pour faire le service de la Garde nationale dans « des circonstances où le salut de la Patrie… demande une surveillance continuelle ». Tout en les remerciant de leur zèle, les officiers municipaux leur refusent l’accès à la troupe citoyenne sous prétexte qu’une garde supplémentaire est alors inutile.

  • 47 Claude Petitfrère, Les Bleus…, op. cit., p. 129.

24Pour étendre à l’ensemble du territoire les bienfaits supposés de la Garde nationale, qui existait jusque-là surtout dans les villes et les bourgs importants, l’Assemblée nationale vote le 29 septembre 1791 une nouvelle loi sanctionnée par le roi le 14 octobre. Le texte maintient le service obligatoire pour les citoyens âgés de 18 à 60 ans mais organise la troupe non plus par commune, mais par canton et par district47.

  • 48 Saint-Gatien, Saint-Martin, Arsenal et le Boulevard.

25Du fait de ses multiples tâches, la municipalité tarde à appliquer la nouvelle loi. En décembre, elle ouvre deux registres pour recevoir les inscriptions des citoyens mais délègue l’essentiel de l’important travail de réorganisation de l’institution. Le commandant et le major de la Garde nationale divisent la ville en quatre bataillons48 de 4 compagnies chacun, ce qui ne fait donc plus que 16 compagnies au lieu de 22. De leur côté, 50 commissaires désignés par la Ville travaillent, du 19 avril au 4 mai 1792, à vérifier les inscriptions, établir celles qui viendraient à manquer et répartir les hommes dans les compagnies retenues.

  • 49 Le 1er rang échoit au bataillon du Boulevard, le 2e à celui de Saint-Martin, le 3e à celui de Sain (...)

26L’élection des nouveaux officiers et sous-officiers a lieu à partir du 27 mai, le tirage au sort de chacun des bataillons le 31 mai49 ainsi que le choix du nouvel état-major composé d’un commandant en chef, d’un second et de quatre adjudants. On crée plusieurs compagnies particulières, autorisées par la nouvelle loi et réclamées ardemment par de nombreux Tourangeaux : une de cavalerie, une des moins de 18 ans, une de chasseurs et une de canonniers. Une 5e, composée de vétérans, est constituée plus tard, en juillet.

  • 50 AMT, 1D24, 29-12-1790. Au printemps 1791, Madame Dupin, maîtresse de Chenonceaux, offre deux vieux (...)
  • 51 Pourtant, elle avait imaginé de lever une taxe auprès des citoyens dispensés du service en raison (...)

27Comme précédemment, la Ville veille à la bonne marche de la nouvelle garde. Le 28 juin 1792, avec l’assentiment des commandants des bataillons, elle promulgue un règlement pour mettre fin aux problèmes d’indiscipline, de manquements au service qui se multiplient. Mais, contrairement à ce qui se faisait antérieurement, la Ville est tenue d’équiper la nouvelle garde en armes et uniformes. En ce domaine, son rôle est peu efficace : elle achète peu d’armes et se contente la plupart du temps de restaurer le matériel existant, quelques médiocres canons entreposés à l’hôtel de ville50. La raison en est sans doute un manque chronique d’argent51 mais aussi, et surtout, une réelle méfiance à l’égard des gardes avec lesquels elle entretient des relations tendues comme nous allons le voir.

  • 52 La garde doit se réunir à la première réquisition des édiles, du procureur de la commune ou des co (...)

28Les missions assignées à ces gardes nationales régies par les lois de 1790 et de 1791 sont-elles les mêmes que celles de la milice bourgeoise ou de la garde citoyenne ? Les lois obligent de manière plus explicite les gardes nationaux à obéir aux autorités municipales52 et à les seconder dans leur fonction de maintien de l’ordre dans ses deux dimensions, sociale et politique. La garde nationale de Tours satisfait sans difficulté à cette mission. Elle assure des guets la nuit et des patrouilles dans les rues, sur les marchés, aux abords des ateliers de charité ou dans les quartiers populaires, le tout en association plus ou moins étroite avec les régiments en garnison. Sa présence est bien plus précieuse encore lors de périodes extraordinaires, élections – en tant que chef-lieu de département et de district, Tours organisa de nombreuses réunions électorales –, foires, fêtes de fin d’année, départs de régiments, spectacles ou événements politiques particulièrement marquants. La garde apporte toujours son précieux concours lors des périls naturels, incendies ou inondations et conserve sa fonction d’escorte de parade et d’auxiliaire administratif comme le faisaient la milice d’Ancien Régime ou la garde citoyenne.

  • 53 Les gardes nationales de Varennes-Beaumont et celle Sorigny demandent que la garde tourangelle par (...)

29Toutefois, à la différence de la milice bourgeoise fort éloignée de telles considérations ou de la garde citoyenne étroitement subordonnée au Comité, la Garde nationale des années 1790 et 1791 exerce des activités à caractère plus purement politique. Sans faire preuve d’un militantisme fervent – la garde nationale de Tours n’a pas été à l’origine de la création de gardes dans les campagnes environnantes et les quelques relations tissées avec ses consœurs ont été réduites à des questions de détail53 – elle tient à rappeler son attachement aux acquis révolutionnaires, s’associant le plus souvent à la société des Amis de la Constitution dont elle est proche. Elle surveille les ecclésiastiques, arrête les plus actifs partisans de l’Ancien Régime. À l’inverse, elle soutient les prêtres assermentés ou les patriotes distingués et surtout tient à participer aux cérémonies civiques dont elle prend parfois l’initiative. L’année 1791 est à cet égard particulièrement faste. Le 26 février, on inaugure le buste de Desilles envoyé par d’Estaing ; le 12 avril, on organise à la cathédrale un service destiné à célébrer la mémoire de Mirabeau ; le 1er mai, une fête est organisée pour solenniser la fermeture des barrières de l’octroi et le 14 juillet on organise la fête de la Fédération.

30Le zèle de la Garde nationale oblige parfois la Ville à la rappeler à plus de modération. Très vite des dissensions apparaissent entre la première, décidée à défendre les principes de la Révolution, et la seconde, avant tout soucieuse de paix publique. Les premières tensions datent de l’été 1791. Elles s’accentuent à l’automne. La démission, le 9 septembre, du colonel Cartier-Douineau, élu député du département à la Législative marque une première rupture. La Garde nationale est encore présente lors des fêtes organisées en septembre pour l’acceptation de la Constitution par le roi, mais elle s’éloigne peu à peu de la municipalité, notamment en raison de certaines concessions accordées à l’Église insermentée. L’émeute populaire de novembre 1791 provoquée par la décision prise par les édiles d’accorder l’ancienne église des cordeliers au culte réfractaire, marque une rupture nette. Ce jour-là, la plupart des gardes nationaux refusent d’intervenir pour « protéger des réfractaires » et la municipalité doit faire appel aux soldats et aux gendarmes pour ramener définitivement le calme avant de renoncer à son projet. L’élection d’une nouvelle municipalité, en novembre 1791, contribue un temps à renouer les liens avec la Garde nationale mais, l’activisme politique de cette troupe (tout comme celui des Amis de la Constitution dont elle était proche) disparaît progressivement durant l’hiver de 1791 et au début de l’année 1792. Peut-être la formation, à la même époque, des bataillons de volontaires nationaux, a-t-elle vidé la ville de ses patriotes les plus actifs et les plus déterminés ?

31D’origine très ancienne, la milice bourgeoise de Tours est restée vivante tout au long de l’époque moderne. Elle n’est en rien cette troupe de parade destinée à ne « servir qu’à la pompe des réjouissances publiques ». Après la disparition des impératifs de défense, elle était devenue progressivement une auxiliaire précieuse de la Ville pour maintenir l’ordre mais aussi remplir des tâches administratives. C’est la raison pour laquelle les officiers municipaux avaient veillé à ce qu’elle reste structurée, bien encadrée et bien disciplinée. Pourtant, malgré ces précautions, la milice bourgeoise ne peut maintenir le calme dans l’été 1789 : sa vieille structure répond mal aux évolutions, démographiques et sociales, qu’a connu la ville dans la décennie 1780. La garde citoyenne qui ramène et maintient le calme dans l’automne 1789 correspond davantage aux réalités sociales d’alors : une élite urbaine renouvelée qui prend le pouvoir et contient les éléments les plus dangereux à ses yeux. La garde remaniée reste très étroitement sous son contrôle et ne peut réellement exprimer son attachement à la Révolution que dans le domaine festif. Devenue Garde nationale par les lois de 1790 et de 1791, la troupe bourgeoise est cette fois-ci officiellement placée sous le contrôle de la Ville qu’elle doit, comme ses homologues antérieures, aider pour maintenir l’ordre ou remplir des tâches administratives.

32Les trois institutions successives ont donc une mission centrale identique : née à la fin du Moyen Âge, l’idée que les bourgeois doivent seconder les autorités urbaines est appliquée de manière coutumière sous l’Ancien Régime et officialisée au début de la Révolution.

33Toutefois, la Révolution représente bien une rupture majeure. L’irruption des motifs politiques entame la confiance tissée de longue date entre la troupe bourgeoise et les édiles. L’activisme dont font preuve les gardes nationaux – qui permet dans un premier temps de défendre les acquis de la Révolution chers au cœur de la nouvelle élite au pouvoir – devient très vite un élément d’agitation publique dont les édiles se seraient bien passés. Les tensions sont à leur paroxysme dans l’hiver 1791. Elles s’apaisent quelques mois plus tard avec le départ, comme volontaires nationaux, des patriotes les plus actifs.

34Qu’en fut-il au cours des années suivantes ? La Garde nationale fut-elle une troupe docile aux seuls ordres des édiles ou bien devint-elle un instrument aux mains de l’un ou l’autre des groupes politiques à l’œuvre durant les difficiles années de la Révolution ? Au final, écrire l’histoire de la milice bourgeoise devenue Garde nationale c’est aussi tenter de mieux appréhender les rapports de force politiques à l’œuvre en cette fin du xviiie siècle tant sur le plan local que sur le plan national.

Graphique 1 – Répartition socioprofessionnelle des cadres (officiers et bas-officiers) de la milice bourgeoise de 1765 à 1789 : étude globale.

Graphique 1 – Répartition socioprofessionnelle des cadres (officiers et bas-officiers) de la milice bourgeoise de 1765 à 1789 : étude globale.

Graphique 2 – Répartition socioprofessionnelle conjuguée des gradés de la milice bourgeoise (1765-1789).

Graphique 2 – Répartition socioprofessionnelle conjuguée des gradés de la milice bourgeoise (1765-1789).

Graphique 3 – Répartition socioprofessionnelle des officiers de la garde citoyenne élus en septembre 1789.

Graphique 3 – Répartition socioprofessionnelle des officiers de la garde citoyenne élus en septembre 1789.

Notes

1 Il n’existe quasiment pas d’études portant sur la milice bourgeoise de Tours, que ce soit au Moyen Âge ou à l’époque moderne, à l’exception du travail de E.-G. de Clérambault, « Les milices de Tours de l’origine à 1871 », BSAT, t. 19, p. 331-381 et 406-478. Pourtant, la documentation existe aux Archives Municipales de Tours : EE 13 pour la période 1591-1782, EE 14 pour les années 1782-1789 sans oublier le magnifique dénombrement de 1781 coté BB 9. Commandé par la Ville pour connaître les capacités des foyers tourangeaux en matière de logement des gens de guerre, ce beau document permet également de mieux connaître la structure interne de la milice bourgeoise. Les registres de délibérations ont par ailleurs été d’un grand secours pour reconstituer les modalités du choix par le corps de ville des officiers dont la liste est donnée en annexe de notre thèse : Béatrice Baumier-Legrand, Tours dans la seconde moitié du xviiie siècle : institutions municipales et gestion urbaine (1764-1792), université de Tours, 2004.

2 Henri IV qui fait de Tours une place importante de son système défensif dans la reconquête de son pouvoir réforme la milice en complément de la nouvelle muraille décidée : il crée treize compagnies et précise, par le règlement du 4 juin 1589, les modalités de désignation des officiers.

3 La municipalité peut réunir les premiers offices créés en mars 1694 contre 20 000 livres, mais ne peut lever les suivants (1704 et 1708) par manque d’argent.

4 Marcel Marion, Dictionnaire des institutions de la France des xviie et xviiie siècles, rééd. A. Picard, 1979, p. 376.

5 Une 13e compagnie, celle de l’Entrepont-Île Saint-Jacques, créée en 1663, a été supprimée en mars 1767 à la suite de la destruction de l’île. Elle portait le rang 8, intercalée entre la compagnie Saint-Éloy et le Grand Quartier de la Riche.

6 AMT, BB 9.

7 AMT, EE 13. À partir de 1589, les officiers sont choisis sur une liste de 3 noms proposés par une assemblée où les notables sont admis. Au xviie siècle ces nominations sont un temps assurées par le gouverneur, toujours parmi 3 noms présentés par les habitants des paroisses.

8 Par souci de clarté, nous avons exclu les tambours et les fifres, très mal connus.

9 La municipalité pense que ce surcroît de distinction permettra d’attirer plus d’habitants instruits aux postes d’officiers.

10 L’uniforme des tambours et des fifres est arrêté dès 1773. AMT, BB 74, 5-05-1773. Il se composait d’ » un surtout de drap bleu […] doublé de serge rouge avec parement et collet drap écarlatte garnis de six boutonnières en brandebourgs en gallons de soye jaune par le devant de chaque cotté espacés de trois en bas, deux au millieu et une au collet, pareil gallon sur le parement des manches et collet et chapeau bordé de pareil gallon, bouttons de cuivre et pinsebec ».

11 AMT, EE 13 et BB 78, 26, 30-08 et 2-09-1780. Cet uniforme se compose d’un « chapeau uny, cocarde de bazin blanc, rosetes couleur du drapeau, habit de drap écarlate avec poche, manche en botes, colet rabatu d’un pouce et demi d’hauteur, arondi par le bout, doublure écarlate, trois boutons sur la manche et trois aux poches et au devant de l’habit, bouton à plein jusqu’aux poches et trois dans les plis, veste de drap aussy écarlate, les boutons de l’habit et veste en pinssebec sur doré aux armes de la ville et guirelande de laurier, épée à volonté, culote et bas noires en toute saison, l’oscolle [hausse col] en cuivre surdoré aux armes de la ville en argent ». Il est précisé que tous les officiers « porteront leurs cheveux ou perruques à face avec queues et rosetes ».

12 Parmi les officiers promus, 43 ont été ou sont aussi députés des paroisses, supposés bons connaisseurs de leur paroisse.

13 Le texte du serment diffère selon les grades. L’enseigne jure et promet de se « bien fidèlement comporter dans la dite place, de porter fidélité au roi, d’obéir à ses ordres et à ceux du corps de ville » tandis que le sergent de bande promet « d’obéir aux ordres de l’Hôtel de ville et de ses supérieurs ».

14 « L’esponton est une arme à demie pique dont on se sert dans l’infanterie […], l’accolade est une cérémonie dont on use quand on fait un chevalier, lequel on embrasse en signe d’amitié […]. On peut croire que c’est de là que l’on a introduit l’usage de l’accolade, quand on reçoit à l’hôtel de ville un officier de bourgeoisie qui, dès lors, a droit de porter les armes et de commander une compagnie de bourgeoisie » (L. Benoît de la Grandière, « Abrégé chronologique et historique de la mairie de Tours », MSAT, Tours, 1908-1925, p. 88-89).

15 Depuis 1688 les officiers de la milice établissent les rôles des garçons pouvant être enrôlés dans les régiments provinciaux et rédigent depuis 1695 les rôles de capitation.

16 Claude Petitfrère, Les Bleus d’Anjou, Paris, CTHS, 1985, p. 49-50.

17 Les jeunes Tourangeaux apparaissent très timides en comparaison de l’activisme débordant de leurs homologues d’Angers ou de Rennes. Cf. Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine (1789mars 1793), Paris, Klincksieck, 1972, p. 41-90 ; Claude Petitfrère, « La jeunesse angevine et les débuts de la Révolution française », ABPO, 1974, n° 4, p. 709-732 et Les Bleus…, op. cit., p. 60-76 et 77-85.

18 Les officiers de bourgeoisie ont « senti le vice de la constitution de la milice qu’ils commandent ». L’un d’entre eux, Cartier-Douineau a attiré l’attention du Comité sur l’incapacité de la « majeure partie des citoyens commandés pour le service et la garde de la ville […] de continuer par la raison qu’ils sont dans une détresse affreuse, chargés de famille qui ne peuvent substanter s’ils ne travaillent pas [sic] ». C’est à la demande de ces mêmes officiers que le Comité adresse, le 3 août, une lettre aux municipalités d’Angers et Orléans pour qu’elles lui fassent connaître la façon dont elles ont reconstitué leurs milices. AMT, 1D1, 30-07, 3-08 et 8-08-1789.

19 L’un d’eux, oubliant les origines de la milice et l’aide non négligeable qu’elle a apportée au corps de ville, rédige un mémoire où il la dépeint comme inutile en ces temps d’émeutes ou d’alarmes et la présente comme uniquement destinée « à servir à la pompe des réjouissances publiques ». Pire, il l’accuse d’avoir semé « le trouble au lieu de l’apaiser », émettant l’idée qu’elle avait pactisé avec le petit peuple pour remettre en cause l’ordre. AMT, EE 14, 1re partie. Dans cette Motion anonyme qui peut être datée de la seconde moitié du mois d’août, l’auteur critique l’encadrement, mal discipliné, non élu, inamovible, commandant à une troupe insuffisante ajoutant que « la forme de notre Milice qui pouvoit convenir à un temps de calme parfait, est vicieuse dans les instants critiques que nous en avons fait la triste expériance [sic] ». L’auteur fait sans doute référence aux événements qui se sont déroulés le 14-08 dans le Grand Quartier de la Riche lorsque les hommes de la compagnie bourgeoise, commandés par le seul officier Cartier-Douineau, ont refusé le service, pactisant ainsi de fait avec les émeutiers qui protestaient contre la taxe du pain et la distribution de cartes de rationnement. On dût appeler la compagnie de Saint-Saturnin pour ramener le calme. AMT, 1D1, 8 et 14-08-1789.

20 Angers décide d’organiser sa nouvelle milice dès le 18-07. Elle est, cependant, elle aussi lente à la mettre sur pied par la suite. Claude Petitfrère, Les Bleus…, op. cit., p. 53-55.

21 Le document, une synthèse du projet proposé le 6 septembre par la commission et des observations faites entre le 6 et le 9 du même mois par les compagnies de bourgeoisie auxquelles le texte a été présenté, comprend 55 articles répartis en quatre sections : la formation de la garde citoyenne (art. I à XXIII), l’armement et l’équipement (art. XXIV à XXXII), la discipline (art. XXXIII à LI) et l’administration (art. LII à LV). AMT, EE 14, 1re partie.

22 La plupart de ces commandants sont des membres du Comité : ce dernier voulait-il garder sa mainmise sur la nouvelle garde citoyenne ?

23 Le Comité substitue l’expression « sous-officier » à celle de « bas officier ». AMT, 1D3, 17-10-1789.

24 Sans compte 278 individus de Saint-Symphorien que la commission a ôtés de son calcul.

25 Sur la défiance à l’égard de la domesticité, cf. Claude Petitfrère, L’œil du maître…, op. cit., p. 190-194 et du même, « Liberté, Égalité, Domesticité », Les droits de l’homme et la conquête des libertés, colloque de Grenoble-Vizille, 1986, Grenoble, PUG, 1988, p. 248-256.

26 Il s’agit d’ » un habit bleu-de-Roi, revers et parement blancs, collet monté rouge, doublure blanche, passe-poil rouge […] culotte et veste blanches […] guêtres blanches en été & noires en hiver ». Les boutons sont « jaunes, fond uni, timbrés aux Armes de la Ville, contre-épaulettes fond rouge, décorées d’une tresse en or en forme de trèfle ; le retroussis de l’habit sera orné d’une fleur de lis & d’une tour écarlatte ». Un « chapeau uni, garni d’une cocarde de basin rayé blanc, ornée de deux cercles de tissu de laine, l’un de couleur ponceau & l’autre bleu-de-Roi » complète la silhouette ainsi que le port des « cheveux en queue ». AMT, EE 14, 1re partie.

27 Quelques rivalités personnelles éclatent, peut-être doublées d’oppositions politiques. Ainsi en est-il pour la place de lieutenant de la compagnie de Saint-Denis que se disputent Nadaud, secrétaire de l’intendance, et l’avocat Coulon de la Morandière connu pour son turbulent « patriotisme ». AMT, 1D3, 7, 10 et 14-10-1789 ; EE 14, 1re partie.

28 Les élections se font au suffrage universel des gardes citoyens, à l’exception des capitaines qui sont élus par les seuls officiers de leur compagnie. Tous les gradés sont désignés pour trois ans, parmi les chefs de ménage ou « pourvus d’état », sans condition d’âge pour les sous-officiers, parmi les hommes d’au moins trente ans pour les officiers. Le suffrage est uninominal pour les officiers, collectif pour les sergents et caporaux dont le rang est tiré au sort.

29 Ce travail, qui porte sur un total de 330 personnes a été volontairement limité aux premiers élus faute de renseignements précis sur les remplacements ultérieurs. AMT, EE 14, 1re partie et registres paroissiaux de la série E.

30 AMT, 1D3. On suppose que le gouverneur a accepté ce titre puisque le Comité ne cherche pas à le proposer à quelqu’un d’autre. Les nouveaux officiers prêtent serment le 12 octobre au cours d’une cérémonie improvisée à laquelle on donne plus d’éclat un mois plus tard.

31 Le rôle de cet état-major devait rester symbolique car, bien que le Règlement de septembre 1789 lui renvoyât les questions de discipline et les modalités de service, seul le Comité conserva le pouvoir de décision.

32 Claude Petitfrère, Les Bleus d’Anjou…, op. cit., p. 60.

33 Il s’évertue ainsi à récupérer des boulets de canons prêtés antérieurement à des particuliers ou à des fabriques pour servir de contrepoids à des calandres et essaye, en vain, de retrouver les canons prêtés à La Rochelle dans un passé incertain et lointain, peut-être le siège de 1627-1628 ?

34 Claude Petitfrère, Les Bleus…, op. cit., p. 86. Dans les archives tourangelles bien lacunaires sur la Révolution, deux cas de sollicitations de la part de communes rurales ont été relevés, l’une de Beaulieu-lès-Loches, l’autre de Neuvy. AMT, 1D1, 11, 16 et 26-09-1789.

35 Les gardes citoyens estiment que ces fédérations sont le « seul moyen de parvenir au maintien, à la tranquilité, au bon ordre et en même temps aux secours que les milices citoyennes doivent s’accorder réciproquement ».

36 AM Joué-lès-Tours, RD n° 1, 2-05-1790.

37 La fête se déroule « avec le plus grand ordre » à la grande satisfaction des autorités. Après une messe dite à ciel ouvert, les commandants des députations de fédérés prêtent le serment – sous la présidence du lieutenant-colonel de la troupe tourangelle et devant « un peuple inombrable [sic] » – en présence d’officiers municipaux de Tours, Joué, Montbazon et Mettray. Des rafraîchissements sont servis sous les tentes, après quoi « touttes les gardes citoyennes et touttes les troupes de ligne, livrées aux transports de joie qu’inspiroit la fête se sont sur le champ de mars donnés des preuves non équivoques d’union et de fraternité [sic] ». La journée se poursuit intra-muros par un feu de joie allumé place royale en fin d’après-midi tandis que les cloches sonnent à toute volée. La nuit est égayée par « l’illumination » des maisons qu’avaient prévue les bons citoyens. G. Bruley, Un homme de cœur, Prudent-Jean Bruley, cité par C. Marchon-Marceau, Les fêtes à Tours 1760-1799, Tours, m. m., 1985, p. 42. La présence de gardes nationaux et de volontaires de Nantes, ainsi que de gardes de Bourgueil et de Selles-sur-Cher est attestée par la visite qu’ils ont faite à la municipalité. AMT, 1D22, 14 et 15-05-1790.

38 AMT, 1D23, 23-07-1790. Le Moniteur universel raconte cette entrevue dans son numéro du 14-07-1790.

39 Il fait de l’inscription de « tous les citoyens actifs des villes, bourgs et autres lieux du royaume » sur un registre ouvert à l’hôtel de ville la condition de la conservation de leurs droits. Leurs fils, âgés de 18 ans au moins, sont tenus à la même obligation et le principe du remplacement est retenu, à certaines conditions. Le décret du 19 juillet complète la loi en ordonnant à toutes les gardes nationales du pays d’adopter le même uniforme. Les principales dispositions de la loi de juin sont renouvelées dans une « Instruction de l’Assemblée Nationale » du 12 août et sanctionnée par le roi le 20. Claude Petitfrère, Les Bleus…, op. cit., p. 94-96.

40 La documentation a entièrement disparu aux archives municipales. La série 3H relative à la Garde nationale ne conserve que quatre pièces éparses s’y rapportant, datées de 1792. Les sources disponibles ne commencent vraiment qu’à la fin de la période impériale. Le répertoire des sources conservées aux ADIL indique à propos de la série LR 434 qu’elle ne contient en tout et pour tout sur ce thème que « 58 pièces sans cohésion échappées très probablement à une destruction massive », toutes commençant en l’an III.

41 Bruley reste colonel-commandant, Esnault lieutenant-colonel et Cartier-Douineau major. On ne sait si d’Estaing accepta de rester généralissime et si le nouveau maire, Mignon, fut réellement le colonel d’honneur né.

42 Ces élections sont quasiment les seules qu’il soit possible de retrouver dans les registres de délibération. Joseph Cartier-Douineau est élevé au rang de lieutenant-colonel et René Jacques Thenon le remplace comme major. Cartier-Douineau est rapidement promu au poste de colonel commandant en raison de la désignation comme maire de Tours de Bruley. Hyacinthe Viot-Ollivier le remplace dans le grade de lieutenant-colonel tandis que Thenon reste major. AMT, 1D23, 13 et 28-08-1790.

43 Après quelques semaines de réflexion, ce Conseil renverra les questions de discipline au corps de ville.

44 La Ville a également autorisé la constitution d’un groupe de tambours. AMT, 1D24, 17-06-1791.

45 Les possibles débordements d’une classe d’âge pourtant bien tranquille à Tours incitent la municipalité à rappeler aux jeunes gens régulièrement inscrits, qu’il leur est interdit de « porter d’arme qu’au moment même des exercices et de la manière déterminée par les règlements ».

46 Un citoyen a le crâne fracassé le 6 février 1791 place de la Nation pour avoir eu l’idée malencontreuse de passer « devant l’embouchure des canons » lors d’une cérémonie « en mémoire de l’immortelle réunion du Roy à l’assemblée nationale » le 4 février de l’année précédente. La municipalité enjoint aux canonniers de tirer désormais uniquement dans le cours de la Loire, une injonction peu suivie d’effet puisque le 27 juillet suivant la Ville doit interdire les exercices pratiqués par les canonniers sur les terrasses des carmélites et de Saint-Julien sans précaution aucune vis-à-vis de foule.

47 Claude Petitfrère, Les Bleus…, op. cit., p. 129.

48 Saint-Gatien, Saint-Martin, Arsenal et le Boulevard.

49 Le 1er rang échoit au bataillon du Boulevard, le 2e à celui de Saint-Martin, le 3e à celui de Saint-Gatien et le 4e à celui de l’Arsenal. AMT, 1D26, 3-06-1792.

50 AMT, 1D24, 29-12-1790. Au printemps 1791, Madame Dupin, maîtresse de Chenonceaux, offre deux vieux canons. La généreuse bienfaitrice est remerciée par une grande fête publique le 1er mai 1791. Mais, il faut vite se rendre à l’évidence : les canons étaient en si mauvais état qu’on dut les refondre et en vendre les « objets inutiles ». AMT, 1D24, 23-04 et 1-05-1791.

51 Pourtant, elle avait imaginé de lever une taxe auprès des citoyens dispensés du service en raison de leur âge, de leur sexe ou de leurs conditions physiques mais aptes à contribuer financièrement. L’idée évoquée en septembre 1789 et reprise par les édiles élus en 1790 n’est concrétisée qu’en 1792. Dans un projet présenté en janvier 1791, les citoyens sont soumis à une taxe variable tandis que le montant des dépenses déjà engagées est évalué à 7 415 livres 18 sols et le total des sommes à prélever estimé à 7 817 livres 10 sols. Mais, il faut encore un an avant que le rôle ne soit mis en recouvrement.

52 La garde doit se réunir à la première réquisition des édiles, du procureur de la commune ou des commissaires de police. En cas de désobéissance collective, les municipalités peuvent requérir main-forte et exercer à l’encontre des récalcitrants de sévères punitions. On relève peu de situations semblables à Tours au début de la Révolution. AMT, 1D23, 19-11-1790 et 1D28, 26-10-1792.

53 Les gardes nationales de Varennes-Beaumont et celle Sorigny demandent que la garde tourangelle participe à leurs côtés à la grande procession de la Riche du 19 juin 1791. AMT, 1D24, 4-06 et 19-06-1791.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Structure interne de la milice bourgeoise en 17816
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16608/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 3. – État-major de la garde citoyenne élu le 5 octobre 1789.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16608/img-2.png
Fichier image/png, 17k
Titre Graphique 1 – Répartition socioprofessionnelle des cadres (officiers et bas-officiers) de la milice bourgeoise de 1765 à 1789 : étude globale.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16608/img-3.png
Fichier image/png, 9,2k
Titre Graphique 2 – Répartition socioprofessionnelle conjuguée des gradés de la milice bourgeoise (1765-1789).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16608/img-4.png
Fichier image/png, 11k
Titre Graphique 3 – Répartition socioprofessionnelle des officiers de la garde citoyenne élus en septembre 1789.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16608/img-5.png
Fichier image/png, 10k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search