Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Première partie. Prémisses et antécédents

D’un rôle militaire à une fonction sociale, les milices bourgeoises de Bretagne dans la seconde moitié du xviiie siècle

Stéphane Perréon

Texte intégral

  • 1 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), C 1143, mémoire, 1758.

1Les témoignages abondent, dans la seconde moitié du xviiie siècle, sur la décrépitude des milices bourgeoises. Constatant la désorganisation de celle de Rennes, son colonel – et maire de la ville – remarque : « Dans cet état, la milice bourgeoise ne peut qu’estre inutile et […] dès lors les privilèges des officiers sont une charge pour la société sans lui estre fructueuse1. » Remarquant l’inadaptation militaire de ces troupes effectivement archaïques à bien des égards, la plupart des historiens en ont fait peu de cas. Toutefois, le rôle militaire des milices urbaines n’était qu’une facette de leurs attributions. Elles jouaient aussi un rôle social non négligeable et les tenir pour superflues reviendrait à négliger l’opinion de l’époque et à ne pas se donner les moyens de comprendre leur persistance jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Alors que se pose la question du nombre de milices et de miliciens dans la Bretagne de la seconde moitié du xviiie siècle, l’étude suivante a pour objectif de préciser les modalités du déclin du rôle militaire de cette institution et de montrer la persistance sinon l’affirmation d’une fonction sociale allant du maintien de l’ordre à l’expression d’un véritable patriotisme urbain.

Combien de milices bourgeoises ? Combien de miliciens ?

  • 2 A. de Goué, Des charges et obligations militaires de la Bretagne du xvie siècle à 1789, Paris, A. (...)
  • 3 Claude Nières, Les villes de Bretagne au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2004, p. 560.
  • 4 Service historique de l’armée de terre (SHAT), A1 1704, distribution des milices bourgeoises des v (...)

2Le nombre de milices bourgeoises en Bretagne a fait l’objet de plusieurs évaluations depuis le xixe siècle et a toujours été sous-estimé. Se pose, en effet, un problème de fragmentation des sources, certaines milices n’étant parfois attestées que par une simple allusion dans un seul document. Voici un siècle, Alain de Goué estimait que 23 villes disposaient de ce genre d’institution2. Claude Nières recense dans sa thèse 42 milices bourgeoises au xviiie siècle3. Or, un état de mobilisation de 1703 fait apparaître 49 villes capables d’envoyer des détachements sur les côtes de la province4. Comme certaines villes (Guérande, Le Croisic, Lesneven…) dont on sait par ailleurs qu’elles disposaient d’une milice n’y figurent pas, il paraît raisonnable d’évaluer à 55, 56 ou 57 le nombre de milices urbaines bretonnes au début du xviiie siècle. La plupart des villes de Bretagne disposaient donc d’une milice bourgeoise.

  • 5 Claude Nières, op. cit., p. 463.

3Une trentaine au moins est encore attestée dans la seconde moitié du siècle. Les autres ont-elles disparu ? Disons plutôt qu’elles ne sont plus rassemblées et n’effectuent aucun service régulier. La taille de la ville n’est qu’un des facteurs parmi d’autres expliquant la décrépitude voire la disparition de certaines milices bourgeoises. L’absence de patrouille dans la plupart des petites localités contribua sans conteste à hâter leur agonie, la faiblesse des effectifs, d’ailleurs théorique, également, Nort, Oudon et Jugon ne pouvant rassembler que 30 hommes, officiers compris. Aucune milice ne semble plus exister dans ces localités, comme à Montfort, Clisson, Malestroit dans les dernières décennies de l’Ancien Régime. Toutefois, alors que la milice n’est plus qu’une institution fantôme à Vitré (environ 10 000 habitants), on effectue encore une revue en 1781 à Hédé, bourgade d’un millier d’habitants située assez loin du littoral. Cet exemple invite, d’autre part, à considérer avec une grande prudence l’argument selon lequel la menace des descentes anglaises dans les localités côtières a pu y entretenir un esprit de défense propice à la conservation des milices urbaines. A contrario, le côtoiement des milices garde-côtes entraînait des confusions et conduisit même, à Pont-l’Abbé, à la formation d’une milice franche5. La milice garde-côte, rénovée par le duc d’Aiguillon, commandant en chef en Bretagne, phagocyta probablement plusieurs milices de petites localités côtières.

  • 6 Archives municipales de Brest (AMB), EE 2.
  • 7 D. Riet, La ville et les armes : milices et troupes à Saint-Brieuc au xviiie siècle, maîtrise, Ren (...)

4Il existait des listes recensant tous ceux devant servir pour la milice. Dressées par quartiers et distinguant, pour les villes les plus peuplées, les différentes compagnies, elles pouvaient cumuler plusieurs usages : le rôle de recensement de la population établi à Brest en 1787 servait à la fois pour la milice bourgeoise et la capitation6. À Saint-Brieuc, les listes comportaient, outre la profession, des indications utiles au service : invalidité éventuelle, arme possédée, etc.7.

  • 8 Archives municipales de Nantes (AMN), EE 78 (1774-1776).
  • 9 AMN, EE 54 et EE 56.

5Les rôles les plus précis et complets sont nantais. Toutefois, les mêmes listes servaient à la fois pour le service de la milice et le logement des gens de guerre, sans que l’on puisse affirmer avec certitude que les deux charges se superposaient totalement. On dénombre 4 775 miliciens en 1725 et 3 371 dans les années 1760-17708. Il faut d’abord souligner le faible nombre de personnes assujetties, même en 1725. Moins de 5 000 miliciens pour plus de 40 000 habitants, cela signifie approximativement un homme sur deux en âge de porter les armes, au grand maximum. Les exemptions sont donc légion. D’autre part, on relève une évolution contradictoire sur un siècle. L’évolution postérieure à 1725 ne peut que surprendre. Alors que la ville s’agrandit, que sa population s’accroît notablement – elle double, au minimum, entre 1700 et 1790 –, on compte de moins en moins d’assujettis à la milice bourgeoise. La multiplication des exemptions constitue un élément d’explication mais la raison principale tient justement à la croissance urbaine. Les quartiers de milice en viennent à ne plus couvrir toute la ville, les nouveaux quartiers, à l’ouest, contribuant peu voire pas du tout. Deux réformes tentèrent de remédier au problème posé par l’extension urbaine, sans grand succès. En 1722, la compagnie de la Fosse, quartier du port actif et densément peuplé, éclata en quatre et en 1727 on créa la compagnie de Chézine, sur la paroisse de Chantenay9.

  • 10 ADIV, C 1142, état de revue, 10 juin 1786.
  • 11 ADIV, C 1143, état de la milice bourgeoise de Saint-Brieuc, août 1776.
  • 12 F. Ysnel, La défense de la baie de Morlaix aux xviie et xviiie siècles, DEA, Rennes 2, sous la dir (...)
  • 13 ADIV, C 4048, rôle de 1780.

6La proportion des assujettis par rapport à la population totale variait d’une ville à l’autre. On compte ainsi 269 hommes et 14 officiers à la revue de 1786 au Croisic mais, d’après une annotation, l’effectif total dépasse les 500 (pour une ville de 4 000 habitants)10. À Saint-Brieuc, en 1776, 760 miliciens forment sept compagnies11. Autant qu’on puisse en juger à travers notre connaissance approximative de la population totale de ces villes et de leur structure démographique, le pourcentage d’exempts ne présente pas de contrastes vraiment marqués. À Morlaix, tous les hommes non exemptés n’étaient pas inclus dans la milice bourgeoise : on tirait au sort ceux qui contribueraient. Le tirage effectué en 1784 désigne 225 hommes pour renforcer les douze compagnies. Pour l’essentiel, il s’agit de gens du peuple : 52 commis, garçons et apprentis, 35 employés à la manufacture des tabacs, 22 valets et domestiques, 7 journaliers, des jardiniers, divers compagnons. Dénotent un peu quelques étudiants, un fils de notaire et celui d’un maître bijoutier12. Seuls les plus modestes effectuent un service réel. À Hédé, le niveau social de 40 des 49 miliciens (officiers non compris) peut être précisé grâce au rôle de la capitation13. La plupart sont des maîtres artisans et commerçants (boulangers, cordonnier, tailleur, maréchal). Cinq d’entre eux acquittent plus de dix livres, ce qui traduit une certaine aisance. Les autres sont plus modestes mais à l’image de cette petite ville plutôt pauvre. Le poids de la milice bourgeoise doit donc être surtout rapporté aux catégories populaires plus qu’à tous les hommes en âge de porter les armes. Considéré sous cet angle, on peut au moins affirmer qu’il n’était pas négligeable et sans doute jugé assez contraignant.

7Plutôt que de s’attarder sur le nombre théorique des milices bourgeoises, il est plus pertinent de s’interroger sur leur rôle et leurs missions, ainsi que sur l’action des autorités municipales, concernées au premier chef par cette institution.

La capitation des miliciens de Hédé en 1781 (Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, C 1142 et C 4 048).

L’effacement du rôle militaire

  • 14 Stéphane Perréon, L’armée en Bretagne au xviiie siècle. Institution militaire et société civile au (...)
  • 15 SHAT, A1 904, lettre du duc de Chaulnes du 3 avril 1689.

8Les envois de détachements sur les côtes se produisirent pour l’essentiel sous le règne de Louis XIV. Ensuite, ce genre de mobilisation fut exceptionnel, hormis en 1746. Les autorités sollicitaient davantage les villes côtières ou assez proches de l’océan mais n’oubliaient pas celles de l’intérieur. Les contingents demandés étaient en rapport avec la population de la ville, sans que l’on puisse toutefois parler de proportionnalité14. La mobilisation pouvait concerner les campagnes environnantes. À Saint-Malo, cité habituée à assurer elle-même sa défense, quatre paroisses rurales des environs, non garde-côtes, contribuaient à la défense, le total théorique des hommes mobilisables se montant à 3 00015. Ce contingent était destiné à la défense de la ville et ne constituait donc pas un détachement à proprement parler.

  • 16 AMB, EE 1, ordre pour la défense de Brest, 13 mai 1758.
  • 17 Ibidem, ordre pour la défense de la rade, du port et de la ville de Brest en cas d’attaque, 14 mar (...)
  • 18 SHAT, A4 23, n° 55, « Etat des habitants en état de porter les armes […] ».
  • 19 F. le Lay, Histoire de la ville et communauté de Pontivy au xviiie siècle. Essai sur l’organisatio (...)
  • 20 ADIV, C 1143, mémoire, 1758.
  • 21 A. de Goué, op. cit., p. 77.

9Quelques villes ne fournissaient jamais de détachements proprement dit pour la défense des côtes. Il s’agissait des ports stratégiquement essentiels, à savoir Brest, Saint-Malo et Port-Louis, qui rassemblaient, le cas échéant, un contingent pour se défendre eux-mêmes. Les règlements circonstanciés établis pour Brest incluaient la milice bourgeoise dans la défense de la ville au même titre que les troupes réglées, leur assignant des postes et un rôle bien précis. En 1758, il est précisé : « En cas d’allarme, la garnison bordera le rempart du château, la bourgeoisie le rempart de la ville près du glacis appuiera sa droite du côté de la tour de la Magdelene et sa gauche s’étendra tant qu’elle pourra16. » Vingt ans plus tard, toute alerte doit entraîner la mobilisation de 400 bourgeois en armes place Saint-Louis, « la compagnie de grenadiers de ces bourgeois [étant] meslée avec les patrouilles que le premier bataillon de Condé placé sur le champ de bataille sera chargé de faire17 ». La dernière mobilisation notable de détachements eut lieu en 1746 lors du débarquement anglais devant Lorient. Les milices de Vannes, Rennes, Nantes et Morlaix, notamment, furent mobilisées et marchèrent vers la côte. Une certaine effervescence se produisit encore durant la guerre de Sept Ans. En 1757, alors que la menace anglaise se précise sur les côtes de la Manche, on rassemble à Dinan tous les hommes en âge de porter les armes18. D’autres milices, comme celle de Pontivy, sont invitées à se tenir prêtes19. Le maire de Rennes ne craint alors pas d’affirmer que « les milices bourgeoises n’ont été formées que pour secourir les côtes en cas d’incursion20 ». De rares mobilisations, beaucoup plus réduites ou ponctuelles, purent avoir lieu par la suite. À Saint-Brieuc, le 24 juin 1780, le navire corsaire malouin L’Enjôleur s’étant échoué, la milice bourgeoise intervint pour le préserver21.

  • 22 SHAT, A1 3188, lettre du chevalier de Grossoles, 29 octobre 1746.
  • 23 ADIV, C 254, dossier, en particulier lettre de l’intendant à Hévin, 6 mars 1763.

10Chacune de ces mobilisations mettait en exergue un manque criant d’armement et entraînait alors l’achat de fusils : parmi les 300 hommes de la milice bourgeoise de Rennes envoyés à Belle-Île en 1746, seuls 30 étaient correctement armés22 ! Cependant, leur entretien présentait la plupart du temps des problèmes réels aux communautés à tel point qu’il était rarement effectif et qu’au bout de quelques années les armes n’étaient plus guère opérationnelles. L’achat d’armes n’était donc pas tant un investissement qu’une dépense à fonds perdus, ce qui explique aisément les réticences des communautés. En outre, des malversations se produisaient parfois. En 1763-1764 éclata ainsi à Rennes l’affaire dite « des fusils ». Le subdélégué de Rennes – et major de la milice – Audouard procéda à une inspection des fusils achetés six ans plus tôt au moment de la bataille de Saint-Cast, examen qui révéla un manque flagrant d’entretien. La responsabilité en incombait au maire, Hévin, qui se faisait accorder une somme supérieure à celle qu’il payait réellement au héraut chargé de l’entretien et en tirait environ 100 livres par an23.

  • 24 ADIV, C 1143.

11Le manque d’armes et de munitions, comme l’absence des officiers limitait donc considérablement l’exercice. Les plus grandes villes de la province elles-mêmes étaient désormais touchées par ce phénomène. Le maire de Rennes, constate en 1758 que « l’ignorance des habitants qui composent la milice bourgeoise de Rennes [est] portée jusqu’au point de ne pas sçavoir charger leurs fusils », le titre de son mémoire (« Considérations qui ont fait songer au projet d’assembler les milices bourgeoises de tems à autre ») témoignant de l’absence totale d’exercice24.

  • 25 A. Corre, « Les milices bourgeoises de Brest », BSAF, 1894, t. 21, p. 350.

12Quant au papegault, s’il avait pu servir d’exercice de tir par le passé, ce n’était plus guère son rôle au xviiie siècle. Cette institution regroupait principalement la bonne société, chaque nouveau membre devant être coopté et acquitter une cotisation. Chaque année, une grande cérémonie désignait le chevalier du papegault, tireur le plus adroit qui ne pouvait être qu’un notable. Pourtant, certaines communautés accordaient encore une vertu pédagogique au papegault, l’assemblée du Bureau de ville de Brest réclamant le 30 avril 1757 la suppression de l’arbre de mai et le « rétablissement dudit papegault ou joyau, qui instruiroit infiniment les habitans au maniement des armes et les engageroit à en avoir chez eux25 ».

  • 26 ADIV, C 1143, mémoire, mai 1758.
  • 27 ADIV, C 3316, requête de la communauté de Saint-Malo aux États, de novembre 1772, qui évoque l’arr (...)

13Dans le même ordre d’idée, le subdélégué de Landerneau rédige en 1758 un mémoire pour rénover la milice bourgeoise de la ville dans lequel il propose de « faire tirer tous les miliciens au papegault » et d’entraîner les hommes une fois par mois sans compter « six revues d’exercice par an faites par le maire ou le subdélégué avec examen des armes26 ». Ces sursauts se produisent pendant la guerre de Sept Ans où une menace potentielle pèse sur les côtes. Malgré tous les souhaits exprimés, le papegault pouvait au mieux exercer au tir les officiers, ceux qui y participaient tout au moins. Parfaitement conscientes de l’inutilité militaire de l’institution, les autorités royales finirent d’ailleurs par la supprimer là où elle n’était pas totalement tombée en désuétude. En 1770, l’abolition est totale pour la Bretagne – sauf à Saint-Malo –, le papegault étant accusé d’entraîner des dépenses inutiles et d’être source de querelles27.

  • 28 ADIV, C 1090, listes et correspondance, avril 1762.
  • 29 ADIV, C 1142, Védier au duc de Penthièvre, 5 octobre 1758.
  • 30 AMN, EE 134, lettre du major du château, 28 juillet 1747.
  • 31 Henri Fréville, L’intendance de Bretagne, Rennes, Plihon, 1953, t. 2, p. 48.

14Ponctuellement, certaines milices bourgeoises furent chargées de la garde voire de l’escorte de prisonniers de guerre. Dans des petites localités, assurer la garde des Anglais supposait une mobilisation de toute la milice avec sentinelles et patrouilles régulières, comme sur le passage de plusieurs centaines de prisonniers se rendant en Normandie en 1762 et faisant étape à Fougères et Antrain28. En 1758, à Josselin, on fut même obligé de créer, pour la circonstance, plusieurs postes d’officiers supplémentaires29. La surveillance se révélait plus aisée dans une ville disposant d’une forteresse à condition, toutefois, qu’elle suffise pour tous les prisonniers. Le château de Nantes ne put ainsi accueillir qu’une partie des prisonniers anglais de la frégate Maidstone, échouée à Noirmoutier, les 250 autres étant logés en ville, sous la vigilance de la garde bourgeoise30. Des détachements de milice purent même, dans des circonstances certes exceptionnelles, escorter une colonne de prisonniers. Lors du débarquement anglais à Cancale en juin 1758, des prisonniers anglais étaient enfermés au château de Dinan, à portée d’une expédition audacieuse destinée à les libérer. On préféra les évacuer vers Josselin, un détachement de la milice bourgeoise de Rennes les escortant en chemin31.

  • 32 SHAT, 1M 1770, mémoire du 25 juillet 1763.

15En outre, l’espoir de pouvoir à l’occasion constituer des détachements efficaces n’est jamais totalement abandonné. Le sieur Rue, aide-major de la milice de Landerneau, part ainsi d’un constat aussi réaliste que pessimiste débouchant sur un projet visant à revivifier les troupes bourgeoises32. Laissons-lui la parole.

« On regarde les milices bourgeoises et même les milices garde-côtes comme inutiles. […] Personne n’ignore qu’une compagnie bien commandée ne batte en toute occasion 4 à 500 hommes de milice bourgeoise ou gardes-côtes : la raison en est toute simple, ces dernières troupes sont abandonnées à elles-mêmes, sont rarement rassemblées, surtout les milices bourgeoises dont les 19 vingtièmes ne connaissent pas la droite de la gauche ; celles cy sont à peine assemblées tous les dix ans. Cependant, il est des cas, il est des circonstances qui peuvent exiger le maintien de cette milice. »

16Rue propose de ne conserver des milices bourgeoises que dans les villes proches des côtes et de les rendre plus opérationnelles grâce à un exercice hebdomadaire le dimanche ainsi que les jours fériés « pour que l’ouvrier ne perde rien de son travail ».

  • 33 ADIV, C 1143, 27 septembre 1754.

17Le contrôle exercé par le gouverneur de Bretagne et l’intendant lors des élections d’officiers montre, au-delà d’une tutelle sur les communautés, un intérêt jamais démenti pour une institution d’essence militaire. En théorie s’appliquait le principe simple et incontestable de la promotion à l’ancienneté mais, l’assemblée municipale procédant à l’élection, ce dernier souffrait de nombreuses exceptions. Que dire de la promotion au grade de lieutenant de la milice de Lamballe de François Micault, âgé de 11 à 12 ans, alors que le sieur Boullaire Duplessis convoitait le poste ! Cet événement exceptionnel provoqua des remarques ironiques de la part du subdélégué général Védier qui tança vertement la communauté : « Quant à ce que la communauté ajoute que “la valeur n’attend pas le nombre des années”, ces vers de Corneille n’ont jamais eu d’aplication aux prétentions de la milice bourgeoise de Lamballe, […] seroit-il sensé qu’un morveux eut les mêmes talens et le même discernement qu’un homme de trente ans33… »

  • 34 ADIV, C 1142, lettres de Védier, 24 mai et 26 juillet 1761.
  • 35 Ibidem, 24 mai 1756.
  • 36 SHAT, Ya 511, supplique de Louis Rouillé dit Desnoyers, 1762.

18Pour l’intendant et le gouverneur, il importait surtout que le candidat soit apte à exercer son autorité, commandant, le cas échéant, un détachement. Ceci explique l’exclusion d’enfants ou de trop jeunes gens. A contrario, l’expérience militaire acquise au sein de l’armée constituait un atout de taille que les postulants n’hésitaient pas à mettre en avant. À Ancenis, deux capitaines nommés en 1761 avaient servi dans les troupes réglées, Luneau de La Grasserie dans le régiment de Ponthieu et Joubert dans Asfeld dragons34. Au Croisic, le subdélégué Benoist recommande vivement la nomination de Jean-Joseph Charault « cy devant lieutenant au régiment de Picardie » et auparavant dans Lorraine infanterie35. La milice bourgeoise prolongeait donc le service d’anciens officiers des troupes réglées qui y apportaient leur compétence et leur sens de l’autorité. On utilise volontiers l’expérience d’anciens militaires, quitte à regretter par la suite leurs mœurs ou leur intransigeance. À Dinan, Louis Rouillé, dit Desnoyers, obtint en 1758 l’office de garçon major de la milice, après avoir servi pendant onze ans et demi comme dragon dans le régiment de la Reine. Il est toutefois cassé en 1762. Selon la municipalité, c’est en raison de son insolence et de sa grossièreté envers les officiers ; Desnoyers avance une autre explication : il a dénoncé certains officiers qui n’assuraient pas la garde des prisonniers anglais et serait donc victime de la vengeance de ces bourgeois influents36.

La garde bourgeoise : assurer la sécurité publique au quotidien

  • 37 ADIV, C 1143, délibération de la communauté de Morlaix, 21 janvier 1778.
  • 38 ADIV, C 1142, règlement du 22 décembre 1785.

19Les villes d’Ancien Régime se caractérisaient par la faiblesse des effectifs chargés du maintien de l’ordre : pour les principales cités de Bretagne les archers de ville comme les cavaliers de maréchaussée se comptaient sur les doigts des mains. Les bourgeois assuraient donc théoriquement la sécurité de la ville en occupant un ou plusieurs corps de garde et surtout en effectuant la patrouille de nuit. Toutefois, la patrouille n’était régulière qu’à Nantes, Rennes, Brest et Saint-Malo. Elle est néanmoins attestée périodiquement dans d’autres localités comme Quimper et Morlaix37. Au Croisic, s’il n’existait pas de garde bourgeoise proprement dite, un officier, un sergent et six fusiliers devaient se tenir prêts à prendre les armes en cas de besoin38.

20À Nantes, une vingtaine de soldats environ encadrés par deux sergents et un capitaine montaient la garde chaque soir. La patrouille proprement dite comprenait cinq à six hommes armés qui faisaient une ronde d’environ deux heures puis étaient relayés. Le fonctionnement était peu ou prou le même dans les autres villes de la province mais, bien souvent, cette belle organisation relevait plus de la théorie que de la pratique.

  • 39 AMB, EE 1, ordre de 1758 et un autre du 14 mars 1778.

21Il existait toutefois le cas particulier des places de guerre dont Brest était l’archétype. La garde n’y avait pas seulement un aspect de maintien de l’ordre mais aussi un caractère défensif, pendant les conflits principalement. Deux ordres de 1758 et 1778 prévoient ainsi des patrouilles renforcées qui « empescheront les attroupemens, assemblées confuses et feront rentrer les femmes et les enfans dans leurs maisons39 ».

  • 40 Stéphane Perréon, op. cit., p. 146.
  • 41 ADIV, C 1142, lettre du 24 octobre 1763.

22Règlements et ordonnances organisaient le service de la garde bourgeoise mais de nombreux témoignages montrent le caractère limité de leur application. Le poids des exemptions et de l’absentéisme se faisait fortement sentir, et ce dès la fin du xviie siècle. Affirmer que la garde bourgeoise et la patrouille se dégradèrent inexorablement au cours du xviiie siècle relève bien d’une vue de l’esprit. La situation était déjà peu brillante et même fort altérée à la fin du xviie siècle40. Soulignons l’ambiguïté des autorités qui, tout en veillant sur la milice bourgeoise, défendent aussi le commerce et les activités économiques en général. Cette difficulté à ménager la chèvre et le chou se traduit par une augmentation sensible des exemptions. En 1763, l’intendant précise bien au sieur Floch de Kerambosquer, lieutenant-colonel de la milice bourgeoise à Recouvrance : « À l’égard des maîtres charpentiers et des principaux ouvriers employés au port de Brest, ils doivent jouir de l’exemption du service du guet et garde, parce que celuy auquel ils sont attachés est infiniment plus essentiel41. »

  • 42 ADIV, C 1143, lettres des 21 février et 18 mars 1759.
  • 43 ADIV, C 1142, lettre du 5 octobre 1763.

23Dans les principaux ports de Bretagne, les facilités accordées à la marine, de guerre comme commerciale, et plus généralement au commerce, ne pouvaient que limiter le service effectif de la garde bourgeoise. Quand, en 1759, le duc de Penthièvre appuie la requête des capitaines de marine marchande de Nantes, remarquant qu’ » étant assujettis au service de mer », ils paraissent fondés à bénéficier de l’exemption de guet et de patrouille, la maire-subdélégué Gellée de Prémion note que les ordonnances ne prévoient pas d’exemption mais que « vu les circonstances présentes où il convient d’animer la navigation, ce sera un bien d’accorder aux capitaines la distinction ou la dispense qu’ils sollicitent42 ». Les nombreuses exemptions accordées généreusement expliquent que le poids du service retombait sur une minorité qui ne pouvait guère être motivée puisqu’elle était là faute de pouvoir s’en soustraire légalement. Selon Le Guen l’aîné, major de la milice bourgeoise de Brest en 1763, « on écrase une poignée d’habitans déjà cassés par l’âge et le travail continuel de leurs états pour en dispenser ceux les plus capables de le remplir [le service]43 ».

  • 44 ADIV, C 1140, lettre de l’intendant au maître des requêtes Fournier de La Chapelle, 13 octobre 177 (...)
  • 45 ADIV, C 1142, lettre du maire, 23 juillet 1759.
  • 46 Ibidem, extrait du règlement de la milice bourgeoise du Croisic, joint à une lettre du maire du 10 (...)

24Pour certains pauvres, toutefois, monter la garde à la place d’un bourgeois procurait de menus revenus pour une tâche finalement peu exigeante, d’autant plus qu’elle était souvent mal remplie. Un remplaçant touchait 12 sols par jour à Saint-Malo dans les années 177044. Les remplaçants de Quimper en 1759 s’en tiraient à moins bon compte, ne percevant que 6 sols pour monter la garde de nuit à la place des personnes aisées45. À la fin de l’Ancien Régime, la faculté de se faire remplacer en payant quelqu’un était tellement rentrée dans les mœurs qu’elle figurait dans les règlements de certaines milices bourgeoises, comme au Croisic où il était stipulé que « ceux qui ne voudront pas faire le service en personne pourront se faire remplacer et fournir un homme du quartier en leur lieu et place46 ».

  • 47 ADIV, 2 B 1944, 21 octobre 1788.

25Un procès-verbal dressé à Rennes en 1788 donne une idée des patrouilles ainsi constituées. Alors qu’une escouade de fusiliers est requise pour séparer deux hommes qui se battent violemment, se trouvent dix hommes au corps de garde. Parmi eux trois soldats invalides, plusieurs compagnons mais aussi un maître cordonnier et un maître boucher mais ce qui frappe c’est leur âge fort avancé : sept d’entre eux avouent plus de 62 ans47 ! On entrevoit ici le rôle social de la patrouille qui permet à des vieillards de se procurer de menus revenus, quitte à donner au corps de garde une allure d’asile. Les plus jeunes, parmi lesquels un maçon de 32 ans et un recors de 45 ans, ne sont probablement pas des remplaçants mais de simples assujettis au service. On peut certes sourire quant aux capacités de maintien de la sécurité publique de la part d’une telle troupe mais on aurait tort : les anciens soldats, même chenus et perclus de rhumatismes, savaient encore manier les armes et gardaient probablement des capacités de réaction non négligeables, à condition, bien entendu, de ne pas devoir courir après des malfaiteurs.

  • 48 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), C 405, lettre du 6 janvier 1778.

26Les autorités tentaient néanmoins de limiter les exemptions. Quand, en 1778, Langlois, loueur des carrosses et autres voitures publiques de Nantes, se plaint d’être astreint aux patrouilles de nuit, le maire lui répond qu’il peut se faire substituer : « Il n’a pas le moindre droit à cette prétention et il est un des plus riches de ceux qui doivent le service de la patrouille48. » Le premier magistrat nantais soupçonne en fait Langlois de rechercher seulement l’exemption, ce qu’il refuse catégoriquement. La richesse et l’aisance permettaient donc d’échapper au service effectif mais ne garantissaient pas obligatoirement une exemption en bonne et due forme.

  • 49 SHAT, Ya 511, observations concernant le règlement, jointes à une lettre du maire, 9 décembre 1767
  • 50 A. Anne-Duportal, « La milice bourgeoise à Hédé », BSAIV, t. 34, 1904, p. 343-346.
  • 51 ADIV, C 1143, sans date.
  • 52 ADIV, C 1715.

27On constate toutefois une reprise en main des milices bourgeoises de Bretagne dans les années 1750-1760. L’influence du duc d’Aiguillon est presque certaine, inspirant ou soutenant les projets de rénovation de Landerneau en 1758, Rennes la même année et élaborant plusieurs règlements dans les années 1760, en particulier celui de Quimper en 1767. Des mémoires et règlements sont également rédigés dans les années 1770-1780, comme si le mouvement impulsé se poursuivait, profitant d’une certaine cinétique. Si, pour certaines villes, ce sont les autorités de la province qui ont agi de leur propre chef, pour d’autres, les responsables municipaux prennent l’initiative. À Quimper, c’est le maire qui sollicite un règlement auprès du duc d’Aiguillon. Ces règlements, assez stricts, prévoyaient un contrôle étroit et des sanctions, comme à Quimper « pour les sergents qui commandent le retirement avant mynuit ou du moins renvoyent une partie de la garde49 ». Dans la petite ville de Hédé, un règlement limitant les remplacements est adopté en 178150. Certes, rien ne prouve que cette action réglementaire fut réellement appliquée. Constatons néanmoins que la milice de Lannion connut une véritable renaissance dans la dernière décennie de l’Ancien Régime. Un mémoire de la communauté à l’intendant Caze de La Bove (1775-1784) décrit la milice comme « détruite » et presque dépourvue d’officiers. Comme elle sollicite le rétablissement de l’institution, l’intendant s’étonne et s’interroge sur les motivations de la municipalité51. Or, cette milice rénovée est une des seules qui intervient efficacement lors des troubles frumentaires de 178852.

  • 53 ADIV, C 1142, 5 octobre 1763.

28Le problème résidait dans l’application des sanctions envers les réfractaires. Le major brestois Le Guen l’aîné se plaint du manque de coopération des autorités militaires de la ville : « Nous avons fait conduire au château quelques habitans faute de se trouver au service et pour nous avoir essentiellement manqué ; pouvons-nous le dire, incontinents qu’ils ont paru ils ont été renvoiés, et nous avons vu ces gens se badiner de nos ordres et exciter les autres à la désobéissance53. » Si quelques particuliers sont punis dans la même ville trois ans plus tard, c’est surtout parce que le duc d’Aiguillon intervient personnellement.

  • 54 AMN, EE 35, ordonnance du roi portant établissement d’un guet, 1er octobre 1786.

29Faute de mieux, la garde bourgeoise restait par conséquent l’instrument principal du maintien de l’ordre quotidien dans les villes bretonnes. On ne peut que remarquer la rareté des projets de substitution, en particulier pour établir un guet. Ceux élaborés à Rennes comme à Nantes n’eurent pas de suite. À Rennes, le projet s’élabore en 1690 faute de l’existence d’une patrouille nocturne, supprimée en 1675. Il ne débouche sur aucune réalisation. Il n’existe pas d’autre projet de ce genre avant celui de Nantes en 1786. Le modèle en était le guet de Paris, jusque dans l’uniforme, identique54. Ce projet n’eut pas de suite, en bute à l’hostilité de la plupart des officiers municipaux. Il est vrai que l’établissement d’une compagnie du guet professionnelle nécessitait des fonds et ne pouvait guère concerner que les deux principales villes de la province.

  • 55 S. Jallet, Criminalité et délinquance à Saint-Malo 1770-1789, maîtrise, Rennes 2, sous la directio (...)
  • 56 ADIV, C 883, Viarmes à d’Angervilliers, 13 avril 1738.
  • 57 ADIV, C 243, mémoire adressé au duc de Penthièvre par des membres de la garde bourgeoise, sans dat (...)

30Certes, la patrouille n’était pas forcément suffisante pour faire cesser les désordres et assurer une réelle sécurité publique en ville. À Saint-Malo, en 1775, des jeunes gens font du tapage nocturne et commettent des déprédations, cassant vitres et enseignes, se jouant aisément de la patrouille55. Les miliciens ne brillent également pas toujours par leur courage : en 1738, des officiers qui font du désordre à Nantes affrontent un détachement de la milice bourgeoise qui tire quelques coups de fusil en l’air avant de s’enfuir piteusement56. Une des limites de la patrouille consistait dans l’étendue géographique couverte, souvent plus réduite que la ville elle-même. La patrouille rennaise ne circulant pas dans les faubourgs, des habitants dressent un tableau bien sombre et peut-être excessif de ces quartiers : « On est peu inquiet du désordre qui se commet dans les faubourgs, qui sont ordinairement le théâtre des vols, des batteries et même des assassinats. C’est le refuge des gens sans aveu et des brigands. Sachant qu’ils n’ont rien à craindre des patrouilles, ils sont si audacieux que, pendant que nous sommes occupés de nos patrouilles, ils enfoncent les portes et pillent nos maisons57. » La capacité de réaction de la garde bourgeoise était donc variable et jouait certainement un rôle assez modeste dans la lutte contre la criminalité urbaine ordinaire, sans pour autant laisser le champ libre aux coupe-jarrets. Ne sous-estimons pas, non plus, l’aspect psychologique de la patrouille qui, quelle que fût son efficacité réelle, veillait sur le sommeil des bourgeois.

Du maintien de l’ordre à la collecte d’informations : d’autres missions de police

  • 58 ADIV, C 1670, le subdélégué Guillo du Bodan à l’intendant, 19 septembre 1765.
  • 59 AMN, FF 257, procès-verbal du 12 août 1735.

31Le maintien de l’ordre ne se limitait pas à la lutte contre la criminalité et la délinquance ordinaire. Il était parfois nécessaire de disperser et réprimer les attroupements, les émotions populaires. C’était bien une des missions de la milice bourgeoise mais les interventions de ce genre étaient rares. À Nantes, la milice bourgeoise n’agit pratiquement pas lors des agitations d’origine fiscale de la fin du règne de Louis XIV. Seule l’intervention de troupes réglées rétablit le calme. Il en va de même à Vannes en 1765 lors d’une émeute frumentaire58 ou pendant les troubles de 1788. La réticence de la milice bourgeoise se comprend aisément tant elle s’imbriquait dans le tissu social urbain. On envisage assez mal, en effet, des bourgeois prendre les armes contre leurs voisins dont ils partageaient d’ailleurs probablement les sentiments. En outre, ces révoltes prenant pour cible l’État et ses représentants, le bourgeois, même officier, ne se sentait généralement pas menacé d’où une passivité qui pouvait même frôler la complicité tacite. En revanche, la menace de l’ordre social par des franges du prolétariat ou sous-prolétariat urbain mobilisait davantage. Les troubles survenus à Nantes en 1735 en fournissent l’illustration. À l’origine, un gabarier qui avait eu l’audace d’entrer dans l’hôtel de la bourse, en fut expulsé. Ses camarades arrivèrent à la rescousse, provoquant une véritable émeute réprimée par la milice bourgeoise59. Non seulement les gabariers s’en prirent au temple du commerce nantais mais ils faisaient en outre partie du monde turbulent et inquiétant du port. Le simple fait que le maire se porta sur place montre que l’affaire fut prise au sérieux.

  • 60 ADLA, C 405, arrêt du 16 février 1721.
  • 61 AN, G7 200, lettre de Feydeau de Brou du 25 décembre 1720.
  • 62 ADIV, C 1143, lettre de Breteuil du 18 mai 1786.

32La milice bourgeoise tenait aussi une place de premier plan dans la lutte contre les incendies. Il ne s’agissait pas tant de lutter contre le feu que d’éloigner les badauds, empêcher les désordres et garder ensuite les lieux incendiés afin de prévenir les vols60. Au son du tocsin, dix hommes par compagnie devaient prendre les armes sous le commandement d’un officier. Toutefois, l’incendie de Rennes en 1720 illustre les limites de l’intervention de la milice bourgeoise : constatant que le feu menaçait leurs propres foyers, beaucoup d’officiers et de simples miliciens quittèrent le poste qu’on leur avait assigné pour tenter de protéger leurs biens61. Il n’en reste pas moins vrai que, dans la plupart des sinistres, la milice bourgeoise tint son rôle. Ainsi, les miliciens de Rennes sauvèrent quatre ouvriers des flammes en 178662.

33Enfin, la milice bourgeoise s’acquittait périodiquement d’un certain nombre de missions de « police » : inspection des greniers à blé, visite des logements des habitants astreints à l’hébergement des gens de guerre. Les miliciens ou, pour le moins, leurs officiers, constituaient un utile réseau de renseignement susceptible d’informer la municipalité sur l’état de l’opinion ou certaines menaces.

Une expression forte du patriotisme urbain

  • 63 Ibidem, état de la milice de Saint-Brieuc, août 1776.
  • 64 ADIV, C 1142, supplique de Christophe de la Roche Nouvelle, capitaine, 1758.

34Le rassemblement de tout ou partie de la milice bourgeoise d’une ville n’avait pas seulement lieu à l’occasion d’épisodes guerriers. Dans la plupart des villes, « les assemblées du corps militaire ont lieu lors des fêtes ou des passages de personnages illustres63 ». Lorsque passe le gouverneur de Bretagne, le lieutenant général, le commandant en chef, un prince du sang voire un ministre, la milice bourgeoise sous les armes est partout rassemblée, comme à Ancenis en 1758, à la suite de la visite du duc d’Aiguillon64. Il en va de même lorsque le gouverneur particulier prend ses fonctions.

  • 65 Anne Henwood, « Un prince en Bretagne : sur les pas du comte d’Artois, de Saint-Malo à Nantes (mai (...)

35À ces occasions, la milice n’était pas seulement tenue de stationner sur une place ou de s’aligner sur le passage du prestigieux arrivant, elle allait à sa rencontre, au moins aux portes de la ville, parfois plus avant. Le cérémonial, proche de celui des entrées de villes royales, était réglé par une stricte étiquette et mettait en scène la puissance de la ville hôte. La visite du comte d’Artois en Bretagne, au printemps 1777, montre cependant que des troupes occasionnelles à fonction d’apparat pouvaient supplanter la milice bourgeoise. En effet, à Saint-Malo, le prince est accueilli par une soixantaine de jeunes gens à cheval somptueusement vêtus alors qu’à Nantes les négociants constituent, spécialement pour cette occasion, une compagnie de quatre-vingt-cinq dragons à l’uniforme luxueux65.

  • 66 ADIV, C 1143, projet du maire de Rennes.
  • 67 M. Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au xviiie siècle, Paris, Fayard, (...)
  • 68 Ibidem, p. 282.
  • 69 ADIV, C 62, lettre au duc de Penthièvre du 14 décembre 1757.

36Par nature imprévisibles et irréguliers, les rassemblements lors des Te Deum célébrant les victoires royales constituaient d’autres temps forts pour les milices bourgeoises. C’était vrai pour la plupart des villes bretonnes mais pas systématique. En 1758, le maire de Rennes propose, dans un mémoire, de rassembler la milice urbaine à cette occasion, avouant implicitement que cela ne se fait pas, au sein d’une institution certes fort délitée en cette cité66. Ordonnées par le roi à l’occasion de la prise d’une ville ou d’un combat victorieux, les Te Deum avaient lieu dans toutes les villes du royaume. La célébration comprenait deux moments : d’abord la cérémonie religieuse ponctuée par le chant du Te Deum puis les réjouissances publiques. À Nantes, alors que l’on chantait le Te Deum dans la cathédrale en présence des principales personnalités de la ville, la milice bourgeoise en armes stationnait sur la place Saint-Pierre avec à ses côtés les troupes réglées, quand il y en avait. Or, la fréquence des Te Deum à certaines périodes donnait à voir fréquemment la milice bourgeoise assemblée. La fréquence atteint son paroxysme pendant la guerre de Succession d’Autriche avec trente-trois célébrations de 1744 à 1749, dont treize pour la seule année 174567. Pour les officiers, chaque rassemblement était l’occasion de montrer son rang et de parader. L’intérêt et la fierté pour le simple milicien paraissent moins évidents, quand bien même sa patience et son assiduité trouvaient leur récompense dans la suite des festivités. Il est probable que l’aspect simplement festif, populaire et, par là même, quelque peu débridé, rencontrait plus d’écho chez lui que le versant ritualisé de la célébration. À cet égard, Michèle Fogel remarque : « On voit se dessiner une distorsion entre la célébration maîtrisée, hiérarchisée, belle image d’uniformisation propre à alimenter les rêves du roi, de ses ministres et de leurs commis, et la reprise de l’occasion par les populations elles-mêmes qui se réjouissent certes, mais pour leur propre compte68… » La répétition des célébrations engendra parfois une lassitude compréhensible qui se traduisit certainement par des défections de miliciens, même si les témoignages font défaut pour les Te Deum proprement dits. En 1757, la désobéissance à Redon atteignit un autre degré, les habitants refusant de prendre les armes à l’occasion de la naissance du comte d’Artois alors qu’ils en avaient reçu l’ordre la veille69.

  • 70 AMN, EE 57, « Procès-verbal des officiers de milice bourgeoise contre le refus des officiers du ré (...)
  • 71 Ibidem, lettre du 28 septembre 1762.

37Ces rassemblements donnaient à voir les milices bourgeoises comme des troupes militaires. Cependant, dans les villes où l’armée réglée séjournait en quartiers, le coude à coude entre les deux troupes lors des célébrations ne manquait pas de poser des problèmes de préséance. Les soldats bénéficiaient de leur statut de professionnels mais les bourgeois pouvaient leur opposer la tradition et la résidence permanente dans la ville. Le pouvoir royal ne confirma jamais la prétention des milices bourgeoises à une certaine priorité sur les troupes réglées. Certains régiments ne se privèrent donc pas de contester l’usage établi. En 1762, des incidents éclatèrent à Nantes lorsque le régiment de Bourgogne ne permit pas à la milice bourgeoise de s’assembler sur la place Saint-Pierre70. La milice dut faire piteusement demi-tour. Afin de prévenir de tels problèmes, le duc d’Aiguillon décréta alors qu’elle prendrait désormais la gauche des troupes réglées en signe de subordination71. Le professionnalisme l’emportait sur les privilèges urbains.

  • 72 B. Moreau, Les officiers de la milice bourgeoise à Nantes 1715-1750, maîtrise, Nantes, sous la dir (...)
  • 73 Guy Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine 1598-1720, Rennes, PUR, 1996, (...)

38Les milices bourgeoises, de par leur nature intrinsèque, faisaient partie intégrante des municipalités. La milice bourgeoise était liée aux privilèges essentiels d’une ville, au même titre que certaines exemptions fiscales. Elle restait, dans beaucoup de villes, la meilleure expression du patriotisme de cité. D’abord, dans tous les cas, le maire occupait d’office le poste de colonel. À ce double titre, il jouait un rôle de premier plan lors des Te Deum. En outre, nombre d’officiers étaient des échevins ou d’anciens échevins et tous appartenaient au corps des notables. À Nantes, toutefois, la haute bourgeoisie des affaires commença à dédaigner les places d’officiers au tournant des années 174072. Les élections des officiers avaient lieu à l’hôtel de ville et le bureau de ville y jouait un rôle essentiel, sous couvert d’une approbation postérieure par le gouverneur de la province. Guy Saupin a montré l’imbrication de la milice dans la vie politique nantaise et le parallélisme entre les élections municipales et celles des officiers, qui concernaient la même élite urbaine. Il affirme même que « la structure a joué un rôle politique fondamental, aussi bien dans l’intensification des relations sociales de quartier et l’entretien de la cohésion globale de la communauté que dans le processus de distinction de l’élite dirigeante73 ».

  • 74 AMB, EE 1, lettre de Saint-Florentin du 22 novembre 1752.
  • 75 AMN, EE 58.
  • 76 ADIV, C 155.
  • 77 AMN, EE 57, procès-verbal des officiers de milice bourgeoise.

39Les officiers constituaient le lien le plus fort avec l’institution municipale. L’attrait pour ces postes trouvait son origine non dans l’amour du service mais plutôt dans certains privilèges attachés à la fonction, le plus notable étant sans conteste l’exemption du logement des gens de guerre. Une autre motivation prenait sa source dans la fierté de paraître aux grandes cérémonies en uniforme. La plupart des officiers étaient très sensibles à cette forme d’honneur qui les rapprochait, par l’apparence vestimentaire du moins, de leurs homologues des troupes réglées. Le fait que certains officiers de milices bourgeoises, à Brest notamment, revêtirent des uniformes entièrement semblables à ceux des officiers de la milice provinciale est révélateur de leur admiration pour ceux commandant des troupes à vocation véritablement guerrière74. Dans les années 1780, l’épaulette étant devenue récemment le signe distinctif des officiers de troupes, ceux des milices bourgeoises voulurent s’en parer. L’ordonnance de 1786 qui l’interdit aux officiers de Nantes provoqua donc la consternation. Pour le duc de Céreste-Brancas, « ils se sont crus avilis s’ils portaient un uniforme sans ces marques distinctives75 ». Leurs homologues rennais eurent, quant à eux, satisfaction en 178876. La prétention des officiers de milice bourgeoise de ressembler à ceux de l’armée réglée leur valait parfois de pénibles déconvenues. En 1762, les officiers du régiment de Bourgogne lorgnèrent « indécemment et avec dérision » les officiers de milice nantais et leurs hommes, s’en moquant ouvertement devant la population rassemblée pour un Te Deum77.

  • 78 Albert Babeau, La ville sous l’Ancien Régime, Paris, 1884, t. 2, p. 54.
  • 79 Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, Paris, Klincksi (...)

40À la fin de l’Ancien Régime, les milices bourgeoises demeuraient donc, en Bretagne, plus ou moins actives suivant les villes. L’absence même de garde bourgeoise ne signifiait pas forcément la disparition de la milice bourgeoise qui, même si elle n’était plus guère rassemblée, subsistait à travers son institution et ses cadres. Si certains auteurs, de Gébelin à Marion, qualifièrent hâtivement de moribondes les milices bourgeoises, c’est parce qu’ils s’en tinrent à l’aspect militaire ou de maintien de l’ordre. Il faudrait, dans bien des cas, parler de catalepsie plutôt que de mort ou d’agonie. Les élites dirigeantes restaient le plus souvent attachées à l’institution et n’avaient pas oublié ses origines militaires. Les tentatives de rénovation provinrent d’ailleurs plus souvent des municipalités que des autorités provinciales, exception faite du duc d’Aiguillon. En 1789, les esprits restaient ouverts à une mobilisation militaire de la bourgeoisie en cas de nécessité pressante. En ce sens, comme l’avait pressenti Albert Babeau78, les milices bourgeoises de l’Ancien Régime fournirent un cadre propice à l’épanouissement de la Garde nationale, dans les villes bretonnes comme dans le reste du royaume, même si la Garde nationale ne procéda pas toujours, loin s’en faut, d’une réactivation des milices urbaines79. Il s’agissait non seulement d’un cadre administratif mais également d’un cadre psychologique favorable à l’armement de la population dans le cadre des municipalités. En somme, il manquait aux milices bourgeoises un idéal sinon une raison d’être ; le ferment patriotique de 1789 allait en donner un.

Annexes

Annexe. Extraits de la lettre du maire de Quimper demandant au duc d’Aiguillon un règlement pour la milice bourgeoise de la ville (9 décembre 1767)

« Comme les sergens qui ont toujours commandé cette garde bourgeoise congédioient leurs amis à volonté, ce qui réduisoit la garde à un très petit nombre et que d’ailleurs les plus assidus ne tenoient leur poste que jusqu’à minuit à une heure, ce qui devenoit sujet à grands inconvénients, pour les prévenir, j’ay fait commander depuis environ un an un officier tous les soirs de garde ; le service s’est fait avec ardeur pendant les trois premiers mois […] mais ce zèle s’est ralenti tout à coup. L’on fait toujours commander un officier à l’ordinaire mais les uns ne se présentent mesme pas, les autres ne paroissent qu’à la parade, les plus vigilents se retirent de dix à onze heures et la garde entière ne tarde guère à les suivre. […] J’ay appris que vous aviez eu la bonté de donner un règlement pour le service de la milice bourgeoise dans quelques villes de la province, nous désirons qu’il soit rendu commun pour Quimper.

Il faut indispensablement un châtiment vigoureux pour les sergens qui commandent le retirement avant mynuit ou du moins renvoyent une partie de la garde. […]

Tous les officiers ont un uniforme qui est celui du régiment de Piémont que Monsieur de Molac nous donna verballement en 1745 quand il fit la première entrée en qualité de gouverneur. Comme tous les officiers portent générallement désormais l’épaulette, nous vous supplions, Monseigneur, de l’accorder aussy à nos officiers. »

(SHAT, Ya 511.)

Notes

1 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), C 1143, mémoire, 1758.

2 A. de Goué, Des charges et obligations militaires de la Bretagne du xvie siècle à 1789, Paris, A. Rousseau, 1906, p. 71.

3 Claude Nières, Les villes de Bretagne au xviiie siècle, Rennes, PUR, 2004, p. 560.

4 Service historique de l’armée de terre (SHAT), A1 1704, distribution des milices bourgeoises des villes de Bretagne.

5 Claude Nières, op. cit., p. 463.

6 Archives municipales de Brest (AMB), EE 2.

7 D. Riet, La ville et les armes : milices et troupes à Saint-Brieuc au xviiie siècle, maîtrise, Rennes 2, sous la direction de François Lebrun et Claude Nières, 1978, p. 62.

8 Archives municipales de Nantes (AMN), EE 78 (1774-1776).

9 AMN, EE 54 et EE 56.

10 ADIV, C 1142, état de revue, 10 juin 1786.

11 ADIV, C 1143, état de la milice bourgeoise de Saint-Brieuc, août 1776.

12 F. Ysnel, La défense de la baie de Morlaix aux xviie et xviiie siècles, DEA, Rennes 2, sous la direction de Claude Nières, 1991, p. 128, tirage au sort du 14 avril 1784.

13 ADIV, C 4048, rôle de 1780.

14 Stéphane Perréon, L’armée en Bretagne au xviiie siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des États, Rennes, PUR, 2005, p. 138-141.

15 SHAT, A1 904, lettre du duc de Chaulnes du 3 avril 1689.

16 AMB, EE 1, ordre pour la défense de Brest, 13 mai 1758.

17 Ibidem, ordre pour la défense de la rade, du port et de la ville de Brest en cas d’attaque, 14 mars 1778.

18 SHAT, A4 23, n° 55, « Etat des habitants en état de porter les armes […] ».

19 F. le Lay, Histoire de la ville et communauté de Pontivy au xviiie siècle. Essai sur l’organisation municipale en Bretagne, Paris, H. Champion, 1911, p. 284.

20 ADIV, C 1143, mémoire, 1758.

21 A. de Goué, op. cit., p. 77.

22 SHAT, A1 3188, lettre du chevalier de Grossoles, 29 octobre 1746.

23 ADIV, C 254, dossier, en particulier lettre de l’intendant à Hévin, 6 mars 1763.

24 ADIV, C 1143.

25 A. Corre, « Les milices bourgeoises de Brest », BSAF, 1894, t. 21, p. 350.

26 ADIV, C 1143, mémoire, mai 1758.

27 ADIV, C 3316, requête de la communauté de Saint-Malo aux États, de novembre 1772, qui évoque l’arrêt du conseil du 7 mai 1770.

28 ADIV, C 1090, listes et correspondance, avril 1762.

29 ADIV, C 1142, Védier au duc de Penthièvre, 5 octobre 1758.

30 AMN, EE 134, lettre du major du château, 28 juillet 1747.

31 Henri Fréville, L’intendance de Bretagne, Rennes, Plihon, 1953, t. 2, p. 48.

32 SHAT, 1M 1770, mémoire du 25 juillet 1763.

33 ADIV, C 1143, 27 septembre 1754.

34 ADIV, C 1142, lettres de Védier, 24 mai et 26 juillet 1761.

35 Ibidem, 24 mai 1756.

36 SHAT, Ya 511, supplique de Louis Rouillé dit Desnoyers, 1762.

37 ADIV, C 1143, délibération de la communauté de Morlaix, 21 janvier 1778.

38 ADIV, C 1142, règlement du 22 décembre 1785.

39 AMB, EE 1, ordre de 1758 et un autre du 14 mars 1778.

40 Stéphane Perréon, op. cit., p. 146.

41 ADIV, C 1142, lettre du 24 octobre 1763.

42 ADIV, C 1143, lettres des 21 février et 18 mars 1759.

43 ADIV, C 1142, lettre du 5 octobre 1763.

44 ADIV, C 1140, lettre de l’intendant au maître des requêtes Fournier de La Chapelle, 13 octobre 1776.

45 ADIV, C 1142, lettre du maire, 23 juillet 1759.

46 Ibidem, extrait du règlement de la milice bourgeoise du Croisic, joint à une lettre du maire du 10 juin 1786.

47 ADIV, 2 B 1944, 21 octobre 1788.

48 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), C 405, lettre du 6 janvier 1778.

49 SHAT, Ya 511, observations concernant le règlement, jointes à une lettre du maire, 9 décembre 1767.

50 A. Anne-Duportal, « La milice bourgeoise à Hédé », BSAIV, t. 34, 1904, p. 343-346.

51 ADIV, C 1143, sans date.

52 ADIV, C 1715.

53 ADIV, C 1142, 5 octobre 1763.

54 AMN, EE 35, ordonnance du roi portant établissement d’un guet, 1er octobre 1786.

55 S. Jallet, Criminalité et délinquance à Saint-Malo 1770-1789, maîtrise, Rennes 2, sous la direction de J. Quéniart, 1991, p. 33.

56 ADIV, C 883, Viarmes à d’Angervilliers, 13 avril 1738.

57 ADIV, C 243, mémoire adressé au duc de Penthièvre par des membres de la garde bourgeoise, sans date.

58 ADIV, C 1670, le subdélégué Guillo du Bodan à l’intendant, 19 septembre 1765.

59 AMN, FF 257, procès-verbal du 12 août 1735.

60 ADLA, C 405, arrêt du 16 février 1721.

61 AN, G7 200, lettre de Feydeau de Brou du 25 décembre 1720.

62 ADIV, C 1143, lettre de Breteuil du 18 mai 1786.

63 Ibidem, état de la milice de Saint-Brieuc, août 1776.

64 ADIV, C 1142, supplique de Christophe de la Roche Nouvelle, capitaine, 1758.

65 Anne Henwood, « Un prince en Bretagne : sur les pas du comte d’Artois, de Saint-Malo à Nantes (mai 1777) », MSHAB, 1983, t. 60, p. 160-178.

66 ADIV, C 1143, projet du maire de Rennes.

67 M. Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1989, p. 247.

68 Ibidem, p. 282.

69 ADIV, C 62, lettre au duc de Penthièvre du 14 décembre 1757.

70 AMN, EE 57, « Procès-verbal des officiers de milice bourgeoise contre le refus des officiers du régiment de Bourgogne de leur faire place sur la place Saint-Pierre dans une cérémonie publique », 19 septembre 1762.

71 Ibidem, lettre du 28 septembre 1762.

72 B. Moreau, Les officiers de la milice bourgeoise à Nantes 1715-1750, maîtrise, Nantes, sous la direction de G. Saupin, 1995, p. 108.

73 Guy Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine 1598-1720, Rennes, PUR, 1996, p. 127.

74 AMB, EE 1, lettre de Saint-Florentin du 22 novembre 1752.

75 AMN, EE 58.

76 ADIV, C 155.

77 AMN, EE 57, procès-verbal des officiers de milice bourgeoise.

78 Albert Babeau, La ville sous l’Ancien Régime, Paris, 1884, t. 2, p. 54.

79 Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, Paris, Klincksieck, 1972, p. 79-80.

Table des illustrations

Légende La capitation des miliciens de Hédé en 1781 (Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, C 1142 et C 4 048).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16606/img-1.png
Fichier image/png, 7,8k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search