Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Première partie. Prémisses et antécédents

Devenir officier dans la milice bourgeoise de Rennes sous l’Ancien Régime

Gauthier Aubert

Texte intégral

  • 1 Archives municipales de Rennes (AMR), 153.
  • 2 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), C 243.
  • 3 Michel Denis, Rennes, berceau de la liberté. Révolution et démocratie : une ville à l’avant-garde, (...)
  • 4 4. Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine (1789-mars 17 (...)
  • 5 André Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au xviiie siècle », André Corv (...)

1En 1714, le secrétaire du comte de Toulouse, gouverneur de Bretagne, écrit au maire de Rennes que « SAS [est] informée que la plupart des contestations qui arrivent au sujet des milices bourgeoises sont causées par des procureurs et autres gens de robe qui se font élire par cabale1 ». De tels propos tranchent avec le constat dressé par l’intendance en 1780, qui note que « les officiers de la milice bourgeoise sont tous […] des marchands de la ville de Rennes2 ». En confrontant les deux citations, le constat semble devoir s’imposer qu’une mutation s’est opérée au xviiie siècle dans la sociologie de ceux qui devenaient officiers de la milice bourgeoise. Doit-on penser que face à la « robinocratie » locale3, le monde de la marchandise s’est replié sur une institution de second ordre, la milice en l’occurrence, qui pouvait lui offrir de quoi satisfaire ses désirs de notabilité ? Une telle évolution est-elle propre au dernier siècle de l’Ancien Régime, ou bien s’inscrit-elle dans le cadre d’un processus plus long ? Telles sont les questions que je souhaiterais ici soulever, dans le prolongement des travaux de Roger Dupuy qui portaient sur les dernières décennies du xviiie siècle4. Pour ce faire, j’ai été amené, du fait des sources, à m’intéresser plus aux candidats qu’aux élus, soit à l’attractivité des postes d’officiers sur les élites urbaines locales. Cette approche, ce faisant, présente l’avantage de revenir, en privilégiant le long terme, sur l’idée développée il y a vingt ans par André Corvisier, qui, dans son étude essentielle sur le sujet5, concluait que les officiers de milice avaient non seulement « conservé une place importante dans la vie municipale », mais que, dans les villes dominées par les officiers royaux, ces places restèrent toujours très recherchées. Le constat vaut-il pour Rennes, ville où par excellence les officiers de justice étaient rois ? Telle est aussi la question à laquelle je voudrais tenter de répondre ici.

Une progressive municipalisation de la désignation des officiers

  • 6 Charles Laronze, Essai sur le régime municipal en Bretagne pendant les guerres de religion, Paris, (...)
  • 7 En 1736, le secrétaire du gouverneur s’élève contre l’idée semble-t-il avancée par un échevin selo (...)
  • 8 AMR, 151.
  • 9 Ibid., nomination de Jacques de Lorgeril en 1640.
  • 10 Ibid., nomination de Jean du Quellenec en 1637.
  • 11 AMR, 155.
  • 12 Gilles de Languedoc, Recueil historique de la ville et Communauté de Rennes (1724), éd. dactyl., R (...)
  • 13 Robert Descimon, « Les capitaines de la milice bourgeoise à Paris (1589-1651) : pour une prosopogr (...)
  • 14 Gilles de Languedoc, op. cit., p. 94-95.
  • 15 En 1746, le futur avocat Anneix, envoyé avec un détachement de la milice sur les côtes menacées pa (...)

2Au xviie siècle – et c’était certainement déjà le cas auparavant6 – l’assemblée générale des habitants ne semble nommer que les capitaines cinquanteniers, ce qui laisse penser que le recrutement des officiers inférieurs se fait à l’intérieur des cinquantaines, selon un processus dont le détail nous échappe mais dont on avait encore le souvenir au xviiie siècle7. Toutefois, même dans le cas des capitaines cinquanteniers, l’assemblée ne semble parfois qu’entériner des choix faits au sein de la cinquantaine. Ainsi, en 1638, un extrait de registre de délibération de la Communauté de ville nous apprend que le sieur du Boishamon est élu capitaine au cours d’une assemblée générale où se trouve un grand nombre d’habitants de la cinquantaine « qui ont avecq aplaudissemens requis messieurs de la communauté de bien voulloir bailler pour capitaine le dit du Bois Hamon8 ». Certaines fois, c’est le capitaine sortant qui désigne à la Communauté son successeur9 ou bien les enseignes, si le poste de capitaine est vacant suite à un décès10. L’assemblée des habitants n’est sans doute pas pour autant une simple chambre d’enregistrement. C’est ainsi à elle que, vers 1630, le caporal Jan Le Buel, s’adresse pour devenir capitaine, avec, il est vrai, le soutien des autres caporaux de sa cinquantaine11. De plus, à plusieurs reprises, en 1616, 1663 et 1669, la Communauté de ville destitue des capitaines, affirmant par là qu’elle est bien l’institution dominante12. Bien loin d’être contradictoires, ces différents types de désignation renvoient à la nécessité, pour un candidat, d’obtenir plusieurs niveaux d’investiture correspondant aux différents niveaux d’action de la milice13, de l’intervention au sein du quartier à la défense de la ville, le serment normalement devant le gouverneur14 – acte qui scelle définitivement l’accession au capitanat – renvoyant au troisième niveau d’action possible, celui de la défense du royaume, ou au moins, de la province15.

  • 16 Stéphane Perréon, L’armée en Bretagne au xviiie siècle. Institution militaire et société civile au (...)
  • 17 AMR, 152.
  • 18 « […] le Sr Longchamps actuellement à Paris hors d’état de faire des visittes à messieurs les deli (...)
  • 19 « Mes tantes Landaillé et La Motte me faisant l’honneur de m’estimer vous seront obligées si vous (...)

3Le mode de désignation devient plus clair autour de 1700, sans doute en lien avec la création des offices vénaux en 1694 – bientôt réunis à la Communauté de ville – et peut-être aussi à la faveur de l’effort militaire dû à la guerre de Succession d’Espagne, qui oblige les gouverneurs à faire flèche de tout bois, et donc à s’intéresser à ce type de soldats16. Se met alors en place – suite à un règlement de 1704 émanant du comte de Toulouse17 – une procédure qui consiste, lors d’une assemblée des habitants, à déclarer vacant le poste d’un officier quand celui-ci décède ou démissionne. Les personnes désireuses de le remplacer doivent alors se manifester auprès de la Communauté en envoyant une lettre de candidature. Le plus souvent, il s’agit d’un processus en chaîne, suite au décès ou à la démission d’un capitaine, provoquant une cascade de candidatures jusqu’aux sous-lieutenants. La municipalité établit alors la liste des candidats et l’envoie au gouverneur de la province pour approbation, ce dernier pouvant solliciter un avis de l’intendant. Pendant ce temps-là, les impétrants font des visites18, écrivent et font jouer leur réseau de relations19. Puis, l’aval du gouverneur obtenu, l’assemblée municipale élit les officiers. Le résultat est ensuite transmis au gouverneur, qui l’entérine avec plus ou moins de bonne grâce. Ainsi, en 1731, le comte de Toulouse élève la voix contre ce qu’il estime être des abus :

  • 20 AMR, 154.

« Sur ce qui nous a été représenté que la Communauté de la ville de Rennes procède avec tant de précipitation et si peu d’ordre à la nomination des officiers […] qu’elle place souvent des sujets qui seroient par elle même jugez inadmissibles auxd. offices si l’election estoit precedée d’un examen ; […] parce que dès qu’il y en a un de vacant, les aspirants engagent autant de delibérants qu’il leur est possible de se trouver à la première assemblée et de leur donner leur voix, et se font ainsy élire sans que les principaux membres de la Communauté ni ceux qui assistent ordinairement aux assemblées connoissent ni l’age, ni l’etat, ni les mœurs desd. aspirants20. »

  • 21 AMR, 152 (liasse des années 1649-1711, deux lettres de candidatures), 153 (années 1711-1726, 5 let (...)

4Au-delà des « abus », la procédure semble plutôt bien fonctionner entre les années 1700 et 1760, puisque, entre ces deux dates, est conservée une grosse centaine de lettres de candidature21. Ce type de document, sans doute assez rare, au moins dans les villes de l’Ouest, disparaît ensuite. Toutefois, la procédure reste la même jusqu’à la veille de la Révolution, et il reste possible de connaître l’état des primo-candidats grâce aux listes récapitulatives très précises qui sont alors dressées.

  • 22 AMR, 155.
  • 23 Soit seize ans. Ceci n’empêche pas les Phelippes de présenter à nouveau un des leurs au poste de s (...)
  • 24 AMR, 155.
  • 25 « Vous avés tres bien fait de préférer le sieur de la Josserie du Mayne au sieur Desourmeaux Le Ga (...)

5Ainsi, alors que, au xviie siècle, la Communauté de ville doit visiblement compter avec des choix faits « en-dessous d’elle », par la suite, elle doit compter avec des avis venant « d’au-dessus d’elle ». C’est ainsi qu’en 1738, le marquis de Brancas, commandant en chef, cherche à imposer comme sous lieutenant un candidat, Nicolazo, avec l’assentiment du gouverneur. L’assemblée s’exécute, tout en précisant qu’elle le fait « pour marquer son obéissance » et l’élit seulement à la troisième et dernière place ouverte au concours22. Mais en l’absence de recommandation particulière du niveau supérieur – et c’est le cas le plus souvent –, la marge de manœuvre de la Communauté semble réelle. Ainsi, en 1736, l’échevin Phelippes de Tronjolly parvient-il à imposer l’élection de son fils de moins de seize ans, ce qui conduit le secrétaire du gouverneur à faire une mise au point sur l’âge minimum requis, en vertu du règlement de 173123. De façon comparable, en 1739, le propre fils du maire est élu capitaine « à l’unanimité » alors qu’il n’a jamais occupé un poste de lieutenant ni même de sous-lieutenant, et qu’il a face à lui un candidat lieutenant, qui, selon les règles en vigueur, aurait dû être élu24. Mieux encore, en 1725, l’assemblée peut refuser l’élection d’un candidat recommandé par le secrétaire du gouverneur de Bretagne, sans que cela suscite de crise25.

  • 26 Ce dont témoigne, vers 1731, le nommé Bidart, qui se plaint d’avoir été nommé dans la compagnie «  (...)
  • 27 AMR, 153.

6La marge de manœuvre de la municipalité semble finalement plus grande au xviiie siècle qu’au xviie siècle. En effet, désormais, non seulement le choix de tous les postes d’officiers passe par elle, mais, en plus, elle ne semble plus devoir compter, désormais, avec la pression des habitants. Ceci peut s’expliquer par la désectorisation des postes d’officiers26. Il est aussi probable que cette municipalisation soit la conséquence de la réunion en 1706 de tous les offices vénaux de milice bourgeoise à la Communauté : celle-ci, en devenant propriétaire, devenait seule dispensatrice – au moins en théorie. Toutefois, cette évolution ne se fit sans doute pas brutalement, comme le montre le fait qu’en 1717 encore, un capitaine propose les noms d’un lieutenant et d’un sous-lieutenant pour le service dans sa propre compagnie, ce que la Communauté accepte apparemment sans problème27.

Des candidats de bonne bourgeoisie

  • 28 « Ils jouiront seulement de l’exemption de tutelle et curatelle et nomination à icelles, ensemble (...)
  • 29 Gilles de Languedoc, op. cit., p. 95.

7Dans ces conditions, qui sont les candidats, et pourquoi le sont-ils ? Cette dernière question est, au moins en apparence, la plus simple : plusieurs auteurs ont en effet insisté sur l’attrait pour les privilèges attachés à ces fonctions, dont la liste est fixée en 1725 par le Conseil du roi28. À cela s’ajoutent, pêle-mêle, le prestige d’une institution qui était de toutes les entrées et de toutes les fêtes, l’attrait pour les armes, pour la vie publique – trois places étaient réservées aux capitaines dans l’assemblée générale depuis 162129 –, sans oublier l’attrait pour une certaine sociabilité masculine.

8S’il est effectivement difficile de déceler les motivations profondes des uns et des autres, il apparaît en revanche possible, grâce aux lettres de candidatures de la première moitié du xviiie siècle, de déceler combien, pour nombre de candidats, le fait de vouloir devenir officier s’inscrit dans une conception de la vie dans la cité qui s’attache à l’idée d’équilibre des droits et des devoirs, impliquant une sorte d’économie du privilège. C’est ce que l’on perçoit de manière particulièrement nette dans la lettre d’un aspirant par ailleurs miseur de la ville, qui insiste, en 1721, sur le fait qu’il faut privilégier, dans le choix des officiers, les maîtres aux fils de maîtres (et ces derniers aux étrangers) car, note-t-il :

  • 30 AMR, 155.

« Il est bien juste que ceux qui partagent personnellement les charges d’un corps en partagent les privilèges. Quand il faut travailler aux rolles de la capitation, quand il faut descendre comme commissaire de police pour remettre bon ordre, quand il faut travailler pour les interest de la ville et du public, les fils de maistres ny pouvant être sujets, il ne seroit pas juste qu’ils puissent disputter aux maistres les charges et privilèges puisqu’ils ne sont point sujet aux travaux30. »

  • 31 Maire, procureur syndic, échevin, miseur, greffier, receveur.
  • 32 AMR, 155.
  • 33 Le cas le plus caricatural est constitué par la candidature de Guillaume-Nicolas Duliepure, qui n’ (...)
  • 34 À Rennes, les miseurs deviennent échevins après avoir rendu leurs comptes.
  • 35 Seules les élections des années 1759-1769 permettent de connaître l’âge des candidats à un premier (...)
  • 36 Ainsi Lecompte sieur de la Touche, enseigne en 1622, qui devient miseur en 1628 (Bruno ISBLED, Moi(...)
  • 37 Encore que l’on notera qu’aucune étude à ce jour, sauf erreur, ne prend en compte la question de l (...)

9C’est donc moins la revendication de privilèges pour eux-mêmes qui est ici exprimée qu’une revendication à un juste retour des choses. En vertu de ce principe, les officiers municipaux – tels les miseurs – auraient donc prioritairement vocation à devenir également officiers dans la milice bourgeoise. Or, le simple fait que ce témoignage soit principalement dirigé contre les jeunes gens – les fils de maîtres – indique que la réalité était autre. S’il est difficile d’apporter sur ce point des renseignements pour le xviie siècle, cela apparaît possible pour le siècle suivant. Ainsi, sur les 56 lettres de primo-candidatures datées ou datables de la période 1700-1760, seules cinq émanent d’un membre de la municipalité, alors que 32 sont envoyées par un fils, gendre, neveu ou frère d’officier municipal31 ou de milice, la plupart (20) étant des fils d’échevins. Ainsi, Julien-Paul Delarue, fils d’échevin, ne paraît pas douter un instant de sa légitimité à se porter candidat quand il écrit aux membres de la Communauté « que vous accordés ordinairement [une place] aux fils des échevins lorsqu’ils se trouvent en état de les remplir préférablement à tous autres32 ». Dans bien des lettres ainsi, la mention d’une parenté avec un membre de la Communauté et/ou de la milice tient lieu d’unique argument, quelques-uns détaillant même toute leur illustration familiale, soulignant par là combien du fait de leur ascendance, ils ont droit à devenir officier33. Ce n’est donc pas sans raison que s’exprimait notre miseur de 172134. La probable relative jeunesse de la plupart des candidats identifiés l’explique35, surtout pour des candidatures aux postes de sous-lieutenants. Pour ces hommes dans la force de l’âge, le fait de devenir officier pouvait constituer la première étape d’un cursus honorum dont le but ultime pouvait être l’échevinat36. Mais dans le même temps, une telle promotion était une manière d’obtenir ses premiers privilèges, sans attendre, justement, l’échevinat37.

10En cette première moitié du xviiie siècle, il était donc difficile, mais non totalement impossible, à un candidat étranger à la Communauté de s’imposer. Le fait que les échevins forment le groupe le plus important au sein de l’assemblée électorale explique cette situation dans une assez large mesure, comme le montre le sondage suivant :

  • 38 Auxquels il faudrait ajouter le maire, le procureur syndic et les trois capitaines.

11Note38

  • 39 Députés de l’Église (théoriquement 6, plus l’évêque), de la noblesse (4), des cours royales (une v (...)

12Note39

  • 40 Voir par exemple l’étude de cas réalisée par Yves Breton (« Pierre Laceron de la Goupillère [1665- (...)
  • 41 Pour onze élections de la décennie 1734-1743 : 30 candidats pour 16 postes ouverts. Pour trois éle (...)
  • 42 AMR, 155.

13Toutefois, la réalité est plus complexe du fait de réseaux internes à la bourgeoisie rennaise qui dépassent l’échevinat : rien n’interdit à un échevin de voter pour un neveu qui ne serait pas fils d’échevin, et à un député du barreau de voter pour un cousin marchand fils d’échevin40. Les jeux sont d’autant plus complexes que, comme on l’a vu, les deux tiers des candidats relevaient à titre personnel ou familial de la sphère municipale. Au sein de l’échevinat lui-même, des rivalités existaient, d’autant plus vives qu’il n’y avait pas de place pour tout le monde41. Les élections se jouent donc moins entre candidats « extérieurs » et candidats « municipaux » qu’entre ces derniers. Ainsi, par exemple, en 1736, comme en écho aux craintes exprimées par notre miseur de 1721, c’est un fils d’échevin qui est élu contre deux échevins. Autre exemple, l’élection de 1738, remarquable car il y a, pour trois postes, sept candidats que l’on peut bien identifier grâce aux lettres de candidatures. Or, les battus sont un marchand, un fils d’avocat, le neveu de l’officier décédé et par ailleurs fils du greffier – première surprise – et, seconde surprise, le fils d’un marchand, échevin et capitaine. Les heureux élus sont deux fils de procureurs, échevins et, pour l’un d’eux, capitaine. Le troisième est Nicolazo, simple marchand mais qui, on l’a vu, a été chaudement recommandé par le marquis de Brancas42.

  • 43 Déménagements qui peuvent tout à fait être le fait de personnes bien implantées, tel Jean-Augustin (...)
  • 44 Ainsi par exemple, pour le greffier de la ville Gilles de Languedoc, la révolte de 1675 est claire (...)
  • 45 AMR, 155.

14Au-delà de l’évocation d’éventuels services rendus à la collectivité par eux-mêmes ou, plus souvent, par leur famille, nombre de candidats insistent, dans leurs lettres de candidature, sur leur origine rennaise. Grâce à ces suppliques s’esquisse le portrait du parfait officier, qui est de bonne famille, stable dans le temps et dans l’espace, bien identifiée, bourgeoise en somme, enracinée dans une ville d’où on ne partira pas car on y a toujours été. Cet idéal, bien identifiable dans les lettres de la première moitié du xviiie siècle, est mis en avant dès 1630 environ par Jan Le Buel, qui note que, certes, il est originaire de Morlaix, mais qu’il est Rennais depuis 41 ans, et que, de plus, il y est propriétaire de deux maisons. À travers sa supplique, on perçoit que la revendication revêt deux aspects. Dire sa sédentarité, c’est donner des assurances face à l’un des problèmes récurrents pour la bonne marche de la milice, qui est celui des déménagements d’officiers, qui nuisent à la qualité du service et constituent une cause fréquente de démissions43. En même temps, affirmer sa sédentarité, et ajouter, comme ici, qu’on est propriétaire, permet de souligner indirectement que l’on se situe aux antipodes de tous ces gens sans aveu, qui n’ont rien à défendre et qui sont perçus comme les fauteurs de trouble contre lesquels, justement, la milice doit sévir44. En affirmant être de bonne bourgeoisie, les candidats disent tout simplement qu’on peut compter sur eux pour « contribuer au maintien du bon ordre », comme le dit dans sa lettre de candidature Phelippes de Tronjolly45.

  • 46 AMR, 154.
  • 47 ADIV, C 352.
  • 48 Ibid.
  • 49 Loïc de Courville, « La chancellerie près le parlement de Bretagne et ses officiers (deuxième part (...)
  • 50 Cohan, négociant : « fils d’un teinturier, conséquemment d’une famille du petit peuple, j’estime q (...)

15Cette conception de l’officier de milice qui transparaît à travers les lettres de candidature est pleinement partagée par les autorités. En 1725, le secrétaire du comte de Toulouse écrit au maire cette phrase révélatrice : « […] il est tres juste de préférer les officiers de la maison de ville aux autres46 ». Quant à son successeur auprès du duc de Penthièvre, il écrit en 1761 qu’il « paroit juste et décent que les premières places soient remplies par ce qu’on appelle les gens d’anciennes familles de bonne bourgeoisie47 ». L’intendant quant à lui est tellement pénétré de ces principes que, en 1759, il se fait plus royaliste que le roi quand il cherche à écarter de la liste des candidats un certain Dacosta, persuadé que celui-ci ne parviendra jamais, en raison de ses origines juives, à se faire accepter par les autres officiers et à se faire obéir par les habitants48. Il se trompe en réalité au moins sur le premier point, puisque des officiers écrivent peu de temps après pour dire qu’ils souhaitent voir Dacosta intégrer leur corps. Il est vrai que les Dacosta, négociants bientôt acheteurs d’un office de justice et de seigneuries sont, chaque jour qui passe, d’abord et avant tout de bons bourgeois de Rennes49. Il ne semble pas, dans le même temps, et sauf erreur, que quiconque ait écrit en faveur d’autres candidats alors écartés en raison d’un arbre généalogique jugé par trop plébéien par le commissaire départi ou le gouverneur50. L’impératif moral n’est pas non plus absent de leurs préoccupations et ainsi voit-on, toujours en 1759, l’intendant refuser l’agrément d’un candidat qualifié de « mauvais sujet », soit en l’occurrence joueur, buveur et ruiné. À travers les candidatures et les commentaires des autorités, le parfait officier de milice bourgeoise apparaît donc, au milieu du xviiie siècle, comme un honnête fils de notable, suffisamment partie prenante de l’ordre établi – ordre social, politique, moral – pour être jugé fiable.

16Passé 1760 environ, il est remarquable de constater que de moins en moins de primo-candidats ont, d’après les listes alors dressées, un lien personnel ou familial avec la Communauté de ville.

  • 51 Antonin Dupuy, « La Bretagne au xviiie siècle », art. cit., p. 3-71.

17Il est très probable que le passage d’un type de source à un autre ait ici son importance : les listes sont moins détaillées que les lettres de candidatures. Sans doute ainsi, plusieurs candidats étaient aussi neveux ou gendres d’échevins sans qu’il en soit fait état. Reste que l’évolution est sans doute révélatrice des mutations qui affectent la vie municipale rennaise à partir de 1757, date d’une première réforme – une autre suit en 1780 – née du discrédit dans lequel est tombé l’échevinat rennais – singulièrement aux yeux de l’intendance – et amène à son démantèlement51. Dès lors, il était peut-être habile de ne pas trop faire valoir ses liens avec des échevins discrédités, tandis que le fait d’être le fils d’un officier milicien reste sans doute encore perçu comme une assurance de qualité du candidat.

De plus en plus de marchands, de moins en moins de robins

  • 52 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, 1984, t. 2, p. 89-91 ; Jea (...)
  • 53 Jusqu’en 1757, et ce depuis le seconde moitié du xviie siècle, l’échevinat est occupé de manière à (...)
  • 54 Encore faudrait-il pouvoir préciser de quels marchands il s’agit, évidemment, en utilisant capitat (...)

18Parallèlement, le profil sociologique des candidats aux postes d’officiers de base change lui aussi (cf. tableau ci-dessous). Le fait le plus frappant est sans nul doute – comme à Lyon ou à Angers52 – la montée des candidats venant du monde de la marchandise. Ces chiffres appellent plusieurs remarques. La première est que leur poids dans la première moitié du siècle est sans doute supérieur à ce qu’indiqué : en effet, 11 des 19 personnages dits « sans indication » sont fils d’échevins, ce qui veut dire que, en gros, la moitié doivent être fils de marchands53. Dès lors, la part des candidats venant de la boutique et du négoce se situerait autour du tiers. La progression est pourtant indéniable, d’autant plus que les années 1780 sont marquées par un accroissement du nombre de candidats, qui est désormais de trois par poste pour les deux élections connues dans cette décennie. La milice attire donc de plus en plus, mais elle attire surtout des marchands54.

  • 55 Pour deux d’entre eux, nous disposons d’indices de leur aisance : Buchet, orfèvre, candidat en 178 (...)
  • 56 Jacques Maillard, op. cit., p. 89-91. Entre 1770 et 1789, 57 % des capitaines nommés sont des marc (...)
  • 57 Là encore, il faudrait, pour affiner l’analyse, recourir à d’autres sources.

19Apparaissent aussi progressivement des gens qui relèvent plutôt du haut artisanat que de la marchandise stricto sensu : un orfèvre en 1769 précède deux « marchands orfèvres » et un « fils de marchand horloger » en 1783, un « marchand bijoutier », un horloger et deux orfèvres en 178755. L’attractivité constatée sur les strates supérieures de l’artisanat pose un problème d’interprétation. Il est tentant de voir là l’indice d’un désir de plus en plus vif de toute une population de participer à une vie municipale dont elle fut longtemps exclue, d’autant que la même évolution est observée à Angers, dans des proportions très comparables de surcroît56. Il est cependant possible qu’il s’agisse d’un effet de source : on aura ainsi noté que, dans la seconde moitié du xviiie siècle, le vocabulaire pour désigner les marchands se diversifie. Rien ne dit que, jusque-là, des artisans de niveau honorable ne participaient pas déjà à la milice, mais qu’ils se disaient simplement marchands, comme tend à le laisser penser le fait que quelques-uns sont qualifiés de « marchands horlogers » ou « marchands bijoutiers57 ».

  • 58 AMR, 155. Il s’agit du sieur Ecolasse, qui, vers 1700-1710, revendique d’ailleurs directement une (...)
  • 59 Frédéric Jouon des Longrais, art. cit.

20Face à cette présence de plus en plus nette des marchands parmi les candidats, le monde de la robe paraît, lui, de moins en moins attiré par la milice bourgeoise. Les procureurs (et leurs fils) ne paraissent pas à première vue affectés par cette évolution. Toutefois, comme pour les marchands et pour la même raison, il importe de souligner que leur poids devait être supérieur dans la première moitié du siècle – soit sans doute autour du tiers des candidats – et, dès lors, ils apparaissent plutôt en repli. L’évolution la plus remarquable concerne cependant les avocats, qui disparaissent complètement à partir de 1780. La rupture est sans doute d’autant plus nette si l’on songe que, au début du siècle, il y eut, parmi les primo-candidats, un avocat ancien substitut du procureur général du parlement58, ou encore qu’en 1746, le détachement envoyé à l’occasion de la descente anglaise à Lorient est commandé par Anneix-père, futur bâtonnier59.

  • 60 Mais certains avocats sont fils d’échevins procureurs (voir l’exemple de J.-A. Laceron, ci-dessus, (...)
  • 61 Sur les 24 députés électifs, onze à treize sont gens de robe, alors que les marchands sont au nomb (...)
  • 62 Le cas rennais apparaît donc très différent de celui d’Angers, où la montée des marchands au sein (...)
  • 63 AMR, 155.

21Cette disparition totale des candidats venant du barreau est sans doute d’autant plus remarquable qu’elle est contemporaine du retour de ces mêmes avocats dans la vie politique municipale, après plus d’un siècle de repli. Il faut en effet certainement insister sur l’importance de cette mutation qui se manifeste dans la dernière décennie de l’Ancien Régime. Avant 1780, et en fait surtout avant 1757, le corps des officiers de la milice reflète sans doute peu ou prou l’assemblée générale et, en conséquence marchands et procureurs, piliers de l’échevinat, sont en position dominante. Par le jeu des alliances, des réseaux, parce que marchands et robins ne constituent pas deux mondes clos, des avocats peuvent être également élus officiers bien que n’étant pas échevins60. À l’issue de la réforme municipale de 1780, une nouvelle donne apparaît : l’assemblée générale, plus que jamais dominée par les robins et dans laquelle les marchands pèsent désormais bien peu61, voit se présenter à elle un nombre croissant de candidats aux postes d’officiers de milice, dont une proportion importante de marchands, et même peut-être quelques artisans. Dès lors, il semble qu’une répartition des tâches soit en train de s’opérer : la municipalité aux robins, la milice aux marchands. Rejetés désormais de l’échevinat, ces derniers pourraient avoir vu dans la milice bourgeoise leur dernière possibilité d’obtenir des privilèges62. Mais de pouvoirs, point, puisque la réforme municipale de 1780 supprime les places réservées aux capitaines de milice au sein de l’assemblée générale. Lors de l’élection aux grades inférieurs de 1783, la dernière pour laquelle les élus sont connus et la première du nouveau régime municipal, les résultats vont dans ce sens : le monde de la robe n’a qu’un élu pour neuf candidats (dont huit procureurs), alors que sur les quinze candidats marchands, dix sont élus. Les procureurs, avec un seul élu, font alors moins bien que les artisans qui obtiennent deux places pour quatre impétrants63. On est bien loin de l’époque, évoquée en ouvrant cet exposé, où les procureurs semblaient être les maîtres des élections miliciennes. Ces mêmes procureurs apparaissent alors comme les grandes victimes des mutations des années 1780, tendant à être exclus de la milice par les marchands et de l’échevinat par les avocats.

  • 64 AMR, 1005. Malgré les lacunes évidemment trop nombreuses, il apparaît bien ici que la hiérarchie d (...)

22Il faut enfin insister sur le fait que ce retrait des avocats et cette exclusion des procureurs s’inscrit en réalité dans le prolongement d’un long déclin de la présence robine au sein du corps des officiers de la milice bourgeoise. Le rôle des cinquantaines dressé en 1629 est, malgré de grandes lacunes, à cet égard éclairant64 :

  • 65 Tel le sieur de la Touche-Lecompte (Bruno Isbled, op. cit., p. 67).
  • 66 Jacques Maillard, op. cit., p. 89-91 : en 1660, 62 % des capitaines en place sont des officiers du (...)
  • 67 AMR, 152.
  • 68 Gilles de Languedoc, op. cit., p. 95.
  • 69 Robert Descimon, « Les capitaines », art. cit. ; Orest Ranum, « La “Colonne” de miliciens bourgeoi (...)

23Il est certes très probable que bien des officiers étaient en réalité des marchands dont on ne prit pas la peine d’indiquer l’état65. Mais ce qu’il faut surtout retenir ici, c’est que dans la première moitié du xviie siècle, des officiers du roi relevant de la strate supérieure de la bourgeoisie de robe, pouvaient, comme à Angers à la même époque66, être officiers de milice, ce qui n’est absolument plus le cas au xviiie siècle. Mieux, en 1635, le président à mortier Loisel de Brie, l’un des personnages les plus considérables de la ville, est nommé capitaine de quartier en remplacement de son père, lui aussi président à mortier67. En 1649, sont à leur tour nommés à ce grade supérieur un autre président à mortier, un conseiller au parlement et le sénéchal68. Comme à Paris à la même époque69, c’est donc la strate supérieure de la société urbaine qui participe à la milice.

  • 70 Stéphane Perréon, op. cit., t. 1, p. 218 et 232.
  • 71 En 1696, un arrêt du Conseil impose au parlement de Normandie de fournir deux des onze capitaines (...)
  • 72 Olivier Chaline, Godart de Belbeuf. Le parlement, le roi et les Normands, Luneray, 1996, p. 59-72. (...)
  • 73 André Corvisier, Armées et société en Europe, 1494-1789, Paris, 1976, p. 13-30. Se pose alors auss (...)
  • 74 Robert Descimon, « Solidarité communautaire et sociabilité armée : les compagnies de la milice bou (...)

24À partir de quand ces hauts personnages s’en sont-ils détournés ? Les conséquences de la révolte du Papier timbré (1675) ont dû être importantes : les parlementaires durent quitter Rennes quinze ans durant lesquels la milice, désarmée par le duc de Chaulnes, connaît une longue période de déclin70. Puis, peu après le retour à Rennes du parlement (1690), la création des offices vénaux en 1694 dut contribuer à éloigner de la milice le meilleur de la société locale, les grades de capitaines de quartier disparaissant, le seul grade éminent, celui de colonel, étant réservé au maire. À Rennes – mais pas à Rouen, par exemple – ces messieurs du palais auraient donc dédaigné les places de simples capitaines71. Au-delà de ces facteurs, il me semble que ce retrait s’inscrit aussi dans le cadre plus vaste d’une prise de distance croissante de la noblesse parlementaire par rapport à la ville, ou, du moins, par rapport aux institutions urbaines. Cette distanciation est liée à un faisceau de facteurs qu’il est encore malaisé de hiérarchiser, parmi lesquels l’installation d’un intendant (1689) – désormais premier interlocuteur de la Communauté de ville –, l’aristocratisation de la cour – qui se traduit par une certaine ruralisation des modes de vie – et peut-être aussi l’imprégnation de l’idéal du « parfait magistrat » – qui met le juge à distance du monde72. De plus, cet éloignement par rapport à la milice est sans doute d’autant plus compréhensible que celle-ci est alors de plus en plus cantonnée à un simple rôle secondaire73, sans parler de la perspective de frayer avec toute une population de miliciens issus du peuple avec lesquels l’écart culturel est une réalité semble-t-il peu agréable à vivre74.

  • 75 « [La profession d’avocat] étant noble et indépendante, est incompatible avec tous les emplois qui (...)

25Dès lors, la disparition des avocats des candidatures aux postes d’officiers dans les années 1780 constitue la nouvelle étape d’un lent et long processus de « démilitarisation » de la robe rennaise amorcé probablement dans le dernier quart du xviie siècle. Sans doute, avec un siècle de retard, faut-il voir là une nouvelle marque du « parlementaro-tropisme » qui caractérise le barreau. Il est possible que, dans le même temps, les avocats témoignent aussi là d’une logique propre. Ainsi eux aussi ne tiennent-ils probablement pas particulièrement désormais à fréquenter un peuple perçu comme si différent. De plus, la milice perdant ses privilèges politiques, perdait dès lors de son lustre à un moment où, pour le barreau, s’ouvraient de nouveaux horizons liés à la réforme municipale de 1780. Enfin, il n’est pas impossible de voir là l’effet d’une logique interne à cette profession qui, de plus en plus, revendique sa liberté et refuse toute forme de dépendance : or, être officier de milice bourgeoise, c’est être dépendant d’un supérieur qui, tout au bout de la chaîne de commandement, n’est autre que le maire, souvent aussi magistrat du présidial, ce qui pouvait être bien gênant pour qui voulait être absolument libre75. De manière significative, les procureurs, moins proches des parlementaires que les avocats et plus proches que ces derniers des marchands, relativement peu marqués par ce type de discours, restent plus longtemps attirés par les fonctions miliciennes. Leurs difficultés à se faire élire tendent cependant à montrer que les notables (souvent des robins) qui constituaient l’assemblée générale considéraient peut-être désormais comme de plus en plus difficilement compatible le fait d’être de robe et de porter les armes.

  • 76 « Sans doute n’était-ce pas aussi net partout, notamment à Montpellier. Mais l’exemple de Rouen re (...)
  • 77 Sur 101 officiers (Roger Dupuy, op. cit., p. 89-90).

26L’exemple rennais vient ainsi nuancer les conclusions apportées par André Corvisier, dont l’appréciation reposait pour beaucoup sur l’exemple de Rouen, qu’il tendait à ériger en modèle dominant, ce qu’il est peut-être en effet76. Rennes semble s’éloigner du modèle, avec des officiers de milice qui, à la fin de l’Ancien Régime, sont en retrait au sein de la municipalité, tandis que, dans le même temps, le meilleur de la bourgeoisie paraît se désintéresser de ces fonctions. Reste qu’à Rennes comme ailleurs, le corps des officiers de la milice bourgeoise était effectivement trop lié à l’institution municipale pour ne pas vivre au rythme de cette dernière. Toutefois, contrairement à ce que l’on aurait pu penser, le corps des officiers de milice n’est pas simple décalque de l’échevinat. Il le fut sans doute plus ou moins dans la première moitié du xviiie siècle, mais sans doute était-ce déjà plus compliqué pour un xviie siècle encore trop mal connu il est vrai, tandis que les évolutions de la fin de l’Ancien Régime témoignent d’une distorsion croissante dans la composition sociologique des deux institutions. La milice bourgeoise fonctionne ainsi comme un révélateur du rapport des élites urbaines à la question essentielle dans toute société du port des armes et du maintien de l’ordre. Or cette question ne se pose évidemment pas dans les mêmes termes en 1620 et en 1780, d’autant que l’élite locale, dans le même temps, est affectée par des mutations par-delà l’apparente stabilité de ses principales composantes – officiers, avocats, procureurs, marchands –, conduisant à des évolutions dont les causes méritent d’être interrogées de manière plus approfondies. En attendant – et à la suite de Roger Dupuy –, il me semble que l’apparition, à partir de 1789, de nouvelles peurs, de nouveaux ennemis, tout comme la redéfinition du paysage des élites urbaines à la faveur du bouleversement institutionnel opéré par la Révolution, conduit à penser que la milice bourgeoise de Rennes, partie intégrante de la société de privilèges, ne peut que difficilement voir dans la garde nationale de la ville son héritière directe. Détail révélateur, ils ne furent finalement que sept, parmi les officiers de l’antique milice, à devenir officiers dans la jeune garde77, signe que bien des choses avaient changé de part et d’autre de la Journée des Bricoles.

Notes

1 Archives municipales de Rennes (AMR), 153.

2 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (ADIV), C 243.

3 Michel Denis, Rennes, berceau de la liberté. Révolution et démocratie : une ville à l’avant-garde, Rennes, 1989, p. 131.

4 4. Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine (1789-mars 1793), Paris, 1972, p. 23-37.

5 André Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au xviiie siècle », André Corvisier (dir.), Les hommes, la guerre et la mort, Paris, 1985, p. 221-257.

6 Charles Laronze, Essai sur le régime municipal en Bretagne pendant les guerres de religion, Paris, 1890, p. 174 ; Antonin Dupuy, « La Bretagne au xviiie siècle. L’affaire de la constitution municipale, épisode de l’histoire de la ville de Rennes (1757-1782) », Annales de Bretagne, 1886, n° 1, p. 11 en particulier.

7 En 1736, le secrétaire du gouverneur s’élève contre l’idée semble-t-il avancée par un échevin selon laquelle les lieutenants « estoient autrefois nommez par le capitaine » (AMR, 155).

8 AMR, 151.

9 Ibid., nomination de Jacques de Lorgeril en 1640.

10 Ibid., nomination de Jean du Quellenec en 1637.

11 AMR, 155.

12 Gilles de Languedoc, Recueil historique de la ville et Communauté de Rennes (1724), éd. dactyl., Rennes, 1993, p. 94-95.

13 Robert Descimon, « Les capitaines de la milice bourgeoise à Paris (1589-1651) : pour une prosopographie de l’espace social parisien », Jean-Philippe Genet et Günther Lottes (dir.), L’État moderne et les élites, xiiie-xviiie siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique, Paris, 1996, p. 189-211.

14 Gilles de Languedoc, op. cit., p. 94-95.

15 En 1746, le futur avocat Anneix, envoyé avec un détachement de la milice sur les côtes menacées par les Anglais laisse entendre qu’il n’est pas question pour lui de défendre d’autres provinces : « L’ennemi, dit-on, a fait une descente en Provence. Cette nouvelle mérite confirmation ; mais qu’elle soit vraye ou fausse, nous sommes Bretons, les Provençaux desfendront leur terrein » (Frédéric Jouon des Longrais, « Journal d’un volontaire de la milice en 1746 », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 1915, t. XLIV, p. 465).

16 Stéphane Perréon, L’armée en Bretagne au xviiie siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des États, thèse, Nantes, 2003, t. 1, p. 218.

17 AMR, 152.

18 « […] le Sr Longchamps actuellement à Paris hors d’état de faire des visittes à messieurs les delibérants pour leur faire sa supplique […] » (AMR, 155).

19 « Mes tantes Landaillé et La Motte me faisant l’honneur de m’estimer vous seront obligées si vous voulez bien vous porter à me faire avoir cette place » écrit en 1767 un certain Escolan au greffier de la ville (AMR, 155).

20 AMR, 154.

21 AMR, 152 (liasse des années 1649-1711, deux lettres de candidatures), 153 (années 1711-1726, 5 lettres de candidatures), 154 (1726-1735, 4 lettres), 155 (1735-1788, 117 lettres). La très grande majorité des lettres date en fait d’avant 1760.

22 AMR, 155.

23 Soit seize ans. Ceci n’empêche pas les Phelippes de présenter à nouveau un des leurs au poste de sous aide major en 1787 âgé de 9 ans seulement ; dans sa supplique, le père signale un autre cas dans sa famille d’un enfant devenu officier à sept ans (AMR, 154-155).

24 AMR, 155.

25 « Vous avés tres bien fait de préférer le sieur de la Josserie du Mayne au sieur Desourmeaux Le Gault que je vous avois recommandé » (AMR, 154).

26 Ce dont témoigne, vers 1731, le nommé Bidart, qui se plaint d’avoir été nommé dans la compagnie « d’un quartier fort éloigné de celuy ou il demeure » (AMR, 154). Il est possible que cette évolution date de l’incendie de 1720 qui a bouleversé le tissu urbain et conduit à de nombreux déménagements.

27 AMR, 153.

28 « Ils jouiront seulement de l’exemption de tutelle et curatelle et nomination à icelles, ensemble du logement effectif des gens de guerre, et de la contribution à la fourniture des ustensiles pour le casernement des troupes, sans néanmoins que les dits officiers soient dispensez de payer les sommes pour lesquels ils seront imposez et compris dans le rôle des casernement également que les autres habitants et ce durant aussi longtemps qu’ils feront les fonctions des dits offices » (AMR, 153).

29 Gilles de Languedoc, op. cit., p. 95.

30 AMR, 155.

31 Maire, procureur syndic, échevin, miseur, greffier, receveur.

32 AMR, 155.

33 Le cas le plus caricatural est constitué par la candidature de Guillaume-Nicolas Duliepure, qui n’hésite pas, en 1736, à annoncer qu’il « est fils d’un des anciens capitaines de cette ville, et petit fils d’un de vos échevins et ancien sindic […] les sieurs de la Boullaye et Hautbois ses ayeuls et bisayeuels etoient les uns echevins de votre communauté, et les autres capitaines des milices bourgeoises et le Sr Avril son grand oncle etoit sindic de la ville. Il seroit inutile, messieurs, de vous parler de temps plus reculés, pour prouver l’ancienneté de l’origine du suppliant et les bienfaits que ses ancestres ont fait aux hopitaux de cette ville, vos registres en font foy, Guillaume Duliepure son trisayeul, greffier aux Requestes du palais, donna en 1669 a votre communauté une somme de seize cent livres pour estre employée au soulagement des pauvres malades […]. Vous n’ignorez pas messieurs les services du pere du suppliant dans le soin des pauvres mendians dont il s’est chargé depuis neuf ans qu’il a l’honneur d’etre un des directeurs des hopitaux de cette ville » (AMR, 155). Un tel étalage vise ici certainement à compenser le fait que le père de l’impétrant n’est pas échevin.

34 À Rennes, les miseurs deviennent échevins après avoir rendu leurs comptes.

35 Seules les élections des années 1759-1769 permettent de connaître l’âge des candidats à un premier poste (AMR, 155) :
Image
En 1759, un candidat de 50 ans est refusé par l’intendant en raison de son âge (ADIV, C 352).

36 Ainsi Lecompte sieur de la Touche, enseigne en 1622, qui devient miseur en 1628 (Bruno ISBLED, Moi, Claude Bordeaux. Journal d’un bourgeois de Rennes au xviie siècle, Rennes, 1992, p. 67).

37 Encore que l’on notera qu’aucune étude à ce jour, sauf erreur, ne prend en compte la question de l’âge des membres de la Communauté de ville qui devaient toutefois être en moyenne plus âgés que les néo-officiers : ainsi Pierre Laceron ne devient-il échevin qu’à 40 ans, et Jean de Miniac à 37 ans (Yves Breton, « Pierre Laceron de la Goupillère [1665-1737], échevin de Rennes », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 1992, t. XCIV, p. 123-132 et A.-P. Dutertre, « Les diverses armoiries de Miniac en Bretagne », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 1934, t. LX, p. 113-128).

38 Auxquels il faudrait ajouter le maire, le procureur syndic et les trois capitaines.

39 Députés de l’Église (théoriquement 6, plus l’évêque), de la noblesse (4), des cours royales (une vingtaine), des avocats (8 à 12) et les six notables élus par l’assemblée, soit un effectif théorique total d’une grosse quarantaine de personnes.

40 Voir par exemple l’étude de cas réalisée par Yves Breton (« Pierre Laceron de la Goupillère [1665-1737] », art. cit.) qui montre que parmi les fils et gendres de cet échevin procureur, se trouvent certes d’autres procureurs, mais aussi un avocat et un négociant. En 1734, un Laceron échoue à un poste de lieutenant, devant une assemblée dans laquelle se trouvent un Laceron échevin et un autre avocat.

41 Pour onze élections de la décennie 1734-1743 : 30 candidats pour 16 postes ouverts. Pour trois élections de 1745 à 1752 : 15 candidats pour 7 postes.

42 AMR, 155.

43 Déménagements qui peuvent tout à fait être le fait de personnes bien implantées, tel Jean-Augustin Laceron, fils d’échevin, « ancien avocat » qui démissionne en 1736, étant éloigné de Rennes « pour ses affaires » (AMR, 155). Il devient alors sénéchal de Dol (Yves Breton, art. cit.). Mais il est vrai que les Laceron ne sont rennais « que » depuis la fin du xviie siècle, et n’appartiennent sans doute pas encore tout à fait au noyau dur de la bourgeoisie rennaise (Philippe Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au xviiie siècle, Rennes, 1996, p. 72-82).

44 Ainsi par exemple, pour le greffier de la ville Gilles de Languedoc, la révolte de 1675 est clairement due à des étrangers à la ville (op. cit., p. 287-288).

45 AMR, 155.

46 AMR, 154.

47 ADIV, C 352.

48 Ibid.

49 Loïc de Courville, « La chancellerie près le parlement de Bretagne et ses officiers (deuxième partie) », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 1998, t. CI, p. 153 ; Paul Banéat, Le département d’Ille-et-Vilaine, Paris, 1973, t. II, p. 256.

50 Cohan, négociant : « fils d’un teinturier, conséquemment d’une famille du petit peuple, j’estime qu’il doit être assez honoré de la lieutenance qu’il a et qu’il n’est pas propre à être fait capitaine » [ailleurs : « c’est un tres honneste homme, mais enfin, il est le fils d’un artisan de la ville »] ; Gilliers, marchand : « il est d’une famille du très petit peuple » ; Fredel, procureur fiscal du Chapitre : « tombe du haut mal, son état et sa naissance doivent lui donner l’exclusion » ; Touffait, procureur au présidial : « sa famille est obscure, l’agrément luy a été refusé cy devant par SAS » (ADIV, C 352).

51 Antonin Dupuy, « La Bretagne au xviiie siècle », art. cit., p. 3-71.

52 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, 1984, t. 2, p. 89-91 ; Jean Chagniot, dans Jean Delmas (dir.), Histoire militaire de la France, t. 2 : De 1715 à 1871, Paris, 1992, p. 17.

53 Jusqu’en 1757, et ce depuis le seconde moitié du xviie siècle, l’échevinat est occupé de manière à peu près égale par les marchands et les procureurs (voir mon étude à paraître : « Les avocats, les procureurs et la Communauté de ville de Rennes [1600-1789]. Première approche », Guy Saupin (dir.), Les villes de l’ouest à l’époque moderne : histoire sociale du politique).

54 Encore faudrait-il pouvoir préciser de quels marchands il s’agit, évidemment, en utilisant capitation et archives notariales en particulier.

55 Pour deux d’entre eux, nous disposons d’indices de leur aisance : Buchet, orfèvre, candidat en 1783, paie 55 livres de capitation en 1780 ; Dupré, bijoutier, candidat en 1787, paie alors 50 livres (Chantal Turier, L’élite urbaine à Rennes (1780-1789), d’après les registres de la capitation, maîtrise, Rennes 2, 1986, p. 160).

56 Jacques Maillard, op. cit., p. 89-91. Entre 1770 et 1789, 57 % des capitaines nommés sont des marchands et 13 % des maîtres artisans. Aucun capitaine alors nommé n’est de robe.

57 Là encore, il faudrait, pour affiner l’analyse, recourir à d’autres sources.

58 AMR, 155. Il s’agit du sieur Ecolasse, qui, vers 1700-1710, revendique d’ailleurs directement une place de capitaine.

59 Frédéric Jouon des Longrais, art. cit.

60 Mais certains avocats sont fils d’échevins procureurs (voir l’exemple de J.-A. Laceron, ci-dessus, note 43).

61 Sur les 24 députés électifs, onze à treize sont gens de robe, alors que les marchands sont au nombre de trois. À ceux-là, il faut ajouter cinq députés du clergé, deux de la noblesse et un des médecins. Le déclin des marchands est en fait marqué par l’exclusion des anciens échevins de l’assemblée.

62 Le cas rennais apparaît donc très différent de celui d’Angers, où la montée des marchands au sein de la milice est parallèle à leur montée en puissance dans l’institution municipale (Jacques Maillard, op. cit., p. 89-91).

63 AMR, 155.

64 AMR, 1005. Malgré les lacunes évidemment trop nombreuses, il apparaît bien ici que la hiérarchie des grades épouse peu ou prou la hiérarchie sociale, ce que tend à montrer la proportion des « sieurs de » au sein des personnes sans indication d’état.

65 Tel le sieur de la Touche-Lecompte (Bruno Isbled, op. cit., p. 67).

66 Jacques Maillard, op. cit., p. 89-91 : en 1660, 62 % des capitaines en place sont des officiers du présidial, et aucun n’est marchand.

67 AMR, 152.

68 Gilles de Languedoc, op. cit., p. 95.

69 Robert Descimon, « Les capitaines », art. cit. ; Orest Ranum, « La “Colonne” de miliciens bourgeois du faubourg Saint-Germain pendant le blocus de 1649 », La France d’Ancien Régime. Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Toulouse, 1984, t. 2, p. 615-622.

70 Stéphane Perréon, op. cit., t. 1, p. 218 et 232.

71 En 1696, un arrêt du Conseil impose au parlement de Normandie de fournir deux des onze capitaines (André Corvisier, art. cit.). Il n’est pas impossible que l’on tienne là un nouvel indice de l’avance parlementaire rennaise dans le rapport distancié à la cité (Gauthier Aubert, « La noblesse et la ville au xviiie siècle. Réflexions à partir du cas rennais », Histoire urbaine, 4, 2001, p. 127-149).

72 Olivier Chaline, Godart de Belbeuf. Le parlement, le roi et les Normands, Luneray, 1996, p. 59-72. Voir également mon article cité ci-dessus, à compléter par : « Lieux de mort, lieux de vie ? Essai sur l’espace vécu des parlementaires rennais (16e-18e siècles) », Alain Croix et Patrick Harismendy (dir.), Espaces et Histoire, dans ABPO, t. 110, 2003-4, p. 205-219 ; « Les parlementaires à Rennes au xviie siècle : la grandeur et l’exil », Olivier Chaline et Yves Sassier (dir.), Les parlements et la vie de la cité (xvie-xviiie siècles), Rouen, 2004, p. 277-300.

73 André Corvisier, Armées et société en Europe, 1494-1789, Paris, 1976, p. 13-30. Se pose alors aussi la question de l’impact de la création des offices de police sous Louis XIV sur l’activité de la milice.

74 Robert Descimon, « Solidarité communautaire et sociabilité armée : les compagnies de la milice bourgeoise à Paris (xvie-xviie siècle) », Françoise Thélamon (dir.), Sociabilité, pouvoirs et société, Rouen, 1987, p. 599-610 ; Françoise Bayard, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Paris, 1997, p. 61. À Paris comme à Lyon, les notables parlent du « dégoût » qu’ils ressentent à exercer des fonctions miliciennes avec des gens de condition inférieure.

75 « [La profession d’avocat] étant noble et indépendante, est incompatible avec tous les emplois qui dérogent ou qui rendent dépendant d’autrui » écrit Jousse en 1771 (cité par Lucien Karpik, « Le désintéressement », Annales ESC, 1989-3, p. 733-751, qui note que ce type discours, au xviiie siècle, ne reste pas sans écho dans les pratiques).

76 « Sans doute n’était-ce pas aussi net partout, notamment à Montpellier. Mais l’exemple de Rouen reflétait une tendance générale » (art. cit., p. 239 et 252).

77 Sur 101 officiers (Roger Dupuy, op. cit., p. 89-90).

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search