Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Première partie. Prémisses et antécédents

Milice bourgeoise et sociabilité de quartier à Nantes au début du xviiie siècle

Guy Saupin

Texte intégral

  • 1 André Corvisier, « Le pouvoir militaire et les villes », Georges Livet et Bernard Vogler (éd.), Po (...)
  • 2 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, PU Angers, 1984, t. 2, p. (...)

1La milice bourgeoise des villes françaises des Temps modernes retient d’abord l’attention pour son côté paradoxal. Alors que les témoignages sur les problèmes de fonctionnement sont récurrents, laissant l’image d’une institution perpétuellement en crise, sans apogée ni déclin aisément identifiables, la survivance de la structure pose le problème de son utilité sociale et politique pour les communautés urbaines1. Pur entretien sur mode mythique d’une institution intimement liée à l’image traditionnelle et dominante de la ville, celle d’une communauté privilégiée attachée à la défense de sa spécificité, ou relais majeur entre l’oligarchie municipale et l’ensemble des habitants, indispensable pour conférer une efficacité administrative par l’entretien d’un minimum de cohésion sociale ? Cette question demeure un mystère pour bien des historiens qui sont tentés de traduire leur incompréhension en termes de survivance inutile et décorative, sans voir que cette conception repose sur le schéma d’un apogée et d’un déclin constamment réfuté par les sources d’archives qui valident au contraire la permanence des réticences sociales quant au service bourgeois. Et pourtant, les nominations d’officiers selon des règles spécifiques à chaque ville suivent leur calendrier normal et les mobilisations des compagnies pour des causes les plus diverses se prolongent pendant tout l’Ancien Régime2.

  • 3 Cela explique la très faible place que lui accordent les grandes synthèses françaises. Emmanuel Le (...)

2De telles contradictions ont eu deux conséquences sur l’historiographie française : en même temps qu’elles ont rejeté l’institution urbaine dans un discrédit peu propice au renouvellement du questionnement3, elles ont privilégié l’approche institutionnelle au détriment de son fonctionnement social. Dans le meilleur des cas, la milice bourgeoise, disqualifiée comme concrétisation de la cité en armes pour assurer son autodéfense contre un ennemi de l’extérieur, a été sauvée comme vecteur politico-culturel important dans la mise en scène de la communauté urbaine à travers les divers rituels civiques civils et religieux. Ainsi le milicien, moqué comme militaire, retrouvait un certain rôle dans le cautionnement social d’une culture politique favorable à la protection du rôle des municipalités dans la gestion administrative du royaume. De militaire, l’histoire de la milice bourgeoise est ainsi devenue culturelle.

  • 4 André Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au xviiie siècle », Annales de (...)
  • 5 Blanc, Douki, Dyonet, Milliot (éd.), Police et migrants, France 1667-1939, Rennes, PUR, 2001. Cath (...)
  • 6 Arlette Farge, Vivre dans la rue, Paris, Gallimard, 1992, rééd. Alain Cabantous, « Le quartier, es (...)

3Le renouvellement des problématiques de l’histoire sociale des institutions4 et de l’histoire de la police urbaine5 assure aujourd’hui une synergie féconde permettant de revisiter le paradoxe d’une structure sociopolitique urbaine sans cesse écartelée entre des menaces de refus de service et des sollicitations du pouvoir municipal qui n’a jamais cessé de la considérer comme un relais essentiel de son articulation avec les diverses composantes de la communauté à administrer. Les réflexions ouvertes sur le lien entre désordre et ordre à l’échelle de la rue, du croisement de rues ou du quartier6, en partant de la pratique sociale des acteurs quant à la régulation de leur petit espace quotidien, mais aussi les analyses sur les phénomènes de sociabilité dans lesquels des échanges de reconnaissance sociale soutiennent la production de normes régulatrices ouvrent des perspectives pour mieux saisir la nature profonde de la milice bourgeoise. L’ambition de notre approche est donc de replacer son analyse dans le champ du politique, à partir des pratiques sociales de résidents partageant un même espace, à une époque de sous-encadrement policier.

4L’existence d’un riche dossier d’instruction judiciaire, à propos d’une affaire où une cellule basique milicienne a joué un rôle de premier plan, nous offre l’opportunité de déplacer l’angle de vue afin de mieux qualifier les comportements des acteurs chargés du maintien de l’ordre dans leur univers quotidien le plus immédiat et le plus important pour leur existence. Cette démarche de micro-histoire entend bien se nicher au cœur des problématiques générales relatives à la police urbaine d’Ancien Régime.

Un problème de police urbaine dans un quartier artisanal ancien (15 octobre 1712)

  • 7 AM Nantes, EE 112, p. 2.
  • 8 AM Nantes, EE 112, p. 4.
  • 9 AM Nantes, EE 112, p. 4. P.-V. de rébellion dressé par Jean Deschamps, huissier, archer de la Maré (...)
  • 10 AM Nantes, EE 111, p. 33. 16-10-1712. François Boiscourbeau, dit Belle-Fleur, dénonce les habitant (...)

5L’affaire naît d’une plainte de M. Robert Boillève, directeur et receveur des deniers royaux dans la ville et évêché de Nantes, contre Jean Douillard, huissier audiencier à la chancellerie du présidial de Nantes, employé comme commis dans la recette de la capitation et autres taxes pendant un an en 1710-1711, accusé d’avoir irrégulièrement perçu et détourné à ses fins personnelles la somme de 577 livres 6 sols. En réponse, Gérard Mellier, trésorier de France et général des finances, mais surtout nouveau subdélégué de l’intendant depuis deux ans, a rendu immédiatement une ordonnance obligeant le concussionnaire à rembourser la somme, « avec injonction à tous les huissiers et archers de l’y contraindre par touttes voyes mesme par corps7 ». Cette mission a été prise en charge par Jean Deschamps, huissier et archer de la maréchaussée, qui s’est adjoint trois militaires – un caporal et deux soldats – d’une compagnie de marine en séjour à Nantes, sur l’ordre de M. le comte de Lannion, lieutenant général des armées du Roi et commandant au château, « sur le refus fait par les huissiers, sergents et autres de nous prester main forte sur ce requis8 ». Faute d’avoir pu trouver le délinquant dans la journée, la petite troupe a choisi de le cueillir à son logis9. Son intrusion à dix ou onze heures du soir a finalement provoqué le regroupement hostile de tous les voisins, suspectant des voleurs ou des incendiaires, et l’échauffement des esprits, suscité par l’émotion de la foule et le refus des intrus de s’identifier, a suscité une arrestation un peu mouvementée par le sergent de milice du quartier au cours de laquelle un soldat a été légèrement blessé à la joue10.

  • 11 A.M. Nantes, EE 111, p. 1-2. Lettre de Boillève à G. Mellier, 8 octobre 1712. Le plaignant indique (...)
  • 12 AM Nantes, EE 112, p. 29. 24-11-1712. Interrogation de Douillard, 24-11-1712. L’huissier au présid (...)

6Cette obstruction à la justice, dénoncée par Robert Boillève dès le 16 octobre11, a donné lieu à une enquête conduite d’abord par le procureur du roi au présidial, le fidèle André II Boussineau, puis ensuite par le subdélégué Gérard Mellier, sur commission de l’intendant octroyée le 11 novembre d’après l’arrêt du conseil du 24 octobre 1712. Charles Sevin, enseigne de milice du quartier Saint-Nicolas, et trois sergents de sa compagnie sont ainsi accusés d’entrave à la justice. Leur analyse du déroulement des évènements, confortée par la production de nombreux témoins pris parmi les habitants du quartier, entre naturellement en contradiction sur bien des points12 avec le récit de l’archer et de ses trois acolytes. Ces propos sont heureusement enrichis des témoignages de la petite troupe de soldats de marine, en poste au corps de garde du Bouffay pour la sécurité nocturne de la ville, attirés par les clameurs venues de rues situées à moins de 300 mètres. Les nombreux interrogatoires de tous les protagonistes ont été conservés dans les archives municipales de Nantes, ce qui offre une richesse inhabituelle de témoignages quant à la conception du maintien de l’ordre social urbain comme sur les pratiques par lesquelles on y parvient, à une époque caractérisée par la très grande faiblesse numérique des forces de police.

  • 13 Raphaël Malegol, La reconstruction du quartier nantais de la Casserie suite à l’incendie de 1680, (...)
  • 14 Sandrine Dosseul, Le quartier de la Fosse à Nantes aux xvie et xviie siècles, maîtrise, université (...)
  • 15 Alain Croix, Nantes et le pays nantais au xvie siècle. Étude démographique, Paris, 1976, p. 208-20 (...)

7L’action se déroule à la mi-octobre, entre dix et onze heures du soir. Il s’agit d’un rassemblement spontané des habitants de deux ou trois rues de la partie la plus orientale de l’immense paroisse Saint-Nicolas13, la plus anciennement habitée puisqu’incluse dans la zone intra-muros de Nantes, le rempart du xiiie siècle faisant un écart dans le coin sud-ouest en passant de l’autre côté de l’Erdre pour englober l’église Saint-Nicolas et venir border la place du Port-au-Vin, centre névralgique du commerce international nantais jusqu’au début du xviiie avant le glissement progressif des activités portuaires vers l’aval, le long du quai de la Fosse et des marais de la Chézine14. Il s’agit donc d’un quartier artisanal, fortement activé par l’activité portuaire, sans être directement affecté à celle-ci ; une zone où de nombreux artisans et boutiquiers s’affairent dans l’interface entre le port et le marché de consommation urbain. Les zones les plus résidentielles et les plus cotées socialement sont situées à l’opposé, dans la partie orientale de l’intra-muros, à l’intérieur d’un triangle dont la base serait formée par la ligne unissant le château, la cathédrale et la chambre des comptes et le sommet par le vieux château-prison du Bouffay, siège de la sénéchaussée-présidiale, avec un épicentre formé par la paroisse Saint-Laurent, petit ghetto de luxe entourant la cathédrale15.

  • 16 Sébastien Moriceau, Les officiers de la milice bourgeoise à Nantes, 1661-1715, maîtrise, universit (...)

8Les situations professionnelles des quatre principaux accusés renvoient clairement à cette appartenance à ce secteur de fourniture du marché de consommation, tout en les positionnant logiquement dans sa partie supérieure en tant que petits patrons d’ateliers puisqu’il s’agit de cadres miliciens intermédiaires16. Charles Sevin, l’enseigne, âgé d’environ 40 ans, est un maître orfèvre dont la boutique s’ouvre sur la rue de la Casserie ; Georges Ollivier, 39-40 ans, est un maître poêlier de la même rue, René Dubois, l’aîné, et François Jouallan sont deux maîtres corroyeurs installés respectivement rue de la Clavurerie et rue du Bois-Tordu. Les appellations de rue indiquent que nous sommes dans le quartier où ont tendance à se regrouper les artisans et les marchands de produits métalliques, dans la grande diversité de la quincaillerie, dominés depuis longtemps par les « marchands de fer et casseurs d’acier » dont quelques-uns étaient suffisamment dignes de considération élitiste pour se faire admettre dans l’échevinage au xviie siècle. Charles Sevin apparaît ainsi très socialement représentatif de son quartier, au sens où, dans sa définition d’artiste, il incarne parfaitement la sanior pars de son orientation professionnelle identitaire.

  • 17 AM Nantes, EE 111, p. 98, 22-12-1712. Lettre de Sevin à Mellier : requête pour informer. Fournitur (...)
  • 18 AM Nantes, EE 112, p. 35. Seconde interrogation de Sevin (2 décembre 1712). Mellier lui reproche d (...)
  • 19 AM Nantes, EE 111, p. 103. 19-01-1713. Contre-attaque des sergents contre les déclarations de l’ar (...)

9Le profil social des acteurs livré par les archives est sans doute influencé par les conditions de leur apparition dans cette affaire, les uns comme protagonistes directs comme résidents puisque l’action s’est déroulée sur leur lieu d’habitation, les autres cités comme témoins pour confirmer la version des responsables miliciens17. Si le premier type relève du hasard, le second laisse soupçonner une sélection, déjà suspectée à l’époque, comme le révèlent les réfutations des sergents qui ont collecté les signatures sur l’ordre de leur enseigne. Les seuls critères de choix invoqués sont ceux de la participation à l’action et de la notabilité, ce qui, dans la culture générale de la représentation du début du xviiie siècle, est effectivement un gage indiscutable de qualité18. Par effet inverse, la faible qualification sociale de l’archer de la maréchaussée est utilisée par ses adversaires pour discréditer a priori son discours19.

  • 20 Christian Jouhaud, « Action politique et sociabilité. Les Frondes radicales », Françoise Thelamon (...)

10Dans la maison de la Clavurerie, lieu du délit, résidaient trois familles : outre celle du sieur Jean Douillard, huissier audiencier au présidial, celles du sieur Bouchaud, notaire royal, et du sieur Desjardins, peintre. Cet immeuble est ainsi assez symbolique du profil social du quartier, dominé par les catégories sociales urbaines de niveau médian, allant de la petite bourgeoisie juridique à une élite populaire de maîtres artisans. Il est délicat d’interpréter l’emploi du mot sieur pour en déduire une certaine solidité de situation économique assise sur quelques menues propriétés car il est utilisé indistinctement pour les trois occupants. Notons cependant que, dans la liste des témoins, il est réservé à quelques marchands, dont un négociant, signe de recherche de différenciation. Remarquons les activités des plus proches voisins avec la veuve Baco, marchande, et le gantier Dubois, dont l’art doit être relié au travail du cuir, sans doute sur les bords de l’Erdre, ce dont témoignent deux des sergents impliqués, identifiés comme corroyeurs. La série de témoins renvoie plutôt vers une affirmation de l’orientation commerciale du quartier, ce qui correspond bien à son positionnement dans l’espace socio-économique nantais. Quelques maîtres artisans comme un menuisier et un plombier, mais aussi une évocation vague d’une profession liée à la justice renforcent encore cette prégnance du niveau médian dans la prise en charge de la régulation de l’ordre ordinaire résidentiel20.

  • 21 C’est bien le seul point sur lequel les témoignages des divers protagonistes concordent. AM Nantes (...)

11Tous les témoignages valorisent le caractère totalement spontané du rassemblement, en soulignant la réactivité des habitants à la protection collective de la sécurité des biens et des personnes. C’est le cri « au feu et aux voleurs » qui les a tous fait sortir en grand nombre21. L’efficacité de cette alerte est directement liée à l’expérience pratique des accidents les plus graves qui menacent les habitants des villes de l’époque moderne.

  • 22 AM Nantes, EE 111, p. 12. P.-V. de Sevin, 14 11 1712. « M’estant informé au nommé Jouallan, nostre (...)
  • 23 AM Nantes, EE 111, p. 103. Pièce du 19 janvier 1713. Réponse des trois sergents dénonçant « mauvai (...)

12La question du vol renvoie à l’importance structurelle de la population flottante dans les espaces urbains, étant donnée la très importante immigration de population rendue nécessaire par l’addition d’une émigration et d’un solde migratoire de très faible appoint ou assez souvent négatif. Les fluctuations de la conjoncture économique viennent parfois renforcer cette partie de population mal intégrée lorsque les crises agricoles font converger vers les villes tous les exclus de l’économie agraire, attirés par les potentialités urbaines de secours privé ou public, tant charitable que policier, mais aussi de recours aux formes de redistribution délictueuses. L’histoire économique nous a appris que les dernières décennies du règne de Louis XIV ont été parmi les plus noires pour les campagnes françaises, jetant sur les chemins de nombreux errants inexorablement attirés par les villes pour tenter d’y survivre ou pour y mourir d’épuisement. Les attitudes contrastées vis-à-vis de la politique d’enfermement des pauvres comme gage d’efficacité à l’assistance sociale et morale soutenue par les divers pouvoirs urbains tant civils que religieux renvoient toujours à la différenciation du résident et du forain, de l’intégré au marginal, du connu à l’inconnu. L’insertion dans un réseau de sociabilité minimale, rendant possible une identification immédiate par des témoins bien enracinés, suffit souvent à protéger contre les descentes des chasse-gueux. La solidarité de base de la fraction du menu peuple situé sur la frontière mouvante de la précarité est renforcée par l’intérêt d’acteurs sociaux plus stables sensibles à la présence de petits consommateurs pour le logement ou le commerce de détail. D’où l’importance de se faire reconnaître rapidement22 dans toutes les situations sortant de la normale, comme, par exemple, s’introduire à dix heures du soir du mois d’octobre dans une maison alors qu’on n’y réside pas et y demeurer lorsque celui qu’on venait manifestement visiter est absent de son appartement23.

13Dans une ville où dominaient largement les maisons à pans de bois, édifiées irrégulièrement sur une trame assez tortueuse de rues très étroites, les incendies restaient identifiés comme l’accident majeur, psychologiquement marquant par l’importance des destructions anéantissant souvent les efforts de toute une vie, quand ils n’étaient pas tout simplement mortels. Cette inquiétude latente, partagée par tous les urbains, ne pouvait qu’être renforcée dans les quartiers à haute densité artisanale comme celui de la partie orientale de Saint-Nicolas, dans lequel ni les hôtels particuliers ou les grosses maisons en pierre de l’élite nantaise, ni les établissements religieux ne pouvaient servir de coupe-feux pour limiter l’extension des flammes. Ici plus qu’ailleurs, cette crainte de l’incendie pouvait être inscrite dans les mémoires en 1712 car le même secteur avait connu en 1680 la plus grave catastrophe de ce type ayant frappé Nantes à l’époque moderne. Le feu, après s’être déclaré dans la nuit du 19 avril 1680, vers deux heures du matin, dans l’appartement d’un maître chapelier, situé au second étage d’un immeuble de l’entrée de la rue de la Casserie, n’avait pu être maîtrisé que dans la matinée. Il avait eu le temps de s’étendre aux rues adjacentes, laissant 14 immeubles totalement détruits et 42 endommagés, mais aussi 10 morts, 15 blessés graves et 10 blessés légers, ainsi que 102 foyers à la rue.

  • 24 AM Nantes, BB 49, f° 61 v° et suivants.
  • 25 James B. Collins, « Nantes à la lueur d’un feu : l’incendire de la rue de la Casserie, 1680 », Mél (...)

14La documentation24 laissée par les déclarations de perte des sinistrés de 1680 offre une opportunité de mieux caractériser socialement les résidents de ce petit espace urbain organisé autour du croisement de quelques rues25, tout en essayant de saisir l’importance relative des permanences et des évolutions durant cette quarantaine d’années. La première information intéressante vient de l’ancienneté d’implantation des Sevin dans le quartier. En 1680, le chef de famille, déjà maître orfèvre, qui occupait toute la maison à cause de ses nombreux enfants, à l’exception d’une pièce de l’arrière loué à un pauvre perruquier, déclare une perte de 24 000 livres pour l’édifice et les biens détruits. Le marchand poêlier Hardy chiffre à 12 000 livres pour ses biens et à 10 000 livres pour sa maison. Ces déclarations les placent bien au-dessus de la médiane des sinistrés dont les déclarations sont regroupées autour entre 1 500 et 3 000 livres. Les différences sont naturellement liées au type de profession et au statut de propriétaire ou de locataire. Le maître poêlier Le Breton fait enregistrer 5 000 livres pour ses biens et 4 000 livres pour sa maison, lors que son confrère Jean Jaurin se contente de 2 800 livres pour ses biens, chiffres à rapprocher des 3 000 livres du fripier Étienne Caudet et des 3 500 livres du marchand casseur René Casseron. Dans l’immeuble détruit où ne vivaient que des locataires, le maître chapelier Louis Cosset a perdu pour 3 000 livres de biens et mobilier tout en sauvant pour 3 400 livres d’objets de valeur en les jetant du deuxième étage dans la cour. Son collègue, Denis Renou, a vu disparaître, outre ses biens personnels (5 000 livres), les archives de sa corporation dont il était dépositaire comme juré, ainsi que les ornements sacrés de la confrérie de saint Michel (800 livres) dont il était le prévôt.

15Quelques remarques se dégagent de cette comparaison sur deux générations. La personnalité économique et sociale de ce petit morceau d’espace urbain n’a pas changé : elle reste marquée par la concentration artisanale, dans laquelle une réelle diversité demeure coiffée par une orientation vers le travail des métaux et le commerce des produits métallurgiques, des objets de consommation courante aux produits de luxe. Sous la même appellation professionnelle se cachent des niveaux de fortune assez divers, souvent sanctionnés par l’accès ou non à la propriété, avec des maîtres artisans dont l’aisance peut leur permettre de revendiquer une part de notabilité, suite à une infiltration de fait dans la petite bourgeoisie. L’enracinement dans l’histoire du quartier facilite certainement la reconnaissance d’une autorité naturelle traduisible en termes miliciens comme semble l’indiquer l’exemple des Sevin.

Une autogestion de la sécurité quotidienne inscrite dans une sociabilité de voisinage

  • 26 Robert Descimon, « Solidarité communautaire et sociabilité armée : les compagnies de la milice bou (...)
  • 27 AM Nantes, EE 111, p. 12. PV de Charles Sevin, 14-11-1712. « Ayant été averty à la clameur publiqu (...)
  • 28 Yves-Marie Berce, Histoire des croquants. Étude des révoltes populaires au xviie siècle dans le su (...)
  • 29 James B. Collins, op. cit., p. 264-265. Exemples en 1668. AM Nantes BB 46, f° 31, ADLA B 6785.

16La description de la mobilisation défensive insiste sur une prise en charge collective des problèmes de sécurité, dans un emboîtement de sociabilités de voisinage allant de la maison à la rue et de la rue au quartier26. Les acteurs mettent en valeur le caractère spontané du regroupement en insistant sur sa capacité à rassembler une force d’intervention imposante en un temps très court. La rapidité d’intervention est assurée par la réponse immédiate des résidents à un cri d’alarme tout de suite pris au sérieux27, ce qui révèle en même temps le poids d’une anxiété latente et la force de la conviction de l’efficacité d’une protection collective. Dans ce qui paraît être un réflexe défensif communautaire, deux risques semblent ainsi dépassés : celui d’un certain émoussement issu d’un éventuel côté répétitif ou celui d’un désintérêt découlant d’une fragmentation sociale avancée. L’efficacité du cri public pour provoquer un rassemblement renvoie à un type de culture dans lequel l’oralité continue à jouer un rôle majeur. Elle est assurée par la fréquence de son utilisation dans les domaines les plus divers, aussi bien dans le commerce de rue, la verbe des bateleurs des foires et des marchés et les avertissements de passage dans la circulation que dans des actions plus politiques, tant officielles comme les annonces administratives que subversives comme les rébellions contestataires28. Il est frappant de constater combien les procès-verbaux relatant les émotions ordinaires surgissant contre les agents du fisc décrivent des comportements identiques. Ainsi en est-il dans les expulsions des commis préposés à la levée des droits sur le vin débité dans les tavernes lorsque tous les voisins se rassemblent immédiatement au seul cri d’alerte du tenancier ou de son épouse, tous ces clients étant désireux de protéger leur petit espace d’intense sociabilité où ils peuvent se rafraîchir à peu cher en buvant du vin introduit en fraude29.

17Le rassemblement fait tache d’huile, depuis les plus proches corésidents dans le même immeuble, fort sensibles à toutes les démarches suspectes, c’est-à-dire sortant de l’ordinaire quant à la fréquentation humaine et à ses circonstances en temps et en objet, jusqu’aux autres voisins partageant la vie quotidienne de la rue et des voies les plus proches. Dans notre exemple, l’alerte est donnée par les autres foyers de l’immeuble, et ce d’autant plus vite et avec plus d’intensité, que l’huissier visité est absent de son domicile. Même si les témoignages restent contradictoires à ce sujet, puisque l’archer prétend avoir entendu l’accusé se déplacer dans son appartement et lancer lui-même les faux appels au secours, le récit des événements et la fourniture d’un alibi impliquant beaucoup de témoins font préférer la version de Jean Douillard, même si elle est manifestement appuyée sur des réseaux de solidarité d’appartenance à la même rue.

  • 30 AM Nantes, EE 111, p. 25, 19-10-1712. « […] où estant arrivé il remarqua parmy un grand nombre de (...)
  • 31 AM Nantes, EE 112, p. 29, 24-11-1712. Jean Douillard déclare avoir rencontré, en rentrant à son do (...)
  • 32 Sur laquelle clameur, « s’estant assemblés quantité de voisins et particuliers à nous inconnus, au (...)
  • 33 AM Nantes, EE 111, p. 48. « Il (Sevin) entendit du haut de la Casserie une émeute extraordinaire d (...)
  • 34 David Garrioch, Neighborhood and Community in Paris, 1740-1790, Cambridge, CUP, 1986, p. 51-55.

18Sur l’importance quantitative du regroupement, les appréciations divergent naturellement, tout en soulignant son caractère imposant. Depuis les 60 personnes estimées par le chef de la garde du Bouffay30 jusqu’aux 500 avancées par l’huissier recherché31, une certaine convergence s’établit autour de 200 individus, tant du côté de l’archer32 que du côté des sergents miliciens alors que Charles Sevin se réfugie dans des formules plus vagues, mais non moins significatives : « un grand nombre d’habitants » ou « une émeute extraordinaire de peuple33 ». Personne ne songe à nier ou à minimiser l’efficacité de ce rassemblement bruyant, capable de se faire entendre des quartiers environnants. Les termes utilisés dans les descriptions renvoient à des logiques de comportement collectifs spontanés vérifiables aussi bien dans les révoltes populaires d’Ancien Régime que dans les rassemblements révolutionnaires : réponse immédiate à l’appel au secours si la collectivité de vie paraît en danger, urgence dans le regroupement pour faire nombre face à l’adversité, absence de vérification du mot d’ordre lancé, approximation dans la connaissance du suivi de sa diffusion, repérage immédiat dans l’espace par connaissance intime de corésidents, montée de la tension suite à la présence d’inconnus dans un territoire de vie en dehors des conditions normales de circulation en termes de temps et d’espace, sentiment de violation d’un espace de sécurité associant intimement le privé et le public, socialement reconnu, émotion collective devant la menace se traduisant par une agressivité génératrice de violence, volonté punitive immédiate afin de refonder dans l’action normative le pacte social de défense commune assurant la sécurité d’un espace vitale pour une communauté de vie, émergence d’un ordre de réplique accepté parce qu’intériorisé depuis longtemps. Ainsi la trilogie mobilisatrice des foules associant la puissance émotionnelle de la peur, le réconfort de la formation immédiate du groupe de vie, et l’agressivité de la volonté de sanction de l’agresseur se retrouve sans surprise à la base des interventions sécuritaires des habitants des quartiers, et même des sous-ensembles de quartiers dans les villes d’Ancien Régime34.

  • 35 AM Nantes, EE 112, p. 8. Premier interrogatoire de Georges Ollivier, 14-11-1712. « Il trouva dans (...)
  • 36 AM Nantes, EE 111, p. 58-59. René Dubois (4-11-1712) : « Environ les dix heures et demie du soir, (...)
  • 37 Robert Descimon, « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales (...)

19La différence entre la pure émotion urbaine, de type anti-fiscal ou frumentaire, et l’opération de police au sein d’une communauté de voisinage vient du rôle structurant immédiat joué par l’institution milicienne qui crée ainsi la distinction entre la subversion et le rétablissement de l’ordre. La convergence des témoignages recueillis et les détails notés par les acteurs de tous bords ne laissent aucun doute. Il ne s’agit pas de la récupération d’un mouvement basique incontrôlé né de l’initiative de chefs inquiets de son possible dérapage, mais bien d’un réflexe de défense collective partagé, allant de bas en haut, dans un réflexe d’organisation immédiate qui en dit long sur l’accoutumance au processus et l’acceptation culturelle de l’univers social qui lui est lié. Le premier réflexe des habitants descendus dans la rue est d’aller quérir leur sergent de milice afin de constituer une force légale d’intervention35. Les trois sergents les plus proches sont ainsi tirés de leur lit sur des appels personnalisés émis par des groupes informels issus des premiers résidents sortis de leurs maisons36. Aucun sergent ne rechigne malgré l’heure tardive – ou plutôt surtout à cause de cette heure avancée – et l’insistance pittoresque sur leur arrivée en chemises de nuit, mais tenant leur hallebarde, est bien là pour certifier de la rapidité de leur intervention et au-delà de l’efficacité de la structure de base milicienne en cas de danger immédiat37. Se reconstitue ainsi spontanément la sociabilité sécuritaire entretenue lors des divers regroupements miliciens, surtout dans ceux susceptibles de valoriser l’image de ces membres des classes moyennes ou même du menu peuple lors de circonstances moins désagréables et plus festives. Les parades, les défilés, les réunions amicales ont attiré depuis longtemps l’attention des historiens qui y ont décelé un puissant facteur de sociabilité politique dans la protection de l’idée de la citoyenneté urbaine dans la perpétuation d’une urbanité héritée du modèle de la bonne ville à l’intérieur de celui de la « ville royale ». Ces jugements ont été parfois entachés d’une certaine condescendance méprisante, renvoyant au statut de liturgie passéiste et folklorique ces regroupements de soldats de bourgeoisie. Une telle posture nous semble peu productive pour la compréhension de l’évolution des milices urbaines françaises car elle reste beaucoup trop formatée par une conception militaire de l’institution et ne prend pas suffisamment en compte la différence structurelle, existant dès le départ, dans les réponses apportées selon le degré de conscience sociale de l’insécurité. L’événement sur lequel nous nous attardons vient nous rappeler sur quel terreau de connivence sociale d’autodéfense d’un environnement immédiat s’enracinait les autres fonctions de la milice urbaine, des plus gratifiantes aux plus détestées, comme, par exemple, la garde nocturne a priori, sans danger identifié.

  • 38 AM Nantes, EE 112, p. 26. Premier interrogatoire de François Jouallan, 16-11-1712. « On seroit all (...)
  • 39 Robert Descimon, « Milice bourgeoise… », article cité, p. 886-887. L’auteur explique que l’identit (...)

20Cette identité milicienne activant les comportements des acteurs dans un regroupement spontané est lisible jusque dans l’ardente obligation de s’articuler avec au moins un des trois officiers de l’état-major de la compagnie du quartier. Même si la mobilisation opérationnelle se contente d’une échelle plus petite, en ne retenant que les acteurs directement concernés dans une logique de croisement de rues, il apparaît impensable de mener l’action réparatrice en dehors d’un officier supérieur. Là encore, la logique de proximité semble l’emporter sur le respect de la hiérarchie. La recherche évidente de l’enseigne pourrait plaider pour cette dernière explication puisqu’il s’agit du grade inférieur de l’état-major, mais le fait que les sergents pensent immédiatement à leur capitaine en cas d’absence de Charles Sevin, en omettant leur lieutenant, laisse à penser qu’ils privilégient la facilité géographique38. Même en tenant compte du caractère orienté des témoignages des cadres miliciens désireux de prouver le caractère légal de leur intervention, il n’est pas permis de douter de l’efficacité de cette chaîne de relations humaines unissant les miliciens et leurs responsables les plus immédiats dans une solidarité hiérarchisée éprouvée, la défection de l’un d’eux paraissant même impensable et source de déstabilisation génératrice de désordre social39.

Une réaction collective appuyée sur une méfiance traditionnelle de la soldatesque

  • 40 AM Nantes, EE 111, p. 25, 21-10-1712. Le soldat Jean Coindreau (24 ans) : « Il y vint deux hommes (...)
  • 41 AM Nantes, EE 111, p. 103. Les soldats inconnus « peuvent-ils mettre l’épée à la main devant les p (...)
  • 42 Stéphane Perreon, L’armée en Bretagne au xviiie siècle, thèse de doctorat, université de Nantes, 2 (...)

21La crise nantaise de 1712 est intéressante à un autre titre en ce qu’elle témoigne des relations terriblement ambiguës entretenues entre la milice bourgeoise et les militaires de l’armée royale séjournant temporairement à Nantes. D’un côté les soldats sont perçus positivement en ce qu’ils peuvent décharger les habitants de la corvée de la garde nocturne40, mais d’un autre côté perdure la très vieille méfiance vis-à-vis d’étrangers, toujours perçus comme indisciplinés, immoraux et brutaux, considérés immédiatement comme une menace pour la sécurité des biens et des personnes41. L’ambivalence contradictoire de ce début du xviiie siècle est d’autant plus significative qu’elle signe le début d’une grande mutation touchant la perception de l’armée par les populations, allant de la crainte et du rejet à la reconnaissance des services rendus, dans un mouvement général auquel la Bretagne ne reste pas étrangère42.

  • 43 AM Nantes, EE 112, p. 4. P.-V. de Jean Deschamps, 17-10-1712. « Se transporta accompagné de Jean H (...)

22La première forme de collaboration militaire évoquée dans l’affaire Sevin est hautement significative de ces contradictions puisqu’elle aboutit à créer du désordre à une échelle très réduite alors qu’elle a été motivée par la défense de la loi à l’échelle de la communauté. Rappelons que trois militaires ont été adjoints à un huissier de la maréchaussée pour effectuer l’arrestation d’un huissier au présidial accusé de prévarication financière43. Malheureusement, les pièces d’archives n’expliquent pas pourquoi il a été impossible de trouver des huissiers ou archers du présidial ou de la mairie afin d’accomplir cette mission. La seule interprétation qui vienne à l’esprit renvoie à un réflexe de solidarité corporative, même si cette obstruction dans une procédure judiciaire où les faits semblent prouvés reste quand même énigmatique. Faut-il y voir une forme de protestation contre un impôt nouveau, lié à la conjoncture de la guerre de Succession d’Espagne, perçu pour cela comme extraordinaire et ce d’autant plus que les signes d’une accélération des négociations laissaient espérer une paix prochaine ? Le refus de prêter main-forte à la prise de corps d’un simple receveur, même délictueux, n’aurait ainsi été qu’un geste symbolique renvoyant vers le traitant lui-même l’hostilité de contribuables urbains mécontents du renforcement de la fiscalité directe dans une ville bénéficiant du privilège d’exonération de taille depuis toujours.

  • 44 Guy Saupin, Nantes au xviie siècle…, op. cit., p. 131-135.

23La seconde forme de collaboration entre milice et armée royale tient à la présence de soldats de la marine au corps de garde de la place du Bouffay, place principale de Nantes depuis les temps les plus anciens, sur laquelle donnait le vieux château, bâtiment abritant la sénéchaussée et le présidial. Alertés par la clameur publique, mais aussi sollicités par quelques individus, une troupe de six militaires dirigée par un sergent, accompagné d’un caporal et de quatre soldats s’est dirigée vers lieu du tumulte. Arrivée sur place, elle a prétendu prendre en charge le contrôle du rétablissement de l’ordre, provoquant un rejet immédiat des responsables miliciens qui se sont considérés comme les plus qualifiés pour traiter cette perturbation au sein de leur quartier. Ainsi deux forces de l’ordre sont entrées en concurrence, chacune assurée de sa légitimité. La manière dont s’est exprimée la rivalité est très éclairante sur l’imaginaire mental prévalant à la définition de la milice bourgeoise. Même si les interventions militaires sont renvoyées à un lointain passé où la ville close risquait un siège d’éventuels agresseurs dans le cadre d’une guerre civile ou de prises d’armes nobiliaires – situations totalement évanouies depuis la fin des crises protestantes en 1629 – le modèle militaire n’avait jamais cessé de prévaloir dans les représentations collectives comme le montrent avec vigueur les mémoires défensifs rédigés au moment des transformations des charges électives en offices vénaux à l’extrême fin du xviie siècle. Cette approche de plus en plus mythique avait cependant été revivifiée par les envois répétés de bataillons sur les côtes proches afin de participer à la défense du royaume pendant les guerres de la ligue d’Augsbourg et de la Succession d’Espagne44, maintenant que la dimension maritime des conflits avait pris une dimension majeure.

  • 45 AM Nantes, EE 111, p. 25. Témoignage de Fabien Séjourné, dit La Pierre, sergent de la compagnie de (...)

24Il est intéressant de noter comment pour les Nantais la priorité se détermine par rapport à la hiérarchie des grades. Pour les sergents de milice, il est inconcevable d’obéir aux ordres d’un simple sergent de la marine, ce qui revient à poser le principe de l’égalité de leurs grades45. D’où leur quête immédiate de leur enseigne afin d’établir au plus vite une supériorité hiérarchique en leur faveur. Le nombre de références à la présence ou non d’un « officier de haussecol » illustre combien cette comparaison du niveau d’autorité leur sert de preuve absolue du bien fondé de leur supériorité pour agir.

  • 46 AM Nantes, EE 111, p. 12. Version Sevin, P.-V. 14-11-1712, signé par 60 personnes. « Sur quoy nous (...)

25Très conscients de l’affrontement de deux légitimités, l’enseigne Charles Sevin et le sergent Fabien Séjourné se sont montrés très attentifs à bien respecter les règles d’intervention, soucieux de ne pas se mettre en position ultérieure de faiblesse pour non-application du formalisme procédurier. Ainsi tous les deux prétendent-ils agir au nom du Roi, dans une référence publique à son autorité suprême et à son représentant au château46. Naturellement les récits divergent quant à la reddition des suspects. Pour le sergent de marine, celle-ci est due à la reconnaissance de sa présence par les enfermés qui l’auraient d’ailleurs conditionnée à son établissement effectif de cette dernière de vive voix. Pour Charles Sevin, les assiégés ne se seraient livrés qu’à la dernière limite, en comprenant que la porte allait être enfoncée, après avoir répondu par des menaces physiques à la déclinaison de ses titres et qualités.

  • 47 AM Nantes, EE 112, p. 4. P.-V. Deschamps, 17-10-1712. « Ayant voulu me retirer avec les dits capor (...)
  • 48 AM Nantes, 111, p. 25. Témoigange du sergent de marine (19-10-1712). « Dans laquelle on dit qu’on (...)

26Le déroulement de l’arrestation de l’archer et des trois soldats montre aussi combien les acteurs, malgré le climat d’intense agressivité qui les a saisis et qui aboutit à la blessure d’un des soldats47, conservent suffisamment de maîtrise pour ne pas se laisser entraîner dans des actions pouvant dégénérer ou les mettre en posture d’illégalité. Le sergent de marine, conforté ensuite dans les interrogations par sa position du bon côté de l’autorité en profite bien pour pousser son avantage en rappelant les avertissements de prudence prodigués vainement à l’enseigne juste avant l’engagement des opérations48. Face aux quatre hommes, l’enseigne a bien pris la précaution de ne pas s’opposer à la récupération des trois soldats par leur officier, sans omettre de faire reconnaître sa compétence supérieure dans cette arrestation. Les personnes appréhendées ont été emmenées à la prison du Bouffay dans un cortège composé des habitants et des soldats de la Marine dans une cohabitation laissant place à diverses interprétations. Le témoignage ultérieur du sergent de marine laisse entendre qu’il a repris immédiatement ses trois soldats, sans participer au cortège, mais il entre en contradiction avec ceux de deux de ses hommes qui situent la libération des soldats simplement aux portes de la prison, sur une demande particulière satisfaite par les miliciens. Ce décalage dans le récit s’explique sans doute par la crainte de l’officier de se voir reprocher un laxisme excessif dans sa gestion personnelle de la crise.

  • 49 AM Nantes, EE 111, p. 25, 19-10-1712. Témoignage du soldat Jean La Roche (29 ans) : « Près de deux (...)
  • 50 Robert Descimon, « Milice bourgeoise… », article cité, p. 894-895.
  • 51 Yvon Garland et Claude Nieres, Les révoltes bretonnes de 1675, Paris, 1975.

27Parmi les habitants sortis dans la rue, nombreux étaient ceux qui s’étaient munis d’une arme. Les témoignages font mention non seulement d’armes blanches, mais aussi d’armes à feu49, même si les premières semblent les plus nombreuses et en tout cas symbolique de l’autorité policière reconnue à la milice puisque la hallebarde reste l’arme associée systématiquement aux officiers miliciens en action afin d’établir leur légitimité. L’incident nantais de 1712 permet ainsi comment l’image du peuple en armes, figure matricielle des communautés d’habitants héritées des communes de bourgeoisie et meilleur support mental de la notion de citoyenneté, n’est pas une simple référence théorique de nature dorénavant mythique. Il est dommage que l’imprécision des témoignages ne permette pas d’éclairer socialement le caractère hétérogène de l’armement de tous ces voisins. La tradition de l’équipement à ses frais, depuis longtemps corrigée par les achats des municipalités, mais aussi parfois par le patronage financier des capitaines qui peuvent ainsi nourrir les liens de leur réseau d’influence en tant que notables de quartier, ont dû jouer à Nantes comme dans les autres cités50. Cet armement rudimentaire mais assez généralisé des habitants semble indiquer une tolérance assez grande des autorités, en tout cas beaucoup plus forte que dans des phases de crise aiguë comme pendant les guerres civiles et religieuses. La relative rareté des émeutes dans la ville de Nantes au xviie siècle, comparée à d’autres villes comme Bordeaux par exemple, et la disparition de ces rébellions urbaines depuis 1675 expliquent peut-être ce laisser-faire, même si la révolte du papier timbré qui a surtout secoué Rennes cette année-là a débuté par une flambée nantaise au mois d’avril51.

  • 52 AM Nantes, EE 112, p. 35, 2-12-1712. Face au subdélégué Mellier qui s’étonne que Charles Sevin ait (...)
  • 53 A.M. Nantes, EE 111, Ordonnance du comte de Lannion, le 12 novembre 1712 : « Veu les ordres partic (...)

28Dans une ville d’un royaume sanctuarisé par la nouvelle armée royale et dans une cité attachée au loyalisme monarchique depuis le rejet oligarchique a posteriori de son aventurisme ligueur, il n’est pas surprenant que les nécessités de l’autogestion de la sécurité urbaine au niveau premier de la rue ait conduit à cette acceptation de l’armement des habitants intégrés dans une institution dépendant directement du maire et du représentant militaire du roi52. La meilleure preuve de cette lecture de l’équilibre des forces de l’ordre, dans une nouvelle lecture d’une complémentarité entre l’initiative encadrée des résidents responsables de leur espace de vie et le service des régiments royaux en résidence, peut se lire dans notre affaire dans la réaction du comte de Lannion, représentant militaire de l’autorité royale. Le lieutenant au gouvernement nantais se contente de veiller strictement à la restitution des armes ôtées aux soldats par les miliciens lors de leur arrestation53, sans prendre aucune mesure de désarmement des miliciens pourtant poursuivis pour avoir entravé l’action de la justice royale.

  • 54 Stéphane Perreon, Les problèmes militaires à Nantes sous le règne de Louis XIV, maîtrise, universi (...)
  • 55 AM Nantes, EE 111, p. 25, 25-10-1712. François Le Meignen (20 ans) : « Un coup de hallebarde dans (...)
  • 56 Robert Descimon, « Milice bourgeoise… », article cité, p. 900. « Le forain par excellence, c’était (...)

29Cette question de la régulation des relations entre les habitants et les soldats se heurte à un passif énorme dans lequel la morgue de militaires plus ou moins disciplinés répond à l’hostilité quasi systématique des résidents contre des étrangers considérés comme des fauteurs de troubles et d’insécurité54. Le soupçon systématique de vol55 ne pouvait qu’être que renforcé lorsque les miliciens ont découvert que les inconnus barricadés relevaient de l’armée et de la maréchaussée56. Toute une discussion hautement symbolique autour de la saisie de la « bandolière » de l’archer de maréchaussée nous rappelle l’omniprésence de ce climat conflictuel dans les mentalités collectives.

30Les dérapages peuvent s’avérer beaucoup plus graves, jusqu’à finir par la mort d’homme, dans un climat de brutalité largement partagé par les élites et les catégories populaires comme nous le rappelle un grave accident survenu simplement six ans auparavant. Le 10 février 1706, un habitant, qui avait à se plaindre des agissements d’un soldat du régiment du Gastinois qu’il était obligé de loger chez lui, a obtenu immédiatement le soutien de ses voisins qui sont descendus eux aussi armés dans la rue. Ce petit groupe solidaire est immédiatement tourné vers les deux sergents de quartier les plus proches, qui ont ensuite appelé leur lieutenant, le sieur Guillaume Guilloré, mais aussi un échevin, le sieur Guillaume Fresneau, soit deux négociants fort connus, domiciliés sans doute à proximité du lieu du conflit. Selon les témoignages recueillis, le sergent du régiment aurait lui aussi refusé de sortir tout en se mettant en défense, ce qui aurait provoqué une fusillade où il aurait été tué sur le coup.

31Il est aisé de remarquer les points de convergence qui unissent les affaires de 1706 et de 1712. Dans la sanction royale qui tombe en avril 1706, le pouvoir royal se contente d’une punition symbolique puisque les deux responsables de la police urbaine ne sont suspendus que pour un an. Il leur est principalement reproché d’avoir une conduite « d’autant plus blamable qu’elle tendoit à exciter une sédition entre habitants et gens de guerre ». Tout cela n’a empêché Guillaume Guilloré de conserver très longtemps sa responsabilité de lieutenant de milice de la Fosse, en étant confirmé dans ce grade dans le quatrième quartier de la Fosse lors de la division en quatre de l’énorme zone portuaire en 1723, après avoir sélectionné en troisième rang par le corps électoral nantais pour être proposé comme maire de la ville en 1719, succès sans suite puisque le corps de ville en place fut prolongé d’un an mais dénotant la renommée dont bénéficiait ce notable au sein d’une oligarchie municipale dominée par le négoce.

  • 57 Marie-Claire Gilbert, La vie politique à Nantes au xviiie siècle, 1710-1720, maîtrise, université (...)
  • 58 AM Nantes, EE 111, p. 108. Lettre de l’intendant à Mellier, Rennes, 31 janvier 1713. « J’ay reçu l (...)
  • 59 AM Nantes, EE 105. Conflit entre Proust et de Mianne en 1705. Le maire, colonel de la milice bourg (...)
  • 60 Benoît Moreau, Les officiers de la milice bourgeoise à Nantes, 1715-1750, maîtrise, université de (...)
  • 61 AM Nantes, BB 73, séance du 4 février 1721. Inscription de l’arrêt du Conseil du 10 janvier 1721.

32La mansuétude du pouvoir royal dans ce genre de dérapage est d’ailleurs répétitive. En 1712, l’intendant Ferrand de Villemilan (1705-1715), a toujours recherché une voie moyenne entre réaffirmation de principe de l’autorité des représentants royaux et volonté de ne pas heurter l’oligarchie dirigeante nantaise57. Considérant que la procédure d’instruction a suffisamment semoncé les miliciens nantais, il s’empresse de conclure l’affaire sans jugement fin janvier 1713, dès lors que Charles Sevin a suivi ses recommandations d’accommodement58. Tout cela rappelle bien évidemment des pratiques habituelles de l’infra-justice largement employées par l’ensemble de la population. Le soutien du maire par office, Julien Proust, sieur du Port Lavigne59, colonel de la milice de bourgeoise au titre de sa fonction de premier magistrat municipal, apporté à l’un des responsables de l’encadrement policier bourgeois, plaidait pour une sortie de crise rapide et négociée. La « carrière » et l’honorabilité de Charles Sevin n’ont pas souffert de cette affaire60 puisque le maître orfèvre est promu lieutenant de sa compagnie par élection du corps électoral nantais et brevet royal en 1714, avant d’être nommé comme major de milice en Conseil du roi en 172161, c’est-à-dire désigné par l’intendant Feydeau de Brou, sur avis de son subdélégué nantais Gérard Mellier, devenu maire de la ville depuis un an. Il est resté major de la milice, avec rang de capitaine et position d’honneur aux côtés du maire dans les rituels civiques jusqu’à sa démission donnée en 1741.

Conclusion

33Cette enquête de micro-histoire appliquée à quelques rues d’un quartier d’une grande ville française au début du xviiie siècle nous a semblé pouvoir ouvrir des perspectives intéressantes quant l’histoire des milices bourgeoises et de la police urbaine dans les villes d’Ancien Régime. À partir d’un incident somme toute banal, susceptible de se reproduire assez souvent, nous avons vu comment un ensemble de voisins, soudés dans la double sociabilité de la vie quotidienne et de l’institution milicienne, était capable de prendre lui-même en charge la sécurité des personnes et des biens dans son espace de vie. Cette régulation ne s’opérait pas dans l’anarchie de réponses purement individuelles mais dans un réflexe de pratiques collectives institutionnalisées dont la spontanéité révèle la profondeur de l’enracinement dans les mentalités.

  • 62 Notre analyse nous semble apporter de quoi dépasser la légère divergence d’appréciation entre Robe (...)

34L’autogestion policière tire sa force de son enracinement dans la sociabilité produite par le partage d’un petit espace de vie. Deux grands caractères s’imposent à l’analyse des liens sociaux de protection ainsi établis et sollicités : la spontanéité première et le recours immédiat à la force d’encadrement citoyenne la plus proche. Ainsi la mobilisation collective défensive n’est pas imposée d’en haut, mais ressentie par l’expérience comme la forme la plus efficace de la protection individuelle. En même temps, elle exprime sa conscience de ne pouvoir gagner cette efficacité qu’en se manifestant dans une institution officielle incarnée dans une certaine hiérarchie. La milice bourgeoise que nous avons vu fonctionner est simultanément une configuration sociale autonome qui se forge dans l’action sur le critère de la solidarité de résidence et de l’entraide entre voisins et l’entrée en action d’une structure basique d’encadrement de la municipalité62. Sa force vient de son aptitude à établir le lien entre l’affirmation de la capacité d’initiative des résidents d’un petit espace de vie urbaine et la reconnaissance de l’intégration dans la grande architecture politique de l’ensemble de la communauté urbaine.

35Ainsi, en contrepoint des témoignages irréfutables souvent cités sur les réticences de nombreux habitants pour les gardes nocturnes et du caractère très conjoncturel et volatil des mobilisations de masse devant une menace extérieure, il nous semble important de multiplier les observations sur les modalités de l’insertion milicienne dans la gestion de la police urbaine dans tous les types de ville de province en France à l’époque moderne. Cela pourrait sans doute mieux nous faire comprendre comment des entassements humains plus ou moins importants, marqués par des dénivellations économiques et culturelles considérables, ne se sont pas transformés en champ de guerre sociale quasi permanent, étant donné le sous-effectif notoire des forces policières.

Notes

1 André Corvisier, « Le pouvoir militaire et les villes », Georges Livet et Bernard Vogler (éd.), Pouvoir, Ville et Société en Europe, 1650-1750, Colloque CNRS 1981, Paris, CNRS, 1983, p. 11-20.

2 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, PU Angers, 1984, t. 2, p. 81 et suivantes. Guy Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine, 1598-1720, Rennes, PUR, 1976, chapitre V, p. 127-151. Béatrice Baumier-Legrand, Tours dans la seconde moitié du xviiie siècle : institutions municipales et gestion urbaine (1764-1792), thèse d’Université, Tours, décembre 2004, chap. 7, p. 565-583.

3 Cela explique la très faible place que lui accordent les grandes synthèses françaises. Emmanuel Le Roy Ladurie (dir.), La ville classique, t. III, dans Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, Paris, Seuil, 1981. Jean Meyer et Jean-Pierre Poussou, Études sur les villes françaises, milieu du xviie siècle à la veille de la Révolution française, Paris, SEDES, 1995, p. 173-175, 350. On n’y traite que de la situation parisienne, très différente des réalités provinciales.

4 André Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au xviiie siècle », Annales de la faculté des lettres de Nice, 9-10, 1969, p. 241-277. Guy Saupin, « Les corps de ville dans la France moderne : tendances historiographiques récentes », Bulletin de la SHMC, 2000, 3-4, p. 123-135.

5 Blanc, Douki, Dyonet, Milliot (éd.), Police et migrants, France 1667-1939, Rennes, PUR, 2001. Catherine Clement-Denys, Police et sécurité au xviiie siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, L’Harmattan, 2002.

6 Arlette Farge, Vivre dans la rue, Paris, Gallimard, 1992, rééd. Alain Cabantous, « Le quartier, espace vécu à l’époque moderne », HES, vol. 13, n° 3, 1994, p. 427-440. Olivier Zeller, dans Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, t. I : De l’Antiquité au xviiie siècle, Paris, Seuil, 2003, p. 796-799.

7 AM Nantes, EE 112, p. 2.

8 AM Nantes, EE 112, p. 4.

9 AM Nantes, EE 112, p. 4. P.-V. de rébellion dressé par Jean Deschamps, huissier, archer de la Maréchaussée (15 et 17 octobre 1712). « Après les perquisitions faites de la personne dudit Douillard, huissier audiancier en la chancellerie du présidial de Nantes, qu’il fait au bout de la rue de la Casserie, où estant et continuant la signification à luy cy devant faite, et après les perquisitions faites monté à l’appartement dudit Douillard, situé au troisième étage, à l’effet de le saisir et appréhender au corps faute de payement par lui fait de la somme de 577 L. 6 sols par lui deue, où estant et ayant par effet frappé à la porte dudit Douillard, luy aurions fait sommation et interpellation, ce qu’ayant refusé, nous aurions à plusieurs fois fait et réitéré les précédentes interpellations et ayant entendu ledit Douillard marcher dans ladite chambre, nous aurions été tout d’un coup surpris que ledit Douillard auroit fait crier par ses fenêtres et les voisins demeurant dans ladite maison aux voleurs et au feu, qu’on le volloit et qu’on le voulloit assassiner […] ».

10 AM Nantes, EE 111, p. 33. 16-10-1712. François Boiscourbeau, dit Belle-Fleur, dénonce les habitants et leurs officiers de milice « qui maltraitèrent extrèmement les dits archer et soldats, entre autre le suppliant qui fut griesvement blessé en cette occasion ». EE 112, p. 6. P.-V. du chirurgien (16-18 octobre 1712).

11 A.M. Nantes, EE 111, p. 1-2. Lettre de Boillève à G. Mellier, 8 octobre 1712. Le plaignant indique que, « comme chargé du recouvrement de l’affranchissement de la capitation et autres recettes, il auroit pris et employé pour commis en son bureau de Nantes depuis le 26 juillet 1710 jusqu’au 26 juillet 1711 le nommé Jean Douillard […], lequel sous la prétenduë qualité de controlleur et sans estre chargé d’aucun pouvoir du suppliant se seroit ingéré de recevoir de différents particuliers plusieurs sommes (577 livres 6 sols) qu’il avoit dissipées ou apliquées à son profit ».

12 AM Nantes, EE 112, p. 29. 24-11-1712. Interrogation de Douillard, 24-11-1712. L’huissier au présidial contredit cette version en affirmant avoir soupé au logis du Merle blanc, proche le Bignon Lestard. « Plusieurs personnes citées peuvent en témoigner, que ce fut le commis du sieur Guillaume Marcé, nommé Mansion, qui donna cedit jour à souper à l’accusé au logis du Merle blanc avec l’hoste et l’hostesse dudit logis, ainsi qu’avec la mère et la sœur de ladite hostesse qui demeurent dans la rue de la Casserie et que l’accusé ramena dans leur maison après souper sur les dix heures et demie du soir. » Selon ses dires, il ne pouvait y avoir personne dans son appartement puisque sa femme était à la campagne et qu’ils n’ont pas de servante.

13 Raphaël Malegol, La reconstruction du quartier nantais de la Casserie suite à l’incendie de 1680, maîtrise, université de Nantes, Guy Saupin dir., 2002.

14 Sandrine Dosseul, Le quartier de la Fosse à Nantes aux xvie et xviie siècles, maîtrise, université de Nantes, Guy Saupin dir., 1996.

15 Alain Croix, Nantes et le pays nantais au xvie siècle. Étude démographique, Paris, 1976, p. 208-209. Jean-Pierre Husson, La société nantaise au xviiie siècle d’après les archives de la capitation et de la milice bourgeoise, maîtrise, université de Nantes, Yves Durand dir., 1971.

16 Sébastien Moriceau, Les officiers de la milice bourgeoise à Nantes, 1661-1715, maîtrise, université de Nantes, Guy Saupin dir., 1994.

17 AM Nantes, EE 111, p. 98, 22-12-1712. Lettre de Sevin à Mellier : requête pour informer. Fourniture d’une liste de témoins : « Françoise Aubin, femme du sieur Manin, marchand, Pierre Guillemot et femme, Jacques le Bonne, tailleur, la veuve Chauvé, marchande, André Homo, marchand, André Ancellin, marchand, le sieur de La Ferrière, marchand, le sieur Germon, le sieur Lespiant, marchand négociant, le sieur Frémin, employé, Evain, plombier, la veuve Bertin, la dame Hardouin, Bouchaud, menuisier, et Féré, justice ».

18 AM Nantes, EE 112, p. 35. Seconde interrogation de Sevin (2 décembre 1712). Mellier lui reproche d’avoir fait établir le 15 octobre un procès-verbal, signé par lui, les sergents et quelques habitants : Goujon, Bouchaud, Desjardins, Dubois le jeune, Mages, Pinot, Bourdon, Denis. Ce sont les sergents Ollivier et Jouallan qui se sont acquittés de cette tâche sur ordre de leur enseigne, en s’adressant à « ceux qu’il sçavoit avoir esté présents et gens notables ». Sevin rejette formellement l’accusation de les avoir sollicités. Prudemment, les trois sergents déclarent ne pouvoir certifier la présence des signataires « pour si grande confusion de monde ».

19 AM Nantes, EE 111, p. 103. 19-01-1713. Contre-attaque des sergents contre les déclarations de l’archer : « Quand il a ozé dire qu’il a esté maltraité et vollé d’une somme de 350 livres, c’est une imposture avérée par les informations qu’il a fait luy mesme, n’ayant jamais eu trente pistoles en son vallant et n’ayant jamais exercé que le misérable métier de garçon tailleur que la pauvreté luy a fait quitter pour prendre une commission de sergent. »

20 Christian Jouhaud, « Action politique et sociabilité. Les Frondes radicales », Françoise Thelamon (éd.), Sociabilité, Pouvoirs et Société, Colloque Rouen 1983, Rouen, PU Rouen, 1985, p. 360-361.

21 C’est bien le seul point sur lequel les témoignages des divers protagonistes concordent. AM Nantes, EE 111, p. 13-14. L’archer Jean Deschamps. EE 111, p. 46, 57-59. L’enseigne et ses trois sergents. Sevin : « Il entendit du haut de la Casserie une émeute extraordinaire de peuple qui crioit au feu et aux voleurs. »

22 AM Nantes, EE 111, p. 12. P.-V. de Sevin, 14 11 1712. « M’estant informé au nommé Jouallan, nostre sergent de quartier, et à tous les habitans, ils nous auroient déclaré que c’étoit gens inconnu qui s’étoient enfermés dans cette maison. »

23 AM Nantes, EE 111, p. 103. Pièce du 19 janvier 1713. Réponse des trois sergents dénonçant « mauvaise foy dans le procédé de Jean Deschamps, archer suposé de la maréchaussée de Bretagne » : « Les ordres qui ont esté mis en mains de Deschamp ont esté confiés à un homme sans conduite, sans règle et sans expérience ; en effet un sergent chargé d’un pouvoir d’arester Douyillard peut-il plus mal prendre ses mesures que d’aller à dix et onze heures du soir du mois d’octobre se cacher dans le degré d’une maison avec des soldats de la marine qui sont à Nantes et de fermer les portes sur eux sans donner lieu de présumer que ce sont des voleurs. »

24 AM Nantes, BB 49, f° 61 v° et suivants.

25 James B. Collins, « Nantes à la lueur d’un feu : l’incendire de la rue de la Casserie, 1680 », Mélanges Jean Tanguy, Bretagnes, art, négoces et société de l’Antiquité à nos jours, Brest, 1996, p. 256-258.

26 Robert Descimon, « Solidarité communautaire et sociabilité armée : les compagnies de la milice bourgeoise à Paris (xvie-xviie siècles) », Françoise Thelamon (éd.), op. cit., p. 602-604.

27 AM Nantes, EE 111, p. 12. PV de Charles Sevin, 14-11-1712. « Ayant été averty à la clameur publique qu’il avoit dans une maison de la rue de la Clavurerie où demeure le sieur Desjardins des particulliers qui s’étoient enfermés dans la ditte maison et qui voulloint enfoncer les portes du nommé Douillard qui étoit absent et voller […] où étant j’aurois trouvé grand nombre d’habitans et la garde du Bouffay que commandoit un sergent lequel nous auroit dit qu’il étoit venu aussi à la clameur publique, pour voir ce que c’étoit. »

28 Yves-Marie Berce, Histoire des croquants. Étude des révoltes populaires au xviie siècle dans le sud-ouest de la France, Paris, Droz, 1974. Michèle Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au milieu du xviiie siècle, Paris, Fayard, 1989.

29 James B. Collins, op. cit., p. 264-265. Exemples en 1668. AM Nantes BB 46, f° 31, ADLA B 6785.

30 AM Nantes, EE 111, p. 25, 19-10-1712. « […] où estant arrivé il remarqua parmy un grand nombre de peuple près de soixante personnes armez de fusilz, sabres et hallebardes ».

31 AM Nantes, EE 112, p. 29, 24-11-1712. Jean Douillard déclare avoir rencontré, en rentrant à son domicile, « plusieurs personnes assemblées à la porte de sadite maison qui estoient les gens du quartier de ladite rue au nombre d’environ cinq cents personnes tant hommes que femmes, entre autres ceux qui demeurent proche sadite maison dont il ne se souvient du nom si ce n’est de celuy du sieur Desjardins, Bouchaud, sa femme […] ».

32 Sur laquelle clameur, « s’estant assemblés quantité de voisins et particuliers à nous inconnus, au nombre de plus de deux cents personnes, nous aurions été obligés pour prévenir le tumulte de descendre jusqu’au bas dudit escalier où nous aurions trouvé la porte de l’allée fermée. Laquelle porte auroit été quelque temps après rouverte avec une clef jettée d’en haut par un particulier à nous inconnu ».

33 AM Nantes, EE 111, p. 48. « Il (Sevin) entendit du haut de la Casserie une émeute extraordinaire de peuple qui crioit au feu et aux voleurs, et mesme des voyx qui l’accusaient d’estre caché. »

34 David Garrioch, Neighborhood and Community in Paris, 1740-1790, Cambridge, CUP, 1986, p. 51-55.

35 AM Nantes, EE 112, p. 8. Premier interrogatoire de Georges Ollivier, 14-11-1712. « Il trouva dans la rue près de quarante personnes de différens ages et sexes parmy lesquelzs il remarqua Dubois et Jouallan, sergent de bourgeoisie, ausquels il demanda le sujet de ces tumultes. Ils luy répondirent qu’on venoit de les chercher, qu’il y avoit des voleurs dans la maison du sieur Bouchaud, notaire, proche celle de ladicte veuve Baco, dont la porte étoit fermée, c’est-à-dire la porte de la maison où demeurent ledit Bouchaud et le sieur Desjardins peintre, ce qui engagea l’acusé de dire audit Jouallan qu’il estoit expédient d’aller chercher un de leurs officiers de haussecol. »

36 AM Nantes, EE 111, p. 58-59. René Dubois (4-11-1712) : « Environ les dix heures et demie du soir, il vint plusieurs habitans a sa porte criant au feu et aux voleurs et l’appellant en personne ; sur quoy l’accusé mit sa veste sur luy sans se chausser et prit sa hallebarde et son épée à son costé et sortit dans la rue et demanda au public qui estoit la rassemblé… » P. 57 : Ollivier (4-11-1712) : « À environ les dix heures et demie du soir et sommeillant, sa femme le réveilla et luy dit qu’on crioit aux voleurs et au feu dans la rue, qu’on l’appelloit pour y aller restaurer l’ordre ; aussytost il se leva, s’habilla sans cependant prendre le temps de prendre ses bas et ayant sa hallebarde à la main courut vers la porte de Dubois, gantier, et la veuve Baco, marchande, où on crioit. »

37 Robert Descimon, « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales ESC, juillet-août 1993, n° 4, p. 904. Sous le titre « Écologie du bon voisinage », l’auteur décrit des phénomènes strictement identiques pendant la Fronde en 1652. Un compagnon tailleur de pierre déclare : « Dans son lit a entendu du bruit dans la rue environ deux heures après minuit, ce qui l’obligea de mettre la teste à la fenêtre. » Il reconnaît les voix de ses camarades de milice. Même propos dans la bouche d’un maître vitrier.

38 AM Nantes, EE 112, p. 26. Premier interrogatoire de François Jouallan, 16-11-1712. « On seroit allé heurter à sa porte disant sergent de quartier venez il a du bruit, il seroit sorty avec sa hallebarde et seroit allé au carrefour Saint-Nicolas où il entendoit du bruit où il vit lesdits Dubois et Ollivier avec chacun leur hallebarde à la main, lequel Ollivier cria à l’acusé d’aller chercher le sieur Sevin et en cas qu’il n’y soit pas d’aller chercher le sieur du Pontreau, leur capitaine. Sur cela ledit acusé estant entré chez le sieur Sevin on dit qu’il n’estoit pas à la maison, et continuant son chemin pour aller chez ledit sieur du Pontreau, il rencontra ledit Sevin qui se rangeoit chez lui auquel il dit qu’il y avoit du bruit e demanda s’il y vouloit paroistre, il répondit que sur le champ il alloit prendre son épée et son haussecol. »

39 Robert Descimon, « Milice bourgeoise… », article cité, p. 886-887. L’auteur explique que l’identité urbaine bourgeoise se forme dans la double expérience de l’inscription dans une communauté civique de quartier et une communauté ecclésiastique paroissiale, la première lui paraissant plus structurelle, la seconde plus liée à des moments forts d’exaltation comme la Ligue. À travers cette territorialisation, c’est toute l’exigence sociale de la participation qui s’exprime. Comme le rappelle l’édition de 1595 des Ordonnances royaux à propos de l’identité de bourgeoisie, l’essentiel est d’être présent, ce qui permet à l’auteur de conclure : « La qualité première du bourgeois est d’être là. »

40 AM Nantes, EE 111, p. 25, 21-10-1712. Le soldat Jean Coindreau (24 ans) : « Il y vint deux hommes à luy inconnus dire qu’il y avoit des voleurs dans une maison… et invitèrent la garde d’y aller apaiser le tumulte. »

41 AM Nantes, EE 111, p. 103. Les soldats inconnus « peuvent-ils mettre l’épée à la main devant les personnes qui les aperceurent les premières sans donner lieu à un vaccarme publicq ».

42 Stéphane Perreon, L’armée en Bretagne au xviiie siècle, thèse de doctorat, université de Nantes, 2003, partie III, chap. 2.

43 AM Nantes, EE 112, p. 4. P.-V. de Jean Deschamps, 17-10-1712. « Se transporta accompagné de Jean Héraud, caporal, François Boiscourbeau, soldat et Nicolas Lesseray aussi soldat des compagnies de marine en quartier à Nantes par lui pris en aide de justice, de l’ordre de M. le comte de Lannion, lieutenant général des armées du roy et commandant pour S.M. en cette place, sur le refus fait par les huissiers, sergents et autres de prester main forte sur ce requis ».

44 Guy Saupin, Nantes au xviie siècle…, op. cit., p. 131-135.

45 AM Nantes, EE 111, p. 25. Témoignage de Fabien Séjourné, dit La Pierre, sergent de la compagnie de marine du sieur Le Mairat, demeurant au collège Saint-Jean rue et paroisse Saint-Léonard, 45 ans, 19 octobre 1712. « Le témoin étant au corps de garde du Bouffay de cette ville fut averty environ les dix heures du soir qu’il avoit du désordre au bout de la rue de la Casserie de ladite ville, qu’à l’instant il s’y transporta avec cinq soldats de la garde […] et le témoin s’adressant à un de ceux qui avoit une hallebarde à la main luy demanda le sujet de ce désordre, lequel luy dit que c’estoient des voleurs qui estoient renfermez dans une des maisons qu’il leur montra, alors le témoin a la teste des cinq autres soldats dit audit homme qui tenoit une hallebarde qui paroissoit au témoin estre sergent de bourgeoisie et aux autres qui l’accompaignoient qu’ils se fussent retirez et que lui témoin se chargeoit des personnes de ces prétendus voleurs, ce qui fut refusé par lesdits particuliers bourgeois disant qu’ils ne reconnoissoient point le témoin pour officier, qu’ils vouloient voir un officier de haussecol, auquel ils auroient obéi, mais que tous les soldats étoient des fripons et des voleurs, à quoi le témoin auroit répliqué qu’il ne pouvoit pas pour lors et dans ce moment fournir un officier de haussecol, lesdits bourgeois en envoyèrent chercher un de leur quartier. »

46 AM Nantes, EE 111, p. 12. Version Sevin, P.-V. 14-11-1712, signé par 60 personnes. « Sur quoy nous estant approché de laporte pour demander ausdits particulliers ce qui cherchoints dans cette maison et leurs ayant fait connoistre notre qualité nous leur aurions fait commandement, de par le Roy, d’ouvrir la porte, qu’il ne leur seroit fait aucun mal. A quoy ces particulliers, méprisant nos ordres, nous répondirent que les premiers qui entrevoints ils leur passeroint leurs épées au travers du corps. Lors voyant qu’il étoit de nostre devoir de faire enfoncer la porte pour connoistre lesdits particulliers, se l’ouvrirent et en mesme temps y étant entrés de compagnie avec le sergent de garde et plusieurs mousquetaires, nous trouvames quatre hommes l’espée à la main qui n’ayant voullu rendre ni ne nous déclarer ce qu’ils cherchaient dans cette maison, nous aurions saisy lesdits particulliers et les aurions désarmés, jointement avec le sergent de garde qui auroit reconnu trois de ses soldats dont il se seroit saisi, et nous auroit promis de les présenter toutes et quantes fois qu’il en seroit besoin. Et commee il restoit un autre de ces particulliers qui portait une bandollière qui jetta à terre en marchant, qui fut ramassé et mis entre nos mains, nous les fismes conduire par nostre détachement d’habittans et de la garde entre les portes des prisons pour en aller faire nostre rapport à M. le compte de Lannion. »

47 AM Nantes, EE 112, p. 4. P.-V. Deschamps, 17-10-1712. « Ayant voulu me retirer avec les dits caporal et soldats pour éviter le désordre et prendre d’autres mesures nous aurions été surpris de trouver dans la rue et l’entrée de ladite allée grand nombre de particuliers armés de hallebardes, fusils, pistollets et épées, à la teste desquels j’aurois, moi Deschamps, reconnu le sieur Sevin, orpheuvre et officier de quartier, qui avec son sponton voulut me faire quelques violences. »

48 AM Nantes, 111, p. 25. Témoigange du sergent de marine (19-10-1712). « Dans laquelle on dit qu’on n’ouvriroit point la porte qu’il n’y eut un sergent du Bouffay, alors le témoin s’estant nommé et fait reconnoistre à la voix on ouvrit incontinent ladite porte et reconneut à l’instant le caporal et les deux soldats qu’il sçavoit avoir ordre de Mr. le comte de Lannion d’arrester un homme et avec eux estoit un archer de la maréchaussée, sur cela le témoin dit audit officier de haussecol qu’il prit bien garde de ce qu’il alloit faire, qu’il sçavoit que ces soldats avoient ordre de Mr. le comte de Lannion d’arrester un homme, à quoy ledit officier dit qu’il se fourchoit de ces ordres et ledit archer ayant aussi dit avoir des ordres de Mr. le comte de Lannion et qu’il n’estoit point un volleur et montrant sa bandolière ledit officier le prit à sa bandolière luy secouant pour la voulloir aracher, disant que cette bandolière luy servoit pour aller voler dans les maisons, que delà ledit officier avec ses sergens et autres inconnus au témoin conduisirent ledit archer à la prison du Bouffay et le témoin se retira et n’a veu autre chose, ayant emmené avec luy au corps de garde les trois soldats qui s’étoient trouvez dans ladite maison. »

49 AM Nantes, EE 111, p. 25, 19-10-1712. Témoignage du soldat Jean La Roche (29 ans) : « Près de deux cens personnes dont la pluspart estoient armez d’armes à feu et d’armes blanches parmy lesquels il y avoit des sergents de milice. ».

50 Robert Descimon, « Milice bourgeoise… », article cité, p. 894-895.

51 Yvon Garland et Claude Nieres, Les révoltes bretonnes de 1675, Paris, 1975.

52 AM Nantes, EE 112, p. 35, 2-12-1712. Face au subdélégué Mellier qui s’étonne que Charles Sevin ait produit un procès-verbal des événements survenus le 15 octobre, « n’estant point ordinaire aux officiers de bourgeoisie d’en dresser de ce qui s’est passé dans leur quartier », l’enseigne réplique qu’il est au contraire « de l’usage a tous les officiers de bourgeoisie de dresser des procès-verbaux de stumultes qui arrivent dans leur quartier affin de faire connoistre le bon ordre que l’on tient pour la tranquillité et l’ayant mesme fait par l’ordre de Monsieur le comte de Lannion ».

53 A.M. Nantes, EE 111, Ordonnance du comte de Lannion, le 12 novembre 1712 : « Veu les ordres particuliers de la Cour, en date du 2 de ce mois, il est ordonné au sieur Sevin, officier de Bourgeoisie de Nantes, de rendre ou de faire rendre à la signification de notre présente ordonnance les armes qui ont esté ostées, le quinzième du mois dernier à un caporal et deux soldats de la marine, par nous commandés ledit jour pour soutenir l’exécution d’une ordonnance. »

54 Stéphane Perreon, Les problèmes militaires à Nantes sous le règne de Louis XIV, maîtrise, université de Nantes, Jean-Pierre Bois dir., 1993.

55 AM Nantes, EE 111, p. 25, 25-10-1712. François Le Meignen (20 ans) : « Un coup de hallebarde dans la joue d’un des soldats qui se trouvèrent dans l’allée de ladite maison. » Ils furent tous conduits à la prison, mais les soldats furent rendus après supplication. « Se souvient que lors qu’on conduisit ledit archer, il étoit saisi par deux hommes qui avoient chacun une hallebarde, l’un desquels mit la main à la poche de la culotte dudit archer lequel s’en apercevant dit vous me volez mon argent, a quoy ledit homme inconnu au témoin répondit non c’est pour voir si tu as des pistollets. »

56 Robert Descimon, « Milice bourgeoise… », article cité, p. 900. « Le forain par excellence, c’était le soldat ».

57 Marie-Claire Gilbert, La vie politique à Nantes au xviiie siècle, 1710-1720, maîtrise, université de Nantes, Guy Saupin dir., 1993.

58 AM Nantes, EE 111, p. 108. Lettre de l’intendant à Mellier, Rennes, 31 janvier 1713. « J’ay reçu la lettre que vous avez pris la peine de m’écrire le 29 de ce mois sur l’affaire de Sevin. Puisqu’il s’est accomodé avec toutes les parties et qu’il offre de payer les frais de la procédure, je crois qu’il ne faut pas aller plus loin et qu’il est a propos de demurer ou vous en êtes, sans rendre de jugement, ce que l’on ne pouroit faire sans instruction. Ce drolle-là sera assez puni par la bourse de son insolence et on le tiendra dans le respect en conservant cette procédure. »

59 AM Nantes, EE 105. Conflit entre Proust et de Mianne en 1705. Le maire, colonel de la milice bourgeoise, soutient volontiers ses officiers, dans un pur esprit corporatif, tellement l’institution milicienne est liée à la vie municipale nantaise.

60 Benoît Moreau, Les officiers de la milice bourgeoise à Nantes, 1715-1750, maîtrise, université de Nantes, Guy Saupin dir., p. 11-18.

61 AM Nantes, BB 73, séance du 4 février 1721. Inscription de l’arrêt du Conseil du 10 janvier 1721.

62 Notre analyse nous semble apporter de quoi dépasser la légère divergence d’appréciation entre Robert Descimon et David Garrioch, entre la légitimité de l’institution et la spontanéité de l’ordre communautaire. L’intérêt de notre exemple vient de ce qu’il illustre une ville de province en 1712, date à laquelle l’identité bourgeoise parisienne est entrée en dissolution suite au remplacement de la milice par une police d’Etat sous le règne de Louis XIV. Mais Paris n’est pas la France.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search