Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Première partie. Prémisses et antécédents

Les « communes » rurales pendant la Ligue en Haute Bretagne : une préfiguration de la Garde nationale ? (1589-1789/1792)

Yann Lagadec

Texte intégral

  • 1 Michel Lagrée, « La structure pérenne. Événement et histoire en Bretagne orientale (xvie-xxe siècl (...)

1Comprendre le phénomène, a priori inédit par son ampleur, que constitue l’armement du peuple, notamment rural, au sein des gardes nationales à compter de l’été 1789 suppose, au préalable, de s’interroger sur les spécificités de ce mouvement. Convient-il, en effet, d’y voir une nouvelle forme de mobilisation ? Ou ne s’agirait-il pas plutôt d’un énième re-jeu de structures ou de comportements plus anciens, voire pérennes comme le suggérait Michel Lagrée dans un article fondateur concernant, quant à lui, le soulèvement de 17931 ?

  • 2 Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine (1789-mars 1793)(...)
  • 3 Michel Lagrée, « La structure pérenne… », art. cit. Il convient de noter la publication simultanée (...)
  • 4 Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale. L’exemple de Louvigné-de-Bais (xvie-x (...)
  • 5 En cela, je souhaite dépasser la simple recherche d’un éventuel « événement matrice », l’objectif (...)

2En la matière, il apparaît, de manière évidente, que la mise en parallèle de la Garde nationale et de la milice d’Ancien Régime – autre forme d’armement des ruraux, sous la contrainte cependant – n’est guère pertinente en raison même du caractère contraignant de cette dernière. En revanche, les distorsions, dans l’est de la Bretagne, entre la carte de la mobilisation dans la Garde nationale en 1789-1792 et celle du soulèvement du printemps 1793 d’une part2, les similitudes, d’autre part, entre celles des mouvements paysans de 1589 et de 1793 dans la même région3 plaident en faveur de la prise en compte, pour l’analyse des modalités d’armement des campagnes de phénomènes d’une autre nature, « partisans » notamment. M’appuyant d’une part sur les résultats des recherches de R. Dupuy et de M. Lagrée, d’autre part sur ceux de mes propres travaux concernant la paroisse de Louvigné-de-Bais4, j’ai souhaité rouvrir ici ce dossier afin de questionner, les modalités concrètes de la mobilisation d’un peuple en arme – je reprends ici le sous-titre de ce colloque –, et ce dans la longue durée5.

  • 6 Un troisième élément peut être pris en considération : la Ligue, finalement peu étudiée en Bretagn (...)
  • 7 Fort logiquement, c’est cet aspect des choses qui a retenu l’attention des participants aux 22e jo (...)
  • 8 Les guerres de la Ligue deviennent alors, pour une large part, une affaire essentiellement urbaine (...)

3Les premiers mois des guerres de la Ligue en Haute Bretagne offrent en effet, de ce point de vue, un observatoire particulièrement intéressant, et ce sous un double rapport au moins6. Tout d’abord, parce qu’en une province jusque-là épargnée par les guerres de religion, ils permettent d’observer la mobilisation de ruraux en grand nombre au sein de communes rurales – tel est le nom que se donnent ces troupes villageoises – au recrutement essentiellement paroissial, à l’instar des gardes nationales. Structurés en deux camps bien identifiables, ceux du « party de la Ligue » et ceux du « party du Roy », les paysans s’affrontent ainsi en 1589 au cours de deux épisodes majeurs, le siège de Vitré d’une part, entre avril et août, d’autre part autour de la petite ville de Châteaugiron, attaquée, prise et reprise à une dizaine d’occasions entre le printemps et l’automne, notamment par ces communes, royalistes pour certaines, ligueuses surtout. En cela, on se situe bien dans le cadre d’un vaste mouvement qui n’a rien de commun avec une simple jacquerie ; cette prise d’armes se veut d’une tout autre dimension. Second élément important dans le cadre de cette réflexion : ces ruraux apparaissent, au cours de ces quelques mois, comme de véritables acteurs des événements, et pas seulement comme des victimes de la guerre, ce qu’ils sont le plus souvent7. Or ce statut d’acteurs n’est sans doute plus le leur dès 1590-1591, années dominées par l’intervention plus massive de troupes réglées, royalistes ou ligueuses, françaises ou étrangères, espagnoles et anglaises notamment8.

4En un mot, passant des structures spatiales aux « institutions », des conditions de la mobilisation des troupes des paroisses rurales en 1589 à celle, exactement deux siècles plus tard, en 1789-1792, des gardes nationales des mêmes entités devenues communes, l’exemple vitréen permet de s’interroger à la fois sur la géographie de la mobilisation des ruraux, sur son recrutement et sur ses motivations.

1589-1789 : ce que disent les cartes

5Trois conclusions me semblent pouvoir être tirées de l’analyse comparée de la carte de l’armement des communes rurales en 1589 d’une part, d’autre part de celle de la répartition des gardes nationales dans les communes du futur arrondissement de Vitré (cartes n° 1 et 2).

  • 9 Michel Lagrée, « La structure pérenne… », art. cit.

6La première est sans doute celle du faible nombre de points communs de ces deux cartes qui, sans constituer un négatif l’une de l’autre, n’en présentent pas moins de nombreuses discordances. Loin de remettre en cause les conclusions de M. Lagrée9, la chose tendrait à les confirmer : la pérennité d’ensemble des comportements permettrait ainsi, dès 1589, de distinguer les futurs pays bleus et blancs de la décennie révolutionnaire et du xixe siècle.

  • 10 On peut noter cependant qu’elles ne se mobilisent que de manières très variables dans le cadre de (...)

7L’étude micro-géographique des événements conduit cependant à une seconde conclusion : celle sur les écarts au modèle idéal décrit en 1976. Il convient ainsi de noter l’absence remarquable au siège de Vitré, en 1589, des paroisses des franges orientales de la baronnie, de Gennes à Princé, en passant par Erbrée et Saint-M’Hervé, très proches pourtant de la ville tenue par les huguenots ; or ce sont ces paroisses/communes qui, foncièrement hostiles à la Révolution, dépourvues de Garde nationale en 1789-1792, forment en 1793 ou 1832 le cœur de l’insurrection royaliste. Au contraire, Bais, Louvigné, Visseiche ou Châteaubourg, dont les gardes nationales se révèlent particulièrement actives dès 1790, et plus encore au cours des chouanneries successives, s’attroupent sous les remparts de Vitré et Châteaugiron en 158910. L’inégale pérennité spatiale des comportements dessinerait ainsi une géopolitique mouvante.

Carte 1. – La mobilisation des communes rurales en 1574-1589. D’après M. Lagrée, « La structure pérenne… », RHMC, 1976.

Carte 1. – La mobilisation des communes rurales en 1574-1589. D’après M. Lagrée, « La structure pérenne… », RHMC, 1976.

Carte 2. – Les gardes nationales en 1790-1792. D’après R. Dupuy, « La Garde nationale », Atlas d’histoire de Bretagne, 2003.

Carte 2. – Les gardes nationales en 1790-1792. D’après R. Dupuy, « La Garde nationale », Atlas d’histoire de Bretagne, 2003.

Carte 3. – La mobilisation des communes rurales : le coup de main contre Vitré (février 1574).

Carte 3. – La mobilisation des communes rurales : le coup de main contre Vitré (février 1574).
  • 11 On observe des phénomènes très semblables dans les années 1830 en matière d’insoumission, cette fo (...)

8La troisième et dernière conclusion qui me semble devoir être tirée de l’analyse de ces deux cartes est celle de la prégnance des effets de frontière ou, plus exactement, des effets de « circonscription ». Tout se passe comme si la conscience d’appartenir à un même ensemble, une sorte d’« identité circonscriptionnelle », expliquait assez largement les formes de mobilisation, en 1589 comme en 1789-179211. En 1589, les paroisses attroupées au siège de Vitré sont, dans une large mesure, celles dépendant de la baronnie du même nom. En 1789-1792, alors que des gardes nationales se constituent dans la très grande majorité des communes du district de La Guerche – 55 % d’entre elles sont concernées dès 1790, plus encore en 1792 –, elles restent rares dans celui de Vitré (autour de 25 %), toutes concentrées qui plus est sur ses marges méridionales, limitrophes du district de La Guerche. Les limites apparaissent d’ailleurs de manière très nette, de part et d’autre d’une ligne séparant Torcé, Étrelles, Argentré au nord, Bais, Vergéal, Domalain, Saint-Germain-du-Pinel, Gennes au sud.

  • 12 Sur ce point, Roger Dupuy, La Garde nationale…, op. cit., p. 197-217 et Yann Lagadec, Pouvoir et p (...)

9Il convient cependant de noter que, dans l’action ponctuelle (carte n° 3), ce sont les effets de proximité qui l’emportent, se combinant, le cas échéant, avec ces effets circonscriptionnels. Ainsi, pour une part, en 1574, lorsque les communes de cinq paroisses au moins reprennent Vitré conquise quelques jours plus tôt par des huguenots. Il en va de même face à Châteaugiron en juin 1589, lors des raids menés par les communes contre la ville tenue par une garnison royaliste : seules les paroisses les plus proches, pour la plupart cependant dépendant de la baronnie de Vitré, semblent alors se mobiliser, de Domagné à Visseiche et Domalain en passant par Louvigné et Bais (carte 4). Les mêmes logiques sont d’ailleurs perceptibles lors des incursions menées au printemps 1792 par les gardes nationales contre les communes accusées d’abriter des prêtres réfractaires, même si ici jouent aussi les effets circonscriptionnels : la plupart de ces raids partent de communes du nord du district de La Guerche et visent celles du sud du district de Vitré (carte n° 5)12.

10Hors de tout déterminisme, de tout automatisme des prises d’armes rurales, de nature insurrectionnelle ou non, se dessine donc une géographie du libre consentement à la mobilisation de nature « politique ». Le fait invite à se poser la question, au-delà des logiques spatiales plus ou moins pérennes, du rôle des individus et, de manière plus précise, à s’interroger sur le recrutement des hommes et des cadres de ces troupes villageoises.

Carte 4. – La mobilisation des communes : l’attaque de Châteaugiron (juin 1589).

Carte 4. – La mobilisation des communes : l’attaque de Châteaugiron (juin 1589).

Carte 5. – Les incursions des gardes nationales en 1792.

Carte 5. – Les incursions des gardes nationales en 1792.

Des communes aux milices nationales : les capitaines et les autres

11La question du recrutement, ici centrale, recouvre deux réalités. D’une part celle de la masse des hommes en arme, d’autre part, celle du commandement.

  • 13 ADIV, Louvigné-de-Bais E-dépôt adm. 19, Registre de la Garde nationale, 1790-1806. Il convient de (...)
  • 14 ADIV, Moulins E-dépôt adm. 3, Registre de la Garde nationale, 1790-1791.

12En ce qui concerne la masse des « troupes » rurales, le point essentiel est celui des modalités de recrutement et, notamment, de la place qu’y tient le strict volontariat. L’étude de cet aspect au sein de la Garde nationale pourrait, de prime abord, sembler biaisé par le décret du 12 juin 1790 prescrivant à tous les citoyens actifs de s’inscrire sur le rôle de la Garde nationale de leur commune. Il n’en est rien, comme l’illustrent, autour de Vitré, les nombreuses communes sans Garde nationale et, plus encore, la proportion très variable de citoyens réellement inscrits là où elles existent. À Louvigné-de-Bais par exemple, les listes disponibles rassemblent 400 des 1 300 habitants en 1790, 360 en 1792, 252 encore en l’an II13 ; ils ne sont « que » 196 en 1790 au Theil, paroisse légèrement plus peuplée, 204 pour plus de 3 000 habitants à Bais en 1792, dont la garde est pourtant sans doute l’une des plus actives14. Très variable dans l’espace, la mobilisation l’est aussi dans le temps. Au fur et à mesure que croissent d’une part la césure entre les bleus et les autres – notamment autour de la question du serment constitutionnel des prêtres –, d’autre part le danger d’un tel engagement, bien réel après mars 1793, les effectifs tendent à décroître, certaines municipalités, telle celle de Louvigné, procédant même au désarmement de gardes jugés trop peu fiables.

  • 15 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes contre les Ligueurs, 1589 », Bull (...)
  • 16 Alain Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles, op. cit., p. 319, avance un chiffre de 2 000 h (...)
  • 17 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 50 et 225.

13Les maigres informations dont nous disposons concernant les communes de 1589 laissent à penser que les modalités de recrutement furent assez similaires. Il semble, tout d’abord, que, plus que les pressions en tous genres, ce soit le libre choix qui ait fourni les contingents paroissiaux les plus importants. Ainsi à Visseiche, paroisse située entre Châteaugiron et La Guerche, un témoin qui « fut prins et arresté par plusieurs païsans de lad. paroisse estans […] en armes » alors qu’il se rendait à Angers et Tours afin de porter des lettres pour le Roi, rapporte que les ligueurs lui déclarèrent qu’ils « estoient bien au nombre de 30015 ». D’après les estimations que l’on peut faire de la population de la paroisse, ce chiffre représenterait alors la plus grande partie – si ce n’est la presque totalité – des hommes en âge de combattre16. En revanche, à la même date, début mai 1589, le sieur de La Guichardière, « cappitaine de la paroisse de Cornillé pour la Ligue, contrainct les païsans à s’armer contre le Roy et les faict exécuter [pécuniairement] s’ilz n’ont armes pour faire la guerre » tandis que son homologue d’Argentré, Jehan Monnerye, et son « portenseigne » René Rubin doivent aller « par les maisons, executant et ranczonnant ceux qui sont defaillans tant le jour que la nuict à faire la monstre ». Le fait laisse supposer une mobilisation bien plus difficile ici et, par voie de conséquence, très probablement plus limitée17.

  • 18 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle […] depuis 1543 jusqu’en 1607, Londres, 1734, t. X, (...)
  • 19 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 297. Sur cet év (...)
  • 20 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 184-185. Dans l (...)
  • 21 À Louvigné-de-Bais par exemple, ce sont une « arbaleste », une « jarte de maille et [la] salade », (...)

14Reste que les effectifs globaux des communes, sans doute comparables à ceux des gardes nationales des districts de La Guerche et Vitré autant que l’on puisse en juger, laissent entendre que ce genre de pratiques ne peut, à lui seul, expliquer l’ampleur – et la durée – de la mobilisation. Malgré les fluctuations, dans des proportions considérables, des estimations parfois fantaisistes des témoins et chroniqueurs, on peut considérer que ce sont plusieurs milliers de paysans qui assiègent Vitré en mai 1589, près de 4 000 paysans selon de Thou, 6 000 selon Palma Cayet, 10 000 même avance le huguenot Jean du Mats qui dut les affronter, 40 000 renchérissant son coreligionnaire La Méryais18. Seule la force de l’engagement partisan volontaire permet sans doute d’expliquer de tels effectifs, que l’on ne peut cependant pas totalement comprendre sans prendre aussi en considération une organisation pour une part antérieure. Dès février 1574, alors que les huguenots s’étaient une première fois emparés de Vitré, les communes des paroisses des environs, tout particulièrement de Torcé, d’Argentré et du Pertre, mais aussi sans doute de Bais et d’Étrelles19, s’étaient assemblées sous la conduite de leurs seigneurs, participant à la reprise de la ville en quelques jours. La tenue de « montres » des communes, à l’instar de celles du ban et de l’arrière-ban réservées, elles, aux seuls feudataires, la subdivision des « compaignyes » paroissiales, aux ordres de capitaines parfois secondés de « lieutenants » et d’« enseignes », en unités commandées par des « dizanniers » comme à Louvigné-du-Désert plaident aussi en faveur de l’antériorité des structures de la mobilisation, des structures pour une part au moins distinctes des vieilles formes de guet que certains seigneurs exigent de leurs vassaux20. La présence d’armes de guerre dans les paroisses rurales, régulièrement inventoriées par les trésoriers des fabriques et destinées, à l’origine, aux francs-archers, est d’ailleurs des plus banales21, nombre de témoignages mentionnant par ailleurs des paroissiens équipés d’« harquebeuses et aultres armes ». Aussi l’armement pose-t-il finalement moins de problèmes en 1589 qu’en 1789-1792. Il en va en partie de même en ce qui concerne le commandement et l’encadrement de ces forces « militaires » locales.

  • 22 Serge Bianchi, La Révolution et la Première République au village. Pouvoirs, votes et politisation (...)
  • 23 C’est le cas, par exemple, à Louvigné-de-Bais où le colonel élu en 1790, Georges Orhand, est auber (...)
  • 24 Sur ce point, Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale, op. cit., p. 695-700.

15L’enjeu est sans doute plus important. Outre la question du statut de ces hommes, c’est celui du mode de leur désignation qui nous intéressera ici. Les études précises sur les officiers de la Garde nationale des années 1789-1792 manquent encore cruellement sur ces points. Tout juste peut-on se risquer, en ce qui concerne la région de Vitré, à quelques conclusions un peu fragiles sur l’absence quasi-totale des membres de la noblesse, au contraire de ce que S. Bianchi a pu montrer pour le sud du Bassin parisien22, sur la surreprésentation probable des anciens militaires en raison de leurs capacités techniques23, sur la surreprésentation aussi et surtout de la petite bourgeoisie rurale des notaires et autres officiers seigneuriaux24, complétant ou doublant ainsi la prééminence qu’ils ont acquise sur les autres fonctions électives locales depuis 1790, des municipalités aux justices de paix.

  • 25 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 208.
  • 26 Ibid., p. 300-301.
  • 27 Ibid., p. 209.

16Les informations précises manquent aussi sur les capitaines de paroisse de 1589, les quelques-unes en notre possession se révélant parfois contradictoires. Le principe électif ne prévaut pas alors, bien évidemment. Il semble cependant que, dans certains cas, ces capitaines aient été désignés par les autres paroissiens, tel « Bouaisguerault, de Sainct-Didier, [qui] a esté choisy cappitaine de sa paroisse et les a menez au siège de Vitré25 ». Le plus souvent cependant, la dévolution de ces fonctions va en quelque sorte de soi et revient à un combattant appartenant à une noblesse ainsi confortée dans son rôle d’encadrement légitime des campagnes. Sur la liste reconstituée par F. Jouon des Longrais, qui fournit les noms des capitaines de 34 paroisses, une dizaine au moins sont dans ce cas, le double peut-être26. À Louvigné par exemple, cette fonction est confiée au « sieur de la Beschère », petit noble originaire du Bas-Maine, présenté par plusieurs témoins comme « cappitaine de la paroisse27 ».

  • 28 Ibid., p. 134.
  • 29 À Louvigné, les témoignages mentionnent aussi « Sanson Fortin du bourg de Louvigné, Jean Perdriel, (...)
  • 30 Ce sont ceux dont les fouages dépassent 20 s. à cette date. S’ils sont loin derrière Olivier Monti (...)
  • 31 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 45-46.
  • 32 Ibid., p. 227.

17Sans même évoquer ici le cas de certains rejetons illégitimes de la noblesse, tel cet « appellé Bouvet, frère bastart du sieur des Nutumières et de la Montaigne28 », les sources manquent pour certifier l’appartenance certaine de nombre de familles au second ordre à cette date, d’autant que les petits nobles locaux ne sont pas les seuls leaders, ni même les seuls capitaines. Figurent en effet à leurs côtés, peut-être dans un rôle secondaire cependant, des notables paroissiaux de moindre envergure29. Parmi ceux que les trop rares documents permettent d’identifier, l’on trouve par exemple, toujours à Louvigné, Jean Perdriel et Jan Hubert, suffisamment importants ici pour, quelques années plus tard, pouvoir apposer leurs signatures au bas des comptes de la fabrique ; ils appartiennent, il est vrai, aux 15 % des paroissiens les plus imposés en 160830. C’est le cas aussi de Jehan Gouyn du Breil, l’un des nombreux sieurs cités, à l’instar de Renouart, sieur de La Vigne, qui « commande ausd. païsans [de Visseiche] et ont faict monstre soubz luy31 ». Enfin, si l’on compte parmi les capitaines de paroisse et meneurs de second rang des notaires et des recteurs, les personnages plus modestes encore ne sont pas totalement absents, tel, à Cornillé, « ung appellé Pierre Gommelé, tailleur, qui faict grande faction » en faveur de la Ligue32.

  • 33 Ibid., p. 46. Ces propos sont cependant contredits par d’autres témoignages.

18À l’occasion, les attroupés, à l’instar de ceux de Visseiche, se prévalent « qu’ilz n’avoient aulcun pour leur commander33 ». Le fait est intéressant, notamment en ce qu’il me semble illustrer, de la part des ruraux armés – en 1589, mais aussi en 17891792 dans la Garde nationale, ou encore en 1793-1795, 1832 ou 1906 dans les rangs des insurgés ou des émeutiers blancs –, un certain attachement au caractère au moins en apparence autonome de leur mouvement et, par voie de conséquence, à la présence à leur tête de meneurs issus de leurs rangs, désignés par eux, reconnus comme tels par eux, puisés dans le vivier local des leaders potentiels, et non imposés de l’extérieur. Le décalage est net ici avec ce que disent, au premier abord, les sources à notre disposition, pour une large part il est vrai rédigées par ceux chargés de la répression des débordements du peuple en arme, qui tendent à insister sur le caractère forcé de la participation populaire, sous la conduite – voire la contrainte – de quelque meneur : capitaines de paroisse en 1589, patriotes avancés en 1789-1792, prêtres réfractaires ou aristocrates en 1793, prêtres et nobles encore en 1832 ou 1906.

19En fait, en 1589, en 1789-1792 comme ensuite, le monde rural ne semble se mobiliser que lorsqu’il pense ainsi pouvoir défendre ses propres valeurs, et non celles imposées par d’autres. Se pose alors la question des motivations de ces prises d’armes, entre préservation d’un certain ordre des choses local et engagement politique que je qualifierais de national.

La paroisse ou la commune attroupée : préservation d’un ordre local et/ou engagement politique « national » ?

  • 34 Cf., pour ne citer que ces exemples, les témoignages de Jean Bodart, simple tisserand de Chancé, d (...)

20La dimension politique de l’armement du peuple rural, en 1589 comme en 1789-1792, apparaît évidente à tous les contemporains, y compris les plus modestes, ceux que nous permettent de saisir les archives judiciaires. On est alors, dans la bouche même de ces témoins, « patriote » ou « aristocrate » en 1789-1792, du « party du Roy » ou de celui « de la Ligue » en 158934. Bref, on se positionne – au moins extérieurement – dans un cadre idéologique global, national, dépassant de beaucoup les limites de la paroisse ou de la commune voire du pays. Ce simple fait me semble, à lui seul, essentiel, en ce qu’il révèle notamment de la plus grande perméabilité qu’on ne l’a souvent dit du monde rural – et plus encore du monde rural de l’Ouest, dans son bocage prétendument refermé sur lui-même – aux influences extérieures, quelles qu’elles soient. La prudence s’impose cependant. Il semble en effet que les réalités soient plus complexes, réalités qu’une étude plus fine permet de révéler pour une part. L’imbrication entre enjeux strictement locaux et prises de positions nationales se révèle en effet particulièrement poussée, tant en 1589 qu’au début de la Révolution, et ce à deux échelles au moins.

  • 35 Comme l’a montré Michel Lagrée, « La structure pérenne… », art. cit., p. 404, la thèse d’une révol (...)

21La première est celle du « pays », en l’occurrence celui de Vitré. En ce qui concerne la Ligue, c’est en deux temps que les communes se mobilisent. Initialement, face au baron de Vitré, leur suzerain protestant : d’où la carte, évoquée plus haut, de la mobilisation des communes rurales au siège de Vitré à partir du mois d’avril 1589, une mobilisation à l’échelle de la baronnie. Puis, dans un second temps, contre les alliés objectifs du baron de Vitré, troupes royalistes ou adversaires de la Ligue présents ou circulant dans les campagnes, garnisons fidèles au roi telle celle de la petite ville de Châteaugiron, incarnation, aux côtés des protestants de Vitré, d’une certaine conception du monde contre laquelle s’élèvent les communes35. Et c’est aussi contre l’incarnation d’un ordre du monde que l’on souhaite définitivement révolu, prêtres réfractaires ou châteaux devenus repaires d’aristocrates plus ou moins proclamés, que se multiplient les incursions des gardes nationales au printemps 1792.

  • 36 Si les fonctions exactes de ce dernier restent difficiles à analyser avec précision, il participe (...)

22Ces attroupements des communes à Châteaugiron et Vitré en 1589 ou des gardes nationales en 1792, menés promptement, bien organisés, ne semblent tenir qu’à la présence de réseaux à l’échelle du « pays », des réseaux difficiles à cerner cependant. Les fidélités nobiliaires pourraient expliquer bien des choses pour 1589 : ainsi, à l’échelle de la paroisse de Louvigné-de-Bais, le nobliau de la Beschère, présenté comme « cappitaine de la paroisse », agit en sous main sous le contrôle de René de Poix de Fouesnel, l’un des seigneurs de la paroisse, lui-même lié à la famille ligueuse d’Épinay, l’une si ce n’est la principale des environs, possessionnée à l’Ouest de la baronnie de Vitré36.

23Aux côtés des petits nobles et des seigneurs, figurent souvent notaires, procureurs ou sergents qui servent les seigneurs dans le maintien d’un certain ordre socioéconomique comme dans le rétablissement d’un ordre politique que l’on estime menacé par le Navarrais et ses partisans. On retrouve d’ailleurs ces modestes agents seigneuriaux en 1789-1792, engagés cette fois très largement dans le camp de la remise en cause de l’ancien ordre des choses. Aux fidélités verticales, semblent en effet avoir succédé des liens essentiellement horizontaux associant, face à leurs anciens maîtres, notaires et petits juges seigneuriaux des différentes paroisses des environs en de vastes réseaux à la fois professionnels et familiaux contribuant à assurer à ces hommes la domination sur leurs communautés respectives.

  • 37 La situation est en cela très différente de celle observée dans le Limousin (Michel Cassan, « Le v (...)
  • 38 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 209, 225-226.

24Gardes nationales et communes sont en effet, aussi, au cœur des luttes pour le pouvoir local, à l’échelle des paroisses et des communes cette fois. On ne trouve guère de traces ici d’une lutte spécifique des communautés villageoises pour s’affirmer face à d’autres pouvoirs, notamment locaux, en l’occurrence celui des seigneurs : c’est bien derrière ces seigneurs qu’elles se mobilisent37. Les luttes opposent essentiellement les seigneurs entre eux, comme l’illustre une fois encore le cas de Louvigné-de-Bais. Là, les communes sont instrumentalisées par le ligueur René de Poix de Fouesnel dans le conflit qui l’oppose à Jehan Busnel de la Grippée, propriétaire de la Touche, l’une des deux autres seigneuries de la paroisse, dont le manoir et les métairies sont pillées à plusieurs reprises au cours de l’année 158938. Si Busnel, « notaire et secrétaire du Roy et de la court de Parlement », est bien du « party du Roi comme l’un des cappitaines des cartiers de la ville de Rennes », condition sans doute suffisante aux attaques que subissent ses biens, cet engagement n’est cependant probablement pas le seul motif de ces pillages. D’autres éléments entrent en ligne de compte, rivalités interseigneuriales voire interpersonnelles notamment. Ainsi, « ceulx de Louvigné » qui, le 11 juillet 1589, « estoient venuz aud. lieu de la Tousche Raoul » sont « conduictz par le sieur de la Beschère », l’un des capitaines de Louvigné, au service de « la maison de Saudecourt », la principale seigneurie de la paroisse dont le détenteur, le marquis d’Epinay, engagé du côté de la Ligue, a fait un lieu de passage incontournable pour ceux qui se rendent au siège de Vitré en 1589, notamment depuis Rennes. Parmi les meneurs des pillards de juillet 1589, figure François Bouteiller, « celluy qui tenoit lad. maison de la Tousche-Raoul à ferme paravant que led. sieur de Grippée l’eust acquise », qui entretient des relations régulières avec René de Poix. « Étranger » à la paroisse, royaliste, traître à la cause de la communauté, le seigneur de la Touche constitue donc une cible idéale.

  • 39 Le cas de la commune de Louvigné-de-Bais est, de ce point de vue, particulièrement éclairant. Le 2 (...)
  • 40 Sur ce point, Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale, op. cit., p. 686-699.

25Si la Garde nationale est elle aussi, en 1789-1792, un enjeu de pouvoir, cet enjeu s’est largement déplacé. Elle constitue en effet, dans les communes rurales des environs de Vitré, l’aile marchante de la Révolution, celle qui agit lorsque la municipalité ne le fait plus, parallèlement à elle, sans elle, voire contre elle39. L’analyse de la composition des structures d’encadrement de la Garde nationale d’une de ces communes, Louvigné-de-Bais, révèle d’ailleurs la forte présence d’« hommes nouveaux » à la tête de l’institution, en de bien plus grandes proportions qu’au sein de la municipalité, la Garde nationale constituant pour eux un marchepied vers ces fonctions municipales, une antichambre, lieu d’attente et d’apprentissage avant de devenir, plus tard, à compter du Directoire surtout, une zone de repli40. Les enjeux sont alors à la fois politiques – gardes bleus contre municipalités moins bleues voire blanches – et générationnels, une nouvelle génération émergeant ; ces enjeux ne sont cependant a priori sociaux que marginalement, nombre de fonctions de commandement étant accaparées par les fils de l’élite villageoise, l’élite paysanne notamment.

26Peut-on, pour conclure, parler d’une spécificité de la mobilisation du peuple rural en armes en 1789-1792 au regard de ce que laisse entrevoir la situation pendant la Ligue ?

  • 41 La pérennité des gestes n’implique cependant pas, cela va de soi, celle de leurs significations. D (...)

27Il apparaît nettement qu’un certain nombre d’invariants peuvent être mis en avant, des invariants au sujet desquels la comparaison pourrait sans doute être poussée bien au-delà de 1789-179241. Parmi eux, me semble essentielle la confirmation du rôle de la prise d’arme comme temps fort d’une certaine ouverture – ou de la manifestation de cette ouverture – à une politique en rien strictement locale, quand bien même dimensions locales et nationales viendraient ici s’interpénétrer.

28Il apparaît cependant nettement – et sans doute est-ce là l’une des principales spécificités des premières années de la Révolution – que dans la Bretagne des années 17891792, un net glissement de ces enjeux s’est opéré ; des enjeux encore largement nobiliaires en 1589, à dimension plus strictement populaire ensuite.

Notes

1 Michel Lagrée, « La structure pérenne. Événement et histoire en Bretagne orientale (xvie-xxe siècles) », RHMC, 1976-3, p. 394-407.

2 Roger Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine (1789-mars 1793), Paris, Klincksieck, 1972, 284 p.

3 Michel Lagrée, « La structure pérenne… », art. cit. Il convient de noter la publication simultanée d’un autre article important, à la problématique très proche, celui de Jean Meyer et Roger Dupuy, « Bonnets rouges et blancs bonnets », Les révoltes bretonnes de 1675, ABPO, n° spécial, 1975-4, p. 405-426.

4 Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale. L’exemple de Louvigné-de-Bais (xvie-xixe siècles), thèse de doctorat d’histoire, dact., université Rennes 2 Haute Bretagne, 2003, 1 076 p.

5 En cela, je souhaite dépasser la simple recherche d’un éventuel « événement matrice », l’objectif que s’était fixé Michel Lagrée. Il insistait cependant notamment, sur le fait qu’il n’y a pas en pays de Vitré de dichotomie religieuse, ni entre protestants – ultra-marginaux – et catholiques, ni, pour la période contemporaine, entre catholiques et anticléricaux, mais « deux espèces de chrétiens », véhiculant un catholicisme bleu pour les uns, blanc pour les autres. S’appuyant sur les sondages pratiqués par H. Sée, il repoussait aussi toute explication de nature socio-économique, en particulier par les seules structures foncières (cf. Michel Lagrée, « La structure pérenne… », art. cit., p. 396). Depuis, les travaux de Martine Cocaud, Une agriculture entre tradition et innovation : propriété, productions et exploitations dans les campagnes d’Ille-et-Vilaine (vers 1750-vers 1850), thèse, dact. Paris, EHESS, 1997, 660 p. sont venus confirmer le bien-fondé de ces hypothèses.

6 Un troisième élément peut être pris en considération : la Ligue, finalement peu étudiée en Bretagne dans ses dimensions politiques et militaires depuis la fi n du xixe siècle, à l’exception notable de travaux d’historiens anglo-saxons – cf. les travaux de Robert Harding, « Revolution and Reform in the Holy League : Angers, Rennes, Nantes », Journal of Modern History, sept. 1981, p. 379-416 et, dans une moindre mesure, de James Collins, Classes, Estates, and Order in Early Modern Brittany, Cambridge, CUP, 1994, 314 p. – est l’objet, depuis quelques années, d’un certain regain d’intérêt. L’illustrent, à des degrés divers, les travaux en cours ou passés de Philippe Hamon et D. Lepage « Le personnel de la chambre des comptes de Bretagne en conflit (années 1589-1591) », Cahiers d’histoire, 2000-4, p. 587-609, B. Restif, La paroisse, cadre d’application de la réforme catholique en Haute-Bretagne, thèse de doctorat d’histoire, dact., université Rennes 2 Haute Bretagne, 2004, p. 186-202, ou ceux que j’ai pu mener moi-même et dont je reprends ici certaines des conclusions (Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale, op. cit., p. 718-810).

7 Fort logiquement, c’est cet aspect des choses qui a retenu l’attention des participants aux 22e journées de Flaran (Christian Desplat [dir.], Les villageois face à la guerre, xive-xviiie siècle. Actes des xxiie Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, Toulouse, PUM, 2002, 302 p.). L’essai de modélisation de Jean-Pierre Bois, « Les villageois et la guerre en France à l’époque moderne », p. 199-200, en témoigne indirectement. En ce qui concerne la Bretagne, cette dimension est, fort logiquement, largement mise en avant par les travaux d’Alain Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles : la vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, 1 572 p. ou ceux de Ludwig Ravaille, « La violence en Bretagne pendant la Guerre de la Ligue (1589-1598) : violences, misères et malheurs de la guerre », Bulletins de la Société d’archéologie et d’histoire de Nantes et de Loire-Atlantique, 2002-3, p. 215-233.

8 Les guerres de la Ligue deviennent alors, pour une large part, une affaire essentiellement urbaine, polarisée par villes et places fortes. Les campagnes – certaines d’entre elles au moins –, jusque-là parfaitement « intégrées » au conflit, se muent en simples périphéries dominées voire exploitées pour nourrir et solder les troupes des deux partis.

9 Michel Lagrée, « La structure pérenne… », art. cit.

10 On peut noter cependant qu’elles ne se mobilisent que de manières très variables dans le cadre de la résistance aux Inventaires en 1906. Sur ce point, Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale, op. cit., p. 722-731.

11 On observe des phénomènes très semblables dans les années 1830 en matière d’insoumission, cette fois à l’échelle du canton : alors que les conscrits insoumis sont très nombreux dans le canton d’Argentré, ils sont presque inexistants dans les cantons limitrophes de La Guerche et Châteaubourg, y compris dans les communes de tradition blanche de ces cantons.

12 Sur ce point, Roger Dupuy, La Garde nationale…, op. cit., p. 197-217 et Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale, op. cit., p. 690-695.

13 ADIV, Louvigné-de-Bais E-dépôt adm. 19, Registre de la Garde nationale, 1790-1806. Il convient de noter que les gardes nationaux sont ici trois fois plus nombreux que les citoyens actifs en 1790.

14 ADIV, Moulins E-dépôt adm. 3, Registre de la Garde nationale, 1790-1791.

15 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes contre les Ligueurs, 1589 », Bulletins et mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 1911, p. 45-46. Il est possible que ce chiffre ait été volontairement grossi par les paysans de Visseiche, dans le but de tromper un ennemi qui est d’ailleurs très vite relâché puisqu’il témoigne dès le lendemain à Rennes.

16 Alain Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles, op. cit., p. 319, avance un chiffre de 2 000 habitants environ à Visseiche vers 1640, sans doute supérieur à celui des dernières années du xvie siècle.

17 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 50 et 225.

18 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle […] depuis 1543 jusqu’en 1607, Londres, 1734, t. X, p. 560 ; Pierre-Victor de Palma-Cayet, Chronologie novenaire, Livre deuxiesme, Paris, Foucault, 1824, t. II, p. 73 ; Dom Charles Taillandier, « Mémoires de Jean du Mats, seigneur de Terchant et de Montmarin, gouverneur de Vitré, ou relation des troubles arrivés en Bretagne depuis l’an 1589 jusqu’en 1598 », Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. II, Paris, Duguette, 1756, p. cclxxxi ; Anatole de Barthelemy, Choix de documents inédits sur l’histoire de la Ligue en Bretagne, Nantes, Société des bibliophiles bretons, 1880, p. 23.

19 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 297. Sur cet événement, se reporter aussi à Émile Clouard, « Le protestantisme en Bretagne au xvie siècle. Étude historique et critique », MSHAB, 1936, p. 146-147.

20 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 184-185. Dans les limites de l’ancienne baronnie de Vitré, des droits de guet ne sont relevés par Etasse, « Documents inédits concernant la baronnie de Vitré. Droits et devoirs, usages, rentes, redevances, etc. », BMSAIV, 1910, p. 1-125 et 1912, p. 102-142, que dans la seule paroisse de Billé.

21 À Louvigné-de-Bais par exemple, ce sont une « arbaleste », une « jarte de maille et [la] salade », une « harquebuse à maiche » et une « halbarde en faczon d’espieu » ; ADIV, Louvigné-de-Bais G 32, Comptes de la fabrique, 15621563 et G 33, Comptes de la fabrique, 1606-1607. Ces armes sont cependant moins nombreuses – ou moins systématiquement inventoriées… – à la fi n du xvie siècle qu’une cinquantaine d’années plus tôt, du fait de la volonté des autorités ecclésiastiques d’imposer une nette distinction entre sacré et profane. Sur ce point, Restif, Bruno, La paroisse, cadre d’application de la réforme catholique…, op. cit.

22 Serge Bianchi, La Révolution et la Première République au village. Pouvoirs, votes et politisation dans les campagnes d’Île-de-France, 1787-1800, Paris, CTHS, 2003, p. 387-393. Dans la commune de Boistrudan, le drapeau de la Garde nationale est cependant offert par le marquis de Piré, l’ancien seigneur ; abbé Paul Paris-Jallobert, Anciens registres paroissiaux de Bretagne. Boistrudan, Rennes, Plihon et Hommay, 1910, p. 73.

23 C’est le cas, par exemple, à Louvigné-de-Bais où le colonel élu en 1790, Georges Orhand, est aubergiste mais aussi et surtout ancien dragon ; à Bais, la commune voisine, le virulent Jameu, laboureur, a lui aussi une longue carrière militaire derrière lui.

24 Sur ce point, Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale, op. cit., p. 695-700.

25 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 208.

26 Ibid., p. 300-301.

27 Ibid., p. 209.

28 Ibid., p. 134.

29 À Louvigné, les témoignages mentionnent aussi « Sanson Fortin du bourg de Louvigné, Jean Perdriel, Guillaume Laisné, Ollivier Montigné tavernier de Dommaigné, Jan Hubert, Jan Savynel, Jan Gouyn Le Breil, Michau Courry l’un des principaulx ligueurs de lad. paroisse, Guillaume Layer marchant de toilles, Guillaume Bréal qui fut à la prinse du sieur du Bois du Leix avecques ceulx de lad. paroisse de Louvigné » à Châteaugiron le 2 juin 1589 ; ibid., p. 226-227.

30 Ce sont ceux dont les fouages dépassent 20 s. à cette date. S’ils sont loin derrière Olivier Montigné qui paie 6 L. 8 s., le rôle des fouages de 1608 en mentionne 71 contribuables – sur 488 – dont les cotes sont supérieures ou égales à 1 L. ; ADIV, G 504 D.

31 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 45-46.

32 Ibid., p. 227.

33 Ibid., p. 46. Ces propos sont cependant contredits par d’autres témoignages.

34 Cf., pour ne citer que ces exemples, les témoignages de Jean Bodart, simple tisserand de Chancé, des laboureurs Georges Fournier et Gilles Jouade, de Louvigné-Du-Désert, ou encore de Guillaume Rouger, autre campagnard, originaire quant à lui d’Argentré ; ibid., p. 50, 183-185 et 208-209.

35 Comme l’a montré Michel Lagrée, « La structure pérenne… », art. cit., p. 404, la thèse d’une révolte anti-urbaine des campagnes ne tient pas ici, en raison notamment des prises de positions assez largement favorables à la Ligue des habitants – et notamment des bourgeois – de Vitré.

36 Si les fonctions exactes de ce dernier restent difficiles à analyser avec précision, il participe aux opérations militaires devant Vitré tout en offrant gîte et couvert aux ligueurs : un témoin affirme ainsi que « aud. Vitré au forbourg du Rachat a esté tué Jan Levesque, son palfrenier, filz François Levesque, et lorsqu’il fut tué Anthoyne Touillot aussy soldat et domesticque dud. sieur de Fouesnel estoit aud. Vitré » tandis que La Beschère réside « à la maison de Saudehourt », prise par Fouesnel. Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 209, 219 et 226-227.

37 La situation est en cela très différente de celle observée dans le Limousin (Michel Cassan, « Le village au temps des guerres de religion : l’exemple limousin », Christian Desplat [dir.], Les villageois face à la guerre…, op. cit., p. 143160) ou dans un plus vaste Sud-Ouest (Yves-Marie Berce, Histoire des Croquants. Étude des soulèvements populaires au xviie siècle dans le Sud-Ouest de la France, Paris-Genève, Droz, 1974, 2 vol., 974 p.).

38 Frédéric Jouon des Longrais, « Information du sénéchal de Rennes… », art. cit., p. 209, 225-226.

39 Le cas de la commune de Louvigné-de-Bais est, de ce point de vue, particulièrement éclairant. Le 26 juin 1791, la municipalité défend à Georges Orhand, colonel de la garde, de « faire aucune démarche sans y être autorisé de la municipalité, et qu’on laissera les messieurs prêtres tranquilles jusqu’à ce qu’il ait été à leur place nommé ». Le 10 mars 1792 cependant, le même Orhand, épaulé par la Garde nationale de Bais, obtient des édiles qu’ils fassent chasser les prêtres réfractaires. ADIV, Louvigné-de-Bais E-dépôt adm. 3, délibérations des 26 juin 1791 et 10 mars 1792.

40 Sur ce point, Yann Lagadec, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale, op. cit., p. 686-699.

41 La pérennité des gestes n’implique cependant pas, cela va de soi, celle de leurs significations. Des fluctuations, des adaptations de pratiques identiques à des situations pour une part nouvelles semblent évidentes.

Table des illustrations

Titre Carte 1. – La mobilisation des communes rurales en 1574-1589. D’après M. Lagrée, « La structure pérenne… », RHMC, 1976.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16600/img-1.png
Fichier image/png, 152k
Titre Carte 2. – Les gardes nationales en 1790-1792. D’après R. Dupuy, « La Garde nationale », Atlas d’histoire de Bretagne, 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16600/img-2.png
Fichier image/png, 94k
Titre Carte 3. – La mobilisation des communes rurales : le coup de main contre Vitré (février 1574).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16600/img-3.png
Fichier image/png, 123k
Titre Carte 4. – La mobilisation des communes : l’attaque de Châteaugiron (juin 1589).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16600/img-4.png
Fichier image/png, 691k
Titre Carte 5. – Les incursions des gardes nationales en 1792.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16600/img-5.png
Fichier image/png, 133k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540