Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

La Garde nationale : du déni historiographique à la nécessité d’un nouveau questionnement

Roger Dupuy

Texte intégral

Un déni historiographique

1La Garde nationale, si l’on excepte les monographies locales, a été un sujet généralement délaissé par l’historiographie révolutionnaire, même au moment de la commémoration du Bicentenaire, ainsi le Dictionnaire critique de la Révolution française de François Furet et Mona Ozouf n’a pas cru devoir lui consacrer une entrée spécifique. Son histoire a toujours été abordée de façon indirecte, à partir d’un sujet réputé plus essentiel comme le maintien de l’ordre au début de la Révolution ou bien la nécessaire réforme de l’armée royale ou encore à propos des formes prises par l’apprentissage de la démocratie ou enfin la lutte contre toutes les manifestations de la contre-révolution armée. Et donc pendant longtemps, on n’a disposé que d’une sorte de patchwork historique, une histoire intermittente de la Garde nationale, essentiellement élaborée à partir des textes législatifs qui en avaient fixé l’organisation et les missions. Cela signifiait évidemment deux choses : d’une part que la Garde nationale était impliquée dans la plupart des événements majeurs de la période révolutionnaire et ceux des décennies ultérieures, de l’autre que la plupart des historiens majeurs de la Révolution française n’ont pas estimé devoir la considérer comme un phénomène déterminant pour rendre compte de la dynamique révolutionnaire. Il en est résultée une vision fragmentaire, émiettée de ce phénomène, allant à l’encontre de sa nature profonde, unanimiste tant dans le temps que dans l’espace comme en témoigna la vague des fédérations qui submergea le royaume lors du printemps 1790 pour aboutir au vaste rassemblement parisien du 14 juillet 1790.

  • 1 Louis Girard, La Garde nationale, 1814-1871, Paris, Plon, 1964. Georges Carrot, La Garde nationale (...)

2En fin de compte, pour ce qui regarde l’historiographie française du xxe siècle, deux ouvrages de synthèse seulement sur le sujet, celui de Louis Girard en 1964 et celui de Georges Carrot en 20011. Encore faut-il signaler que le premier ne commence véritablement qu’avec l’entrée des coalisés à Paris en avril 1814, ne faisant que des allusions assez succinctes à un amont révolutionnaire et impérial dont on laisse entendre qu’il ne faisait qu’annoncer les enjeux et conflits du premier xixe siècle. Quant au travail de Georges Carrot, qui a le mérite majeur de commencer avec l’apparition effective de l’institution, au printemps de 1789, il reprend la problématique fonctionnaliste de son prédécesseur tout en mettant l’accent sur la question du maintien de l’ordre qui serait à ses yeux et en définitive, la vocation essentielle de la Garde nationale.

3On ne peut donc que constater ce qui apparaît comme une sorte de déni historiographique : aucun des grands auteurs de l’histoire de la Révolution n’a daigné consacrer un ouvrage à une institution difficile à cerner, à la fois sporadique et contradictoire, mal contrôlée par le pouvoir central qui chercha constamment à en modifier l’organisation pour mieux la contrôler sans jamais y parvenir vraiment, finissant par la mettre en sommeil sans pouvoir se résoudre à la supprimer tant restait forte l’image mythique du citoyen soldat, incarnation première de la souveraineté nationale et son garant véritable. Ajoutons qu’en s’identifiant, dès ses premiers moments, à la personnalité emblématique de La Fayette, l’image de la Garde nationale n’a pu que pâtir des échecs politiques successifs d’un personnage que la plupart de historiens, quelles qui fussent leurs options idéologiques implicites ou avouées, jugèrent à la remorque des événements et dont on estimait qu’il n’avait su que dilapider un immense capital de popularité justement lié à l’institution à laquelle il s’identifia durant plus de deux ans.

4Pour ce qui regarde les historiens du xxe siècle, on peut estimer que la Garde nationale a dû également souffrir du discrédit qui frappa l’histoire militaire, à partir des années trente, à la suite de l’offensive épistémologique de l’école des Annales.

5Enfin, plus globalement, il semble bien que la polysémie fonctionnelle de la Garde nationale en fit d’emblée une concurrente menaçante pour des institutions déjà en place et aussi puissantes et agissantes que l’armée et la gendarmerie, le pouvoir central lui-même, tant les gouvernements successifs que les assemblées parlementaires, enfin les administrations locales, de la commune au département, qui toutes s’efforcèrent d’endiguer son influence, de limiter son champ d’action et finalement de discréditer son utilité après les poussées d’enthousiasme démocratique et patriotique qui la ressuscitaient périodiquement. Et le même scénario de mise à l’écart ou en sommeil partiel se renouvela, avec des variations d’intensité liées au contexte, en 1796, en 1800, 1818, 1835, 1849, etc.

L’approche fonctionnaliste de Louis Girard et Georges Carrot

6Les deux synthèses élaborées par Louis Girard et Georges Carrot ont mis l’accent, très logiquement, sur une approche chronologique et fonctionnelle de la Garde nationale. Pour le premier de ces deux auteurs, la Garde nationale a toujours oscillé entre deux fonctions essentielles intimement liées et pourtant presque contradictoires. La première, héritage directe des milices bourgeoises de l’Ancien Régime, la vouait à la protection des biens et des personnes contre les violences, d’où qu’elles viennent : débordements des peurs populaires ou coups de force des tenants du privilège attachés au maintien, à tout prix, de l’ordre social traditionnel. La seconde d’inspiration plus foncièrement démocratique, exaltait la solidarité unanime du tiers état « patriote » en faveur des idéaux de justice et de liberté incarnés dans le principe nouveau de la Nation souveraine et son credo : la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. La première fonction, héritage d’un passé d’autogestion bourgeoise était, avant tout de conservation sociale, la seconde, inspirée par la démocratie athénienne et la République romaine, se voulait promesse de transformation politique pour traduire dans les faits et pérenniser l’idéal proclamé de liberté, d’égalité et de fraternité.

7Mais dans cette vision globale de l’histoire de la Garde nationale, du fait de la polarisation de ses analyses sur le premier xixe siècle, Louis Girard n’a pu que gommer la phase enthousiaste des premiers moments (1789-1790) et celle, également exaltante, de l’épisode démocratique de la première Commune de Paris (10 août 1792 – 10 juillet 1794) pour privilégier l’épisode conservateur de la barrière de Clichy en mars 1814 qui devenait, à ses yeux, la référence normative de l’institution. De ce fait, il nous semble qu’il a pu déformer une réalité plus complexe ou la part de l’utopie exaltant une fraternité égalitaire resta, sous la Restauration, un ferment actif malgré l’usure du temps et les désillusions accumulées. L’épisode « fédéraliste » suscité par les Cent-Jours en administra la preuve quelques mois après l’épisode de la barrière de Clichy.

8Une troisième fonction, selon Louis Girard, dérivait de la seconde, à savoir la défense des nouvelles institutions, non plus seulement contre les aristocrates, à l’intérieur du territoire national, mais contre la coalition des despotes solidaires de Louis XVI et des émigrés. Il soulignait ainsi le versant militaire de la Garde nationale, devenue le réservoir intarissable de l’armée, pouvant aboutir à une levée en masse contre laquelle devait se briser toute invasion du sol sacré de la patrie.

9Pour ce qui était du premier xixe siècle, Louis Girard estimait que c’est la première fonction qui s’affirma, allant même jusqu’à incarner, sous la monarchie de Juillet, l’idéologie du régime que sa suffisance et un autoritarisme croissant finirent par disqualifier aux yeux de cette même Garde nationale dont les vivats, lors des revues officielles, avaient pourtant contribué à étoffer une légitimité censitaire toujours contestable. L’épisode ultime de la Commune de Paris, de mars à mai 1871, ne faisait que confi r-mer les dérives inévitables de l’institution malgré ou à cause de la ferveur démocratique qu’elle continuait de susciter. La levée en masse des parisiens prouva son irréalisme tragique face à la puissance de feu et à l’efficacité meurtrière des armées allemandes plus professionnalisées. De plus, elle fit resurgir le spectre de la démocratie directe, cette hypostase de la seconde fonction qu’on avait réussi à contenir d’abord par le désarmement du faubourg Saint-Antoine, en mai 1795, puis par les fusillades de juin 1848. Finalement la Garde nationale mourut de l’exaltation tragique de son propre mythe, continuant d’opposer, comme sous la Convention, sa légitimité révolutionnaire à la légitimité d’un suffrage universel qu’elle estimait perverti par la prépondérance d’un monde rural mal dégagé de l’emprise séculaire de l’église et du château.

10Quant à Georges Carrot, son travail a le mérite incontestable de suivre l’évolution de la Garde nationale depuis ses premiers moments et d’en évoquer les mutations successives, notamment à travers les débats parlementaires qu’elle suscita tout au long de son existence. Il utilise également toutes les monographies locales qui lui permettent d’élaborer une typologie et une topographie des manifestations de la Garde nationale en fonction des lieux et des circonstances, donc d’en hiérarchiser les conséquences à l’échelle de la quasi totalité du territoire et d’éviter ainsi d’en rester aux seuls affrontements parisiens. Notre auteur propose donc d’ajouter aux trois fonctions déjà présentes chez Louis Girard, à savoir la préservation de l’ordre public, l’affirmation démocratique de la souveraineté nationale et la mobilisation militaire de l’ensemble des citoyens, deux autres fonctions plus spécifiquement politiques. D’abord celle d’imposer par la force des baïonnettes et du canon une ligne politique radicale, notamment entre les journées d’octobre 1789 et celles de prairial (mai 1795), puis durant les émeutes de 1830 et 1848, enfin lors des tentatives des communards contre Versailles. C’est reprendre certaines analyses de Louis Girard sur les implications de sa seconde fonction en accentuant la radicalité potentielle du processus mais sans trop expliciter les conditions spécifiques de son apparition ni celles de sa possible extension. Ensuite il suggère l’existence de ce qu’il propose d’appeler « l’institution de la Nation », sorte de mobilisation unanime des citoyens soldats instituant la Nation par son existence même, c’est-à-dire le versant politique impliqué par la troisième fonction de Louis Girard. Mais là encore, il n’explicite guère les manifestations concrètes de cette ultime fonction, ne la rattache jamais à l’utopie démocratique héritée de la cité grecque, il en reste à l’héritage médiéval des milices bourgeoises et à une tradition militaire qui irait des francs-archers de Charles VII à la milice organisée à la fin du règne de Louis XIV avec une référence à Hobbes pour justifier le recours à la souveraineté nationale. De toute façon quand il considère la Garde nationale sur toute la période embrassée par l’histoire de l’institution, Georges Carrot en vient à penser, lui aussi, que la fonction de protection des personnes et des biens s’est imposée comme essentielle, surtout au xixe siècle et en particulier dans le monde rural ; elle est devenue le spectateur passif de l’évolution politique ne participant à l’événement que par le biais des initiatives particulières de quelques individus.

Les insuffisances de ce premier questionnement

11Les travaux de Louis Girard et de Georges Carrot ont donc résumé, en les systématisant, les approches et la problématique qui avaient prévalu jusque-là. Il s’agissait de recenser et d’analyser toutes les manifestations de ce qui allait devenir ou de ce qui était la Garde nationale pour les caractériser et déterminer ensuite leurs fréquences en fonction du moment et des lieux concernés. Les chercheurs, notamment dans les thèses d’histoire régionale, ont donc été incités à tenter de connaître les effectifs successifs des Gardes nationales locales, leur composition sociale notamment celle de leur encadrement et leurs rapports avec les autorités civiles et militaires lors des circonstances qui ont entraîné leurs interventions. Lors de la phase initiale de son apparition (1789), on avait vu se former des unités de cavalerie, de grenadiers ou de chasseurs et la question des uniformes préoccupa tout le monde dans un climat de revanche sociale : il s’agissait pour beaucoup de jeunes bourgeois d’affirmer leur vocation militaire et de dénoncer la mainmise de la noblesse sur l’encadrement de l’armée royale, ce que ni Louis Girard ni Georges Carrot n’avaient cru devoir souligner.

12Pour l’ensemble de la période révolutionnaire, dans le prolongement des propositions de nos deux auteurs, on aboutissait donc, implicitement, à trois contextes différents, sans que toujours les chercheurs prennent conscience de ce que cela impliquait quant aux missions que s’attribuait la Garde nationale.

  • Paris et le sous-groupe des autres grandes villes du territoire, à savoir Lyon, Marseille, Nantes, Bordeaux, Rouen. Dans cet ensemble les affrontements entre gardes nationaux des quartiers bourgeois et ceux issus des faubourgs populaires jouèrent un rôle déterminant, notamment durant le conflit opposant Girondins et Montagnards avec parfois une certaine difficulté à y voir clair lorsque les historiens ont voulu s’en tenir uniquement aux critères sociaux pour expliciter certains aspects des mouvements « sectionnaires » à Marseille ou à Lyon2.
  • Les zones, qui, plus ou moins rapidement, à partir de 1790, sombrèrent dans des affrontements armés opposant l’anti-révolution paysanne encadrée par la contre-révolution nobiliaire aux citadins patriotes épaulés par l’armée et par des renforts de gardes nationaux venus d’ailleurs. Il s’agit essentiellement des bocages de l’Ouest auxquels s’ajoutent les isolats montagneux du Centre et du Midi alpestre ou pyrénéen ainsi que les zones frontalières du Nord et de l’Est (Alsace3). Pour ce qui est du Midi, les insurrections rurales prennent le relais des affrontements urbains sans que ceux-ci disparaissent pour autant. Dans les territoires de l’Ouest dévastés par la guerre civile, les gardes nationales supportent dans un premier temps le poids de l’insurrection qu’elles ne parviennent pas à juguler (Vendée) et l’armée joue un rôle croissant sans toutefois les supplanter totalement dans la mesure où les effectifs militaires engagés varient en raison inverse des besoins de la guerre aux frontières. Certains cantons patriotes deviennent des bastions bleus protégés par des gardes nationales soldées et donc permanentes, allant jusqu’à constituer des « colonnes mobiles » traquant les bandes chouannes pour s’emparer de leurs chefs, le plus souvent des nobles émigrés tenus pour responsables du prolongement de la guerre civile. Il y avait là un choix politique qui a perduré électoralement jusqu’à nos jours et dont la Garde nationale a été, initialement, l’incarnation délibérée. Quant à l’engagement anti-révolutionnaire, il a pris une forme très proche du recrutement de la Garde nationale : implantation locale avec des chefs de paroisse élus par leurs hommes qui leur obéissaient pour ce qui était des décisions tactiques mais qui leur imposaient les conditions et la durée de leur mobilisation en refusant le plus souvent de dépasser un certain périmètre qui ne leur assurerait plus la sécurité des refuges forestiers connus et les itinéraires habituels de dérobade conduisant chez les parents et amis qui offraient caches et nourriture durant les temps forts d’une traque qui finissait toujours par se lasser. Autrement dit Gardes nationales rurales et chouannerie obéissaient au même rituel de mobilisation, aux mêmes contraintes de fonctionnement avec peut-être pour les gardes nationales la nécessaire liaison avec la petite ville voisine dont la garnison militaire surgissait lorsque les chouans semblaient s’acharner contre les patriotes d’un bourg menacés d’extermination.
  • Les zones rurales de légalisme réel ou apparent avec toutes les nuances qu’il peut exprimer allant d’un enthousiasme patriotique sans réserve de la plupart des habitants, notamment dans l’est du pays (Bourgogne, Franche-Comté) à l’acceptation réticente et résignée des exigences croissantes et réitérées d’un pouvoir sur la légitimité duquel on s’interroge. Dans ce dernier type de contexte qui devint majoritaire avec le temps (Bassin Parisien4, Sud-Ouest) compte tenu du discrédit croissant du Directoire, on peut s’interroger sur le rôle joué par la Garde nationale, toujours présente dans les petites villes et les gros bourgs mais qui avait disparu, de fait, dans les communes rurales où, depuis les débuts de la Révolution, la lourdeur d’un service effectif régulier n’était guère compatible avec les exigences du calendrier agraire.

13À cette amorce d’un double inventaire, typologique et topographique, nos deux historiens ont ajouté un autre problème majeur, celui des rapports entre Garde nationale et Armée, d’abord celle du roi, puis celle de la Nation en guerre avec l’Europe. En juillet 1789, dans tout le royaume des patriotes, les armes à la main, prenaient le contrôle des forteresses et citadelles qui leur semblaient autant de Bastilles que des officiers nobles, exaspérés par la tournure des événements, pouvaient utiliser pour perpétrer la Saint-Barthélemy des patriotes que certains redoutaient depuis la réunion des États généraux. Il s’agissait également de convaincre soldats et sous-officiers roturiers que la cause de la Nation était le bien commun auquel il fallait tout subordonner. Et de fait, un certain nombre de gardes françaises et de sous-officiers de la Ligne désertèrent pour encadrer les nouvelles milices patriotes. À la fi n de l’année 1789, la Garde nationale, le plus souvent spontanément organisée sur le modèle parisien, apparaissait d’abord comme la seule force capable de s’opposer à tous les projets « liberticides » d’une noblesse aux commandes d’une armée, composée pour un tiers de mercenaires ne connaissant que les ordres de leurs colonels, eux-mêmes aux seuls ordres d’un roi dont on se demandait s’il était toujours le souverain réformateur du printemps précédent.

14Pour s’en persuader, des Gardes nationales prirent successivement l’initiative d’une série de « fédérations » régionales destinées à affirmer solennellement leur adhésion à la Nation devenue l’élément fondamental de la nouvelle trinité qu’il fallait désormais célébrer : la Nation, la Loi, le Roi. Mais il s’agissait également de convaincre le souverain du loyalisme à son égard de la masse des citoyens-soldats de la Garde nationale dans le cadre du nouveau contrat politique qui le proclamait premier bénéficiaire de l’affirmation de la souveraineté nationale à savoir chef du pouvoir exécutif et, comme tel, chef légitime de toutes les forces armées du royaume. À côté de la Constituante, la Garde nationale s’affirmait ainsi comme une représentation effective et agissante du patriotisme, plus authentique peut-être que la représentation nationale dans la mesure où l’Assemblée restait handicapée par ses origines et la présence sur ses bancs des représentants des deux ordres privilégiés. Beaucoup s’inquiétaient de cette surenchère fédérative, notamment une partie des députés de la Constituante s’interrogeant sur les objectifs réels d’un enthousiasme qui semblait surtout profiter aux ambitions supposées de La Fayette. Inquiétude que partageait une autre instance du patriotisme, le réseau en pleine expansion des Sociétés des amis de la Constitution, également convaincu d’incarner l’intérêt véritable de la Nation, et qui entreprit, dès le second semestre de 1790, de saper le prestige de La Fayette par le biais de l’affaire de Nancy en démontrant que la Garde nationale, telle que la concevait le « libérateur des deux mondes » n’était qu’une force au service de la réaction la plus féroce. Ce dernier pour en finir avec les accusations qui le visaient, réclamait de la Constituante qu’elle se décidât enfin à organiser officiellement la Garde nationale : on en était resté aux initiatives spontanées de 1789 et aux quelques décrets tentant de limiter son recrutement et fixant les modalités de ses interventions. Mais il fallut attendre le 5 décembre 1790 pour que l’Assemblée précisât que la Garde nationale s’occupait du maintien de l’ordre intérieur alors que l’Armée se voyait confier la défense des frontières du royaume. Décision de principe vite remise en cause d’une part du fait de la nécessité de rétablir l’ordre avec l’aide des régiments du roi et de l’autre du fait de la nécessité d’étoffer rapidement les effectifs d’une armée rongée par la désertion en faisant appel à des bataillons de volontaires puisés dans les rangs de la Garde nationale.

15Quant au décret organisant enfin la Garde nationale en précisant ses missions, son recrutement, son encadrement, son armement et son uniforme, il ne fut adopté que le 29 septembre 1791, lors de l’avant-dernière séance de la Constituante ! Georges Carrot le constate mais sans s’interroger suffisamment sur les raisons de ce délai, ni sur les réticences des députés, quel que soit leur bord, à prendre une décision définitive sur un enjeu qui se révélait multiforme et troublant car concernant, en définitive, la régulation de l’usage révolutionnaire de la violence. Était-ce possible ? La Garde nationale était l’expression de la protestation patriote contre toutes les machinations du despotisme et de l’aristocratie y compris le respect d’un statu quo hostile à l’esprit de la Constitution qu’on élaborait et, en même temps, elle devait garantir l’ordre citoyen, comment concilier ces deux exigences qui pouvaient s’avérer contradictoires ? Qui aurait l’autorité nécessaire pour imposer les arbitrages inévitables ? Varennes avait discrédité à la fois le roi, La Fayette, la Constituante et la Société des amis de la Constitution, elle-même, affrontait au même moment une grave crise d’identité. En définitive, seuls les citoyens soldats pouvaient, du fait du droit à l’insurrection implicitement conquis le 14 juillet, décider si une émeute était légitime ou non. Autrement dit, la loi du 14 octobre 1791 – le roi ayant ratifié le décret du 29 septembre – ne pouvait pas prétendre régler définitivement la question de la nature véritable de la Garde nationale qui supposait la reconnaissance officielle du droit à l’insurrection, autrement dit une forme de démocratie directe qui allait s’avérer inconciliable avec l’autorité d’un gouvernement émanant de la représentation nationale tout comme elle l’avait été avec celle d’un roi pourtant devenu constitutionnel !

16De ce fait, la problématique de la typologie des gardes nationales ne peut rendre compte que d’un versant d’une réalité mouvante car, en figeant les catégories qu’elle instaure, elle tourne le dos au problème fondamental que posait la Garde nationale aux pouvoirs successifs qui cherchèrent à la contrôler, à savoir l’incapacité de prévoir véritablement le comportement politique d’une part importante des sections parisiennes toujours tentées d’instaurer, le fusil à la main, la démocratie directe qu’elles prétendaient incarner. Car à vouloir trop sévir contre les partisans d’une vigilance punitive à l’encontre des ennemis de la Nation ou du Peuple, on ne pouvait, du moins en 1792, qu’engendrer chez les patriotes modérés des scrupules, une mauvaise conscience aboutissant à une abstention de fait qui laissait la minorité radicale imposer des solutions extrêmes comme on pourra le constater, tragiquement, lors des massacres de septembre. Et de ces scrupules, la taxinomie fixiste de notre premier questionnement ne saurait rendre compte. L’armement de la Nation apparaissait à la fois comme la condition nécessaire de son émancipation et l’obstacle majeur à la stabilisation de l’ordre nouveau car elle pouvait entraîner une contestation permanente du système représentatif. Le fluctuant dosage dans les sections parisiennes entre patriotes modérés et partisans de formes plus expéditives de la démocratie était devenu un enjeu majeur, surtout après la déclaration de guerre et les échecs initiaux de l’armée royale. La Garde nationale parisienne, étant donné ses effectifs et son positionnement à proximité des organes des pouvoirs qu’elle était censée protéger devenait, en dernier recours, l’arbitre véritable du débat politique.

17Implicitement cette hégémonie de fait reposait sur le rapport de force entre armée et Garde nationale. Hégémonie renforcée par la méfiance des Assemblées nationales à l’encontre d’une armée encadrée par la noblesse et dont les régiments soit continuaient d’obéir à leurs officiers, soit contestaient leur autorité par solidarité avec la cause du tiers état, mais surtout parce que ce combat était devenu une promesse de promotion accélérée. Il en résultait une armée divisée et donc affaiblie, au point d’être incapable d’empêcher l’invasion du territoire. Mais en étoffant l’armée par ses bataillons de volontaires, la Garde nationale contribua, à terme, à son propre et progressif effacement. D’autant qu’au même moment (fin 1793 et début 1794) les députés modérés de la Convention soutinrent les robespierristes dans leur volonté de soumettre étroitement les généraux au pouvoir civil, c’était se donner les moyens d’en finir avec la menace d’intervention physique des gardes nationaux dans les débats de la Convention.

Pour un nouveau questionnement : les ambiguïtés constitutives de la Garde nationale et leurs réactivations successives

18C’est dire la nécessité de compléter les problématiques de Louis Girard et de Georges Carrot par un questionnement concernant surtout les implications entre le contexte politique et les choix idéologiques de la Garde nationale, soulignant, du même coup, ses résurrections successives. Constatons à ce propos que, symboliquement, sa disparition, en tant qu’institution, fut suivie, dans la même décennie, par l’extinction progressive du parti légitimiste. Décidément mobilisation révolutionnaire et complot aristocratique, ou du moins ce qu’il en restait, demeurèrent jusqu’au bout indéniablement corrélés. Dans cette perspective, il nous semble pertinent de revenir sur quelques interrogations qui demeurent :

  • 5 Jacques Gochedot, La prise de la Bastille, 14 juillet 1789, Paris, Gallimard, 1965.
  • 6 Roger Dupuy, Aux origines idéologiques de la Révolution, Journaux et pamphlets à Rennes (1788-1789 (...)

191. Revenir d’abord sur l’amphibologie de l’armement des patriotes. À trop souligner la filiation entre les milices d’Ancien Régime et la Garde nationale, on pourrait perdre de vue le mythe démocratique qu’elle voulait incarner. L’affirmation de la Souveraineté nationale, c’est d’abord l’apologie du nombre qui ne peut que déboucher sur l’exaltation du peuple. Lors du printemps 1789, l’argument massue du parti patriote, c’est la solidarité du tiers état et la force écrasante qu’elle représentait. Si, concrètement, seule une trentaine de milliers de manifestants se mobilisent dans Paris les 12 et 13 juillet 17895, la propagande patriote depuis le mois de janvier – en témoigne la brochure fameuse de Sieyès, Qu’est-ce que le tiers État ? – avait averti les privilégiés de ne pas trop agacer le peuple qui d’une chiquenaude pourrait les écraser. Et Volney, dans son pamphlet, La sentinelle du peuple, leur disait déjà la même chose à Rennes, en décembre 1788, à la veille de la réunion des états de Bretagne6. C’est dire que l’armement du peuple tout entier apparaissait comme l’arme suprême des patriotes et ce qui se passa durant la « Grande Peur » le confirmait tout en inquiétant fortement l’Assemblée constituante. D’emblée, l’affirmation de la souveraineté nationale posait la question des circonstances et des limites de l’armement populaire : elle semblait le justifier tout en sachant qu’il pouvait se muer en substitut dangereux des processus électoraux classiques. La Garde nationale surgissait donc de la confrontation entre l’exaltation démocratique du peuple en armes et le maintien de l’ordre public que les autorités nouvelles estimaient indispensable tout en le souhaitant issu d’un consensus civique plutôt que de la seule rigueur des lois.

20À la typologie et à la topographie des gardes nationales il faut donc ajouter une étude systématique des conditions qui peuvent expliquer le comportement politique de ses bataillons tant à Paris qu’en province. Étudier tout particulièrement les facteurs qui relancèrent périodiquement la nécessité de la mobilisation populaire et du même coup tout ce qui a permis sinon de l’éviter du moins d’en limiter l’ampleur et la radicalité : critère censitaire de recrutement, création d’unités soldées, d’unités d’élite auto-équipées (grenadiers, chasseurs, cavaliers, canonniers) mais aussi composition et structure des états-majors. Quel stratagème a prévalu à un moment donné et quelle fut son efficacité réelle ?

  • 7 Richard Cobb, Les armées révolutionnaires, instruments de la terreur dans les départements, avril (...)

21Car si les pouvoirs successifs se préoccupèrent de limiter l’armement populaire, ce dernier tendait parallèlement à s’autonomiser, prétendant incarner, depuis juillet 1789, la permanence de l’affirmation révolutionnaire. L’émergence de la sans-culotterie parisienne illustre cette identification avec la volonté de ressusciter l’unanimité du tiers état par la base, seul moyen de maintenir la pureté des principes. Fusils et canons sont la seule garantie pour le peuple de voir ses intérêts pris en compte par des députés qui ont peur de lui et le méprisent une fois installés au pouvoir. Si la majorité des sans-culottes s’en tenaient au contrôle politique de leurs sections et des bataillons de gardes nationaux qui en dépendaient, les plus radicaux, dès 1792, lors des débats du Club des cordeliers, puis, en 1793, au travers des exigences du courant hébertiste relayées par la Commune de Paris, réclamaient, avec l’instauration de la Terreur, la création d’une armée révolutionnaire de plusieurs dizaines de milliers d’hommes pour imposer la satisfaction des besoins immédiats du peuple et assurer ainsi l’accomplissement démocratique de la Révolution. On sait le destin relativement bref de ces armées révolutionnaires étudiées par Richard Cobb7. Elles ont néanmoins symbolisé la dérive ultra-démocratique d’une partie de la Garde nationale et renforcé les craintes des modérés à son égard et du coup facilité l’ingérence croissante de l’armée dans le contrôle des affrontements politique parisiens.

22Dès le Directoire, la répression contre le courant démocratique et insurrectionnel l’incita à se réfugier dans la clandestinité, à ne plus s’organiser dans le cadre légal de la Garde nationale, mais à se ramifier dans des sociétés secrètes, à développer une culture du complot qui s’épanouira au xixe siècle, facilitant ainsi, jusqu’à un certain point, la mainmise du pouvoir sur l’institution. Les deux courants, maintien de l’ordre nouveau et protestation révolutionnaire qui coexistaient dans l’institution depuis juillet 1789, se séparèrent en 1795, après le désarmement du faubourg Saint-Antoine, pour se retrouver lors des journées révolutionnaires de 1830 et 1848, dans des proportions qu’il faudrait préciser.

23De même, c’est à partir de 1795 que l’armée joue un rôle politique croissant, occupant la place abandonnée par la Garde nationale, dans la mesure aussi où elle en avait absorbé les éléments les plus motivés militairement. Les divisions entre modérés et jacobins militants se retrouvent désormais entre les différentes armées de la République et la pondération de leur influence respective passe par les victoires que remportent leurs généraux en chef. La Garde nationale n’a plus la même importance au temps de la « Grande Nation » que dans la phase initiale de la contestation révolutionnaire. Et l’Empire ne pouvait que confirmer cette régression politique alors que les monarchies censitaires qui lui succédèrent, avec leur politique extérieure de paix à tout prix, lui restituèrent partiellement son importance dans la mesure où le courant modéré, désormais seul concerné, s’engageait par serment à s’opposer à la résurgence de la contestation révolutionnaire. Enfin, l’invasion et la guerre en 1871, faisant resurgir la République et le contexte de 1792 et 1793, soulignaient, une fois encore, le lien intrinsèque profond entre Garde nationale et guerre nationale défensive.

24Autre thématique qui doit retenir l’attention, celle du remplacement, avec son impact économique et social, mais aussi ses répercussions sur l’image de la Garde nationale, notamment sous la monarchie de Juillet.

  • 8 Le présent texte ne veut être qu’une réflexion globale sur les études de synthèse existant sur la (...)

25En définitive, ce nouveau questionnement retrouve la trilogie fonctionnelle de Louis Girard et Georges Carrot, mais en aboutissant au constat que la Garde nationale n’est véritablement elle-même que lorsqu’elle fait cohabiter en son sein les deux fonctions quasi contradictoires qu’elle assuma d’emblée et que sont réunies les conditions qui permettaient à la fois cette coexistence mais aussi la prééminence momentanée de la protestation révolutionnaire sur le maintien de l’ordre bourgeois. C’est dire le lien matriciel reliant Garde nationale et Révolution dans la mesure où son histoire s’est identifiée à la volonté d’institutionnaliser le droit à l’insurrection et qu’elle a joué un rôle déterminant dans la lutte contre les privilèges nobiliaires sous toutes leurs formes, ce qui est resté, quand même, la grande affaire de la Révolution. Mais quand le suffrage universel s’affirme avec la Troisième République qui apparaît comme le triomphe différé des grands principes de 1789, le droit à l’insurrection perd sa légitimité et, malgré la fascination qu’elle continue d’exercer en tant que promesse de démocratie directe, la Garde nationale est condamnée8.

Notes

1 Louis Girard, La Garde nationale, 1814-1871, Paris, Plon, 1964. Georges Carrot, La Garde nationale (1789-1871), Une force politique ambiguë, Avant-propos de Jean-Louis Loubet del Bayle, Paris, L’Harmattan, 2001.

2 Jacques Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-1793), Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1992.

3 Jean-Clément Martin, Contre-Révolution, Révolution et Nation en France, 1789-1799, Paris, Seuil, coll. « Points-Histoire », 1998.

4 Serge Bianchi, La Révolution française et la Première République au village, Paris, Éditions du CTHS, 2003.

5 Jacques Gochedot, La prise de la Bastille, 14 juillet 1789, Paris, Gallimard, 1965.

6 Roger Dupuy, Aux origines idéologiques de la Révolution, Journaux et pamphlets à Rennes (1788-1789), Rennes, PUR, 2000.

7 Richard Cobb, Les armées révolutionnaires, instruments de la terreur dans les départements, avril 1793-floréal an II, Toulouse, Association Marc Bloch de Toulouse, 1961-1963, 2 vol.

8 Le présent texte ne veut être qu’une réflexion globale sur les études de synthèse existant sur la Garde nationale confrontées à ce que nous pensons être la vulgate implicite actuelle concernant la Révolution française, avec ses interrogations et ses questions en suspens, telle qu’on peut l’esquisser à partir des travaux réalisés à l’occasion du Bicentenaire ou menés à bien depuis lors. Pour ce qui est du premier xixe siècle notre compétence est beaucoup plus limitée et nous en sommes restées, en la matière, aux manuels classiques (coll. « Points Histoire » au Seuil) et aux grandes thèses d’histoire régionale publiées lors du dernier demi-siècle. Nos remarques sont donc surtout la projection des enjeux révolutionnaires sur le siècle suivant, l’inverse, en quelque sorte de la démarche de Louis Girard ! On nous pardonnera donc de ne pas citer des références qui vont de soi, d’autant qu’elles feraient double emploi avec le précieux travail bibliographique présenté dans ce même ouvrage par Serge Bianchi et Jean-Luc Laffond.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search