Version classiqueVersion mobile

La Garde nationale entre Nation et peuple en armes

 | 
Serge Bianchi
, 
Roger Dupuy

Présentation

Serge Bianchi et Roger Dupuy

Texte intégral

  • 1 Y compris la plupart des manuels et dictionnaires « classiques ».

1Ce colloque consacré à la Garde nationale, de la création à la disparition, est né d’un constat et d’un pari. Le constat porte sur le « vide » historiographique relatif à cette institution si présente dans les débuts de la Révolution française et dans les périodes troublées du premier xixe siècle. On pourrait même parler d’amnésie au moment du bicentenaire, si fécond en études locales. Pas un des 549 colloques recensés ne porte, peu ou prou, sur la Garde ! Le même silence s’impose à la consultation des Tables et des sommaires des Annales historiques de la Révolution française, mais sur une plus longue durée, à de rares exceptions près. Les hasards des questions de concours ont mis en lumière l’absence de connaissances et les lacunes de l’enseignement supérieur1 sur un phénomène qui a touché la plupart des communes et près de 3 millions de citoyens (en armes ?) après la grande Fédération de juillet 1790. Or, il s’avère que des archives massives dorment dans des cartons confi dentiels ; que des travaux anciens témoignent de l’activité et de l’importance de la garde, à des moments cruciaux de notre histoire. D’où le pari lancé en 2003 : regrouper les chercheurs en Garde nationale pour confronter leurs travaux et tenter état des lieux et mise au point. La rapidité et l’enthousiasme des réponses ont d’emblée validé la démarche. Il a dès lors été possible de bâtir un programme ambitieux à bien des titres.

2Premier pari : embrasser l’histoire de la Garde de sa création officielle (entre 1789-1790) à sa dernière dissolution (en 1871). Mais la création impose le devoir de connaître le fonctionnement des institutions qui l’ont précédée, les « milices bourgeoises », voire « rurales ». De 1589 (la Ligue) à 1790, une dizaine de communications s’attachent ainsi à explorer les « prémisses et les antécédents », afin de connaître les signes de vitalité ou de déclin des forces paroissiales constituées, dans leurs rapports délicats aux pouvoirs centraux et aux autorités municipales. La transition, liée pratiquement toujours à la « révolution municipale » de l’été 1789, est ainsi abordée dans des espaces régionaux variés. Un quart des communications portent sur les gardes « en Révolution », en ne négligeant pas, comme ce fut souvent le cas, le Directoire, théâtre de recomposition et d’exercice de « colonnes mobiles » et d’une gendarmerie privilégiée par le pouvoir en place. Il n’en demeure pas moins que les régimes du xixe siècle donnent matière à des interventions sur la Restauration, la monarchie de Juillet, la Deuxième République ; et que deux communications débouchent sur l’horizon de la dissolution, qui est également celui d’une mémoire publique des représentations de la Garde.

3Le deuxième pari est une ouverture géographique, voire géopolitique large. Certes, les villes sont le domaine privilégié des milices dites « bourgeoises » et des Gardes nationales. Au moins, la variété des études de cas permet d’aller de la capitale vers la périphérie « française » (Namur et Bruxelles occupées), en passant par de grandes cités (Lyon, Toulouse, Rennes, Nantes, Tours, Nîmes), des villes moyennes ou petites (Bassin parisien, Gray et Vesoul). Les gardes villageoises n’apparaissent guère que dans les exemples de la grande banlieue de Paris et de la Bretagne. Mais les études régionales permettent de nuancer le contraste, pour la Provence, la Bourgogne, la Lorraine, la Corse, le Var. Il resterait probablement à ouvrir sur d’autres institutions comparables en Europe et outre-Atlantique. Des compléments bibliographiques doivent pallier les lacunes les plus criantes. L’ouverture géographique peut alors s’accompagner d’une ouverture sociale, où la bourgeoisie n’est plus seule en cause. L’étude de cas des ouvriers nantais peut ainsi être considérée comme exemplaire dans les contradictions entre l’engagement politique et l’appartenance à une couche sociale aux intérêts bien distincts de ceux de la bourgeoisie. De même, les manifestations des gardes rurales sont-elles souvent en divergence, voire en conflit, avec la ligne des autorités urbaines de district ou de département. Mais les choses ne sont jamais tranchées comme le prouvent les scrupules des officiers bourgeois au moment de réprimer les troubles ouvriers de leurs quartiers en juin 1848. On entre ainsi peu à peu dans la complexité des problèmes soulevés par l’existence de la Garde nationale entre 1789 et 1871.

4Des communications et des débats consécutifs se dégagent certaines questions essentielles relatives à la nature, au fonctionnement et à l’évolution ou aux mutations des Gardes nationales. De même s’esquissent certaines réponses et acquis permettant une avancée du chantier.

5Le questionnement initial portera inévitablement sur la nature de la Garde : force de maintien de l’ordre ou vecteur majeur de la contestation ? L’accent doit nécessairement être mis sur la genèse de cette institution nouvelle, qui se généralise durant l’été 1789. Les gardes naissent de l’échec des forces de l’ordre propres à la monarchie (maréchaussée, gardes suisses et françaises, régiments de l’armée royale, milices bourgeoises) face aux désordres nés de la crise frumentaire et de la contestation anti-seigneuriale, des rumeurs faisant état d’un complot aristocratique visant à éliminer les « patriotes » favorables aux revendications du tiers état. Mais, à Paris, certains émeutiers, qui, la veille, ont pris la Bastille, se muent, le lendemain, en sauveurs héroïques du patriotisme et paradent devant l’hôtel de ville, mobilisés contre d’éventuels coups de force d’autres aristocrates. À Rennes, comme à Marseille et Dijon, des jeunes patriotes en armes s’opposent victorieusement aux manœuvres d’intimidation de certains commandants de garnison contre les municipalités récemment créées. Autrement dit, il semblerait d’emblée que certaines unités des Gardes nationales en gestation se considèrent plutôt comme des forces de maintien de l’ordre contre les excès du populaire, alors que d’autres se donnaient comme priorité de résister aux intimidations des troupes royales (en se faisant remettre les clefs des « bastilles », parisienne ou provinciales, par exemple). Mais pour l’ensemble des Constituants, comme pour les nouvelles élites locales, la force armée naissante doit être subordonnée au pouvoir politique, dans le cadre de l’exercice d’une souveraineté populaire exprimée lors des différentes « révolutions municipales ». À quelques réserves près, on pourrait insister sur l’aspect maîtrisé et « légaliste » de la nouvelle institution.

6Deux interrogations surgissent à l’égard de cette subordination au pouvoir politique ; elles sont liées à la nature même du rapport de force entre Garde nationale et nouvelle administration municipale tel qu’il est apprécié par chacun des deux partenaires en présence. D’une part, nous l’avons écrit, la Garde s’impose en lieu et place de forces traditionnelles, dans un processus d’armement d’une masse de citoyens qui se sentent désormais directement concernés par les événements qui les inquiètent. La prise d’armes est devenue un critère évident d’émancipation, probablement plus marquant que le droit de vote. L’arme symbolise le pouvoir populaire né des journées révolutionnaires, qui ne se soumet au nouveau pouvoir municipal que dans la mesure où il le considère comme l’émanation légitime de la nouvelle donne politique, produit de sa propre insurrection et de la confirmation par le suffrage large des citoyens actifs. C’est dire si la soumission des officiers de la Garde nationale aux nouveaux notables patriotes est implicitement conditionnelle. D’autre part, se pose la question de la politique des nouvelles municipalités à l’égard de la Garde nationale, et singulièrement de sa composition. Faut-il s’appuyer sur tous les citoyens-soldats susceptibles d’incarner la totalité de la « nation en armes », quand la liberté et les « patriotes » sont menacés ? Ou faut-il faire appel à une force plus réduite, mais efficacement entraînée et militarisée, ce qui signifierait la séparation effective des fonctions politiques et militaires ? Tout dépend alors de la capacité des municipalités, autorités administratives élues, à imposer leurs décisions, puis de celle du pouvoir central à faire prévaloir ses lois sur le plan local. La célèbre « affaire de Nancy » (août 1790) en est la parfaite illustration. En fait, l’absence d’une loi spécifique entraîne une confusion générale qui ne prend fin qu’avec les besoins de la défense nationale. Le volontariat qui répond à cette exigence cruciale prélève les éléments les plus motivés, les patriotes les plus enthousiastes. Ne restent en place que les plus pondérés, partisans d’une force armée aux ordres des autorités légitimes, seules aptes à prendre les initiatives en cas de danger. Après le complot aristocratique, la guerre devient ainsi le facteur essentiel de radicalisation de la Garde nationale, notamment à Paris où prévaut le sentiment que la ville est devenue la forteresse du patriotisme. Les massacres de septembre, où la Garde demeure passive, s’expliquent également par la volonté de ne laisser partir les gardes volontaires, à la veille de Valmy, qu’après avoir purgé les prisons des complices de la tyrannie, les prêtres réfractaires, les « chevaliers du poignard » et les complices des cours étrangères, sur le point de soulever les prisons de la capitale. Les bataillons des quartiers modérés se réfugient alors dans l’abstention, le laisser faire, comme ils le feront pendant les régimes de la monarchie censitaire. Ceci montre bien que le consensus, motivé par le manifeste de Brunswick et la menace sur les frontières, est imposé par un rapport de force complexe, où l’action des « radicaux », même minoritaires, est jugée moins dangereuse, à terme, que l’éventuelle victoire de la réaction aristocratique. Quand la Garde nationale est confrontée au paroxysme de la terreur, de la chute des Girondins à Thermidor, quelle est la perception des bataillons qui cernent le Palais national ou défilent à la Convention ? La menace contre-révolutionnaire est la caution permanente des initiatives les plus « radicales » de la Garde, en matière d’économie dirigée ou de déchristianisation, jusqu’à la fin des périls et l’extinction des factions. On peut s’interroger sur la radicalisation de la Garde par l’ouverture massive aux citoyens passifs après le 10 août 1792, puis par l’influence de la multiplication de la seconde génération des sociétés populaires et des clubs, au début de l’an II.

7Dans les premières semaines de son existence, la Garde était, en effet, à la fois bourgeoise et « populaire », émanation de la souveraineté de la Nation. Mais la loi martiale qui succède à la marche des Parisiennes sur Versailles opère la distinction entre les forces de l’ordre (la Garde nationale), chargées de disperser les rassemblements attentatoires à l’autorité publique et les émeutiers, même s’ils sont gardes nationaux ! Les citoyens passifs sont exclus de la Garde, en juin 1791, discriminés par la limite des 3 livres d’imposition directe, ce qui écarte les pauvres et les presque pauvres, relégués au rang de citoyens de seconde zone par l’interdiction des droits de vote et de port d’armes.

8Cette exclusion des plus pauvres de la citoyenneté « véritable » scandalisa une partie de l’opinion des quartiers populeux du centre de Paris, et les Cordeliers n’auront de cesse de faire sauter ce verrou, intolérable pour ceux qui ont risqué leur vie dans les « journées », sans considération fiscale préalable. Si le contexte parisien demeure naturellement déterminant, la réalité de la composition de la Garde varie selon la conjoncture politique et les rapports de force locaux, dans une mosaïque de situations qui décourage la synthèse. Bourgeoise ou démocratique, la Garde est une institution qui repose sur l’armement de la population et qui nécessite, de ce fait, une histoire du désarmement, pour identifier les moments clés de la violence et de l’abstention, de volonté punitive et de mobilisation collective, comme d’abstention et de démobilisation.

9Après cette phase désordonnée d’apparition et de gestation, la Garde s’organise dans le cadre du compromis des fêtes de la Fédération qui culminent le 14 juillet 1790. Elle est alors encadrée par des états-majors où cohabitent aristocrates constitutionnels et jeunes bourgeois « patriotes » ou « jacobins ». Le compromis s’effondre au moment du 10 août 1792, quand les passifs dominent certaines sections, se réclamant de l’Ami du peuple puis du Père Duchesne. Si la composition populaire de la Garde ne fait pas de doute pendant la politique de Salut public, le commandement est régi par les grands Comités après frimaire an II. Le printemps de l’an III marque la fi n de la pression des quartiers populaires de la capitale, le désarmement des « terroristes » et l’encadrement par les « honnêtes gens », de façon quasi définitive dans l’histoire du pays.

10Les réactions des ouvriers nantais et parisiens au cours des « journées » de 1791 ou 1848 convergent, comme dans les « journées lyonnaises » pour identifier une garde défendant les valeurs de la propriété et du libéralisme. Certes, la Garde est l’institution où s’expriment les visées démocratiques dans les années 1840 « tout garde doit être électeur », et où l’élection des officiers garantit un certain contrôle de la base. Mais cela reste dans des cercles ne dépassant pas les élites de l’artisanat et du commerce, si l’on met de côté l’épisode communard, comme le prouvent les études fines sous la monarchie de Juillet.

11Garde locale ou Garde nationale ? Dès le début, les tendances au regroupement de forces en armes l’emportent à l’Assemblée, tandis que les communes défendent leur autonomie. En dehors de la justice de paix, la Garde nationale est le théâtre d’une organisation cantonale qui perdure sous le Directoire. Les directoires de district et de département tentent en permanence de diriger les détachements des communes de leur ressort pour régler des problèmes de nature aussi différentes que la sécurité des personnes ou la police des marchés. Mais les monographies montrent que la lutte locale pour le contrôle de la Garde est un enjeu politique majeur, parallèle ou concurrent du pouvoir municipal, au moins jusqu’à la déclaration de guerre en avril 1792. Les tentatives de fédération sont une étape essentielle dans cette organisation au sommet qui fait de La Fayette le chef plus ou moins fictif de 6 millions de citoyens en armes. La Garde est donc l’institution où se jouent les tensions entre l’autonomie locale, la reconcentration de l’autorité et les logiques centralisatrices. Elle incarne un moment la tentation d’un pouvoir fort devenant le protecteur de la monarchie, d’où l’inquiétude et la vigilance du courant démocratique. On retrouve ce problème sous le Directoire. Par la suite, le poids de l’administration – préfet, sous-préfets, maires nommés par le pouvoir central – fait de la Garde une force de l’ordre, toutefois dévalorisée et moins sure que la gendarmerie, la police et l’armée régulière pour mener une politique de répression.

12Garde urbaine et garde rurale ? Une grande majorité des communications portent sur des milieux urbains : Toulouse, Paris, Tours, Vesoul… C’est le reflet d’une réalité indiscutable. Toutes les villes et tous les bourgs ont disposé d’une Garde nationale succédant à une milice plus ou moins active, alors que l’armement des campagnes, difficile à approcher avant 1789, s’avère très inégal dans les cas divergents de l’Île-de-France et de la Bretagne. C’est là que la décennie révolutionnaire apporte un éclairage un peu différent, au regard des évolutions du xixe siècle. De nombreux directoires de district ou de départements se plaignent des actions autonomes et violentes de gardes « rurales » lors de révoltes antiféodales, frumentaires, de comportements communautaires, de défense de prérogatives touchant à la sécurité ou aux ressources des villageois. Ainsi s’expliquent des marches de la faim contre les villes, où les autorités villageoises mènent les cortèges, au nom de la légalité révolutionnaire. Ainsi s’expliquent les refus villageois de gardes de nuit ou de service d’ordre imposés par les autorités urbaines. Cela ne va pas sans solidarités transversales, entre villages proches, ou entre tel village et l’autorité urbaine, qui vise parfois à absorber l’institution rurale. Des monographies adaptées permettraient de voir si les gardes rurales ont pu jouer dans d’autres périodes le rôle de « fer de lance » de la « révolution paysanne » qui a pu être le leur avant l’été 1793. En leur absence, le caractère urbain semble s’accentuer pendant le « siècle des notables », ce que semblent confirmer les études sur le Var pendant la Deuxième République. La volonté de contrôler l’institution dans les périphéries rurales se manifeste à Paris, comme à Lyon et Marseille dans le premier xixe siècle. Le colloque aura servi à poser ce problème, dans toute sa complexité.

13Le déclin de la Garde ? Passée une période d’euphorie, marquée par les fédérations et la fédération de 1790, il est courant de parler de déclin, souvent associé d’ailleurs à un hypothétique déclin de la participation électorale. Les recensements partiels montrent une baisse des effectifs (et de ceux qui élisent les officiers) en 1792 et 1793, voire un étiage préoccupant sous le Directoire. Ce déclin apparent est-il lié à un cantonnement des tâches objectivement subalternes (guet, surveillance de nuit, exercices dominicaux ou décadaires) que l’on laisserait à la gendarmerie ou à des comités de surveillance spécifiques ? N’est-il explicable que par les départs des volontaires aux armées, qui privent la garde de ses éléments les plus jeunes ? S’agit-il d’une érosion des sentiments patriotiques ou du refus d’un bénévolat coûteux et usant à la longue ? Peut-on mettre en avant la méfiance des autorités de tutelle face à une institution qui peut s’avérer contestataire ? Ou peut-on observer une pente « naturelle » vers un corps qui ne comprendrait plus que des « notables » motivés et des remplaçants salariés ? On voit dans ces questions en cours les problèmes de la représentation du citoyen en armes, par rapport à d’autres modèles, suisse ou américain, qu’il resterait à bien mettre en perspective.

14Pouvoir civil ou pouvoir militaire ? C’est probablement dans ce questionnement que réside l’ambiguïté première de l’institution qualifiée dans les lois et constitution de Garde nationale. Les débats des assemblées successives, de la Constituante de 1789 à la Constituante de 1871 mettent en évidence les attentes et les contradictions des législateurs. L’attente essentielle est que le « peuple en armes » doit l’emporter sur l’armée professionnelle et l’ensemble des dérives que ne rachète pas le prestige de l’uniforme. Tout citoyen doit être soldat, scandent les réformateurs militaires et les spécialistes du comité militaire de la Constituante. Mais si le peuple s’exerçant aux armes doit constituer le vivier de l’armée nouvelle, il ne peut être cette armée, aux yeux des professionnels de la guerre. La formation d’un soldat ne peut s’accomplir dans le cadre du service civil ou civique de la garde. Certes, des corps soldés ou spécialisés relevant de la Garde peuvent être commandés par des militaires, voire être utilisés aux frontières, ou dans des opérations militaires, comme les « colonnes mobiles » du Directoire, qui emploient théoriquement un garde sur six. Mais le citoyen ne devient soldat qu’après une période plus ou moins longue d’amalgame ou de formation spécifique. Tant qu’il reste garde national, l’exercice des armes doit être limité à des opérations dirigées par le pouvoir civil. La Garde peut surveiller les lieux publics, les assemblées primaires, les théâtres, rétablir exclusivement l’ordre de préférence à tout corps militaire avant juin 1795. Les lois la subordonnent constamment aux autorités et aux impératifs civils. C’est d’ailleurs la tendance lourde des régimes du xixe siècle, toutes étiquettes confondues. Les gardes bourgeoises doivent déposer les armes dans les périodes de non-exercice. Le port civique d’armes n’a pas la même signification qu’en Suisse ou qu’aux États-Unis. Si la Garde reste l’antichambre de l’armée dans le cadre des volontaires de 1791 et 1792 ou de la conscription, elle décline quand cette armée se renforce et connaît son étiage quand les armées républicaines défient l’Europe des souverains coalisés. Quand le pouvoir des militaires s’affirme sous le Directoire, la Garde n’intervient plus dans les débats que comme l’antidote nécessaire (et utopique) des dérives ou excès de la caste militaire. Son effacement s’inscrit alors dans la dialectique des relations entre pouvoirs civils et militaires, au-delà de l’idéal de la nation en armes de la Révolution en marche…

15Pouvoir révolutionnaire ? En définitive, la question cruciale est dans la représentation de la garde en Révolution et dans la question qui a traversé tout le colloque « Mythe et réalités ? ». La Garde, bourgeoise, rurale, populaire a joué un rôle certain dans les grandes journées révolutionnaires : Bricoles, Bastille, fuite du roi, 20 juin 1792, chute de la monarchie, « journées de la faim ». Elle a été parfois identifiée, dans l’iconographie et l’opinion publique aux soulèvements du peuple en armes, au nom de la résistance à l’oppression et d’une démocratie dont la pique, l’uniforme ou le drapeau seraient l’expression la plus achevée. La mémoire du xixe siècle conserve des traces et des fictions rappelant ce rôle exalté dans les « journée » révolutionnaires ou dans les moments d’exaltation du sentiment national. Les gardes nationales ont accompagné toutes les fêtes révolutionnaires, comme le montre une iconographie pléthorique sur ce thème, renvoyant à des milliers de cérémonies civiques où l’idéal du citoyen en armes rejoint l’esprit de la Fédération de 1790, la célébration des volontaires de Valmy, du soldat-citoyen de l’an II. On pense alors aux gardes « révolutionnaires » qui multiplient les visites domiciliaires chez les aristocrates ou pourchassent, avec un zèle (excessif ?) les prêtres réfractaires. On pense aux « émeutiers » de la faim, traduisant dans leurs révoltes les utopies égalitaires d’une économie morale. Peut-être opère-t-on une confusion avec les éphémères « armées révolutionnaires » de l’an II, porteuses de l’égalitarisme (sans-culotte ou jacobin ?). Mais ces images sont aussitôt brouillées par d’autres. La répression des jacqueries de 1789 et de la populace parisienne en 1789 et au Champ-de-Mars ; les multiples interventions en villes et villages au nom de la loi martiale, contre les révoltes populaires. Les Gardes nationales jouent un rôle de maintien de l’ordre, parallèlement à la gendarmerie ou à la police, qui ne cadre plus avec les mythes fondateurs. Elles sont alors remplacées par l’armée, à moins qu’elles n’incarnent les aspirations d’une bourgeoisie, parfois contestataire en termes de culture politique, mais le plus souvent conservatrice en termes de valeurs sociales, comme le prouvent les actions menées contre les ouvriers de Paris et de Lyon sous la Restauration, la monarchie de Juillet, ou l’absence de rôle contestataire au moment du coup d’État de décembre 1851. Le lien entre la Garde de 1790, la Nation et le patriotisme a en fait occulté certaines réalités de sa genèse. Dans certaines régions (Lozère, Cévennes), comme dans de nombreux villages, la Garde a été une force d’expression de préoccupations religieuses, communautaires ; un espace de pouvoir, plus qu’une manière homogène de poser les droits politiques d’un peuple en armes, où tout citoyen serait soldat, prêt à se sacrifier pour la nation. C’est dans ce choc des représentations et des réalités, dans les images contrastées des journées révolutionnaires et répressives, entre les illusions de la mémoire collective et le poids des archives du terrain (régionales et locales) que l’historien pourra approcher la richesse, la potentialité et les contradictions de cette institution si méconnue que fut la Garde nationale entre sa genèse et sa disparition !

Notes

1 Y compris la plupart des manuels et dictionnaires « classiques ».

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search