Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Contre-Révolution et État

La longue survivance du Carlisme en Espagne : proposition pour une interprétation1

Jordi Canal

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce texte fut publiée, en espagnol, dans la préface de mon livre El carlism (...)

1Le carlisme, un mouvement sociopolitique à caractère anti-libéral et anti-révolutionnaire né à la fin de l’Ancien Régime et qui, malgré sa marginalité, survit encore de nos jours, constitue l’un des principaux protagonistes de l’histoire contemporaine d’Espagne. Sa présence, malgré quelques réticences à sa reconnaissance et malgré l’érosion du temps, s’avère incontestable. Trois phases distinguent son développement. Pendant les six décennies centrales du xixe siècle, le carlisme réussit à mobiliser des milliers d’hommes et à impliquer autant de familles, en provoquant, dans son affrontement permanent avec le libéralisme, deux authentiques guerres civiles – appelées Première et Deuxième Guerre Carliste (1833-1840 et 1872-1876), dans lesquelles le mot carliste apparaît quelquefois comme un euphémisme qui occulte le cachet fratricide – et un nombre non négligeable de conflits belliqueux de moindre importance, des pronunciamientos et autres émeutes. Il forma ensuite partie de l’imaginaire espagnol, générant des craintes et des peurs, créant des mythes et des mémoires. Le xixe siècle constitua une sorte de guerre civile prolongée, déclarée ou larvée. Les années de rôle essentiel cédèrent le passage, à partir de la fin de la décennie de 1870, après le dénouement de la Deuxième Guerre Carliste, à d’autres années pendant lesquelles le carlisme occupa une position secondaire sur la scène espagnole. Une position secondaire, mais toutefois plus importante que ce que sa méconnaissance l’a laissé penser pendant des années. La Guerre Civile de 1936-1939 fut un moment fort, en même temps que la conclusion, de cette deuxième phase. Depuis lors, le carlisme a vécu un processus de marginalisation, oscillant en plus d’une occasion, qui, de toute façon, n’a pas débouché sur une disparition maintes fois annoncée.

  • 2 Martin Blinkhorn, Carlismo y contrarrevolución en España 1931-1939 [1975], Barcelone, Crítica, 197 (...)

2L’historien britannique Martin Blinkhorn, dans la préface du livre qu’il consacra à l’étude du carlisme durant la Deuxième République, en fit une des curiosités de l’histoire européenne contemporaine, en remarquant quelques pages plus loin, sa condition, ou particularité pour être plus précis, de mouvement légitimiste de masses sans équivalences strictes à l’étranger2. La question est dès lors assez inévitable : le carlisme est-il vraiment un phénomène particulier ? La réponse, si nous entendons le mot « particulier » dans le sens de propre et privatif, ne peut être, en revanche, ni simple ni indiscutable, comme c’est souvent le cas en ce qui concerne les questions historiques.

3Le carlisme n’est pas un phénomène particulier étant donné qu’il fait partie de cette catégorie plus générale que l’on a appelé Contre-Révolution, présente au xixe siècle dans la plupart des États de l’Europe occidentale. Ce ne fut pas, cependant, la seule modalité de Contre-Révolution développée en Espagne, quoique toutefois, sans le moindre doute, ce fût la plus importante dans tous les sens. D’où le fait que, dans l’histoire d’Espagne, particulièrement au xixe siècle, les termes carlisme et Contre-Révolution se soient convertis parfois en synonymes. Les insurrections de la Vendée et des chouans contre la Révolution française, le légitimisme de la duchesse de Berry et du comte de Chambord, déjà au xixe siècle, en France ; le miguélisme au Portugal ; et les insurrections de Viva Maria en Toscane et des sanfédistes dans l’Italie méridionale de la fin du xviiie siècle, outre le légitimisme napolitain de Francisco II, présentent des liens de parenté évidents avec le carlisme du xixe siècle. Les comparaisons stimulantes, si nous remontons dans le passé, avec le jacobitisme anglais, ou en plein xxe siècle, entre les carlistes et les Cristeros mexicains, demanderaient quelques nuances.

  • 3 Joseph de Maistre, Considérations sur la France [1796], Paris, Librairie de la Société Bibliograph (...)

4Les connexions entre les divers mouvements contre-révolutionnaires furent permanentes ; elles établirent les bases de l’existence formelle, dans les décennies centrales du xixe siècle, d’une espèce d’» internationale blanche ». Les aides économiques reçues par les carlistes furent assez nombreuses et, en outre, plusieurs légitimistes étrangers luttèrent dans leur camp durant la Guerre de Sept Ans, tout comme de nombreux carlistes – soulignons les noms de Rafael Tristany, José Borges ou Francisco Savalls – combattirent en Italie, entre 1840 et 1872. Le comte français Henri de Cathelineau, en particulier, constitue un excellent exemple de la mobilité blanche. Descendant d’une des principales familles vendéennes qui s’affrontèrent au jacobinisme, il participa dans sa jeunesse au soulèvement de la duchesse de Berry, en 1832, et rejoignit les rangs miguélistes au Portugal et, ensuite, ceux des carlistes en Espagne. Des années plus tard, en 1860, il se trouvait à Rome où il organisait un corps autonome de légitimistes étrangers, et en 1861 il était au service des Bourbons napolitains ; en 1872, finalement, nous pouvons le localiser à la frontière franco-espagnole, où il collaborait aux préparatifs du soulèvement qui déboucherait sur la Deuxième Guerre Carliste. Libéralisme et révolution étaient les principaux ennemis de tous ces mouvements contre-révolutionnaires occidentaux. Joseph de Maistre écrivait dans les Considérations sur la France (1796), que « le rétablissement de la monarchie, qu’on appelle contre-révolution, ne sera point une révolution contraire, mais le contraire de la révolution3. »

  • 4 Jacques Godechot, La Contre-Révolution 1789-1804. Doctrine et action [1961], Paris, Presses Univer (...)

5La Contre-Révolution, autant au niveau de la pensée qu’à celui de l’action, constitue une réaction devant la Révolution, plus ou moins réelle, plus ou moins imaginaire, avec laquelle on arrive à établir une relation dialectique, en conditionnant les évolutions autant de l’une que de l’autre. Une réaction qui, de toute façon, ne signifiait pas un simple retour à l’Ancien Régime, comme remarqua Jacques Godechot, mais qui comptait sur une idéologie et un projet social propres4. Le carlisme, cependant, est un phénomène particulier à cause de sa longue survivance, tout au long de deux siècles, ce qui le distingue des autres mouvements espagnols ou européens. Parmi les droites légitimistes européennes, seul le carlisme survécut avec une certaine force après l’étape de crise que celles-ci connurent pendant les années soixante, soixante-dix et quatre-vingt du xixe siècle. Le miguélisme fut marginalisé dans le panorama politique portugais vers la moitié du siècle ; l’unification cassa la résistance à l’ascension du libéralisme intégrateur italien ; à son tour, le légitimisme français reçut un coup dur à la suite du « grand refus » de 1873 et, plus tard, la mort du comte de Chambord – le prétendant Henri V – provoqua la dispersion de ses partisans, qui rejoignirent le comte de Paris ou les blancs d’Espagne, ou simplement qui succombèrent à la démobilisation. Le carlisme, pendant ce temps, après la défaite sur les champs de bataille de 1876, récupérerait de nouveau une présence notable dans la société espagnole, bien qu’elle soit incomparable sous tous ses aspects à celle de l’étape des guerres carlistes. La longue survivance du carlisme, est, de toute évidence, exceptionnelle. Il s’agit d’une continuité qui va au-delà du lien héréditaire qui pourrait être établi entre le miguélisme et l’Intégralisme lusitanien ou bien entre le légitimisme français et l’Action Française. Le carlisme se montra capable de s’adapter un tant soit peu aux transformations politiques et sociales de l’Espagne de la Restauration (1875-1923) ; de se moderniser, en fin de compte, bien que ce mot puisse sembler antithétique par rapport à l’essence de ce mouvement réactionnaire si l’on fait une identification simple entre ce qui a été modernisé et ce qu’il y a de nouveau ou de progressiste.

6Survivance ne signifie, en aucun cas, immutabilité. Tout au long de ses presque deux siècles d’existence, le carlisme a vécu de multiples et diverses vicissitudes. Entre le mouvement capable d’articuler une révolte paysanne dans les années trente du xixe siècle jusqu’au soulèvement à côté des militaires en juillet 1936, en passant par le parti qui participa au jeu politique restaurationniste, il existe une claire continuité, autant du point de vue de l’idéologie que des adhésions, des structures et des héritages. Une même culture politique, en réélaboration continue – comme toutes, ce n’est pas un secret –, nourrit ce mouvement contre-révolutionnaire. Manuel Pérez Ledesma faisait allusion à cette question, dans un article sur les interprétations du carlisme :

  • 5 Manuel Perez Ledesma, « Una lealtad de otros siglos (En torno a las interpretaciones del carlismo) (...)

« Es cierto – écrivait-il – que entre el carlismo inicial y las fases posteriores del mismo hay notables diferencias. Tras el final de las guerras carlistas, se produjeron cambios sustanciales en las formas organizativas y las prácticas políticas del movimiento, al tiempo que la implantación en los núcleos urbanos traía consigo una disminución correlativa del peso que en los años treinta habían tenido las zonas rurales. De todas formas, esos cambios no pueden ser considerados como una ruptura radical ; por el contrario, los rasgos definitorios del carlismo -como la reclamación del poder para la dinastía “legítima” o los objetivos programáticos- se mantuvieron inalterados. Los territorios de mayor implantación carlista seguían siendo aproximadamente los mismos al cabo de medio siglo ; y el apoyo popular continuaba vivo en ellos5. »

  • 6 « La nota diferencial », Chapel-Zuri, 27 février 1897, p. 1.

7Comment peut-on expliquer la longue survivance du carlisme ? C’est là une question basique pour comprendre la nature et l’évolution de ce mouvement. Cette interrogation ne constitue, en tout cas, aucune nouveauté. Du moins, pas entre les carlistes eux-mêmes, qui se posaient déjà cette question à la fin du xixe siècle, lorsque leur mouvement réussit à remonter la crise générée par la défaite sur les champs de bataille de 1876. La réponse des rédacteurs de l’hebdomadaire de Bilbao Chapel-Zuri, en 1897, était la suivante : « La existencia del carlismo es verdaderamente un hecho prodigioso que únicamente ha de atribuirse a la mano de la Providencia6. » Luis M. de Llauder, chef régional carliste de Catalogne et à la fois directeur du journal Correo Catalan, s’exprimait en pareils termes :

« Uno de los milagros más grandes de la Providencia divina hacia España es la subsistencia de estas masas carlistas, que ninguna otra nación posee, la conservación de los gérmenes de la España católica, que se van reproduciendo y renovando de generación en generación, de guerra en guerra, de crisis en crisis… ».

  • 7 Luis M. de Llauder, « ¡Previsión ! », Correo Catalán, 26 mai 1889, p. 14.
  • 8 « Dios es carlista », El Apagador, 3 août 1873. Citation de Vicente Garmendia, La ideología carlis (...)

8Selon Llauder, le carlisme, non seulement était l’œuvre de la Providence, qui règle les destins des hommes, mais encore il développait une mission providentielle en Espagne7. L’intervention providentielle dans les vicissitudes carlistes était, par conséquent, une croyance généralisée dans le légitimisme, qui, à la limite, pouvait même arriver à rendre les activités propres du mouvement inutiles, en le poussant à une attente patiente et démobilisatrice, tout comme ce qui était arrivé en France avec le chambordisme. La conviction des carlistes se concrétisait dans des textes tels que celui qui, sous le titre « Dios es carlista », avait été publié en pleine deuxième guerre civile dans El Apagador, où on pouvait lire des affirmations du style suivant : « Dios lo esté enderezando todo admirablemente en favor de los buenos españoles porque Dios es grande, y Dios es el primer carlista8 ». Un saut d’un siècle dans le temps nous situerait devant des arguments très semblables sur l’existence et la survivance providentielle du carlisme. Dans la déclaration que la Communion Traditionaliste Carliste (CTC) fit le 10 mars 1988, à l’occasion de la fête des Martyrs de la Tradition, on pouvait lire :

  • 9 Carlismo otra vez, Madrid, CTC, 1989, p. 95.

« Y Dios, que con su mano omnipotente conduce recta la Historia hacia la implantación del reino de Cristo, a pesar de los renglones torcidos con que los hombres pretendan desviarla de su ineludible destino, hará que el sacrificio de los mártires de la Tradición no resulte estéril. Sólo así se explica el misterio, histórica y humanamente incomprensible, de la pervivencia durante más de siglo y medio del siempre derrotado, pero jamás vencido, Carlismo9 ».

9Le fait que les traditionalistes croient avoir trouvé dans la Providence une réponse à l’interrogation sur la survivance du carlisme, en offrant une autre preuve de son catholicisme enraciné, ne nous empêche pas de chercher, en tant qu’historiens, des raisons plus scientifiques et historiques, en fin de compte, pour expliquer ce thème central et complexe. La longévité du carlisme repose sur deux binômes qui ne sont pas nécessairement propres et exclusifs : adaptation/non cristallisation et adhésion/reproduction, dont le premier touche surtout les formes et l’idéologie, tandis que le deuxième touche à la composition du mouvement.

10Adaptation : Le carlisme a montré tout au long de sa longue histoire une certaine capacité d’adaptation aux nouveautés introduites dans le jeu de la politique, ainsi qu’une tendance à l’utilisation pragmatique, dans son propre intérêt, de mécanismes qu’il combattait à la fois et d’autres dont il annonçait la future abolition après sa victoire, comme c’est le cas du suffrage universel, le forum parlementaire ou la structure partisane. Cet accommodement, bien que minime à certains moments, clairement forcé à d’autres et, parfois, appliqué avec retard, lui a permis de survivre dans les différentes étapes de l’histoire de l’Espagne contemporaine. Trois exemples peuvent illustrer cette adaptabilité carliste. En premier lieu, l’utilisation de nouvelles formes de propagande, autant durant les premières années du Sexenio démocratique (1868-1874), que, de façon encore plus intense, dans la dernière décennie du xixe siècle. Le publiciste et écrivain Julio Nombela, dans son œuvre Detrás de las trincheras (1876), se référait à la propagande carliste dans la période du Sexenio :

« Desde la anécdota a la frase, desde el romance al himno, desde el retrato al grupo, todos estos procedimientos, de mayor eficacia, que impresionan más, que hablan al sentimiento y a la imaginación, se emplearon ».

11Et il ajoutait, quelques lignes plus tard en apportant une explication sur le besoin de ces procédés, que

  • 10 Julio Nombela, Detrás de las trincheras. Páginas íntimas de la guerra y la paz desde 1868 hasta 18 (...)

« los pueblos todos en general y el español en particular, entienden mejor un himno que un discurso, se exaltan más en presencia de un cuadro que ante un claustro académico, y se animan mejor con un romance que con un libro docto y atildado10. »

12Les cercles carlistes ou traditionalistes constituent le deuxième des exemples. Les premières tentatives d’implantation de ces associations politiques eurent lieu, également, pendant la phase qui précéda la Deuxième Guerre Carliste. Ils atteignirent, toutefois, leur plus haut degré de développement au cours des années quatre-vingt-dix. Précisément, en 1896, le dirigeant carliste Manuel Polo y Peyrolón affirmait que les cercles « responden perfectamente a las exigencias de los tiempos y a las necesidades sociales y políticas de la moderna nación española » ; à ce moment-là, ils étaient incontournables, étant donné que le fait de s’associer était devenu fondamental « para el logro de la finalidad política ». Malgré le fait qu’ils se consacraient à la création de cercles avec enthousiasme, cela ne leur plaisait pas. Ils étaient conscients, cependant, comme le remarquait Polo y Peyrolón, du fait que ceux-ci étaient indispensables, car l’ennemi

  • 11 Manuel Polo y Peyrolon, « Los Círculos carlistas », Biblioteca Popular Carlista, XII, juin 1896, p (...)

« hay que combatirle con sus propias armas, aceptando la batalla en el terreno donde la plantea ; el libro se combate con el libro, la cátedra con la cátedra, el periódico con el periódico, y necesario es, por lo tanto, indispensable oponer al malo el buen casino, expurgado hasta donde sea posible de los inconvenientes de aquellos centros de perdición11. »

13Le dernier des exemples nous transporte au xxe siècle. Entre la fin de la première décennie et les débuts de la deuxième, fut organisé le Requeté, une formation à caractère paramilitaire, complémentaire de la structure politique du carlisme et adaptée aux nouveaux besoins de la lutte dans le cadre urbain. Les guerres carlistes appartenaient déjà au passé. Plus tard, dans les années trente, lorsque les dirigeants carlistes prévirent que la collaboration avec l’Armée s’avérerait inévitable pour en finir avec la Deuxième République, ils soumirent le Requeté à un intense processus de militarisation. Celui-ci eut lieu à partir de 1933 et aboutit à sa conversion en la milice de parti la mieux préparée au moment de l’éclatement de la Guerre Civile. Dans les trois cas, en définitive, le carlisme fit montre de son adaptabilité, ou, autrement dit, de sa capacité à se moderniser.

  • 12 Dios, Patria y Rey. Manifiesto del General carlista D. Francisco Savalls a todos los españoles, Pe (...)

14Non cristallisation : L’idéologie carliste contient de notables degrés de non cristallisation, une certaine imprécision retranchée derrière de fermes principes, qui la rendent susceptible de recueillir des adhésions plus ou moins amples, que ce soit de façon permanente ou de façon circonstancielle. Les clés sont condensées dans les paroles « Dieu, Patrie, Roi ». Les Fueros, de leur côté, ne se joignent pas toujours à la devise carliste et ils ne le font pas très souvent avant la fin du xixe siècle, toujours dans le sens strict de libertés traditionnelles. La Première Guerre Carliste ne fut pas une guerre pour les fueros. Bien que nous puissions trouver plus d’allusions et de nombreux actes symboliques durant la Deuxième Guerre Carliste, les Fueros continuent à être absents, même, dans les manifestes importants, comme celui que le général Francisco Savalls adressa à tous les Espagnols au début de 1873, où il continue à se référer à « nuestra bandera con su lema salvador de Dios, Patria y Rey12 ». On ne luttait pas pour les fueros – et encore moins si l’on prétend les interpréter de façon présentiste, comme de supposées bases pré-autonomistes –, mais, en tout cas, les fueros firent partie de la lutte dans certains territoires. L’abolition forale de 1876, ajoutée à l’émergence – et, évidemment, à la concurrence – de régionalismes et de nationalismes périphériques, stimuleraient sans aucun doute l’incorporation en plus d’occasions d’un quatrième mot au trio traditionnel.

15Une autre nuance s’impose, maintenant, sur la devise carliste. Malgré le fait que quelques historiens et écrivains, autant libéraux que traditionalistes, ont souligné le motif « Roi » à grands traits afin d’expliquer la nature et les causes du carlisme, c’est-à-dire la défense de supposés droits au trône espagnol, celui-ci n’est pas l’unique, ni le principal non plus. Luis M. de Llauder, que nous avons cité auparavant, s’exprimait clairement à la fin du xixe siècle sur ce thème :

  • 13 Luis M. de Llauder, « Porvenir del carlismo », Correo Catalán, 23 septembre 1894, p. 9-11.

« Si el carlismo no fuera otra cosa que la defensa de una familia destronada y la lucha por sus derechos – écrivait-il –, se podría alegar para decir que es una causa que no tiene porvenir el ejemplo de tantas dinastías truncadas violentamente, de tantos tronos no restaurados como registra la historia, pero el carlismo representa la defensa de unos principios y la lucha por una restauración social que son necesarios, indispensables, y por esto acabará la nación por aclamarlos13. »

  • 14 Juan María Roma, « Por una Idea, no por un Trono. Vindicando a los Mártires de la Tradición », dan (...)

16Un autre publiciste et dirigeant légitimiste, Juan Maria Roma, insisterait quelques années plus tard, en pleine Deuxième République, sur le fait que les carlistes « lucharon por una idea más que por un Trono y una Dinastía14 ». Une idée ou des idées que le Roi-prétendant personnifiait et, ce qui est encore plus transcendant, dont il était l’emblème, en se constituant en point de référence permanente pour ses partisans. Les milliers de carlistes qui luttèrent, sur les champs de bataille ou dans l’arène politique, et ceux qui y laissèrent leur vie, ne le firent pas pour la personne d’un Roi, mais pour ce que la figure de ce Roi incarnait, c’est-à-dire, une certaine vision du monde et les projets possibles pour sa matérialisation. Si le carlisme ne fut jamais une défense exclusive d’une dynastie, d’un prétendant ou d’un autre, on ne peut pas non plus l’expliquer, comme il a été proposé depuis des positions peu flexibles du marxisme historiographique, sans elles ou sans eux. La figure réelle et symbolique du Roi contribua à la cohésion du conglomérat contre-révolutionnaire. Il n’y a pas de carlisme sans Carlos, ni survivance du carlisme sans Carlos, Jaime ou Javier. Le carlisme fut, quoique pas de façon exclusive, un mouvement légitimiste, comme le miguélisme ou le chambordisme.

17La non concrétion de l’idéologie carliste, au-delà des principes généraux fixés dans le « Dieu, Patrie, Roi », présentait une triple virtualité. Elle facilitait, pour commencer, les processus d’adaptation à de nouvelles réalités. En second lieu, la non concrétion permettait d’intégrer avec une commodité relative d’amples secteurs modestes de la population. Comme l’a écrit Javier Ugarte :

  • 15 Javier Ugarte, La nueva Covadonga insurgente. Orígenes sociales y culturales de la sublevación de (...)

« el carlismo basó su organización y la adhesión de las gentes a su proyecto ideal de revolución carlista (revolución entendida como restauración de una vieja situación ; de nuevo nos encontramos con el horizonte de la experiencia) en elementos emocionales, míticos y narrativos antes que en un ideario. Su ideario era muy breve, pero contundente : Dios, Patria y Rey. No eran necesarias mayores explicaciones para la gente sencilla (a la que se dirigieron principalmente)15. »

18En dernier lieu, et il n’en est pas pour cela le moins important, il permettait d’accueillir en son sein des secteurs sociaux divers, ainsi que des positions idéologiques qui ne concordaient pas tout à fait par leur aspect positif, mais qui le faisaient généralement par leur aspect négatif, qu’il s’agisse d’ennemis déclarés ou de dangers à l’affût. L’image du Roi et ses implications ne devaient pas obligatoirement être les mêmes pour le paysan et pour le propriétaire terrien, mais tous s’accordaient dans le fait qu’ils le considéraient comme étant leur Roi ; il pouvait exister des différences entre néo-catholiques et vieux carlistes au sujet de la place de Dieu, mais pour eux tous, Libéralisme, Révolution et République représentaient une menace pour leur Dieu. Le cas le plus singulier de cette malléabilité idéologique se trouve sûrement dans l’expérience charles-huguiste, dans les années soixante et soixante-dix du xxe siècle, ayant ses fondements sur une réinterprétation extrême des postulats et de l’histoire du mouvement. Un carlisme socialiste, dans l’orbite des noyaux progressistes de la fin du franquisme et de la Transition démocratique, cohabita avec un carlisme traditionaliste, intégré dans le magma de l’extrême droite hispanique : des lectures alternatives d’une réalité polyédrique. On ne peut pas oublier, de toutes manières, que s’il est vrai que l’imprécision de l’idéologie constitue un élément décisif pour expliquer la survivance du carlisme à travers les xixe et xxe siècles, il doit également l’être pour comprendre une histoire peuplée, depuis ses débuts, par des querelles et des scissions.

19Adaptation et non fixation ont facilité, par conséquent, la longévité du carlisme. Les composants du premier des binômes annoncés auraient eu peu d’utilité pourtant sans l’adhésion et la reproduction.

20Adhésion : Le carlisme compta durant le xixe siècle sur une ample adhésion populaire, bien qu’avec une tendance à s’éroder tout au long des décennies. Il s’agit d’un véritable mouvement contre-révolutionnaire de masses. Initialement les paysans prédominaient, mais identifier le carlisme à un mouvement paysan, de façon presque exclusive, ne semble pas correct. On ne peut pas oublier la présence des artisans, par exemple, ni, en avançant vers le xxe siècle, la pénétration du carlisme dans des secteurs de la bourgeoisie, attirés par la combinaison autoritaire qui leur était offerte : un mélange d’anti-libéralisme politique et un certain pragmatisme socio-économique. Le carlisme a été, tout au long de son histoire, socialement hétérogène et inter-classiste.

  • 16 Jesús Millan, « Una reconsideración del carlismo », Ayer, 29, 1998, p. 94.

21La géographie du mouvement se maintint, apparemment presque inaltérable, avec la seule variation du volume des appuis. Le territoire du carlisme fut surtout le nord de la péninsule ibérique, particulièrement touché au début du xixe siècle par d’amples processus de transformation économique, sociale et, sans aucun doute, également culturelle. Avec le temps, la mobilisation carliste se concentrerait dans des zones précises – Navarre se détachant parmi tous les autres territoires –, soumises à un processus intense de « carlistisation » ou, selon les mots de Jesús Millán, converties en ghettos de culture politique carliste enracinée et en permanente reproduction16. Dans ces endroits, se réuniraient les conditions optimales pour que le carlisme constitue ses propres microcosmes, pour s’assumer authentiquement comme contre-société, sans que l’inaccessible possession de l’État, contrairement à ce qui s’était passé avec le gouvernement de Miguel I au Portugal, ne détruise jamais un mythe à racine victimiste. D’autres zones pouvaient s’ajouter de façon plus ou moins conjoncturelle à cette géographie, bien que toujours en fonction d’intenses processus de prosélytisme, tout comme cela se passa dans certains départements andalous durant la Deuxième République sous le commandement de Manuel J. Fal Conde et le drapeau de l’intransigeance catholique.

22Un troisième élément, ajouté à la base sociale et géographique, assurait l’adhésion dont le carlisme avait besoin pour sa survivance : le caractère amalgamant, qui permit à un noyau en constante reproduction de se doter de couches successives, de grandir sur des appuis en fin de compte, à des moments spécialement critiques. Cela se passa durant le Sexenio démocratique, avec la formation d’un amalgame catholico-monarchique, et cela se reproduisit, cette fois avec un amalgame traditionaliste, dans les années de la Deuxième République. Cette nature amalgamatique, qui combine des processus partiels de croissance et de désintégration, explique en bonne mesure les « morts » et les « résurrections » du carlisme, si souvent annoncées par les contemporains depuis les années quarante du xixe siècle.

23Reproduction : Le carlisme a survécu dans quelques territoires grâce à la transmission générationnelle de certains sentiments, certaines valeurs et certaines expériences qui supportent culturellement la métaphore biologique de la reproduction. Une strophe de l’hymne carliste Oriamendi résume ces liens : « Por Dios, por la Patria y el Rey/lucharon nuestros padres./ Por Dios, por la Patria y el Rey/lucharemos nosotros también. » La communauté et la famille, ainsi que la tradition catholique qui les imprègne, ont eu, dans ce sens, un rôle fondamental. Ainsi leur crise pendant la deuxième moitié du xxe siècle, ajouté aux changements opérés dans les domaines social et religieux ou la propre situation politique créée par le franquisme, aident à comprendre la marginalisation définitive du carlisme. Les carlistes eux-mêmes étaient conscients de la transcendance de ces mécanismes de reproduction culturelle. De cette façon, Francisco Martín Melgar, secrétaire du prétendant Charles VII, pouvait écrire en 1890 au chef délégué carliste de l’époque, que

  • 17 Musée Cerralbo (Madrid), VI, 5, Francisco Martín Melgar au Marquis de Cerralbo (Venise, 25 avril 1 (...)

« yo tengo la idea íntima, de que a pesar de que nuestros luminares son la fe religiosa, el entusiasmo monárquico y el amor a nuestra dinastía, y singularmente al que hoy lleva Su representación augusta, todo eso hubiese ido poco a poco desmoronándose bajo la terrible piqueta del tiempo, sino hubiera venido a dar trabazón a nuestros elementos un cimiento de sangre. El amor a la Religión y a la Monarquía legítima, acaso se hubiese conservado lo mismo, pero seguramente en forma mucho más platónica y pasiva. Lo que le ha dado hervor y actividad es la muerte en el campo de batalla del padre de éste, el fusilamiento de la madre del otro, los balazos que enseña con orgullo el abuelo del de más allá, los relatos marciales escuchados en las noches de invierno por niños que se comían al narrador con los ojos, cuyos corazoncitos rompían el pecho con la esperanza de que algún día serían grandes y harían hazañas como aquellas17. »

  • 18 Jeremy MacClancy, « Navarra », dans Carmelo Lison Tolosana, ed., Antropología de los Pueblos del N (...)

24Au bout d’un siècle, à la fin du xxe siècle, nous retrouverions les mêmes observations, tout comme a remarqué le travail de terrain mené à bien par l’anthropologue Jeremy MacClancy dans le village de Ulí Alto, en Navarre. Lorsqu’on leur demande pourquoi ils sont ou ont été carlistes, les personnes interviewées font essentiellement référence à des raisons telles que la religion, la tradition familiale, les hauts faits contés par leurs aînés, une « façon d’être », le sang ou l’héritage18. Les apparitions et les disparitions du carlisme politique ne conditionneraient pas tout à fait, par conséquent, l’existence et la persistance d’un sentiment carliste.

25Reproduction et adhésion, non concrétion et adaptation, en définitive, dans le cadre de cette proposition interprétative (trop condensée, peut-être), constituent les clés pour comprendre – en marge de la faiblesse ou la modernisation de l’État, de l’évolution du camp libéral, et d’autres éléments externes – la principale particularité du phénomène carliste, c’est-à-dire, sa longue survivance dans l’Espagne contemporaine.

Notes

1 Une première version de ce texte fut publiée, en espagnol, dans la préface de mon livre El carlismo. Dos siglos de contrarrevolución en España, Madrid, Alianza Editorial, 2000, p. 9-25.

2 Martin Blinkhorn, Carlismo y contrarrevolución en España 1931-1939 [1975], Barcelone, Crítica, 1979, p. 9-68

3 Joseph de Maistre, Considérations sur la France [1796], Paris, Librairie de la Société Bibliographique, 1880, p. 178.

4 Jacques Godechot, La Contre-Révolution 1789-1804. Doctrine et action [1961], Paris, Presses Universitaires de France, 1984, p. 2-4.

5 Manuel Perez Ledesma, « Una lealtad de otros siglos (En torno a las interpretaciones del carlismo) », Historia Social, 24, 1996, p. 146.

6 « La nota diferencial », Chapel-Zuri, 27 février 1897, p. 1.

7 Luis M. de Llauder, « ¡Previsión ! », Correo Catalán, 26 mai 1889, p. 14.

8 « Dios es carlista », El Apagador, 3 août 1873. Citation de Vicente Garmendia, La ideología carlista (1868-1876). En los orígenes del nacionalismo vasco, Zarautz, Diputación Foral de Guipúzcoa, 1985, p. 114.

9 Carlismo otra vez, Madrid, CTC, 1989, p. 95.

10 Julio Nombela, Detrás de las trincheras. Páginas íntimas de la guerra y la paz desde 1868 hasta 1876, Madrid, Imp. de Manuel G. Hernández, 1876, p. 201-202.

11 Manuel Polo y Peyrolon, « Los Círculos carlistas », Biblioteca Popular Carlista, XII, juin 1896, p. 80-91.

12 Dios, Patria y Rey. Manifiesto del General carlista D. Francisco Savalls a todos los españoles, Perpignan, Imp. de Mr. Lecomte, 1873, p. 34.ª÷.

13 Luis M. de Llauder, « Porvenir del carlismo », Correo Catalán, 23 septembre 1894, p. 9-11.

14 Juan María Roma, « Por una Idea, no por un Trono. Vindicando a los Mártires de la Tradición », dans Centenario del Tradicionalismo Español. Album Histórico del Carlismo 1833-1933, 35, Barcelone, Gràfiques Ribera, 1935, p. 25.

15 Javier Ugarte, La nueva Covadonga insurgente. Orígenes sociales y culturales de la sublevación de 1936 en Navarra y el País Vasco, Madrid, Biblioteca Nueva, 1998, p. 420.

16 Jesús Millan, « Una reconsideración del carlismo », Ayer, 29, 1998, p. 94.

17 Musée Cerralbo (Madrid), VI, 5, Francisco Martín Melgar au Marquis de Cerralbo (Venise, 25 avril 1890). Cf. Jordi Canal, « La gran familia. Estructuras e imágenes familiares en la cultura política carlista », dans Rafael Cruz et Manuel Pèrez Ledesma, eds., Cultura y movilización en la España contemporánea, Madrid, Alianza Editorial, 1997, p. 99-136.

18 Jeremy MacClancy, « Navarra », dans Carmelo Lison Tolosana, ed., Antropología de los Pueblos del Norte de España, Madrid, Universidad Complutense de Madrid-Universidad de Cantabria, 1991, p. 115-130.

Auteur

École de Nantes, Études en Sciences sociales - Paris

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540