Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Contre-Révolution et État

Paysannerie et Contre-Révolution au Portugal

José Tengarrinha

Texte intégral

1L’histoire du Portugal pendant cette période, fondamentale pour la formation du pays actuel, n’étant pas très connue, il faut dire d’emblée que l’histoire de la Contre-Révolution se confond avec celle du Portugal pendant un siècle à peu près, de la moitié du xviiie siècle jusqu’à la moitié du xixe. Car parler de la Contre-Révolution dans les campagnes c’est entrer dans un domaine marqué par beaucoup d’indéfinitions et d’ambiguïtés. La première, générique, concerne le concept même de Contre-Révolution, qu’on ne peut pas définir avec précision. Mais d’autres problèmes sont soulevés par la grande diversité des situations, par la fluidité ou même l’absence de programmes, par la rareté des documents écrits, enfin par la relation complexe entre le plan social et le plan politique comme par la grande complexité des articulations et des alliances sociales.

2Comment classer dans ce cadre les « résistances » à la Révolution, alors que leur parcours sont rarement linéaires et qu’il faut respecter les différents sens qui leur doivent être attribués selon les situations spécifiques ? Comment comprendre, par exemple, la Contre-Révolution qui veut récupérer des bénéfices et des avantages qui, auparavant, avaient été des conquêtes révolutionnaires et, qui en tant que telles, sont restées dans la mémoire collective – situation que je crois surtout vraie dans les campagnes, mais pas seulement ? La Contre-Révolution veut-elle atteindre le système ou l’État, ou veut-elle seulement s’opposer à des situations considérées nuisibles en fonction des intérêts de certains groupes sociaux, et donc quelles sont la profondeur et la portée des objectifs et du programme contre-révolutionnaires ? Enfin la Contre-Révolution peut-elle être considérée comme un acte défensif seulement (interprétation courante, mais restrictive) ou bien a-t-elle un sens offensif, voulant se légitimer par le passé, pour contenir de quelque sorte, contradictoirement, un sens révolutionnaire ?

3D’une longue liste de questions possibles, j’en soulèverai encore une autre série qui a pris une importance considérable dans les cas étudiés : quel est le poids spécifique de l’argumentation basée sur des données concrètes et celle fondée sur une base idéologique ou culturelle, d’une nature plus abstraite ? Sous quelles conditions, l’un ou l’autre de ces deux volets est prédominant ? Dans quelle mesure les discours atteignent une plus grande globalisation en s’appuyant sur des systèmes d’idées organisés (comme, par exemple, celui de l’Église) et dans quelle mesure, en conséquence, sont-ils plus efficaces ? En analysant cette question dans la perspective de la lutte entre libéraux et absolutistes, on peut s’apercevoir de deux lignes, que je crois assez curieuses, au moins en ce qui concerne le cas portugais :

  • les libéraux utilisent un discours plutôt basé sur des situations concrètes en rapport avec l’oppression du système féodal sur les paysans, tandis que les absolutistes ont un discours plus abstrait et idéologique ;
  • dans les campagnes d’Ancien Régime, la contestation des oppressions permises par le système juridique-politique a souvent une portée qui atteint le système (contrairement, par exemple, à ce qu’il se passe dans les cas des revendications ouvrières, plutôt économiques).

4Alors sur un autre plan, les paysans contestataires ont-ils conscience de ce fait, et si oui dans quel degré ? Comprennent-ils, et dans quelle mesure, que ce régime des oppressions et des privilèges est la base de la monarchie absolue et donc, en conséquence, que la voie de la libération passe par le régime libéral ?

Luttes paysannes et luttes idéologiques

5Le grand débat politique-juridique à propos du régime seigneurial qui a eu lieu au Portugal après les années 1770 est conditionné par une série de mouvements ruraux. Dès la moitié du xviiie siècle deux grandes lignes sont dominantes dans la contestation paysanne au Portugal : la lutte pour la terre et la lutte anti-seigneuriale, ceci s’opposant à la version traditionnelle de l’historiographie portugaise qui insiste sur la paix qui régnait dans les campagnes à la fin de l’Ancien Régime. Mais il est important de savoir comment ces luttes ont pesé sur les changements politiques qui ont lancé le Portugal dans un sens révolutionnaire ou contre-révolutionnaire pendant ce siècle.

6La lutte pour la terre se déchaîne plus fortement, surtout, après la très forte hausse des prix dès les dernières années de la décade 1780 – phénomène général en Europe, comme on le sait. Elle se traduit par la défense du collectivisme agraire contre le progrès de l’individualisme agraire, celui-là étant pourtant la condition indispensable pour la survie des petites exploitations familiales dans une grande partie du pays. S’il n’est pas le moment ici de reprendre le débat connu sur ce problème dans la perspective de l’expérience portugaise, on doit souligner que ces luttes pour la défense des terres communes opposent les petits fermiers aux gros fermiers, propriétaires et éleveurs, à une bourgeoisie rurale qui avait lentement grossi au long du xviiie siècle et, plus rapidement, dans le dernier quart du siècle, en profitant de la production et de la commercialisation du vin et du bétail.

7Mais ces luttes, quoique violentes et désespérées (comme les rapports de la police en témoignent) avaient d’habitude une portée limitée tant du point de vue géographique que démographique, n’ayant que des objectifs strictement économiques, immédiats, localisés, sans portée politique. Ces luttes n’avaient pas une densité suffisante pour que l’on puisse parler de position contre-révolutionnaire de la classe paysanne contre le régime libéral. Cependant on ne doit pas négliger le rôle qu’elles ont eu dans l’attitude des paysans contre une bourgeoisie rurale identifiée avec le régime libéral, permettant la création de bastions régionaux contre-révolutionnaires, surtout dans les régions dominées par les grands éleveurs.

  • 1 Angel Garcia SANZ, Historia Agraria de la Espana Contemporanea, I, « Introduccion », Barcelona,

8Les luttes anti-seigneuriales auront, quant à elles, des rapports très différents avec le régime libéral, même si elles ont, sans aucun doute, amoindri la solidité de l’Ancien Régime. Ainsi les résistances au payement des redevances et à certaines impositions seigneuriales (surtout personnelles), la plus grande fragilité et même la diminution des pouvoirs juridictionnels des seigneurs, le manque du respect traditionnel envers les seigneurs attesté par beaucoup de documents surtout dans la région entre Douro et Tage, traduisent une perte de l’influence seigneuriale et la diminution des revenus fonciers – phénomène commun à plusieurs régions de l’Europe à cette époque-là. Au Portugal, l’ampleur et la pression sociale du régime seigneurial ne correspondent déjà plus ni à sa solidité structurelle ni à son poids politique réel. Si en Espagne, par exemple, à la veille du commencement du processus révolutionnaire libéral, on admet qu’à peu près la moitié de la population vit sous le régime seigneurial1, au Portugal, en envisageant la seigneurie au sens large, la proportion serait encore plus grande. Tout cela entraîne des conséquences à prendre en compte pour comprendre les mouvements révolutionnaires et contre-révolutionnaires suivants.

9Enfin joue la dépendance croissante de l’aristocratie en face du roi. Ses domaines étaient en général des donations du roi qui devaient être « confirmées » chaque fois que le monarque changeait. La diminution de ses rentes foncières rendit cette aristocratie plus dépendante encore des hautes charges de la Cour ou dans l’administration d’outre-mer, ainsi que des différents bénéfices.

10La Cour ressentit le besoin d’entreprendre des réformes mettant en cause certains droits et privilèges seigneuriaux, dès la fin des années 1780 ; le spectre de la Révolution Française ayant accéléré ce processus réformiste dans les années 1790. Il y a, de la part du pouvoir central, un changement du regard sur la société et les mouvements populaires. D’un côté, ce mouvement réformiste d’en haut s’accompagne d’un besoin d’ausculter la société en mettant en pratique certains mécanismes, parmi lesquels la reconnaissance du droit de pétition au roi. D’un autre côté, il y a un changement des critères de classification de « l’ordre public » et de « l’ordre social », en établissant un rapport plus étroit entre ces deux niveaux. Ceci légitime et renforce la législation anti-seigneuriale prise par la Constituante libérale (1821-1822), même si elle reste timide.

Les échanges idéologiques

11Après cette présentation, il convient de voir dans quelle mesure ces mouvements anti-seigneuriaux ont exprimé la conscience paysanne du système de domination. On sait que le caractère d’habitude fragmentaire et sporadique de la lutte paysanne ne donnait pas les conditions indispensables ni pour élaborer sa propre théorie, ni pour atteindre des objectifs plus lointains. Mais, contrairement aux luttes populaires sous le capitalisme, les luttes paysannes d’Ancien Régime ne se développaient pas dans la sphère économique mais plutôt contre les fondements juridiques de la société, et contre les principes même sur lesquels cette société était organisée.

12Dans les régions où le poids des charges seigneuriales était plus lourd (le cas des redevances partiaires entre le Douro et le Tage) ces luttes atteignaient parfois une plus large dimension géographique, suivant parfois toute l’ampleur du domaine du seigneur. Alors, dans la plupart des cas, les avocats mettaient en contact ou même rassemblaient les paysans pour discuter avec eux la stratégie de la résistance et les protestations à la Cour Suprême (appelée « Desembargo do Paço »). Le rôle de ces intermédiaires culturels a été très important quand la résistance se bornait au plan judiciaire. Mais il a été pratiquement inexistant quand les paysans luttaient avec leurs moyens traditionnels et affrontaient l’ordre public.

13Contre les luttes paysannes, la réaction seigneuriale a été très forte mais aussi contre le réformisme royal après 1790 et surtout dans les dix années précédant la révolution libérale (1810-1820). Est-ce que le paysan identifiait les objectifs de sa lutte avec les objectifs de la révolution bourgeoise ? En général, non. L’attitude la plus fréquente était l’indifférence, même s’il y eut des régions où les populations étaient plus opprimées (surtout celles-là où prédominaient les redevances partiaires) les incitant à avoir envers la révolution libérale de 1820 une attente favorable. Dans certains cas, ces populations ont eu, même, une attitude positive et d’enthousiasme dans les nombreuses séances publiques d’éclaircissement réalisées par le gouvernement libéral dans les campagnes pour expliquer les avantages proposés. Mais, même dans celles-ci, la modération et les compromis des réformes libérales provoquent la déception. La Contre-Révolution dirigée par la noblesse plus conservatrice du nord-est se levait déjà, qui fut vaincue par l’armée libérale en février 1823. Mais trois mois ensuite seulement le régime libéral fut anéanti par un coup militaire ayant à sa tête le roi lui-même (qui avait juré la Constitution quelques mois avant) et son fils Miguel. Les décisions du Congrès de Vérone (octobre-décembre 1822) et l’invasion de l’Espagne par les « cent mille fils de St-Louis » (avril 1823) ont eu une influence très importante dans cette action contre-révolutionnaire au Portugal (31 mai 1823).

14Par la suite, après 1828, le prince Miguel sera le roi absolu à la suite d’un coup d’État. Or cette fois-ci encore ce coup d’État contre la deuxième période libérale (1826-1828) a été précédé d’un soulèvement militaire et populaire contre-révolutionnaire commandé par la même noblesse du nord-est, qui n’a atteint le nord qu’en 1826-1827. Mais, ayant pris la dimension d’une guerre civile, ce soulèvement n’a pas été facilement contré par l’armée libérale. L’Espagne absolutiste ayant en outre appuyé fortement cette Contre-Révolution. Pour la première fois dans l’histoire portugaise on a entendu les gens des campagnes du nord crier « Vive l’Espagne ». Ce ne fut seulement qu’après la guerre civile enragée de 1828 à 1834, que le régime libéral s’installera définitivement au Portugal. Le roi Don Miguel est expulsé du royaume et les absolutistes n’auront plus la possibilité de déchaîner une Contre-Révolution organisée et généralisée. Don Miguel ayant été a la tête de l’État absolutiste, le « miguelisme » disparaîtra pratiquement avec la chute de la monarchie absolue. Ce qui n’a pas été le cas de l’Espagne avec Don Carlos qui n’a été jamais roi si bien que le « carlisme » a su s’adapter aux circonstances historiques différentes.

15Par la suite, jusqu’à la moitié du xixe siècle, l’origine des révolutions et des contre-révolutions au Portugal se trouvera à propos des divergences sur le degré de démocratisation du régime libéral et en fonction des réactions populaires contre la législation fiscale et centralisée imposée par l’État libéral. Sur le rôle politique des paysans dans ces mouvements beaucoup d’équivoques ont persisté. D’abord, on doit constater qu’au Portugal – et encore plus qu’en Espagne – contrairement à ce qu’il se passe dans presque toute l’Europe, l’abolition du féodalisme n’est pas accompagnée d’un changement profond des structures agraires qui aurait favorisé le développement d’une classe moyenne agraire bourgeoise. Celle-ci aurait été l’avant-garde de la défense de la révolution libérale dans les campagnes. Ensuite, les formations sociales ne disparaissent pas mais se maintiennent permettant la survivance des intérêts des classes dominantes dans le nouvel ordre politique.

16Brièvement, l’emphytéose, par exemple, – aussi bien que la sous-emphytéose – avait donné à l’exploitant une appropriation de la terre à un degré très avancé, et presque définitif. Elle était très répandue dans la société rurale d’Ancien Régime et plus concentrée dans le nord atlantique. Le cens emphytéotique dépendait des contrats particuliers selon un lien très stable qui s’établissait entre l’emphytéote (qui n’était pas en général l’exploitant direct) et le sous-emphytéote. Cette réalité explique en grande partie pourquoi la Constituante libérale approuve avec une certaine facilité la fixation des redevances partiaires (entre le Douro et le Tage, surtout, où la domination seigneuriale était plus lourde). Mais, bien au contraire, elle a dû vaincre des difficultés très fortes pour approuver la diminution à la moitié (mais pas l’abolition) des redevances seigneuriales, parce que les emphytéotes (en réalité une sorte de bourgeoisie rurale) avaient peur que l’abolition des redevances seigneuriales établies dans les « forais » (documents publics sur les droits seigneuriaux) pouvait mener à l’abolition des cens emphytéotiques (établis par des contrats particuliers). De leur côté les exploitants directs (sous-emphytéotes ou non) disaient qu’ils avaient peur de « perdre la propriété ». En réalité, il ne s’agissait pas de la « propriété » mais seulement de la stabilité d’une exploitation presque perpétuelle.

17Ainsi, on voit que l’existence de certaines institutions agraires très influentes de l’Ancien Régime semblait plus favorable à une grande partie des paysans que les rapports de nature capitaliste du régime libéral. Et ces avantages ont été conquis souvent au terme des luttes très dures. Les mêmes avantages profitaient aussi en quelque sorte à des groupes sociaux non-aristocrates qui vivaient des formes d’exploitation des paysans sous l’Ancien Régime, et cela surtout dans la partie du pays, le nord, où la population était la plus concentrée. Ce fut là que la révolution libérale a affronté les plus grandes difficultés et là où la Contre-Révolution a toujours commencé.

La complexité des demandes paysannes

18Dans ces conditions, on ne pouvait pas espérer que le paysan ait une véritable alternative sur le système social et le régime politique. Pour lui, il n’y avait pas simplement un antagonisme politique, mais sur quelques aspects il avait une convergence partielle avec la révolution bourgeoise, sans que cela signifie une identification avec le nouveau système politique. On voit ici un curieux exemple concret des relations nouées entre Révolution et Contre-Révolution et des dynamismes qui s’établissent entre les deux. L’une ne doit pas être réduite, tout simplement, à l’envers de l’autre.

19Mais les résistances contre la révolution libérale s’expliquent aussi par un ensemble de facteurs qui se sont constitués autour des structures stables de la mentalité et de la vie matérielle paysanne. La révolution libérale n’a pas pu remplir les deux vides fondamentaux entraînés par l’intégration du paysan dans le libéralisme : le roi et l’Église, qui étaient deux facteurs qui assuraient la protection et l’appui ultime.

20Le roi, absent au Brésil, dès 1808, a vu, après son retour au Portugal en 1821, ses pouvoirs très réduits par la Constitution libérale, sans que la représentation nationale ne remplisse ce vide institutionnel et sentimental. Ce vide a été précisément rempli par le roi Don Miguel qui a réinstauré l’absolutisme. Mais il s’agit bien de deux catégories différentes : le projet absolutiste du « miguelisme » ne doit pas être confondu avec l’adhésion des paysans au roi Don Miguel lui-même. Quant à l’Église, elle a été affectée par le laïcisme de l’État, par le changement des rapports avec Rome et par une autre conception des liens spirituels et pratiques entre le clergé et les communautés rurales. Il s’agit là des premiers signes des changements profonds qui ne doivent pas être analysés dans un seul sens.

21L’Église et le roi étaient au cœur de l’organisation de relations sociales particulières. Il existait tout un réseau de complicités, de dépendances spirituelles et aussi matérielles, de services rendus à la communauté (de la naissance à la mort), comme une culture d’obéissance et de fraternité universelle. Même la pratique des solidarités institutionnelles ou particulières ou les codes moraux, familiaux, sexuels traditionnels subissaient des contraintes croissantes. Or tous ces principes et pratiques qui mettaient en ordre la vie dans les campagnes n’étaient pas vus par les paysans comme des principes appartenant à tel ou tel système politique. Ils étaient perçus comme intemporels, hors des changements de rois et de gouvernements. Quand la construction de l’État libéral, après la guerre civile, les mit en danger, alors la révolte fut violente : ce fut le cas de « Maria da Fonte » la grande révolte paysanne (en vérité une Contre-Révolution), au commencement de 1846, menée au début par des femmes très violentes.

Les influences contradictoires de l’occupation française

22Tout ce processus commence, en vérité, en 1807, lors de la première invasion française. Un des plus grands écrivains portugais, Almeida Garrett, qui a vécu dans la première moitié du xixe siècle, a affirmé que « la Contre-Révolution au Portugal a commencé avec les invasions françaises ». On sait comment l’Empire a provoqué des réactions très différentes dans les territoires sous son autorité. L’« exportation de la Révolution » n’a pas été un processus régulier et uniforme. Il manque une vision générale et approfondie – au-delà des cas particuliers étudiés et connus – qui ouvrirait la compréhension du processus dans sa globalité et sa diversité, au moins, sous le triple aspect des formes d’occupation, des réactions locales et des déroulements ultérieurs, et ce même après le Congrès de Vienne. Quelle a été l’influence de l’expansion de l’Empire sur la chute de l’Ancien Régime et le déchaînement des mouvements libéraux au Portugal et en Espagne ? Rappelons que la première phase du processus libéral en Espagne (1810-1813) a commencé au moment de la phase finale de l’Empire, mais que, en 1820, de nouveau en Espagne et après au Portugal, les révolutions libérales étaient déjà sous le manteau conservateur de la Sainte-Alliance.

23Au Portugal et aussi en Espagne il y eut d’abord quelques espérances des élites éduquées sur la possibilité de Napoléon d’octroyer une Constitution et un roi constitutionnel à l’exemple de ce qui se passait à Naples et à Varsovie. Mais ces hommes des Lumières étaient en petit nombre et sans aucune influence sur la population. On connaît la lettre de Joseph Bonaparte, déjà roi d’Espagne, à son frère : « Les hommes honorables ne sont pas plus fidèles envers moi que la canaille ». L’Espagne et le Portugal affirmaient ainsi leur cohésion devant l’envahisseur. Une autre base commune était la lutte contre les hérétiques, les impies et les jacobins, ce que les populations rurales voyaient confirmé par les pillages, les violations, les vols et les sacrilèges commis dans les églises et sur les objets de culte. Un autre trait commun à la lutte des deux pays ibériques contre les Français fut aussi son caractère pas seulement nationaliste mais aussi social, traduisant un mécontentement intérieur dans les deux pays.

24Mais, ayant ce parcours commun, les deux pays suivront en même temps des évolutions divergentes. En Espagne, la composition des « juntes » provinciales était conservatrice, dominée, comme au Portugal, par les notables locaux (haut clergé, noblesse, militaires gradés). Mais dans celles-ci et surtout dans la « junte centrale », il y avait, bien que minoritaires, des hommes « éclairés » très influents, parmi lesquels Floridablanca et Jovellanos, qui voulaient faire démarrer un processus de réformes. Si ces réformes ne pouvaient pas être réalisées avec Napoléon, alors on les ferait contre Napoléon. En d’autres termes, on exécutait les projets réformistes du xviiie siècle et on suivait l’exemple de la France, même si dans le même temps, on combattait la France. Il est sûr que le très fort courant absolutiste défendait toujours le roi Fernand comme garant de la tradition et assurait que s’il y avait des Cortes elles devraient être convoquées selon les méthodes traditionnelles. Mais l’influence des « éclairés » fut suffisante pour que le mouvement nationaliste contre les Français ouvre le chemin libéral.

25Au Portugal, la lutte nationaliste contre l’envahisseur se transforma, au nord surtout, en une guerre religieuse, pour la défense des valeurs traditionnelles. Les intellectuels libéraux étaient absents de la lutte nationaliste, dominée par l’Église. Le clergé et les autorités portugaises avaient incité le peuple enragé par ses souffrances contre les « afrancesados » (tous ceux qui avaient eu des espérances sur les bénéfices politiques que les envahisseurs pourraient apporter). Des douzaines de ceux-ci furent victimes de la colère populaire et finalement, en 1810, arrêtés et expulsés du pays.

26Bref, les conséquences des invasions françaises furent très différentes dans la Péninsule ibérique. En Espagne, il y eut une continuité entre le pouvoir révolutionnaire des juntes et le mouvement qui a abouti aux Cortes de Cadix et à la Constitution de 1812 puis, après, à l’ample mouvement de proclamations constitutionnelles de la fin de février et du début de mars 1820. Là, il y eut la possibilité d’orienter l’agitation nationaliste et sociale vers une phase supérieure de formulation d’un projet politique, malgré toutes les difficultés et limitations connues.

27Au Portugal, au contraire, la lutte nationaliste s’est transformée en une guerre religieuse, conservatrice, qui a permis de freiner le processus de réformes initié au xviiie siècle et repris à la cour au Brésil dans les dix années précédant la révolution libérale. Ainsi, on peut conclure, sur la base de ces arguments, que les invasions françaises ont été vraiment le début de la Contre-Révolution au Portugal.

Les revendications croisées

28Les limitations et les indécisions des deux premières périodes libérales (1820-1823 et 1826-1828) sont dues au poids des forces contre-révolutionnaires et à l’influence de la Sainte-Alliance, s’ingérant souvent directement dans la politique portugaise. Les forces libérales portugaises auront seulement un appui international déclaré de la monarchie de Juillet et après de l’Angleterre pour la victoire au bout de la guerre civile, en 1834. L’absolutisme vaincu, il ne paraîtra plus – au contraire de l’Espagne – comme un projet politique crédible. Mais il émergera, caché sous l’utopie d’un communitarisme agraire, au cours de la Contre-Révolution paysanne dans les premiers mois de 1846, lorsque quelques guérillas furent commandées par des prêtres.

29Il s’agit alors un cas intéressant d’intersection de la Contre-Révolution et de la Révolution. L’instabilité politique et sociale à la suite des soulèvements dans les campagnes avait créé des conditions favorables dans les villes plus importantes de tout le pays pour la constitution des juntes. Celles-ci, sous le commandement des libéraux de gauche, revendiquent et obtiennent la démission du chef du gouvernement autoritaire, enfin des réformes démocratiques du système politique.

30Deux mouvements de nature différente se croisent : l’un, dans les campagnes, s’oppose à certaines décisions de l’État libéral (centralisation et impôts) ce qui peut être interprété comme contre-révolutionnaire ; l’autre, dans les villes, profite de celui-là, pour aller vers l’approfondissement démocratique de l’État libéral, étant, en quelque sorte, révolutionnaire. Mais ils n’ont pas eu seulement des objectifs et des champs différents d’action. Ils se sont opposés même au point que quelques-unes des juntes démocratiques des villes ont essayé de dominer par la force ce qui était appelé « l’anarchie des campagnes ». Ces deux courants se croiseront encore une fois, mais ils seront alliés cette fois-ci dans la lutte contre les forces fidèles à la reine. La guerre civile (octobre 1846-juin 1847) a été nommée « Patuleia » parce qu’une grande partie des forces contre la reine était constituée par des « pata » (pied) « ao leu » (nu). Ceux-ci n’interviennent pas pour des raisons essentiellement politiques mais contre les lois fiscales et administratives de l’État libéral. À leur côté, se trouvait la gauche libérale où émergeaient des aspirations républicaines venues des vents qui soufflaient de l’Europe.

31Ce fut un mélange très étrange qui rassemblait sous un même accord politique ceux qui semblaient s’opposer à l’État libéral, ceux qui luttaient pour sa démocratisation approfondie et même ceux qui voulaient anéantir la monarchie. En d’autres termes, on pourrait dire qu’il y avait la convergence des contre-révolutionnaires, des révolutionnaires modérés et des révolutionnaires radicaux. Du point de vue politique, la gauche libérale, pas radicale, était la plus influente dans le champ Patuleia. Mais, quand les forces patuleias s’approchèrent de Lisbonne et que leur victoire sembla possible, l’intervention étrangère, une fois encore, détourna le cours des événements. Les forces armées de l’Angleterre, de la France et de l’Espagne imposèrent les conditions de la paix, favorable à la reine. Cette intervention s’appuyait sur un article du traité de la Quadruple Alliance du 22 avril 1834 selon lequel l’intervention au Portugal et en Espagne serait possible s’il y avait le danger de rétablissement de l’absolutisme. Ce qui n’était pas, évidemment, le cas.

Plus qu’une Anti-Révolution, moins qu’une Contre-Révolution

32Ce survol de l’histoire de la Contre-Révolution au Portugal pendant un siècle nous pose quelques questions, qui resteront ouvertes, dans l’état actuel des études – même si d’emblée, je crois que l’histoire comparée, au-delà des cas connus de l’histoire de la Contre-Révolution en France, notamment de la guerre de Vendée, nous aide beaucoup à comprendre l’insuffisance du concept actuel de Contre-Révolution, en tant que simple opposé de la Révolution.

33Les mouvements libéraux des années 1820 auront été moins des « révolutions » que des « régénérations ». Et cette dénomination a été adoptée quelquefois par eux-mêmes. Ils essayent de se légitimer par la « récupération du passé » qui aurait été anéanti par le régime absolu. À cette époque-là quelques mouvements romantiques évoquent les idéaux de liberté du Moyen âge, fondés sur des représentations populaires. Entre « Révolution » et « Contre-Révolution » il y a alors, non pas une opposition absolue et linéaire mais, si on peut dire, des interpénétrations conflictuelles réciproques qui se prolongent quelquefois dans des processus réformistes.

34Le cas particulier du Portugal – sur beaucoup d’aspects peu différents de ceux de l’Espagne et de quelques autres pays européens – souligne le besoin d’élargir, dans une perspective comparée, l’étude de la Contre-Révolution, en cherchant un modèle qui ne soit pas inspiré par une seule expérience ou arrivant même à la conclusion de l’impossibilité de construire un modèle quelconque.

  • 2 Colloque Mouvements Populaires et Conscience Sociale, Paris, Maloine, 1984.

35Je ne reviens pas sur le débat autour du concept d’« Anti-Révolution » populaire tel qu’il a été proposé par Colin Lucas2. Il a apparemment une efficacité parce qu’il permet de distinguer entre une opposition simple, épidermique, sans horizon lointain, avec ce qu’on a l’habitude d’appeler la Contre-Révolution, qui possède une stratégie de prise de pouvoir, et un projet de société. Pourtant le concept nous semble trop schématique et peu efficace, si nous prenons en compte toute la complexité des événements. Ce que nous avons dit du cas portugais, semble prouver que « l’Anti-Révolution » a souvent eu des objectifs de réforme bien définis, qui ont influencé le pouvoir central. Ces influences furent notamment le cas du réformisme anti-seigneurial d’origine royale ainsi que quelques décisions prises par la première Constituante libérale. Or les liens entre le plan de l’action populaire et celui de la conception politique ne sont ni simples ni directs, comme s’il s’agissait d’un processus alliant l’instinctif au rationnel, la réaction primaire et la sagesse.

36D’un côté, nous avons vu comment l’historiographie portugaise s’est trompée quand elle affirmait que les paysans partageaient l’absolutisme fanatique, confondant le plan des croyances, des codes moraux et familiaux, des habitudes traditionnelles avec un système politique déterminé. Elle a ainsi confondu le besoin de remplir un vide institutionnel et sentimental avec un roi (Don Miguel) avec l’adhésion au miguelisme absolutiste. De l’autre côté, nous avons vu l’interpénétration de ce qui pourrait être appelé l’Anti-Révolution et la révolution ou la réforme. C’est moins l’ordre originaire que les paysans voulaient rétablir, que le résultat des luttes et les conquêtes difficiles obtenues dans le passé et qui sont conservées dans la mémoire collective. Au moins en ce qui concerne l’historiographie portugaise, il y aura le besoin d’approfondir la réflexion sur les conceptions des gens à cette époque en ce domaine, sans imposer nos concepts actuels pour interpréter leurs comportements. La désignation même de Contre-Révolution n’est pas assumée en général par les protagonistes de ces événements mais elle est une étiquette apposée ultérieurement.

37Lorsque le libéralisme est instauré une première fois, en 1820, jusqu’à sa stabilisation en 1851, les classes inférieures surtout dans les campagnes ne reçoivent pas de contreparties suffisamment consistantes en proportion des avantages possédés sous l’Ancien Régime – que ce soit la charité des couvents, la protection des seigneurs (surtout au nord), les solidarités collectives institutionnelles ou seulement villageoises – si bien que les soumissions jouaient souvent un rôle de protection, la survivance du tout était assurée en partie par des liens de dépendance. Tout cet ensemble de fonctions, de services et de protections ne fut pas remplacé, au moins dans sa première phase de construction, par l’État libéral.

38Ainsi, après l’instauration définitive de la monarchie constitutionnelle, en 1834, beaucoup de revendications paysannes apparurent comme des défis lancés à l’État, pour qu’il puisse accomplir ces fonctions et remplir ces vides. Celles-ci ne furent pas une « Anti-Révolution », mais les manifestations des difficultés à concilier des valeurs, des habitudes et des conceptions conservatrices avec le régime libéral en construction. Plus tard, la consolidation de l’État libéral et la politisation plus élargie de la société ouvriront des problèmes différant même sur la qualité sociale des éléments qui interviendront : que ce soit « la canaille », les « marginaux », qui n’auront plus un rôle important, au contraire des citoyens intégrés dans le système politique.

39Aussi, doit-on aborder ces questions en évitant les généralisations hâtives : étudier la diversité des situations et pas seulement les conditions matérielles de la vie paysanne ; ne pas interpréter les actions des ruraux dans la seule perspective des conditions économiques, mais dans le plan moins reconnu des mécanismes idéologiques, qui ont orienté leurs comportements devant les conditions concrètes. On espère que ce colloque pourra aider à revoir ces concepts, de façon à les rendre plus efficaces même pour l’examen des réalités actuelles.

Notes

1 Angel Garcia SANZ, Historia Agraria de la Espana Contemporanea, I, « Introduccion », Barcelona,

Critica, 1985, p. 40.

2 Colloque Mouvements Populaires et Conscience Sociale, Paris, Maloine, 1984.

Auteur

Université de Lisbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540