Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Contre-Révolution et État

Brigandage méridional ou révolte politique ? Les lectures culturelles des élites politiques italiennes dans les années 1860

Antonio de Francesco

Texte intégral

1Au mois de mai 1860 le général Joseph Garibaldi débarqua avec ses mille chemises rouges en Sicile pour soulever le Midi de l’Italie contre les Bourbons. Au même moment, le Piémont constitutionnel de Victor Emmanuel II, avait résolu de s’étendre dans la péninsule et n’attendait qu’un signal des libéraux du Midi pour faire marcher ses troupes vers Naples.

2Toutefois, les jeux se font en Sicile, où l’armée de François II de Bourbon, désorganisée, subit plusieurs défaites. À la mi-août, Garibaldi débarque en Calabre, d’où ses ennemis, démotivés, battent bientôt en retraite : encore trois semaines d’opérations militaires et le général, le 7 septembre, fait son entrée à Naples ; de leur côté, les troupes piémontaises pour empêcher que le triomphe de Garibaldi puisse favoriser les républicains, franchissent à leur tour la frontière méridionale. La bataille sur le Volturno n’est que le dernier sursaut, avant l’écroulement, du Royaume des Deux Siciles : par la suite dans un très bref délai, un plébiscite assure l’agrégation du Midi au Piémont et la naissance d’un État unitaire dans la péninsule, c’est-à-dire le royaume d’Italie.

  • 1 Voir A. Scirocco, Il Mezzogiorno nell’Italia unita, 1861-1865, Naples 1979.

3Des opérations militaires aussi brillantes et des résultats politiques aussi convaincants impressionnent sans doute, mais la victoire italienne comporte un revers de la médaille qu’il ne faut pas mésestimer : bientôt, tandis que François II et ses derniers fidèles, battus, se replient en direction de Rome, dans les provinces méridionales, au milieu du désordre général, se déclenchent, au nom du roi Bourbon, des insurrections populaires, qui eurent, comme conséquence directe la naissance du grand brigandage, c’est-à-dire un mouvement de guérillas rurales largement soutenu, même du point de vue financier, par les forces réactionnaires et par l’Église1.

  • 2 F. Molfese, Storia del brigantaggio dopo l’Unità, Milan 1964, Appendice : Cifre sulle vittime e su (...)

4Mis au défi, le nouveau régime réagit par la répression militaire et ce n’est qu’en 1863 que l’ordre semblait avoir été rétabli ; et pourtant, les données de la guerre qui venait d’être menée dans le Midi sont frappantes : l’armée dut intervenir avec 116 000 soldats et l’on eut, parmi les insurgés, 5 200 hommes tués ou fusillés, dont au moins 4 000 entre 1861 et 1862. Mais c’est la répartition de ces données selon les provinces méridionales, juxtaposée à l’itinéraire militaire du général Garibaldi, qui me paraît encore plus intéressante : les insurrections et le brigandage eurent en effet surtout lieu dans les Abruzzes, en Basilicate et dans les Principautés Ultérieure et Citra2, à savoir dans les régions qu’en 1860 les chemises rouges, lors de leur facile remontée de la péninsule, n’avaient pas traversées. Il s’en suit, d’une manière évidente, que sous le masque des révoltes populaires et du brigandage contre-révolutionnaire se cacherait une guerre civile, initiée par une confrontation politique très aiguë au niveau local entre une faction qui avait soutenu la révolution italienne (et voulait profiter de la chute des Deux-Siciles pour parvenir au pouvoir) et une autre faction qui avait combattu par contre la solution italienne, car l’unité comportait, pour elle, en fin de compte, la mise à l’écart du pouvoir municipal.

  • 3 Lettere e documenti del barone Ricasoli, Florence 1891, vol. VI, p. 112 : « Il brigantaggio quale (...)

5Par contre, le gouvernement italien se montra fermement décidé à refuser cette interprétation et nia toute valeur politique aux révoltes. Encore au mois d’août 1861, dans une circulaire adressée aux diplomates italiens à l’étranger, le premier ministre, le baron Ricasoli, avait précisé que le brigandage napolitain n’avait rien de politique, car il n’était qu’un legs laissé par l’ancien gouvernement des Deux-Siciles et il relevait directement de la misère et de l’asservissement auxquels le nouvel État italien avait, malheureusement trop tard, arraché les collectivités méridionales3.

  • 4 Voir par exemple C. Capomazza, Sul brigantaggio nelle provincie meridionali d’Italia, Naples 1864.

6Nul ne s’étonnera, alors, que du point de vue des pamphlets favorables à l’unité italienne, le brigandage représente, à l’époque, une fois de plus, l’expression la plus évidente de l’ignorance, de la misère (et de la violence) qui depuis des siècles ravageaient le Midi. À la suite de ces considérations, d’après les mêmes pamphlets, il va de soi que le brigandage devenait aussi un instrument dans les mains de François II, qui l’excitait et le nourrissait pour entretenir le pays dans l’agitation, mais que l’on niait toute équivalence entre un tel banditisme soutenu par l’or des Bourbons avec une lutte pour l’indépendance nationale4. Qui plus est, d’ailleurs, de ce débat, où les opinions émises sont celles des élites du Midi favorables à la solution unitaire du problème italien, est né, avec le temps, le grand courant intellectuel dit méridionaliste : en interprétant, à leur tour, le brigandage comme l’expression d’un malaise social, les grands intellectuels méridionaux de la fin du xixe siècle ont engagé une bataille de progrès, en réclamant le droit des collectivités du Midi à n’être plus exclues de la vie nationale et donc en relançant le processus de l’intégration des provinces méridionales dans le nouvel État unitaire.

  • 5 R. Villari, Conservatori e democratici nell’Italia liberale, Bari 1974.

7Là aussi, donc, la réflexion sur le brigandage comportait une nette distinction entre la dimension sociale et la dimension politique ; une distinction qui appartient bien sûr à la culture positiviste, mais qui, dans le contexte culturel du jeune royaume d’Italie, représentait à bien voir une solution obligée : à bien des égards, en effet, tous les participants au débat sur le brigandage préconisaient l’intégration du Midi dans le nouveau contexte unitaire par la voie de la nationalisation des masses, et tous étaient donc amenés à nier qu’une guerre civile eût pu avoir lieu au lendemain de 18605.

  • 6 Voir, par exemple, A. Lepre, Storia del Mezzogiorno nel Risorgimento, Rome, 1970.

8Sur de telles bases sociales, d’ailleurs, même si a contrario, se pose à nouveau la lecture du brigandage au xxe siècle : encore au lendemain de la dernière guerre mondiale, c’est le refus de la dimension politique qui a permis de tracer l’insurrection du Midi contre les troupes piémontaises dans les termes d’un violent conflit qui s’engage entre la bourgeoisie propriétaire, libérale et italienne et la grande multitude des bras-nus, tout à fait exclue d’une participation quelconque à la vie nationale6.

  • 7 Voir les articles recueillis par A.M. RAO, sous la direction de, Folle controrivoluzionarie, Rome (...)

9Ce n’est donc qu’assez récemment que l’historiographie est intervenue afin de rappeler qu’il existait, parmi les populations du Midi, une tradition politique, dont le sanfedisme de l’année 1799 et les résistances à la seconde invasion française en 1806 ne représentent que les aspects les plus éclatants7. Il serait donc fort réducteur de refuser une dimension politique au brigandage apparu au lendemain de la chute des Deux-Siciles. Mais réinvestir la politique au cœur des résistances à la formation de l’État unitaire (et nul doute, désormais, d’une telle interprétation du problème), nous impose aussi de repenser la lecture de longue durée du « tout social » dans l’interprétation du brigandage. De ce point de vue, il ne faut pas oublier que l’interprétation remonte, comme il a été dit, au moment même où les révoltes se produisirent : et à cet égard il est important de noter que c’est la guerre civile même qui a tendu à figer, entre 1861 et 1863, la représentation des soulèvements dans les catégories antagonistes du social et du politique ; en d’autres termes, si la propagande unitaire refusait toute légitimité politique au brigandage c’est parce que de l’autre côté on y mettait l’accent et il va de soi, alors, que la victoire des unitaires a largement concouru à l’effacement de l’autre interprétation.

10Cela impose de reprendre en main le dossier contre-révolutionnaire en nous fondant, d’abord, sur les pamphlets favorables aux Bourbons parus lors de la guerre civile, car dans ces pages-là le brigandage serait le lieu de convergence d’une multiplicité d’attitudes politiques propres à une société traditionnelle et donc l’expression la plus convaincante du sentiment anti-révolutionnaire des populations méridionales. Mais, ce qui paraît fort intéressant, c’est que les contre-révolutionnaires ne font que reprendre certaines catégories politiques révolutionnaires, proposant à nouveau dans les termes définis par 1789, les mots-clés de liberté, d’indépendance et de nation. Comme leurs adversaires y font aussi largement référence, la guerre civile combattue dans le Midi au lendemain de 1860 est une confrontation entre deux partis (libéraux et bourboniens) qui nient toute filiation à la révolution française tout en étant fortement imprégnés, de par leur propre culture politique.

  • 8 Je renvoie, à ce propos, à mon La tradition républicaine de la grande Révolution dans la naissance (...)
  • 9 Lettere del barone Ricasoli cité, vol. VI, p. 109-110.

11C’est évident si l’on revient sur la circulaire émise par le premier ministre italien en 1861. Le baron Ricasoli, un propriétaire toscan qui se disait bon catholique et n’était pas du tout, cela va sans dire, un révolutionnaire, appartenait, avant 1860, lors des années du Risorgimento, aux modérés, à savoir à ceux qui se méfiaient aussi bien des républicains que de la centralisation étatique piémontaise et qui réclamaient, contre l’influence française, l’existence d’une culture politique italienne remontant aux Lumières. À l’occasion des événements de 1860 il a par contre changé d’avis et soutenu la solution d’une monarchie parlementaire qui lui paraissait balancer l’élargissement à la péninsule entière de la centralisation. Ce qui ne doit pas étonner car les coordonnées culturelles du parti modéré n’étaient pas du tout indépendantes de la tradition politique inaugurée par la Révolution française8. C’est pourquoi, dans la circulaire sur le brigandage, le baron Ricasoli fait une allusion précise à l’année 1793, en introduisant une similitude entre la France et l’Italie : comme la Convention s’était battue contre les fédéralistes et les vendéens, de la même manière le royaume d’Italie avait le droit de se défendre contre des sursauts républicains et contre-révolutionnaires. L’allusion, il va de soi, était adressée d’un côté aux républicains fédéralistes, pour lesquels l’État unitaire ne faisait que proposer le despotisme et de l’autre aux bourboniens, qui criaient contre la répression de tous ceux qui se battaient dans le Midi pour revendiquer l’indépendance et la liberté. Toutefois, aux yeux de l’opinion publique conservatrice, la similitude imposait une précision : c’est pourquoi Ricasoli avouait que les vendéens s’étaient battus pour un principe sacré, la religion et le roi, pour remarquer qu’en tout cas ni La Rochejacquelein, ni Charette, ni Stofflet n’auraient jamais accepté de guider les brigands du Midi9.

  • 10 P.-J. Proudhon, La fédération et l’unité en Italie, Paris 1862, p. 33 : « L’unité en Italie est co (...)

12De là, d’ailleurs, il s’ensuivit, de la part de l’opposition, à gauche comme à droite, une sorte de procès à l’encontre du baron Ricasoli que l’on accusa d’être largement conditionné par le legs de la révolution française et de proposer en bloc l’exemple horrible de l’année 1793. Les républicains fédéralistes n’hésitèrent pas à souligner, d’après Pierre-Joseph Proudhon même, que l’unité italienne était semblable à la république indivisible de Robespierre10, car la centralisation ne faisait que reprendre le despotisme du gouvernement révolutionnaire.

  • 11 Voir L’Italia disfatta dalla rivoluzione piemontese, Malte, 1862, p. 7.
  • 12 G. Palomba, Aveux et mensonges, Londres 1863, p. 5.
  • 13 P.M.F. Maddaloni, La mozione d’inchiesta, Nice 1862, p. 22.
  • 14 La nota del barone Ricasoli dei 24 agosto 1861 esaminata e confutata, Rome, 1861, p. 7.

13À l’opposé, les bourboniens eux mêmes, soulignèrent la même chose : ainsi, d’après un pamphlet anonyme de 1862, la répression qui venait de se développer dans le Midi mettait en évidence l’absence de distinctions entre les jacobins et les libéraux, car le génie de leur action politique, à savoir une prétendue souveraineté populaire capricieuse, comportait les mêmes conséquences de désorganisation et de violence11 ; les références à l’année 1793 ne s’interrompaient, d’ailleurs, pas là : d’après Georges Palomba, la politique piémontaise était la même que celle mise au point par Robespierre et Marat 12 ; tandis que le duc de Maddaloni, qui avait été élu au parlement italien et qui représentait dans ce contexte-là, la seule voix favorable aux insurgés, faisait un recours à la catégorie du terrorisme pour exposer de quelle manière, à son avis, le gouvernement italien prétendait écraser l’insurrection des provinces méridionales13. Ces dernières, par contre, illustraient la présence d’une population ancrée dans la défense de la patrie et du roi Bourbon qui se battait pour l’indépendance du Midi et dans ce contexte-là, la référence à la révolte vendéenne devenait un passage obligé14.

  • 15 Réflexions sur la circulaire Ricasoli par un indépendant, s.l., s.d., p. 7.

14C’est pourquoi, dans un autre pamphlet paru anonymement, l’on invitait le baron Ricasoli, qui avait rendu honneur à Charette et Stofflet, à être conséquent et à ne plus couvrir ses injustices envers les insurgés : car si les grands noms de patriotes qu’il avait rappelés étaient honorables car ils étaient fidèles à leurs principes, ceux qui se faisaient massacrer dans le Midi d’Italie pour reconquérir leur patrie, leur roi et leur liberté, méritaient eux aussi autre chose que le dédain et le mépris du gouvernement italien15.

15Ce qui ne veut pas dire, en tout cas, que la presse bourbonienne connaissait le rêve de l’ancien régime, à savoir que les tenants de la cause de François II gardaient tous leurs espoirs dans un programme cohérent avec les principes de l’absolutisme. Il est fort intéressant de souligner, à ce propos, comment, par exemple, l’année 1799, et donc le sanfedisme, avec les insurrections populaires contre les jacobins, et l’heureuse campagne militaire organisée contre les républicains par le cardinal Ruffo, étaient des références bien peu répandues dans la presse bourbonienne au lendemain de 1860.

  • 16 Parmi ces documents citons, par exemple, J. De Guigné, Considerations sur l’Italie, Paris, 1862.
  • 17 P. Calà Ulloa, Delle particolari condizioni del Reame delle Due Sicilie, s.l. 1862, p. 13.

16Il paraît, somme toute, que la plupart des brochures prises en compte suivaient l’opinion de l’historien Carlo Botta, un ancien jacobin devenu entre-temps royaliste, dans son Histoire d’Italie, qui voulait que tout au long des années Vingt, depuis l’année 1799, dans le Midi d’Italie, ait pris ses distances envers les républicains mais ait aussi regretté que la cause des Bourbons ait eu pour défenseurs des brigands atroces tels que Fra Diavolo, Pronio et Sciarpa. Que l’on ne s’étonne pas, donc, si au lendemain de 1860, la presse bourbonienne renonça à de telles références qui pouvaient se retourner contre elle16 et fit plutôt appel à la mémoire des résistances populaires intervenues, dans le Midi, face à la deuxième invasion française, c’est-à-dire au brigandage qui avait ravagé les provinces méridionales dès que Joseph Bonaparte était devenu, en 1806, roi de Naples17.

  • 18 Voir Pro domo mea. Discorso a’posteri sulle vicende del regno di Napoli e di Sicilia dal 7 settemb (...)

17Les motivations de la préférence accordée à 1806 par rapport à 1799 sont bien évidentes : comme la mémoire de Fra Diavolo et de l’exécution des jacobins napolitains était restée en bien mauvaise odeur un peu partout, il valait mieux plutôt se tourner vers des insurrections contre une invasion étrangère, telles que celles intervenues au lendemain de 1806 pour reconquérir l’ancienne dynastie, dans le but de repérer dans le Midi une tradition de liberté et d’indépendance nationales que la brutale agression piémontaise avait écrasée18.

  • 19 Voir à ce propos la correspondance de la reine Marie-Caroline publiée par R.M. Johnston, Mémoires (...)

18Il s’agissait d’un escamotage culturel et historique qui plongeait d’ailleurs ses racines dans le terrain de la lutte politique contre l’ordre napoléonien et qui, ce n’est pas un hasard, remontait directement aux années de la deuxième invasion des troupes françaises. À l’époque, comme on le sait, le roi Bourbon avait été obligé de s’enfuir en Sicile, d’où l’on avait bientôt manifesté un enthousiasme envers la guerre de résistance menée par le peuple espagnol contre les troupes de Bonaparte19.

  • 20 A. Capograssi, Gl’inglesi in Italia durante le campagne napoleoniche (Lord W. Bentinck), Bari, 194 (...)
  • 21 F. Renda, La Sicilia nel 1812, Palerme, 1967, p. 212-287.
  • 22 A ce propos je renvoie à mon Ideologie e movimenti politici dans G. Sabbatucci-V. Vidotto (sous la (...)

19De là, tout au long des années d’engagement militaire avec les Anglais contre Joachim Murat, l’effort de proposer dans le Midi péninsulaire l’exemple espagnol, à savoir une guerre nationale de peuple à travers le soutien au brigandage qui avait commencé à ravager les provinces napolitaines dès que les Français étaient arrivés à Naples20. Il s’agissait, peut-être, d’un parcours obligé, qui avait d’ailleurs donné des brillants résultats à l’occasion de 1799, mais la référence à la guérilla d’Espagne était largement imprudente, car l’on sait bien que l’identité nationale espagnole générée à l’occasion de la guerre contre les Français avait comporté l’abandon de l’ancien régime et la naissance du constitutionnalisme. Marie-Caroline, la reine de Naples, ne se trompait donc pas, en suspendant son jugement sur les événements espagnols jusqu’à ce qu’on connaisse le résultat du renversement des principes sur lesquels cette monarchie était régie et de ceux qu’on leur avait substitué par une constitution dont elle se méfiait. Toutefois, ses soucis ne purent empêcher une évolution d’ordre constitutionnel, d’abord en Sicile, entre 1812 et 1815, à l’occasion de l’occupation militaire anglaise21, et puis dans tout le Midi, au lendemain du pronunciamiento militaire de 1820 d’après l’exemple de l’Espagne. C’est pourquoi, la révolution constitutionnelle écrasée par l’intervention de l’Autriche, dans les années suivantes, à l’occasion de 1848, à Naples la requête constitutionnelle finit par s’imposer et la Charte octroyée par Ferdinand II de Bourbon fût un exemple pour tour les autres États de la péninsule22.

20Il existait donc une tradition d’ordre constitutionnel dans le Midi à la veille de 1860 et ce n’est pas un hasard si à l’occasion du défi de Garibaldi, le roi François II remit en exercice la Charte suspendue par son père en 1849. Il va de soi, donc, qu’au lendemain de 1860, parmi les tenants de la maison de Bourbon il y en avait de nombreux qui étaient pour plusieurs raisons, largement favorables à un régime constitutionnel ; ce qui n’allait pas sans contradictions, car d’un côté ils distinguaient nettement le Midi de l’exemple de 1789 et de l’autre ils réclamaient une marque d’originalité politique d’après une catégorie qui était propre à la culture politique de la Révolution française.

  • 23 A. Spagnoletti, Storia del Regno delle Due Sicilie, Bologne, 1997, p. 90-102.

21Ainsi, d’une part ils pensaient possible d’identifier une voie napolitaine vers la liberté politique, comme une voie distinguant nettement la solution constitutionnelle du Midi de l’exemple transalpin et piémontais, et de l’autre ils voulaient de définir une culture politique nationale ne comportait que la reprise, d’une manière maladroite, de catégories qui étaient propres à la tradition révolutionnaire de la France. Ils assuraient, à bien observer, que les révolutions de France, aussi bien 1789 que 1848, n’avaient fait que du mal dans la péninsule italienne, car la première avait secoué le mouvement réformateur du xviiie siècle et la dernière avait représenté un défi à l’union sacrée entre les peuples et les rois. Pour eux, somme toute, les Deux-Siciles représentaient l’exemple le plus brillant d’une culture politique nationale qui remontait au débat développé par les Lumières, qui était restée indépendante de la tradition révolutionnaire, qui avait évolué, d’une manière originale et prudente, sur le terrain, autrement rendu impossible par l’explosion de la liberté et du progrès civil23.

  • 24 F.Malvica, Del suffragio popolare sotto le armi e del suffragio popolare con le armi, s.l. et s.d. (...)
  • 25 Parmi d’autres, A.E. Brenier, De la France à propos de l’Italie, Paris, 1862.
  • 26 B. Cognetti, Passato e presente del reame delle Due Sicilie, Bruxelles, 1862.

22Mais c’est précisément au travers de cette lecture de l’histoire du Midi que l’irréversibilité des suites de la Révolution française se dotait, involontairement mais explicitement, de sens, car les clichés de nation, de patrie et de liberté largement présents dans la presse bourbonienne, n’étaient qu’un remaniement imprécis et confus des catégories mises en place à l’occasion de la période révolutionnaire. Cela est d’autant plus évident si l’on examine la polémique contre le plébiscite, car, d’après l’exemple de réflexions de Ferdinand Malvica, la volonté générale, et donc la souveraineté populaire ne dépendait pas du tout des bulletins de vote pour s’affirmer par contre dans les fusils embrassés par les peuples méridionaux qui s’étaient mis en état insurrectionel24. Et cela se retrouvait dans le mythe du legs sacré d’une indépendance et d’une nationalité à défendre et à reconquérir sur l’oppresseur et l’étranger qui n’excluait pas, d’ailleurs, le problème italien de la réflexion. Ceci transparaît dans les nombreuses prises de position résolument contraires à l’unité selon la mode piémontaise, et favorables à une sorte de libre fédération entre les États italiens, qui aurait, seule, assuré à chaque État sa dignité et ses traditions25. L’Italie, donc, apparemment exclue de la polémique bourbonienne, était par contre bien présente dans les pamphlets qui repoussaient la solution piémontaise de la résolution du problème national26. Et toutefois, avant de mettre en évidence les termes de l’attrait exercé par l’identité italienne sur les constitutionnels méridionaux qui gardaient quand même toute leur confiance aux Bourbons, il paraît important de rappeler que dès 1843 on avait proposé une fédération autour du pape entre les États italiens qui aurait amené l’indépendance de la péninsule entière par le biais d’une alliance entre les pouvoirs traditionnels de l’Italie.

  • 27 Voir E. Cenni, Napoli e l’Italia, Naples, 1861.
  • 28 Voir par exemple De la révolution unitaire en Italie et de ses effets à Naples, Paris, 1862.
  • 29 G. De Sivo, I napoletani al cospetto delle nazioni civili, Naples 1861 et L’Italia e il suo dramma (...)
  • 30 M. Meriggi, Società, istituzioni e ceti dirigenti, dans Storia d’Italia cit., p. 223-226.

23Cette perspective, qui anima l’année 1848 en Italie, ne put que s’affaiblir au lendemain de la défaite de la révolution nationale, mais garda son pouvoir d’attraction dans le Midi bien après 1860, quand elle parut devenir le dernier rempart contre la centralisation de l’État unitaire27. Dans le fédéralisme méridional au lendemain de la chute des Deux-Siciles, on put donc distinguer deux lignes de tendance : d’une part, mais largement minoritaires, les positions de ceux qui faisaient appel à la tradition d’ancien régime pour proposer un passéisme politique chargé de contrecarrer tout simplement la modernisation administrative au travers de l’appel aux petites patries, réputées, à leur tour, être un rempart moral des collectivités locales28 ; de l’autre, ceux qui avaient par contre soutenu la modernisation administrative de la première moitié du xixe siècle, ceux qui, à l’occasion de la révolution nationale avaient réclamé la solution constitutionnelle, ceux qui en 1848 avaient prêché la solution du problème italien dans les termes d’une fédération et qui, au lendemain de 1860, face à l’écroulement des Deux-Siciles, revenaient sur le fédéralisme comme dernier bouclier pour repousser l’élan d’un État unitaire qui les excluaient de la politique et du pouvoir local. De là, les rappels aux libertés locales et aux droits sacrés de la nation napolitaine29, qui s’évanouirent rapidement de toute manière dès que l’exercice parlementaire montra clairement que les élites libérales pouvaient rééquilibrer au niveau national ce que la centralisation avait paru anéantir au niveau local30.

24C’est pourquoi le légitimisme disparut soudainement de la scène politique italienne ; mais c’est là aussi l’une des occasions les plus intéressantes pour réfléchir sur la valeur bien particulière de la Contre-Révolution dans l’Italie au xixe siècle : en fin de compte, l’idéal de l’ancien régime et le refus de la Révolution française, au-delà de toute nostalgie publiquement réclamée, avaient été largement inopérants dans la culture politique des élites italiennes bien avant l’année 1860.

Notes

1 Voir A. Scirocco, Il Mezzogiorno nell’Italia unita, 1861-1865, Naples 1979.

2 F. Molfese, Storia del brigantaggio dopo l’Unità, Milan 1964, Appendice : Cifre sulle vittime e sui reati.

3 Lettere e documenti del barone Ricasoli, Florence 1891, vol. VI, p. 112 : « Il brigantaggio quale oggi è esercitato nel Napoletano non è pertanto una reazione politica né è cosa nuova ».

4 Voir par exemple C. Capomazza, Sul brigantaggio nelle provincie meridionali d’Italia, Naples 1864.

5 R. Villari, Conservatori e democratici nell’Italia liberale, Bari 1974.

6 Voir, par exemple, A. Lepre, Storia del Mezzogiorno nel Risorgimento, Rome, 1970.

7 Voir les articles recueillis par A.M. RAO, sous la direction de, Folle controrivoluzionarie, Rome 1999.

8 Je renvoie, à ce propos, à mon La tradition républicaine de la grande Révolution dans la naissance du mouvement démocratique italien, dans « Provence historique », n° 194, 1998, p. 397-408.

9 Lettere del barone Ricasoli cité, vol. VI, p. 109-110.

10 P.-J. Proudhon, La fédération et l’unité en Italie, Paris 1862, p. 33 : « L’unité en Italie est comme la république indivisible de Robespierre, la pierre angulaire du despotisme et de l’exploitation bourgeoise ».

11 Voir L’Italia disfatta dalla rivoluzione piemontese, Malte, 1862, p. 7.

12 G. Palomba, Aveux et mensonges, Londres 1863, p. 5.

13 P.M.F. Maddaloni, La mozione d’inchiesta, Nice 1862, p. 22.

14 La nota del barone Ricasoli dei 24 agosto 1861 esaminata e confutata, Rome, 1861, p. 7.

15 Réflexions sur la circulaire Ricasoli par un indépendant, s.l., s.d., p. 7.

16 Parmi ces documents citons, par exemple, J. De Guigné, Considerations sur l’Italie, Paris, 1862.

17 P. Calà Ulloa, Delle particolari condizioni del Reame delle Due Sicilie, s.l. 1862, p. 13.

18 Voir Pro domo mea. Discorso a’posteri sulle vicende del regno di Napoli e di Sicilia dal 7 settembre 1860 sino al 7 settembre 1863, s.l., s.d., p. 24.

19 Voir à ce propos la correspondance de la reine Marie-Caroline publiée par R.M. Johnston, Mémoires de Marie-Caroline reine de Naples, Londres, 1912.

20 A. Capograssi, Gl’inglesi in Italia durante le campagne napoleoniche (Lord W. Bentinck), Bari, 1949, p. 134-45.

21 F. Renda, La Sicilia nel 1812, Palerme, 1967, p. 212-287.

22 A ce propos je renvoie à mon Ideologie e movimenti politici dans G. Sabbatucci-V. Vidotto (sous la direction de) Storia d’Italia, Rome-Bari, 1994, vol. I : Le premesse dell’Unità, p. 306-320.

23 A. Spagnoletti, Storia del Regno delle Due Sicilie, Bologne, 1997, p. 90-102.

24 F.Malvica, Del suffragio popolare sotto le armi e del suffragio popolare con le armi, s.l. et s.d., p. 17.

25 Parmi d’autres, A.E. Brenier, De la France à propos de l’Italie, Paris, 1862.

26 B. Cognetti, Passato e presente del reame delle Due Sicilie, Bruxelles, 1862.

27 Voir E. Cenni, Napoli e l’Italia, Naples, 1861.

28 Voir par exemple De la révolution unitaire en Italie et de ses effets à Naples, Paris, 1862.

29 G. De Sivo, I napoletani al cospetto delle nazioni civili, Naples 1861 et L’Italia e il suo dramma politico nel 1861, Bruxelles 1861.

30 M. Meriggi, Società, istituzioni e ceti dirigenti, dans Storia d’Italia cit., p. 223-226.

Auteur

Université de la Basilicate

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540