Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Contre-Révolution et État

Mythes contre-révolutionnaires dans les révolutions en Italie (1796-1860)

Renata de Lorenzo

Texte intégral

  • 1 B. Anderson, Imagined Communities. Reflexions on the Origin and Spread of Nationalism, New York, V (...)
  • 2 E. J. Hobsbawm, The invention of tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1993 ; R. Martu (...)

1Lorsque Benedict Anderson1 analyse la naissance du terme « nation » au xviiie siècle et son succès ultérieur, comme le succès de l’idée nationale, l’essentiel est que cette idée est à la fois indépendante des structures politiques et sociales et capable de se diffuser grâce au pouvoir émotionnel qui s’en dégage. Ce pouvoir considérable serait canalisé dans des formes d’organisation politique, et aurait trouvé des expressions dans des sociétés historiquement et socialement différentes, que ce soit par leur caractère, leur niveau de civilisation, ou les valeurs morales de leur communauté. Le nationalisme ne serait donc envisageable que lorsqu’un peuple est capable de s’imaginer comme partie d’une nation. Cette situation est devenue possible au cours des deux siècles derniers, à la veille de nombreux changements culturels, politiques et économiques qui ont donné naissance à une idée de nation particulière et abstraite, tout en ayant rendu cette idée accessible et attrayante à une large majorité. Dans ces « imagined comunities » les membres de la nation ne se connaissent pas et ne se rencontrent pas nécessairement, mais ont en tête l’idée de leur communion ; ainsi toutes les communautés sont-elles imaginées et se différencient-elles par le style de leur imagination. Par l’absence de frontières bien délimitées la nation devient une invention2 avant d’être une réalité ; elle est une médiation idéale entre des valeurs et des intérêts opposés qui n’ont pas pu se confronter. Les valeurs de la patrie ne peuvent pas être l’apanage d’un seul groupe car, à côté de la communauté imaginaire, existe d’autres communautés imaginées plus petites, les petites patries. « Nationalité, nation, nationalisme » ont été le résultat d’un passage complexe de forces historiques discrètes, mais qui, une fois créées, sont rapidement devenues adaptables, capables d’être appliquées à une grande variété de terrains sociaux.

  • 3 G. Bollati, Il carattere nazionale come storia e come invenzione, Torino, Einaudi, 1983 et 1996.
  • 4 L’historiographie italienne est bien prudente en employant l’adjectif « giacobino » pour l’Italie (...)

2Anderson présente des formes de changements qui ont eu lieu à cette époque, et qui sont des véhicules de nationalisation (la presse, le langage de l’État, le rôle de l’administration), tous utiles pour comprendre comment ce mythe de la nation va se créer en Italie à partir de la fin du xviiie siècle3. La description de cette évolution peut donner l’impression d’une construction toujours en progrès, de l’existence d’une classe de gouvernement consciente très tôt de vouloir construire une nation unie. C’est en effet cette image que l’historiographie du Risorgimento (le processus politique qui a permis la formation d’une nation italienne) a privilégié, à partir des républiques « jacobines » du Triennio4 (1796-1799) jusqu’à l’unité politique d’Italie (1860).

  • 5 Cf. A. M. Rao (a cura di), Folle controrivoluzionarie. Le insorgenze popolari nell’Italia giacobin (...)

3Dans cette perspective manichéenne et finaliste, les insurrections contre ces républiques (« insorgenze ») ont été vues comme l’expression de la réaction dirigée par les gouvernements anti-français et par le monde clérical. Elles sont donc présentées comme synonymes d’une société arriérée, alors qu’elles ont été capables d’exprimer la nation dans la lutte contre les Français et leurs amis patriotes. L’association des insurrections italiennes avec celles de la Vendée, toutes deux, comme l’a écrit A. M. Rao, chargées d’un « carattere emblematico… nell’immaginario politico ideologico », a produit des concepts5, qui n’ont pas facilité la compréhension de l’articulation des mouvements politiques suivants.

  • 6 A. M. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unit (...)

4Le parcours politique n’est toutefois ni simple ni banal. On doit tenir compte, pour la construction du modèle national né du Risorgimento, (le « canone risorgimentale6 »), du poids des mythes et de leur hérédité idéologique, à partir du Triennio, considéré comme un combat pour une nation et une république italienne, unitaire ou fédérative.

Le mythe

5Le mythe, l’imaginaire, le symbolique avec les fêtes, les rites, les personnages, le sacré et les mémoires ont aussi donné naissance, comme pour la Révolution en France, aux révolutions italiennes. Les républiques Ligure, Cisalpine, Romaine, Napolitaine pendant le Triennio (1796-1799), qui ont suivi les conspirations de 1794-1795 à Naples, Palerme, Turin, Rome, Boulogne liées aux événements en France, furent la manifestation la plus évidente de la volonté de concrétiser la communauté imaginée en fonction de l’unification de l’Italie. Mais, en opposition à une identité nationale basée sur la démocratie, une identité nationale parallèle vit le jour dans le monde de la monarchie et de ceux qui la soutenaient. Les deux partis montraient nombre de différences à l’intérieur : d’un côté il y avait des modérés et des extrémistes, des hommes des professions libérales et aristocrates, de l’autre, des « réalistes », « sanfedisti », « lazzari », aussi des gens, qui désiraient la persistance de l’ordre, se reconnaissant dans les deux partis.

  • 7 Cf. A. M. Rao (a cura di), Folle controrivoluzionarie op. cit.
  • 8 Y. Chalas (textes réunis par), Mythes et Révolutions, Presses Universitaires de Grenoble, 1990.
  • 9 A. M. Banti, La nazione del Risorgimento cit., p. 17. Ils étaient dix-huit pour F. Leoni (Storia d (...)
  • 10 A. Scirocco, L’Italia del Risorgimento, Bologna, Il Mulino, 1990, p. 30-31.

6Les recherches sur les créations des mythes contre-révolutionnaires sont rares, mais ces mythes sont souvent les mêmes que ceux de la Révolution (la nation, la patrie, le peuple, la guerre, la fraternité égalitaire des combattants), bien que dans des contextes différents7 et avec des champs sémantiques destinés à se modifier selon les époques et les lieux. Il n’est donc pas correct de chercher une division simpliste entre eux, car il y a bien des connexions entre les deux dimensions, dans leur capacité non seulement de s’exclure, mais aussi de dialoguer. Le mythe a en soi cette aptitude d’être utilisé par plusieurs acteurs, de s’adapter aux moments et aux circonstances, de créer des ritualisations mais aussi des équivoques qui le chargent de nombreuses significations8. Ces mythes sont donc unifiés pour un pays territorialement et politiquement diversifié, ils ont des coordonnées semblables pour douze États9 avant la révolution de 1789, neuf États pendant la Restauration (y compris les territoires sous la domination de l’Autriche) et presque les mêmes10 dans les années 1859-1860, lorsque l’Italie devint une nation unifiée.

7Les parties en lutte, révolutionnaires et contre-révolutionnaires, avaient bien des motivations et des termes en commun : toutes deux étaient convaincues de se battre pour la patrie, pour un bien à édifier et à défendre ; toutes deux devaient créer et maintenir le consensus, et avaient le souci d’éduquer politiquement les masses pour garantir le futur. Mais les mots avaient un caractère ambigu. En effet les lazzari napolitains appelaient les républicains « patriotes » avec une évidente connotation péjorative, et les écrivains réactionnaires, favorables aux Bourbons, parlaient de leur patrie, à protéger contre les armées françaises, avec une connotation positive.

8Les adhérents aux sectes comme la Charbonerie, qui fut la protagoniste de la Révolution des années 1820-1821, ou les adhérents de la Jeune Italie (« Giovane Italia ») de Giuseppe Mazzini étaient sûrs d’être des patriotes qui se battaient pour la nation ; sous le signe de l’ordre et de la tradition, les conservateurs modérés et les partisans du fédéralisme étaient sûrs de combattre de la même façon mais pour la nation piémontaise, romaine, toscane, napolitaine, etc. Il existait un lien hors des relations de classes (riches-pauvres, bourgeoisie/gentilhommes-peuple) entre Révolution et Contre-Révolution, mais il n’y avait pas un conflit sommaire entre masse populaire, monarchiste, « réaliste », religieux d’un côté et bourgeoisie xénophile, républicaine et laïque, de l’autre ; il y avait bien une variété et une complexité de situations locales, aussi bien pendant le Triennio que pendant le xixe siècle avant l’Unité.

  • 11 Cela a dépendu certainement de la cruauté de la répression, du martyre, utilisés comme l’exemple p (...)

9Les insurrections se développèrent partout en Italie : en Lombardie, en Émilie, en Romagne, dans les Marches, à Venise, en Ligurie, à Rome, à Naples ; elles ne furent limitées ni au sanfédisme ni au Midi, mais il faut expliquer pourquoi, en revanche, celle de Naples a été la Révolution et la Contre-Révolution par excellence, la manifestation la plus brève, la plus violente et la plus éclatante, qui eut le plus d’incidence sur la formation des mythes contre-révolutionnaires. Elle a été aussi la plus chargée de signification symbolique, par rapport aux autres républiques qui vécurent pourtant de plus longues durées11. Il s’agit de révoltes de paysans ou de la plèbe des villes, mais aussi de groupes reconnus, qui ont toutefois connu une crise due aux problèmes souvent tout à fait internes à leur communauté. Les résistances ont une connotation religieuse chez les « Viva Maria » en Toscane ou dans la Santa Fede à Naples, mais elles sont surtout liées aux luttes de pouvoir local, ce qui rend difficile la généralisation politique de leur cause.

10Même le terme « contre » s’est enrichi : anti-révolution, résistance, dé-révolution indiquent la richesse et la multiplication. À côté de l’étroite base du monde élitiste des jacobins et de la diffusion limitée du message de la démocratie (limites mises en évidence par leurs ennemis), et à côté des contre-révolutionnaires nombreux mais difficiles à identifier comme groupe homogène, il existe une majorité qui n’est ni révolutionnaire ni contre-révolutionnaire, mais plutôt anti-révolutionnaire. Selon les lieux et les circonstances, ces gens prennent position, poussés surtout par le besoin de l’ordre public. Il s’agit d’une « majorité silencieuse », mais susceptible de se réveiller. Elle est l’objet des intérêts pédagogiques d’intellectuels de tout bord et elle est à la recherche des modalités de la pratique politique.

  • 12 Le dolci catene. Testi della controrivoluziona e cattolica in Italia, raccolti e presentati da V. (...)

11La Contre-Révolution n’est plus simplement le refus du Risorgimento, parce que ce processus unitaire et laïc a été bâti à l’occasion d’une confrontation continue avec les valeurs de la religion, qui ont été perçues de différentes manières. Les causes des résistances ont été cernées comme un problème de longue durée à rebours. On a souligné dans les insurrections le poids de la crise de la fin du xviiie siècle : la hausse des prix, la croissance de la population, la modernisation de l’administration de l’annone, les mesures pour la libéralisation du commerce du blé et l’affirmation de couches sociales plus agressives, qui vont modifier et bouleverser les équilibres de l’ancien régime. En Lombardie et dans le royaume de Naples, les mesures anti-ecclésiastiques de la fin du xviiie siècle ont affecté l’attachement aux valeurs de la religion12, qui ont été touchées par le réformisme illuministe de l’empreinte juridictionnelle. Ces causes ont été sous-évaluées ou négligées selon l’usage politique qu’on a fait de ces événements.

12Le même usage politique a affecté le terme « jacobin ». La propagande de la réaction l’a associé à une image rigide, sectaire, sanguinaire, dogmatique et violente (image partagée par une partie des modérés) ; les courants radicaux l’ont associé à une image de l’homme engagé dans la renaissance morale de l’individu et de la communauté, qui vise à la justice sociale, découvre la charge positive des passions révolutionnaire, et est partisan de l’égalitarisme, vertueux, enfin amant de la patrie.

  • 13 Cf. U. Corsini, Pro e contro le idee di Francia. La pubblicistica minore del triennio rivoluzionar (...)
  • 14 Voyons ce que les modérés ont fait avec les réimpressions du Saggio de Cuoco, comme nous l’a montr (...)

13Il faut recourir directement aux nombreuses sources des mythes contre-révolutionnaires, surtout aux mémoires, chroniques, récits sur le Triennio13, qui ont produit des effets différents et un usage instrumental pour mieux comprendre leur vision de la nation14. La découverte de la complexité de la Contre-révolution et de la Révolution nous oblige à suivre les parcours à travers lesquels les mythes se sont transmis d’une faction politique à l’autre, d’un entourage à l’autre, d’une génération à l’autre. Les héros du Risorgimento ont été aussi bien des hommes élevés dans une atmosphère familiale sensible aux messages politiques progressistes (Massimo d’Azeglio, Francesco Domenico Guerrazzi, Giuseppe Mazzini, Luigi Settembrini, Giuseppe Ricciardi) que des personnages qui ont grandi dans un milieu conservateur (Cesare Balbo).

  • 15 A. M. Banti, op. cit., p. 53.
  • 16 G. Turi, Viva Maria. Riforme, rivoluzione e insorgenze in Toscana (1790-1799), Bologna, Il Mulino, (...)

14Cela explique la grande variété de la vision politique des patriotes du Risorgimento (démocrates/modérés, laïques/néo-guelfes, républicains/monarchistes, unitaires/fédéralistes 15) ; à l’intérieur de ces différences s’entremêlaient des points de vue opposés, qui souvent s’appropriaient les idées de l’ennemi. Le nouveau cadre politique et idéologique du xixe siècle rendait ces idées convaincantes. L’exemple clérical est éclairant : la pratique de dévotion qui avait catalysé les « Viva Maria16 » et le sanfédisme, s’était déroulée sous le signe de la tradition catholique. Celle-ci avait essayé toutefois de donner aux images et messages ultérieurs soit une marque nationale comme chez Alessandro Manzoni, soit une marque national-fédérale chez Vincenzo Gioberti, ou une marque légitimiste-nationale chez les jésuites comme Luigi Taparelli d’Azeglio.

Pourquoi les révolutions ?

15Privilégier les révolutions dans l’analyse des mythes contre-révolutionnaires ne signifie pas oublier ou réduire le sens des années infra-révolutionnaires : c’est considérer deux moments étroitement liés et utiliser l’effet de propagation que les révolutions impliquent, la réflexion qu’elles stimulent, ce qui les rend différentes des révoltes, fréquentes entre deux révolutions mais qui ne laissent pas la même trace. La charge mythologénique des révolutions est notoirement explosive, comme celle de la guerre et des héros, quelque soit parti impliqué.

  • 17 G. Massari, I casi di Napoli dal 29 gennaio 1848 in poi, Torino 1849.
  • 18 Anonimo, Le tre rivoluzioni (del 1799, 1821, 1848) nel reame delle Due Sicilie, narrate con docume (...)

16La perception du temps de cette époque est rythmée par les révolutions. La plupart des événements révolutionnaires en Italie (1796-1799, 1820-1821, 1830-1831, 1848-1849, 1860) ont été liés avec les révolutions en France mais avec des références différentes : dans les années 1848-1849 le libéral du Sud de l’Italie, Giuseppe Massari17 lançait un appel aux gouvernants et utilisait encore une fois « i Cirillo, i Pagano, i Caracciolo, i Conforti, i Caraffa », les martyrs de la République « parthénopéenne » de 1799, pour rappeler le profond désir de liberté des Napolitains. En même temps l’auteur réactionnaire d’un manuscrit anonyme18, favorable aux Bourbons, condamnait les révolutions de Naples (1799-1860) à cause de la désaffection pour la patrie des « patriotes » dépendants des Français, prêts à tirer sur le peuple.

  • 19 J. Davallon, Ph. Dujardin, G. Sabatier (sous la direction de), Politique de la mémoire. Commémorer (...)
  • 20 C.E. Labrousse, 1848-1830-1789 : comment naissent les révolutions, dans Actes du Congrès historiqu (...)

17La continuité historique entre les mouvements politiques impliquait les deux camps, héritiers d’instances, victorieuses ou perdantes, déjà représentées dans l’expérience précédente. Cela se manifestait dans la pratique révolutionnaire, dans la mentalité collective, dans un climat marqué par les idées romantiques et par le culte du passé. Les insurrections, surtout celle de 1799, qui ont été caractérisées par une explosion de luttes de factions et de groupes dans les communautés locales et par une lutte qui était rarement idéologique, deviennent les bases d’une politique de la mémoire19. Il existe une mémoire spontanée, mais aussi provoquée par une stratégie précise : une mémoire de sang et de larmes, de massacres, avec ses mots d’ordre, ses sigles, ses mythes, dans lesquels on se reconnaît. Le Triennio républicain avait été le début de cette lutte de mémoires, revécues pour expliquer comment naissent les révolutions, récupérées à rebours (dans une perspective à la Labrousse20). Le double front héritage-origines devint le cœur des questions politiques et se présente en tant que tel aux contemporains et aux historiens, accompagné aussi par la naissance d’interprétations contre-révolutionnaires. La mémoire apparaît donc comme présence, soit pour ceux qui souhaitaient le retour d’autres occasions contre-révolutionnaires, soit pour ceux qui les craignaient.

18Il faut se rappeler encore que les révolutions en Italie, sauf celle de 1860, ont été des révolutions perdues. Elles ont donc donné naissance à une réflexion sur l’après (après-1821-1831-1849), constituant un capital pour la rénovation de stratégie pour les vaincus, comme pour les vainqueurs. Les gouvernements ont réagi en réprimant et en persécutant les patriotes, mais les couches sociales réactionnaires et contre-révolutionnaires, tout comme les révolutionnaires, avaient été aussi capables d’apprendre ce que la révolution avait voulu signifier. Les révolutions perdues en Italie ont eu le mérite non seulement de renforcer les réflexions politiques des modérés et des démocrates, d’élucider leurs positions réciproques, mais aussi d’obliger les deux partis à être confrontés aux forces contre-révolutionnaires, donc à doser les interventions, à se poser le problème de la formation d’une opinion publique. Cette attention à la dimension du public était pour tous un nouveau problème de « masse », terme qui n’a pas encore le même sens qu’il aura au xxe siècle, mais qui est déjà très différent de celui qui était utilisé dans le milieu élitaire du xviiie siècle.

L’idole polémique des révolutions du xixe siècle : l’Italie républicaine et napoléonienne

  • 21 A. M. Rao-P. Villani, Napoli 1799-1815. Dalla repubblica alla monarchia amministrativa, Napoli, éd (...)

19Si les mythes du Triennio ont été capables de fonder des traditions, ceux qui naissent dans la période napoléonienne possèdent également une grande force de propagation. L’historiographie italienne est en effet favorable a une évaluation d’ensemble de la phase 1796-181521. La fragmentation territoriale du pays avait son unité dans un lien idéal avec la France, à partir du 1796, bien que non strictement chronologique. La Contre-Révolution eut aussi en Italie une vision unitaire de cette époque : au cours des révolutions du xixe siècle la mémoire de la résistance anti-jacobine se fond avec l’opposition aux changements introduits dans le pays par les propagateurs de la domination napoléonienne. La fin des républiques cisalpine, romaine, napolitaine et enfin ligure, à cause des révoltes contre les municipalités, a été un moment important pour les masses, formées de paysans ou de populations urbaines, mais aussi d’une variété de groupes variables selon les lieux, qui ont compris leur force d’impact sur la grande politique.

  • 22 D.Menozzi (a cura di), La Chiesa italiana e la rivoluzione francese, éd. Dehoniane, Bologna 1990.
  • 23 P. Pieri, Le società segrete e i moti degli anni 1820-21 e 1830-31, Milano, Francesco Vallardi, 19 (...)

20Le Risorgimento, phénomène laïc, est né de l’anticléricalisme et des luttes juridictionnelles du xviiie siècle22, mais le climat romantique donne une nouvelle et différente vigueur à la composante religieuse qui n’est pas absente des projets constitutionnels de la République cisalpine et des royaumes de l’Italie napoléonienne. Elle pénètre sous différentes formes les sociétés secrètes comme la Charbonnerie, se trouve dans l’engagement politique des néo-guelfes et des modérés, et dans la perception religieuse de la vie, comme dans la pensée du démocrate Mazzini23. En même temps, si les hommes de religion, pour rester fidèles au trône et à l’autel, s’étaient montrés hostiles aux républiques, beaucoup de représentants du clergé et de la noblesse sont révolutionnaires et républicains. Les histoires, chroniques, récits, comptes rendus, que les écrivains de la réaction publièrent après la mort des patriotes, magnifiaient les valeurs de la religion et de la monarchie, mais souvent la description des massacres, des combats, des événements les plus effroyables provoquèrent dans l’opinion publique nationale, mais aussi internationale, un effet contraire à ce que les hommes de la repression avaient cherché, surtout à cause de la valeur culturelle des victimes. Le mythe contre-révolutionnaire de la monarchie, aussi faible qu’il soit, mais encore capable d’attraction et de mobilisation, a subsisté avec force. Il a été même consolidé dans les révolutions suivantes, d’où la difficulté pour la vision républicaine de s’affirmer. Une entente privilégiée entre les monarques et le peuple, surtout à Naples, s’est donc cimentée.

  • 24 L. Rossi, Mazzini e la rivoluzione napoletana del 1799, Manduria-Bari-Roma, Lacaita 1995, p. 146-8 (...)

21La Contre-Révolution avait souligné les erreurs politiques, le caractère abstrait des idées des martyrs jacobins du Triennio. On pouvait en tirer deux conclusions opposées : on pouvait condamner les patriotes mais aussi espérer une nouvelle révolution qui aurait permis de transformer les désirs en passions et qui devait naître au cœur de la nation italienne. Les démocrates du xixe siècle pensaient que seul le bouleversement du cadre de la Restauration, grâce à une révolution qui aurait dû commencer en France, pouvait donner la possibilité de proposer de nouveau la solution unitaire pour l’Italie. Ceux qui craignaient le retour de la Révolution pensaient de même. Il est vrai aussi que les motivations contre-révolutionnaires ont été absorbées dans le siècle suivant. Pendant le Risorgimento, par exemple, le mythe du peuple en armes, qui combat les étrangers, sera assimilé par la réaction, par les modérés et même par les démocrates comme Mazzini. Celui-ci voyait dans ce peuple la première manifestation de lutte nationale et identifiait les sanfedisti calabrais et les lazzari de Naples, « in nome di Dio e della patria24 », avec les protagonistes de la guerre d’indépendance contre l’étranger ; à leur tour les démocrates comme Carlo Pisacane et Bianco di Saint-Jorioz espéraient dans la participation des paysans aux guerres et aux guérillas, ou dans la « guerra per bande » armées, forme de tactique déjà expérimentée contre les Français, en particulier en Espagne en 1808.

22La critique des vaincus du Triennio eut des conséquences différentes : les radicaux pensaient que la révolution devait venir du peuple, être partagée par la majorité et se faire interprète des besoins du petit peuple ; les modérés, au contraire, pensaient que le caractère abstrait des jacobins ôtait toute possibilité d’une révolution semblable, par exemple, à celle de 1799. Ils utilisaient ainsi à leur avantage les dénonciations de Cuoco, qui en revanche soutenait que la nouvelle Cisalpine, où il avait publié son œuvre en 1801, devait se différencier des modèles du Triennio et chercher un plus large soutien social. Dans le Saggio storico sulla rivoluzione di Napoli, il avait utilisé les motivations contre-révolutionnaires en fonction de la réflexion sur la défaite. Il ne voulait pas la fin de la Révolution mais aller au-delà de l’option féderaliste comme de la solution unitaire pour une nouvelle politique. Cela était possible grâce à Bonaparte et à la reprise de la guerre.

23Mais les remarques de Cuoco ont été interprétées aussi comme contre-révolutionnaires et non pas comme une hypothèque pour l’avenir de l’Italie. Les modérés, les démocrates mazziniens et le monde de la réaction s’approprièrent ses idées. Les réalistes continuèrent à dénoncer le caractère abstrait des idées des patriotes ; pour eux l’unité n’était pas envisageable et seule la monarchie garantissait l’ordre. Les modérés et les démocrates cherchaient à combattre ce préjugé parce que, si les jacobins avaient fait preuve d’abstraction, ils avaient payé avec la mort, l’exil et étaient devenus des héros. Les modérés qui voulaient séparer le parcours des révolutions italiennes du modèle français, légitimer une révolution non importée, naissant de la nation même, retrouvaient une motivation des contre-révolutionnaires et de Cuoco et l’utilisaient contre leurs nouveaux ennemis, les carbonari et les mazziniani. Les libéraux, modérés et anti-français, comme Antonio Rosmini, Vincenzo Gioberti, Alessandro Manzoni, et plus tard Benedetto Croce, placèrent les origines du Risorgimento au xviiie siècle. Ils pensaient que la fin des républiques jacobines coïncidait avec la maturation de l’idée d’une Italie républicaine une et indivisible. La croissance culturelle italienne du xixe siècle confirmait cette continuité de l’histoire nationale.

24Mais le vrai mythe polémique devint la période napoléonienne. La modernisation ne pouvait pas être un parcours facile, bien au contraire les changements impliquaient aussitôt une large résistance. En Italie, de Marengo (1800) jusqu’à la chute de Napoléon, les mythes du Triennio, rapidement formés, avaient déjà prouvé leur efficacité et leur capacité de s’adapter aux circonstances. Le peuple réaliste et sanfédiste s’était émancipé de la frange des notables, des bureaucrates et des militaires ; il manifesta son intention de résister avec le brigandage et l’opposition au recrutement militaire, lors des révoltes de Calabre et d’autres régions de l’Italie. L’Italie napoléonienne se forma comme nation, tout en conservant beaucoup d’États, grâce à l’homogénéité du procédé de modernisation sur tout le territoire. Dans la République cisalpine, elle obtient ainsi une constitution élitaire qui reconnaît le catholicisme comme religion d’État ; elle s’ouvre aux anciennes élites, au modèle « cetuale » surtout dans le Midi, mais aussi aux nouveaux groupes des propriétaires terriens. Elle donne lieu à des contradictions qui s’expriment même dans les sectes (Charbonerie), liées à des formes de sociabilité d’ancien régime et aux luttes municipales pour le contrôle du pouvoir local, gérés par les nouveaux propriétaires, soit un mélange d’ancien et de nouveau.

Le parcours constitutionnel

  • 25 La Constitution de 1795 (a. III) n’a plus de rapport avec le droit naturel et introduit une idée d (...)

25Les révolutions de 1820-1821, 1830, 1848 étaient l’expression d’une vision conflictuelle du passé même pour le parcours constitutionnel qu’elles ont cherché à réaliser. Dans l’exigence d’une carte confluaient des formes de consensus et de contestation au modèle napoléonien et aux modalités de développement du Risorgimento, soit en ce qui concerne les deux options du fédéralisme ou de l’unité, soit pour les choix qui vont être faits dans les révolutions mêmes (carte de l’an III25, carte de 1812 espagnole), soit encore en ce qui concerne l’entrée du peuple comme protagoniste sur la scène politique. Ce peuple, objet d’attention de toutes les parties en cause, sera toujours présent dans les révolutions du xixe siècle, mais non comme un corps monolithique ; en effet il sera toujours double, si en 1820-1821 il s’identifie avec la bourgeoisie de formation napoléonienne, en 1848 il semble être proche des sanfedisti de 1799, pendant 1860 il exprime encore d’autres formes de participation, avec les votes plébiscitaires pour l’agrégation au royaume de Sardaigne. Les luttes pour le pouvoir local qui étaient déjà présentes dans le Triennio persistèrent pendant la révolution de 1820-1821 à Naples et au Piémont. C’était la conséquence des exigences des nouveaux groupes qui voulaient s’affirmer dans la vie politique, tout en étant héritiers des résistances contre Napoléon. On demandait une Constitution, mais l’on valorisait aussi l’univers des sociétés secrètes comme la forme la plus adaptée à exprimer les valeurs de l’ancien régime.

26Les deux royaumes qui furent impliqués, Piémont et Deux-Siciles, n’avaient pas les mêmes exigences. Le problème du premier était de faire cohabiter une modernisation irréversible des structures de l’État avec le programme d’une restauration rigide. Celui du deuxième était de donner le pouvoir politique aux dirigeants d’origine napoléonienne tout en contrôlant leur pouvoir administratif. Les constitutions de 1820-1821, sur le modèle démocratique de celle de Cadix de 1812, voulaient faire cohabiter la liberté et la religion catholique, la religion et la nationalité, la participation de toutes les couches sociales et la large autonomie administrative des municipalités. Le problème du Triennio, l’accusation faite aux républicains jacobins d’être abstraits dans leurs intentions, de n’avoir aucune liaison avec le peuple, semblait résolu avec l’approbation populaire de la constitution démocratique.

  • 26 L’exigence d’une Carte n’avait pas été satisfaite par Murat, malgré la Constitution de Bayonne, qu (...)

27La défaite du parti de l’Autriche provoqua la réflexion sur « l’après » : on souligna le manque d’efficacité de la démocratie des carbonari, le caractère secret des sectes et le monopole des modérés. D’où la condamnation de la Charbonnerie par Mazzini en faveur d’associations connues, et la condamnation des monarchies d’origine napoléonienne par les réactionnaires à cause de leurs aspirations à la constitution. À Naples la rupture avec le monde sicilien fut irréversible. La persistance d’un mythe contre-révolutionnaire et contre-napoléonien, le refus des conséquences d’une période de domination étrangère qui dans cette phase signifiait, avec la constitution, perfectionner ou casser le passé, étaient évidents. Les années 1820-1821 avaient démontré que la restauration n’avait pas exclu la possibilité de révolutions. La révolution de 1820 a été un moment important d’éclaircissement des positions politiques à travers la reprise de la ligne constitutionnelle de 179926. Elle interpréta les motivations du passé révolutionnaire et contre-révolutionnaire : elle montra la volonté de combler la rupture entre pouvoir et société civile que la domination napoléonienne avait exaspérée lorsqu’elle avait favorisé l’apparition d’hommes nouveaux sans prévoir une forme de représentation institutionnelle proportionnelle. Le choix de la Constitution de Cadix de 1812 impliquait également un message politique clair, et affirmait à nouveau l’espoir d’une révolution dans toute la péninsule qui proposerait des solutions aux problèmes nationaux.

28La constitution confirmait l’importance des années napoléoniennes, parce que les élites dirigeantes, à Turin et à Naples, étaient favorables au modèle français, qui donnait la possibilité d’agir aux délégations des partis, mais le rôle maintenant affirmé des périphéries, la liaison entre les aspects religieux et les revendications politiques exprimés à travers la Charbonnerie, le modèle espagnol au sujet des rapports entre État et Église, roi et société, donnaient la sensation de pouvoir résoudre un des problèmes du Triennio et de 1799, la prétention de pouvoir fonder la liberté sans le consensus de la majorité. Nous voyons donc la persistance d’un mythe contre-révolutionnaire et contre-napoléonien, le refus des conséquences d’une période de domination étrangère, mais aussi, avec la constitution, la reconnaissance du poids indiscutable et irréversible de cette modernisation. Au niveau de la nation, la faillite des mouvements insurrectionnels des Carbonari éloigna définitivement les groupes dirigeants d’origine jacobine-napoléonienne qui, avec la politique de l’amalgame, étaient restés en service jusqu’au 1821, surtout dans le Midi. Après 1821, en revanche, les modérés et les radicaux démocrates connurent une différenciation plus ou moins marquée et se tournèrent vers le Triennio jacobin avec la capacité majeure d’en saisir les mérites et les limites, les enseignements ou les reniements. Le patriotisme s’exprima ou dans l’hostilité à la période française de la part des modérés, ou dans le dépassement de l’expérience de la Charbonnerie. Processus qui continua jusqu’en 1848.

29Les révolutions de 1830-1831 et 1848, liées aux révolutions en France, doivent se confronter avec les échos diversifiés des mythes contre-révolutionnaires dans les différentes parties de l’Italie : le Midi va accentuer ses divisions intérieures, surtout celles entre Naples et la Sicile, le centre-nord s’ouvre à la démocratie de Mazzini qui avait hérité de la Contre-Révolution l’hostilité à la supériorité française et l’idée des sanfedisti comme peuple en armes. Le mythe de la lutte anti-française sera à la base du refus de tous les modèles étrangers même par les modérés comme Cesare d’Azeglio, dans le milieu constitutionnel. En opposition aux démocrates, les modérés vivent une forme de patriotisme qui tend à prendre des motivations contre-révolutionnaires pour les détourner en faveur de la formation d’une opinion publique au besoin révolutionnaire : le facteur religieux (Raffaello Lambruschini, Alessandro Manzoni, Vincenzo Gioberti), la faveur pour les pouvoirs municipaux, l’hostilité à la centralisation et le nationalisme (sens de l’État) d’héritage napoléonien, sont les points de référence du travail pédagogique d’une minorité qui se considère capable de fonder la nation, une nation monarchique (roi ou pape du néoguelfisme) et chrétienne. Cette union du catholicisme et du patriotisme, découverte par la Contre-Révolution du Triennio, devient l’un des messages de la révolution nationale du xixe siècle. L’après 1831, comme l’après 1848 mettront aussi en cause la période napoléonienne, la centralisation en faveur des communautés et des pouvoirs locaux, en confirmant les monarchies comme garantie irremplaçable contre les bouleversements sociaux.

30Dans la révolution de 1848 les deux mythes contre-révolutionnaires de la guerre contre l’étranger et du rôle des masses, transformés en mythes révolutionnaires (les cinq journées de Milan, le 15 mai à Naples, les protestations des ouvriers), sont proposés contre l’absolutisme, à travers les constitutions. Comme pendant le Triennio, en 1848-1849 les monarchies constitutionnelles et les républiques de Venise, de Toscane et de Rome, sont rendues possibles grâce à un cadre insurrectionnel européen et surtout français. Ce dernier est porteur de programmes radicaux au point de demander une assemblée constituante italienne, le suffrage universel, des constitutions démocratiques et l’unité de la nation. Le rôle joué par la France à cette occasion semble légitimer à nouveau l’idée de l’importance de sa présence en Italie entre le xviiie et le xixe siècles et rendre possible un parcours autonome du patriotisme national. La première guerre d’indépendance (1848-1849), qui causa la défaite politique du néoguelfisme, des démocrates et des modérés et la défaite militaire contre l’Autriche, confirma la diversité des parcours des différents États. Le royaume des Deux-Siciles renonça à tout désir de conduire un processus unitaire, même à cause de la radicalisation de la volonté séparatiste de la Sicile, le Piémont renforça son rôle national, avec la conquête de la Lombardie-Vénétie et la persistance de la constitution (« Statuto albertino ») même après la guerre. Après cette date, Vincenzo Gioberti pouvait, dans Del rinnovamento civile d’Italia (1851), en réfléchissant sur la faillite de la dernière révolution, s’exprimer en faveur d’un État italien. Les exilés méridionaux à Turin exprimèrent en 1852 leur lien avec la révolution napolitaine de 1799 à travers une réédition ultérieure de l’œuvre de Cuoco, utilisée dans l’optique de la tradition modérée du Risorgimento. La solution unitaire donnait légitimité à l’interprétation libérale de la Révolution. La période 1796-1860 a été considérée comme une tendance dans laquelle les différences entre patriotes du point de vue politique et culturel étaient aplanies et insérées dans le courant des modérés.

31Les événements de 1860 se fondent sur une forme de participation différente des États italiens, dans un cadre national qui avait légitimé le rôle du Piémont et mis en crise la démocratie, surtout celle de Mazzini. Le royaume des Bourbons à son tour était miné par la sécession de la Sicile, qui adhérait à l’idée de l’unification avec le royaume de Sardaigne. Mais la dernière révolution réutilisait une lutte ancienne ; la classe dirigeante du sud péninsulaire avait encore la volonté de combattre le mouvement démocrate survivant après 1848, elle abandonna l’autonomisme provincial et le suffrage élargi, que les modérés de 1848 avaient soutenus, pour adhérer à la vision centraliste du Piémont. La révolution de 1860, comme le Triennio, et comme en 1848, a été encore une fois une révolution fortement dominée par les luttes locales et par les difficultés des élites dirigeantes à contrôler l’étendue des conflits. Le désir d’ordre, qui dans le Triennio avait fait devenir republicains des gens qui n’avaient aucune idée ni volonté de favoriser les Français, fit alors devenir Italiens et « filopiemontesi » ceux qui voulaient éviter la lutte contre les propriétaires et l’incertitude du moment.

Conclusion

32C’est donc le climat complexe qui caractérise toute la période ; en contraste avec la vision simpliste, monolithique et manichéenne du Risorgimento, les expressions et les formes d’agrégation et de participation politique évoluent et sont communes aux deux partis (modérés et démocrates). Les structures qu’Anderson avait indiquées comme essentielles pour la nation (la communauté imaginée, la presse, le langage de l’État, le rôle de l’administration) sont le cadre dans lequel en Italie les messages se transmettent. Ces messages sont l’expression des contradictions d’un pays fragmenté territorialement et institutionnellement, qui deviendra une nation grâce à une minorité semblable à celle décrite par Cuoco. La recherche de la solution de ce problème d’origine persiste encore aujourd’hui.

Notes

1 B. Anderson, Imagined Communities. Reflexions on the Origin and Spread of Nationalism, New York, Verso, 1991.

2 E. J. Hobsbawm, The invention of tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1993 ; R. Martucci, L’invenzione dell’Italia unita 1855-1864, Milano, Sansoni, 1999.

3 G. Bollati, Il carattere nazionale come storia e come invenzione, Torino, Einaudi, 1983 et 1996.

4 L’historiographie italienne est bien prudente en employant l’adjectif « giacobino » pour l’Italie di Triennio ; cf. A. M. Rao, « L’expérience révolutionnaire italienne », dans Annales historiques de la Révolution française, Numéro spécial, L’Italie du Triennio révolutionnaire 1796-1799, n. 3 1998, p. 390 ; L. Guerci, Istruire nelle verità repubblicane. La letteratura politica per il popolo nell’Italia in rivoluzione (1796-1799), Il Mulino, Bologna, 1999, p. 13-14. Voir à propos les observations de G. Galasso, Il triennio « giacobino » in Italia, dans Archivio di Stato di Napoli, La Repubblica Napoletana del Novantanove memoria e mito, Gaetano Macchiaroli editore, Napoli, 1999, p. 25-26.

5 Cf. A. M. Rao (a cura di), Folle controrivoluzionarie. Le insorgenze popolari nell’Italia giacobina e napoleonica, Roma, Carocci, 1999, p. 10.

6 A. M. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita, Torino, Einaudi, 2000, p. XI.

7 Cf. A. M. Rao (a cura di), Folle controrivoluzionarie op. cit.

8 Y. Chalas (textes réunis par), Mythes et Révolutions, Presses Universitaires de Grenoble, 1990.

9 A. M. Banti, La nazione del Risorgimento cit., p. 17. Ils étaient dix-huit pour F. Leoni (Storia della controrivoluzione in Italia, Napoli, Guida, 1975), c’est-à-dire Royaume de Sardaigne, Royaume des deux Siciles et « Stato dei Presidi », États pontificaux, « granducato di Toscana, ducato di Modena e Reggio, ducato di Parma e Piacenza, principato di Piombino, ducato di Massa Carrara, principato di Monaco, repubblica di Venezia, repubblica di Genova, repubblica di Lucca, repubblica di S. Marino », Lombardie sous la domination de l’Autriche, Valtellina et Chiavenna sous la domination des Grigioni, Canton Ticino annexe à la Suisse, Corse sous la domination de la France, Malte sous la domination des « cavalieri dell’ordine di Gerusalemme ». Il y avait même, dans l’Italie du Centre et du Nord, beaucoup de fiefs qui ne dépendaient pas de l’Empire.

10 A. Scirocco, L’Italia del Risorgimento, Bologna, Il Mulino, 1990, p. 30-31.

11 Cela a dépendu certainement de la cruauté de la répression, du martyre, utilisés comme l’exemple pour décourager les pays qui étaient sous la domination napoléonienne ; les contemporains pouvaient avoir une idée de ce qui pouvait advenir dans les autres parties de l’Europe dominées par les Français, si la défaite définitive des jacobins avait eu lieu. La révolution de Naples était l’exemple des idées des jacobins accusés d’être abstraits, mais aussi de la férocité des masses, que les hommes d’ordre craignaient comme et même plus que les jacobins. Cf J.A. Davis, « The Neapolitan Revolution : Between History and Myth », Journal of Modern Italian Studies, 4 (3), 1999, p. 350-359.

12 Le dolci catene. Testi della controrivoluziona e cattolica in Italia, raccolti e presentati da V. A. Giuntella, Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano, Roma, 1988.

13 Cf. U. Corsini, Pro e contro le idee di Francia. La pubblicistica minore del triennio rivoluzionario nello Stato Veneto e limitrofi territori dell’arciducato d’Austria, Roma, Istituto per la Storia del Risorgimento italiano, 1990.

14 Voyons ce que les modérés ont fait avec les réimpressions du Saggio de Cuoco, comme nous l’a montré A. de Francesco, dans l’introduction de V. Cuoco, Saggio storico sulla rivoluzione di Napoli, ed. critique, a cura di A. de Francesco, Manduria-Bari-Roma, Piero Lacaita, 1998.

15 A. M. Banti, op. cit., p. 53.

16 G. Turi, Viva Maria. Riforme, rivoluzione e insorgenze in Toscana (1790-1799), Bologna, Il Mulino, 1999.

17 G. Massari, I casi di Napoli dal 29 gennaio 1848 in poi, Torino 1849.

18 Anonimo, Le tre rivoluzioni (del 1799, 1821, 1848) nel reame delle Due Sicilie, narrate con documenti che correggono gli errori di storia contemporanea con qualche cenno su quella del 1860 ch’è un loro corollario, Archivio di Stato di Napoli, Archivio Borbone, b. 1671.

19 J. Davallon, Ph. Dujardin, G. Sabatier (sous la direction de), Politique de la mémoire. Commémorer la Révolution, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1993.

20 C.E. Labrousse, 1848-1830-1789 : comment naissent les révolutions, dans Actes du Congrès historique du centenaire de la Révolution de 1848, Paris, PUF, 1948, p. 1-29.

21 A. M. Rao-P. Villani, Napoli 1799-1815. Dalla repubblica alla monarchia amministrativa, Napoli, éd. del Sole, s.d. [1995] ; A. Scirocco, L’Italia del Risorgimento, Bologna, Il Mulino, 1994 ; Id, In difesa del Risorgimento, Bologna, Il Mulino, 1998 ; A. de Francesco, Vincenzo Cueco, Una vita politica, Rome-Bari, Laterza, 1997, p. 127-128 ; bien différente est l’idée de L. Guerci, « Per una riflessione sul dibattito politico nell’Italia del trienno repubblicano », in Storica, n° 14, V, 1999, p. 141.

22 D.Menozzi (a cura di), La Chiesa italiana e la rivoluzione francese, éd. Dehoniane, Bologna 1990.

23 P. Pieri, Le società segrete e i moti degli anni 1820-21 e 1830-31, Milano, Francesco Vallardi, 1931 ; R. Soriga, Le Società segrete, l’emigrazione politica e i primi moti per l’indipendenza, Modena, Società tipografica modenese, 1942 ; G. Simmel, Secrets et sociétés secrètes, Strasbourg, Circé, 1991.

24 L. Rossi, Mazzini e la rivoluzione napoletana del 1799, Manduria-Bari-Roma, Lacaita 1995, p. 146-81.

25 La Constitution de 1795 (a. III) n’a plus de rapport avec le droit naturel et introduit une idée différente du droit, celles des devoirs de l’homme dans la société. Elle confirme la victoire des propriétaires et le despotisme de leur pouvoir économique.

26 L’exigence d’une Carte n’avait pas été satisfaite par Murat, malgré la Constitution de Bayonne, qui ne fut jamais appliquée, et malgré les promesses d’une transformation du régime bonapartiste en cette direction.

Auteur

Université Frédéric II - Naples

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540