Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Contre-Révolution et État

Terminer la Contre-Révolution ? La colonne Louis XVIII à Calais, symbolique et enjeux

Michel Biard

Texte intégral

  • 1 Moniteur, n° du 29 et du 30 avril 1814.

« Le coup d’œil, la musique, les chants constamment mêlés de Vive le Roi ! faisaient de cette entrée, non une marche triomphale, mais une de ces fêtes de famille où l’expression d’un bonheur sans mélange se peint sur toutes les figures […] Les souvenirs de leur séjour sont ineffaçables et le Monument qui va les consacrer, quelque solide qu’en puisse être la construction, les perpétuera bien moins que le récit que, d’âge en âge, les pères en transmettront à leurs enfants1 »

1Aux débats qui, de 1789 jusqu’à l’Empire, ont évoqué les diverses manières de terminer la Révolution, le retour des Bourbons, symbolisé par le débarquement de Louis XVIII à Calais le 24 avril 1814, semble faire écho. Le roi foulant le sol de France, la Contre-Révolution est terminée car, son adversaire vaincu, elle n’a plus lieu d’être d’autant que Louis XVIII a soin d’afficher un certain libéralisme et d’écarter toute idée de revanche contre-révolutionnaire. Il s’agit alors de montrer, en cette année qualifiée de dix­neuvième année du règne, que les deux décennies révolutionnaire et impériale n’ont été qu’une sinistre parenthèse, une simple solution de continuité qui n’est pas parvenue à ébranler une monarchie pluriséculaire. Le roi qui s’était fait nomade par nécessité politique met à profit son itinérance contrainte pour renouer avec la tradition des entrées royales tombée en désuétude depuis août 1661. Son arrivée à Calais est ainsi mise en scène comme une « rentrée » royale après une trop longue absence, comme la communion d’un souverain retrouvé avec ses sujets.

  • 2 Selon la formule de Jurgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension (...)

2Mais là où l’entrée royale classique s’accompagnait de la floraison d’un art éphémère, le choix est fait d’ériger un monument durable qui transforme l’espace calaisien, conçu comme l’image de l’espace national tout entier, en un espace public « structuré par la représentation2 ». Le monument choisi est une colonne qui s’inspire moins de l’exemple antique de la colonne triomphale que de la tradition commémorative chère au xviiie siècle. Elle doit pérenniser le souvenir de l’événement et marquer le triomphe de la légitimité, donc celui des forces opposées à la Révolution. Reste que la symbolique voulue se mue bien vite en symbolique refusée dès lors que les royalistes sont à nouveau contraints à céder du terrain, ce qui entraîne pour le monument une longue suite de vicissitudes.

  • 3 L’incertitude a longtemps régné sur le choix du port qui accueillerait Louis XVIII. Outre sa proxi (...)
  • 4 Ce n’est certes pas un hasard si dès ce mois d’avril 1814 un intense trafic fait revivre le port, (...)
  • 5 Moniteur, n° du 29 avril 1814.
  • 6 Archives municipales de Calais, D – arrêtés et délibérations (an X – 1825), fol. 93-100 (cote prov (...)
  • 7 Le préfet du Pas-de-Calais (le « général baron » de La Chaise), le sous-préfet de l’arrondissement (...)
  • 8 « Toutes les portes, toutes les croisées sont pavoisées d’un drapeau blanc. La classe indigente ri (...)
  • 9 « La ville était pleine d’étrangers et de personnes de distinction, venues de la capitale et de pr (...)

3Le 24 avril 1814, se succèdent à Calais3 les trois séquences traditionnelles de l’entrée royale, à commencer par la rencontre aux portes de la ville du cortège royal et du cortège citadin. L’arrivée se fait ici par mer, porte naturelle de la cité, ce qui permet d’affirmer un lien fort avec le protecteur d’outre-Manche qui a mis à la disposition du roi huit vaisseaux de ligne accompagnés d’une véritable flottille, ce qui autorise aussi l’assurance d’un accueil chaleureux dans une cité portuaire où les effets économiques du conflit avec Albion ont été pour le moins néfastes4. L’arrivée royale, à la limite du surnaturel, impressionne les spectateurs saisis d’émotion en voyant le vaisseau « toutes voiles déployées, s’avancer avec une vitesse presque inquiétante, mais que l’art seul maîtrisait à temps. Il s’arrête comme retenu tout à coup par une force invincible5 ». Aux côtés du roi, se tiennent la duchesse d’Angoulême, figure vivante de la tragédie dynastique, le vieux prince de Condé et le duc de Bourbon, enfin les « personnages de sa cour et de son cortège6 », autant de noms illustres qui aux yeux des jeunes générations paraissent, selon la formule de Joseph de Maistre, aussi étranges que ceux des Ptolémées. Le cortège citadin regroupe trois composantes : les autorités civiles7 et militaires ; la population locale toutes catégories sociales confondues8 ; enfin les fidèles de la Contre-Révolution, ceux qui ont persisté dans leur opposition bien au-delà de décembre 1799, mais aussi tous ceux qui aspirent à s’intégrer à la Cour en voie de reconstitution et qui viennent se mêler aux Calaisiens9.

Calais. Vue prise à l’entrée de la jetée (gravure d’après Bonington, © Calais, Musée des Beaux-Arts)

Vue du port de Calais (© Musée des Beaux-Arts de Calais)

  • 10 « Vive le roi ! Vive Madame ! Vivent à jamais les Bourbons ! »
  • 11 Moniteur, n° du 29 avril 1814.
  • 12 Henri IV et Daubigné (Théâtre de l’Odéon), Le Souper d’Henri IV (Théâtre des Variétés), L’Entrée d (...)
  • 13 Journal de Paris, n° du 29 avril 1814.
  • 14 Moniteur, n° du 29 avril 1814. Loin d’une majesté hiératique, le roi « se fait reconnaître au mili (...)
  • 15 Il est le premier à évoquer « Louis-Stanislas-Xavier sur le trône de Saint-Louis, de Louis XII et (...)
  • 16 Id., p. 5-6

4Le navire accostant, le second temps rituel, celui des compliments, des serments et des présents, peut commencer. Outre les cris favorables à la dynastie10, la musique interprète des morceaux royalistes, « surtout l’Air chéri des Français : vive Henri IV11 », référence omniprésente au bon roi qui a reconquis son royaume et a pénétré dans sa capitale en pacificateur plus qu’en vainqueur. Au même moment, à Paris, la plupart des théâtres s’empressent de donner des pièces, anciennes ou nouvelles, qui ont le Béarnais pour héros12 tandis que, plus finement, le Théâtre-Français représente le Retour d’Ulysse avec Talma et « d’heureuses applications aux circonstances13 ». Non content d’être le descendant d’Henri IV, le roi qui retrouve son royaume tient aussi à se présenter, comme son frère en juillet 1790, comme l’héritier de Louis XII, « un père rendu à ses enfants, un père à qui ses enfants étaient rendus14 ». Tour à tour, le préfet15, le sous-préfet et le ‘ de jeunes femmes toutes de blanc vêtues font l’offrande rituelle des lys avant que le monarque ne fasse à son tour un compliment qui, selon l’usage, rappelle les hauts faits de la cité visitée : « Depuis Philippe de Valois, je savais que les habitants de Calais n’avaient jamais dégénéré de leur digne prédécesseur Eustache de Saint Pierre ; j’en acquiers une nouvelle preuve en ce moment16 ».

  • 17 Journal des débats politiques et littéraires, n° du 1er mai 1814.
  • 18 Id.
  • 19 Id. Le compte rendu, plus officiel, donné par les Détails (…) donne une version pour le moins diff (...)
  • 20 Beaucoup insistent sur le fait que Louis XVIII ramène avant tout la paix :
    « les foudres de la guer (...)
  • 21 Seul Éole décide de jouer un tour à la cérémonie : « Une brillante illumination devait terminer ce (...)

5À l’issue des panégyriques mutuels, le roi « met le pied sur le sol de France17 » tandis que s’opère la fusion des cortèges, troisième stade de l’entrée royale et condition première de la déambulation dans la cité. Après avoir échangé quelques mots avec un « curé, respectable ecclésiastique, longtemps expatrié pour la plus sainte des causes18 », occasion de couronner la longue lutte des prêtres réfractaires et de manifester la force du lien entre religion et Contre-Révolution, Louis XVIII s’installe dans une calèche découverte afin de s’offrir aux regards de ses sujets, calèche tirée à bras par « seize Calaisiens élégamment habillés19 ». Rien ne manque à la mise en scène classique, des rues sablées aux drapeaux blancs, des messages politiques aux fleurs de lys, des femmes vêtues d’un blanc virginal aux officiers de la Garde nationale en grand uniforme, de la garde d’honneur à cheval au nombreux clergé, du trône installé dans l’église au Te Deum qui fait répandre un flot de larmes, enfin la réception offerte au roi où la bonne chère est accompagnée de poésies et chansons20 tandis que dans la ville ont lieu « d’abondantes distributions de comestibles » pour « la classe indigente21 », afin que bienfaisance rime avec magnificence.

  • 22 L’ancien maire de la ville, son gendre (juge de paix), un propriétaire.
  • 23 Détails (…), op. cit., p. 14-15. La demande est également rapportée par plusieurs journaux.

6Une scène presque similaire se répète dans toutes les villes que le cortège royal traverse avant d’arriver aux portes de Paris le 2 mai. À Calais, la fête aurait pu s’achever ainsi sans la rencontre entre des édiles municipaux soucieux de saisir l’occasion d’intégrer l’événement aux grandes épopées locales et un roi soucieux de marquer à jamais sur le sol français retrouvé le signe de son retour, celui de la victoire finale des forces qu’il a représentées pendant plus de vingt ans. Aussi lorsque trois Calaisiens « recommandables22 » lui demandent la permission de placer sur le port une plaque de bronze avec l’empreinte de son pied et d’ériger vis-à-vis « un monument, simple mais durable23 », le souverain donne bien sûr son accord.

  • 24 La presse parisienne, en avril 1814, regorge d’éloges funèbres de Louis XVI et les graveurs altern (...)
  • 25 Ceux de L. Garneray (exposé au Salon de 1817), de J. Goubaud (conservé au Musée de Versailles), du (...)
  • 26 Comment magnifier un roi obèse, incapable de monter à cheval, à peine plus capable de marcher un c (...)

7Encore fallait-il choisir la forme dudit monument ! En ce bref moment où Louis XVIII s’impose dans l’iconographie avant de laisser la place à son défunt frère et à tous les Bourbons exécutés24, se multiplient les tableaux25, les bustes et les médailles qui évoquent son arrivée à Calais. Il s’agit encore de célébrer le succès final du souverain légitime alors que dans les semaines suivantes triomphe le culte des martyrs et ses chapelles expiatoires, les victimes de la Révolution permettant de noircir le passé pour mieux exalter un présent qui entend dépasser le clivage Révolution/Contre-Révolution avec l’instauration d’un régime tout à la fois patriotique et libéral. Pour se distinguer, les autorités calaisiennes ne pouvaient donc se borner à un monument trop discret, d’autant que la période impériale avait été prolixe en images destinées à glorifier l’empereur. S’il ne s’agissait pas de renouer avec un programme triomphal passé de mode et pour le moins inadapté à la personne de Louis XVIII26, une impérieuse nécessité politique impliquait de contrebalancer le culte de la personne impériale. Aussi le choix est-il arrêté en faveur d’une colonne d’une trentaine de pieds de hauteur.

  • 27 Plusieurs projets pour l’aménagement de la place de la Bastille ont choisi, en 1790, de disposer u (...)
  • 28 Moniteur, n° du 6 octobre 1814.,
  • 29 « Le 24 avril 1814, S.M. Louis XVIII débarqua vis-à-vis de cette colonne et fut enfin rendu à l’am (...)

8L’érection d’une colonne renvoie à de multiples lectures. La première référence est bien entendu antique puisque Grecs comme Romains aimaient à placer une statue de dieu en haut d’une colonne afin de montrer quelle était sa demeure. Un premier exemple avait déjà vu le jour à Calais au xviie siècle avec un buste du cardinal Richelieu placé au sommet d’une colonne érigée dans la citadelle de la ville27. Certes le buste de Louis XVIII n’est finalement pas mis au sommet de la colonne, comme des Calaisiens le réclamaient, mais l’image reste identique puisqu’y sont placés, reliant le ciel et la terre, un globe et une fleur de lys, symboles traditionnels du pouvoir royal28. Le monument, par sa verticalité et par la présence de ces signes, force le regard à s’élever et rappelle que Louis est le roi très chrétien, celui qui vient reconquérir le territoire au catholicisme comme en avaient rêvé tous les combattants de la Contre-Révolution. Par contre, en rupture avec une autre tradition de l’Antiquité remise au goût du jour sous la Révolution, comme en témoignent les divers projets de colonnes sur l’emplacement de la Bastille, le monument érigé sur le port de Calais rejette un triomphe trop ostentatoire. Ici aucune volonté d’imiter la colonne Trajan de Rome, nul bas-relief qui vienne conter les exploits du roi ou des forces qui lui sont restées fidèles. Si la colonne se fait livre grâce à une plaque de bronze qui relate l’événement, le texte en est si laconique29 qu’il atteste davantage un souci de mémoire qu’un souci de triomphe. Par sa verticalité et par sa nudité, la colonne, simple juxtaposition de fûts de pierre, se veut signal à l’instar des obélisques, des pyramides, mais aussi de toutes les montagnes éphémères de l’an II.

9Le signal qui attire le regard, d’autant qu’il fait face à la mer et que les deux nudités se répondent, entend avant tout commémorer. Commémorer le retour du prince légitime, du prince pacifique qui ramène la concorde et rend inutiles pour toujours Contre-Révolution comme Révolution (la colonne est ici gage de pérennité). Commémorer ses vertus car la colonne est l’un des symboles religieux traditionnels de la force spirituelle et de la constance, donc de sa fermeté et de la puissance de ceux qu’il représentait. Enfin commémorer le retour de celui qui, tout en étant le roi dans toute sa majesté, accepte qu’on lui rende un hommage aussi simple et en symbiose avec la nature que ceux offerts par les colonnes dédiées à Jean-Jacques. Il s’agit donc bien de célébrer un roi d’un genre nouveau et non le retour d’un monarque absolu, de fêter celui qui ramène la paix à l’intérieur comme à l’extérieur du territoire national, celui qui illustre le triomphe de l’homme sage et pacifique sur les vertus guerrières défendues par l’imagerie impériale car à l’ère des généraux victorieux a succédé l’ère d’une France désemparée par l’invasion. Le souvenir est également entretenu par une plaque de bronze, placée sur une pierre de bordure du quai où Louis XVIII a débarqué, marquée de l’empreinte de son pied et fleurdelisée. Cette pierre est le seul signe voisin de la colonne là où des dizaines de projets, réalisés ou non pendant les années précédentes, ont eu tendance à privilégier les groupes de statues placées au pied d’un tel monument.

  • 30 Gazette de France n° du 29 avril 1814.
  • 31 A.M. de Calais, D i808-1814, fol. 133.
  • 32 Lettre du maire de Calais (Bénard) au préfet du Pas-de-Calais, datée du 13 août 1818 (Archives dép (...)
  • 33 La souscription a fait l’objet d’une liste insérée dans un recueil aujourd’hui disparu (peut-être (...)

10Sans ces deux plaques de bronze et les multiples fleurs de lys, la colonne pourrait presque apparaître comme une simple réplique d’un autre monument situé à quelques kilomètres de la ville. En effet, dans une forêt voisine de la commune de Guines, le 7 janvier 1785, Blanchard et Jeffries ont posé leur aérostat après avoir réussi la première traversée de la Manche par la voie des airs. Or, à l’endroit même où les deux étranges voyageurs sont descendus de leur vaisseau, les habitants de Guines, pris comme tous les Français par la fièvre des aérostats, ont aussitôt décidé d’ériger une colonne du souvenir, noyée dans la végétation, avec comme seule trace historique concrète un bref texte gravé dans la pierre. Les Calaisiens n’avaient donc pas eu l’honneur de voir le ballon atterrir sur leur territoire, mais, près de trente ans plus tard, l’architecte de la ville, Hobacq, s’empresse de trouver à Guines une source d’inspiration d’autant que les analogies entre les deux événements sont flagrantes : une double traversée de la Manche en ce détroit si resserré que chacun peut observer avec facilité les côtes voisines, deux arrivées avec un caractère presque surnaturel, le premier pied posé hors du vaisseau sur une terre retrouvée, enfin et surtout la décision de célébrer à tout jamais le souvenir de l’événement sur le lieu précis de son déroulement. Aux habitants de Guines qui ont voulu fêter leurs héros répondent ceux de Calais qui entendent faire de l’érection du monument une véritable communion citoyenne (au premier sens du terme). En effet, loin d’imposer à la ville les frais de construction, les notables calaisiens décident de recourir à une méthode destinée à afficher l’unanimité, réelle ou supposée, des habitants : « Le monument sera fait par souscription, mais les seuls habitants de Calais auront l’avantage de souscrire30 ». Le 2 mai 1814, le conseil municipal désigne une commission chargée du projet et fixe le coût probable des travaux à environ 6 000 francs ; « pour que tous les habitants puissent y participer, il a aussi arrêté de fixer le maximum de la souscription à cent francs31 ». Seuls deux non-natifs sont autorisés à apporter leur obole : le duc d’Harré, capitaine des gardes du corps, et le comte de Castéja, sous-préfet de l’arrondissement, qui versent chacun le maximum autorisé de 100 francs. À en croire les autorités municipales, « depuis le dernier artisan jusqu’à l’homme opulent, chacun souscrivit32 ». Chacun ? Ce sont en fait 564 Calaisiens qui donnèrent au total 6 557 francs, soit en moyenne un peu plus de onze francs par personne33. Cette première souscription ouverte pour un monument public sous la Restauration mobilise environ 11 % des adultes calaisiens. À ne s’en tenir qu’à la seule population masculine, sans doute très fortement majoritaire parmi les donateurs, c’est un homme sur quatre qui verse sa contribution. Avec une participation aussi massive, le monument devient ainsi le fait du citoyen et non le fait du prince.

  • 34 Journal des débats politiques et littéraires, n° du 7 septembre 1814. Pour le récit de la cérémoni (...)
  • 35 Dominique Laredo, « Deux exemples de monuments révolutionnaires en province : une colonne de la Li (...)
  • 36 En séance du conseil municipal le 10 mars 1815, on apprend « que Napoléon Bonaparte venait de s’in (...)
  • 37 Albert Vion, Calais et son district pendant la Révolution, Calais, 1964, p. 111.

11La première pierre du monument est posée le 25 août 1814 à l’occasion de « la fête de la Saint-Louis […] redevenue celle de la France34 ». Quelques mois plus tôt, à l’autre extrémité de la France, à Montpellier, une colonne surmontée d’une statue de la Liberté, élevée en 1791 par la Société locale des amis de la Constitution et de l’Égalité, était rasée aux cris de « Vive Louis XVIII35 ». Cet acte de vandalisme eut lieu le 19 avril 1814, soit quelques jours avant le débarquement du roi à Calais. Nul doute que les notables calaisiens durent songer à leur tour qu’un tel sort pouvait arriver à leur colonne lorsqu’ils apprirent que le 1er mars 1815 Napoléon avait posé le pied sur la terre de France36 et lancé une proclamation réclamant que les couleurs proscrites par la Nation soient arrachées et remplacées par les emblèmes tricolores. La ville avait d’ailleurs déjà connu la destruction d’un monument puisque la colonne surmontée du buste de Richelieu avait été renversée et remplacée le 11 novembre 1792 par un arbre de la Liberté37. Au temps de la symbolique voulue se substituait le premier épisode d’une longue période de symbolique refusée.

12Le 10 mars 1815, le Midi paraissant encore bien loin des frontières septentrionales, la municipalité de Calais fait encore assaut de fidélité en adoptant une adresse au roi à propos du tout nouveau monument :

  • 38 A.M. de Calais, D 1814-1824, fol. 15.

« La colonne qui indique le premier pas de votre Majesté sur le sol français, cette colonne sacrée, érigée par notre amour, sera indestructible comme lui. Nous sommes ses fidèles gardiens et elle attestera à la postérité notre éternel dévouement pour nos Rois38 ».

13Les premiers troubles sont-ils le fait de soldats ralliés à l’empereur ou de certains habitants eux-mêmes ? Toujours est-il que les projets originels de vandalisme datent des Cent-Jours comme en témoigne une lettre du comte de Cély, commandant de la place de Calais contraint à la fuite comme le comte de Castéja et d’autres partisans du roi :

  • 39 Lettre datée du 23 mai 1815, adressée au duc de Feltre, publiée par Georges Wiart (« Un document i (...)

« Je suis très aise que l’esprit des habitants soit toujours aussi bon et que par leur fermeté la colonne […] élevée à la place où le Roy y a débarqué soit conservée, cela fera plaisir à sa Majesté 39 ».

  • 40 Le 29 avril 1815, « considérant que cette colonne peut facilement servir pour l’établissement d’un (...)
  • 41 A.M. de Calais, 12 W 36.

14Que ce soit en raison d’une fidélité royaliste marquée ou bien par simple souci de conserver un superbe monument qu’ils ont payé de leurs deniers, les Calaisiens proposent en effet d’utiliser la colonne, dépouillée de ses signes monarchistes trop visibles (la fleur de Lys sommitale), comme un phare40. Si. cela suffit à empêcher l’irréparable, la colonne reste cependant sous la menace d’actes individuels. Le 16 juillet 1815, alors que Napoléon se livre aux Anglais, l’inspecteur des Douanes de Calais met à profit l’emplacement du monument sur le port pour le faire surveiller par ses hommes afin « que personne ne s’approche […] de manière à pouvoir y toucher41 ». Néanmoins, en mars 1816, des dégradations sont commises alors que la colonne est pourtant surveillée par la Garde nationale, ce qui amène soupçons et nouvelles précautions :

  • 42 Lettre du chef de la Légion au maire de Calais, 22 mars 1816 (id.).

« Il me serait bien pénible, Monsieur le Maire, de croire que le tort fait au monument ait eu pour auteur celui des gardes nationaux qui était chargé de veiller à sa conservation. Néanmoins, j’ai ordonné que le choix des hommes destinés à ce poste soit fait avec précaution42 ».

  • 43 A.M. de Calais, D – arrêtés et délibérations (an X – 1825), fol. 93-100. Un tableau de Van der Puy (...)

15Pour lutter contre les nostalgiques de l’empereur, voire de la République, décision est aussitôt prise d’exciter l’émulation royaliste en redonnant à la colonne ses signes politiques apparents. Dans la lutte entre symbolique voulue et symbolique refusée, le 24 avril 1816 est l’occasion d’une offensive des partisans des Bourbons. En ce jour anniversaire du débarquement de Louis XVIII, au cours d’une cérémonie officielle, un cortège se rend « à la colonne, avec la fleur de lys qui doit être replacée au haut de ce monument43 ».

  • 44 Elles seront confiées au musée à sa création en 1837.
  • 45 A.M. de Calais, 12 W 36.
  • 46 Voici ce qu’écrit au maire de Calais un nommé Georget, le 3 mai 1848 : « Citoyen maire, permettez- (...)
  • 47 A.M. de Calais, 12 W 36, lettre de l’ingénieur des Ponts et Chaussées au maire de Calais (6 févrie (...)
  • 48 Le commissaire de police va jusqu’à se livrer à une brève enquête : « J’ai l’honneur de faire conn (...)

16Avec les trois Glorieuses s’ouvre un autre épisode menaçant pour un monument par trop lié aux Bourbons. La plaque de bronze avec l’empreinte du pied royal, celle qui porte l’inscription commémorative et la fleur de lys réinstallée en 1816 sont descellées et déposées à l’hôtel de ville44… La colonne, dépourvue de ses références premières, est ainsi rendue à sa nudité minérale ; elle n’est plus qu’un monument parmi d’autres avec le seul souvenir humain comme justification politique. Ce même souvenir resurgit huit ans plus tard lorsque Pigault de Beaupré, le notable qui avait demandé à Louis XVIII l’autorisation d’ériger un monument, ose réclamer au maire « la remise en place de la plaque qui décorait la base de la colonne du port de Calais ainsi que l’empreinte du premier pas de Louis XVIII sur le sol français45 ». Ce souci du patrimoine n’est guère du goût de tous et la révolution de 1848 voit naître de nouvelles propositions qui suggèrent de raser la colonne par respect des victimes persécutées par les royalistes46. Pourtant, les tensions s’apaisant peu à peu avec la disparition de tout danger crédible de restauration royaliste, la colonne devient un monument presque anodin qui ne déchaîne plus les passions. En 1878, la ville décide de faire exécuter des travaux « pour la restauration de la colonne Louis XVIII et pour l’établissement d’un urinoir le long du mur du Courgain47 », la cohabitation des deux commandes ne semblant guère choquer ! À l’automne 1919, les autorités municipales s’inquiètent pourtant de l’irrespect manifeste des habitants dudit Courgain qui, sans se soucier de la mémoire de Louis XVIII, utilisent la colonne pour faire sécher du linge48

  • 49 Id
  • 50 Id. (9 et 24 février, 11 avril 1933)
  • 51 Id.
  • 52 Id.
  • 53 Ces plaques de bronze ne sont replacées sur la colonne qu’en 1980… il aura donc encore fallu quinz (...)

17Plus d’un siècle après son apparition dans le paysage calaisien, la colonne Louis XVIII est enfin traitée comme un monument historique qu’il convient de respecter au-delà des origines politiques de sa création. Divers articles de presse rapportant qu’elle est menacée de ruine naturelle, alors qu’elle a résisté aux changements de régime, le député-maire décide en 1930 de solliciter son classement au nombre des monuments historiques49. Trois ans plus tard, le conseil municipal émet le vœu que l’empreinte du pied royal et la fleur de lys déposées au musée soient replacées dans leur site originel tandis qu’un arrêté du ministère de l’Éducation, en date du 11 avril 1933, accorde le classement du monument50. Tout concourt à ce que la colonne, politiquement aseptisée, n’étant plus un enjeu crucial entre les partis, soit rendue au calme de la pierre dressée. Et pourtant… en 1938, la plaque de bronze portant l’inscription est arrachée par des « gamins » et doit être déposée à l’hôtel de ville51. Effet des querelles issues du Front populaire ou simples jeux d’enfants (dotés d’une force non négligeable !) ? En tout état de cause, c’est alors l’ensemble de la colonne qui doit être démonté au printemps 1939 afin d’approfondir le mouillage devant le quai où elle se dresse, ce qui offre l’occasion de la restaurer entièrement aux frais du service des Beaux-Arts52 et qui lui permet surtout d’échapper aux bombardements allemands de 1940 qui, visant avant tout le port et la gare de chemin de fer, anéantissent tout le centre historique de Calais. Ce n’est qu’en 1965 qu’elle est à nouveau érigée sur le port, trop loin du quai pour que la royale empreinte ait encore un sens, sans sa fleur de lys annihilée sous les bombes avec une partie des collections du musée, mais avec ses deux plaques de bronze commémoratives53.

  • 54 Il suffit d’observer les collections de cartes postales mises en vente chez les commerçants de Cal (...)
  • 55 Selon la formule de Jean-Clément Martin.
  • 56 Songeons aux cérémonies antagonistes qui se déroulent toujours le 21 janvier place de la Concorde (...)

18A l’enthousiasme des Calaisiens de 1814 qui auraient pu crier « le roi n’était pas mort, vive le roi », aux querelles nées des bouleversements politiques du xixe siècle, répond le silence tombé aujourd’hui sur le monument. À la pierre symbolique du succès des Bourbons, et donc de la Contre-Révolution, répond la pierre rendue à son calme primitif. En déchiffrant l’inscription dans le bronze, les touristes britanniques se contentent de relier le monument aux french wars et ne se soucient guère, en général, de lui consacrer une photographie. Quant aux citoyens de la République, Calaisiens compris, ils se bornent le plus souvent à passer près du port sans marquer un vif intérêt pour cette colonne54. La perte d’acuité des enjeux aidant, le souvenir s’est effacé, de la Révolution comme de la Contre-Révolution. S’il survit dans telle « région-mémoire55 », dans tel lieu précis56, ce souvenir a disparu de nombreux lieux de mémoire dès lors que les considérants idéologiques sont devenus caducs. Point n’est toujours besoin de « décréter l’oubli » l’usure du temps qui passe peut suffire à anéantir les symboles tandis que s’évanouissent des cultures politiques pourtant longtemps transmises de génération en génération. La persistance de la Contre-Révolution, à l’instar de celle de la Révolution, est ainsi un phénomène limité par la crédibilité de son message politique ; tout comme la Contre-Révolution ne naît pas et ne se diffuse pas sans Révolution, le souvenir peut disparaître faute d’enjeux suffisants. Reste alors une sérénité retrouvée pour un monument à l’histoire mouvementée.

Notes

1 Moniteur, n° du 29 et du 30 avril 1814.

2 Selon la formule de Jurgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, 1978.

3 L’incertitude a longtemps régné sur le choix du port qui accueillerait Louis XVIII. Outre sa proximité des côtes anglaises, Calais l’emporte sur son traditionnel rival boulonnais car le port de Boulogne est alors encore trop marqué par les préparatifs guerriers de Napoléon.

4 Ce n’est certes pas un hasard si dès ce mois d’avril 1814 un intense trafic fait revivre le port, avec non seulement la réapparition des passagers traditionnels, mais aussi avec le retour de milliers de prisonniers français et le départ des soldats anglais et russes (cf. Christian Borde, Calais et lamer, 1814-1914), Lille, 1997, p. 38-39.

5 Moniteur, n° du 29 avril 1814.

6 Archives municipales de Calais, D – arrêtés et délibérations (an X – 1825), fol. 93-100 (cote provisoire). Le récit de l’événement a été publié sous le titre donné dans la version manuscrite : Détails relatifs à l’arrivée à Calais de Sa Majesté Louis XVIII, le Dimanche 24 avril 1814, Boulogne -sur-Mer, Le Roy-Berger, 1814.

7 Le préfet du Pas-de-Calais (le « général baron » de La Chaise), le sous-préfet de l’arrondissement (le comte de Castéja), le maire de Calais (Michaud) accompagnés du corps municipal.

8 « Toutes les portes, toutes les croisées sont pavoisées d’un drapeau blanc. La classe indigente rivalise à ce sujet avec la classe aisée. Toute la différence consiste dans le plus ou moins d’ornement du drapeau. » (Gazette de France, n° du 28 avril 1814).

9 « La ville était pleine d’étrangers et de personnes de distinction, venues de la capitale et de provinces, pour faire leur cour au roi de France. », (id., n° du 29 avril 1814).

10 « Vive le roi ! Vive Madame ! Vivent à jamais les Bourbons ! »

11 Moniteur, n° du 29 avril 1814.

12 Henri IV et Daubigné (Théâtre de l’Odéon), Le Souper d’Henri IV (Théâtre des Variétés), L’Entrée d’Henri IV à Paris (Cirque olympique), Les Clefs de Paris (Théâtre du Vaudeville) (Joumal de Paris, n° du 29 avril 1814). Sont également données La Partie de chasse d’Henri IV et Henri IV en voyage, oe qui fait écrire à la Gazene de France : « Le nom d’Henri IV figurait hier sur presque toutes les officines de spectacle. Le peuple se faisait une fête d’aller revoir les traits de ce prince chéri, et d’allerentendre ces mots paternels dont on lui avait fait perdre, depuis quinze ans, l’habitude, mais non le souvenir. » (n° du 4 mai 1814). Dans le Souper d’Henri IV, un paysan dit au roi : « Sire, vous allez rentrer dans une ville où il y a eu bien du hourvari ; les uns ont dit ci, les autres ont dit ça, il y en a même qui ont dit ci et ça ; mais faut tout oublier. » (La Gazette de France rapporte, le 3 mai, que « cette plaisanterie est toujours applaudie à trois reprises ».).

13 Journal de Paris, n° du 29 avril 1814.

14 Moniteur, n° du 29 avril 1814. Loin d’une majesté hiératique, le roi « se fait reconnaître au milieu de la famille royale et de ses serviteurs fidèles : seul il avait ôté son chapeau, et levant les yeux vers le ciel, en portant la main droite sur son cœur, il remerciait ardemment Celui qui règle les destinées des peuples et des rois. » (id.). Le Journal des débats politiques et littéraires abonde dans le même sens en rapportant ses paroles : « après plus de vingt ans d’absence, le Ciel me rend à mes enfants. » (n° du 1er mai 1814). L’insistante référence à la paternité, loin de ne renvoyer qu’à l’image de Louis XII, permet d’évoquer le souvenir de Louis XVI qui aimait à se présenter en bon père et en bon mari.

15 Il est le premier à évoquer « Louis-Stanislas-Xavier sur le trône de Saint-Louis, de Louis XII et de Henri IV » (Détails (…), op. cit., p. 5).

16 Id., p. 5-6

17 Journal des débats politiques et littéraires, n° du 1er mai 1814.

18 Id.

19 Id. Le compte rendu, plus officiel, donné par les Détails (…) donne une version pour le moins différente : « les chevaux sont dételés ; le peuple les remplace » (op. cit., p. 7).

20 Beaucoup insistent sur le fait que Louis XVIII ramène avant tout la paix :
« les foudres de la guerre
Sont éteints pour jamais.
Louis rend à la France
La paix et l’abondance (…)
Guidé par l’Aigle russe,
Le noble et digne fils
Du vaillant Roi de Prusse
Ramène ici les Lys ;
Leur racine sacrée
Dans nos cœurs est restée (…)
Du vaillant Henry quatre
Chérissons les enfants,
Un coeur français doit battre
Pour tous ses descendants ».
Couplets faits et chantés par M. Pipault-Maubaillarcq et les Dames de Calais, au souper de Sa majesté Louis le Désiré, Douai, nd -1814 (Archives départementales du Pas-de-Calais, A 6166).

21 Seul Éole décide de jouer un tour à la cérémonie : « Une brillante illumination devait terminer cette journée mémorable, si un vent trop violent n’en avait presque laissé que l’intention. Néanmoins la joie des habitants de Calais put se manifester malgré les éléments ». (Détails (…), op. cit., p. 12).

22 L’ancien maire de la ville, son gendre (juge de paix), un propriétaire.

23 Détails (…), op. cit., p. 14-15. La demande est également rapportée par plusieurs journaux.

24 La presse parisienne, en avril 1814, regorge d’éloges funèbres de Louis XVI et les graveurs alternent déjà le portrait de Louis XVIII et ceux de Louis XVI, Marie-Antoinette et Louis XVII (cf., à titre d’exemple, le Journal de Paris). Très vite se multiplient les pétitions pour que l’on presse l’exécution du fameux « monument expiatoire » à Paris (cf. Archives nationales, F 21. 582).

25 Ceux de L. Garneray (exposé au Salon de 1817), de J. Goubaud (conservé au Musée de Versailles), du peintre anglais Bird, peintre d’histoire au service du prince Régent qui a accompagné Louis XVIII de Douvres à Calais.

26 Comment magnifier un roi obèse, incapable de monter à cheval, à peine plus capable de marcher un certain temps, exemple vivant de 1’» éclipse du soleil » (selon la formule d’Annie Jourdan) ? Aux gravures de 1792 qui montrent la surprise d’Henri IV découvrant Louis XVI transformé en porc (« Ventre Saint Gris, où est mon fils ? Quoi ! C’est un cochon ? ») répond le sobriquet de « gros cochon » vite attaché à la personne de Louis XVIII (pour la genèse du bestiaire royal, voir Michel VOVELLE, La Révolution française. Images et récit, Paris, 1986, tome 11, p. 70-71).

27 Plusieurs projets pour l’aménagement de la place de la Bastille ont choisi, en 1790, de disposer une statue du roi des Français au sommet de la colonne. Un autre exemple est donné par la colonne élevée en 1794 à Genève, dans la promenade du Bastion national, où Jean -Jacques domine le monument.

28 Moniteur, n° du 6 octobre 1814.,

29 « Le 24 avril 1814, S.M. Louis XVIII débarqua vis-à-vis de cette colonne et fut enfin rendu à l’amour des Français. Pour en perpétuer le souvenir, la ville de Calais a élevé ce monument ».

30 Gazette de France n° du 29 avril 1814.

31 A.M. de Calais, D i808-1814, fol. 133.

32 Lettre du maire de Calais (Bénard) au préfet du Pas-de-Calais, datée du 13 août 1818 (Archives départementales du Pas-de-Calais, T 381).

33 La souscription a fait l’objet d’une liste insérée dans un recueil aujourd’hui disparu (peut-être dans les bombardements de 1940 ?). Les chiffres sont tirés d’une enquête menée sur le sujet par un journaliste et historien local (Marcel Denquin) qui a publié plusieurs articles dans Le Phare de Calaisen 1939.

34 Journal des débats politiques et littéraires, n° du 7 septembre 1814. Pour le récit de la cérémonie, voir A.M. de Calais, D – Arrêtés et délibérations (an X – 1825), fol.93-100.

35 Dominique Laredo, « Deux exemples de monuments révolutionnaires en province : une colonne de la Liberté (1791) et un temple de la Raison (1793) à Montpellier », Les Images de la Révolution française (colloque de Paris, 1985), Paris, 1988, p. 151-155.

36 En séance du conseil municipal le 10 mars 1815, on apprend « que Napoléon Bonaparte venait de s’introduire à main-armée dans le département du Var. » (A.M. de Calais, D 1814 1824, fol.15).

37 Albert Vion, Calais et son district pendant la Révolution, Calais, 1964, p. 111.

38 A.M. de Calais, D 1814-1824, fol. 15.

39 Lettre datée du 23 mai 1815, adressée au duc de Feltre, publiée par Georges Wiart (« Un document inédit relatif à la colonne Louis XVIII »), Bulletin de la Société des Amis du Vieux Calais, n° 25, mars 1966, p. 25-26.

40 Le 29 avril 1815, « considérant que cette colonne peut facilement servir pour l’établissement d’un fanal qui éclairera : l’entrée du port, le chenal, l’intérieur du bassin et les quais ; considérant aussi que rien ne peut s’opposer à la conservation de cet édifice qui ne présente aujourd’hui aucun des attributs de la Royauté ; le Conseil arrête que ladite colonne sera conservée pour y établir un fanal (…) » (A.M. de Calais, D 1814-1824, fol.19). Le 8 août 1818, le préfet du Pas-de-Calais écrit au maire de Calais pour demander « si indépendamment de l’objet de la distinction commémorative, il est ou serait susceptible d’être employé comme phare ou amer ». Le 13 août, le maire répond : « Quant à la dernière question, si ce monument pourrait être employé pour un phare, j’explique peu, je l’avoue, Monsieur le préfet, comment ce projet a pu naître un seul instant, et vous être proposé. À la vérité, il en fut question dans les Cent-Jours, parce que le gouvernement de ce temps, voulait le faire renverser ; alors pour sa conservation, les habitants proposèrent un phare. Mais aujourd’hui, et quand la ville a même le projet d’y faire placer le buste du roi, ce serait altérer le respect dû à ce monument (…) » (AD du Pas-de-Calais, T 381).

41 A.M. de Calais, 12 W 36.

42 Lettre du chef de la Légion au maire de Calais, 22 mars 1816 (id.).

43 A.M. de Calais, D – arrêtés et délibérations (an X – 1825), fol. 93-100. Un tableau de Van der Puyl illustre la célébration (acquise par le Musée de Calais en 1839, cette œuvre a disparu lors des bombardements de 1940).

44 Elles seront confiées au musée à sa création en 1837.

45 A.M. de Calais, 12 W 36.

46 Voici ce qu’écrit au maire de Calais un nommé Georget, le 3 mai 1848 : « Citoyen maire, permettez-moi d’appeler votre attention sur un fait qui me parait blesser, outrager le sentiment national. La colonne du port a été élevée, vous ne l’ignorez pas, par la plus basse adulation pour perpétuer le souvenir du débarquement du roi Louis XVIII, de sanglante mémoire. Ce monument, très insignifiant d’ailleurs, eût dû disparaître en 1830, après la chute de Charles X ; aujourd’hui à plus forte raison doit-il cesser d’exister (…) J’ai en vue seulement de faire cesser une anomalie qui, je le répète, outrage le sentiment national et peut faire douter de la stabilité de la République (…) Au moment où le Gouvernement provisoire décrète qu’un monument sera élevé à la mémoire de l’illustre Maréchal Ney, comment se pourrait-il faire que dans notre ville on conservât des choses qui rappellent le débarquement de son assassin ? Ce serait plus qu’une honte. » (document cité par Marcel Denquin, « À propos de la colonne de Louis XVIII », Bulletin de la Société Historique du Calaisis, avril 1920, p. 14-16).

47 A.M. de Calais, 12 W 36, lettre de l’ingénieur des Ponts et Chaussées au maire de Calais (6 février 1878) et compte rendu de la séance municipale du 20 mars 1878. Le Courgain est le nom donné au quartier portuaire de la ville.

48 Le commissaire de police va jusqu’à se livrer à une brève enquête : « J’ai l’honneur de faire connaître à Monsieur le commissaire central que la surveillance exercée jusqu’à ce jour, au sujet de l’utilisation du monument ce la colonne comme séchoir, n’a pas permis de constater le fait. Cette surveillance sera continue et des interventions officieuses seront faites le cas échéant pour éviter le retour de pareils faits. » (Lettre du commissaire de police, 4 octobre 1919. (id.)).

49 Id

50 Id. (9 et 24 février, 11 avril 1933)

51 Id.

52 Id.

53 Ces plaques de bronze ne sont replacées sur la colonne qu’en 1980… il aura donc encore fallu quinze ans pour que le monument retrouve (presque) son visage originel. La plaque avec l’empreinte de Louis XVIII étant désormais surélevée par rapport au niveau du sol, quiconque se borne à observer la colonne sans se hisser jusqu’à sa base ne voit plus l’indélébile trace de bronze, ce qui ajoute encore à la perte de lisibilité du monument.

54 Il suffit d’observer les collections de cartes postales mises en vente chez les commerçants de Calais pour comprendre à quel point la colonne Louis XVIII est considérée comme un élément mineur du paysage.

55 Selon la formule de Jean-Clément Martin.

56 Songeons aux cérémonies antagonistes qui se déroulent toujours le 21 janvier place de la Concorde ou encore au fait que, en cette fin de millénaire, certains Lyonnais répugnent toujours à traverser la place des Terreaux en son centre, où ont eu lieu des exécutions.

Table des illustrations

Légende Calais. Vue prise à l’entrée de la jetée (gravure d’après Bonington, © Calais, Musée des Beaux-Arts)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16580/img-1.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende Vue du port de Calais (© Musée des Beaux-Arts de Calais)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16580/img-2.png
Fichier image/png, 2,3M

Auteur

Université Paris-1 IHRF

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540