Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Contre-Révolution et État

Révolution et Contre-Révolution pendant le Triennio italien (1796-1799)

Anna Maria Rao

Texte intégral

  • 1 Pour un bilan, je me permets de renvoyer à mon article « L’expérience révolutionnaire italienne », (...)

1Sous le nom de Triennio républicain on désigne les trois années de 1796 à 1799 – presque quatre, en fait – pendant lesquelles, suite à la campagne d’Italie de Napoléon Bonaparte de 1796-1797 et à l’activité conspiratrice et de propagande des patriotes italiens, les territoires de l’Italie furent au fur et à mesure libérés – ou occupés, selon les points de vue – et « républicanisés », comme disaient les contemporains. De Milan (mai 1796) à Naples (janvier 1799) presque toute la péninsule fut couverte de républiques « sœurs1 ».

2L’intervention de l’armée française fut prônée par les patriotes démocrates italiens et par leurs soutien français comme un moyen de démocratisation, et par les modérés comme le moyen de réaliser une « révolution sans révolution », à savoir d’affirmer les principes de 1789 en s’épargnant la violence populaire et en garantissant le respect de l’ordre et des propriétés, comme Bonaparte lui-même le promit à son arrivée à Milan. Mais, loin d’assurer un transition paisible vers l’ordre nouveau, elle souleva un peu partout, au contraire, des résistances, voire des insurrections. L’Italie de 1796-1799 se révèle ainsi comme un observatoire privilégié du rapport entre Révolution et Contre-Révolution.

3Il s’agit d’une période cruciale non seulement de l’histoire d’Italie mais aussi de l’histoire de France, puisque 1799 marqua le moment où la reprise de la Contre-Révolution en France se doubla en Europe des victoires des armées de la coalition et de toute une série de soulèvements anti-français dans les républiques sœurs, qui sembla menacer la survie de la République française elle-même.

  • 2 Corps législatif. Conseil des Cinq-Cents. Opinion de Briot (du Doubs), Sur la situation intérieure (...)

« Voyez dans les malheurs de Naples – s’écriait Pierre-Joseph Briot au Conseil des Cinq-Cents le 29 août face à la terrible réaction des Bourbons à Naples – l’image des malheurs qui vous attendent, si vous ne triomphez de vos ennemis […] Voilà le sort qui est réservé à la France ; celui qui se dira son roi, déclarera aussi qu’il n’a pas voulu traiter avec les rebelles ; et si de telles fureurs ont été exercées dans Naples, après quelques jours de révolution, jugez, Français, combien vos ennemis, combien les royalistes furieux vous feront chèrement payer vos dix années de gloire, de triomphe et de régénération !2 ».

  • 3 Cf. C. Marcandier-Colard, Crimes de sang et scènes capitales. Essai sur l’esthétique romantique de (...)

4Ce fut donc surtout le cas de Naples, où le gouvernement républicain fut renversé par le soulèvement de la population et par l’armée recrutée dans les provinces par le cardinal Ruffo, qui montra le visage d’une Contre-Révolution triomphante et menaçante : une image dramatique, qui fera de la République napolitaine un cas littéraire, un lieu privilégié de l’esthétique romantique du sang au xixe siècle3.

5Dans la réalité, la République de Naples ne fut pas seule, dans l’Italie du Triennio, à être frappée par ces soulèvements, qui, au contraire, éclatèrent un peu partout dès le début de la campagne d’Italie. Mais en 1799, ces mouvements, d’abord circonscrits et occasionnels, assumèrent la forme d’une Contre-Révolution généralisée.

6Les contemporains appelèrent « insorgenze » ces mouvements, et ce terme a fini par désigner toute forme d’opposition violente aux Français et aux républicains. L’historiographie a longtemps interprété ces insurrections comme des conflits sociaux entre riches et pauvres, entre des élites patriotes et des masses populaires attachées à leurs traditions religieuses et à leurs coutumes locales de gouvernement et d’organisation sociale. Les historiens nationalistes et plus récemment les courants idéologiques du catholicisme ultra et d’un séparatisme plutôt raciste que fédéraliste (la Lega dans ses différentes composantes) ont considéré l’» insorgenza » comme l’expression d’un sentiment national du peuple, insurgé pour défendre sa patrie, sa religion et ses traditions contre l’» étranger » et ses lois. Du reste, l’historiographie nationaliste du xixe siècle, frappée surtout par le cas espagnol, avait généralement considéré la période révolutionnaire et napoléonienne en Europe comme le moment de formation et d’explosion des mouvement nationaux, rassemblant sous l’idée de nation toute une série de phénomènes et de mouvements très différents entre eux.

  • 4 Cf. F. Stevens, « La résistance au Directoire dans les départements réunis. La « Guerre des paysan (...)
  • 5 Cf. J.-J. Sheehan, « The German States and the European Revolution » in The Revolution and the mea (...)

7Contre tout schéma simpliste, les études récentes ont mis en relief les motifs multiples et complexes, variables dans l’espace et dans le temps, des insurrections anti-françaises en Europe. C’est le cas, par exemple, de la soit disant « guerre des paysans » dans les départements belges annexés : une guerre qui, loin d’exprimer une opposition générale et unitaire entre villes et campagnes, administrateurs et masses populaires, recouvrait une multiplicité de causes, d’agents (paysans, artisans, marchands) et d’objectifs4. C’est le cas aussi des États allemands, autrefois considérés comme l’exemple le plus éclatant d’un sentiment national stimulé par et contre l’hégémonie française, où, au contraire, l’opposition anti-napoléonienne fut provoquée par des conflits traditionnels que les gouvernements restaurés se dépêchèrent eux-mêmes à réprimer : on était bien loin d’un enthousiasme national qui ne surgirait que plus tard, grâce aux idées et aux institutions de l’opposition politique libérale des années 1830-40. Le résultat le plus important de l’époque révolutionnaire en Allemagne ne fut pas l’origine du nationalisme mais le triomphe final de l’État bureaucratique5.

  • 6 Cf. G.P. Romagnani, « Dalle « Pasque veronesi » ai moti agrari del Piemonte », in Folle controrivo (...)

8Cette affirmation de Sheehan est tout à fait applicable à l’Italie. L’impact des armées françaises fut ici parmi les causes immédiates des insurrections, non pas en tant que présence de l’» étranger », mais plutôt et surtout pour des raisons matérielles et psychologiques. Le poids économique exercé par l’armée se doublait de la peur des soldats que la propagande ecclésiastique dès le début de la guerre avait dépeints comme des « buveurs de sang » sans religion ni respect pour les hommes, les femmes, et les choses. Cet élément joua un rôle important dans le cas des « Pâques véronaises » (avril 1797), dans un territoire investi à plusieurs reprises par les armées française et autrichienne6. Il joua le même rôle partout où l’avancée militaire française fut accompagnée de pillages et de violences que les commandants essayèrent en partie de contrôler, mais qu’ils déchaînèrent aussi par leurs promesses de butin. Ainsi dans le territoire de Capoue, dans le Royaume de Naples, comme le dénonçait le commissaire des guerres Marc-Antoine Jullien écrivant à Championnet en janvier 1799, « les actes d’indiscipline et les pillages » avaient alimenté l’insurrection :

  • 7 « La vérité – poursuivait-il – est que si une discipline sevère eût existé dans l’armée, si on eût (...)

« Je sais que les révoltes des paysans ont justifié, en partie, la conduite de nos soldats ; mais si les soldats pilloient et saccageoient pour venger leurs compagnons d’armes assassinés, les paysans assassinoient pour venger leurs maisons et leurs propriétés pillées et ravagées ; et les massacres et les pillages des uns, toujours motivés par les pillages et les massacres des autres, il devenait impossible de sortir d’un pareil état de désordre et d’anarchie7 ».

  • 8 Cf. M. Vovelle, Théodore Desorgues, ou la Désorganisation, Paris, Seuil, 1985 ; Id., Il triennio r (...)
  • 9 Cf. M. Cattaneo, Gli occhi di Maria sulla rivoluzione. « miracoli » a Roma e nello Stato della Chi (...)
  • 10 Cf. A.M. Rao, « Folle controrivoluzionarie. La questione delle insorgenze italiane », in Folle con (...)

9À Rome, ce fut plutôt la crainte alimentée par la propagande ecclésiastique qui, en février 1798, une semaine seulement après la proclamation de la République romaine, déclencha la révolte des Trasteverins, ces hommes que Théodore Desorgues avait célébrés comme les héritiers du courage des anciens romains8, mais qui donnèrent la preuve de leur « fierté » contre les Français. Ici, la présence militaire n’avait pas encore eu le temps de manifester son poids, mais les Français avaient fait depuis longtemps l’objet d’une campagne très active de la part du clergé, qui avait mis en scène processions et miracles contre l’arrivée de ces « monstres »9. La même peur, en janvier 1799, déclencha une révolte « anti-française » jusqu’en Sicile, où ils n’y avaient pas de Français mais les Bourbons en fuite de Naples, qui se dépêchèrent de la réprimer10.

  • 11 Cf. A. Mattone-P. Sanna, « La « crisi politica » del Regno di Sardegna dalla rivoluzione patriotti (...)

10Mais les révoltes du Triennio ne peuvent pas s’expliquer seulement en termes d’adhésion ou de refus des idées et de la présence françaises. D’autres éléments, de plus longue durée, jouèrent aussi leur part. Dans le Royaume de Sardaigne, les territoires méridionaux d’un Piémont durement frappé par la crise économique et par la guerre furent atteints en juillet 1797 par des émeutes de subsistances où le problème du prix des bleds se greffa sur des mots d’ordres politiques – ou pré-politiques –, voire des instances égalitaires, qui révèlent plus qu’un écho des événements révolutionnaires français. Dans la partie insulaire du même royaume, la résistance victorieuse contre l’expédition française de janvier 1793, bien loin d’être signe de loyalisme à la dynastie des Savoie, prépare l’insurrection antipiémontaise de 1794 et le déclenchement d’un vaste mouvement antiféodal11.

  • 12 Cf. F. Agostini, « L’installation des municipalités républicaines et des gouvernements centraux da (...)
  • 13 Cf. G. Assereto, « I « Viva Maria » nella Repubblica ligure », in Folle controrivoluzionaire, cit.(...)
  • 14 Lettres de Bologne, le 28 mars 1797, Naples, Archivio di Stato, Esteri, 3576.
  • 15 C. Tosi, « Il marchese Albergotti colonnello delle bande aretine del 1799 », in Folle controrivolu (...)

11À côté ou à la place de l’hostilité contre une présence française réelle ou imaginée, les insurrections du Trienno exprimèrent surtout l’explosion fragmentaire d’anciens conflits locaux. Dans la révolte des vallées dépendantes des villes de Bergame et Brescia (printemps 1797), les mots d’ordre ne visaient nullement les Français – bien présents dans le territoire de l’ancienne République oligarchique de Venise – ni des objectifs religieux, mais se dirigeaient surtout contre les nouvelles municipalités républicaines, et en défense de l’ancien gouvernement central de Venise, jugé plus lointain et respectueux des autonomies locales12. Dans la République de Gênes, les vallées se révoltent pour ces mêmes raisons (mai-juin 1797), et le cri de « Viva Maria » – comme la Santa Fede à Naples – est plutôt un signe de reconnaissance et d’identité qu’un sentiment religieux précis13. Dans la Romagne, les révoltés de Lugo (27-28 juin 1797) et des montagnes voisines se dirigent plutôt contre les municipalités de Ferrare et de Bologne que contre les Français. Comme l’écrivait un agent du roi de Naples, ne pas être français ne mettait pas à l’abri des attaques des insurgés de la Romagne, et les Bolognais ou ceux qui avaient un passeport de Bologne étaient « traités pire que les français14 ». De même en Toscane, la révolte des « Viva Maria » d’Arezzo (été 1799) fut accompagnée de la formation d’une sorte de gouvernement autonome du territoire, que le Grand duc de Toscane eut de la peine à remettre sous son contrôle15.

  • 16 Cf. A.M. Rao, « La Repubblica napoletana del 1799 », in Storia del Mezzogiorno diretta da G. Galas (...)
  • 17 M. Caffiero, « Perdono per i giacobini, severità per gli insorgenti : la prima Restaurazione ponti (...)

12Très diversifiée est aussi la situation de la République napolitaine, où, sur le fond d’une crise économique et des subsistances, et d’une crise profonde de l’ancien ordre monarchique et féodal, bien souvent les révoltes sont l’explosion des conflits de pouvoir locaux, ancrés dans les réformes administratives récentes amorcées par les Bourbons16. Jalousies municipales et luttes de factions sont aussi à l’ordre du jour dans l’État de l’Église, et la Restauration n’arrive certes pas à les éteindre17.

  • 18 Mais sur le rôle exercé par le clergé dans la « républicanisation » de l’Italie, en particulier da (...)
  • 19 Cf. C. Tosi, op. cit., p. 252 ; A.M. Rao, « La Calabria nel Settecento », dans Storia della Calabr (...)
  • 20 Cf. E. Gin, Santa Fede e congiura antirepubblicana, Salerno, Adriano Gallina, 1999 ; N. Ronga, Il (...)
  • 21 Cf. J.A. Davis, « The « Santafede » and the crisis of the ancien régime in southern Italy », in So (...)

13Le phénomène de l’» insorgenza » n’est donc pas un phénomène unitaire, mais, au contraire, il est très diversifié dans l’espace et dans le temps. Sa composition sociale ne mène pas non plus à une image unitaire. Si on les appelle des révoltes « populaires », ce dernier vocable doit être expliqué, car c’est d’un « peuple » très varié qu’il s’agit. Dans le territoire de Venise et en Toscane, dans l’État de l’Église et dans le Royame de Naples comme partout, la « spontanéité » des révoltes populaires furent soigneusement orchestrée et dirigée par des nobles et des membres du clergé18, par des fonctionnaires civils et militaires des anciens gouvernements, par des membres des municipalités locales. À Arezzo, c’est le marquis colonel Giovan Battista Albergotti qui dirige l’organisation des insurgés. Dans la République napolitaine c’est Fabrizio Ruffo, cardinal et fonctionnaire de l’État, qui conduit l’armée des bandes sanfédistes recrutées dans les provinces par des seigneurs, des propriétaires, des agents seigneuriaux, des ecclésiastiques, utilisant leurs réseaux de fidélités, de clientèles, de parenté. La noblesse, l’Église, les oligarchies locales, profitent ainsi des bouleversements provoqués par la Révolution française pour négocier un retour à leurs conditions d’ancien régime, contre les réformes entamées par les souverains absolus et leurs efforts de centralisation et de rationalisation de l’appareil administratif19. Dans la ville de Naples, les royalistes organisèrent tout de suite après la proclamation de la Républiques des « sociétés » secrètes qui devaient se tenir prêtes à l’action dès que le moment favorable arriverait. Ils recrutèrent leurs adeptes parmi les couches populaires – artisans, négociants, domestiques, soldats – en leur procurant des armes et de l’argent, et en confièrent la direction à des officiers de l’armée, à des juges de police, à des nobles20. Cette organisation sous des formes militaires fut ensuite sanctionnée par le gouvernement restauré des Bourbons, par l’intégration des bandes de 1799 dans l’armée régulière21. Elle donnera ses fruits encore en 1806, comme le révèlent les rapports du général Berthier :

  • 22 Paris, Archives Nationales, 33 AP 32 B, Papiers du général Berthier, Rapports et pièces historique (...)

« les insurrections des masses et des gens dévoués à l’ancienne reine, qui éclatoient sur tous les points […] avaient une organisation concertée pour couper les communications dans la Terre de Labour entre Terracine et Capoue ; cette masse avait des communications avec la place, et un nommé Fra-Diavolo payait et soulevait les habitants. Dans la Pouille le ci-devant marquis de Rodio, déclaré chef général des masses par l’ancien gouvernement, cherchait à combiner un mouvement général pour tâcher de détruire en détail l’armée française. Dans la Calabre, plusieurs chefs de parti formaient de insurrections et des masses tellement inquiétantes, que la communication avec le 3e Corps d’armée a été longtemps interrompue et que plus de 200 hommes ont péri22 ».

  • 23 Cf. A.M. Rao, « Le strutture militari nel Regno di Napoli durante il decennio francese », in L’Ita (...)

14Il reviendrait justement aux gouvernements de Joseph Bonaparte et de Murat d’intégrer les pouvoirs locaux dans un nouvel État bureaucratique et de créer une armée régulière et professionnelle23.

  • 24 Cf. A.M. Rao, « Il problema della violenza popolare in Italia nell’età rivoluzionaria », in Rivolu (...)
  • 25 Voir à ce propos P. Braud, « La violence politique : Repères et problèmes », in La violence politi (...)
  • 26 Sur lesquels, plus en général, cf. R. Girard, La violence et le sacré, Paris, Bernard Grassé, 1972

15Ceci ne signifie pas, il s’en faut, que l’» insorgenza » fut un phénomène entièrement contrôlé, dirigé, réglementé. Elle fut aussi une explosion de violence qui hantera longtemps les esprits – et la vie politique – des bourgeoisies italiennes, leur rappelant que le « peuple » pouvait être objet de contrôle et d’éducation plutôt que de participation politique24. Cette violence assuma les formes bien connues de la « grande peur » : pillages des maisons des gentilshommes et des riches, assauts des magasins de blés, occupations des domaines féodaux, incendies des archives communales, ondes de panique et de rumeurs, accompagnées du son des cloches. Occupant l’espace laissé vide par l’écroulement des gouvernements d’ancien régime et par la faiblesse des nouveaux, cette violence se donna aussi des formes de légitimation, de reconnaissance et d’identité25, par des miracles manifestant la protection des saints et de la Vierge, et par ces mêmes rituels de sang et de mort que les chroniques se complaisent à enregistrer et à consigner dans la mémoire du xixe siècle, inculcant la terreur du peuple, de son « désordre » et de sa « barbarie26 ».

  • 27 Cf. A.M. Rao, « La Repubblica napoletana del 1799 », cit., p. 77-84 ; Id., « Dal furore della reaz (...)
  • 28 J.A. Davis, « Les sanfédistes dans le Royaume de Naples (1799) : guerre sociale ou guerre civile ? (...)
  • 29 Voir aussi S. Guzzi, Logiche della rivolta rurale. Insurrezioni contro la Repubblica elvetica nel (...)

16Reste que, guerre civile entre des factions en lutte pour le contrôle des pouvoirs locaux plus que guerre sociale entre les « riches et les pauvres », qui se poursuivra au xixe siècle sous la forme du brigandage27, l’» insorgenza » italienne fut l’explosion, sur le fond d’une vaste crise économique, sociale et politique, de mécontentements et de rivalités anciens, aiguisés par les réformes des dernières décennies du xviiie siècle, de conflits locaux entre villes et campagnes, entre communautés, entre groupes de pouvoir locaux, entre mentalités différentes28. Mais tous ces conflits et tous ses antagonismes trouvèrent dans l’affrontement entre Révolution et Contre-Révolution – avec tout son cortège d’oppositions entre innovation et tradition, État-nation et communautés, égalité et privilèges – un moyen puissant de politisation qui, en transférant les conflits d’intérêt sur le terrain politique et idéologique, ouvrait la voie à la politique moderne29. Encore restait-il à trouver d’autres moyens d’affrontement que la violence physique.

Notes

1 Pour un bilan, je me permets de renvoyer à mon article « L’expérience révolutionnaire italienne », in Annales historiques de la Révolution française, n.° 313, 1996, p. 387-407. Tout le numéro est dédié à L’Italie du triennio révolutionnaire 1796-1799.

2 Corps législatif. Conseil des Cinq-Cents. Opinion de Briot (du Doubs), Sur la situation intérieure et extérieure de la République. Séance du 12 fructidor an VII, Paris, Imprimerie Nationale, Fructidor an VII, p. 17.

3 Cf. C. Marcandier-Colard, Crimes de sang et scènes capitales. Essai sur l’esthétique romantique de la violence, Paris, Puf, 1998 ; A.M. Rao, « Dal furore della reazione alle guerre napoleoniche : Le Memorie di Giuseppe de Lorenzo », Introduzione a G. De Lorenzo, Memorie, a cura di Paola Russo, Napoli, Vivarium, 1999, p. XXIV-XXX. Il suffit de rappeler la Sanfelice de Dumas.

4 Cf. F. Stevens, « La résistance au Directoire dans les départements réunis. La « Guerre des paysans » (octobre-novembre 1798) », in La République directoriale, Actes du colloque de Clermont-Ferrand (22, 23 et 24 mai 1997), textes réunis par Ph. Bourdin et B. Gainot, Moulins, Société des Études Robespierristes, Centre d’Histoire des Entreprises et des Communautés, Centre de Recherches Révolutionnaires et Romantiques (Université Blaise-Pascal/Clermont-Ferrand, II), 1998, p. 1025-1045 ; Id., « Engagement et refus politiques dans le département des Deux-Nèthes. L’exemple des municipalités des villes d’Anvers, de Malines, de Lierre et de Turnhout », in Du Directoire au Consulat, 1, Le lien politique local dans la Grande Nation, Table ronde organisée à Valenciennes les 13 et 14 mars 1998, Villeneuve d’Ascq, Centre de Recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, Université Charles de Gaulle- Lille 3, 1999, p. 199-214 ; L. Dhondt, « Le Directoire en Belgique : de la Révolution à la Contre-Révolution », ibid., p. 79-83.

5 Cf. J.-J. Sheehan, « The German States and the European Revolution » in The Revolution and the meanings of freedom in the Nineteenth Century, Edited by Isser Woloch, Stanford, California, Stanford University Press, 1996, p. 247-279.

6 Cf. G.P. Romagnani, « Dalle « Pasque veronesi » ai moti agrari del Piemonte », in Folle controrivoluzionarie. Le insorgenze popolari nell’Italia giacobina e napoleonica, a cura di A.M. Rao, Roma, Carocci, 1999, p. 89-122.

7 « La vérité – poursuivait-il – est que si une discipline sevère eût existé dans l’armée, si on eût respecté les personnes, les propriétés, la religion comme on avoit l’intention, et vous l’aviez solennellement promis dans vos proclamations au peuple napolitain, les agens du ci-devant roi des Deux Siciles n’aurait pas parvenu si aisément à soulever les campagnes et nous n’aurions pas eu deux espèces d’ennemis à combattre et beaucoup de nos camarades, tués isolément, à regretter ». Vincennes, Ministère de la Guerre, Archives Administratives, Dossier Championnet, GD 2/199, Capoue le 1er Pluviose an VII. Sur les insurrections dans la Terre de Labour voir aussi « Le patriotisme et le courage ». La Repubblica napoletana del 1799 nei manoscritti del generale di brigata Antoine Girardon, a cura di G. Segarini e M. P. Critelli, Presentazione di A.M. Rao, Napoli, Vivarium, 2000.

8 Cf. M. Vovelle, Théodore Desorgues, ou la Désorganisation, Paris, Seuil, 1985 ; Id., Il triennio rivoluzionario visto dalla Francia 1796-1799, Napoli, Guida, 1999.

9 Cf. M. Cattaneo, Gli occhi di Maria sulla rivoluzione. « miracoli » a Roma e nello Stato della Chiesa (1796-1797), Roma, Istituto nazionale di studi romani, 1995 ; Id., « L’opposizione popolare al giacobinismo a Roma e nello Stato pontificio », in Folle controrivoluzionarie, cit., p. 255-290 ; Id., « Controrivoluzione e insorgenze », in A. Armando, M. Cattaneo, M.P. Donato, Una rivoluzione difficile. La Repubblica romana del 1798-1799, Pisa-Roma, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 2000, p. 179-242.

10 Cf. A.M. Rao, « Folle controrivoluzionarie. La questione delle insorgenze italiane », in Folle controrivoluzionarie, cit., p. 23.

11 Cf. A. Mattone-P. Sanna, « La « crisi politica » del Regno di Sardegna dalla rivoluzione patriottica ai moti antifeudali (1793-1796) », in Folle controrivoluzionaire, cit., p. 37-70. B. A. Raviola, « Le rivolte del luglio 1797 nel Piemonte meridionale », ibid., p. 123-169 ; Id., « Le rivolte sincrone del luglio 1797 nel Piemonte meridionale », in Quando San Secondo diventó giacobino. Asti e la Repubblica del luglio 1797, Atti del Convegno Asti repubblicana. Bicentenario della repubblica astese : 1797-1997î (Asti, 12-13 dicembre 1997), Introduzione e cura di G. Ricuperati, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1999, p. 245-301 ; M. Broers, « La crisi delle comunità piemontesi tra ancien régime e impero napoleonico », ibid., p. 399-411.

12 Cf. F. Agostini, « L’installation des municipalités républicaines et des gouvernements centraux dans la Terre Ferme vénitienne (1797) », in Annales historiques de la Révolution française, n.° 313, 1998, p. 467-492 ; P. Preto, « Le valli bergamasche e bresciane fra democratizzazione e rivolta antigiacobina », in Folle controrivoluzionaire, cit., p. 71-88 ; 1797 Il punto di svolta. Brescia e la Lombardia veneta, Atti del Convegno in occasione del 200° della Rivoluzione bresciana (Brescia, 23-24 ottobre 1997), a cura di D. Montanari, S. Onger, M. Pegrari, Brescia, Morcelliana, 1999.

13 Cf. G. Assereto, « I « Viva Maria » nella Repubblica ligure », in Folle controrivoluzionaire, cit., p. 171-193.

14 Lettres de Bologne, le 28 mars 1797, Naples, Archivio di Stato, Esteri, 3576.

15 C. Tosi, « Il marchese Albergotti colonnello delle bande aretine del 1799 », in Folle controrivoluzionarie, cit., p. 217-253. G. Turi, Viva Maria. Riforme, rivoluzione e insorgenze in Toscana (1790-1799), Bologna, Il Mulino, 1999 (1re éd. 1969), insiste plutôt sur les raisons économiques des révoltes.

16 Cf. A.M. Rao, « La Repubblica napoletana del 1799 », in Storia del Mezzogiorno diretta da G. Galasso e R. Romeo, vol. IV, Dagli Angioini ai Borboni, Roma, Edizioni del Sole, 1986, p. 469-539, à présent dans A.M. Rao, P. Villani, Napoli 1799-1815. Dalla repubblica alla monarchia amministrativa, Napoli, Edizioni del Sole, s.d. [1995], p. 77-121 ; F.M. Lo Faro, « Terra di Bari tra rivoluzione e controrivoluzione », in Folle controrivoluzionarie, cit., p. 325-348 ; J. A. Davis, « Rivolte popolari e controrivoluzione nel Mezzogiorno continentale », ibid., p. 349-368.

17 M. Caffiero, « Perdono per i giacobini, severità per gli insorgenti : la prima Restaurazione pontificia », op. cit., p. 291-324.

18 Mais sur le rôle exercé par le clergé dans la « républicanisation » de l’Italie, en particulier dans le Royaume de Naples, cf. Il cittadino ecclesiastico. Il clero meridionale nella Repubblica napoletana del 1799, a cura di Pierroberto Scaramella, Napoli, Vivarium, 2000.

19 Cf. C. Tosi, op. cit., p. 252 ; A.M. Rao, « La Calabria nel Settecento », dans Storia della Calabria moderna e contemporanea. Il lungo periodo, a cura di A. Placanica, Roma-Reggio C., Gangemi, 1992, p. 386-403 ; Id., « Pouvoir local et révolution dans l’Italie jacobine et napoléonienne », in Pouvoir local et Révolution. La frontière intérieure, sous la direction de R. Dupuy, Colloque international Rennes 28 septembre-1er octobre 1993, Rennes, Presses Universitaires, 1995, p. 495-507.

20 Cf. E. Gin, Santa Fede e congiura antirepubblicana, Salerno, Adriano Gallina, 1999 ; N. Ronga, Il 1799 in Terra di Lavoro. Una ricerca sui comuni dell’area aversana e sui realisti napoletani, Napoli, Vivarium, 2000.

21 Cf. J.A. Davis, « The « Santafede » and the crisis of the ancien régime in southern Italy », in Society and politics in the Age of the Risorgimento, Essays in honour of Denis Mack Smith, edited by J.A. Davis and P. Ginsborg, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 21-23.

22 Paris, Archives Nationales, 33 AP 32 B, Papiers du général Berthier, Rapports et pièces historiques sur l’occupation et la situation politique du Royaume de Naples 1806-1807, Précis historique des opérations de l’armée française depuis son entrée dans le Royaume de Naples, Situation politique de l’armée et de ses opérations du 1er au 23 juin.

23 Cf. A.M. Rao, « Le strutture militari nel Regno di Napoli durante il decennio francese », in L’Italia nell’età napoleonica, Atti del LVIII Congresso dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano, Milano, 2-5 ottobre 1996, Roma, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 1998, p. 254-298.

24 Cf. A.M. Rao, « Il problema della violenza popolare in Italia nell’età rivoluzionaria », in Rivoluzione francese. La forza delle idee e la forza delle cose, a cura di H. Burstin, Milano, Guerini e Associati, 1990, p. 247-266.

25 Voir à ce propos P. Braud, « La violence politique : Repères et problèmes », in La violence politique dans les démocraties européennes occidentales, sous la direction de P. Braud, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 13-42 ; G. Ranzato, « Ambiguïté de la violence politique : la persécution religieuse durant la guerre civile espagnole (1936-1939) », ibid., p. 99-111.

26 Sur lesquels, plus en général, cf. R. Girard, La violence et le sacré, Paris, Bernard Grassé, 1972.

27 Cf. A.M. Rao, « La Repubblica napoletana del 1799 », cit., p. 77-84 ; Id., « Dal furore della reazione alle guerre napoleoniche », cit., p. VII-XLIX. Pour un autre exemple de « mise en scène » de la violence et de la cruauté dans le monde rural, cf. D. Pécaut, « Réflexions sur la violence en Colombie », in F. Héritier, De la violence, Paris, Ed. Odile Jacob, 1996, p. 223-271.

28 J.A. Davis, « Les sanfédistes dans le Royaume de Naples (1799) : guerre sociale ou guerre civile ? », in Les résistances à la Révolution, Actes du Colloque de Rennes (17-21 septembre 1985), recueillis et présentés par F. Lebrun et R. Dupuy, Paris, Imago, 1987, p. 311-320. Sur la guerre civile, cf. La guerre civile entre Histoire et Mémoire. Textes réunis sous la responsabilité de J.-C.Martin, Nantes, Ouest éditions, 1995.

29 Voir aussi S. Guzzi, Logiche della rivolta rurale. Insurrezioni contro la Repubblica elvetica nel Ticino meridionale (1798-1803), prefazione di G. Levi, Biblioteca dell’» Archivio storico lombardo », Serie seconda, 3, Bologna, Cisalpino Istituto editoriale universitario, 1994.

Auteur

Université Frédéric II - Naples

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540