Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Contre-Révolution et État

Lutte contre la Révolution, impérialisme et balance des pouvoirs : les élites britanniques et la guerre contre la France révolutionnaire

Michael Wagner

Texte intégral

1Après la chute de Robespierre le neuf Thermidor, un professeur de l’université d’Oxford commenta les développements en France avec les mots suivants :

  • 1 William Doyle/Colin Haydon : « Robespierre : after two hundred years », in : Colin Haydon/William (...)

« Glad the infamous Robespierre is gone at last. Gone to hell as sure as he’s born, and Barrere [sic] and all the Tribe of them. I only wish that all the French Convention were gone with’em – Aye, and the French nation too1 ».

2Cette citation exprime en forme acérée le dilemme qui confrontait dans les années 1790 les élites anti-révolutionnaires de la Grande-Bretagne et qui caractérisait la politique française pratiquée par Londres dès 1792/93. Qui était l’adversaire à qui la Grande-Bretagne faisait la guerre ? Était-ce l’État français en tant que tel, ou était-ce les adhérents de la Révolution ? Était-ce seule « the French Convention » ou était-ce « the French nation » ? La guerre que la République française avait déclarée à la Grande-Bretagne le premier février 1793 était-elle la continuation des conflits anglo-français qui, depuis la Glorieuse Révolution en 1688-1689, représentaient une constante des rapports internationaux ? Aussi n’était-elle qu’une nouvelle reprise de la lutte contre le « natural enemy » des Britanniques où il s’agissait de l’équilibre européen, de la suprématie maritime et de conquêtes coloniales ? Ou bien était-il question d’une guerre d’une qualité particulière et inédite où ce n’était point le combat contre la France en tant qu’État qui formait le but central, mais la liquidation de la Révolution comme un phénomène idéologique traversant les frontières.

3Entre le début des hostilités en 1793 et la paix d’Amiens en 1802, le gouvernement et les élites sociales britanniques n’étaient pas capables de choisir clairement un de ces deux points de départ. Ils oscillaient entre une interprétation mettant en relief le caractère traditionnel du conflit et une conception qui comprenait la guerre comme une « war of ideas », comme une action policière internationale de l’Europe entière contre les révolutionnaires français. La majorité écrasante des élites composées de la noblesse et de la haute bourgeoisie de la Grande-Bretagne refusait catégoriquement la Révolution française dès au plus tard 1792 et soutenait au moins par principe la guerre contre la France révolutionnaire. Au point de vue de cet accord, seul le petit groupe de l’opposition whig de la gauche autour de Charles James Fox faisait exception. Fox et ses amis aristocratiques restaient fidèles à la Révolution, refusaient la guerre et préconisaient la conclusion de la paix la plus rapide possible avec la France. Pour eux, la guerre était une machination de la « Crown party » dont le dessein était la suppression de la liberté pas seulement en France, mais aussi sur les îles britanniques. La guerre devait non seulement, de nouveau, imposer l’odieuse monarchie aux Français, mais encore liquider les principes constitutionnels en Grande-Bretagne en faveur de l’influence politique de la cour et de la couronne. Ainsi que le combat des colonies américaines contre les troupes de George III, jadis, la guerre des révolutionnaires français contre les « despotes » européens était pour Fox une partie d’une lutte universelle entre la liberté et la tyrannie dont le résultat était d’une signification décisive pour les conditions intérieures en Grande-Bretagne.

4La grande majorité des élites parlementaires n’était pas prête à épouser cette interprétation. Entre 1791 et 1794, une part considérable des whigs rompit ses relations avec Fox, supportait la politique de guerre pratiquée par le gouvernement et enfin forma une coalition avec William Pitt au cours de l’été 1794. Pour ce groupe autour du duc de Portland qui était fort inspiré par les idées d’Edmund Burke, la lutte contre les révolutionnaires français et leurs sympathisants britanniques était de priorité absolue. On avait des relations nullement dépourvues de méfiance avec le roi, la cour et Pitt. Mais de caractère décisif, aux yeux des whigs Portland, était assurément la nécessité d’une union de toutes les forces conservatrices face au défi révolutionnaire du statu quo. Parmi le groupe autour de Portland se trouvaient donc les avocats les plus déterminés d’une croisade idéologique contre la Révolution comme Edmund Burke l’exigeait de façon inlassable dès 1791. William Windham, un proche ami de Burke et un membre dirigeant du groupement Portland, devint dans la fonction de « Secretary-at-War » au cabinet le propagandiste principal d’une étroite coopération politique et militaire entre le gouvernement britannique et les adversaires de la Révolution à l’intérieur de la France ainsi que dans l’émigration.

5La conception des whigs Portland se traduit bien par une lettre de Portland à Windham datant de l’avril 1794 dans lequel le duc commente le débarquement de troupes britanniques en Martinique avec les mots suivants :

« I suppose long before this the English flag flies every where in that island. Would to God I would see the true French Colours hoisted in Nantes, in St. Malo’s [sic], or any other town in old France… I am sure that neither the capture of Martinico nor of all French possessions on the W. Indies will have any effect here, or do the one hundreth part of the service which the Common Cause would derive from the real French Army in the Vendée. » Pour Burke et ses amis politiques, la guerre était une bataille apocalyptique entre la civilisation et la barbarie, entre « all order and all the anarchy of the world ».

6À leurs yeux, le but principal de la lutte devait être de réprimer la Révolution, d’annuler complètement les changements qui avaient eu lieu dès 1789 et de remettre en valeur « the principles of good order & the first objects of Civil Society » en France. À leurs yeux, on ne devait pas affaiblir la France en ce qui concernait sa position internationale, mais la Grande-Bretagne et ses alliés devraient employer tout moyen nécessaire et agir de toute leur force afin que les forces contre-révolutionnaires en France remportent la victoire et que la monarchie bourbonne ainsi que l’ordre social d’États et de corporations soient restitué « upon its old foundation ». C’était la seule manière de pouvoir éviter que la subversion révolutionnaire ne submergeât l’Europe entière depuis la France et abîmât l’ordre social aristocratique et chrétien. « It is a war to civilize France in order to prevent the rest of Europe from being barbarized » (Edmund Burke).

7Aux yeux des « burkiens », il ne s’agissait alors point de faire la guerre à la France, mais à la Révolution. La Grande-Bretagne était forcée de sceller une alliance étroite avec les Français qui combattaient la Révolution et qui s’employaient à la restitution de structures pré-révolutionnaires. Aux yeux de Burke, la guerre ne serait pas décidée aux Indes occidentales, sur les mers ou sur les champs de bataille de la Belgique, mais en Bretagne et en Vendée où la « vraie » France des « royalistes » et « aristocrates » se battait contre l’hydre jacobine. Burke et ses amis ne se lassaient pas de reprocher au gouvernement Pitt qu’il faisait trop peu pour soutenir les émigrés autour du comte de Provence et les insurgés de Vendée, et ils faisaient grief au pouvoir qu’il ne s’en apercevait point que le but principal de la guerre ne devait pas être le « dismemberment » de la France, c’est-à-dire l’affaiblissement d’un concurrent politique et économique, mais que le but central des efforts de guerre britanniques avait à être « an interference for the purpose of settling the Internal Government [of France] ».

8Les « burkiens » ne réussirent pas à faire s’engager le gouvernement dans cette voie. Même l’adhésion de Windham et de Portland au gouvernement en 1794 ne changea rien quant au fait que des éléments centraux de leur conception – la reconnaissance du comte de Provence comme régent et roi de France, la priorité du soutien britannique des royalistes de la France de l’Ouest – ne furent pas adoptés par le cabinet. En plus, depuis la fin de l’an 1795, le gouvernement se montra temporairement disposé à négocier avec la « république des régicides » et à faire la paix avec la France. Burke et ses amis étaient épouvantés de ce développement. Le dernier écrit de Burke, les « Letters on a Regicide peace » de 1796/97, était un pur règlement de comptes avec la politique de Pitt envers la France révolutionnaire. Burke tâchait de faire entrer dans les têtes de ses lecteurs que la France représentait, et à l’égard de l’idéologie, et au point de vue de la politique extérieure, une puissance avec laquelle les vieux États européens ne pouvaient coexister : « …this new system of robbery in France… cannot be rendered safe by any art ;… it MUST be destroyed, or… it will destroy all Europe…. » À ce qu’il pensait, le gouvernement n’avait pas reconnu cela, mais faisait une « guerre normale » traditionnelle à la France au lieu de combattre la Révolution en union avec les royalistes en général et les insurgés en Vendée et Bretagne en particulier.

« We are probably the only nation who have declined to act against an enemy, when it might have been done in his own country ; and who having an armed, a powerful, and a long victorious ally in that country, declined all effectual co-operation, and suffered him to perish for want of support. »

9Une conclusion de la paix avec la France révolutionnaire, « the focus of illegality, irreligion, and desperate enterprise », signifiait aux yeux de Burke l’abandon de l’équilibre européen ainsi que les préparatifs d’un embobelinage qui donnerait aussi de l’essor aux forces subversives en Grande-Bretagne elle-même. Pour Burke, la France était et resterait le centre d’une révolution totale anti-aristocratique, un exemple inspirant pour toutes les groupes révolutionnaires en Europe et ainsi également un danger de mort pour la Grande-Bretagne.

« …I have often said, that I should dread more from one or two maritime provinces in France in which the spirit and the principles of that Revolution were established, than from all French monarchy, possessed of all that its tradition ever aspired to. »

10La politique française pratiquée par la Grande-Bretagne n’était point déterminée par les « burkiens », mais par le Premier Ministre Pitt, son secrétaire d’État aux Affaires étrangères Lord Grenville et Henry Dundas, jusqu’en 1794 ministre de l’Intérieur et des colonies et après ministre de la Guerre. Pitt, Grenville et Dundas étaient au plus tard dès 1792 des adversaires déterminés de la France. Ils combattaient également les groupements en Grande-Bretagne et Irlande qui sympathisaient avec la Révolution et s’employaient à la démocratisation du système politique oligarchique. Autrement que chez Burke et ses amis, l’image de la France du triumvirat était en effet fort marquée par des catégories traditionnelles. Pour Pitt, Grenville et Dundas l’adversaire n’était pas seulement et même pas en première ligne la Révolution en elle-même, mais la France comme État et concurrent de la Grande-Bretagne en ce qui concernait la politique internationale et l’économie.

11Henry Dundas personnifiait le côté colonial et maritime de cette conception. Dundas, empli de méfiance, s’abstenait d’un engagement de troupes britanniques sur la terre ferme française comme soutien des insurgés en Vendée et Bretagne. Il plaidait bien plus pour le projet de concentrer le potentiel militaire de la Grande-Bretagne afin de détruire le commerce colonial français et de conquérir les colonies françaises. Entre 1793 et 1795, Dundas organisa plusieurs grandes expéditions visant à l’occupation des îles sucrières dans les Caraïbes. Après 1795, il étendait considérablement ses objectifs de guerre en préconisant la conquête de colonies espagnoles et néerlandaises ainsi que l’ouverture de l’Amérique du sud, par force, pour le commerce britannique.

12Deux lettres datant de l’an 1799 élucident le point de départ du ministre de la guerre et montrent dans quelle mesure il était éloigné des idées de Burke. Bien sûr, il souhaitait la restitution de la royauté en France, comme il l’exprima en août 1799, mais la France resterait de même sous un gouvernement monarchique toujours « the natural enemy » de la Grande-Bretagne. Pour cela, l’Angleterre devrait profiter de chaque occasion qui se présentait pour affaiblir la France et assurer que la Grande-Bretagne fut et restât « the paramount commercial and naval power of the World ». En novembre 1799, Dundas rejeta résolument l’idée que l’on pourrait rendre à la France une partie des colonies conquises par les Britanniques en cas d’une restauration des Bourbons. D’après le ministre de la Guerre, la restitution en soi désirable d’une constitution monarchique ne devait pas être à la charge de la « future greatness » de la Grande-Bretagne. La préservation des intérêts britanniques, selon Dundas établis en premier lieu dans le domaine maritime et colonial, pour lui prenaient une place prédominante avant la lutte contre la Révolution.

13La position du secrétaire d’État aux Affaires étrangères britannique envers la France était plus compliquée et en outre changeait au cours des années. Pour Lord Grenville, il s’agissait surtout de réfréner l’expansion de la force française sur le continent, de protéger la Hollande, d’expulser les Français des Pays-Bas autrichiens et de refouler la France à ses frontières pré-révolutionnaires. Le moyen le plus important pour l’achèvement de ces desseins était pour lui la formation d’une coalition la plus globale possible des puissances européennes. Les royalistes français dont il préconisait en principe le soutien avaient dans cette perspective la fonction de troupes auxiliaires à condition qu’ils se soumissent aux exigences des Britanniques. En plus, Grenville n’était d’abord pas convaincu qu’il était possible et raisonnable de restituer au total les conditions pré-révolutionnaires en France, « all the ancient uncertainties ». Selon le secrétaire d’État aux Affaires étrangères, après la répression de la Révolution, la France devrait avoir une nouvelle constitution dont la réalisation nécessiterait bien inévitablement le concours d’une « deliberative Assembly ». À la différence de Burke et Windham, aux yeux de Grenville, ce n’étaient pas exclusivement les ultras contre-révolutionnaires autour des frères de Louis XVI qui représentaient des partenaires potentiels des Britanniques, mais « tous les gens bien pensants ». Pour Grenville, il s’agissait de gagner « the reasoning and moderate Part » des Français à la cause des alliés. Pour cela, dans une déclaration des objectifs de guerre, publiée par le gouvernement britannique en octobre 1793, se trouvaient aussi des mots approbateurs au sujet des buts réformistes poursuivis pendant les premières années de la Révolution, et on exprima des regrets du fait que ces « salutary views » avaient été la victime de l’anarchie jacobine.

14Dans la deuxième moitié des années 90, la position de Grenville s’approcha d’un pas de celle de Burke. En 1796/97, il se montra défavorable aux négociations de paix avec le Directoire que Pitt avait entamées. En 1799, il plaida pour une stratégie des alliés qui soulignait bien plus fortement qu’en 1793 la dimension idéologique et côtoyait la guerre d’extermination contre-révolutionnaire propagée par Burke. En dépit de tous les changements qui avaient eu lieu dès 1794, la France était aux yeux de Grenville toujours un État déterminé par l’idéologie jacobine sur lequel les révolutionnaires « in every other part of Europe » portaient leurs espérances. Cela ne changerait pas, « till the very principle itself be attacked and subdued in its citadel at Paris. » Maintenant, Grenville se prononçait plus net qu’auparavant pour la restitution de la monarchie bourbonne et une étroite coopération militaire avec les royalistes. Il est vrai qu’aussi à ce moment les différences entre lui et Burke restaient clairement visibles : Grenville rejetait tout rôle politique original des princes émigrés et de leurs adhérents français, et il n’assignait aux contre-révolutionnaires de l’intérieur de la France qu’une moindre importance, également à l’égard militaire. Comme en 1793/94, encore à ce moment les armées régulières des puissances coalisées devaient asséner le coup décisif à la France.

15Pendant les dernières années, la recherche historique a documenté l’ampleur de la coopération dans le domaine de la politique, du militaire et du service secret entre le gouvernement britannique et les adversaires français de la Révolution. À la fin de l’année 1793, Londres essaya d’envoyer un corps expéditionnaire en Vendée. Au cours de l’été 1795, l’emploi d’assez vastes corps de troupe réguliers dans la France de l’ouest fut envisagé à la suite de l’expédition de Quiberon. Les insurgés en Vendée et les chouans eurent une ample aide matériel des Britanniques. En 1796/97, le service secret britannique s’efforça de renverser le Directoire en union avec l’opposition parlementaire conservatrice et royaliste. La coopération avec les royalistes français dans le domaine du service secret était, en tout, bien plus ample et étroite qu’on supposait longtemps.

16Cependant, on ne devrait pas surestimer le côté contre-révolutionnaire de la politique française de Londres. Malgré des pas individuels dans cette direction, le gouvernement Pitt n’a jamais fait la guerre d’extermination totale et contre-révolutionnaire à la France que les « burkiens » propageaient. La coopération avec les royalistes français n’était qu’un élément d’une stratégie dans laquelle il ne s’agissait pas seulement et souvent même pas en première ligne de la lutte contre la Révolution en elle-même, mais de l’affaiblissement du rival français. Saint-Domingue et Bruxelles étaient presque toujours plus importants pour la politique britannique que la Vendée et Paris. Ordinairement, les royalistes français n’étaient pour les Britanniques que des troupes auxiliaires et non pas les partenaires privilégiés sans lesquels une victoire sur la Révolution ne serait pas possible. La politique française de la Grande-Bretagne n’était, en tout, pas « burkienne », mais une « politique réaliste » en premier lieu orientée selon les intérêts d’une grande puissance où la crainte de l’irradiation idéologique de la Révolution n’était point l’élément déterminant, mais seulement un facteur – temporairement tout à fait important – à côté d’autres.

17Cette impression est aussi confirmée par un regard sur les nombreux pamphlets et traités qui – partiellement inspirés directement du gouvernement – défendaient en public la politique française pratiquée par Pitt. Quant à l’exposition des causes de guerre, à la vérité beaucoup de ces publications soutenaient une ligne entièrement « burkienne ». 299 de 426 écrits renonçaient à l’image traditionnelle de l’ennemi et argumentaient que la cause et la légitimation de la guerre se trouvaient dans la menace pour la Grande-Bretagne de la subversion révolutionnaire. En ce qui concerne la formulation des objectifs de guerre auxquels on devrait tendre, le journalisme gouvernemental était assurément bien moins « burkien ». Certes, 101 titres plaidaient explicitement pour la restauration d’une constitution monarchique, mais seulement 19 d’entre eux exigeaient, ainsi que Burke, la restitution de l’Ancien Régime, tandis que, du moins, 17 préconisaient la restauration de la constitution de 1791 et 56 se limitaient à demander l’établissement d’un système monarchique non spécifié dans les détails. La distance aux positions des « burkiens » devient encore plus distincte quand on tient compte du fait que seulement deux des écrits qui avaient été commandés par le gouvernement se déclaraient pour la restauration des conditions pré-révolutionnaires en France.

18Pourquoi le programme d’Edmund Burke d’une guerre d’extermination ne trouva-t-il pas l’approbation qu’il espérait ? Trois raisons surtout expliquent l’échec de Burke :

  • Depuis le tournant de la guerre en Vendée en faveur de la République au cours de l’automne 1793, la conception de Burke n’était pas exécutable dans le domaine militaire ou bien, au moins, pleine de risques tellement considérables qu’aucun des politiciens et militaires britanniques ne voulait parrainer la grande invasion de la France de l’ouest que Burke demandait.
  • Burke exigeait de la politique étrangère la rupture radicale d’une tradition qui avait marqué, depuis plus de cent ans, la politique française pratiquée par Londres et dont la supposition fondamentale que la France était le « natural enemy » de l’Angleterre, ce qui continuait à déterminer l’horizon de pensée des élites britanniques.
  • Sans aucun doute, la Grande-Bretagne était un État d’Ancien Régime, marqué de l’aristocratie, pour lequel les idées révolutionnaires représentaient un défi existentiel. Pour cette raison, on peut facilement saisir que les adhérents les plus déterminés d’une croisade contre-révolutionnaire se trouvaient parmi les whigs, et étaient donc des membres du parti qui était le plus marqué par l’aristocratie à l’égard du cadre social comme idéologique. Mais la Grande-Bretagne était également un État de commerce avec des intérêts globaux économiques et stratégiques et une classe dirigeante qui s’identifiait entièrement à ces intérêts. À cause de cela, pour cette classe dirigeante, il était enfin bien plus commode d’envoyer des dizaines de milliers de soldats dans les Caraïbes afin de conquérir les îles sucrières françaises que d’intervenir en Bretagne avec d’assez grands corps de troupe en apportant un soutien aux chouans. Les traditions des « British interests » étaient enfin toujours plus fortes que l’universalisme contre-révolutionnaire d’Edmund Burke et de ses amis.

Notes

1 William Doyle/Colin Haydon : « Robespierre : after two hundred years », in : Colin Haydon/William Doyle (éds.) : Robespierre. Cambridge 1999, p. 9. Les autres citations de cette contribution sont tirées de l’étude suivante : Michael Wagner : England und die französische Gegenrevolution 1789-1802. München 1994. On trouve des informations supplémentaires dans Jennifer Mori : William Pitt and the French Revolution, 1785-1795. Edinburgh 1997 et Emma Vincent Macleod : A war of ideas. British attitudes to the war against. France 1792-1802. Aldershot 1998. L’auteur remercie Monsieur Jerôme Höfer (Wetzlar) pour la traduction de cette contribution.

Auteur

Université de Giessen

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540