Version classiqueVersion mobile

Augustin Thierry

 | 
Aude Déruelle
, 
Yann Potin

Conclusion

Aude Déruelle

Texte intégral

  • 1 Voir les écrits de François-Xavier Garneau (1809-1866), autodidacte comme Augustin Thierry, dont il (...)

1Connu des historiens et des spécialistes du xixe siècle, et, paradoxalement, surtout à l’étranger, comme au Canada par exemple où ses idées sur la nécessité d’une histoire nationale, fût-elle des vaincus, ont trouvé un écho important1, Augustin Thierry reste méconnu du grand public en France. Malgré ses réflexions séminales sur la nécessité de réformer l’histoire après la Révolution, malgré ses visions du haut Moyen Âge qui ont contribué à modéliser nos représentations de cette époque, et son rôle dans la politique patrimoniale mise en place par le gouvernement de Juillet, il demeure une figure évanescente de notre mémoire, ce dont témoigne symboliquement La Semaine Sainte (1958) d’Aragon, où le jeune Augustin Thierry traverse, en passant, la fiction romanesque.

2Les études réunies ici auront permis de mettre en valeur le parcours intellectuel d’un historien autodidacte. En raison de sa double formation – filiation spirituelle avec Saint-Simon, implication dans le milieu journalistique libéral – il a développé une pensée historique qui a marqué la période de la Restauration (Lettres sur l’histoire de France, Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands). Mais, frappé de cécité et d’impotence, il reste en retrait tant de la sphère politique, alors que ses confrères historiens accèdent au pouvoir après 1830, que des renouveaux historiographiques, qui s’élaborent ailleurs, sous les plumes de Michelet et de Quinet notamment. La cécité modifie tout particulièrement son rapport aux sources, tendu entre des nécessités contraires. Il reprend tout d’abord ses premiers travaux, en une anthologie anthume (Dix ans d’études historiques) qui résonne comme un adieu à Clio tant personnel que générationnel ; puis il rédige une œuvre, les Récits des temps mérovingiens, où l’érudition le cède à une poétique narrative moins pittoresque qu’originale dans son dispositif, qu’il fait précéder d’une vaste réflexion métahistorique sur les histoires de France depuis le xvie siècle (Considérations sur l’histoire de France). Contrairement à ces deux œuvres qui n’exigent pas une plongée dans les sources, le projet ministériel, titanesque et inachevé, d’une collection des documents du tiers état l’oblige à déléguer des recherches de manuscrits qu’il ne peut accomplir lui-même, et peut-être difficilement superviser, mais auxquelles il donne en préface un essai qui, paru peu avant sa mort (Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers État), devait connaître une grande postérité idéologique notamment grâce à Karl Marx et Friedrich Engels.

  • 2 Dix ans d’études historiques, p. xv.
  • 3 Le projet ArchAT (2018-2020), financé par la Région Centre Val de Loire, a vocation à numériser ces (...)

3Si le présent volume, par ses approches interdisciplinaires, permet la redécouverte de cet historien qui a planté « le drapeau de la réforme historique2 » en France, il invite également à prolonger la réflexion : de nombreux travaux restent à mener sur la pensée et l’écriture de l’histoire d’Augustin Thierry. On l’associe prioritairement à la configuration et la transmission d’un imaginaire médiéval : encore faut-il distinguer entre le Moyen Âge des luttes politiques (Lettres sur l’histoire de France) et celui des mœurs pittoresques (Récits des temps mérovingiens). Les études menées jusqu’à présent se sont surtout focalisées sur la question de la conquête, sur les problématiques des luttes raciales et sociales. Mais d’autres objets restent à redécouvrir, et d’autres perspectives sont encore à approfondir, voire à inaugurer : sa réflexion sur le métier d’historien, menée de manière tout à fait originale dans Dix ans d’études historiques ; son vaste panorama critique des différentes histoires de France, dans les Considérations et qui font de lui, à plus d’un titre, l’inventeur du genre historiographique ; sa conception du récit, qu’il conviendrait de différencier de celle, contemporaine, de Barante ; son intérêt enfin pour une histoire des provinces, dont l’origine est le refus d’une unité historique qui serait en somme poétique et idéologique (« à moins d’être varié, l’on n’est point vrai »), mais ne rendrait aucunement justice aux différences de ce que l’on nomme aujourd’hui les territoires. Ces réflexions passeront avec profit par un travail sur les archives conservées notamment à Blois, fonds passionnant sur la méthode et l’écriture de l’Homère de l’histoire3.

Notes

1 Voir les écrits de François-Xavier Garneau (1809-1866), autodidacte comme Augustin Thierry, dont il se réclame. Il est l’auteur d’une Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à nos jours (1845) qui a contribué à forger l’identité nationale de ce pays.

2 Dix ans d’études historiques, p. xv.

3 Le projet ArchAT (2018-2020), financé par la Région Centre Val de Loire, a vocation à numériser ces archives.

Auteur

Professeur de littérature du xixe siècle à l’université d’Orléans. Ses travaux portent le roman du xixe siècle, sur l’écriture et les représentations de l’histoire. Elle a édité les Lettres sur l’histoire de France d’Augustin Thierry (Classiques Garnier, 2012) et codirigé Les Romans de la Révolution (Armand Colin, 2014, avec Jean-Marie Roulin).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search