Version classiqueVersion mobile

Augustin Thierry

 | 
Aude Déruelle
, 
Yann Potin

Sixième partie. Du côté D’amédée

Amédée Thierry : le préfet de la famille

Pierre Allorant

Texte intégral

  • 1 Henry Pierre, Histoire des préfets, Paris, Nouvelles éditions latines, 1950, p. 150.
  • 2 Ribot Alexandre, « Eugène Boucher », Bulletin de l’association amicale des secrétaires et anciens s (...)

« La réputation d’écrivain du préfet Amédée Thierry était éclipsée par celle de son frère, le célèbre Augustin. Tous deux habitèrent la préfecture de Vesoul comme le rappelle une plaque commémorative1. »
« [Nous avions] un culte particulier pour Augustin Thierry. […] Il se nourrissait de l’histoire, non seulement comme d’une philosophie de l’humanité, mais encore comme d’une préparation nécessaire à la politique qui a été le rêve de [notre] jeunesse2. »

  • 3 Sartre Jean-Paul, L’Idiot de la famille : Gustave Flaubert de 1821 à 1857, Paris, Gallimard, 1971-1 (...)
  • 4 Né à Blois le 15 thermidor an V (2 août 1797), mort à Paris (6e), le 26 mars 1873. Préfet de la Hau (...)

1Comment passer de l’écriture du récit historique à l’action politique ou administrative ? Se confronter ainsi à la réalité a-t-il été un moyen pour Amédée Thierry, l’éternel cadet, de sortir enfin de l’ombre de son frère ? Sartre, entre fascination et répulsion envers le désengagement politique de Gustave Flaubert, au profit de « l’art pour l’art », a consacré près de mille pages à L’Idiot de la famille, frère du docteur Achille Flaubert, médecin-chef à l’Hôtel-Dieu de Rouen comme son homonyme de père3. L’étude sera ici plus brève pour évoquer le parcours singulier, entre l’Histoire et l’administration, d’un professeur devenu préfet orléaniste, et qui, passé d’Ausone à Haute-Saône, voulut voir Vesoul et prendre, à la belle saison, les eaux à Luxeuil avant de goûter les ors du Conseil d’État, du Sénat impérial et de l’Institut4.

2Amédée Thierry est tombé dans l’oubli, en dépit de l’effort louable et chantant de Fernandel pour l’aider à se faire, à titre posthume, un prénom. Toutefois, la vie d’Amédée Thierry est loin de ressembler à l’Aventure d’une âme en peine, ouvrage que son fils Augustin-Gilbert publie en 1875. S’il est second, Amédée Thierry a la satisfaction de « courir l’un des premiers sur la pente du siècle » selon le mot de Chateaubriand, et d’être salué comme l’« une des plus plaisantes personnalités du monde intellectuel de l’époque ».

3Alors que le raidissement ultra du gouvernement de la Restauration, à la suite de l’assassinat du duc de Berry, conduit les frères Thierry à transférer leur énergie de la sphère politique, bouchée aux libéraux, à l’étude historique, après la tentation carbonaro de 1821, la révolution de Juillet permet tout à l’inverse à Amédée Thierry de se consacrer à sa mission préfectorale de 1830 à 1838, au détriment de sa production scientifique, ce qui semble confirmer que double vote et violation de la Charte vaudraient mieux pour le progrès de la science historique que le régime constitutionnel.

Tu entreras dans la carrière

  • 5 Le Clère Bernard, Louis Chicoilet de Corbigny (1771-1811), préfet de Loir-et-Cher. Recherche sur l’ (...)
  • 6 Allorant Pierre, « La réforme territoriale vue à travers les observations d’un ancien préfet et dép (...)
  • 7 Allorant Pierre, Le corps préfectoral et les municipalités dans les départements de la Loire moyenn (...)
  • 8 Lettres sur l’histoire de France (1827).
  • 9 « Il me parut que l’affranchissement des communes était tout autre chose […] ; que c’était une véri (...)

4Naître à Blois sous le Directoire est loin d’être une malédiction, particulièrement dans la famille lettrée du bibliothécaire municipal, nécessairement en relation professionnelle et amicale avec les édiles du chef-lieu, voire avec les administrateurs du département. Au moment de la naissance des deux frères Thierry, le Loir-et-Cher, issu du démembrement de l’Orléanais et de la victoire des notables blésois sur leurs concurrents de Montargis, est tenu par un exécutif collégial, un directoire délégué par les conseillers généraux. Mais, dans leur enfance et durant leur jeunesse ligérienne, plusieurs préfets impériaux ont pu inspirer Amédée dans sa vocation préfectorale, puis dans sa pratique administrative, modèle ou repoussoir : Corbigny, auteur d’une hagiographie de Bonaparte, est déjà un préfet sachant écrire, raconter l’histoire tout en plaisant aux puissants, et qui sait aussi s’imposer à ses conseillers de préfecture absentéistes, plus attachés à leurs vignes qu’au contentieux administratif, tout en réclamant un pouvoir de contreseing sur tous les actes du préfet5 ! Le contre-modèle est aisément fourni par le tartuffe Bacot de Romand, préfet ultra, bigot et bigame, qui mute le trésorier-payeur pour mieux garder son épouse en guise de maîtresse6 ; enfin, l’indéboulonnable comte de Lezay-Marnésia, présent durant vingt ans à Blois, intéresse forcément Amédée Thierry : lui aussi a un frère plus brillant et connu que lui, préfet à Strasbourg, et cet administrateur retors argue de sa cécité pour obtenir en 1835 la pairie, tout en conservant sa place jusqu’en 1848. En outre, sa destitution par Corbière en 1822, puis son opportune condamnation des ordonnances de Charles X en 1830 lui servent de brevet de libéralisme, sésame pour survivre d’un régime, l’autre, jusqu’à la sinécure du Sénat impérial, comme Amédée7. Outre les préfets de Loir-et-Cher, les frères Thierry côtoient Charles de Rémusat, Barante et d’excellents connaisseurs du corps préfectoral tels que Guizot, ancien directeur de l’administration départementale et ministre de l’Intérieur qui nomme Amédée préfet à Vesoul, Thiers, son contemporain de 1797, qui l’y maintient. Comment ces fréquentations, et au premier d’entre elles l’expérience préfectorale de son frère, ont pu influencer Augustin Thierry dans sa perception de l’histoire administrative et politique, singulièrement sur la question municipale8, dont la tutelle constitue la mission de base des préfets, axe central de la réflexion d’Augustin Thierry qui l’évoque dans sa préface autobiographique à Dix ans d’études historiques9, « Histoire de ma vie et de mes travaux » ?

  • 10 « Mignet, l’historien idéaliste de la nouvelle école, doué d’un admirable talent pour la généralisa (...)
  • 11 Mignet François-Auguste-Alexis, Nouveaux éloges historiques, « Amédée Thierry », notice lue dans la (...)
  • 12 Joseph Victor Aubernon, né le 28 novembre 1783, préfet de l’Hérault en janvier 1814, de Tarn-et-Gar (...)
  • 13 Martineau Henri, Le Cœur de Stendhal. Histoire de sa vie et de ses sentiments, 2 vol., Paris, Albin (...)
  • 14 « Mon frère, Amédée Thierry, achevait alors son Histoire des Gaulois, un de ces ouvrages d’éruditio (...)
  • 15 Mauviel Maurice, « Métissage biologique et métissage culturel », Métissages. Littérature-Histoire, (...)

5Ainsi que le relève Mignet, ami des frères Thierry et leur compagnon de route dans l’entreprise de rénovation de l’histoire de France10, ils avaient, « chacun dans son genre, quoiqu’à un degré peut-être inégal, cette habileté de composition qui, par le mérite soutenu de l’ensemble, ajoute au vif intérêt des détails, et par le soin donné à la forme des œuvres en assure la durée. Augustin fut l’inspirateur d’Amédée et resta son modèle11 ». Mais c’est pour corriger bien vite : « Comment Amédée Thierry entra-t-il dans les voies historiques où il suivit de si près son frère Augustin, qu’il devait encore plus égaler qu’imiter ? » À la manière d’un héros balzacien et de tous les enfants du siècle, Amédée quitte son collège et sa province blésoise pour Paris où « le travail peut trouver des facilités, l’esprit des applaudissements, le talent se faire jour, le mérite prendre sa place ». Sa modeste entrée dans la vie prend la forme classique, très Julien Sorel, d’une place de précepteur dans la famille Talleyrand et de la publication d’articles dans la Revue Encyclopédique, la Revue française et le Globe grâce à la protection de Guizot. L’amitié du directeur de l’administration départementale et communale lui vaut également l’emploi obscur de rédacteur au ministère de la Marine en 1820, prétexte à la publication d’un Résumé de l’Histoire de la Guyenne opportunément porté par la renaissance du goût de l’histoire et la vogue pour les provinces de l’ancienne France en 1825, moment prélude au débat sur la restauration des libertés locales. Amédée Thierry fréquente également à Paris le salon de la maréchale Clarke, duchesse de Feltre, il y rencontre le préfet Aubernon12 et Stendhal, à la vocation préfectorale contrariée par la Restauration et par son excès d’esprit13. C’est son Histoire des Gaulois en trois volumes qui, en 1828, l’installe dans le paysage intellectuel et éditorial et lui vaut sa nomination à la chaire d’Histoire de la faculté de Besançon par le ministère libéral de Martignac, avocat bordelais qui avait su apprécier son opuscule sur la Guyenne14. Se faisant ethnologue et s’appuyant sur les textes, Amédée Thierry loue les qualités de la race gauloise, que seules ses divisions intestines peuvent exposer à la défaite et réduire à la soumission15. C’est précisément le surgissement de l’événement, du basculement politique qui l’écarte d’abord du professorat en 1829 : en effet, le succès de son enseignement libéral et novateur, associant à l’allemande les étudiants à ses travaux, déplaît au pouvoir réactionnaire. Au moment où son aîné est frappé de cécité, le cadet est privé de parole publique en un troublant parallélisme des formes si ce n’est des sens. Au cours d’un séjour dans le Midi pour raison de santé, Augustin Thierry apprend à son père le 12 mai 1830 son élection à l’institut, « consolation pour vous des chagrins que vous cause mon état d’infirmité », et évoque surtout la destitution de son frère de l’université :

« Mon pauvre frère vient d’être frappé d’une manière bien rude et bien peu méritée, mais cela était inévitable dans les circonstances actuelles ; quand les affaires prendront un autre cours, il y aura pour lui réparation et avancement. En attendant, il y a de la gloire ; une médaille, frappée en son honneur, et votée par ses nombreux élèves, par tout ce qu’il y a de plus distingué dans la ville de Besançon, rappellera les souvenirs de son cours. Et il n’y a rien là de politique, ce n’est pas un succès de parti ; le préfet du département a dit à quelqu’un de Paris […] qu’Amédée avait fait preuve dans son cours d’un admirable talent qu’il va aller exercer à Genève, sans inquiétude pécuniaire. »

Grandeurs et servitudes du métier préfectoral

6Mais bien vite les « Trois Glorieuses » le plongent dans les responsabilités politiques et la gestion administrative au service d’un régime représentatif qu’il appelait de ses vœux, au détriment de l’avancement de ses travaux historiques.

  • 16 « 1° Versailles est la plus belle des préfectures. 2° Rouen réunit la beauté à l’agrément d’un éloi (...)

7À l’évidence, sa nomination à la préfecture de Vesoul doit beaucoup à l’estime et à l’amitié de son collègue historien devenu ministre de l’Intérieur de la nouvelle monarchie parlementaire, son futur témoin de mariage en 1839, chargé dans l’improvisation de renouveler le haut personnel administratif : François Guizot, nommé le 1er août, qui fait venir Amédée le 7 pour lui annoncer sa nomination dans ce petit chef-lieu de 9 000 habitants où il est installé dès le 13. En effet, au début de la monarchie constitutionnelle, la carrière préfectorale n’est pas encore codifiée ni structurée avec un passage obligé par le noviciat administratif d’un secrétariat général ou d’une sous-préfecture. Selon sa surface sociale, ses protecteurs et sa faveur, on peut accéder d’emblée à une préfecture de grande envergure, ou à l’inverse stagner sans espoir de promotion au Blanc. Mais le mouvement préfectoral coutumier de mutations commence à s’instaurer et une hiérarchie implicite des postes selon les convoitises des membres du corps, existe bel et bien dans les esprits. Elle est même explicitée dans sa correspondance par son collègue de l’Yonne, Taillepied de Bondy16.

  • 17 Avec des cas extrêmes tels que les deux décennies de Lezay-Marnésia à Blois ou le proconsulat de 38 (...)

8À cette aune, l’entrée dans le corps d’Amédée Thierry apparaît convenable, sans plus, satisfaisante s’il s’agit d’un tremplin vers une grande préfecture, au fond d’abonnement confortable, sans excès d’ennuis, mais médiocre si l’on s’y enlise au risque de se faire oublier. Il est porté à la tête d’un département de taille moyenne de 300 000 habitants, avant tout agricole, mais disposant aussi d’une industrie diversifiée : métallurgie, verrerie, textile et bois. La Haute-Saône va constituer sa seule expérience préfectorale, longue station de huit années assez courante sous Louis-Philippe et surtout sous Napoléon III, grâce à la possibilité introduite d’avancement sur place17.

  • 18 Sayous Édouard, « Les deux frères Augustin et Amédée Thierry à Vesoul et à Luxeuil », Académie des (...)

9À 33 ans, Amédée Thierry revient ainsi en Franche-Comté, moins de deux ans après sa destitution par Polignac, mais sans esprit de revanche. Tout au contraire, la société locale est étonnée de son goût pour les discussions religieuses, alors que l’Église catholique paie d’un fort discrédit sa collusion avec les excès liberticides du règne de Charles X, et le fils cadet de l’organiste de Blois fréquente sans prévention la société des dames de la noblesse de vieille roche, leur confiant même peu prudemment son faible goût pour la conversation triviale des dames de la classe montante18.

  • 19 Lettre du préfet de la Haute-Saône au comte Montalivet, ministre de l’Intérieur, le 9 septembre 183 (...)
  • 20 Jeanneney Jean-Marcel, Démocratie au village. La pratique du pouvoir à Rioz en Franche-Comté depuis (...)
  • 21 Lettre du 21 septembre 1833, Vesoul, Bibliothèque municipale de Blois, ms. 815, n° 62.

10Toutefois, les sentiments personnels du préfet Thierry comptent moins que la réalité des rapports de force politiques et sociaux. La révolution de 1830 a été fortement teintée d’anticléricalisme, ce qui expose les représentants du gouvernement en province à l’hostilité des autorités diocésaines et au boycott des bals des milieux carlistes. En outre, le lien de subordination hiérarchique essentiel avec les bureaux centraux du ministère de l’Intérieur est rendu complexe à gérer par l’instabilité permanente, tant parlementaire que gouvernementale, constitutive du régime de Juillet : en huit ans de préfecture, Amédée Thierry est en relation avec 13 ministères, même si la continuité humaine compense partiellement cette absence de suivi : le comte de Montalivet assure à quatre reprises la charge de l’Intérieur, déjà occupée par son père sous Napoléon. Plus grave encore, les conditions d’exercice du métier préfectoral sont profondément transformées de Guizot à Duchâtel : les secrétariats généraux sont presque tous supprimés par décret le 1er mai 1832, les conseils généraux et d’arrondissement élus dans le cadre du canton avec la loi du 22 juin 1833 et leurs attributions spécifiées par la loi du 10 mai 1838, et surtout les conseils municipaux élus en 1834 en application de la loi de 1831 et leurs prérogatives élargies le 10 juillet 1837. En outre, l’organisation de la garde nationale, l’entretien des chemins vicinaux, la loi Guizot de 1833 sur les écoles communales, les préoccupations renforcées d’hygiène publique, les constructions routières et ferroviaires étendent formidablement les pouvoirs de préfets chargés plus que jamais du maintien de l’ordre et des pouvoirs de police. Ce sont ces domaines que cite spontanément Amédée Thierry dans sa lettre bilan adressée à Montalivet pour revendiquer sa promotion à proximité de Paris, à Chartres, Beauvais ou Melun19 ; ce sont également les actes qui se trouvent dans la correspondance administrative entre la préfecture et une municipalité rurale telle que Rioz étudiée par Jean-Marcel Jeanneney : organisation et équipement de la garde nationale, construction de fontaines publiques, de lavoirs et d’écoles, et même réjouissances collectives et édification d’un arc de triomphe à l’occasion du passage du roi en juin 183120. Dans les villes s’y ajoute l’opposition des professeurs de collège et de lycée à la sclérose conservatrice d’un régime qui tourne le dos aux promesses de son avènement populaire. Comme Amédée Thierry le confesse en 1833 à son ami La Saussaye, « l’université est partout la même, la paix ne réside pas plus dans les collèges que dans les couvents. Est-ce parce qu’on y porte des robes ? J’ai plus de peine à venir à bout de douze professeurs du collège de Vesoul que de douze communes les plus turbulentes de la Haute-Saône21… » En trois ans, le préfet louis-philippard a oublié l’universitaire libéral qu’il a été.

  • 22 Rosanvallon Pierre, La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Le Seuil, 200 (...)
  • 23 Armand Louis Marquiset, né le 12 avril 1797. Secrétaire général de la Lozère le 30 septembre 1820, (...)

11Les difficultés verticales se doublent de perturbations locales, le parlementarisme et l’ouverture de la carrière préfectorale démultipliant contestations, dénonciations, jalousies et ambitions de collègues, en une sorte de « Contre-démocratie » de la défiance22. Des plaintes parviennent au ministère et son voisin le sous-préfet de Dôle, Marquiset, peut-être en sous-main derrière ces chausse-trappes épistolaires, se targue de compter les soutiens nécessaires pour le remplacer avantageusement23.

  • 24 « J’ai vu à Vesoul M. Augustin Thierry, retiré chez son frère le préfet » (Bâle, le 12 août 1832).
  • 25 Villemain écrit à Augustin Thierry le 23 août 1831.

12Singularité du jeune préfet historien, non seulement il est célibataire, obstacle de taille au déploiement d’une vie mondaine à l’hôtel du département, mais il vit le plus souvent avec son frère Augustin, célibataire, aveugle et paralytique, au demeurant peu fortuné. Le fonds d’abonnement de la préfecture et la location aux eaux thermales de Luxeuil-les-Bains, du pittoresque hôtel du cardinal Jouffroy offrent l’hospitalité de ses charmilles, d’autant plus appréciable qu’elle s’incarne dans le charme de ses hôtesses, les demoiselles Frayssignes, qui agissent pour susciter un projet de mariage. Chateaubriand rend visite aux deux frères en 1832, épisode que relatent les Mémoires d’Outre-tombe24, et Villemain, professeur à la Sorbonne, écrit à Augustin en 1831 : « Rappelle moi, je te prie, au souvenir de ton frère qui est aussi bon préfet que bon historien, quoique avec moins de gloire25. » Le mariage d’Augustin avec Julie de Quérangal fait de la belle-sœur du préfet, secrétaire de l’historien pour les Récits des temps mérovingiens, l’indispensable dame de la préfecture ayant la haute main sur les réceptions des notables de la Haute-Saône.

  • 26 Mignerey Pascal, « La préfecture de Vesoul », in Georges Rech (dir.), L’Administration préfectorale (...)

13Mais le préfet n’efface jamais l’historien : Amédée Thierry confie en janvier 1833 à l’architecte-voyer Lambert un projet d’exhaussement des bureaux de la préfecture afin d’agrandir les Archives et d’améliorer leur conservation26.

La descente de la politique vers les municipalités rurales

14La vie et l’office d’un préfet orléaniste ne sont pas faits que de réceptions et de visites mondaines, il s’agit avant tout d’administrer les hommes en s’appuyant sur les modestes élus municipaux du territoire, dans le cadre d’une monarchie censitaire au corps électoral très restreint, à l’exception de la désignation du conseil communal. Les lois orléanistes de décentralisation modérée sont encadrées par une déconcentration de la tutelle administrative au profit du préfet, avec une sophistication des moyens de contrôle et de prévention des actes municipaux irréguliers par une pédagogie active qui mise davantage sur la diffusion des bonnes pratiques que sur le contentieux et les sanctions.

  • 27 Chevalier Louis, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du x (...)

15Pour un préfet orléaniste, le succès des candidats officiels est le principal gage de pérennité dans son poste. Les législatives de 1834 continuent de se dérouler dans le cadre très restreint des grands notables censitaires, en dépit du léger abaissement de la barrière fiscale à 200 francs pour voter, 500 pour être éligible. Les deux cercles demeurent confidentiels, prennent les formes d’un club privé où se retrouve, au chef-lieu, la noblesse quand elle ne boycotte pas le processus et la bonne bourgeoisie, soit moins de 1 000 électeurs et moins de 250 éligibles dans un département modeste tel que la Haute-Saône. L’atmosphère de la campagne législative de 1834 ne pousse guère à la générosité sociale au lendemain de la révolte des canuts et du massacre de la rue Transnonain à Paris. La peur des « classes dangereuses27 » conduit, même en province, à entreprendre la tournée des arrondissements pour y évaluer l’état d’esprit des populations, puis livrer au ministre de l’Intérieur, Adolphe Thiers – on reste entre historiens – un pronostic circonstancié, toujours risqué en cas d’échec.

  • 28 Bouteiller Paul, « Les élections législatives de 1834 au temps du préfet Amédée Thierry », Administ (...)
  • 29 Georges Genoux-Prachée, né le 14 septembre 1794, décédé le 29 octobre 1846, conseiller de préfectur (...)
  • 30 Allorant Pierre, Le Corps préfectoral et les municipalités dans les départements de la Loire moyenn (...)

16A priori, Amédée Thierry peut compter dans son département sur le soutien personnel, mais non politique, des quatre députés28, qui se partagent entre majorité et opposition : ainsi l’avocat libéral Genoux-Prachée est par ailleurs son conseiller de préfecture en ces temps d’absence d’interdiction de cumul où seules ses difficultés d’élocution réduisent le ministère de l’avocat au rôle de consultant29. Or le conseiller de préfecture-député de Vesoul appartient à l’opposition à la Chambre, mais du moins il ne s’oppose pas à son préfet sur place, à l’inverse de ce que subit le comte Siméon à Orléans30. De même à Lure, le légitimiste marquis de Grammont, noble de vieille roche, émigré, châtelain de Villersexel, est aux antipodes des positions politiques avancées de son beau-frère de La Fayette. Les deux autres députés se revendiquent du gouvernement constitutionnel, le grand propriétaire Jobard à Gray comme le marquis de Marnier à Jussey. Dans une prudence très usitée au sein du corps, Amédée Thierry prévoit la réélection probable des sortants, mais ses analyses électorales n’évacuent pas les querelles locales et les règlements de comptes, ce qui témoigne d’une bonne lecture et synthèse des rapports adressés par ses sous-préfets. Ainsi, un contentieux pendant devant le Conseil d’État au sujet d’un étang appartenant au député Jobard menace sa candidature, une partie de la population suspectant une affaire de corruption, très banale dans les opérations orléanistes d’expropriation pour cause d’utilité publique qui sont avant tout votées par les propriétaires à leur plus large intérêt privé : les constructions de quais, de halles, les alignements de voirie urbaine offrent des perspectives enrichissantes.

  • 31 Cité par Paul Bouteiller, art. cité.
  • 32 Archives nationales, F1b I 176/13.

17Si un préfet en poste depuis quelques années dans un département aspire toujours au statu quo des élus, au maintien d’une connivence de bon aloi, la position gouvernementale diffère, le ministre exige que Thierry coordonne la liquidation électorale des deux députés rebelles en suscitant des candidatures officielles crédibles, ancrées dans les circonscriptions. La montée en puissance de l’image des maires, liée aux nouvelles lois de décentralisation, conduit dans un premier temps à miser sur l’ancien maire de Vesoul, l’officier Leroi de Lisa, avant de se tourner vers le secrétaire général de la préfecture, l’avocat Galmiche, signe de faiblesse que perçoit bien Thiers, réticent devant « l’inconvénient de multiplier les fonctionnaires publics dans la Chambre31 ». Le résultat est calamiteux, avec une dispersion des voix progouvernementales et une large victoire du sortant. Le préfet Thierry y voit l’effet d’une « coalition carlo-républicaine », relayée dans les communes rurales par le bas-clergé, alliance à laquelle aurait dû répugner la conscience publique. Fidèle au « juste milieu » et à l’avènement du règne de la bourgeoisie, Amédée Thierry apparaît cerné par la montée du flux des idées de progrès et par le désir de revanche de légitimistes ulcérés par un régime d’usurpateurs, tel l’ancien préfet de la Haute-Saône de 1815 à 1825, le baron Joseph de Villeneuve-Bargemon32.

18Mais les difficultés électorales du préfet Thierry se confirment dans les autres circonscriptions, avec un cas à haut risque : le marquis de Marmier, ami de Louis-Philippe, général de la Garde nationale. Or ce dernier accumule les bourdes : non content de résider à Paris, il tarde à sortir du bois avant d’annoncer sa candidature dans deux circonscriptions, démarche légale mais qui froisse et ravive les rivalités de clochers entre Jussey, l’épouse délaissée, et Gray, la maîtresse en faveur de laquelle il opterait en cas de double élection. Sa valse-hésitation contribue à susciter une autre candidature constitutionnelle, celle du neveu de Jobard, substitut du procureur du roi à Besançon, encore un fonctionnaire, confirmant l’étroitesse du vivier des candidats potentiels. Les résultats justifient les prévisions préfectorales, mais aboutissent à un match nul médiocre, et au simple maintien du préfet, ni déplacé, ni promu.

  • 33 Acte de mariage d’Amédée Thierry le 9 février 1839, Archives départementales du Loir-et-Cher, Fonds (...)
  • 34 Projets de décret du 16 décembre 1852 et du 8 avril 1853.
  • 35 Rapport au Sénat de M. Amédée Thierry, 4 juillet 1860, Archives départementales du Loir-et-Cher, Fo (...)

19Toutefois, l’autorité et la popularité d’un préfet s’usent, aussi bien devant les notables locaux qu’auprès du ministre. Fin 1838, Montalivet, en remplaçant brutalement Thierry, règle probablement des comptes avec son protecteur Guizot, évincé du gouvernement Molé. En dépit de la mobilisation de ses soutiens, tel l’académicien Jouffroy, Amédée Thierry demeure sans affectation jusqu’à sa nomination de maître des requêtes au Conseil d’État en janvier 1839, modeste consolation qui n’a pour avantage que de le laisser libre de reprendre ses travaux historiques, au moment où sa vie privée s’éclaire par le mariage avec la jeune Anne Gabrielle Breschet, fille d’un chirurgien de l’Hôtel-Dieu, membre de l’Institut33, Institut qu’Amédée rejoint dès 1841, présidant l’Académie des sciences morales et politiques en 1855. Promu conseiller d’État en 1853 juste après son approbation du coup d’État et du passage à l’Empire, il se fait remarquer par son projet de décret sur les concessions de chemin de fer34. Au Sénat impérial où il est nommé le 18 janvier 1860, il présente le rapport complémentaire à la loi sur l’usurpation des titres de noblesse35 et semble comblé tant par les honneurs que par l’évolution libérale et parlementaire d’un empire héréditaire qui maintient l’ordre. L’accès au mandat parlementaire que les électeurs censitaires lui avaient refusé en 1845 et 1846, il l’obtient du pouvoir discrétionnaire impérial, tout en retrouvant un ancrage en Haute-Saône grâce à son élection comme conseiller général du canton d’Amance près de son castel de Montdoré, présidant même l’assemblée départementale en 1863.

  • 36 Archives nationales, F1b I 161/2.

20Si pour Stendhal, peu tendre avec les frères Thierry, « esprit perd préfecture », Amédée Thierry a su unir « au mérite de bien comprendre le talent de bien raconter ». N’incarne-t-il pas ainsi une manière très française de « faire de l’Histoire », de Michelet à Duby ? Ce préfet qui sait écrire ne rechigne pas devant les honneurs y compris impériaux, mais est-il si différent en cela de Flaubert ? Il est vrai que l’étalage de bonheur extatique ressenti devant le spectacle public du « triomphe pacifique de l’empereur en sa fidèle Bretagne, qui ne sait pas seulement obéir à ses souverains, mais les aimer » est éloigné du minimum d’esprit critique attendu d’un historien de cette qualité, par exemple dans sa lettre à son ami Jean Wallon, rédacteur du Journal des villes et campagnes le 13 septembre 1858, beau titre pour un ancien préfet et pour l’incarnation de la bohême. Son expérience préfectorale a donné à Amédée Thierry une connaissance directe et pratique de l’administration d’un pays, elle ne l’a pas éloigné de l’admiration de son frère. Dans une lettre adressée à son ami franc-comtois Galmiche, secrétaire général de la préfecture et député36, le 26 juin 1856, à l’occasion de la mort de son frère Augustin, il confie : « J’ai bien souffert et je sens un grand vide autour de moi. La gloire, les regrets, le deuil public (je puis appeler ainsi celui qui accompagnait mon frère à ses funérailles), tout cela honore les vivants sans les consoler. »

21Mais la vraie fidélité est sans doute à trouver dans la lettre de remerciement à son « cher compatriote et ami » blésois de La Saussaye pour son action à l’égard de son père à la bibliothèque de Blois, lettre rédigée de la préfecture de Vesoul le 8 juillet 1832 :

« Ce que vous faites […] est d’un véritable ami, et d’un vrai savant qui aime les livres pour eux-mêmes, pour les lire et les faire lire. […] Vous rendrez de grands services à nos compatriotes en leur donnant l’exemple et le goût de l’étude qui manquent partout en France, même dans nos départements de l’Est où les statistiques intellectuelles nous font une si belle part. Votre présence à la bibliothèque de Blois est d’un bon augure pour elle et me fait songer avec plaisir au temps où il me sera permis d’en profiter. »

22Amédée évoque l’atmosphère du conseil général, mais vingt ans après son passage à la préfecture, le 9 septembre 1860, de l’autre côté du miroir, dans une lettre à Jean Wallon écrite de Lure :

« Le conseil général a fini sa session, il y a aujourd’hui huit jours ; elle a été sérieuse et un peu laborieuse ; mon prédécesseur laissait tout aller, j’ai dû remonter la machine, et les affaires s’en trouveront mieux, j’espère, et on me le dit ; depuis la clôture des séances, je fais ma tournée obligée des électeurs et des amis, de déjeuners en dîners et de dîners en déjeuners. Sans la joie de nos hôtes, ce serait pour moi un véritable supplice. Voilà un cercle que Dante a oublié dans son Enfer. […] Pour nous en délivrer, nous sommes obligés de nous sauver en Allemagne. »

23Puis évoquant le fait qu’il a dû s’interrompre à trois reprises dans la rédaction de sa correspondance « pour aller visiter une nouvelle prison, un nouvel hôpital, une reconstruction d’église et prendre connaissance des projets du maire pour l’embellissement de sa ville » de Lure, le président du conseil général conclut : « Le maire est d’ailleurs un des hommes les plus intelligents que je connaisse : mais l’administration romaine n’est pas son fort. » En revanche, rien ne vaut pour un père les succès du fils, surtout la réussite de « l’enfantement terrible » de la thèse de Gilbert : « la dépêche télégraphique arrivée à Vesoul au milieu d’un dîner que le conseil général donnait au préfet a été un coup de théâtre », le 8 septembre 1861.

24Les personnalités et les caractères se révèlent souvent à la faveur des moments de crise ou de guerre. Le 1er mars 1849, Amédée Thierry justifie à un ami sa candidature aux législatives et ses démarches pour obtenir le soutien du ministère de l’Intérieur, en bon ancien préfet ; porté sur sa liste par une réunion napoléonienne, représentant « la couleur du président et du ministère actuel », il avoue son désarroi d’observateur d’un jeu politique troublé par le suffrage universel et la révolution : « Je ne sais pas encore classer là dedans ou hors de là les opinions que j’ai connues. » Représentatif en cela de l’évolution conservatrice de la bourgeoisie libérale, il confie : « Ici, nous vivons au jour le jour. Un membre du Gouvernement me disait il y a peu de jours que nous jouirions, d’ici deux ou trois mois, de petits mouvements rouges dans la tradition de juin ; et des propos de gens du peuple ne fortifient que trop ces craintes. C’est le cri, c’est l’idée qui troublait nos ancêtres, il y a 1400 ans : adripant barbari !… »

*

  • 37 Lettre du 21 septembre 1833, Vesoul, Bibliothèque municipale de Blois, ms. 815, n° 62.
  • 38 Rowley Anthony et Almeida Fabrice d’, Et si on refaisait l’Histoire ?, Paris, Odile Jacob, 2009.

25Les barbares arrivent, la guerre a rendez-vous avec l’histoire à Blois, mais le mot de la fin est fourni par une lettre évoquant les travaux de la société savante de Blois ; Amédée félicite son ami et compatriote de « violenter les modesties blésoises [car] ce qui manque surtout à la province, c’est de se prendre au sérieux, de savoir s’estimer ce qu’elle vaut, d’avoir foi en elle-même37 ». Notre décentralisation captée par les notables l’aurait-elle comblé, ou y aurait-il perçu, derrière l’apparent triomphe du tiers état et des communes, un facétieux retour au morcellement féodal, nouveau signe du déclin de la vieille « race française » après la débâcle de 1870 ? L’histoire ne le dit pas, et les frères Thierry n’ont pas pratiqué l’uchronie38.

Notes

1 Henry Pierre, Histoire des préfets, Paris, Nouvelles éditions latines, 1950, p. 150.

2 Ribot Alexandre, « Eugène Boucher », Bulletin de l’association amicale des secrétaires et anciens secrétaires de la conférence des avocats, 1888, p. 154. Voir Badier Walter, Alexandre Ribot et la République modérée. Formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895), Paris, Institut universitaire Varenne, 2016.

3 Sartre Jean-Paul, L’Idiot de la famille : Gustave Flaubert de 1821 à 1857, Paris, Gallimard, 1971-1972 ; Sartre Jean-Paul, « Sur L’Idiot de la famille », Situations X, Paris, Gallimard, 1976, p. 91-115. Sur Flaubert, voir en dernier lieu, Winock Michel, Flaubert, Paris, Gallimard, 2013.

4 Né à Blois le 15 thermidor an V (2 août 1797), mort à Paris (6e), le 26 mars 1873. Préfet de la Haute-Saône, 6/13 août 1830 ; maître des requêtes au conseil d’État (s. e.) en 1832. Appelé à d’autres fonctions le 20 octobre 1838. Maître des requêtes au conseil d’État de 1839 à 1849. Conseiller d’État le 4 mars 1853. Sénateur le 18 janvier 1860. Pension (6 000,00 F) le 25 avril 1860, à compter du 18 janvier.

5 Le Clère Bernard, Louis Chicoilet de Corbigny (1771-1811), préfet de Loir-et-Cher. Recherche sur l’administration préfectorale et la vie d’un département durant le Consulat et l’Empire, thèse de droit mutligraphiée, université Paris 1, 1984.

6 Allorant Pierre, « La réforme territoriale vue à travers les observations d’un ancien préfet et député ultra en 1822 », in É. Gojosso (dir.), Les Cahiers poitevins d’Histoire du droit, 3e cahier, Paris, LGDJ, 2011, p. 229-238.

7 Allorant Pierre, Le corps préfectoral et les municipalités dans les départements de la Loire moyenne au xixe siècle (1800-1914), Orléans, Presses universitaires d’Orléans, 2007, p. 170-171.

8 Lettres sur l’histoire de France (1827).

9 « Il me parut que l’affranchissement des communes était tout autre chose […] ; que c’était une véritable révolution sociale, prélude de toutes celles qui ont élevé graduellement la condition du tiers état ; que là se trouvait le berceau de notre liberté moderne » (Dix ans d’études historiques, p. iv-v).

10 « Mignet, l’historien idéaliste de la nouvelle école, doué d’un admirable talent pour la généralisation des faits et pour l’induction historique. Nous nous associâmes ensemble pour la mise en œuvre de notre commune pensée » (Dix ans d’études historiques, p. xxix).

11 Mignet François-Auguste-Alexis, Nouveaux éloges historiques, « Amédée Thierry », notice lue dans la séance publique annuelle du 24 mars 1877, Paris, Didier, 1877, p. 325-353.

12 Joseph Victor Aubernon, né le 28 novembre 1783, préfet de l’Hérault en janvier 1814, de Tarn-et-Garonne le 6 avril 1815, de Seine-et-Oise le 1er août 1830, remplacé en février 1848 (voir Archives nationales, F1b I 155/9).

13 Martineau Henri, Le Cœur de Stendhal. Histoire de sa vie et de ses sentiments, 2 vol., Paris, Albin Michel, 1953, t. II, p. 50.

14 « Mon frère, Amédée Thierry, achevait alors son Histoire des Gaulois, un de ces ouvrages d’érudition forte et consciencieuse, où les textes sont épuisés et qui restent comme le dernier mot de la science. […] J’éprouvais un véritable plaisir de cœur à l’idée de cette association fraternelle, à l’espoir d’attacher nos deux noms à la double base sur laquelle doit reposer l’édifice de notre histoire nationale. L’ouvrage de mon frère a vu le jour et a fait un beau chemin dans le monde littéraire ; le mien est resté interrompu » (Dix ans d’études historiques, p. xxxii).

15 Mauviel Maurice, « Métissage biologique et métissage culturel », Métissages. Littérature-Histoire, Cahiers n° 7, 1991, Paris, L’Harmattan, p. 60-80.

16 « 1° Versailles est la plus belle des préfectures. 2° Rouen réunit la beauté à l’agrément d’un éloignement faible qu’un chemin de fer abrégera encore 2bis Lyon quoique éloignée me séduirait aussi vivement que Rouen. 3° Lille, Strasbourg et Nantes sont d’une catégorie fort inférieure à mes yeux. Le raisonnement aurait besoin de travailler sur le cœur pour celles-ci. 4° Je redouterais Bordeaux et surtout Marseille » (lettre du 27 juin 1838).
« Mon père voit Auxerre plus beau que Chartres ; si c’est comme population, comme difficulté, comme théâtre plus propre à briller, je serais de son avis. Mais j’aimais autant aller vivre en pays dans la Beauce que de risquer ma réputation administrative auprès des Bourguignons, de caractère impatient et peu commode, connus comme tels depuis des longtemps. Puis c’est le double de chemin pour aller à Paris, cela fait toujours une différence » (lettre du préfet de Corrèze à sa mère les 23 et 25 juillet 1833, Archives départementales de l’Indre, 48 J 6 C).

17 Avec des cas extrêmes tels que les deux décennies de Lezay-Marnésia à Blois ou le proconsulat de 38 ans de Bourgeois de Jessaint dans la Marne. Napoléon III assure à Persigny : « J’attache la plus grande importance à la stabilité des préfets dans leurs départements. Un préfet médiocre, mais connaissant depuis longtemps le pays vaut mieux qu’un préfet distingué de passage » (Plessis Alain, De la fête impériale au mur des fédérés [1852-1870], Paris, Le Seuil, coll. « Points-Histoire », 1973, p. 65).

18 Sayous Édouard, « Les deux frères Augustin et Amédée Thierry à Vesoul et à Luxeuil », Académie des sciences, belles lettres et arts de Besançon, séance publique du 23 juillet 1891, p. 105-117.

19 Lettre du préfet de la Haute-Saône au comte Montalivet, ministre de l’Intérieur, le 9 septembre 1838, Archives nationales, F1b I 174/6.

20 Jeanneney Jean-Marcel, Démocratie au village. La pratique du pouvoir à Rioz en Franche-Comté depuis la Révolution, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 77-91.

21 Lettre du 21 septembre 1833, Vesoul, Bibliothèque municipale de Blois, ms. 815, n° 62.

22 Rosanvallon Pierre, La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Le Seuil, 2006.

23 Armand Louis Marquiset, né le 12 avril 1797. Secrétaire général de la Lozère le 30 septembre 1820, remplacé le 8 janvier 1823. Sous-préfet de Dôle le 16 août 1830, remplacé en avril 1842 (Archives nationales, F1b I 167/9).

24 « J’ai vu à Vesoul M. Augustin Thierry, retiré chez son frère le préfet » (Bâle, le 12 août 1832).

25 Villemain écrit à Augustin Thierry le 23 août 1831.

26 Mignerey Pascal, « La préfecture de Vesoul », in Georges Rech (dir.), L’Administration préfectorale en Haute-Saône, Vesoul, préfecture de la Haute-Saône, 2000, p. 21-22.

27 Chevalier Louis, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, Paris, Plon, 1958.

28 Bouteiller Paul, « Les élections législatives de 1834 au temps du préfet Amédée Thierry », Administration, n° 174, 1997.

29 Georges Genoux-Prachée, né le 14 septembre 1794, décédé le 29 octobre 1846, conseiller de préfecture de Haute-Saône du 19 aout 1830 à 1847, député de Vesoul de 1831 à 1846, il remet au bureau de bienfaisance de sa ville natale la rémunération de conseiller de préfecture correspondant au temps passé à la Chambre (Archives nationales, F1b I 161/8). Robert Adolphe, Bourloton Edgar et Cougny Gaston (dir.), Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889, 5 vol., Paris, Bourloton, t. III, p. 151.

30 Allorant Pierre, Le Corps préfectoral et les municipalités dans les départements de la Loire moyenne au xixe siècle (1800-1914), op. cit., p. 243-246.

31 Cité par Paul Bouteiller, art. cité.

32 Archives nationales, F1b I 176/13.

33 Acte de mariage d’Amédée Thierry le 9 février 1839, Archives départementales du Loir-et-Cher, Fonds Thierry, F 1580,

34 Projets de décret du 16 décembre 1852 et du 8 avril 1853.

35 Rapport au Sénat de M. Amédée Thierry, 4 juillet 1860, Archives départementales du Loir-et-Cher, Fonds Thierry, F 1581.

36 Archives nationales, F1b I 161/2.

37 Lettre du 21 septembre 1833, Vesoul, Bibliothèque municipale de Blois, ms. 815, n° 62.

38 Rowley Anthony et Almeida Fabrice d’, Et si on refaisait l’Histoire ?, Paris, Odile Jacob, 2009.

Auteur

Professeur d’histoire du droit et de l’administration. Ses recherches portent sur le corps préfectoral et les élites, les réformes territoriales, les mémoires des guerres et les témoignages du for privé depuis le xixe siècle. Parmi ses publications récentes, Patrimoine en Val de Loire. 250 lieux, personnages, moments (avec Jean Garrigues et Alexandre Borrell), Tours, PUFR, 2018 et La République en chroniques, Orléans, Éditions Infimes, 2018.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search