Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Émigration et émigrés

Coblentz/Coblence : symbole pour la Contre-Révolution et l’émigration française dans l’électorat de Trèves

Christian Henke

Texte intégral

  • 1 Voir Christian Henke, « Coblence – ein gegenrevolutionäres Symbol », in Koblenzer Beiträge zur Ges (...)

1Coblence devient le centre politique et le centre d’organisation des activités diplomatiques et militaires des émigrés français avec l’arrivée des frères de Louis XVI dans l’été 1791. Dès lors, Paris associe l’idée d’être menacé par les émigrés français avec le nom de la ville de Coblence. Après l’affaiblissement du pouvoir potentiel d’émigrés concentré à Coblence, la ville est devenue pour tous, amis et ennemis, le centre le plus important de l’émigration pendant la Révolution française. Coblence est devenue le symbole d’une menace contre-révolutionnaire venue de l’étranger. Le nom de la ville est alors une notion politique à l’aide de laquelle on stigmatise verbalement tous les adversaires de la Révolution et qu’on retrouve aujourd’hui encore dans certains discours politiques1.

  • 2 Pierre De Vaissière, Coblence ou les émigrés français dans les pays rhénans de 1789-1792, Paris 19 (...)

2Le sujet est, ici, abordé de deux manières différentes. La première partie se concentre sur la signification de Coblence, lieu de rassemblement de la Contre-Révolution de juin 1791 jusqu’à août 1792, comme site d’implantation des émigrés2. La connaissance des réalités au bord du Rhin est nécessaire pour pouvoir juger dans quelle mesure les jugements de plusieurs révolutionnaires sur la colonie d’émigrés de Coblence correspond à une analyse politique ; par la suite, il est possible d’estimer ce symbole politique sciemment créé et utilisé de bonne grâce.

  • 3 J. Mavidal, M. E. Laurent, E. Clavel (dir.), Archives Parlementaires de 1789 à 1860. Recueil compl (...)

3L’étude porte également sur le développement du terme Coblentz pour cette ville dans le cadre des débats des Assemblées constituante et législative et de ceux de la Convention entre 1789 jusqu’à 1794. Après l’établissement des princes dans leur patrie d’adoption, le nom Coblentz s’est installé dans le langage courant et est devenu finalement un symbole pour la Contre-Révolution. Les débats entretenus au sein des Assemblées nationales révolutionnaires, complétés par diverses autres sources, constituent le point essentiel de l’étude, étant donné qu’on devait se limiter à l’examen d’un extrait des innombrables réactions de l’opinion publique3. L’étude a pour but de reproduire la genèse des faits qui ont concouru à la création du terme entré dans la discussion publique, terme qui était à l’origine de la symbolique durable attribuée à la ville de Coblentz pour des actions contre-révolutionnaires, de quelle nature qu’elles soient. Il faut alors constamment poser la question, de savoir si Coblence constituait une vraie menace pour la France révolutionnaire.

  • 4 Voir Michael Wagner, « Die Gegenrevolution », in : Ploetz. Die Französische Revolution, éd. p. Rol (...)

4En été 1791, les princes, c’est-à-dire le comte de Provence et le comte d’Artois, ont la chance d’être bien accueillis par leur oncle, l’électeur Klemens Wenzeslaus de Trêve. Comme voisin direct de la France, l’électorat de Trêve représentait un emplacement idéal : situé stratégiquement très favorablement, il devint la base remarquable pour leurs activités contre-révolutionnaires à venir. Envisageant la restauration de l’Ancien Régime, ils ont commencé une offensive diplomatique pour en persuader les autres monarchies européennes4. À partir de l’arrivée des princes, la ville de Coblence produisit un effet franchement magnétique sur les émigrés français. Ils viennent, convaincus que la Contre-Révolution espérée s’y formera. Le 6 juin 1791 Vergennes, ministre plénipotentiaire de Louis XVI à Coblence, informe le ministre des Affaires étrangères, Montmorin, sur ce point :

  • 5 AMRE. CD Trèves 34, p. 88 f., Vergennes au ministre des Affaires étrangères Montmorin le 6 juin 17 (...)

« La nouvelle de cette arrivée fait infiniment de sensations : on ne peut pas se persuader que M. d’Artois qui avoit un asile si naturel chez le Roi de Sardaigne, son beau-père, quitte Turin pour venir en Allemagne sans avoir quelque grand motif qui le fixe dans cette contrée de l’Europe, qu’on regarde non sans raison peut être comme le point central d’ou partent les espérances des ennemis de notre constitution5 ».

5Un émigrant, le comte d’Espinchal, qui s’est arrêté à Spa en août 1791, décrit ainsi la nouvelle situation et les espérances des Français fugitifs dans ses Mémoires :

  • 6 Joseph-Thomas-Anne Comte d’Espinchal, Journal d’Emigration du Comte d’Espinchal publié d’après les (...)

« Il arrive ici journellement des Français allant à Coblentz pour se trouver au retour de M. le comte d’Artois. Beaucoup de gens marquants se disposent à y aller. On peut espérer que les affaires vont prendre une bonne tournure puisque les gens de la cour prennent aussi ce parti. Mais on ne voit pour cette année aucun préparatif ni aucune marche de troupes…6 ».

  • 7 AMRE. CD Trèves suppl. 4, p. 60 f., St. Croix au ministre des Affaires étrangères de Lessart le 30 (...)
  • 8 ASHA. B 2, 3, Dos. 2, Kellermann au ministère de la guerre le 12 mai 1792, p. 3.
  • 9 Duminique, ministre d’électeur Clemens Wenzeslaus, pendant une conférence avec St. Croix. AMRE. CD (...)
  • 10 ASHA. B 2, 3, Dos. 3, Bulletin de l’Armée du Rhin, le 18 mai 1792, p. 1.
  • 11 AMRE. CD Trèves suppl. 4, p. 264, St. Croix au ministère des Affaires étrangères le 21 février 179 (...)
  • 12 Westphalen au Colloredo le 10 février 1792, publié chez Hansen, Quellen, (s.o.) t. 2, Bonn 1933, p (...)

6C’est bien pourquoi la colonie a grandi très vite pendant les mois suivants. À Coblence, il y avait environ cinq mille Français7, et à Trêve à peu près quatre mille8. Les contemporains ont estimé qu’il y avait entre dix9 ou quinze mille émigrés dans l’Électorat10. Coblence est alors le centre de la politique, de la logistique et de la propagande des émigrés. Une sorte de gouvernement en exil s’y forme11. Le cœur est un Conseil, composé par tous les personnages, importants pour l’émigration. Ici, on discutait et on décidait toutes les questions de la politique étrangère et militaire, si bien que l’envoyé de l’empereur, Westphalen, voit dans ce conseil le « Centralpunkt der französischen Emigrantenangelegenheiten12 ».

  • 13 Voir Vidalenc, Émigrés français, p. 70 ff., Jacques Godechot, La Contre-Révolution. Doctrine et Ac (...)
  • 14 Voir Massimo BOFFA, « Émigrés », in Dictionnaire critique de la Révolution française. Acteurs, éd. (...)
  • 15 Gilbert Bodinier, « L’armée royale devant l’impact révolutionnaire. Officiers « patriotes » et « a (...)

7On met en route des campagnes publicitaires pour acquérir de l’influence sur l’opinion publique en France. Dans la presse royaliste, dans les pamphlets ou dans la correspondance privée, on suggère l’image d’une émigration en masse et la promesse d’une victoire de la Contre-Révolution dans peu de temps. On voulait motiver d’émigrer autant de Français que possible13. L’attention est particulièrement appliquée à l’armée française, qui devait être déstabilisée par ces activités de propagande. En faisant de fausses promesses, on essaie de persuader les officiers et les soldats de déserter14. Les efforts ont eu du succès, si bien qu’au début de la campagne en automne 1792, 5 200 officiers de l’armée royale ont fait leur service au régiment des princes15.

  • 16 Duc De Castries, La vie quotidienne des Émigrés, Genève 1979, p. 78 ff., Ghislain de Diesbach, His (...)
  • 17 Les règlements les plus importants sont BN. Lb 39, 5268, Règlement définitif pour la formation en (...)
  • 18 Le 4 janvier 1792 les princes ont établi Prioreau dans la charge de Commissaire général de la poli (...)
  • 19 Le 10 février 1792 l’envoyé de l’empereur, Westphalen, a rapporté Colloredo : « Die Prinzen suchte (...)

8La vie dans la colonie de Coblence a été façonnée par le mode de vie luxueux des princes16. En plus, ils prétendaient régler l’ordre civil dans l’exil. L’électeur ayant concédé aux princes le droit d’exercer le pouvoir policier et le pouvoir disciplinaire sur leurs compatriotes, ils constituent leurs propres structures administratives. Avec de nombreux règlements, comparables à une législation d’exil, ils essaient d’organiser la vie militaire et privée des Français dans l’Électorat, mais en fait sans grand succès17. C’est pourquoi on installe des commissaires généraux de la police à Coblence et à Trève, qui exercent les tâches de police sur les émigrés et plus tard aussi sur tous les voyageurs18. S’y ajoute une juridiction propre qui permettait aux Français de régler tous les litiges eux-mêmes. Pourtant bien qu’ils aient disposé de compétences considérables, les princes n’ont pas réussi à mettre ces règlements en pratique19.

  • 20 Voir Vicomte R. De Grouvel, Les corps de troupe de l’émigration française (1789-1815), t. 3, Paris (...)
  • 21 En novembre 1791 par exemple un « Projet de Règlement général, pour ce qui concerne les devoirs et (...)
  • 22 Concernant cette question, l’administration de l’armée a rédigé des nombreux relevés. Une pièce in (...)
  • 23 Par exemple Custine le 30 mai 1792 dans une lettre au ministère de la guerre. ASHA. B 2, 3, Dos. 3 (...)

9La création de conditions organisatrices et logistiques pour l’armée, appelée « Armée des Princes », a été la tâche, la plus importante de l’administration en exil20. Cette armée était établie pour jouer un rôle important dans la coalition à venir rassemblant les monarchies européennes. Pour parvenir à ces fins, on installe un fondement administratif destiné, par exemple, à l’approvisionnement des vivres et de nourriture ou pour la prévôté21. Bien que l’administration se soit appliquée à cette tâche avec zèle, elle n’a pas réussi à atteindre ses buts ambitieux. La qualité de l’équipement de l’armée restait faible. L’approvisionnement des soldats et des chevaux était aussi toujours menacé. Plus généralement, les activités des émigrés ont été accompagnées par l’échec de toutes leurs opérations. Enfin les projets prétentieux visant à organiser une armée combative n’ont pas pu être réalisés. La force de l’armée des Princes, qui s’est rassemblée au bord du Rhin dans l’été 1792, monta environ à 24 000 hommes. Ce nombre paraît relativement élevé, mais il demeura théorique. En réalité l’effectif a décliné considérablement22. En outre la qualité de l’armée des émigrés était médiocre. Son entraînement militaire et son équipement étaient mauvais. La composition et la structure de son commandement n’étaient pas capables de réussir sur le champ de bataille23. Dans ses Mémoires, Chateaubriand décrit l’état déplorable de l’armée des émigrés en été 1792 :

  • 24 François René Vicomte De Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe. Texte de l’édition originale (1849 (...)

« Nous avions des tentes ; du reste, nous manquions de tout. Nos fusils de manufacture allemande, armes de rebut, d’une pesanteur effrayante, nous cassaient l’épaule, et souvent n’étaient pas en état de tirer. […] Une armée est ordinairement composée de soldats à peu près du même âge, de la même taille, de la même force. Bien différente était la nôtre, assemblage confus d’hommes faits, de vieillards, d’enfants descendus de leurs colombiers, jargonnant, normand, breton, picard, auvergnat, gascon, provençal, languedocien. Un père servait avec ses fils, un beau-père avec son gendre, un oncle avec ses neveux, un frère avec un frère, un cousin avec un cousin. Cet arrière-ban, tout ridicule qu’il paraissait, avait quelque chose d’honorable et de touchant, parce qu’il était animé de convictions sincères ; il offrait le spectacle de la vieille monarchie et donnait une dernière représentation d’un monde qui passait24 ».

  • 25 AN. O 3, 2612, Exercices 1791 et 1792. Remises faites par les puissances et autre particuliers, sa (...)
  • 26 AN. O 3, 2656, Armée Royale. Compte Général des Recettes et Dépenses de M. de Crochard Trésorier G (...)
  • 27 Hansgeorg Molitor, Vom Untertan zum Administré, Wiesbaden 1980 (Veröffentlichungen des Instituts f (...)

10La misère financière permanente caractérisait le séjour des émigrés à Coblence. Il y avait particulièrement deux domaines, qui provoquaient des dépenses immenses : premièrement la cour des princes et leur mode de vivre et surtout deuxièmement les frais de l’armée des émigrés. Bien que les monarchies européennes les subventionnaient avec environ 11 millions de Livres, la situation financière s’est détériorée continuellement25, car les dépenses des princes étaient plus élevées. Les seules dépenses pour l’armée royale des années 1791 et 1792 se montèrent environ à 21 millions de Livres. On peut se douter des besoins financiers des princes, malgré l’assistance extérieure26. La pénurie d’argent a empêché la réalisation de leurs projets. Valmy et la fin de la campagne de l’année 1792 symbolisent l’échec de toutes les activités politiques et militaires des princes. Leurs projets se sont révélés illusoires. Sans ressources et sans l’aide extérieure, avec une petite armée qui n’était pas capable de combattre, les émigrés ne représentaient pas une vraie menace pour la France révolutionnaire. L’importance politique, qu’ils ont atteinte quand même, résultait du fait qu’ils incarnaient une alternative au régime révolutionnaire. Ils étaient un point fixe pour toutes les tendances contre-révolutionnaires de sorte qu’on pouvait projeter sur eux les angoisses d’un complot. Leurs ennemis ont pris prétexte de leurs projets pour prendre des mesures contre ces complots prétendus27.

  • 28 La communication orale étant prédominante pendant la Révolution, l’importance des « bruits » est c (...)

11Très tôt, le public français a connu les activités des émigrés et a attentivement surveillé les développements en Rhénanie avec crainte. Les activités des émigrés ont créé de l’inquiétude et la peur d’une Contre-Révolution28. De là l’usage du terme Coblentz dans le langage courant de l’époque révolutionnaire a tiré son origine.

  • 29 Voir Jean-Jacques Clère, « L’émigration dans les débats de l’Assemblée nationale constituante », i (...)
  • 30 C. J.Mitchell, The French Legislative Assembly of 1791, Leiden et autres 1988, Patrick Brasart, Pa (...)
  • 31 Voir une pétition des citoyens de Blois, lue à l’assemblée le 20 octobre 1791. AP 34, p. 297.
  • 32 Sur la personnalité de Brissot voir Suzanne d’Huart, Brissot. La Gironde au pouvoir, Paris 1986 ; (...)

12La Constituante, qui soutenait une politique modérée envers les émigrés, connaissait le terme Coblence seulement comme désignation géographique pour la résidence d’un électeur allemand sur le Rhin central29. Cela change d’un seul coup par la réunion de la deuxième assemblée nationale, la Législative, le premier octobre 179130. Sous la pression du public, la Législative s’est occupée du problème des émigrés pour la première fois le 20 octobre 179131, avec le discours de Jacques Pierre Brissot dans l’assemblée. Brissot a commencé ses manœuvres pour une guerre et a établi le terme Coblentz dans les débats politiques32 :

  • 33 AP 34, p. 310 f.

« S’il eût existé une Assemblée toute plébéienne, on ne parlerait pas aujourd’hui de Coblentz ni de Worms. Cette cause n’existe plus aujourd’hui : nous ne devons point redouter la même mollesse. […] Tous vos maux, toutes les calamités qui désolent la France, l’anarchie que sèment sans cesse des mécontents, la disparition de votre numéraire, la continuité des émigrations ; tout part du foyer de rébellion établi dans le Brabant, et dirigé par les princes français. Eteignez ce foyer en poursuivant ceux qui le fomentent, en vous attachant opiniâtrement à eux, à eux seuls, et les calamités disparaîtront33 ».

13Pendant cette première phase en octobre et novembre 1791, Coblentz est un des trois points de rassemblement rhénan des émigrés, à côté de Worms et d’Ettenheim. En appliquant ces termes, il est incontestable qu’il s’agit ici de lieux où l’on a soupçonné des activités rebelles contre la France révolutionnaire. Ce que montre une remarque exemplaire de Vergniaud du 25 octobre 1791 :

  • 34 AP 34, p. 403. Sur la personnalité de Vergniaud voir Jean-Denis Bredin, « Vergniaud ou le génie de (...)

« Je réponds qu’une loi sur les émigrations n’apprendra rien aux Français que ce qu’ils savent tous : qu’il s’est formé à Worms et à Coblentz une conspiration contre leur liberté34 ».

14Toutefois il est évident que Coblentz acquiert rapidement de l’importance en raison de l’ampleur de sa colonie et de la présence des princes. Sous l’effet de l’agitation guerrière de futurs Girondins, le terme de Coblentz devient un facteur important. Déjà en ce temps-là, sont supposées des liaisons entre les ennemis intérieurs et extérieurs. Avant tout, on impute à l’exécutif royal d’être en contact avec Coblentz. Toujours le 25 octobre 1791 Vergniaud pose la question :

  • 35 AP 34, p. 402. Avant Vergniaud, Condorcet a dit des spéculations très semblables. AP 34, p. 397.

« S’il n’existe plus aucune espèce de danger, d’où viennent ces troubles intérieurs qui déchirent les départements, cet embarras dans les affaires publiques ? Pourquoi ce cordon d’émigrants qui, s’étendant chaque jour, cerne une partie de nos frontières ? Qu’on m’explique ces apparitions alternatives des quelques hommes de Coblentz aux Tuileries, et de quelques hommes des Tuileries à Coblentz. Qu’ont de commun des hommes qui ont fait serment de renverser la Constitution, avec un roi qui a fait serment à la maintenir. La raison permet-elle de leur supposer d’autres projets que d’imprégner jusqu’aux murailles du poison de leurs séductions35 ? ».

  • 36 À propos « des querelles sémantiques » pendant la Révolution voir Jean-Clément Martin, Contre- Rév (...)

15Les contacts entre la France et Coblence étaient également responsables du climat inquiet en France, au point que s’esquissaient déjà pour beaucoup de révolutionnaires la conviction que les relations avec Coblence étaient devenues l’échelle estimant la fidélité de Louis XVI envers la Constitution. Par la suite, il y eut une discussion à l’égard du contenu du terme Coblentz36, reflétant les démêlés politiques de la Législative et soulignant l’importance de la terminologie dans la discussion politique de cette époque. L’exécutif et les Feuillants essaient, par exemple, d’adopter une interprétation de Coblentz. Le Feuillant Koch réplique ainsi au parti de la guerre le 22 octobre 1791 :

  • 37 AP 34, p. 347.

« Il est certain qu’il n’a jamais existé d’armée d’émigrés, et que nous ne connaissons plus de rassemblements de troupes ni à Worms, ni à Coblentz ni dans les Pays-Bas. […] Nous sommes en effet bien éloignés de craindre ces émigrés37 ».

  • 38 AP 34, p. 555.

16Le ministre des Affaires étrangères, Montmorin, affirme de son côté le 31 octobre 1791 : « A Coblentz, où ils [= les émigrés] paraissent être en plus grand nombre, ils sont sans armes38 ». Le but de cette interprétation différente est d’éviter des attaques contre la monarchie et d’empêcher que la révolution ne se radicalise. En conclusion, il faut cependant souligner que Coblence a été considérée comme une ville de révolte, indiquant la victoire parlementaire des défenseurs d’une guerre. Dans le langage courant des députés Coblentz est devenu un symbole pour la Contre-Révolution. Ce que le député Grangeneuve exprime le 24 novembre 1791 :

  • 39 AP 35, p. 353 f.

« L’assemblée nationale a certainement caractérisé de complots les rassemblements de Coblentz et les projets des princes émigrés, quoique ces princes voulussent donner pour prétexte à leurs complots, le désir de mettre le roi en liberté. Le roi lui-même a déclaré hautement que ceux-là étaient les ennemis de l’État, qui sous prétexte de le faire jouir d’une liberté qu’il avait dans toute sa plénitude, formaient des rassemblements sur les frontières de France39 ».

17Pendant la deuxième phase à partir du mois de décembre 1791, le mot Coblentz est devenu le symbole dominant pour la Contre-Révolution. Les autres termes utilisés parallèlement jusqu’à ce moment-là, comme Worms, ont été repoussés et l’on parle même d’une relation avec Coblentz pour certains événements à l’intérieur du territoire français. Le terme Coblentz est considéré comme point de départ de l’ensemble des difficultés auxquelles la France révolutionnaire se trouve confrontée. La rhétorique de Brissot le montre particulièrement. Le 15 novembre 1791 chez les Jacobins, il stylise Coblentz comme cause principale de tous les problèmes français.

  • 40 AN. AD XV 41, Jacques Pierre Brissot, Discours sur la nécessité de déclarer la guerre aux princes (...)

« Il faut encore ou nous venger, en détruisant ce repaire de brigands, ou consentir à voir se perpétuer, au milieu de nous, les factions, les conspirations, les incendies. Car, d’où viennent les brandons qui les allument. De Coblentz. D’où vient l’insolence de nos aristocrates, qui nous bravent au sein même de la France ? Ils crient à l’armée de Coblentz : D’où vient l’opiniâtreté du fanatisme et de nos réfractaires ? Ils invoquent, ils payent l’armée de Coblentz. D’où vient enfin l’ascendant de nos modérés, de nos intrigans, qui veulent dominer et dominent par-tout ? De leur peur que fait Coblentz. Voulez-vous détruire, d’un seul coup, aristocrates, mécontens, prêtres réfractaires ? Détruisez Coblentz. Coblentz détruit, tout est tranquille au dehors, tout est tranquille au dedans40 ».

18Le seul remède universel pouvait être une guerre dans le but de détruire Coblence. Maintenant le terme représente non seulement un endroit, où se rassemblent les ennemis de la Révolution, mais aussi la cause de la mauvaise situation dans le domaine intérieur en France. Peu à peu, l’acception du terme se délie des réalités au bord du Rhin. Tous les problèmes s’expliquent d’une manière très simple : la ville passe pour le centre de la conjuration intérieure et extérieure. L’insistance rhétorique sur Coblentz s’est accompagnée d’un extrémisme dans l’agitation pour la guerre. De nouveau, il y eut des discours à propos du terme Coblentz. Lorsque Robespierre critique l’agitation pour la guerre, le 2 janvier 1792 chez les Jacobins, il répond à Brissot, essayant d’ébranler ses arguments ainsi :

  • 41 AN. AD XV 38, Maximilien Robespierre, Discours de Maximilien Robespierre sur la guerre, prononcé, (...)

« Mais que dis-je ? en avons-nous des ennemis du dedans ? Non, vous n’en connoissez pas, vous ne connaisseriez que Coblentz. N’avez-vous pas dit que le siège du mal est à Coblentz ? il n’est donc pas à Paris ? il n’y a donc aucune relation entre Coblentz et un autre lieu qui n’est pas loin de nous ? Quoi ! vous osez dire que ce qui a fait rétrograder la Révolution, c’est la peur qu’inspirent à la nation les aristocrates fugitifs qu’elle a toujours méprisés ; et vous attendez de cette nation des prodiges de tous les genres ! Apprenez donc qu’au jugement de tous les Français éclairés, le véritable Coblentz est en France, que celui de l’évêque de Trèves n’est que l’un des ressorts d’une conspiration profonde tramée contre la liberté, dont le foyer, dont le centre, dont les chefs sont au milieu de nous. Si vous ignorez tout cela, vous êtez étranger à tout ce qui se passe dans ce pays-ci41 ».

19Robespierre critique la fixation du parti de la guerre sur Coblentz et essaie d’imposer un glissement de sens, Coblentz devenant, pour lui, synonyme de toute la Contre-Révolution. Par contre, il ne la localisait pas au bord du Rhin, mais à Paris. En instituant cette interprétation, il ne critique pas seulement la politique du parti de la guerre, mais il attaque aussi la Cour en même temps. Pour la première fois, le terme de Coblentz est transféré complètement à la situation interne de la France. Cela réalise la transition avec la troisième phase retraçant l’utilisation du terme.

20On pourrait considérer la troisième phase à partir du mois de mars 1792 comme phase transitoire. De plus en plus, on trouve le terme dans des contextes indirectement liés aux événements au bord du Rhin. Le terme Coblentz est fréquemment mis en relation avec Louis XVI, les machinations des émigrés servent à discréditer le roi français. Les attaques contre le roi et la Cour sont justifiées par l’évocation des contacts prétendus ou réels entre les Tuileries et Coblentz. Une citation de Gensonné du 23 mai 1792 le montre :

  • 42 AP 44, p. 35.

« Enfin, comment pourrait-on douter de l’influence que cette cabale a su conserver à la cour, lorsqu’on voit attachées au service du château, des personnes dont les plus proches parents servent actuellement à Coblentz42 ».

  • 43 AP 39, p. 415.

21Le 6 mars 1792, le député Aubert-Dubayet estime, que la nation devait savoir, si Louis XVI veut être le roi des Français ou celui de Coblentz43. Vergniaud réclame aussi une décision claire :

  • 44 AP 46, p. 82, Vergniaud le 3 juillet 1792.

« On lui [= Louis XVI.] démontrerait que le système de neutralité qu’on semble vouloir lui faire adopter entre Coblentz et la France, serait une trahison insigne pour le roi des Français, qu’il ne lui rapporterait d’autre gloire qu’une profonde horreur de la part de la nation, et un mépris éclatant de la part des conspirateurs44 ».

22Dorénavant on peut attaquer non seulement le roi, mais aussi les adversaires dans le domaine intérieur, en les mettant en rapport avec Coblentz de n’importe quelle façon. Ainsi on stigmatise les ennemis de la Révolution, si bien que de plus en plus, le terme est utilisé comme moyen d’exclusion. Dans une citation de Condorcet dans une adresse au peuple français à l’occasion de la déclaration de guerre au roi de Hongrie et de Bohème le 20 avril 1792, la distinction dans l’interprétation du terme se manifeste ainsi :

  • 45 AP 42, p. 213.

« Telle est la paix qui vous est offerte ; non, vous ne l’accepterez jamais ; les lâches sont à Coblentz, et la France ne renferme plus dans son sein que des hommes dignes de la liberté45 ».

23En conséquence le soi-disant « plus grand mal », symbolisé par le terme Coblentz, est transféré de plus en plus du Rhin à la Seine.

  • 46 Gérard Maintenant, Les Jacobins, Paris 1984 (Que sais-je ? 2170), p. 96 ff. ; Hélène Tierchant, Ho (...)
  • 47 AP 61, p. 540, Robespierre le 10 avril 1793.
  • 48 AP 65, p. 495. Et aussi par exemple très semblable Saint-Just le 8 juillet 1793, AP 68, p. 427 et (...)
  • 49 À propos de la « spirale d’exclusions » voir Martin, Contre-Révolution, p. 13, p. 30 f. et p. 146 (...)

24Avec cette évolution, commence la quatrième phase. Pendant cette phase dès l’été de l’année 1792 Coblentz est devenu définitivement un terme lié aux conflits de la politique intérieure. Coblentz est utilisé comme terme employé par tout dénonciateur à la Convention nationale, et pratiquement par tous, comme terme servant à diffamer n’importe quel adversaire politique. On construit ou prétend des relations vers l’émigration sans que l’émigration réelle ne joue de rôle. Coblentz est devenu définitivement une étiquette pour les ennemis de la Révolution : elle est devenue un mot de dénonciation et de combat dans la vie quotidienne, y compris dans le domaine de la politique intérieure. Les discussions entre la Gironde et les Montagnards le démontrent46. Au printemps 1793 les Montagnards utilisent le mot Coblentz comme attaque verbale envers les Girondins, assurant que Brissot et ses amis avaient parlé le langage des ennemis de la France en 1792. Surtout les paroles de Brissot rappelaient les discours de Coblentz et « ressemblent en tout, […], au langage des Cours étrangères et des ministres hypocrites, et au discours de Coblentz47 ». Le 28 mai 1793 Robespierre arrive à la conclusion que les Girondins « ne cessent de conspirer avec les ennemis intérieurs et extérieurs de la République48 ». Coblentz est une arme rhétorique pour diffamer et compromettre une personne ou une faction politique49.

  • 50 Le 1er février 1793 Pitt était pour Ducos le plus grand ennemi de la France révolutionnaire. AP 58 (...)
  • 51 Pendant la révolution les symboles et les images ont changé et ont été modifiés souvent dans la cu (...)

25Pourtant Coblentz a déjà dépassé son point culminant. Après le déclin de l’armée des émigrés en hiver 1792/1793, d’autres personnages, comme le premier ministre britannique Pitt, ont acquis cette fonction diffamatoire50. Le terme Coblentz n’est pas seulement un symbole pour la Contre-Révolution mais il prouve également que l’invocation de la colonie d’émigrés à Coblence a été sciemment utilisée comme prétexte pendant les débats politiques de la Révolution française entre 1791 et 1794 pour motiver et établir des stratégies de politique intérieure et extérieure : pour une guerre, contre la Cour et Louis XVI et contre chaque adversaire dans le domaine intérieur51.

  • 52 Voir Lüsebrink, Reichardt, Bastille, p. 34 et p. 47 f.

26Pour conclure brièvement, premièrement Coblentz est un terme introduit pendant la Législative par les futurs soi-disant Girondins (Brissot et ses amis). Deuxièmement les changements de sens essentiels proviennent de ces personnages. Après l’élimination de la Gironde en 1793, on ne trouve le terme que sporadiquement jusqu’à nos jours. Coblentz a été une arme symbolique dans les discussions de la politique intérieure, une arme qui a légitimé chaque action contre les adversaires de la Révolution de n’importe quelle provenance. C’est devenu possible parce que le terme de Coblentz a été reconnu et a provoqué des émotions liées aux appellations qui jouaient avec les angoisses et les idées fixes d’une grande partie du public52.

Notes

1 Voir Christian Henke, « Coblence – ein gegenrevolutionäres Symbol », in Koblenzer Beiträge zur Geschichte und Kultur, Neue Folge 5 (1995) p. 69 f et Coblenz, Symbol für die gegenrevolution, ftuttgart, Thorbecke, 2000.

2 Pierre De Vaissière, Coblence ou les émigrés français dans les pays rhénans de 1789-1792, Paris 1924 (Les Cahiers Rhénans, 1), Ernest Daudet, Coblentz 1789-1793, Paris 1889, H. Chassagne, Coblence 1789-1792. Des Français au Service de l’Étranger, Paris 1935, Franz Liesenfeld, Klemens Wenzeslaus, der letzte Kurfürst von Trier, seine Landstände und die französische Revolution (1789-1794), Trier 1912 (WestDtZGKunst, Ergänzungsheft 17), Hubert Telöken, Die kurtrierische Politik zur Zeit der französischen Revolution, Diss. Bonn 1951, Alfons Sprunck, « Die französischen Emigranten im Kurfürstentum Trier », in Kurtrierisches Jahrbuch 6 (1966) p. 133-142, Marc Bouloiseau, « Coblentz », in Historical Dictionary of the French Revolution 1789-1799, éd. p. Samuel F. Scott, Barry Rothaus, t. 1, London 1985, p. 202-203.

3 J. Mavidal, M. E. Laurent, E. Clavel (dir.), Archives Parlementaires de 1789 à 1860. Recueil complet des débats législatifs & politiques de chambres françaises. Imprimé par ordre de l’Assemblée nationale. Première série (1789-1799), t. 8-98, Paris 1875-1994 (ci-après AP).

4 Voir Michael Wagner, « Die Gegenrevolution », in : Ploetz. Die Französische Revolution, éd. p. Rolf Reichardt, Freiburg/Würzburg 1988, p. 100, et le même, « Revolutionskriege und revolutionäre Außenpolitik », in : Ploetz. (s.o.), p. 114 ff.

5 AMRE. CD Trèves 34, p. 88 f., Vergennes au ministre des Affaires étrangères Montmorin le 6 juin 1791.

6 Joseph-Thomas-Anne Comte d’Espinchal, Journal d’Emigration du Comte d’Espinchal publié d’après les manuscrits originaux, éd. p. Ernest d’Hauterive, Paris 1912, p. 265. À la fin de septembre Espinchal décrit la situation à Coblence : « Le nombre des arrivants à Coblentz est tellement considérable qu’on remarque qu’il n’y a que très peu de familles marquantes qui n’aient envoyé quelques-uns de leurs membres auprès des princes ». Ibid. p. 275. Sur la personnalité du comte d’Espinchals voir Jean Vidalenc, Les émigrés français 1789-1825, Caen 1963, p. 59.

7 AMRE. CD Trèves suppl. 4, p. 60 f., St. Croix au ministre des Affaires étrangères de Lessart le 30 décembre 1791.

8 ASHA. B 2, 3, Dos. 2, Kellermann au ministère de la guerre le 12 mai 1792, p. 3.

9 Duminique, ministre d’électeur Clemens Wenzeslaus, pendant une conférence avec St. Croix. AMRE. CD Trèves suppl. 4, p. 263 f., St. Croix au ministère des Affaires étrangères le 21 février 1792.

10 ASHA. B 2, 3, Dos. 3, Bulletin de l’Armée du Rhin, le 18 mai 1792, p. 1.

11 AMRE. CD Trèves suppl. 4, p. 264, St. Croix au ministère des Affaires étrangères le 21 février 1792. Le 25 juillet 1791 Küster, secrétaire de légation prussienne, a rapporté, Frédéric Guillaume II., que Coblence « … jetzt der Hauptplatz aller Beratungen und Projekte der nach Deutschland geflüchteten Franzosen ist ». Publié chez Joseph Hansen (dir.), Quellen zur Geschichte des Rheinlandes im Zeitalter der Französischen Revolution 1780-1801, t. 1, Bonn 1931, p. 919.

12 Westphalen au Colloredo le 10 février 1792, publié chez Hansen, Quellen, (s.o.) t. 2, Bonn 1933, p. 59. Voir aussi Liesenfeld, Klemens Wenzeslaus, p. 18 et p. 29 f.

13 Voir Vidalenc, Émigrés français, p. 70 ff., Jacques Godechot, La Contre-Révolution. Doctrine et Action 1789-1804, Paris 1961, p. 154 ff.

14 Voir Massimo BOFFA, « Émigrés », in Dictionnaire critique de la Révolution française. Acteurs, éd. p. François Furet, Mona Ozouf, et autres, Paris 1992, p. 319. On trouve des exemples en AN. D XXIX bis 36 A, Dos. 369 et AN. D XXIX bis 37, Dos. 381.

15 Gilbert Bodinier, « L’armée royale devant l’impact révolutionnaire. Officiers « patriotes » et « aristocrates », les serments, la désertion, l’émigration », in Histoire militaire de la Révolution française. M. Soc. Droit Pays bourguignons 49 (1992) p. 72.

16 Duc De Castries, La vie quotidienne des Émigrés, Genève 1979, p. 78 ff., Ghislain de Diesbach, Histoire de l’émigration 1789-1814, Paris 1975, p. 192 ff.

17 Les règlements les plus importants sont BN. Lb 39, 5268, Règlement définitif pour la formation en différentes compagnies de la noblesse rassemblée auprès de Monsieur et de Monseigneur le Comte d’Artois, Paris 1791, BN. Lb 39, 5530, Règlement pour les cantonnements, avec lettre d’envoi des Princes, frères du Roi, et déclaration de leurs sentiments, Paris 1791 et BN. Lb 39, 5536, Règlement pour la formation, en différentes compagnies, du tiers-état, rassemblée auprès de Monsieur et de Monseigneur Comte d’Artois, sans lieu 1791.

18 Le 4 janvier 1792 les princes ont établi Prioreau dans la charge de Commissaire général de la police. ASHA. X u 1, Dos. 6, p. 79. Même St. Croix a fait ses expériences avec l’administration des princes. AMRE. CD Trèves suppl. 4, p. 9, St. Croix au ministère des Affaires étrangères le 27 décembre 1791.

19 Le 10 février 1792 l’envoyé de l’empereur, Westphalen, a rapporté Colloredo : « Die Prinzen suchten sogar förmlich um eigene Jurisdiktion über die Franzosen an und aspirirten dadurch nach der Ausübung eines landesherrlichen Rechts. Ob ihnen nun gleichwohl hierin nicht willfahrt worden, so erlaubt man ihnen doch, daß sie auf bloße Requisition mehrere Franzosen durch französische Offiziere auf die Festung Ehrenbreitstein bringen durften. Sie hatten selbst die Verbrechen untersucht, die Strafe bestimmt und durch ihre eigenen Leute exequiren lassen, und man gestattete ihnen also hierdurch indirecte, was man ihnen ganz unbedingt zu erlauben nicht getraute : Fremden, Fein den einer benachbarten Macht, eigene Jurisdiktion auf dem Reichsterritorio, und der Kurfürst sündigte auch in diesem Punkt gegen seine reichsständischen Pflichten ». Publié chez Hansen, Quellen, t. 2, p. 58 f.

20 Voir Vicomte R. De Grouvel, Les corps de troupe de l’émigration française (1789-1815), t. 3, Paris 1964, Jean Pinasseau, L’Émigration militaire. Campagne de 1792. Armée Royale, 2 t., Paris 1957/1964.

21 En novembre 1791 par exemple un « Projet de Règlement général, pour ce qui concerne les devoirs et fonctions du directeur général et autres employés, au service des vivres, tant pour les distributions, que pour la tenue de la comptabilité » et un « Projet de règlement général pour ce qui concerne les devoirs et fonctions du directeur et autres employés attachés a la partie des fourages, tant pour les distributions que pour la tenue de la comptabilité » sont sortis. AN. O 3, 2601.

22 Concernant cette question, l’administration de l’armée a rédigé des nombreux relevés. Une pièce intitulée « Armée Royale. Tableau général des trois divisions » a supposé, que la force de l’armée s’élève à 24016 soldats en été 1792. ASHA. X u 1, Dos. 1, pièce 4, p. 12, sans date. Une autre pièce a nommé un nombre de 24.414 hommes. AN. O 3, 2596, Armée Royale de France commandée par les Princes Frères du Roi. Récapitulation Générale de la Force et de la Dépense, sans date.

23 Par exemple Custine le 30 mai 1792 dans une lettre au ministère de la guerre. ASHA. B 2, 3, Dos. 3, p. 4.

24 François René Vicomte De Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe. Texte de l’édition originale (1849), éd. p. Pierre Clarac, t. 1, Paris 1973, p. 371 et p. 373 f. Les exercices militaires des émigrants décrit Bleibtreu dans ses mémoires : « Die Waffenübungen waren im Allgemeinen noch zu keiner Reife gediehen ; undressirte Pferde beschäftigten den Reiter mehr, als die Waffen. Jeder, der 1792 die Ausgewanderten in ihren Versuchen des Manövrirens gesehen, wird sich erinnern, daß dieselben für nichts weiter als Anfänger in der Waffenkunst galten, und man mit solchen Truppen gegen alte franz. Linientruppen mit einiger Hoffnung auf Erfolg den Kampfplatz nicht betreten konnte ». Leopold Bleibtreu, Das Rheinland im Zeitalter der Französischen Revolution. Augenzeugenberichte, éd. p. Wilhelm Schmidt-Bleibtreu, ND Bonn 1988, p. 16.

25 AN. O 3, 2612, Exercices 1791 et 1792. Remises faites par les puissances et autre particuliers, sans date.

26 AN. O 3, 2656, Armée Royale. Compte Général des Recettes et Dépenses de M. de Crochard Trésorier Général de ladite Armée à un compte du 1er janvier 1791 – 1er décembre 1792, 11 juin 1794, p. 36 ff.

27 Hansgeorg Molitor, Vom Untertan zum Administré, Wiesbaden 1980 (Veröffentlichungen des Instituts für europäische Geschichte Mainz, 99), p. 13. À propos d’une rhétorique de complot voir Lynn Hunt, Symbole der Macht. Macht der Symbole. Die Französische Revolution und der Entwurf einer politischen Kultur, Frankfurt am Main 1989, p. 54 ff.

28 La communication orale étant prédominante pendant la Révolution, l’importance des « bruits » est considérable. Voir Hans-Jürgen Lüsebrink, Rolf Reichardt, Die Bastille : zur Symbolgeschichte von Herrschaft und Freiheit, Frankfurt am Main 1990, p. 51 et p. 55 f.

29 Voir Jean-Jacques Clère, « L’émigration dans les débats de l’Assemblée nationale constituante », in Les droits de l’homme et la conquête des Libertés. Actes du Colloque de Grenoble-Vizille 1986, éd. p. Michel Vovelle, Grenoble 1988, p. 156-161.

30 C. J.Mitchell, The French Legislative Assembly of 1791, Leiden et autres 1988, Patrick Brasart, Paroles de la Révolution. Les assemblées parlementaires 1789-1794, Paris 1988, p. 83-121, Henry Bergasse, Histoire de l’Assemblée des élections des 1789 aux élections de 1967, Paris 1967, p. 59 ff.

31 Voir une pétition des citoyens de Blois, lue à l’assemblée le 20 octobre 1791. AP 34, p. 297.

32 Sur la personnalité de Brissot voir Suzanne d’Huart, Brissot. La Gironde au pouvoir, Paris 1986 ; Patrice Gueniffrey, Brissot, in Dictionnaire critique de la Révolution française. Acteurs, éd. p. François Furet, Mona Ozouf, et autres, Paris 1992, p. 77-99 et plutôt critique André Guès, « Brissot le belliciste », in Écrits, Paris 410 (1981) p. 77-83. Voir aussi Mona Ozouf, Girondins, in Dictionnaire critique de la Révolution française. Acteurs, éd. p. François Furet, Mona Ozouf, et autres, Paris 1992, p. 355-373, François Furet, Mona Ozouf (dir.), La Gironde et les Girondins, Paris 1991. À cause d’une simplification, je désigne déjà pour le temps de Législative le groupe autour de Brissot comme girondins, bien que la signification ne se construise que pendant la lutte contre les montagnards en 1793. Concernant le commencement de la guerre voir François Furet, « Les Girondins et la guerre : les débuts de l’Assemblée législative », in La Gironde et les Girondins, éd. p. François Furet, Mona Ozouf, Paris 1991, p. 189-205, Frank Attar, La Révolution française déclare la guerre à l’Europe, Brüssel 1992, T.C.W. Blanning, The Origins of the French Revolutionary Wars, London/New York 1986, Leopold Von Ranke, Ursprung und Beginn der Revolutionskriege 1791 und 1792, Leipzig 1875.

33 AP 34, p. 310 f.

34 AP 34, p. 403. Sur la personnalité de Vergniaud voir Jean-Denis Bredin, « Vergniaud ou le génie de la parole », in La Gironde et les Girondins, éd. p. François Furet, Mona Ozouf, Paris 1991, p. 367-387.

35 AP 34, p. 402. Avant Vergniaud, Condorcet a dit des spéculations très semblables. AP 34, p. 397.

36 À propos « des querelles sémantiques » pendant la Révolution voir Jean-Clément Martin, Contre- Révolution, Révolution et Nation en France. 1789-1799, Paris 1998, p. 10 et concernant le « Wörterkrieg » voir Rolf Reichardt, Das Blut der Freiheit. Französische Revolution und demokratische Kultur, Frankfurt am Main 1998, p. 220 ff.

37 AP 34, p. 347.

38 AP 34, p. 555.

39 AP 35, p. 353 f.

40 AN. AD XV 41, Jacques Pierre Brissot, Discours sur la nécessité de déclarer la guerre aux princes allemands qui protègent les émigrés, prononcé, le 15 décembre, à la Société des amis de la Constitution, séante aux Jacobins, à Paris et imprimé par son ordre, Paris 1791. p. 5 f. Le 19 décembre 1791, Billaud-Varennes demande : « Il est instant de pulvériser Coblentz, le foyer d’où partent toutes ces calamités, qui entravent, qui atténuent insensiblement la constitution ». AN. AD XV 41, Jacques Nicolas Billaud-Varenne, Discours sur cette question : Comment doit-on faire la guerre, au cas qu’il faille la déclarer ? prononcé, le 19 décembre, à la Société des amis de la Constitution, séante aux Jacobins, et imprimé par son ordre, Paris 1791, p. 20.

41 AN. AD XV 38, Maximilien Robespierre, Discours de Maximilien Robespierre sur la guerre, prononcé, le 2 janvier, à la Société des amis de la Constitution, séante aux Jacobins, et imprimé par son ordre, Paris 1792, p. 29. Concernant cette discussion entre Brissot et Robespierre voir aussi Michel Winock, L’échec au roi 1791-1792, Paris 1991, p. 148 ff. et Attar, La guerre, p. 118 ff. Sur la personnalité de Robespierre voir Patrice Gueniffrey, « Robespierre », in Dictionnaire critique de la Révolution française. Acteurs, éd. p. François Furet, Mona Ozouf, et autres, Paris 1992, p. 247-271.

42 AP 44, p. 35.

43 AP 39, p. 415.

44 AP 46, p. 82, Vergniaud le 3 juillet 1792.

45 AP 42, p. 213.

46 Gérard Maintenant, Les Jacobins, Paris 1984 (Que sais-je ? 2170), p. 96 ff. ; Hélène Tierchant, Hommes de la Gironde ou la liberté éclairée, Bordeaux 1993, p. 69 ff., Albert Soboul (dir.), Girondins et Montagnards. Actes du Colloque, Sorbonne 14. décembre 1975, Paris 1980.

47 AP 61, p. 540, Robespierre le 10 avril 1793.

48 AP 65, p. 495. Et aussi par exemple très semblable Saint-Just le 8 juillet 1793, AP 68, p. 427 et Couthon contre Carra le 2 août 1793. AP 70, p. 133 f.

49 À propos de la « spirale d’exclusions » voir Martin, Contre-Révolution, p. 13, p. 30 f. et p. 146 ff.

50 Le 1er février 1793 Pitt était pour Ducos le plus grand ennemi de la France révolutionnaire. AP 58, p. 115.

51 Pendant la révolution les symboles et les images ont changé et ont été modifiés souvent dans la culture politique et révolutionnaire. Voir Hunt, Symbole, p. 96, p. 69 ff. et p. 78 ff., Lüsebrink, Reichardt, Bastille, p. 260 f.

52 Voir Lüsebrink, Reichardt, Bastille, p. 34 et p. 47 f.

Auteur

Düsseldorf

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540