Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Contre-Révolution en Europe

 | 
Jean-Clément Martin

Émigration et émigrés

Les émigrés suisses et leurs troupes pendant la deuxième guerre de coalition

Hubert Foerster

Texte intégral

La République helvétique1 (1798-1803)

  • 1 La dernière histoire consacrée à la République helvétique a été écrite par un Allemand (voir note (...)
  • 2 Citons les publications les plus récentes traitant de l’aspect militaire avec Jurg Stussi-Lauterbu (...)

1La France révolutionnaire avait occupé la Suisse en mars 1798. Les armées des généraux Schauenbourg et Brune durent bien livrer quelques combats mais n’affrontèrent qu’une faible résistance. L’esprit d’indépendance et de souveraineté ne suffisait plus à motiver tous les gouvernants de tous les cantons et ainsi que la population2. Un mois plus tard, en avril 1798, la République helvétique, une et indivisible, fut proclamée par les patriotes provenant de tous les cantons. Ces patriotes, une petite minorité gagnée aux idées et aux idéaux de la Révolution française, mirent en place un État centralisé ainsi qu’une nouvelle administration très tentaculaire. La constitution de Peter Ochs, élaborée peu de temps auparavant à Paris, avait détruit l’organisation de l’Ancien Régime. La disparition de toutes les anciennes structures sociales, économiques, administratives et politiques, les menaces planant sur la religion, l’exercice et les institutions religieuses, de même que les réquisitions effectuées par les troupes françaises, poussèrent une grande part de la population à résister, de diverses manières, à la République helvétique et aux troupes d’occupation. Le nouveau régime ne pouvait se maintenir que grâce aux baïonnettes françaises.

L’émigration

  • 3 L’ouvrage de référence, bien que les chapitres concernant l’émigration militaire reste complètemen (...)

2Il se forma un mouvement contre-révolutionnaire et anti-helvétique. La majeure partie des opposants choisit de rester au pays et de baisser la tête en laissant passer la tempête. Ces opposants attendaient la suite des événements pour décider, selon les circonstances officielles ou personnelles, de collaborer au moment opportun avec le nouveau régime. Par contre, environ 10 000 personnes sur une population de 1420 823 habitants, soit comme en France même pas 1 % de toute la population, choisirent d’émigrer, pour sauver leur vie ou leur fortune, mais surtout pour mieux combattre l’ordre nouveau, dans le but final de remettre en place l’Ancien Régime. Il s’agissait, en général, de gens ordinaires, des bourgeois et des sujets des anciens bailliages, le « tiers état suisse », et d’environ 600 patriciens et notables, d’ecclésiastiques séculiers, de moines et de religieuses. Ils se réfugièrent de préférence en Allemagne du Sud et dans le Vorarlberg. Les émigrés désiraient rester en pays germanophone, près de la patrie pour pouvoir rentrer rapidement dès que les circonstances le permettraient. Peu de gens se rendirent plus loin, en Italie ou même à Neuchâtel, territoire prussien et donc neutre3.

3Concrètement, on constata sept vagues d’émigration :

  • Un premier groupe partit après l’invasion française en mars/avril 1798, par peur des représailles. Il se composait surtout de notables laïques tels que le dernier avoyer de Berne, Nicolas de Steiger, ou religieux comme, par exemple, le prince-abbé de Saint-Gall, Pancrace Vorster. Nous pouvons citer, parmi les industriels, l’appenzellois Zellweger, grand fabriquant de textiles, des « capitalistes » comprenant entre autres les banquiers Bayer & Hoffmann ou encore des militaires ayant la réputation d’être contre-révolutionnaires, tel le major de Rovéréa4.
  • Un deuxième groupe s’enfuit en juillet/août 1798 pour éviter de devoir prêter le serment sur la constitution helvétique. Citons également les frères Eugène et Louis de Courten qui firent partie des premiers Valaisans à quitter le pays après l’insuccès du soulèvement populaire5.
  • Un troisième groupe émigra en septembre 1798 après 1’acceptation forcée de la constitution dans le canton de Schwyz, l’occupation sanglante consécutive au soulèvement du canton de Nidwald6 et les conséquences des combats en Valais.
  • Un quatrième groupe se composa de réfractaires à la conscription pour éviter de devoir combattre dans les brigades auxiliaires helvétiques au service de la France, dans la légion helvétique ou encore dans l’armée de la milice helvétique. Ce mouvement allait se poursuivre durant tout l’hiver 1798/99.
  • Un cinquième groupe quitta le pays au printemps 1799 à la suite des soulèvements populaires sous la devise « Pour Dieu et la Patrie7 ». Des troubles et des combats se déroulèrent dans les cantons de Soleure, Bâle, Argovie, l’Oberland bernois, Fribourg, Vaud, Valais, Tessin, Lucerne, Schwyz, Uri et Zoug8.
  • Un sixième groupe partit avec les troupes autrichiennes et russes après la victoire de Masséna à la deuxième bataille de Zürich à la fin du mois de septembre 1999. Il était surtout formé de ressortissants des cantons de Suisse centrale9 et de Suisse orientale à nouveau occupés par les Français.
  • La dernière vague des départs allait se poursuivre de l’hiver 1799 jusqu’au printemps 1801. Les « déçus de la République helvétique » furent recrutés à l’étranger ou furent engagés par les officiers recruteurs des régiments émigrés en Suisse même, sous les yeux de l’autorité helvétique et des troupes françaises. – En dehors de ces groupes, il y eut naturellement des hommes qui s’engagèrent par pur intérêt pour la vie militaire.

Les régiments des émigrés

4Face aux réfugiés, le gouvernement anglais ne resta pas inactif. Il alloua des subsides à des personnalités suisses émigrées comme le comte valaisan Eugène de Courten. Le but était clair : en finançant l’exil d’un réfugié temporaire, les Anglais désiraient faire de lui un émigré acquis à la cause contre-révolutionnaire. Ce procédé fut une totale réussite. Par exemple, le dernier avoyer bernois de Steiger qui allait devenir le chef politique des émigrés, ou encore le capucin Stiger qui fut bientôt nommé aumônier du régiment Rovéréa. Nous pouvons même citer Catherine Murer, nidwaldienne de 21 ans qui fut hallebardière lors du soulèvement en septembre 1798, avant de devenir la nurse du comte de Courten, sans oublier tous ces paysans, futurs soldats, qui une fois licenciés, devinrent dès 1801 des agents contre-révolutionnaires très actifs dans leur patrie.

La formation des troupes

  • 10 Cette politique anglaise fut pratiquée pendant toutes les guerres soit contre la France révolution (...)
  • 11 Lors de la deuxième guerre de coalition, l’Angleterre, l’Autriche et la Russie prévoyaient, au déb (...)

5Il était dans l’intérêt des gouvernements anglais et autrichien de former des troupes suisses. Pour l’Angleterre, il fallait renforcer les armées des coalisés en guerre depuis le printemps 1799 car, si elle disposait d’argent en suffisance, elle n’avait pas assez d’hommes10. L’Autriche elle devait tenir compte de l’effet psychologique. Elle ne voulait pas que les représentants de République helvétique et les patriotes lui reprochent d’avoir envahi et occupé militairement la Suisse : le souvenir des guerres d’indépendance des Suisses contre les Habsbourg-Autriche entre 1291 et 1499 était encore très vif dans la population et risquait d’être exploité contre les coalisés. Avec l’aide des émigrés, l’Autriche put donc attaquer la République helvétique avec le slogan « Les Suisses libèrent la Suisse11 ».

6L’Angleterre espérait pouvoir engager de 20 à 25 000 émigrés dans des régiments de ligne qu’elle financerait accordant à l’Autriche le commandement supérieur. L’engagement pris devait durer trois ans ou jusqu’à la libération du pays. Les régiments d’émigrés ne pouvaient être utilisés qu’à une distance de 30 km à 1’extérieur des frontières suisses et dans l’unique but de chasser les Français et de renverser la République helvétique.

  • 12 Guy De Meuron, Le Régiment de Meuron 1781-1816, Lausanne, Le Forum Historique, 1982 ; Adolf Burkli(...)
  • 13 J.E. Cookson, The British Armed Nation 1793-1815, Oxford, Clarendon Press, 1997 ; Paul Sauer, Der (...)

7Avec ces dispositions très claires, ces régiments se distinguaient nettement des autres régiments suisses au service de l’Angleterre ou des troupes « achetées » par ce pays aux princes allemands en juillet 1799 pour la durée de la guerre de la deuxième coalition. Les régiments de Meuron et de Roll appelé aussi Royal étrangers, au service de l’Angleterre, furent engagés des Indes au Cap de Bonne Espérance, en Égypte, en Espagne et au Portugal et même jusqu’au Canada, selon la volonté de la couronne anglaise12. Les régiments de Wurttemberg (6 000 hommes) et de la Bavière (20 000), composés de soldats de l’Ancien Régime, renforcèrent les armées autrichiennes et russes. Ils ne se battaient pas pour l’indépendance ou la libération de leurs pays, mais uniquement pour répondre aux besoins stratégiques et tactiques des coalisés13.

  • 14 Voir Foerster, notes 9 et 18.

8Selon le voeu du général autrichien Hotze, à l’origine un bourgeois zurichois, on mobiliserait des milices paysannes dès que l’armée des coalisés serait entrée en Suisse. Ces volontaires organisés par les gouvernements provisoires des cantons libérés auraient eu à soutenir les régiments de ligne pour effectuer des reconnaissances, être aux avant-postes et procéder à des attaques surprises. Leur parfaite connaissance des lieux devait faciliter leurs missions14.

Doc. 1. Carte de la position des troupes et de leurs mouvements

La composition des unités

9Jetons un bref regard sur la composition de deux compagnies de deux régiments, Rovéréa et Bachmann, créés à des endroits différents et dans l’intervalle de six mois.

  • 15 Archives de l’État du Valais, Fonds des familles, Archives de Courten, Carton 13, Nr. 2. La liste (...)

10Le premier régiment formé fut celui du colonel bernois mais d’origine vaudoise, de Rovéréa, en février/mars au Vorarlberg (Feldkirch) et en Allemagne du Sud (Neu-Ravensburg). Dans sa première composition, la compagnie de Louis de Courten comprenait 88 hommes, émigrés à la suite des événements en 1798. Elle fournit des indications intéressantes : 67 % provenaient de la Suisse centrale, 20 % du Valais germanophone, le reste, soit 12 % de la Suisse orientale. L’âge moyen était de 29 ans. Le tiers des soldats était marié. À part quelques notables et membres des professions libérales, les 9/10 étaient des paysans. De telles répartitions sociales et professionnelles ne facilitèrent ni l’instruction ni la conduite de la troupe15.

  • 16 Archives de l’État de Fribourg, Fonds des familles, Archives de Gady II 4. La liste nominative est (...)

11Les régiments du glaronais de Bachmann et du grisonnais de Salis se formèrent, durant l’été 1799 en Suisse orientale dans les cantons libérés de la présence française. Ils ne devinrent des troupes d’émigrés qu’après la défaite russe à la deuxième bataille de Zurich. La compagnie de Gady dans le régiment Bachmann était à l’origine composée de 40 % de Saint-Gallois, de 10 % de Zurichois et de 5 % de Thurgoviens, le reste provenant de 16 autres cantons. L’âge moyen était de 21 ans. 36 % des soldats pouvaient être considérés comme analphabètes, car ils signaient leur quittance de paie avec une croix. Les 3/4 étaient des paysans, le reste des artisans tels que des cordonniers, tailleurs et tisserands. Ces jeunes gens robustes et de bonne volonté apprirent rapidement le métier des armes et firent preuve d’une grande endurance16.

12On peut constater des analogies pour les régiments de Salis et de Courten, dans lesquels les Grisonnais et les Valaisans avaient préféré servir. Mais il faudra attendre la suite du dépouillement des états d’environ 6 000 hommes pour obtenir des données et des chiffres plus complets.

  • 17 John G. Callaher, Napoleon’s Irish Legion, Ilinois, Southern Ilinois University, 1993.

13Il ne faut pas oublier les étrangers engagés, soit les non-suisses. Ce n’est que durant les derniers mois, avant le licenciement en 1801, que les régiments des émigrés acceptèrent de recruter des étrangers en plus grand nombre. Trop éloignés de leur base, l’arrivée de nouvelles recrues suisses était devenue trop faible pour pouvoir maintenir les effectifs au complet. Le pourcentage des non-suisses, de 2 % en 1800, s’élevait alors à environ 11 %. Ce mélange forcé se retrouve partout où des troupes nationales furent trop longtemps coupées de leur pays, comme le montre aussi, par exemple, la légion irlandaise durant l’Empire17.

Doc. 2. Position de la ligne d’armistice entre les Français et les Autrichiens

  • 18 On compte 4 compagnies de Zurich (462 soldats), de Glaris (371), du Valais (448), de Schwyz (dont (...)

14Dès qu’un canton était libéré, on voyait surgir des miliciens volontaires, mais en assez petit nombre. Les hommes qui avaient dans les 20 ans évitaient de participer de trop près à la guerre. On préférait laisser agir les étrangers coalisés et les contre-révolutionnaires convaincus à 100 % dans les régiments des émigrés. Malgré cette prudence manifeste, les gouvernements provisoires arrivèrent, en août 1799, à mobiliser 24 compagnies avec environ 2 100 hommes. Le chef d’escadron autrichien Managhetta les réunit dans la légion Managhetta18.

15L’insuccès du recrutement était dû à plusieurs facteurs. Tout d’abord, le choc de voir la patrie conquise et administrée d’une manière toute nouvelle paralysèrent les élites et la population. Il fallait du temps pour réfléchir et pour réagir. De plus, les représailles françaises et helvétiques face aux opposants – on n’avait pas oublié le sort de Nidwald – refroidissaient les plus courageux. Et plus grave encore fut l’inaction politique et la mésentente régnant entre les élites émigrées. Cette opposition s’avéra incapable de définir un but politique précis et de formuler des idées simples pour la future organisation du pays. Tout contribuait donc à un échec militaire de la contre-révolution suisse pendant la deuxième guerre de coalition.

L’engagement militaire19

  • 19 (Robert-François) Vicomte Grouvel, Les corps de troupe de l’émigration française, t. 1, « Services (...)
  • 20 Anton Pestalozzi, Briefe an Lord Sheffeld. Englische Kriegsberichte aus der Schweiz, Herbst 1799, (...)

16Les troupes contre-révolutionnaires se battaient bien comme le prouvent les médailles de mérite en argent accordées par l’Autriche et les rapports, soit du haut commandement, soit des inspecteurs anglais. Le régiment de Rovéréa entra en Suisse, comme prévu, en tête des armées de l’archiduc Charles et du général Hotze. Comme celles des autres formations, leur activité était variée. Les émigrés servaient soit « d’infanterie de marine » sur le lac de Zurich, soit d’avant-postes et là les Français n’apprécièrent pas du tout la précision de leur tir, soit encore en qualité de « chasseurs alpins20 ».

17Chassés de la Suisse, les émigrés des régiments Bachmann, Salis et Managhetta formèrent, en 1800, l’arrière-garde du corps du prince de Reuss et du général Auffenberg – plus tard, Napoléon allait aussi apprécier ses Suisses dans ce rôle – dans le Vorarlberg et bouclèrent avec succès les axes de Feldkirch et du col du Arlberg. En fin d’année, leur défense de la sortie de la vallée de l’Engadine en direction du Tyrol sous un froid glacial – l’alcool gelait dans les gourdes – et dans des masses de neige impressionnantes demeura mémorable. Ils prirent même un drapeau français lors d’une attaque surprise. Par contre, le régiment de Rovéréa fit partie de l’armée de l’Allemagne du Sud sous les ordres de l’archiduc Ferdinand et du général Kray où il combattit de la même manière. Il subit – comme le régiment de Courten au front Sud en Italie à la frontière valaisanne – les défaites des troupes coalisées.

  • 21 L’Angleterre a choisi une région éloignée de la Suisse pour décourager les licenciés d’effectuer l (...)

18Après la paix de Lunéville, il faut souligner leur retraite en 1801 vers leur lieu de licenciement en Styrie, dans l’actuelle Slovénie21. Le régiment de Rovéréa stationné en Bohème passa par Vienne, les troupes de Courten par l’Italie du Nord. Bachmann et Salis avaient le chemin le plus direct. Ils parcoururent environ 650 km en 118 heures de marche en ne laissant que les morts sur place. Il ne s’agissait pas d’une promenade de santé. La neige, la pluie, des routes ravinées, des uniformes abîmés, des chaussures en mauvais état, des abris déjà occupés par d’autres troupes, une maigre nourriture et un destin inconnu affectèrent le physique et le moral de troupes déjà affectées par le poids de la défaite et de la retraite. Malgré cela, tous les malades et les blessés furent pris en charge et on n’abandonna aucun soldat au bord de la route. Cette marche ne fut possible que grâce à une discipline remarquable, cimentée par un étonnant esprit de corps.

19On peut estimer les pertes des régiments à environ 20 % de décès. La moitié dut sûrement mourir sur « le champ d’honneur » ou à la suite de blessures, le reste décéda surtout des suites de maladies et de fièvres dans la région autour de Maribor en Slovénie. Les pertes des officiers se chiffrent à environ de 10 % et sont surtout dues aux combats. Les désertions tournaient autour des 15 % mais elles demeurèrent rares jusqu’en hiver 1800/01. Ces désertions, qui furent surtout le fait des étrangers, eurent notamment lieu au moment où l’on attendait le licenciement. De plus, dans le cas des désertions constatées après les combats, la question demeure encore ouverte de savoir si les prisonniers faits par les Français se déclaraient déserteurs dans l’espoir d’un meilleur sort ou s’il s’agissait de véritables déserteurs.

20En résumé, les troupes des émigrés se battirent plus qu’honorablement. On ne peut absolument pas leur reprocher une conduite militaire défaillante.

La tradition ou la nouveauté ?

  • 22 En avers on lit sur le bras horizontal de la croix brodée en or « N. FREDERIC DE STEIGER, PERE DE (...)
  • 23 Michel Rochat, Drapeaux Flammés des Régiments Suisses au Service de France – Geflammte Fahnen der (...)

21Les régiments des émigrés étaient-ils semblables aux anciennes troupes au service étranger ou aux milices cantonales ? Examinons quelques aspects. En prenant les trois drapeaux des régiments de Rovéréa, de Salis et de Bachmann, on constate, selon le caractère du colonel, l’existence de trois dessins différents. Les deux premiers ont gardé le modèle classique employé au service étranger de France et par les milices cantonales suisses avec la croix blanche transversale et les champs flammés. Rovéréa, à la fois vaudois et bourgeois bernois, imita le drapeau d’ordonnance bernoise, en limitant les flammes, mais en chargeant la croix blanche d’inscriptions, louanges et vœux pieux22. Le Grisonnais Salis utilisa tout simplement les couleurs de ses armoiries, car il estimait que son régiment était une affaire ou une entreprise familiale. Par contre, Bachmann innova complètement23. Il prit le fond rouge en souvenir du drapeau rouge du canton de Schwyz, membre fondateur de la Confédération en 1291. La devise « Pro Deo et Patria » ne laissait planer aucun doute sur le but de l’engagement militaire. Ce fonds rouge fut repris en 1815 lors de la créstion du premier brassard suisse avec la croix blanche et du drapeau suisse en 1842. On constate d’une part un fort attachement à la tradition, mais aussi un changement radical qui allait inspirer une forme de drapeau qui existe encore aujourd’hui.

22En regardant les uniformes, on remarque une ordonnance commune aux quatre corps de troupe : le frac vert et les pantalons bleu ciel, avec des signes distinctifs pour chaque régiment. Ces couleurs étaient contraires à toute tradition militaire suisse que ce soit au niveau cantonal ou au service étranger. L’uniforme comportait un tschako très original qui n’existait ni dans les armées des coalisés ni dans les armées françaises. Avec ce nouvel uniforme, le soldat était conscient, vis-à-vis de lui-même et de l’extérieur, de ce nouvel esprit amené par la Contre-Révolution.

Doc. 3. Drapeaux des régiments : (a) : Suisses, (b) : Salis, (c) : de Meuron, (d) : Rovera, (e) : Bachmann, (f) : de Rolls.

  • 24 Le manuel de base, l’ordonnance française, bien connue par les officiers jadis au service de Franc (...)

23Une grande nouveauté allait apparaître au niveau de l’instruction. Désormais, les officiers dirigeaient personnellement l’instruction et ne confiaient plus cette tâche à des sous-officiers ou à des maîtres d’exercice. Chaque soldat reçut la même formation par un chef qui le commandait aussi lors des combats. Ce chef avait donc intérêt à donner un très bon enseignement. L’instruction, limitée à l’essentiel, se poursuivait selon les connaissances acquises par les soldats. Elle commençait par la tenue du corps et de la tête, la marche, le maniement des armes pour se terminer par les manœuvres soit de bataillon, soit de régiment. Les officiers devaient posséder quelques talents pédagogiques et ne pas user de la « schlague » avec la canne ou le sabre pour faire entrer leur enseignement. Enfin considéré comme un adulte responsable et capable d’apprendre, le soldat fut traité en citoyen-bourgeois et non plus comme une sorte de machine de mécanique militaire. Les soldats assimilèrent parfaitement les leçons données, preuve en est leur combativité et les nombreuses médailles de mérite qu’ils récoltèrent24.

  • 25 Historisches Museum Glarus (Freulerpalast), Befehl-Buch fur Obrist Leut. von Hauser vom Regiment B (...)
  • 26 Roland Beck, « Die Helvetik im Lichte der allgemeinen Wehrpflicht », Revue Suisse d’Histoire 28 (1 (...)

24Le colonel Bachmann, par exemple, insuffla un nouvel esprit de corps. Il voulait que ses soldats soient convaincus et fiers d’appartenir au régiment des émigrés. Et pour être fier, il fallait être propre, de corps, d’uniforme et d’âme. Les officiers, les sous-officiers et les aumôniers effectuaient des contrôles réguliers allant jusqu’aux confessions pascales25. Les soldats comprirent et prouvèrent leur conviction, même après leur licenciement, en s’engageant volontairement en 1802 et en 1804. Il n’y avait pas d’esprit comparable dans les troupes de la République helvétique où des condamnés, de droit commun ou politique, se trouvaient mêlés aux tirés au sort et aux patriotes volontaires26.

  • 27 Daniel Frei, Das schweizerische Nationalbewusstsein. Seine Forderung nach dem Zusammenbruch der Al (...)

25Bachmann ne cherchait pas seulement à créer l’esprit de corps, mais aussi à obtenir un esprit national27. Pour que des soldats provenant de divers cantons apprennent à se connaître et à s’apprécier, il n’admettait pas plus de six ressortissants d’une même paroisse/commune dans chaque section. Cet « échange culturel » obligatoire allait remplacer des liens de parenté trop marqués et l’esprit de clocher. Une vision nationale et une plus large compréhension mutuelle donnèrent aux soldats la confiance dont ils eurent besoin lors des combats et des engagements dans des circonstances difficiles.

Doc. 4. Soldats fraternisant à la taverne

Le retour

La réaction de la République helvétique

26Les publicistes et les officiels de la République helvétique ne manquèrent pas de critiquer l’émigration et la formation des troupes contre-révolutionnaires. On cherchait visiblement un bouc émissaire pour justifier la mauvaise situation militaire sur le front suisse et le mécontentement de la majorité de la population à l’intérieur du pays où l’on craignait de voir apparaître une sorte de Vendée suisse. On décrivait les agents achetés par la perfide Angleterre et l’anti-civisme des émigrés, tous des brigands et des criminels.

  • 28 Michael Huber, Militärjustiz der Helvetik, Zurich 1988 (= Zurcher Studien zur Rechtsgeschichte 18)

27Rapidement, on mit en place une base légale, à la fin septembre et en novembre 1798 ainsi qu’en mai et octobre 1799, pour pouvoir sévir. Tout opposant, qu’il soit pris en armes ou simplement soupçonné d’avoir des idées contre-révolutionnaires, pouvait être condamné à mort, à la prison avec les chaînes aux pieds, aux arrêts dans sa maison, à l’exil forcé, à la séquestration de sa fortune, à une amende ou encore à la privation de ses droits politiques. Les tribunaux d’exception et militaires s’activèrent et prononcèrent une dizaine de peines capitales à grand renfort de publicité28.

28Une fois la tempête passée et le danger d’une invasion complète de la Suisse écartée à la suite des échecs des forces austro-russes, une amnistie fut proclamée en février 1800. On cherchait à affaiblir l’aile militaire de la contre-révolution. Les officiers tous les autres chefs de l’opposition ne furent pas compris dans cette amnistie qui, n’ayant eu que peu de succès auprès des troupes, fut prolongée de juin à octobre 1800, avec le même résultat négatif. Après le coup d’État des fédéralistes qui chassèrent les patriotes unitaires du pouvoir, les punitions prévues ne furent plus appliquées. L’amnistie formulée en octobre 1801 et accordée à tout le monde ne fut plus, en général, qu’une simple formalité après la paix de Lunéville et le licenciement des troupes.

Le retour au pays et ses conséquences

  • 29 L’ouvrage standard de cette « guerre des bâtons » restera pour longtemps Jurg Stussi-Lauterburg, a (...)

29Rentrés au pays, les militaires ne renoncèrent pas à défendre la cause contre-révolutionnaire. On complotait, on s’activait autour des chefs politiques et de l’élite civile de l’Ancien Régime. Lors du soulèvement des fédéralistes en automne 1802, les anciens émigrés, naturellement volontaires et convaincus de défendre une bonne cause, devinrent le fer de lance du mouvement et portèrent fièrement leurs uniformes usés de contre-révolutionnaires. Les troupes helvétiques furent battues et le gouvernement était prêt à s’exiler en France. Les contre-révolutionnaires virent leur victoire bloquée par Napoléon Bonaparte, premier consul, qui les menaça d’une nouvelle invasion française29.

  • 30 Bien que rempli de l’esprit radical, la constitution de 1848 conserva également la pensée fédérali (...)

30En février 1803, Bonaparte, constatant la durée et la force de l’opposition contre-révolutionnaire à la République helvétique, imposa sa médiation et formula une nouvelle constitution. Il rendit aux anciens cantons leur souveraineté et il modernisa le fédéralisme et les structures de l’Ancien Régime. La Contre-Révolution ne fut que partiellement victorieuse, car la constitution ménagea les patriotes helvétiques en conservant les nouveaux cantons créés surtout au détriment de Berne ou formés d’anciens bailliages. Cette constitution resta en vigueur jusqu’en 1814, mais elle servit de base pour celle de la Restauration30.

  • 31 Hubert Foerster, Der Bockenkrieg 1804 : Offene Fragen zum Ordningseinsatz des Militars, Zurich l98 (...)
  • 32 Bote der Urschweiz du 1866, Nr. 73 ; 1868, Nr. 78 ; 1869, Nr. 9 ; 1870, Nr. 13, 25 ; 1872, Nr. 59. (...)

31Lors du soulèvement d’une partie de la population du canton de Zürich, en 1804, les anciens émigrés s’engagèrent une dernière fois pour combattre l’esprit révolutionnaire et helvétique31. Après 1804, ils rentrèrent dans le rang mais leur engagement et leur expérience ne furent pas oubliés. Par exemple, les journaux du canton de Schwyz, relevèrent, jusqu’en 1872, le décès des derniers vétérans de 1799 avec eux la disparition de l’histoire orale. Ces nécrologues sont d’autant plus remarquables qu’ils concernaient de « petites gens » qui n’auraient autrement jamais eu l’honneur de figurer dans la presse32.

Les carrières des officiers

  • 33 Hubert Foerster, « Die militarische Erfassung der Schweizer Alpen : Ein Problem für das neue Bunde (...)
  • 34 Rudolf Jaun, Das Eidgenossische Generalstabskorps 1804-1874, in : Der Schweizerische Generalstab, (...)

32Une fois rentrés au pays, les officiers s’occupèrent en général, dès 1803, de la mise en place de la nouvelle organisation des milices cantonales et de la formation des contingents prévus pour l’armée fédérale. Ce sont eux qui rendirent possible le maintien militaire de la neutralité déclarée politiquement lors des conflits européens jusqu’en 181533. Rares furent les officiers émigrés qui entrèrent au service de l’Empire qui « voyagèrent » ainsi à travers toute l’Europe. Ceux qui le firent étaient plutôt poussés par des nécessités économiques que par des convictions politiques. Par contre, les officiers émigrés tirèrent profit, dès 1814/1815, des nouvelles capitulations avec les monarchies de France et des Pays-Bas. Rares étaient les officiers supérieurs ou les capitaines qui n’avaient pas dans leur état de service des engagements contre-révolutionnaires34.

  • 35 Ainsi par exemple le Bernois Rodolfe-Louis de Goumoëns, patricien d’une famille appauvrie, vit sa (...)

33Un mot encore sur la carrière des officiers aux idées contre-révolutionnaires mais qui avaient préféré rester au pays dans l’espoir de participer à l’opposition interne. Les responsables politiques et militaires ne leur pardonnèrent pas d’avoir exercé leur activité sous un régime honni et leur carrière militaire fut bloquée quand elle ne devint pas impossible. Ils n’eurent pas d’autre choix que celui d’entrer dans les régiments suisses de Napoléon35.

L’armée, l’école de la nation

  • 36 Hubert Foerster, « Napoleons « Nein » zum Schweizer Generalstab 1804 », Peter Ochs Brief 2 (1991), (...)

34L’amalgame testé avec succès par les régiments des émigrés fit aussi son chemin. Après la chute de Napoléon qui ne voulait pas d’une Suisse militairement forte et avec cela politiquement plus indépendante, les officiers de toutes les armes reçurent, dès 1819, une instruction centrale à Thoune. Les troupes des armes spéciales (artillerie, cavalerie, carabiniers) soumises directement à la Confédération, suivirent dès 1848. L’infanterie, restée jusqu’à nos jours sous la souveraineté cantonale, franchit le pas dès 1875. Ainsi l’armée, école de la nation, contribua fortement à la formation et au développement de l’esprit et de l’identité nationale36.

Remarque finale

  • 37 Wilhelm Oechsli, Geschichte der Schweiz im neunzehnten Jahrhundert, t. 1, Leipzig 1903, p. 249. Po (...)

35Les historiens de l’école radicale – et cela encore jusqu’au début de ce siècle – considérèrent avec mépris cette émigration civile et militaire. En 1903, Oechsli qualifie l’émigration de « bornée, à la vue basse et pharisienne » et pour Burckhardt, en 1908, les soldats des régiments des émigrés, n’étaient que des « mercenaires sans relations avec la patrie, qui essayaient avec tous les moyens de déranger la jeune République (helvétique) prometteuse dans l’unique but de la détruire et pour la remplacer par l’ancien ordre désuet37 ». Objectivement jugé, il faut constater que, bien qu’étant des contre-révolutionnaires, ces émigrés étaient des gens honnêtes, attachés à leur pays et même prêts à mourir « Pour Dieu et la Patrie ».

Notes

1 La dernière histoire consacrée à la République helvétique a été écrite par un Allemand (voir note 37) qui d’ailleurs a très bien saisi le sujet : Holger Böning, Der Traum von Freiheit und Gleichheit. Helvetische Revolution und Republik (1798-1803) – Die Schweiz anf dem Weg zur bürgerlichen Demokratie. Zurich, Orell Füssli, 1998.

2 Citons les publications les plus récentes traitant de l’aspect militaire avec Jurg Stussi-Lauterburg (s.d.), Wer sich nicht wehrt, lebt verkehrt ! 1798-1998 : 200 Jabre franzosische Eroberung der Schweiz, Beilage zur Allgemeinen Schweizerischen Militarzeitschrift ASMZ, Nr. 3, Marz 1998 ; Hans Rudolf Fuhrer (e.a.), Widerstand gegen die Helvetik 1798, 2 vol., Au, Ed. Militarische Fuhrungsschule, 1998 ; Derck C. Engelberts, L’invasion de 1798. Documents d’archives françaises concernant la liquidation de l’Ancien Régime en Suisse par la France, Auvernier, Le Roset, 1999.

3 L’ouvrage de référence, bien que les chapitres concernant l’émigration militaire reste complètement à réécrire demeure Felix Burckhardt, Die schweizerische Emigration 1798-1801, Basel, Helbling & Lichtenhahn, 1908. Les premières approches de l’histoire militaire des émigrés sont dues à Hubert Foerster, « Der Freiburger Nicolas de Gady und seine Kompanie im Schweizer Regiment Bachmann im 2. Koalitionskrieg (1799-1801). Einleitung und Edition von Gadys « Reflexions sur les campagnes », FreiburgerGeschichtsblätter 69 (1992), p. 105-208, et idem, « Die militairische Emigration 1798-1801. Offene Fragen zur Motivation, Zusammensetzung, Bedeutung und zum Souveränitätsverstandnis der Auswandererbewegung », in Christian Simon – André Schluchter (éd.), Dossier helvétique 1 : La souveraineté en question – Histoire militaire, Basel-Frankfurt, Helbling & Lichtenhahn, 1995, p. 83-124.

4 Kurt Von Steiger, Schaltheiss Niklaus Friedrich von Steiger (1729-1799), Bern, Francke Verlag, 1976 ; Alfred Meler, Abt Pankraz Vorster und die Aufhebung der Fürstabtei St. Gallen, Fribourg, Ed. Universitaires, 1954 (= Studia Friburgensia N.F. 8) ; (Ferdinand) de Rovéréa, Mémoires écrits par lui-même et publiés par (François)-C (harles) de Tavel, 4 vol., Berne-Zurich-Paris 1848.

5 Leur correspondance est publiée par James SCHWARZENBACH, Im Kampf gegen den Bedrücker : Briefe der Gebrüder Eugène und Louis de Courten, Oberstleutnant und Hauptmann im « Schweizer Banner » 1798/99, Einsiedein-Koin, Benziger, 1944.

6 Le canton de Nidwald – comme peu d’autres cantons ou sociétés d’histoire – a saisi l’occasion du 200e anniversaire du soulèvement pour faire étudier les différents aspects et il fit publier 373 pages (grand format !), ouvrage qui complète uniquement les recherches antérieures. Hans Jakob Achermann – Marita Haller-Dill (s.d.), Nidwalden 1798 – Geschichte und Uberlieherung, Stans, Historischer Verein, 1998.

7 Cette devise fut aussi employée par exemple lors du soulèvement populaire en Belgique. On y trouve aussi la traduction « Voor God en Vaterland » soit la version « Pro Aris et Focis », « Voor Outer en Heerd ». Luc Dhondt, « La guerre des paysans », dans Hervé Hasquin (s.d.), La Belgique française 1792-1815, Bruxelles, Crédit Communal, 1993, p. 141-170 ; Jan Goris, Voorouteren heerd. De Boerenkrijg in de Antwerpse Kempen 1798, Turnhout, Brepols, 1998.

8 Ces soulèvements auraient dû occuper les troupes françaises lors de l’invasion de la Suisse par les coalisés à l’intérieur du pays. Le mouvement, mal coordonné entre les cantons et déclenché trop tôt pour pouvoir compter sur l’aide autrichienne, fut un échec. Hubert Foerster, « Der missglückte Volksaufstand von 1799 in der Schweiz. Zivilisten unter Waffen -Bürgersoldaten in Uniform – Staatsterror », dans Insurrections nationales depuis 1794 – Die Nationalaufstande seit 1794. Actes du 20e colloque international d’histoire militaire à Varsovie 1994, Varsovie 1995, p. 144-158, en prévision d’une réécriture de Rudolf Baumann, Die schweizerische Volkserhebung im Fruhjabr 1799, Zurich, Gebr. Leemann & Co, 1912 (= Schweizer Studien zur Geschichtswissenschaft, t. 4).

9 Le canton de Schwyz montre la particularité d’un exode massif d’environ 7 000 habitants dans les cantons limitrophes au Nord après une nouvelle occupation du canton par les Français en août 1799. Les réfugiés rentrèrent dans les mois suivants jusqu’à Noël. Environ 300 hommes ont émigré et se sont inscrits dans les troupes des émigrés et une huitantaine est décédée. Hubert Foerster, « Schwyz 1799 : Fur Gott und Vaterland. Ein Beitrag zum militarischen Widerstand und zu seinen Folgen 1799-1801 Mitteilungen des Historischen Vereins des Kantons Schwyz 91 (1999) (en impression).

10 Cette politique anglaise fut pratiquée pendant toutes les guerres soit contre la France révolutionnaire soit impériale dans le monde entier. L’engagement en faveur de la Suisse et des Suisses n’est pas un cas isolé. John M. Sherwig, Guiness and Gunpowder : British Foreign Aid in the Wars with France 1793-1815, Cambridge-Massachusetts 1969, et Michael Wagner, England und die Franzosische Gegenrevolution 1789-1802, Munich, Oldenbourg, 1994 (= Série Ancien Régime, Aufklarung und Revolution, t. 27).

11 Lors de la deuxième guerre de coalition, l’Angleterre, l’Autriche et la Russie prévoyaient, au début, de pousser avec des troupes autrichiennes soit par l’Allemagne du Sud, soit à travers la Suisse contre la France. Un autre front était ouvert en Italie du Nord avec des forces austro-russes. Une diversion devait se faire aux Pays Bas avec le débarquement de troupes anglo-russes. Les coalisés choisirent le chemin par la Suisse. Ceci permettait de libérer ce pays et de se défaire d’une des Républiques sœurs en gagnant en plus les axes les plus courts entre l’Allemagne et l’Italie et entre l’Autriche et la France. A. B. Rodger, The War of the Second Coalition 1798 to 1801. A Strategic Commentary, Oxford 1964, et T. C. W. Blanning, The French Revolutionary Wars 1787-1802, London-New York-Auckland, Arnold, 1996

12 Guy De Meuron, Le Régiment de Meuron 1781-1816, Lausanne, Le Forum Historique, 1982 ; Adolf Burkli, Das Schweizer Regiment von Roll in englischen Diensten 1795 bis 1816, als : 78. Neujahrsblatt der Feuerwerkergesellschaft, Zurich 1893.

13 J.E. Cookson, The British Armed Nation 1793-1815, Oxford, Clarendon Press, 1997 ; Paul Sauer, Der schwabische Zar. Friedrich, Wurttembergs erster Konig, 2e éd., Stuttgart, DVA, 1986, p. 152-157 ; Oskar Bezzel, Geschichte des Kurptalzischen Heeres von 1778 bis 1803, München 1930, t. 5, p. 531-539, 563-618

14 Voir Foerster, notes 9 et 18.

15 Archives de l’État du Valais, Fonds des familles, Archives de Courten, Carton 13, Nr. 2. La liste nominative est publiée dans Foerster, note 9, (en impression).

16 Archives de l’État de Fribourg, Fonds des familles, Archives de Gady II 4. La liste nominative est publiée dans Foerster, note 3, p. 198-206.

17 John G. Callaher, Napoleon’s Irish Legion, Ilinois, Southern Ilinois University, 1993.

18 On compte 4 compagnies de Zurich (462 soldats), de Glaris (371), du Valais (448), de Schwyz (dont 2 de Schwyz même à 223 hommes, 1 de Lachen à 105, 1 d’Einsiedein à 122) et d’Appenzell-Rhodes extérieures (431), 2 de Uri (180), 1 de St-Gall-Uznach (80) et de Schaffhouse (52). À cela s’ajoutèrent 130 réfugiés de Nidwald et 80 de Zoug-Menzingen, cantons occupés par les Français. Archives fédérales à Berne, Collection des copies, Angleterre F.O., t. 21, fasc. 22, Nr. 25 et fasc. 28, Nr. 31. – Hubert Foerster, « Die Schaffhauser Interimsregierung 1799 und ihre Milizfreiwilligen », Schaffhauser Beitrage zur Geschichte 75 (1998), p. 75-110, et Idem, note 9. – La situation générale en été 1799 est décrite par Jurg Stussi-Lauterburg (e.a.), Weltgeschichte im Hochgebirge. Entscheidung an der Grimsel 14. August 1799, Baden, Effingerhof, 1999.

19 (Robert-François) Vicomte Grouvel, Les corps de troupe de l’émigration française, t. 1, « Services de la Grande Bretagne et des Pays-Bas », Paris, Editions de la Sabretache, 1957, p. 313-328, présente l’histoire militaire traditionnelle de ces troupes.

20 Anton Pestalozzi, Briefe an Lord Sheffeld. Englische Kriegsberichte aus der Schweiz, Herbst 1799, Zurich 1989 (= Neujahrsblatter der Gelehrten Gesellschaft in Zurich), p. 64.

21 L’Angleterre a choisi une région éloignée de la Suisse pour décourager les licenciés d’effectuer le long chemin d’un éventuel retour. Les Anglais pensaient ainsi faciliter le recrutement pour un nouveau régiment suisse à son service. Environ 1/8 des émigrés suisses s’engagèrent dans le nouveau régiment de Watteville. 4 officiers et 200 hommes provenaient du régiment de Rovéréa, 4 et 118 de Bachmann, 5 et 200 de Salis.

22 En avers on lit sur le bras horizontal de la croix brodée en or « N. FREDERIC DE STEIGER, PERE DE LA PATRIE. IL EST LE SAUVEUR », autour du médaillon central « AVELUI RENAIT LE BONHEUR », et sur le bras vertical « HONNEUR A LA VERTU, HONTE A LA FAIBLESSE », au revers en horizontale « FRANCOIS 11 AMOUR ET PATRIE » et « PAUL I A SES LIBERATEURS », au centre « REUNION DES SUISSES FIDELES » entouré de « DIEU ET LA PATRIE » et en verticale « TERREUR AU CRIME » et « PARDON AU REPENTIR ». Deux de ces drapeaux se trouvent au Musée d’histoire à Berne et un exemplaire est propriété privée.

23 Michel Rochat, Drapeaux Flammés des Régiments Suisses au Service de France – Geflammte Fahnen der Schweizerregimenter in franzosischen Diensten, Lausanne, Delachaux & Nestlé, 1994, et Louis Muhiemann Armoiries et drapeaux de la Suisse, Neuchâtel, C. Bosiger, 1991.

24 Le manuel de base, l’ordonnance française, bien connue par les officiers jadis au service de France, fut remplacé déjà en septembre 1799 par le Unterrichtuber den Felddienst der leichten Infanterie für die Unteroffziere des Schweizer Regimentes von Bachmann du major Ziegler, le Kurres provisorisches Exercitium fur die rhätische Infanterie, Coire 1799, et par le Règlement Élémentaire pour les Régiments suisses à la Solde d’Angleterre, Kempten 1800. Comme il n’existait pas assez d’exemplaires imprimés de ce dernier, les capitaines durent le copier à la main.

25 Historisches Museum Glarus (Freulerpalast), Befehl-Buch fur Obrist Leut. von Hauser vom Regiment Bachmann vom 1. August 1799 (jusqu’en 1801), manuscrit sans cote.

26 Roland Beck, « Die Helvetik im Lichte der allgemeinen Wehrpflicht », Revue Suisse d’Histoire 28 (1978), p. 327, constate que sur les 20 000 miliciens mobilisés en printemps 1799, même pas un quart se trouvait encore sous les armes au juin.

27 Daniel Frei, Das schweizerische Nationalbewusstsein. Seine Forderung nach dem Zusammenbruch der Alten Eidgenossenschaft 1798, Zurich, Juris-Verlag, 1964, p. 136-138. L’auteur, ignorant l’existence et l’état d’esprit réel des régiments des émigrés, attribua aux troupes helvétiques l’honneur d’avoir contribué de manière remarquable à la formation de l’esprit national. Il est tombé dans le piège des déclarations officielles et des intentions proclamées, sans tenir compte des réalités.

28 Michael Huber, Militärjustiz der Helvetik, Zurich 1988 (= Zurcher Studien zur Rechtsgeschichte 18).

29 L’ouvrage standard de cette « guerre des bâtons » restera pour longtemps Jurg Stussi-Lauterburg, avec la collaboration de Derck C. Engelberts, Föderalismus und Freiheit. Der Aufstand von 1802, ein in der Schweiz geschriebenes Kapitel Weltgeschichte, Baden, Effingerhof, 1994.

30 Bien que rempli de l’esprit radical, la constitution de 1848 conserva également la pensée fédéraliste bien qu’en augmentant la force centrale avec un parlement à deux chambres avec en plus un conseil fédéral, comme pouvoir exécutif, doté de compétences adaptées à la situation suisse. Alfred Kolz, Neuere Schweizerische Verfassungsgeschichte. Ihre Grundlinien vom Ende der Alten Eidgenossenschaft bis 1848, Berne, Stampfli + Cie AG, 1992

31 Hubert Foerster, Der Bockenkrieg 1804 : Offene Fragen zum Ordningseinsatz des Militars, Zurich l987 (= Schriftenreihe der Gesellschaft fur militarhistorische Studienrelsen GMS 6). La mobilisation des troupes cantonales fut étudiée en détail pour les cantons de Schwyz, Glarus, Fribourg, Soleure, Schaffhouse, des Grisons et de l’Argovie. L’indication bibliographique peut être demandée directement auprès de l’auteur

32 Bote der Urschweiz du 1866, Nr. 73 ; 1868, Nr. 78 ; 1869, Nr. 9 ; 1870, Nr. 13, 25 ; 1872, Nr. 59. – Pour l’anecdote, le journal de district Wochenblatt für den Bezick Hofe 1865, Nr. 49, signale d’un mauvais œil la défense faite par le gouvernement du canton de Schwyz à un vétéran de 1799, âgé de 88 ans, de se marier car sa fortune était jugée trop réduite. Le rédacteur s’exclama : « Est-ce que c’est ça la reconnaissance de la République ? »

33 Hubert Foerster, « Die militarische Erfassung der Schweizer Alpen : Ein Problem für das neue Bundesheer von 1804 ? », La guerre et la montagne – Krieg und Gebirge. Actes du 17e colloque de la Commission internationale d’histoire militaire à Zurich 1991, Berne, Association suisse d’histoire et de Sciences militaires (ASSM), p. 177-192, et Idem, « Die bewaffnete Neutralität der Schweiz wahrend der Mediation, 1803-1814/15 », 1648 – 1798 – 1848 – 1998 : 350 ans de neutralité suisse, Actes du colloque de l’ASSM à Berne 1998, Berne 1999, p. 53-77. – Voir aussi Jaun, note 34.

34 Rudolf Jaun, Das Eidgenossische Generalstabskorps 1804-1874, in : Der Schweizerische Generalstab, t.3, Basel-Frankfurt, Heibling & Lichtenhahn, 1983, passim.

35 Ainsi par exemple le Bernois Rodolfe-Louis de Goumoëns, patricien d’une famille appauvrie, vit sa carrière militaire stoppée au grade de capitaine des milices cantonales après avoir exercé pendant deux ans comme inspecteur général des milices helvétiques de l’Argovie. Il demeura un petit fonctionnaire municipal et dut se résigner à n’exercer qu’une anodine carrière politique. Vincenz Bartlome, « Der Umbruch 1798-1831 aus der Sicht der Verlierer. Das Schicksal des Rudolf Ludwig von Goumoëns (1771 1839) », Berner Zeitschrift fur Geschichte und Heimatkunde 60/3 (1998), p. 134-159. Par contre, le fribourgeois Gady, provenant du même milieu et dans des conditions identiques, mais qui avait émigré, termina sa carrière comme colonel-divisionaire suisse et au service de France comme maréchal de camp et inspecteur général des troupes suisses en France.

36 Hubert Foerster, « Napoleons « Nein » zum Schweizer Generalstab 1804 », Peter Ochs Brief 2 (1991), p. 3-6 ; Heinrich Christoph Affolter, Die Eidgenossische Centralmilitarschule in Than 1819-1874, Berne 1982, et Alfons Lenherr, Das schweizerische Militarwesen der Restaurationszeit als Dokumentation eines nationalen Bewusstseins, Osnabruck, Biblio-Verlag, 1976, (= Studien zur Militargeschichte, Militarwissenschaft und Konfliktforschung, t. 11).

37 Wilhelm Oechsli, Geschichte der Schweiz im neunzehnten Jahrhundert, t. 1, Leipzig 1903, p. 249. Pour Burckhardt, note 3, p. 7. – Les historiens suisses qui s’occupaient de manière sérieuse et ouverte de la République helvétique s’attiraient facilement l’animosité de leurs collègues dans le pays. Alfred Rufer (1885-1970), par exemple, e.a. rédacteur de six volumes du recueil des actes de la République helvétique, reconnu en France, en fit la douloureuse expérience. La méfiance envers l’Helvétique fit également obstacle à la commémoration officielle du bicentenaire Suisse 1798-1998.

Table des illustrations

Légende Doc. 1. Carte de la position des troupes et de leurs mouvements
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16560/img-1.png
Fichier image/png, 394k
Légende Doc. 2. Position de la ligne d’armistice entre les Français et les Autrichiens
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16560/img-2.png
Fichier image/png, 330k
Légende Doc. 3. Drapeaux des régiments : (a) : Suisses, (b) : Salis, (c) : de Meuron, (d) : Rovera, (e) : Bachmann, (f) : de Rolls.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16560/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Doc. 4. Soldats fraternisant à la taverne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16560/img-4.png
Fichier image/png, 1,9M

Auteur

Archives d’État de Fribourg

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540